La ventilation des locaux de chauffe neufs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La ventilation des locaux de chauffe neufs"

Transcription

1 La réglementation chauffage PEB Contenu technique à l attention des organismes de formation La ventilation des locaux de chauffe neufs Pour professionnels du chauffage : techniciens chaudière agréés Révision 2 - Version mars 2012 Plus d infos : Professionnels Energie PEB et climat intérieur Installations techniques PEB

2 LA VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS SOMMAIRE CHAPITRE 1: PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES APPLICABLES À LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE (P 70 KW) EXIGENCES GÉNÉRALES CONCERNANT L APPORT D AIR NEUF ET L ÉVACUATION DE L AIR VICIÉ EMPLACEMENT DES ORIFICES D AMENÉE D AIR (VENTILATION BASSE) EXIGENCES GÉNÉRALES APPLICABLES AU CONDUIT D AMENÉE D AIR POUR LES APPAREILS DU TYPE B EXIGENCES GÉNÉRALES APPLICABLES À L ÉVACUATION DE L AIR VICIÉ (VENTILATION HAUTE) EXIGENCES GÉNÉRALES APPLICABLES AU CONDUIT D ÉVACUATION DE L AIR VICIÉ... 9 CHAPITRE 2: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE PRINCIPE DE DIMENSIONNEMENT PUISSANCE INSTALLEE D UN LOCAL DE CHAUFFE Local de chauffe monotype Local de chauffe multitype DOCUMENTS DE REFERENCES POUR LE DIMENSIONNEMENT CHAUDIÈRES DE TYPE B 1X ( A COUPE-TIRAGE) CHAUDIÈRES DE TYPE B 2X CHAUDIÈRES DE TYPE C LIENS ENTRE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE ET LA SECURITE INCENDIE CHAPITRE 3: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW Sections d amenée d air A t Sections d évacuation d air A a DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW Sections d amenée d air A t Sections d évacuation de l air A a DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION MECANIQUEE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW Débit de l amenée mécanique d air A t Sections d évacuation naturelle de l air A a CHAPITRE 4: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW Section d amenée d air A t Section d évacuation de l air A a DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW LES CALCULS SONT IDENTIQUES À CEUX DU 2 (DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLÉE SUPÉRIEURE OU ÉGALE À 70 KW DANS UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B 1 ) CI-AVANT. 17 CHAPITRE 5: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE C DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW DIMENSIONNEMENT D UN LOCAL DE CHAUFFE EN VENTILATION NATURELLE D UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW Sections d amenée d air At Sections d évacuation de l air A a CHAPITRE 6: RÉCAPITULATIF DU DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE SECTIONS MINIMALES D AMENÉE D AIR POUR UN LOCAL DE CHAUFFE EN VENTILATION NATURELLE SECTIONS MINIMALES D EVACUATION D AIR POUR UN LOCAL DE CHAUFFE EN VENTILATION NATURELLE PAGE 2 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

3 3... SECTIONS MINIMALES CALCULÉES POUR UN LOCAL DE CHAUFFE B 1X EN VENTILATION NATURELLE D UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW SECTIONS MINIMALES CALCULÉES POUR UN LOCAL DE CHAUFFE B2X EN VENTILATION NATURELLE D UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW SECTIONS MINIMALES CALCULÉES POUR UN LOCAL DE CHAUFFE C EN VENTILATION NATURELLE D UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW SECTIONS MINIMALES CALCULÉES POUR UN LOCAL DE CHAUFFE B 1X OU B 2X EN VENTILATION NATURELLE D UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW CHAPITRE 7: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION NATURELLE D UN LOCAL DE CHAUFFE MULTITYPE PRINCIPE GENERAL APPLICATION A UN LOCAL DE CHAUFFE MULTITYPE B 1 C OU B 2 C Cas d un local de chauffe de type B 1 C Cas d un local de chauffe de type B2C APPLICATION A UN LOCAL DE CHAUFFE MULTITYPE B 1 B 2 OU B 1 B 2 C Sections d amenée d air At Sections d évacuation de l air A a CHAPITRE 8: EXERCICES D APPLICATION EXERCICES RELATIFS A UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B Exercice Exercice EXERCICES RELATIFS A UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B Exercice Exercice EXERCICES RELATIFS A UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE C Exercice EXERCICES RELATIFS A UN LOCAL DE CHAUFFE MULTITYPE Exercice Exercice Exercice PAGE 3 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

4 CONTENU Ce syllabus contient les matières techniques relatives à la ventilation des locaux de chauffe, à connaître en vue de l obtention du certificat d aptitude en tant que technicien chaudière agréé, tel que prévu par l arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 juin 2010 relatif aux exigences PEB applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment, lors de leur installation et pendant leur exploitation. Sont concernés ici, uniquement : - les locaux de chauffe compris dans un bâtiment neuf construit après le 31/12/2010; - les locaux de chauffe dont les parois ont fait l objet de travaux entrepris après le 31/12/2010; - tout local qui contient après le 31/12/2010 au moins une chaudière et qui n en contenait pas avant cette date (nouvelle affectation de ce local). Les locaux de chauffe en service avant le 01/01/2011 et n ayant subi aucune modification de parois après le 31/12/2010, ne sont donc pas concernés par ce syllabus dans le cadre de la réglementation chauffage PEB. PUBLIC-CIBLE Les professionnels du chauffage qui souhaitent obtenir le certificat d aptitude en tant que technicien chaudière agréé. MODIFICATIONS PAR RAPPORT A LA VERSION PRECEDENTE DE JUILLET 2011 [CONTENU] : Ajout dans " Sont concernés ici, uniquement :" - tout local qui contient après le 31/12/2010 au moins une chaudière et qui n en contenait pas avant cette date (nouvelle affectation de ce local). [Chapitre 1] : La phrase "Cette section est toujours inférieure à la section de la baie elle-même" remplace la phrase "Cette section est toujours inférieure à la section hors tout de la grille et inférieure à la section de l orifice créé dans la paroi pour poser la grille". [Chapitre 2] Nouveau chapitre. Il concerne : le dimensionnement de la ventilation d'un local de chauffe la puissance installée d un local de chauffe le concept de local de chauffe monotype et multitype au 7 les liens avec la sécurité incendie (ajout) la nomenclature des chaudières. [Chapitre 3] Nouveau chapitre qui remplace l ancien chapitre 2 / 1. CHAUDIERES DE TYPE B 1X et explique : la notion de H t (hauteur de cheminée), ajout Figure 3.1 comment calculer A t (amenée d'air) dans le cas où il y a plusieurs chaudières non raccordées à une cheminée commune. [Chapitre 4] Nouveau chapitre qui remplace l ancien chapitre 2 / 1. CHAUDIERES DE TYPE B2 X en tenant compte que : la norme NBN ne prévoit rien en ce qui concerne une entrée d air par détalonnage de porte. L ARGB recommande cependant une surface libre de minimum 150 cm² si l amenée d air est réalisée par détalonnage d une porte extérieure. PAGE 4 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

5 pour les locaux monotypes B 2 de puissance 70 kw, "Les calculs sont identiques à ceux du 2 (Dimensionnement en ventilation naturelle pour une puissance installée supérieure ou égale à 70 kw dans un local de chauffe monotype B1) ci-avant" car les valeurs de la norme édition 1986 prévalent sur celle de la révision (en cours) de cette norme. [Chapitre 5] Nouveau chapitre qui remplace l ancien chapitre 3 avec ajout de 2 schémas (Figure 5.1 et Figure 5.2). [Chapitre 6] Au chapitre 6, dans le Tableau 6.2 : récapitulatif des sections minimales A a d évacuation de l air d un local de chauffe en ventilation naturelle, des valeurs "Puissance installée Pn" ont été modifiés. [Chapitre 7] Nouveau chapitre qui concerne les locaux de chauffe multitype. [Chapitre 8] Nouveau chapitre qui présente huit exercices d application de manière détaillée. EVOLUTION ULTÉRIEURE DE CE DOCUMENT La norme NBN B étant en cours de révision au moment de la sortie de cette version du syllabus, l entrée en vigueur de la nouvelle norme NBN B entraînera une révision du dit syllabus. AVERTISSEMENT D une façon générale, les normes belges prévalent sur les textes du présent syllabus, en particulier le contenu détaillé des normes NBN B et NBN B en vigueur. PAGE 5 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

6 CHAPITRE 1: PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES APPLICABLES À LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE (P 70 KW) Ce texte est issu de la norme NBN B éd1986, applicable pour une puissance installée supérieure ou égale à 70 kw. 1. EXIGENCES GÉNÉRALES CONCERNANT L APPORT D AIR NEUF ET L ÉVACUATION DE L AIR VICIÉ Un local de chauffage doit être équipé d une ventilation afin qu un apport suffisant d air de combustion soit assuré. De plus, il doit être suffisamment ventilé (renouvellement d air) pour dissiper la chaleur libérée par l installation de combustion dans le milieu ambiant. Cela permet en même temps d évacuer de faibles débits de gaz de chauffage imbrûlé ou d autres gaz et/ou vapeurs nocifs ou incommodants. D autre part, la température du local ne peut être ni trop basse, ni trop élevée au risque d endommager ou de dérégler les appareils de mesure ou de régulation. C est pour cela qu une chaufferie comporte une entrée d air en partie basse (apport d air neuf) et une sortie d air en partie haute (évacuation de l air vicié et de la chaleur). Ces orifices d amenée et de sortie d air communiquent avec l air extérieur soit directement, par un orifice non-obturable pratiqué dans la paroi extérieure de la chaufferie, soit par un canal spécifique non-obturable. L apport d air (combustion et ventilation) peut être réalisé aussi bien de manière naturelle que mécanique. L évacuation de l air vicié se fait toujours de manière naturelle, à l exclusion de tout dispositif mécanique. Le local de chauffe doit être construit et aménagé de façon à écarter tout risque de gel ou surchauffe pour le ou les générateur(s) de chaleur et les accessoires qui s y trouvent. Ainsi, il convient de prendre les dispositions voulues pour que la température dans le local de chauffe ne puisse pas descendre en dessous de 0 C. De même, la température ne peut pas y dépas ser de plus de 10 C la température extérieure si ce lleci s'élève au-dessus de 30 C. Remarque : on peut p.ex. abaisser la température au moyen d une ventilation forcée (asservie à la température ambiante) et/ou d une meilleure isolation des canalisations, des accessoires et du conduit d évacuation des gaz de fumée. Les systèmes d apport et d évacuation d air (nommés usuellement ventilations basse et haute) ne peuvent pas comporter de volet manuel ou automatique mais ils peuvent être dotés d une grille et d un treillis, à condition que ceux-ci ne réduisent pas la surface de passage requise. Les orifices, les grilles ou les canalisations doivent être faciles à entretenir. Les sections dont il est question pour l amenée d air et d évacuation de l air s entendent comme section libre de passage c.-à-d. la surface totale du vide entre les mailles. Cette section est toujours inférieure à la section de la baie elle-même. On prêtera aussi une attention particulière à la réalisation d une bonne ventilation transversale de la chaufferie, afin d éviter que des poches d air ne soient pas renouvelées. Ceci peut être obtenu notamment par des sections d amenées d air et d évacuation prévues le long de parois opposées. Les ouvertures extérieures seront placées de manière à ne pas être obturées par des matériaux ou des substances posés à cet endroit. Des dispositions devront être prises pour éviter que les orifices extérieurs ne soient bouchées par de la neige, des feuilles mortes, etc. L air comburant amené doit être le plus pur possible. S il y a un risque de présence de produits corrosifs, de solvant, d halogènes ou de substances analogues, il faut prendre des précautions pour garantir la qualité de l air de combustion (voir la NBN B ). Dans la chaufferie, on placera en un endroit bien visible un panneau signalant qu il est interdit d obturer les canalisations d amenée d air frais et d évacuation d air vicié. Les dimensions de ce panneau correspondront à celles du papier au format A3 (420 mm x 297 mm). PAGE 6 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

7 Dans le cas de brûleurs atmosphériques, on prendra les dispositions nécessaires pour éviter, par exemple avec des écrans déflecteurs, que le fonctionnement des brûleurs ne soit perturbé par l écoulement d air issu de la ventilation basse. Cette exigence s applique en particulier aux chaufferies installées sous les combles ou en toiture. Si on prévoit un pare-vent, sa longueur et sa largeur devront être de 20 % plus grandes que celles de la grille de l amenée ou de l évacuation et cette plaque sera éloignée de la paroi, de manière à conserver la section utile de passage égale à celle de l ouverture dans la paroi (ou la grille), l air pouvant s écouler librement tout autour (voir Figure 1.1). La distance S du pare-vent au mur se calcule à l aide de la formule suivante: avec S : distance libre entre le pare-vent et le mur; l : longueur de la grille; b : largeur de la grille; η : coefficient de perméabilité de la grille, soit le rapport entre la perméabilité effective et la perméabilité nominale Figure 1.1 : Exemple de pare-vent destiné à limiter les courants d air gênants Remarque : afin d atténuer une éventuelle nuisance acoustique, le pare-vent pourra être pourvu d un matériau insonorisant, mais sans en réduire la section libre de passage. 2. EMPLACEMENT DES ORIFICES D AMENÉE D AIR (VENTILATION BASSE) Le bord supérieur de la bouche de la prise d air se situe au plus au quart de la hauteur de la pièce, mesurée à partir du plancher. Si une chaufferie sous combles possède des murs extérieurs différents, les orifices d amenée d air doivent être obligatoirement aménagés dans deux orientations opposées. 3. EXIGENCES GÉNÉRALES APPLICABLES AU CONDUIT D AMENÉE D AIR POUR LES APPAREILS DU TYPE B 3.1 Ventilation basse canalisée L amenée d air comburant peut prendre la forme d un conduit, aussi court que possible. Il peut être aussi bien horizontal que vertical et traverser en tant que tel un ou plusieurs locaux, en respectant le compartimentage incendie. A son extrémité en chaufferie, la section du canal de ventilation basse sera biseautée sous un angle d au moins 45 en direction de la chaufferie afin d évit er une obturation intempestive (cf. NBN B Figures 1, 2, 3 ou Figure 1.2 ci-après). PAGE 7 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

8 3.2 Ventilation basse en colonne descendante Le bord supérieur de la bouche de la prise d air se trouve au plus à un quart de la hauteur de la pièce, mesurée à partir du plancher. L ouverture du débouché du conduit d amenée d air dans la toiture doit se situer au moins 0,3 m au-dessus du niveau du toit (contre le risque d enneigement). Ceci est illustré à la Figure 1.2 Le conduit mis en œuvre : Figure ne peut pas être obturé, c.-à-d. qu il ne peut pas être doté de dispositifs permettant de le fermer, par exemple une grille à parties mobiles; - est étanche à l air par rapport aux pièces qu il traverse; autrement dit, il répond aux exigences de la classe de pression N1; - est pourvu de parois lisses, - doit être conforme aux critères de tenue au feu (si nécessité de compartimentage : uniquement par encloisonnement, pas de clapet coupe-feu possible). Si la chaufferie est installée sous les combles, le conduit d amenée d air doit déboucher sur le toit à une hauteur inférieure à celle du conduit d évacuation des produits de combustion. L emploi d un terminal qui «capture» le vent ou en annule l effet, est obligatoire comme couronnement d une amenée d air en toiture. La section du conduit doit être calculée selon une méthode qui dépasse le cadre de ce syllabus. 4. EXIGENCES GÉNÉRALES APPLICABLES À L ÉVACUATION DE L AIR VICIÉ (VENTILATION HAUTE) L air vicié est toujours évacué de manière naturelle (ventilation haute), à l exclusion de tout dispositif mécanique. Le bord supérieur de l orifice d évacuation coïncide avec la face inférieure du plafond. On accordera une attention spéciale à la mise en place d une bonne ventilation de la partie supérieure de la chaufferie. C est pourquoi, il est recommandé que le plafond de celle-ci soit plat. S il comporte des poutres ou des nervures ou si d autres obstacles cantonnent le haut de la chaufferie, ces poutres, nervures ou obstacles doivent comprendre des orifices dont la section globale de passage sera au moins égale à 100 cm 2 pour 4 m de longueur de poutre, de nervure ou d obstacle. Le bord supérieur des orifices se trouvera à 30 cm maximum du plafond. PAGE 8 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

9 5. EXIGENCES GÉNÉRALES APPLICABLES AU CONDUIT D ÉVACUATION DE L AIR VICIÉ Le conduit d évacuation de l air vicié (ventilation haute) est en pente ascendante sur toute sa longueur et il est droit. Il ne peut pas servir à aérer d autres pièces. Si l air vicié de la chaufferie est évacué par un conduit, le débouché de l une de ses extrémités doit affleurer le plafond de la chaufferie et l autre doit aboutir au-dessus du toit, en un endroit situé hors des zones susceptibles d être en surpression par rapport à la chaufferie. Le choix de ce dernier emplacement peut être basé sur les recommandations reprises à la NBN B Le bord supérieur du débouché du conduit d évacuation d air vicié à l air libre se trouvera toutefois à au moins 0,5 m sous le débouché du conduit d évacuation des produits de la combustion. Le conduit d évacuation d air vicié doit être muni d un aspirateur statique. Si leur hauteur extérieure dépasse 2 m, les parois extérieures des conduits d évacuation d air vicié auront une résistance thermique supérieure à 0,6 m²k / W. Le conduit d évacuation d air vicié est : - soit un conduit faisant partie d un ensemble conduit d évacuation des produits de combustion/d air vicié dont le trajet est parallèle-intégré à la cheminée; - soit un conduit ne faisant pas partie d un ensemble cheminée-conduit d air vicié et débouchant au-dessus du toit, sur la partie supérieure du bâtiment ou à un niveau intermédiaire; - soit un conduit passant dans un espace concentrique, parallèlement à la cheminée. Dans le cas d une chaufferie sous combles, le bord inférieur de l orifice de sortie d air vicié doit se trouver au moins 0,5 m au-dessus du bord supérieur de l'orifice de prise d air frais. Débouché du conduit d évacuation d air vicié dans la chaufferie : Figure 1.3 : Débouché du conduit d air vicié dans le plafond de la chaufferie: 1. Conduit d évacuation d air vicié 2. Plafond de la chaufferie : Figure 1.4 : Débouché du conduit d air vicié dans un mur vertical de la chaufferie : toute la section débouche à la hauteur du plafond: 1. Conduit d évacuation d air vicié 2. Plafond de la chaufferie 3. Orifice dans le conduit Figure 1.5 : Débouché du conduit d air vicié dans un mur vertical de la chaufferie : seul un orifice réduit débouche à la hauteur du plafond: 1. Conduit d évacuation d air vicié 2. Plafond de la chaufferie 3. Surface minimale du débouché à la hauteur du plafond : 2 dm² 4. Orifice dans le conduit PAGE 9 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

10 CHAPITRE 2: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE 1. PRINCIPE DE DIMENSIONNEMENT Le dimensionnement de la ventilation consiste à déterminer : la section d amenée d air et la section d évacuation d air quand la ventilation de ce local est naturelle le débit d air d amenée et la section d évacuation quand la ventilation de ce local est mécanique (circulation forcée) Ce dimensionnement dépend : de la puissance installée du local de chauffe noté Pn, toujours exprimé en kw du type de chaudière(s) présente(nt) dans le local de chauffe à savoir : ouverte de type B 1 ouverte de type B 2 fermée (ou étanche) de type C 2. PUISSANCE INSTALLEE D UN LOCAL DE CHAUFFE On appelle ici la puissance installée d un local de chauffe Pn la puissance de référence à prendre en considération pour le dimensionnement de la ventilation de ce local. La méthode de calcul de Pn dépend des puissances nominales des chaudières et de la diversité ou non des types (B 1,B 2,C) présentes. D une manière générale : P nom,k est la puissance nominale de la chaudière k qui est la puissance calorifique utile transmise dans l eau selon un essai normalisé (en laboratoire). P nom est la valeur lue sur la plaque signalétique de la chaudière elle-même. Par convention, pour une chaudière à condensation, P nom est la valeur lue sur la plaque signalétique correspondant au régime de température le plus élevé (hors condensation) c.-à-d. 80 C / 60 C. k est la somme étendue à toutes les chaudières k présentes dans le local de chauffe, même celles dont la puissance nominale est inférieure à 20 kw. 2.1 Local de chauffe monotype Un local de chauffe est dénommé "monotype" quand il ne comprend que des chaudières d un même type (B 1 ou B 2 ou C). Un local de chauffe ne comprenant qu une seule chaudière est d office monotype. Pn est calculé selon la formule suivante : Pn = k ( P nom,k ) [kw] On parle de local de chauffe monotype B 1 quand il n y a qu une ou plusieurs chaudières de type B 1 On parle de local de chauffe monotype B 2 quand il n y a qu une ou plusieurs chaudières de type B 2 On parle de local de chauffe monotype C quand il n y a qu une ou plusieurs chaudières de type C 2.2 Local de chauffe multitype Un local de chauffe est dénommé "multitype" quand il abrite au moins 2 types de chaudières différents. On distingue les possibilités suivantes : B1 et B2 ou B 1 et C ou B 2 et C ou B 1 et B 2 et C On parle de local de chauffe multitype B 1 B 2 quand il y a présence uniquement des types B 1 et B 2 On parle de local de chauffe multitype B 1 C quand il y a présence uniquement des types B 1 et C PAGE 10 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

11 On parle de local de chauffe multitype B 2 C quand il y a présence uniquement des types B 2 et C On parle de local de chauffe multitype B 1 B 2 C quand il y a présence des 3 types B 1, B 2 et C Le calcul des ventilations ne peut plus résulter du cumul des puissances installées au niveau du local de chauffe, tel qu en 2.1, il convient de se référer au chapitre 7 de ce syllabus. 3. DOCUMENTS DE REFERENCES POUR LE DIMENSIONNEMENT Puissance installée Pn Référence normative Pn< 70 kw NBN B édition 2006 Pn 70 kw NBN B édition CHAUDIÈRES DE TYPE B 1X ( A COUPE-TIRAGE) Quelques modèles individuels courants sont représentés dans le tableau suivant : (la classification complète se trouve dans la NBN CR 1749) Figure 2.1 Figure 2.2 Figure 2.3 Figure 2.4 PAGE 11 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

12 5. CHAUDIÈRES DE TYPE B 2X Rappel de la codification normalisée : Il s agit des chaudières sans coupe-tirage. Les modèles distribués sont les chaudières de type B 22 et B 23. Figure 2.5 Figure 2.6 Exemple d appareil de Type B 23 : chaudière gaz ou mazout avec brûleur à air pulsé. 6. CHAUDIÈRES DE TYPE C Rappel de la codification normalisée : Quelques modèles individuels courants sont représentés dans le tableau suivant : (la classification complète se trouve dans la NBN CR 1749). Figure 3.1 Figure 3.2 PAGE 12 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

13 Figure 3.3 Figure LIENS ENTRE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE ET LA SECURITE INCENDIE 7.1 COMPARTIMENTAGE L arrêté royal du 19 DECEMBRE 1997 est l Arrêté Royal modifiant l'arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion, auxquelles les bâtiments nouveaux doivent satisfaire. Il constitue les "normes de base incendie". Extrait de cet A.R. (MB ) (BE - BM - BB) Généralités. Un local technique ou un ensemble de locaux techniques constitue un compartiment. Sa hauteur peut s étendre à plusieurs niveaux successifs. (BE,BM, BB) Chaufferies et leurs dépendances Leur conception et leur construction sont conformes aux prescriptions de la norme NBN B Si la puissance calorifique utile totale des générateurs placés dans le local de chauffe est plus petite que 70 kw et plus grande que 30 kw, ce local est considéré comme un local technique Conséquences : Tout local de chauffe contenant une ou plusieurs chaudières (quel qu en soit le type B, à condensation ou non) est un cas particulier de local technique si la puissance installée Pn est comprise dans la plage 30 à 70 kw (30 kw P < 70 kw ). Il en découle que ce local de chauffe doit être compartimenté (du point de vue incendie); avec porte résistante au feu et éventuelles grilles résistantes au feu si elles donnent vers un autre compartiment. 7.2 COMBUSTIBLE GAZEUX PLUS LOURD QUE L AIR Les orifices de ventilation basse doivent être situés au niveau du sol : avec prise directe sur l'extérieur ou, par l'intermédiaire d'un conduit à pente descendante Les règles de l art reprises à la NBN D sont à respecter. PAGE 13 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

14 CHAPITRE 3: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B 1 Ce chapitre est d application pour un local de chauffe dont les chaudières présentes dans le local sont toutes du type B DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW 1.1 Sections d amenée d air A t La section libre de l amenée d air [cm²] est calculée par la formule suivante : où Pn est exprimé en kw. A t 6 x Pn avec un minimum de 50 cm² 1.2 Sections d évacuation d air A a L'évacuation de l'air vicié est réalisée : a) soit par un orifice d'évacuation dans la partie supérieure du local débouchant directement à l'air libre. L'orifice d'amenée d'air comburant et le débouché du conduit d'évacuation des produits de combustion doivent alors se trouver dans des pans de façade et de toiture adjacents. b) soit par un conduit de ventilation haute dont une des extrémités débouche à une hauteur supérieure à 1,80 m au-dessus du sol de l'espace d'installation et l'autre, à l'extérieur, au-dessus du toit, en un endroit en dehors de la zone de surpression statique (tel qu identifié suivant les schémas de la NBN D50-001). Les débouchés des conduits de ventilation et d'évacuation des produits de combustion au-dessus du toit et l'orifice d'air comburant, doivent se trouver dans des pans de façade et de toiture adjacents; qui débouche au-dessus du toit à un niveau plus bas que le débouché du conduit d'évacuation des produits de combustion; ascendant sur toute sa longueur et vertical sans déviation; ne servant pas à la ventilation d'autres espaces; réalisé en matériaux qui résistent aux sollicitations thermiques, mécaniques et chimiques auxquelles ils sont soumis; c) soit par un conduit d'évacuation pour produits de combustion aux conditions que : une seule chaudière de chauffage central à gaz munie d'un coupe-tirage anti-refouleur y est raccordée; le bord inférieur du coupe-tirage anti-refouleur est situé à au moins 2/3 de la hauteur de l'espace d'installation au-dessus du plancher; l'orifice d'amenée d'air comburant et le débouché du conduit d'évacuation des produits de combustion doivent se trouver dans des pans de façade et de toiture adjacents. La section libre du dispositif d évacuation d air [cm²] est calculée par la formule suivante : A a 0,33 x A t avec un minimum de 50 cm² PAGE 14 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

15 2. DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW 2.1 Sections d amenée d air A t La section de passage minimale des orifices d amenée d air comburant et d air de ventilation se détermine à l aide du tableau 3.1(réf. NBN B Ad. 1996) : Tableau 3.1: Section A t d amenée d air naturelle Hauteur du conduit d'évacuation des gaz de combustion H t > 6m 70 kw Pn kw kw < Pn kW Pn > kw Hauteur du conduit d'évacuation des gaz de combustion H t 6m 70 kw Pn kw kw < Pn kw n 3 n 3 n 3 n 3 A t 150 x P n/17,5 n = 4 n = 4 n = 4 n = 4 Pn > kw A calculer selon la norme NBN EN n = 5 n = ou-2. n = 5 n = 5 A calculer selon la norme NBN EN ou-2. n > 5 n > 5 n > 5 n > 5 A calculer selon la norme NBN EN ou-2. A calculer selon la norme NBN EN ou-2. H t = hauteur du conduit d'évacuation des gaz de combustion [m] P n = Puissance totale installée dans le local de chauffe [kw] n = nombre grilles et coudes de 90 dans les condui ts ou les ouvertures d'amenée d'air A t = superficie libre totale des ouvertures d'amenée d'air [cm 2 ] N.B. Pour P < kw, le calcul revient à appliquer la formule A t a x (1+0,1x (z-3)) x Pn / 17,5 où le coefficient a dépend de la hauteur H t de la cheminée selon : a = 150 pour H t 6 m et a = 100 pour H t > 6 m La hauteur du conduit d'évacuation des gaz de combustion H t (illustrée à la Figure 3.1) est la différence de hauteur (mesurée verticalement) entre l orifice de sortie des fumées de la chaudière ou la sortie du coupetirage (si il y en a un) et le débouché extérieur de la cheminée. C est cette hauteur qui contribue au tirage de la cheminée. Figure 3.1 1) Lorsque le(s) générateur(s) de chaleur sont hors service, l air du local de chauffe doit être renouvelé au moins une fois par heure. Le respect de la norme garantit cette exigence. PAGE 15 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

16 2) Pour chaque grille ou coude de 90 supplémentair e, la superficie calculée A t doit être majorée (cf. tableau 3.1). Chaque grille ne peut comporter au plus qu une seule protection contre les chutes de pluie et qu un seul grillage afin de préserver le passage libre. 3) Dans le cas de chaudières de type B 1, quand il y a plus d une chaudière, il faut examiner la façon dont est organisé dans le projet, l évacuation des gaz de combustion (cheminée) par rapport aux chaudières : Remarque importante : a) Quand toutes les chaudières de type B1 sont raccordées à une cheminée commune, on calcule la section d amenée d air A t selon les prescriptions du tableau 3.1 où Pn est la somme des puissances nominales de chaque chaudière. b) Quand il n y a pas de cheminée commune à toutes les chaudières de type B1, on travaille par cheminée «ch» en appliquant le tableau 3.1 où : P ch est la somme des P nom des chaudières raccordées à la même cheminée A t = ch ( A tch ) où la somme est étendue à toutes les cheminées. Si pour un même local de chauffe équipé de chaudières de type B 1, il existe à la fois des cheminées de hauteurs supérieures et inférieures à 6 m, il faut s assurer de l absence de risque de tirage inversé des conduits les plus courts. A cette fin, il est conseillé d appliquer le tableau 3.1 comme si toutes les hauteurs étaient inférieures à 6 m. 2.2 Sections d évacuation de l air A a Tableau 3.2: Section d évacuation d'air A a Hauteur du conduit de cheminée H t 6 m ou quand le conduit d évacuation est disjoint de la cheminée A a 0,33 x section totale de l'amenée d'air avec un minimum de 200 cm 2 Hauteur du conduit de cheminée H t > 6 m et conduit intégré (jouxtant) à la cheminée A a 0,25 x section totale du/des conduit(s) d'évacuation des gaz de combustion avec un minimum de 200 cm 2 A a 0,33 x A t A a 0,25 x A c, H t = hauteur du conduit de cheminée [m] A c = superficie totale des conduits d évacuation des gaz de combustion [cm 2 ] A t = superficie libre totale des ouvertures d'amenée d'air [cm 2 ] A a = superficie libre totale des ouvertures de l évacuation d air [cm²] 3. DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION MECANIQUEE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW 3.1 Débit de l amenée mécanique d air A t Dans le cas d un apport mécanique, le fonctionnement des générateurs est tributaire du débit de l arrivée d air. Ce débit doit être automatiquement adapté au nombre de générateurs en service. Le contrôle de bon fonctionnement du système de ventilation doit asservir le fonctionnement des générateurs. Il y a donc lieu de prévoir un dispositif de sécurité positive à cette fin. Les caractéristiques de l amenée d air mécanique seront sélectionnées de telle sorte que le niveau de la pression dans le local de chauffe ou de ses locaux annexes (dépendances) soit compatible avec un bon fonctionnement de l installation de chauffage et de la sortie d air. Le débit d air à prendre en compte qv en m³/h est calculé par la formule suivante : qv = 2 x Pn [m³/h] où Pn est la puissance nominale des générateurs installés exprimée en kw. 3.2 Sections d évacuation naturelle de l air A a Si l amenée d air est mécanique, la section minimale de l évacuation naturelle de l air se calcule comme s il s agissait d une amenée d air naturelle (cf. 2.2). PAGE 16 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

17 CHAPITRE 4: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE B 2 Ce chapitre est d application pour un local de chauffe dont les chaudières présentes dans le local sont toutes du type B 2 1. DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW 1.1 Section d amenée d air A t La surface libre de section d amenée d air [cm²] est calculée par la formule suivante : A t 3 x P n avec un minimum de 50 cm 2 La norme NBN ne prévoit rien en ce qui concerne une entrée d air par détalonnage de porte. L ARGB recommande cependant une surface libre de minimum 150 cm² si l amenée d air est réalisée par détalonnage d une porte extérieure. 1.2 Section d évacuation de l air A a La surface libre de sections d évacuation d air [cm²] est calculée par la formule suivante : A a 0,33 x A t avec un minimum de 50 cm 2 2. DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW Les calculs sont identiques à ceux du 2 (Dimensionnement en ventilation naturelle pour une puissance installée supérieure ou égale à 70 kw dans un local de chauffe monotype B 1 ) ci-avant. PAGE 17 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

18 CHAPITRE 5: DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE C Ce chapitre est d application pour un local de chauffe dont les chaudières présentes sont toutes du type C. 1. DIMENSIONNEMENT EN VENTILATION NATURELLE POUR UNE PUISSANCE INSTALLEE INFÉRIEURE À 70 KW Selon la NBN ère édtion : quand le local de chauffe est ventilé de manière naturelle, les sections prennent les valeurs du tableau suivant, en fonction du rapport r défini comme suit : Pn r = [kw/m³] V où Pn est la puissance nominale installée [kw] et V, le volume du local de chauffe [m³] Tableau 5.1: Section de l amenée et de l évacuation en fonction du paramètre r r [kw/m³] Section de l amenée d air A t [cm²] Section de l évacuation d air A a [cm²] >35 A t P n avec un minimum de 50 cm 2 A a P n avec un minimum de 50 cm DIMENSIONNEMENT D UN LOCAL DE CHAUFFE EN VENTILATION NATURELLE D UNE PUISSANCE INSTALLEE SUPERIEURE OU EGALE À 70 KW 2.1 Sections d amenée d air At Le de la NBN B éd1986 demande l existence d une ventilation basse mais ne précise pas la section de passage de l amenée d air. A défaut, nous proposons d appliquer ce qui est prévu dans le projet de norme prnbn B rev13 2ème édition 2011, c.-à-d. la formule suivante : A t Pn avec A t minimum = 200 cm² où Pn = la puissance nominale installée exprimée en kw 2.2 Sections d évacuation de l air A a Le de la NBN61-001éd1986 demande l existence d une ventilation haute mais ne précise pas la section de passage de l évacuation d air qui doit cependant être de 200 cm² au minimum. A défaut, nous proposons d appliquer ce qui est prévu dans le projet de norme prnbn B rev13 2ème édition 2011, c.-à-d. la formule suivante : A a 2 Pn / Ha avec minimum de 200 cm² où Pn = la puissance nominale installée exprimée en kw Ha = la hauteur de tirage du système d évacuation d air soit la différence de niveau mesuré verticalement entre le bord supérieur de l orifice d entrée d air et le bord inférieur de la section d évacuation d air vicié, [m] comme illustré aux Figures 3.1, 5.1 et 5.2. Il faut Ha 1,7 m PAGE 18 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

19 Figure 5.1 Figure 5.2 PAGE 19 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

20 CHAPITRE 6: RÉCAPITULATIF DU DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION D UN LOCAL DE CHAUFFE MONOTYPE 1. SECTIONS MINIMALES D AMENÉE D AIR POUR UN LOCAL DE CHAUFFE EN VENTILATION NATURELLE Local de chauffe dans le cadre d un bâtiment NEUF où l amenée d air et l évacuation d air sont en ventilation naturelle : Tableau 6.1 : récapitulatif des sections minimales d amenée d air A t d un local de chauffe en ventilation naturelle Type de chaudière B 1x B 2x Chaudières courantes concernées Atmosphérique gaz Gaz à air pulsé, mazout Hauteur cheminée H t [m] Puissance installée P n [kw] Section A t de l amenée [cm²] indifférent P n < 70 A t 6 x P n avec un minimum de 50cm² H t 6 m 70 P n A t 150 x (1+0,1x (z-3)) x P n / 17,5 H t > 6 m 70 P n A t 100 x (1+0,1x (z-3)) x P n / 17,5 H t 6 m 1200 < P n A t 300 x (1+0,1x (z-3)) x P n H t > 6 m 1200 < P n A t 200 x (1+0,1x (z-3)) x P n indifférent P n < 70 A t 3x P n avec un minimum de 50cm² H t 6 m 70 P n A t 150 x (1+0,1x (z-3)) x P n / 17,5 H t > 6 m 70 P n A t 100 x (1+0,1x (z-3)) x P n / 17,5 H t 6 m 1200 < P n A t 300 x (1+0,1x (z-3)) x P n H t > 6 m 1200 < P n A t 200 x (1+0,1x (z-3)) x P n Chaudière indifférent P n < 70 et r > 35 A t P n avec un minimum de 50cm² C étanche gaz / mazout murale ou indifférent P n < 70 et r 35 0 au sol indifférent P n 70 A t Pn et 200 cm² minimum z = valeur la plus grande entre 3 et n n = nombre de coudes + nombre de grilles sur le parcours (3 n 5) r = Puissance nominale installée (totale) / volume du local de chauffe [kw/ m³] H t = hauteur du conduit d'évacuation des gaz de combustion [m] PAGE 20 SUR 30 - VENTILATION DES LOCAUX DE CHAUFFE NEUFS - RÉVISION 2 - MARS 2012

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

RÉGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB POUR LES IMMEUBLES À APPARTEMENTS.

RÉGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB POUR LES IMMEUBLES À APPARTEMENTS. RÉGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB POUR LES IMMEUBLES À APPARTEMENTS. Problèmes régulièrement rencontrés sur le terrain, quelles sont les soluhons? 07 10-2014 BASES RÉGLEMENTAIRES RELATIVES AUX INSTALLATIONS

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe 1 1.2.1 hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée 1. De quoi s agit-il? Les conduits de fumée doivent présenter les ouvertures nécessaires au contrôle et au nettoyage. Les ventilateurs d extraction

Plus en détail

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4 ETUDE RELATIVE À LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET DES EXPLOSIONS À JOINDRE À TOUTE DEMANDE DE PERMIS D URBANISME OU UNIQUE RELATIVE AUX BÂTIMENTS VISÉS À L ARTICLE 1 DU RÈGLEMENT COMMUNAL DU 25/05/2010 ENTRÉ

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue Bienvenue Directive G1 Directives SIN Le gaz à Nyon Rénovation But de la présentation : La «nouvelle»g1 Les changements principaux, (non exhaustifs) Donner des pistes pour appliquer ces nouvelles prescriptions

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Kombitube. Passage de toiture multifonctionel sur mesure

Kombitube. Passage de toiture multifonctionel sur mesure Kombitube Passage de toiture multifonctionel sur mesure TRAVERSEZ VOTRE TOIT D UNE MANIÈRE RÉFLÉCHIE De plus en plus, les cheminées deviennent des constructions plus complexes. Autrefois, elles servaient

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

VENTOUSE C13 - C33 ou CHEMINEE B33

VENTOUSE C13 - C33 ou CHEMINEE B33 CAHIER D INSTALLATION DES CONDUITS DE FUMEES VENTOUSE C - C ou CHEMINEE B Raccordement ventouse Gamme des conduits. Conduits «ventouse» Ø 80 /. Conduits «ventouse» Ø 00 / 0. Conduits «ventouse» Ø 80 /

Plus en détail

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ PMC-X CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION MICRO-ACCUMULÉE PROJECT L essentiel de la condensation >> Compacte et légère >> Installation rapide et simple

Plus en détail

NF X 50-011 GAZ. Sommaire. Page

NF X 50-011 GAZ. Sommaire. Page Sommaire Page Avant-propos...5 1 Domaine d application...6 2 Caractéristiques...6 3 Conditions générales...6 3.1 Services ou prestations compris dans le contrat d abonnement...6 3.2 Durée et dénonciation...7

Plus en détail

Module relatif au contrôle périodique

Module relatif au contrôle périodique La réglementation chauffage PEB Contenu technique à l attention des organismes de formation Module relatif au contrôle périodique Pour professionnels du chauffage: techniciens chaudière agréés Version

Plus en détail

EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE

EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE SERVICE HELPDESK CHAUFFAGE PEB EN RÉGION BRUXELLOISE EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE EXTRAITS GfK 2014 Service Helpdesk PEB Chauffage en Région Bruxelloise 1

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Quinta 25/30s et 28/35c

Quinta 25/30s et 28/35c Fiche produit Quinta 25/30s et 28/35c Quinta 25/30s et 28/35c Chaudière murale à condensation Avec ou sans production ECS intégrée Quinta 25/30s et 28/35c Remeha Quinta 25/30s et 28/35c Les Remeha Quinta

Plus en détail

Etude de sécurité jointe à la demande de permis d urbanisme COMMENTAIRES ET EXPLICATIONS

Etude de sécurité jointe à la demande de permis d urbanisme COMMENTAIRES ET EXPLICATIONS Etude de sécurité jointe à la demande de permis d urbanisme COMMENTAIRES ET EXPLICATIONS La terminologie utilisée dans l étude est celle de l annexe 1 de l A.R. du 07.07.1994 fixant les normes de base

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 LA VENTILATION DES COUVERTURES 01-01-1998 TABLE DES MATIÈRES Page 1- Historique... 1 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 3- Recommandations et investigations avant réfection... 3 4-

Plus en détail

Un chauffage performant?

Un chauffage performant? Un chauffage performant? Tout ce qu il faut savoir pour réduire ses consommations de chauffage et être en règle avec la réglementation «performance énergétique des bâtiments». www.bruxellesenvironnement.be

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 994-997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER - INSERT - POÊLE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR POUJOULAT POUR PLUS DE PERFORMANCE POUR L AVENIR > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR CHEMINÉES POUR PLUS DE PERFORMANCE > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

KIT POUR CHAUDIÈRES CONDENSATION FIOUL OU GAZ SYSTÈME ÉTANCHE C 33 RÉNOLUX. Température maximale des fumées : 120 C

KIT POUR CHAUDIÈRES CONDENSATION FIOUL OU GAZ SYSTÈME ÉTANCHE C 33 RÉNOLUX. Température maximale des fumées : 120 C 46 KIT POUR CHAUDIÈRES CONDENSATION FIOUL OU GAZ SYSTÈME ÉTANCHE C 33 RÉNOLUX Température maximale des fumées : 120 C Raccordement d une chaudière de type C en concentrique avec réutilisation du boisseau

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES Fiche explicative n FE01 Chaudières à combustible (type basse température àcondensation) Fiches d opérations standardisées concernées: Bâtiments résidentiels : BAR-TH-06 : Chaudière individuelle à condensation

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

La nouvelle directive G 1. quoi de neuf?

La nouvelle directive G 1. quoi de neuf? La nouvelle directive G 1 quoi de neuf? La Chaux-de-Fonds le 6.3.13 S.Reymond 1 Chapitre 2.4.1 2 Chapitre 3 3 Chapitre 3 définitions et rappels légaux et normatifs Le chapitre 3 contient les définitions

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

fermacell Assainissement avec un gain énergétique

fermacell Assainissement avec un gain énergétique fermacell Assainissement avec un gain énergétique Version: mars 2014 Édition Suisse Subventions possibles Vérifiez les subventions possibles pour vos travaux 2 Sommaire 1. Produits utilisés dans l assainissement

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

NOR: TEFT9205115A. Version consolidée au 9 novembre 2012

NOR: TEFT9205115A. Version consolidée au 9 novembre 2012 Le 9 novembre 2012 ARRETE Arrêté du 5 août 1992 pris pour l application des articles R. 235-4-8 et R. 235-4-15 du code du travail et fixant des dispositions pour la prévention des incendies et le désenfumage

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L ÉTABLISSEMENT DU PROJET ET DU DEVIS POUR LE CHAUFFAGE CENTRAL ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE AU MAZOUT

DIRECTIVES POUR L ÉTABLISSEMENT DU PROJET ET DU DEVIS POUR LE CHAUFFAGE CENTRAL ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE AU MAZOUT DIRECTIVES POUR L ÉTABLISSEMENT DU PROJET ET DU DEVIS POUR LE CHAUFFAGE CENTRAL ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE AU MAZOUT Ce document est destiné à l établissement des documents de contrat nécessaires

Plus en détail

Réglementation - appareils à gaz (types C)

Réglementation - appareils à gaz (types C) Réglementation - appareils à gaz (types ) Règles de conception et de dimensionnement onformément au TU 61.1, au ahier des Prescriptions Techniques ommunes du ST N 3592 et au T Référence vis Technique Type

Plus en détail

Installation d un poêle à bois. Préparé par la Sécurité incendie de Sept-Îles

Installation d un poêle à bois. Préparé par la Sécurité incendie de Sept-Îles Installation d un poêle à bois Préparé par la Sécurité incendie de Sept-Îles Novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Avant l installation... 1 2. Pendant l installation... 1 3. Après l installation... 1 4.

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 1994-1997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes 1, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail

FUMISTERIE Les conduits pour les chaudières fioul domestique

FUMISTERIE Les conduits pour les chaudières fioul domestique FUMISTERIE Les conduits pour les chaudières fioul domestique Fiche technique SOMMAIRE P. 2 à 3 : Constitution d un conduit P. 4 : Comment lire une plaque signalétique? P. 5 : Choisir le bon conduit P.

Plus en détail

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire Sommaire Chapitre 1. Qu est-ce qu une installation gaz? 10 Généralités 11 1.1 Comment ça marche? 12 1.2 Définitions 14 1.3 Les appareils 19 Chapitre 2. Les tuyauteries fixes 28 Généralités 29 2.1 Tuyauteries

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Directive Aération des cages d ascenseur

Directive Aération des cages d ascenseur Directive Aération des cages d ascenseur 1 OBJET DE CETTE DIRECTIVE Les installations d ascenseurs dans des immeubles chauffés provoquent souvent des pertes thermiques supplémentaires du fait de lacunes

Plus en détail

BÂTIMENTS BAS BÂTIMENTS MOYENS BÂTIMENTS ÉLEVÉS

BÂTIMENTS BAS BÂTIMENTS MOYENS BÂTIMENTS ÉLEVÉS 0 GÉNÉRALITÉS 0.1 Objet. Le présent règlement de base fixe les conditions minimales auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments bas (BB) afin de : Le présent

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

Foyer 1100 Double ouverture

Foyer 1100 Double ouverture Foyer 1100 Double ouverture Référence 6811 44 LC 27/01/2010 page 1/6 580 949 1158 Foyer 1100 DO AD681144 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

>> Compacte, légère et puissante >> Optimisée pour l environnement >> Systèmes de cascades

>> Compacte, légère et puissante >> Optimisée pour l environnement >> Systèmes de cascades SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Innovens Pro PROJECT **** La condensation au service du collectif >> Compacte, légère et puissante >> Optimisée pour l environnement >> Systèmes de

Plus en détail

Cet ouvrage est destiné aux petites entreprises et artisans électriciens ou climaticiens.

Cet ouvrage est destiné aux petites entreprises et artisans électriciens ou climaticiens. SOLUTIONS DE VENTILATION DANS L'HABITAT INDIVIDUEL OBJET Cet ouvrage est destiné aux petites entreprises et artisans électriciens ou climaticiens. Il a pour but de les sensibiliser aux problèmes de ventilation

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009 Rénovation Simple et Performance Énergétique des Bâtiments (PEB) avec la collaboration de: Architects in Brussels Contexte et Motivations

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Faire le bon choix : Quelles chaudières, Quelle solution d évacuation des produits de combustion?

Faire le bon choix : Quelles chaudières, Quelle solution d évacuation des produits de combustion? Yoan Gué Vianney Bucher Faire le bon choix : Quelles chaudières, Quelle solution d évacuation des produits de combustion? Collectif individualisé Chaufferie gaz condensation Chaufferie fioul condensation

Plus en détail

Systèmes de ventilation double flux CWL

Systèmes de ventilation double flux CWL Economie d énergie et respect de l environnement de série Systèmes de ventilation double flux CWL CWL 180 : jusqu à 180 m 3 /h CWL 300 : jusqu à 300 m 3 /h avec ou sans bypass CWL 400 : jusqu à 400 m 3

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

SolutionS rénovation ConDuitS DE FuMéES pour ChauDièrES à ConDEnSation Poujoulat

SolutionS rénovation ConDuitS DE FuMéES pour ChauDièrES à ConDEnSation Poujoulat Solutions rénovation CONDUITS DE FUMéES pour chaudières à condensation Conduit individuel Le conduit individuel se rencontre dans les immeubles anciens de l époque haussmannienne et en maison individuelle.

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION NOUVELLE GÉNÉRATION BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT SOLUTIONS SANITAIRE Le sanitaire, spécialité historique de Nicoll, a fait de la marque la référence dans le monde de

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Vitodens 100-W. climat d innovation

Vitodens 100-W. climat d innovation climat d innovation Vitodens 100-W Chaudière murale gaz à condensation, type WB1C, à brûleur modulant MatriX cylindrique et échangeur de chaleur Inox-Radial pour un fonctionnement avec une ventouse ou

Plus en détail

Foyer 900 Double ouverture

Foyer 900 Double ouverture Foyer 900 Double ouverture Référence 6890 LC 26/01/2010 page 1/6 580 1158 Foyer 900 Double ouverture Notice particulière d utilisation et d installation AD6890 Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

Le stockage du granulé

Le stockage du granulé Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Construire le stockage PROPELLET TOUR www.propellet.fr Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Comprendre et choisir le stockage

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Un système de chauffage encore plus performant en rénovation

Un système de chauffage encore plus performant en rénovation Un système de chauffage encore plus performant en rénovation Chauffage 1 Chauffage Evaluer : diagnostic énergétique d une installation existante (où part le combustible, notion de pertes et de rendement)

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Chauffage bois et conduits de fumées en maison individuelle

Chauffage bois et conduits de fumées en maison individuelle SAVOIR FAIRE Vu sur: http://conseils.xpair.com/ Chauffage bois et conduits de fumées en maison individuelle XPair.com - Page 1 / 25 SOMMAIRE 1 - APPROCHE TECHNIQUE... 2 1. Le chauffage au bois est une

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION A-1 Domaine d application 1 A-2 Principes généraux 1 A-3 Contenu du Guide d application 2 A-4 Référence au chapitre I, Bâtiment 3 A-5 Entretien et réparation 4 A-6 Mise

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

CSTC LA VENTILATION DES HABITATIONS 1 ÈRE PARTIE PRINCIPES GÉNÉRAUX NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 192

CSTC LA VENTILATION DES HABITATIONS 1 ÈRE PARTIE PRINCIPES GÉNÉRAUX NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 192 TRIMESTRIEL 3 E TRIMESTRE 1994 DÉPÔT : BRUXELLES X ISSN 0528-4880 CLASSE DE PRIX : A10 CSTC UNE EDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION LA VENTILATION DES HABITATIONS 1 ÈRE PARTIE

Plus en détail

TION NATURELLE VENTILATION DES HABITA TIONS GUIDE PRATIQUE POUR LES MENUISIERS

TION NATURELLE VENTILATION DES HABITA TIONS GUIDE PRATIQUE POUR LES MENUISIERS GUIDE PRATIQUE POUR LES MENUISIERS LA VENTILATION TION NATURELLE DES HABITA TIONS Ce guide traite principalement de la ventilation naturelle dans les habitations. La ventilation mécanique n est pas abordée

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

Isola. L arbre généalogique de la famille. Paul. Bénédicte. Mathias. Marie. énerg hic

Isola. L arbre généalogique de la famille. Paul. Bénédicte. Mathias. Marie. énerg hic Chasse au gaspi avec Paul L arbre généalogique de la famille Isola Bénédicte Mathias énerg hic Marie Dépôt légal : octobre 2009 D/2009/11802/54 Service public de Wallonie, 2009 Tous droits réservés Editeur

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n ÉCONOMIES D ÉNERGIE EAU CHAUDE À VOLONTÉ ULTRA COMPACTE ET ULTRA LÉGÈRE LE MEILLEUR INVESTISSEMENT EN CONDENSATION L E SSE NTI E L DE LA CON DE

Plus en détail