L assurance-chômage aux Etats-Unis 1. Avril 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L assurance-chômage aux Etats-Unis 1. Avril 2014"

Transcription

1 L assurance-chômage aux Etats-Unis 1 Stéphane Auray 2 et David L. Fuller 3 Avril 2014 Unemployment across the U.S., 2012, BLS 1 Ce document a bénéficié du support financier de la chaire «Sécurisation des Parcours Professionnels». Son contenu est sous la seule responsabilité des auteurs. Nous tenons aussi à remercier Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Samuel Danthine, Nicolas Lepage-Saucier, André Zylberbeg ainsi que la Dares, et l Unédic pour leurs remarques et commentaires. 2 CREST-ENSAI, ULCO et chaire «Sécurisation des Parcours Professionnels». 3 Concordia University, CIREQ et chaire «Sécurisation des Parcours Professionnels». 1

2 Table des matières Partie 1 Présentation générale... 3 Partie 2 Le système d assurance-chômage américain : une synthèse Partie 2.1 Un système complexe basé sur l historique de licenciement Partie Historique du système d assurance-chômage Partie Système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage Partie Un système hétérogène qui s est modifié Partie Variations entre Etats Partie Variations au cours du temps Partie 3: Les effets du système de modulation des cotisations à l assurance-chômage sur le marché du travail Partie 3.1 : Effets de l assurance chômage et du système de modulation des cotisations employeurs Partie : Licenciement temporaire et modulation des cotisations employeurs à l assurance chômage Partie : Etudes empiriques de l effet du système de bonus-malus sur les licenciements Partie : Effets d équilibre général du système de bonus-malus sur les licenciements Partie 3.2. : Recommandations générales en termes de politique économique Partie : Aspects négatifs du système de bonus-malus sur les licenciements Partie : Aspects positifs du système de bonus-malus sur les licenciements Partie : Comment mettre en place un système idéal de bonus-malus sur les licenciements? Partie 4: Pourquoi certains travailleurs licenciés renoncent à percevoir leurs allocations-chômage? Partie 4.1 : Utilisation de l assurance chômage et modulation des cotisations employeurs Partie : Estimation du taux de recours à l assurance chômage Partie : Evolution au sein des Etats et au cours du temps Partie : Lien avec le système de modulation des cotisations employeurs à l assurance chômage Partie 4.1.4: Recommandations issues de l article d Auray, Fuller, et Lkhagvasuren (2014) Partie 4.2 : Taux de séparation, taux de remplacement du salaire et système de modulation des cotisations chômage Partie : Mesure du taux de séparation Partie : Evolution au sein des Etats et au cours du temps Partie : Lien avec le système de modulation des cotisations Conclusion Référence : Annexe 1 : Générosité du système et programmes d extensions des durées d assurance-chômage Annexe 2 : Assurance-chômage et probabilité de trouver un emploi Annexe 3 : régressions et tableaux additionnels Notes :

3 Partie 1 Présentation générale Les allocations chômage fournissent une assurance contre le risque de perte d emploi et de revenu. Ce dispositif d assurance peut, cependant, conduire à des problèmes d'incitation pour les employés, les demandeurs d'emploi et les entreprises. Ces problèmes peuvent avoir des conséquences notables sur le marché du travail, conséquences dont l'ampleur reste à déterminer. Il existe une importante littérature sur le système d assurance-chômage (voir, par exemple Baily (1977), Deere (1991), Hansen et Imrohoroglu (1992), Anderson (1993), Allain (1996), Gruber (1997), Albrecht et Vroman (2005), Shimer (2005), Pries (2008), Blanchard et Tirole, (2007), Nakajima (2012) ou encore Fuller, Ravikumar, et Zhang (2013)). Toutefois, certains éléments, notamment liés au mode de financement du système d assurance-chômage et au recours ou non à cette assurance par les individus au chômage, restent à explorer. La transition de l emploi au chômage implique une perte de revenu, que l assurance chômage permet de compenser au moins en partie. Ainsi, les économistes font référence aux indemnisations/allocations chômage comme étant une assurance face à une situation de chômage. Quand et comment ce système d assurance-chômage est-il né aux Etats-Unis? En 1932, lors de la grande dépression américaine, le PIB est à son taux le plus bas alors que le taux de chômage ne cesse d augmenter. En 1935, un texte modifie fortement le système d assurance-chômage aux Etats-Unis : le Social Security Act qui est approuvé le 14 août Ce texte permet la mise en place d un système de protection sociale au niveau fédéral : retraite pour les plus de 65 ans, assurancechômage et aides diverses pour les handicapés, la maladie et l'invalidité n'étant pas couvertes. Dans les 75 années qui ont suivi son lancement, le programme d'assurancechômage a subi plusieurs changements. En 2008, les Etats-Unis entrent en récession et le taux de chômage atteint un nouveau pic. Ce taux recommence, cependant, à baisser en 2010 pour revenir à un niveau relativement stable alors que des pays comme la France ne parviennent pas, ne serait-ce, qu à le stabiliser (voir Auray et Lepage-Saucier 3

4 (2014)). Que s est il passé aux Etats-Unis qui permettrait d expliquer que le taux de chômage ait recommencé à baisser? En 2009, est mis en place aux Etats-Unis un plan de relance économique (le «Recovery and Reinvestment Act»). Il est adopté par le 111e Congrès des Etats- Unis en Février 2009 et la loi est signée par le président Barack Obama le 17 Février Pour répondre à la grande récession, l'objectif premier de ce plan de relance était de sauver et de créer des emplois presque immédiatement. Les objectifs secondaires consistaient à offrir des programmes de secours temporaire pour les personnes les plus touchées par la récession et à investir dans les infrastructures, l éducation, la santé et l'énergie renouvelable. La justification de ce plan est keynésienne : en période de récession, le gouvernement devrait compenser la baisse des dépenses du secteur privé avec une augmentation des dépenses publiques dans le but de sauver des emplois et de mettre un terme à la détérioration économique. Ce plan de relance d une ampleur exceptionnelle vient en complément du système d assurance-chômage. On peut alors légitimement se demander si la dynamique du taux de chômage est liée au système d assurance-chômage. Afin de répondre à cette question, il nous faut d abord analyser et comprendre les spécificités du système d assurance-chômage américain. Le système d assurance-chômage aux Etats-Unis opère à deux niveaux : au niveau fédéral et au niveau des différents Etats. Bien que certains aspects du programme d assurance-chômage soient communs à tous les Etats, les caractéristiques principales des programmes d assurance-chômage sont déterminées par chaque Etat. Il existe ainsi des différences significatives d un Etat à un autre. Etant donné son grand nombre d'etats, chacun d entre eux ayant son propre système d'assurance-chômage, les Etats- Unis constituent un laboratoire naturel afin d étudier les effets de l'assurance-chômage et de son système de financement sur les performances du marché du travail. Alors que tous les Etats offrent une allocation chômage constante pour une durée déterminée, chaque Etat contrôle le niveau de cette allocation ainsi que le niveau des cotisations employeurs à l assurance-chômage correspondant. Dans cette étude, nous 4

5 offrons une description et une analyse détaillée du système dit de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage en fonction de l historique de licenciement des employeurs (système appelé en anglais «experience rating»). Le système de financement de l assurance-chômage américain est unique au sein des pays développés et constitue la pierre angulaire de cette étude. Ce système consiste à faire supporter à chaque employeur une partie des coûts générés par ses licenciements. En particulier, dans ce système, les allocations chômage sont financées par des cotisations prélevées sur la base salariale des employeurs, cotisations qui dépendent de l historique de licenciement des employeurs. Ces cotisations sont calculées sur la base du nombre d individus licenciés qui vont décider de percevoir les allocations chômage auxquelles ils ont droit. Les cotisations dépendent donc du nombre de licenciements de l entreprise au cours des années les plus récentes (en général trois ans) mais également du nombre d individus licenciés qui décident de percevoir l allocation chômage. Ceci implique dès lors, par exemple, qu une entreprise qui ne s est jamais séparée d un travailleur éligible aux allocations d assurancechômage est soumise à un taux de cotisation plus faible qu une entreprise qui licencie fréquemment des individus qui vont percevoir leurs droits. En d autres termes, une entreprise qui, de part ses licenciements, génère un montant plus élevé de dépenses d'assurance-chômage dans un Etat particulier paie un taux de cotisation plus élevé que l'entreprise qui génère relativement moins de dépenses d'assurance-chômage. Ce qui compte c est donc la fréquence des séparations avec des individus qui vont percevoir l assurance-chômage. La nature précise de ce système basé sur l expérience varie entre Etat à la fois en termes de taux de cotisation et en termes de base salariale d imposition. Ces différences nous permettent de porter un jugement sur les aspects positifs et négatifs du système américain afin de fournir une feuille de route assez générale pour les pays qui souhaiteraient réformer leurs systèmes actuels d assurance-chômage. 5

6 Cette étude commence par une description des principales caractéristiques du système d assurance chômage américain. Cette description comprend également un bref historique du système et de ses changements clés au cours du temps. Une description de la structure des allocations chômage et une analyse de la générosité de ces allocations tout en expliquant comment ces éléments diffèrent selon les Etats est proposée en annexe. Les principales caractéristiques du système de financement de l assurance-chômage sont d un intérêt tout particulier pour cette étude et sont décrites en détails. L'analyse se porte notamment sur les différences en termes de financement du système d assurancechômage selon un système de bonus-malus en fonction des Etats et cherche à mettre en exergue les différences entre Etats en termes de degré de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage («Experience Rating Index»). Plusieurs mesures du degré de modulation des cotisations employeurs à l assurancechômage seront étudiées, à la fois entre Etats et au cours du temps. Cette analyse renforce l importance de considérer l administration et la mise en application du programme d assurance-chômage au niveau des Etats. Les différences dans les programmes d assurance-chômage que ce soit entre Etats et/ou au cours du temps conduisent à plusieurs cas de figure dans lesquels le système de modulation des cotisations peut influer sur le marché du travail. Un aspect naturel à analyser est l'effet des modulations des cotisations employeurs sur les incitations de ces derniers à licencier des travailleurs. Un tel effet est largement débattu dans la littérature qui cherche à en analyser les effets à la fois théoriques et empiriques. Examiner cet effet est important car c est l une des motivations première dans le choix d un système de modulations des cotisations chômage basé sur l expérience. La conception et la mise en place de ce système ont été fortement influencées par la situation économique lors de la Grande Dépression, c est-à-dire quand le chômage élevé était particulièrement préoccupant. Le système de modulation des cotisations employeurs a été conçu afin de décourager les employeurs à licencier. Dans ce contexte, analyser l'effet sur l emploi du 6

7 système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage est une première étape fondamentale. Les autres conséquences de ce système de bonus-malus sont également explorées et analysées dans ce document. Par exemple, alors que ce système implique un coût de licenciement pour les employeurs, le système de cotisations basé sur la base salariale implique également un coût d'embauche. Dans la mesure où la cotisation sur la base salariale est perçue pour chaque employé assuré, les coûts d embauche sont plus élevés pour les entreprises à taux de cotisations élevé par rapport à celles qui ont un taux de cotisations plus faible. Ce lien entre le système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage et les coûts d'embauche peut avoir des implications pour le marché du travail. C est pourquoi, ces aspects sont analysés en détail. Pour résumer, à la lumière des modalités du dispositif mis en œuvre aux Etats-Unis nous tenterons de répondre aux questions suivantes : faut-il moduler les cotisations en fonction du nombre de ruptures ou des montants d'indemnisation perçus par les anciens salariés? Y a-t-il un arbitrage entre assurance et incitations à la fois pour le salarié, mais également pour l'employeur, qui peut conduire à mutualiser le risque de chômage de longue durée des salariés? Les résultats de la littérature théorique et empirique existante, qui examine les conséquences du système d assurance chômage, sont également présentés et discutés à la lumière de certains faits empiriques nouveaux. A l aide de ces faits nouveaux, nous cherchons enfin à offrir des recommandations de politique économique en termes de système optimal de cotisations employeurs. Ces recommandations s'appuient, en outre, sur les résultats de la littérature en termes de provision optimale des allocations chômage et pourraient être utilisées pour analyser la situation du marché du travail en France ou plus généralement en Europe. Qu en est-il du système d assurance-chômage en France? Est-il basé sur une modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage. 7

8 En France, les cotisations sont payées par les employés et les employeurs. En 2004, le taux total de cotisations est de 6,4%; avec 2,4% à la charge des employés, et 4% à la charge des employeurs. Le régime d'assurance-chômage est basé sur un système d autofinancement et les taux de cotisation sont régulièrement ajustés. Le système n est donc pas un système de bonus-malus tel celui qui a été mis en place aux Etats-Unis. Pourtant, la mise en place de ce système a été proposé à plusieurs reprises et notamment par E. Malinvaud en 1998 dans son rapport remis au premier ministre, Lionel Jospin, sur les cotisations sociales à la charge des employeurs. Le 27 septembre 1999, le Premier Ministre annonçait, à cet égard que son gouvernement allait proposer d'instaurer une modulation des cotisations chômage en fonction du comportement des entreprises vis-à-vis des licenciements (voir Le Monde du mercredi 29 septembre 1999, p. 7). Le ministre de l'economie et des Finances, Dominique Strauss-Kahn, déclarait au cours d'un entretien avec la rédaction du Nouvel Observateur : «Lorsque le gouvernement parle de moduler les cotisations chômage en fonction de l'attitude d'une société en matière d'emplois, ce n'est pas pour le plaisir de taxer, c'est pour mettre en place une régulation de l'activité de l'entreprise. Dans une économie de marché, les décisions sont prises en fonction d'un système de prix. Réguler, c'est aussi modifier le système de prix, notamment par la modulation des cotisations de chômage» (Le Nouvel Observateur n 1822, 7 octobre 1999, p. 89). Ce système n a pas été appliqué mais on peut remarquer la mise en place en France de certaines contributions à l assurance-chômage en fonction du comportement de l entreprise vis-à-vis du licenciement de certaines catégories de travailleurs. Ainsi en 1987, la contribution Delalande est instaurée. Cette contribution vise à dissuader les entreprises de licencier des travailleurs de plus de 50 ans. Cependant, ce genre de dispositif peut avoir des effets pervers car il peut tout simplement inciter les entreprises à éviter l embauche de travailleurs âgés, afin de ne pas risquer d être, par la suite, redevables de cette cotisation. Behaghel, Crépon et Sédillot (2004) évaluent empiriquement l effet de la contribution Delalande et montrent que «Conformément aux prédictions théoriques, on observe alors une amélioration des chances de retour à l emploi des chômeurs de plus de 50 ans par rapport aux chômeurs de moins de 50 8

9 ans.» mais que «l effet sur les licenciements est, en revanche, plus faible, ou du moins difficile à mettre en évidence : les décisions de licenciement des entreprises seraient peu sensibles aux fortes variations du barème de la contribution Delalande». Une deuxième expérience plus proche d un système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage en France consiste en la mise en place d un plan d aide au retour à l emploi (PARE anticipé). Un arrêté du 27 mars 2002 permet l'application du dispositif de reclassement prévu par la Loi de modernisation sociale. Les salariés licenciés pour motif économique et non concernés par un congé de reclassement (entreprises de moins de 1000 salariés) doivent bénéficier du Pare anticipé. Les salariés concernés sont ceux qui sont employés en contrat à durée indéterminée et dont l'emploi est supprimé dans le cadre d'un licenciement économique. Dans le cas contraire, les employeurs qui ne proposent pas ce plan d aide au retour à l emploi doivent payer une pénalité consistant en le paiement d un mois du salaire brut des douze derniers mois travaillés à la caisse d'assurance-chômage. Blanchard et Tirole (2007) suggèrent que le degré de modulation des cotisations employeurs à l'assurance-chômage ne doit pas être de 1, c est-à-dire totalement financé par les employeurs mais qu un système partiel peut refléter un compromis entre l opportunité d'internaliser les coûts de licenciements et l'objectif de fournir un certain partage des risques en ce qui concerne les coûts de licenciement entre les entreprises et les secteurs. Enfin, un certain décalage entre l'augmentation des licenciements et l'augmentation correspondante des taux de cotisation peut être utile afin d éviter des coûts inappropriés aux entreprises touchées par des chocs négatifs. Le financement des allocations chômage par les cotisations sociales fausse les décisions de licenciement et conduit à une subvention croisée entre les secteurs dans lesquels les taux de licenciement diffèrent. Bien qu'il existe des différences importantes entre les marchés européens et américains du travail, il y a de bonnes raisons de s'attendre à des gains significatifs liés à l'introduction d un système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage en Europe. 9

10 La partie 2 propose une synthèse du système d assurance-chômage aux Etats-Unis. Dans la partie 3, nous détaillons le système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage et en analysons les conséquences sur les performances du marché du travail. La partie 4, présente enfin une évaluation et une analyse du recours à l assurance chômage, de son lien avec le système de modulation des cotisations employeurs et de leur impact joint sur le marché du travail. Partie 2 Le système d assurance-chômage américain : une synthèse Cette partie offre une description détaillée des caractéristiques clés du système d assurance chômage ainsi que de son mode de financement. Après un rapide rappel des faits en termes d histoire de l assurance-chômage aux Etats-Unis, nous décrivons la complexité de ce système, et analysons comment ce système hétérogène entre Etats s est transformé au cours du temps. Partie 2.1 Un système complexe basé sur l historique de licenciement Le système américain présente la caractéristique suivante : les entreprises financent les allocations d'assurance-chômage par le biais d'une cotisation sur les salaires qui dépend de l historique de l entreprise en termes de licenciement. Le système de modulation des cotisations consiste à faire supporter à chaque employeur les coûts générés par ses licenciements. Il ne s'agit pas d'un mécanisme fiscal, mais d'une méthode de calcul des cotisations sociales. Ainsi, en règle générale, l'administration prend en compte l'historique de l'entreprise depuis sa création, et applique un barème de calcul tenant compte du volume de licenciements de chaque employeur. Les entreprises qui licencient fréquemment des travailleurs qui vont bénéficier d allocations d'assurance-chômage supportent des taux de cotisation plus élevés que les entreprises qui licencient plus rarement et/ou que les entreprises dont les travailleurs licenciés décident de faire valoir leurs droits à l assurance-chômage. Le système de bonus-malus vise donc à faire supporter à chaque employeur les coûts générés par ses licenciements. Il s agit d'une méthode de calcul des cotisations sociales. En règle 10

11 générale, l'administration prend en compte l'historique de l'entreprise depuis sa création, et applique un barème de calcul tenant compte du volume de licenciements de chaque employeur. Plus précisément, ce système repose sur le niveau des allocations perçues par les anciens salariés qui dépend de la fréquence des licenciements et de la capacité des salariés licenciés à retrouver rapidement un emploi. Lorsque l on considère l'ensemble des 50 Etats américains ainsi que le District de Columbia (DC), on observe de nombreuses différences entre Etats. Les systèmes d'assurance-chômage varient considérablement entre les Etats en termes de générosité et de mode de financement (voir Annexe 1 pour une description détaillée des différences de générosité entre Etats). Cette partie propose un rapide rappel de l historique du système avant d en décrire le mode de fonctionnement actuel. Partie Historique du système d assurance-chômage En 1932, au milieu de la Grande Dépression, le Wisconsin devient le premier Etat des Etats-Unis à adopter une loi sur l'assurance-chômage. Cela s'est produit au cours de la Grande Dépression, lorsque le taux de chômage aux Etats-Unis dépassait les 25%. Six autres Etats ont promulgué des lois de ce genre avant la loi de 1935 portant sur la sécurité sociale («the Social Security Act»). En 1935, le président Franklin Delano Roosevelt a promulgué la loi sur la sécurité sociale, qui contenait des dispositions en matière d'assurance vieillesse, d'aide sociale et d'assurance-chômage. La promulgation de la loi sur la sécurité sociale a été la première étape importante vers l'établissement de programmes d'assurance-chômage aux Etats-Unis et a encouragé les Etats à adopter leurs propres lois d'assurance-chômage. Le programme a mis du temps à se mettre en place dans les différents Etats. En mai 1937, la Cour suprême a confirmé la loi sur la sécurité sociale constitutionnelle et en Août 1937, les 48 Etats, l Alaska, Hawaii et le district de Columbia ont promulgué leurs propres lois d'assurancechômage. Le fait que la loi ait été contestée devant la Cour suprême donne à penser qu elle était controversée à l'époque. En outre, de nombreux Etats ont essayé mais n'ont 11

12 pas réussi à adopter des lois sur l'assurance-chômage, une preuve supplémentaire de sa nature controversée à l'époque. Le système américain a toujours été construit à deux niveaux : au niveau fédéral et au niveau des Etats, chacun ayant le pouvoir de fixer le niveau de ses allocations, ses règles et ses règlements. En outre, chaque Etat doit financer ses allocations chômage et a le pouvoir d'établir sa structure fiscale et ses taux de cotisation. Dans les 75 années qui ont suivi son lancement, le programme d'assurance-chômage a subi plusieurs changements. La durée standard des allocations d'assurance-chômage est ainsi passée de 16 à 26 semaines dans la plupart des Etats. Les règles d éligibilité ont également changé. Au cours des premières années, les Etats n excluaient pas les travailleurs ayant quitté leur emploi, ayant été licencié pour faute grave, ou ayant refusé un emploi convenable. Ils étaient simplement considérés comme étant inéligibles à l assurance-chômage pendant une certaine période de temps. À la fin de l année 1945, 26 Etats mettent en place des règles plus sévères d inéligibilité à l assurance-chômage de sorte qu aujourd'hui, tous les Etats ont mis en place ce genre de dispositions. De même, en 1952, seuls 12 Etats considéraient comme nécessaire que les individus obtiennent un nouvel emploi afin d être éligible au système d assurance chômage après une période d inéligibilité. Aujourd'hui, 50 Etats ont de telles exigences. Par ailleurs, en période de ralentissement économique, le système d'assurance-chômage a été modifié de sorte que des programmes spéciaux ont été mis en place. Ces programmes fournissent des semaines supplémentaires d allocations aux travailleurs qui ont épuisé leurs premières semaines de droits à l assurance-chômage de l'etat. Toutes ces modifications ont un impact sur les critères d éligibilité et devront être prises en compte dans le calcul du taux de recours à l assurance chômage. Des programmes dits de bien-être («welfare») avec des critères d'éligibilité spécifiques peuvent se juxtaposer à l'assurance-chômage. Il s'agit par exemple du programme «Aid to families with dependent children (AFDC)», du «Earned income tax credit (EITC)» ou encore du «Temporary assistance for needy families (TANF)» qui varient d'un Etat à 12

13 l'autre. L'étude des effets de tous ces programmes d'assistance constitue un sujet en soi qui n'entre pas dans le cadre de cette étude. Le système d'assurance-chômage correspond à un partenariat Fédéral-Etat unique, fondé sur la loi fédérale, mais administré par les employés de l'etat en vertu du droit de l'etat. Il est financé presque entièrement par les cotisations sociales des employeurs. Seuls trois Etats (Alaska, New Jersey, et Pennsylvanie) perçoivent les cotisations auprès des employés sous certaines conditions. Le système d'assurance-chômage aux Etats-Unis a toujours été basé sur un principe d autofinancement via les cotisations payées par l'employeur, qui dépendent de l historique des licenciements de l entreprise. Le but de ce système est de soutenir l'emploi en incitant les employeurs à réduire les licenciements. Le système d évaluation basée sur l'historique a toujours été partiel : certaines entreprises paient plus que leurs contributions aux dépenses de l assurance, certaines paient moins. Ce système varie selon les Etats, et s est modifié au cours de temps. L efficacité du système ainsi que sa capacité à atteindre son objectif d incitation à l emploi ont été débattues. Le débat s est ensuite élargi à la possibilité d adopter un système complet de cotisations employeurs à l assurance-chômage. Dans un tel système, une entreprise paie directement pour sa contribution aux dépenses de l'assurance-chômage c est-à-dire qu elle va payer directement et intégralement les cotisations dues aux employés renvoyés sans avoir commis de faute grave. Chaque Etat dispose également d'un fonds spécial de placement de l assurancechômage. Ce fonds agit comme un compte épargne pour l'etat. Au cours d une année donnée, le montant prélevé en cotisations auprès des employeurs peut être plus ou moins élevé par rapport aux dépenses en allocations chômage. Lorsque l'etat perçoit plus de cotisations qu il ne verse d allocations chômage, la balance du fonds spécial de placement s améliore. L'Etat peut ponctionner dans son fonds spécial de placement en période de chômage relativement élevé c est-à-dire quand il est moins susceptible de recueillir suffisamment de cotisations pour financer ses dépenses en termes 13

14 d allocations chômage. Si un Etat n'est pas en mesure de financer entièrement ses dépenses en allocations chômage pour une année donnée (même si il ponctionne dans son fonds spécial de placement), il peut obtenir un prêt du gouvernement fédéral. Le gouvernement Fédéral prélève une cotisation aux employeurs afin de financer la gestion du programme. Chaque Etat a une agence State Workforce Agency (SWA) qui gère le système d assurance-chômage. La cotisation fédérale finance les coûts de gestion des agences au niveau fédéral et des Etats. Les Etats financent donc uniquement les dépenses d indemnisation chômage. La taxe Fédérale est de 6.0% avec une base salariale imposable de 7000$. La base salariale imposable représente les salaires des employés soumis à cotisation ce qui implique qu un employeur paierait 420$ par travailleur en cotisations fédérales liées à l assurance-chômage. Cependant, les Etats qui respectent les critères fédéraux (paiement à temps des cotisations, des prêts, etc.), bénéficient d une réduction de la cotisation fédérale. Leur taux passe ainsi à 0.6% pour une base salariale imposable 7000$ ou encore 42$ par employé. Partie Système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage Tel que mentionné précédemment, les indemnisations chômage aux Etats-Unis sont presque totalement financées via des cotisations payées par les entreprises. Nous y reviendrons plus tard mais remarquons dès maintenant qu il il existe une alternative. En effet, certaines entreprises peuvent décider de payer directement leur facture d assurance-chômage. Notons également que seuls trois Etats imposent, en supplément des cotisations aux employeurs, des cotisations aux travailleurs (Alaska, New Jersey et Pennsylvanie). Revenons au système standard de financement de l assurance-chômage. Dans ce système, les cotisations dépendent du nombre de licenciements effectués par l entreprise au cours des années les plus récentes (en général trois ans) mais également du nombre d individus licenciés qui décident de percevoir l allocation chômage. Ce système correspond à un système dit de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage. Dit simplement, les entreprises qui licencient souvent des travailleurs ont des taux de cotisation plus élevés que les entreprises qui ne licencient que rarement des travailleurs. Le plus important dans ce 14

15 système est que le taux de cotisation ne dépend pas seulement du nombre de travailleurs déjà licenciés, mais également et surtout du nombre de travailleurs licenciés qui perçoivent effectivement des allocations chômage. Cet aspect est très important car comme nous le verrons plus tard, une proportion non négligeable d individus éligibles à l assurance-chômage décide de ne pas percevoir ses droits à l indemnisation chômage (ce que l on appelle le taux de non recours à l assurance chômage). En conséquence, on imagine aisément qu étant donné ce système de financement, les entreprises devraient tenir compte, dans leurs décisions de licenciement, du taux de recours ou de non recours à l assurance-chômage. Le système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage a toujours fait parti du système américain. Ce système joue de manière nuancée sur l ajustement du niveau et des flux d emploi. Dissuader les entreprises de licencier leurs travailleurs a été la motivation première pour la mise en place de ce système. Vu sous cet angle, le système agit en définitive comme une taxe sur les licenciements ou comme un coût de licenciement. Il nous faut mentionner ici que le système de modulation des cotisations est partiellement basé sur l historique de licenciements des entreprises. En effet, 1$ de dépenses en allocations de l Etat ne correspond pas à 1$ de cotisations. On trouve dans la littérature sur ce sujet à la fois des théories qui cherchent à examiner comment la tarification peut influer sur les décisions de licenciement, et également de nombreuses études empiriques qui ont pour objet de valider ou non ces théories. Feldstein (1976) propose, par exemple, un cadre théorique afin d examiner cette question. Il juge que la nature partielle du système de modulation des cotisations employeurs américain agit comme une subvention pour les licenciements de certaines entreprises, et par conséquent augmente la fréquence des licenciements temporaires. Feldstein (1978), Topel (1983 et 1984) ou encore Topel et Welch (1980) examinent cette question de façon empirique, et montrent que le système partiel de modulation des cotisations employeurs conduit effectivement à une augmentation des mises à pied temporaires. Avant de décrire plus en détails ces cadres théoriques et empiriques, et notamment leurs implications en termes de politiques économiques, la partie suivante 15

16 décrit les spécificités du système de modulation des cotisations employeurs à l assurance-chômage des Etats-Unis. Le caractère "partiel" du système est en outre expliqué. Partie Un système hétérogène qui s est modifié Chaque Etat a le pouvoir de fixer la durée et le niveau de ses allocations chômage. Il a également le pouvoir de fixer son régime fiscal de cotisations. Ainsi, il existe des différences importantes dans les régimes fiscaux de cotisations, de même qu il existe des différences dans la générosité des systèmes d allocation chômage (voir Annexe 1). Le système américain ne dépend en réalité que partiellement de l historique des licenciements. Il existe, selon les Etats, des taux d'imposition maximum et minimum, de sorte que certaines entreprises paient moins (celles ayant les taux d'imposition minimaux) que les dépenses qu elles occasionnent en termes d assurance-chômage. A l inverse, certaines entreprises paient plus (celles ayant les taux d'imposition maximaux) que les dépenses qu elles occasionnent. Cette partie détaille les principales caractéristiques de ce système (voir également Fougères et Margolis pour une description très détaillée) et met en exergue son évolution au cours du temps. Enfin, cette partie décrit les différences entre Etats (voir Wang et Williamson (2002) pour une approche théorique ou encore Davidson et Woodbury (1998) et Fredriksson et Holmund (2001)). Partie Variations entre Etats Les systèmes de cotisation entre Etats varient à plusieurs égards. Les cotisations patronales dépendent non seulement du nombre de travailleurs licenciés entrés en chômage indemnisé, mais aussi de la base salariale versée par l employeur aux travailleurs non licenciés. Le taux des cotisations patronales dépend des durées passées en chômage indemnisé par les travailleurs licenciés. Le calcul du taux de cotisation d une entreprise donnée dépend selon le système retenu soit en partie, soit en intégralité de son historique de licenciements et de cotisations. Les Etats américains 16

17 utilisent différentes formules afin de calculer ce taux de cotisation : 1) le ratio de réserves («Reserve Ratio»), 2) le ratio de versements («Benefit Ratio», 17 Etats y compris la Pennsylvanie qui combine ratio de réserves et ratio de versements), 3) le ratio des salaires des allocataires («Benefit Wage Ratio», Oklahoma et Delaware) ou encore 4) la variation de la base salariale («Payroll Decline», Alaska). La formule du ratio de réserves est la méthode la plus populaire afin de mesurer l historique de licenciement et le taux de cotisation/taxation. En 2013, par exemple, 33 Etats dont le District de Columbia (DC), Porto Rico et les îles Vierges utilisent cette formule ou une variation de cette formule. Les versements de l employeur (sous forme de cotisations) et les allocations payées aux ex-employés de cet employeur sont reportés dans des comptes. En tenant compte de la base salariale imposable, on obtient la formule suivante : Ratio de réserves = Cotisations versées Allocations facturées Base salarialeimposable Les cotisations versées correspondent au total des cotisations payées par l entreprise au fonds d assurance-chômage de l Etat. Les allocations facturées correspondent aux allocations chômage que des ex-employés ont effectivement perçues. Un employeur qui a versé un total de cotisations supérieur au montant des allocations qui lui est imputé par l Etat (qui verse les allocations aux chômeurs) aura un solde positif. Le solde est calculé sur tout l historique de l entreprise depuis sa création et est divisé par la base salariale totale imposable, en général des trois années précédentes. D après cette formule, plus le ratio est élevé, plus le taux de cotisation est faible. Les cotisations ainsi que les allocations facturées sont généralement mesurées à partir du moment où une entreprise est soumise à la loi de financement de l assurance-chômage. Le ratio est comparé au barème de l année afin de calculer le taux de cotisation à facturer par l Etat à l entreprise. Le barème dépend du rapport entre les réserves de la caisse d assurance-chômage et le total des salaires bruts couverts et imposables au cours de l année précédente. Ainsi, le taux de cotisation d un employeur varie en fonction du 17

18 solde de la caisse d assurance-chômage de l Etat. En général, quand le solde de la caisse d assurance-chômage diminue, le taux de cotisation augmente, et inversement. La formule du ratio de versements est la seconde formule la plus populaire au sein des Etats afin de déterminer le barème des taux de cotisations employeurs à l assurancechômage. En 2013, par exemple, 18 Etats utilisent une variation de cette formule. Sur le fond, le principe de cette formule est analogue à la méthode de calcul du ratio de réserve, mais il existe des différences dans le calcul exact. En particulier, la formule du ratio des prestations ne tient pas compte des cotisations versées mais uniquement des allocations versées par l Etat aux ex-employés d une entreprise, et ce sur un historique plus court. Rappelons que dans le cas précédent, le solde est calculé sur tout l historique de l entreprise depuis sa création. La formule du ratio de versements est la suivante : Ratio de versement = Allocations facturées Base salarialeimposable Ce calcul n utilise que le total des allocations facturées qui est divisé par la base salariale imposable au cours d une période donnée. Ce ratio est comparé au barème de l année, ce qui permet à l Etat de déduire le taux de cotisations à facturer à l employeur. Les entreprises ayant plus d allocations facturées au regard de leur base salariale vont ainsi être soumises à un taux de cotisation plus élevé. En d autres termes plus le ratio est élevé, plus le taux de cotisation est élevé. Bien que similaire à la formule du ratio de réserve, cette méthode est biaisée en faveur d un système tenant compte de l historique de licenciement sur une période de relativement court terme. Enfin, comme dans le cas de la formule du ratio de réserve, la base salariale imposable utilisée pour le calcul du taux de cotisation d'une entreprise est généralement une moyenne sur les trois années précédentes, bien que quelques différences mineures existent entre les Etats. 1 Par rapport aux deux méthodes précédentes, la formule du ratio des salaires des 18

19 allocataires diffère sensiblement. Cette méthode n est actuellement utilisée que dans deux Etats: le Delaware et l'oklahoma. La base de calcul est la suivante: Total des allocations Total des allocations facturées prélevées sursalaires imposables D après cette formule, un travailleur aura cumulé un certain montant d allocation chômage par dollar de revenus imposables. Ce ratio est calculé pour tout l Etat et constitue le facteur d historique ( experience factor ). Ce facteur d historique est calculé pour chaque entreprise de la manière suivante : Allocations prélevées sursalaires imposables Base salarialeimposable Pour l'entreprise, les salaires des allocataires correspondent ainsi à la fraction de leur base salariale qui a été payée aux travailleurs qui entrent dans une période de chômage indemnisé. Autrement dit, au lieu de facturer les allocations à l employeur, la somme des salaires des allocataires est divisée par la base salariale imposable pour calculer le ratio des salaires des allocataires. Ce ratio est ensuite comparé au barème applicable afin de déterminer le taux de cotisation de l'entreprise. Ainsi, les entreprises avec un ratio plus élevé seront soumises à un taux de cotisation plus élevé. En général, cette méthode conduit à des taux de cotisation plus variables, année après année. En résumé, l Etat ne tient donc aucunement compte des licenciements passés et le calcul est basé sur des critères mesurables à la date de référence. Enfin, un Etat, l Alaska, utilise la formule dite de réduction de la base salariale «Payroll Decline» ou encore de variation de la base salariale «Payroll Variation». Cette formule ne tient compte ni des cotisations versées ou des allocations facturées précédemment. Il suffit de mesurer la baisse en % de la base salariale de l'entreprise de trimestre en trimestre. Les entreprises dont la base salariale varie plus fortement seront soumises à des taux de cotisation plus élevés. 19

20 Les systèmes de financement de l'assurance-chômage des Etats diffèrent sur une autre dimension. Bien que les formules ci-dessus permettent de calculer un taux de cotisation de l'employeur basé sur l'historique de licenciements, le système n'est que partiellement basé sur cet historique. Il le serait si une entreprise qui génère 1$ de dépenses d'assurance-chômage pour l'etat payait 1$ en cotisations employeurs, mais ce n est pas le cas. Deux éléments clés quant à la nature partielle du système basé sur l historique peuvent être décrits. Tout d abord, les taux de cotisations sont appliqués seulement à une partie de la base salariale (des effectifs) totale d une société (base salariale imposable). Par exemple, en 2013, l Alabama avait une base salariale imposable de 8000$, tandis que l Oregon avait une base salariale imposable de 34100$. La base salariale imposable indique quelle part de chaque salaire des travailleurs est soumise au taux fiscal de l Etat. Enfin, et surtout, dans chaque Etat (et ce quel que soit la formule utilisée pour calculer le taux de cotisations) il existe un niveau maximum et un niveau minimum de taux de cotisations des employeurs. Le taux de cotisations maximal implique que certains employeurs qui contribuent fortement en termes de dépenses d allocation ne payent pas entièrement pour ces allocations. Au contraire, un employeur au taux minimal doit supporter plus de cotisations qu il ne génère, suite à des licenciements, de dépenses d allocations chômage. Tout comme la base salariale imposable, les taux de cotisations minimaux et maximaux varient selon les Etats. En 2013, par exemple, le taux de cotisations minimal varie de 0% (dans plusieurs Etats) à 2.7 % au Nouveau Mexique. Le taux de cotisations maximal varie de 5.4% (dans plusieurs Etats) à 15.4% dans le Massachusetts. 2 En utilisant la base salariale imposable et les taux de cotisation minimaux et maximaux, on peut mesurer les différences en termes d historique de bonus-malus entre les Etats de la façon suivante: ( Taux maximum de cotisation - Taux minimum de cotisation) Base salariale imposable 20

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller

L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS. Stéphane Auray et David L. Fuller L ASSURANCE CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS Stéphane Auray et David L. Fuller Catalogage Électre-Bibliographie (avec le concours de la Bibliothèque de Sciences Po) L assurance chômage aux États-Unis / Stéphane

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Nouvelle formule des allègements "Fillon" et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact atténué en TRM

Nouvelle formule des allègements Fillon et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact atténué en TRM OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM COUTS SALARIAUX DE PERSONNELS DE CONDUITE DU TRM MAI 2015 Nouvelle formule des allègements "Fillon" et réduction de cotisation d'allocations familiales en 2015 - Un impact

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) INDEMNISATION L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans Pour qui? Pour vous si : vous avez travaillé

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail.

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail. le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Aperçus Septembre 212 Numéro 1 Roland Moes LA PRÉRETRAITE 1 DISPOSITIONS LÉGALES Initialement conçue comme mesure

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

11.11. Les jeux de lois des aides à l emploi

11.11. Les jeux de lois des aides à l emploi 11.11. Les jeux de lois des aides à l emploi Besoin d'un petit coup de pouce financier pour l'embauche? Bonne nouvelle, cela existe! Les réductions de cotisations sociales (les aides à l'emploi), primes

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE Circulaire n 2009-06 du 7 juillet 2009 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L ALLIER 4, rue Marie Laurencin 03400 YZEURE ***** Téléphone 04-70-48-21-00 Télécopie 04-70-44-85-61 NOUVELLES

Plus en détail

Moduler les cotisations employeurs à l assurance - chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. *

Moduler les cotisations employeurs à l assurance - chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. * Moduler les cotisations employeurs à l assurance - chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. * David Margolis et Denis Fougère * Cet article étend et prolonge un texte publié dans le rapport

Plus en détail

Moduler les cotisations employeurs à l Assurance Chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. *

Moduler les cotisations employeurs à l Assurance Chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. * Moduler les cotisations employeurs à l Assurance Chômage: les expériences de bonus - malus aux Etats-Unis. * (Indexing Employer Payroll Taxes to Unemployment : Experience Rating in the United States) David

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Les collaborateurs occasionnels du service public

Les collaborateurs occasionnels du service public Les collaborateurs occasionnels du service public Textes de référence : Article L 311-3-21 du code de la sécurité sociale Décret n 2000-35 du 17 janvier 2000 Arrêté du 21 juillet 2000 Décret n 2008-267

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

La retraite des intermittents du spectacle

La retraite des intermittents du spectacle DE : Pôle emploi services Unité Juridique et Contentieux La retraite des intermittents du spectacle Rencontre professionnelle du 10 juin 2013 Montpellier Ne pas diffuser Document de travail Document pouvant

Plus en détail

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard hronique Planification financière Chronique La vraie nature du REÉR Le régime enregistré d épargne-retraite («REÉR») est un type de véhicule de placement particulier qui, le plus souvent, fait l objet

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD)

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) Novembre 2005 Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) (Mise à jour du Communiqué de 1998) À qui s'adresse le rachat? Le rachat ne s'adresse pas à tous les

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite 68 Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite L indicateur retenu vise à apprécier la structure de financement des principaux régimes de retraites. Il se décline en quatre

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Octobre 1999 IMPACT DE LA NON-INDEXATION DU RÉGIME D IMPOSITION

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011 f évrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires Question 1: Tout d abord, pouvez-vous nous rappeler la situation du salarié au regard de son employeur? La libéralisation du cumul emploi

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Franck von Lennep Directeur de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques 17/09/2014 1 Un

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti...

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... FONCTIONNAIRES : FICHE 44 44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... Le principe de calcul de la pension de retraite repose sur trois éléments principaux : le nombre

Plus en détail

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois?

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? 2. Emploi La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? Dans cette étude, nous dressons un bilan de la mesure récente du gouvernement concernant la défiscalisation

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Indemnisation chômage : Les 9 règles en vigueur au 1er août 2015

Indemnisation chômage : Les 9 règles en vigueur au 1er août 2015 Indemnisation chômage : Les 9 règles en vigueur au 1er août 2015 1,6 M de personnes sont concernées par les droits Assédic rechargeables, fin des droits des demandeurs d'emploi, cotisations des actifs,

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Les outils de simulation pour chaque type de structure permettent d estimer l impact de la réforme sur la période 2013-2015

Les outils de simulation pour chaque type de structure permettent d estimer l impact de la réforme sur la période 2013-2015 1 Les outils de simulation pour chaque type de structure permettent d estimer l impact de la réforme sur la période 2013-2015 4 types d outils de simulation ont été développés pour que les structures puissent

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 Etude Juin2012 Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 En 2010, la part des nouveaux retraités de la Fonction Publique d Etat bénéficiant d une

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Réduction individuelle et temporaire des prestations

Réduction individuelle et temporaire des prestations L adaptation temporaire du temps de travail de crise Mesure : Il s agit d une réduction collective du temps de travail s appliquant à l ensemble des travailleurs de l entreprise ou à une catégorie spécifique

Plus en détail

SUÈDE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK).

SUÈDE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK). SUÈDE Nomenclature ATP KBT Pension complémentaire Complément municipal au titre du logement Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes suédoises (SEK). Notes générales

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail