Le sommeil Des milliards de neurones en activité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sommeil Des milliards de neurones en activité"

Transcription

1 Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé A la source de l'information Santé L'actualité de la Santé et de la Recherche médicale Le sommeil Des milliards de neurones en activité Le sommeil ne signifie pas arrêt de l activité cérébrale. Le cerveau continue de contrôler l activité physiologique de l organisme tout en plongeant le dormeur dans une phase d éveil inconscient et passif et en gardant la plupart des systèmes d alarme actifs, notamment l odorat. Le sommeil est considéré comme une phase de repos, de rangement, de répétition virtuelle, de construction, etc. Mais, au-delà, l étude du sommeil peut révèler selon les sujets sinon un mal-vivre, un syndrome profond dont les symptômes peuvent affecter la santé générale du dormeur. La SFRMS (Société française de Recherche et Médecine du Sommeil) révèle aujourd hui plusieurs actualités de recherche autour du sommeil : - L effet de la lumière sur les fonctions cognitives non-visuelles - L étude du langage chez des patients somniloques (Parler en dormant) - Le système nerveux et sommeil : les twiches (petits sursauts) - Le sommeil et la prise alimentaire chez le jeune adulte obèse dormant peu - Le syndrome d apnées du sommeil : une maladie chronique - Le un programme collaboratif de suivi médical - L application isommeil : un allié pour mieux dormir Paul Becquart 19/11/14 : Bonne nuit? Paul Becquart Journaliste Sciences, Santé, Environnement Docteur ès Sciences de la Vie et de la Santé Créateur et animateur du petit Site Santé Site d'actualités, reportages et dossiers Santé

2 INFORMATION PRESSE SOMMEIL Les journées raccourcissent, le Congrès du Sommeil approche La Société Française de Recherche et de Médecine du Sommeil (SFRMS) jette un coup de projecteur sur quelques actualités : Et si la lumière bleue stimulait mieux notre activité cérébrale? L effet de la lumière sur les fonctions cognitives non-visuelles par le Dr Claude Gronfier Vous «somniloquez» en riant, en marmonnant, en pleurant, en criant ou en parlant? Parler en dormant : étude du langage chez des patients somniloques par Ginevra Uguccioni, Si votre enfant «twiche» la nuit, développe t-il son cerveau? Système nerveux et sommeil : ce que nous apprennent les twiches par le Dr Marie-Françoise Viecchierini Si le temps de sommeil augmente, l appétit peut-il décroître chez le jeune adulte obèse? Effets d une extension du sommeil sur la prise alimentaire chez le jeune adulte obèse dormant habituellement peu par le Docteur Karine Spiegel Le syndrome d apnées du sommeil : un pronostic de comorbidité pour les patients Le syndrome d apnées du sommeil : une maladie chronique multi-systémique par le Pr Jean-Louis Pépin La E-santé au service des patients apnéïques un programme de télémédecine collaboratif et de suivi médical Comment connaître son profil de dormeur? L application isommeil est un allié pour mieux dormir 1

3 L effet de la lumière sur les fonctions cognitives non-visuelles L éclairage du Docteur Claude Gronfier, Département de Chronobiologie de l unité Inserm 846 à Bron (Lyon), Le Dr Claude Gronfier introduit les travaux du Dr Gilles Vandewalle, Centre de Recherches du Cyclotron de l Université de Liège (Belgique). Le Dr Vandewalle interviendra au Congrès du Sommeil le 20 novembre 2014 au cours de la plénière «Effet de la lumière sur les fonctions cognitives non-visuelles» LIEN Tout comme l oreille, l œil a une fonction double. Il permet de voir, mais transmet aussi l information lumineuse pour réguler diverses fonctions dites «non-visuelles». La lumière est ainsi le principal synchronisateur de l horloge circadienne, mais elle constitue également un «signal éveillant» qui augmente la vigilance, affecte le sommeil et régule les performances cognitives à de multiples tâches. Ces effets de la lumière, dits non-visuels, car ils n impliquent pas la vision, sont mis en place via la rétine. Ils impliquent très probablement un système de photoréception découvert il y a moins de 15 ans, qui est plus sensible au bleu et qui se base sur un photopigment appelé «mélanopsine». Dans une série d étude d imagerie cérébrale (IRMf), l équipe du Dr Vandewalle a étudié l impact stimulant de la lumière sur les fonctions cognitives cérébrales. Les résultats montrent que la lumière affecte les structures du cerveau selon un ordre précis : d abord l activité de régions sous-corticales impliquées dans la régulation de l éveil et de la cognition (le thalamus, le tronc cérébral et l hypothalamus), puis module l activité de régions corticales impliquées dans le processus cognitif en cours, et enfin impacte le comportement. Les données démontrent que la lumière et sa composition spectrale régulent l activité cérébrale nécessaire à la réalisation de tâches mettant en jeu la mémoire de travail, l attention et les émotions. Leurs données ont par ailleurs montré que l impact de la lumière change avec le moment de la journée, le manque de sommeil, l âge, et le génotype ainsi qu avec le statut psychiatrique (chez des patients souffrant de dépression saisonnière). Toutes les recherches de l équipe du Dr Vandewalle montrent que la lumière bleue est plus efficace pour stimuler l activité cérébrale et nos dernières études, chez des personnes aveugles, ainsi que chez des personnes voyantes, pointent vers la mélanopsine comme médiateur principal des effets de la lumière sur l activité cognitive cérébrale. Les résultats plaident pour une considération de la mélanopsine et des effets non-visuels de la lumière sur la cognition, et sur l éveil et le sommeil en général, lors de la mise au point d environnements et de traitements lumineux. 2

4 Parler en dormant : étude du langage chez des patients somniloques Par Ginevra Uguccioni Unité Pathologies du sommeil Hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris) Récipiendaire d une bourse de voyage Jeune Chercheur 2014 LIEN : La somniloquie, c est-à-dire le fait de parler en dormant, est un phénomène relativement fréquent puisque 71% des hommes et 75% des femmes affirment avoir déjà parlé dans leur sommeil. En revanche seule 1,5% de la population adulte serait quotidiennement somniloque. La somniloquie n est pas vraiment considérée comme une maladie, dans la mesure où elle engendre peu de souffrance ou de gêne du dormeur et de son voisin de lit, en dehors d un possible dérangement sonore et de la divulgation de secrets. C est pourquoi la somniloquie reste un phénomène mystérieux et très peu étudié par les scientifiques bien qu elle présente un intérêt scientifique certain. La somniloquie peut se manifester seule mais s associe souvent à certains troubles du sommeil comme le somnambulisme ou le trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP), maladie qui se caractérise par une extériorisation des rêves. Au cours de notre étude nous avons recueilli et analysé les paroles nocturnes de 232 patients somnambules et avec TCSP, pour en étudier les caractéristiques et actualiser le peu de données existant sur la somniloquie. Ce langage nocturne peut se composer de chuchotements, marmonnements, rires, pleurs, cris et paroles intelligibles. De plus, chez les patients somniloques, le geste accompagne souvent la parole. Les patients souffrant de TCSP ont plus tendance à rire, à marmonner ou à remuer les lèvres sans émettre de sons. A contrario les somnambules présentent eux plus de chuchotements, de mots ou de phrases répétés, mais aussi un langage ordurier et des mouvements associés au langage. Le langage nocturne semble présenter les mêmes caractéristiques que le langage éveillé. Un second objectif de notre étude a été celui de rechercher l existence d une participation du cortex à l élaboration du langage humain pendant le sommeil, à travers la recherche d une inspiration précédant la prise de parole. On retrouve une large inspiration précédant la parole dans 33% des verbatim, autant chez les somnambules que les patients avec TCSP ce qui témoigne de l existence d une préparation à la parole de nature respiratoire d origine corticale dans le sommeil. 3

5 Système nerveux et sommeil : ce que nous apprennent les twiches L éclairage du Docteur Marie-Françoise Viecchierini, Past-président SFRMS ( ) LIEN : Le Docteur Vecchierini introduit les travaux menés par le Professeur M.S. Blumberg, centre de biologie et de psychologie d Iowa City, spécialiste du développement du cerveau et de la maturation et des fonctions de la motricité au cours du sommeil. Le Pr Blumberg interviendra au Congrès du Sommeil le 21 novembre 2014 au cours de la plénière «Sommeil paradoxal et développement : les nouveaux-nés sont-ils programmés pendant le sommeil?» Les twiches sont des petits mouvements spontanés (sursauts et brefs secousses des membres et en particulier des extrémités, doigts et orteils), générés directement dans la moëlle épinière et le tronc cérébral, sans impulsion des régions motrices volontaires du cortex cérébral et sans rapport avec des stimulations externes. Ils sont prononcés au cours du sommeil «agité», considéré comme le précurseur du sommeil paradoxal (dernier temps du cycle du sommeil), et particulièrement présents à la naissance et au début du développement de l enfant. Ce sommeil présente en plus des twiches, des mouvements oculaires et des rêves, reflet d un cerveau particulièrement actif, comme il le serait en étant éveillé. Les expériences motrices de ce sommeil suggèrent qu il contribue au développement du cerveau. En effet, de façon intéressante, il a été montré que ces mouvements spontanés n étaient pas aléatoires mais que certains enchaînements de mouvements survenaient plus souvent que d autres. Ils seraient alors des signes d une expression de synergie des mouvements moteurs du corps. De plus ces twiches envoient des influx au niveau de structures sensitives du système nerveux central (thalamus notamment), évoquent des réponses dans ces structures cérébrales et participent ainsi à la création et à l organisation de circuits nerveux et de réflexes, notamment de défense. Ces mouvements spontanés fortement répétés au cours du sommeil agité pourraient être des répétitions des mouvements de la journée. Ces répétitions développent le système nerveux afin de pouvoir assimiler ces mouvements et les enchaînements effectués intentionnellement la journée. Le système nerveux se développe ainsi tout seul au cours du sommeil. Ce travail consiste à préciser quels sont les mécanismes permettant à ces mouvements spontanés à contribuer au développement du cerveau et à l intégration des fonctions motrices. La question de l unicité des twiches est également posée. Sont-ils différents pour chaque enfant, et si tel est le cas, sont-ils liés à l individualité des capacités de l enfant, et à sa plasticité cérébrale? La réponse à ces questions demande au préalable de meilleures connaissances de la fonction des activités nocturnes chez l adulte. 4

6 Effets d une extension du sommeil sur la prise alimentaire chez le jeune adulte obèse dormant habituellement peu L éclairage du Docteur Karine Spiegel Chercheur au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, INSERM U UMR 5292 Le Dr Spiegel présente les résultats préliminaires d une étude soutenue par une bourse de recherche SFRMS en 2012 LIEN : Le rythme de nos sociétés modernes entraîne souvent une réduction du temps de sommeil. Des données épidémiologiques et expérimentales indiquent qu un sommeil écourté favoriserait l obésité. Notre étude vise à déterminer si une extension de sommeil chez des petits dormeurs obèses a des effets bénéfiques sur la prise alimentaire. Treize jeunes obèses (2 femmes) âgés de 18 à 25 ans et dormant habituellement moins de 7h/nuit ont été étudiés durant 2 sessions expérimentales présentées dans un ordre aléatoire (8 nuits dans des conditions habituelles de sommeil vs 8 nuits pour lesquelles le temps passé au lit était augmenté d au moins 1h/nuit). Pour chacune de ces 2 sessions, nous avons enregistré le sommeil, les volontaires ont rempli des questionnaires de faim et d appétit et un carnet alimentaire, et un buffet à volonté leur a été servi le dernier jour. Par simple extension du temps passé au lit, la durée du sommeil de ces petits dormeurs obèses est passé de ~ 6h, une durée associée à un risque accru d obésité dans les études épidémiologiques, à ~ 8h, une durée associée au plus faible risque d obésité. En condition d extension de sommeil, les sujets montraient 19% moins d appétit pour des aliments gras et sucrés à haute teneur énergétique et 46% moins de grignotage. Enfin, leur prise calorique évaluée objectivement lors du buffet à volonté était réduite d environ 100 kcal. Fait important, plus la durée du sommeil était augmentée, plus l appétit pour les aliments à haute teneur énergétique et plus la prise calorique lors du buffet étaient diminués. Ces résultats préliminaires, qui restent à être confirmés avec l échantillon complet, suggèrent qu une extension du temps de sommeil chez des petits dormeurs obèses a des effets bénéfiques sur la régulation de la prise alimentaire. 5

7 Le syndrome d apnées du sommeil : une maladie chronique multi-systémique L éclairage du Professeur Jean-Louis Pépin Laboratoire HP2 Inserm U1042 (Grenoble), membre du Conseil Scientifique de la SFRMS et past-president ( ) Le Pr pépin présentera la conférence plénière «Le SAS : une maladie multisystémique» le jeudi 21 novembre. LIEN : Le syndrome d apnées du sommeil (SAS) sévère est associé à un risque accru d hypertension artérielle, de pathologie coronarienne, d accident vasculaire cérébral et de diabète de type 2. Le syndrome d apnées du sommeil favorise également l inflammation et la fibrose hépatique qui sont secondairement à l origine de cirrhose et cancer du foie. De même, au niveau cérébral, le déclin cognitif semble être précipité par un syndrome d apnées du sommeil associé. L hypoxie intermittente (manque d oxygène épisodique) qui est la principale conséquence du syndrome d apnées du sommeil entraîne des conséquences organe-spécifiques avec un impact différent au niveau du foie, du tissu graisseux, des vaisseaux ou encore des muscles et du cerveau. Ceci débouche sur des comorbidités qui constituent le principal facteur pronostic de ces patients. Dans les études méthodologiquement bien conduites, la pression positive continue (PPC) seule, traitement de référence des apnées du sommeil, quoique très efficace sur les symptômes et la qualité de vie, n améliore pas ou peu le statut métabolique des patients obèses porteurs d un syndrome d apnées obstructives. Le syndrome d apnées du sommeil doit donc dorénavant être considéré comme une des maladies chroniques à l origine d une multi-morbidité et justifiant une prise en charge par des thérapeutiques combinées. E-santé : des initiatives en cours pour les patients apnéïques LIEN : un programme de télémédecine pour les patients apnéiques sélectionné et soutenu par la DGCIS (Direction Générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services Ministère du Redressement Productif) et par l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France. Il s agit d un programme collaboratif et de suivi médical des patients sous traitement par ventilation à Pression Positive Continue. Pour découvrir le programme et participer : 6

8 Inspiratio, les pouvoirs du masque magique, un serious game a déjà été utilisé par près de joueurs atteints de syndrome d apnées du sommeil (SAS) Pour jouer : Focus sur un outil pour tous : l application isommeil, téléchargée fois depuis 2011! LIEN : Conçue par le Professeur Damien Léger et Maxime Elbaz, chercheur, du Centre du Sommeil et de la vigilance de l'hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP), l'application isommeil, disponible sur l Appstore, permet de mieux connaître son sommeil et de faire de son mobile un allié pour mieux dormir. En utilisant son mobile, l utilisateur d'isommeil peut en quelques jours obtenir son profil de «dormeur», le confronter aux besoins connus et se comparer en fonction des conseils reçus. Les spécialistes du sommeil seront réunis à Lille lors du Congrès du sommeil du 20 au 22 novembre Suivez la SFRMS sur les réseaux sociaux Liens vers twitter facebook. 7

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil. 27 mars 2015 NUTRITION ET SOMMEIL

15 ème Journée du Sommeil. 27 mars 2015 NUTRITION ET SOMMEIL 15 ème Journée du Sommeil 27 mars 2015 NUTRITION ET SOMMEIL v1 Syndrome dépressif saisonnier et Alain-François RICHARD Technicien-Infirmier Unité d Explorations Fonctionnelles Laboratoire de Sommeil C

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Février 20 CONFÉRENCE DE PRESSE LECMA / Vaincre Alzheimer ALZHEIMER : QUE CONNAÎT-ON DES MÉCANISMES DE LA MALADIE? OÙ EN EST LA RECHERCHE? QUELS SONT LES NOUVEAUX AXES

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007 LES TROUBLES DU SOMMEIL N.BILLAUD Dec 2007 TROUBLES DU SOMMEIL Motif fréquent de consultation 20 à 30 % des enfants Parents demandeurs d aide Enfants supportent très bien les troubles angoisse parentale

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques 1 ACTIVITÉ Domaine Objectif général Compétences Éducation scientifique Langue française Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques Prendre conscience de son profil sommeil.

Plus en détail

Semaine du cerveau. Programme Evénement du 15 au 20 mars Pour les classes de collège et lycée

Semaine du cerveau. Programme Evénement du 15 au 20 mars Pour les classes de collège et lycée Semaine du cerveau Programme Evénement du 15 au 20 mars Pour les classes de collège et lycée La Semaine du Cerveau est organisée au mois de mars chaque année, depuis 1998, simultanément dans tous les pays

Plus en détail

Centre d'études de physiologie appliquée CNRS - Strasbourg

Centre d'études de physiologie appliquée CNRS - Strasbourg Centre d'études de physiologie appliquée CNRS - Strasbourg CNRS/P.Disdier Directeur : Alain Muzet T 03 88 10 67 60 alain.muzet@c-strasbourg.fr Le Centre d études de physiologie appliquée (CEPA CNRS Strasbourg)

Plus en détail

LYON, CAPITALE DU SOMMEIL!

LYON, CAPITALE DU SOMMEIL! Communiqué de presse, Lyon le 8 mars 2012 12ème Journée du Sommeil / 16 mars 2012 LYON, CAPITALE DU SOMMEIL! Déclinée dans toutes les régions de France, c est place Carnot que se tiendra le 16 mars prochain

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

Table des matières. Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7. Petit dictionnaire de poche... 13 Exemple préalable...

Table des matières. Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7. Petit dictionnaire de poche... 13 Exemple préalable... Table des matières Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7 1. L intention : un livre pour les parents d enfants hyperactifs... 7 2. Le point de départ : les préoccupations

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

SOMMEIL ET OBESITE. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition. Vendredi 27 mars 2015 17h. Dr Jean-Claude GIROD.

SOMMEIL ET OBESITE. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition. Vendredi 27 mars 2015 17h. Dr Jean-Claude GIROD. 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition SOMMEIL ET OBESITE Vendredi 27 mars 2015 17h Dr Jean-Claude GIROD Secrétariat : Mmes JEANNEROD SASSOT TAVERNIER A - INTRODUCTION Pour vivre nous

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

Congrès. Vendredi 10 octobre 2014. 8h00 à 19h00. Centre Rabelais. Montpellier. Les Pathologies du sommeil. Sous la présidence des Professeurs:

Congrès. Vendredi 10 octobre 2014. 8h00 à 19h00. Centre Rabelais. Montpellier. Les Pathologies du sommeil. Sous la présidence des Professeurs: Organisé par C. L. E. F. Congrès Vendredi 10 octobre 2014 8h00 à 19h00 Centre Rabelais s Pathologies du sommeil Sous la présidence des Professeurs: Yves Dauvilliers Hubert Blain Karen Ritchie Programme

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés de pathologies Les chiffres clés L activité des consultations de pathologies Il existe 6 consultations de pathologies en Ile-de- France situées dans les hôpitaux Cochin, Hôtel- Dieu, Raymond-Poincaré,

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Marseille 21 > 23. Novembre

Marseille 21 > 23. Novembre Marseille P a R C C H A N O T 21 > 23 Novembre 2013 PROGRAMME PROVISOIRE APPEL À COMMUNICATION INSCRIPTION Conférences plénières Le sommeil des animaux I. Tobler Syndrome d apnée : potentiel des biomarqueurs

Plus en détail

Bilan JOURNEE DU SOMMEIL LYON 2015 «Sommeil et nutrition» http://journeesommeil.fr

Bilan JOURNEE DU SOMMEIL LYON 2015 «Sommeil et nutrition» http://journeesommeil.fr Bilan JOURNEE DU SOMMEIL LYON 2015 «Sommeil et nutrition» http://journeesommeil.fr Comité d organisation : Bruno CLAUSTRAT (PROSOM) Claude GRONFIER(INSERM) Benjamin PUTOIS (PROSOM) Ecole Rockefeller Grange-Blanche

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

OPTIMISATION SOMMEIL

OPTIMISATION SOMMEIL OPTIMISATION DU SOMMEIL Copyright 2009 Bio.Form.Gym Tout droits réservés pour tous pays Table des matières Introduction...3 Les 8 bénéfices du sommeil...3 Objectifs...3 Possibilités...4 Résultats...4 Explications...4

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

Avec la MGEFI. l activité physique rime avec santé. Dossier SANTÉ

Avec la MGEFI. l activité physique rime avec santé. Dossier SANTÉ SANTÉ Dossier 9 Avec la MGEFI l activité physique rime avec santé Pour l année 2014, la MGEFI a fait le choix de sensibiliser ses adhérents aux bienfaits de l activité physique sur la santé. Parmi les

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Christine Cannard Dr en Psychologie, Ingénieur de recherche INSERM Laboratoire de Psychologie

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Comment améliorer l efficience L enjeu de la télémédecine pour la prise en charge à domicile Dr Sylvie Royant-Parola Présidente du Réseau Morphée Coordinatrice

Plus en détail

50 ans du laboratoire du sommeil

50 ans du laboratoire du sommeil 50 ans du laboratoire du sommeil Programme scientifique «Rêves et REM» Francine Eggs et Andreas Bitschin / Endogramme avec «Le Cauchemar» de Johann Heinrich Füssli /Installation «Unité» / Exposition Etats

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Divorcer ou conduire, il faut choisir Le risque de subir un accident de voiture est multiplié par quatre pendant les périodes de divorce

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Narcolepsie Narcolepsy Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012

Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012 Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012 - LA GACILLY- SOMMEIL ET TRAVAIL DÉCALÉ Docteur Daniel Gloaguen QUELQUES NOTIONS IMPORTANTES 18 heures sans sommeil équivalent en terme de réflexes diminués

Plus en détail

Comprendre pour mieux apprendre. Centre de recherche. sur le développement neuro-cognitif et les apprentissages : du bébé au jeune enfant

Comprendre pour mieux apprendre. Centre de recherche. sur le développement neuro-cognitif et les apprentissages : du bébé au jeune enfant Comprendre pour mieux apprendre Centre de recherche sur le développement neuro-cognitif et les apprentissages : du bébé au jeune enfant Directeur : Edouard Gentaz Apprendre : un instinct à développer La

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?...

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?... QUIZZ SOMMEIL Etes-vous plutôt ou PAS avec les propositions suivantes?... 1 ) Le sommeil d une nuit se compose d une succession de cycles Le premier cycle est annoncé par des «signaux de sommeil» auxquels

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Plan de cours. généralités. 1. Le sommeil: définitions et. 2. Physiologie du sommeil 3. Hygiène du sommeil

Plan de cours. généralités. 1. Le sommeil: définitions et. 2. Physiologie du sommeil 3. Hygiène du sommeil Le sommeil VIDEO Plan de cours 1. Le sommeil: définitions et généralités 2. Physiologie du sommeil 3. Hygiène du sommeil 2 Plan de cours 1. Le sommeil: définition et généralités 2. Physiologie du sommeil

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr?

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr? Le site a reçu 139 646 visites, soit une moyenne de 1 visite par minute pendant toute la saison! Chers participants à GrippeNet.fr, Vous avez été 6 068 à participer à la seconde saison de GrippeNet.fr,

Plus en détail

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique Communiqué de presse Paris, le 2 décembre 2014 Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique MAAF lance «Grave Pas Grave?», le premier service mobile expert d analyse

Plus en détail

La Communication Profonde Accompagnée

La Communication Profonde Accompagnée La Communication Profonde Accompagnée Une technique alternative de communication Une technique thérapeutique pour les enfants Présentation du 31 aout 2011 1 Introduction Bonjour, Je m appelle Odile Mourglia

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil La nuit La nuit réveille les angoisses, et les besoins de chacun diffèrent : silence ou bruit rassurant ; lumière ou obscurité La nuit, le personnel est peu nombreux et non soumis à la vigilance collective

Plus en détail

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Au quotidien: - enfants de différents âges. - Retard de langage. - Suspicion de

Plus en détail

Un bracelet pour mieux informer les secours

Un bracelet pour mieux informer les secours DOSSIER DE PRESSE Un bracelet pour mieux informer les secours Contact : Anne-Julie Gilles Fondatrice - Tél 06.30.01.94.90 - julie.gilles@zenboa.com Zenboa Solidaire «Un lien de vie» Association Loi 1901,

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

ETUDE QUANTITATIVE DU SOMMEIL

ETUDE QUANTITATIVE DU SOMMEIL Patient : Mme X - 18/04/2007 ETUDE QUANTITATIVE DU SOMMEIL Heure extinction lumières (EL) : 22:32 Heure de fin du sommeil : 06:28 Durée de l'enregistrement de EL->fin de l'enregistrement : 477 min Heure

Plus en détail

Thèmes de mémoire Master 1 Ergonomie cognitive et conseil psychologique.

Thèmes de mémoire Master 1 Ergonomie cognitive et conseil psychologique. ANNEE 2013-2014 Thèmes de mémoire Master 1 Ergonomie cognitive et conseil psychologique. Responsable : Catherine Gouédard. La fiche de candidature (projet, intérêts et motivations) est téléchargeable en

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche.

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. Fondation de recherche médicale reconnue d utilité publique Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. www.digestscience.com «Dans cette maladie, les symptômes et les traitements sont pénibles.

Plus en détail

L horloge biologique des travailleurs de nuit

L horloge biologique des travailleurs de nuit L horloge biologique des travailleurs de nuit Diane B. Boivin, M.D., Ph.D., Directrice Centre d étude et de traitement des rythmes circadiens Hôpital Douglas, Université McGill Société moderne et travail

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Analyse de l influence d une literie de qualité sur le sommeil

Analyse de l influence d une literie de qualité sur le sommeil Analyse de l influence d une literie de qualité sur le sommeil L Association pour la Promotion de la Literie soulève le débat en interrogeant un groupe d experts dirigé par le Pr Damien LEGER Sommaire

Plus en détail

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Pourquoi comprendre la physiologie du sommeil? Pour respecter le rythme et les besoins de chaque enfant de la naissance jusqu à l adolescence

Plus en détail

LES RYTHMES BIOLOGIQUES. Dr Nathalie Audubert Interne 6 ème semestre Concours E 2004 Faculté de Strasbourg

LES RYTHMES BIOLOGIQUES. Dr Nathalie Audubert Interne 6 ème semestre Concours E 2004 Faculté de Strasbourg LES RYTHMES BIOLOGIQUES Dr Nathalie Audubert Interne 6 ème semestre Concours E 2004 Faculté de Strasbourg 1 1- Introduction 2- Classification 3- Les mécanismes des rythmes circadiens A- Les bases anatomiques

Plus en détail

La médecine personnalisée

La médecine personnalisée La médecine personnalisée Clément Cousin Notes de l atelier s étant tenu à Science Po le 20 mai 2014 dans le cadre de la Semaine doctorale intensive clement.cousin@riseup.net Table des matières 1 Définition

Plus en détail

BACHELOR DIETETIQUE SUPERIEURE

BACHELOR DIETETIQUE SUPERIEURE BACHELOR DIETETIQUE SUPERIEURE Psychologie du patient Sport-Nutrition Psycho-Nutrition Gestion Développement Institut Supérieur JUVENTHERA Esthétique Parfumerie Hygiène Diététique Produits de luxe 68,

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Colloque national de pharmacie Marrakech, 2 février 2013 Jalil Bennani Psychiatre et psychanalyste (Rabat) Habilité à diriger les recherches

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Le Développement Psychomoteur. Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr

Le Développement Psychomoteur. Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr Le Développement Psychomoteur Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr Associe: Développement moteur La marche La préhension La motricité «fine» Développement des fonctions cognitives

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Un beau sourire n a pas d âge!

Un beau sourire n a pas d âge! Un beau sourire n a pas d âge! Un beau sourire n a pas d âge! Êtes-vous de ceux qui pensent qu à un certain âge, il n est plus nécessaire de prendre soin de ses dents? Si c est le cas, sachez que les soins

Plus en détail

LA COHERENCE CARDIAQUE

LA COHERENCE CARDIAQUE LA COHERENCE CARDIAQUE Apparu aux Etats-Unis il y a une dizaine d années, grâce à des chercheurs en neurosciences et en neuro-cardiologie, le concept de cohérence cardiaque est issu des recherches médicales

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail