Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer"

Transcription

1 Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Josée Savard, Ph.D. Professeure titulaire École de psychologie, Université Laval Centre de recherche du CHU de Québec et Centre de recherche sur le cancer, Université Laval Suivez-moi sur

2 Difficultés de sommeil 3 types de difficultés: Difficultés à s endormir Difficultés à rester endormi Réveils trop tôt le matin Souvent mixtes 2

3 Critères d un trouble d insomnie Durée d endormissement ou éveils nocturnes > 30 min Au moins 3 nuits/semaine Efficacité du sommeil < 85% durée totale de sommeil 6 hrs = 75% temps passé au lit 8 hrs Causent une détresse marquée ou une perturbation du fonctionnement quotidien Surviennent en dépit d opportunités adéquates de dormir Durée > 3 mois (entre 1 et 3 mois: épisodique; > 3 mois : persistante) Morin (1993), APA (2013) 3

4 Prévalence de l insomnie : Études transversales Symptômes d insomnie: 30 à 50% Savard & Morin (2001), JCO Trouble d insomnie: Patients traités pour un cancer de la prostate: 18% Savard et al. (2005), Psycho-Oncology Patientes traitées pour un cancer du sein: 19% Savard et al. (2001), Sleep Insomnie chronique (> 6 mois): 95% des cas 4

5 Étude épidémiologique longitudinale (n = 962) Savard et al. (2009), Journal of Clinical Oncology Savard et al. (2011), Journal of Clinical Oncology 5

6 Répartition selon les types de cancer 34; 3% 81; 8% 23; 2% 118; 12% 269; 27% 469; 48% Sein Prostate Gynécologique Cou et tête Urinaire et GI Autre Savard et al. (2009, 2011), Journal of Clinical Oncology 6

7 Overall Prevalence (%) of Insomnia Across Time % % Syndrome Symptoms No symptoms Baseline 2 months 6 months 10 months 14 months 18 months Savard et al. (2009, 2011), Journal of Clinical Oncology 7

8 Prevalence of Insomnia (%) Syndrome Across Cancer Sites and Time Baseline 2 months months 10 months 14 months 18 months 5 0 Breast Prostate Gyn Savard et al. (2009, 2011), Journal of Clinical Oncology 8

9 Prevalence of Insomnia (%; syndrome and sx) Across Cancer Sites and Time Baseline 2 months 6 months 10 months 14 months 18 months 10 0 Breast Prostate Gyn Savard et al. (2009, 2011), Journal of Clinical Oncology 9

10 Definitions Persistent insomnia Syndrome Syndrome Remission Symptoms Symptoms Incidence No sx No sx Persistent good sleep Time Time

11 Incidence, Persistence, and Remission Rates Incidence First episode Total 14.4% 31.8% Persistence 50.7% Remission 45.8% Relapse 19.5% Total: combines first episodes and relapses while eliminating overlapping cases 11 Savard et al. (2011), Journal of Clinical Oncology

12 Most Frequent Sleep Trajectories SY = Syndrome Sx = Symptoms GS = Good Sleepers Patients with Insomnia Syndrome 44.8% became SX 45.7% became GS at some time point Severity of Insomnia SY Sx GS 5.2% 2.9% 37.6% 3.3% Time (months) Savard et al. (2011), Journal of Clinical Oncology

13 Pourquoi l insomnie est-elle si fréquente chez les patients atteints de cancer? 3 types de facteurs étiologiques: Facteurs prédisposants: augmentent la vulnérabilité d un individu à souffrir d insomnie durant sa vie Facteurs précipitants: déclenchent un épisode d insomnie à un moment précis Facteurs de maintien: contribuent au maintien des difficultés dans le temps 13

14 Facteurs prédisposants Genre féminin Tempérament anxieux Vieillissement Antécédents personnels ou familiaux de difficultés de sommeil Antécédents de troubles psychologiques Savard & Morin (2001), JCO Savard & Savard (2013), Sleep Med Clin 14

15 Facteurs précipitants Réactions psychologiques: dx initial, récidive, traitements, etc. Traitements oncologiques Chirurgie: hospitalisation, effets secondaires (ex., douleur, nycturie) Chimiothérapie: effets secondaires (ex., nausées, fatigue), déficience hormones sexuelles (bouffées chaleur), perturbation rythmes circadiens Hormonothérapie: déficience hormones sexuelles (bouffées chaleur, douleur) Savard & Morin (2001), JCO Savard & Savard (2013), Sleep Med Clin 15

16 Modèle de Spielman & Glovinsky (1991) Facteurs prédisposants Facteurs précipitants Facteurs de maintien INSOMNIE PAS D INSOMNIE Vulnérabilité Réaction aigüe Début des difficultés Difficultés chroniques 16

17 Facteurs de maintien Mauvaises habitudes de sommeil Trop de temps passé au lit éveillé Horaire de sommeil irrégulier Siestes Activités incompatibles avec le sommeil dans la chambre à coucher Croyances erronées envers le sommeil J ai absolument besoin de dormir 8 heures pour bien fonctionner le lendemain. J étais de mauvaise humeur aujourd hui parce que je n ai pas bien dormi la nuit dernière. Si je ne dors pas bien, mon cancer va récidiver. 17 Savard & Morin (2001), JCO Savard & Savard (2013), Sleep Med Clin

18 Mauvaises habitudes de sommeil e.g., siestes Désynchronisent l horloge biologique Affaiblissent l association entre la chambre à coucher et le sommeil Maintien des difficultés de sommeil dans le temps Fausses croyances envers le sommeil Si je ne dors pas bien, mon cancer va récidiver. Anxiété de performance Je dois absolument dormir.

19 Vicious Cycle of Performance Anxiety 19

20 L insomnie n est PAS un problème banal Conséquences possibles Fatigue Difficultés de concentration/mémoire Perturbation du fonctionnement quotidien Difficultés psychologiques (dépression, anxiété, abus de substance) Comorbidité physique Utilisation accrue des services de santé Diminution de la qualité de vie Savard & Morin (2001), JCO Savard & Savard (2013), Sleep Med Clin 20

21 Évaluation de l insomnie Aucun instrument spécifiquement développé pour les personnes atteintes de cancer Quelques instruments validés auprès de cette population: ISI, PSQI Devrait comprendre plusieurs méthodes: Entrevue clinique: Entrevue diagnostique de l insomnie; Duke Structured Interview for Sleep Disorders Autoenregistrement quotidien Questionnaires auto-administrés (Mesures objectives) 21

22 Guide pancanadien de pratique Problèmes de sommeil (Howell et al., 2012) Élaboré par Groupe de travail consultatif national (groupe d experts) - consensus Collaboration: Partenariat canadien contre le cancer Association canadienne d oncologie psychosociale (ACOP) Guides: hébergés sur le site de l ACOP Sleep_Disturbances_Guideline_Fre.pdf Mise à jour: aux 4 ans 22

23 Guide de pratique Dépistage (Howell et al., 2012) Tous les professionnels, durant toute la trajectoire de soins. Étape 1: Item somnolence de l ESAS Sommeil rapporté à «Autre problème» > 0 ou Sommeil coché à Liste canadienne 2 questions additionnelles Avez-vous (régulièrement, depuis un mois, etc.) des problèmes de sommeil 3 nuits/semaine ou +? Si oui, effet négatif sur votre fonctionnement le jour ou votre qualité de vie? Ou Thermomètre de sommeil PROMIS

24 Outil de dépistage de la détresse associée au cancer

25 Guide de pratique - Dépistage (suite) (Howell et al., 2012) Étape 2: Déterminer si le patient requiert une référence immédiate vers un spécialiste en vérifiant somnolence excessive (Epworth Sleepiness Scale; 10) et en posant questions ciblant la présence d autres troubles du sommeil (ex., mouvements périodiques des jambes, ronflement excessif, d épisodes d apnée du sommeil par autrui).

26 26

27 Diagnostic différentiel ICSD-2: 88 troubles d éveil-sommeil distincts (12 sous-types d insomnie) Plusieurs autres troubles du sommeil caractérisés par une plainte d insomnie Peu de données à savoir s ils sont plus prévalents dans contexte du cancer Primaire vs. secondaire (maintenant avec/sans comorbidité; NIH, 2005) 27

28 Guide de pratique - Évaluation ciblée (Howell et al., 2012) Mesurer sévérité de l insomnie (Index de sévérité de l insomnie) et autoenregistrement Durée, fréquence Nature des problèmes de sommeil Facteurs de stress Facteurs de risque (fatigue, douleur, etc.) Condition comorbide (ex., dépression) Cause médicales: ex., corticostéroïdes, opiacés, alcool

29 29

30

31 Traitement pharmacologique : Le plus utilisé Paltiel et al. (2004; N = 909; 46% hospitalisés) 25.7% dernière semaine (tranquilisant/somnifère) Cancer du poumon: 42.5% Davidson et al. (2002; N = 982; ambulatoires) 21.5% (tranquilisant/somnifère) Casault et al. (2012; N = 1984; ambulatoires) Actuelle (rx pour sommeil): 22.6% Passée: 14.5% Durée moyenne: 58.1 mois 31

32 Efficacité des hypnotiques Aucune étude dans contexte du cancer Certains appuis pour insomnie comorbide à un trouble psychologique (ex., dépression, TAG) et médical (e.g., péri and post-ménopause) Insomnie primaire (Holbrook et al., 2000): Améliorations importantes: Nombre d éveils Temps total de sommeil ( 61.8 min) Qualité du sommeil Petits effets: Latence d endormissement ( 4.2 min) Éveils nocturnes 32

33 Limites du traitement pharmacologique Effets résiduels le jour suivant (surtout avec longue demi-vie): Somnolence Étourdissements fonctionnement cognitif/moteur Tolérance Dépendance (surtout psychologique) Modification de l architecture du sommeil; stade 2 and latence de sommeil REM sommeil à ondes lentes (profond) 33

34 Recommandation (NIH, 2005) Utiliser les médications hypnotiques: Surtout pour insomnie transitoire et situationnelle Au dosage le plus faible possible À court terme (< 4 semaines) 34

35 Traitement psychologique de l insomnie La thérapie cognitive-comportementale (TCC) est considérée comme le traitement de choix pour l insomnie primaire (NIH, 2005). L efficacité de la TCC a été démontrée chez les patients qui souffrent d insomnie comorbide à la douleur chronique (Currie et al., 2000), la fibromyalgie (Edinger et al., 2005) et à une condition médicale ou psychologique (Lichstein et al., 2000; Rybarczyk et al., 2002). 35

36 TCC de l insomnie associée au cancer Études non contrôlées ou non randomisées: Davidson et al. (2001) Simeit et al. (2004) Étude à cas unique expérimentale: Quesnel, Savard et al. (2003) Études randomisées: Savard et al. (2005a; 2005b): multi TCC vs pas TCC Epstein et al. (2007) : multi TCC vs hygiène du sommeil et éducation Espie et al. (2008): multi TCC vs. TAU La TCC améliore le sommeil, diminue la détresse psychologique et améliore la qualité de vie. 36

37 Guide de pratique Traitement (Howell et al., 2012) Combinaison d approches ciblant: Facteurs ayant contribué aux problèmes (ex., bouffées chaleur, douleur, nycturie) Facteurs contribuant à leur maintien: habitudes de sommeil néfastes, croyances dysfonctionnelles à propos du sommeil Traitement de choix: TCC de l insomnie Pharmacotx en attendant résultats de TCC avec sevrage ensuite ou pour cancer avancé

38 Contrôle par le stimulus (Bootzin et al., 1991) Buts: Renforcer l association entre le sommeil et les indices qui mènent au sommeil (e.g., le lit, la chambre à coucher, l heure du coucher) Établir un cycle éveil/ sommeil régulier 38

39 Application de la stratégie du contrôle par le stimulus (1) 1) Réservez au moins une heure pour vous détendre avant l heure du coucher Afin de diminuer l activation et induire la somnolence Faire des activités pour vous préparer au sommeil (e.g., lire, regarder la télé, écouter de la musique) 2) Allez au lit seulement lorsque vous êtes somnolent Somnolence fatigue 39

40 Application de la stratégie du contrôle par le stimulus (2) 3) Si vous êtes incapable de vous endormir ou de vous rendormir à l intérieur de 20 à 30 minutes, quittez le lit et allez dans une autre pièce Faire des activités favorisant la somnolence Ne pas retourner au lit trop rapidement Répéter cette étape aussi souvent que nécessaire 4) Quittez le lit à la même heure chaque matin Utiliser un réveille-matin Même les fins de semaine et peu importe la quantité de sommeil obtenue 40

41 Application de la stratégie du contrôle du stimulus (3) 5) Réservez votre chambre uniquement pour le sommeil et les activités sexuelles Éviter de manger, regarder la télé, travailler, naviguer sur Internet ou lire dans la chambre à coucher 6) Éviter de faire des siestes Faire des activités stimulantes lorsque la somnolence survient (e.g., prendre une marche) Si nécessaire: avant 15 h, dans le lit et durée de moins d une heure. Les autres règles doivent être respectées (e.g., sortir du lit si le sommeil ne survient pas à l intérieur de 20 à 30 min) 41

42 Restriction du sommeil (Spielman et al., 1987) But: Maintenir le nombre d heures passées au lit le plus près possible du nombre d heures dormies, ce qui amènera une légère privation du sommeil (favorisant l endormissement) et un sommeil plus efficace. Application: Temps passé au lit réduit au temps total de sommeil selon l autoenregistrement Temps passé au lit augmenté graduellement (15 à 30 min) lorsque l ES > 85% 42

43 Exemple d application de la restriction du sommeil Selon son journal de sommeil, Pierre allait au lit à 23 h et se levait à 8 h (temps passé au lit = 9 heures) s endormait vers minuit et restait réveillé 2 heures durant la nuit (temps dormi = 6 heures) Efficacité de son sommeil = 6/9 x 100 = 67% Nouvel horaire de sommeil : Pierre ira au lit à minuit et se lèvera à 6 h jusqu à ce que son efficacité de sommeil augmente à au moins 85% 43

44 Restructuration cognitive (Morin, 1993) Buts: Identifier et modifier les pensées automatiques et les croyances erronées envers le sommeil, et réduire l anxiété de performance. Application: Identifier les pensées et les croyances erronées Questionner leur validité Les remplacer par des pensées plus réalistes 44

45 Exemple de restructuration cognitive (1) «Si je ne dors pas 8 heures, je ne fonctionnerai pas bien le lendemain. Ai-je toujours vraiment besoin de 8 heures de sommeil pour bien fonctionner? Quelle est la pire chose qui pourrait arriver si je ne dors pas bien? Pensées réalistes: Les besoins en sommeil varient beaucoup d une personne à l autre et en fonction du temps. Même si je ne dors pas 8 heures, je serai quand même capable de bien fonctionner comme c est le cas habituellement. Je serai seulement plus somnolent à certains moments de la journée. 45

46 Exemple de restructuration cognitive (2) «Si je ne dors pas bien, mon cancer va récidiver.» Quelles sont les preuves qui supportent ma pensée? Est-ce que tous les insomniaques ont une récidive de cancer? Est-ce que tous les bons dormeurs n ont pas une récidive de cancer? Pensées réalistes: Il n existe aucune preuve scientifique démontrant que l insomnie peut provoquer une récidive de cancer. Le cancer est une maladie complexe et une récidive est influencée par une multitude de facteurs (souvent inconnus). M inquiéter ne fait qu empirer mon insomnie. 46

47 Hygiène du sommeil But: Fournir de l information sur les effets de facteurs environnementaux et de comportements de santé sur le sommeil. Application: Éviter la caféine 4 à 6 heures avant le coucher Éviter de fumer avant le coucher et lors des réveils la nuit Éviter de prendre de l alcool avant le coucher Éviter les repas lourds et le sucre avec le coucher Faire de l exercice physique régulièrement mais au bon moment Aménager sa chambre confortablement (température, bruit, lumière) Limiter l utilisation de médicaments pour dormir 47

48 À retenir L insomnie est très fréquente chez les patients atteints de cancer. L insomnie est associée à plusieurs conséquences négatives. Ce sont des facteurs comportementaux et cognitifs qui expliquent le maintien de l insomnie dans le temps, et ce, peu importe ce qui les a causées au départ. La TCC, en modifiant ces comportements et pensées/croyances, permet d améliorer le sommeil, de diminuer la détresse psychologique et d améliorer la qualité de vie. 48

«La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena

«La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena «La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena «L agenda» de la présentation TCC- I: traitement de référence Rappel physiologie du sommeil Pathophysiologie de l insomnie Modèles de l

Plus en détail

Sommeil, cancer et pratique infirmière

Sommeil, cancer et pratique infirmière Sommeil, cancer et pratique infirmière Nancy Dorneval, inf. B.Sc, CSIO (C) Nicole Tremblay, inf. M.Sc, CSIO (C) ICSP (C) Claudine Tremblay, inf. M.Sc, CSIO (C) à venir Plan Faits Insomnie Définition Catégories

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal!

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Gina Sanders Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Tous concernés! De quoi s agit-il? encontrer ponctuellement des dif cultés pour s endormir, se réveiller en pleine nuit ou se retrouver debout

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS de sommeil touchent presque tout le monde. Courir après le sommeil. Traitement de l insomnie et autres troubles du sommeil

LES DIFFICULTÉS de sommeil touchent presque tout le monde. Courir après le sommeil. Traitement de l insomnie et autres troubles du sommeil Courir après le sommeil Traitement de l insomnie et autres troubles du sommeil Par Charles M. Morin M. PS. LES DIFFICULTÉS de sommeil touchent presque tout le monde à un moment ou à l autre de la vie,

Plus en détail

SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE

SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE 4 SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE AVANT-PROPOS Avec les progrès médicaux et d hygiène de vie, notre espérance de vie est de plus en plus importante. En 1950, seulement 6,5% de la population totale avait

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée Les traitements médicamenteux Réseau Morphée Le suivi de l insomnie Repérage Evaluation Mesure des effets -sur le patient -sur l entourage Recherche causes Traitement Traitement des insomnies Insomnies

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

L horloge biologique des travailleurs de nuit

L horloge biologique des travailleurs de nuit L horloge biologique des travailleurs de nuit Diane B. Boivin, M.D., Ph.D., Directrice Centre d étude et de traitement des rythmes circadiens Hôpital Douglas, Université McGill Société moderne et travail

Plus en détail

L adolescence. Sommeil de l adolescent. Le sommeil de l adolescent. Les besoins en sommeil. Les besoins en sommeil

L adolescence. Sommeil de l adolescent. Le sommeil de l adolescent. Les besoins en sommeil. Les besoins en sommeil L adolescence Sommeil de l adolescent Dr MF Mateo Assises de Resodys Toulon le 25/11/06 âge intermédiaire entre l enfance et l âge adulte, l adolescence est la période des modifications morphologiques,

Plus en détail

Questionnaire des troubles du sommeil

Questionnaire des troubles du sommeil Questionnaire des troubles du sommeil NOM :... PRÉNOM :... Date de naissance :.../.../... Date de ce jour :.../.../... Consultez un proche si nécessaire pour répondre attentivement aux questions suivantes.

Plus en détail

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1:

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1: ATELIER 2 DU SYMPTÔME À LA MALADIE Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes EXPERTS: S LAUNOIS, N. MESLIER ANIMATEUR: MF VECCHERINI 16 et 17 Janvier 2015 ATELIER 2 UTILISATION

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins"

Une journée des familles sur le thème : Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins" Cette journée destinée aux familles a été co-organisée par R4P et l'association Une Souris Verte, le samedi 12

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus. Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH

Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus. Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH Menu Troubles du sommeil Prise en charge et conseils préventifs Troubles du sommeil Origine comportementale

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007 LES TROUBLES DU SOMMEIL N.BILLAUD Dec 2007 TROUBLES DU SOMMEIL Motif fréquent de consultation 20 à 30 % des enfants Parents demandeurs d aide Enfants supportent très bien les troubles angoisse parentale

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes. Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie

Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes. Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes sociaux Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie CHRU de Lille La psychothérapie réduit la récidive Seule ou associée à un antidépresseur est recommandée

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION Document réalisé par des médecins et infirmières du travail de l AIST 84, médecin préventionniste et diététicienne, du centre d examen de santé CPAM 84, éducateur pour la santé du Codes 84. Avec le soutien

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015

Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015 Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015 Plan DéfiniCon Les troubles du sommeil Benzodiazépines et apparentés AnChistaminique H1= alimémazine Mélatonine Autres (phytothérapie) RecommandaCons

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

DIU Veille Sommeil 13 décembre 2007. Dr. Isabelle Poirot, Lille

DIU Veille Sommeil 13 décembre 2007. Dr. Isabelle Poirot, Lille . DIU Veille Sommeil 13 décembre 2007 Dr. Isabelle Poirot, Lille 30 % de la population serait touchée dans les sociétés occidentales. Certains auteurs estiment même que 50 % de la population générale présente

Plus en détail

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 1 b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 2 z6creation.net Notre santé dépend en grande partie d une bonne qualité du sommeil. Bien dormir, cela se prépare : la présente brochure vous

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Travailler de nuit ou selon des horaires variables : considérations en SST

Travailler de nuit ou selon des horaires variables : considérations en SST Travailler de nuit ou selon des horaires variables : considérations en SST Sylvie Montreuil, Université Laval Département des relations industrielles Chaire en gestion de la SST, Université Laval, Québec

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs

Théorie Comportementale Cognitive. Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Théorie Comportementale Cognitive Phobies et Troubles Obsessionnels Compulsifs Elsa Lambrescak DCEM3, nov 2010 Antoine, 12 ans Est amené par sa maman au cabinet médical pour : Des difficultés d endormissement

Plus en détail

Se rétablir au quotidien

Se rétablir au quotidien Institut universitaire en santé mentale de Montréal Se rétablir au quotidien Vous vous trouvez aujourd hui en situation de devoir travailler à récupérer un bien extrêmement précieux : votre santé mentale.

Plus en détail

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan MME BOUERI RANA, PSYCHOLOGUE - PSYCHOTHÉRAPEUTE DR COURTALHAC, MÉDECIN Parcours du

Plus en détail

Fréquence de la fatigue

Fréquence de la fatigue Autres causes de Fatigue TAO Vendredi 21 Novembre 2014 Joly F, MD PHD, Oncologie médicale, Caen Centre François Baclesse - CHU 1 / xx Fréquence de la fatigue Initiale En cours de traitement Post traitement

Plus en détail

Gérer la fatigue liée au cancer

Gérer la fatigue liée au cancer Gérer la fatigue liée au cancer pour les personnes atteintes du cancer Dans cette brochure: Comment peut on gérer la fatigue? Qu est ce que la fatigue liée au cancer? Qu est ce qui cause la fatigue liée

Plus en détail

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point Mise au point Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine M E S S A G E S- C L E S Les spécialités Noctran et Mépronizine seront retirées du marché

Plus en détail

Classification des troubles du sommeil ICSD-2

Classification des troubles du sommeil ICSD-2 Insomnies Classification des troubles du sommeil ICSD-2 Troubles respiratoires du sommeil Hypersomnies non dues à un trouble respiratoire du sommeil Troubles circadiens du rythme veillesommeil Parasomnies

Plus en détail

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Pourquoi comprendre la physiologie du sommeil? Pour respecter le rythme et les besoins de chaque enfant de la naissance jusqu à l adolescence

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie?

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Nom de l usager L'usager est prêt L'usager vit un malaise par rapport à la fatigue ; il identifie

Plus en détail

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?...

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?... QUIZZ SOMMEIL Etes-vous plutôt ou PAS avec les propositions suivantes?... 1 ) Le sommeil d une nuit se compose d une succession de cycles Le premier cycle est annoncé par des «signaux de sommeil» auxquels

Plus en détail

Enquête sommeil 2012 Rapport. Méthodologie. Version n 2 Date : 8 Février 2012

Enquête sommeil 2012 Rapport. Méthodologie. Version n 2 Date : 8 Février 2012 Enquête sommeil 2012 Rapport Méthodologie Version n 2 Date : 8 Février 2012 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A : Fanny FAUGERON/Audrey LOPEZ OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

DOCUMENT A REMETTRE A VOTRE PATIENT

DOCUMENT A REMETTRE A VOTRE PATIENT ANXIÉTÉ Qu est ce que l anxiété? L anxiété est une peur sans objet, un système d alerte qui peut nous avertir de l imminence d un danger. Imaginez que vous revenez à la maison et que vous vous trouvez

Plus en détail

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Mise en contexte 50% des personnes atteintes de schizophrénie souffrent d un trouble anxieux comorbide: Invalidant

Plus en détail

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Christine Cannard Dr en Psychologie, Ingénieur de recherche INSERM Laboratoire de Psychologie

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Université Toulouse III Paul Sabatier. Faculté de Médecine THESE. Pour le diplôme de Docteur en Médecine Spécialité Médecine Générale

Université Toulouse III Paul Sabatier. Faculté de Médecine THESE. Pour le diplôme de Docteur en Médecine Spécialité Médecine Générale Université Toulouse III Paul Sabatier Faculté de Médecine Année 2013 2013 TOU3 1057 THESE Pour le diplôme de Docteur en Médecine Spécialité Médecine Générale Présentée et soutenue publiquement le mardi

Plus en détail

Travail de nuit et ses conséquences sur le sommeil et la qualité de l éveil

Travail de nuit et ses conséquences sur le sommeil et la qualité de l éveil Travail de nuit et ses conséquences sur le sommeil et la qualité de l éveil Dr Sophie-Maria Praz-Christinaz, médecin du travail FMH, sophie.praz@hospvd.ch Institut universitaire romand de santé au travail

Plus en détail

Sommeil. Pour retrouver le plaisir de dormir

Sommeil. Pour retrouver le plaisir de dormir Sommeil Pour retrouver le plaisir de dormir Nous passons 1/3 de notre vie à dormir C est donc important de s y intéresser, d autant que la qualité de notre sommeil a une influence directe sur notre qualité

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

Approche clinique des troubles du sommeil chez l enfant et l adolescent

Approche clinique des troubles du sommeil chez l enfant et l adolescent 1 ère partie : Modules transdisciplinaires - Module 3 : Maturation et vulnérabilité Objectif 43 : Approche clinique des troubles du sommeil chez l enfant et l adolescent Rédaction : D Sibertin-Blanc, C

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

Un danger vous guette Soyez vigilant

Un danger vous guette Soyez vigilant Un danger vous guette Soyez vigilant Vous prenez un sédatif-hypnotique Alprazolam (Xanax ) Chlorazépate Chlordiazépoxide Chlordiazépoxideamitriptyline Clidinium- Chlordiazépoxide Clobazam Clonazépam (Rivotril,

Plus en détail

Fatigue au volant. Arriver sain et sauf, aussi de jour. bpa Bureau de prévention des accidents

Fatigue au volant. Arriver sain et sauf, aussi de jour. bpa Bureau de prévention des accidents Fatigue au volant Arriver sain et sauf, aussi de jour bpa Bureau de prévention des accidents Conduite vigilante Chaque année, en Suisse, 1500 personnes ont un accident grave ou mortel parce qu elles ont

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

LE SOMMEIL DE LA P.A

LE SOMMEIL DE LA P.A LE SOMMEIL DE LA P.A I/ Les biorythmes Les rythmes biologiques ont une origine génétique, ce sont des rythmes endogè nes (horloge biologique) ; sous dépendance neuro- endocrinienne, l'hypothalamus en est

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques 1 ACTIVITÉ Domaine Objectif général Compétences Éducation scientifique Langue française Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques Prendre conscience de son profil sommeil.

Plus en détail

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE Les maux de tête peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Les maux de tête primaires (90%) sont plus répandus que les maux de tête secondaires (10%)

Plus en détail

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT»

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» IRBMS http://www.irbms.com Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» Auteur(s) : J.-D. Guieu Catégorie : Sport Santé

Plus en détail

Guide des traitements comportementaux et cognitifs de l'insomnie de l'adulte, A l'usage du médecin généraliste

Guide des traitements comportementaux et cognitifs de l'insomnie de l'adulte, A l'usage du médecin généraliste Guide des traitements comportementaux et cognitifs de l'insomnie de l'adulte, A l'usage du médecin généraliste L'insomnie est un problème de santé fréquent, pour lequel vous êtes souvent consultés. La

Plus en détail

LE SOMMEIL : QUAND MORPHÉE SE FAIT ATTENDRE

LE SOMMEIL : QUAND MORPHÉE SE FAIT ATTENDRE LE SOMMEIL : QUAND MORPHÉE SE FAIT ATTENDRE Le sommeil est très important pour la croissance et le bon développement de l enfant. Toutefois, il arrive que certains bébés aient plus de mal à dormir que

Plus en détail

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON

Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Mario Douyon de Azevedo, md, CMFC, ABAM Programme de santé mentale, Hôpital Montfort, Ottawa, ON Aucun conflit Établir les diagnostics en toxicomanie selon le DSM 5 Élucider les enjeux de l ordonnance

Plus en détail

S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie

S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie Prévention et traitements des troubles du sommeil S. LAUNOIS MCU PH Pôle rééducation et physiologie CHU Grenoble Rencontres Nucléaire, Rayonnements et Santé 2010 Prévention et Traitement des Troubles du

Plus en détail

L anxiété et les troubles anxieux

L anxiété et les troubles anxieux L anxiété et les troubles anxieux JOUR 2 Extrait de la présentation PowerPoint pour consultation par participants à l atelier organisé par le Service populaire de psychothérapie de Laval) avec Jorge Vasco,

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 22 mars 2011 Bulletin no 5 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La cinquième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 22 mars 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES

Plus en détail

Plan: Benzodiazépines: Mme BB. Benzodiazépines: les indications. Dr Anne Pelet 24.08.2011

Plan: Benzodiazépines: Mme BB. Benzodiazépines: les indications. Dr Anne Pelet 24.08.2011 Plan: Benzodiazépines: Usage et mésusage Dr Anne Pelet 24.08.2011 Benzodiazépines: les indications Historique Croyances du médecin Croyance du patient Effets à long terme Par quoi remplacer? - Troubles

Plus en détail

Promotion de la Santé. Dormir. n est pas de tout repos

Promotion de la Santé. Dormir. n est pas de tout repos Promotion de la Santé Dormir n est pas de tout repos Madame, Monsieur, Nous souhaitons tous améliorer notre qualité de vie et notre bien-être. Notre santé est un bien inestimable, que chacun doit apprendre

Plus en détail

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT Hélène De Leersnyder Pédiatre Consultation «sommeil» Hôpital Necker. Paris Journées Internationales Jérôme Lejeune Familles et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE TCC DES TROUBLES PANIQUE

PRISE EN CHARGE TCC DES TROUBLES PANIQUE PRISE EN CHARGE TCC DES TROUBLES PANIQUE Dr Christine MIRABEL SARRON CMME Service du Professeur GUELFI Université Paris V 100 rue de la Santé 75674 PARIS cedex 14 S.KIELT@ch-sainte-anne.fr C. MIRABEL SARRON

Plus en détail

Personnes âgées et BESOIN DE DORMIR et se REPOSER

Personnes âgées et BESOIN DE DORMIR et se REPOSER Personnes âgées et BESOIN DE DORMIR et se REPOSER I- Savoir résumer ce besoin II- Savoir reconnaître le processus de vieillissement physiologique et ses conséquences A - Le vieillissement physiologique

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 Depression et tabac COMMENT LE TABACOLOGUE EVALUE L ANXIETE ET LA DEPRESSION? J Perriot

Plus en détail

Trouble d anxiété généralisée

Trouble d anxiété généralisée Les troubles anxieux Le choix d une thérapie simple ou combinée est un choix personnel. Pour faire un choix éclairé, adapté à votre condition actuelle et répondant à vos besoins, oser poser toutes vos

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT

LES TROUBLES DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT LES TROUBLES DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval La plupart des parents désirent que leur enfant «fasse ses nuits» le plus tôt

Plus en détail

Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014. Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant

Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014. Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014 Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant Dominique Petit, PhD Centre d études avancées en médecine du sommeil

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

SOMMEIL ET TRAVAIL 6

SOMMEIL ET TRAVAIL 6 6 SOMMEIL ET TRAVAIL AVANT-PROPOS En médecine du travail, 20 à 40% des salariés se plaignent de leur sommeil avec pour principale conséquence la somnolence et son corolaire la baisse de vigilance. Les

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

IPSRT Interpersonal and Social RhythmTherapy

IPSRT Interpersonal and Social RhythmTherapy IPSRT Interpersonal and Social RhythmTherapy Jocelyne Julien M. Ps. Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Clinique des maladies affectives Le 20 novembre 2007 Psychothérapie pour troubles bipolaires Ventilation

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation 8 ème CFP 2 A 16 novembre 2012 Syndrome d apnées du sommeil Explorer : de la prescription à l interprétation Nicole Beydon, Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau, Paris Conflits d intérêt Obligation

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Travail d Application Tutoré année 2010 Quatrième

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

PROMOTION SANTE. Retrouvez un sommeil de rêve!

PROMOTION SANTE. Retrouvez un sommeil de rêve! PROMOTION SANTE Retrouvez un sommeil de rêve! Une brochure de la Mutualité Libre Securex en collaboration avec l Union Nationale des Mutualités Libres T 078 5 9 00 - F 0 79 9 / 09 5 6 85 www.securex-mutualite.be

Plus en détail

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan:

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan: Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique CMRR Nice Emmanuel Mulin mulin.e@chu-nice.fr Plan: Préambule Apathie et maladie d Alzheimer Sommeil et maladie d Alzheimer Données

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic

Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic ÉDITION //// 1/2013 Apnée du sommeil: un long chemin de croix jusqu au diagnostic Faits relatifs à l apnée du sommeil En Suisse, env. 150 000 personnes souffrent d apnée du sommeil. Symptômes les plus

Plus en détail

Dossier de presse. Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement

Dossier de presse. Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement Dossier de presse Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement Chaque semaine, plus d 1/4 des actifs français voit son travail perturbé par un problème de sommeil

Plus en détail