André Crosnier LIRMM ERII4, Robotique industrielle 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "André Crosnier LIRMM 04 67 41 86 37 crosnier@lirmm.fr. ERII4, Robotique industrielle 1"

Transcription

1 André Crosnier LIRMM ERII4, Robotique industrielle 1

2 Obectifs du cours 1. Définitions et terminologie 2. Outils mathématiques pour la modélisation 3. Modélisation des robots Modèles géométriques à chaîne ouverte simple Modèles cinématiques à chaîne ouverte simple 4. Commande de robots Génération de mouvements Asservissement et architecture de commande Synthèse de commandes ERII4, Robotique industrielle 2

3 Modélisation Génération de mouvements Conception de cellules flexibles et Programmation hors ligne ERII4, Robotique industrielle 3

4 1. Définitions et terminologie Un robot : c est quoi? Mot d origine tchèque (Robota), signifiant corvée Dictionnaire : appareil automatique capable de manipuler des obets ou d'exécuter des opérations selon un programme fixe ou modifiable AFNOR (Association Française de Normalisation) : manipulateur commandé en position, reprogrammable, polyvalent, à plusieurs degrés de liberté, capable de manipuler des matériaux, des pièces, des outils et des dispositifs spécialisés, au cours de mouvement variables et programmés pour l exécution d une variété de tâche. Il a souvent l apparence d un ou plusieurs bras se terminant par un poignet ERII4, Robotique industrielle 4

5 Quelques chiffres Cf. Nombre d unités installées En France : Dans le monde : > 2 à 3 millions R obots installés par an 2000 Secteurs d activités 1500 Automobile et équipementiers 1000 Industrie plastique 500 Industrie mécanique 0 Industrie des équipements électroniques Industrie alimentaire et agro-alimentaire Applications Soudage à l arc, par points Chargement et déchargement de machines Palettisation/emballage Manutention de pièces et assemblage ERII4, Robotique industrielle 5

6 Constructeurs ABB (IRB6400) Staübli (RX90) Kuka (KR15) Comau Fanuc (S420) ERII4, Robotique industrielle 6

7 Outils de CAO CATIA (Dassault Systèmes) Adept Kuka ERII4, Robotique industrielle 7

8 Cellule robotisée Commande Perception Capteurs proprioceptifs Capteurs extéroceptifs ERII4, Robotique industrielle 8

9 Structure mécanique des robots Constituants mécaniques Organe terminal (effecteur, préhenseur, outil) Structure mécanique articulée : porteur ERII4, Robotique industrielle 9

10 Représentation des liaisons rotoïdes et prismatiques Liaison R Liaison P Exemple : description d un robot de type SCARA (R R R P) R R R P ERII4, Robotique industrielle 10

11 Exemples de morphologies Porteurs anthropomorphiques (RRR) Porteurs sphériques (RRP) Porteurs toriques (RPR) Porteurs cylindriques (RPP) Porteurs cartésiens (PPP) Vidéos : Clip vidéo Clip vidéo Clip vidéo ERII4, Robotique industrielle 11

12 Définitions Articulations Définition : une articulation lie deux corps successifs en limitant le nombre de degrés de liberté l un par rapport à l autre. On appelle mobilité de l articulation le nombre de degré de liberté, 0 m 6. Lorsque 1 m=, l articulation est soit rotoïde soit prismatique Articulation rotoïde : articulation de type pivot réduisant le mouvement entre deux corps à une rotation autour d un axe qui leur est commun. La situation relative entre les deux corps est donnée par l angle autour de l axe. Symbole : R Articulation prismatique : articulation de type glissière réduisant le mouvement relatif entre les deux corps à une translation le long d un axe. La situation relative entre les deux corps est mesurée par une distance. Symbole : P ERII4, Robotique industrielle 12

13 Espace articulaire Définition : espace dans lequel est représentée la situation de tous les corps. Pour représenter celle-ci, la solution adoptée consiste à associer à chaque articulation une ou plusieurs variables (variables articulaires ou coordonnées articulaires) Si N est le nombre de variables articulaires indépendantes et correspond au nombre de degré de liberté de la structure mécanique, l espace des variables articulaires R N est aussi appelé espace des configurations. En général à chaque variable articulaire correspond une motorisation Espace opérationnel Définition : espace dans lequel est représentée la situation de l effecteur Représentation : coordonnées cartésiennes de R 3 pour la position et le groupe SO (3) 3 X des rotations propres de R pour l orientation : R = R 3 x SO(3) X dimension M de R : nombre de degrés de liberté maximum que peut avoir l organe terminal, et est égale au nombre de paramètres indépendants nécessaires pour décrire la situation de l organe terminal dans l espace. Dans le cas général, M est au plus égal à 6, et on a : M N. ERII4, Robotique industrielle 13

14 Redondance Définition : redondant lorsque l on a : M < N Avantage : garantir le volume du domaine accessible et préserver les capacités de déplacement de l organe terminal en présence d obstacles Configuration singulière Définition : configuration est dite singulière si le nombre de degré de l organe terminal est inférieur à la dimension de l espace opérationnel Exemple : deux axes d articulations prismatiques se trouvent parallèles ou deux axes d articulations rotoïdes se trouvent confondus Caractéristiques d un robot Norme ISO 9946 Espace de travail : l espace des situations que l organe terminal peut atteindre. Il est défini par les limites imposées par le nombre de degré de liberté, les débattements articulaires, les longueurs des segments Charge utile ou charge maximale transportable par le robot Vitesses et accélérations maximales ERII4, Robotique industrielle 14

15 Performances : exactitude (écart entre situation commandée et moyenne des situations atteintes), répétabilité (dispersion des situations lorsqu on commande la même situation) Résolution qui correspond à la petite modification de la configuration du robot à la fois observable et contrôlable par le système de commande. ERII4, Robotique industrielle 15

16 2. Outils mathématiques pour Coordonnées homogènes Point la modélisation Soit un point p de l espace ayant pour coordonnées px, py, p z. On appelle coordonnées homogènes du point p les termes px, py, pz, w où w est un facteur d échelle. Le point p en coordonnées homogènes est défini par : px px / w p p = y Proection p' = py / w pz w pz / w ERII4, Robotique industrielle 16

17 ERII4, Robotique industrielle 17 En pratique on a w=1. Il en résulte : Proection ' 1 x x y y z z p p p p p p p p = = Vecteur La représentation d un vecteur 1 2 u p p = en coordonnées homogènes est définie par : 0 x y z u u u u =

18 Transformation de repères Définition Soient R = O, x, y, z et R = O, x, y, z deux repères orthonormés. i i i i i La transformation permettant de passer du repère R au repère i une matrice de transformation homogène de dimension 4x4 définie par : R est caractérisée par s n a P s n a P s n a P x x x x i i i i i T = s n a P y y y y = z z z z i i i i où les termes s, n, a, P représentent d une part les vecteurs unitaires des axes x, y et z du repère R définis dans le repère R et d autre part le vecteur i exprimant l origine de R dans R. i R i x i z i y i i T z x R y ERII4, Robotique industrielle 18

19 Propriétés des matrices de transformation homogène i Matrice de rotation pure : P = 0 Matrice de translation pure : i A i i i A P T = = I 3 Les éléments de la matrice i A représentent les cosinus directeurs qui font apparaître trois éléments indépendants. Le trièdre s n a définit une base orthonormée, ce qui suppose que : s = n = a = 1 et sn = 0, na = 0 et as = 0; l un des trois vecteurs se déduit du produit vectoriel des deux autres vecteurs. Par exemple, on a : a= s n. La matrice i 1 T i i A = A A est orthogonale. On a donc : ( ) ( ) L inverse de la matrice i T définit la matrice T telle que : i 1 i i i i i = = = i p T p p T p T p ERII4, Robotique industrielle 19

20 Transformation de vecteur Soit un point p défini dans le repère repère R est obtenu simplement par la relation : i R. Le calcul des coordonnées du point dans le i i i i p= T p= A p + P z p y z i i p R R i i P x y i x i Exercice : déterminer l expression de : i T 1 = T i ERII4, Robotique industrielle 20

21 ERII4, Robotique industrielle 21 Rotation autour des axes principaux Rot(, ) i c s T x s c θ θ θ θ θ = = Composition des transformations i x i z i y i R k R 2 R 1 R 1 0 T 2 1 T i x i z i y i R x z y R θ θ θ

22 Exemple : 0 T = Rot( x,30 ) Trans( y, ) 2 d R 2 Multiplication à droite : Repère courant => dernier repère R 1 R 0 Multiplication à gauche : Repère courant => repère base R 2 R 0 R 1 ERII4, Robotique industrielle 22

23 Exercice : on considère le repère R défini dans le repère R par la matrice de i transformation : i T = Rot( x,30 ) Trans( y,2). Calculer la matrice i T et la matrice inverse Calculer les coordonnées du point ( 1 2 1) T repère R. i i T 1 T = i. p = définies dans le repère R dans le ERII4, Robotique industrielle 23

24 3. Modèles des robots Problématique Environnement Modèles géométriques Modèles cinématiques Modèles dynamiques R 0 Espace articulaire Espace opérationnel Réalisation de la commande Description de la tâche ERII4, Robotique industrielle 24

25 Modèle géométrique direct (MGD) Définition X = f() q T q : vecteur de variables articulaires : q= q q 1 n X : vecteur de coordonnées opérationnelles défini sous la forme suivante : T X = x x R n 1 m a n s 0 T n R 0 ERII4, Robotique industrielle 25

26 Transformation de coordonnées : 0T () 0 () 1 () n 1 n q = T q T q T () q 1 2 n Représentations utilisées pour définir le vecteur X : X = P x P y P z s x s y s z n x n y n z a x a y a z X = P P P n n n a a a x y z x y z x y z, s= n a ERII4, Robotique industrielle 26

27 Description de la géométrie Description de Khalil et Kleinfinger Description de Denavit-Hartenberg Structure simple ouverte : n +1 corps : la situation de chaque corps est définie par un repère C : base du robot 0 C n : corps porteur de l organe terminal n articulations : l articulation est caractérisée par la variable q. L articulation lie les corps C et C 1 R 1 C R C 1 Articulation ERII4, Robotique industrielle 27

28 Définition du repère R : L axe z est porté par l articulation L axe x est porté par la perpendiculaire commune aux axes z et z. Si les axes +1 z et z sont parallèles ou colinéaires, le choix de x +1 n est pas unique. En général des considérations de symétrie ou de simplicité permettent un choix rationnel. Le passage de R à 1 α : angle entre les axes d : distance entre les axes θ : angle entre les axes r : distance entre les axes R s exprime en fonction de 4 paramètres : z et z 1 correspondant à une rotation autour de z et z 1 le long de x 1 x et x 1 correspondant à une rotation autour de z x et x 1 le long de z x 1 ERII4, Robotique industrielle 28

29 z x θ O z 1 x 1 r d θ α α O 1 ERII4, Robotique industrielle 29

30 La variable articulaire q associée à la ième articulation est définie soit par θ soit par r selon le type de cette articulation (R ou P) : q = σ θ + σ r avec Matrice de transformation : σ = 0 si Rotoide 1 si Prismatique 1 T = Rot( x, α ) Trans( x, d ) Rot( z, θ ) Trans( z, r ) 1 T cθ sθ 0 d cα = sθ cα cθ sα r sα sα sθ sα cθ cα r cα ERII4, Robotique industrielle 30

31 ERII4, Robotique industrielle 31 Exemple : robot SCARA θ θ θ = r q ) ( 4 3 ) ( 3 2 ) ( 2 1 ) ( ) ( 4 0 q q q q q T T T T P a n s T = = σ α d θ r θ D 2 θ D 3 θ r 0, z 1 z 0, x 1 x 2 x 3, x 4 x 2 z 4 3, z z 2 D 3 D

32 Exercice 1 : z, z 0 1 z 2 z E y E x E x, x 0 1 x 2 x E x 2 y 2 y 0 D 2 y 1 x 1 D 3 x 0 Tableau de paramètres : σ α d θ D 2 2 r θ 0 θ 0 ERII4, Robotique industrielle 32

33 Repère R = ( x, y, z ) permet de spécifier la position et l orientation de l effecteur E E E E par rapport au corps 2. Cette position est spécifiée par une matrice homogène E constante permettant de passer du repère R au repère R. Le vecteur de variables articulaires est donné par : La matrice de passage du repère R 0 au repère E 2 E 1 2 θ q =. θ R est définie par : 0 s n a P T = 0 ( ) 1 = T q T ( q ) E E ERII4, Robotique industrielle 33

34 ERII4, Robotique industrielle c s s c T =, c s D s c T =, D E = c s D c D c s n a P s c D s D s T E + + = =

35 Exercice 2 : On note T = 1 2 le vecteur de variables articulaires. L extrémité de la structure R = x y z. E E E E q θ θ est définie par le repère C2 L z 0 z E x 0 x E C1 Base Base ERII4, Robotique industrielle 35

36 Etablir le tableau des paramètres permettant de définir la description de la géométrie de la structure. Pour chaque articulation, donner l expression de la matrice de transformation exprimant le repère R de l articulation dans le repère R. Donner aussi l expression de la matrice 2 T. En déduire la matrice de passage 0 T. E E Etudier les différents choix pour le vecteur de variables opérationnelles, noté X. Pour chaque choix, donner l expression du modèle géométrique direct et déterminer l expression de la matrice acobienne issue du modèle cinématique direct. En déduire les configurations singulières de la structure. Commenter les résultats obtenus. Etudier le lieu géométrique décrit par l extrémité de la structure. Donner l équation de ce lieu. Etudier l influence d un décalage sur l articulation 2 selon l axe x. 1 ERII4, Robotique industrielle 36

37 Volume de travail (dernière question) L d 2 > L< d2 ERII4, Robotique industrielle 37

38 Exercice 3 : On souhaite étudier le robot à 6 axes décrit par la chaîne cinématique représentée par la figure suivante. Le vecteur de variables articulaires est défini par : q = [ θ θ θ θ θ θ ] T D 2, D 3, D 4, RL 1, RL 4 et RL 6 sont des constantes. ERII4, Robotique industrielle 38

39 Compléter le tableau suivant en donnant les paramètres géométriques du robot pour les axes 4, 5 et 6 : σ α d θ r 1 0 π 0 θ RL π 2 D θ 0 D θ3 + π 2 0 Donner les expressions des matrices de passage 3 T 4, 4 T 5 et 5 T 6. Déterminer alors l expression de la position du centre outil dans le repère 3. ERII4, Robotique industrielle 39

40 Méthodes de description des orientations La situation de l organe terminal est spécifiée d un part par un vecteur de position T 0 P n = P x P y Pz et d autre part par les cosinus directeur constituant la matrice de T rotation 0 A = s n a. n Pour les positions, on utilise le plus souvent les coordonnées cartésiennes bien que la représentation cylindrique ou sphérique s avère plus pratique pour certaines structures de robot. Pour l orientation plusieurs descriptions sont utilisées dans la pratique : Description par les angles d Euler : robot PUMA (Unimate), robot ABB Description par les angles Roulis-Tangage-Lacet (RTL) : robot ACMA Description par les quaternions ERII4, Robotique industrielle 40

41 z n ψ z 0 φ y n Description par les angles d Euler Précession φ Nutation θ Rotation propre ψ x 0 θ Description par les angles de Roulis Tangage Lacet (RTL) Roulis φ Tangage θ Lacet ψ 0A n = Rot( z, φ) Rot( y, θ) Rot( x, ψ) x n y 0 0A n = Rot( z, φ) Rot( x, θ) Rot( z, ψ) Attention il existe plusieurs conventions. Il existe dans les deux cas (angles d Euler et RTL) une solution au problème inverse permettant de calculer à partir des cosinus directeur les angles correspondant. ERII4, Robotique industrielle 41

42 Modèle géométrique inverse (MGI) Position du problème Considérons la matrice 0 T spécifiant la position du repère effecteur par rapport à un E repère de référence supposé être ici le repère R. D une façon générale, on a : 0 0 T 0 T ( q) E E = n La détermination du modèle géométrique inverse consiste pour 0 T et E connues à E déterminer le vecteur q qui amène le robot dans la situation désirée. On est donc amener à résoudre l équation suivante : 0T () q 0T E 1 n = E La résolution de l équation peut conduire à plusieurs cas : Absence de solutions si la situation désirée est en dehors du volume de travail du robot Une infinité de solutions si le robot est redondant vis à vis de la tâche ou s il se trouve dans des configurations singulières Un nombre fini de solutions ERII4, Robotique industrielle 42

43 Il existe plusieurs méthodes permettant de résoudre le problème : Méthode de Paul Méthode de Pieper Méthode générale de Raghavan et Roth. Il n est pas touours possible de trouver une forme explicite du modèle géométrique inverse. Dans ce cas, on est amené à calculer une solution particulière par des procédures numériques. La solution obtenue est locale et dépend des conditions initiales. Exemple : robot plan Il est possible dans ce cas de trouver une solution analytique. Le robot possède deux degrés de liberté dans l espace opérationnel : 2 translations en x et y définissant les grandeurs que l on peut imposer. On obtient dans ce cas les équations suivantes : P x = D c12 D c P y = D s12 D s ERII4, Robotique industrielle 43

44 Modèle cinématique direct (MCD) Définition Soit X le vecteur de coordonnées opérationnelles de dimension (m,1), et q le vecteur des variables articulaires de dimension (n,1). Le modèle cinématique direct établit la relation entre les vitesses des coordonnées opérationnelles en fonction des vitesses articulaires. On a : X = Jq () q où J( q ) est la matrice acobienne de dimension (m, n) obtenue par dérivation de X par rapport à q. On a : Jq () = X q La même matrice J( q ) intervient dans le calcul du modèle différentiel qui donne les variations dx des variables opérationnelles en fonction des variables articulaires dq. On a donc : dx = J() q dq ERII4, Robotique industrielle 44

45 L intérêt de la matrice acobienne est multiple : Elle sert au calcul du modèle différentiel inverse, en offrant la possibilité d une solution locale des variables articulaires q connaissant X, Elle facilite l étude des singularités, Elle permet le calcul de l espace opérationnel accessible, Elle donne une relation liant les efforts exercés par l organe effecteur et les forces et couples exercés aux articulations => principe des travaux virtuels. ce qui conduit à : T T F dx =Γ Γ = dq J T ( q) F Exemple : robot plan Si on choisit comme variables opérationnelles le vecteur dérivation : P x θ P x θ Ds Ds Ds Jq ( ) = = P y θ P D c12 D c1 D c12 1 y θ T X = P x P y, on obtient par ERII4, Robotique industrielle 45

46 Etude des singularités Rappel : on appelle singularité une configuration particulière du robot pour laquelle le nombre de degré de l organe terminal qu il est possible de commander devient inférieur au nombre de degré de liberté nominal du robot. L analyse des configurations singulières peut être réalisée en s appuyant sur le MCD. Si on note : avec r= rang J() q r min( m,n) Si m= n, on a : r m Si m n (cas d un robot redondant), on a aussi r m. ERII4, Robotique industrielle 46

47 Lorsque r< m, il devient impossible d engendrer une vitesse et donc un mouvement le long ou autour de certaines directions. Le robot possède une configuration singulière d ordre égale à m-r. Exemple : det Jq ( ) = DD c1 s12 c1 2 s1 = DD s θ q= kπ Le robot possède une configuration singulière défini par le vecteur : 1 ERII4, Robotique industrielle 47

48 Modèle cinématique inverse (MCI) Le modèle cinématique inverse permet de déterminer, dans le voisinage d une configuration q, les vitesses articulaires q qui assurent une vitesse opérationnelle X imposée. Dans le cas régulier et si la matrice acobienne est carrée, on a : q = J 1 () q X Lorsque la matrice acobienne n est pas carrée, on utilise la pseudo-inverse pour calculer le vecteur q. On a alors : q = J+ () q X ERII4, Robotique industrielle 48

49 Il existe plusieurs techniques de mise en œuvre du MCI : Méthode s appuyant sur une solution analytique qui nécessite de traiter séparément tous les cas singuliers. Elle conduit à un temps de calcul réduit. Méthode numérique plus générale fondée sur l utilisation de la pseudo-inverse qui permet de traiter tous les cas. Elle nécessite un temps de calcul plus important que la méthode analytique. ERII4, Robotique industrielle 49

50 Modèle dynamique Définition Le modèle dynamique établit la relation entre les couples (et/ou forces) appliqués aux actionneurs et les positions, vitesses et accélérations articulaires : τ = f (,,) qqq (1) où q vecteur des positions articulaires q vecteur des vitesses articulaires q vecteur des accélérations articulaires τ vecteur des couples/forces des actionneurs, selon que l articulation est rotoïde ou prismatique On convient d appeler modèle dynamique inverse, ou tout simplement modèle dynamique, le modèle décrit par la relation (1). ERII4, Robotique industrielle 50

51 Le modèle dynamique direct est celui qui exprime les accélérations en fonction des positions, vitesses et couples des actionneurs. Il est représenté par la relation de la forme : q = g(,,) qqτ Les formalismes le plus souvent utilisés pour obtenir le modèle dynamique sont : le formalisme de Lagrange le formalisme de Newton-Euler ERII4, Robotique industrielle 51

52 A partir du formalisme de Lagrange, il est possible d écrire le modèle dynamique sous la forme suivante : avec : τ = M () qq + Vqq (,) + Gq () M ( q ) est la matrice d inertie du robot, dimension (n, n) Vqq (,) représente le vecteur des forces de Coriolis et des forces centrifuges, de dimension (n, 1) Gq () représente le vecteur des forces de gravité, dimension (n,1) ERII4, Robotique industrielle 52

53 Exemple simple l m mg d L L = τ dt q q où et τ le vecteur de couple généralisé. q L= T(énergie cinétique) Π(énergie potentielle) 1 2 sin L= Jq mgl q 2 On obtient : L = Jq et L = mlgcosq. q q On en déduit alors le modèle dynamique : Jq + mlgcosq = τ ERII4, Robotique industrielle 53

54 Prise en compte de l articulation La prise en compte au niveau de l articulation des forces de frottements et encore des forces à exercer par l organe terminal sur l environnement revient à écrire le vecteur τ sous la forme suivante : τ =Γ τ ( + τ ) où Γ : le vecteur de couples (moteur) des actionneurs τ = F sign( q ) + F q : couple de frottements sur l articulation f s v τ : couple du à la force à exercer par l organe terminal sur l environnement - ext T τ = J F ext ext Actionneurs Γ τ ext f ext τ Robot qq, (modèle dynamique) τ f ERII4, Robotique industrielle 54

55 Applications Les applications du modèle dynamique concernent : la simulation : on utilise en général le modèle dynamique direct. Pour une traectoire donnée et une force exercée par le robot sur l environnement donnée, en fonction de la loi de commande, on détermine dans un premier temps le vecteur de couples. A partir du modèle dynamique direct, on calcule le vecteur d accélération articulaire, puis par intégration la vitesse articulaire et la position articulaire. Cette approche permet de tester différentes lois de commande. la commande dimensionnement des actionneurs identification des paramètres inertiels Génération de traectoires q d Loi de commande τ Modèle dynamique q Intégration q,q ERII4, Robotique industrielle 55

56 ERII4, Robotique industrielle 56

57 4. Commande des robots manipulateurs Génération de mouvements Principe : Celle-ci consiste à calculer les consignes de référence en position, vitesse et accélération qui sont des fonctions du temps et qui assurent le passage du robot par une traectoire désirée définie soit par une suite de situations de l organe terminal soit par une suite de configurations articulaires (appelées points). Plusieurs classes de mouvements peuvent être distinguées : Mouvement entre deux points avec traectoire libre entre les points Mouvements entre deux points avec points intermédiaires spécifiés en particulier pour éviter les obstacles, et traectoire libre entre les points intermédiaires ERII4, Robotique industrielle 57

58 Mouvement entre deux points avec traectoire contrainte entre les points ; par exemple traectoire rectiligne Mouvement entre deux points avec points intermédiaires, et traectoire contrainte entre points intermédiaires. Dans les deux premiers cas, la génération de traectoires peut être réalisée directement dans l espace articulaire. Dans les deux derniers cas, comme la traectoire est décrite dans l espace opérationnel, il est préférable de raisonner dans cet espace. ERII4, Robotique industrielle 58

59 Schémas de commande Génération de mouvements dans l espace articulaire q f Génération de mouvements en q q d (t) Asservissement q i Génération de mouvements dans l espace opérationnel X f Génération de mouvements en X X d (t) MGI q d (t) Asservissement X i MGD q i ERII4, Robotique industrielle 59

60 Espace articulaire ou opérationnel?? Articulaire Avantages Elle nécessite moins de calcul en ligne car il n y a pas d appel au modèle géométrique direct et inverse Le mouvement peut être effectué sans passage par les configurations singulières Les contraintes de vitesse et de couples maximaux sont déduites directement des limites physiques des actionneurs Inconvénients La géométrie de la traectoire de l organe terminal est imprévisible : risque de collisions lorsque le robot évolue dans un environnement très encombré ERII4, Robotique industrielle 60

61 Espace opérationnel Avantages Maîtrise de la traectoire Inconvénients Transformation de coordonnées de chaque point de la traectoire Possibilité de mise en échec quand la traectoire passe par un point singulier Possibilité de mise en échec si les points de la traectoire ne sont pas dans le volume accessible du robot ou chaque fois que la traectoire nécessite un reconfiguration du robot Les limites en vitesse et en couple du robot varient en fonction de la configuration. On impose en général ces limites en terme de performances moyennes valables quelle que soit la configuration. On travaille donc en deçà des capacités réelles du robot. ERII4, Robotique industrielle 61

62 Choix Cela dépend fortement de l application. Chaque méthode conduit à des contraintes exprimées soit dans l espace articulaire (vitesse et couple maximum) soit dans l espace opérationnel (précision, prise en compte des obstacles). ERII4, Robotique industrielle 62

63 Génération de mouvement entre deux points de l espace articulaire Soient qi = q(0) et q f = q( t ) les vecteurs de coordonnées articulaires f correspondant aux configurations initiales et finales. Le mouvement entre de ces deux configurations est décrit par l équation suivante : qt () = q i + rt () D où r(t) est une fonction d interpolation qui satisfait r (0) = 0 et rt ( ) = 1 f D q = f qi ERII4, Robotique industrielle 63

64 Interpolation linéaire On a : rt () = t t f qt () = qi + t t D f Cette loi est continue en position, par contre elle est discontinue en vitesse : qt ( += ) 1 t Det q (0 = ) 0. Elle provoque des à-coups sur le robot. f ERII4, Robotique industrielle 64

65 Polynôme d interpolation de degré 3 On cherche qt () sous la forme suivante : qt () = a + a t+ a t2+ a t La détermination des coefficients est obtenue en s imposant une vitesse nulle aux points d arrivée et de départ et en se donnant les deux contraintes de positions q i f et q. Exercice : résoudre le système d équations correspondant à ces contraintes et établir l expression de la loi de mouvement qt () et tracer son allure. ERII4, Robotique industrielle 65

66 Solution : a q (0) 0 i q a q 0 i = = = a = 0 1 q( t ) a a t a t2 a t3 q f = = f 0 1 f 2 f 3 f a 3 = D 2 2 q(0) a 0 t = = 1 f qt ( ) = a + 2a t + 3a t2 = 0 a = 2 f 1 2 f 3 f 3 t3 f Ce qui conduit à l équation : () i qt q 3 t2 2 t3 = + D t2 t3 f f D ERII4, Robotique industrielle 66

67 Allure de la loi d interpolation : continuité en position et en vitesse, discontinuité en accélération. Pour palier cet inconvénient, on utilise un polynôme d interpolation de degré 5 en imposant une accélération nulle au départ et à l arrivée. ERII4, Robotique industrielle 67

68 ERII4, Robotique industrielle 68 Loi d interpolation Bang-Bang et loi trapèze C est la loi obtenu pour une phase à accélération constante usqu à t f /2 suivie d une phase de freinage usqu à t f. Le mouvement est continu en position et en vitesse. Il reste discontinu en accélération. La position est donnée par les équations suivantes : 2 ( ) 2 pour 0 2 f f t t i qt q D t t = + 2 ( ) pour 2 f f t t t i qt q D t t t t f f = + + Saturation en vitesse : loi trapèze

69 Calcul du temps minimal La durée t f du mouvement n est pas spécifiée. Pour chaque articulation, il est possible à partir des limites technologiques des actionneurs de déterminer les accélérations et les vitesses maximales admissibles. A partir de ces contraintes, on impose le temps t f pour chaque articulation. Le temps minimum adopté pour la génération de traectoire est alors pris égal à : t = max( t,, t ) f f1 f n ERII4, Robotique industrielle 69

70 Exercice : on étudie la génération de mouvements d une articulation d un robot définie par la variable articulaire q(t) en utilisant une loi trapèze. Cette articulation est caractérisée par une vitesse maximale q max et une accélération maximale q max. La durée du mouvement est notée t F. On appelle α (0 α 1) la durée relative (par rapport à t F ) de la phase d accélération et de décélération. - Tracer l allure de qt (), qt () et qt (). - Calculer la durée du mouvement t F en fonction de α, q max et q max. Préciser la condition sur t F, q max et q max pour que α < 1. - En supposant que α < 1, déterminer la valeur de α pour avoir un déplacement total de l articulation égal à : q 2 q= q( t= t ) q( t= 0) = 10 max F q max ERII4, Robotique industrielle 70

71 Architecture matérielle d une articulation Système de commande Variateur de vitesse MCC GT Réducteur CI Charge Mise en équation i M u Variateur de vitesse u M q M q Charge ERII4, Robotique industrielle 71

72 Articulation : J q + f q =Γ C C C Réducteur: q q = M et q Γ = q Γ (conservation de l énergie) N M u C Moteur : J q + f q =Γ Γ M M M M M u Exercice : établir l équation différentielle caractérisant le fonctionnement de l articulation (relation entre q et Γ ). Proposer un choix pour N afin de M M garantir l accélération maximale sur l articulation. Etablir les schémas fonctionnels lorsque le variateur réalise soit une commande en courant (i = Au) soit une commande en tension (u Au M M = ). ERII4, Robotique industrielle 72

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Eléments de Robotique. Université Blaise Pascal T. Chateau

Eléments de Robotique. Université Blaise Pascal T. Chateau Eléments de Robotique Université Blaise Pascal T Chateau 212/213 Cm zm Cm-1 Ck+L zk+l zk+1 Cn-2 Cn-1 zn Ck Ck+1 Cn zk C2 z,z1 C1 C Table des matières Liste des figures Liste des tableaux iii vi Introduction

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Application à la génération de trajectoire articulaire pour un patient paraplégique sous Stimulation Électrique Fonctionnelle

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Etalonnage de robots par vision

Etalonnage de robots par vision Etalonnage de robots par vision Nicolas Andreff Novembre 2012 Institut Français de Mécanique Avancée UV Étalonnage et Identification des Systèmes TP Étalonnage Géométrique Nicolas Andreff Année 2004 2005

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

Licence SPI Cinématique et Mécanismes. Introduction à la théorie des mécanismes

Licence SPI Cinématique et Mécanismes. Introduction à la théorie des mécanismes Licence SPI Cinématique et Mécanismes Introduction à la théorie des mécanismes Mobilité, hyperstatisme, singularité Plan Problèmes/Objectifs Quelques exemples Graphe mécanisme Nombre de cyclomatique Analyse

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

TD d après CCP TSI 2012 CI 4 - TEC

TD d après CCP TSI 2012 CI 4 - TEC Contexte de l étude La nécessité de diminuer le coût de transport des marchandises embarquées sur les bateaux porte-conteneurs impose de limiter au maximum le temps d immobilisation des navires à quai.

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Animation d un robot

Animation d un robot nimation d un robot IFT3355 : Infographie - TP #1 Jérémie Dumas Baptiste De La Robertie 3 février 2010 Université de Montréal Table des matières Introduction au problème 2 1 Transformations 2 1.1 Passage

Plus en détail

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Session 2007 Étude des systèmes techniques industriels Durée : 6 heures coefficient : 8 AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Animation de mécanismes Création de trajectoires

Animation de mécanismes Création de trajectoires Animation de mécanismes Création de trajectoires D. Chablat 1 Affichage des relations et des paramètres dans un produit Activer la visualisation 2 Création d un Robot Scara Création de deux pivots et une

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Blagnac Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008 AUTOMATIQUE et SYSTEMES Les cours, TD et TP seront entièrement programmés en 2 ème année.

Plus en détail

Articulés. Université Libre de Bruxelles. Laboratoire des Structures Actives Service des Constructions Mécaniques et Robotique

Articulés. Université Libre de Bruxelles. Laboratoire des Structures Actives Service des Constructions Mécaniques et Robotique Université Libre de Bruxelles F a c u l t é d e s S c i e n c e s A p p l i q u é e s Théorie Générale des Systèmes Articulés Introduction à la Robotique André PREUMONT 2 nde Edition - 2001 Laboratoire

Plus en détail

Robotique IUP TASV. Année 2004-2005

Robotique IUP TASV. Année 2004-2005 1 Robotique IUP TASV Année 2004-2005 2 Introduction 1. Définition et historique 2. Différentes catégories de robots 3. Vocabulaire de la robotique 4. Caractérisation des robots 5. Les différents types

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

MODÉLISATION D UNE SUSPENSION DE VOITURE T.D. G.E.I.I.

MODÉLISATION D UNE SUSPENSION DE VOITURE T.D. G.E.I.I. 1. Modèle de voiture MODÉLISATION D UNE SUSPENSION DE VOITURE T.D. G.E.I.I. Un modèle simpli é de voiture peut être obtenu en supposant le véhicule soumis uniquement à la force de traction u dûe au moteur

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

Métrologie tridimensionnelle : Technologie des Machines à Mesurer

Métrologie tridimensionnelle : Technologie des Machines à Mesurer Métrologie tridimensionnelle : Technologie des Machines à Mesurer SPRUYT G. 1 / 14 I.S.I.P.S Table des matières 1. Construction des machines à mesurer... 3 1.1. Architecture... 3 1.1.1. Machine à portique...

Plus en détail

Étude des robots parallèles

Étude des robots parallèles Étude des robots parallèles Ce devoir est une étude simplifiée des robots parallèles, il comporte trois études. Nous limiterons l étude aux robots D.. Présentation générale Les robots peuvent se classer

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Manipulateurs Pleinement Parallèles

Manipulateurs Pleinement Parallèles Séparation des Solutions aux Modèles Géométriques Direct et Inverse pour les Manipulateurs Pleinement Parallèles Chablat Damien, Wenger Philippe Institut de Recherche en Communications et Cybernétique

Plus en détail

Dispositif d essuie-glace de la Renault Scenic II

Dispositif d essuie-glace de la Renault Scenic II S si Dispositif d essuie-glace de la Renault Scenic II TD 1. Présentation du dispositif Introduction Les essuie-glaces sont des raclettes en caoutchouc, montées sur des bras actionnés par un moteur électrique,

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

PALETTISATION EN ROBOTIQUE

PALETTISATION EN ROBOTIQUE PALETTISATION EN ROBOTIQUE Auteur : DAVID CORNICE Professeur tuteur : ROMEO IONESCU INSTITUT DE TECHNOLOGIE B, UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON 1 Fig 1 et 2 : Laboratoire de robotique de l université Stefan

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Robotique industrielle

Robotique industrielle Robotique industrielle 2014 Table des matières 1 Introduction 5 1.1 Définitions....................................... 5 1.2 Composition d un robot industriel......................... 6 1.3 Configurations

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème...

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème... TABLE DES MATIÈRES 5 Table des matières I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique................... 13 1.2 Le plan...................................

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Exercice 1 : 3 points

Exercice 1 : 3 points BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Exercice 1 : 3 points PARTIE 1 : Détermination du diamètre de la roue La géométrie des trains roulants, désigne

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

S2I 1. Modélisation d un hayon de coffre électrique

S2I 1. Modélisation d un hayon de coffre électrique S2I 1 TSI 4 heures Calculatrices autorisées Modélisation d un hayon de coffre électrique 213 L industrie automobile propose sur les véhicules modernes de plus en plus de systèmes d aide à l utilisateur,

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Nouveau catalogue 520 pages de transmission de précision

Nouveau catalogue 520 pages de transmission de précision REDUCTEURS ET SERVOMOTEURS DE PRECISION HARMONIC DRIVE Nouveau catalogue 520 pages de transmission de précision Depuis 40 ans, les réducteurs et servomoteurs de précision d Harmonic Drive répondent aux

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

Commande H prédictive pour l asservissement par vision d un stabilisateur cardiaque actif

Commande H prédictive pour l asservissement par vision d un stabilisateur cardiaque actif Commande H prédictive pour l asservissement par vision d un stabilisateur cardiaque actif W. Bachta, E. Laroche, P. Renaud, J. Gangloff LSIIT, CNRS, Université de Strasbourg, INSA de Strasbourg, France

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

La commande par mode glissant

La commande par mode glissant 1. Introduction Les lois de commande classiques du type PID sont très efficaces dans le cas des systèmes linéaires à paramètres constants. Pour des systèmes non linéaires ou ayant des paramètres non constants,

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. CPGE Loritz S ciences Industrielles pour l' Ingénieur

DOSSIER TECHNIQUE. CPGE Loritz S ciences Industrielles pour l' Ingénieur DOSSIER TECHNIQUE CPGE Loritz S ciences Industrielles pour l' Ingénieur DÉFINITION DES AXES Le robot Ericc 3 est un robot ayant 5 axes de rotation. Ce robot anthropomorphe est utilisé en entreprise pour

Plus en détail

TD 2: Modèle géométrique direct

TD 2: Modèle géométrique direct TD 2: Modèle géométrique direct Introduction: morphologie des robots manipulateurs Afin de dénombrer les différentes architectures possibles d'un robot manipulateur, on peut se limiter à deux paramètres:

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB MODÉLISATION D UNE SUSPENSION ET ÉTUDE DE SON COMPORTEMENT DYNAMIQUE La suspension d une automobile est habituellement assurée par quatre systèmes

Plus en détail

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Frédéric Jean Unité de Mathématiques Appliquées ENSTA Le 02 février 2006 Outline 1 2 3 Modélisation Géométrique d un Robot Robot

Plus en détail

Robotique Manipulation et commande. Université de Strasbourg Telecom Physique Strasbourg, option ISAV Master IRIV, parcours AR Chapitre 5 Commande

Robotique Manipulation et commande. Université de Strasbourg Telecom Physique Strasbourg, option ISAV Master IRIV, parcours AR Chapitre 5 Commande Robotique Manipulation et commande Université de Strasbourg Telecom Physique Strasbourg, option ISAV Master IRIV, parcours AR Chapitre 5 Commande Plan du chapitre 1. Introduction 2. Commande articulaire

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Machine synchrone autopilotée : application aux asservissements : moteur brushless

Machine synchrone autopilotée : application aux asservissements : moteur brushless Machine synchrone autopilotée : application aux asservissements : moteur brushless Cours non exhaustif destiné aux étudiants de BTS maintenance industrielle (les textes en italiques ne sont pas à être

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date

Plus en détail

Commande auto-adaptative par auto-séquencement, avec application à un avion instable

Commande auto-adaptative par auto-séquencement, avec application à un avion instable Commande auto-adaptative par auto-séquencement, avec application à un avion instable Patrice ANTOINETTE 1 2 Gilles FERRERES 1 1 ONERA-DCSD, Toulouse 2 ISAE, Toulouse GT MOSAR, 4 juin 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Calibration de systèmes de levé mobiles

Calibration de systèmes de levé mobiles 1/30 Calibration de systèmes de levé mobiles S. Levilly, N. Seube ENSTA Bretagne Brest, FRANCE et CIDCO Rimouski Qc, CANADA Journées AFHy, Juin 2014 Les systèmes mobiles Ils sont généralement constitués

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel

BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Étude des Systèmes Techniques Industriels SYSTÈME DE DISTRIBUTION AUTOMATIQUE DE BOISSONS CHAUDES ES 7600 NECTA-WITTENBORG.

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Découvrir le système objet de l étude. Utiliser un logiciel de simulation

Découvrir le système objet de l étude. Utiliser un logiciel de simulation Lycée PE MARTIN TP N 6 durée : 2h CENTRE D INTERET : CI.5 : transmission de puissance, transformation de mouvement MECANISME D ESSUIE GLACE BOSCH TP de découverte. Application - mise en œuvre de savoirs/savoir-faire.

Plus en détail