Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012"

Transcription

1 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012

2 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant des acteurs divers, nécessitant des interfaces entre éditeurs variées, avec un environnement de sécurité sanitaire et réglementaire très contraint, l Agence Régionale de Santé d Ile de France a éprouvé la nécessité de comprendre la situation actuelle des échanges entre établissements de santé et EFS de la région. L'ARSIF, en accord avec des correspondants d'hémovigilance et des DSI de plusieurs établissements, ainsi que des représentants de l'efs d Ile de France (réunis en novembre 2011 et janvier 2012) a identifié le besoin d'une étude des impacts de la mise en conformité des échanges électroniques entre les établissements dépôts de sang et l'efs d'ile de France. 2

3 10 établissements de santé et l EFS Pontoise ont été rencontrés 3

4 Cartographie des processus 4

5 Zoom 1 Zoom 1 Les chartes sont différentes (date de naissance, nom/prénom avec tirets, sans nom/prénom ) Les documents d identité sont différents (carte Vitale : beaucoup d erreurs) Les étiquettes sont différentes (avec/sans IPP, avec/sans nom de naissance, avec/sans code-barre ) Les étiquettes peuvent être tronquées (nom/prénom trop long) Du fait du lien admission=prise en charge financière, les patients n hésitent pas à donner une mauvaise identité au risque d un problème de transfusion Points d attention : - Potentielles erreurs de saisie des traits d identité - Fausse identité 5

6 Zoom 2 Les prescriptions de PSL ont toutes des formats différents Les étiquettes apposées dessus peuvent être tronquées Risques : - Erreur de patient Zoom 2 6

7 Zoom 3 Zoom 3 Les prescriptions de laboratoire ont toutes des formats différents Les étiquettes apposées dessus peuvent être tronquées Les étiquettes de laboratoire sont en général spécifiques (pour les robots d analyse) Les cartes de groupe ont toutes des formats différents Risques : - Erreur de patient 7

8 Zoom 4 Une comparaison entre la commande nominative envoyée à l EFS et le produit réceptionné est effectuée (de visu sur le produit et dans le logiciel du dépôt) Risques : - Erreur de produit Zoom 4 8

9 Zoom 5 Une vérification de la concordance est réalisée entre : la prescription, la carte de groupe, les RAI, les données de la fiche de délivrance et l identité du patient redemandée en direct. Risques : - Erreur de produit et/ou de patient 9

10 Zoom 6 Les fiches de délivrance ont toutes des formats différents Les données sont saisies dans le logiciel du dépôt Les données sont ressaisies à l EFS Risques : - Erreur de produit et/ou de patient 10

11 Synthèse des risques Un certain nombre de documents diffèrent d un établissement à un autre et peuvent être à l origine d erreurs de lecture et de saisie, parmi lesquels : - Les chartes d identito-vigilance (traitement des dates de naissance, noms/prénoms avec tirets sans nom/prénom ), - Les documents d identité qui sont demandés aux admissions (le pire étant la carte Vitale qui induit beaucoup d erreurs d identité), - Les étiquettes (avec/sans IPP, avec/sans nom de naissance, avec/sans code-barre ), - Les prescriptions de PSL, - Les prescriptions de laboratoire, - Les cartes de groupe, - Les fiches de délivrance entre le dépôt et le service clinique 11

12 Synthèse des risques Les étiquettes peuvent être tronquées (noms/prénoms trop longs) et donc le traitement de l identité s en trouve affecté (reprise à la main, envoi de document complémentaire sur l identité en sus des documents de liaison ). Le fait d utiliser le nom d usage dans les établissements préférentiellement et le nom de naissance à l EFS oblige le personnel à une gymnastique sur tous les documents car les deux champs sont inversés quand ils sont renseignés. Certains établissements de santé (AP-HP + 6 des 10 sites visités) ont choisi de répéter le nom de naissance dans le nom d usage quand celui-ci est libre. Or cela est incompatible avec la gestion d identité de l EFS et les recommandations en vigueur. Du fait du lien entre l admission et la prise en charge financière, les patients n hésitent pas à donner une mauvaise identité au risque de courir un problème de transfusion 12

13 Synthèse des risques La bonne gestion des identités est chronophage (en général 1 à 2 ETP dans les établissements de santé sont consacrés à cela) car on ne peut supprimer ou modifier les dossiers aux admissions ou aux urgences sans contrôle (doublons, formations, conseil à la saisie ). Les logiciels aux admissions ne sont pas tous égaux en ce qui concerne l aide à ce travail (certains ne permettent pas les recherches de doublons). L INS n est utilisé par aucun des établissements, ni par l EFS. Il est pourtant fortement attendu par tous. Les étiquettes de laboratoire (pour les robots d analyse) sont en général différentes des étiquettes des admissions et génèrent une manipulation supplémentaire sur les tubes. Quand les échanges entre dépôt de sang et l EFS ne sont pas informatisés (cela représente à ce jour 19 dépôts de délivrance non reliés sur les 44 de l IdF), l entrée en stock est manuelle, chronophage et source potentielle d erreur. 13

14 Les actions Mise en place d une charte d identito-vigilance régionale. Accompagner les établissements avec dépôts de délivrance pour l installation de leur liaison EDI avec l EFS d IDF. Inciter les établissements à généraliser les échanges de laboratoire, en commençant par l échange des résultats conformément aux standards d interopérabilité (format HL7, usage de l INS). Les examens réalisés par le dépôt de sang sont des examens qui doivent remonter dans les serveurs de résultats Promouvoir l usage d un logiciel d identitovigilance. Promouvoir l usage de l INS. Réaliser la prescription connectée pour le sang après accord de l EFS IdF sur les modalités d utilisation de la signature électronique Transmission des éléments diagnostiques depuis le SIH vers les logiciels des dépôts de sang et échanges dans les deux sens pour la délivrance/traçabilité. 14

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France M. Jean-Pierre BECQUART Directeur Informatique E.F.S Nord de France Dr. Bachir BRAHIMI Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Picardie

Plus en détail

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L Identifiant National Santé (INS) Delphin HENAFF-DARRAUD Point du programme sur l INS Le constat L absence d identifiant

Plus en détail

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS 1 Enceinte de stockage Personnel Responsable + remplaçant Dossier de qualification À la mise en service Après maintenance curative Entretien

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Accès sécurisé à la base régionale d hémovigilance EDITAL2 Anne Doly, Jean Casteuble, Soizic Ducroz, Mariane Cimino,

Plus en détail

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information Guide pour l'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang RELAIS Le présent document vise à rappeler l'obligation d'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang relais

Plus en détail

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information. des dépôts de sang de DELIVRANCE

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information. des dépôts de sang de DELIVRANCE Guide pour l'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang de DELIVRANCE Le présent document vise à rappeler l'obligation d'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang

Plus en détail

Les SI de réanimation : l intégration dans le SIH de l établissement

Les SI de réanimation : l intégration dans le SIH de l établissement Les SI de réanimation : l intégration dans le SIH de l établissement Annick Pigot : DSI CHRU LILLE L intégration Définition Le projet d informatisation et son niveau d intégration Le périmètre initial

Plus en détail

WEBINAR ENOVACOM FAITES COMMUNIQUER VOS APPLICATIONS EN TEMPS RÉEL! Jeudi 9 juillet 2015 10h00 11h00 LE WEBINAR VA BIENTÔT COMMENCER WWW.ENOVACOM.

WEBINAR ENOVACOM FAITES COMMUNIQUER VOS APPLICATIONS EN TEMPS RÉEL! Jeudi 9 juillet 2015 10h00 11h00 LE WEBINAR VA BIENTÔT COMMENCER WWW.ENOVACOM. WEBINAR ENOVACOM Jeudi 9 juillet 2015 10h00 11h00 FAITES COMMUNIQUER VOS APPLICATIONS EN TEMPS RÉEL! LE WEBINAR VA BIENTÔT COMMENCER PRÉSENTÉ PAR : FRANÇOIS DECOURCELLE EXPERT INTEROPÉRABILITÉ RESPONSABLE

Plus en détail

Une situation confuse!

Une situation confuse! Une situation confuse! Présenté par le Dr. Pascale RENOM 1 L alarme Au dépôt-relais hospitalier : un ASH et une IDE ramènent 2 CGR délivrés 5 minutes auparavant «les poches n ont pas le bon numéro» 2 Les

Plus en détail

INTÉGRER L UNIVERS BIOMÉDICAL AU SIH :

INTÉGRER L UNIVERS BIOMÉDICAL AU SIH : INTÉGRER L UNIVERS BIOMÉDICAL AU SIH : Comment collecter automatiquement les paramètres vitaux dans le dossier de soins? > Philippe Barbot, DSIO, CH Bagnols sur Cèze > Simon CHASSAIN, ingénieur commercial

Plus en détail

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE Hémovigilance Historique Traçabilité des produits sanguins: enregistrer la preuve de la transfusion de telle poche pour tel patient Effets indésirables

Plus en détail

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE PROTOCOLE D INTERCHANGE Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE L ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ALPES-MEDITERRANEE ET LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH HemoServeur HemoService - LaboServeur IH La solution de référence pour la gestion de la transfusion et des produits sanguins dans les établissements de soins software solutions Pionnier et leader des logiciels

Plus en détail

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses E.R.A. L EFS, les Etablissements de Santé et les laboratoires effectuant des analyses d I.H. pour des patients susceptibles

Plus en détail

PROJET HEMO-SERVEUR. Informatisation de la traçabilité. C.H. Sélestat Octobre Novembre 2008. S. Kutyla, J. Cabalion, M. Rieffel

PROJET HEMO-SERVEUR. Informatisation de la traçabilité. C.H. Sélestat Octobre Novembre 2008. S. Kutyla, J. Cabalion, M. Rieffel Informatisation de la traçabilité C.H. Sélestat Octobre Novembre 2008 S. Kutyla, J. Cabalion, M. Rieffel 1 Projet lancé en 2005 par Dr S. Schlanger Correspondante régionale d HV Avec le soutien de l ARH

Plus en détail

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé?

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? P.FRESSY, Cellule Qualité, Vigilances et Gestion des risques liés aux soins, ARS d Auvergne Ambert 2011 L identitovigilance? De quoi parlons

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

logiciels de gestion des dossiers médicaux

logiciels de gestion des dossiers médicaux logiciels de gestion des dossiers médicaux (clic) la solution complète pour la gestion des archives www.advalorem.fr 10 bonnes raisons de s équiper avec le logiciel Gesmedic Utilisez-vous une solution

Plus en détail

Evaluation pratique du guide pour l informatisation des systèmes d information des dépôts de sang

Evaluation pratique du guide pour l informatisation des systèmes d information des dépôts de sang Evaluation pratique du guide pour l informatisation des systèmes d information des dépôts de sang Dr Fourcade C 1., Boyeldieu D, 2 Girard M, 3 Martelli J.M. 4 1 CH Argenteuil, 2 H. Ambroise Paré, 3 H.Américain

Plus en détail

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE LES NOUVELLES DONNES Marie-Odile MANSARD 5 février 2008 DEUX DECRETS Décret n 2006-99 du 1er février 2006 relatif à l'etablissement français du sang et à l'hémovigilance

Plus en détail

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Déménagement et informatisation du dépôt d de délivrance de PSL J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Objectif Déménagement et informatisation d un dépôt de délivrance:

Plus en détail

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014)

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) Traçabilité des DMI Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) DGOS Bureau PF2 Journée des OMEDIT Vendredi 3 octobre 2014 ÉLÉMENTS

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Les identités du patient dans les profils IHE

Les identités du patient dans les profils IHE Les identités du patient dans les profils IHE 1 ère Journée Nationale de l Identito-Vigilance Besançon, 27 janvier 2009 François Macary - GMSIH Sommaire Positionnement et apports d IHE La gestion des identités

Plus en détail

AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD. Frank Girard

AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD. Frank Girard AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD Frank Girard 33 emes journées ACPPHOS Saint Jean d Angely le 14 Novembre 2013 Contexte Prérequis Objectifs Choix de l automate Bilan Contexte

Plus en détail

Contractualisation DSI/LBM

Contractualisation DSI/LBM 19/20/21 Mai 2015 Palais des congrès de Vittel Contractualisation DSI/LBM 15 èmes Journées de l informatique en Biologie Médicale Anne Gruson Biologiste Responsable du LBM CH Arras Le 19 Mai 2015 Anne

Plus en détail

Identités nationales. Reprendre le débat!? Identito-vigilance. !!Pourquoi?!!!!Pour qui?!!!!!!comment? Identité assurantielle.

Identités nationales. Reprendre le débat!? Identito-vigilance. !!Pourquoi?!!!!Pour qui?!!!!!!comment? Identité assurantielle. Identito-vigilance!!Pourquoi?!!!!Pour qui?!!!!!!comment? Dr BALLIET J.M. BEAUFILS C. HARTMANN S. Département d Information Médicale 1 Identités nationales Reprendre le débat!? 2 Carte vitale Base de l

Plus en détail

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION Réseau RégionalR Franche-Comté Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION CHI70 - LUXEUIL CHI70 - LURE CHI70 - VESOUL Clinique ST

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins. Informatisation des services d'accueil des urgences Analyse du recueil osis-données 2010

Direction générale de l offre de soins. Informatisation des services d'accueil des urgences Analyse du recueil osis-données 2010 Direction générale de l offre de soins Informatisation des services d'accueil des urgences Analyse du recueil osis-données 2010 Informatisation des services d'accueil des urgences (SAU) Analyse du recueil

Plus en détail

AMDEC Une méthode complémentaire adaptée à la pharmacie hospitalière. Exemple de mise en œuvre

AMDEC Une méthode complémentaire adaptée à la pharmacie hospitalière. Exemple de mise en œuvre JOURNEE APHAL Mise en application de l arrêté du 6 avril La «Boîte à outils» de la gestion du risque médicamenteux évitable AMDEC Une méthode complémentaire adaptée à la pharmacie hospitalière Exemple

Plus en détail

Etablissement français du sang Projet U Présentation Informatisation en transfusion ARS Champagne - Ardennes. 08 Novembre 2011

Etablissement français du sang Projet U Présentation Informatisation en transfusion ARS Champagne - Ardennes. 08 Novembre 2011 Etablissement français du sang Projet U Présentation Informatisation en transfusion ARS Champagne - Ardennes 08 Novembre 2011 1 Ordre du jour Objectifs et définition du projet U Gouvernance du projet Modalités

Plus en détail

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Fabrice Dubost fabrice.dubost@ujf-grenoble.fr BDGL TIS2 2008/2009 - F Dubost 1 Cadre pédagogique Objectifs : connaître les différents

Plus en détail

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais Dr Marianne SANDLARZ, Dr Philippe CABRE Assistante Mlle Laurence BRISSET Chiffres Hémovigilance Nord Pas de

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

PAR ANAT. Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur sanitaire BLOC OBSTÉTRICAL SCÉNARIO CONSULTATION IDENTITO-VIGILANCE

PAR ANAT. Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur sanitaire BLOC OBSTÉTRICAL SCÉNARIO CONSULTATION IDENTITO-VIGILANCE IDENTITO-VIGILANCE SCÉNARIO CONSULTATION SUIVI QUALITÉ GESTION DES IDENTITÉS SCÉNARIO ADMISSION PAR EXAMENS TRANSPORT RECOMMANDATIONS Améliorer la sécurisation de l identification des patients en secteur

Plus en détail

HOPITEC 2010 1 HOPITEC 2010. Mutualisation des Ressources Techniques et Humaines. Solutions de surveillance & Diagnostique Patient

HOPITEC 2010 1 HOPITEC 2010. Mutualisation des Ressources Techniques et Humaines. Solutions de surveillance & Diagnostique Patient Mutualisation des Ressources Techniques et Humaines Solutions de surveillance & Diagnostique Patient Deauville, 8 octobre 2010 1 2 Les travaux de la mission Lasbordes -Ils ont pour objectif de compléter

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis 1 Le Dossier Patient : Définitions Définition du «dossier» / dictionnaire Ensemble de documents relatifs à une même affaire, à une même personne, et classés dans une chemise de carton au dos de laquelle

Plus en détail

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient

Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mise en place d un plan d Assurance Qualité du Dossier Patient Mireille Cosquer*, Myriam Turluche**, Béatrice Le Vu*, Bernard Asselain***, Alain Livartowski* Institut Curie Service d Information Médicale*

Plus en détail

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014?

Traçabilité des DMI. Quelle situation en 2014? Traçabilité des DMI Quelle situation en 2014? Résultats de l enquête nationale menée auprès des ES MCO publics et privés (juin 2014) DGOS Bureau PF2 (Octobre 2014) 1 ÉLÉMENTS DE CONTEXTE 2 Cadre règlementaire

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 SQLI et la santé : Une Histoire Des engagements dans la durée Etapes clés de l industrialisation de la suite Idéo santé Conseil SIS MOA, Urbanisation Réseaux de

Plus en détail

Le processus transfusionnel

Le processus transfusionnel Le processus transfusionnel Description des étapes successives de réalisation d un acte transfusionnel, dans le but de maîtriser au mieux les paramètres de ces étapes pour la qualité et la sécurité de

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS INSNP-OLS-2011-1423 Orléans, le 12 juillet 2011 Objet : Inspection n INSNP-OLS-2011-1423 du 7 juillet 2011 Scanographie Monsieur le Directeur Général CHRO La Source

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES EN BIOLOGIE MEDICALE SH GTA

GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES EN BIOLOGIE MEDICALE SH GTA GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES EN BIOLOGIE MEDICALE SH GTA 02 (Cofrac) Biologiste Responsable LBM CH-Arras Quatorzième Journées de l Informatique en Biologie

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Réunion annuelle IHE France 14/12/2009

Réunion annuelle IHE France 14/12/2009 Réunion annuelle IHE France 14/12/2009 10h00-10h05 : accueil des participants par la SFR 10h05-10h15 : intégration d IHE-France dans Interop Santé (JC Cauvin) 10h15-10h45 : travaux 2009 et 2010 (JC Cauvin

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

numéro :: spécial La référence e-média des systèmes d information de santé Abonnez-vous! Le groupe CAP Santé : un socle SIGEMS / EXPERTIZ

numéro :: spécial La référence e-média des systèmes d information de santé Abonnez-vous! Le groupe CAP Santé : un socle SIGEMS / EXPERTIZ numéro :: spécial La référence e-média des systèmes d information de santé Abonnez-vous! Le groupe CAP Santé : un socle SIGEMS / EXPERTIZ Le groupe CAP Santé : un socle SIGEMS / EXPERTIZ La clinique Saint-Jean

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

S I S C E N T A U R E 1 5

S I S C E N T A U R E 1 5 Club Utilisateurs Centaure 15 Jeudi 18 et Vendredi 19 juin 2009 - NANTES Centaure 15 est la solution informatique choisie en 1999 par le CHU de NANTES pour équiper son Samu- Centre 15. C est un progiciel

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement

Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement Présentation du projet U Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement ichard Magand (SI hône-alpes) & Jean Casteuble (SI Auvergne-Loire) Yoann Noailhat (SI hône-alpes)

Plus en détail

Formation e-learning et évaluation en sécurité transfusionnelle

Formation e-learning et évaluation en sécurité transfusionnelle Formation e-learning et évaluation en sécurité transfusionnelle Bilan à trois ans et perspectives Thierry ZUNINO Coordonnateur Pôle Formation-Information-DPC Dr Jean-Jacques Jacques CABAUD Responsable

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE "VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ"

ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE "VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ" ICI VOUS ÊTES ICI VOUS ÊTES VOUS ÊTES UNIQUE UNIQUE < L espérance de vie augmente régulièrement. Cela est

Plus en détail

Programme Hôpital numérique

Programme Hôpital numérique Programme Hôpital numérique Boite à outils pour l atteinte des pré-requis Fiches pratiques Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire 1. LE PROGRAMME HOPITAL NUMERIQUE... 3 2. LE SOCLE

Plus en détail

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Anne Doly, Centre Jean Perrin Toulouse, 7 et 8 juin 2010 Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels Atouts du

Plus en détail

Journée Nationale des Industriels

Journée Nationale des Industriels Journée Nationale des Industriels Enjeux pour l industrie des Dispositifs médicaux Anne JOSSERAN Directeur Développement des Nouvelles Technologies Jean-Bernard SCHROEDER Directeur TICS & Equipements Présentation

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques

Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques V1 05/02/2015 1 Sommaire Présentation du laboratoire....3 Informations de prescription...6

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale Les origines Interop Santé est une association loi 1901 créée en 1990 sous le nom d H.PR.I.M. (Harmoniser PRomouvoir les Informatiques Médicales) En 2004, devient l affiliée française

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne ad1 Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Démarche IHE au Centre Jean Perrin Clermont-Ferrand Anne Doly, DSIO, MCU-PH Workshop IHE Bordeaux 13 Avril

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

Champs référentiel couvert 111/31/32/33/36 SIH. Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Champs référentiel couvert 111/31/32/33/36 SIH. Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Champs référentiel couvert 111/31/32/33/36 SIH Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Définitions Objectifs d un SIH Description : architecture structurelle fonctionnelle Technique Enjeux

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration)

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration) Page 1 sur 5 I OBJET : Cette procédure décrit les principes de transmission d échantillons. Elle s applique aux examens transmis dans le cadre soit d une sous-traitance à des laboratoires spécialisés,

Plus en détail

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Améliorer la sécurité des patients. Maintenir la traçabilité. Réduire les déchets sanguins. Solutions de gestion du sang et de transfusion

Plus en détail

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Diplôme d Etat Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier de technicien de laboratoire médical ne se substituent pas au cadre

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Dématérialisation du processus fournisseur

Dématérialisation du processus fournisseur Dématérialisation du processus fournisseur De l expression l du besoin à la commande 2 De l expression l du besoin à la commande Les flux dématérialisés depuis chaque service Les demandes d approvisionnements

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé Guide méthodologique Novembre 2014 Haute Autorité de Santé Service documentation Information

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

INFIRMIERS. Avenant n 3 à la convention nationale des Infirmières et Infirmiers libéraux. Article 1 Amélioration de l accès aux soins :

INFIRMIERS. Avenant n 3 à la convention nationale des Infirmières et Infirmiers libéraux. Article 1 Amélioration de l accès aux soins : Février 2012 INFIRMIERS Avenant n 3 à la convention nationale des Infirmières et Infirmiers libéraux L UNCAM et l ensemble des syndicats représentatifs de la profession des infirmières libérales ont conclu,

Plus en détail

IDENTITOVIGILANCE. Le manuel HAS V 2010 référence 15, critère 15a

IDENTITOVIGILANCE. Le manuel HAS V 2010 référence 15, critère 15a Cabinet de radiologie Les Alizés IDENTITOVIGILANCE Périmètre d application : GEN MAN GDR ADM GSI QUA RAD FIN Date de création : 18 novembre 2013 Date d application : Mise à jour du : 17 mars 2015 PRO GDR

Plus en détail

Homologation, référencement,. Gestion des incidents de sécurité. lundi 23 avril 2012

Homologation, référencement,. Gestion des incidents de sécurité. lundi 23 avril 2012 Homologation, référencement,. Gestion des incidents de sécurité lundi 23 avril 2012 Ordre du jour Gestion de de la sécurité à l ASIP Le pilotage de la sécurité à l ASIP La PSI L organisation Retour d expérience

Plus en détail

Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE

Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE Carestream Vincent Marcé, Directeur GCS TéléSanté Centre LA SÉCURITÉ DANS LE PROJET MUTUALISATION DES IMAGES MÉDICALES EN RÉGION CENTRE Le Projet MIRC PACS Archivage Echange & Partage Processus d amélioration

Plus en détail

Forum International de l Assurance

Forum International de l Assurance Forum International de l Assurance La dématérialisation des échanges en assurance santé Enjeux Retours d expériences Perspectives Antoine AIZPURU Président Cegedim Assurances 19 Avril 2013 Introduction

Plus en détail

Module M1104 Partie 1 - Modélisation de données

Module M1104 Partie 1 - Modélisation de données Module M1104 Partie 1 - Modélisation de données Analyse et Conception des Systèmes d Information J. Christian Attiogbé Septembre 2015 J. Christian Attiogbé (Septembre 2015) Module M1104 Partie 1 - Modélisation

Plus en détail

La Banque Nationale de Données Maladies Rares

La Banque Nationale de Données Maladies Rares La Banque Nationale de Données Maladies Rares Conférence des Directeurs Généraux de CHRU P Landais, R Choquet & R Bourret Pour le Comité de pilotage BNDMR Paris, le jeudi 4 septembre 2014 1 La BNDMR :

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 Retour d expérience - Lancement d une démarche CAF à l EFS Muriel Freyssinet et Antoine Bastin

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Isabelle GIBAUD Consultante au Syndicat Interhospitalier de Bretagne Co-chair vendor IHE-FRANCE Sommaire 1 Périmètre

Plus en détail

IHE et le workflow d'un service d'imagerie

IHE et le workflow d'un service d'imagerie IHE et le workflow d'un service d'imagerie C. Bertini (1), E. Cordonnier (2) Présentation préparée avec l aide précieuse de : JF Lahaye (3) (1) CHU Bordeaux, (2) ETIAM, (3) CHU Lille 13/04/2010 1 Problèmes

Plus en détail

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété littéraire et artistique, et qui régit notamment les

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail