Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation"

Transcription

1 Réanimation 13 (2004) Mise au point Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation J.-C. Glérant b, D.O. Rodenstein a, V. Jounieaux b, * a Service de pneumologie, cliniques universitaires Saint-Luc, 1200 Bruxelles, Belgique b Service de pneumologie et réanimation respiratoire, centre hospitalier universitaire Sud, Amiens cedex 01, France Reçu et accepté le 15 octobre 2003 Résumé La ventilation non invasive (VNI) est actuellement largement utilisée en cas de détresse respiratoire aiguë afin d éviter le recours à l intubation endotrachéale. Cependant, le comportement de la glotte lors des différents modes ventilatoires de VNI peut influencer la ventilation minute effective. La ventilation en pression positive intermittente par voie nasale (VPPIn) en mode volumétrique induit une adduction des cordes vocales responsable d une diminution de la proportion de ventilation minute insufflée parvenant réellement à l échangeur pulmonaire (VMe). En mode barométrique contrôlé, la réponse glottique à la VPPIn et donc la VMe sont variables et moins prédictibles. En mode barométrique spontané, la glotte n interfère pas sur la VMe qui augmente avec les niveaux de pression inspiratoire, essentiellement au-dessus de 20 cmh 2 O. Lors de la ventilation en pression négative intermittente (VPNI), l augmentation de la ventilation ne s accompagne pas d une fermeture des cordes vocales permettant d obtenir des niveaux de VMe supérieurs à ceux observés en VPPIn. Ainsi, les paramètres ventilatoires optimaux sont les suivants : en mode contrôlé barométrique, une fréquence respiratoire (Fr) de 20 cycles par minute, un rapport I/E de 1/1, une pression inspiratoire positive à 15 cmh 2 O, et une pression expiratoire aussi faible que possible ; en mode volumétrique : un volume courant de 13 ml/kg, une Fr de 20 cycles par minute, un débit inspiratoire de 0,56 0,85 l par seconde ; en VPNI : une pression négative de 30 cmh 2 O et une Fr de 20 cycles par minute. Par ailleurs, durant le sommeil, la réponse glottique à la VNI est différente de celle observée chez le sujet éveillé. Les paramètres ventilatoires «adaptés à l éveil» peuvent donc être inadéquats pendant le sommeil du fait de la réduction du calibre glottique en sommeil lent. Ces données rappellent donc que le système respiratoire ne peut être considéré comme un modèle à un seul compartiment sous VNI, à l inverse de la ventilation mécanique endotrachéale Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Abstract Nowadays, noninvasive ventilation (NIV) is widely used for the treatment of acute respiratory failure in order to avoid endotracheal intubation. However, the glottis can influence the effective minute ventilation. Nasal intermittent positive pressure ventilation (nippv) using volumetric ventilators results in an adduction of the vocal cords leading to a decrease in the percentage of the delivered minute ventilation effectively reaching the lungs (VE). During NIV using a two-level positive-pressure ventilator in the controlled mode, the behaviour of the glottis and thus VE are less stable and predictable. In spontaneous mode, the glottis does not play a role in the control of VE that increases with increasing inspiratory pressures, significantly above 20 cmh 2 O. During negative pressure ventilation (NPV), the increase in mechanical ventilation does not result in a narrowing of vocal cords, allowing to achieve levels of VE higher than those observed during nippv. Thus, the best setting are as follows: in the controlled mode with barometric ventilators: a respiratory frequency (f) around 20 breaths per minute; an I/E ratio of 1/1; 15 cmh 2 O of inspiratory positive airway pressure and an expiratory positive airway pressure as low as possible; during nippv with volumetric ventilators: a tidal volume of 13 ml/kg; a f of 20 breaths per minute; an inspiratory flow of l per second; during NPV: a Abréviations : VNI, ventilation non invasive ; BPCO, bronchopneumopathie chronique obstructive ; VAS, voies aériennes supérieures ; VPPIn, ventilation en pression positive intermittente par voie nasale ; VPNI, ventilation en pression négative intermittente ; VMd, ventilation minute délivré par le respirateur ; VMe, ventilation minute effective c est-à-dire parvenant effectivement aux poumons ; VTd, volume courant délivré par le respirateur ; VTe, volume courant effectif c est-à-dire parvenant effectivement aux poumons ; PI, pression inspiratoire ; PE, pression expiratoire ; Fr, fréquence respiratoire. * Auteur correspondant. Adresse (V. Jounieaux) Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. doi: /j.reaurg

2 14 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) negative inspiratory pressure of 30 cmh 2 Oandafof20breaths per minute. Moreover, in sleeping subjects, the glottic behaviour during NIV is different from that observed in awake subjects. The best settings established during wakefulness can be not suitable during sleep as observed a glottic narrowing during NREM sleep. Thus, by contrast with endotracheal mechanical ventilation, the respiratory system does not behave like an one-compartment model during NIV Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Glotte ; Ventilation non invasive Keywords: Glottis; Noninvasive mechanical ventilation La ventilation non invasive (VNI) en pression positive intermittente est actuellement recommandée et largement utilisée chez les patients hospitalisés pour détresse respiratoire aiguë hypercapnique. Chez les patients porteurs d une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) admis suite à une exacerbation aiguë hypercapnique, cette VNI a pour but de diminuer la charge de travail des muscles respiratoires et d augmenter la ventilation alvéolaire aboutissant à une diminution de la pression artérielle en CO 2. Cette VNI permet ainsi de réduire de façon significative le recours à l intubation endotrachéale, la durée d hospitalisation, le risque de survenue de pneumopathies nosocomiales ainsi que la mortalité. En cas de détresse respiratoire aiguë hypoxémique, les indications de ventilation non invasive chez de tels patients restent controversées, le but étant de pallier l hypoxie tissulaire en augmentant la pression artérielle en O 2 [1]. L évaluation des échecs de la VNI est variable selon les études, estimés entre 7 et 50 % des cas [2 4]. Les facteurs prédictifs d une évolution défavorable sous VNI les plus communément rapportés sont : une faible capacité résiduelle fonctionnelle, un IGS-II élevé, un faible score d activité journalière, une acidose respiratoire sévère ainsi qu un état de conscience altéré [5 7]. En revanche, aucun mode ventilatoire n apparaît supérieur, de telle sorte que le choix de ce dernier sera généralement décidé en fonction de l expérience de l équipe soignante [1]. Les voies aériennes supérieures (VAS) et plus particulièrement la glotte sont capables d interférer avec la VNI délivrée par voie nasale ou nasofaciale. En 1991, Delguste et al. [8] ont, les premiers, mis en évidence des apnées lors d une hyperventilation mécanique passive au cours du sommeil chez certains patients souffrant de myopathies et bénéficiant d une ventilation en pression positive intermittente par voie nasale (VPPIn) à domicile. Ces apnées, enregistrées pour des PetCO 2 comprises entre 20 et 24 mmhg et pour des ventilations minutes délivrées (VMd) entre 19,5 et 24,8 l par minute, étaient de nature obstructive puisque capables de s opposer à l insufflation mécanique du volume courant (VT) délivré. L hypothèse d apnées glottiques actives en réponse à l hypocapnie induite par la VPPIn était alors évoquée. En fait, lors de la ventilation invasive à travers une sonde d intubation endotrachéale, le système respiratoire peut être considéré comme un modèle à un seul compartiment de telle sorte que le VT reçu (Vte) équivaut au VT délivré (VTd), en l absence d activation des muscles respiratoires et notamment du diaphragme. En cas de VNI, le système respiratoire ne peut être considéré comme un modèle à un seul compartiment : en effet, les variations du calibre glottique lors de la VNI peuvent moduler la ventilation minute effective (VMe) [9]. Cette mise au point a donc pour but de faire la synthèse des connaissances sur l influence des VAS sur la ventilation effective lors de la VPPIn délivrée selon un mode volumétrique ou barométrique, mais aussi lors de la ventilation en pression négative (VPNI). 1. Anatomie et physiologie des voies aériennes supérieures Le larynx est composé de multiples cartilages mobiles entre lesquels sont tendues les cordes vocales, de l angle rentrant du cartilage thyroïde aux apophyses vocales des cartilages aryténoïdes. Les cordes vocales divisent le larynx en trois étages : un étage supérieur ou vestibule, un étage inférieur et un étage moyen comprenant la glotte qui représente l espace compris entre les bords libres des cordes vocales et en arrière les apophyses des cartilages aryténoïdes. Le larynx est la voie de passage obligé de l air inspiré lors de la ventilation spontanée de telle sorte que la glotte peut moduler le flux aérien. Le calibre glottique est fonction de la position des cordes vocales et varie tout au long du cycle respiratoire. Les mouvements respiratoires des cordes vocales sont caractérisés par une abduction inspiratoire et une adduction expiratoire partielle, sans accolement sur la ligne médiane [10,11]. L abduction des cordes vocales survient juste avant la contraction diaphragmatique, ce qui permet l augmentation du calibre glottique et une résistance laryngée faible à l inspiration. Le temps inspiratoire dépend de la commande centrale tandis que le débit inspiratoire dépend de l intensité de contraction des muscles respiratoires, de la résistance et de la compliance du système respiratoire. L abduction des cordes vocales augmente donc le débit inspiratoire et contribue à diminuer le travail respiratoire. Les mouvements respiratoires des cordes vocales sont principalement liés à la musculature laryngée intrinsèque (muscles crico-thyroïdiens, crico-aryténoïdiens postérieurs et latéraux, thyro-aryténoïdiens inférieurs et supérieurs, aryaryténoïdiens). Le muscle crico-aryténoïdien postérieur re-

3 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) présente le muscle abducteur des cordes vocales tandis que les autres sont adducteurs [12]. La position des cordes vocales résulte de l action simultanée des muscles laryngés abducteurs et adducteurs. L influence du sommeil sur la musculature laryngée intrinsèque a été rapportée chez l animal. Une diminution de l activité des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs est observée dans le sommeil lent et paradoxal et s accompagne d une augmentation de l activité expiratoire des adducteurs des cordes vocales [13]. Chez l homme aussi, le comportement glottique apparaît différent entre le sommeil et l état d éveil. Le sommeil lent diminue l abduction inspiratoire comme l adduction expiratoire des cordes vocales. Ainsi, l activité phasique inspiratoire et l activité tonique minimale (inspiratoire et expiratoire) des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs diminuent durant le sommeil lent [14]. De même, l activité des muscles thyro-aryténoïdiens disparaît durant le sommeil lent tandis qu elle peut être renforcée pendant le sommeil paradoxal [15]. 2. VAS et VNI chez le sujet éveillé La VNI peut être délivrée soit en pression positive intermittente en mode volumétrique ou barométrique, soit en pression intermittente négative. Nous aborderons donc le comportement des VAS lors de chacun de ces modes ventilatoires. Fig. 1. Évolution de l angle inspiratoire maximal formé par les cordes vocales (CV, en degrés) pour trois paliers ventilatoires lors des différents modes de ventilation non invasive. Le palier 1 correspond à une ventilation minute délivrée (VMd) de 9 l/minute pour le mode volumétrique, une pression inspiratoire (PI) positive de 10 cmh 2 O pour le mode barométrique (fréquence respiratoire [Fr] de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une pression négative (PN) de 15 cmh 2 O avec une Fr de 15 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 2 correspond à une VMd de 18 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 15 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 15 cmh 2 Oavec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 3 correspond à une VMd de 30 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 20 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 30 cmh 2 Oavec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative Ventilation non invasive en pression intermittente positive selon un mode volumétrique La réponse glottique à la VPPIn délivrée en mode contrôlé avec un respirateur volumétrique a été étudiée chez le sujet normal éveillé [16]. Lorsque la VPPIn délivre une ventilation minute couvrant l intégralité des besoins respiratoires, survient l abolition complète de l activité diaphragmatique. L inhibition des muscles respiratoires est induite par l hypocapnie [17] et/ou par effet neuromécanique [18]. La mise au repos des muscles respiratoires s accompagne d une disparition des mouvements d abduction inspiratoire des cordes vocales donnant un aspect pseudorigide au larynx avec les cordes vocales figées en position intermédiaire (30 ). Il est concevable que l inhibition du diaphragme entraîne une inhibition des efférences motrices laryngées avec disparition de l activité phasique inspiratoire des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs et par là même, une adduction passive des cordes vocales. Sous VPPIn, l hyperventilation (augmentation de la VMd) induit une hypocapnie qui s accompagne d une diminution progressive du calibre glottique avec augmentation des résistances inspiratoires et de la pression d insufflation (Fig. 1). Sous VPPIn, le calibre glottique est corrélé négativement à la ventilation minute délivrée. Ainsi, l angle formé par les cordes vocales est de 11,3 ± 2,4 pour une VMd de 30 l/minute (Fig. 2). Ceci explique pourquoi la proportion de VT insufflé Fig. 2. Valeurs moyennes (± écart-type) de l angle inspiratoire maximal formé par les cordes vocales (CV, en degrés) pour des ventilations mécaniques maximales lors des différents modes de ventilation non invasive. Cette VMd maximale était de 30 l/minute pour le mode volumétrique et était obtenue avec une PI positive de 20 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 30 cmh 2 O avec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Notons que le calibre glottique apparaissait nettement inférieur en mode volumétrique. et réellement reçu par les poumons diminue, tout comme la proportion de VMd parvenant à l échangeur pulmonaire. La fermeture de la glotte limite donc l hyperventilation imposée

4 16 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) par la VNI. L adduction des cordes vocales semble être la conséquence d une activation tonique des muscles adducteurs des cordes vocales (thyro-aryténoïdiens et aryaryténoïdiens) chez l homme [19] comme chez l animal [20]. Cette réponse glottique est en partie régulée par l hypocapnie dans la mesure où l adjonction de CO 2 aux gaz inspirés induit une ré-ouverture partielle des cordes vocales avec augmentation de la VMe [16]. Cependant, certains facteurs mécaniques, notamment le débit inspiratoire et le volume courant délivré, agissent aussi sur la dynamique glottique. En effet, l augmentation modérée du débit inspiratoire délivré (de 0,5 à 0,9 l/sec) conduit à une augmentation de la VMe tandis qu une augmentation plus importante (> 0,9 l/sec) provoque une augmentation des résistances des VAS. Cette réponse peut être expliquée par la réduction du calibre glottique [21]. De même, des mécanorécepteurs situés au niveau laryngé [22], nasopharyngé [23], pariétal ou pulmonaire (par l intermédiaire des afférences vagales) pourraient être à l origine du réflexe de fermeture glottique visant à limiter l hyperventilation imposée par la VNI. Les fuites d air sont un des problèmes pouvant expliquer l inefficacité de la VNI et peuvent survenir entre le masque et la peau ou par la bouche. Néanmoins, celles-ci peuvent aussi être les conséquences de pressions pharyngées excessives secondaires à la fermeture glottique [21,24] VPPIn en mode barométrique Lors de la VPPIn en mode barométrique, les paramètres ventilatoires réglables diffèrent de ceux utilisés en mode volumétrique de telle sorte que le débit inspiratoire et le volume délivré dépendent de la compliance du système respiratoire et ne sont pas fixés par le médecin. Cette VNI avec deux niveaux de pression peut être réalisée soit en mode contrôlé avec une fréquence respiratoire imposée par le respirateur, soit en mode spontané, le patient initiant alors chaque cycle machine En mode contrôlé Chez le sujet normal éveillé, par comparaison à la respiration spontanée, la mise en place d une VPPIn barométrique en mode contrôlé (Fr : 17 cycles/min ; PI : 15 cmh 2 O;PE: 4 cmh 2 O ; I/E : 1/1) induit une augmentation de la VMe. L augmentation de la Fr de 17 à 25 cycles/minute pour une même PI (15 cmh 2 O) entraîne une discrète majoration de la VMe. À l opposé, l augmentation progressive de la PI n entraîne pas systématiquement une augmentation de la VMe, voire même parfois une diminution significative de cette VMe [25]. Cette variabilité de la ventilation effective en fonction des pressions inspiratoires est encore la conséquence d une réponse glottique à la VNI. En effet, l augmentation progressive de la PI de 10 à 20 cmh 2 O s accompagne soit d une ouverture glottique, soit d aucune modification du calibre glottique soit d une adduction des cordes vocales (Fig. 1) [26]. L angle minimal formé par les cordes vocales apparaît particulièrement variable en fonction du sujet étudié (variant de 13 ± 2 à 38 ± 7 ). Le volume courant effectif devient la résultante d interactions complexes faisant intervenir la pression inspiratoire, le temps inspiratoire, la compliance pulmonaire mais aussi les résistances aériennes des VAS et par là même le comportement glottique. À l augmentation des PI ne correspond pas systématiquement une augmentation du VTe et de la VMe. La ventilation minute sous VPPIn en mode barométrique contrôlé apparaît moins stable et moins prédictible que sous VPPIn en mode volumétrique, avec une variabilité interindividuelle plus élevé. Des épisodes de respiration périodique glottique avec ou sans apnée glottique ont aussi été observés sans périodes de désaturation lors de ce mode ventilatoire [25,26] En mode spontané En mode barométrique spontané, les pressions positives inspiratoires sont initiées par la commande respiratoire du patient qui déclenche chaque cycle mécanique. Le couplage de l activation des muscles respiratoires thoraciques et des muscles des VAS est donc préservé [27]. Ainsi, chez le sujet éveillé sous VPPIn barométrique en mode spontané, l augmentation de la PI n entraîne pas de réduction significative du calibre glottique. L angle formé par les cordes vocales est compris entre 38 ± 9 et 41 ± 10, soit très proche de celui observé lors de la respiration spontanée (42 ± 5 ) (Figs. 1 et 2) [24] car dans les deux cas, l activation musculaire du diaphragme et des VAS est préservée. Par rapport à la respiration spontanée, l application d une pression inspiratoire positive permet d obtenir une ventilation minute effective plus élevée. Toutefois, l augmentation progressive de la PI s accompagne d une diminution progressive de la fréquence respiratoire spontanée avec pour conséquence une VMe stable (Fig. 3). Seules des PI 20 cmh 2 O induisent une augmentation significative de la VMe par comparaison à la ventilation spontanée [24,25]. De plus, les niveaux de VMe maximale obtenus pour des pressions de 20 cmh 2 O (9,4 ± 3,7 l/min) sont nettement moins élevés que ceux obtenus en mode volumétrique (17,6 ± 0,8 l/min) pour une VMd de 30 l/minute (Fig. 3). La glotte n influence pas la ventilation minute effective contrairement à ce qui est observé en VPPIn barométrique contrôlée. Des apnées de type central avec ou sans respiration périodique ont été rapportées, s accompagnant de désaturations en O 2 parfois profondes jusqu à des niveaux de SaO 2 de 80 % [24,25] Ventilation non invasive en pression intermittente négative Les effets de la VPNI sur la ventilation minute effective ont été étudiés chez le sujet sain éveillé [28]. Après mise au repos des muscles respiratoires, la VPNI conduit à une augmentation significative du VTe et de la VMe par comparaison avec la ventilation spontanée. Les niveaux maximaux de

5 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) Fig. 3. Évolution de la ventilation minute effective (VMe, l/min) pour trois paliers ventilatoires lors des différents modes de ventilation non invasive. Le palier 1 correspond à une VMd de 9 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 10 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 15 cmh 2 O avec une Fr de 15 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 2 correspond à une VMd de 18 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 15 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 15 cmh 2 O avec une Fr de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. Le palier 3 correspond à une VMd de 30 l/minute pour le mode volumétrique, une PI positive de 20 cmh 2 O pour le mode barométrique (Fr de 17 cycles/min en mode contrôlé) et une PN de 30 cmh 2 Oavecune fréquence inspiratoire de 20 cycles/minute pour la ventilation en pression négative. VMe et de VTe (respectivement 20,9 ± 9,3 l/min et 1274 ± 433 ml) étaient obtenus pour des pressions inspiratoires négatives de 30 cmh 2 O et s avéraient donc supérieurs à ceux observés sous VPPIn délivrée en mode volumétrique ou barométrique (Fig. 3) [16,24,26]. Ceci est probablement lié au fait que la glotte ne semble pas interférer de façon majeure sur la réponse ventilatoire durant la VPNI. En effet, après une diminution du calibre glottique suite à l instauration de la VPNI, l augmentation de la ventilation négative ne s accompagne pas d une fermeture des cordes vocales de telle sorte que l angle maximal formé par les cordes vocales est de 31,2 ± 7,4 pour une PI de 15 cmh 2 O et 36,5 ± 8,2 pour une PI de 30 cmh 2 O(Figs. 1 et 4) [28]. Cependant, la VPNI peut induire des obstructions glottiques ou sus-glottiques chez des sujets sains éveillés ou chez des patients présentant une insuffisance respiratoire chronique d origine neuromusculaire [29,30]. Cette adduction des cordes vocales peut correspondre à un phénomène passif par succion lié à l application d une pression négative inspiratoire aux VAS [29]. L absence d adduction des cordes vocales lors du maintien d une activité diaphragmatique sous VPNI suggère que la diminution du calibre glottique peut être liée à l inhibition diaphragmatique avec perte des interactions entre les muscles des voies aériennes supérieures et le diaphragme, favorisant l adduction passive des cordes vocales. Cette mise au repos des muscles respiratoires entraînerait en fait une inhibition des efférences motrices laryngées avec diminution voire disparition de l activité phasique du muscle crico-aryténoïdien postérieur, dilatateur de la glotte [30]. Parallèlement à ces phénomènes mécaniques, l hypocapnie joue un rôle dans le comportement glottique, entraînant une diminution du calibre glottique. Néanmoins, chez le sujet éveillé, l application d une pression négative, par l intermédiaire d un masque nasofacial, induit une activation des muscles génioglosses, dilatateurs des VAS [31]. Chez le chien anesthésié, l application d une pression négative au niveau du larynx entraîne une activation des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs (dilatateurs de la glotte) et génioglosses. Cet effet est aboli en cas de section du nerf laryngé supérieur. Ce nerf semble donc intervenir dans la réponse de la glotte à la pression négative par l intermédiaire de mécanorécepteurs superficiels à adaptation lente et rapide [32]. De plus, il semble que l inflation thoracique, obtenue spontanément ou lors de la ventilation assistée, in- Fig. 4. Exemple de réponse glottique à la ventilation en pression négative. La photo A correspond à la glotte visualisée en respiration spontanée, la photo B sous VPNI avec une fréquence respiratoire de 20 cycles/minute et une pression négative de 30 cmh 2 O. Notons que la VPNI ne s accompagne d aucune fermeture glottique significative.

6 18 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) duise une dilatation de la glotte par excitation des muscles dilatateurs et inhibition des muscles constricteurs de la glotte [33,34]. Cette activation des muscles dilatateurs tend ainsi à s opposer au collapsus des VAS dû à la pression négative par réflexe de succion. Ainsi, le calibre glottique résulterait de la mise en jeu de plusieurs mécanismes d action dont les effets sur la glotte sont totalement opposés. 3. Comportement glottique et VNI au cours du sommeil Chez l homme, le sommeil modifie l activité de la musculature laryngée intrinsèque au cours de l eupnée [14,15] et par là même le tonus et les résistances des VAS [35,36]. De plus, le sommeil influence la ventilation minute ainsi que la PetCO 2 [37,38] avec un contrôle ventilatoire variable en fonction du stade de sommeil [39]. Ces constatations laissent donc présager des différences dans le comportement glottique lors de la VNI entre l état de veille et le sommeil. En mode volumétrique, la réponse glottique à la VNI apparaît comparable entre l éveil et le sommeil chez le sujet sain. L augmentation progressive de la VMd entraîne une diminution du calibre glottique et de la proportion de volume courant insufflé par le respirateur et réellement délivré aux poumons. Toutefois, pour un même niveau de ventilation minute délivrée, le calibre glottique apparaît plus faible pendant le sommeil par rapport à l éveil. Cette réduction du diamètre glottique est plus importante pendant le stade 2 par rapport au stade 3 et 4 du sommeil lent [40]. Ainsi, pour les mêmes paramètres ventilatoires, la ventilation minute est plus faible durant le sommeil par comparaison avec l éveil [21]. Durant le sommeil, la VPPIn en mode barométrique contrôlé conduit à une instabilité respiratoire plus importante par rapport à la VPPIn en mode volumétrique. Sous VPPIn barométrique contrôlée, par comparaison à l éveil, le calibre glottique est plus faible en stade 2 et 4 du sommeil avec une VMe plus basse [26]. Cependant, l augmentation de la fréquence respiratoire de 17 à 25/minute peut contourner cet écueil et permet d obtenir une augmentation de la VMe [25]. En VPPIn spontané barométrique, peu de données sont rapportées durant le sommeil. Il semblerait que la VMe soit plus faible durant le sommeil indépendamment du comportement glottique [24,25]. 4. Applications cliniques Au vu des données de la littérature, la glotte influence donc directement le volume courant effectif en VPPIn barométrique volumétrique et barométrique. En revanche, elle n interfère pas avec la VPPIn barométrique spontanée ni avec la VPNI. La plupart des études présentées ici ont été réalisées chez des sujets normaux [16,24,26,40]. L extrapolation à des patients hospitalisés en décompensation respiratoire hypercapnique et/ou hypoxique n est donc pas évidente. Cependant, les premiers travaux réalisés en VPPIn selon un mode volumétrique ont montré que la réponse de la glotte à la VNI est probablement similaire entre le sujet normal et le patient BPCO [8,16,40]. De plus, la VNI a pour but d augmenter la ventilation alvéolaire afin d induire une hypocapnie relative (diminution significative de la PaCO 2 ) par rapport à la ventilation spontanée. Par conséquent, il apparaît vraisemblable que les résultats rapportés chez le sujet sain puissent être transposés en pratique clinique. À la lumière des premières études réalisées sur la réponse glottique lors de la VPPIn, Parreira et al. ont défini les paramètres ventilatoires permettant d obtenir une VMe optimale en mode volumétrique ou barométrique [21,25]. Ainsi, la comparaison de l efficacité de la VPPIn délivrée par un respirateur barométrique en mode contrôlé et en mode spontané plaide en faveur de l utilisation du mode contrôlé. Pour un même niveau de PI, la VMe est plus élevée en mode contrôlé qu en mode spontané aussi bien à l état de veille que pendant le sommeil. Les paramètres recommandés en mode contrôlé sont : une Fr de 20 cycles/minute, un rapport I/E de 1, une PI de 15 cmh 2 O et une PE aussi basse que possible [25]. En mode volumétrique, les paramètres ventilatoires optimaux proposés seraient : un VT de 13 ml/kg, une Fr de 20 cycles/minute, un débit inspiratoire de 0,56 0,85 l/seconde [21]. Cependant, ces recommandations ne tiennent pas compte de l effet éventuel d une pression expiratoire positive intrinsèque, comme on peut la voir chez le patient BPCO, et restent donc à adapter individuellement. Concernant la VPNI, le maintien d une ouverture glottique satisfaisante permet d obtenir des niveaux de ventilation minute effective particulièrement élevés et même supérieurs à ceux obtenus en VPPIn. La réponse glottique pourrait expliquer le fait que la VPNI peut s avérer efficace même en cas d hypercapnie majeure [41] tandis que la VPPIn est souvent moins efficace en cas d acidose respiratoire sévère [2,6]. Cependant, la VPNI n est pas dénuée d inconvénients (difficulté des soins, appareils encombrants et inconfortables) [42]. Enfin, comme nous l avons précisé ci-dessus, le comportement de la glotte durant la VNI peut varier entre l état de veille et le sommeil. Durant le sommeil, la majoration de l adduction des cordes vocales par rapport à l éveil peut être la résultante de l influence corticale consciente qui disparaît pendant le sommeil. Les paramètres ventilatoires choisis peuvent donc être adaptés pendant l éveil mais inadéquats pendant le sommeil. Ces constatations suggèrent donc que le réglage des paramètres ventilatoires doit être constamment réévalué en fonction de l état de vigilance du patient [25]. 5. Conclusions Cette mise au point montre donc le rôle des VAS lors de la VNI de telle sorte que, contrairement à la ventilation méca-

7 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) nique délivrée à travers une sonde d intubation endotrachéale, le système respiratoire n est pas assimilable à un seul compartiment car la glotte joue le rôle d une résistance variable. Ainsi, lors de la VNI, l augmentation de la ventilation minute parvenant à l échangeur pulmonaire ne sera pas obligatoirement proportionnelle à celle délivrée par le respirateur. L apparition de fuites buccales sous VNI peut être le marqueur d un réflexe de fermeture glottique face à une ventilation délivrée excessive. Cette situation doit être connue des réanimateurs : le contrôle des fuites buccales relève dans ce cas d une diminution, et non d une augmentation, de la ventilation délivrée. Enfin, le mode VPPIn barométrique spontané (le plus largement utilisé) peut induire des apnées centrales prolongées avec désaturations notables. Le mode contrôlé pourra donc être préféré en l absence de prescription d une fréquence de rattrapage. Références [1] American Thoracic Society. International consensus conference in intensive care medicine: noninvasive positive pressure ventilation in acute respiratory failure. Am J Respir Crit Care Med 2001;163: [2] Brochard L, Mancebo J, Wysocki M, Lofaso F, Conti G, RaussA, et al. Non invasive ventilation for acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. N Engl J Med 1995;333: [3] Celikel T, Sungur M, Ceyhan B, Karakurt S. Comparison of noninvasive positive pressure ventilation with standard medical therapy in hypercapnic acute respiratory failure. Chest 1998;114: [4] Soo Hoo GW, Santiago S, Williams AJ. Nasal mechanical ventilation for hypercapnic respiratory failure in chronic obstructive pulmonary disease: determinants of success and failure. Crit Care Med 1994;22: [5] Conti G, Antonelli M, Navalesi P, Rocco M, Bufi M, Spadette G, et al. Noninvasive vs conventional mechanical ventilation in patients with chronic obstructive pulmonary disease after failure of medical treatment in the ward: a randomized trial. Intensive Care Med 2002;28: [6] Ambrosino N, Foglio K, Rubini F, Clini E, Nava S, Vitacca M. Non invasive mechanical ventilation in acute respiratory failure due to chronic obstructive airways disease: correlates for success. Thorax 1995;50: [7] Moretti M, Cilione C, Tampieri A, Fracchia C, Marchioni A, Nava S. Incidence and causes of non invasive mechanical ventilation failure after initial success. Thorax 2000;55: [8] Delguste P, Aubert-Tulkens G, Rodenstein DO. Upper airway obstruction during nasal intermittent positive-pressure hyperventilation in sleep. Lancet 1991;338: [9] Jounieaux V, Parreira VF, Delguste P, Aubert G, Rodenstein DO. Nasal mask pressure waveform and inspiratory muscle rest during nasal assisted ventilation. Am J Respir Crit Care Med 1997;155: [10] England SJ, Bartlett Jr D, Daubenspeck JA. Influence of human vocal cords movements on airflow and resistance in eupnea. J Appl Physiol 1982;52: [11] Brancatisano T, Collett W, Engel LA. Respiratory movements of the vocal cords. J Appl Physiol 1983;54: [12] Bartlett Jr D, Remmers JE, Gautier H. Laryngeal regulation of respiratory airflow. Respir Physiol 1973;18: [13] Sherrey JH, Megirian D. Respiratory EMG activity of the posterior cricoarytenoid, cricothyroid and diaphragm muscles during sleep. Respir Physiol 1980;39: [14] Kuna ST, Smickley JS, Insalaco G. Posterior cricoarytenoid muscle activity during wakefulness and sleep in normal adults. J Appl Physiol 1990;68: [15] Kuna ST, Insalaco G, Woodson GE. Thyroarytenoid muscle activity during wakefulness and sleep in normal adults. J Appl Physiol 1988; 65: [16] Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Delguste P, Rodenstein DO. Effects of nasal positive-pressure hyperventilation on the glottis in normal awake subjects. J Appl Physiol 1995;79: [17] Prechter GC, Nelson SB, Hubmayr RD. The ventilatory recruitment threshold for carbon dioxide. Am Rev Respir Dis 1990;141: [18] Simon PG, Skatrud JB, Badr MS, Griffin DM, Iber C, Dempsey JA. Role of airway mechanoreceptors in the inhibition of inspiration during mechanical ventilation in human. Am Rev Resp Dis 1991;144: [19] Kuna ST, McCarthy MP, Smickley JS. Laryngeal response to passively induced hypocapnia during NREM sleep in normal adult humans. J Appl Physiol 1993;75: [20] Glérant JC, Wallois F, Macron JM, Jounieaux V, Rodenstein DO, Duron B. Effects of nasal positive pressure hyperventilation on vocal cords in cats. Am J Resp Crit Care Med 1997;155(4):A413 (Abstr). [21] Parreira VF, Jounieaux V, Delguste P, Aubert G, Dury M, Rodenstein DO. Determinants of effective ventilation during nasal intermittent positive pressure ventilation. Eur Respir J 1997 Sep;10(9): [22] Sant Ambrogio G, Mathew OP, Fisher J, Sant Ambrogio FB. Laryngeal receptors responding to transmural pressure, airflow and local muscle activity. Respir Physiol 1983;54: [23] Wallois F, Macron JM, Jounieaux V, Duron B. Trigeminal nasal receptors related to respiration and various stimuli in cats. Respir Physiol 1991;85: [24] Parreira VF, Delguste P, Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Rodenstein DO. Glottic aperture and effective minute ventilation during nasal two-level positive pressure ventilation in spontaneous mode. Am J Respir Crit Care Med 1996;154: [25] Parreira VF, Delguste P, Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Rodenstein DO. Effectiveness of controlled and spontaneous modes in nasal two-level positive pressure ventilation in awake and asleep normal subjects. Chest 1997;112: [26] Parreira VF, Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Delguste PE, Rodenstein DO. Nasal two-level positive pressure ventilation in normal subjects. Effects of the glottis and ventilation. Am J Respir Crit Care Med 1996;153: [27] Feldman JL, Smith JC. Neural control of respiratory pattern in mammals: an overview. In: Dempsey JA, Pack AI, editors. Regulation of breathing. New York: Dekker; p [28] Glérant JC, Jounieaux V, Parreira VF, Dury M, Aubert G, Rodenstein DO. Effects of intermittent negative pressure ventilation on effective ventilation in normal awake subjects. Chest 2002;122: [29] Scharf SM, Feldman NT, Goldman MD, Haut HZ, Bruce E, Ingram Jr RH. Vocal cord closure. A cause of upper airway obstruction during controlled ventilation. Am Rev Respir Dis 1978;117: [30] Sanna A, Veriter C, Stanescu D. Upper airway obstruction induced by negative pressure ventilation in awake healthy subjects. J Appl Physiol 1993;75: [31] Horner RL, Innes JA, Murphy K, Guz A. Evidence for reflex upper airway dilator muscle activation by sudden negative airway pressure in man. Journal of Physiology 1991;436: [32] Van Lunteren E, Van de Graaff WB, Parker DM, Mitra J, Haxhiu MA, Strohl KP, et al. Nasal and laryngeal reflex responses to negative upper airway pressure. J Appl Physiol 1984;56: [33] Barillot JC, Bianchi AL. Activité des motoneurones laryngés pendant les réflexes de Hering-Breuer. J Physiol Paris 1971;63:

8 20 J.-C. Glérant et al. / Réanimation 13 (2004) [34] Bartlett D, Remmers JE, Gautier H. Laryngeal regulation of respiratory airflow. Respir Physiol 1973;18: [35] Lopes JM, Tabachnik E, Muller NL, Levison H, Bryan AC. Total airway resistance and respiratory muscle activity during sleep. J Appl Physiol 1983;54: [36] Megirian D, Sherrey JH. Respiratory functions of the laryngeal muscle during sleep. Sleep 1980;3: [37] Tabachnik E, Muller NL, Bryan AC, Levison H. Changes in ventilation and chest wall mechanics during sleep in normal adolescents. J Appl Physiol 1981;51: [38] Birchfield RI, Sieker HO, Heyman A. Alterations in blood gases during natural sleep and narcolepsy. Neurology 1958;8: [39] Phillipson EA. Regulation of breathing during sleep. Am Rev Respir Dis 1977;115: [40] Jounieaux V, Aubert G, Dury M, Delguste P, Rodenstein DO. Effects of nasal positive pressure hyperventilation on the glottis in normal sleeping subjects. J Appl Physiol 1995;79: [41] Corrado A, De Paola E, Gorini M, Messori A, Bruscoli G, Nutini S, et al. Intermittent negative pressure ventilation in the treatment of hypoxic hypercapnic coma in chronic respiratory insufficiency. Thorax 1996;51: [42] Shneerson JM. Ventilation en pression négative. Arnette. In: Robert D, Make BJ, Leger P, et al., editors. Assistance ventilatoire à domicile p

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO Dr Marjolaine Georges Dr Jésus Gonzalez-Bermejo Pr Thomas Similowski Unité d appareillage respiratoire de domicile Service de Pneumologie et Réanimation

Plus en détail

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence. Indications

Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence. Indications Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence Indications Jérôme CUNY 29 mai 2015 Collège Régional de Médecine d Urgence Nord-Pas-de-Calais EQUIPE FORMEE INDICATION POSEE VNI MATERIELS ADAPTES ET PERFORMANTS

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant Série «Ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, A. Cuvelier et J.-L. Pépin L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant B. Fauroux 1, F. Lofaso 2 1 Service de pneumologie pédiatrique

Plus en détail

Modes Standards. Modes Avancés

Modes Standards. Modes Avancés Modes Standards VC-VAC Lors de la disparition de la sédation, afin d éviter une désadaptation du patient, HORUS 4 adapte le débit insufflé à la demande du patient. VACI Ce mode associe cycles contrôlés

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE. de l adulte Histoire. naturelle. N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches

MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE. de l adulte Histoire. naturelle. N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE de l adulte Histoire naturelle N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches Étude publiée en 25* : patients AMD suivis à La Salpêtrière et / ou à Garches

Plus en détail

Chapitre 6 : Ventilation pulmonaire (5) Propriétés résistives de l appareil respiratoire. Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT

Chapitre 6 : Ventilation pulmonaire (5) Propriétés résistives de l appareil respiratoire. Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 6 : Ventilation pulmonaire (5) Propriétés résistives de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Mécanique ventilatoire 2

Mécanique ventilatoire 2 Mécanique ventilatoire 2 "Comment le poumon est maintenu et déformé dans la cage thoracique pour assurer la ventilation alvéolaire" L2 - UE Respiratoire Sam Bayat Plan Pressions dans la cavité thoracique

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Guide d interprétation des rapports d observance logiciels Encore. A vos côtés. PR1 BiPAP S/T - PR1 BiPAP AVAPS BiPAP A30 - BiPAP A40

Guide d interprétation des rapports d observance logiciels Encore. A vos côtés. PR1 BiPAP S/T - PR1 BiPAP AVAPS BiPAP A30 - BiPAP A40 goodluz - Fotolia.com Guide d interprétation des rapports d observance logiciels Encore PR1 BiPAP S/T - PR1 BiPAP AVAPS BiPAP A30 - BiPAP A40 A vos côtés pour un sommeil et une respiration améliorés .

Plus en détail

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation

Plus en détail

Trachéotomie en 2010

Trachéotomie en 2010 Trachéotomie en 2010 Choix des indications et Résultats des différentes Etudes J.-F. Muir Service de Pneumologie et USIR CHU de Rouen Trachéotomie: 2 perspectives Prise en charge d une IRA et sevrage

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Interfaces pour la ventilation non invasive de l enfant: critères de choix et surveillance Isabelle PIN. Pédiatrie. CHU de Grenoble D. Zerillo et l équipe de VNI. AGIRàdom. Grenoble Les différentes interfaces

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Mise en place et surveillance de l assistance ventilatoire à domicile

Mise en place et surveillance de l assistance ventilatoire à domicile Série «ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, J.L. Pepin, A. Cuvelier Mise en place et surveillance de l assistance ventilatoire à domicile J. Gonzalez 1, 2, J. Macey 1, C. Cracco 1, T. Similowski

Plus en détail

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë F Decailliot, SAR H Mondor 1 Principes de la ventilation artificielle Physiologie

Plus en détail

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM)

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) Dans le but d accélérer le traitement d une demande de consultation PNAVD, plusieurs informations doivent nous être acheminées. Pour connaître

Plus en détail

La servo-ventilation : Principe et Indication

La servo-ventilation : Principe et Indication La servo-ventilation : Principe et Indication Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille Ile d Oleron - Avril 2012 La servo-ventilation : Principe et indication

Plus en détail

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com. journal homepage: http://france.elsevier.com/direct/reaurg/

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com. journal homepage: http://france.elsevier.com/direct/reaurg/ Réanimation (2008) 17, 4 11 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com journal homepage: http://france.elsevier.com/direct/reaurg/ MISE AU POINT Quel ventilateur choisir pour la ventilation non invasive

Plus en détail

HAMILTON-C1. Caractéristiques techniques

HAMILTON-C1. Caractéristiques techniques HAMILTNC1 HAMILTNC1 Caractéristiques techniques Le ventilateur HAMILTNC1 est doté de toutes les fonctions utilisées en soins intensifs et offre des performances de ventilation non invasive exceptionnelles.

Plus en détail

Nourrisson, pédiatrique, adulte

Nourrisson, pédiatrique, adulte Nourrisson, pédiatrique, adulte En soins intensifs, vous cherchez plus que des performances ventilatoires de classe mondiale. Vous recherchez des ventilateurs capables de fournir des données fiables et

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation 8 ème CFP 2 A 16 novembre 2012 Syndrome d apnées du sommeil Explorer : de la prescription à l interprétation Nicole Beydon, Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau, Paris Conflits d intérêt Obligation

Plus en détail

Ventilation pulmonaire (4) Propriétés élastiques de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT

Ventilation pulmonaire (4) Propriétés élastiques de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 5 : Ventilation pulmonaire (4) Propriétés élastiques de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail

Techniques de désencombrement respiratoire

Techniques de désencombrement respiratoire Techniques de désencombrement respiratoire Cours DES MPR Février 2011, Reims Professeur FC Boyer Pôle de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Reims Hôpital Sébastopol, France, fboyer@chu-reims.fr

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Chantal Karila Hôpital Necker Enfants malades, Paris CP 2 A - 2009 Dyspnée d effort Symptôme fréquent, qui peut prendre différentes expressions Une

Plus en détail

Stellar 100 Stellar 150

Stellar 100 Stellar 150 Stellar 100 Stellar 150 Ventilateur invasif et non invasif Guide de gestion des données Français Le tableau suivant indique où vous pouvez visualiser les données de la Stellar. Les données affichées dans

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

La ventilation non-invasive (VNI) au cours de la bronchopulmonaire chronique obstructive (BPCO)

La ventilation non-invasive (VNI) au cours de la bronchopulmonaire chronique obstructive (BPCO) J Fran Viet Pneu 2013; 04(10): 1-50 2013 JFVP. All rights reserved. www.afvp.info JOURNAL FRANCO-VIETNAMIEN DE PNEUMOLOGIE Journal of French-Vietnamese Association of Pulmonology REVUE GENERALE La ventilation

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

DIFFICILE DE CROIRE QUE TOUS VOS PATIENTS PUISSENT SUIVRE LEUR TRAITEMENT PAR PPC À 100 %. CEPENDANT, LE CONFORT DE LA PPC AVEC LE MODE C-FLEX

DIFFICILE DE CROIRE QUE TOUS VOS PATIENTS PUISSENT SUIVRE LEUR TRAITEMENT PAR PPC À 100 %. CEPENDANT, LE CONFORT DE LA PPC AVEC LE MODE C-FLEX DIFFICILE DE CROIRE QUE TOUS VOS PATIENTS PUISSENT SUIVRE LEUR TRAITEMENT PAR PPC À 100 %. CEPENDANT, LE CONFORT DE LA PPC AVEC LE MODE C-FLEX GARANTIT AUX PATIENTS DE MIEUX ADHÉRER À LEUR TRAITEMENT.

Plus en détail

Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie

Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie Société de Kinésithérapie de Réanimation Cliniques universitaires Saint-Luc Objectifs de la formation Après cette formation, le kinésithérapeute

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Démystifier la dyspnée :

Démystifier la dyspnée : Démystifier la dyspnée : les mécanismes pathophysiologiques, le diagnostic et la thérapie Toute dyspnée n est pas nécessairement pulmonaire ou cardiaque. Elle peut être d origine musculaire ou fonctionnelle.

Plus en détail

Les molécules des gaz considérés.

Les molécules des gaz considérés. Comité RABA GUC plongée Mars 2009 Support de cours N1 N2 Apnée Philippe Péan MEF1 www.apnealp.fr.nf La respiration en apnée 1) O2 et CO2 a) Définition Le dioxygène (noté O 2 ) et le dioxyde de carbone

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus)

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) R Robert 1, C Bengler 2, P Beuret 3, B Dureuil 4, G Géhan 5, F Joye 6, V Laudenbach

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

Gamme S9 VPAP Adapt / VPAP Auto / VPAP S / VPAP ST / VPAP Adapt (ASV) / VPAP ST-A (ivaps)

Gamme S9 VPAP Adapt / VPAP Auto / VPAP S / VPAP ST / VPAP Adapt (ASV) / VPAP ST-A (ivaps) Gamme S9 VA Adapt / VA Auto / VA S / VA ST / VA Adapt (ASV) / VA ST-A (ivas) Guide de gestion des données Français Le tableau suivant indique où les données des S9 peuvent être visualisées. Les données

Plus en détail

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Réanimation du nouveau-né en salle de naissance GEN N-PdC 2005 D après ERC 2001 (European Ressuscitation Council) et RANP 2001 (Réanimation Avancée Néonatale et Pédiatrique) Circulation 2005 ; 112 : III-91

Plus en détail

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple?

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple? Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010 Peut-on faire plus simple? Dr Dan Adler, Février 2011 Plan Diagnostic du SAHOS Vers moins de technologie Vers de nouvelles technologies

Plus en détail

Observance patient. Confort. Observance détaillée grâce au logiciel Bora Soft. Via les compteurs machine Via le logiciel Bora Soft

Observance patient. Confort. Observance détaillée grâce au logiciel Bora Soft. Via les compteurs machine Via le logiciel Bora Soft Observance patient Via les compteurs machine Via le logiciel Bora Soft pour un suivi rapide, clair et précis du traitement Confort Filtres poussière et pollen simples à changer, ils évitent les allergies

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Une nouvelle vision en matière de ventilation d urgence et de transport moderne MEDUMAT Standard² : sécurité maximale dans l

Plus en détail

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT sept 2011 Prat G Page 1 19/07/2013 PREAMBULE Ce polycopié s adresse à tous ceux qui arrivent en réa (nouvelles infirmières, nouveaux internes et externes),

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

L ENTRAINEMENT EN APNEE

L ENTRAINEMENT EN APNEE L ENTRAINEMENT EN APNEE par Frédéric Lemaître, docteur en physiologie du sport 1 ) effets de l entraînement a) durée de l apnée b) volumes pulmonaires c) chémosensibilité au CO2 d) bradycardie e) aspects

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

Stellar 100 Stellar 150

Stellar 100 Stellar 150 Stellar 100 Stellar 150 Ventilateur invasif et non invasif Guide de gestion des données Français Le tableau suivant indique où vous pouvez visualiser les données de la Stellar. Les données affichées dans

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie

Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie Alain Piron Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie TOME 1 Biomécanique fonctionnelle et normalisation du larynx 2011 SYMÉTRIE ISBN 978-2-914373-28-9 Symétrie 30 rue Jean-Baptiste Say 69001

Plus en détail

Intérêt et modalités d utilisation du Cough-Assist

Intérêt et modalités d utilisation du Cough-Assist Guillaume Riffard a Alain Jouve Pierre Labeix Intérêt et modalités d utilisation du Cough-Assist What can be done when cough is ineffective? Usefulness and modalities of Cough-Assist Le Cough-Assist est

Plus en détail

Interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires

Interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires curriculum Interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires Antoine Pasche, Jean-William Fitting Service de pneumologie, département de médecine, CHUV, Lausanne Quintessence P La spirométrie,

Plus en détail

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris

ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN. P. Tounian. Hôpital Armand-Trousseau, Paris ASTHME & REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN SOPHAGIEN P. Tounian Gastroentérologie rologie et Nutrition PédiatriquesP Hôpital Armand-Trousseau, Paris Prévalence augmentée du RGO chez l enfant asthmatique (Thakkar

Plus en détail

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto : Un nouvel appareil de PPC avec mode "autopilote", économique et performant. EcoStar Auto est un appareil à Pression Positive qui propose un large choix de fonctionnalités

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE

PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE I) INTRODUCTION. PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE Le système respiratoire et le système cardiaque vont de pair. La respiration a un rôle essentiel. Sa fonction principale est de : apporter de l'oxygène : 0 2 aux

Plus en détail

Prise en charge et suivi de patients

Prise en charge et suivi de patients perspectives Prise en charge et suivi de patients sous ventilation à domicile : l expérience genevoise Rev Med Suisse 2008 ; 4 : 2518-24 P. Pasquina P. Bourqui P. Farr J.-P. Janssens Patrick Pasquina,

Plus en détail

Asthme. je contrôle. mon souffle. ENVI-2013-02-059 - HCP Groupe. pratiq santé

Asthme. je contrôle. mon souffle. ENVI-2013-02-059 - HCP Groupe. pratiq santé Asthme ENVI-2013-02-059 - HCP Groupe je contrôle mon souffle pratiq santé Je m informe : l asthme, une pathologie souvent ignorée Qu est-ce que l asthme? (1, 2) L asthme (du latin asthma, «respiration

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

Ventilation à domicile au long cours dans les myopathies de l adulte. Les principes de la prise en charge

Ventilation à domicile au long cours dans les myopathies de l adulte. Les principes de la prise en charge Ventilation à domicile au long cours dans les myopathies de l adulte. Les principes de la prise en charge J.C. Raphael* Points forts Il existe de nombreuses myopathies susceptibles de provoquer une atteinte

Plus en détail

Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme. Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014

Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme. Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014 Intérêt du NO dans la prise en charge de l asthme Michel Miguéres Toulouse, le 22 mars 2014 Notion de contrôle de l asthme Mesure de la Fe NO, un nouvel outil Diagnostique d aide au contrôle de l asthme

Plus en détail

UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX

UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX L'oxygénothérapie UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX Promotion 2014-2017 1 Plan 1 - Définition 2 - Indications

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

Jean Abitbol; Jean-Jacques Maimaran; Patrick Abitbol Voice.abitbol@gmail.com

Jean Abitbol; Jean-Jacques Maimaran; Patrick Abitbol Voice.abitbol@gmail.com INJECTION D HYDROXY-APATITE POUR MÉDIALISATION DANS LA PARALYSIE UNILATERALE EN ABDUCTION DE LA CORDE VOCALE : 57 CAS Jean Abitbol; Jean-Jacques Maimaran; Patrick Abitbol Voice.abitbol@gmail.com Mots clefs

Plus en détail

Supervision automatique de la ventilation artificielle en soins intensifs : investigation d un système existant et propositions d extensions

Supervision automatique de la ventilation artificielle en soins intensifs : investigation d un système existant et propositions d extensions Supervision automatique de la ventilation artificielle en soins intensifs : investigation d un système existant et propositions d extensions Fabrice Galia To cite this version: Fabrice Galia. Supervision

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

Prise en charge. Inten sité. Temps

Prise en charge. Inten sité. Temps o Incidence o Physiopathologie o Prise en charge Thibault Coppens, kinésithérapeute, Cliniques Universitaires Saint-Luc Incidence Infection saisonnière Enfants de 1 mois à 2 ans (maxi entre 2 et 8 mois)

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR Un article de synthèse paru dans les Folia de septembre 2000 sur le traitement médicamenteux de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) attirait

Plus en détail

Exsufflation et drainage thoracique

Exsufflation et drainage thoracique Exsufflation et drainage thoracique Où, quand, comment? Dr Alain Meyer Service de réanimation chirurgicale Hôpital de Hautepierre A comprendre Le pneumothorax simple seul ne tue pas Le pneumothorax suffocant

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail