Le tabou des excréments, péril sanitaire et écologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le tabou des excréments, péril sanitaire et écologique"

Transcription

1 Le Monde diplomatique JANVIER 2010 Plus de deux milliards et demi d êtres humains privés de toilettes Le tabou des excréments, péril sanitaire et écologique Chacun «y va», mais on n en parle pas. Ce tabou lié à la bienséance recouvre pourtant des millions de morts évitables chaque année. Avec une population urbaine croissante, la gestion des excréments est devenue une question vitale, aussi bien pour la santé que pour la dignité humaine. PAR MAGGIE BLACK Dans notre monde préoccupé tant par les émissions de carbone que par les polluants chimiques et nucléaires, la pollution de base que constituent les excréments pathogènes ne suscite aucun émoi. Depuis la Grande Puanteur de Londres (lire «En 1858, la Grande Puanteur de Londres»), les pays industrialisés ont consacré d importantes ressources à nettoyer et à assainir l environnement urbain. Dans les pays en développement, une meilleure compréhension des causes des maladies a réduit la peur des «airs mauvais» (mala aria), que l on jugeait depuis des siècles responsables de diverses contaminations. Mais l urbanisation toujours plus rapide fait naître une nouvelle inquiétude. Une grande partie de la population des villes vit dans des taudis : townships, baraques, bidonvilles, favelas... Un milliard de citadins souffrent du manque d installations sanitaires, et de ses conséquences en termes de misère, de dignité et de santé. La Zambie, après avoir subi plus de sept mille cas de choléra, et cent soixante-deux morts, dont trente dans la capitale Lusaka, vient ainsi d investir 12,5 milliards de kwachas (1,8 million d euros) dans un programme de réduction des risques, employant des prisonniers pour curer les égouts, et informant la population à travers des épisodes spéciaux de feuilletons télévisés et des concerts (1). Cependant, les conditions de vie misérables des périphéries (ou parfois des centres) des villes en pleine expansion en Afrique, en Asie et en Amérique latine sont rarement considérées comme des menaces sérieuses pour le tissu social et urbain. Dans chaque pays, les infrastructures médicales sont en général suffisantes pour empêcher une propagation à grande échelle des épidémies liées à l absence d assainissement au premier rang desquelles figure le choléra.

2 Les toilettes à chasse d eau et le tout-à-l égout étaient parvenus à imposer l idée que l approvisionnement en eau courante résolvait à lui seul le problème de l élimination des excréments. La relation entre maladie et contamination fécale était oubliée ; au point que même les politiques de santé plaçaient les diarrhées et les autres infections associées aux excrétions dans la catégorie «accès à l eau». Le mot «assainissement» est escamoté. Aujourd hui, les propriétaires de logements acquittent une «taxe sur l eau» pour des «raccordements» au liquide vital, comme si les canalisations d égouts n existaient pas. Par cette astuce de langage, le sujet déplaisant est proscrit, non seulement des conversations de la bonne société, mais aussi des cercles de décision. Dans certaines parties du monde en développement, les rivières qui traversent les villes sont aussi croupissantes et troubles que la Tamise, le Rhin et la Seine au XIXe siècle, et tout aussi incapables d absorber les déjections humaines non traitées dont elles sont chargées. Mais ces «puanteurs» n inspirent plus l effroi et, tant qu elles demeurent éloignées des centres-villes où se trouvent les hôtels chics et les attractions touristiques, le laisser-faire prévaut. En conséquence, pour deux milliards six cent millions de personnes soit 38 % de la population mondiale!, le problème quotidien de l évacuation des excréments n est pas résolu. Elles ne disposent ni de toilettes ni de raccordement aux égouts. L utilisation de latrines, dont le contenu est évacué dans un trou ou une fosse septique, n est pas complétée par un service régulier d évacuation. Et, lorsque l habitat est raccordé au tout-à-l égout, seules 10 % des matières fécales sont retraitées ; les neuf dixièmes aboutissent dans les rivières, où les conséquences sur l environnement aquatique poissons, vie végétale et sur la santé humaine peuvent être dévastatrices. Infections parasitaires Ces mêmes cours d eau sont utilisés pour se baigner, se laver, faire la lessive ; et, dans bien des cas, on y puise l eau pour la consommation de la population et du bétail. Agent d absorption et d évacuation des déchets efficace, l eau n en charrie pas moins des substances pathogènes, comme les milliards de bactéries microscopiques contenues dans la plus petite quantité d excréments. Pour nettoyer le Gange, pollué par des années de rejets industriels toxiques et d eaux non traitées, l Inde vient de décrocher auprès de la Banque mondiale un prêt de 1 milliard de

3 dollars sur cinq ans (2). Mais, même si elle parvient à construire et à faire fonctionner suffisamment de stations d épuration au débouché des égouts situés tout le long du fleuve, il est illusoire d espérer y raccorder les foyers les plus pauvres, même avec un tel investissement. La quasi-totalité de ceux qui n ont pas accès à des installations sanitaires vivent en effet à la campagne dans des habitations très rudimentaires (70 %), ou dans des bidonvilles urbains tentaculaires (30 %). Dans la plupart des zones rurales des pays en développement, les habitants pratiquent la défécation à l air libre ; à la nuit tombée, ils se rendent dans les champs. Les problèmes sont nombreux, notamment pour les femmes, qui doivent se montrer discrètes si elles veulent préserver leur réputation, leur pudeur et leur respectabilité. Les agressions physiques ou sexuelles ne sont pas rares lors de ces pérégrinations nocturnes. Par ailleurs, l obligation de se retenir durant la journée peut conduire à de graves problèmes de santé. Quand il n y a aucun endroit où aller, dans les zones urbaines par exemple, mais aussi dans les cas d enfants trop jeunes, de personnes âgées handicapées ou trop malades pour s aventurer dehors, il faut avoir recours à un seau, ou se soulager dans un emballage alimentaire ou un sac en plastique. Le sachet est ensuite jeté dans une décharge voisine ; les chiens errants ou les porcs viendront y faire le ménage à leur façon. Ces paquets sont connus sous le nom de «toilettes volantes». A la campagne, certains des aménagements traditionnels sont infiniment préférables à l usage de toilettes exiguës et puantes. La population rurale résiste souvent à l idée de disposer de toilettes domestiques : les gens seraient au contraire plutôt enclins à éloigner le plus possible la matière en question de leur lieu de vie. Par le passé, les propriétés desséchantes et désodorisantes du soleil et du vent, conjuguées au lessivage opéré par les flux et reflux des eaux, les ont parfaitement servis. Mais, dans un monde où la densité de population a fortement augmenté, la défécation à l air libre est devenue malsaine. Des millions de gens contractent des maladies par le biais de particules fécales présentes dans les champs, sur les chemins et dans les ruelles, sur les rivages des mers, des fleuves ou des ruisseaux. Les germes pathogènes se déposent sur les pieds, les mains, dans la nourriture, dans les ustensiles de cuisine et les récipients, sur les vêtements, et sont ingérés par les baigneurs qui utilisent les lacs et les étangs pour leurs ablutions, ainsi que par les enfants qui y jouent.

4 Chaque année, un million et demi d enfants en bas âge perdent la vie à cause d infections diarrhéiques. Des millions d autres souffrent périodiquement d accès de fièvre et de maux d estomac qui leur font manquer l école, affectent leur croissance et absorbent les soins maternels et les ressources familiales. Les infections parasitaires, dues au contact des pieds nus avec les matières fécales, sont encore plus fréquentes et totalisent chaque année plus de cent trente-trois millions de cas. L ascaris, un ver rond qui s implante dans les intestins, absorbe jusqu à un tiers de la nourriture avalée par un enfant, et entraîne souvent de l asthme ; celui qui vit dans un environnement très dégradé peut être porteur d un millier de parasites en même temps. Pourtant, même si les conséquences pour la santé d un système d assainissement inadéquat suscitent l inquiétude des pouvoirs publics, les toilettes fermées restent perçues par la population plus comme une commodité personnelle que comme une aide sanitaire. Au fur et à mesure de l urbanisation, s isoler pour faire ses besoins discrètement devient beaucoup plus difficile quand il n y a pas d installation réservée à cet usage, et l absence d intimité crée une demande parmi les populations les plus pauvres, en particulier celles qui commencent à s élever dans la hiérarchie sociale. Des toilettes sont une marque de modernité recherchée, tout comme un poste de télévision, même dans un foyer modeste. Dans le même temps, le besoin d une salle de bains ou d une simple douche, celui de canalisations pour évacuer les eaux usées conduisent à des demandes en biens d équipement ménagers similaires à celles que les Européens ont connues il y a plus d un siècle. Manquent l engagement et les ressources de la part des collectivités locales : aucune impulsion n a été donnée en ce sens, que ce soit de la part de personnalités influentes des classes dirigeantes ou de celle des administrés. Un objectif beaucoup trop modeste Les pourvoyeurs d aide ont leur part de responsabilité dans cet état de fait. Ils consacrent en général dix fois plus de ressources à l eau qu aux installations sanitaires. Dans des programmes intitulés «eau et assainissement», ils omettent souvent de dégager les budgets pour l éducation à l hygiène, la promotion des toilettes ou la construction de systèmes d évacuation des eaux et des excréments, de sorte que le mot «assainissement» y est purement décoratif. Quand les Nations unies ont défini en 2000 les Objectifs du millénaire pour le développement, l assainissement n y était même pas mentionné. Ce n est qu après un

5 lobbying intensif, lors du second Sommet de la Terre (à Johannesburg, en 2002), qu il a été décidé d ajouter l objectif de réduire de moitié, d ici à 2015, la proportion de ceux qui, en 1990, n avaient pas accès à des infrastructures sanitaires de base. Or, selon le Fonds des Nations unies pour l enfance (Unicef), cet objectif n a plus guère d espoir d être atteint. Il est pourtant modeste, laissant encore un milliard huit cent millions de personnes du mauvais côté de la barrière. La lenteur financière, politique, institutionnelle, promotionnelle des progrès en matière sanitaire a conduit les Nations unies à faire de 2008 l Année internationale de l assainissement (AIA). Avec quelques résultats. L alimentation en eau et l assainissement ont enfin été séparés dans l esprit des décideurs. Dans de nombreuses régions du monde, les toilettes qu il est envisageable d installer dans les zones les plus pauvres ne peuvent être alimentées en eau ni disposer de conduites d évacuation. Ni les habitants ni les autorités locales n ont les moyens d investir dans des canalisations et des fosses enterrées, et encore moins dans les systèmes d évacuation et de traitement des matières évacuées. Un grand nombre de pays d Afrique et du Proche-Orient (de même que l Inde et la Chine) sont soumis à des restrictions d eau aiguës. Par conséquent, l assainissement universel est voué à l échec. Comme il arrive souvent quand on s attelle à un problème longtemps négligé, l AIA a mis au jour, d un côté, des progrès éducatifs et technologiques restés dans l ombre, et, de l autre, des situations bien pires que ce que l on imaginait. La prise en compte des populations vivant dans des habitats «illégaux» a conduit à réévaluer à la hausse le nombre de personnes dont les conditions de vie sont extrêmement mauvaises. De nombreux pays, par crainte de nuire à leur image touristique, ont de plus pris l habitude de sous-estimer les cas de choléra, ce qui est d autant plus facile que, s agissant d une «maladie sale», la honte incite de nombreuses victimes à en souffrir en silence (3). Avant de constater le moindre progrès sur le front sanitaire, il faudra promouvoir des technologies alternatives de moindre coût, plus faciles à installer et à entretenir que les systèmes conventionnels de tout-à-l égout familiers au monde industrialisé et aux quartiers aisés. MAGGIE BLACK. (1) Sam Phiri, «Zambia : Lusaka declares war against malaria, cholera», Times of Zambia, Lusaka, 27 octobre 2009.

6 (2) «World Bank loans India $1bn for Ganges river clean up», BBC News, 3 décembre (3) Bulletin de l Organisation mondiale de la santé, vol. 87, , Genève, décembre Le tabou des excréments, péril sanitaire et écologique Faut-il parier sur le tout-à-l égout? Sans faire de bruit, depuis le lancement, dans les années 1980, de la campagne Eau et assainissement pour tous des Nations unies, les pionniers de l hygiène ont trouvé un certain nombre de solutions sanitaires à faible coût et économes en eau. Ils ont amélioré la latrine commune pour qu elle soit plus agréable, plus propre, et pour rendre son contenu compostable ou biodégradable. Les environnementalistes recommandent l «assainissement écologique» pour recycler les nutriments présents dans les excréments comme fertilisants ce qui n est pas du goût de tout le monde, mais est toutefois bien perçu dans certaines sociétés, notamment en Scandinavie et en Asie du Sud-Est. Les toilettes non raccordées moins attrayantes que les cuvettes de porcelaine immaculée, mais cependant décentes et utilisables se déclinent à présent en différentes variantes, en fonction des goûts et du portefeuille des consommateurs, à partir de 15 euros environ. Certains modèles incluent un joint hydraulique et doivent être nettoyés manuellement en y déversant un seau d eau. Les toilettes sèches, en revanche, peuvent fonctionner avec de la cendre déversée pour recouvrir les déjections, et possèdent un système de ventilation pour éviter les odeurs. Il existe aussi des systèmes d égout modifiés, un peu plus coûteux, avec des canalisations de faible diamètre et une configuration simple, qui sont réalisables dans certains environnements périurbains. Par conséquent, le choix des types de toilettes à promouvoir là où le tout-à-l égout est impossible à installer zones rurales où vivent les deux milliards de personnes «non desservies», ainsi qu un grand nombre de bidonvilles n est plus un problème insurmontable. Les modèles sont constamment améliorés pour mieux convaincre et séduire les utilisateurs : les cuvettes sont fabriquées en plastique de couleur, les tuyaux d aération sont moins chers, on trouve des abattants et des produits nettoyants sur le marché.

7 Néanmoins, étant donné la pauvreté de la grande majorité des exclus des équipements et des services sanitaires, la part respective de leur financement par les usagers et par les pouvoirs publics a beaucoup embarrassé les décideurs. Au cours de la révolution sanitaire du XIXe siècle, il a semblé évident que, si l extension du réseau de tout-à-l égout était livrée tout entière au marché, ceux qui vivaient dans les quartiers les plus pauvres des villes ne seraient pas équipés. D un commun accord, les municipalités et les autorités sanitaires ont aidé à financer, sinon les cuvettes de WC ou les raccordements des maisons, du moins la construction des égouts et les services d évacuation et de traitement. Aujourd hui, les commodités «sur site» comprennent à la fois des toilettes fermées et une fosse ou un réservoir pour les matières fécales. Même si elles parviennent à s équiper de toilettes avec une fosse ou un réservoir solides, il semble injuste de demander à des personnes démunies d assumer la totalité des dépenses concernant la vidange et l évacuation, alors que ces services sont bien entendu subventionnés pour ceux qui vivent dans des environnements équipés d égouts haut de gamme. Dans bon nombre de programmes d assainissement des pays pauvres, les donateurs ont tout financé y compris des toilettes coûteuses qui, plantées comme des temples dans les lieux d habitation, n ont jamais été utilisées pour l usage prévu. A l extrême opposé, certains avancent que si les gens ne participent pas eux-mêmes au financement de leur équipement sanitaire, ils n ont pas l impression d avoir réellement fait un choix et par conséquent ne s en servent pas. Or les toilettes représentent avant tout une amélioration du confort de l habitation, et c est à ce titre qu elles trouveront leur place. Le défi est de permettre à des artisans, à des constructeurs locaux et même à des vidangeurs traditionnels de fosses et de seaux de participer à une nouvelle économie sanitaire, respectable et rémunératrice. Il existe des exemples de centres de production, en Inde, en Indonésie et ailleurs, où des jeunes hommes et femmes fabriquent des composants de toilettes et vivent de leur vente, livraison et installation. La collecte, le recyclage et l élimination des déchets y compris l installation d incinérateurs locaux, d usines de traitement, de «digesteurs» aérobie et de canalisations d égouts de petit calibre sont susceptibles de constituer une activité économique viable, à condition d obtenir un financement initial, qui peut être fourni par les donateurs d aide et les autorités.

8 L excuse souvent avancée par les politiques et les planificateurs pour expliquer le peu d énergie investie dans les systèmes d assainissement par comparaison avec l approvisionnement en eau est que celui-ci fait l objet d une adhésion populaire, tandis que personne ne réclame l élimination des excréments. Cela s explique cependant par le tabou qui continue à peser sur le sujet, et non par le fait que les gens en particulier les femmes n en ressentent pas le besoin. Car, sur le terrain, en particulier dans les zones urbaines surpeuplées, la demande existe. Ainsi, à Trichy (Tiruchirapalli), dans l Etat indien du Tamil Nadu, l association de femmes Gramalaya a mis en place un fonds de roulement de dollars sous forme de microcrédits pour des projets de modernisation des latrines, d une valeur moyenne de 91 dollars par emprunteur (1). En très peu de temps, s appuyant sur l épargne de ses membres et sur les banques commerciales locales, l association a pu mobiliser plus de 1 million de dollars, augmentant de façon significative le nombre des bénéficiaires. Une revendication de toilettes décentes est clairement en train d émerger, motivée non par des questions de santé mais par l aspiration à la dignité, au confort, à l intimité, à la sécurité pour les femmes et les enfants et, pour les hommes, à un meilleur statut social. MAGGIE BLACK. Heather Arney, Sait Damodaran, Michaela Meckel, Andrew Barenberg et Gary White, «Creating access to credit for water and sanitation : Women s self-help groups in India», communication au symposium de Delft, 19 novembre Le tabou des excréments, péril sanitaire et écologique

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

Décantation des boues. Cuve à compartiments. Flexible haute-pression. Outil de travail bus à réaction

Décantation des boues. Cuve à compartiments. Flexible haute-pression. Outil de travail bus à réaction Eau propre Décantation des boues Cuve à compartiments Treuil d enroulement Pompe haute-pression Flexible haute-pression Aspiration des matières Regard de visite Collecteur à ramoner Outil de travail bus

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Sauvons notre planète

Sauvons notre planète présente Economisez l eau Dans des conditions de fosses septiques normales, toute l eau utilisée dans votre maison est alimentée par le biais de trappes àgraisse, de gravières et ensuite gaspillée. Avec

Plus en détail

Assainissement rural au Maroc Situation actuelle et perspectives

Assainissement rural au Maroc Situation actuelle et perspectives OFFICE NATIONAL DE L EAU POTABLE DIRECTION ASSAINISSEMENT ET ENVIRONNEMENT Atelier sur "l'assainissement, l'épuration et la réutilisation des eaux usées Assainissement rural au Maroc Situation actuelle

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

LITIÈRE NATURE GOLD CONTACT PRESSE

LITIÈRE NATURE GOLD CONTACT PRESSE CONTACT PRESSE Agence Open Space - Tél. : 01 47 4 19 80 Alexandra Romano : alexandra@openspace.fr Nassima Cavelier : nassima@openspace.fr Cat s Best (Groupe Rettenmaier) lance en grandes surfaces Nature

Plus en détail

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION FICHE ANIMATION OBJECTIF > Entretien, gestion et suivi TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION Définir les responsabilités concernant chacune des tâches de gestion et d entretien du système construit. Relever

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

L assainissement. non collectif. Vous avez une «fosse septique» ou vous devez en installer une. Ce que vous devez savoir

L assainissement. non collectif. Vous avez une «fosse septique» ou vous devez en installer une. Ce que vous devez savoir L assainissement non collectif Vous avez une «fosse septique» ou vous devez en installer une Ce que vous devez savoir Sommaire. Une fosse septique, c est quoi?...3. Fosse septique ou assainissement non

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT?

QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT? QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT? Christian HOUDUS Eau Vive 5ièmes Assises de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale Yvelines - Conseil général Marly-le-Roi 12

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

Le petit livre. des toilettes. Les égouts ne sont pas des poubelles!

Le petit livre. des toilettes. Les égouts ne sont pas des poubelles! Le petit livre des toilettes Les égouts ne sont pas des poubelles! Editeur responsable : B. ANTOINE AIVE Drève de l Arc-en-Ciel 98 6700 ARLON Tél. 063 23 18 11 www.aive.be infoligne@idelux-aive.be janvier

Plus en détail

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS!

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS! 2008 50 ANS D INNOVATIONS! WC SALLE DE BAINS CUISINE BUANDERIE CHAUDIÈRE CLIMATISEUR SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX pour créer des sanitaires partout dans la maison SFA c est facile pour

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR Mali Septembre 2013 Promouvoir l hygiène à l école Pourquoi? 1. Pour apprendre aux élèves comment éviter les maladies les plus courantes : Les

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif sommaire 1) Pourquoi assainir? 2) Les lois et les obligations. 3) Technique de l ANC. 4) Déroulement de la visite. 1) Pourquoi assainir? Pour restituer

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

Les plastiques en débat 2014

Les plastiques en débat 2014 Les plastiques en débat 2014 Pratique Léger Astucieux Solide Transformable Indispensable Qualifié Utile Esthétique 3eD_college_LES_CAMPELIERES Collège Les Campelières 121 Chemin Campelières 06250 Mougins

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN RÈGLEMENT NUMÉRO 349-11 RÈGLEMENT CONCERNANT LES NUISANCES, LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES BÂTIMENTS D HABITATION CHAPITRE 1 DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

SSAINISSEMENT. Rense ignem en ts techn iques : SET Environnement 02 99 58 26 44 - assainissement.set@gmail.com

SSAINISSEMENT. Rense ignem en ts techn iques : SET Environnement 02 99 58 26 44 - assainissement.set@gmail.com L A GUIDE DE SSAINISSEMENT NON COLLECTIF Rense ignem en ts techn iques : SET Environnement 02 99 58 26 44 - assainissement.set@gmail.com Rense ignem en ts adm in istra tifs : Sab ina Badea (serv ice env

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens REJETS INDUSTRIELS AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU GRAND TROYES Enjeux et moyens Définition des eaux usées Eaux usées domestiques Eaux ménagères (lessives, cuisines non collectives, douches ) Eaux vannes

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Les usages de l eau. 1. Le cycle de l eau domestique. 1. Le prélèvement de l eau dans le milieu naturel. Chapitre

Les usages de l eau. 1. Le cycle de l eau domestique. 1. Le prélèvement de l eau dans le milieu naturel. Chapitre 1. Le cycle de l eau domestique Avant d arriver au robinet, l eau doit être traitée pour être rendue potable, c est-à-dire sans danger pour la consommation humaine. Ces traitements varient suivant l origine

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

CAUSERIE-DEBAT : Marketing de l assainissement, quelle réalité en Côte d Ivoire _ 18-04-2015 _ Bingerville/Abidjan CAUSERIE-DEBAT

CAUSERIE-DEBAT : Marketing de l assainissement, quelle réalité en Côte d Ivoire _ 18-04-2015 _ Bingerville/Abidjan CAUSERIE-DEBAT 1 CAUSERIE-DEBAT Marketing de l assainissement, quelle réalité en Côte d Ivoire 18 avril 2015 Bingerville/Abidjan (Côte d Ivoire) Présentation N GUESSAN Kouamé André, Vice-Président Afrique du Réseau Projection

Plus en détail

Le papier recyclé la matière première respectueuse de l environnement

Le papier recyclé la matière première respectueuse de l environnement Le papier recyclé la matière première respectueuse de l environnement LE VIEUX PAPIER RESTE ICI Innovateurs par tradition www.perlen.ch Aussi écologique que possible La société Perlen Papier a été fondée

Plus en détail

Environnement. préservé CONTACT 03 88 40 05 96 LE SERVICE DE L ASSAINISSEMENT ET VOUS

Environnement. préservé CONTACT 03 88 40 05 96 LE SERVICE DE L ASSAINISSEMENT ET VOUS Environnement préservé CONTACT 03 88 40 05 96 LE SERVICE DE L ASSAINISSEMENT ET VOUS 1 Le service de l assainissement de la CUS : Chaque jour, les agents du service public assurent la maîtrise d ouvrage

Plus en détail

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37 Livret pour l Assainissement en Milieu Rural ²²² Communes de Ngogom et de Gainte Kaye Plan du livret Page 02 Présentation du projet Page 05 La mise en œuvre du service public d assainissement Page 08 L

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE D ASSAINISSEMENT LIQUIDE

STRATEGIE NATIONALE D ASSAINISSEMENT LIQUIDE REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU REPUBLIQUE OF CAMEROON PEACE WORK FATHERLAND MINISTRY OF ENERGY AND WATER RESOURCES STRATEGIE NATIONALE D ASSAINISSEMENT LIQUIDE

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

de votre installation

de votre installation GUIDE D UTILISATION et d entretien de votre installation d assainissement non collectif Communauté de Communes du Pays de Pont-Château - Saint Gildas des Bois Vous venez de réaliser une installation d

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

EAU ET ASSAINISSEMENT POUR TOUS. Guide méthodologique. n 6. Financer la filière assainissement

EAU ET ASSAINISSEMENT POUR TOUS. Guide méthodologique. n 6. Financer la filière assainissement EAU ET ASSAINISSEMENT POUR TOUS Guide méthodologique n 6 Financer la filière assainissement sommaire 7. Préambule. De quel type d assainissement parle-t-on dans ce guide, quels sont ses objectifs? 13.

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

Technologies de l information

Technologies de l information 7a Technologies de l information Nouvelles technologies de l information : une clé pour apprendre à l âge adulte? 321 Thème 7 Education des adultes, culture, médias et nouvelles technologies Fascicules

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales 1 REGLEMENT DU SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) Sommaire Chapitre 1 er : Dispositions Générales Article 1 er : Assainissement non collectif : Article 2 : Objet du règlement : Article

Plus en détail

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA Qu est-ce la boite à images? Cette boite à images est un appui visuel pour les relais communautaires, agents de santé,

Plus en détail

LA BIOTECHNOLOGIE PAR naturellement efficace

LA BIOTECHNOLOGIE PAR naturellement efficace E D I T O R I A L Des remèdes naturels et actifs La gamme Actemia bénéficie du travail de recherche mené par nos laboratoires depuis plus de 20 ans, afin de mettre au point des traitements performants

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com CARNET de la construction durable en béton Preuves à l appui 1 2 La maison en béton : un impact maîtrisé sur l environnement, page 5 La maison en béton

Plus en détail

Salle de bains FICHE TECHNIQUE

Salle de bains FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Salle de bains 2 4 7 CONNAÎTRE > Une pièce humide > Les équipements > Production d eau chaude sanitaire > Les revêtements du sol et des murs > L installation électrique > Les réseaux d

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Sika ComfortFloor pour votre maison

Sika ComfortFloor pour votre maison Sika ComfortFloor pour votre maison LA PERFECTION N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI PROCHE Vivre avec perfection Sika ComfortFloor à la maison Sika ComfortFloor est bien plus qu un revêtement de sol. C est également

Plus en détail

I / UNIVERSITE TECHNIQUE DE HAMBOURG-HARBOURG

I / UNIVERSITE TECHNIQUE DE HAMBOURG-HARBOURG Compte rendu du voyage d étude en Allemagne LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L ECOASSAINISSEMENT Hambourg et Lübeck - 28 au 30 mai 2008 Depuis une vingtaine d années, une nouvelle approche de l assainissement

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Le Service Public de l Assainissement Non Collectif (SPANC)

Le Service Public de l Assainissement Non Collectif (SPANC) Le Service Public de l Assainissement Non Collectif (SPANC) Etat d avancement et présentation des conclusions après 3 années de contrôles. Conseil Communautaire du 11 mai 2010 Déroulement de la présentation

Plus en détail

A.2 FOSSES SEPTIQUES ET CITERNES POUR EAU DE PLUIE

A.2 FOSSES SEPTIQUES ET CITERNES POUR EAU DE PLUIE A.2 FOSSES SEPTIQUES ET CITERNES POUR EAU DE PLUIE A.2.1 PLACEMENT AU SABLE STABILISE (RONDE) D E G A C F (1) VOLUME A C D E F G Kg SP/RW 1.000 L 1.260 1.015 500 1.085 110 1.065 30 SP/RW 1.500 L 1.570

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

BILAN campagne de contrôles diagnostics de l existant

BILAN campagne de contrôles diagnostics de l existant Axel Darques ; Isabelle Roget SPANC C.C. des 2 Sources 02/12/2009 BILAN campagne de contrôles diagnostics de l existant Commune D ORVILLE Introduction : le contexte Loi sur l eau et les milieux aquatiques

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Granulés anti-limaces : pas sans risques!

Granulés anti-limaces : pas sans risques! Granulés anti-limaces : pas sans risques! Conseils pratiques pour une utilisation et un stockage corrects et sans danger pour vos animaux domestiques Comment utiliser et stocker sans danger les granulés

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES Le présent document est établi afin d être présenté lors de 4ème conférence des Pays moins développés des

Plus en détail

Les plastiques en Débat

Les plastiques en Débat Les plastiques en Débat Que pensez-vous de l impact des plastiques sur notre environnement? Plutôt positif! Néfaste! Et si on lançait un vrai débat! Collège Raymond GUEUX 70700 GY Le Débat Depuis son invention

Plus en détail

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Syndicat des Cramades La malle Cantal'Eau - Découvrir et agir l'eau c'est la vie! - Grand public Agence de l eau Adour Garonne 1 Le Syndicat

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Guide branchement Eaux usées

Guide branchement Eaux usées Guide branchement Eaux usées Description du branchement Le raccordement au réseau public d assainissement collectif consiste à mettre en place un branchement d assainissement, allant de la limite de votre

Plus en détail

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre!

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre! En savoir QUIZZ + Plan de Protection de l Atmosphère des Bouches-du-Rhône 1 2 3 4 J ai le droit de brûler mes déchets de tonte de pelouse en petite quantité dans ma cour non exposée à la route. Mes déchets

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail