RAPPORT D'ÉTUDE SUR LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D'ÉTUDE SUR LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR"

Transcription

1 Besançon Vesoul DEPARTEMENT TRANSPORT - LOGISTIQUE RAPPORT D'ÉTUDE SUR LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR Rapport commandé par la COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE LUXEUIL Lucia ALLEGRETTI, Pierre FALLOT et Pierre GUILLEMARD avec la collaboration précieuse des étudiants de Première Année de DUT Gestion Logistique et Transport Avril Juin 2007

2 SOMMAIRE 1. La méthodologie utilisée Le trafic global des véhicules utilitaires sur le rond-point La répartition du trafic par jour et par genre de véhicule La répartition du trafic par tranche horaire et par genre de véhicule Le trafic selon les origines et les destinations et par genre de véhicule La répartition du trafic selon les entrées du rond-point La répartition du trafic selon les sorties du rond-point La répartition du trafic selon la direction des véhicules et les tranches horaires La présentation des graphes utilisés Les flux globaux d'entrée/sortie L'origine des véhicules repérée par les plaques d'immatriculation Les résultats globaux Le trafic de proximité Le trafic de moyenne et longue distance La comparaison entre les trafics Les plaques d'immatriculation étrangères La répartition globale du trafic selon la nationalité du véhicule La répartition selon le jour de passage La répartition selon l'heure de passage La répartition selon les entrées et sorties du rond-point Comparaison des trafics des véhicules utilitaires en 2004 et Introduction La densité des flux de poids lourds La répartition temporelle du trafic Les trafics selon les origines et destinations L'origine des véhicules suivant la plaque d immatriculation Le trafic des véhicules particuliers Le déroulement Le trafic global, par tranche horaire, origine et destination L'analyse des flux d'origine et de destination selon les tranches horaires successives L'analyse des plaques d'immatriculation Conclusion ANNEXE 1 : Fiche de comptage des véhicules utilitaires ANNEXE 2 : Fiche de comptage des voitures particulières ANNEXE 3 : Liste des départements français ANNEXE 4: Codes d'immatriculation des véhicules étrangers ANNEXE 5 : Plaques d'immatriculation des véhicules utilitaires ANNEXE 6 : Effectifs des voitures particulières par tranche horaire ANNEXE 7 : Répartition des plaques des voitures particulières

3 1. La méthodologie utilisée Dans le cadre du renouvellement de la collaboration entre la Communauté de Communes du Pays de Luxeuil et le Département Transport-Logistique de l IUT de Besançon-Vesoul, une analyse de trafic a été réalisée pour la deuxième fois par l'iut. Le présent rapport en détaille les éléments essentiels. Il s appuie sur les résultats d une opération de comptage des véhicules circulant sur le rond-point de Saint-Sauveur, qui relie la Route Nationale 57 à la Route Départementale 64. Ces comptages ont été organisés durant quatre jours (du mardi 10 au vendredi 14 avril 2007, de 7h00 à 20h00) et effectués par 44 étudiants de première année, répartis en groupes de 8, affectés respectivement à un des créneaux horaires suivants : o 07h00 10h15 o 10h15 13h30 o 13h30 16h45 o 16h45 20h00 La période retenue, en accord avec Mlle BONFILS, chargée de mission Aménagement et Développement à la C.C.P.L., s est portée sur cette semaine calendaire 15, semaine réduite qui permettait d enregistrer sur les quatre jours suivant le lundi de Pâques un trafic équivalent à celui d une semaine complète, en raison d une programmation aménagée des déplacements. Les documents de base utilisés par les groupes consistaient en deux fiches de comptage, (reproduites en annexes 1 et 2, pages 31 et 32) dont les principales rubriques concernaient l identification des véhicules (type et plaque d immatriculation) et le sens de circulation (voies d entrée et de sortie du rond-point). Chaque fiche permettait d identifier 20 véhicules. Au total, à l issue des quatre journées de comptage, plus de 700 fiches "véhicules utilitaires" et 650 "voitures particulières" ont été complétées par les étudiants. Pour des raisons de commodité, la saisie des trafics a été accomplie sur le logiciel d enquêtes Sphinx, version 2000, et l'exportation des données brutes a été effectuée ensuite vers Excel. Le questionnaire Sphinx comportait 5 variables, dont 4 fermées concernant le jour, la plage horaire, l origine et la destination du véhicule, et une question ouverte sur la plaque d immatriculation, pour laquelle il fallait indiquer le numéro de département pour les véhicules français et le code pays pour les véhicules étrangers. Le travail d enregistrement des passages des véhicules et de saisie des résultats par les étudiants, peut être qualifié de substantiel compte tenu du trafic observé et de l implication générale des groupes sur le terrain. Au plan qualitatif, une fiabilité de l ordre de 90 % peut être retenue. Sur la base des résultats de la saisie, l étude proprement dite a été rédigée par les trois signataires de ce rapport et elle s'organise d après le plan suivant : - les premiers résultats concernent le trafic global des véhicules utilitaires et sa répartition par jour et heure, - les données sur les origines et destinations (entrées et sorties du rond-point) sont ensuite présentées et analysées, - une étude détaillée des plaques d immatriculation, aux plans national et international, est proposée, - un comparatif du trafic "poids lourds" entre 2004 et 2007 est présenté, - enfin, les flux de voitures particulières enregistrés sur une unique journée de comptage sont examinés. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 1

4 2. Le trafic global des véhicules utilitaires sur le rond-point 2.1. La répartition du trafic par jour et par genre de véhicule Jour Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Répartition par jour mardi 10 avril % mercredi 11 avril % jeudi 12 avril % vendredi 13 avril % Total % Répartition par genre de véhicule 2% 65% 33% 100% La répartition est assez uniforme sur les quatre jours d analyse du trafic, bien que le mardi 10 avril, qui est le lendemain d un jour férié, montre un trafic légèrement plus dense. Le profil de cette répartition permettra de regrouper les observations de plusieurs jours sans crainte d'introduire un biais significatif dans l'étude. Il est à noter que le trafic des poids lourds (véhicules de Poids total Autorisé en Charge supérieur à 3,5 tonnes) représente les deux tiers de l'ensemble des véhicules utilitaires La répartition du trafic par tranche horaire et par genre de véhicule Heure Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Répartition par tranche horaire 07h00-10h % 10h15-13h % 13h30-16h % 16h45-20h % Total % La première tranche horaire (de 7h à 10h15) représente un tiers du trafic. Le reste du trafic se répartit équitablement entre les trois autres tranches horaires. 3. Le trafic selon les origines et les destinations et par genre de véhicule Les origines sont évidemment les entrées du rond-point et les destinations les sorties La répartition du trafic selon les entrées du rond-point Origine Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Répartition par origine Vesoul-Besançon % Belfort % Epinal-Nancy % Saint-Sauveur % Total % IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 2

5 Plus d un tiers des véhicules utilitaires viennent de la direction d Epinal-Nancy. La moitié des entrées du rond-point se répartit de manière quasiment égale entre Belfort et Vesoul. Un quart provient de Vesoul et un quart de Belfort. Le trafic en provenance de Saint-Sauveur est peu dense La répartition du trafic selon les sorties du rond-point Destination Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Répartition par destination Vesoul-Besançon % Belfort % Epinal-Nancy % Saint-Sauveur % Total % La circulation est symétrique : la répartition des véhicules par entrée est semblable à la répartition par sortie, la prépondérance de l axe N57 s affirme donc nettement. 4. La répartition du trafic selon la direction des véhicules et les tranches horaires 4.1. La présentation des graphes utilisés Les graphiques ci-dessous agrègent les quatre comptages quotidiens et les différentes catégories de véhicules utilitaires. Comme le trafic est symétrique, les graphiques représentent les flux de véhicules par direction, les deux sens confondus. Par exemple, les véhicules qui figurent en encadré dans le quart nord-est du graphe ci-dessous représentent les flux circulant sur l axe Belfort Epinal. Ce total correspond à la somme des véhicules allant de Belfort vers Epinal et des véhicules se dirigeant d Epinal vers Belfort, comme indiqué dans le tableau situé sous le graphique. Le total des effectifs correspondant aux 6 encadrés s'élève à , soit 99,7 % du total puisqu'ont été retirés les 40 véhicules utilitaires ( ) qui sont ressortis du rond-point là où ils étaient entrés. Les 4 pourcentages qui figurent aux quatre points cardinaux du graphe expriment quant à eux l'importance globale (deux sens confondus) des voies de circulation : ainsi plus des trois quarts des véhicules (77,0 %) ont circulé sur la N57 au nord du rond-point, alors que environ un cinquième du trafic a été enregistré (21,5 %) sur la D64 Saint-Sauveur Remarque : ces 4 pourcentages ne doivent pas être cumulés, car leur somme compterait deux fois les mêmes véhicules. En revanche l'utilisation du tableau permet de retrouver les effectifs signalés sur le graphe : ainsi les véhicules qui empruntent la N57 au nord du rond-point sont obtenus en ajoutant les véhicules provenant de la direction Épinal-Nancy aux qui prennent la direction Épinal-Nancy et en retirant les 10 véhicules qui ont utilisé le rond-point pour effectuer un demi-tour et qui sans cela seraient dénombrés deux fois. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 3

6 L'effectif qui complète ces s'obtient en dénombrant les véhicules qui n'empruntent pas la N57 au nord du rond-point c'est à dire : provenant de Vesoul-Besançon ( ), provenant de Belfort ( ), provenant de Saint-Sauveur ( ). L'adjonction de ces véhicules aux précédents donne bien le total global de Le premier graphique décrit le trafic sur la journée complète (7h 20h) et les cinq autres proposent la même représentation par tranche horaire Les flux globaux d'entrée/sortie Flux de circulation des véhicules utilitaires, dans les deux sens, sur les quatre journées N57 Epinal-Nancy 77,0% ,6% ,7% 39,6% ,0% 1684 D64 21,5% 53,8% D64 Saint-Sauveur Belfort 8,7% 2,1% ,5% 6650 N57 Vesoul-Besançon Destination Origine Vesoul-Besançon Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur TOTAL Vesoul-Besançon 0,1% (10) 1,2% (166) 18,7% (2623) 3,5% (496) 23,5% (3295) Belfort 0,9% (125) 0,1% (10) 21,2% (2964) 5,8% (810) 27,9% (3909) Epinal-Nancy 17,9% (2506) 18,5% (2586) 0,1% (10) 0,4% (52) 36,8% (5154) Saint-Sauveur 5,2% (724) 6,2% (874) 0,3% (44) 0,1% (10) 11,8% (1652) TOTAL 24% (3365) 26% (3636) 40,3% (5641) 9,8% (1368) 100% (14010) La lecture de ce graphe fait apparaître que la partie nord du rond-point, c'est à dire la RN 57 Épinal Nancy, concentre la majorité des trafics ; 77 % des véhicules utilitaires qui transitent par le rond-point y circulent, dans un sens ou dans l'autre. La répartition des flux IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 4

7 majeurs (jaune et vert sur le graphique) s'effectue de deux manières presque identiques, soit dans le prolongement de la nationale, avec une traversée sud-nord ou nord-sud du rond-point, soit vers l'axe Belfort par la D64. C'est ce dernier flux qui est légèrement dominant. À l'inverse, la contribution de la D64 côté Ouest au flux global apparaît comme secondaire. Comme le montrent les illustrations ci-dessous, les statistiques par créneau horaire ne présentent pas de différence significative avec les résultats précédemment analysés. Pour mémoire (voir le point 2.2), la première tranche est la partie la plus dense du trafic (33%) et les trois autres représentent entre un cinquième et un quart du trafic Flux d'entrée/sortie par tranches horaires Flux de circulation des véhicules utilitaires, dans les deux sens, de 7h00 à 10h15 N57 Epinal-Nancy 74,2% ,3% ,5% 38,4% ,5% 626 D64 23,5% 54,5% D64 Saint-Sauveur Belfort 9,6% 2,6% ,6% 2212 N57 Vesoul-Besançon Destination Origine Vesoul-Besançon Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur TOTAL Vesoul-Besançon 0,1% (4) 1,8% (83) 19,1% (889) 4,1% (189) 25,1% (1165) Belfort 0,8% (38) 0,1% (3) 17,9% (832) 6,1% (283) 24,9% (1156) Epinal-Nancy 16,2% (754) 20,5% (953) 0% (1) 0,3% (14) 37% (1722) Saint-Sauveur 5,5% (255) 7,4% (343) 0,2% (7) 0% (1) 13% (606) TOTAL 22,6% (1051) 29,7% (1382) 37,2% (1729) 10,5% (487) 100% (4649) IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 5

8 Flux de circulation des véhicules utilitaires, dans les deux sens, de 10h15 à 13h30 N57 Epinal-Nancy 77,8% ,3% ,9% 40,4% ,3% 317 D64 21,6% 53,2% D64 Saint-Sauveur Belfort 9,3% 1,6% ,2% 1325 N57 Vesoul-Besançon Destination Origine Vesoul-Besançon Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur TOTAL Vesoul-Besançon 0% (0) 0,9% (26) 19,5% (548) 3,8% (108) 24,3% (682) Belfort 0,6% (18) 0% (0) 22,3% (626) 4,5% (127) 27,4% (771) Epinal-Nancy 16,8% (471) 18,1% (509) 0,2% (6) 0,5% (14) 35,6% (1000) Saint-Sauveur 5,5% (154) 6,8% (190) 0,4% (11) 0,1% (2) 12,7% (357) TOTAL 22,9% (643) 25,8% (725) 42,4% (1191) 8,9% (251) 100% (2810) IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 6

9 Flux de circulation des véhicules utilitaires, dans les deux sens, de 13h30 à 16h45 N57 Epinal-Nancy 77,1% ,1% ,0% 39,0% ,2% 380 D64 21,7% 52,2% D64 Saint-Sauveur Belfort 9,5% 2,0% ,6% 1656 N57 Vesoul-Besançon Destination Origine Vesoul-Besançon Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur TOTAL Vesoul-Besançon 0,1% (4) 1% (34) 18% (614) 3,1% (106) 22,3% (758) Belfort 1% (34) 0,1% (3) 22% (751) 5,4% (183) 28,5% (971) Epinal-Nancy 19% (648) 16,9% (577) 0,1% (2) 0,5% (17) 36,5% (1244) Saint-Sauveur 6,3% (216) 5,8% (197) 0,5% (16) 0,1% (4) 12,7% (433) TOTAL 26,5% (902) 23,8% (811) 40,6% (1383) 9,1% (310) 100% (3406) IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 7

10 Flux de circulation des véhicules utilitaires, dans les deux sens, de 16h45 à 20h00 N57 Epinal-Nancy 80,3% ,3% ,5% 41,4% ,5% 361 D64 18,2% 54,8% D64 Saint-Sauveur Belfort 6,1% 1,8% ,3% 1457 N57 Vesoul-Besançon Destination Origine Vesoul-Besançon Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur TOTAL Vesoul-Besançon 0,1% (2) 0,7% (23) 18,2% (572) 3% (93) 21,9% (690) Belfort 1,1% (35) 0,1% (4) 24% (755) 6,9% (217) 32,1% (1011) Epinal-Nancy 20,1% (633) 17,4% (547) 0% (1) 0,2% (7) 37,8% (1188) Saint-Sauveur 3,1% (99) 4,6% (144) 0,3% (10) 0,1% (3) 8,1% (256) TOTAL 24,5% (769) 22,8% (718) 42,5% (1338) 10,2% (320) 100% (3145) IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 8

11 5. L'origine des véhicules repérée par les plaques d'immatriculation 5.1. Les résultats globaux On observe une très grande diversité dans les origines des véhicules utilitaires, puisque mis à part la Corse du Sud, le Gers, le Lot et les Pyrénées-Orientales, tous les départements français (hors outre-mer) sont représentés. 31 immatriculations étrangères sont recensées 1. Le trafic des véhicules français représente 83 % du total, soit véhicules utilitaires sur Si on se restreint aux 30 immatriculations les plus représentées 2, on obtient le tableau ci-dessous, qui représente plus de 90 % du trafic enregistré. Répartition des immatriculations les plus fréquentes Plaques Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Fréquence ,50% ,36% ,22% ,50% ,62% ,21% B ,93% ,93% ,69% D ,58% I ,42% L ,06% NL ,92% ,58% ,31% ,24% ,01% E ,94% CH ,84% ,81% ,75% XX ,70% PL ,69% ,61% ,55% ,54% ,46% ,41% FF ,40% ,39% Total ,2% Ce tableau montre que seulement 6 départements devancent la première immatriculation étrangère identifiée : ce sont respectivement la Haute-Saône, les Vosges, le Doubs, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle. Viennent ensuite les immatriculations étrangères les plus fréquentes, à savoir, la Belgique, l'allemagne, l'italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. 1 Les annexes 3 et 4, pages 33 et 34, reprennent l'ensemble des codes des plaques françaises et européennes. 2 L'annexe 5, page 35, présente les décomptes exhaustifs des véhicules utilitaires selon les plaques d'immatriculation. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 9

12 Les codes XX et FF désignent respectivement des véhicules étrangers et français dont l'immatriculation n'a pas été relevée. En ce qui concerne les départements français, on retrouve logiquement des immatriculations de proximité, avec les régions de : - la Franche-Comté dans laquelle la Haute-Saône et le Doubs sont très présents contrairement au Jura et étonnamment au territoire de Belfort, - la Lorraine sans la Meuse, - l Alsace, - la Marne, département limitrophe, au titre de la Champagne-Ardenne, - la Côte d'or, autre département limitrophe, au titre de la Bourgogne. Les régions non limitrophes représentées sont le Nord-Pas de Calais (Nord) et Rhône-Alpes (Rhône) Le trafic de proximité Cette notion de trafic de proximité signifie proximité du lieu de départ ou d'arrivée du véhicule, elle ne sous-entend rien sur la longueur du trajet effectué ou à effectuer, mais elle a pour conséquence d'exclure en général un arrêt aux alentours du rond-point. On retiendra dans cette catégorie les véhicules immatriculés : 70, 88, 25 et 90. Il faut signaler le cas particulier de l'immatriculation 51, qui a longtemps été une caractéristique des véhicules de location, dans la mesure où le département de la Marne appliquait un tarif moins élevé au titre des taxes dues sur les cartes grises et vignettes. Ceci justifie qu'on ne l'adjoigne pas à cette catégorie. On obtient donc plus de véhicules utilitaires, soit la moitié du trafic, qui pourront être représentatifs d'un trafic de proximité et a contrario, les autres immatriculations exprimeront les tendances d'un trafic à moyenne ou longue distance. Plaques Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Fréquence ,50% ,36% ,22% ,93% Total ,0% 5.3. Le trafic de moyenne et longue distance Il peut donc être estimé sur les autres origines des véhicules, à l'exception, pour plus de prudence, des immatriculations françaises non renseignées, ce qui aboutit à un total de véhicules utilitaires identifiés, soit un peu plus de 48 % du total global. Les graphes ci-dessous proposent une comparaison des aspects qui distinguent le plus nettement les deux sous-ensembles de véhicules, à savoir les répartitions par jours, origines et destinations. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 10

13 5.4. La comparaison entre les trafics Répartition des trafics sur les 4 jours Les profils de circulation se différencient peu sur les quatre jours de l'étude où le trafic de proximité apparaît un peu plus faible que celui de moyenne et longue distance, sauf le mercredi mardi 10 mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 Trafic de moyenne et longue distance Trafic de proximité En revanche, les trafics n'offrent pas de différence significative par tranches horaires, hormis l'importance plus marquée de la tranche 07h00-10h15 pour les véhicules effectuant des trajets de proximité (livraisons matinales). Répartition des trafics selon les tranches horaires 16h45-20h00 07h00-10h Trafic de moyenne et longue distance Trafic de proximité 10h15-13h30 13h30-16h45 IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 11

14 6. Les plaques d'immatriculation étrangères Si on s'intéresse à présent aux pays d'origine des véhicules utilitaires, on peut mener une analyse sur la répartition par nationalité, puis reprendre l'étude des variables déjà traitées, à savoir les jours et heures de passage, l'origine et la destination des véhicules La répartition globale du trafic selon la nationalité du véhicule Sur les quatre jours, les véhicules utilitaires étrangers représentent 1/6 du trafic enregistré sur le rond-point. Cependant le trafic poids lourds de nationalité étrangère représente un quart du trafic poids lourds total. Trafic Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Trafic VU étrangers Trafic VU Part VU étrangers 3,1% 24,4% 3,3% 17,0% Les 5 pays les plus représentés sont la Belgique, l'allemagne, l'italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Ils réalisent plus de 70 % du trafic comptabilisé pendant la période de comptage. Ceci s'explique par la proximité géographique de ces pays par rapport au lieu de passage étudié. En revanche, les véhicules utilitaires d'origine étrangère plus lointaine sont beaucoup moins nombreux à emprunter cet itinéraire. Turquie Serbie-Monténégro Moldavie Irlande Ukraine Slovénie Russie Lettonie Croatie Bulgarie Danemark Biélorussie Suède Lituanie Estonie Autriche Roumanie Hongrie République Tchèque Royaume-Uni Slovaquie Portugal Pologne Non identifiés Suisse Espagne Pays-Bas Luxembourg Italie Allemagne Belgique IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 12

15 Pays Code Autocars Poids lourds Véhicules utilitaires légers Total Fréquence Belgique B ,23% Allemagne D ,13% Italie I ,21% Luxembourg L ,07% Pays-Bas NL ,27% Espagne E ,49% Suisse CH ,90% Plaques non identifiées XX ,11% Pologne PL ,02% Portugal P ,22% Slovaquie SK ,14% Royaume-Uni GB ,93% République Tchèque CZ ,17% Hongrie H ,75% Roumanie RO ,59% Autriche A ,54% Estonie EST ,34% Lituanie LT 8 8 0,34% Suède S 8 8 0,34% Biélorussie BY ,21% Danemark DK 5 5 0,21% Bulgarie BG 4 4 0,17% Croatie HR 3 3 0,13% Lettonie LV 2 2 0,08% Russie RUS 2 2 0,08% Slovénie SLO 2 2 0,08% Ukraine UA 2 2 0,08% Irlande IRL 1 1 0,04% Moldavie MD 1 1 0,04% Serbie-Monténégro SCG 1 1 0,04% Turquie TR 1 1 0,04% Total ,00% Répartition 0,3% 93,3% 6,5% 100,0% Flux globaux des véhicules utilitaires étrangers par nationalité Les poids lourds réalisent la presque totalité du trafic des véhicules utilitaires étrangers. Les immatriculations sont concentrées sur les pays les plus proches. Les 5 pays les plus représentés sont la Belgique, l'allemagne, l'italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Ils réalisent plus de 70 % du trafic comptabilisé pendant la période de comptage. Ceci s'explique par la proximité géographique de ces pays par rapport au lieu de passage étudié. En revanche, les véhicules utilitaires d'origine étrangère plus lointaine sont beaucoup moins nombreux à emprunter cet itinéraire. Parmi les 30 nationalités identifiées, 8 seulement représentent des pays qui ne sont pas membres de l Union européenne : la Suisse essentiellement, la Biélorussie, la Croatie, la Russie, l Ukraine, la Moldavie, la Serbie-Monténégro et la Turquie assurant un trafic marginal. Rappel : "Non identifiés" désigne les véhicules dont la nationalité n a pas pu être déterminée, codés "XX" lors de la saisie. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 13

16 6.2. La répartition selon le jour de passage Le tableau ci-dessous détaille cette répartition, en excluant par souci de représentativité, les nationalités dont les véhicules ont été décomptés moins de 10 fois, soit 2,2 % du total des véhicules étrangers. Pays Code mardi 10 avril mercredi 11 avril jeudi 12 avril vendredi 13 avril Total Belgique B Allemagne D Italie I Luxembourg L Pays-Bas NL Espagne E Suisse CH Plaques non identifiées XX Pologne PL Portugal P Slovaquie SK Royaume-Uni GB République Tchèque CZ Hongrie H Roumanie RO Autriche A Total Fréquence 25% 30% 25% 21% 100% Le trafic se répartit de manière à peu près équitable sur la période de quatre jours avec une pointe de trafic enregistrée sur le mercredi La répartition selon l'heure de passage Le tableau ci-dessous reprend la même population de véhicules utilitaires étrangers, soit véhicules. Pays Code 07h00 10h15 10h15 13h30 13h30 16h45 16h45 20h00 Total Belgique B Allemagne D Italie I Luxembourg L Pays-Bas NL Espagne E Suisse CH Plaques non identifiées XX Pologne PL Portugal P Slovaquie SK Royaume-Uni GB République Tchèque CZ Hongrie H Roumanie RO Autriche A Total Fréquence 23% 26% 25% 26% 100% IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 14

17 Les effectifs totaux sont très équilibrés entre les quatre tranches horaires. Notons que les véhicules belges sont plus nombreux en fin de matinée et que les véhicules italiens sont davantage présents en début d après-midi. Le graphe ci-après détaille la répartition sur les 15 nationalités retenues. Trafic des véhicules utilitaires étrangers par nationalité et tranche horaire Autriche Roumanie Hongrie République Tchèque Royaume-Uni Slovaquie Portugal Pologne Non identifiés Suisse Espagne Pays-Bas Luxembourg Italie Allemagne Belgique 07h00 10h15 10h15 13h30 13h30 16h45 16h45 20h Si on compare à présent la répartition du trafic par tranches horaires entre les véhicules étrangers et les véhicules effectuant ce qui a été qualifié plus haut de trafic de proximité, on obtient un graphe qui révèle une forte distorsion des deux profils en ce qui concerne les horaires du matin : en effet, plus d un tiers du trafic de proximité s'effectue dans le premier créneau horaire, alors que le trafic étranger se répartit uniformément sur l ensemble de la journée. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 15

18 07h00-10h15 40% 30% Trafic véhicules étrangers Trafic de proximité 20% 16h45-20h00 10% 0% 10h15-13h30 13h30-16h La répartition selon les entrées et sorties du rond-point Les entrées En ce qui concerne les entrées, la répartition est la suivante : 28% 24% 1% Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur Vesoul-Besançon 47% Un véhicule étranger sur deux vient de la direction d'épinal-nancy. Un quart provient de Belfort et un peu plus d un quart de Vesoul. IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 16

19 Les sorties En ce qui concerne les sorties le graphe suivant résume également le profil : 24% 24% 1% Belfort Epinal-Nancy Saint-Sauveur Vesoul-Besançon 51% Un véhicule étranger sur deux prend la direction d'épinal-nancy, l'autre moitié se partage entre Belfort et Vesoul-Besançon. Il convient de noter que les trafics "entrées" et "sorties" sont très semblables. Si l on compare le trafic réalisé par les véhicules étrangers au trafic de proximité, on observe une grande différence pour Saint-Sauveur et 15 points d écart pour Épinal-Nancy, comme le montre le graphe suivant. Comme souligné précédemment, les répartitions des trafics "origines" et "destinations" s'avèrent similaires. Comparaison des origines et des destinations des trafics (étrangers et de proximité) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Trafic de proximité Origines Trafic de proximité Destinations Véhicules étrangers Origines Véhicules étrangers Destinations Vesoul-Besançon Saint-Sauveur Epinal-Nancy Belfort IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 17

20 7. Comparaison des trafics des véhicules utilitaires en 2004 et Introduction Afin de mesurer l évolution du trafic sur le rond point, nous avons réalisé une étude comparative entre les résultats de l'étude actuelle et ceux obtenus en 2004 lors du premier comptage. La comparaison a porté uniquement sur le trafic "poids lourds". Comme la période de comptage et les créneaux horaires sont différents, nous avons limité l'analyse à la comparaison du flux horaire des poids lourds, la répartition du trafic dans la journée, l'évolution du trafic selon les origines et destinations et suivant la plaque d immatriculation La densité des flux de poids lourds Entre 2004 et 2007, le flux horaire de poids lourds sur le rond-point a augmenté de 8 % comme le montre le tableau ci-dessous. Il était de 162,7 véhicules par heure en 2004 contre 175,7 en D autre part, on constate que le trafic est moins dense la veille des week-end (le mercredi 19 mai 2004 était la veille du pont de l Ascension). Jour lundi 17 mai 2004 mardi 18 mai 2004 mercredi 19 mai 2004 Nombre de PL par jour , , ,5 Nombre de PL par heure 1 Jour Nombre de PL par jour 2 mardi 10 avril 2007 mercredi 11 avril 2007 jeudi 12 avril 2007 vendredi 13 avril 2007 Nombre de PL par heure , , , ,2 Moyenne ,7 Moyenne ,7 1 : 15 heures de décompte par jour en : 13 heures de décompte par jour en La répartition temporelle du trafic En 2004, l analyse avait porté sur 3 jours, du lundi 17 au mercredi 19 mai 2004 de 6h30 à 21h30. Nous avions constaté une répartition relativement uniforme sur les 3 jours. Cette année, l étude effectuée sur 4 jours confirme la régularité du trafic. En ce qui concerne la répartition au sein de la journée, les créneaux horaires étaient différents de ceux de 2007 mais nous pouvons néanmoins effectuer une comparaison en nous appuyant sur les calculs de quartiles et de médianes. Le tableau ci-dessous montre qu en 2004, un quart du trafic a été réalisé avant 9h46 contre 9h37 en De même, la moitié du trafic est passée avant 12h53 en 2004 et 13h04 en Enfin, le dernier quart du trafic s est déroulé après 16h41 en 2004 et après 16h15 en Compte-tenu de la différence entre les heures de début et de fin de comptage entre 2004 et 2007, ces résultats sont remarquablement similaires er quartile 9h46 9h37 Médiane 12h53 13h04 3ème quartile 16h41 16h15 IUT à VESOUL LES TRAFICS AU ROND-POINT DE SAINT-SAUVEUR PAGE 18

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

Bilan du permis à points

Bilan du permis à points Bilan du permis à points Année 2008 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES BUREAU CENTRAL FRANÇAIS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES CONTRE LES ACCIDENTS D AUTOMOBILES Adresser toute correspondance : 1, rue Jules Lefebvre 75431 PARIS CEDEX 09 Téléphone : 01 53 21 50 80 Télécopieur :

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT (DUCS-PAPIER) ANNEXE E CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E Table des codes et libellés pour les Caisses de congés payés du BTP Liste des Caisses de congés

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi Art. 53 (4 ) de la loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances Note explicative Cette annexe présente les évaluations préalables

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE ARCHIVES NATIONALES. Etat général des fonds. Fonds postérieurs à la Révolution française. Sous-série Z/6. Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE (3 401 articles environ) Les deux ordonnances du

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Salariés juin 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés juin 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés juin 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction In Extenso Tourisme Hôtellerie Restauration, membre du Groupe Deloitte, intègre début 2015 l agence de conseil en

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

Soins dentaires : des dérives inacceptables

Soins dentaires : des dérives inacceptables Paris, le 25 novembre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Soins dentaires : des dérives inacceptables Les soins dentaires représentent un reste à charge conséquent pour les usagers. Ils constituent la principale

Plus en détail

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés JUIN 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

BMW Service. BMW Service. BMW Mobile Care. La garantie de mobilité BMW valable dans toute l'europe. Assistance même en situations extrêmes.

BMW Service. BMW Service. BMW Mobile Care. La garantie de mobilité BMW valable dans toute l'europe. Assistance même en situations extrêmes. 12 BMW Service Comment procéder en cas de panne. Toujours en cas de panne, prenez contact d'abord avec le service d'assistance, en téléphonant : De l'intérieur : au 0844 85 75 75 De l'étranger : au +41

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Exploitant Promoteur Constructeur Investisseur Mandat de vente d un fonds de commerce hôtelier sous enseigne Mandat

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Me passer de ma voiture? Impossible!

Me passer de ma voiture? Impossible! Me passer de ma voiture? Impossible! Avec le Pack Ma Mobilité, partez l esprit tranquille en France comme à l étranger et allez au bout de vos projets quoi qu il arrive. Aller au bout de mes projets en

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 2 Guide entreprises Janvier 2015 Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

EN CAS D URGENCE / 2015

EN CAS D URGENCE / 2015 www.citroen-europass.com EN CAS D URGENCE / 2015 CITROËN Euro Pass Assistance 24 h/24 et 7 j/7 Depuis la France : 01 49 93 73 74 Depuis l étranger : +33 1 49 93 73 74 SOMMAIRE / 2015 QUE FAIRE EN CAS DE

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE Etude pour le compte de l OPIIEC Juin 2008 1 LE LOGICIEL EMBARQUE : DEFINITION Un logiciel embarqué est un logiciel permettant de faire fonctionner une machine,

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Catalogue Tarifaire. 1 er juillet 2015

Catalogue Tarifaire. 1 er juillet 2015 Catalogue Tarifaire 1 er juillet 2015 Studio Express tout-en-un STANDARD TELEPHONIQUE VIRTUEL PRIX DES LICENCES Choisissez la formule tout-en-un qui vous convient le mieux Engagement 36 mois ou réengagement

Plus en détail

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2014 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Réseau national de radiocommunications numériques pour les sapeurs-pompiers Page 2 de 13 1 ANTARES POURQUOI? 1.1 UNE MODERNISATION RENDUE

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

EUR15-0902FRBE-11-01 11/06/2013 12:53 Page i. Eurocare

EUR15-0902FRBE-11-01 11/06/2013 12:53 Page i. Eurocare 11/06/2013 12:53 Page i Eurocare 11/06/2013 12:53 Page ii Un problème avec votre Toyota? Contactez Eurocare! Vous êtes en Belgique, formez le n gratuit 0800-12022 Vous êtes à l étranger*, formez le +32-2-773

Plus en détail

Mobilem auto & moto. Roulez!

Mobilem auto & moto. Roulez! Mobilem auto & moto Roulez! UNE ASSISTANCE VÉHICULE, POURQUOI? Vous vous déplacez avec votre véhicule dans votre vie quotidienne et lors de vos vacances, et pour vous une journée sans voiture devient problématique.

Plus en détail

EN CAS D URGENCE / 2015

EN CAS D URGENCE / 2015 www.peugeot-openeurope.com EN CAS D URGENCE / 2015 Assistance 24 h/24 et 7 j/7 Depuis la France : 01 47 89 24 24 Depuis l étranger : +33 1 47 89 24 24 SOMMAIRE / 2015 QUE FAIRE EN CAS DE PANNE, ACCIDENT,

Plus en détail

Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le contacter.

Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le contacter. l autre CARTE Avant que votre carte l autre carte n arrive à expiration, vous serez informé qu une nouvelle carte est mise à votre disposition. Vous pouvez résilier votre contrat à tout moment par écrit,

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Réglementations européennes concernant l équipement hiver pour bus et poids-lourds. Version: 09/2012

Réglementations européennes concernant l équipement hiver pour bus et poids-lourds. Version: 09/2012 Réglementations européennes concernant l équipement hiver pour bus et poids-lourds Version: 09/2012 Réglementations européennes pour l équipement hiver Les opérateurs de poids lourds et de cars qui voyagent

Plus en détail

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui la semaine Ecole-Entreprise Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui Sommaire p. 4 - Pourquoi participer à la semaine Ecole-Entreprise? p. 7 - Des acteurs engagés, des enjeux partagés

Plus en détail

Les télécommunications au service de la ville

Les télécommunications au service de la ville Les télécommunications au service de la ville HYPCOM Page 1 Préambule A ce jour, l évolution des structures nécessite souvent une implantation sur plusieurs sites. Parallèlement, les besoins de communiquer

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Normandie Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Normandie Dr Patrice

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS»

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» Article 1 : Sociétés Organisatrices Crédit Agricole S.A. au capital de 7.493.916.453, dont le siège social est situé au 91-93, boulevard Pasteur,

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Anciens plans tarifaires

Anciens plans tarifaires Anciens plans tarifaires Bizz Flex et Bizz Flex+ Bizz Fusion Bizz Happy Work en Max Bizz Mobile et Bizz Mobile+ Bizz Mobile No Limit Bizz Mobile Team et Bizz Mobile Team+ Bizz Pack Fusion Bizz Smart, Bizz

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 OBJECTIFS - Soutenir la mobilité internationale des étudiants lorrains au sein des cursus universitaires

Plus en détail

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES enseignements formation recherche 2014 les académies Hautsde-Seine 971 92 Finistère 29 Seine-Saint-Denis 93 PARIS 75 GUADELOUPE MARTINIQUE 973 GUYANE Côtes-d'Armor 22

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

Repères et références statistiques

Repères et références statistiques Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS 2012) Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche ( RERS 2012) .

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Nouvelles modalités pour contrer l utilisation abusive des cartes de débit en dehors de l'europe

Nouvelles modalités pour contrer l utilisation abusive des cartes de débit en dehors de l'europe Communiqué de presse Nouvelles modalités pour contrer l utilisation abusive des cartes de débit en dehors de l'europe Protection renforcée des titulaires de cartes de débit grâce à des mesures supplémentaires

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail