Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil"

Transcription

1 Sept EXPLOITATIONS AGRICOLES Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil? Guide pratique à destination des techniciens et des agriculteurs lorrains Que dit la réglementation : En fonction du type, du lieu et de la capacité de stockage, la réglementation applicable fait référence : - A la réglementation spécifique pour les stockages des produits pétroliers : Arrêté du 21 mars 1968, modifié le 26 février 1974 puis le 3 mars 1976 Arrêté du 1er juillet Au régime des installations classées : Les seuils de classement I.C.P.E. sont fonction du type et de la capacité de stockage. L exploitant doit intégrer ses différents stockages dans sa déclaration ou sa demande d autorisation. Il faut alors se renseigner auprès de : - la Direction des Services Vétérinaires (D.S.V.) ou de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS) pour un éleveur en fonction de la taille de son exploitation. - la Direction Régionale de l industrie, de la Recherche et de l Environnement (DRIRE) pour les autres cas. - Au Réglement Sanitaire Départemental (R.S.D.) : Il est recommandé, voire obligatoire dans certains R.S.D., d implanter le stockage à plus de 35 m d un point d eau (puits, forage, source...), des berges d un cours d eau ou d un étang et de s informer sur les contraintes en zones inondables. Le Code Rural et le Code de l Environnement qualifient de délit les actions conduisant à l écoulement, au déversement ou au rejet de substances ayant nui à la faune piscicole, endommagé la faune ou la flore et limité l usage des baignades. Dans un périmètre de protection de captage d eau potable : des contraintes supplémentaires peuvent être imposées, notamment pour les stockages enterrés (informations consultables en mairie, à la D.R.A.F. ou à la D.D.A.S.S.).

2 Les types de stockage Une réglementation différente pour chaque forme de stockage 1 Risques et conséquences d un mauvais stockage 1 - Les hydrocarbures sont les plus souvent impliqués lors des pollutions accidentelles des eaux. 2 - Une pollution par hydrocarbures est difficile et longue à résorber (mauvais mélange avec l eau et forte rémanence du produit dans le milieu). 3 - Brûlés à l air libre, ils produisent des émanations de dioxydes de soufre en partie responsables des pluies acides, de l effet de serre et de problèmes respiratoires pour l homme. Année Nombre total de cas de pollution accidentelle des eaux (Dpt 54) Hydrocarbures mis en causes Nombre de cas Cuves ou citernes mises en causes % 19 43% % 6 19% % 11 25% % 10 30% % 7 23% % 9 33% % 13 48% % 9 39% Source : Préfecture de Meurthe et Moselle 2 Plusieurs types de réservoirs sont autorisés pour le stockage de produits pétroliers les réservoirs de type ordinaire (extrait de l article 5 de l arrêté du 1er juillet 2004): Types de réservoirs Catégorie Normes appliquées Réservoirs en acier Réservoirs de type "Léger" Ordinaire norme française NF M Réservoirs à simple paroi Ordinaire norme française NF M Réservoirs cylindriques veticaux construits sur site (ou la norme européenne NF EN lorqu'elle aura été homologuée) Ordinaire norme européenne NF EN lorqu'elle aura été homologuée) Réservoirs parallépipédique Ordinaire NF E Réservoirs en matière plastique Réservoir à simple enveloppe Ordinaire Projet de de norme prnf EN (application dès parution de la norme) Réservoir à enveloppe secondaire Ordinaire Projet de de norme prnf EN pour le réservoir intérieur (application dès parution de la norme) les réservoirs de type sécurité (extrait de l article 5 de l arrêté du 1er juillet 2004): Types de réservoirs Catégorie Normes appliquées Réservoirs en plastiques renforcés de verre norme expérimentale XP M conjointement utilisée avec les normes européennes NF EN et NF EN La conformité de ces normes doit être constatée (marque ou certificat de conformité) Réservoirs en acier Réservoirs à double paroi Réservoirs à simple paroi à revêtement extérieur en béton Réservoir à revêtement intérieur en plastiques renforcés Réservoir à enveloppe intérieure en matière plastique norme française NF M (remplacée par la norme européenne NF EN ou NF EN dès parution) norme française NF M norme française NF M (pour les réservoirs neufs) norme française NF M (pour les réservoirs en services) norme française NF M les récipients fermés transportables : 1 Ils sont constitués de bidons ou de fûts spécifiques aux produits pétroliers d une contenance au plus égale à 200 litres (ceux d une contenance utile de 50 litres et plus doivent être métalliques).

3 Les types de stockage Tout réservoir, raccord ou tout autre équipement doit être conforme à une norme française ou à tout autre norme d un Etat de l Union européenne assurant un niveau de sécurité et de protection de l environnement équivalent. 3 Les principales implantations possibles pour le stockage des produits pétroliers de fioul ou gas-oil à l extérieur d un bâtiment à l intérieur d un bâtiment non enterré enterré non enterré enterré en fosse enfoui En étage Au rez-de-chaussé en fosse enfoui En sous-sol Les stockages non enterrés Différentes réglementations s appliquent en fonction de la capacité de stockage Réglement Sanitaire Départemental Réglementation Installations Classées (fioul et gazole) Déclaration Autorisation < 50 m 3 50 à 500 m 3 > 500 m 3 4 Le stockage non enterré en plein air 1 Les réservoirs installés en plein air doivent : - être conçus pour stocker les produits pétroliers en extérieur. -être suffisamment opaques pour empêcher l altération des caractéristiques du produit stocké. -être fixés solidement sur un sol plan maçonné. 2 Toutes les parties métalliques (réservoirs, canalisations et autres accessoires) doivent être reliées à la terre par une liaison équipotentielle. 3 Les récipients ou réservoirs doivent être équipés d une deuxième enveloppe étanche et être conçus de telle sorte qu il soit possible de rendre compte de toute perte d étanchéité de l enveloppe intérieure. A défaut d une deuxième enveloppe, ils doivent être placés dans une cuvette de rétention étanche dont la capacité doit être au moins égale à la plus grande des valeurs suivantes : % de la capacité du plus grand réservoir - 50 % de la capacité globale des réservoirs 4 - Pour l implantation de stockage en plein air, des distances réglementaires sont à respecter : Distances minimales entre la paroi du réservoir et le bâtiment le plus proche d'un tiers Capacité < 2,5 m 3 entre 2,5 et 6 m 3 entre 6 et 10 m 3 entre 10 et 50 m 3 > 50 m 3 Distance 0 mètre 1 mètre 6 mètres 7 mètres 10 mètres 5 - Lorsque la capacité de stockage dépasse litres, la distance (d) entre deux réservoirs est au minimum de 1,5 m et 0,2 x D (D étant le diamètre du plus grand réservoir en mètre). 6 - Lorsque le stockage dépasse litres, il doit doit être entouré d une clôture de 1,75 mètre de hauteur au moins. D d h=1.75m Puisard d=0.2 x D et minimum de 1.50m

4 Les stockages non enterrés (suite ) 5 Le stockage non enterré à rez-de de-chaussée ou en sous-sol sol d un bâtiment 1 Les réservoirs doivent être : - posés sur un plan maçonné. - fixés solidement au sol s ils sont installés en zone inondable ou en zone de sismicité. 2 Les récipients ou réservoirs doivent être équipés d une deuxième enveloppe étanche, résistante au feu et être conçue de telle sorte qu il soit possible de rendre compte de toute perte d étanchéité de l enveloppe intérieure. A défaut d une deuxième enveloppe, ils doivent placés dans une cuvette de rétention étanche et incombustible dont la capacité doit être au moins égale à celle du stockage. 3 - Sous un stockage fixe, il ne doit exister aucun espace vide autre que le vide sanitaire. 4 Il ne doit y avoir aucun espace vide au passage des tuyauteries dans les murs et planchers. 5 Aucune canalisation d alimentation en eau, en gaz ou en électricité indispensable au stockage ne doit passer sous le réservoir ou la cuvette de rétention ou exister dans le local. 6 - Lorsque le stockage a une capacité dépassant litres, il doit être implanté dans un local spécifique qui peut faire office de cuvette de rétention avec un seuil de porte et aménagé en fonction des recommandations suivantes : - Murs, plancher et plafond doivent avoir une résistance coup-feu de degré deux heures. - Porte d une résistance coupe-feu de degré une heure, s ouvrant sur l extérieur. - Ventilation minimale (section 1 décimètre carré). - Installation électrique réalisée avec du matériel normalisé (NFC ) qui peut être de type ordinaire. - Le couloir d accès au local doit être isolé des dégagements du bâtiment par une porte résistant au feu pare-flammes de degré une demi-heure, munie d un système de fermeture automatique. 6 Réalisation d un bac de rétention 1 - Quelques règles pour réaliser le bac de rétention : - la vanne de remplissage doit être située à l intérieur du bac de rétention pour capter les écoulements. -le revêtement bitumeux est à proscrire pour la rétention des stockages d hydrocarbures. Il faut utiliser des revêtements adaptés. - Prévoir une pente au sol de 2 % vers le puisard étanche régulièrement vidangé de ses eaux pluviales. Il est interdit de : - faire passer des canalisations (eaux potable et d'évacuation, gaz, électricité) sous les réservoirs et dans les cuvettes de rétention. - d entreposer des matériaux inflammables à moins d un mètre. 2 - Pour la protection, il faut prévoir : - un grillage ou un garde corps de 1m du sol (1,75 m si capacité de stockage supérieure à litres) - une échelle fixe intérieure et extérieure avec une barre de maintien et un portillon. Coût par entreprise de 90 à 170 /m 3 de rétention Pour les murets 60 cm de profondeur Dimension : 0,50 m x 0,25 m Béton dosé à 300 kg/m 3 Dallage Géotextile et empierrement 0,30 m Ferraillage et béton armé classe 5 B - 12 cm Murs de côté Chaînage - poteaux Poteaux tous les 2 m 2 chaînages (0,20 m x 0,15 m) Type CH chaînge carré Mur de 1,2 m Fondations muret Liaison avce les fondations Finition lissée ou serrée Murs Enduit Exemple pour une cuve de 25 m 3 (rétention avec 4 côtés) Caractéristiques Quantités ciment 11 sacs sable 0-5 1,1 m 3 gravier 12/20 1,4 m 3 semelle S ml Béton prêt à l'emploi 2,6 m 3 B 35 type 5 B ciment 15 sacs sable 0-5 1,2 m 3 gravier 8/12 1,6 m 3 chainage ml agglos coffrants 250 unités ciment 50 sacs sable m sacs sable 0/2 ou 0/3 0,5 m 3 produit hydrofuge selon fabricant 3 - Pour les stockages en extérieur, il faut veiller à évacuer régulièrement par repompage l eau pluviale qui s accumule dans le bac de rétention ou couvrir la zone de stockage. Joint s assise anticorrosion Source : GROUPAMA 4 - Au titre du Code l Urbanisme, les démarches doivent être entreprises avant de réaliser les travaux : déclaration de travaux ou demande de permis de construire.

5 Les stockages enterrés Différentes réglementations s appliquent en fonction de la capacité de stockage Réglement Sanitaire Départemental Réglementation Installations Classées (fioul et gazole) Déclaration Autorisation < 250 m à m 3 > m 3 7 Le stockage enterré Seuls les réservoirs de type ordinaire en fosse et les réservoirs sont autorisés à être enterrés. 8 Le stockage enterré en fosse 1 - La fosse peut être placée : A l extérieur d un bâtiment : - soit enterrée - soit au niveau du sol A l intérieur d un bâtiment : - soit enterrée au niveau le plus profond - soit au rez-de-chaussée ou en sous-sol, sous réserve que le bâtiment ne comporte aucun espace vide sous la fosse, autre qu un vide sanitaire d Regard f > 0,20 h > 0,10 e > 0,20 d > 0,20 f Dalle e 4 - La fosse n est pas remblayée, ce qui permet de vérifier facilement l absence de fuite avec le puisard situé au point bas du radier. Puisard h 5 - La fosse doit être maçonnée, étanche, couverte par une dalle incombustible avec regard. Les ouvertures diverses doivent être fermées par des tampons étanches incombustibles. Aucune canalisation (eau, gaz et électricité) autres que celles indispensables au fonctionnement des appareils nécessaires à l exploitation du stockage, ne doit passer à l intérieur ou sous la fosse. 9 Le stockage enfoui 1 - Le stockage enfoui ne peut être réalisé qu en réservoirs. Pour ceux en acier, ils doivent être protégés contre la corrosion et isolés électriquement. 2 - Les réservoirs peuvent être placés : A l extérieur d un bâtiment : - Soit sous le niveau du sol : la génératrice supérieure (f) étant à 0,50 mètre au moins et à 1,50 mètre au plus au dessous du niveau du sol. - Soit au dessus du niveau du sol : les parois étant flanquées d une couche de terre (g) d une épaisseur minimale de 0,50 mètre et 1,50 mètre au plus à la partie supérieure et de 1 mètre au plan horizontal. A l intérieur d un bâtiment : - Au niveau le plus profond de celui-ci, la génératrice supérieure (f) étant à 0,50 mètre au moins au-dessous du niveau du sol (f). 3 - Aucune canalisation d alimentation en eau, en gaz ou en électricité indispensable au stockage ne doit passer à moins de 0,50 mètre du réservoir en projection verticale. 4 - Une distance minimale de : Au dessous du niveau du sol Terre compactée Sable Au dessus du niveau du sol g 0,50 m < f < 1,50 m Socle d'amarrage 0,50 m < f < 1,50 m g > 1 m f f g 0,20 mètre doit exister entre deux réservoirs. 0,50 mètre doit exister entre les parois des réservoirs et la limite de propriété Terre Socle 5 - Les stockages doivent être amarrés solidement pour ne pas remonter sous l action de l eau par exemple. Aucune cavité ne doit se trouver en-dessous du réservoir. Les parois du réservoir sont protégées par une couche de sable et flanquée d une couche de terre compactée. Le passage de véhicules est possible au dessus s il est suffisamment protégé (plancher ou dalle).

6 Règles de sécurité 10 Sécurisation du stockage 1 - Pour éviter les actes de malveillance, poser un cadenas sur la vanne ou installer un grillage autour de la cuve si elle est isolée ou si le lieu est ouvert au public. 2 - Prévoir une barre d arrêt pour les véhicules de livraison. 3 - Dispositif de jaugeage obligatoire (tube de niveau en verre ou plastique interdit) - Contrôle avant chaque remplissage pour éviter tout risque de débordement. 4 - Les canalisations doivent être métalliques. L évent est obligatoire pour les réservoirs munis d une canalisation de remplissage et devra déboucher directement à l air libre en extérieur. 5 - Lorsqu elles sont en matière plastique, les canalisations en charge reliant les réservoirs au point d utilisation ou de remplissage doivent être enterrées ou être insérées dans une gaine coupe feu de degré deux heures. 6 - Il ne doit exister aucun point de soutirage en partie basse d un récipient ou d un réservoir. 7 - Des réservoirs de même nature, et de même capacité peuvent être mis en batterie (stockage maxi 10 m 3 ) avec une interconnexion sur la partie haute. 8 Une plaque indiquant la désignation du produit entreposé et la contenance du ou des réservoirs doit être fixée à côté de l orifice de remplissage. 9 Toutes les parties métalliques (réservoirs, canalisations et autres accessoires) doivent être reliées à la terre par une liaison équipotentielle. 11 Mise en service et exploitation des stockages 1 Mise en service - L installateur doit fournir au maître d ouvrage * Le certificat de conformité de l installation aux disposition de l arrêté du 1 juillet 2004 * une copie de cet arrêté * la documentation spécifique à chaque équipement * un livret d entretien 2 - Surveillance et entretien des cuves - L utilisateur doit vérifier la quantité admissible avant toute commande. - L utilisateur doit entretenir son installation (réservoir, canalisations, cuvette de rétention) : * vérifier les dispositifs de sécurité. * maintenir la cuvette de rétention vide et propre. * surveiller l étanchéité du réservoir et prévoir une réépreuve périodique (stockages enfouis ou en fosse) 12 Intégration paysagère des cuves A l extérieur d un bâtiment : - La proximité immédiate des bâtiments est à rechercher. - Choisir une couleur en harmonie avec les éléments bâtis environnants. - Le rapport avec l architecture doit être clair, orientation et alignement de la cuve doivent être calés sur un bâtiment voisin, un mur de soutènement ou de clôture, un silo - Créer une structure végétale d accompagnement 3 - Cessation d exploitation - Après vidange la cuve doit être nettoyée et dégazée puis neutralisée par comblement du réservoir ou retrait de celui-ci. - L entreprise qui intervient dans ce cadre doit fournir à l utilisateur un certificat de bonne exécution des opérations d inertage. 4 - Conduite à tenir en cas d accident - Se protéger et alerter les secours en cas d accident. - Isoler la fuite et l arrêter provisoirement, colmater les regards du réseau de collecte des eaux de pluies. - Prévenir les autorités locales et l inspecteur des Installations Classées (D.S.V. ou D.R.I.R.E.) le cas échéant. - Pomper les effluents et les éliminer par une filière spécialisée. - Accorder la couleur de la cuve avec les éléments de clôture qui l accompagnent (choisir des teintes naturelles : vert tilleul, gris-vert, kaki Chambre Régionale d Agriculture de Lorraine sept Crédits photos - CRALorraine Cette plaquette a été réalisée par la Chambre Régionale d Agriculture de lorraine ( contact : E. HANCE) en partenariat technique avec les Chambres Départementales d Agriculture de Lorraine, raine, Arvalis Institut du Végétal et édité par le Conseil Régional de Lorraine.

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Comment aménager un stockage de solution azotée?

Comment aménager un stockage de solution azotée? EXPLOITATIONS AGRICOLES Comment aménager un stockage de solution azotée? Guide pratique destination des techniciens et des agriculteurs lorrains Que dit la réglementation : Dans lel Code Rural et le Code

Plus en détail

Solution azotée & Hydrocarbures

Solution azotée & Hydrocarbures Solution azotée & Hydrocarbures Stockez... en toute sécurité Stockez, tout en préserva Il est urgent de sécuriser le stockage d azote liquide et des hydrocarbures sur vos exploitations. Outre le fait de

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents 1 Ce document a été rédigé fin 009, dans le cadre du groupe de travail ECOPULVI, animé par l Institut Français de

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA. Production et assemblage 100 % Française. 3 Rue Pierre Mendès France 61200 ARGENTAN

DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA. Production et assemblage 100 % Française. 3 Rue Pierre Mendès France 61200 ARGENTAN DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA R-GO SPA Production et assemblage 100 % Française 1 Implantation technique Il faut retenir que la partie technique a un encombrement total de 250 cm par 90 cm au minimum, et

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Stockage et distribution de Liquides inflammables

Stockage et distribution de Liquides inflammables Contrôles périodiques des installations soumises à DC Stockage et distribution de Liquides inflammables 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des textes réglementaires

Plus en détail

Zone Industrielle. Kehlen... 1

Zone Industrielle. Kehlen... 1 Zone Industrielle Kehlen VALERES Konstruktioun SA 1 L o c a l i s a t i o n Le terrain se situe dans la zone industrielle de et à 8287 Kehlen Parcelle no 2946/5744 lot 1 La superficie du terrain sur lequel

Plus en détail

Installez votre paroi remplie Zenturo et Zenturo Super pour un beau mur décoratif

Installez votre paroi remplie Zenturo et Zenturo Super pour un beau mur décoratif Installez votre paroi remplie Zenturo et Zenturo Super pour un beau mur décoratif Lors de l installation de la clôture Zenturo ou Zenturo Super en tant que mur décoratif, vous devez tenir compte de quelques

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

MANUEL DE POSE PANNEAU ACIER. Une structure de hauteur 1m10/1m50 DES PRINCIPES BASIQUES (UN COTE PROFOND 1M50)

MANUEL DE POSE PANNEAU ACIER. Une structure de hauteur 1m10/1m50 DES PRINCIPES BASIQUES (UN COTE PROFOND 1M50) MANUEL DE POSE PANNEAU ACIER Une structure de hauteur 1m10/1m50 DES PRINCIPES BASIQUES (UN COTE PROFOND 1M50) 2 EXCAVATION Avant le travail d excavation, il est nécessaire de préparer la plate forme du

Plus en détail

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures TZ-fert_franz.QXD 20.09.2006 13:52 Uhr Seite 1 Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures Préparation: Ajouter la quantité d eau requise (voir indications

Plus en détail

Carnet photos. Visite commentée des travaux

Carnet photos. Visite commentée des travaux Carnet photos Visite commentée des travaux Marais du Vigueirat Life PROMESSE 2003-2007 Sommaire Chaufferie bois et plateforme de stockage... 3 Cuves de récupération des eaux pluviales... 7 Lit planté de

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

FABRICATION FRANÇAISE ET NORMES PMR

FABRICATION FRANÇAISE ET NORMES PMR Limiance Dimensions extérieures : 2206 X 1667 mm (habillage extérieur compris, hors prestation hva-concept) Largeur porte : 830 mm Surface utile : 2,95 m² Poids : 920 kg (+/- 5 %) Présentation avec finition

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES Ecole de MIRANGO I Vincent DAVID Le 21 décembre 2010 Table des matières 1- Les outils d accessibilité principalement utilisés 1-1 Les rampes d accès

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

Salle de bains FICHE TECHNIQUE

Salle de bains FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Salle de bains 2 4 7 CONNAÎTRE > Une pièce humide > Les équipements > Production d eau chaude sanitaire > Les revêtements du sol et des murs > L installation électrique > Les réseaux d

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif CODE DU TRAVAIL Art. R. 232-12.- Les dispositions de la présente section s'appliquent à tous les établissements mentionnés à l'article L. 231-1 à l'exception de ceux qui constituent des immeubles de grande

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Cloisons de distribution Caroplatre

Cloisons de distribution Caroplatre 04 Cloisons de distribution en carreaux de plâtre Cloisons de distribution Caroplatre Description Les carreaux de plâtre Caroplatre sont des éléments en plâtre 100% naturel fabriqués en usine. Leur coloration

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

Chauffage individuel FICHE TECHNIQUE

Chauffage individuel FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Chauffage individuel 2 9 10 CONNAÎTRE > Chauffage central à eau > Chauffage par pièce > Autres systèmes REGARDER > Energies utilisées > Consommations > Inconforts ENTRETENIR > Contrat de

Plus en détail

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC Notre société est la seule à proposer ce type de mur autoporteur révolutionnaire.

Plus en détail

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Mentions légales: GIFAS-ELECTRIC GmbH CH-9424 Rheineck www.gifas.ch Sous réserve d'erreurs et de modifications techniques. Ce manuel est propriété

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Les solvants. Entreposage. Les solvants

Les solvants. Entreposage. Les solvants Les solvants Entreposage L industrie de l imprimerie est une grande consommatrice de solvants. Que le procédé d impression utilisé soit la sérigraphie, la flexographie ou l offset, on retrouve des solvants

Plus en détail

Sous-section 1.- Dispositions générales

Sous-section 1.- Dispositions générales Arrêté royal du 13 mars 1998 relatif au stockage de liquides extrêmement inflammables, facilement inflammables, inflammables et combustibles (M.B. 15.5.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 28 août 2002

Plus en détail

Les + Tournus. Large gamme : sortie verticale, horizontale, nombreuses dimensions

Les + Tournus. Large gamme : sortie verticale, horizontale, nombreuses dimensions Les + Tournus Robustesse : support sac très rigide en méplat inox d épaisseur 4 mm avec fixation du sac par sangle. Ergonomique : poignée de transport largement dimensionnée et large pédale facilement

Plus en détail

Attestation d'utilisation AEAI n 20743

Attestation d'utilisation AEAI n 20743 Attestation d'utilisation AEAI n 20743 Groupe 401 Gaines techniques pour l'installation de conduits de fumée Fermacell GmbH FERMACELL AESTUVER EI 90-RF1 Description Système de gaine continue à 4 côtés,

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Classification des pièces. Toutes. Supérieur et de confinement. Intermédiaire, supérieur et de confinement.

Classification des pièces. Toutes. Supérieur et de confinement. Intermédiaire, supérieur et de confinement. Commentaires spécifiques à certains points du formulaire de conformité. Dans la deuxième colonne, les classifications marquées en jaune sont celles pour lesquelles des changements ont été recommandés par

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre D01 Protection au feu des structures Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre Généralités et principes La stabilité au feu des structures évite, en cas d incendie,

Plus en détail

«Établissements du type R Établissements d éveil, d enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement»

«Établissements du type R Établissements d éveil, d enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement» «Établissements du type R Établissements d éveil, d enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement» (Arr. 4 juin 1982 ; Arr. 13 janv. 2004, art. 2) SECTION I Généralités

Plus en détail

PRENDRE EN COMPTE LA SÉCURITÉ DES OCCUPANTS

PRENDRE EN COMPTE LA SÉCURITÉ DES OCCUPANTS RÉHABILITATION ET AMÉLIORATION DE L'HABITAT EXISTANT PRENDRE EN COMPTE LA SÉCURITÉ DES OCCUPANTS Septembre 2008 MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Avertissement Les informations contenues dans le présent

Plus en détail

Les escaliers. Intégrer la prévention : Fiche technique n 5. Les types d escaliers Identifier les risques Apporter des solutions Qui contacter?

Les escaliers. Intégrer la prévention : Fiche technique n 5. Les types d escaliers Identifier les risques Apporter des solutions Qui contacter? Santé - Sécurité au Travail RISQUES EN SALLE DE TRAITE Fiche technique n 5 Intégrer la prévention : Les escaliers Les types d escaliers Identifier les risques Apporter des solutions Qui contacter? D après

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A maçonnerie Construire soi-même un escalier de béton à double quart tournant en kit Bricoler du Côté d e la M ais o n Label BRICOLER DU CÔTÉ DQUALITÉ E LA MAISON LABEL BRICOLER DU CÔTÉ DE LA MAISON Label

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat N 5 SUPERSTRUCTURE Enveloppe Seconde œuvre Arezou MONSHIZADE MOBat SUPERSTRUCTURE: Eléments constructifs SUPERSTRUCTURE Murs et baies Plancher Toiture Couverture +Seconde oeuvre INFRASTRUCTURE Sol Semelles

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT:

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT: Panneaux de terrasse TimberStar Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2 Veuillez lire l intégralité de la notice de pose avant de commencer le montage! Les panneaux de terrasse TimberStar peuvent être sciés,

Plus en détail

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR DÉCLARATIONS DU SUR L IMMEUBLE 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 1 nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 2 ci-dessous collectivement nommés «vendeur» Ce formulaire

Plus en détail

La réalisation des ouvrages en béton

La réalisation des ouvrages en béton Chapitre5 La réalisation des ouvrages en béton 5.1 Les dallages accessibles aux animaux 5.1.1 - La préparation du support 5.1.2 - Le bétonnage 5.2 Les aires de circulation 5.3 Les murs de bâtiments 5.3.1

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue Bienvenue Directive G1 Directives SIN Le gaz à Nyon Rénovation But de la présentation : La «nouvelle»g1 Les changements principaux, (non exhaustifs) Donner des pistes pour appliquer ces nouvelles prescriptions

Plus en détail

LES PIÈCES A SCELLER

LES PIÈCES A SCELLER COORDINATION SYNDICALE DES INDUSTRIES DE LA PISCINE 9, RUE LA PÉROUSE - 75784 PARIS CEDEX 16 - TÉL. : 01 40 69 53 25 - FAX : 01 47 20 43 25 DIRECTIVES TECHNIQUES PISCINES LES PIÈCES A SCELLER DTP n 8 Janvier

Plus en détail

REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA CITE BAD A ABIDJAN - COCODY

REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA CITE BAD A ABIDJAN - COCODY REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE ----------- BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ---------- REHABILITATION DES LOGEMENTS DE LA CITE BAD A ABIDJAN - COCODY DESCRIPTIF LOT 02 GROS-OEUVRE MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX

Plus en détail

reco Prévention des risques liés aux batteries de traction et de servitude au plomb / acide

reco Prévention des risques liés aux batteries de traction et de servitude au plomb / acide reco du comité technique national des industries de LA MÉTALLURGIE Prévention des risques liés aux batteries de traction et de servitude au plomb / acide Pour vous aider à : connaître les principaux risques

Plus en détail

Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures

Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire et normative a été établie à partir : de la norme NF EN 858-1 COMPIL sur les

Plus en détail

association française du gaz

association française du gaz association française du gaz RECOMMANDATIONS TECHNIQUES POUR LES TRAVAUX A PROXIMITÉ DES OUVRAGES DE DISTRIBUTION DU GAZ Partie 1 : prescriptions générales Article 10 du décret n 91-1147 du 14.10.1991

Plus en détail