Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012"

Transcription

1 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012

2 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant des acteurs divers, nécessitant des interfaces entre éditeurs variées, avec un environnement de sécurité sanitaire et réglementaire très contraint, l Agence Régionale de Santé d Ile de France a éprouvé la nécessité de comprendre la situation actuelle des échanges entre établissements de santé et EFS de la région. L'ARSIF, en accord avec des correspondants d'hémovigilance et des DSI de plusieurs établissements, ainsi que des représentants de l'efs d Ile de France (réunis en novembre 2011 et janvier 2012) a identifié le besoin d'une étude des impacts de la mise en conformité des échanges électroniques entre les établissements dépôts de sang et l'efs d'ile de France. 2

3 10 établissements de santé et l EFS Pontoise ont été rencontrés 3

4 Cartographie des processus 4

5 Zoom 1 Zoom 1 Les chartes sont différentes (date de naissance, nom/prénom avec tirets, sans nom/prénom ) Les documents d identité sont différents (carte Vitale : beaucoup d erreurs) Les étiquettes sont différentes (avec/sans IPP, avec/sans nom de naissance, avec/sans code-barre ) Les étiquettes peuvent être tronquées (nom/prénom trop long) Du fait du lien admission=prise en charge financière, les patients n hésitent pas à donner une mauvaise identité au risque d un problème de transfusion Points d attention : - Potentielles erreurs de saisie des traits d identité - Fausse identité 5

6 Zoom 2 Les prescriptions de PSL ont toutes des formats différents Les étiquettes apposées dessus peuvent être tronquées Risques : - Erreur de patient Zoom 2 6

7 Zoom 3 Zoom 3 Les prescriptions de laboratoire ont toutes des formats différents Les étiquettes apposées dessus peuvent être tronquées Les étiquettes de laboratoire sont en général spécifiques (pour les robots d analyse) Les cartes de groupe ont toutes des formats différents Risques : - Erreur de patient 7

8 Zoom 4 Une comparaison entre la commande nominative envoyée à l EFS et le produit réceptionné est effectuée (de visu sur le produit et dans le logiciel du dépôt) Risques : - Erreur de produit Zoom 4 8

9 Zoom 5 Une vérification de la concordance est réalisée entre : la prescription, la carte de groupe, les RAI, les données de la fiche de délivrance et l identité du patient redemandée en direct. Risques : - Erreur de produit et/ou de patient 9

10 Zoom 6 Les fiches de délivrance ont toutes des formats différents Les données sont saisies dans le logiciel du dépôt Les données sont ressaisies à l EFS Risques : - Erreur de produit et/ou de patient 10

11 Synthèse des risques Un certain nombre de documents diffèrent d un établissement à un autre et peuvent être à l origine d erreurs de lecture et de saisie, parmi lesquels : - Les chartes d identito-vigilance (traitement des dates de naissance, noms/prénoms avec tirets sans nom/prénom ), - Les documents d identité qui sont demandés aux admissions (le pire étant la carte Vitale qui induit beaucoup d erreurs d identité), - Les étiquettes (avec/sans IPP, avec/sans nom de naissance, avec/sans code-barre ), - Les prescriptions de PSL, - Les prescriptions de laboratoire, - Les cartes de groupe, - Les fiches de délivrance entre le dépôt et le service clinique 11

12 Synthèse des risques Les étiquettes peuvent être tronquées (noms/prénoms trop longs) et donc le traitement de l identité s en trouve affecté (reprise à la main, envoi de document complémentaire sur l identité en sus des documents de liaison ). Le fait d utiliser le nom d usage dans les établissements préférentiellement et le nom de naissance à l EFS oblige le personnel à une gymnastique sur tous les documents car les deux champs sont inversés quand ils sont renseignés. Certains établissements de santé (AP-HP + 6 des 10 sites visités) ont choisi de répéter le nom de naissance dans le nom d usage quand celui-ci est libre. Or cela est incompatible avec la gestion d identité de l EFS et les recommandations en vigueur. Du fait du lien entre l admission et la prise en charge financière, les patients n hésitent pas à donner une mauvaise identité au risque de courir un problème de transfusion 12

13 Synthèse des risques La bonne gestion des identités est chronophage (en général 1 à 2 ETP dans les établissements de santé sont consacrés à cela) car on ne peut supprimer ou modifier les dossiers aux admissions ou aux urgences sans contrôle (doublons, formations, conseil à la saisie ). Les logiciels aux admissions ne sont pas tous égaux en ce qui concerne l aide à ce travail (certains ne permettent pas les recherches de doublons). L INS n est utilisé par aucun des établissements, ni par l EFS. Il est pourtant fortement attendu par tous. Les étiquettes de laboratoire (pour les robots d analyse) sont en général différentes des étiquettes des admissions et génèrent une manipulation supplémentaire sur les tubes. Quand les échanges entre dépôt de sang et l EFS ne sont pas informatisés (cela représente à ce jour 19 dépôts de délivrance non reliés sur les 44 de l IdF), l entrée en stock est manuelle, chronophage et source potentielle d erreur. 13

14 Les actions Mise en place d une charte d identito-vigilance régionale. Accompagner les établissements avec dépôts de délivrance pour l installation de leur liaison EDI avec l EFS d IDF. Inciter les établissements à généraliser les échanges de laboratoire, en commençant par l échange des résultats conformément aux standards d interopérabilité (format HL7, usage de l INS). Les examens réalisés par le dépôt de sang sont des examens qui doivent remonter dans les serveurs de résultats Promouvoir l usage d un logiciel d identitovigilance. Promouvoir l usage de l INS. Réaliser la prescription connectée pour le sang après accord de l EFS IdF sur les modalités d utilisation de la signature électronique Transmission des éléments diagnostiques depuis le SIH vers les logiciels des dépôts de sang et échanges dans les deux sens pour la délivrance/traçabilité. 14

Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.)

Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.) Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.) Expérience des E.H.du Bessin Mise en place du logiciel d hémovigilance CURSUS 2 Logiciel CURSUS 2 PC des salles de soins Avril 2003 : opérationnel

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points vigilance axe fonctionnel SOMMAIRE... 1 FICHE N 1- CONCILIATION DES TRAITEMENTS... 2 FICHE N 2- PRESCRIPTIONS COMPLEXES SERVICES SPECIFIQUES... 3 FICHE N 3- NIVEAU

Plus en détail

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses E.R.A. L EFS, les Etablissements de Santé et les laboratoires effectuant des analyses d I.H. pour des patients susceptibles

Plus en détail

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L Identifiant National Santé (INS) Delphin HENAFF-DARRAUD Point du programme sur l INS Le constat L absence d identifiant

Plus en détail

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Le bon soin au bon patient 28 MAI 2009 Annick Macrez - Bertrand Le Corre CHU Bichat Claude Bernard Deux axes Prévention des erreurs

Plus en détail

Les SI de réanimation : l intégration dans le SIH de l établissement

Les SI de réanimation : l intégration dans le SIH de l établissement Les SI de réanimation : l intégration dans le SIH de l établissement Annick Pigot : DSI CHRU LILLE L intégration Définition Le projet d informatisation et son niveau d intégration Le périmètre initial

Plus en détail

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014 Remerciements aux organisateurs Pas de conflit d'intérêt 1 V. Lovi Reims Juin 2014 De la prescription des PSL à la gestion du stock au dépôt de 2 V. Lovi Reims Juin 2014 délivrance Vème Journée inter-régionale

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Une situation confuse!

Une situation confuse! Une situation confuse! Présenté par le Dr. Pascale RENOM 1 L alarme Au dépôt-relais hospitalier : un ASH et une IDE ramènent 2 CGR délivrés 5 minutes auparavant «les poches n ont pas le bon numéro» 2 Les

Plus en détail

Evaluation pratique du guide pour l informatisation des systèmes d information des dépôts de sang

Evaluation pratique du guide pour l informatisation des systèmes d information des dépôts de sang Evaluation pratique du guide pour l informatisation des systèmes d information des dépôts de sang Dr Fourcade C 1., Boyeldieu D, 2 Girard M, 3 Martelli J.M. 4 1 CH Argenteuil, 2 H. Ambroise Paré, 3 H.Américain

Plus en détail

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France M. Jean-Pierre BECQUART Directeur Informatique E.F.S Nord de France Dr. Bachir BRAHIMI Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Picardie

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH HemoServeur HemoService - LaboServeur IH La solution de référence pour la gestion de la transfusion et des produits sanguins dans les établissements de soins software solutions Pionnier et leader des logiciels

Plus en détail

ARCHIVAGE / SIGNATURE ELECTRONIQUE

ARCHIVAGE / SIGNATURE ELECTRONIQUE A B A C U S ARCHIVAGE / SIGNATURE ELECTRONIQUE ARCHIVAGE ET SIGNATURE ELECTRONIQUE Archivage numérique Les factures clients et fournisseurs, les confirmations de commande, les bons de commande, la correspondance

Plus en détail

INTÉGRER L UNIVERS BIOMÉDICAL AU SIH :

INTÉGRER L UNIVERS BIOMÉDICAL AU SIH : INTÉGRER L UNIVERS BIOMÉDICAL AU SIH : Comment collecter automatiquement les paramètres vitaux dans le dossier de soins? > Philippe Barbot, DSIO, CH Bagnols sur Cèze > Simon CHASSAIN, ingénieur commercial

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE Hémovigilance Historique Traçabilité des produits sanguins: enregistrer la preuve de la transfusion de telle poche pour tel patient Effets indésirables

Plus en détail

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES Dr Isabelle SALIMBENI Biologiste Dr Françoise CARMAGNOL Biologiste Dominique TONELLOT Cadre du Pôle Parents-Femme-Enfant

Plus en détail

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014)

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) Traçabilité des DMI Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) DGOS Bureau PF2 Journée des OMEDIT Vendredi 3 octobre 2014 ÉLÉMENTS

Plus en détail

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE PROTOCOLE D INTERCHANGE Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE L ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ALPES-MEDITERRANEE ET LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

IDENTITOVIGILANCE QUELS ENJEUX POUR LES ETABLISSEMENTS DE SANTÉ?

IDENTITOVIGILANCE QUELS ENJEUX POUR LES ETABLISSEMENTS DE SANTÉ? IDENTITOVIGILANCE QUELS ENJEUX POUR LES ETABLISSEMENTS DE SANTÉ? L IDENTITOVIGILANCE : POURQUOI S Y INTERESSER? L IDENTITOVIGILANCE N est pas une vigilance réglementaire, mais L erreur d identification

Plus en détail

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information Guide pour l'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang RELAIS Le présent document vise à rappeler l'obligation d'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang relais

Plus en détail

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Déménagement et informatisation du dépôt d de délivrance de PSL J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Objectif Déménagement et informatisation d un dépôt de délivrance:

Plus en détail

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé?

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? P.FRESSY, Cellule Qualité, Vigilances et Gestion des risques liés aux soins, ARS d Auvergne Ambert 2011 L identitovigilance? De quoi parlons

Plus en détail

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE LES NOUVELLES DONNES Marie-Odile MANSARD 5 février 2008 DEUX DECRETS Décret n 2006-99 du 1er février 2006 relatif à l'etablissement français du sang et à l'hémovigilance

Plus en détail

AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD. Frank Girard

AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD. Frank Girard AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD Frank Girard 33 emes journées ACPPHOS Saint Jean d Angely le 14 Novembre 2013 Contexte Prérequis Objectifs Choix de l automate Bilan Contexte

Plus en détail

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 2 SOMMAIRE LA E-PRESCRIPTION 1 2 3 Présentation de l Agence esanté Luxembourg La

Plus en détail

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information. des dépôts de sang de DELIVRANCE

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information. des dépôts de sang de DELIVRANCE Guide pour l'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang de DELIVRANCE Le présent document vise à rappeler l'obligation d'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang

Plus en détail

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble Schéma général d une délivrance et de sa réception

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION Réseau RégionalR Franche-Comté Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION CHI70 - LUXEUIL CHI70 - LURE CHI70 - VESOUL Clinique ST

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014?

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Traçabilité des DMI Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) DGOS Bureau PF2 (Octobre 2014) 1 ÉLÉMENTS DE CONTEXTE 2 Cadre règlementaire

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS

MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS M. DELHOUME(), S.GIRAULT(2), N.DUBOSC-MARCHENAY(2),

Plus en détail

PROJET HEMO-SERVEUR. Informatisation de la traçabilité. C.H. Sélestat Octobre Novembre 2008. S. Kutyla, J. Cabalion, M. Rieffel

PROJET HEMO-SERVEUR. Informatisation de la traçabilité. C.H. Sélestat Octobre Novembre 2008. S. Kutyla, J. Cabalion, M. Rieffel Informatisation de la traçabilité C.H. Sélestat Octobre Novembre 2008 S. Kutyla, J. Cabalion, M. Rieffel 1 Projet lancé en 2005 par Dr S. Schlanger Correspondante régionale d HV Avec le soutien de l ARH

Plus en détail

Identités nationales. Reprendre le débat!? Identito-vigilance. !!Pourquoi?!!!!Pour qui?!!!!!!comment? Identité assurantielle.

Identités nationales. Reprendre le débat!? Identito-vigilance. !!Pourquoi?!!!!Pour qui?!!!!!!comment? Identité assurantielle. Identito-vigilance!!Pourquoi?!!!!Pour qui?!!!!!!comment? Dr BALLIET J.M. BEAUFILS C. HARTMANN S. Département d Information Médicale 1 Identités nationales Reprendre le débat!? 2 Carte vitale Base de l

Plus en détail

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS 1 Enceinte de stockage Personnel Responsable + remplaçant Dossier de qualification À la mise en service Après maintenance curative Entretien

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE

Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE Le Projet MIRC PACS Archivage Echange & Partage Processus d amélioration

Plus en détail

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 SQLI et la santé : Une Histoire Des engagements dans la durée Etapes clés de l industrialisation de la suite Idéo santé Conseil SIS MOA, Urbanisation Réseaux de

Plus en détail

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais Dr Marianne SANDLARZ, Dr Philippe CABRE Assistante Mlle Laurence BRISSET Chiffres Hémovigilance Nord Pas de

Plus en détail

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis 1 Le Dossier Patient : Définitions Définition du «dossier» / dictionnaire Ensemble de documents relatifs à une même affaire, à une même personne, et classés dans une chemise de carton au dos de laquelle

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Le guide pratique de l'identitovigilance du CNBH : un outil d'aide pour la certification HAS V2010

Le guide pratique de l'identitovigilance du CNBH : un outil d'aide pour la certification HAS V2010 Le guide pratique de l'identitovigilance du CNBH : un outil d'aide pour la certification HAS V2010 3 ème Rencontre des métiers de la Santé Strasbourg - 26/05/2011 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque

Plus en détail

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0.

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0. Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des Kit de communication à destination des fournisseurs Version 2.0 Réf : SOMMAIRE Introduction Enjeux de la dématérialisation fiscale des Description

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE Présenté par le Dr. Silvana LEO-KODELI V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 1 Identification de l évènement transfusion inutile

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION Être responsable Se reconnaître auteur incontestable de ses actes et en assumer

Plus en détail

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 La pharmacie d officine norme ISO 9001-2008 D après X50-131 1. Sommaire 0. Intérêt d un manuel qualité... 3 1. Généralités... 3 1.1 Fournir un produit ou service conforme...

Plus en détail

Charte de Bonnes Pratiques pour les Systèmes d Information de Santé

Charte de Bonnes Pratiques pour les Systèmes d Information de Santé Charte de Bonnes Pratiques pour les Systèmes d Information de Santé - Version 19 juin 2012 - La Charte Bonnes Pratiques pour les Systèmes d Information de Santé entre Donneurs d Ordre et Prestataires spécialisés

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

WEBINAR ENOVACOM FAITES COMMUNIQUER VOS APPLICATIONS EN TEMPS RÉEL! Jeudi 9 juillet 2015 10h00 11h00 LE WEBINAR VA BIENTÔT COMMENCER WWW.ENOVACOM.

WEBINAR ENOVACOM FAITES COMMUNIQUER VOS APPLICATIONS EN TEMPS RÉEL! Jeudi 9 juillet 2015 10h00 11h00 LE WEBINAR VA BIENTÔT COMMENCER WWW.ENOVACOM. WEBINAR ENOVACOM Jeudi 9 juillet 2015 10h00 11h00 FAITES COMMUNIQUER VOS APPLICATIONS EN TEMPS RÉEL! LE WEBINAR VA BIENTÔT COMMENCER PRÉSENTÉ PAR : FRANÇOIS DECOURCELLE EXPERT INTEROPÉRABILITÉ RESPONSABLE

Plus en détail

Conditions spécifiques de vente Lettre suivie

Conditions spécifiques de vente Lettre suivie Les présentes conditions spécifiques de vente de la Lettre suivie dérogent aux conditions générales de vente des prestations «Courrier - Colis» de La Poste, lesquelles restent applicables pour tout ce

Plus en détail

journée ANTAB 21 octobre 2011

journée ANTAB 21 octobre 2011 Réingénierie du Diplôme d État de Technicien de Laboratoire Médical Françoise DEMOULIN Directrice de l Institut de Formation de Technicien de Laboratoire Médical : IFTLM d Amiens) Cadre règlementaire Cadre

Plus en détail

Visite du laboratoire d'analyses d'issoudun

Visite du laboratoire d'analyses d'issoudun Visite du laboratoire d'analyses d'issoudun Sommaire : Présentation de l'entreprise Accueil et secrétariat Salle de prélèvements Tri Centrifugation L'analyse biochimique et microbiologique et l'hygiène

Plus en détail

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Anne Doly, Centre Jean Perrin Toulouse, 7 et 8 juin 2010 Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels Atouts du

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques

Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques V1 05/02/2015 1 Sommaire Présentation du laboratoire....3 Informations de prescription...6

Plus en détail

PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8

PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8 PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8 Titre : Cahier des charges prélèvements sanguins pour analyses d immuno-hématologie Erythrocytaire (manuel de prélèvement) Référence : PRO IHC 002 E 10 Responsable

Plus en détail

Catalogue des prestations techniques. Division Petites Entreprises

Catalogue des prestations techniques. Division Petites Entreprises Catalogue des prestations techniques Division Petites Entreprises Un accompagnement sur mesure! Pour vous permettre de gérer votre activité en toute sérénité et d utiliser votre logiciel dans les meilleures

Plus en détail

EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur

EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur 5ème journée de transfusion pratique de la SFVTT Jeudi 06 Octobre 2011 Institut Montsouris V ème journée de transfusion pratique - Institut

Plus en détail

Homologation, référencement,. Gestion des incidents de sécurité. lundi 23 avril 2012

Homologation, référencement,. Gestion des incidents de sécurité. lundi 23 avril 2012 Homologation, référencement,. Gestion des incidents de sécurité lundi 23 avril 2012 Ordre du jour Gestion de de la sécurité à l ASIP Le pilotage de la sécurité à l ASIP La PSI L organisation Retour d expérience

Plus en détail

Le recensement économique des achats publics au 1er janvier 2007

Le recensement économique des achats publics au 1er janvier 2007 Le recensement économique des achats publics au 1er janvier 2007 Les résultats de la concertation publique Michèle HOURT-SCHNEIDER Sous-directrice de la commande publique DAJ OEAP 1 Les réponses 95 réponses

Plus en détail

PAR ANAT. Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur sanitaire BLOC OBSTÉTRICAL SCÉNARIO CONSULTATION IDENTITO-VIGILANCE

PAR ANAT. Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur sanitaire BLOC OBSTÉTRICAL SCÉNARIO CONSULTATION IDENTITO-VIGILANCE IDENTITO-VIGILANCE SCÉNARIO CONSULTATION SUIVI QUALITÉ GESTION DES IDENTITÉS SCÉNARIO ADMISSION PAR EXAMENS TRANSPORT RECOMMANDATIONS Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES

CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES Projet portail Majeurs protégés (PMP) 1 TABLE DES MATIERES I. OBJET 4 II. IDENTIFICATION DES PARTIES... 4 III. FONCTIONNALITES DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES..

Plus en détail

HOPITEC 2010 1 HOPITEC 2010. Mutualisation des Ressources Techniques et Humaines. Solutions de surveillance & Diagnostique Patient

HOPITEC 2010 1 HOPITEC 2010. Mutualisation des Ressources Techniques et Humaines. Solutions de surveillance & Diagnostique Patient Mutualisation des Ressources Techniques et Humaines Solutions de surveillance & Diagnostique Patient Deauville, 8 octobre 2010 1 2 Les travaux de la mission Lasbordes -Ils ont pour objectif de compléter

Plus en détail

Manuel d utilisation du logiciel

Manuel d utilisation du logiciel S e r v i c e s I n f o r m a t i q u e s Manuel d utilisation du logiciel Table des matières: 2 Installation initiale 3 Généralités 4 Menu principal 5 Recherche d un membre 6 Gestion des membres 7 Transaction

Plus en détail

Forum International de l Assurance

Forum International de l Assurance Forum International de l Assurance La dématérialisation des échanges en assurance santé Enjeux Retours d expériences Perspectives Antoine AIZPURU Président Cegedim Assurances 19 Avril 2013 Introduction

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS INSNP-OLS-2011-1423 Orléans, le 12 juillet 2011 Objet : Inspection n INSNP-OLS-2011-1423 du 7 juillet 2011 Scanographie Monsieur le Directeur Général CHRO La Source

Plus en détail

Dématérialisation du processus fournisseur

Dématérialisation du processus fournisseur Dématérialisation du processus fournisseur De l expression l du besoin à la commande 2 De l expression l du besoin à la commande Les flux dématérialisés depuis chaque service Les demandes d approvisionnements

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume 54210 SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Accès sécurisé à la base régionale d hémovigilance EDITAL2 Anne Doly, Jean Casteuble, Soizic Ducroz, Mariane Cimino,

Plus en détail

Contractualisation DSI/LBM

Contractualisation DSI/LBM 19/20/21 Mai 2015 Palais des congrès de Vittel Contractualisation DSI/LBM 15 èmes Journées de l informatique en Biologie Médicale Anne Gruson Biologiste Responsable du LBM CH Arras Le 19 Mai 2015 Anne

Plus en détail

DU NOUVEAU DANS L ENREGISTREMENT DES PATIENTS.

DU NOUVEAU DANS L ENREGISTREMENT DES PATIENTS. DU NOUVEAU DANS L ENREGISTREMENT DES PATIENTS. Hôpital universitaire d Aix-la-Chapelle : un centre médical de tout premier plan Solution d archivage spécifique à l établissement Configuration personnalisée

Plus en détail

IDENTITOVIGILANCE. Le manuel HAS V 2010 référence 15, critère 15a

IDENTITOVIGILANCE. Le manuel HAS V 2010 référence 15, critère 15a Cabinet de radiologie Les Alizés IDENTITOVIGILANCE Périmètre d application : GEN MAN GDR ADM GSI QUA RAD FIN Date de création : 18 novembre 2013 Date d application : Mise à jour du : 17 mars 2015 PRO GDR

Plus en détail

Identité et Sécurité des patients? 3 novembre 2015 La Commanderie, Dole

Identité et Sécurité des patients? 3 novembre 2015 La Commanderie, Dole Identité et Sécurité des patients? 3 novembre 2015 La Commanderie, Dole Identito-Vigilance Régionale dans les systèmes d information de santé premier maillon de la sécurité des parcours de soins Olivier

Plus en détail

Profils IHE. Retour d expérience CHU BESANCON

Profils IHE. Retour d expérience CHU BESANCON Profils IHE Retour d expérience CHU BESANCON Contexte Centre Hospitalier Universitaire de BESANCON 4800 agents 1200 lits sur deux sites Parc applicatif composite nécessitant des interfaces multiples :

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins. Informatisation des services d'accueil des urgences Analyse du recueil osis-données 2010

Direction générale de l offre de soins. Informatisation des services d'accueil des urgences Analyse du recueil osis-données 2010 Direction générale de l offre de soins Informatisation des services d'accueil des urgences Analyse du recueil osis-données 2010 Informatisation des services d'accueil des urgences (SAU) Analyse du recueil

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

logiciels de gestion des dossiers médicaux

logiciels de gestion des dossiers médicaux logiciels de gestion des dossiers médicaux (clic) la solution complète pour la gestion des archives www.advalorem.fr 10 bonnes raisons de s équiper avec le logiciel Gesmedic Utilisez-vous une solution

Plus en détail

L identitovigilance. Bernard STEYER Responsable Système qualité-gestion des risques Centre George-François LECLERC

L identitovigilance. Bernard STEYER Responsable Système qualité-gestion des risques Centre George-François LECLERC L identitovigilance Bernard STEYER Responsable Système qualité-gestion des risques Centre George-François LECLERC Journée régionale des vigilances et de la gestion des risques du 15 novembre 2010 1 Introduction

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

Etat. factures. portail. res. dématérialiser EDI. fournisseurs. Etat EDI CO2. Dématérialisation des factures. portail. fiabilité.

Etat. factures. portail. res. dématérialiser EDI. fournisseurs. Etat EDI CO2. Dématérialisation des factures. portail. fiabilité. it fournisseurs ourn p tu fi bi r q res e Dématérialisation des Chorus une solution simple 100 % GRATUITE Gains financiers Réduction des coûts d impression, de stockage et d acheminement Gains d espace

Plus en détail

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Offre de service PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Les besoins propres aux établissements de sante Enregistrer toutes les activités de soins et service pour une

Plus en détail

CARIATIDES PSY D U PAT I E N T

CARIATIDES PSY D U PAT I E N T Présentation du progiciel Cariatides Psychiatrie DU MÉDECIN DE SOINS HYGIÈNE PHARMACIE DE L ORTHOPHONISTE PATIENT LABORATOIRE DU PSYCHOMOTRICIEN SOCIAL DU PSYCHOLOGUE ADMINISTRATEUR 2 Les principales fonctionnalités

Plus en détail

SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé

SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé Jean-François Parguet Directeur pôle Référentiels Architecture & Sécurité de l ASIP Santé Sommaire Dématérialisation

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Formation e-learning et évaluation en sécurité transfusionnelle

Formation e-learning et évaluation en sécurité transfusionnelle Formation e-learning et évaluation en sécurité transfusionnelle Bilan à trois ans et perspectives Thierry ZUNINO Coordonnateur Pôle Formation-Information-DPC Dr Jean-Jacques Jacques CABAUD Responsable

Plus en détail

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Fabrice Dubost fabrice.dubost@ujf-grenoble.fr BDGL TIS2 2008/2009 - F Dubost 1 Cadre pédagogique Objectifs : connaître les différents

Plus en détail

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Alain Coeur, Consultant Alain Cœur Conseil PLAN Evolution de la structure des laboratoires de biologie médicale

Plus en détail

Procédure d utilisation de la fonction MAILING. I. Qu est-ce que le mailing?...2

Procédure d utilisation de la fonction MAILING. I. Qu est-ce que le mailing?...2 Procédure d utilisation de la fonction MAILING V. 2.167 Plan du document : I. Qu est-ce que le mailing?...2 II. Les critères de sélections et d exclusions...2 1. de l état civil...2 2. des fiches techniques

Plus en détail