Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation"

Transcription

1 Réanimation 13 (2004) Mise au point Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation J.-C. Glérant b, D.O. Rodenstein a, V. Jounieaux b, * a Service de pneumologie, cliniques universitaires Saint-Luc, 1200 Bruxelles, Belgique b Service de pneumologie et réanimation respiratoire, centre hospitalier universitaire Sud, Amiens cedex 01, France Reçu et accepté le 15 octobre 2003 Résumé La ventilation non invasive (VNI) est actuellement largement utilisée en cas de détresse respiratoire aiguë afin d éviter le recours à l intubation endotrachéale. Cependant, le comportement de la glotte lors des différents modes ventilatoires de VNI peut influencer la ventilation minute effective. La ventilation en pression positive intermittente par voie nasale (VPPIn) en mode volumétrique induit une adduction des cordes vocales responsable d une diminution de la proportion de ventilation minute insufflée parvenant réellement à l échangeur pulmonaire (VMe). En mode barométrique contrôlé, la réponse glottique à la VPPIn et donc la VMe sont variables et moins prédictibles. En mode barométrique spontané, la glotte n interfère pas sur la VMe qui augmente avec les niveaux de pression inspiratoire, essentiellement au-dessus de 20 cmh 2 O. Lors de la ventilation en pression négative intermittente (VPNI), l augmentation de la ventilation ne s accompagne pas d une fermeture des cordes vocales permettant d obtenir des niveaux de VMe supérieurs à ceux observés en VPPIn. Ainsi, les paramètres ventilatoires optimaux sont les suivants : en mode contrôlé barométrique, une fréquence respiratoire (Fr) de 20 cycles par minute, un rapport I/E de 1/1, une pression inspiratoire positive à 15 cmh 2 O, et une pression expiratoire aussi faible que possible ; en mode volumétrique : un volume courant de 13 ml/kg, une Fr de 20 cycles par minute, un débit inspiratoire de 0,56 0,85 l par seconde ; en VPNI : une pression négative de 30 cmh 2 O et une Fr de 20 cycles par minute. Par ailleurs, durant le sommeil, la réponse glottique à la VNI est différente de celle observée chez le sujet éveillé. Les paramètres ventilatoires «adaptés à l éveil» peuvent donc être inadéquats pendant le sommeil du fait de la réduction du calibre glottique en sommeil lent. Ces données rappellent donc que le système respiratoire ne peut être considéré comme un modèle à un seul compartiment sous VNI, à l inverse de la ventilation mécanique endotrachéale Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Abstract Nowadays, noninvasive ventilation (NIV) is widely used for the treatment of acute respiratory failure in order to avoid endotracheal intubation. However, the glottis can influence the effective minute ventilation. Nasal intermittent positive pressure ventilation (nippv) using volumetric ventilators results in an adduction of the vocal cords leading to a decrease in the percentage of the delivered minute ventilation effectively reaching the lungs (VE). During NIV using a two-level positive-pressure ventilator in the controlled mode, the behaviour of the glottis and thus VE are less stable and predictable. In spontaneous mode, the glottis does not play a role in the control of VE that increases with increasing inspiratory pressures, significantly above 20 cmh 2 O. During negative pressure ventilation (NPV), the increase in mechanical ventilation does not result in a narrowing of vocal cords, allowing to achieve levels of VE higher than those observed during nippv. Thus, the best setting are as follows: in the controlled mode with barometric ventilators: a respiratory frequency (f) around 20 breaths per minute; an I/E ratio of 1/1; 15 cmh 2 O of inspiratory positive airway pressure and an expiratory positive airway pressure as low as possible; during nippv with volumetric ventilators: a tidal volume of 13 ml/kg; a f of 20 breaths per minute; an inspiratory flow of l per second; during NPV: a Abréviations : VNI, ventilation non invasive ; BPCO, bronchopneumopathie chronique obstructive ; VAS, voies aériennes supérieures ; VPPIn, ventilation en pression positive intermittente par voie nasale ; VPNI, ventilation en pression négative intermittente ; VMd, ventilation minute délivré par le respirateur ; VMe, ventilation minute effective c est-à-dire parvenant effectivement aux poumons ; VTd, volume courant délivré par le respirateur ; VTe, volume courant effectif c est-à-dire parvenant effectivement aux poumons ; PI, pression inspiratoire ; PE, pression expiratoire ; Fr, fréquence respiratoire. * Auteur correspondant. Adresse (V. Jounieaux) Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. doi: /j.reaurg

2 14 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) negative inspiratory pressure of 30 cmh 2 Oandafof20breaths per minute. Moreover, in sleeping subjects, the glottic behaviour during NIV is different from that observed in awake subjects. The best settings established during wakefulness can be not suitable during sleep as observed a glottic narrowing during NREM sleep. Thus, by contrast with endotracheal mechanical ventilation, the respiratory system does not behave like an one-compartment model during NIV Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Glotte ; Ventilation non invasive Keywords: Glottis; Noninvasive mechanical ventilation La ventilation non invasive (VNI) en pression positive intermittente est actuellement recommandée et largement utilisée chez les patients hospitalisés pour détresse respiratoire aiguë hypercapnique. Chez les patients porteurs d une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) admis suite à une exacerbation aiguë hypercapnique, cette VNI a pour but de diminuer la charge de travail des muscles respiratoires et d augmenter la ventilation alvéolaire aboutissant à une diminution de la pression artérielle en CO 2. Cette VNI permet ainsi de réduire de façon significative le recours à l intubation endotrachéale, la durée d hospitalisation, le risque de survenue de pneumopathies nosocomiales ainsi que la mortalité. En cas de détresse respiratoire aiguë hypoxémique, les indications de ventilation non invasive chez de tels patients restent controversées, le but étant de pallier l hypoxie tissulaire en augmentant la pression artérielle en O 2 [1]. L évaluation des échecs de la VNI est variable selon les études, estimés entre 7 et 50 % des cas [2 4]. Les facteurs prédictifs d une évolution défavorable sous VNI les plus communément rapportés sont : une faible capacité résiduelle fonctionnelle, un IGS-II élevé, un faible score d activité journalière, une acidose respiratoire sévère ainsi qu un état de conscience altéré [5 7]. En revanche, aucun mode ventilatoire n apparaît supérieur, de telle sorte que le choix de ce dernier sera généralement décidé en fonction de l expérience de l équipe soignante [1]. Les voies aériennes supérieures (VAS) et plus particulièrement la glotte sont capables d interférer avec la VNI délivrée par voie nasale ou nasofaciale. En 1991, Delguste et al. [8] ont, les premiers, mis en évidence des apnées lors d une hyperventilation mécanique passive au cours du sommeil chez certains patients souffrant de myopathies et bénéficiant d une ventilation en pression positive intermittente par voie nasale (VPPIn) à domicile. Ces apnées, enregistrées pour des PetCO 2 comprises entre 20 et 24 mmhg et pour des ventilations minutes délivrées (VMd) entre 19,5 et 24,8 l par minute, étaient de nature obstructive puisque capables de s opposer à l insufflation mécanique du volume courant (VT) délivré. L hypothèse d apnées glottiques actives en réponse à l hypocapnie induite par la VPPIn était alors évoquée. En fait, lors de la ventilation invasive à travers une sonde d intubation endotrachéale, le système respiratoire peut être considéré comme un modèle à un seul compartiment de telle sorte que le VT reçu (Vte) équivaut au VT délivré (VTd), en l absence d activation des muscles respiratoires et notamment du diaphragme. En cas de VNI, le système respiratoire ne peut être considéré comme un modèle à un seul compartiment : en effet, les variations du calibre glottique lors de la VNI peuvent moduler la ventilation minute effective (VMe) [9]. Cette mise au point a donc pour but de faire la synthèse des connaissances sur l influence des VAS sur la ventilation effective lors de la VPPIn délivrée selon un mode volumétrique ou barométrique, mais aussi lors de la ventilation en pression négative (VPNI). 1. Anatomie et physiologie des voies aériennes supérieures Le larynx est composé de multiples cartilages mobiles entre lesquels sont tendues les cordes vocales, de l angle rentrant du cartilage thyroïde aux apophyses vocales des cartilages aryténoïdes. Les cordes vocales divisent le larynx en trois étages : un étage supérieur ou vestibule, un étage inférieur et un étage moyen comprenant la glotte qui représente l espace compris entre les bords libres des cordes vocales et en arrière les apophyses des cartilages aryténoïdes. Le larynx est la voie de passage obligé de l air inspiré lors de la ventilation spontanée de telle sorte que la glotte peut moduler le flux aérien. Le calibre glottique est fonction de la position des cordes vocales et varie tout au long du cycle respiratoire. Les mouvements respiratoires des cordes vocales sont caractérisés par une abduction inspiratoire et une adduction expiratoire partielle, sans accolement sur la ligne médiane [10,11]. L abduction des cordes vocales survient juste avant la contraction diaphragmatique, ce qui permet l augmentation du calibre glottique et une résistance laryngée faible à l inspiration. Le temps inspiratoire dépend de la commande centrale tandis que le débit inspiratoire dépend de l intensité de contraction des muscles respiratoires, de la résistance et de la compliance du système respiratoire. L abduction des cordes vocales augmente donc le débit inspiratoire et contribue à diminuer le travail respiratoire. Les mouvements respiratoires des cordes vocales sont principalement liés à la musculature laryngée intrinsèque (muscles crico-thyroïdiens, crico-aryténoïdiens postérieurs et latéraux, thyro-aryténoïdiens inférieurs et supérieurs, aryaryténoïdiens). Le muscle crico-aryténoïdien postérieur re-

3 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) présente le muscle abducteur des cordes vocales tandis que les autres sont adducteurs [12]. La position des cordes vocales résulte de l action simultanée des muscles laryngés abducteurs et adducteurs. L influence du sommeil sur la musculature laryngée intrinsèque a été rapportée chez l animal. Une diminution de l activité des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs est observée dans le sommeil lent et paradoxal et s accompagne d une augmentation de l activité expiratoire des adducteurs des cordes vocales [13]. Chez l homme aussi, le comportement glottique apparaît différent entre le sommeil et l état d éveil. Le sommeil lent diminue l abduction inspiratoire comme l adduction expiratoire des cordes vocales. Ainsi, l activité phasique inspiratoire et l activité tonique minimale (inspiratoire et expiratoire) des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs diminuent durant le sommeil lent [14]. De même, l activité des muscles thyro-aryténoïdiens disparaît durant le sommeil lent tandis qu elle peut être renforcée pendant le sommeil paradoxal [15]. 2. VAS et VNI chez le sujet éveillé La VNI peut être délivrée soit en pression positive intermittente en mode volumétrique ou barométrique, soit en pression intermittente négative. Nous aborderons donc le comportement des VAS lors de chacun de ces modes ventilatoires. Fig. 1. Évolution de l angle inspiratoire maximal formé par les cordes vocales (CV, en degrés) pour trois paliers ventilatoires lors des différents modes de ventilation non invasive. Le palier 1 correspond à une ventilation minute délivrée (VMd) de 9 l/minute pour le mode volumétrique, une pression inspiratoire (PI) positive de 10 cmh 2 O pour le mode barométrique (fréquence respiratoire [Fr] de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une pression négative (PN) de 15 cmh 2 O avec une Fr de 15 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 2 correspond à une VMd de 18 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 15 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 15 cmh 2 Oavec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 3 correspond à une VMd de 30 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 20 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 30 cmh 2 Oavec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative Ventilation non invasive en pression intermittente positive selon un mode volumétrique La réponse glottique à la VPPIn délivrée en mode contrôlé avec un respirateur volumétrique a été étudiée chez le sujet normal éveillé [16]. Lorsque la VPPIn délivre une ventilation minute couvrant l intégralité des besoins respiratoires, survient l abolition complète de l activité diaphragmatique. L inhibition des muscles respiratoires est induite par l hypocapnie [17] et/ou par effet neuromécanique [18]. La mise au repos des muscles respiratoires s accompagne d une disparition des mouvements d abduction inspiratoire des cordes vocales donnant un aspect pseudorigide au larynx avec les cordes vocales figées en position intermédiaire (30 ). Il est concevable que l inhibition du diaphragme entraîne une inhibition des efférences motrices laryngées avec disparition de l activité phasique inspiratoire des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs et par là même, une adduction passive des cordes vocales. Sous VPPIn, l hyperventilation (augmentation de la VMd) induit une hypocapnie qui s accompagne d une diminution progressive du calibre glottique avec augmentation des résistances inspiratoires et de la pression d insufflation (Fig. 1). Sous VPPIn, le calibre glottique est corrélé négativement à la ventilation minute délivrée. Ainsi, l angle formé par les cordes vocales est de 11,3 ± 2,4 pour une VMd de 30 l/minute (Fig. 2). Ceci explique pourquoi la proportion de VT insufflé Fig. 2. Valeurs moyennes (± écart-type) de l angle inspiratoire maximal formé par les cordes vocales (CV, en degrés) pour des ventilations mécaniques maximales lors des différents modes de ventilation non invasive. Cette VMd maximale était de 30 l/minute pour le mode volumétrique et était obtenue avec une PI positive de 20 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 30 cmh 2 O avec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Notons que le calibre glottique apparaissait nettement inférieur en mode volumétrique. et réellement reçu par les poumons diminue, tout comme la proportion de VMd parvenant à l échangeur pulmonaire. La fermeture de la glotte limite donc l hyperventilation imposée

4 16 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) par la VNI. L adduction des cordes vocales semble être la conséquence d une activation tonique des muscles adducteurs des cordes vocales (thyro-aryténoïdiens et aryaryténoïdiens) chez l homme [19] comme chez l animal [20]. Cette réponse glottique est en partie régulée par l hypocapnie dans la mesure où l adjonction de CO 2 aux gaz inspirés induit une ré-ouverture partielle des cordes vocales avec augmentation de la VMe [16]. Cependant, certains facteurs mécaniques, notamment le débit inspiratoire et le volume courant délivré, agissent aussi sur la dynamique glottique. En effet, l augmentation modérée du débit inspiratoire délivré (de 0,5 à 0,9 l/sec) conduit à une augmentation de la VMe tandis qu une augmentation plus importante (> 0,9 l/sec) provoque une augmentation des résistances des VAS. Cette réponse peut être expliquée par la réduction du calibre glottique [21]. De même, des mécanorécepteurs situés au niveau laryngé [22], nasopharyngé [23], pariétal ou pulmonaire (par l intermédiaire des afférences vagales) pourraient être à l origine du réflexe de fermeture glottique visant à limiter l hyperventilation imposée par la VNI. Les fuites d air sont un des problèmes pouvant expliquer l inefficacité de la VNI et peuvent survenir entre le masque et la peau ou par la bouche. Néanmoins, celles-ci peuvent aussi être les conséquences de pressions pharyngées excessives secondaires à la fermeture glottique [21,24] VPPIn en mode barométrique Lors de la VPPIn en mode barométrique, les paramètres ventilatoires réglables diffèrent de ceux utilisés en mode volumétrique de telle sorte que le débit inspiratoire et le volume délivré dépendent de la compliance du système respiratoire et ne sont pas fixés par le médecin. Cette VNI avec deux niveaux de pression peut être réalisée soit en mode contrôlé avec une fréquence respiratoire imposée par le respirateur, soit en mode spontané, le patient initiant alors chaque cycle machine En mode contrôlé Chez le sujet normal éveillé, par comparaison à la respiration spontanée, la mise en place d une VPPIn barométrique en mode contrôlé (Fr : 17 cycles/min ; PI : 15 cmh 2 O;PE: 4 cmh 2 O ; I/E : 1/1) induit une augmentation de la VMe. L augmentation de la Fr de 17 à 25 cycles/minute pour une même PI (15 cmh 2 O) entraîne une discrète majoration de la VMe. À l opposé, l augmentation progressive de la PI n entraîne pas systématiquement une augmentation de la VMe, voire même parfois une diminution significative de cette VMe [25]. Cette variabilité de la ventilation effective en fonction des pressions inspiratoires est encore la conséquence d une réponse glottique à la VNI. En effet, l augmentation progressive de la PI de 10 à 20 cmh 2 O s accompagne soit d une ouverture glottique, soit d aucune modification du calibre glottique soit d une adduction des cordes vocales (Fig. 1) [26]. L angle minimal formé par les cordes vocales apparaît particulièrement variable en fonction du sujet étudié (variant de 13 ± 2 à 38 ± 7 ). Le volume courant effectif devient la résultante d interactions complexes faisant intervenir la pression inspiratoire, le temps inspiratoire, la compliance pulmonaire mais aussi les résistances aériennes des VAS et par là même le comportement glottique. À l augmentation des PI ne correspond pas systématiquement une augmentation du VTe et de la VMe. La ventilation minute sous VPPIn en mode barométrique contrôlé apparaît moins stable et moins prédictible que sous VPPIn en mode volumétrique, avec une variabilité interindividuelle plus élevé. Des épisodes de respiration périodique glottique avec ou sans apnée glottique ont aussi été observés sans périodes de désaturation lors de ce mode ventilatoire [25,26] En mode spontané En mode barométrique spontané, les pressions positives inspiratoires sont initiées par la commande respiratoire du patient qui déclenche chaque cycle mécanique. Le couplage de l activation des muscles respiratoires thoraciques et des muscles des VAS est donc préservé [27]. Ainsi, chez le sujet éveillé sous VPPIn barométrique en mode spontané, l augmentation de la PI n entraîne pas de réduction significative du calibre glottique. L angle formé par les cordes vocales est compris entre 38 ± 9 et 41 ± 10, soit très proche de celui observé lors de la respiration spontanée (42 ± 5 ) (Figs. 1 et 2) [24] car dans les deux cas, l activation musculaire du diaphragme et des VAS est préservée. Par rapport à la respiration spontanée, l application d une pression inspiratoire positive permet d obtenir une ventilation minute effective plus élevée. Toutefois, l augmentation progressive de la PI s accompagne d une diminution progressive de la fréquence respiratoire spontanée avec pour conséquence une VMe stable (Fig. 3). Seules des PI 20 cmh 2 O induisent une augmentation significative de la VMe par comparaison à la ventilation spontanée [24,25]. De plus, les niveaux de VMe maximale obtenus pour des pressions de 20 cmh 2 O (9,4 ± 3,7 l/min) sont nettement moins élevés que ceux obtenus en mode volumétrique (17,6 ± 0,8 l/min) pour une VMd de 30 l/minute (Fig. 3). La glotte n influence pas la ventilation minute effective contrairement à ce qui est observé en VPPIn barométrique contrôlée. Des apnées de type central avec ou sans respiration périodique ont été rapportées, s accompagnant de désaturations en O 2 parfois profondes jusqu à des niveaux de SaO 2 de 80 % [24,25] Ventilation non invasive en pression intermittente négative Les effets de la VPNI sur la ventilation minute effective ont été étudiés chez le sujet sain éveillé [28]. Après mise au repos des muscles respiratoires, la VPNI conduit à une augmentation significative du VTe et de la VMe par comparaison avec la ventilation spontanée. Les niveaux maximaux de

5 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) Fig. 3. Évolution de la ventilation minute effective (VMe, l/min) pour trois paliers ventilatoires lors des différents modes de ventilation non invasive. Le palier 1 correspond à une VMd de 9 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 10 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 15 cmh 2 O avec une Fr de 15 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 2 correspond à une VMd de 18 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 15 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 15 cmh 2 O avec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 3 correspond à une VMd de 30 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 20 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 30 cmh 2 Oavecune fréquence inspiratoire de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. VMe et de VTe (respectivement 20,9 ± 9,3 l/min et 1274 ± 433 ml) étaient obtenus pour des pressions inspiratoires négatives de 30 cmh 2 O et s avéraient donc supérieurs à ceux observés sous VPPIn délivrée en mode volumétrique ou barométrique (Fig. 3) [16,24,26]. Ceci est probablement lié au fait que la glotte ne semble pas interférer de façon majeure sur la réponse ventilatoire durant la VPNI. En effet, après une diminution du calibre glottique suite à l instauration de la VPNI, l augmentation de la ventilation négative ne s accompagne pas d une fermeture des cordes vocales de telle sorte que l angle maximal formé par les cordes vocales est de 31,2 ± 7,4 pour une PI de 15 cmh 2 O et 36,5 ± 8,2 pour une PI de 30 cmh 2 O(Figs. 1 et 4) [28]. Cependant, la VPNI peut induire des obstructions glottiques ou sus-glottiques chez des sujets sains éveillés ou chez des patients présentant une insuffisance respiratoire chronique d origine neuromusculaire [29,30]. Cette adduction des cordes vocales peut correspondre à un phénomène passif par succion lié à l application d une pression négative inspiratoire aux VAS [29]. L absence d adduction des cordes vocales lors du maintien d une activité diaphragmatique sous VPNI suggère que la diminution du calibre glottique peut être liée à l inhibition diaphragmatique avec perte des interactions entre les muscles des voies aériennes supérieures et le diaphragme, favorisant l adduction passive des cordes vocales. Cette mise au repos des muscles respiratoires entraînerait en fait une inhibition des efférences motrices laryngées avec diminution voire disparition de l activité phasique du muscle crico-aryténoïdien postérieur, dilatateur de la glotte [30]. Parallèlement à ces phénomènes mécaniques, l hypocapnie joue un rôle dans le comportement glottique, entraînant une diminution du calibre glottique. Néanmoins, chez le sujet éveillé, l application d une pression négative, par l intermédiaire d un masque nasofacial, induit une activation des muscles génioglosses, dilatateurs des VAS [31]. Chez le chien anesthésié, l application d une pression négative au niveau du larynx entraîne une activation des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs (dilatateurs de la glotte) et génioglosses. Cet effet est aboli en cas de section du nerf laryngé supérieur. Ce nerf semble donc intervenir dans la réponse de la glotte à la pression négative par l intermédiaire de mécanorécepteurs superficiels à adaptation lente et rapide [32]. De plus, il semble que l inflation thoracique, obtenue spontanément ou lors de la ventilation assistée, in- Fig. 4. Exemple de réponse glottique à la ventilation en pression négative. La photo A correspond à la glotte visualisée en respiration spontanée, la photo B sous VPNI avec une fréquence respiratoire de 20 cycles/minute et une pression négative de 30 cmh 2 O. Notons que la VPNI ne s accompagne d aucune fermeture glottique significative.

6 18 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) duise une dilatation de la glotte par excitation des muscles dilatateurs et inhibition des muscles constricteurs de la glotte [33,34]. Cette activation des muscles dilatateurs tend ainsi à s opposer au collapsus des VAS dû à la pression négative par réflexe de succion. Ainsi, le calibre glottique résulterait de la mise en jeu de plusieurs mécanismes d action dont les effets sur la glotte sont totalement opposés. 3. Comportement glottique et VNI au cours du sommeil Chez l homme, le sommeil modifie l activité de la musculature laryngée intrinsèque au cours de l eupnée [14,15] et par là même le tonus et les résistances des VAS [35,36]. De plus, le sommeil influence la ventilation minute ainsi que la PetCO 2 [37,38] avec un contrôle ventilatoire variable en fonction du stade de sommeil [39]. Ces constatations laissent donc présager des différences dans le comportement glottique lors de la VNI entre l état de veille et le sommeil. En mode volumétrique, la réponse glottique à la VNI apparaît comparable entre l éveil et le sommeil chez le sujet sain. L augmentation progressive de la VMd entraîne une diminution du calibre glottique et de la proportion de volume courant insufflé par le respirateur et réellement délivré aux poumons. Toutefois, pour un même niveau de ventilation minute délivrée, le calibre glottique apparaît plus faible pendant le sommeil par rapport à l éveil. Cette réduction du diamètre glottique est plus importante pendant le stade 2 par rapport au stade 3 et 4 du sommeil lent [40]. Ainsi, pour les mêmes paramètres ventilatoires, la ventilation minute est plus faible durant le sommeil par comparaison avec l éveil [21]. Durant le sommeil, la VPPIn en mode barométrique contrôlé conduit à une instabilité respiratoire plus importante par rapport à la VPPIn en mode volumétrique. Sous VPPIn barométrique contrôlée, par comparaison à l éveil, le calibre glottique est plus faible en stade 2 et 4 du sommeil avec une VMe plus basse [26]. Cependant, l augmentation de la fréquence respiratoire de 17 à 25/minute peut contourner cet écueil et permet d obtenir une augmentation de la VMe [25]. En VPPIn spontané barométrique, peu de données sont rapportées durant le sommeil. Il semblerait que la VMe soit plus faible durant le sommeil indépendamment du comportement glottique [24,25]. 4. Applications cliniques Au vu des données de la littérature, la glotte influence donc directement le volume courant effectif en VPPIn barométrique volumétrique et barométrique. En revanche, elle n interfère pas avec la VPPIn barométrique spontanée ni avec la VPNI. La plupart des études présentées ici ont été réalisées chez des sujets normaux [16,24,26,40]. L extrapolation à des patients hospitalisés en décompensation respiratoire hypercapnique et/ou hypoxique n est donc pas évidente. Cependant, les premiers travaux réalisés en VPPIn selon un mode volumétrique ont montré que la réponse de la glotte à la VNI est probablement similaire entre le sujet normal et le patient BPCO [8,16,40]. De plus, la VNI a pour but d augmenter la ventilation alvéolaire afin d induire une hypocapnie relative (diminution significative de la PaCO 2 ) par rapport à la ventilation spontanée. Par conséquent, il apparaît vraisemblable que les résultats rapportés chez le sujet sain puissent être transposés en pratique clinique. À la lumière des premières études réalisées sur la réponse glottique lors de la VPPIn, Parreira et al. ont défini les paramètres ventilatoires permettant d obtenir une VMe optimale en mode volumétrique ou barométrique [21,25]. Ainsi, la comparaison de l efficacité de la VPPIn délivrée par un respirateur barométrique en mode contrôlé et en mode spontané plaide en faveur de l utilisation du mode contrôlé. Pour un même niveau de PI, la VMe est plus élevée en mode contrôlé qu en mode spontané aussi bien à l état de veille que pendant le sommeil. Les paramètres recommandés en mode contrôlé sont : une Fr de 20 cycles/minute, un rapport I/E de 1, une PI de 15 cmh 2 O et une PE aussi basse que possible [25]. En mode volumétrique, les paramètres ventilatoires optimaux proposés seraient : un VT de 13 ml/kg, une Fr de 20 cycles/minute, un débit inspiratoire de 0,56 0,85 l/seconde [21]. Cependant, ces recommandations ne tiennent pas compte de l effet éventuel d une pression expiratoire positive intrinsèque, comme on peut la voir chez le patient BPCO, et restent donc à adapter individuellement. Concernant la VPNI, le maintien d une ouverture glottique satisfaisante permet d obtenir des niveaux de ventilation minute effective particulièrement élevés et même supérieurs à ceux obtenus en VPPIn. La réponse glottique pourrait expliquer le fait que la VPNI peut s avérer efficace même en cas d hypercapnie majeure [41] tandis que la VPPIn est souvent moins efficace en cas d acidose respiratoire sévère [2,6]. Cependant, la VPNI n est pas dénuée d inconvénients (difficulté des soins, appareils encombrants et inconfortables) [42]. Enfin, comme nous l avons précisé ci-dessus, le comportement de la glotte durant la VNI peut varier entre l état de veille et le sommeil. Durant le sommeil, la majoration de l adduction des cordes vocales par rapport à l éveil peut être la résultante de l influence corticale consciente qui disparaît pendant le sommeil. Les paramètres ventilatoires choisis peuvent donc être adaptés pendant l éveil mais inadéquats pendant le sommeil. Ces constatations suggèrent donc que le réglage des paramètres ventilatoires doit être constamment réévalué en fonction de l état de vigilance du patient [25]. 5. Conclusions Cette mise au point montre donc le rôle des VAS lors de la VNI de telle sorte que, contrairement à la ventilation méca-

7 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) nique délivrée à travers une sonde d intubation endotrachéale, le système respiratoire n est pas assimilable à un seul compartiment car la glotte joue le rôle d une résistance variable. Ainsi, lors de la VNI, l augmentation de la ventilation minute parvenant à l échangeur pulmonaire ne sera pas obligatoirement proportionnelle à celle délivrée par le respirateur. L apparition de fuites buccales sous VNI peut être le marqueur d un réflexe de fermeture glottique face à une ventilation délivrée excessive. Cette situation doit être connue des réanimateurs : le contrôle des fuites buccales relève dans ce cas d une diminution, et non d une augmentation, de la ventilation délivrée. Enfin, le mode VPPIn barométrique spontané (le plus largement utilisé) peut induire des apnées centrales prolongées avec désaturations notables. Le mode contrôlé pourra donc être préféré en l absence de prescription d une fréquence de rattrapage. Références [1] American Thoracic Society. International consensus conference in intensive care medicine: noninvasive positive pressure ventilation in acute respiratory failure. Am J Respir Crit Care Med 2001;163: [2] Brochard L, Mancebo J, Wysocki M, Lofaso F, Conti G, RaussA, et al. Non invasive ventilation for acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. N Engl J Med 1995;333: [3] Celikel T, Sungur M, Ceyhan B, Karakurt S. Comparison of noninvasive positive pressure ventilation with standard medical therapy in hypercapnic acute respiratory failure. Chest 1998;114: [4] Soo Hoo GW, Santiago S, Williams AJ. Nasal mechanical ventilation for hypercapnic respiratory failure in chronic obstructive pulmonary disease: determinants of success and failure. Crit Care Med 1994;22: [5] Conti G, Antonelli M, Navalesi P, Rocco M, Bufi M, Spadette G, et al. Noninvasive vs conventional mechanical ventilation in patients with chronic obstructive pulmonary disease after failure of medical treatment in the ward: a randomized trial. Intensive Care Med 2002;28: [6] Ambrosino N, Foglio K, Rubini F, Clini E, Nava S, Vitacca M. Non invasive mechanical ventilation in acute respiratory failure due to chronic obstructive airways disease: correlates for success. Thorax 1995;50: [7] Moretti M, Cilione C, Tampieri A, Fracchia C, Marchioni A, Nava S. Incidence and causes of non invasive mechanical ventilation failure after initial success. Thorax 2000;55: [8] Delguste P, Aubert-Tulkens G, Rodenstein DO. Upper airway obstruction during nasal intermittent positive-pressure hyperventilation in sleep. Lancet 1991;338: [9] Jounieaux V, Parreira VF, Delguste P, Aubert G, Rodenstein DO. Nasal mask pressure waveform and inspiratory muscle rest during nasal assisted ventilation. Am J Respir Crit Care Med 1997;155: [10] England SJ, Bartlett Jr D, Daubenspeck JA. Influence of human vocal cords movements on airflow and resistance in eupnea. J Appl Physiol 1982;52: [11] Brancatisano T, Collett W, Engel LA. Respiratory movements of the vocal cords. J Appl Physiol 1983;54: [12] Bartlett Jr D, Remmers JE, Gautier H. Laryngeal regulation of respiratory airflow. Respir Physiol 1973;18: [13] Sherrey JH, Megirian D. Respiratory EMG activity of the posterior cricoarytenoid, cricothyroid and diaphragm muscles during sleep. Respir Physiol 1980;39: [14] Kuna ST, Smickley JS, Insalaco G. Posterior cricoarytenoid muscle activity during wakefulness and sleep in normal adults. J Appl Physiol 1990;68: [15] Kuna ST, Insalaco G, Woodson GE. Thyroarytenoid muscle activity during wakefulness and sleep in normal adults. J Appl Physiol 1988; 65: [16] Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Delguste P, Rodenstein DO. Effects of nasal positive-pressure hyperventilation on the glottis in normal awake subjects. J Appl Physiol 1995;79: [17] Prechter GC, Nelson SB, Hubmayr RD. The ventilatory recruitment threshold for carbon dioxide. Am Rev Respir Dis 1990;141: [18] Simon PG, Skatrud JB, Badr MS, Griffin DM, Iber C, Dempsey JA. Role of airway mechanoreceptors in the inhibition of inspiration during mechanical ventilation in human. Am Rev Resp Dis 1991;144: [19] Kuna ST, McCarthy MP, Smickley JS. Laryngeal response to passively induced hypocapnia during NREM sleep in normal adult humans. J Appl Physiol 1993;75: [20] Glérant JC, Wallois F, Macron JM, Jounieaux V, Rodenstein DO, Duron B. Effects of nasal positive pressure hyperventilation on vocal cords in cats. Am J Resp Crit Care Med 1997;155(4):A413 (Abstr). [21] Parreira VF, Jounieaux V, Delguste P, Aubert G, Dury M, Rodenstein DO. Determinants of effective ventilation during nasal intermittent positive pressure ventilation. Eur Respir J 1997 Sep;10(9): [22] Sant Ambrogio G, Mathew OP, Fisher J, Sant Ambrogio FB. Laryngeal receptors responding to transmural pressure, airflow and local muscle activity. Respir Physiol 1983;54: [23] Wallois F, Macron JM, Jounieaux V, Duron B. Trigeminal nasal receptors related to respiration and various stimuli in cats. Respir Physiol 1991;85: [24] Parreira VF, Delguste P, Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Rodenstein DO. Glottic aperture and effective minute ventilation during nasal two-level positive pressure ventilation in spontaneous mode. Am J Respir Crit Care Med 1996;154: [25] Parreira VF, Delguste P, Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Rodenstein DO. Effectiveness of controlled and spontaneous modes in nasal two-level positive pressure ventilation in awake and asleep normal subjects. Chest 1997;112: [26] Parreira VF, Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Delguste PE, Rodenstein DO. Nasal two-level positive pressure ventilation in normal subjects. Effects of the glottis and ventilation. Am J Respir Crit Care Med 1996;153: [27] Feldman JL, Smith JC. Neural control of respiratory pattern in mammals: an overview. In: Dempsey JA, Pack AI, editors. Regulation of breathing. New York: Dekker; p [28] Glérant JC, Jounieaux V, Parreira VF, Dury M, Aubert G, Rodenstein DO. Effects of intermittent negative pressure ventilation on effective ventilation in normal awake subjects. Chest 2002;122: [29] Scharf SM, Feldman NT, Goldman MD, Haut HZ, Bruce E, Ingram Jr RH. Vocal cord closure. A cause of upper airway obstruction during controlled ventilation. Am Rev Respir Dis 1978;117: [30] Sanna A, Veriter C, Stanescu D. Upper airway obstruction induced by negative pressure ventilation in awake healthy subjects. J Appl Physiol 1993;75: [31] Horner RL, Innes JA, Murphy K, Guz A. Evidence for reflex upper airway dilator muscle activation by sudden negative airway pressure in man. Journal of Physiology 1991;436: [32] Van Lunteren E, Van de Graaff WB, Parker DM, Mitra J, Haxhiu MA, Strohl KP, et al. Nasal and laryngeal reflex responses to negative upper airway pressure. J Appl Physiol 1984;56: [33] Barillot JC, Bianchi AL. Activité des motoneurones laryngés pendant les réflexes de Hering-Breuer. J Physiol Paris 1971;63:

8 20 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) [34] Bartlett D, Remmers JE, Gautier H. Laryngeal regulation of respiratory airflow. Respir Physiol 1973;18: [35] Lopes JM, Tabachnik E, Muller NL, Levison H, Bryan AC. Total airway resistance and respiratory muscle activity during sleep. J Appl Physiol 1983;54: [36] Megirian D, Sherrey JH. Respiratory functions of the laryngeal muscle during sleep. Sleep 1980;3: [37] Tabachnik E, Muller NL, Bryan AC, Levison H. Changes in ventilation and chest wall mechanics during sleep in normal adolescents. J Appl Physiol 1981;51: [38] Birchfield RI, Sieker HO, Heyman A. Alterations in blood gases during natural sleep and narcolepsy. Neurology 1958;8: [39] Phillipson EA. Regulation of breathing during sleep. Am Rev Respir Dis 1977;115: [40] Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Delguste P, Rodenstein DO. Effects of nasal positive pressure hyperventilation on the glottis in normal sleeping subjects. J Appl Physiol 1995;79: [41] Corrado A, De Paola E, Gorini M, Messori A, Bruscoli G, Nutini S, et al. Intermittent negative pressure ventilation in the treatment of hypoxic hypercapnic coma in chronic respiratory insufficiency. Thorax 1996;51: [42] Shneerson JM. Ventilation en pression négative. Arnette. In: Robert D, Make BJ, Leger P, et al., editors. Assistance ventilatoire à domicile p

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Ventilation pulmonaire (4) Propriétés élastiques de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT

Ventilation pulmonaire (4) Propriétés élastiques de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 5 : Ventilation pulmonaire (4) Propriétés élastiques de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple?

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple? Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010 Peut-on faire plus simple? Dr Dan Adler, Février 2011 Plan Diagnostic du SAHOS Vers moins de technologie Vers de nouvelles technologies

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Une nouvelle vision en matière de ventilation d urgence et de transport moderne MEDUMAT Standard² : sécurité maximale dans l

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Chapitre21 Monitorage requis et objectifs visés N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Très utilisée en néonatalogie, la VNI est de pratique plus récente et en plein essor dans l insuffisance respiratoire aiguë

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Flash Info. Flash Info. Spécial ERS - Barcelone. Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs. 18-22 Septembre 2010.

Flash Info. Flash Info. Spécial ERS - Barcelone. Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs. 18-22 Septembre 2010. Flash Info - Année 2010 - Numéro 27 Novembre www.antadir.com Flash Info F É D É R A T I O N A N T A D I R 6 6 B D S T M I C H E L P A R I S 6-0 1 5 6 8 1 4 0 6 0 ERS 2008 - Berlin Flash Info Spécial ERS

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS rthèse Narval.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAS Traitement du SAS par orthèse Narval.R.M. Entre 19 et 27% 1-2 des patients apnéiques traités par pression positive continue

Plus en détail

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile Contenu PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile D autres modalités thérapeutiques ont pour objectif une amélioration de l observance PPC autopilotées BiPAP/Biflex/Autobiflex

Plus en détail

Fonctions non ventilatoires

Fonctions non ventilatoires UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 11 : Fonctions non ventilatoires Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring

VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring Dr Claudio Rabec Service de Pneumologie et Réanimation Respiratoire Centre Hospitalier Universitaire de Dijon L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive,

Plus en détail

L APPAREIL VENTILATOIRE

L APPAREIL VENTILATOIRE L APPAREIL VENTILATOIRE SOMMAIRE I) Les voies aériennes a supérieures II) III) IV) V) La m Les voies aériennes a inférieures Les alvéoles pulmonaires Les poumons La mécanique ventilatoire L appareil ventilatoire

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

Editorial. Congrès ERS 2013. Sommaire. Asynchronies en ventilation non invasive. N 27 - décembre 2013. Partie 1. La VNI : nouvelles questions

Editorial. Congrès ERS 2013. Sommaire. Asynchronies en ventilation non invasive. N 27 - décembre 2013. Partie 1. La VNI : nouvelles questions N 27 - décembre 2013 Editorial Congrès ERS 2013 Sommaire partie 1...p.1 La VNI : nouvelles questions autour de la prescription - Asynchronies en ventilation non invasive...p.1 - Le revers de la médaille

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

Elisée 150 Manuel patient Français

Elisée 150 Manuel patient Français Elisée 150 Manuel patient Français Respiratory Care solutions Making quality of care easy * *Solutions ResMed en ventilation Améliorer la qualité des soins Respiratory Care solutions Making quality of

Plus en détail

Une solution simple pour vos patients complexes

Une solution simple pour vos patients complexes Une solution simple pour vos patients complexes L appareil de ventilation mécanique leader du marché, le System One BiPAP autosv Advanced, simplifie le traitement des patients souffrant de troubles respiratoires

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT Cette formation peut vous permettre de valider votre obligation annuelle de DPC SYNDROME

Plus en détail

ventilation SeRvo-U DeS CaPaCitÉS ÉtenDUeS

ventilation SeRvo-U DeS CaPaCitÉS ÉtenDUeS ventilation SERVO-U DES CAPACITÉS ÉTENDUES Critical Care SERVO-U 3 SERVO-U DES CAPACITÉS ÉTENDUES SERVO-U offre de nombreuses options efficaces de ventilation protectrice. Toutes sont très accessibles,

Plus en détail

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS COllection Les rapports du 7 Les facteurs prédictifs à la désaturation nocturne chez les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique rapport UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

Plus en détail

Syndrome d'apnées du Sommeil

Syndrome d'apnées du Sommeil Collaboration Labo : ASTRAZENECA Page 1 sur 7 Article de synthèse réalisé le 28 Avril 2001_Patrick Lévy, Jean Louis Pépin, Bruno Lepaulle Secteur Sommeil et Respiration. CHU Grenoble 38043 France Syndrome

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Micro RPM. Analyseur de Pression Respiratoire. Manuel d utilisation

Micro RPM. Analyseur de Pression Respiratoire. Manuel d utilisation Micro RPM Analyseur de Pression Respiratoire Manuel d utilisation 064-04f Version 1.6, février 2006 Micro Medical Limited 2006 Micro Medical Ltd P.O Box 6 Rochester Kent ME1 2AZ Table des matières Introduction

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Monitorage du CO 2 expiré Capnometry

Monitorage du CO 2 expiré Capnometry Réanimation 13 (2004) 62 70 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Monitorage du CO 2 expiré Capnometry C. Soltner, J. Huztinger, L. Beydon * Département d anesthésie réanimation, CHU d Angers, 49000

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

LES NOUVEAUX MODES VENTILATOIRES EN SALLE D OPERATION

LES NOUVEAUX MODES VENTILATOIRES EN SALLE D OPERATION VENTILATION MECANIQUE AU BLOC OPERATOIRE 17 LES NOUVEAUX MODES VENTILATOIRES EN SALLE D OPERATION X. Capdevila, Y. Ryckwaert, C. Plasse. Département d Anesthésie Réanimation A, Hôpital Lapeyronie, Montpellier,

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Mise à jour mars 2010. Dominique DELPLANQUE

Mise à jour mars 2010. Dominique DELPLANQUE BPCO Sémiologie de l obstruction bronchique et de la distension pulmonaire De la physiopathologie à la clinique Mise à jour mars 2010 Dominique DELPLANQUE BPCO: Définition BPCO: Définition Définition fonctionnelle:

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

Quand doit-on passer d une PPC à une VNI???

Quand doit-on passer d une PPC à une VNI??? Quand doit-on passer d une PPC à une VNI??? 2émes Journées Pratiques Respiration Sommeil 24 et 25 Septembre 2010, Montpellier Dr L. LEROUSSEAU Service de pneumologie, CHG d Antibes Juan les Pins Dr D.

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Anatomie et Exploration des VAS

Anatomie et Exploration des VAS Stanford Anatomie et Exploration des VAS M. Blumen Foch Centre Médical Veille Sommeil Concepts généraux : Pharynx 3 étages Nasopharynx Oropharynx haut Oropharynx bas Hypopharynx Concepts généraux : les

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

The 2016 SPECTRUM study. Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016. De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016?

The 2016 SPECTRUM study. Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016. De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016? Logo The 2016 SPECTRUM study Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016 De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016? Protocole d étude Version 2.5 du 25 juillet 2015 Société de

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Oxygénothérapie à domicile

Oxygénothérapie à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée du sommeil Oxygénothérapie à domicile

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Prise en charge de l apnée du sommeil en France

Prise en charge de l apnée du sommeil en France Prise en charge de l apnée du sommeil en France Version du 29 mars 2012 Rencontres sur le syndrome d'apnées du sommeil Conseil économique, social et environnemental 1 Plan Observance: comparaison de 6

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex. Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE

Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex. Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex TM Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE Améliorer la qualité de vie La nécessité d une réhabilitation efficace des patients à la suite de complications

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris M. Lederlin, M. Montaudon, P. Berger, A. Ozier, F. Laurent Laboratoire de physiologie cellulaire respiratoire INSERM U885, Bordeaux 2 Unité d

Plus en détail

Les directives de la Société canadienne de thoracologie

Les directives de la Société canadienne de thoracologie Directives de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et traitement des troubles respiratoires du sommeil de l adulte John Fleetham MD, Najib Ayas MD, Doug Bradley MD, Kathy Ferguson MD, Michael

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Bien que les troubles respiratoires. Le syndrome d apnées du sommeil. Isabelle Arnulf Jean-Philippe Derenne SYNTHÈSE

Bien que les troubles respiratoires. Le syndrome d apnées du sommeil. Isabelle Arnulf Jean-Philippe Derenne SYNTHÈSE SYNTHÈS médecine/sciences 1999 ; 15 : 807-14 Le syndrome d apnées du sommeil Isabelle Arnulf Jean-Philippe Derenne Le syndrome des apnées obstructives du sommeil se manifeste par des symptômes banals (ronflement,

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Pathologies respiratoires du sommeil

Pathologies respiratoires du sommeil Pneumologie fondée sur les preuves : actualisations SPLF Séminaire n 5 Pathologies respiratoires du sommeil Sommaire Pathologies respiratoires du sommeil Les apnées centrales P. Escourrou (Expert), J.C.

Plus en détail

TECHNIQUES INSTRUMENTALES

TECHNIQUES INSTRUMENTALES TECHNIQUES INSTRUMENTALES EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Dominique DELPLANQUE Les techniques instrumentales Ce sont des outils d aide au Diagnostic kinésithérapique Traitement kinésithérapique Utiliser

Plus en détail

Formation Professionnelle Continue

Formation Professionnelle Continue Formation Professionnelle Continue 58bis Allée des Grands Champs - 33470 GUJAN MESTRAS Tél : +33 (0)5.56.22.28.23 - Fax : +33 (0)5.56.66.70.04 Mail : contact@macsformation.com Site Internet : www.macsformation.com

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

TEPZZ 8758_8A_T EP 2 875 818 A1 (19) (11) EP 2 875 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61K 33/00 (2006.01) A61P 25/06 (2006.

TEPZZ 8758_8A_T EP 2 875 818 A1 (19) (11) EP 2 875 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61K 33/00 (2006.01) A61P 25/06 (2006. (19) TEPZZ 878_8A_T (11) EP 2 87 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.0.1 Bulletin 1/22 (1) Int Cl.: A61K 33/00 (06.01) A61P 2/06 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 14680.3 (22)

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE

APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE APPUIS-COUDES MOBILES POUR RÉDUIRE LE TRAVAIL STATIQUE DE LA CEINTURE SCAPULAIRE DU PERSONNEL DENTAIRE PROTEAU ROSE-ANGE Association pour la santé et la sécurité au travail, secteur affaires sociales (ASSTSAS),

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail