juillet 2011 RAPPORT D ACTIVITÉ SUR L ACHAT à la Sécurité sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "juillet 2011 RAPPORT D ACTIVITÉ SUR L ACHAT à la Sécurité sociale"

Transcription

1 juillet 2011 RAPPORT D ACTIVITÉ SUR L ACHAT à la Sécurité sociale Année 2010

2

3 sommaire Présentation de l Observatoire de l Achat 4 La mission réglementaire 4 L organisation et le fonctionnement 5 La communication 7 Les études de l Observatoire de l Achat 10 L'achat de formation 10 La flotte automobile 14 L affranchissement 17 L acheteur face à l archivage 20 Le suivi des études antérieures 24 Le Baromètre des achats 28 La fonction Achat dans l'institution 30 Le recensement des marchés 38 La remontée des données 38 Les chiffres du recensement 41 Le mot du Président Depuis quatre ans, la Sécurité sociale dispose d un Observatoire pour ses achats. Initialement mis en place pour répondre à l obligation réglementaire de recensement des données des marchés publics, l Observatoire de l Achat des organismes de Sécurité sociale possède désormais une base de données particulièrement intéressante en termes de volume mais également en termes de diversité d achat. Plus de marchés, représentant 3 milliards d euros, sont ainsi répertoriés. Ils se répartissent sur les familles d achat hors production les plus communes et ce sur l ensemble du territoire national. L année 2010 a vu l activité de l Observatoire de l Achat s étendre au-delà du recensement des marchés publics. Quatre grands thèmes d achat ont été étudiés : l achat de formation, la flotte automobile, l affranchissement ainsi qu une étude intitulée «l acheteur face à l archivage». Je tiens à remercier une nouvelle fois les organismes de Sécurité sociale qui remplissent les enquêtes que nous menons car les données recueillies sont très riches de retours d expériences, d échanges et montrent le professionnalisme de nos réseaux. C est avec plaisir que je vous communique le quatrième rapport de l'observatoire de l Achat des organismes de Sécurité sociale : vous y trouverez les chiffres clés pour l année Je vous en souhaite une bonne lecture à tous. Philippe Renard Président de l'observatoire de l Achat

4 4 Présentation de l Observatoire de l Achat La mission réglementaire L'Observatoire de l Achat des organismes de Sécurité sociale a été créé par l'arrêté du 4 octobre 2005 portant réglementation sur les marchés des organismes de Sécurité sociale, et confirmé par l'arrêté du 16 juin Les textes précisent que cette instance inter branches et inter régimes a pour principale mission de rassembler et d'analyser les données économiques de l'achat dans l'institution. Les données recueillies sont celles prévues par les textes 1, enrichies de quelques informations complémentaires décidées par le Conseil de l'observatoire de l Achat. Les données collectées selon une méthodologie identique d'une branche à l'autre et d'un régime à l'autre permettent une consolidation institutionnelle et ainsi contribuent à l'établissement d'une cartographie des marchés. Ce travail de collecte répond aux directives européennes qui exigent les données relatives à la commande publique de chaque Etat membre de l'union Européenne. Les données sont analysées puis transmises annuellement à l'observatoire Economique de l'achat Public (OEAP Observatoire de l'etat) qui les transmet à son tour aux institutions communautaires selon un formalisme et une typologie déterminés permettant comparaisons et classements. En plus de sa mission réglementaire liée à la collecte des données des marchés et à leur analyse, l'observatoire de l Achat poursuit ses efforts afin de fournir aux acheteurs des outils utiles à la fonction : études, guides, Baromètre des achats 1 Décret n du 28 août 2006 relatif au recensement des marchés publics et de certains contrats soumis à des obligations de mise en concurrence et arrêté du 11 décembre 2006 relatif au recensement économique de l'achat public

5 5 L organisation et le fonctionnement L'Observatoire de l Achat est doté d'un Conseil. Il fonctionne d'une part avec des groupes de travail et d'autre part avec un Secrétariat. Le Conseil Il se compose d'un collège de quinze membres. Cinq d'entres eux représentent les directions des organismes nationaux du Régime général. Les autres régimes représentés à ce Conseil sont le Régime agricole (MSA), le Régime des indépendants (RSI) et la Caisse de retraite et de prévoyance des clercs et employés de notaires (CRPCEN) pour les régimes spéciaux. Deux organismes locaux sont représentés au Conseil : l'union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d'allocations familiales de Paris et la Caisse primaire d'assurance maladie de Meurthe et Moselle. Le président de la Commission Consultative des Marchés des Organismes de Sécurité Sociale (CCMOSS), le Directeur de la Sécurité sociale et un représentant de l'observatoire Economique de l'achat Public siègent au Conseil. Sont également associées deux personnes qualifiées hors Institution : un économiste et un acheteur. Philippe Renard, Directeur de l'ucanss, assure actuellement la présidence du Conseil. Les 15 membres qui siègent au Conseil sont les suivants : Représentants des directions des organismes nationaux du Régime général Représentants des directions des organismes nationaux des autres régimes Représentants d'organismes Le Président de la CCMOSS Le représentant de la Direction de la Sécurité sociale Le représentant de l'observatoire Economique de l Achat Public Les personnes qualifiées Frédéric Geoffroy de la CNAMTS Gaëlle Gautronneau de la CNAF Dominique Gérard de la CNAV Sylvie Sambou et Florence Ouvrard de l'acoss Philippe Renard - UCANSS - Président de l Observatoire de l Achat Bruno Velluet de la CNRSI Annie Peltier Froment de la CCMSA Julien Bordon de la CRPCEN Laury Ducombs de l'urssaf de Paris Marie-Françoise Copey de la CPAM de Meurthe et Moselle Michel Duraffourg de l'igas Dominique Libault de la DSS Serge Doumain de l'oeap Marc Kénési, acheteur du CERP Frédéric Jenny, économiste de l'essec

6 6 Le Conseil de l'observatoire de l Achat tient des séances plénières au cours desquelles il acte notamment : l'état de la remontée des données des marchés, les actions de son programme de travail et en suit son exécution, les études et les guides pratiques. Le Conseil de l'observatoire de l Achat s est réuni trois fois en 2010 : le 24 mars, le 17 juin et le 1 er décembre. Séance du 24 mars Présentation du marché national de location de longue durée des véhicules du Recouvrement : Hervé Bastard de l ACOSS. Démonstration de l'applicatif Recensement des marchés et notamment de la nouvelle fonctionnalité permettant l'intégration des avis d'attribution en provenance du portail MEOSS : Isabelle Rousseau du Secrétariat de l Observatoire de l Achat. Séance du 17 juin Présentation du Baromètre des achats : Matthieu Gufflet du cabinet EPSA. Exposé sur la mise en œuvre de la carte d'achat dans les marchés publics : Hervé Horiot de l association CFPA. Première restitution des données de l enquête sur l achat de formation : Christine Chardard du Secrétariat de l Observatoire de l Achat. Validation du Rapport d activité sur l achat à la Sécurité sociale de l année Christine Chardard du Secrétariat de l Observatoire de l Achat. Le Secrétariat Le Secrétariat de l Observatoire dépend de la Direction des Achats et du Développement Durable (DADD) dont Lionel Ferraris est le directeur. Le Secrétariat se compose d une équipe de quatre collaborateurs : Jean Lavallette, Responsable, Isabelle Rousseau, Christine Chardard et Ghislaine Bouhamoun. Le Secrétariat de l'observatoire prépare les travaux du Conseil et des groupes de travail : préparation des séances, élaboration de l ordre du jour et des documents de travail, puis rédaction des comptes rendus et diffusion. Il accompagne les organismes dans la saisie des fiches de recensement et des données des rapports sur l'exécution des marchés. Il conduit les études et enquêtes demandées par le Conseil. Le Secrétariat est également chargé de la communication et des relations avec l OEAP (Observatoire Economique de l Achat Public). Les groupes de travail Des groupes de travail, dont les participants sont désignés par le Conseil, se réunissent en tant que de besoin ; notamment sur certains thèmes d études, comme la carte d achat, le Baromètre des achats, la remontée des données. Séance du 1 er décembre Présentation de l étude sur la flotte automobile : Martin Vitkine de la société EUROGROUP. Présentation de l étude sur l affranchissement : Laurent Lapierre et Virginie Gaillard du cabinet ISC. Restitution des données redressées de l enquête portant sur l'achat de formation :

7 7 La communication Lettres d information et rapport d activité sur l achat à la Sécurité sociale L'Observatoire de l Achat réalise et diffuse des lettres d'information et élabore chaque année le rapport d activité sur l achat à la Sécurité sociale. 5 lettres d information ont été ainsi diffusées au cours de l'année 2010 : n 1/ février : Recensement des données des marchés, questionnaire annuel n 2/ mars : Enquête sur les achats de formation dans l'institution n 3/ juillet : Rapport d'activité sur l'achat à la Sécurité sociale - année 2009 n 4/ octobre : Baromètre des achats Pour le Régime général, l'ucanss assure la diffusion dans les organismes locaux sous format papier ; les caisses nationales sont invitées, quant à elles, à relayer l'information par voie dématérialisée dans leur propre réseau. Pour les autres régimes, l'ucanss diffuse l'information uniquement auprès des caisses nationales qui sont chargées de répercuter l'information auprès de leur réseau. Ces lettres d information, ainsi que le rapport annuel sur l achat à la Sécurité sociale, sont en ligne sur le portail de l'ucanss, ucanss.fr/, rubrique Missions inter régime, espace Observatoire de l Achat. On y retrouve également l'applicatif Recensement des marchés. n 5/ novembre : Etude sur la mise en oeuvre de la carte d'achat dans les organismes de Sécurité sociale. Participation au séminaire annuel de la CCMOSS Le 14 décembre 2010, la CCMOSS a tenu son séminaire annuel à l attention des membres de la Commission et des rapporteurs. L objectif était de dresser le bilan de l année écoulée, de parfaire les modalités de fonctionnement de la CCMOSS et d aborder des thèmes concourant à une meilleure application du Code des marchés publics. Comme chaque année, Michel Duraffourg, Président de la CCMOSS, a accueilli le Secrétariat de l Observatoire de l Achat afin qu il présente le bilan annuel de ses activités, la remontée des données des marchés recensés et les études réalisées au cours de l année. Le séminaire du 14 décembre 2010 a également été l occasion d aborder deux thèmes : l insertion des clauses sociales dans les marchés publics et l approche en coût global qui doit être présente lors de l élaboration d un marché.

8 8 La création d un espace réservé Au cours du quatrième trimestre 2010, l Observatoire de l Achat a ouvert un espace réservé aux organismes tous régimes confondus. Les organismes y retrouvent l intégralité des études, des guides et les fiches du Baromètre des achats produits par l Observatoire. Cet espace réservé nécessite des identifiants (différents de ceux pour l applicatif Recensement des marchés). Il convient donc au préalable de demander un compte (identifiant et mot de passe) au Secrétariat de l Observatoire de l Achat à Connexion à l'espace réservé Menu d'accès à l'espace Observatoire de l'achat Connexion à l'applicatif Recensement des marchés

9 9 Les rencontres inter régionales d acheteurs En partenariat avec les caisses nationales, la CCMOSS, le pôle Achats/marchés de l Ucanss, l'observatoire de l Achat participe aux rencontres inter régionales d'information destinées aux acheteurs. Le thème retenu en 2010 a porté sur l achat responsable. L objectif était de sensibiliser les organismes de Sécurité sociale à l insertion des clauses sociales et environnementales dans les marchés publics. A cette occasion, les Présidents de l Observatoire de l Achat et de la CCMOSS se sont exprimés sur la vision de leur instance dans le domaine de l achat responsable. La présentation des réseaux par les caisses nationales, la mise en relation avec des facilitateurs locaux et des témoignages d organismes locaux exposant des expériences réussies en matière d achat responsable, ont été les sujets marquants. Avec le soutien du réseau institutionnel de formation, cinq régions ont été partenaires pour la mise en place de ces rencontres qui ont rassemblé environ 220 participants soit 149 organismes. Les journées se sont tenues selon le calendrier suivant : 14 octobre 2010 : Strasbourg 9 novembre 2010 : Rennes 23 novembre 2010 : Marseille 9 décembre 2010 : Bordeaux 13 janvier 2011 : Paris Rennes 9 novembre 2010 Paris 13 janvier 2011 Strasbourg 14 octobre 2010 Bordeaux 9 décembre 2010 Marseille 23 novembre 2010

10 10 Les études de l Observatoire de l Achat L'Observatoire de l Achat des organismes de Sécurité sociale a fixé quatre thèmes d étude dans son programme de travail pour 2010 : l achat de formation, la flotte automobile, l affranchissement, l acheteur face à l archivage. L'achat de formation En 2009, le Régime général a affecté 236 millions d euros 2 à la formation de son personnel, soit 5,04% du montant des salaires bruts versés au personnel (ce qui va bien au-delà de l obligation légale qui est de 1,6%). Sur ces 236 millions d euros : environ 50% sont consacrés aux frais pédagogiques, et 50% sont des remboursements de frais de déplacements, de salaire, etc. Les organismes de Sécurité sociale assurent leur formation professionnelle : en premier lieu en interne : ils l organisent avec leur service Formation, en second lieu, ils l achètent auprès du réseau institutionnel, c est-à-dire les CRFP, l EN3S, en dernier lieu, ils l achètent directement auprès de prestataires non institutionnels : c est sur ce dernier point qu a porté l étude menée par l Observatoire. L étude a démarré par une enquête au regard d une approche grand compte. Elle a été réalisée au cours du premier semestre 2010 auprès des organismes de Sécurité sociale. Son objectif était de collecter un ensemble de données chiffrées, sur le choix effectué par les organismes de Sécurité sociale dans le domaine de l achat de formation professionnelle auprès de prestataires non institutionnels et d apporter ainsi les réponses aux questions suivantes : Qu achètent les organismes de Sécurité sociale en matière de formation professionnelle? À quel coût? Auprès de qui? Quels sont les prestataires les plus sollicités? Quelles sont les familles de formations les plus achetées? Les chiffres clés de l enquête 63% de taux de participation 303 organismes ont répondu au questionnaire, tous régimes confondus. 19 millions d euros de frais pédagogiques dépensés stages dispensés stagiaires prestataires non institutionnels recensés 2 D après le Rapport sur la formation professionnelle de l année 2009 de la CPNEFP (Commission Paritaire Nationale Emploi Formation Professionnelle)

11 11 Les données de l enquête font apparaître que 19 millions d euros ont été dépensés auprès de prestataires extérieurs pour l année Les données redressées 3 font état de 25 millions d euros ; le redressement statistique permet en effet d évaluer la réponse des non répondants, pour s assurer ainsi de la représentativité de l enquête. Quelles sont les familles de formation les plus achetées? L Observatoire de l Achat a déterminé 16 familles dont une intitulée «Autre (divers)». L enquête a révélé que les formations les plus achetées concernent principalement les familles suivantes : management : 3,11 millions d euros, bureautique - informatique : 2,21 millions d euros, développement personnel : 2 millions d euros, accueil - relation clients : 1,63 millions d euros, systèmes d information : 1,58 millions d euros. Management Bureautique-Informatique Développement personnel Accueil-relations clients Systèmes d'information Optimisation processus Sécurité-Santé Communication-Marketing Bilan professionnel-vae RH-Formation Secteur médico-social Formations juridiques Finances-comptabilité Préparation aux concours Secrétariat-assistanat Autre (divers) Enquête : 19 millions d'euros Redressement 3 : 25 millions d'euros 3 Le redressement statistique permet d évaluer la réponse des non répondants

12 12 Quels sont les prestataires non institutionnels auxquels les organismes achètent le plus? Les 19 millions d euros (25 millions d euros redressés 4 ) dépensés se répartissent sur un nombre important de prestataires puisque ont été dénombrés. 68 % 32 % 1-CEGOS 2-DEMOS 3-CCI 4-OBEA 5-OPTA S 6-ORSYS 7-MSH CONSEIL 8-IFACI 9-UNIVERSITES 10-GRETA 11-COMUNDI 12-CIBC 13-CAPGEMINI 14-ALGOE 15-AVOLYS 16-CSP 17-SCIENCE PO 18-ASFO 19-INSTITUT F. BOCQUET 20-APAVE 68 % 32 % 1-CEGOS 2-CCI 3-DEMOS 4-OBEA 5-OPTA S 6-MSH CONSEIL 7-GRETA 8-IFACI 9-CAPGEMINI 10-CIBC 11-ORSYS 12-AVOLYS 13-COMUNDI 14-ASFO 15-SAAS CONCEPT 16-INSTITUT F. BOCQUET 17-UNIVERSITES 18-APAVE 19-INCOTEC 20-SCIENCES PO Enquête : 19 millions d'euros Redressement : 25 millions d'euros Les 20 prestataires les plus sollicités représentent 32% du montant global des achats de formation ; les 68% restants représentent sociétés, dont une majeure partie de petites, voire de très petites structures (consultants indépendants, associations.). Quels sont les trois premiers prestataires non institutionnels auxquels les organismes achètent le plus? la CEGOS se détache très nettement : et après redressement, les CCI : avec , quasiment à égalité avec DEMOS, remontent en deuxième position après redressement. la société DEMOS : moitié moins que la CEGOS, avec , passe en troisième position après redressement, 1,3 M 1,6 M DEMOS CEGOS CCI Enquête : 19 millions d'euros CCI CEGOS DEMOS Redressement : 25 millions d'euros 4 Le redressement statistique permet d'évaluer la réponse des non-répondants

13 13 Quels sont les principaux prestataires auxquels les organismes, qui ont répondu à l enquête, achètent le plus, pour les cinq familles de formation les plus suivies? Management = K CEGOS 365 DEMOS 145 ALGOE 130 CSP 111 OBEA 79 Soit 27% du total des achats de formation en Management. Bureautique - informatique = K GRETA 128 CEGOS 110 AVOLYS 105 ADHARA 78 EDUGROUP 65 Soit 22% du total des achats de formation en Bureautique-informatique. Développement personnel = K CCI 199 CEGOS 170 DEMOS 140 BERLITZ 72 OBEA 59 Soit 32% du total des achats de formation en Développement personnel. Accueil - relations clients = K MSH CONSEIL 120 CCI 105 OCI 85 CEGOS 70 CLIENCE 55 Soit 27% du total des achats de formation en Accueil - relations clients. Systèmes d'information = K ORSYS 185 CAPGEMINI 141 CEGOS 98 IBM 68 BULL 58 Soit 35% du total des achats de formation en Systèmes d'information. Une expérimentation de l achat de prestation de formation, dans une perspective grand compte, sera lancée en 2011.

14 14 La flotte automobile L étude a visé les objectifs suivants : améliorer la connaissance du parc automobile sur le plan économique et sur l axe du développement durable : mesurer et analyser les quantités, les coûts, les caractéristiques, les modes de gestion et le financement, développer de nouveaux leviers de gestion : repérer les axes de performance, faire des recommandations. Afin de compléter les données recueillies, un questionnaire, réalisé en commun avec l ensemble des branches et régimes, a été mis en ligne de fin août à la mi-septembre 2010, à destination des organismes de Sécurité sociale. La démarche initiée a permis d établir ainsi la photographie complète et précise des véhicules loués et/ou achetés du parc automobile de l Institution en L Observatoire de l Achat a recueilli un certain nombre d informations auprès des représentants des caisses nationales des différentes branches et régimes de Sécurité sociale. Les chiffres clés de l enquête 80% de taux de participation 420 organismes ont répondu au questionnaire. Ce taux important a permis de disposer de projections relativement fiables avec un coefficient d erreur faible. Près de véhicules constituent le parc automobile de l Institution Le parc automobile des 420 organismes ayant répondu au questionnaire compte véhicules, représentant une moyenne globale de 18 véhicules par organisme. La branche Maladie en détient 36%, soit véhicules avec une moyenne de 24 véhicules par organisme. En opérant un redressement, on estime le parc automobile total à près de véhicules pour l année Le parc automobile en 2009 pèse près de 40 millions d euros dans les budgets des branches et régimes, toutes prestations incluses 16 millions d euros pour les véhicules loués. 24 millions d euros pour les véhicules achetés. L enquête fait ressortir le coût annuel d un véhicule loué et acheté : il comprend l ensemble des dépenses accompagnant la location ou l achat tels que l assurance, le carburant, les entretiens divers Il est constaté que le coût annuel d un véhicule acheté est 32% inférieur à celui d un véhicule loué.

15 15 Répartition du TCO* Location Répartition du TCO* Achat 9% 23% 68% 11% 11% 22% 56% écart de 32% Part des autres coûts engagés Part de l'assurance Part du carburant Part du loyer annuel Part de la ventilation annuelle du prix d'achat TCO* : coût total de possession (Total Cost of Owership) d'un véhicule incluant l'ensemble des dépenses qui l'accompagnent. 60% de petits véhicules une majorité de véhicules, soit 60%, appartient aux segments des véhicules compacts (B2/M1, type Renault Clio), dont les consommations de carburant et émissions de CO2 restent limitées, 17% des véhicules sont des utilitaires, 7% des véhicules entrent dans les catégories de véhicules plus imposants (type Renault Laguna / Vel Satis) des segments M2, H1 et monospaces, plus de 80% des véhicules roulent au gazole. L achat est majoritaire 60% des véhicules sont achetés. Le Recouvrement, la branche Retraite et le Régime minier ont recours à la location pour plus de 50% de leur parc. Le Régime social des indépendants (RSI) possède un parc en quasi-totalité acheté. 40 % 60 % D une manière générale, les organismes ont recours à la centrale d achat UGAP environ une fois sur cinq lors de l achat de véhicules. Véhicules loués Véhicules achetés

16 16 Un parc automobile français, qui roule peu, plutôt âgé et dont la gestion globale est réalisée exclusivement en interne 93% de la flotte est française (Renault, Peugeot, Citroën) 1 véhicule sur 5 parcourt moins de km par an 11% des véhicules parcourent plus de km par an 30% des véhicules ont entre 5 et 9 ans 17% des véhicules ont plus de 9 ans Les modes de gestion de la flotte automobile 77% des organismes utilisent une carte carburant, souvent agrémentée de services complémentaires. Les principaux services inclus sont le lavage, le péage et le parking. 2 organismes sur 3 souscrivent leur carte carburant chez Total. Les principales actions envisagées par les organismes de Sécurité sociale dans le cadre du développement durable L enquête fait ressortir que les émissions de CO2 sont très élevées (supérieures à 150g/km) pour plus de 10% de la flotte de l Institution. Il est à noter que la France s est engagée vis-à-vis de l Union Européenne à réduire d ici 2012 l émission unitaire de CO2 des véhicules à 120g/km. Pour réduire les émissions, les organismes ont mis en avant les actions suivantes : le suivi des consommations de carburant, la politique de diminution de l âge moyen du parc, l équipement des véhicules en outils de navigation, le remplacement des véhicules actuels par des véhicules moins polluants, la réduction de la fréquence des déplacements, la promotion de l utilisation des transports en commun. Les principales pistes d amélioration et d évolution Pour les véhicules loués (16 millions d euros) : limiter le recours à la location longue durée (LLD) aux véhicules roulant plus de km ; en deçà, l achat est en général préférable, mieux identifier les besoins (en particulier le kilométrage annuel) pour un calibrage au plus juste du forfait de location, privilégier la négociation mutualisée afin de bénéficier de remises complémentaires, examiner l opportunité de maintien des volumes actuels des parcs, en fonction des taux d utilisation. Ces pistes d amélioration partent des constats suivants : - 7 véhicules sur 10 roulent moins que le kilométrage prévu dans le contrat de location, - la moitié des contrats sont mal calibrés de plus ou moins km par an, - dans l ensemble, les contrats de location sont mal dimensionnés : des contrats mieux calibrés permettraient de générer une économie d environ 1 million d euros. Pour les véhicules achetés (24 millions d euros) : privilégier la mise en commun des véhicules qui roulent peu, remplacer dès que possible les véhicules les plus anciens et particulièrement polluants par des véhicules compacts type Clio, moins chers et peu polluants, examiner l opportunité de maintien des volumes actuels des parcs en fonction des taux d utilisation, privilégier la négociation mutualisée afin de bénéficier de remises complémentaires.

17 17 L'affranchissement Les enjeux de cette étude étaient d obtenir : une meilleure connaissance des pratiques d affranchissement au sein des régimes de Sécurité Sociale, l identification des leviers et pistes d optimisation associés, Initiée en juillet 2010, avec le concours de La Poste et des caisses nationales, la mission a permis d établir une photographie précise des dépenses postales : affranchissement et autres services connexes sur l année 2009 et cela pour les quatre branches du Régime général et les régimes RSI, MSA et minier. un éclairage sur deux sujets connexes à l affranchissement, à savoir l ouverture à la concurrence du marché postal au 1 er janvier 2011 ainsi que les conventions commerciales courrier. Les chiffres clés 307 millions d euros de dépenses en 2009 Au sein des organismes de Sécurité sociale, il existe une volonté affirmée de mieux maîtriser les enjeux budgétaires concernant le courrier. En effet, l affranchissement et les flux courriers représentent des enjeux budgétaires très importants avec plus de 307 millions d euros dépensés en 2009 dont plus de 160 millions sont dans le périmètre des conventions commerciales courrier. Répartition du total des dépenses postales de l année 2009 par branche ou régime MSA 7 % RSI 6 % Retraite vieillesse 6 % Recouvrement 16 % Maladie 60 % Famille 16 %

18 18 Répartition du total des dépenses par type d affranchissement (industriel, égrené, autres produits et services postaux) pour chacune des branches ou régimes 100% 80% 60% 40% 20% 0% Maladie Famille Retraite-Vieillesse Recouvrement RSI MSA Régime minier Affranchissement industriel Affranchissement égrené Autres produits et services postaux Des disparités d usage et de volumes importants ont été observées d une branche à l autre. Elles s expliquent notamment par des pratiques plus ou moins matures en termes de gestion documentaire, des organisations et des enjeux budgétaires hétérogènes. Des mesures de rationalisation existent déjà : usage majoritaire du tarif économique pour le courrier de gestion et cela à différents niveaux de dégressivité tarifaire, usage significatif des tarifs dégressifs spécifiques (Presse et Marketing Direct) sur les flux courrier pouvant en bénéficier, industrialisation des flux courriers, voire même collecte des flux courriers égrenés dans un HUB 5 courrier pour les massifier et optimiser le coût d affranchissement et de production. La part de courrier égrené reste non négligeable. Les usages et moyens associés sont disparates d une caisse à l autre. Au niveau du courrier industriel, il apparaît également que les moyens éditiques (matériels, logiciels, humains ) mis en œuvre semblent être hétérogènes d une branche à l autre. 5 Un HUB permet de concentrer par voie télématique les courriers de diverses provenances

19 19 Les pistes d optimisation Globalement sur le courrier : négociation mutualisée de plusieurs branches et régimes permettant de bénéficier de remises complémentaires (périmètre convention commerciale courrier), mutualisation des réflexions et travaux concernant l acheminement des plis avec la libéralisation du marché postal depuis le 1 er janvier 2011, mise en place d un processus de traitement des Plis Non Distribués. Sur le courrier égrené : collecte dématérialisée des courriers égrenés pour être produits et affranchis industriellement sur des filières de production éditiques (HUB courriers ), déploiement de bonnes pratiques courrier permettant de développer l usage de tarifs d affranchissement moins coûteux, mise en place d une politique de marché national négocié pour l ensemble des branches et régimes pour la location des machines à affranchir, solutions logicielles et consommables associés, étude d'opportunité de maintien des parcs de machines à affranchir dans les réseaux en fonction des taux d utilisation (possibilité de mutualisation des machines à affranchir, possibilité d utiliser des offres postales plus avantageuses d un point de vue coût), étude d opportunité du développement d activités connexes comme le traitement des flux courrier entrant pour compenser la perte d activité sur les flux courrier sortant au niveau des services courriers locaux dans les réseaux, étude d opportunité en vue d optimiser les flux de courrier coûteux comme l envoi de lettres recommandées (industrialisation et dématérialisation). Sur le courrier industriel : état des lieux des prestations éditiques externes et internes non industrialisées dans les réseaux pour envisager leur rapatriement et leur concentration sur des moyens de production éditique industrielle. En effet certains réseaux ont conservé des solutions éditiques locales (non industrielles) notamment pour faire face à la problématique des courriers égrenés, alimentation des filières éditiques en collectant les flux de courrier égrené des réseaux. Il s agit de concentrer les flux à produire et d en industrialiser la production, mise en place d une politique de marché national négocié pour l ensemble des branches et régimes pour l achat des consommables (papier, encre, enveloppes ) dans une démarche de développement durable, étude d'opportunité afin de privilégier la mise en commun des moyens de production éditique industrielle (intra ou inter branches - régimes) pour une utilisation plus homogène et sécurisée (entraide et back up), étude d'opportunité de maintien, de suppression, d industrialisation des sites éditiques actuels en fonction des taux d utilisation et des coûts internes de production, d affranchissement sur ces sites.

20 20 L acheteur face à l archivage Que coûte vraiment un document à archiver depuis sa création jusqu à sa conservation? Pour toute entreprise l archivage coûte trop cher, mais le coût est contrebalancé par la nécessité de conserver des pièces en cas de recours. La conservation pose aussi problème lorsque les locaux d archives d un organisme sont saturés, et le choix entre externalisation de l archivage et la solution interne existe, mais la comparaison est bien difficile en termes de coût, tant pour la gestion matérielle que pour la recherche d information. L Observatoire de l Achat a souhaité disposer d une étude sur le thème de «l acheteur face à l archivage». L objectif de cette étude a été de comprendre les modalités de gestion des archives et d obtenir une vision globale, pour l ensemble des organismes de Sécurité sociale, en termes de : volumes et typologies d archives, pratiques d archivage et conservation (papier et électronique), projets de dématérialisation et d externalisation, moyens et coûts associés, difficultés rencontrées et attentes dans ce domaine. Dans un premier temps, a été élaboré un panorama des différents dispositifs d archivage mis en place dans l Institution, des politiques d archivage, des volumes d archives, des coûts de conservation, d externalisation d archives, des fréquences et des coûts des consultations, des destructions Un certain nombre d informations a été collecté auprès des organismes de Sécurité sociale des différentes branches et régimes à partir d un questionnaire qui a été mis en ligne à la fin du mois de novembre jusqu à la mi-décembre Dans un deuxième temps, afin de compléter ces informations, un benchmark sur les pratiques d archivage auprès d entreprises (trois grandes entreprises, dont les effectifs sont compris entre et 3 000) a été réalisé ainsi qu une enquête auprès de sociétés de gestion d archives externalisée. Les chiffres clés de l enquête Un taux de réponse de 45% 235 organismes de Sécurité sociale ont répondu au questionnaire sur les pratiques d archivage. La grande diversité des profils des répondants (direction générale, agence comptable, service achats, services généraux, gestion des biens et services, logistique, documentation, archives historiques) témoigne de la transversalité de la problématique.

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013 CENTRALE D ACHAT UCANSS

RAPPORT D ACTIVITE 2013 CENTRALE D ACHAT UCANSS RAPPORT D ACTIVITE 2013 CENTRALE D ACHAT UCANSS V4 24/03/2014 1 Sommaire INTRODUCTION... 3 1. Fonctionnement et activités de la centrale d achat... 4 1.1 Les marchés mutualisés... 5 1.1.1 Description du

Plus en détail

Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite. Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015

Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite. Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015 Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015 Sommaire Origine et pertinence du projet Orientations générales Modalités

Plus en détail

Présentation Capture. Instance Nationale de Concertation

Présentation Capture. Instance Nationale de Concertation Présentation Capture Instance Nationale de Concertation Sommaire Chantier Arc en ciel : présentation générale Capture : présentation générale Objectifs, enjeux Lancement du projet Réflexions et construction

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CONCERNANT L ACCORD CADRE 13/AC/18 RELATIF A LA MISE A DISPOSITION DE MODULES DE FORMATION EN LIGNE DANS LE DOMAINE DU MANAGEMENT ET DU PILOTAGE POUR LES FORMATIONS

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Comment optimiser vos budgets. de télécommunications et. d affranchissement?

Comment optimiser vos budgets. de télécommunications et. d affranchissement? Comment optimiser vos budgets de télécommunications et d affranchissement Partie 1 : Affranchissement Pourquoi Coriolis et Neopost 2 fournisseurs de services B2B Des interlocuteurs identiques (Achats Services

Plus en détail

Accord cadre relatif à la rédaction et la gestion administrative des marchés et accords cadres

Accord cadre relatif à la rédaction et la gestion administrative des marchés et accords cadres Accord cadre relatif à la rédaction et la gestion administrative des marchés et accords cadres présentation générale A. Généralités Dans le cadre d une démarche simplifiée et sécurisante de rédaction,

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Des SERVICES ACADEMIQUES

REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Des SERVICES ACADEMIQUES Limoges, le 9 juillet 2014 Le Recteur de l Académie de Limoges Chancelier de l Université à Madame et Messieurs les Inspecteurs d Académie Directeur des Services Académiques, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

les métiers de dirigeants au sein de la protection

les métiers de dirigeants au sein de la protection L avenir de la Protection sociale se dessine avec vous FOCUS SUR les métiers de dirigeants au sein de la protection sociale La Protection sociale, cœur de la solidarité La Protection sociale, c est l ensemble

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale Présentation du cabinet PEOPLE BASE CBM (Compensations and Benefits Management)

Plus en détail

La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC

La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC La DSN Déclaration Sociale Nominative Nathalie Le MENSEC Présentation Le Cadre légal Le Calendrier et échéances Le déploiement, la mise en œuvre www.jedeclare.com La plateforme de dématérialisation des

Plus en détail

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009 Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel Avril 2009 SOMMAIRE I. LE PROJET : «LE BAROMÈTRE SOCIAL INSTITUTIONNEL» P. 3 II. LA MISE EN PLACE P. 4 III. LES THÈMES ABORDÉS P. 5 IV. LA CONCRÉTISATION

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Le coût de la mobilité

Le coût de la mobilité Le coût de la mobilité Les informations concernant les déplacements sont présentes partout dans l entreprise et relèvent le plus souvent de différents services. Il est par conséquent très difficile d appréhender

Plus en détail

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations SOMMAIRE SOMMAIRE 01 ACHATS PUBLICS: TEXTE DE REFERENCE 02 SEUILS & PROCEDURES

Plus en détail

Comité de pilotage Carte Achats. 29 novembre 2012

Comité de pilotage Carte Achats. 29 novembre 2012 Comité de pilotage Carte Achats 29 novembre 2012 Ordre du jour Retour d expérience sur la mise en place de la Carte Achat niveau 3 Rexel France Point sur les rencontres avec : la CARSAT SUD EST la CNAMTS

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D'ÉLECTRICITÉ Approuvée le Par délibération du... en date du : Préambule : Depuis le 1er juillet 2004, le marché de l énergie est ouvert à la concurrence. Cette

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN 2012 ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN ACHAT PUBLIC MODULE A RENFORCER LA STRATÉGIE ACHAT DE SON ÉTABLISSEMENT : ATOUTS ET CLÉS DE SUCCÈS MODULE A RENFORCER

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

immobilier Les garanties de vente optimisée Notre philosophie w w w. g c i - p o r t a g e. c o m LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER

immobilier Les garanties de vente optimisée Notre philosophie w w w. g c i - p o r t a g e. c o m LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER Les garanties LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER SARL GCI, Société à Responsabilité Limitée au capital de 8000,00 Euros dont le siège est situé à Z.I. Saint Maurice, 04100 Manosque, inscrite au

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Marché du mobilier et de l aménagement de bureaux dans les organismes de sécurité sociale

Marché du mobilier et de l aménagement de bureaux dans les organismes de sécurité sociale Marché du mobilier et de l aménagement de bureaux dans les organismes de sécurité sociale Habitudes d achat et préconisations Document du : 18/12/2012 Préambule Objectifs de l étude : Comprendre le fonctionnement

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Gagnez en compétences et en autonomie avec nos 15 modules de formation!

Gagnez en compétences et en autonomie avec nos 15 modules de formation! La transition vers le numérique est en marche! La dématérialisation, l archivage numérique et la gestion électronique sont plus que jamais d actualité, avec leurs enjeux d optimisation, de sécurisation

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Charte DE LA COMMANDE PUBLIQUE Des SERVICES ACADEMIQUES

Charte DE LA COMMANDE PUBLIQUE Des SERVICES ACADEMIQUES Limoges, le 03 décembre 2015 Le Recteur de l Académie de Limoges Chancelier de l Université à Madame et Messieurs les IA-DASEN, Mesdames et Messieurs les responsables de division et de service. Charte

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES DE LA REGION DE LIMOGES & AGEFOS-PME LIMOUSIN

CONSEIL REGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES DE LA REGION DE LIMOGES & AGEFOS-PME LIMOUSIN CONSEIL REGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES DE LA REGION DE LIMOGES & AGEFOS-PME LIMOUSIN Renouvellement de la convention régionale du 10 janvier 1994 Année 2010 1 Le CONSEIL REGIONAL DE L ORDRE

Plus en détail

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0.

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0. Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des Kit de communication à destination des fournisseurs Version 2.0 Réf : SOMMAIRE Introduction Enjeux de la dématérialisation fiscale des Description

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES DE LA VILLE DE SCEAUX ET DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE SCEAUX

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES DE LA VILLE DE SCEAUX ET DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE SCEAUX CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES DE LA VILLE DE SCEAUX ET DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE SCEAUX La présente convention est établie entre : La ville de Sceaux 122, rue Houdan 92331

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille Direction du réseau Paris, le 21 février 2014 Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille INC du 13 mars 2014 1 1. Contexte Les Prm ont été créés en 2002 et trouvent leur fondement dans

Plus en détail

Nouvelles solutions Cofilmo

Nouvelles solutions Cofilmo Nouvelles solutions Cofilmo COURRIER ÉGRENÉ MARKETING DIRECT PROCESS CREDIT SCANNERISATION DE MASSE pour les Caisses régionales du Crédit Agricole AFAQ N 2002 /18157 NF K 11-112 Production de formules

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

REDACTION DE CONTENU INTERNET

REDACTION DE CONTENU INTERNET Page 1 Dossier suivi par : Caroline MARIE 04.73.31.85.46 contact@gip-massif-central.org GIP Massif central Hôtel de Région 13/15 av. de Fontmaure 63402 Chamalières cedex CAHIER DES REDACTION DE CONTENU

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

«Quelle solution paie pour votre organisation?»

«Quelle solution paie pour votre organisation?» «Quelle solution paie pour votre organisation?» Internalisée, externalisée, assistée Choisir sa solution paie en fonction de son organisation ou Adapter son organisation à sa solution paie? Quels sont

Plus en détail

PLAN D ACTION REGIONAL SERVICES A LA PERSONNE NORD-PAS-DE-CALAIS BILAN 2014

PLAN D ACTION REGIONAL SERVICES A LA PERSONNE NORD-PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 PLAN D ACTION REGIONAL SERVICES A LA PERSONNE 4 Axes Stratégiques 10 Objectifs Opérationnels NORD-PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 5 Instances Techniques et de Pilotage : Comité annuel régional élargi des partenaires

Plus en détail

Direction générale de la modernisation de l Etat

Direction générale de la modernisation de l Etat Direction générale de la modernisation de l Etat Service projets de simplification AVIS Habilitation des organismes certificateurs Label Marianne * * * Sommaire Version 8 du 4 novembre 2009 1 Les conditions

Plus en détail

DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1

DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1 Guide des bonnes pratiques et du partenariat entre les acteurs du maintien à domicile DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1 SOMMAIRE Guide des bonnes pratiques et du partenariat entre les acteurs du maintien

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES Le parcours proposé se découpe en 8 journées de qui permettent d aborder l ensemble des missions couvertes par la fonction RH. L ensemble du parcours permet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Convention de partenariat pour le contrôle, à titre expérimental, des arrêts maladie des fonctionnaires par les caisses

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation FORMATION PERMANENTE NATIONALE Rue de la Géraudière BP 71627 44316 Nantes cedex 3 Règlement de la Consultation Accompagner les équipes dans la mise en œuvre du management par projet des programmes prioritaires

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité

FOIRE AUX QUESTIONS. Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité FOIRE AUX QUESTIONS Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité 1. Qui est concerné par la fin des tarifs réglementés de vente de l électricité (TRV)?...

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 COORDONNATEUR D ADMINISTRATION GÉNÉRALE Code : ADM01 Coordonnateur d administration générale FPEADM01 Il organise, coordonne et supervise le

Plus en détail