Informations Personnes âgées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Informations Personnes âgées"

Transcription

1 BULLETIN D INFORMATION > JANVIER À JUIN 2013 CODERPAcomité départemental des retraités et des personnes âgées du Tarn

2 Informations Personnes âgées Vous cherchez des informations dédiées aux personnes âgées telles qu un service d aide à domicile, l Allocation Personnalisée d Autonomie, une structure pour accueillir votre aîné Le Conseil général du Tarn vous renseigne au : ou par courriel à l adresse : Vous pouvez rencontrer les coordonnateurs gérontologiques du Conseil général lors de leurs permanences dans une Maison du Conseil général en prenant rendez-vous auprès du secrétariat : Pour le pôle Albigeois Bastides MCG d Albi et Carmaux Pour le pôle Gaillacois Pays de Cocagne MCG de Graulhet, Gaillac, Lavaur et Puylaurens Pour le pôle Autan Sidobre Monts de Lacaune MCG de Castres, Mazamet et Brassac APA : Allocation personnalisée d autonomie I ARS : Agence régionale de santé I CCAS : Centre communal d action sociale I CLIC : Centre local d information et de coordination I EHPAD : E ta bli ss ement d hébergement pour pers onnes â gées dépenda ntes I MAIA : Maison pour l autonomie et l intégration des malades Alzheimer I MARPA : Maison d accueil rurale pour personnes âgées I SAPA : Service d aide aux personnes âgées - Direction générale de la Solidarité - Conseil général du Tarn I SMPA : Service médico-social personnes âgées Direction générale de la Solidarité Conseil général du Tarn I SSIAD : Service de soins infirmiers à domicile I l e x i q u e

3 E d i t o r i a l Bulletin du CODERPA du Tarn - n 11 Avec l allongement de l âge de la vie, la problématique de la perte d autonomie et sa prise en charge sont devenues des préoccupations majeures. Une réponse forte a été apportée par les Conseils généraux et l Etat avec l instauration de l allocation personnalisée d autonomie (APA), le développement des services d aide à domicile (SAD) et des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), la transformation des maisons de retraite en établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Pour autant le besoin reste fort, poussé par la démographie, et pèse fortement sur les contraintes financières des différentes collectivités. Dans le Tarn, les personnes âgées touchées par la perte d autonomie représentent près de 23% de la population âgée de 75 ans et plus. Conscient de ces difficultés et de ces enjeux, le CODERPA du Tarn s est résolument engagé dans une réflexion sur la dépendance. Ce nouveau numéro de son bulletin permet de vous en informer. Le résultat de ses travaux vous sera plus amplement présenté dans quelques mois. En s engageant dans cette démarche le souhait du CODERPA du Tarn est d apporter sa contribution au débat national engagé sur cette question. A la mesure de ses moyens, le Conseil général du Tarn apportera également son soutien à travers l élaboration de son prochain schéma gérontologique. Ce numéro nous permet également d aborder d autres aspects du quotidien des personnes âgées sous l angle du sommeil. Deux articles font le point sur les modifications de la qualité du sommeil avec l avancée en âge et apportent des conseils pour «mieux dormir». À l approche de l été, il reste toujours bon de rappeler la vigilance de tous pour éviter à nos aînés les problèmes pouvant résulter d un épisode caniculaire. Des conseils pratiques, simples d application, peuvent alors s avérer très utiles. Enfin, avec ce numéro du Bulletin, ce sont avec nos racines occitanes que nous voulons renouer, par l intermédiaire de nos aînés. Au sein des EHPAD en particulier, favoriser le dialogue par l usage de notre langue régionale peut permettre de rétablir, ou plus simplement d améliorer, le contact avec une personne âgée qui parlait occitan dans sa jeunesse et l avait appris comme sa langue maternelle. Les vertus, encore méconnues, de notre première langue parlée sont ici parfaitement explicitées. Maintenir la communication avec nos aînés, quand elle est compromise par de graves difficultés, requiert toute l attention des professionnels. Nous nous associons au CODERPA du Tarn pour apporter notre soutien à de telles initiatives. Thierry CARCENAC Président du Conseil général du Tarn Jean-Paul RAYNAUD, Conseiller général, Président délégué du CODERPA 1 CODERPA > BULLETIN D INFORMATION

4 LA PROBLÉMATIQUE de la dépendance des personnes âgées vue par le Coderpa du Tarn Les membres du bureau du Coderpa sous la présidence de Monsieur Jean-Paul RAYNAUD, se sont réunis le 27 septembre 2012 et ont souhaité mener une réflexion sur le thème de la dépendance des personnes âgées. Ils ont défini lors de cette session la méthodologie à adopter afin de mener à bien ces travaux. Plusieurs pistes de thèmes à aborder ont été évoquées notamment : l intégration des spécificités du monde rural dans une problématique globale, réflexion sur la fin de vie La participation de tous les membres du Coderpa a été requise et plus particulièrement celle du premier collège représentant les associations et organismes de retraités et personnes âgées. Les inscriptions de membres titulaires et suppléants de tous les collèges du Coderpa ont été nombreuses prouvant ainsi l intérêt manifesté. Deux groupes de travail ont été mis en place lors de la réunion du bureau en novembre Chaque groupe composé de 12 personnes a désigné un responsable-animateur du groupe. Madame Maryline LHERM pour le groupe A et Monsieur René LAGANTHE pour le groupe B. Composition du Groupe A : Madame Hélène AUSSAGUES Fédération des Ainés Ruraux, Madame Anne-Marie AZAM UMT Mutualité Tarnaise, Monsieur Philippe BARTHES CARSAT Midi-Pyrénées, Monsieur Claude BOUVIGNIES FGR FP, Monsieur Paul CHAUVET UDR FO, Monsieur Yves CURVALE Administrateur Fédération ADMR, Monsieur Jacques FERRANDIS USR CGT, Monsieur Georges HAVARD FDSEA, Monsieur Pierre LAGARDE FGR Chemins de fer de France et Outre-mer Madame Maryline LHERM Conseil général du Tarn, Monsieur Jean-Michel PUIGSERVER CFE CGC, Monsieur Dominique VERBAENEN CCAS de Gaillac Composition du Groupe B : Monsieur Jacques BASTIE Union Française des Retraités, Monsieur André CABROL Conseil général du Tarn Madame Bernadette CURVALE UDEPA, Madame Danièle DALLA RIVA MSA, Madame Danièle DUTOIT UDR FO, Monsieur Daniel FABRE Directeur Fédération ADMR, Monsieur Jean-Pierre FARSSAC CFE CGC, Monsieur Antoine GUIRAUD FGR FP, Madame Marie-Thérèse JAMMES UNRPA, Madame Séverine LACOMBE Animatrice FDSEA, Monsieur René LAGANTHE FDSEA, Monsieur Jean-Claude VIGUIE FGR Chemins de fer de France et Outre-mer Une réunion «de lancement» commune aux deux groupes s est déroulée le 19 décembre 2012 à l EHPAD «La Maison du Lac» à Puygouzon. Madame Bernadette CURVALE, directrice de l établissement, a reçu les membres en cette fin d année et les a invités à déguster la «bûche de Noël» avec les résidents. Lors de cette séance ont été définis les objectifs de travail. La dépendance sera abordée sous différents aspects notamment : Social Démographique Médical Financier Les deux groupes se réunissent régulièrement dans les locaux de la Fédération ADMR du Tarn qui ont été mis à leur disposition par Monsieur Daniel FABRE directeur. Les travaux menés par les membres des deux groupes seront mis en commun prochainement. La synthèse de la réflexion menée par le Coderpa fera l objet d une présentation départementale. champs de compétences propres aux Départements. 2

5 LE SOMMEIL des personnes âgées en établissement d hébergement Dès 50 ans, le sommeil prend des rides et en dehors du vieillissement normal de multiples facteurs sont susceptibles de le modifier : maladies, médicaments, modification du rythme de vie, perte des repères sociaux Évolution du sommeil Dès 50 ans, on constate donc une diminution du temps et de l efficacité du sommeil, une augmentation du nombre et de la durée des éveils ainsi que du besoin de sieste. Il y a une diminution du sommeil profond vers ans. Avec l âge on devient plus «couchetôt» et «lève tôt». Le rôle de la lumière et de l activité physique 1 Cet effet du vieillissement est plus ou moins marqué selon les individus. Il est en grande partie lié à des modifications du système de régulation de nos horloges internes. Il se caractérise par une moindre réception de la lumière qui en temps normal nous donne un signal fondamental pour caler nos rythmes de sommeil sur l horaire social et nous aider à dormir la nuit. Baisse de la vision, cataracte, diminution des sorties à l extérieur, diminuent cette exposition à la lumière naturelle. 2 Moins d exercice physique et moins d obligations sociales sont les causes d un sommeil plus fractionné, plus léger et d une somnolence diurne associée à un besoin de siestes beaucoup plus marqué. De façon typique chez la personne âgée Endormissement tôt, vers 21h, 21h30 réveil 6h plus tard éveil pendant 2h possible ré endormissement 2h besoin de sieste en journée. Pendant la période d éveil inutile de rester au lit, trouver des activités plaisantes puis se recoucher lorsqu on commence à être fatigué. Possible ré endormissement de 2h. Le matin, dès le levé, exposition à la lumière, activités physiques. Si réveil trop précoce, il faut essayer de se recaler progressivement en retardant l heure du coucher. On pourrait chez la personne âgée schématiser le rythme d une journée de la façon suivante : endormissement vers 22h réveil vers 4h du matin éveil jusqu à 6h puis ré-endormissement jusqu à 8-9h petit déjeuner activités du matin et exposition à la lumière repas du midi sieste activité de l après-midi, exercice physique et exposition à la lumière naturelle. Il est évident que de nombreuses pathologies peuvent venir modifier ce sommeil physiologique de la personne âgée : Maladies respiratoires Troubles psychologiques Troubles urinaires Douleurs rhumatismales ou autres Apnées du sommeil Syndrome des jambes sans repos Ces perturbations du sommeil physiologique ont pour conséquences : Troubles de la vigilance Altération de la mémoire Dépression Troubles cardiaques Consommation excessive de médicaments et notamment des hypnotiques Conclusion Il faut connaitre le vieillissement normal du sommeil. Prendre en compte la plainte réelle de la personne âgée, traiter la dépression, utiliser faiblement les hypnotiques et au contraire privilégier la chronobiologie 1 et la chronothérapie 2. Le jugement qu on se fait de son propre sommeil n est pas précisément le reflet du sommeil réel. Dr CARCAILLET Yves Médecin Coordonnateur EHPAD «La maison du Lac» Puygouzon. 1-Chronobiologie : étude des différents rythmes biologiques auxquels sont soumis les êtres vivants. 2-Chronothérapie : elle consiste à administrer un traitement au meilleur moment pour l organisme 3 CODERPA > BULLETIN D INFORMATION

6 LE SOMMEIL de la personne âgée L espérance de vie augmente dans la population mondiale et le nombre de centenaires s accroît de façon spectaculaire : on comptait un peu plus de 200 centenaires en 1950, ils étaient en Le sommeil est une fonction physiologique fondamentale qui participe à un vieillissement de bonne qualité. Il correspond à un processus quotidien de réparation et de récupération physiologique. Le manque de sommeil a des effets sur l endocrinologie ¹, l immunologie ², le métabolisme, l adaptation à l environnement, le stress avec des conséquences comme le diabète, l hypertension artérielle, l augmentation des douleurs, la dépression et l anxiété. La médecine du sommeil connaît maintenant beaucoup mieux les troubles du sommeil. Les centres du sommeil étudient l architecture du sommeil et analysent le rythme veille-sommeil au moyen d appareils d enregistrements. Les médecins spécialistes du sommeil peuvent aider au diagnostic et proposer des traitements adaptés spécifiques. Mais avant de consulter il est nécessaire de connaître les principaux aspects des modifications du sommeil avec l âge: >La durée du sommeil varie selon de nombreux facteurs : environnement, génétique, sociétale avec de grandes variations interindividuelles. De la naissance à l âge adulte la durée du sommeil diminue pour passer de 18 heures par 24 heures à la naissance à 8 heures à l âge adulte. Ensuite la quantité du sommeil est sensiblement moindre : 6 à 7 heures par nuit. > Nous savons qu une nuit normale de sommeil est constituée d une succession de 4 à 6 cycles d une durée d environ 1h30, séparés par un court éveil qui passe souvent inaperçu. Avec l âge le nombre des éveils nocturnes augmente, ils sont plus longs, on s'en souvient plus, ce qui majore l'impression d'avoir mal dormi. Le rendormissement est souvent plus difficile. Une personne âgée sur 3 se réveille plus de 3 fois par nuit. L anxiété, les douleurs et les mauvaises habitudes de sommeil majorent la durée de ces éveils. > Bien souvent le temps de sommeil est suffisant (6 heures par exemple), mais c est le temps au lit qui est trop long (9 heures). Le sommeil est «en accordéon». Ce temps au lit prolongé est à l origine d une insomnie par mauvaise perception du sommeil, qui va majorer l anxiété de ne pas dormir. > La quantité de sommeil lent profond se réduit. Le sommeil est plus léger, le sujet, plus sensible aux bruits et risque de s éveiller plus facilement. > Les personnes âgées ont tendance à s'endormir tôt et à se réveiller tôt! Les phases de sommeil se décalent en prenant de l'âge. Contrairement aux jeunes, l assoupissement survient plus tôt dans la soirée. Voilà pourquoi il n est pas rare de voir les sujets d un certain âge dormir le soir devant la télévision au lieu d aller se coucher. Cela peut alors poser un problème pour se rendormir une fois dans le lit. > Le besoin de sieste est majoré. 21% des plus de 50 ans la font. Mais 14% dorment plus de 1 heure. Attention! Si elle est trop longue vous ne dormirez pas la nuit suivante. À la retraite, les principaux repères du sommeil disparaissent. L'absence d'horaires imposés par le travail, la diminution de l'activité physique et intellectuelle peuvent entraîner une «désynchronisation» source de dépression. À des âges extrêmes, ou à l occasion de démences par exemple, l horloge biologique peut se dérégler, le rythme veille-sommeil se fractionne alors tout au long des 24 heures, un peu comme le rythme des nourrissons. Le sommeil peut être perturbé par des douleurs, le ronflement et les apnées, des mouvements des jambes, la dépression et tout autre problème qui perturbe la continuité du sommeil. De nombreux médicaments provoquent également une insomnie et des cauchemars. Quelles solutions pour mieux dormir? À l heure actuelle la prise au long cours de somnifères est déconseillée, notamment chez le sujet âgé, alors que la demande est importante : 32% des plus de 65 ans et près de 40% des plus de 85 ans se sont vu 1-Endocrinologie : science de la médecine qui étudie les hormones. 2-Immunologie : branche de la biologie qui s'occupe de l'étude du système immunitaire. 4

7 prescrire un hypnotique ou un anxiolytique entre septembre et décembre Il faut aussi savoir que la plupart des somnifères sont contre-indiqués dans les syndromes d apnées du sommeil qui sont fréquentes chez le sujet âgé. Dans la plupart des troubles du sommeil il est nécessaire: D être informé sur le sommeil et son évolution avec l âge 1 De connaître les conseils d hygiène de vie De savoir faire appel à d autres traitements que les somnifères. Un bon sommeil se prépare dans la journée : > Faire en sorte de ne pas rester confiné à l intérieur de la chambre ou dans le noir. S'aider des principaux repères extérieurs pour ne pas rester trop longtemps au lit. S'exposer rapidement à la lumière qui est un «excellent antidépresseur» : ouvrir les volets dès le réveil, allumer les lampes en automne et en hiver, se servir éventuellement d une lampe de photothérapie. > S'obliger à : rompre la monotonie, se stimuler pour se donner des obligations et avoir des occupations diurnes variées comme une promenade. Bien répartir les activités physique et intellectuelle dans le temps de veille pour éviter tout désœuvrement : lecture, mots croisés. Aller vers les autres. 20 minutes de marche en fin de journée augmentent la production de sommeil profond du début de nuit. Le repas du soir est léger. Attention au vin et à l'alcool qui empêchent de bien dormir. Dans la soirée, il est conseillé d éviter : L énervement et l excitation Les voleurs de sommeil : télévision, ordinateur, Internet Les substances qui empêchent de s endormir et de bien dormir : la caféine (café, thé, soda) après 17 heures, La nicotine du tabac rend le sommeil très instable, Le vin et l alcool abîment la structure du sommeil, provoquent des réveils en 2 e partie de nuit, favorisent les cauchemars, majorent le ronflement et les apnées du sommeil. Les repas trop lourds. Il est préférable d adopter des méthodes plus douces : verre d eau, lait chaud, infusions, les tisanes, la phytothérapie à base de valériane ou de passiflore par exemple. Développez un rituel calme avant d aller se coucher. Pratiquer la relaxation, la sophrologie, le yoga. Se coucher et se lever à des heures régulières. La psychothérapie comportementale spécifique de l insomnie permet de se défaire des mauvaises habitudes. Des médecins ou des psychologues formés à ces techniques proposent même des programmes de prise en charge par groupes de patient sur 3 à 4 séances. Le principe est de limiter le temps passé au lit, au temps dormi. Les principales consignes sont : Ne vous endormez pas en dehors de votre lit. Allez au lit uniquement lorsque vous avez sommeil. N'utilisez pas votre lit autrement que pour dormir : ne lisez pas, ne regardez pas la télévision, ne mangez pas ou ne vous tracassez pas dans votre lit. L'activité sexuelle est la seule exception à la règle. Si vous êtes incapable de vous endormir ou de vous rendormir après 10 minutes, levez-vous et allez dans une autre pièce. Faites cela aussi souvent qu'il vous est nécessaire. Ayez une activité calme, buvez une tisane par exemple. Le besoin de sommeil reviendra lors du prochain cycle de sommeil (toutes les 1h30 environ). Réglez votre réveille-matin et levez-vous à la même heure tous les matins, peu importe la durée du sommeil de la nuit. Ne regardez plus le réveil pendant la nuit. Évitez les siestes de plus de 30 minutes ; mais ne négligez pas un moment de repos ou de relaxation de 20 minutes au moment de la sieste. Mettez un minuteur pour vous réveiller. Le médecin pourra vous demander de tenir un agenda de sommeil pour comprendre le problème et suivre l évolution du trouble. Tous ces conseils sont repris de façon ludique dans une pièce de théâtre que nous avons jouée au théâtre municipal de Castres le 19 mars 2010 dans le cadre de la journée nationale du sommeil, intitulée «Quand le sommeil prend de l âge». (Voir : Dans certains cas le médecin spécialiste du sommeil pourra vous proposer un enregistrement au moyen d un capteur à porter au poignet pendant quelques jours pour mesurer votre rythme de sommeil et calculer la durée du temps dormi. Il pourra aussi enregistrer le sommeil pendant 1 nuit à la maison ou à l hôpital. Il existe enfin des traitements particuliers comme la luminothérapie, l utilisation de la mélatonine ou d un appareil de ventilation pour les apnées du sommeil. Si vous désirez vous informer sur le thème du sommeil ou connaître l adresse d un centre de sommeil, vous pouvez consulter L Institut National du Sommeil et de la Vigilance : Le réseau Morphée : Docteur Eric Mullens Médecin somnologue Médecin chef du Laboratoire de Sommeil de la Fondation Bon Sauveur d'albi 1-Apprendre à dormir, leçon de sommeil. Dr. E. Mullens, éditions Josette Lyon. Paris, seconde édtion, CODERPA > BULLETIN D INFORMATION

8 L OCCITAN : une passerelle intergénérationnelle aux atouts thérapeutiques avérés Avec plus du tiers de ses habitants âgés de plus de 60 ans, le Département du Tarn doit faire face aux nombreux défis causés par le vieillissement de sa population. Outre les actions médico-sociales, les mesures visant à améliorer la qualité de vie des personnes âgées font partie intégrante des objectifs du Conseil général du Tarn. Ainsi, les récentes enquêtes scientifiques et les expérimentations professionnelles ont fait la preuve des apports thérapeutiques et relationnels de l utilisation de la langue régionale par les personnes âgées : elle permet notamment de lutter contre les maladies dégénératives de la mémoire comme Alzheimer et facilite la communication entre les aînés et le personnel soignant. I- LES APPORTS THERAPEUTIQUES DE L OCCITAN CHEZ LES PERSONNES AGEES 1- Amélioration du bien-être La grande majorité des personnes âgées tarnaises parle la langue occitane et entretient avec elle une relation culturelle et affective particulière. Offrir à nos aînés la possibilité de communiquer et de bénéficier d animations en occitan contribuerait ainsi à l amélioration de la qualité de vie et des services rendus aux personnes âgées qu elles soient à domicile, hospitalisées ou placées en Etablissement d'hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD). Depuis quelques années, certains EHPAD font appel à des associations occitanes telles que l Institut d Etudes Occitanes du Tarn (IEO) ou «CORDAE/ La Talvera» pour intervenir auprès des résidents en utilisant l occitan dans ses dimensions artistiques, culturelles ou linguistiques : ateliers de danses, musiques et chants traditionnels ; ateliers de langue et groupes de discussion en occitan ; animations sur les métiers et outils anciens 2- Communication facilitée entre personnel soignant et personnes âgées En outre, les études médicales ont révélé que l utilisation de la langue régionale avait des vertus thérapeutiques dans la prise en charge des anciens. «Une clé qui ouvre des portes, suscite de la confiance et apaise : tel peut être le rôle d une langue maternelle parlée par des infirmières avec des personnes âgées» titrait ainsi la revue «L infirmière magazine 1» en novembre Plusieurs expériences ont en effet été menées dans des hôpitaux dans le Finistère nord et ont confirmé les intérêts de l emploi de la langue régionale avec les personnes âgées : Facilite la première prise de contact et crée une proximité rendant plus aisés les soins tels que la toilette ou les échanges sur des problématiques intimes. Permet de dédramatiser les situations délicates et de dénouer des situations difficiles : crise d agitation ou d angoisse, isolement. Nombre de patients acceptent de dialoguer et coopérer après quelques mots échangés en langue régionale ; Relie le soignant et le soigné qui se voient différemment du fait de la complicité engendrée par la langue régionale, perçue comme un élément relevant de l intime ; Donne un sentiment d utilité à la personne âgée qui se retrouve en position «d enseignant» de la langue et non plus uniquement en situation de patient. L aîné reprend son rôle naturel de transmetteur de savoir aux plus jeunes. 1-L infirmière magazine : n novembre

9 3- Aide à la lutte contre les maladies dégénératives de la mémoire L utilisation de la langue régionale par les personnes âgées a en outre des apports sur le plan médical. Elle permet notamment de lutter contre les maladies dégénératives de la mémoire comme Alzheimer. Etant une langue maternelle, parlée avant le français, la langue régionale stimule la mémoire et réactive des zones du cerveau. De fait, lorsque les personnes atteintes d Alzheimer sont bilingues, c est la seconde langue qui est généralement oubliée avant la langue maternelle. Le docteur Catherine Rannou-Postic relève qu une personne affaiblie et vieillissante à tendance à retrouver le langage maternel. Elle précise également que les professionnels de santé ont confirmé ce constat : «la détérioration des fonctions cognitives fait réapparaître la langue apprise dans l enfance Pour certains patients déments, le breton devient la seule langue pour communiquer.» 2 4- Vecteur de lien social et intergénérationnel Signée par l Inspection d Académie et le Conseil général du Tarn, la «Convention pour le développement de l enseignement de l occitan » prévoit l ouverture annuelle de classes bilingues en primaire et de l option «occitan» dans les collèges. De fait, à proximité des EHPAD se situent des établissements scolaires dispensant un enseignement de l occitan. Des rencontres entre écoliers bilingues et résidents de maisons de retraite ont eu lieu pour le bénéfice de tous : les enfants égayent par leur jeunesse les journées de nos aînés tandis que ces derniers transmettent la langue d oc aux enfants qui prennent ainsi conscience de sa pratique en dehors des murs de l école. Ainsi, le projet pilote «Rencontres intergénérationnelles autour de l occitan et du chant» a permis aux enfants du centre de loisirs «Les copains du Cérou» et aux pensionnaires des maisons de retraite de Monestiés de partager des activités durant l année 2011 et de mettre en scène un spectacle bilingue chanté et conté. Impulsé par l Association «Monestiés village qualité» et les maisons de retraite de Monestiés, soutenu par le Conseil général, ce projet multi-partenarial a notamment requis des ateliers en occitan assurés par Muriel Vernières, enseignanteformatrice à l IEO du Tarn. Ces ateliers ont permis d attester de l usage de l occitan dans les EHPAD, du désir des résidents de parler et transmettre la langue d oc et de la nécessité de concevoir des outils pédagogiques sur l occitan à destination du personnel des EHPAD. 2-Langues et cités : juillet 2010, numéro 17, page 6 7 CODERPA > BULLETIN D INFORMATION

10 II- OUTILS PEDAGOGIQUES ET INFORMATIONS SUR L OCCITAN A DESTINATION DU PERSONNEL DES EHPAD 1- Livret-cd de communication en occitan pour les EHPAD Conscient des apports thérapeutiques et des atouts professionnels de l emploi de l occitan, le Conseil général du Tarn a édité un livret-cd permettant au personnel des EHPAD de dialoguer en occitan avec les résidents. Réalisé par l IEO du Tarn grâce aux témoignages des résidents et aux observations des professionnels recueillis à l occasion des «Rencontres intergénérationnelles autour de l occitan», ce livret contient des expressions adaptées aux situations quotidiennes. Véritable outil pédagogique à vocation professionnelle, ce livret-cd a été offert par le Conseil général à l ensemble des EHPAD du Tarn. Il permet aux non locuteurs de l occitan, d acquérir le b.a-ba de la «lenga nòstra» pour faciliter la communication avec les personnes âgées. Intitulé «Parler occitan au quotidien / Lo parlar de cada jorn 3», le livret est aujourd hui téléchargeable sur le site du Conseil général, rubrique «Langue et culture occitanes». 2- Sensibilisation et formation des professionnels de santé Afin de sensibiliser les directeurs et le personnel des EHPAD du département, le Conseil général du Tarn a organisé le 6 novembre 2012 une réunion d information sur les «atouts thérapeutiques de l utilisation de l occitan en maisons de retraite.» Conseillers généraux en charge de la solidarité et de la culture, services départementaux (Direction de la solidarité, Mission «culture occitane»), psychologue clinicienne et formatrice en occitan ont témoigné des multiples apports pouvant naître des interactions entre la culture d oc et le secteur de la solidarité. Les échanges avec les 80 professionnels de santé présents ont confirmé la valeur ajoutée thérapeutique et humaine que peut engendrer cette démarche. Des sessions de formation des personnels des EHPAD à l utilisation du livret de communication en occitan ont déjà été impulsées. Assurées par l IEO du Tarn, ces formations peuvent être menées en compléments d animations ou d ateliers de langue que le secteur culturel occitan tarnais est en mesure de proposer. 3-Le livret est directement téléchargeable sur : 8

11 LA CANICULE : ce qu il faut faire pour éviter le coup de chaleur! Vérifiez que : Avant l apparition d une vague de chaleur : votre habitation permet de limiter les conséquences de fortes chaleurs : volets extérieurs, rideaux, stores afin d occulter les fenêtres, l état du réfrigérateur, ventilateur ou climatiseur à disposition ou pas. vous connaissez les lieux climatisés proches de votre domicile tels que les grandes surfaces, les cinémas, certains lieux publics (monuments historiques) et savez comment vous y rendre. boire et manger : favoriser une alimentation froide et riche en eau Il est conseillé de boire au minimum l équivalent de 8 verres d eau par jour (soit 800 ml), l idéal étant une consommation quotidienne de 13/14 verres. Il faut également faire prendre conscience de l importance de boire en dépit d éventuels problèmes d incontinence et de la nécessité d anticiper la sensation de soif (boire avant d avoir soif). Eviter de boire ou de manger (très) «glacé»: la sensation de soif s'atténue plus vite en cas de consommation de boissons glacées. Pour les aidants des personnes âgées, fragiles et isolées, voici quelques vous connaissez les conseils pour vous pré- recommandations plus particulières : server des conséquences de la chaleur (disponibles chez votre médecin traitant, pharmacie, mairie, ). s assurer de la coordination des aides, du nombre de visites à domicile prévues et de l adéquation aux besoins de la personne âgée ; Et lorsque la chaleur est là : signaler, avec son accord, la personne âgée aux vous protéger : un habillage léger, ample, services sociaux, à la mairie, dès que la présence en coton permet d absorber l humidité et d éviter les phénomènes de macération responsables de dermites (éruptions rouges et d une tierce personne n est pas assurée de façon permanente ; très irritantes). vérifier les coordonnées des personnes référentes, aussi bien familiales que professionnelles (médecin vous rafraîchir : par une douche fraîche ou traitant, auxiliaire de vie sociale, services de une toilette du corps entier. Humidifier la personne par des pulvérisations répétées soins ) ; d eau fraîche sur le visage et la nuque par des brumisateurs ou un pulvérisateur d eau ou avec des gants de toilette mouillés stockés dans le réfrigérateur et appliqués sur le visage, le cou, sous les bras, les jambes s assurer de la présence de voisinage, de l ouverture de commerce de proximité et du système prévu pour les courses alimentaires. Canicule Info Service : n d urgence unique européen : 112 Samu : 15 Pompier : 18 9 CODERPA > BULLETIN D INFORMATION

12 Publication du Conseil général du Tarn Directeur de la publication : Thierry Carcenac Comité de rédaction : Jean-Paul Raynaud Georges Havard Hélène Aussaguès Jean-Pierre Farssac Antoine Guiraud Bernadette Curvale Philippe Barthes Maryline Lherm Sylvie Donat Jean-François Le Mestre Maryline Amiel Docteur Corinne Fresco Conseil général du Tarn Coderpa Lices Georges Pompidou ALBI cedex 9 Contact Coderpa: Le Bulletin du CODERPA est consultable et téléchargeable sur le site Rubrique Solidarité Personnes âgées Vous informer PHOTOS : DONATIEN ROUSSEAU DIRECTION DE LA COMMUNICATION DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TARN Imprimé par l association Rebond

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 1 b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 2 z6creation.net Notre santé dépend en grande partie d une bonne qualité du sommeil. Bien dormir, cela se prépare : la présente brochure vous

Plus en détail

Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins"

Une journée des familles sur le thème : Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins" Cette journée destinée aux familles a été co-organisée par R4P et l'association Une Souris Verte, le samedi 12

Plus en détail

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?...

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?... QUIZZ SOMMEIL Etes-vous plutôt ou PAS avec les propositions suivantes?... 1 ) Le sommeil d une nuit se compose d une succession de cycles Le premier cycle est annoncé par des «signaux de sommeil» auxquels

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant

Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Un petit livret pour accompagner le cours Le sommeil et l enfant Pourquoi comprendre la physiologie du sommeil? Pour respecter le rythme et les besoins de chaque enfant de la naissance jusqu à l adolescence

Plus en détail

cobulletidn D INFOeRMATIOrN > JANVIpER- JUILLaET2011comité départemental des retraités et des personnes âgées du Tarn

cobulletidn D INFOeRMATIOrN > JANVIpER- JUILLaET2011comité départemental des retraités et des personnes âgées du Tarn BULLETIN D INFORMATION > JANVIER - JUILLET 2011 coderpacomité départemental des retraités et des personnes âgées du Tarn Informations Personnes âgées Vous cherchez des informations dédiées aux personnes

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques 1 ACTIVITÉ Domaine Objectif général Compétences Éducation scientifique Langue française Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques Prendre conscience de son profil sommeil.

Plus en détail

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal!

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Gina Sanders Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Tous concernés! De quoi s agit-il? encontrer ponctuellement des dif cultés pour s endormir, se réveiller en pleine nuit ou se retrouver debout

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Apprendre ensemble Chaque étape de la vie VILLE DE TORONTO ÉQUIPE DES SERVICES À LA PETITE ENFANCE : COMMUNITY LIVING TORONTO SURREY PLACE CENTRE

Apprendre ensemble Chaque étape de la vie VILLE DE TORONTO ÉQUIPE DES SERVICES À LA PETITE ENFANCE : COMMUNITY LIVING TORONTO SURREY PLACE CENTRE Apprendre ensemble Chaque étape de la vie VILLE DE TORONTO ÉQUIPE DES SERVICES À LA PETITE ENFANCE : COMMUNITY LIVING TORONTO SURREY PLACE CENTRE FEUILLE DE CONSEILS Le routine du coucher «Je ne veux pas

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

Le Conseil départemental des Vosges vous informe. Canicule et personnes fragiles

Le Conseil départemental des Vosges vous informe. Canicule et personnes fragiles Le Conseil départemental des Vosges vous informe Canicule et personnes fragiles Une chaleur excessive, se prolongeant dans le temps, est pénible à supporter pour toute la population. Certaines personnes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION Document réalisé par des médecins et infirmières du travail de l AIST 84, médecin préventionniste et diététicienne, du centre d examen de santé CPAM 84, éducateur pour la santé du Codes 84. Avec le soutien

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

Sommeil. Pour retrouver le plaisir de dormir

Sommeil. Pour retrouver le plaisir de dormir Sommeil Pour retrouver le plaisir de dormir Nous passons 1/3 de notre vie à dormir C est donc important de s y intéresser, d autant que la qualité de notre sommeil a une influence directe sur notre qualité

Plus en détail

SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE

SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE 4 SOMMEIL QUAND IL PREND DE L ÂGE AVANT-PROPOS Avec les progrès médicaux et d hygiène de vie, notre espérance de vie est de plus en plus importante. En 1950, seulement 6,5% de la population totale avait

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels

Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels Fiche 5.6 : Parents et assistants maternels [ 29 mai 2009 ] INTRODUCTION La chaleur expose les nourrissons et les enfants au coup de chaleur et au risque de déshydratation rapide : ils sont plus sensibles

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

I-2-5 FICHE DESTINEE AUX PERSONNES PRENANT EN CHARGE DES SANS-DOMICILE FIXE MESSAGES CLES

I-2-5 FICHE DESTINEE AUX PERSONNES PRENANT EN CHARGE DES SANS-DOMICILE FIXE MESSAGES CLES I-2-5 FICHE DESTINEE AUX PERSONNES PRENANT EN CHARGE DES SANS-DOMICILE FIXE (Soignants en LHSS et LAM prenant en charge des adultes vulnérables en structures et aux EMA) MESSAGES CLES 1. Deux risques vitaux

Plus en détail

Catalogue. Nous réveillons votre performance, Nous veillons sur votre bien être

Catalogue. Nous réveillons votre performance, Nous veillons sur votre bien être Nous réveillons votre performance, Nous veillons sur votre bien être LMdS Formations en bref ORGANISME DE FORMATION CONTINUE LMdS est enregistré en tant qu organisme de formation continue auprès de l Etat

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

Compte rendu formation 02 04 2014 «Projet d accompagnement» Présenter le projet de vie dans les services (Lycée Marie Curie VILLEURBANNE)

Compte rendu formation 02 04 2014 «Projet d accompagnement» Présenter le projet de vie dans les services (Lycée Marie Curie VILLEURBANNE) Compte rendu formation 02 04 2014 «Projet d accompagnement» Présenter le projet de vie dans les services (Lycée Marie Curie VILLEURBANNE) PERSONNES PRESENTES : - Professionnelle animatrice de la formation

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LE SOMMEIL DE L ENFANT

LE SOMMEIL DE L ENFANT LE SOMMEIL DE L ENFANT Généralités Le sommeil est constructif, il permet au corps de récupérer et de «recharger ses batteries». Dormir aide à grandir, à mémoriser les apprentissages de la journée et à

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors Sommaire 04 L APSAS en quelques mots 2 06 Les rencontres thématiques 13 Les réunions d information

Plus en détail

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent

Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Rythmes biologiques, rythme veille-sommeil et rôle néfaste des écrans sur la qualité du sommeil de l adolescent Christine Cannard Dr en Psychologie, Ingénieur de recherche INSERM Laboratoire de Psychologie

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES

ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES PROJET PEDAGOGIQUE Accueil des matins, midis et soirs, Temps d Activités Périscolaires (T.A.P.) - 1 - INDEX 1 Les objectifs permanents 1-1 Bien-être,

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

OPTIMISATION SOMMEIL

OPTIMISATION SOMMEIL OPTIMISATION DU SOMMEIL Copyright 2009 Bio.Form.Gym Tout droits réservés pour tous pays Table des matières Introduction...3 Les 8 bénéfices du sommeil...3 Objectifs...3 Possibilités...4 Résultats...4 Explications...4

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 2 SOMMAIRE > Présentation du programme... 3 > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 > L Équilibre, où en êtes-vous? : Prévenir les chutes et apprendre à se relever

Plus en détail

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 2 SOMMAIRE > Présentation du programme... 3 > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 > L Équilibre, où en êtes-vous? : Prévenir les chutes et apprendre à se relever

Plus en détail

PROJET EDUCATIF. De l ALSH De Caylus. «Le monde des enfants»

PROJET EDUCATIF. De l ALSH De Caylus. «Le monde des enfants» PROJET EDUCATIF De l ALSH De Caylus (Accueil de loisirs sans hébergement) «Le monde des enfants» 1) Présentation p3 2) Orientations éducatives...p4 3) Les moyens p5 4) Évaluation.p6 1) Présentation : Le

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever»

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» ~ 1 ~ Compte rendu de la rencontre départementale FHF «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» 5 juin 2015 Janzé Allocutions officielles Hubert PARIS, Maire

Plus en détail

L adolescence. Sommeil de l adolescent. Le sommeil de l adolescent. Les besoins en sommeil. Les besoins en sommeil

L adolescence. Sommeil de l adolescent. Le sommeil de l adolescent. Les besoins en sommeil. Les besoins en sommeil L adolescence Sommeil de l adolescent Dr MF Mateo Assises de Resodys Toulon le 25/11/06 âge intermédiaire entre l enfance et l âge adulte, l adolescence est la période des modifications morphologiques,

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Narcolepsie Narcolepsy Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

PETITE PEDAGOTHEQUE SUR LE SOMMEIL

PETITE PEDAGOTHEQUE SUR LE SOMMEIL PETITE PEDAGOTHEQUE SUR LE SOMMEIL Recueil d outils pour intervenir en éducation et promotion du sommeil Actualisation Novembre 09 Intervenir auprès des parents de NOURRISSON (p1) Brochure gratuite INPES

Plus en détail

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée Les traitements médicamenteux Réseau Morphée Le suivi de l insomnie Repérage Evaluation Mesure des effets -sur le patient -sur l entourage Recherche causes Traitement Traitement des insomnies Insomnies

Plus en détail

Dr Anne Lautridou-Derycke Les 28 et 29 mars 2014

Dr Anne Lautridou-Derycke Les 28 et 29 mars 2014 * Dr Anne Lautridou-Derycke Les 28 et 29 mars 2014 Sommeil *41% du temps passé à dormir *Cycle veille/sommeil = 1 er cycle qui régule le rythme de la journée *Les troubles du sommeil touchent 20 à 25%

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal. à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures

Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal. à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures PREFET DU CANTAL Déclenchement du plan canicule niveau 3 dans le Cantal à partir du mardi 30 juin 2015 16 heures DOSSIER DE PRESSE - Mardi 30 juin 2015 - Bureau de la communication interministérielle Préfecture

Plus en détail

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

GU 0963 V02 /8 Février 2015. GU 0963 v02

GU 0963 V02 /8 Février 2015. GU 0963 v02 GU 0963 V02 /8 Février 2015 GU 0963 v02 Le sein, la fabrication du lait Le sein est une glande dont la fonction principale repose essentiellement sur la production du lait. Le colostrum, premier lait peu

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

Dossier de Présentation

Dossier de Présentation ASEPT Lot-et-Garonne Prévention Santé Seniors Dossier de Présentation «Préserver la qualité de vie & maintenir le lien social» Jacqueline Sablé - Coordinatrice Départementale du Programme de Prévention

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

LE TRAVAIL DE NUIT. Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail

LE TRAVAIL DE NUIT. Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail LE TRAVAIL DE NUIT Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail Sommeil de jour 9:00 Somm 9:00 14:00 Une nuit de sommeil est habituellement

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

PROMOTION SANTE. Retrouvez un sommeil de rêve!

PROMOTION SANTE. Retrouvez un sommeil de rêve! PROMOTION SANTE Retrouvez un sommeil de rêve! Une brochure de la Mutualité Libre Securex en collaboration avec l Union Nationale des Mutualités Libres T 078 5 9 00 - F 0 79 9 / 09 5 6 85 www.securex-mutualite.be

Plus en détail

Comment se débarrasser rapidement d'une fatigue

Comment se débarrasser rapidement d'une fatigue Geoffroy HESSOU Comment se débarrasser rapidement d'une fatigue www.mes-remedes.com www.mes-remedes.com 1 À LIRE TRÈS IMPORTANT Le simple fait de lire ce livre numérique vous donne le droit de l offrir

Plus en détail

Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012

Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012 Journée d'étude et de formation 22 novembre 2012 - LA GACILLY- SOMMEIL ET TRAVAIL DÉCALÉ Docteur Daniel Gloaguen QUELQUES NOTIONS IMPORTANTES 18 heures sans sommeil équivalent en terme de réflexes diminués

Plus en détail

I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES

I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES Votre santé est en danger lorsque la température extérieure est plus élevée que la température habituelle dans votre région. La chaleur fatigue toujours

Plus en détail

Comment se protéger et protéger nos aînés

Comment se protéger et protéger nos aînés C A N I C U L E Comment se protéger et protéger nos aînés Nous gardons tous en mémoire la canicule de l'an dernier. Le drame sanitaire qu'ont vécu les Français début août a marqué les esprits, les familles.

Plus en détail

COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS

COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS D 1 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS La Ville propose un grand nombre de services et d animations pour les personnes âgées encore relativement autonomes. Mais,

Plus en détail

PETITE PEDAGOTHEQUE SUR LE SOMMEIL

PETITE PEDAGOTHEQUE SUR LE SOMMEIL PETITE PEDAGOTHEQUE SUR LE SOMMEIL Recueil d outils pour intervenir en éducation et promotion du sommeil Décembre 08 Intervenir auprès des parents de NOURRISSON (p1) Brochure gratuite INPES (8 p.) «Dormir,

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Travail d Application Tutoré année 2010 Quatrième

Plus en détail

Questionnaire des troubles du sommeil

Questionnaire des troubles du sommeil Questionnaire des troubles du sommeil NOM :... PRÉNOM :... Date de naissance :.../.../... Date de ce jour :.../.../... Consultez un proche si nécessaire pour répondre attentivement aux questions suivantes.

Plus en détail

Le sommeil du jeune enfant

Le sommeil du jeune enfant Le sommeil du jeune enfant Docteur Annik Hallot Introduction Nous passons le tiers de notre vie à dormir, le sommeil est un besoin fondamental de tout être vivant au même titre que respirer et manger.

Plus en détail

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne

Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne Bayonne, le 1 er juillet 2014 Mise en œuvre du Plan canicule 2014 par la Ville de Bayonne 1. Descriptif du dispositif Le Plan canicule comprend quatre niveaux de vigilance et d alerte intégrés à la carte

Plus en détail

L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS

L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS L ANIMATION AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES : RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS Septembre 2013 Au cours des dernières décennies, l animation auprès des Personnes Âgées a beaucoup évolué : il a fallu s adapter à des

Plus en détail

L horloge biologique des travailleurs de nuit

L horloge biologique des travailleurs de nuit L horloge biologique des travailleurs de nuit Diane B. Boivin, M.D., Ph.D., Directrice Centre d étude et de traitement des rythmes circadiens Hôpital Douglas, Université McGill Société moderne et travail

Plus en détail

Que sont les somnifères et les tranquillisants?

Que sont les somnifères et les tranquillisants? Que sont les somnifères et les tranquillisants? Les somnifères et les tranquillisants sont des médicaments utilisés pour soulager : l anxiété le stress l insomnie la tension musculaire On les appelle aussi

Plus en détail

«La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena

«La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena «La psychothérapie des troubles du sommeil» Katerina Espa Cervena «L agenda» de la présentation TCC- I: traitement de référence Rappel physiologie du sommeil Pathophysiologie de l insomnie Modèles de l

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

L enfant au cœur de notre projet

L enfant au cœur de notre projet L enfant au cœur de notre projet L arrivée d un enfant est une étape importante de votre vie. Accorder votre confiance à une tierce personne qui veillera à son épanouissement et garantira sa sécurité en

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

ACCOMPAGNEMENT DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ACCOMPAGNEMENT DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES OBJET : IDENTIFIER LES POINTS FORTS DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES EN TERMES D EFFICACITE PEDAGOGIQUE TEMPS SCOLAIRE Le temps scolaire

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

1 Bien dormir : pourquoi? 2 2 Les conseils pour une bonne nuit 3 3 Les petits ennuis de la nuit Explications ou solutions 7

1 Bien dormir : pourquoi? 2 2 Les conseils pour une bonne nuit 3 3 Les petits ennuis de la nuit Explications ou solutions 7 Bien dormir Tous les conseils pour une bonne nuit de sommeil, quel que soit votre âge, sont dans la fiche! Pour bien dormir, il faut aussi bien se connaître : faites les tests pour découvrir quel dormeur

Plus en détail

L atelier du Médicament en psychiatrie

L atelier du Médicament en psychiatrie L atelier du Médicament en psychiatrie Pharmacie du CH Ste MARIE CLERMONT FD Françoise BLANDIN Pharmacien Chef de Service Catherine CUSSAC Pharmacien Adjoint Les textes officiels La loi du 4 mars 2002

Plus en détail

LE SOMMEIL DE LA P.A

LE SOMMEIL DE LA P.A LE SOMMEIL DE LA P.A I/ Les biorythmes Les rythmes biologiques ont une origine génétique, ce sont des rythmes endogè nes (horloge biologique) ; sous dépendance neuro- endocrinienne, l'hypothalamus en est

Plus en détail

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique 1 Le Centre Communal d Action Sociale Un établissement public communal chargé de la mise en œuvre de la politique de développement

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Du 30 avril au 7 mai 2016 À Madère

Du 30 avril au 7 mai 2016 À Madère Stage résidentiel de formation pratique et clinique en Du 30 avril au 7 mai 2016 À Madère À l hôtel 5 étoiles ENOTEL LIDO MADEIRA Thèmes des cours de Neuro-Nutrition de 9h à 13h Cette année 2016, La Neuro-Nutrition

Plus en détail

FORMATIONS CLIC 6 CLIC 6. Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE

FORMATIONS CLIC 6 CLIC 6. Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE FORMATIONS 2014 Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE Site Internet : www.clic6.org De la maltraitance à la bientraitance : Prévenir les risques de maltraitance pour assurer

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Site internet : www.ehpad-gautier.com 1 PRESENTATION

Plus en détail

Notre démarche éducative privilégie le respect de l enfant, en cohérence avec son développement psychoaffectif et psychomoteur.

Notre démarche éducative privilégie le respect de l enfant, en cohérence avec son développement psychoaffectif et psychomoteur. Association au Service de l Enfance CRECHE FAMILIALE 14 rue Pasteur Cadier 64000 PAU Le projet éducatif et le projet pédagogique ont été élaborés en collaboration avec l équipe d encadrement et les assistantes

Plus en détail

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie METHODOLOGIE Justificatif : - bonnes pratiques préconisées en ehpad - choix de l amcoorhb dans les thèmes à traiter en 2008 - données personnelles à l ehpad : GMP ; % démences ;. Population : EHPAD volontaires

Plus en détail

Projet pédagogique de l Accueil de Loisirs périscolaire Ecole maternelle et primaire Henri Puchois

Projet pédagogique de l Accueil de Loisirs périscolaire Ecole maternelle et primaire Henri Puchois Projet pédagogique de l Accueil de Loisirs périscolaire Ecole maternelle et primaire Henri Puchois Année 2013-2014 Contexte La ville de LAVENTIE est une commune en pleine expansion démographique, et, grâce

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus. Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH

Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus. Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH Insomnies parentales: L enfant dort mal, la famille ne fonctionne plus Dr. Cristina Exhenry Pédiatre FMH Menu Troubles du sommeil Prise en charge et conseils préventifs Troubles du sommeil Origine comportementale

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux. Centre Hospitalier de Dreux Livret d accueil Le Prieuré EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.fr Bienvenue Ce livret d accueil

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE. 1/ Assurer le bien-être, la sécurité physique, affective, morale et matérielle de l enfant.

PROJET PEDAGOGIQUE. 1/ Assurer le bien-être, la sécurité physique, affective, morale et matérielle de l enfant. PROJET PEDAGOGIQUE I - LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES : 1/ Assurer le bien-être, la sécurité physique, affective, morale et matérielle de l enfant. Moyens à mettre en œuvre pour atteindre l objectif : Etre

Plus en détail

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS Lumière dynamique LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS L apport de dynamique dans l intensité, la couleur et la répartition de la lumière (artificielle) a de nombreuses applications. Vous

Plus en détail