Le charity business investit l enseignement supérieur Les nouvelles méthodes de la HEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le charity business investit l enseignement supérieur Les nouvelles méthodes de la HEC"

Transcription

1 «Attirer les talents du monde entier» Interview de Daniel Bernard, président de la Fondation. Le charity business investit l enseignement supérieur Les nouvelles méthodes de la La création de chaire : un bénéfice partagé Quand l entreprise participe au développement du savoir. PAGE II collecte de fonds. PAGE III PAGE VIII Spécial Enseignement supérieur et mécénat Recevoir... La collecte de dons n est plus réservée aux seules universités américaines. Pour devenir des acteurs mondiaux de la formation des futurs managers, les grandes écoles françaises peuvent elles aussi être soutenues par des fonds privés, à l image d Paris, première business school européenne. donner Compter sur des fonds privés pour financer l enseignement supérieur? L idée semblait encore saugrenue en France, il y a moins de dix ans. Aujourd hui pourtant, dans les grandes écoles et certaines universités, la pratique du «fundraising» n est plus anecdotique. Elle s est même largement structurée, amplifiée et professionnalisée une véritable révolution culturelle, en somme. Si son nom se prononce encore à l anglaise, de préférence à «collecte de fonds», c est que le concept nous vient des Etats-Unis. Là bas, les puis universités reçoivent certes de l argent public, mais cette source de financement demeure largement minoritaire. Leur budget repose essentiellement sur les frais d inscription et de scolarité mais surtout sur les dons privés, issus d entreprises et de fondations d entreprises, des anciens étudiants, professeurs, et même des «amis de l université», sensibles à ses valeurs. Résultat, certaines universités peuvent tabler sur des fonds de dotation (on parle aussi d endowment) phénoménaux, placés en bourse sous forme d actions et d obligations et dont seuls les intérêts sont dépensés chaque année. A Harvard, la mieux dotée, «l endowment» atteint un montant de près de 30 milliards de dollars, ayant produit plus de 550 millions de dollars d intérêts l an passé! Des sommes qui permettent de faire face sereinement aux coûts de plus en plus élevés de la recherche, du recrutement de professeurs de haut niveau ou des infrastructures du campus. Car l argent est bien le nerf de la guerre que se mènent les grandes universités, si l on en juge par le classement de Shanghai 2008, qui place huit universités américaines parmi les dix meilleures du monde : Harvard, Stanford, Berkeley, le MIT, le California Institute of Technology, Columbia, Princeton et l Université de Chicago. Un contexte législatif et fiscal favorable De fait, aujourd hui, la compétition est bien mondiale entre ces universités prestigieuses et les grandes écoles françaises, Or la capacité à attirer les professeurs les plus renommés et les étudiants les plus brillants du monde est étroitement liée aux ressources financières disponibles pour de tels projets. La France, avec 1,1% de son PIB consacré à l enseignement supérieur (contre 1,4% en moyenne dans les pays de l OCDE) et 8837 dépensés par étudiant contre plus de $ aux Etats-Unis, ne peut plus se contenter des subsides publics si elle veut figurer parmi les nations qui comptent. Logique, alors, que les présidents d université et de grandes écoles s intéressent au potentiel de développement des ressources privées. D autant que le contexte législatif, fiscal et politique n a jamais été aussi favorable. Loi du 1 er août 2003 relative au mécénat et aux fondations, loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités, loi dite du «Paquet fiscal» du 21 août 2007 accordant des réductions significatives aux contribuables redevables de l ISF sur leurs dons aux établissements d enseignement supérieur : toutes s accordent pour favoriser un financement privé dans les meilleures conditions, pour les donateurs comme pour les donataires. «La loi sur l autonomie des universités permet d instaurer un mécanisme de fiscalité incitative pour que des organismes publics ou privés, mais aussi des particuliers, anciens élèves ou mécènes, puissent investir massivement dans le développement de notre intelligence collective», assure Valérie Pécresse, ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche. comme chef de file Pour l instant cependant, les universités ont encore du mal à structurer leur réseau d anciens, ce que les grandes écoles savent faire depuis longtemps. Ces dernières ont donc quelques longueurs d avance dans la mobilisation des donateurs. A cet égard, fait figure de leader. Première à avoir créé une fondation, en 1972, la business school a obtenu le soutien d une cinquantaine d entreprises désireuses de la soutenir dans son développement, à travers des partenariats ou le financement de chaires. LIRE LA SUITE PAGE II Editorial Donner pour recevoir La crise financière que nous vivons a du bon puisqu aux dires de nos gouvernants elle ramène aux fondamentaux. N est-il pas malheureux d en arriver à de telles situations pour en prendre conscience? Toutes les mesures exceptionnelles mises en place font office de sérum pour calmer une pathologie mondiale dont nous souffrons tous individuellement. Mais si le sérum se montre efficace, son action reste ponctuelle. A quand le vaccin? Nous savons tous qu un vaccin nécessite du temps, de l argent et un véritable engagement. La philanthropie au bénéfice de la recherche fondamentale et de l enseignement a sa place dans le concert de remèdes possibles. Son action a déjà prouvé son bénéfice exemplaire au profit de tous. Devant les difficultés croissantes des Etats pour financer ce pan capital qu est l intérêt général, elle devient un moteur économique indispensable. Cependant, elle ne peut exister que si l argent dont elle bénéficie continue d affluer grâce aux dons des personnes physiques comme des personnes morales. Et c est ainsi qu elle contribuera à l amélioration des connaissances nécessaires à l homme pour continuer de vivre dans un monde viable, équitable et en paix. C est pourquoi il reste aussi essentiel, de donner pour recevoir. Franck Haufrecht «Pouvoir recruter les meilleurs élèves et enseignants» STRATÉGIE Offrir à ses enseignants comme à ses étudiants des conditions de travail attractives, pour pouvoir recruter les meilleurs : tel est, selon Bernard Ramanantsoa, directeur général d, la meilleure stratégie pour relever le défi d un enseignement supérieur compétitif sur la scène mondiale. Au-delà de l image de la prestigieuse école française, reconnue aujourd hui comme un leader européen, quelles sont les spécificités d? rassemble sur son campus parisien près de 1500 étudiants dont 30% d étrangers. Mais c est aussi 113 accords de coopérations académiques signés dans plus de 39 pays, des entreprises du monde entier partenaires au travers de la Fondation, MBA, 12 Mastères spécialisés, un Doctorat et des programmes pour cadres et dirigeants, dont deux executive MBA présents dans le top 20 mondial. En 2007, a été classée première business school en Europe pour la deuxième année consécutive par le Financial Times. Je pense que ce qui fait d abord notre force est notre très grande sélectivité au niveau des élèves comme dans le recrutement des enseignants-chercheurs. C est aussi notre ouverture sur l international, tant à travers nos programmes d échanges que par la proportion d enseignants (43%) et d étudiants étrangers (30%), de même que notre grande proximité avec le monde de l entreprise. Associer enseignement supérieur et mécénat reste un phénomène encore rare en France. En se dotant d une fondation, fait office de précurseur Les prémisses de cette idée datent d une douzaine d années, quand nous avons pris conscience que l enseignement supérieur était un secteur en voie de mondialisation et, de fait, très concurrentiel. Pour qu un établissement d enseignement supérieur demeure attractif à l échelle mondiale, il doit pouvoir rassembler les meilleurs élèves et enseignants. L idée peut paraître assez nouvelle en France, mais dans les pays anglosaxons, et tout particulièrement aux Etats-Unis, c est courant. Aujourd hui, dans la concurrence mondiale, les revenus d sont insuffisants. C est pourquoi, l école a choisi de se tourner vers le monde économique, à savoir le fundraising auprès des entreprises et des diplômés. doit pouvoir offrir à ses enseignants un niveau de rémunération attractif et un environnement de recherche captivant. Par voie de conséquence, la notoriété de l équipe pédagogique tire vers le haut l image de l établissement et permet de le promouvoir vis-à-vis des étudiants. doit également pouvoir proposer des bourses attractives aux bons élèves français et étrangers qui n ont pas la possibilité d assurer leurs frais de scolarité. Recevoir puis donner, n estce pas là l une des valeurs traditionnelles de l école? Il existe sans aucun doute une force du réseau, lié à un attachement très fort aux «années d école». Je pense que cela tient beaucoup à «l effet campus», du fait que les étudiants soient rassemblés durant plusieurs années dans un même lieu d étude et de vie, mais aussi à l implication d une association des anciens élèves très efficace pour entretenir le réseau en France et l étendre à l étranger. Pendant très longtemps les membres de l association se sont intéressé à l école, mais de façon non financière, parce que ce n était pas dans l air du temps. Les temps ont changé. Ils ont compris qu était entré dans la compétition mondiale et que l Etat ne pouvait pas tout financer. Nous collectons aujourd hui des fonds de plus en plus importants émanant d anciens élèves de l école. Tout récemment plusieurs se sont engagés à donner plus d un million d euros et l un d eux jusqu à 5 millions. Bernard Ramanantsoa (MBA 76), directeur général d. Comment favorisez-vous l implication de vos étudiants? Nous faisons un véritable travail de pédagogie dans ce sens. Outre la finance, le marketing ou la stratégie, nous enseignons aussi à nos étudiants ce qu on appelle le «social business» et nous avons créé en mars dernier une chaire «Entreprise et pauvreté». Et cette éducation au mécénat porte ses fruits. Depuis trois ans, les élèves sortants offrent à l école un «class gift» ( cette année), destiné à un fonds de bourses. C est encore quelque chose d exceptionnel aujourd hui dans les grandes écoles françaises! BETTY MAMANE (PUBLICITE LES CAHIERS DE LA COMPÉTITIVITÉ, datés du 18 octobre 2008, sont édités par l Agence Média Thème en partenariat avec la Fondation. Directeur de la rédaction : Franck Haufrecht Rédactrice en chef : Betty Mamane Rédacteur en chef adjoint : Christophe Castro Chef de rubrique : Elodie Toustou-Chelidze Conseiller spécial : François d Ormesson Coordination : Barbara de Colombe et Richard Perrin. Ont participé à la rédaction de ce numéro : Carole Aïach-Soussan, Laurence Beauvais, Sophie Broyet, Bethsabée Langlois, Anne-Charlotte Marie, Marina Stein Secrétaire de rédaction : Elisabeth Marchand Création : Ingrid Lhande. Maquettistes : David Garino, Hélène Renard Directeur de la stratégie : Deror Sultan Service administratif : Anne-Marie Duron Responsable d édition : Marie de Bayser Média Thème : 17, rue de Lancry PARIS - Tél. : Contact : EN SUPPLÉMENT DU «MONDE» DATÉ DU 18 OCTOBRE 2008, N NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT

2 Le monde de la compétitivité - ENJEUX «Attirer les talents du monde entier» AMBITION La Fondation, créée en 1972, s est positionnée ces dernières années comme chef de file du «fundraising» dans l enseignement supérieur en France. Le témoignage de son président, Daniel Bernard (H69). Bertrand Léonard (H 85), président du comité de campagne d Quelles sont les spécificités de la Fondation? Depuis sa création en 1972, la Fondation soutient la stratégie de développement d par la mobilisation de tous les anciens. C est non seulement la première mais aussi l une des fondations les plus actives dans l enseignement supérieur. Si elle a toujours été très bien dirigée depuis l origine, elle s oriente ces dernières années vers une professionnalisation croissante. Il faut aussi souligner qu elle a été aidée à partir de 2003 par les nouvelles dispositions fiscales découlant des lois Aillagon et Tepa. Pour 2008, nous aurons levé un budget de 8 millions d euros, Daniel Bernard, président de la Fondation. dont 3 millions seront capitalisés, c est-à-dire placés à long terme. Cela va nous permettre d assurer une certaine pérennité des revenus, à l instar de Harvard par exemple. C est un moyen de faire face aux besoins croissants d par la génération de ressources supplémentaires sous forme de revenus financiers et de réserve de plus-value. Quel intérêt une entreprise trouve-t-elle à devenir membre de la Fondation? En étant membres de la Fondation, les entreprises profitent d un certain nombre d avantages. Elles prennent part aux choix stratégiques effectués par en matière d enseignement, de recherche et de communication internationale. Elles bénéficient d un accès personnalisé aux ressources du campus (recrutement, stages, détection de profil et de compétences, recherches...). Enfin, elles reçoivent une information stratégique sur les développements nouveaux en matière de management au travers de publications et manifestations diffusées ou organisées par. Financer des bourses en prépa pour enrichir la diversité des étudiants. Aux côtés de ces entreprises figurent des donateurs privés. Qui sont-ils? Plus de 50% des donateurs, en effet, sont des personnes privées, principalement d anciens élèves désireux d aider l école, mais également des étudiants en fin d études, via les «Class Gifts». Les occasions de donner sont variées : anniversaires de promos, classes de donateurs Chaque don à la Fondation est précieux, quel que soit son montant. A partir de 5000 de dons (payables en une fois ou échelonnés sur un maximum de 5 ans), la générosité de donateurs est reconnue au sein du Cercle des donateurs. Au-delà de euros, on parle de Grands Donateurs. Ils sont 40 cette année. Quelles sont vos priorités de financement? Elles sont de trois ordres. Il s agit d abord d attirer les meilleurs étudiants grâce à des bourses compétitives. La Fondation veut en effet permettre aux meilleurs étudiants français et étrangers d accéder à quelles que soient leurs ressources, afin d attirer les talents du monde entier, et d enrichir la diversité sociale, culturelle et intellectuelle du corps étudiant. Cela passe, entre autre, par le financement de bourses destinées aux classes préparatoires (Lycée Henri IV à Paris, Lycée Sainte-Geneviève à Versailles, Lycée Michelet à Vanves). En deuxième lieu, la Fondation contribue à faire progresser la recherche et à transmettre la connaissance dans le but de renforcer la compétitivité des entreprises. Son soutien permet ainsi à l école de recruter les meilleurs professeurs/chercheurs français et étrangers, aux étudiants de bénéficier d un savoir de pointe et d outils de management performants et pertinents tout au long de leur carrière, et aux professeurs de disposer des moyens pour mener leurs travaux de recherche dans les meilleures conditions. Troisième axe prioritaire, la pédagogie. Pour répondre aux exigences des étudiants comme des entreprises partenaires, se doit d offrir un campus moderne et des technologies à la hauteur des standards internationaux. Lorsque vous resituez dans son environnement compétitif, est-ce toujours sur le plan international? Oui, car notre rôle est de former des dirigeants mondiaux, à l instar des grandes universités européennes et surtout américaines. Sur les 500 dirigeants des plus grosses entreprises mondiales, les anciens d arrivent au 7 e rang. C est d ailleurs dans cet esprit que s est associé à ParisTech auprès de 10 autres prestigieuses grandes écoles d ingénieurs, chacune reconnue comme la meilleure en France dans son domaine. La mise sur pied de projets internationaux est le domaine par excellence où l action des écoles membres de Paris- Tech s exerce de manière collective. Notre volonté d ouverture se traduit aussi par l accueil d un nombre croissant d étudiants et d enseignants étrangers. D ores et déjà, 80% de nos élèves de MBA sont étrangers. L objectif de nos bourses d excellence est d attirer les meilleurs élèves, ceux qui par exemple hésitent entre Harvard et. Une grande campagne avec l objectif de lever 100 millions d euros. Ces efforts ont été récompensés par le dernier classement du Financial Times En effet, dans le dernier classement des masters en management du Financial Times, arrive en première position parmi 60 établissements européens, pour la 4 e année consécutive. Le classement général, qui est une synthèse de 5 «rankings» : le MSc/programme Grande Ecole (1 er en Europe), le MBA full time (18 e mondial), l Executive MBA (2 e mondial avec TRIUM) «s est métamorphosé en quelques années. Bernard Ramanantsoa a su créer l image d un groupe puissant, incluant une Grande Ecole de haut niveau, un MBA et un Executive Education en pleine progression, des mastères réputés. Dans l univers très concurrentiel des business schools mondiales, doit continuer à se battre pour attirer les meilleurs professeurs et étudiants. Nous avons réuni une vingtaine d ambassadeurs représentant tous les profils de donateurs pour nous aider à mener cette campagne. La très forte mobilisation du réseau des diplômés et l enthousiasme du comité de campagne constituent de vrais atouts pour relever ces défis.» et les programmes de formation continue interentreprises (9 e en Europe) et sur-mesure (4 e en Europe), place en 1 re position en Europe pour la 2 e année consécutive. Quels sont vos objectifs de progression? L objectif est de se placer dans les 10 premiers mondiaux à horizon 5 ans. C est une bataille de moyens. C est pourquoi nous démarrons une grande campagne de fundraising à compter du 17 octobre, avec pour objectif de lever 100 millions d euros d ici à Il faut bien comprendre que si la Fondation est une «géante» en France, nous restons des «nains» par rapport aux universités américaines. Les Français pensent encore trop souvent que l enseignement supérieur, c est l affaire de l Etat. Nous devons faire comprendre aux donateurs potentiels que notre action n a de sens que parce que les fonds servent in fine les entreprises dans leur conquête mondiale. LAURENCE BEAUVAIS Henri Proglio (H 71), PDG de Véolia et président du Conseil d Etablissement d «Le rayonnement mondial d passe par un accroissement sensible des effectifs du corps professoral, le renforcement de l effort de recherche et la mise en œuvre d alliances avec les meilleures institutions étrangères. L ambition d, clairement affichée dans cette campagne, doit permettre à l école de tenir pleinement son rôle au service des entreprises. En même temps, elle devrait inciter celles-ci à lui apporter davantage de moyens sur le plan financier.» SUITE DE LA PAGE I Elle s est également attachée à mettre en place une stratégie pointue de collecte de dons auprès des particuliers, suscitant de nombreuses initiatives individuelles et collectives depuis 2005 : «class gift» des étudiants le jour de la remise de leur diplôme, anniversaires de promotion, dons d anciens travaillant dans la même entreprise, ou dans le même pays, etc. Au total, l an passé, la Fondation a ainsi collecté quelque 6,1 millions d euros, un chiffre multiplié par cinq en 5 ans. Elle en a alloué 4 millions au budget d (pour soutenir la recherche, la pédagogie et l allocation de bourses) et capitalisé 2,1 millions, portant son fonds propre à 5 millions d euros. au premier rang des écoles européennes Par leur générosité, les donateurs expriment autant leur attachement à et leur envie de transmettre ses valeurs à la future génération d étudiants, que leur souhait d investir dans la réputation de leur diplôme et de renforcer le positionnement d parmi les meilleures II business schools internationales. Cette ambition, portée par Bernard Ramanantsoa, directeur général d, et Daniel Bernard, président de la Fondation, est déjà une réalité. Le classement annuel des «Masters in management», publié fin 2007 par le Financial Times, place en effet au 1 er rang en Europe pour la 4 e année consécutive, sur 50 écoles listées. «Ce classement confirme que les efforts d, engagés depuis plusieurs années dans une dynamique d innovation pédagogique et d internationalisation de son corps professoral, portent leurs fruits dans la visibilité et la compétitivité de notre programme Grande Ecole», souligne Bernard Ramanantsoa. Des efforts qu entend bien poursuivre grâce à la campagne de collecte lancée par sa fondation ce 17 octobre. Son objectif est de lever quelque 100 millions d euros sur 5 ans. Déjà l équipe dédiée au fundraising table sur 38% de promesses de dons. La générosité des anciens n est pas un vain mot. MARINA STEIN L initiative privée au service des citoyens TRIBUNE Considérer la philanthropie comme un acteur économique est loin d être une évidence tant le tabou de l argent est encore fort en France. Cependant, une profonde évolution est aujourd hui en marche, qui voit des initiatives privées agir dans des secteurs jusqu ici réservés à l Etat. Quand l initiative privée bénéficie à la collectivité, selon les vœux de Tocqueville. La Révolution française a défini l intérêt général comme étant celui de la volonté générale, de la collectivité, donc celui du peuple. L article 6 de la Déclaration des droits de l homme et du citoyen précise d ailleurs que «la - 17 octobre loi est l expression de la volonté générale». C est la raison pour laquelle la fiducie (dont le pilier central est la confiance et l outil principal le trust) est interdite en France au bénéfice des fondations d utilité publique. Dans l Hexagone, c est la collectivité qui prend en charge les problèmes individuels, autrement dit, on se méfie de l initiative privée Alors que dans les pays anglosaxons, l intérêt général se définit plus simplement comme étant la somme des intérêts des particuliers. Dans ces pays, l individu doit se débrouiller seul, et par conséquent, il prend l initiative de réaliser aussi des opérations d intérêt général, qui plus est quand elles sont destinées à améliorer la condition des individus. La philosophie anglo-saxonne est basée sur la confiance (en anglais trust!), à savoir que l on incite l initiative privée au bénéfice de la collectivité A l image de ce «libéralisme» si bien décrit et salué par Alexis de Tocqueville. Endiguer la fuite des cerveaux Et pourtant, c est bien en France que s opère depuis peu un véritable changement d attitude, tant psychologique, structurel que sociétal. On assiste à l amorce d une véritable évolution quant à notre conception de l intérêt général. Serions-nous enfin sevrés de la mère nourricière étatique? Pour preuve, les trois dernières lois votées dans notre pays : la loi Aillagon (août 2003), la loi TEPA (août 2007) et LME (août 2008). Chacune vient souligner de façon exemplaire l importance qu accorde désormais notre exécutif à l initiative privée, c est-à-dire à l initiative citoyenne, au bénéfice de l intérêt général. L un des domaines d application majeurs de la philanthropie avec un réel impact quantifiable est celui de l enseignement et de la recherche. Si bien des Etats anglosaxons l ont compris depuis des décennies, notre pays semble le découvrir depuis peu. Aujourd hui, e n France, seules quelques grandes écoles et quelques rares universités éclairées très peu encore d établissements universitaires ou secondaires ont recours à la philanthropie pour les aider dans leur développement. Or, ce domaine essentiel pour notre pays représente une part importante de la valeur ajoutée nationale française. Au lieu de cette fuite des cerveaux français vers les universités et les centres de recherche étrangers à laquelle nous assistons tristement, verrons-nous grâce à l action philanthropique française le maintien, voire le retour, de nos cerveaux en France? Osons le croire. FRANÇOIS D ORMESSON

3 Le monde de la compétitivité - ENJEUX Le «charity business» investit l enseignement supérieur ÉTAT DE L ART Si la «culture du don» a émergé dans toutes les sphères de la société française, l enseignement supérieur français en est encore aux prémices de la collecte de fonds privés. L analyse de Yaële Aferiat, directrice de l Association française des fundraisers. «Collecter des fonds privés dans l enseignement supérieur? L idée fait son chemin en France depuis quelques années, sur les pas des universités américaines. Mais il existe encore une distinction importante entre les grandes écoles et les universités», précise Yaële Aferiat, directrice de l Association française des fundraisers (AFF). De fait, ce qui fait la réelle spécificité du système français, c est le système des grandes écoles qui se différencie de celui des universités où la sélection des candidats est interdite. Si ces établissements ne représentent que 5,4% des effectifs de l enseignement supérieur, ils forment près de 40% des diplômés Bac+5. Or, engagés pour certains dans une compétition au niveau mondial, ils ont besoin d argent pour financer des programmes de recherche, attirer des étudiants étrangers, acquérir de nouveaux équipements technologiques. Jusqu à présent, les entreprises occupaient une place centrale dans les cibles du fundraising de ce secteur, l origine de ce phénomène étant à trouver dans la tradition de collecte de la taxe d apprentissage mais aussi de l importante présence «d anciens» à des postes décisionnaires au sein de grosses entreprises. Désormais, les grands donateurs privés sont une cible privilégiée. «Dans les grandes écoles de commerce ou d ingénieurs, les réseaux d anciens mènent bien souvent dans les hautes sphères économiques», explique Yaële Aferiat. «Mais la recherche de prospects à haut potentiel ne s arrête pas à ça. Elle se base sur l exploration de toutes les sources d informations et bases de données existantes capables d identifier des personnes susceptibles d avoir une affinité, un intérêt à faire un don à l institution.» Des freins culturels Comme dans le secteur caritatif, ces collectes de fonds ne s improvisent pas. L existence d un projet bien défini est un préalable incontournable, tout comme la définition d un mode de gouvernance. «La dynamique doit toujours être insufflée par le haut, mais aussi être mobilisatrice, savoir motiver le plus grand nombre», souligne Yaële Aferiat. Un message clair est indispensable : quel intérêt le donateur a- t-il à choisir son ancienne école plutôt qu une autre «cause»? Comment son argent sera-t-il utilisé? Le projet doit aussi permettre de lever les résistances. Objectif : 100 millions d euros en 5 ans COLLECTE DE FONDS La Fondation a mis en place une structure dédiée à la collecte de fonds auprès de donateurs privés. Son objectif? Toucher le cœur des anciens élèves! Des outils et techniques de marketing direct sont employés pour obtenir des dons. Sandra Morand, directrice de développement Fonds Annuel, et Barbara de Colombe, directrice de développement Grands Donateurs. Ce 17 octobre, lance la plus grande collecte de fonds de son histoire. Objectif avoué : lever 100 millions d euros sur 5 ans, et en capitaliser la moitié. Derrière cette campagne ambitieuse, il y a évidemment un projet, celui de relever les défis de la compétition mondiale. Il y a aussi une équipe, menée par Barbara de Colombe, directrice de développement Grands Donateurs, et Sandra Morand, directrice de développement Fonds Annuel. Les deux jeunes femmes font partie du cercle encore restreint en France des spécialistes du fundraising dans l enseignement supérieur. Leur objectif? Développer les dons des personnes privées «des dons beaucoup moins volatiles que le mécénat d entreprise». Débauchées de l Insead il y a un an, elles appliquent à des méthodes acquises également aux Etats-Unis, la première à Harvard, la seconde à Dartmouth College. Et travaillent en parfaite complémentarité car, à l image des établissements américains, a créé deux portefeuilles distincts : celui du fonds annuel accueille des promesses de dons de euros au maximum et celui des grands donateurs est dédié aux dons d un montant supérieur. Les deux démarches leur semblent aussi importantes l une que l autre : «L engagement des grands donateurs est emblématique, mais la mobilisation de tous les diplômés est vitale pour développer une philanthropie pérenne.» Le message avant tout Pour toucher le cœur des anciens, les deux fundraisers ont élaboré une stratégie qui repose sur sept étapes : l identification des prospects, l approche, l engagement, la sollicitation, la finalisation du don, les remerciements et la fidélisation. Pour le fonds annuel, deux ou trois actions de marketing direct sont mises en place chaque année. «On insiste sur les dons collectifs, les anniversaires de promotion (10 ans, 20 ans ), les groupements d entreprises ou encore les groupements régionaux, en Angleterre et aux USA essentiellement», développe Sandra Morand. A titre individuel, certains événements incitent également à donner, par exemple quand ses propres enfants intègrent l école. «Les anciens susceptibles de devenir Grands donateurs, eux, sont identifiés et seront approchés individuellement», renchérit Barbara de Colombe. Si les outils marketing sont sensiblement les mêmes que dans les autres grandes écoles, ce qui fait la force d, c est son message : «la stratégie est claire, les défis incontestés». Résultat, la majorité des personnes sollicitées accepte de contribuer et souhaite rendre à l école un peu de ce qu elle leur a donné. «Nos arguments lèvent les blocages et le cadre fiscal encourage la philanthropie en France», résume Barbara de Colombe. Y compris auprès des plus jeunes, auxquels Sandra Morand a su adapter ses messages et outils, en travaillant sur des techniques de marketing viral, notamment sur le web. La Fondation peut, en tout cas, se réjouir déjà des premiers résultats de l équipe «Relations individus», puisque les dons privés ont aujourd hui pris le pas sur les partenariats d entreprises. L objectif américain où les personnes physiques représentent 80% des donateurs des grandes universités se rapproche. Et à la veille du lancement de la campagne de don, la fondation peut déjà compter sur 40 millions d euros de promesses engagées A.-C. M. Ainsi, le fundraising est bien souvent envisagé comme une «privatisation» de l enseignement. La crainte sous-jacente est celle de voir l Etat se désengager financièrement d établissements ayant recours aux fonds privés. «Avant de se lancer, l université Si le fundraising présente un caractère très récent en France, ce n est pas le cas aux Etats-Unis, où cette tradition est fortement ancrée. Les universités privées ont bien souvent pu voir le jour, à la fin du siècle dernier, grâce à la générosité de quelques grands philanthropes. Les réseaux d anciens, très structurés (les alumni), sont partie intégrante de la culture américaine. Et désormais, les fundraisers y forment une profession reconnue et Le fundraising est une pratique courante aux Etats- Unis. Quels en sont les principaux usages? Etre donateur, c est adhérer à des valeurs communes, exprimer sa reconnaissance, sa fidélité et son lien envers une communauté éducative et participer à un grand projet d avenir. L école s appuie sur un solide réseau d anciens diplômés qui contribuent au succès de notre institution. La transparence financière est l une des composantes essentielles d Oxford s était d ailleurs assurée d une déclaration politique selon laquelle la participation étatique à son financement ne changerait en aucun cas du fait du recours à la levée de fonds privés», rappelle Yaële Aferiat. Des freins culturels peuvent également apparaître. Bien que certaines écoles aient une culture très forte qui marque les élèves, l adhésion à l association des anciens est souvent la seule démonstration de leur attachement. Les objections les plus communes sont du type : «j ai déjà payé pour mes études», ou encore : «je paye ma cotisation à l association des anciens, c est suffisant». Investir pour recevoir Mais la volonté politique et le projet ne suffisent pas. Les écoles doivent aussi Et ailleurs dans le monde? de la collecte de fonds. Il importe d informer les donateurs de l utilité de leurs dons (recrutement, octroi de bourses, innovations pédagogiques, travaux de rénovation, etc). D où proviennent vos dons? A qui en appelezvous? Nous en appelons prioritairement à la mobilisation des diplômés. Une manière, pour eux, d exprimer leur reconnaissance à l institution qui les a formés et de participer à un grand projet structurée, à laquelle les universités font appel au même titre que les ONG. Le résultat de décennies de dons et legs de la part des anciens élèves, de leurs familles et de leurs entreprises, se trouve aujourd hui capitalisé dans des «endowments» gigantesques qui sont placés et produisent des intérêts. Pour certaines universités, ce capital atteint un montant considérable (plus de 30 milliards de dollars à Harvard l an passé, ayant produit plus de d avenir. Nos ressources sont ainsi principalement constituées des dons de nos quelque anciens élèves mais également de nos entreprises partenaires, des fondations et autres «grands donateurs». Tous ont établi des liens très forts avec l école et parient sur la pédagogie pour former nos leaders de demain! Vous collectez des fonds auprès des entreprises. Peut-on parler de contrat «gagnant-gagnant»? Effectivement, il importe La New York University Stern School of Business (NYU Stern) a instauré, en association avec la London School of Economics and Political Science (LSE) et Paris, l Executive MBA TRIUM, un programme international de formation de cadres de direction. être capables de réunir un certain nombre de moyens humains et techniques. Il faut pouvoir constituer une équipe qualifiée et formée et être prêt à des investissements conséquents pour mener un fundraising efficace. A titre d exemple, en 1997, Harvard a dépensé pas moins de 35 millions de dollars, pour une récolte de 427 millions de dollars. Son bureau de développement emploie 250 collaborateurs aidés par 4000 anciens élèves! «Il apparaît pourtant que certains directeurs se comportent comme si le simple fait de dire banco! suffisait à permettre à une équipe déjà en place, avec des journées bien remplies, de mener des actions à même de générer des millions d euros», déplore Yaële Aferiat. Laquelle conseille de poser les jalons avant de recruter, d analyser précisément ses besoins (marketing, juridiques, etc.) quitte à se faire accompagner par des professionnels du fundraising. «Mais il y a aujourd hui plus de besoins que de personnes formées.». Quant aux outils techniques issus du marketing direct (mailing, dons sur Internet, mailing, appel au legs, etc.) ils ont déjà été développés pour les associations caritatives mais doivent être adaptés à ce nouvel usage. «s est donné les moyens de ses ambitions. Il bénéficie d une équipe très professionnelle et peut compter sur des anciens très mobilisés. D ailleurs, désormais, 50% des donateurs sont des personnes privées, 40% des entreprises. La tendance s est inversée par rapport à il y a 3 ans.», conclut la directrice de l AFF. ANNE-CHARLOTTE MARIE 550 millions de dollars). En revanche, la France n est pas à la traîne par rapport à ses voisins européens. En effet, malgré l importance du charity business en Angleterre, la première campagne n a été menée qu en 1986 à Oxford. Et dans le reste de l Europe continentale, la première campagne a été menée en Suède (pays pourtant connu pour sa forte pression fiscale) par la Chalmers University en A.-C.M. «La transparence est l une des composantes essentielles de la collecte de fonds» MODÈLE AMÉRICAIN La New York University Stern School of Business compte parmi les meilleures business schools d Amérique. Le fundraising, ou collecte de fonds, participe indéniablement à l excellence de cette institution. Thomas F. Cooley, doyen de la Stern School of Business, nous en explique les fondamentaux. Thomas F. Cooley, doyen de la Stern School of Business. de mobiliser les entreprises et de leur proposer les talents les mieux armés. Ces dernières ont ainsi accès à nos différents travaux de recherche. Nombre d entreprises recrutent d ailleurs directement sur le campus, contribuant ainsi au renforcement des liens avec l école. Nous multiplions rencontres et événements afin qu anciens élèves et étudiants partagent perspectives professionnelles et visions d avenir. Quelles sont vos ambitions pour demain? Mobiliser les étudiants les plus méritants, recruter les meilleurs enseignants pour ainsi créer une communauté intellectuelle, contribuer au développement de la société de la connaissance et s imposer comme un interlocuteur dans les débats relatifs au rôle de l entreprise dans notre société. SOPHIE BROYET - 17 octobre III

XX IÈME EDITION. Bernard Ramanantsoa Directeur Général d HEC Paris

XX IÈME EDITION. Bernard Ramanantsoa Directeur Général d HEC Paris 3 En 2005, trois étudiants de l école lançaient sur le campus le premier Class Gift des Elèves, illustrant par leur action solidaire l entraide qui fait la force du réseau HEC. Jamais démenti depuis, cet

Plus en détail

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS!

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS! Campagne de Développement 2010-2012 Ensemble, développons RMS! RMS : une stratégie de développement dans laquelle s inscrit la Fondation Les valeurs de RMS Innovation et esprit d entreprise Excellence

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat. Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209

Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat. Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209 Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209 Sommaire Présentation Motivation Contexte Définition Caractéristiques juridiques Caractéristiques

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Matinale Economie sociale et solidaire

Matinale Economie sociale et solidaire Matinale Economie sociale et solidaire Le 21 octobre 2014 Patrick Chavalle 06-19-65-28-81 1 Les fonds de dotation 2 Les fonds de dotation 1 847 fonds de dotation au 31 août 2014 45 % en Ile de France Action

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Les fondations en questions Gouvernance, spécificités comptables, avantages fiscaux Découvrez les règles propres aux différents types de fondations 1 - Quelles sont les

Plus en détail

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation]

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] [Loi n o 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l économie, JO du 5 août 2008] Article 140 [Définition Création]

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine DOSSIER DE PRESSE www.dauphine.fr 1 Présentation de l Université Paris-Dauphine L Université Paris-Dauphine est un grand établissement d enseignement supérieur exerçant des activités de formation (initiale

Plus en détail

Présentation du fonds de dotation

Présentation du fonds de dotation Présentation du fonds de dotation Mardi 9 avril 2013 Lors de l Assemblée Générale de la FEVIS (Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) 10 rue Coquillière 75001 PARIS Maître Laurent

Plus en détail

M2 / MBA NOUS SOUTENIR PARIS 2 DROIT DES AFFAIRES MANAGEMENT GESTION. La Taxe d Apprentissage

M2 / MBA NOUS SOUTENIR PARIS 2 DROIT DES AFFAIRES MANAGEMENT GESTION. La Taxe d Apprentissage M2 / MBA PARIS 2 DROIT DES AFFAIRES MANAGEMENT GESTION NOUS SOUTENIR La Taxe d Apprentissage ÉDITO Chers donateurs et partenaires, Chers amis, Les Professeurs Jérôme Duval Hamel et Antoine Gaudemet, Co-Directeurs

Plus en détail

Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009

Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009 Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009 Introduction André HOCHBERG, Président de France générosités Restitution

Plus en détail

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009

CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 CHARTE DES BOURSES DU 6 OCTOBRE 2009 MISE A JOUR LE 27 JUIN 2012 CHARTE DES BOURSES DE LA FONDATION PALLADIO Le programme de bourses de la Fondation Palladio, sous l égide de la Fondation de France, vise

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Executive MBA Paris Chicago - Moscou Année universitaire 2011-2012 Donnez-vous les moyens d exprimer votre potentiel et de faire vivre vos projets. Pris par vos responsabilités managériales et focalisés

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique?

Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique? Conseillers en gestion de patrimoine Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique? sommaire Pourquoi recommander la Fondation de France à vos clients? Pour son expertise Pour son offre

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Un guide simple et clair pour garder le cap

Un guide simple et clair pour garder le cap MODE D EMPLOI Un guide simple et clair pour garder le cap ÉDITO Une marque commune, une ambition unique, une même envie de construire notre avenir Récemment baptisée NEOMA Business School, notre Ecole

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Les structures dédiées au mécénat

Les structures dédiées au mécénat N 5 LES REPÈRES Admical Structures généralistes Création Bases juridiques Objet Fondateurs Procédure de constitution Personnalité juridique Durée Fondation reconnue d utilité publique (FRUP) Loi n 87-571

Plus en détail

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 L alternance contribue à renforcer la professionnalisation des étudiants. Elle offre une véritable voie de sociabilisation

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Vue d ensemble de l atelier Qui nous sommes et nos qualifications en animation d atelier Définir les commandites et la philanthropie Tendances

Plus en détail

La modernisation des modes de financements des structures publiques

La modernisation des modes de financements des structures publiques La modernisation des modes de financements des structures publiques Ou Mécénat et fundraising : quels enjeux pour les agents comptables d université? Nantes 4 Juin 2015 Yaële Aferiat, AFF et Jean-Marc

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat I Notre organisme a) Les Statuts juridiques La Fondation Objectif Grandes Ecoles ne dispose pas de statuts propres puisqu elle est sous égide

Plus en détail

Association des professionnels de santé libéraux de. Association déclarée. Siège social

Association des professionnels de santé libéraux de. Association déclarée. Siège social Association des professionnels de santé libéraux de Association déclarée Régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social PREAMBULE L évolution de la demande de soins, les mutations épidémiologiques,

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Quelques constats pour commencer! Les associations, un acteur majeur de la vie sociétale Près de 1,1 million d associations en France 20

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

Le marche franc ais est-il capable d'absorber une 2e me se rie de campagnes majeures

Le marche franc ais est-il capable d'absorber une 2e me se rie de campagnes majeures Le marche franc ais est-il capable d'absorber une 2e me se rie de campagnes majeures Barbara de Colombe, Déléguée Générale Fondation HEC Nathalie Levallois Directrice Adjointe de la Stratégie & Développement

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Et si le class gift s invitait chez vous? Céline Garsault (INSEAD) Léa Sarica (Fondation HEC)

Et si le class gift s invitait chez vous? Céline Garsault (INSEAD) Léa Sarica (Fondation HEC) Et si le class gift s invitait chez vous? Céline Garsault (INSEAD) Léa Sarica (Fondation HEC) Questions abordées 1) Définition du Class Gift 2) Quelles conditions réunir pour lancer et structurer un Class

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises

L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises Paris, le 5 octobre 2011 L Institut de l entreprise publie un rapport sur

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

EMLYON Business School Préparer des entrepreneurs pour le monde

EMLYON Business School Préparer des entrepreneurs pour le monde EMLYON Business School Préparer des entrepreneurs pour le monde Mission EMLYON est une institution européenne dans la tradition des «Grandes Écoles Françaises» dédiée à l apprentissage du management entrepreneurial

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

construisons ensemble les savoirs de demain

construisons ensemble les savoirs de demain construisons ensemble les savoirs de demain «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

CONTRIBUTION APPRENTISSAGE ESC CLERMONT

CONTRIBUTION APPRENTISSAGE ESC CLERMONT CONTRIBUTION APPRENTISSAGE ESC CLERMONT 2013 (( Ne parlons plus de taxe quand il s agit de contribuer à la formation et à l avenir des jeunes)) Votre contribution, en 2012, a notamment permis : Un nombre

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

STATUTS. «La Tortue Bleue- fonds de dotation pour l emploi»

STATUTS. «La Tortue Bleue- fonds de dotation pour l emploi» STATUTS «La Tortue Bleue- fonds de dotation pour l emploi» L an DEUX MILLE QUATORZE, Le 18 février, A Paris, Claire Chamarat Sophie Duval Florence de Haas Pascal Malnou Bruno Paillet Didier Saco Xavier

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR Essilor International 147, rue de Paris 94220 Charenton-le-Pont, France www.essilor.com Conception et réalisation : lilcreative les PrInCIPes et Valeurs essilor 2 FACILITER

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie APPRENTISSAGE Une insertion professionnelle réussie L APPRENTISSAGE À NEOMA BUSINESS SCHOOL Pascal Choquet Responsable Apprentissage NEOMA Business School «L apprentissage est reconnu comme le meilleur

Plus en détail