Économie Nouvelles technologies HEC Finance Témoignages Management

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Économie Nouvelles technologies HEC Finance Témoignages Management"

Transcription

1 Le magazine de la Junior Entreprise HEC de Lausanne Économie Nouvelles technologies HEC Finance Témoignages Management Édition n

2 Impressum Editeur : Junior Entreprise HEC Lausanne - Internef, CH-1015 Dorigny, Tél. +41 (0) Responsables : Carolina Decurninge, Julian Zbar, Maxence Blanc Design : Pigment Communication Design - Crédits photos : istockphoto, Photocase, DR Imprimeur : SRO-Kundig, Genève Distribution : Universités suisses, EPFL et milieux Professionnels de Suisse Romande Copyright 2011 Junior Entreprise HEC Lausanne

3 Echos Money Édition n / 2012 Introduction 1 Carolina Decurninge Julian Zbar Maxence Blanc Équipe Echos Money, année 2010/2011 Éditorial Chères lectrices Chers lecteurs L équipe de l Echos Money est fière de vous présenter la 17 ème édition du magazine annuel de la Junior Entreprise. Depuis 1985, la Junior Entreprise s est imposée comme le lien le plus fort entre les étudiants des HEC Lausanne et le monde professionnel, considérant ce lien comme précieux. Ainsi, notre association à travers ses diverses activités se consacre à faciliter ces échanges. Chaque année, l équipe de l Echos Money s investit pour offrir un magazine innovant, abordant des thèmes passionnants, liés aux enjeux économiques: cette 17 ème édition n a pas dérogé à la règle. Cette année, l équipe de l Echos Money a eu l audace de mettre en avant une couverture conceptuelle et inédite. A première vue, des simples pixels mis côte à côte, mais observé avec un peu de recul, l image laisse apparaître une scène du quotidien. Face aux enjeux complexes pouvant survenir, n est-il pas juste de prendre du recul afin d évaluer leurs ampleur pour mieux les maitriser? Aussi, nous adressons nos plus sincères remerciements aux partenaires, sponsors, et auteurs sans qui, la réalisation de ce magazine serait impossible. Enfin, nous souhaitons à nos lecteurs autant de plaisir que nous en avons eu à préparer cette 17 ème édition.

4 2 Echos Money Édition n / 2012 Introduction Introduction 01 Éditorial 05 Le mot du Président L environment économique Suisse 08 À quoi sert la competitivite? Conversation avec Lady Gaga 11 Comment se financent les start-up? 13 Young Enterprise Switzerland Monter sa boîte à 17 ans Nouvelles technologies 18 Sécurité de l information: Comment se protéger au quotidien? 22 Résaux sociaux, et après? 26 Qu est-ce que le Crowdsourcing? Finance 30 Microfinance et les entrepreneurs sociaux 34 Les nouveaux enjeux de la gestion de crise 37 La valeur des gérants spécialisés sur l activisme financier

5 Echos Money Édition n / 2012 Introduction 3 Management 42 La Gamification 44 Décoder l ADN de l Entrepreneur On ne naît pas entrepreneur, on le devient 46 Management Responsable: Paroles dans le vent ou vent du renouveau? Témoignages 50 Ne devenez pas des spécialistes! 51 Mongol Rally Le plus petit quotidien du monde HEC 56 Les rankings: un outil de communication stratégique pour les business schools 58 Le Professeur préféré des 1ères HEC 62 Nouveaux professeurs HEC Lausanne Junior Entreprise 64 Présentation 66 Mot de la Coupe de Golf 67 Business Game 71 L équipe

6 Day one is your time to shine Day one. It s when you show what you re made of. When the doors are opened and the future lies in front of you. When your views count and making a difference is part of the job. From the day you join us, we re committed to helping you achieve your potential. So, whether your career lies in assurance, tax, transaction, advisory or core business services, shouldn t your day one be at Ernst & Young? Take charge of your career. Now. ey.com/ch/careers 2009 Ernst & Young Ltd.. All Rights Reserved.

7 Echos Money Édition n / 2012 Introduction 5 Christopher Chartier Président de la Junior Entreprise HEC Année 2010/2011 Le mot du Président La Junior Entreprise est une association qui nous permet de mettre un premier pas dans la vie professionnelle essentiellement à travers l organisation d évènements et la réalisation de mandats. Elle permet de se tester sur de nombreux points, de se faire un réseau, des amis et d acquérir une expérience précieuse. Nos partenaires ainsi que les mandats que nous réalisons nous donnent une importante marge de manœuvre. Si un membre à une idée, qu elle fait l unanimité et que le budget le permet, alors nous la mettons en place. Ce sentiment de totale liberté, cette impression de pouvoir créer et améliorer donne un tout autre visage à cette association. J avais pour coutume de dire que tout était réalisable, la Junior Entreprise m a donnée raison. Ainsi, en tant que Président, j ai fait le choix d assimiler la JE à une petite société. Aujourd hui, une entité qui n innove pas, qui ne se développe pas ou qui ne fait pas de provisions n a pas d avenir. Cette année, malgré le climat d incertitude et de crise, nous avons essayé de croitre un maximum tout en renforçant la pérennité de l association. La générosité, la motivation et l investissement personnel de chacun des membres nous a permis d avancer, de progresser et surtout de faire évoluer notre association. Une convivialité certaine est alors apparue donnant naissance à un climat familial où les membres faisaient leur travail avec plaisir et envie. Je souhaite encourager chaque étudiant à intégrer une association. Peu importe laquelle, elles vous apporterons toutes une grande expérience. Vous apprendrez, vous développerez vos connaissances, vos ambitions et vous aurez un premier aperçu de ce qu est le monde professionnel. Je tiens à féliciter tous les membres avec lesquels j ai eu tant de plaisir à travailler cette année. Je souhaiterai également remercier, au nom de la Junior Entreprise, nos nouveaux partenaires, PricewaterhouseCoopers et HEC pour leur soutien, ainsi que tous nos sponsors qui nous ont permis de réaliser nos événements.

8 L environment économique Suisse En bénéficiant de sa notoriété et de l innovation, la Suisse maintient sa position de référence économique. 08 // À quoi sert la compétitivité? Conversation avec Lady Gaga 11 // Comment se financent les start-up? 13 // Young Enterprise Switzerland Monter sa boîte à 17 ans

9

10 8 Echos Money Édition n / 2012 Économie Auteur : Stephane Garelli Professeur associé à HEC Professeur à l IMD Directeur du Centre pour la Compétitivité Mondiale à quoi sert la compétitivité? Conversation avec Lady Gaga

11 Echos Money Édition n / 2012 Économie 9 Ma terreur ce sont les cocktails et les personnes, au demeurant bien intentionnées, qui me demandent de leur expliquer «en deux mots» la compétitivité. et pourtant elles ont raison. Le savant britannique Ernest Rutherford, le père de la physique nucléaire, disait volontiers «une bonne théorie doit être assez simple pour pouvoir s expliquer dans un bar». Alors que dirais-je à Lady Gaga si elle s approchait de moi dans un cocktail et me demandait tendrement: «professeur, à quoi sert la compétitivité?» (Là, je fantasme un peu ). Et bien, répondrais-je, la compétitivité est probablement le terme le plus utilisé et le plus abusé de l économie moderne: 42 millions de résultats pour une recherche en anglais sur Google! Ce n est pas mal pour un concept que l on me disait ne pas s appliquer aux pays quand j ai commencé mes recherches il y a 30 ans. Alors qu est-ce? Intuitivement, la plupart des personnes interrogées répondent: «c est être meilleur que les autres». Ce n est pas faux mais c est insuffisant. Si je suis excellent à taper à la machine à écrire ou à envoyer des télégrammes en code Morse, je suis compétent mais pas compétitif. Comme le disait Peter Drucker, «il n y a rien de plus inutile dans la vie que de faire bien quelque chose dont personne n a besoin.» La compétitivité implique donc un choix, celui d une activité où notre valeur ajoutée dépasse celle des autres. Mais comment définir cette valeur ajoutée? A la surprise de certains, ce n est pas nécessairement une activité où nous excellons. Si je suis un bon conducteur de voiture (une hypothèse ), j ai peu d intérêt à en faire mon métier car des millions d autres personnes conduisent presque aussi bien que moi. Si je suis un mauvais professeur (une autre hypothèse ) mais que les autres professeurs sont franchement très mauvais (une absurdité ), j aurais quand même intérêt à rester dans l enseignement car la différence entre moi-même et mes collègues est plus grande qu ailleurs. David Ricardo a dit la même chose dans sa théorie des avantages comparatifs. Mais faire un choix par rapport à quel objectif? La compétitivité n est pas un but en soi mais un moyen très puissant d atteindre ce but. Or ces buts changent selon les trois grands acteurs de l économie: les entreprises, les personnes et les états. Pour les entreprises, l objectif est la profitabilité. Pour les personnes c est probablement le niveau de vie voire même la recherche du bonheur («ce concept nouveau en Europe» disait Saint Just) et que l on retrouve aussi énoncé dans la Déclaration d Indépendance américaine. Pour

12 10 Echos Money Édition n / 2012 Économie les états, c est un peu plus compliqué. Un chef d état ou de gouvernement serait probablement d accord pour dire que son action devrait conduire à la «prospérité» de la population. Comment la définir? A notre avis, la prospérité c est la croissance économique plus «quelque chose d autre». Ce «plus» change selon le degré d évolution économique d un pays. Au Bengladesh, la prospérité c est la croissance économique plus un toit et de la nourriture pour chacun. En Suisse, c est la croissance économique plus le développement durable. Il existe pour chaque pays une échelle des valeurs qui lui est propre, qui évolue avec le temps et qui détermine son succès autant que la performance économique. A ce stade, tout se complique. En effet malgré des objectifs différents, ces trois acteurs - entreprises, personnes et états - sont tous confrontés au même problème: ils ne peuvent pas tout faire. Une entreprise ne peut pas vendre de la nourriture pour animaux et des turbines, une personne ne peut pas être à deux endroits en même temps (même si les politiciens essaient ) et un pays ne peut pas exceller dans la fabrication du chocolat et la sidérurgie lourde. La compétitivité est donc la capacité d identifier les bons objectifs puis de mobiliser un maximum de ressources pour y arriver. Cette approche «grand angle» en fait tout l intérêt. Lors de mes études, l économie était essentiellement une affaire de taux d intérêts, de balances des paiements, de termes de l échange et autres sujets tout aussi fascinants. Aujourd hui, la compétitivité a ajouté à l économie l éducation, les systèmes de valeurs, la technologie, l efficacité des administrations, la gestion de la réputation, l éthique et la transparence, le développement durable, etc. En fin de compte, nous sommes aussi en concurrence avec des notions souvent intangibles comme nos mentalités, un autre sujet fascinant de la compétitivité moderne. Et voilà «en deux mots» ce qu est la compétitivité! A ce stade, je me rends compte que Lady Gaga a disparu World Competitiveness Center Plus d informations sur: /centers/wcc/index.cfm

13 Echos Money Édition n / 2012 Économie 11 Auteur : Nicolas Gamard CEO & Co-Founder of salsadev Comment se financent les start-up? Lors de mes deux dernières années en tant qu entrepreneur, j ai réalisé que créer une société informatique durable et en croissance requiert deux choses fondamentales. Je précise au passage que cet article traite des entreprises informatique (logiciels plus précisément), car des jeunes entreprises dans d autres domaines d activités et marchés peuvent faire face à des challenges et problématiques significativement différents. Ces deux choses fondamentales nécessaires à construire une société pérenne, selon moi, sont les gens et le financement. Par gens, je me réfère à des personnes passionnées, compétentes et visionnaires capable de transformer une idée en produit qui réponde aux besoins précis du marché. Par financement, je me réfère au cash disponible à la banque, qui permet de payer les salaires, les ordinateurs et les frais de voyage à la fin de chaque mois. Dans cet article, je me penche sur l aspect financement en précisant son impact sur les start-ups innovantes à travers chaque étape de développement. Early Seed Funding Au commencement de chaque projet, des fonds «d amorçage» sont nécessaires pour acheter du matériel, louer des bureaux, etc. qui permettront à l entreprise de démarrer. Ces fonds sont typiquement destinés à la création d un prototype, un 1er business plan, ou pour couvrir différents frais pouvant survenir. A ce stade, l entreprise étant très risquée, l entrepreneur va chercher ces fonds là où ils sont disponibles: ses propres économies, ses amis, la famille ou d autres organismes spécialisés. C est ce qu on appelle en Anglais les «FFF»: Friends, Family and Fools. Une autre option, beaucoup plus utilisée aux Etats-Unis, consiste d épuiser les fonds disponible sur sa carte de crédit! En rétrospective, en regardant des entreprises qui ont connu un succès énorme, il est très facile de penser qu on «aurait dû investir dans l entreprise au tout début». En réalité, une grosse majorité de startup ne voient jamais le jour à cause d une trop forte aversion au risque lors de cette étape early-stage.

14 12 Echos Money Édition n / 2012 Économie Astuce Astuce Astuce Une Deux Trois SOYEZ PRÉCIS PARTEZ LARGE SOYEZ PRÉPARÉS A cette étape, la précision est un atout (c.à.d. quels sont les besoins exacts en financement, les conditions, etc.). Cette précision contribuera à créer une structure robuste sur la quelle l entreprise pourra se reposer et fonctionner dans le future. Seed Funding Le seed funding a lieu quand l entreprise génère de l intérêt dans la communauté (investisseurs et clients) grâce à ses prototypes, ses projets clients ou son business plan. A ce stade, quelques business angels, ou des «petits» investisseurs pourraient voir le potentiel de l idée, l équipe et le marché, et montreront un intérêt pour investir ou bien contribuer à la start-up d une façon ou d une autre. Assurer un financement externe à ce stade requière beaucoup de travail de la part des fondateurs, ainsi qu une évaluation des différentes options possibles (fonds propres, dette, dette convertible, etc...). Les entrepreneurs pourraient échouer dans cette phase s ils n abordent pas une quantité d alternatives suffisantes. En Suisse particulièrement, il existe beaucoup de possibilités différentes. Au pire, à la sortie de ces discussions, l entreprise sera enrichie des perspectives, contacts et idées d un nombre important d investisseurs. Later-Stage Funding Ce stade de financement, qui est généralement appelé «financement de croissance», se concentre sur le fait d élargir les ventes et les activités de marketing sur la base des produits/services développés dans les phases antérieures. A ce stade, les fondateurs et investisseurs sont conscients qu ils ont un bon produit ou service entre leurs mains, et des fonds supplémentaires sont nécessaires pour accélérer les ventes (embaucher des vendeurs, mener des activités de marketing plus avancées, etc ). Personnellement, je ne peux pas parler de mes propres expériences à ce niveau, mais il me semble que le financement de croissance a lieu quand toutes les parties actives dans la transaction sont convaincues que l entreprise informatique est bientôt prête pour être vendue ou pour une introduction en bourse (IPO, voir la partie suivante). IPO L IPO est l ultime objectif et accomplissement pour les entrepreneurs en informatique! La réglementation pour introduire une entreprise en bourse est assez stricte et y parvenir est généralement considéré comme un très grand succès. Un exemple récent est celui de l entreprise de réseaux sociaux LinkedIn qui a fait une IPO en Mai 2011: les actions ont décollées de 171% lors du premier jour de trading sur la bourse New-Yorkaise! D autres géants du web tel que Facebook et Groupon ont planifiés de faire pareil plus tard dans l année...les résultats sont à voir! Soyez préparés pour tenir la distance. Avez-vous les compétences nécessaires dans votre équipe pour lever des fonds? Quels sont vos plans si vous n arrivez pas à lever des fonds? Que se passera-t-il si cela prend cinq fois plus de temps que prévu? Etes vous prêt à relever le défi?

15 Echos Money Édition n / 2012 Économie 13 Auteur : Vincent Barras Program Manager de Young Enterprise Switzerland Monter sa boîte à 17 ans En suisse l année passée, plus de 100 petites entreprises ont été fondées par des collégiens qui participent au company program de Young Enterprise Switzerland. Young Enterprise Switzerland est une organisation à but non-lucratif dont la mission est de rapprocher le monde économique des jeunes dans les écoles. Dans le cadre du Company Program, des collégiens créent et exploitent une vraie entreprise durant une année scolaire. A la reprise des cours au mois d août, des équipes de 5 à 8 collégiens sont formées au sein des classes participantes. Des fonctions telles que CEO, CFO, CMO, CPO ou encore secrétaire, et oui, il en faut bien un ou une, sont réparties au sein du groupe. La mission première des jeunes entrepreneurs pour les prochains mois: concevoir, produire puis commercialiser un produit. Les produits développés par les collégiens font preuve d une créativité sans borne. On y trouve des trousses faites de chambres à air recyclées, des agendas doublés de plaques d immatriculation américaines, des ceintures avec des coupures de journaux pour décoration ou encore des étuis pour téléphones portables et MP3 à base d anciens ballons de foot et de basket.

16 14 Echos Money Édition n / 2012 Économie Pour plus d information, veuillez consulter le site internet de Young Enterprise Switzerland (www.young-enterprise.ch). Corporate Volunteering Le financement des premières activités économiques de l entreprise se fait par l émission de bons de participation qui sont vendus aux familles, amis et connaissances des entrepreneurs. Le capital de départ maximal de francs suisses ne doit pas être dépassé afin d éviter de trop lourdes pertes en cas de pépin majeur. Il est cependant important de préciser que rares sont les entreprises à se retrouver déficitaires en fin de projet. Young Enterprise Switzerland suit de près l évolution des entreprises. Ainsi, celles-ci s engagent à lui remettre un business plan en début de projet ainsi qu un rapport d activité en fin d année scolaire. Des workshops sont organisés afin de donner aux jeunes la possibilité de profiter de l expérience des anciens participants ou encore de travailler avec des consultants en communication et design qui les aident à professionnaliser leur image. Lors d expositions dans le cadre de foires régionales, nationales ou internationales, les jeunes ont la possibilité de se présenter au grand public et de relever les défis de la vente directe. Au cours du mois de mai, le Top25 des entreprises se qualifie pour le concours national qui se déroule dans les prestigieuses salles du Grand Hôtel Victoria- Jungfrau à Interlaken. C est lors de cet évènement que la meilleure entreprise de l année est désignée par un jury indépendant venant du monde économique. Le vainqueur national va ensuite se mesurer aux meilleures entreprises européennes à l occasion d un concours international. En effet, au niveau européen, plus de jeunes venant de 34 nations participent chaque année au Company Program. Sur les 10 dernières années, les entreprises suisses ont fait preuve d excellence à l échelon international en remportant sept médailles dont trois d or. A la fin de l année scolaire, la plupart des jeunes décident de liquider leur entreprise. Ils remboursent aux participants leurs investissements majorés d un dividende, si les états financiers le permettent. De temps à autre, il arrive aussi qu une entreprise soit vendue ou que les jeunes entrepreneurs décident carrément de se lancer avec leur produit et de fonder leur propre société. Jusque à présent, le périmètre d action du Company Program de Young Enterprise Switzerland s est limité à la partie alémanique de la Suisse. Cependant, depuis quelques années, de plus en plus d entreprises bilingues ont été créées à Bienne et à Fribourg. C est dans cette continuité que Young Enterprise Switzerland espère pouvoir également fournir ses services aux jeunes romands dans un futur proche. Le vœu de Young Enterprise Switzerland est d inspirer les jeunes et de réveiller en eux cette manière de penser et d agir dynamique qui caractérise les entrepreneurs. Mais avant tout, Young Enterprise Switzerland tient à prouver aux générations futures qu elles représentent l avenir d une Suisse innovatrice, compétitive et positive. Pour les écoles primaires et secondaires, YES propose deux programmes d éducation économique qui fonctionnent grâce au Corporate Volunteering. Des volontaires du monde économique vont dans les classes afin de leur donner une première idée de ce qu est l économie. Dans le cadre de l année européenne du bénévolat 2011, ces deux programmes «Notre commune» et «Notre économie» sont tout particulièrement d actualité. Les étuis pour téléphones portables et MP3 à base d anciens ballons de foot et de basket de l entreprise fribourgeoise Solball. Les vainqueurs de l édition suisse 2008: l entreprise bernoise Feel safe. Les champions suisses et européens 2010: l entreprise zurichoise Pnö3.

17 Relever certains défis demande des solutions sur mesure 2011 Newtone Associates SA. All Rights Reserved. Management Consulting Newtone Associates, Geneva - Singapore

18 nouvelles technologies Les technologies innovantes continuent à remettre en question le statu quo du marché. Que propose le futur? 18 // Sécurité de l information: Comment se protéger au quotidien? 22 // Résaux sociaux, et après? 26 // Qu est-ce que le Crowdsourcing?

19

20 18 Echos Money Édition n / 2012 Nouvelles technologies Auteur : Evelyne Pintado Communication Architect Navixia SA Sécurité de l information: comment se protéger au quotidien? L actualité récente a fait la part belle aux effets du piratage informatique et de la fuite des données sensibles avec entre autres WikiLeaks, le «Sonygate» ou la cybercriminalité dans le domaine des paiements en ligne. Pour l entrepreneur, il devient difficile dans un tel climat de faire la part des choses: quels sont réellement les risques, et comment protéger l entreprise et ses collaborateurs au quotidien? Voici quelques pistes simples pour y voir plus clair. La presse a beaucoup parlé de Wiki- Leaks en début d année. Si elle a suscité la polémique, cette affaire surtout politique restait en définitive assez éloignée des préoccupations de l entrepreneur ou de l utilisateur d un réseau informatique. Mais l actualité vient de nous fournir un exemple plus proche de chacun d entre nous: le «Sonygate». Pour rappel, l entreprise Sony a été victime entre le 17 et le 19 avril 2011 d un piratage sans précédent de son portail interactif, Sony Online Entertainment (SOE), qui relie la PlayStation 3 à des jeux ou des films en ligne. Il s agirait ici de la vengeance d un groupe de «hacktivistes» (c est-à-dire de pirates se considérant comme des redresseurs de torts); ils auraient voulu punir Sony, qui a poursuivi en justice deux jeunes hackers ayant réussi à pirater le code de la PlayStation 3. Les conséquences ont été rudes. Sony a annoncé que des informations relatives à 24,6 millions de comptes SOE auraient été volées lors de cette opération, ainsi que les coordonnées bancaires de milliers d utilisateurs. Certaines de ces dernières auraient été mises immédiatement en vente sur internet. Cet exemple illustre bien une problématique très actuelle: le mode de stockage et de diffusion des informations. L activité en ligne croissante des internautes ainsi que l usage des forums participatifs et des réseaux sociaux ont considérablement accru pour tout le monde le risque d exposition des informations professionnelles ou personnelles. Il est toutefois bien clair qu en termes de sécurité, toutes les entreprises ne sont pas à la même enseigne. Logiquement,

21 Echos Money Édition n / 2012 Nouvelles technologies 19 le degré de protection à déployer dépend de la valeur des informations à protéger et des conséquences potentielles d un piratage pour la société. Protéger quoi? Protéger le système d information, qu est-ce que cela implique? C est plus compliqué qu autrefois. Alors qu il y a quelques années les réseaux informatiques étaient des entités clairement délimitées, aujourd hui leur périmètre est devenu beaucoup plus flou. Cela est dû essentiellement à la multiplication des appareils périphériques portables (laptops, smartphones, tablettes) utilisables partout, à la porosité de la frontière entre les usages professionnels et privés, à l usage d internet et à la virtualisation de certaines fonctionnalités du réseau. Il n est ainsi plus possible de dresser une muraille unique autour du réseau informatique pour en assurer la sécurité: les différentes protections doivent intégrer avec une grande souplesse des facettes très diverses de l infrastructure existante en fonction de l utilisation qui en est faite. Les risques actuels les plus marqués sont: La contamination possible du réseau par le biais de supports mobiles infectés ou par l utilisation d internet. Les infections de sites web constituent d ailleurs actuellement le vecteur de diffusion de maliciels le plus répandu. le vol ou la perte de données sensibles dont la publication ou la perte serait dommageable pour l entreprise. le blocage ou le ralentissement des services essentiels de l entreprise, compromettant sa capacité à fonctionner normalement. On relève une forte recrudescence de ce type d attaques. La Centrale d enregistrement et d analyse pour la sûreté de l information MELANI estime même à ce propos dans son dernier rapport que «la sophistication des moyens utilisés et les dommages collatéraux qui s ensuivent laissent songeur, même en Suisse. Il suffit de penser aux actes de représailles menés contre plusieurs entreprises suisses jugées hostiles au fondateur de WikiLeaks».

22 20 Echos Money Édition n / 2012 Nouvelles technologies Comment peut-on se protéger? Les technologies et les méthodes d attaque évoluent si vite qu il est vivement conseillé de faire appel à des professionnels qui pourront suggérer des solutions adaptées en connaissance de cause. Mais il existe un préalable incontournable à toute démarche de protection: l entreprise doit établir des règles de sécurité claires et détaillées, puis sensibiliser ses utilisateurs aux risques que présente l utilisation quotidienne du système d information. L utilisateur au centre de la politique de sécurité En effet, il est inutile de déployer des protections sophistiquées si les utilisateurs sont susceptibles de cliquer sans méfiance sur des liens à risque, ou s ils ne tiennent pas compte des règles de sécurité existantes parce qu ils n en comprennent pas l utilité. Vous pensez que pour eux la prudence va de soi? Plus que jamais aujourd hui, les méthodes à base de phishing et d ingénierie sociale restent une porte d entrée privilégiée des hackers. Le phishing est une démarche qui permet à l attaquant de profiter du réflexe qu ont les utilisateurs de cliquer sur certains liens en apparence inoffensifs pour gagner accès aux systèmes de l entreprise. Et c est une tactique assez redoutable, comme l a encore montré l actualité récente: l un des leaders mondiaux de l authentification a fait l objet d une cyber-attaque qui a failli avoir des conséquences catastrophiques pour ses activités commerciales. Les pirates ont gagné accès à son infrastructure de manière simple: ils ont envoyé à certains employés un habilement formulé accompagné d un document Excel infecté intitulé «plan de recrutement 2011». Il a suffit qu une personne consulte le document pour installer, sans s en douter, le cheval de Troie qui a ouvert la porte aux pirates Ce type de manipulation relève de ce qu on appelle l «ingénierie sociale». Il s agit pour le pirate d exploiter les faiblesses, la crédulité ou les automatismes des utilisateurs, et d obtenir ainsi à leur insu les informations souhaitées ou de gagner un accès direct à leur réseau. L utilisateur est trompé sans s en apercevoir, d où l importance de le sensibiliser aux risques potentiels: seules sa perspicacité et sa méfiance lui permettront de ne pas tomber dans le panneau. Les smartphones et les tablettes: un nouveau risque Ces méthodes d ingénierie sociale visent par ailleurs de plus en plus les nouveaux appareils périphériques portables. Il s agit en effet d une cible sensible. Non seulement les systèmes d exploitation de ces appareils n ont pas fait l objet de recherche de vulnérabilités poussées, mais l utilisateur entretient un rapport de confiance souvent excessif avec son téléphone mobile ou sa nouvelle tablette, sur lesquels les usages professionnels et privés sont souvent mêlés. De plus, de nombreuses applications pour mobiles sont disponibles au téléchargement avec les risques que cela entraîne. On apprenait par exemple le mois dernier cette information inquiétante: des intervenants malveillants avaient sélectionné plusieurs dizaines d applications gratuites pour Android disponibles sur Google Market. Ils y avaient injecté un maliciel permettant

23 Echos Money Édition n / 2012 Nouvelles technologies 21 non seulement d extraire toutes les informations du smartphone, mais aussi d y installer potentiellement du code additionnel. Ils les avaient ensuite remis à disposition en ligne. Bilan après quelques jours: des centaines de milliers de téléchargements effectués, et autant d utilisateurs qui avaient ainsi compromis leur smartphone sans le savoir. Selon une étude récente, les utilisateurs mobiles sont jusqu à trois fois plus vulnérables au phishing que les autres. Diverses raisons à cela: ils ont un accès immédiat à l information; la taille de l écran ne permet pas une bonne visibilité des indices trahissant le phishing; les URLs s ouvrent automatiquement Par ailleurs, les utilisateurs d iphones auraient huit fois plus de chances de se rendre sur des sites de phishing que les utilisateurs de Blackberries, dont l usage est plus fréquemment limité au domaine professionnel. Pour un pirate, les smartphones et les tablettes sont donc un vecteur assez idéal pour accéder au cœur des entreprises. Ces dernières sont d ailleurs toujours plus nombreuses à en prendre conscience. Les smartphones devraient être considérés comme des terminaux à part entière dans l infrastructure informatique de l entreprise, et sécurisés comme tels. En dehors de toute autre mesure, la recommandation impérative reste: former les utilisateurs à ne pas cliquer sur des liens internet via un smartphone, et soumettre l usage des périphériques mobiles à des règles de sécurité claires. Pour conclure Les risques liés à l utilisation du système d information, même nombreux, sont pondérés par la valeur des informations à protéger, qui varie d une entreprise à l autre. Il faut rester pragmatique! Mais la première démarche, simple et indispensable pour renforcer la sécurité de l entreprise, c est d y sensibiliser tous les utilisateurs. Si l entreprise ne dispose pas des ressources internes lui permettant de mettre en place ellemême de telles sensibilisations, des entreprises externes spécialisées pourront l y aider. De telles mesures sont extrêmement efficaces. A surveiller également de très près, l augmentation des risques liés à l utilisation des périphériques mobiles, qui seront de plus en plus la cible des pirates dans les futur et risquent de devenir le point faible potentiel de nombreuses entreprises. Là aussi, une aide extérieure peut être très profitable pour déterminer l exposition réelle au risque et les mesures de prévention possibles.

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 37 Conclusion 02 Contexte

Plus en détail

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication hotelbb.com Rejoignez-nous sur une problématique STRATéGIE : Faire de b&b hôtels, une marque «brand friend» Quelle communication de challenger

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Contexte et Objectifs

Contexte et Objectifs Contexte et Objectifs Véritable phénomène de société, les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante dans la vie personnelle des français. Face à l engouement suscité par ce type de

Plus en détail

Une première en France

Une première en France DOSSIER DE PRESSE 04/09/2013 LE GOOGLE LOCAL de METZ Lancement Officiel : 01/10/2013 Une première en France Grâce au soutien des collectivités, le commerce messin entre dans l ère du numérique pour redonner

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Gestion des identités et des risques

Gestion des identités et des risques Gestion des identités et des risques Se préparer à un monde nouveau À PROPOS DE CETTE ARTICLE Dans le domaine de la gestion des identités et des risques, l époque du statu quo est révolue. La vitesse croissante

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

La génese. Ainsi est né Biilink, la marketplace sociale des startups!

La génese. Ainsi est né Biilink, la marketplace sociale des startups! Uno dos PRESS Page 1 La génese Lancé il y a maintenant plus d un an, Biilink s est d abord auto-défini comme le réseau social de l initiative et de l entraide féminine. A travers un fonctionnement type

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 7, WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada Présent dans plus

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager

Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager Article technique Gestion des licences électroniques avec Adobe License Manager Une méthode plus efficace pour gérer vos licences logicielles Adobe Cet article technique traite des enjeux de la gestion

Plus en détail

Sécurité. Tendance technologique

Sécurité. Tendance technologique Sécurité Tendance technologique La sécurité englobe les mécanismes de protection des données et des systèmes informatiques contre l accès, l utilisation, la communication, la manipulation ou la destruction

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment?

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Nemours 09 juillet 2015 Noémie Reynard Chargée de mission Tourisme et Développement Durable CCI Seine-et-Marne Direction Commerce-Tourisme Etre visible sur

Plus en détail

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises

Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises République et Canton de Neuchâtel, association Ecoparc CSEM, Neuchâtel - 28 janvier 2010 Développement durable et Responsabilité Sociale des Entreprises Jean Laville, Directeur adjoint 1 Ethos Place Cornavin

Plus en détail

La sécurité informatique, c est votre problème aussi!

La sécurité informatique, c est votre problème aussi! INFOSAFE Un certificat universitaire en management de la Sécurité des Systèmes d Information. Une approche pragmatique pour répondre aux besoins des entreprises et des administrations. La sécurité informatique,

Plus en détail

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance * Les objets connectés révolutionnent notre mode de vie et deviennent le moteur

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Le Web2.0. Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet.

Le Web2.0. Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet. Le Web2.0 Dans cette session, parlerons du Web 2.0 et de l automatisation de vos revenus sur internet. Le Web 2.0 Le Web 2.0 concerne toutes les nouvelles plateformes qui arrivent et sont arrivées ces

Plus en détail

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur?

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? INTERVENANTS Mardi 9 septembre de 14h à 15h30 Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart, Directeur général, SAIF MANKO, Groupe

Plus en détail

Profession GRAPHISTE INDÉPENDANT. Julien Moya Éric Delamarre

Profession GRAPHISTE INDÉPENDANT. Julien Moya Éric Delamarre Profession GRAPHISTE INDÉPENDANT Julien Moya Éric Delamarre Introduction Graphiste de formation ou autodidacte, professionnel déjà en exercice ou étudiant en fin de cursus, vous avez ouvert ce livre parce

Plus en détail

JUIN 2015. Nestlé Suisse SA opte pour Kireego, la start-up vaudoise qui connecte commerçants et entreprises!

JUIN 2015. Nestlé Suisse SA opte pour Kireego, la start-up vaudoise qui connecte commerçants et entreprises! JUIN 2015 Nestlé Suisse SA opte pour Kireego, la start-up vaudoise qui connecte commerçants et entreprises! Grâce à la plateforme Kireego, Nestlé Suisse SA permet à ses milliers de colla - borateurs de

Plus en détail

Comment créer une. Page Facebook. Pour les Entreprises

Comment créer une. Page Facebook. Pour les Entreprises Comment créer une Page Facebook Pour les Entreprises SOMMAIRE Introduction : Facebook pour votre Entreprise... 3 1. Qu est-ce qu une Page Facebook?... 4 2. Lexique Facebook... 5 3. Pourquoi utiliser Facebook

Plus en détail

Cisco AMP Threat Grid : sécurité proactive face aux programmes malveillants avancés

Cisco AMP Threat Grid : sécurité proactive face aux programmes malveillants avancés Présentation Cisco AMP Threat Grid : sécurité proactive face aux programmes malveillants avancés BÉNÉFICES Un accès à des informations plus précises qui permet une protection renforcée grâce à l analyse

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français L opinion des consommateurs français sur : Le niveau de sécurité des données personnelles pour chaque industrie Les organisations collectant des données personnelles via les appareils connectés Les recherches

Plus en détail

Livre blanc ekomi. Obtenez un meilleur taux de conversion dans Google grâce aux avis clients. Novembre 2012

Livre blanc ekomi. Obtenez un meilleur taux de conversion dans Google grâce aux avis clients. Novembre 2012 Livre blanc ekomi Obtenez un meilleur taux de conversion dans Google grâce aux avis clients Novembre 2012 Introduction : l époque où les clients croyaient aveuglément aux promesses des vendeurs en ligne

Plus en détail

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Dossier de Presse Sommaire p.3 Synthèse p.4 3 questions à Thomas Ciemniewski, créateur de JobPhoning p.6 Présentation de la plateforme p.6 Comment

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

WHITE PAPER Un guide en cinq étapes pour un usage plus sécuritaire des médias sociaux

WHITE PAPER Un guide en cinq étapes pour un usage plus sécuritaire des médias sociaux WHITE PAPER Un guide en cinq étapes pour un usage plus sécuritaire des médias sociaux Un White Paper de Hootsuite Un guide en cinq étapes pour un usage plus sécuritaire des médias sociaux Un White Paper

Plus en détail

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur 5.6 De nouveaux métiers Le développement des communautés et des univers virtuels a favorisé la création de nouveaux métiers «online», spécifiques à la gestion

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

I Recruter et fidéliser, à moindre coût, via médias sociaux!

I Recruter et fidéliser, à moindre coût, via médias sociaux! I Recruter et fidéliser, à moindre coût, via médias sociaux! Les médias sociaux représentent aujourd'hui de véritables plateformes conversantes, incontournables dans vos actions de marketing, de communication

Plus en détail

Votre cloud est-il net?

Votre cloud est-il net? Votre cloud est-il net? Avril 2012 greenpeace.fr Mettre en marche une révolution énergétique 03 2 Votre cloud est-il net? Frank van Biemen / EvoSwitch / Greenpeace Greenpeace Votre cloud est-il net? Résumé

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité?

Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité? Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité? NewGen TALENT CENTRE En partenariat avec ÉTUDE JUIN 2013 Emmanuel Delamarre Emmanuel Delamarre participe,

Plus en détail

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique.

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Par David Aponovich, Senior Director of Digital Experience, Acquia Table des matières Introduction 3 Comment déterminer si votre business souffre

Plus en détail

WEB MUSLIMPRENEURS ACADEMY. Rêvez Grand et faire confiance à Allah

WEB MUSLIMPRENEURS ACADEMY. Rêvez Grand et faire confiance à Allah WEB MUSLIMPRENEURS ACADEMY Rêvez Grand et faire confiance à Allah BISMILLAHI RAHMANI RAHIM As-salam alaykoum wa rahmatullah Je suis Saïd AMZIL, fondateur de la Web Muslimpreneurs Academy. Ma mission consiste

Plus en détail

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région SOYEZ LES LEADERS DE VOTRE RÉGION Après la période estivale, le retour à la vie normale est parfois difficile. Tout le monde aimerait

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projets: Guide de sélection PPM Software Selection Guide ETAPE 1: Faiblesses Organisationnelles identifier clairement vos besoins

Plus en détail

LA PLENIERE D OUVERTURE

LA PLENIERE D OUVERTURE LA PLENIERE D OUVERTURE Laurent FIARD, Président du MEDEF Lyon-Rhône Thierry JADOT - CEO Dents AegisNetwork Jean-Pierre LEMAIRE Directeur Général d Orange Consulting Olivier de la CLERGERIE Directeur Général

Plus en détail

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL Une publication P. 2 Comment investir en 2015 : Le Trading Social En 2015 vous souhaitez investir et générer des profits mais vous ne savez pas vraiment

Plus en détail

Saison 2 (2010) Publicité, digital, marketing services

Saison 2 (2010) Publicité, digital, marketing services Le Baromètre Annonceurs Agences Saison 2 () Publicité, digital, marketing services page 1 Méthodologie page 2 Phase qualitative 12 entretiens avec des décisionnaires référents Grande consommation : Industrie,

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

Protection de l Information et Sécurité Système d Information, quelles sont les vertus d une sensibilisation bien organisée

Protection de l Information et Sécurité Système d Information, quelles sont les vertus d une sensibilisation bien organisée Protection de l Information et Sécurité Système d Information, quelles sont les vertus d une sensibilisation bien organisée «Des acteurs non sensibilisés aux risques liés à l usage des technologies de

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

Les outils de communication

Les outils de communication FICHE DE SYNTHÈSE Module 8 Les outils de communication - MODULE SEMAINE 8 - SOMMAIRE : I) Les différents média de communication...2 II) Savoir tirer parti des réseaux sociaux...2 1/6 I) LES DIFFÉRENTS

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

Les méthodologies traditionnelles : des limites et une résistance au changement

Les méthodologies traditionnelles : des limites et une résistance au changement Julien ALAMI Newsletter, spécial Agile Scrum, 2010 Une enquête réalisée par le Standish Group Study (2002) a montré que 2/3 des fonctions d un système d information sont rarement ou jamais utilisées, et

Plus en détail

Copyright 2011 - Le Cercle DLP - Tous droits réservés

Copyright 2011 - Le Cercle DLP - Tous droits réservés 1 Licence L auteur s est efforcé d être aussi précis et complet que possible lors de la création de cet ouvrage, malgré ceci, il ne peut en aucun cas garantir ou représenter l exactitude de son contenu

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

Le financement du point de vue de l entreprise

Le financement du point de vue de l entreprise Le financement du point de vue de l entreprise Alec Vautravers Associé, Corporate Finance Genève, le 24 septembre 2010 Audit.Fiscalité.Conseil.Corporate Finance. Introduction Objectifs Cet exposé a pour

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT 2 A PROPOS Il existe de nombreux critères afin de devenir une entreprise prospère et compétitive

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

Méthodologie de mesure d impact de la co-création

Méthodologie de mesure d impact de la co-création Méthodologie de mesure d impact de la co-création Avec le soutien en mécénat de compétences d Accenture Document de synthèse de l étude (version abrégée) Accenture Accenture est une entreprise internationale

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Le Financement des Start-Ups. Petit Déjeuner des Start-Ups Genève, vendredi 27 juin 2003

Le Financement des Start-Ups. Petit Déjeuner des Start-Ups Genève, vendredi 27 juin 2003 Le Financement des Start-Ups Petit Déjeuner des Start-Ups Genève, vendredi 27 juin 2003 3 Table des matières Les services de PwC Situation des marchés de financement Stratégie de financement 4 Notre organisation

Plus en détail

L ORÉAL - STAGIAIRE MARKETING

L ORÉAL - STAGIAIRE MARKETING L ORÉAL - STAGIAIRE MARKETING A la croisée de toutes les activités du groupe, les équipes Marketing sont au cœur de nos processus. Leur mission? Sensibiliser les consommateurs à des produits conçus pour

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

10 conseils infaillibles pour garantir la sécurité de votre activité. your

10 conseils infaillibles pour garantir la sécurité de votre activité. your 10 conseils infaillibles pour garantir la sécurité de votre activité on en keep top your 10 conseils infaillibles pour garantir la sécurité de votre activité Avec l évolution et le développement constant

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN

MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN EDITO Il y a 20 ans, il fallait se déplacer en agence pour effectuer un virement ou passer un ordre de bourse. Aujourd hui, il nous est

Plus en détail

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE CERTIFICATS SSL EXTENDED VALIDATION : UN GAGE DE CONFIANCE

Plus en détail

Vendredi 9 Juillet 2010

Vendredi 9 Juillet 2010 Vendredi 9 Juillet 2010 Méthodologie Segments de la communication online Display Search Affiliation Comparateurs E-mailing Annuaires Mobile Régies 1 2 Agences Déclaratif sous huissier + entretiens Confrontation

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

STRATÉGIES E-MARKETING. Mars 2012

STRATÉGIES E-MARKETING. Mars 2012 STRATÉGIES E-MARKETING Mars 2012 7 stratégies e-marketing D après un document réalisé par l ESC Lille 1 Le buzz marketing Le bouche à oreille du web Objectifs Développer sa visibilité Améliorer sa notoriété

Plus en détail

Les défis du marketing des services financiers

Les défis du marketing des services financiers Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage PREMIÈRE LEÇON Les défis du marketing des services financiers Objectif: Présenter les bases du marketing, en particulier les concepts d information

Plus en détail

Bilan comparatif du marketing au troisième trimestre 2015

Bilan comparatif du marketing au troisième trimestre 2015 SÉRIE TENDANCES/IDÉES Bilan comparatif du marketing au troisième trimestre 2015 Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal Introduction Le troisième trimestre

Plus en détail

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT. Précieux conseils et informations de consommation actuelles au sujet du moyen de paiement en ligne paysafecard

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT. Précieux conseils et informations de consommation actuelles au sujet du moyen de paiement en ligne paysafecard LA SÉCURITÉ AVANT TOUT Précieux conseils et informations de consommation actuelles au sujet du moyen de paiement en ligne paysafecard paysafecard : payer en ligne en toute sécurité. relatives à la carte

Plus en détail

Etude de cas : les systèmes de gestion de contenu "Open Source" rendent les sites de commerce électronique très accessibles financièrement

Etude de cas : les systèmes de gestion de contenu Open Source rendent les sites de commerce électronique très accessibles financièrement LinuxFocus article number 293 http://linuxfocus.org par Linda Christie L auteur: Linda Christie dirige la société internationale de publication et de conseil Write Solutions et

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Enquête PME 15 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Au cours du premier trimestre 15, 1550 PME bretonnes ont répondu à l «Enquête PME 15» en ligne ou

Plus en détail