Maroc. Les intoxications par les produits ménagers. Dossier spécial

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maroc. Les intoxications par les produits ménagers. Dossier spécial"

Transcription

1 N 10-3 ème trimestre 2011 Publication officielle du Centre Anti Poison du Maroc Ministère de la santé Maroc Dossier spécial Les intoxications par les produits ménagers

2 Edito Le danger méconnu des produits d entretien ménager Directrice de Publication P r Rachida Soulaymani Bencheikh Comité de Rédaction Rédactrice en Chef Dr Naima Rhalem Secrétaire de rédaction Mme Rachida Aghandous Rubrique Institutionnelle Dr Hanane Chaoui Rubrique Rapports et Résultats Dr Asmae Khattabi Articles originaux Mr Lahcen Ouammi Clinique Dr Sanae Achour Alertes du CAPM Dr Houda Sefiani Infos et revues de presse Dr Ghyslaine Jalal Responsable diffusion Mme Hind Jerhalef Relecture Dr Jean Marc David EDITION Directrice de l Edition Dr Siham Benchekroun Directeur artistique Chafik Aaziz Société d Edition Société Empreintes Edition Rés. Alia, 8, rue Essanaani. Appt 4. Bourgogne. Casablanca Tel : Fax : IMPRESSION Imprimerie Maarif El Jadida. Rabat Dossier de presse : 14 /2009 ISSN : Dépôt légal : 2009 PE 0052 Tous les numéros sont disponibles sur le site : Au Maroc, nous disposons d un grand choix de Produits d Entretien Ménager (PEM) que la population utilise sans être consciente du danger potentiel qu ils comportent et des risques qu ils peuvent engendrer. Avec ce numéro sur les intoxications par les PEM, nous visons à attirer l attention sur une situation négligée qui mérite d être décortiquée afin d en connaitre les causes profondes et de proposer des solutions. Les statistiques du Centre Anti Poison du Maroc (CAPM) montrent que dans la majorité des cas, les intoxications par ces produits sont accidentelles ; elles concernent surtout les enfants de moins de 5 ans. Les produits en cause sont extrêmement variés et répondent à des compositions également très variables. Les symboles sur les produits ne retiennent pas l attention des utilisateurs et sont souvent mal compris. Le plus souvent, ces intoxications sont heureusement bénignes et ne justifient qu une intervention médicale simple. Cependant, elles peuvent être graves et nécessiter une prise en charge rapide et appropriée. Les décès sont exceptionnels, mais des séquelles sont encore observées avec les produits ménagers caustiques. L information, l éducation, la formation sont au cœur de ce débat. L information soutenue par de nombreux supports ne suffit pas à réduire l ignorance des parents (analphabétisme, manque d éducation et d information), qui ne s interessent qu à l efficacité du produit et se soucient peu de sa dangerosité. Ainsi, ils laissent tout traîner à portée de main des jeunes enfants, quand ils ne les trompent pas par des déconditionnements et des transvasements dangereux. La réglementation de certains produits très dangereux axée sur l étiquetage et les moyens de sécurité, le contrôle du marché pour une grande partie de PEM, surtout ceux vendus de façon non formelle, sont indispensables à la prévention. L éducation à travers les campagnes de sensibilisation sur les risques des PEM est la responsabilité de toute la société (médias surtout audio visuels, séances dans les maisons des jeunes, participation des enseignants, sensibilisation dans les centres de santé...). Par ailleurs, les médecins sont eux, la pierre angulaire en cas d intoxication. Leur formation leur permet une prise en charge rapide et adéquate. Un bon reflexe au bon moment contrebalance la situation. Le contraire peut être dramatique comme, par exemple, de pratiquer un lavage gastrique devant une intoxication par de tels produits : ceci risque d aggraver d avantage la situation. Pour cela, nous invitons les professionnels de santé à contacter le CAPM pour obtenir les informations nécessaires sur la conduite à tenir et la composition de ces produits. Pr Rachida Soulaymani-Bencheikh Directrice de Publication 2 - Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre 2011

3 PRODUITS D ENTRETIEN MENAGER, DEFINITION ET CLASSIFICATION Clinique Les Produits d Entretien Ménager (PEM) appelés aussi Produits de Nettoyage Ménager font partie des produits domestiques. Ce sont des composés chimiques destinés à de multiples usages et qui ont des compositions extrêmement diverses.l élévation du niveau de vie et le désir de simplifier les tâches ménagères ont créé de nouveaux besoins. Ces besoins sont à la fois comblés et accrus par les énormes progrès du secteur chimique de l industrie, lequel propose aux usagers, des produits dont les noms, sinon la nature, ne cessent de se multiplier. Malgré leur utilité dans notre vie quotidienne, leur mauvais usage peut conduire à des effets nocifs pour la santé (intoxication, allergie, brûlures) et l environnement. Définition et classification Jalal Ghyslaine, Rhalem Naima, Windy Maria, Soulaymani Rachida Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Une définition consensuelle des PEM n existe pas. Certains auteurs ont défini les produits domestiques comme des substances chimiques utilisées pour les actes de la vie courante à l intérieur de la maison ou dans ses proches dépendances [1]. Un détergent est défini comme toute substance ou préparation contenant des savons et/ou d autres agents de surface destinés à des processus de lavage et de nettoyage. Les détergents peuvent être présentés sous n importe quelle forme (liquide, poudre, pâte, barre, pain, pièce moulée, brique, etc.) et être commercialisés ou utilisés à des fins domestiques ou industrielles [2]. Diff é - rentes classifications sont retrouvées dans la littérature [1, 2]. Dans un souci de simplification et pour une meilleure orientation de prise en charge en cas d intoxication, le CAPM a opté pour la classification du programme international de sécurité chimique (IPCS) [3]. Références 1.Senault R, Neimann N, Manciaux M, Hennion E. Les intoxications accidentelles par produits ménagers. Rev du Prat.1963 Avril;11: Salle M. Contrôle des composés parfumant dans les cosmétiques et les détergents Mars [Consulté le 7/8/2010]. Consultable à l URL: gouv.fr/directions_services/dgccrf/manifestations/colloques/aromes_alimentaires/13_ salle.pdf 3. World Health Organization / International Programme on Chemical Safety. INTOX Use-Function Classification. Genève: WHO; Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre

4 Clinique Produits d entretien ménager, définition et classification Tableau I : Classification des PEM selon l IPCS [3] Code PEM Définition DG01 Nettoyant pour appareil audio/vidéo/ordinateur Produit pour nettoyer les disques, l équipement audio, vidéo, matériel informatique DG02 Nettoyant pour baignoire Produit pour nettoyer les baignoires DG03 Nettoyant pour tapis Produit pour nettoyer les tapis DG04 Lave linge poudre/liquide Détergent pour laver les vêtements DG05 Nettoyant à sec pour vêtements Produit utilisé pour enlever sans eau la saleté des vêtements DG06 Agent de trempage Produit utilisé pour enlever sans eau la saleté des vêtements par trempage dans l eau avant le lavage DG07 Lave vaisselle à la main Détergent pour lavage à la main de la vaisselle DG08 Lave vaisselle automatique Détergent pour lavage en machine de la vaisselle DG09 Agent de rinçage Produit utilisé pour aider à enlever les résidus de détergent sur des articles lavés en machine DG10 Déboucheur de canalisation Produit utilisé pour nettoyer ou déboucher les canalisations DG11 Assouplissants pour tissus Produit utilisé après lavage pour assouplir les tissus et diminuer l électricité statique DG12 Empois Produit utilisé après lavage pour donner la raideur à un tissu DG13 Nettoyants pour parquets Produit utilisé pour nettoyer les planchers et les parquets DG14 Polish à plancher Produits pour nettoyer et faire briller les planchers DG15 Nettoyant à fournaise et foyer Produit utilisé pour les chaudières, cheminées et les tubes de fournaise DG16 Polish à meubles Produit utilisé pour nettoyer les meubles et les vitres sans eau DG17 Nettoyant tout usage Produits pour usage divers (saleté, graisse, tache) DG18 Nettoyant à bijoux Produits pour enlever la saleté et poussière sur bijoux DG19 Nettoyant pour les toilettes Produits pour nettoyer les cuvettes, enlever les dépôts calcaires et détruire les micro-organismes infectieux DG20 Nettoyant pour cuir Produit pour nettoyer les articles de cuir DG21 Nettoyant pour chaussures de toiles Produit pour enlever la saleté des chaussures en tissu DG22 Nettoyants pour métaux Produit pour nettoyer les métaux DG23 Nettoyant pour four Produit pour nettoyer les fours/autres parties d une cuisinière DG24 Nettoyant pour plante Produit pour nettoyer les feuilles d une plante DG25 Nettoyant fosse septique Détergent corrosif alcalin utilisé pour nettoyer une fosse septique DG26 Poudre à récurer Nettoyant avec abrasif utilisé pour frotter les surfaces difficiles à nettoyer DG27 Nettoyant pour vitres/verre Produit pour nettoyer le verre ou les vitres DG98 Autre nettoyant Tout nettoyant défini par l article à nettoyer non mentionné ci-dessus DG99 Nettoyant inconnu Tout nettoyant inconnu DF01 Eau de javel tout usage Agent de blanchiment pour usage domestique général DF02 Désinfectant/produit de stérilisation pour usage Désinfectant pour usage domestique général sans agent de blanchiment général domestique DF03 Produit de stérilisation à bouteille; pour biberons Produit chimique utilisé pour stériliser ou désinfecter les biberons pour bébé DF05 Agent de blanchiment pour tissus Décolorant pour enlever la couleur des tissus DF06 Produit de stérilisation pour lessive Produit chimique utilisé pour détruire des mico-organismes infectieux sur vêtements avant lavage DF07 Produit de stérilisation pour eau Exemple : eau de piscine DF98 DF99 Autre javellisant/désinfectant/produit de stérilisation javellisant/désinfectant/produit de stérilisation inconnu Tout produit chimique domestique utilisé à la maison pour détruire les microorganismes infectieux non mentionné ci-dessus Tout produit chimique inconnu utilisé à la maison pour détruire les microorganismes infectieux 4 - Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre 2011

5 PRODUITS D ENTRETIEN MENAGER, TOXIDROMES et PRISE EN CHARGE Clinique Jalal Ghyslaine, Rhalem Naima, Windy Maria, Soulaymani Rachida Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc La prise en charge des intoxications par Produits d Entretien Ménager (PEM) est confrontée à plusieurs difficultés. En effet, la composition précise de la substance responsable est souvent méconnue avec une association fréquente de plusieurs toxiques dans une seule présentation. Afin d aider le clinicien dans sa pratique médicale, le Centre Anti Poison du Maroc (CAPM) propose une prise en charge basée sur la classe du produit et la symptomatologie clinique engendrée en cas d intoxication. *La complexité des formules et du risque rend impossible toute prévision à partir de l usage. Le recours à une information complémentaire auprès du CAPM est quasi obligatoire pour une meilleure prise en charge Gestes à proscrire en cas d ingestion de produit d entretien ménager : Lavage gastrique Vomissements provoqués Ingestion d eau ou de lait Références 1.Ansam F. S. Storage and utilization patterns of cleaning products in the home: Toxicity implications. Accident Analysis and Prevention Février; 39: Danel V, Bismuth Ch. Les intoxications aigues non médicamenteuses. Éditions techniques. Encyc.Méd.Chir. Paris. 1990: Geoffroy P. Les dessous cachés des produits ménagers. Dangers et conduites à tenir Février [consulté le 5//8/2010] ; [12pages] consultable à l URL : com/sp/form/sec/produits/doc.html. 4. Ellenenhorn MJ, Barceloux DG. Diagnosis and treatment of human poisoning. Medical Toxicology. New York; Elsevier, 1988:1512 [1, 2, 3,4] Tableau I: Toxidromes, PEM et prise en charge (Conçu par l équipe du CAPM) Classe du PEM Toxicité Signes cliniques Traitement Les produits pour lavage de la vaisselle et la lessive à la main (poudre ou liquide) Produits pour lavage de la lessive en machine (poudre ou liquide) Produits pour lavage de vaisselle (poudre ou liquide) Liquides de rinçage de vaisselle en machine Assouplissants textiles* Désinfectants* Nettoyants pour vitres* Produits pour métaux* Détartrants pour cuvettes (liquide, gel, paillettes) Détartrants (bloc à accrocher dans les cuvettes) Blocs désodorisants à suspendre au mur Déboucheurs de canalisation et décapants pour four Toxicité minime : irritants ; moussants Un peu plus irritants que les produits pour lavage à la main Toxicité élevée, caustiques Toxicité minime : irritants, toxicité liée à l éthanol. Toxicité importante : peu moussants ; caustiques ; toxicité liée aux solvants Toxicité différente d un produit à l autre Toxicité inégale et polymorphe, toxicité liée aux moussants, aux solvants et alcools Toxicité différente d un produit à l autre Toxicité élevée, caustiques Toxicité minime: irritants (contiennent du para dichlorobenzène et autres additifs en quantités minimes) Toxicité modérée Toxicité élevée ; caustiques majeurs Douleurs abdominales, anorexie, nausées, diarrhée, pneumopathie d inhalation Douleurs abdominales, nausées, diarrhée, pneumopathie d inhalation Brulure, état de choc, perforation œsophagienne ou gastrique, surinfection, sténose tardive Irritation digestive, hypoglycémie, ivresse, acidose Brûlure gastro-œsophagienne, état de choc, perforation œsophagienne ou gastrique, surinfection, sténose tardive, coma, convulsions, pneumopathie d inhalation Pneumopathie d inhalation Irritation digestive, pneumopathie d inhalation, troubles visuels, troubles du rythme cardiaque, coma Pneumopathie d inhalation, céphalée, vertige, coma, troubles visuels, ulcération et nécrose cutanée Brulure, état de choc, perforation œsophagienne ou gastrique, surinfection, sténose tardive Irritation digestive Diarrhée, douleur abdominale, l atteinte hématologique, cardiaque et somnolence sont théoriques Brûlures, choc, perforation œsophagienne ou gastrique, surinfection, sténose tardive Pansement gastrique, restriction hydrique pendant 2 à 3 heures Pansement gastrique, restriction hydrique pendant 2 à 3 heures Fibroscopie : traitement variant selon le grade des lésions. Pansement gastrique, prise en charge de l intoxication par l éthanol Surveillance pendant 24h Fibroscopie : traitement variant selon le grade des lésions. Surveillance clinique et radiologique Antibiothérapie si nécessaire Surveillance clinique selon la toxicité du produit Attitude thérapeutique unique difficile à codifier Fibroscopie : traitement variant selon le grade des lésions Traitement symptomatique Traitement symptomatique Endoscopie nécessaire: traitement variant selon le grade des lésions Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre

6 Article original Intoxications PAR LES PRODUITS D ENTRETIEN MENAGER AU MAROC Données du Centre Anti Poison du Maroc ( ) Jalal Ghyslaine 1, Rhalem Naima 1, 2, Badrane Narjis 1, Windy Maria 1, Ouammi Lahcen 1, 2, Soulaymani Abdelmjid 2, Soulaymani-Bencheikh Rachida 1, 3 1- Centre Anti Poison du Maroc, Ministère de la santé. 2- Faculté des Sciences, Université Ibn Tofail de Kénitra 3- Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat Introduction Les intoxications par les Produits d Entretien Ménager (PEM) sont fréquentes et restent parmi les premières causes d intoxications accidentelles à domicile surtout chez le jeune enfant. En effet, chaque année, plus de 20% des demandes téléphoniques reçues par les Centres Anti Poison français sont en rapport avec une telle intoxication [1]. Chez l adulte, il s agit surtout d un accident de transvasement et parfois de conduite suicidaire. Le marché marocain dispose d une diversité des PEM mis à la disposition du consommateur, ce qui les rend disponibles dans les foyers marocains, avec un risque accru d intoxication. L objectif de cette étude rétrospective est de décrire les caractéristiques épidémiologiques des intoxications par les PEM déclarées au Centre Anti Poison du Maroc (CAPM) de 1980 à Matériel et méthode Il s agit d une étude rétrospective sur une durée de 29 ans, allant du 1er janvier 1980 au 31 décembre Cette étude a concerné tous les cas d intoxications par PEM à usage domestique déclarés au CAPM par courrier ou par téléphone. Les données ont été enregistrées sur une base de données nationale et l analyse statistique a été faite par l application Excel et en utilisant le logiciel Epi Info. Cette étude a concerné la fréquence, la répartition dans le temps (année, saison, mois), la distribution dans l espace (région, milieu), les caractéristiques du patient intoxiqué (sexe, âge), les caractéristiques de l intoxication (circonstance, lieu, symptomatologie selon la classification WHO art, gradation selon le poisoning severity score (PSS) et l évolution). Résultats De 1980 à 2008, le CAPM a reçu 5826 déclarations de cas d intoxications par les produits d entretien ménager, ce qui représente 8,5% de tous les cas d intoxications durant la même période. Les piqûres et les envenimations scorpioniques (PES) étant exclues. Une augmentation régulière a été observée à partir du début du fonctionnement réel du département de l information toxicologique au CAPM, en 1991 (Figure1). Les intoxications par PEM étaient de provenance urbaine dans 91,5 % des cas et sont survenues à domicile dans 96,8% des cas. L incidence moyenne calculée sur une période de 5 ans, de 2004 à 2008 était de 1,25 pour habitants avec une prédominance des cas dans la région de Tadla-Azilal (3,3 pour habitants) suivie de la région de Rabat Intoxication par les Produits d Entretien Ménager Intoxication toute cause confondue Figure 1 : Répartition des cas d intoxications par PEM selon les années, CAPM, Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre 2011

7 Article original Tableau I : Incidence cumulée sur 5 ans des intoxications par PEM selon les régions, CAPM, Région Effectif Salé Zemmour Zair (3.1 pour habitants) (Tableau I). Le sexe féminin représentait 52,7% des cas avec un sex ratio (H/F) de 0,9. L âge moyen des intoxiqués était de 17,6 ±16,0 ans allant de 1 jour à 90 ans. Les tranches d âge des adultes et des bébés marcheurs étaient les plus touchées avec respectivement 40,5% et 34,3% des cas (Figure 2). L eau de javel a été incriminée dans 65,1% des cas suivie par les déboucheurs de canalisations dans 23,2% des cas. Incidence pour habitants Nombre de cas de décès Létalité (%) Tadla-Azilal 239 3,26 5 2,09 Rabat-Salé-Zemmour-Zaer 378 3,08 1 0,26 Grand Casablanca 389 2,11 1 0,26 L'Oriental 162 1,67 6 3,70 Marrakech-Tensift-Al Haouz 211 1,34 0 0,00 Meknès-Tafilalt 142 1,31 1 0,70 Laayoune-Boujdour-Sakia El Hamra 16 1,17 1 6,25 Tanger-Tétouan 90 0,90 0 0,00 Fès-Boulemane 52 0,64 0 0,00 Chaouia-Ouardigha 52 0,62 0 0,00 Doukala-Abda 48 0,48 0 0,00 Guelmim-Es Semara 11 0,46 0 0,00 Gharb-Chrarda-Béni Hssen 39 0,41 0 0,00 Souss-Massa-Daraa 54 0,34 0 0,00 Taza-Al Hoceima-Taounate 29 0, ,34 Oued ed Dahab-Laguira 1 0, ,00 Total , ,99 Figure 2 : Répartition des intoxications par PEM selon la tranche d âge, CAPM, Tableau II : Produits incriminés dans les cas d intoxications et dans les cas de décès, CAPM, Classe des PEM Nombre de décès / produit Pourcentage Taux de létalité Déboucheur de canalisation 54 81,8 3,9% Désinfectant 2 3 3,8% Eau de javel concentrée 5 7,5 0,1% Nettoyant inconnu 5 7,5 0,1% L exposition était accidentelle dans 76,1% des cas et volontaire dans 23,9%. L étude des caractéristiques cliniques de ce type d intoxication a montré que 91,5% des cas étaient symptomatiques. Les affections du système gastro-intestinal étaient les plus rencontrés (46,4%), suivies des affections de l appareil respiratoire (23,6 %), des affections de la peau et de ses annexes (12,2 %) et des troubles de l appareil visuel (8,7%). Les vomissements ont été provoqués à domicile dans 5,6% des cas et le lavage gastrique a été effectué dans une structure sanitaire avant l appel au CAPM dans 4,4% de cas. Les intoxications par PEM signalées au CAPM pendant cette période étaient d évolution favorable dans 98,1%. Le décès est survenu dans 1,7% des cas et 0,2% ont évolué vers la guérison avec séquelles. L étude des familles de PEM incriminées dans les cas de décès a montré que les déboucheurs de canalisation étaient les plus impliqués (Tableau II). Discussion La place des intoxications par PEM varie selon les pays et reste difficile à préciser puisque, dans la plupart des cas, il s agit d une intoxication bénigne ne donnant même pas lieu à une consultation médicale et échappant ainsi à toute étude statistique [2]. Le nombre de cas d intoxications par PEM déclaré au CAPM est très sous estimé et reste bien inférieur aux données des CAP étrangers. Ainsi, au cours de l année 2006, le CAP de Lille a enregistré 5622 cas d intoxications par PEM sur un total de cas d intoxication [3]. Ceci est lié d une part à la sous notification globale des cas d intoxication au Maroc, et d autre part à la sous-estimation de l intoxication par l entourage qui a recours à des moyens traditionnels (exemple : ingestion de lait) au lieu de la consultation médicale. Selon les données du CAPM, l intoxication par PEM présente la cinquième cause d intoxication, exclusion faite des PES [4]. Les déclarations des intoxications par PEM ont sensiblement augmenté au fil des années, les campagnes de sensibilisation ont accompagné cette évolution. L intoxication accidentelle est le mode d intoxication le plus fréquent et concerne essentiellement les enfants entre 1 et 4 ans dans 75,4%, ce qui corrobore plusieurs études [1, 5, 6,7]. En effet, les plus jeunes sont curieux de nature, portent tout à la bouche (les produits de nettoyage, les déboucheurs de canalisations, etc). Ces accidents surviennent le plus souvent par négligence (produit laissé à la portée des enfants ou récipient facile à ouvrir). Les accidents par PEM peuvent aussi survenir chez l adulte par imprudence (non respect des consignes d utilisation, Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre

8 Article original ingestion par méprise après transvasement dans des récipients alimentaires, mélange de produits dégageant des gaz irritants voire caustiques) [1,8,9]. À coté des circonstances accidentelles, certaines intoxications correspondent à une volonté de suicide. Les adultes de sexe féminin sont les plus touchés par ce type d intoxication. Les produits les plus utilisés et les plus répandus dans les ménages marocains sont évidemment les plus responsables d intoxications. C est ainsi que l eau de javel arrive en tête de liste suivi par l esprit de sel (déboucheur de canalisation) qui reste un produit d accès facile et ne répond à aucune norme de sécurité et d étiquetage. L intoxication par PEM est rarement mortelle [10,11,12]. Durant 2006, le CAP de Lille a enregistré deux décès sur 5622 cas d intoxication par PEM [3]. Dans notre série, le nombre de décès reste élevé, ceci peut être expliqué par la banalisation des cas d intoxication par ces produits, surtout pour les produits caustiques dont les déboucheurs de canalisation, qui sont les plus incriminés dans les cas de décès. Plusieurs conduites aberrantes ont été relevées dans notre étude face à cette intoxication, telle l ingestion du lait et les vomissements provoqués pratiqués par l entourage de l intoxiqué et le lavage gastrique pratiqué systématiquement par certains médecins, alors que ces pratiques sont toutes formellement contre indiquées pour ce type d intoxication [12,13,14]. Conclusion Des stratégies de prévention basées sur des campagnes de sensibilisation pour le public doivent être entreprises afin de réduire les intoxications évitables par PEM. La réglementation devra être plus stricte pour les produits caustiques (étiquetage plus précis, remplacement des composants très toxiques de certains produits par des composants d action équivalente mais moins nocifs, conditionnement plus hermétique...). Une collaboration multisectorielle doit se développer, faisant intervenir en premier lieu les parents qui doivent surveiller leurs enfants afin de les préserver contre les dangers en rangeant les PEM dans des lieux inaccessibles et en utilisant d une façon rationnelle tout produit de nettoyage. Les professionnels de santé, par ailleurs, doivent contacter le CAPM pour évaluer la gravite de l intoxication et avoir une conduite à tenir adaptée au produit responsable de l intoxication. Enfin, les industriels ont l obligation de déposer leurs fiches de données de sécurité au niveau du CAPM et d utiliser pour leurs produits des bouchons de sécurité inaccessibles aux enfants. Références 1. Danel V, Bismuth C. Les intoxications aigues non médicamenteuses. Éditions techniques. Encyc.Méd.Chir. Paris.1990.p Descotes J, Pulce C. Intoxication par produits ménagers. Encycl. Méd.Chir. Paris, Elsevier 1992 ; B Rapport annuel du centre antipoison de Lille Consulté le 12/5/2011 : Consultable à l URL : ca4cap.htm. 4. Ouammi L, Rhalem N, Aghandous R, Semllali I, Badri M, Jalal G, et al. Profil épidémiologique des intoxications au Maroc de 1980 à Toxicologie Maroc. 2009;1: Senturia YD, Christoffel KK, Donovan M. Children s household exposure to guns: a pediatric practice- based survey. Pediatrics.1994; 93: Lavaud J, Chouakri O, Copin C, Lecat O. A propos des nouveaux risques domestiques de I enfant. Ann. Pédiatr ; 623: Rambourg-Schepens MO, Rebouissoux L. Intoxications par les produits ménagers. In : Bedry R, Llanas B, Danel V, Fayon M, dir. Guide pratique de toxicologie pédiatrique. Rueil-Malmaison : Arnette ; p Effthymiou ML. Intoxication par produits ménagers. Encycl. Méd.Chir. Paris, Intoxications, 16001k10, , 6p. 9. Lavaud J. Intoxications aiguës de l enfant. Encycl Méd Chir Pédiatrie. Paris, Elsevier 2003; A Garnier R. Produits domestiques. In : Bismuth C, dir. Toxicologie clinique. Paris: Médecine-Sciences Flammarion; p Leonard SD, Wogalter M.S. What you don t know can hurt you: household products and events. Accident Analysis and Prevention. 2000; 32: Landru J, Jacob L. Anesthésie-réanimation pour lésions de l œsophage après ingestion d un produit caustique. Encycl Méd Chir. Paris, Elsevier 2003 ; A Lamireau T, Llanas B, Deprez C. Gravité des ingestions de produits caustiques chez l enfant. Arch Pédiatr, 1997 ;4: Garnier R. Produits domestiques. In : Bismuth C, dir. Toxicologie clinique. Paris : Médecine-Sciences Flammarion; p Marotox, une base de donnees marocaine pour les produits d entretien menager Marotox est une base de données conçue par Dr Ghyslaine Jalal, médecin au Centre Anti Poison du Maroc, sous forme de fiches de renseignements sur les Produits d Entretien Ménager (PEM) disponibles sur le marché marocain. Ces informations sont relatives à l utilisation, la présentation, la toxicité, la conduite à tenir et le fabricant. Cette base de données a été conçue dans le but de permettre aux médecins répondeurs du service de l information toxicologique de disposer rapidement d informations essentielles sur les PEM, afin de pouvoir donner une conduite à tenir adaptée. 8 - Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre 2011

9 RAPPORTS JOURNEES DE LUTTE ANTI TOXIQUE : OBJECTIFS ET RECOMMANDATIONS Chaoui Hanane Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Dans le cadre de son activité de lutte anti toxique, le Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM) a organisé trois journées scientifiques durant le deuxième trimestre Journée de lutte contre les Piqûres et les Envenimations Scorpioniques Lutte multisectorielle Organisée le 14 Avril 2011, la Journée de lutte contre les Piqûres et les Envenimations Scorpioniques (PES) avait pour objectif de renforcer la stratégie nationale de lutte contre les PES en axant sur la participation multisectorielle. Recommandations de la journée : Décentraliser la stratégie de lutte contre les PES ; Créer un système d information au niveau hospitalier ; Recourir à l audit de tous les décès par PES ; Instaurer la PEC de l envenimé au niveau des hôpitaux régionaux et ESSB Renforcer l IEC ; Impliquer les différents secteurs : collectivités locales, bureaux municipaux d hygiène, Ministère de l Agriculture, ministère de l enseignement, ministère de la jeunesse et sport, Médias, ONG, société civile, Ministère des Habous, ONE, secteur privé ; Mettre au point un traitement spécifique. Deuxième colloque scientifique pesticides et santé : De la caractérisation à la gestion des risques Journée de lutte multisectorielle contre les Piqûres et les Envenimations Scorpioniques, Rabat, 14 avril 2011 Organisé le 27 Avril 2011 avec la Société Marocaine de Toxicologie Clinique et Analytique (SMTCA), ce deuxième colloque Pesticides et Santé avait comme objectif de mettre le point sur l épidémiologie actuelle des intoxications par les pesticides, de proposer une conduite à tenir standardisée et de fournir des recommandations concernant les aspects de prévention légale au niveau de l homologation, la commercialisation, l utilisation et le stockage des pesticides et les sources d exposition aux pesticides. Deuxième colloque Pesticides et Santé, Rabat, 28 avril 2011 Recommandations du colloque Améliorer les connaissances à propos de l impact des pesticides sur la santé du citoyen et sur l environnement : collecte des données sur les intoxications aigues et chroniques, amélioration des laboratoires et techniques d analyse et promotion des études sur les intoxications Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre

10 RAPPORTS Journées de lutte anti toxique : Objectifs et Recommandations chroniques ainsi que des études d évaluation des traitements spécifiques. Améliorer la législation : adopter une loi unique sur les pesticides, signer et ratifier les conventions internationales, adopter le Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques (SGH), identifier les risques, interdire certaines molécules et opérationnaliser le projet Elimination des déchets dangereux. Renforcer les capacités et le partenariat: renforcement des capacités techniques et l intersectorialité, lutte contre les pratiques illégales (Application des textes concernant la vente et l utilisation du Phosphure d aluminium) et implication des différents partenaires pour une gestion éthique et responsable des produits phytosanitaires. Prévenir à tous les niveaux : mieux évaluer les pesticides à commercialiser au Maroc, veiller au respect de la réglementation, définir les actions pour rationnaliser l utilisation de ces substances, éduquer la population, former les ouvriers agricoles sur les bonnes pratiques d usage et de manipulation des pesticides et encourager l utilisation des bio pesticides comme alternative. Journée sur la problématique des Envenimations par Morsures de Serpent Organisée le 09 Juin 2011 en association avec la Société Marocaine de Toxicologie Clinique et Analytique (SMTCA), la journée sur la problématique des Envenimations par Morsures de Serpent Journée sur la problématique des Envenimations par Morsures de Serpent, Rabat, 9 juin 2011 (MES) avait pour objectif d acquérir des connaissances sur les serpents présentant un intérêt médical, mettre le point sur l épidémiologie régionale et nationale, traiter les aspects cliniques et thérapeutiques des morsures de serpent et débattre de la problématique de la sérothérapie. Recommandations de la journée : Améliorer les connaissances sur les serpents venimeux du Maroc pour permettre d identifier les serpents agresseurs, de déterminer le risque ophidien et de cibler les actions de prévention. Développer un système d information spécifique aux MES en définissant la vraie ampleur du problème, en évaluant les actions à mettre en place (préventives et curatives) et en développant les connaissances épidémiologiques. Standardiser et hiérarchiser la prise en charge par la mise en place d un comité d experts cliniciens. Renforcer la formation des professionnels de santé (espèces venimeuses, zones à risques, CAT adaptée) Mettre à la disposition des professionnels de santé une sérothérapie adaptée aux espèces de serpents marocains. Développer un programme de prévention à l échelle nationale : premiers gestes, méthodes à bannir Mettre en place une stratégie nationale de lutte contre les MES. La lutte contre les morsures et envenimations ophidiennes reste une affaire de dialogue, de coordination et de synergie entre équipes pluridisciplinaires à l échelle nationale et régionale. Appelez, nous écoutons Notifiez, nous agissons N éco : Tel d urgence : Rue Lamfedel Cherkaoui, Madinate Al Irfane, BP: 6671, Rabat 10100, Maroc. Standard : / Fax : Toxicologie Maroc - N 10-3 ème trimestre 2011

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Intoxication par l'eau de Javel

Intoxication par l'eau de Javel Intoxication par l'eau de Javel N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique Un enfant de 4 ans a ingéré de façon accidentelle, un demi verre d'eau de Javel vendu en ambulatoire. Il est amené une heure plutard

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

Les étiquettes de danger et leur signification (transport)

Les étiquettes de danger et leur signification (transport) Les étiquettes de danger et leur signification (transport) 1 Explosif 2.2 Gaz non inflammable et non toxique 3 + 2.1 Liquide ou gaz inflammable 4.1 Solide inflammable 4.2 Spontanément inflammable 4.3 Dégage

Plus en détail

Toxicité de quelques réactifs utilisés en chimie Edith ANTONOT lycée Louis Vincent (METZ) - edith.antonot@ac-nancy-metz.fr

Toxicité de quelques réactifs utilisés en chimie Edith ANTONOT lycée Louis Vincent (METZ) - edith.antonot@ac-nancy-metz.fr Toxicité de quelques réactifs utilisés en chimie Edith ANTONOT lycée Louis Vincent (METZ) - edith.antonot@ac-nancy-metz.fr Sommaire Toxicité de quelques réactifs utilisés en chimie... 1 Résumé et remerciements...

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Instructions pour la rédaction des conseils de premiers secours pour les pesticides à usage agricole en Belgique. Version 6, juin 2013.

Instructions pour la rédaction des conseils de premiers secours pour les pesticides à usage agricole en Belgique. Version 6, juin 2013. Instructions pour la rédaction des conseils de premiers secours pour les pesticides à usage agricole en Belgique Version 6, juin 2013 Introduction Ces instructions ont été formulées par le Centre Antipoisons

Plus en détail

En être conscient est la première étape dans la démarche de prévention.

En être conscient est la première étape dans la démarche de prévention. Qu ils soient distribués dans le commerce à usage personnel ou dans vos collectivités à usage professionnel, les produits chimiques (dont les produits d entretien) peuvent être source de dangers. En être

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

FUCHS et le Système Général Harmonisé

FUCHS et le Système Général Harmonisé FUCHS et le Système Général Harmonisé SGH - Système Général Hamonisé GHS - Globally Harmonized System 10/2014 SGH - Système Général Harmonisé GHS - Globally Harmonized System Le développement du SGH ou

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit NET TONDEUSE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence Utilisation commerciale Fournisseur NET TONDEUSE BNETT Aérosol lubrifiant MINERVA-OIL SAS Rue du 11

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TOP CLEAN Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence : Utilisation commerciale Fournisseur TOP CLEAN BTOPCL Additif pour carburant SP 95, 98 et E10 SAS MINERVA-OIL

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage Arnaud REBÊCHE Un constat s impose : le secteur de la propreté et du multi services, dans la restauration,

Plus en détail

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE

PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PREVENTION DU RISQUE CHIMIQUE PLAN I- Réglementation II- Les voies de pénétration des produits III- Les risques pour la santé selon l activité IV- Les principes généraux de prévention V- La classification

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Présenté par: Christine DOLLE Martine GILLET. Laboratoire de Chimie de la CRAM

Présenté par: Christine DOLLE Martine GILLET. Laboratoire de Chimie de la CRAM Présenté par: Christine DOLLE Martine GILLET Laboratoire de Chimie de la CRAM Produits chimiques: l étiquetage évolue International: SGH Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des

Plus en détail

Partie 1. Présentation générale du SGH

Partie 1. Présentation générale du SGH Partie 1 Présentation générale du SGH Qu est-ce que le SGH? SGH Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques GHS Globally Harmonized System of classification and labelling

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE FICHE DE DONNES DE SECURITE NETTOYANT VIDANGE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Nom du produit : Nettoyant vidange Distributeur : PGP DIFFUSION Adresse : 5, rue

Plus en détail

Nouvelle réglementation CLP. Membre du réseau

Nouvelle réglementation CLP. Membre du réseau Nouvelle réglementation CLP Depuis le 1er juin 2015, La plupart des produits issus de la chimie doivent être étiquetés selon la nouvelle réglementation CLP. Qu est-ce que le CLP? CLP est l acronyme de

Plus en détail

Prévention. Le risque chimique (2) : Infos. La démarche de prévention. Activités concernées : SOMMAIRE : LE RISQUE CHIMIQUE

Prévention. Le risque chimique (2) : Infos. La démarche de prévention. Activités concernées : SOMMAIRE : LE RISQUE CHIMIQUE Infos Prévention SOMMAIRE : LE RISQUE CHIMIQUE Activités concernées Les évènements indésirables dus à l utilisation de produits dangereux Les voies de pénétration dans l organisme Les dangers et risques

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

maison-et-compagnie.com

maison-et-compagnie.com FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Nom de la préparation : CREME NETTOYANTE PLAQUES VITROCERAMIQUES ET INDUCTIONS 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du produit : CREME NETTOYANTE PLAQUES

Plus en détail

Règlement du Service d Assainissement Collectif

Règlement du Service d Assainissement Collectif Règlement du Service d Assainissement Collectif Article 1. Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de présenter les modalités et les conditions d utilisation et de gestion du réseau d assainissement

Plus en détail

(D après sujet de CAP Secteur 1 Groupement interacadémique II Session 2005)

(D après sujet de CAP Secteur 1 Groupement interacadémique II Session 2005) EXERCICES SUR LES RISQUES CHIMIQUES Exercice 1 1) Une solution acide est particulièrement dangereuse lors de sa manipulation. Parmi les pictogrammes,,, et suivants, lequel indique que les solutions sont

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 46

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 46 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 46 HYGIENE ET SÉCURITÉ FÉVRIER 2011 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Nicolas HÉVIN Agent chargé de la mise en œuvre des règles d hygiène

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

NOUVEL ETIQUETAGE DES PRODUITS CHIMIQUES

NOUVEL ETIQUETAGE DES PRODUITS CHIMIQUES Pôle Santé / Sécurité NOUVEL ETIQUETAGE DES PRODUITS CHIMIQUES Fiche pratique Version 0 Mars 2010 Nb de pages : 8 REGLEMENTATION Dans le but d harmoniser les étiquetages de produits chimiques à l échelle

Plus en détail

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005 INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE Juin 2005 La Haute Autorité de santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE ANTI-MOUSSE CONCENTRE 10

FICHE DE DONNEES DE SECURITE ANTI-MOUSSE CONCENTRE 10 Page 1 sur 1 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PREPARATION ET DE LA SOCIETE / ENTREPRISE Nom commercial : ANTI MOUSSE CONCENTRE 10 Application : Traitement concentré préventif et curatif des mousses,

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

ETS B E A U S E I G N E U R

ETS B E A U S E I G N E U R ETS 6 Rue André Viellard Tél. 03 84 36 41 36 Fax 03 84 36 41 30 e-mail : contact@beauseigneur.com Site : www.beauseigneur.com FICHE DE DONNEES DE SECURITE LAVE GLACE - 30 C Version 1 du 21.12.2009 Réf

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants.

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants. Date d impression : 9/07/2007 Valable à partir du : 05/06/2007 Page: 1/5 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. Données relatives au produit : Mortier Colle pour collage en

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

TEXTILE WASH. Fiche de données de sécurité (FDS) 1. Identification de la substance et de l'entreprise. 2. Composition / information sur les composants

TEXTILE WASH. Fiche de données de sécurité (FDS) 1. Identification de la substance et de l'entreprise. 2. Composition / information sur les composants 1. Identification de la substance et de l'entreprise IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE Nom commercial Dénomination chimique Nom/Raison sociale Coordonnées locales NUMERO D APPEL D URGENCE Nettoyant pour textiles

Plus en détail

FICHE DE DONNÈES DE SÉCURITÉ. Code produit : CIRE 213 Version : 1 date : 20/05/2007

FICHE DE DONNÈES DE SÉCURITÉ. Code produit : CIRE 213 Version : 1 date : 20/05/2007 Produit CIRE 213 page : 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du Produit : CIRE 213 Nom : Bibliothèque nationale de France Adresse : Château de Sablé 72300 Sablé sur Sarthe Téléphone :

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement.

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. L eau de javel s utilise soit pure, pour désinfecter uniquement, soit mélangée à du détergent, dans un

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Page 1 of 8 FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE LA SOCIETE. 1.1 Identification de la préparation: FINISH/ CALGONIT PROFESSIONNEL NETTOYANT MACHINE 5 LITRES 1.2 Fabricant

Plus en détail

MINISTERE DU COMMERCE

MINISTERE DU COMMERCE MINISTERE DU COMMERCE Centre Algérien du Contrôle de la Qualité et de l Emballage COMMENT OBTENIR UNE AUTORISATION PREALABLE A LA FABRICATION ET A L IMPORTATION DES PRODUITS TOXIQUES OU PRESENTANT UN RISQUE

Plus en détail

Classification, Labelling & Packaging

Classification, Labelling & Packaging Le règlement r CLP Classification, Labelling & Packaging Règlement (CE) n 1272/2008 relatif à la classification, à l étiquetage et à l emballage des substances et des mélanges Déclinaison du SGH au niveau

Plus en détail

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON 1 Construction en transversalité sur 3 ans C 7 : Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle LED Éducation

Plus en détail

Produits chimiques: l étiquetage évolue

Produits chimiques: l étiquetage évolue Produits chimiques: l étiquetage évolue International: Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques: élaboré au niveau international Europe: Règlement (20-01-2009)

Plus en détail

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers 1 Buts Etre capable de reconnaître les dangers indiqués sur une étiquette de produits dangereux. Connaître les pictogrammes du

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Page Lessives poudres 4 Lessives liquides 5 Lessives spéciales 6 7 Aides au lavage 8 Adoucissants 9 Nettoyants ménagers 10 11 Nettoyants vaisselle

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS dmp.gouv.fr Le Dossier Médical Personnel (DMP) est une réalité. Il est entré dans sa phase de déploiement. Pour

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Annabel MAISON Institut National de Recherche et de Sécurité Département Expertise et Conseil Technique Quelques

Plus en détail

Sergeant s Pretect Brouillard Anti Puces Domestique 70106 Page 1 de 5

Sergeant s Pretect Brouillard Anti Puces Domestique 70106 Page 1 de 5 70106 Page 1 de 5 Section I. Identification et utilisation du produit Nom du produit # d homologation. 26502 Utilisation Insecticide Fournisseur Rolf C. Hagen Inc., 20 500 Aut. Transcanadienne, Baie d

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

LE MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES

LE MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-Direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option)

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) Son but est de vous permettre d approfondir des notions qui vous intéressent soit de manière générale, soit en prévision d une orientation

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Exercices du chapitre VII : Solutions acides et basiques

Exercices du chapitre VII : Solutions acides et basiques Exercices du chapitre VII : Solutions acides et basiques Activité en groupes : Les produits ménagers, Utiles mais pas anodins. Objectifs : - Observer et comprendre une étiquette d un produit chimique commercial

Plus en détail

LES INTOXICATIONS DOMESTIQUES EN PRATIQUE COURANTE

LES INTOXICATIONS DOMESTIQUES EN PRATIQUE COURANTE LES INTOXICATIONS DOMESTIQUES EN PRATIQUE COURANTE I : Introduction II : Les intoxications domestiques les plus représentées 1. Chlore et dérivés sous forme vapeur 2. Dakin 3. Caustiques (Eau de javel++)

Plus en détail

SGH / CPL : un nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques

SGH / CPL : un nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques SGH / CPL : un nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques 1. Vers un nouveau système de classification et d étiquetage Le Système Général Harmonisé de classification et d

Plus en détail

Éléments d étiquetage du règlement CLP

Éléments d étiquetage du règlement CLP Éléments d étiquetage du règlement CLP Le règlement CLP (, Labelling and Packaging of substances and mixtures) introduit de nouveaux symboles et indications, ainsi que des nouvelles règles de classification

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS SURVEILLANCE de la SÉCURITÉ D EMPLOI des MÉDICAMENTS Guide pour la création et le fonctionnement d un centre de pharmacovigilance

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Désignation commerciale : KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Date de création : 29/02/2000 Date de révision : 01/04/2005 FICHE DE DONNEES DE SECURITE

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EPOXYDUR

FICHE DE DONNEES DE SECURITE EPOXYDUR Page : 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Epoxydur Utilisation : Peinture Epoxy à 2 composants, destinée pour la protection des supports en béton ou en ciment à usage industriel.

Plus en détail

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge Arrêt cardiaque rea app Actions Coeur Les Chevaliers du Coeur Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge www.osez-sauver.be 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié

Plus en détail

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires :

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Ligue Cardiologique Belge Plate-forme d informations et d échanges autour des maladies cardiovasculaires en Belgique au service des patients.

Plus en détail

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Programme Intérêt de fabriquer ses produits Les principaux ingrédients

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Les risques Professionnels liés au métier de la garde d enfant à domicile

Les risques Professionnels liés au métier de la garde d enfant à domicile Les risques Professionnels liés au métier de la garde d enfant à domicile Numéro du samu : 15 Médecine du travail - CMIE : N. d urgence de Déclic Eveil : 06 61 06 99 03 Allo Enfance maltraitée : 119 Centre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT Généralités L EAU La tension superficielle : Phénomène naturel; paramètre qu a une surface a être mouillée( tension qu exerce l eau sur une surface) L eau

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SÉCURITÉ selon 1907/2006/CE, Article 31. FG6360-362 Black Box - Black Carnauba Blend Wax

FICHE DE DONNEES DE SÉCURITÉ selon 1907/2006/CE, Article 31. FG6360-362 Black Box - Black Carnauba Blend Wax FICHE DE DONNEES DE SÉCURITÉ selon 197/26/CE, Article 31 FG636-362 Black Box - Black Carnauba Blend Wax 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Nom du produit Société

Plus en détail

L analyse de risque en pratique et la prévention de accidents du travail au CHUV. Sohf, 3 septembre 2009, Lausanne

L analyse de risque en pratique et la prévention de accidents du travail au CHUV. Sohf, 3 septembre 2009, Lausanne L analyse de risque en pratique et la prévention de accidents du travail au CHUV Sohf, 3 septembre 2009, Lausanne 1 Plan de la présentation - Introduction et chiffres du CHUV - Historique en SST - Analyse

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 0

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 0 Page : 1 / 7 SECTION 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Identification du produit Nom commercial : Préparation liquide. : HUILE 4T

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail