Contrôle de l'expression génétique :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contrôle de l'expression génétique :"

Transcription

1 Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles

2 L'ARNm, simple intermédiaire entre le génome et les protéines? gène protéine

3 L'ARNm, simple intermédiaire entre le génome et les protéines? gène pré-arnm protéine ARNm ARNm

4 L'ARNm, simple intermédiaire entre le génome et les protéines? gène épissage pré-arnm stabilité protéine transport ARNm ARNm localisation traductibilité

5 Vue "classique" de l'expression génétique

6 Vue "contemporaine" de l'expression génétique

7 Contrôle du métabolisme des ARNm Le métabolisme des ARNm est contrôlé par deux grandes familles de facteurs : - Les protéines de liaison aux ARNm (RNA-BP) - Les ARN micro (mirna)

8 Les protéines de liaison aux ARN Les protéines de liaison aux ARN se lient à des séquences régulatrices présentes sur le pré-arnm ou l'arnm et servent d'adaptateurs aux différentes machineries contrôlant le métabolisme Des ARN. Formation de complexes mrnp hautement dynamiques

9 Les protéines de liaison aux ARN

10 Les protéines de liaison aux ARN - Les protéines à domaines RRM (RNA Recognition Motif) ou RBD (RNA Binding Domain) Caractéristiques : 80 à 90 acides aminés avec deux motifs très conservés appelés RNP1 (R/K-G-F/Y-G/A-F/Y-V-X- F/Y) et RNP2 (L/I- F/Y-V/L-G/K-G/N-L) 1 à 5 domaines par protéine Structure : 1 feuillet β formé de 4 chaînes antiparallèles (β4 β1 β3 β2) + 2 hélices α Topologie : βαββαβ ARN cibles : ARN simples brins, tiges boucles, boucles internes

11 Les protéines de liaison aux ARN - Les protéines à domaines RRM (RNA Recognition Motif) ou RBD (RNA Binding Domain) Caractéristiques : 80 à 90 acides aminés avec deux motifs très conservés appelés RNP1 (R/K-G-F/Y-G/A-F/Y-V-X- F/Y) et RNP2 (L/I- F/Y-V/L-G/K-G/N-L) 1 à 5 domaines par protéine Structure : ARN cibles : 1 feuillet β formé de 4 chaînes antiparallèles (β4 β1 β3 β2) + 2 hélices α Topologie : βαββαβ ARN simples brins, tiges boucles, boucles internes

12 Les protéines de liaison aux ARN - Les protéines à domaines KH (hnrnp K homologue) Caractéristiques : 60 à 70 acides aminés avec un motif très conservé : V I G X X G X X I 1 à 10 domaines par protéine Structure : 1 feuillet β formé de 3 chaînes antiparallèles + 3 hélices α Topologie : βααββα ARN cibles : ARN simples brins

13 Les protéines de liaison aux ARN - Les protéines à domaines Ds-RBD (Double strand RNA Binding Domain) Caractéristiques : Environ 70 acides aminés Structure : 1 feuillet β formé de trois chaînes antiparallèles + 2 hélices α Topologie : αβββα ARN cibles : ARN partiellement ou complètement doubles brins

14 Maturation différentielle du pré-arnm : l'épissage alternatif

15 Maturation du pré-arnm ADN génomique transcription coiffe coiffage AUG polyadénylation pré-arnm exon intron exon épissage stop (A)n ARNm coiffe AUG stop (A)n export NOYAU CYTOPLASME coiffe AUG stop (A)n dégradation traduction proteine

16 I. Rappels sur la maturation du pré-arnm A. Le coiffage

17 Rappels sur la maturation du pré-arnm B. La polyadénylation Complexe de clivage AAUAAA Site de clivage CA U/GU-riche Site de Clivage nt 30 nt Clivage USE AAUAAA Site poly(a) DSE Aux DSE 5 3 AAUAAA Riche en U Hautement CA Riche en U conservée et GU U/GU-riche Dégradation Addition de la queue poly(a) AAUAAA

18 Rappels sur la maturation du pré-arnm C. L Epissage exon SR intron exon GU site 5 Site de branchement séquence polypyrimidine AG site 3 S. Cerevisiae Vertébrés GUAUGU GUA A G U (GURAGU) UACUAAC C C C U G A C (YNCURAY) Réalisé au sein d'un complexe ribonucléoprotéique : Comprend : - 5 ARNsn : U1, U2, U4, U5, U6 associés à des protéines pour former les snrnp U1, U2, U5 et la disnrnp U4/U6.

19 Rappels sur la maturation du pré-arnm L Epissage exon SR intron exon GU site 5 Site de branchement séquence polypyrimidine AG site 3 S. Cerevisiae Vertébrés GUAUGU GUA A G U (GURAGU) UACUAAC C C C U G A C (YNCURAY) Réalisé au sein d'un complexe ribonucléoprotéique : le splicéosome Comprend : - 5 ARNsn : U1, U2, U4, U5, U6 associés à des protéines pour former les snrnp U1, U2, U5 et la disnrnp U4/U6.

20 Rappels sur la maturation du pré-arnm snrnp U1

21 Rappels sur la maturation du pré-arnm L Epissage exon SR intron exon GU site 5 Site de branchement séquence polypyrimidine AG site 3 S. Cerevisiae Vertébrés GUAUGU GUA A G U (GURAGU) UACUAAC C C C U G A C (YNCURAY) Réalisé au sein d'un complexe ribonucléoprotéique : le splicéosome Comprend : - 5 ARNsn : U1, U2, U4, U5, U6 associés à des protéines pour former les snrnp U1, U2, U5 et la disnrnp U4/U6. - Une centaine de protéines différentes = facteurs d'épissage.

22 Rappels sur la maturation du pré-arnm complexe E Mise en place séquentielle du spliceosome complexe A complexe B (+ATP) (+ATP) 1ère réaction de transestérification complexe C (+ATP)

23 Rappels sur la maturation du pré-arnm complexe E Mise en place séquentielle du spliceosome complexe A complexe B (+ATP) (+ATP) 2ème réaction de transestérification complexe C (+ATP)

24 Reconnaissances des sites 5' et 3' d'épissage intron GU site 5 Site de branchement séquence polypyrimidine AG site 3 S. Cerevisiae Vertébrés GUAUGU GUA A G U (GURAGU) UACUAAC C C C U G A C (YNCURAY)

25 Reconnaissances des sites 5' et 3' d'épissage 5' 3' 5' 3' 5' 3'3' 5' 5' 5' 3'

26 Reconnaissances des sites 5' et 3' d'épissage U2 U1 U1 U2 U1 U2 U1 U1 U2 U2 U2 U1 U2 U1 U2 U1 5' 3' 5' 3' 5' 3'3' 5' 5' 5' 3'

27 Reconnaissances des sites 5' et 3' d'épissage U2 U1 U2 U1 U2 U2 U2 U1 U2 U1 U2 5' 3' 5' 3' 5' 3'3' 5' 5' 5' 3' U1 U1 U1 U1 U1 U1

28 Reconnaissances des sites 5' et 3' d'épissage U1 U1 U2 U2 U1 U2 U1 5' 3' 5' 3' 5' 3'3' 5' 5' 5' 3' U1 U2 U1 U2 U1 U2 U1 U1 U1 U2

29 Définition intronique versus définition exonique SR 70K ex 5 U1 U U2AF ex 3 Définition intronique - levure - drosophile U2 65 SR 70K U2AF SR U1 Définition exonique - vertébrés

30 Définition intronique versus définition exonique Définition intronique SR U2 3' U1 U2 U2 5' 3' 3'

31 Définition intronique versus définition exonique Définition intronique SR U2 U1 U2 U2 3' 5' 3' 3'

32 Définition intronique versus définition exonique Définition intronique SR U1 U2 3' 5' 3' 3' Définition exonique SR U2 U2 U1 U2 3' 3' 5' 3'

33 Définition intronique versus définition exonique Définition intronique SR U1 U2 U2 3' 5' 3' 3' Définition exonique U2 U2 SR U1 U2 3' 3' 5' 3'

34 Définition intronique versus définition exonique Définition intronique SR U1 U2 3' 5' 3' 3' Définition exonique SR U2 U2 U1 3' 3' 5' 3'

35 Définition exonique des exons terminaux Exon 5' terminal Exon interne Exon 3' terminal

36 II. L'épissage alternatif Définitions : Epissage alternatif : sélection différentielle de sites d'épissages fonctionnels à l'intérieur d'un même pré-arnm Polyadénylation alternative : sélection différentielle de signaux de polyadénylation fonctionnels à l'intérieur d'un même pré-arnm

37 A. Les différents évènements d épissage alternatifs exon cassette exons mutuellement exclusifs site 5' alternatif site 3' alternatif intron alternatif

38 Plusieurs groupes d'exons alternatifs peuvent être présents dans un préarnm 12 X 48 X 33 X 2 = combinaisons théoriques!

39 B. Les différents évènements de polyadénylation alternative pa1 pa2 AUG stop 1 2 Signaux de polyadénylation en tandem pa1 AUG stop stop pa Exons 3' terminaux alternatifs pa1 AUG stop stop pa ' 3 Exon composite interne/terminal site 5'

40 C. Prévalence de l épissage alternatif Trois méthodes pour l'étudier : 1. Analyse et comparaison des séquences EST 2. Analyse de puces ADN dédiées à l'épissage 3. Séquençage massif des ARNm présents dans différents tissus

41 C. Prévalence de l épissage alternatif 1. Analyse et comparaison des séquences EST Séquence EST : Expressed Sequence Tag : Séquence partielle d'un ADNc issue d'un séquençage massif et systématique des clones contenus dans une banque ADNc 5' 3' Les séquences EST sont représentatives de l'expression d'un gène dans un tissu donné.

42 C. Prévalence de l épissage alternatif EST muscle squelettique EST cerveau 1 ) comparaison des séquences EST entre elles

43 C. Prévalence de l épissage alternatif 2 ) comparaison des séquences EST avec le génome Muscle squelettique Cerveau

44 C. Prévalence de l épissage alternatif 2. Analyse de puces ADN dédiées à l'épissage Rappels puces à ADN Les niveaux d'expression de milliers de gènes dans une cellule peuvent être déterminés en mesurant la quantité d'adn lié sur chaque site

45 C. Prévalence de l épissage alternatif Utilisation de puces avec des séquences qui correspondent aux exons et aux différentes combinaisons de jonctions

46 C. Prévalence de l épissage alternatif 3. Séquençage massif des ARNm présents dans différents tissus Séquenceurs de nouvelles générations million de séquences (500 pb) par run Solexa > 100 millions de séquences (30 pb) par run Solid > 100 millions de séquences (30 pb) par run

47 C. Prévalence de l épissage alternatif alignement sur le génome ou un transcriptome de référence

48 C. Prévalence de l épissage alternatif alignement des "reads" sur le génome ou un transcriptome de référence Tissu 1 Tissu 2

49 C. Prévalence de l épissage alternatif Chez l'homme?? % des gènes avec plusieurs exons produisent des transcrits alternatifs. Références : A Global View of Gene Activity and Alternative Splicing by Deep Sequencing of the Human Transcriptome Marc Sultan et al. Sciences pp Deep surveying of alternative splicing complexity in the human transcriptome by high-throughput sequencing. Pan Q et al. Nat. Genet. 2008;40 pp ,

50 C. Prévalence de l épissage alternatif Chez l'homme 95 % des gènes avec plusieurs exons produisent des transcrits alternatifs. Références : A Global View of Gene Activity and Alternative Splicing by Deep Sequencing of the Human Transcriptome Marc Sultan et al. Sciences pp Deep surveying of alternative splicing complexity in the human transcriptome by high-throughput sequencing. Pan Q et al. Nat. Genet. 2008;40 pp ,

51 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 1. Synthèse de protéines différentes Ex : le pré-arnm CT/CGRP inhibiteur de la résorption osseuse neurotransmetteur + vasodilatateur

52 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 2. Synthèse de nombreuses isoformes Les exons correspondent souvent à des domaines fonctionnels

53 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 2. Synthèse de nombreuses isoformes Changement de localisation Ex : le pré-arnm des immunoglobulines

54 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 2. Synthèse de nombreuses isoformes Modification de l activité enzymatique, de la capacité de liaison Ex : le pré-arnm FGFR2 IIIb IIIc IIIb IIIc Isoforme liant le FGF Isoforme liant le FGF et le KGF

55 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 2. Synthèse de nombreuses isoformes Modification de la capacité d interaction protéines/protéines Ex1 : le pré-arnm du facteur de transcription kruppel

56 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 2. Synthèse de nombreuses isoformes Modification de la capacité d interaction protéines/protéines Ex2 : le pré-arnm du facteur de transcription Pbx2

57 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Le NMD (Nonsense Mediated Decay) :

58 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Le NMD (Nonsense Mediated Decay) : mécanisme de surveillance de l ARNm qui reconnaît et dégrade rapidement les ARNm contenant un codon stop prématuré. Nécessite la traduction de l'arnm Règle du NMD chez les vertébrés

59 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Les jonctions exons/exons sont marquées par le dépôt d un complexe protéique : EJC (Exon Junction Complex) transcription ADN génomique pré-arnm cap AUG exon intron exon stop (A)n épissage ARNm cap AUG EJC stop (A)n L EJC comporte plusieurs protéines Il s assemble : - durant l épissage NOYAU CYTOPLASME - 24 nt en amont de la jonction exon/exon - indépendamment de la séquence en ARN

60 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD pre-arnm épissage Le noyau de l'ejc est formé de 4 protéines ARNm ARNm Magoh eif4aiii noyau cytoplasme Y14 MLN51

61 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Pre-ARNm cap AUG exon intron exon stop (A)n splicing EJC ARNm cap AUG TAP/p15 stop (A)n La composition de l'ejc évolue au cours de la vie de l'arnm Upf3 export Noyau Cytoplasme Upf2 traduction cap AUG stop (A)n cap AUG stop (A)n

62 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD

63 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD

64 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Ex 1 : le pré-arnm FGFR2 IIIb IIIc stop IIIb IIIc IIIb stop IIIc NMD isoforme liant le FGF Isoforme liant le FGF et KGF NMD

65 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Ex 1 : le pré-arnm FGFR2 IIIb IIIc CAU GGA GCC... AG A CGT AAA ATG AGC CAU GGA GAA... AG A CGT AAA ATG AGC CAU GGA ACG TAA AAT GAG CAU GGA GCC... AG AAN G AC GTA AAA TGA GC G...

66 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Ex 2 : le pré-arnm PTB PTB PTB stop

67 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 3. Régulation de l expression d un gène via le NMD Ex 3 : les pré-arnm des protéines SR autorégulation par l'épissage d'un exon "poison" stop + protéine SR

68 D. Fonctions biologiques de l épissage alternatif 4. Production d'arn possédant des séquences 3' UTR différentes stop stop 3' UTR1 3' UTR2 Conséquences sur : - La stabilité de l'arnm - La localisation de l'arnm - La traductibilité de l'arnm

69 E. Le contrôle tissulaire de l'épissage complexe E complexe A (+ATP) complexe B (+ATP) complexe C (+ATP)

70 1. Méthodes d'études de l'épissage alternatif L'épissage alternatif est étudié par une combinaison de différentes approches : - Approches génétiques - Approches in vivo - Approches in vitro et biochimiques - Approches génomiques - Approches bioinformatiques

71 2. Le modèle de la drosophile X 2L 2R 3L 3R 4 X Y Sexe déterminé par : nombre de chromosome X / nombre de jeu d autosomes ratio 0,5 ratio 1

72 Une cascade d'épissages alternatifs contrôle la détermination du sexe

73 Synthèse du facteur sxl (sex lethal) chez la femelle

74 sxl contrôle l'épissage de son propre pré-arnm stop stop stop sxl sxl sxl

75 sxl contrôle l'épissage du pré-arnm tra (transformer)

76 sxl contrôle l'épissage du pré-arnm tra (transformer) stop 1 2 2' 3 site 3' stop 1 U 2 AF 2 2' 3 stop 1 2 2' 3 1 sxl 2 U 2 AF 2' 3 1 2' 3 tra

77 tra contrôle l'épissage du pré-arnm dsx (double sex)

78 tra contrôle l'épissage du pré-arnm dsx (double sex)

79 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les exons alternatifs sont définis par des sites faibles composition et longueur AAUAAA U ou G/U riche distance

80 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Des séquences régulatrices modulent la reconnaissance des sites d'épissages Ces séquences peuvent être : - activatrices ou inhibitrices - présentes dans les exons ou les introns ESE ESS ISE ISS Exonic Splicing Enhancer Exonic Splicing Silencer Intronic Splicing Enhancer Intronic Splicing Silencer

81 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Des RNA-BP se lient aux séquences régulatrices Ces RNA-BP appartiennent à trois grandes familles : les protéines SR les hnrnp les hnrnp-like

82 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif hnrnp-like : Protéines de la famille CELF Protéines de la famille NOVA

83 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les protéines SR SRp20 SC 35 SRp46 SRp54 9G8 SRp30c ASF/SF2 SRp40 SRp55 SRp75

84 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les protéines SR

85 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les protéines SR Les protéines SR se concentrent dans des régions inter chromatiniennes du nucléoplasme : les speckles

86 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les enhancer exoniques (ESE) Favorisent la définition exonique

87 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les enhancer exoniques (ESE) Favorisent la définition exonique Recrutement de facteurs : fonction dépendante du domaine RS Inhibition : fonction indépendante du domaine RS

88 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Différents mécanismes d'actions des ESS et ISS

89 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les séquences régulatrices inhibitrices et activatrices sont très souvent chevauchantes Compétition pour la liaison de facteurs sur ces séquences + - ESE ESS Compétition dépendante - expression tissulaire des facteurs - concentration cellulaire des facteurs - affinité pour la séquence regulatrice

90 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Les séquences régulatrices inhibitrices et activatrices sont très souvent chevauchantes Formation d'un complexe activateur ou inhibiteur

91 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Régulation résulte d'une combinatoire entre : - des séquences cis régulatrices présentes sur le pré-arnm et - des RNA-BP agissant en trans Objectif déterminer le code tissulaire de l'épissage alternatif - identifier à l'échelle du transcriptome les sites de liaison des RNA-BP - identifier à l'échelle du transcriptome les exons dont l'épissage est modifié consécutivement à l'inactivation d'une RNA-BP

92 3. Les éléments qui contrôlent l'épissage alternatif Ex : PTBP1 (hnrnpi) Identification de l'ensemble des ARN liés par PTBP1 dans les cellules HeLa Conséquence de l'inactivation de PTBP1 dans les cellules HeLa Analyse sur puces ADN des évènements d'épissage alternatifs pour ~ gènes 196 exons alternatifs sont activés (réprimés en présence de PTBP1) 67 exons alternatifs sont réprimés (activés en présence de PTBP1) site 5' faible

93 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif Il existe un couplage fonctionnel entre la transcription et l'épissage Gènes placés sous le contrôle de promoteur pol I ou pol III - Pas d'épissage et de clivage/polyadénylation Transcription dirigée par une ARN pol II tronquée du domaine CTD - Pas d'épissage et de clivage/polyadénylation Interaction directe entre le domaine CTD de l'arn pol II et les facteurs de maturation du pré-arnm

94 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif Comparaison des profils d'épissage obtenus à partir de minigènes ou de pré-arnm transcrits in vitro. Effets de la structure des promoteurs sur le profil d'épissage EDI Exon EDI du pré-arnm de la fibronectine (FN)

95 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif Différence dans la vitesse d'élongation de la transcription Effet de la cinétique est dépendant de l'exon alternatif

96 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif Effet du complexe de remodelage de la chromatine SWI/SNF (BRM) sur l'épissage du pré-arnm CD 44

97 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif SRp20 augmente le saut de l'exon EDI EDI Srp20 SRp20 - +

98 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif La délétion du domaine CTD augmente l'inclusion de l'exon EDI

99 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif SRp20 augmente le saut de l'exon EDI via le domaine CTD

100 4. Régulation co-transcriptionnelle de l'épissage alternatif Recrutement différentiel de facteurs d'épissage

101 F. Le saut d'exon thérapeutique (exon skipping) Espoir pour la myopathie de Duchenne... Dystrophine : Pré-ARNm : 79 exons ORF : nt Protéine : 427 kda X Mutations : décalage du cadre de lecture apparition d'un codon stop prématuré NMD pas de protéine

102 F. Le saut d'exon thérapeutique (exon skipping) Espoir pour la myopathie de Duchenne... Observation : des patients atteints de la myopathie de Becker (symptômes beaucoup moins sévères) expriment des dystrophines tronquées d'un certain nombre de motifs répétés Dystrophine normale Dystrophine chez des patients atteint de myopathie de Becker

103 F. Le saut d'exon thérapeutique (exon skipping) Espoir pour la myopathie de Duchenne... Observation : des patients atteints de la myopathie de Becker (symptômes beaucoup moins sévères) expriment des dystrophines tronquées d'un certain nombre de motifs répétés Dystrophine normale Dystrophine chez des patients atteint de myopathie de Becker Objectif sauter l'exon pour restituer le bon cadre de lecture X

104 F. Le saut d'exon thérapeutique (exon skipping) Espoir pour la myopathie de Duchenne... Plusieurs stratégies : - Cibler les séquences consensuelles d'épissage - Produire un ARN antisens à partir d'une construction virale

105 F. Le Le saut d'exon thérapeutique (exon skipping) Espoir pour la myopathie de Duchenne... Plusieurs stratégies : - Cibler les séquences ESE (plus spécifique) X51 - Injection d'oligonucléotides synthétiques tels que les morpholino oligonucléotides ARN antisens ciblant un ESE Plusieurs essais cliniques en cours phase II : recherche la plus petite dose efficace

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles http://perso.univ-rennes1.fr/serge.hardy/ utilisateur : biochimie mot de passe : 2007 L'ARNm, simple intermédiaire entre le

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

TD1 : Epissage alternatif

TD1 : Epissage alternatif TD1 : Epissage alternatif Le gène de la tropomyosine α de xénope possède trois exons 3' terminaux, appelés exon 9A9', 9B et 9D, dont la sélection différentielle en fonction du contexte tissulaire produit

Plus en détail

L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles

L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles Ce cours est présent sur le web à l adresse suivante : http://www.univ-orleans.fr/sciences/biochimie/l/ressources.htm Plan (cours n 10 & 11) Introduction

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes LA TRANSCRIPTION Introduction I. Modalité générale de la transcription II. Transcription chez les Procaryotes 1. L'ARN polymérase 2. Etapes de la transcription a. Initiation b. Elongation c. Terminaison

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

La dégradation des ARN eucaryotes : de la régulation de l expression des gènes au contrôle de qualité

La dégradation des ARN eucaryotes : de la régulation de l expression des gènes au contrôle de qualité La dégradation des ARN eucaryotes : de la régulation de l expression des gènes au contrôle de qualité Conférence de Mr. B.Séraphin DOBOSZ Alicia MEIER Marie M2 BBMC bgm Année 2012-2013 INTRODUCTION ARNm

Plus en détail

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire Faculté des Sciences - Rabat Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Plus en détail

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction CEC André-Chavanne BIO 3 OS La synthèse des protéines transcription code génétique traduction I. La «Transcription» : de l ADN à l ARNm. L'adresse suivante permet d accéder à une ANIMATION sur la TRANSCRIPTION.

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code.

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. Une mutation, peut entraîner une modification de la séquence des

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes

Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes Où trouver l'information complémentaire? MCB -11, GVII-5, 22, 23. La maturation des ARNm chez les eucaryotes Les

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Prédiction de gènes. Cours de présentation des outils bio-informatiques pour la localisation puis l'étude des gènes. Equipe Bonsai (2014)

Prédiction de gènes. Cours de présentation des outils bio-informatiques pour la localisation puis l'étude des gènes. Equipe Bonsai (2014) Prédiction de gènes Cours de présentation des outils bio-informatiques pour la localisation puis l'étude des gènes Equipe Bonsai (2014) La localisation des gènes C'est la première étape pour interpréter

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Prédiction de gènes. Présentation du problème. Open Reading Frame. HMM (Modèles de Markov cachés) Fonctionnement Exemples Limites

Prédiction de gènes. Présentation du problème. Open Reading Frame. HMM (Modèles de Markov cachés) Fonctionnement Exemples Limites Présentation du problème Open Reading Frame Fonctionnement Exemples Limites Procaryotes versus eucaryotes Validation des résultats: 1) comparaison de séquences 2) utilisation de données statistiques HMM

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Résumé de thèse de David Kieffer. Titre : Études Bio-informatiques et statistiques des mécanismes de l infidélité de la transcription.

Résumé de thèse de David Kieffer. Titre : Études Bio-informatiques et statistiques des mécanismes de l infidélité de la transcription. Résumé de thèse de David Kieffer Titre : Études Bio-informatiques et statistiques des mécanismes de l infidélité de la transcription. Dans le cadre de la lutte contre le cancer, l'entreprise Genclis (Genomic

Plus en détail

Réplication de l ADN

Réplication de l ADN Réplication de l ADN Réplication de l ADN: expériences historiques I] Expérience de Meselson et Stahl Replication de l ADN est semie-conservative Expérience de Meselson et Stahl :1958 -Cultive E.Coli sur

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

Prédiction de gènes. La localisation des gènes. Quel est le point de départ? Une idée naïve : les phases ouvertes de lecture

Prédiction de gènes. La localisation des gènes. Quel est le point de départ? Une idée naïve : les phases ouvertes de lecture La localisation des gènes Prédiction de gènes Crs de présentation des tils bio-informatiques pr la localisation puis l'étude des gènes C'est la première étape pr interpréter un génome Distinction entre

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

transcription traduction

transcription traduction 3- L expression du génome ADN ARNm gène 5 3 transcription traduction 4 lettres 1 er principe: 4 2 =8 4 3 =64 Donc, -Il faut au moins 3 nucléotides (= codon) pour spécifier un acide aminé -Les codons se

Plus en détail

Université de Sherbrooke

Université de Sherbrooke Université de Sherbrooke Les protéines du complexe exon-jonction (EJC) régulent l'épissage alternatif du transcrit Bcl-x, ainsi que d'autres transcrits reliés au contrôle de l'apoptose et du cycle cellulaire

Plus en détail

DU GÈNE À LA PROTÉINE

DU GÈNE À LA PROTÉINE 1 DU GÈNE À LA PROTÉINE 1. Le génome et la notion de gène: Génome: ensemble du matériel génétique d'un individu. = patrimoine héréditaire Gène: région d'un brin d'adn dont la séquence code l'information

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais

Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais Synthèse s Protéines Du co génétique g aux molécules du Vivant Fonction principale l information l génétique g L information est codée e dans l ADN l succession

Plus en détail

Comment la Souris fait de la souris avec des graines?

Comment la Souris fait de la souris avec des graines? Comment la Souris fait de la souris avec des graines? d après «10 clés pour la Biologie» de J. Tavlitzki «[ ] La Souris, l Ecureuil, le Lapin mangent des graines. La Souris fait de la souris, l Ecureuil

Plus en détail

REGULATION POSTTRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS, UMR6061, RENNES

REGULATION POSTTRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER. Yann Audic, CNRS, UMR6061, RENNES REGULATION POSTTRANSCRIPTIONNELLES ET CANCER YannAudic,CNRS,UMR6061,RENNES Octobre2009 - Régulations Post-transcriptionnelles -Qualitatives -Quantitatives - Régulation de l'apoptose par -l'équilibre FasR/Fas

Plus en détail

En vue de l'obtention du

En vue de l'obtention du THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Discipline ou spécialité : Physiopathologie-Biologie Moléculaire Présentée et soutenue

Plus en détail

gène 5 3 4 lettres transcription traduction

gène 5 3 4 lettres transcription traduction 3- L expression du génome ADN ARNm gène 5 3 4 lettres 3 5 transcription 3 5 traduction protéine N C 20 lettres 1 er principe: 4 2 =8 4 3 =64 Donc, -Il faut au moins 3 nucléotides (= codon) pour spécifier

Plus en détail

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE Définitions généralités Quelques chiffres 46 chromosomes 22 paires d autosomes (n=44) 1 paire de gonosomes (n=2) : XX/F et XY/H 300 bandes cytogénétiques =

Plus en détail

Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique

Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique Variation génétique de la couleur des grains de maïs. Chaque grain représente un individu de constitution génétique distincte. La sélection

Plus en détail

Osman Breig. To cite this version: HAL Id: tel-00704480 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00704480

Osman Breig. To cite this version: HAL Id: tel-00704480 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00704480 Régulation de l épissage alternatif de l exon 16 du pré-messager 4.1R au cours de la différenciation érythroïde : implication de la voie de signalisation PI3- Kinase Osman Breig To cite this version: Osman

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

I. Histoire de la biologie moléculaire (Q1 à Q5)

I. Histoire de la biologie moléculaire (Q1 à Q5) I. Histoire de la biologie moléculaire (Q1 à Q5) Q1. Concernant les premières lois sur l hérédité : Elles ont été établies grâce à des expériences menées sur la drosophile (Drosophila melanogaster). Elles

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique)

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6- Structure et organisation des génomes 6-1 Génomes eucaryotes Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6-1-1 Génomes nucléaires 6-1-1-1 Nombre d exemplaires

Plus en détail

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1

METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 METABOLISME DES VEGETAUX TD N 1 Exercice n 1 Les séquences nucléotidiques des gènes sont proches. 1 Production ATPase: On part de l'adnc de la levure pour savoir si la régulation se fait par la protéine

Plus en détail

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007

ED Biologie moléculaire. E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 ED Biologie moléculaire E. Turpin J. Lehmann-Che 5-6 novembre 2007 PCR 1983: Kary Mullis Amplification in vitro par une méthode enzymatique d'un fragmentd'adn en présence de deux oligonucléotides spécifiques

Plus en détail

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4.1 Épreuve écrite portant sur le programme général du secteur A (Biologie et physiologie cellulaires, biologie moléculaire: leur intégration au niveau des organismes).

Plus en détail

Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé

Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé Colle UE2 N 2 2015/2016 Enoncé Ayham ALKASSAB & Julien GARYGA Ce sujet de biologie cellulaire est composé de 10 QCM. L épreuve dure 60 minutes. Chaque QCM compte pour 5 points. L ensemble correspond donc

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

VI- Expression du génome

VI- Expression du génome VI- Expression du génome VI-1.- EXPRESSION DU GÉNOME- PRINCIPES GÉNÉRAUX DOGME CENTRAL Les gènes et l information génétique sont conservés sous forme d acides nucléiques La perpétuation à l identique de

Plus en détail

Transcript. Gén. ome proté métabol

Transcript. Gén. ome proté métabol Transcript Gén ome proté métabol Le monde des "omes" génome Séquençage de l'adn ADN Séquence Structure ARN Evolution transcriptome ARN Expression protéome Structure des protéines Evolution Protéines Enzyme

Plus en détail

Techniques de biologie moléculaire utilisées dans un cadre diagnostique. A. CALENDER 7.11 couvrant l ensemble des techniques

Techniques de biologie moléculaire utilisées dans un cadre diagnostique. A. CALENDER 7.11 couvrant l ensemble des techniques Techniques de biologie moléculaire utilisées dans un cadre diagnostique A. CALENDER 7.11 couvrant l ensemble des techniques Introduction Diagnostic clinique Confirmation par l analyse génétique Traitement

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines

Génie génétique. Définition : Outils nécessaires : Techniques utilisées : Application du génie génétique : - Production de protéines Génie génétique Définition : Ensemble de méthodes d investigation et d expérimentation sur les gènes. Outils nécessaires : ADN recombinant, enzyme de restriction, vecteur, banque ADNc, sonde nucléique...

Plus en détail

Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010. Responsable scientifique Denis Milan. Coordination des nouveaux investissements

Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010. Responsable scientifique Denis Milan. Coordination des nouveaux investissements RNA-seq Olivier Bouchez Nathalie Marsaud Mercredi 28 mars 2012 Plateforme GeT : Génome et Transcriptome Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010 Responsable scientifique Denis

Plus en détail

Introduction : La bioinformatique

Introduction : La bioinformatique BI Cours 1 et 2 Introduction à la Bio-informatique et la Génomique Biais de composition des séquences Introduction : La bioinformatique Qu'est-ce que c'est? C'est répondre à des problématiques biologiques

Plus en détail

Bases Structurales de l hérédité

Bases Structurales de l hérédité Bases Structurales de l hérédité I- La Génétique Partie de la biologie relative à l hérédité et à la variation. Unités héréditaires transmises d une génération à la suivante sont les gènes. Localisés le

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialités : - Biotechnologies - Sciences physiques et chimiques en laboratoire SESSI 2014 Sous-épreuve écrite de Chimie biochimie

Plus en détail

Un transcriptome eucaryote est beaucoup plus complexe qu un transcriptome bactérien et il varie selon les fonctions.

Un transcriptome eucaryote est beaucoup plus complexe qu un transcriptome bactérien et il varie selon les fonctions. 9 La transcription I. Introduction Un transcriptome eucaryote est beaucoup plus complexe qu un transcriptome bactérien et il varie selon les fonctions. Lors de la transcription il y a tout d abord synthèse

Plus en détail

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5 - la traduction 5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5-3. Les étapes de la synthèse protéiques -Initiation - Élongation

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

CHAPITRE III: Le Clonage

CHAPITRE III: Le Clonage BIOLOGIE MOLECULAIRE CHAPITRE III: Le Clonage I) Définition: Cloner un fragment d'adn consiste à: isoler physiquement ce fragment. en augmenter le nombre de copie (cf: amplification) II) Principe: Le clonage

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI 2 Digestion par les enzymes SalI et EcoRV Digestion par les enzymes XhoI et SmaI Klenow: sous-unité de l ADN Polymérase I d E. coli possédant une activité ADN polymérase 5-3 et une activité exonucléasique

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE

MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE présenté par CAUSSANEL Sabine Pour l obtention du diplôme

Plus en détail

Présentation des projets financés au titre de l édition 2010 du Programme Blanc Inter SVSE 4

Présentation des projets financés au titre de l édition 2010 du Programme Blanc Inter SVSE 4 Présentation des projets financés au titre de l édition 2010 du Programme Blanc Inter SVSE 4 ACRONYME et titre du projet Page HearDeafTreat Audition et surdité: Mécanismes moléculaires et approches thérapeutiques...

Plus en détail

ARN et bioinformatique: PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com

ARN et bioinformatique: PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com ARN et bioinformatique: Partie 1 PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com Sommaire Principes biologiques : Transcription/traduction, types d ARN, formes primaires/secondaires. Zuker

Plus en détail

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve.

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Concours B ENSA B-0112B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Annotation in silico de séquences biologiques

Annotation in silico de séquences biologiques Annotation in silico de séquences biologiques Carl Herrmann TAGC Inserm U928 Université de la Méditerranée carl.herrmann@univmed.fr Pourquoi Diana est-elle ce qu'elle est...? génotype = l'information génétique

Plus en détail

GENETIQUE MEDICALE - Principe des études moléculaires en Génétique Médicale, Méthodes d analyse des microlésions du Génome

GENETIQUE MEDICALE - Principe des études moléculaires en Génétique Médicale, Méthodes d analyse des microlésions du Génome 29/10/2014 Crévits Léna L2 Génétique médicale Dr Martin Krahn 14 pages Principe des études moléculaires en Génétique Médicale - Méthodes d analyse des microlésions du Génome Plan A. Rappels et généralités

Plus en détail

Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques

Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale Martin Krahn Département de Génétique

Plus en détail

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques Atelier 5/11/2013 Structure de la chromatine et marques épigénétiques La chromatine ADN ADN + Histones = Nucleosome ADN + Protéines + ARNs = Chromatine Niveau extrême de condensation = Chromosome métaphasique

Plus en détail

BCPST-Véto 1 Mercredi 2 mai 2007 - Devoir n 8 Durée 3h30 Épreuve de type B (partielle) : Étude de documents - (durée conseillée 2h15) sur 50

BCPST-Véto 1 Mercredi 2 mai 2007 - Devoir n 8 Durée 3h30 Épreuve de type B (partielle) : Étude de documents - (durée conseillée 2h15) sur 50 BCPST-Véto 1 Mercredi 2 mai 2007 - Devoir n 8 Durée 3h30 Épreuve de type B (partielle) : Étude de documents - (durée conseillée 2h15) sur 50 Génomes eucaryotes : organisation et conservation Exploitez

Plus en détail

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Pré-requis (troisième et seconde) : Chaque individu présente les caractères de l'espèce avec des variations qui lui sont propres. C'est le résultat

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Notions de bioinformatique

Notions de bioinformatique Notions de bioinformatique Souvent les avancées des biotechnologies ont été possibles du fait d avancées technologiques relevant d autres domaines que la biologie. - En juillet 1995 le séquençage d Haemophilus

Plus en détail

GENETIQUE. la division cellule. durant la division cellule. Ai Aristote Mendel. Platon. Information génétique. Chromosome

GENETIQUE. la division cellule. durant la division cellule. Ai Aristote Mendel. Platon. Information génétique. Chromosome Molécules ADN Division cellulaire Synthèse des protéines. En Lien: Campbell, Reece,2déd./Biologie./chap.13 1 En Lien: Campbell, Reece,2déd./Biologie./chap.13 2 1 Chromosome Phénotype: l'apparence : structures

Plus en détail

Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire

Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire Master 2-Biotechnologies Parcours Cytologie Moléculaire Appliquée UE Immunoinformatique-Immunotechnologies Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire Ounissa AÏT AHMED Institut de Génétique

Plus en détail

Fiches info de l asbl GESED Groupe d Entraide des Syndromes d Ehlers-Danlos

Fiches info de l asbl GESED Groupe d Entraide des Syndromes d Ehlers-Danlos Version 1 - Février 2012 Fiches info de l asbl GESED Groupe d Entraide des Syndromes d Ehlers-Danlos L établissement du diagnostic du Syndrome d Ehlers-Danlos par le Docteur Malfait, UZ Gent Traduit du

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder Christine CARAPITO, Alexandre BUREL, Patrick GUTERL, Alexandre WALTER, Jérôme PANSANEL, Fabrice VARRIER,

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose REPLICATION DE L ADN et CYCLE CELLULAIRE quantité d'adn 4C 2C G 1 S G 2 M G 1 5 12 15 16 duplication de l'adn mitose temps heures CYCLE

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

ÉTUDE DU MÉTABOLISME DES ARNm ABERRANTS DU GÈNE CODANT POUR LA FUMARYLACÉTOACÉTATE HYDROLASE

ÉTUDE DU MÉTABOLISME DES ARNm ABERRANTS DU GÈNE CODANT POUR LA FUMARYLACÉTOACÉTATE HYDROLASE NATACHA DREUMONT ÉTUDE DU MÉTABOLISME DES ARNm ABERRANTS DU GÈNE CODANT POUR LA FUMARYLACÉTOACÉTATE HYDROLASE Thèse présentée à la Faculté des études supérieures de l'université Laval dans le cadre du

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Chapitre C. (ancien programme) (Nouveau programme) POLY-PREPAS AMIENS M.LAIGNIER ll.polyprepas@orange.fr

Chapitre C. (ancien programme) (Nouveau programme) POLY-PREPAS AMIENS M.LAIGNIER ll.polyprepas@orange.fr 1 Chapitre C LA SYNTHÈSE PROTÉIQUE (ancien programme) L expression du matériel génétique (Nouveau programme) Le phénotype macroscopique des individus est sous la dépendance des protéines. Le phénotype

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Une brochure à l intention du public intéressé Biosimilaires Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Les médicaments à l arc-en-ciel 1 Table des matières De la fabrication

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail