André Crosnier LIRMM ERII4, Robotique industrielle 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "André Crosnier LIRMM 04 67 41 86 37 crosnier@lirmm.fr. ERII4, Robotique industrielle 1"

Transcription

1 André Crosnier LIRMM ERII4, Robotique industrielle 1

2 Obectifs du cours 1. Définitions et terminologie 2. Outils mathématiques pour la modélisation 3. Modélisation des robots Modèles géométriques à chaîne ouverte simple Modèles cinématiques à chaîne ouverte simple 4. Commande de robots Génération de mouvements Asservissement et architecture de commande Synthèse de commandes ERII4, Robotique industrielle 2

3 Modélisation Génération de mouvements Conception de cellules flexibles et Programmation hors ligne ERII4, Robotique industrielle 3

4 1. Définitions et terminologie Un robot : c est quoi? Mot d origine tchèque (Robota), signifiant corvée Dictionnaire : appareil automatique capable de manipuler des obets ou d'exécuter des opérations selon un programme fixe ou modifiable AFNOR (Association Française de Normalisation) : manipulateur commandé en position, reprogrammable, polyvalent, à plusieurs degrés de liberté, capable de manipuler des matériaux, des pièces, des outils et des dispositifs spécialisés, au cours de mouvement variables et programmés pour l exécution d une variété de tâche. Il a souvent l apparence d un ou plusieurs bras se terminant par un poignet ERII4, Robotique industrielle 4

5 Quelques chiffres Cf. Nombre d unités installées En France : Dans le monde : > 2 à 3 millions R obots installés par an 2000 Secteurs d activités 1500 Automobile et équipementiers 1000 Industrie plastique 500 Industrie mécanique 0 Industrie des équipements électroniques Industrie alimentaire et agro-alimentaire Applications Soudage à l arc, par points Chargement et déchargement de machines Palettisation/emballage Manutention de pièces et assemblage ERII4, Robotique industrielle 5

6 Constructeurs ABB (IRB6400) Staübli (RX90) Kuka (KR15) Comau Fanuc (S420) ERII4, Robotique industrielle 6

7 Outils de CAO CATIA (Dassault Systèmes) Adept Kuka ERII4, Robotique industrielle 7

8 Cellule robotisée Commande Perception Capteurs proprioceptifs Capteurs extéroceptifs ERII4, Robotique industrielle 8

9 Structure mécanique des robots Constituants mécaniques Organe terminal (effecteur, préhenseur, outil) Structure mécanique articulée : porteur ERII4, Robotique industrielle 9

10 Représentation des liaisons rotoïdes et prismatiques Liaison R Liaison P Exemple : description d un robot de type SCARA (R R R P) R R R P ERII4, Robotique industrielle 10

11 Exemples de morphologies Porteurs anthropomorphiques (RRR) Porteurs sphériques (RRP) Porteurs toriques (RPR) Porteurs cylindriques (RPP) Porteurs cartésiens (PPP) Vidéos : Clip vidéo Clip vidéo Clip vidéo ERII4, Robotique industrielle 11

12 Définitions Articulations Définition : une articulation lie deux corps successifs en limitant le nombre de degrés de liberté l un par rapport à l autre. On appelle mobilité de l articulation le nombre de degré de liberté, 0 m 6. Lorsque 1 m=, l articulation est soit rotoïde soit prismatique Articulation rotoïde : articulation de type pivot réduisant le mouvement entre deux corps à une rotation autour d un axe qui leur est commun. La situation relative entre les deux corps est donnée par l angle autour de l axe. Symbole : R Articulation prismatique : articulation de type glissière réduisant le mouvement relatif entre les deux corps à une translation le long d un axe. La situation relative entre les deux corps est mesurée par une distance. Symbole : P ERII4, Robotique industrielle 12

13 Espace articulaire Définition : espace dans lequel est représentée la situation de tous les corps. Pour représenter celle-ci, la solution adoptée consiste à associer à chaque articulation une ou plusieurs variables (variables articulaires ou coordonnées articulaires) Si N est le nombre de variables articulaires indépendantes et correspond au nombre de degré de liberté de la structure mécanique, l espace des variables articulaires R N est aussi appelé espace des configurations. En général à chaque variable articulaire correspond une motorisation Espace opérationnel Définition : espace dans lequel est représentée la situation de l effecteur Représentation : coordonnées cartésiennes de R 3 pour la position et le groupe SO (3) 3 X des rotations propres de R pour l orientation : R = R 3 x SO(3) X dimension M de R : nombre de degrés de liberté maximum que peut avoir l organe terminal, et est égale au nombre de paramètres indépendants nécessaires pour décrire la situation de l organe terminal dans l espace. Dans le cas général, M est au plus égal à 6, et on a : M N. ERII4, Robotique industrielle 13

14 Redondance Définition : redondant lorsque l on a : M < N Avantage : garantir le volume du domaine accessible et préserver les capacités de déplacement de l organe terminal en présence d obstacles Configuration singulière Définition : configuration est dite singulière si le nombre de degré de l organe terminal est inférieur à la dimension de l espace opérationnel Exemple : deux axes d articulations prismatiques se trouvent parallèles ou deux axes d articulations rotoïdes se trouvent confondus Caractéristiques d un robot Norme ISO 9946 Espace de travail : l espace des situations que l organe terminal peut atteindre. Il est défini par les limites imposées par le nombre de degré de liberté, les débattements articulaires, les longueurs des segments Charge utile ou charge maximale transportable par le robot Vitesses et accélérations maximales ERII4, Robotique industrielle 14

15 Performances : exactitude (écart entre situation commandée et moyenne des situations atteintes), répétabilité (dispersion des situations lorsqu on commande la même situation) Résolution qui correspond à la petite modification de la configuration du robot à la fois observable et contrôlable par le système de commande. ERII4, Robotique industrielle 15

16 2. Outils mathématiques pour Coordonnées homogènes Point la modélisation Soit un point p de l espace ayant pour coordonnées px, py, p z. On appelle coordonnées homogènes du point p les termes px, py, pz, w où w est un facteur d échelle. Le point p en coordonnées homogènes est défini par : px px / w p p = y Proection p' = py / w pz w pz / w ERII4, Robotique industrielle 16

17 ERII4, Robotique industrielle 17 En pratique on a w=1. Il en résulte : Proection ' 1 x x y y z z p p p p p p p p = = Vecteur La représentation d un vecteur 1 2 u p p = en coordonnées homogènes est définie par : 0 x y z u u u u =

18 Transformation de repères Définition Soient R = O, x, y, z et R = O, x, y, z deux repères orthonormés. i i i i i La transformation permettant de passer du repère R au repère i une matrice de transformation homogène de dimension 4x4 définie par : R est caractérisée par s n a P s n a P s n a P x x x x i i i i i T = s n a P y y y y = z z z z i i i i où les termes s, n, a, P représentent d une part les vecteurs unitaires des axes x, y et z du repère R définis dans le repère R et d autre part le vecteur i exprimant l origine de R dans R. i R i x i z i y i i T z x R y ERII4, Robotique industrielle 18

19 Propriétés des matrices de transformation homogène i Matrice de rotation pure : P = 0 Matrice de translation pure : i A i i i A P T = = I 3 Les éléments de la matrice i A représentent les cosinus directeurs qui font apparaître trois éléments indépendants. Le trièdre s n a définit une base orthonormée, ce qui suppose que : s = n = a = 1 et sn = 0, na = 0 et as = 0; l un des trois vecteurs se déduit du produit vectoriel des deux autres vecteurs. Par exemple, on a : a= s n. La matrice i 1 T i i A = A A est orthogonale. On a donc : ( ) ( ) L inverse de la matrice i T définit la matrice T telle que : i 1 i i i i i = = = i p T p p T p T p ERII4, Robotique industrielle 19

20 Transformation de vecteur Soit un point p défini dans le repère repère R est obtenu simplement par la relation : i R. Le calcul des coordonnées du point dans le i i i i p= T p= A p + P z p y z i i p R R i i P x y i x i Exercice : déterminer l expression de : i T 1 = T i ERII4, Robotique industrielle 20

21 ERII4, Robotique industrielle 21 Rotation autour des axes principaux Rot(, ) i c s T x s c θ θ θ θ θ = = Composition des transformations i x i z i y i R k R 2 R 1 R 1 0 T 2 1 T i x i z i y i R x z y R θ θ θ

22 Exemple : 0 T = Rot( x,30 ) Trans( y, ) 2 d R 2 Multiplication à droite : Repère courant => dernier repère R 1 R 0 Multiplication à gauche : Repère courant => repère base R 2 R 0 R 1 ERII4, Robotique industrielle 22

23 Exercice : on considère le repère R défini dans le repère R par la matrice de i transformation : i T = Rot( x,30 ) Trans( y,2). Calculer la matrice i T et la matrice inverse Calculer les coordonnées du point ( 1 2 1) T repère R. i i T 1 T = i. p = définies dans le repère R dans le ERII4, Robotique industrielle 23

24 3. Modèles des robots Problématique Environnement Modèles géométriques Modèles cinématiques Modèles dynamiques R 0 Espace articulaire Espace opérationnel Réalisation de la commande Description de la tâche ERII4, Robotique industrielle 24

25 Modèle géométrique direct (MGD) Définition X = f() q T q : vecteur de variables articulaires : q= q q 1 n X : vecteur de coordonnées opérationnelles défini sous la forme suivante : T X = x x R n 1 m a n s 0 T n R 0 ERII4, Robotique industrielle 25

26 Transformation de coordonnées : 0T () 0 () 1 () n 1 n q = T q T q T () q 1 2 n Représentations utilisées pour définir le vecteur X : X = P x P y P z s x s y s z n x n y n z a x a y a z X = P P P n n n a a a x y z x y z x y z, s= n a ERII4, Robotique industrielle 26

27 Description de la géométrie Description de Khalil et Kleinfinger Description de Denavit-Hartenberg Structure simple ouverte : n +1 corps : la situation de chaque corps est définie par un repère C : base du robot 0 C n : corps porteur de l organe terminal n articulations : l articulation est caractérisée par la variable q. L articulation lie les corps C et C 1 R 1 C R C 1 Articulation ERII4, Robotique industrielle 27

28 Définition du repère R : L axe z est porté par l articulation L axe x est porté par la perpendiculaire commune aux axes z et z. Si les axes +1 z et z sont parallèles ou colinéaires, le choix de x +1 n est pas unique. En général des considérations de symétrie ou de simplicité permettent un choix rationnel. Le passage de R à 1 α : angle entre les axes d : distance entre les axes θ : angle entre les axes r : distance entre les axes R s exprime en fonction de 4 paramètres : z et z 1 correspondant à une rotation autour de z et z 1 le long de x 1 x et x 1 correspondant à une rotation autour de z x et x 1 le long de z x 1 ERII4, Robotique industrielle 28

29 z x θ O z 1 x 1 r d θ α α O 1 ERII4, Robotique industrielle 29

30 La variable articulaire q associée à la ième articulation est définie soit par θ soit par r selon le type de cette articulation (R ou P) : q = σ θ + σ r avec Matrice de transformation : σ = 0 si Rotoide 1 si Prismatique 1 T = Rot( x, α ) Trans( x, d ) Rot( z, θ ) Trans( z, r ) 1 T cθ sθ 0 d cα = sθ cα cθ sα r sα sα sθ sα cθ cα r cα ERII4, Robotique industrielle 30

31 ERII4, Robotique industrielle 31 Exemple : robot SCARA θ θ θ = r q ) ( 4 3 ) ( 3 2 ) ( 2 1 ) ( ) ( 4 0 q q q q q T T T T P a n s T = = σ α d θ r θ D 2 θ D 3 θ r 0, z 1 z 0, x 1 x 2 x 3, x 4 x 2 z 4 3, z z 2 D 3 D

32 Exercice 1 : z, z 0 1 z 2 z E y E x E x, x 0 1 x 2 x E x 2 y 2 y 0 D 2 y 1 x 1 D 3 x 0 Tableau de paramètres : σ α d θ D 2 2 r θ 0 θ 0 ERII4, Robotique industrielle 32

33 Repère R = ( x, y, z ) permet de spécifier la position et l orientation de l effecteur E E E E par rapport au corps 2. Cette position est spécifiée par une matrice homogène E constante permettant de passer du repère R au repère R. Le vecteur de variables articulaires est donné par : La matrice de passage du repère R 0 au repère E 2 E 1 2 θ q =. θ R est définie par : 0 s n a P T = 0 ( ) 1 = T q T ( q ) E E ERII4, Robotique industrielle 33

34 ERII4, Robotique industrielle c s s c T =, c s D s c T =, D E = c s D c D c s n a P s c D s D s T E + + = =

35 Exercice 2 : On note T = 1 2 le vecteur de variables articulaires. L extrémité de la structure R = x y z. E E E E q θ θ est définie par le repère C2 L z 0 z E x 0 x E C1 Base Base ERII4, Robotique industrielle 35

36 Etablir le tableau des paramètres permettant de définir la description de la géométrie de la structure. Pour chaque articulation, donner l expression de la matrice de transformation exprimant le repère R de l articulation dans le repère R. Donner aussi l expression de la matrice 2 T. En déduire la matrice de passage 0 T. E E Etudier les différents choix pour le vecteur de variables opérationnelles, noté X. Pour chaque choix, donner l expression du modèle géométrique direct et déterminer l expression de la matrice acobienne issue du modèle cinématique direct. En déduire les configurations singulières de la structure. Commenter les résultats obtenus. Etudier le lieu géométrique décrit par l extrémité de la structure. Donner l équation de ce lieu. Etudier l influence d un décalage sur l articulation 2 selon l axe x. 1 ERII4, Robotique industrielle 36

37 Volume de travail (dernière question) L d 2 > L< d2 ERII4, Robotique industrielle 37

38 Exercice 3 : On souhaite étudier le robot à 6 axes décrit par la chaîne cinématique représentée par la figure suivante. Le vecteur de variables articulaires est défini par : q = [ θ θ θ θ θ θ ] T D 2, D 3, D 4, RL 1, RL 4 et RL 6 sont des constantes. ERII4, Robotique industrielle 38

39 Compléter le tableau suivant en donnant les paramètres géométriques du robot pour les axes 4, 5 et 6 : σ α d θ r 1 0 π 0 θ RL π 2 D θ 0 D θ3 + π 2 0 Donner les expressions des matrices de passage 3 T 4, 4 T 5 et 5 T 6. Déterminer alors l expression de la position du centre outil dans le repère 3. ERII4, Robotique industrielle 39

40 Méthodes de description des orientations La situation de l organe terminal est spécifiée d un part par un vecteur de position T 0 P n = P x P y Pz et d autre part par les cosinus directeur constituant la matrice de T rotation 0 A = s n a. n Pour les positions, on utilise le plus souvent les coordonnées cartésiennes bien que la représentation cylindrique ou sphérique s avère plus pratique pour certaines structures de robot. Pour l orientation plusieurs descriptions sont utilisées dans la pratique : Description par les angles d Euler : robot PUMA (Unimate), robot ABB Description par les angles Roulis-Tangage-Lacet (RTL) : robot ACMA Description par les quaternions ERII4, Robotique industrielle 40

41 z n ψ z 0 φ y n Description par les angles d Euler Précession φ Nutation θ Rotation propre ψ x 0 θ Description par les angles de Roulis Tangage Lacet (RTL) Roulis φ Tangage θ Lacet ψ 0A n = Rot( z, φ) Rot( y, θ) Rot( x, ψ) x n y 0 0A n = Rot( z, φ) Rot( x, θ) Rot( z, ψ) Attention il existe plusieurs conventions. Il existe dans les deux cas (angles d Euler et RTL) une solution au problème inverse permettant de calculer à partir des cosinus directeur les angles correspondant. ERII4, Robotique industrielle 41

42 Modèle géométrique inverse (MGI) Position du problème Considérons la matrice 0 T spécifiant la position du repère effecteur par rapport à un E repère de référence supposé être ici le repère R. D une façon générale, on a : 0 0 T 0 T ( q) E E = n La détermination du modèle géométrique inverse consiste pour 0 T et E connues à E déterminer le vecteur q qui amène le robot dans la situation désirée. On est donc amener à résoudre l équation suivante : 0T () q 0T E 1 n = E La résolution de l équation peut conduire à plusieurs cas : Absence de solutions si la situation désirée est en dehors du volume de travail du robot Une infinité de solutions si le robot est redondant vis à vis de la tâche ou s il se trouve dans des configurations singulières Un nombre fini de solutions ERII4, Robotique industrielle 42

43 Il existe plusieurs méthodes permettant de résoudre le problème : Méthode de Paul Méthode de Pieper Méthode générale de Raghavan et Roth. Il n est pas touours possible de trouver une forme explicite du modèle géométrique inverse. Dans ce cas, on est amené à calculer une solution particulière par des procédures numériques. La solution obtenue est locale et dépend des conditions initiales. Exemple : robot plan Il est possible dans ce cas de trouver une solution analytique. Le robot possède deux degrés de liberté dans l espace opérationnel : 2 translations en x et y définissant les grandeurs que l on peut imposer. On obtient dans ce cas les équations suivantes : P x = D c12 D c P y = D s12 D s ERII4, Robotique industrielle 43

44 Modèle cinématique direct (MCD) Définition Soit X le vecteur de coordonnées opérationnelles de dimension (m,1), et q le vecteur des variables articulaires de dimension (n,1). Le modèle cinématique direct établit la relation entre les vitesses des coordonnées opérationnelles en fonction des vitesses articulaires. On a : X = Jq () q où J( q ) est la matrice acobienne de dimension (m, n) obtenue par dérivation de X par rapport à q. On a : Jq () = X q La même matrice J( q ) intervient dans le calcul du modèle différentiel qui donne les variations dx des variables opérationnelles en fonction des variables articulaires dq. On a donc : dx = J() q dq ERII4, Robotique industrielle 44

45 L intérêt de la matrice acobienne est multiple : Elle sert au calcul du modèle différentiel inverse, en offrant la possibilité d une solution locale des variables articulaires q connaissant X, Elle facilite l étude des singularités, Elle permet le calcul de l espace opérationnel accessible, Elle donne une relation liant les efforts exercés par l organe effecteur et les forces et couples exercés aux articulations => principe des travaux virtuels. ce qui conduit à : T T F dx =Γ Γ = dq J T ( q) F Exemple : robot plan Si on choisit comme variables opérationnelles le vecteur dérivation : P x θ P x θ Ds Ds Ds Jq ( ) = = P y θ P D c12 D c1 D c12 1 y θ T X = P x P y, on obtient par ERII4, Robotique industrielle 45

46 Etude des singularités Rappel : on appelle singularité une configuration particulière du robot pour laquelle le nombre de degré de l organe terminal qu il est possible de commander devient inférieur au nombre de degré de liberté nominal du robot. L analyse des configurations singulières peut être réalisée en s appuyant sur le MCD. Si on note : avec r= rang J() q r min( m,n) Si m= n, on a : r m Si m n (cas d un robot redondant), on a aussi r m. ERII4, Robotique industrielle 46

47 Lorsque r< m, il devient impossible d engendrer une vitesse et donc un mouvement le long ou autour de certaines directions. Le robot possède une configuration singulière d ordre égale à m-r. Exemple : det Jq ( ) = DD c1 s12 c1 2 s1 = DD s θ q= kπ Le robot possède une configuration singulière défini par le vecteur : 1 ERII4, Robotique industrielle 47

48 Modèle cinématique inverse (MCI) Le modèle cinématique inverse permet de déterminer, dans le voisinage d une configuration q, les vitesses articulaires q qui assurent une vitesse opérationnelle X imposée. Dans le cas régulier et si la matrice acobienne est carrée, on a : q = J 1 () q X Lorsque la matrice acobienne n est pas carrée, on utilise la pseudo-inverse pour calculer le vecteur q. On a alors : q = J+ () q X ERII4, Robotique industrielle 48

49 Il existe plusieurs techniques de mise en œuvre du MCI : Méthode s appuyant sur une solution analytique qui nécessite de traiter séparément tous les cas singuliers. Elle conduit à un temps de calcul réduit. Méthode numérique plus générale fondée sur l utilisation de la pseudo-inverse qui permet de traiter tous les cas. Elle nécessite un temps de calcul plus important que la méthode analytique. ERII4, Robotique industrielle 49

50 Modèle dynamique Définition Le modèle dynamique établit la relation entre les couples (et/ou forces) appliqués aux actionneurs et les positions, vitesses et accélérations articulaires : τ = f (,,) qqq (1) où q vecteur des positions articulaires q vecteur des vitesses articulaires q vecteur des accélérations articulaires τ vecteur des couples/forces des actionneurs, selon que l articulation est rotoïde ou prismatique On convient d appeler modèle dynamique inverse, ou tout simplement modèle dynamique, le modèle décrit par la relation (1). ERII4, Robotique industrielle 50

51 Le modèle dynamique direct est celui qui exprime les accélérations en fonction des positions, vitesses et couples des actionneurs. Il est représenté par la relation de la forme : q = g(,,) qqτ Les formalismes le plus souvent utilisés pour obtenir le modèle dynamique sont : le formalisme de Lagrange le formalisme de Newton-Euler ERII4, Robotique industrielle 51

52 A partir du formalisme de Lagrange, il est possible d écrire le modèle dynamique sous la forme suivante : avec : τ = M () qq + Vqq (,) + Gq () M ( q ) est la matrice d inertie du robot, dimension (n, n) Vqq (,) représente le vecteur des forces de Coriolis et des forces centrifuges, de dimension (n, 1) Gq () représente le vecteur des forces de gravité, dimension (n,1) ERII4, Robotique industrielle 52

53 Exemple simple l m mg d L L = τ dt q q où et τ le vecteur de couple généralisé. q L= T(énergie cinétique) Π(énergie potentielle) 1 2 sin L= Jq mgl q 2 On obtient : L = Jq et L = mlgcosq. q q On en déduit alors le modèle dynamique : Jq + mlgcosq = τ ERII4, Robotique industrielle 53

54 Prise en compte de l articulation La prise en compte au niveau de l articulation des forces de frottements et encore des forces à exercer par l organe terminal sur l environnement revient à écrire le vecteur τ sous la forme suivante : τ =Γ τ ( + τ ) où Γ : le vecteur de couples (moteur) des actionneurs τ = F sign( q ) + F q : couple de frottements sur l articulation f s v τ : couple du à la force à exercer par l organe terminal sur l environnement - ext T τ = J F ext ext Actionneurs Γ τ ext f ext τ Robot qq, (modèle dynamique) τ f ERII4, Robotique industrielle 54

55 Applications Les applications du modèle dynamique concernent : la simulation : on utilise en général le modèle dynamique direct. Pour une traectoire donnée et une force exercée par le robot sur l environnement donnée, en fonction de la loi de commande, on détermine dans un premier temps le vecteur de couples. A partir du modèle dynamique direct, on calcule le vecteur d accélération articulaire, puis par intégration la vitesse articulaire et la position articulaire. Cette approche permet de tester différentes lois de commande. la commande dimensionnement des actionneurs identification des paramètres inertiels Génération de traectoires q d Loi de commande τ Modèle dynamique q Intégration q,q ERII4, Robotique industrielle 55

56 ERII4, Robotique industrielle 56

57 4. Commande des robots manipulateurs Génération de mouvements Principe : Celle-ci consiste à calculer les consignes de référence en position, vitesse et accélération qui sont des fonctions du temps et qui assurent le passage du robot par une traectoire désirée définie soit par une suite de situations de l organe terminal soit par une suite de configurations articulaires (appelées points). Plusieurs classes de mouvements peuvent être distinguées : Mouvement entre deux points avec traectoire libre entre les points Mouvements entre deux points avec points intermédiaires spécifiés en particulier pour éviter les obstacles, et traectoire libre entre les points intermédiaires ERII4, Robotique industrielle 57

58 Mouvement entre deux points avec traectoire contrainte entre les points ; par exemple traectoire rectiligne Mouvement entre deux points avec points intermédiaires, et traectoire contrainte entre points intermédiaires. Dans les deux premiers cas, la génération de traectoires peut être réalisée directement dans l espace articulaire. Dans les deux derniers cas, comme la traectoire est décrite dans l espace opérationnel, il est préférable de raisonner dans cet espace. ERII4, Robotique industrielle 58

59 Schémas de commande Génération de mouvements dans l espace articulaire q f Génération de mouvements en q q d (t) Asservissement q i Génération de mouvements dans l espace opérationnel X f Génération de mouvements en X X d (t) MGI q d (t) Asservissement X i MGD q i ERII4, Robotique industrielle 59

60 Espace articulaire ou opérationnel?? Articulaire Avantages Elle nécessite moins de calcul en ligne car il n y a pas d appel au modèle géométrique direct et inverse Le mouvement peut être effectué sans passage par les configurations singulières Les contraintes de vitesse et de couples maximaux sont déduites directement des limites physiques des actionneurs Inconvénients La géométrie de la traectoire de l organe terminal est imprévisible : risque de collisions lorsque le robot évolue dans un environnement très encombré ERII4, Robotique industrielle 60

61 Espace opérationnel Avantages Maîtrise de la traectoire Inconvénients Transformation de coordonnées de chaque point de la traectoire Possibilité de mise en échec quand la traectoire passe par un point singulier Possibilité de mise en échec si les points de la traectoire ne sont pas dans le volume accessible du robot ou chaque fois que la traectoire nécessite un reconfiguration du robot Les limites en vitesse et en couple du robot varient en fonction de la configuration. On impose en général ces limites en terme de performances moyennes valables quelle que soit la configuration. On travaille donc en deçà des capacités réelles du robot. ERII4, Robotique industrielle 61

62 Choix Cela dépend fortement de l application. Chaque méthode conduit à des contraintes exprimées soit dans l espace articulaire (vitesse et couple maximum) soit dans l espace opérationnel (précision, prise en compte des obstacles). ERII4, Robotique industrielle 62

63 Génération de mouvement entre deux points de l espace articulaire Soient qi = q(0) et q f = q( t ) les vecteurs de coordonnées articulaires f correspondant aux configurations initiales et finales. Le mouvement entre de ces deux configurations est décrit par l équation suivante : qt () = q i + rt () D où r(t) est une fonction d interpolation qui satisfait r (0) = 0 et rt ( ) = 1 f D q = f qi ERII4, Robotique industrielle 63

64 Interpolation linéaire On a : rt () = t t f qt () = qi + t t D f Cette loi est continue en position, par contre elle est discontinue en vitesse : qt ( += ) 1 t Det q (0 = ) 0. Elle provoque des à-coups sur le robot. f ERII4, Robotique industrielle 64

65 Polynôme d interpolation de degré 3 On cherche qt () sous la forme suivante : qt () = a + a t+ a t2+ a t La détermination des coefficients est obtenue en s imposant une vitesse nulle aux points d arrivée et de départ et en se donnant les deux contraintes de positions q i f et q. Exercice : résoudre le système d équations correspondant à ces contraintes et établir l expression de la loi de mouvement qt () et tracer son allure. ERII4, Robotique industrielle 65

66 Solution : a q (0) 0 i q a q 0 i = = = a = 0 1 q( t ) a a t a t2 a t3 q f = = f 0 1 f 2 f 3 f a 3 = D 2 2 q(0) a 0 t = = 1 f qt ( ) = a + 2a t + 3a t2 = 0 a = 2 f 1 2 f 3 f 3 t3 f Ce qui conduit à l équation : () i qt q 3 t2 2 t3 = + D t2 t3 f f D ERII4, Robotique industrielle 66

67 Allure de la loi d interpolation : continuité en position et en vitesse, discontinuité en accélération. Pour palier cet inconvénient, on utilise un polynôme d interpolation de degré 5 en imposant une accélération nulle au départ et à l arrivée. ERII4, Robotique industrielle 67

68 ERII4, Robotique industrielle 68 Loi d interpolation Bang-Bang et loi trapèze C est la loi obtenu pour une phase à accélération constante usqu à t f /2 suivie d une phase de freinage usqu à t f. Le mouvement est continu en position et en vitesse. Il reste discontinu en accélération. La position est donnée par les équations suivantes : 2 ( ) 2 pour 0 2 f f t t i qt q D t t = + 2 ( ) pour 2 f f t t t i qt q D t t t t f f = + + Saturation en vitesse : loi trapèze

69 Calcul du temps minimal La durée t f du mouvement n est pas spécifiée. Pour chaque articulation, il est possible à partir des limites technologiques des actionneurs de déterminer les accélérations et les vitesses maximales admissibles. A partir de ces contraintes, on impose le temps t f pour chaque articulation. Le temps minimum adopté pour la génération de traectoire est alors pris égal à : t = max( t,, t ) f f1 f n ERII4, Robotique industrielle 69

70 Exercice : on étudie la génération de mouvements d une articulation d un robot définie par la variable articulaire q(t) en utilisant une loi trapèze. Cette articulation est caractérisée par une vitesse maximale q max et une accélération maximale q max. La durée du mouvement est notée t F. On appelle α (0 α 1) la durée relative (par rapport à t F ) de la phase d accélération et de décélération. - Tracer l allure de qt (), qt () et qt (). - Calculer la durée du mouvement t F en fonction de α, q max et q max. Préciser la condition sur t F, q max et q max pour que α < 1. - En supposant que α < 1, déterminer la valeur de α pour avoir un déplacement total de l articulation égal à : q 2 q= q( t= t ) q( t= 0) = 10 max F q max ERII4, Robotique industrielle 70

71 Architecture matérielle d une articulation Système de commande Variateur de vitesse MCC GT Réducteur CI Charge Mise en équation i M u Variateur de vitesse u M q M q Charge ERII4, Robotique industrielle 71

72 Articulation : J q + f q =Γ C C C Réducteur: q q = M et q Γ = q Γ (conservation de l énergie) N M u C Moteur : J q + f q =Γ Γ M M M M M u Exercice : établir l équation différentielle caractérisant le fonctionnement de l articulation (relation entre q et Γ ). Proposer un choix pour N afin de M M garantir l accélération maximale sur l articulation. Etablir les schémas fonctionnels lorsque le variateur réalise soit une commande en courant (i = Au) soit une commande en tension (u Au M M = ). ERII4, Robotique industrielle 72

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Chapitre 0 : Généralités sur la robotique 1/125

Chapitre 0 : Généralités sur la robotique 1/125 Chapitre 0 : Généralités sur la robotique 1/125 Historique de la robotique Étymologie : le mot tchèque robota (travail). Définition : un robot est un système mécanique polyarticulé mû par des actionneurs

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Manipulateurs Pleinement Parallèles

Manipulateurs Pleinement Parallèles Séparation des Solutions aux Modèles Géométriques Direct et Inverse pour les Manipulateurs Pleinement Parallèles Chablat Damien, Wenger Philippe Institut de Recherche en Communications et Cybernétique

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Frédéric Jean Unité de Mathématiques Appliquées ENSTA Le 02 février 2006 Outline 1 2 3 Modélisation Géométrique d un Robot Robot

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Automatique Modélisation et commande de systèmes par représentation d état

Automatique Modélisation et commande de systèmes par représentation d état Automatique Modélisation et commande de systèmes par représentation d état Marc BACHELIER - PPS5 October 30, 2013 Abstract Ce cours a pour objectif de faire découvrir des méthodes de conception de commande

Plus en détail

S2I. Analyse sanguine automatisée

S2I. Analyse sanguine automatisée I S2I MP 3 heures Calculatrices autorisées Analyse sanguine automatisée Problématique de l analyse sanguine 2010 L évolution des connaissances associées à l analyse sanguine a conduit à l amélioration

Plus en détail

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus.

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus. CABLECAM de HYMATOM La société Hymatom conçoit et fabrique des systèmes de vidéosurveillance. Le système câblecam (figure 1) est composé d un chariot mobile sur quatre roues posé sur deux câbles porteurs

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME

INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME Deuxième partie : introduction. 137 INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME I. OBJET ET ENJEUX DE L ÉTUDE. La conception des véhicules automatisés, ou robots mobiles, à roues est un domaine de

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Session 2007 Étude des systèmes techniques industriels Durée : 6 heures coefficient : 8 AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR. Partie I - Analyse système SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR COMPORTEMENT DYNAMIQUE D UN VEHICULE AUTO-BALANCÉ DE TYPE SEGWAY Partie I - Analyse système Poignée directionnelle Barre d appui Plate-forme Photographies 1 Le support

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

MÉCANIQUE PHQ 310. David Sénéchal. Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke

MÉCANIQUE PHQ 310. David Sénéchal. Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke MÉCANIQUE II PHQ 310 David Sénéchal Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke 25 juin 2015 2 Table des matières 1 Mécanique de Lagrange 9 1.1 Équations de Lagrange........................................

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

Commande robuste et extensions Pierre Apkarian. Travail Sous-Marin 15-16 Janv. 2014

Commande robuste et extensions Pierre Apkarian. Travail Sous-Marin 15-16 Janv. 2014 Commande robuste et extensions Pierre Apkarian Travail Sous-Marin 15-16 Janv. 2014 Sommaire Introduction Techniques fondamentales de commande robuste Extensions Travail Sous-Marin 15-16 Janv. 2014 - -

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0

Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive. Version 1.0 Système à enseigner : Robot M.I.M.I. MultipodeIntelligent à Mobilité Interactive Sommaire - Le Robot M.I.M.I. (Multipode Intelligent à Mobilité Interactive) - Présentation du Système à Enseigner. - Composition

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

A. Benali 0248484081 benali@ensi-bourges.fr. Objectifs du cours

A. Benali 0248484081 benali@ensi-bourges.fr. Objectifs du cours A. Benali 0248484081 benali@ensi-bourges.fr 64 Objectifs du cours Comment procéder pour donner des ordres au robot Apprendre à représenter la position et l orientation d une chaîne mécanique Être capable

Plus en détail

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO»

Etude du SIMULATEUR DE VOL «FLY-HO» ECOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 212 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES INGENIEURS DU CONTROLE DE LA NAVIGATION AERIENNE Epreuve optionnelle obligatoire de SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGENIEUR

Plus en détail

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème...

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème... TABLE DES MATIÈRES 5 Table des matières I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique................... 13 1.2 Le plan...................................

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX 1. EXPERIENCE 1 : APPLICATION DE LA LOI FONDAMENTALE DE LA DYNAMIQUE a) On incline d un angle α la table à digitaliser (deuxième ou troisième cran de la table).

Plus en détail

Extrait des Exploitations Pédagogiques

Extrait des Exploitations Pédagogiques Pédagogiques Module : Compétitivité et créativité CI Première : Compétitivité et créativité CI institutionnel : Développement durable et compétitivité des produits Support : Robot - O : Caractériser les

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Analyse dynamique des structures du génie civil. V. Denoël

Analyse dynamique des structures du génie civil. V. Denoël Analyse dynamique des structures du génie civil V. Denoël Dernière mise à jour : 27 octobre 2 Table des matières Introduction 3 2 Systèmes à un degré de liberté 5 2. Établissement de l équation du mouvement..................

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Cadre COMMENT TIRER BENEFICE DES SYSTEMES ROBOTISES. Yash Khandhia, Wilfrid Baroche, Dominique Humblot - AC&E

Cadre COMMENT TIRER BENEFICE DES SYSTEMES ROBOTISES. Yash Khandhia, Wilfrid Baroche, Dominique Humblot - AC&E COMMENT TIRER BENEFICE DES SYSTEMES ROBOTISES Yash Khandhia, Wilfrid Baroche, Dominique Humblot - AC&E Résumé Abstract Cet article présente une approche nouvelle et innovante de simulation et de programmation

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Contrôle de la trajectoire d un véhicule automobile

Contrôle de la trajectoire d un véhicule automobile Contrôle de la trajectoire d un véhicule automobile Guillermo Pita Gil, doctorant CIFRE en collaboration avec Renault Encadrants : Emmanuel Godoy, Didier Dumur GT MOSAR 3 Janvier 009 Objectif : contrôler

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Figure 1 : représentation des différents écarts

Figure 1 : représentation des différents écarts ulletin officiel spécial n 9 du 30 septembre 2010 Annexe SIENES DE L INGÉNIEUR YLE TERMINAL DE LA SÉRIE SIENTIFIQUE I - Objectifs généraux Notre société devra relever de nombreux défis dans les prochaines

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Développement de lois et de structures de réglages destinées à la téléopération avec retour d effort

Développement de lois et de structures de réglages destinées à la téléopération avec retour d effort Développement de lois et de structures de réglages destinées à la téléopération avec retour d effort Thomas Delwiche, Laurent Catoire et Michel Kinnaert Faculté des Sciences Appliquées Service d Automatique

Plus en détail

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0 -SPE-ALAR : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard Version 1.0 Observatoire de Paris 61, avenue de l Observatoire 75014 Paris France tél 33 (0)1 40 51 21 58 fax 33 (0)1 43

Plus en détail

Commande auto-adaptative par auto-séquencement, avec application à un avion instable

Commande auto-adaptative par auto-séquencement, avec application à un avion instable Commande auto-adaptative par auto-séquencement, avec application à un avion instable Patrice ANTOINETTE 1 2 Gilles FERRERES 1 1 ONERA-DCSD, Toulouse 2 ISAE, Toulouse GT MOSAR, 4 juin 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Michel Henry Nicolas Delorme

Michel Henry Nicolas Delorme Michel Henry Nicolas Delorme Mécanique du point Cours + Exos Michel Henry Maître de conférences à l IUFM des Pays de Loire (Le Mans) Agrégé de physique Nicolas Delorme Maître de conférences à l université

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 Analyse de la vidéo Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet 10 mars 2015 Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 La représentation d objets Plan de la présentation 1 La représentation

Plus en détail