ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE ~JIVERSITÉ DU QUÉBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE À L'OBTENTION DE LA EN TECHNOLOGIE DES SYSTÈMES M, ING.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE ~JIVERSITÉ DU QUÉBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE À L'OBTENTION DE LA EN TECHNOLOGIE DES SYSTÈMES M, ING."

Transcription

1 ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE ~JIVERSITÉ DU QUÉBEC MATTRISE COMME EXIGENCE PARTIELLE À L'OBTENTION DE LA EN TECHNOLOGIE DES SYSTÈMES M, ING. PAR NELSON SAVARD MONT-, DÉCEMBRE 1996 adroits réservés de Nelson Savard

2 I*m National Library of Canada Acquisitions and Bibliographic Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395, rue Wetlingfon Ottawa ON K1A ON4 Ottawa ON KI A ON4 Canada Canada Your fi& Votre référence Our fik Noire rëfdrence The author has granted a nonexclusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, loan, distribute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts fiom it rnay be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distnïuer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Nelson Savard (Sommaire) Dans un environnement de conception assistée par ordinateur (CAO), toutes les opérations de production de dessins mécaniques profitent de l'évolution constante des technologies. Ceci nr est toutefois pas vrai pour ce qui est de la validation de l'information contenue dans le dessin. En effet cette étape du processus est demeurée presque inchangée depuis l'époque de la table h dessin. On utilise toujours une version sur papier du dessin pour vérifier les dimensions. les tolérances et autres informations. De plus, l'utilisation d'un logiciel implique qu'il existe un fichier informatique pour le dessin et celui-ci doit respecter certaines règles quant à la manière que l'information y est structurée. La conformité à ces règles doit aussi faire l'objet d'une vérification. Le besoin d'un outil informatique d'assistance à la validation des dessins est la motivation première dc choix de ce projet d'application. Dans ce travail, un environncment en industrie est étudié pour fournir des conditions et contraintes qui sont existantes. Il s'sgit du secteur de l'ingénierie des essais de la compagnie Pratt t Nhitney Du Canada ~tée (P&WC) située à Longueuil. Le logiciel de CAO utilisé est CATIA de Dassaults systems. 11 existe quelques travaux portant sur certains aspects de la validation dimensionnelle mais aucun englobant toute la vérification de dessin semble exister. La présente recherche débute par une description des différentes pratiques de dessin en vigueur pour dimensionner et représenter une pièce. Par la suite, l'environnement étudié est décrit plus

4 en détails avec les informations relatives à la structure des modèles CATIA- Un sondage mené auprès des utilisateurs a permit de recueuillir de l'information sur les causes des révisions de dessin et sur les méthodes de travail utilisées- Ces résultats nous informent sur l'importance relative des diff &entes vérifications à faire, En considérant les niveaux de difficulté escomptés pour chacune, une séquence d'exécution qui élimine les possibilités de redondances est suggérée. On arrive ainsi à produire une ébauche de l'outil de vérification qui est requis- La conclusion de ce travail est que le besoin est 12 et que la validation dimensionnelle et géométrique par un logiciel d'aide est possible - Les utilisateurs rencontrés au cours de cette recherche ont tous démontré leur appui à la possibilité d'une plus grande facilité à faire cette portion de leur travail,

5 VALIDATION OF DIMENSIONAL AND GEOMETRICAL SPECIFICATIONS IN MECHANICAL DESIGN DRAWINGS Nelson Savard ( Abstract) Progress in computer technologies over the past years have permitted the advent of very advanced tools in the design office. Today's designers and draftmen are given a vast array of possibilities making the preparation of mechanical drawings much faster- It had a great impact on geometry precision and ease of use specially when time cornes to execute modifications to a drawing. Nevertheless, a very important aspect of drafting has yet to benefit from this progress, it is the validation of dimensions and other informations contained on the drawing, In addition, computer files of those drawings also require to be checked in regard to the file structure and its contain to facilitate use by others and minimize rnemory size requirements. The need for computer aided checking of drawing is at the source of this research. This work is based an an indust.ria1 cnvironrnent; the Test Engineerin~ group from Pratt & Whitney of Canada Ltd. Some pieces of work do treat of dimensional validation but none aims at the overall approval of a drawing- Researchers seem to be more interested in producing as automated as possible computer applications and in doing so, the scope of application is reduced. This report describes the drafting practices used and the working environment. Also the CATIA file structure is explained to complete the picture- Processing of this information is done by incorporating the results of a survey done among the Test Engineering group CATIA designers.

6 To conclude, this report supports the feasability of such a tool and recommandation is àone to promote a followup to this work in order to develop a prototype- Support rom the surveyed group seems likely because designers do realize the need and this should facilitate the task.

7 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier messieurs Roland Maranzana et Alain Desrochers pour leurs conseils tout au long de ce tra- vail- Leur attitude toujours positive m'a grandement aidé, Je veux aussi souligner la contribution des concepteurs de la section de l'ingénierie des essais qui ont bien voulu prendre le temps de répondre au sondage, une source df information qui fût très utile dans ce travail. Lr aide reçue des collègues de travail oeuvrant dans le groupe des applications de systèmes informatiques m'a aider à mieux connaître CATIA en me faisant voir les possibilités dr interaction qui existent en dehors des fonctions en ligne auxquelles les concepteurs sont habitués. Finalement, j e dois dire merci à mon épouse, Suzanne, pour son soutien constant et ments où les obligations d'un nent un fardeau pour toute la sa compréhension dans les rcoprogramme de maîtrise devienfamille.

8 Page ABSTRACT REMERCIEMENTS v iii LISTE DES TABLEAUX viii CHAPITRE 2 : Pratiques de dessin La vérification de dessin Cas particuliers de représentation Dimensionnement Ensemblede trous ~éornétrie repétitive ~éométries définies sans dj-mension. -17 CHAPITRE 3 : La CAO chez Pratt & Whitney Du Canada Ltée ApportdelaCAO Milieu de travail étudié Fonctions de dessin CATIA Standards de dessin chez Pratt & Whitney Canada, Structure des modèles CATIA Contrôle de la taille des modèles CHAPITRE 4 : vérification des modèles CAO Sondage parmi des concepteurs chez Pratt & Whitney Canada Importance relative des vérifications Classification des vérifications ~éveloppement d'un outil de vérification Structure générale

9 vii séquence des vérifications CONCLUSION , BIBLIOGRAPHIE ANNEXES A : Pratiques dedessin,.,, C : Convention pour la distribution des éléments sur les différentes couches d'un modèle CATIA D : ~aractéristiques graphiques des éléments

10 viii LISTE DES TABLEAUX Page 4.1 ~esultats de la question no.1 du sondage ~ésultats de la question no-2 du sondage ~ésultats de la question no.3 du sondage Compilation

11 LISTE DES FIGURES Page 2.1 ~eprésentation graphique des filets Vues et coupes longitudinales ~eprésentation graphique des filets Vues de dessus ~eprésentation graphique des engrenages Coupes longitudinales Exemple d'un dessin d'une pièce très allongée Exemples d'agencement de trous couramment utilisés Dimensionnement de surfaces répétitives ~lècheavectexte , Dimensionnement par traits de continuation A.1 Coupe longitudinale drue filet externe Dimensionnement d'un filet non-standard , -59 A.2 ~eprésentation graphique des filets internes Coupes trous débouchants et non-débouchants A.3 Vue de dessus montrant différents agencements detraus filetés, A.4 ~eprésentation graphiques des filets de tuyauterie Dimensionnement de filets internes A.5 Agencement de trous rectangulaire Avec dimens ionnement A. 6 Distribution non-unif orme de trous Exemplede trou "OFFSETn A.7 ~eprésentation graphique d'un engrenage cyl. droit Exemple de texte pour dimensionner A.8 Vue répétitive

12 A-9 Surfaces répétitives A-10 ~éométrie définie sans dimension Application utilisant le terme "FULL RAD" A-11 Trait de continuation Exemples de dimensions définissant 5 surfaces A-12 Machinage optionel Exemple équilibrage de pièce

13 INTRODUCTION La validation des spécifications dimensionnelles et géométriques des dessins mécaniques est une étape cruciale dans le processus de préparation de dessin. Cette étape de vérification de dessin est demeurée une opération humaine c' est-à-dire sans assistance informatique. Ce travail de recherche a pour but, dans un premier temps, de démontrer le besoin réel dans l'industrie d'un outil de vérification de dessin assisté par ordinateur. Et dans un deuxième temps, de proposer une ébauche de cet outil après avoir déterminé 1' importance relative des dif f &-entes étapes de vérification ainsi que le niveau Ge difficulté qui se rattache à leur automatisation. Dans le cadre de ce travail, aucune &tape du développement de cet outil ou d'un prototype nr est ef factu.6e. Par contre l'ébauche doit contenir les informations nécessaires pour permettre la mise en place du processus. Le dessin industriel ou technique a connu au cours des 15 dernières années une transformation totale. En effet, comme outil de travail, on est passé de la table à dessin 5 la CAO (Conception Assistée par Ordinateur) dans 1' ensemble de l'industrie. Bien que les logiciels de CAO n'ont pas cessé d'évoluer et d'offrir de plus en plus de nouvelles

14 possibilitésrla vérification des dessins continue à se faire comme au temps de la planche à dessin. Cette lacune est la motivation première derrière cette recherche. Le type de dessin étudié dans le cadre de ce travail est le dessin de détail ("detail drawingn), c'est-à-dire un dessin contenant toute 1 ' information nécessaire pour définir complètement une pigce. Car c'est le type de dessin sur lequel s'appliquent toutes les étapes de vérification décrites dans ce travail- Les autres types tels dessin d'assemblage et schématique ne requièrent qu'une partie des vérifications et de considérer ces exceptions ne ferait qu' alourdir le travail sans apporter d' informations additionnelles. Ce travail est construit afin de fournir au lecteur une description des pratiques de dessin dans un environnement utilisant la CAO, Les méthodes utilisées ont un impact sur les moyens à prendre pour valider le dessin. De plus, un scndage mené auprès des concepteurs permet d'obtenir r;ne appréciation plus juste de 1' importacce relative des différents aspects de la vérification de dessin. La synthèse de toutes ces informations permet de proposer des critères que l'outil de vérification devra posséder pour être satisfaisant. Plus de d6tails s'ir les pratiques de dessin sont donnés en annexe. Les annexes Br C et D fournissent un ensemble d' information très utile pour analyser les entités géométriques dr un modèle. En les consultant, on voit qu' il est possible d'associer des entités géométriques à leur

15 fonction. Par exemple on peut savoir si une ligne appartient à la pièce dessinée ou au dimensionnement selon ses attributs graphiques.

16 CHAPITRE 1 ÉTAT DE L'ART Les possibilités d'assistance à la vérification dans un logiciel de CAO semblent inexistantes si l'on se fit à la littérature of ferte par les di férents fabricants. Ceux-ci mettent l'emphase beaucoup plus sur les dernières nouveautés en ce qui a trait aux modèles tri-dimensionnels et capacités de représentations graphiques. En effet, les démonstrations nocs montrent des pièces d'apparence de plus en plus près de la réalité, Une raison expliquant cette situation est que les besoins de vérification varient énormément d'un client à l'autre. Les méthodes graphiques utilisées ne sont pas les mêmes partout d'où la difficulté d'arriver avec un produit performant pour tous, Les fabricants proposent des améliorations qui ne sont pas de l'assis-cance à la vérification mais qui réussissent dans certains à apporter des ~ésultats similaires. fournissant de plus en plus des possibilit& d' automatisation d ' exécution de certaines fonctions comme le dimensionnement, la création de vues auxiliaires ou de mise à jour de la géométrie dans toutes les vues d'un dessin, on aide l'utilisateur à offrir un produit qui contient moins df erreur. Donc, on ne fait pas de vérification mais le En

17 résultat est le même car la portion du travail produite de cette façon ne contient pas d'erreur. On cherche donc plus à éliminer les erreurs à la source plutôt que de chercher à les corriger. Cette approche a bien sûr des limites car on ne pourra pas automatiser toutes les étapes de préparation d'un dessin, il y aura toujours une portion de travail réservée à l'utilisateur, d'où l'intérêt de développer un outil d'aide à la vérification- Bien que la recherche vers un outil de vérification qui englobe tous les aspects de la validation d'un dessin semble inexistante, on retrouve par contre beaucoup de littérature traitant de certains aspects du dimensionnement- nombre de références traitent d'aide au tolérancement. Un grand Pan- chal Cl] notait en 1992 du peu d'évidence de littérature sur le tolérancement et c'est pourquoi il proposait alors une procédure automatisant 1 ' assignation des tolérances. Dresner [2] aussi visait le même but mais en fonction des accumulations de tolérances. Il cherchait à minimiser le coût de la pièce en fonction des conséquences sur les coûts df usinage. Plusieurs autres ont travaillé dans le même but et cf est selon 1 ' approche proposée qu' ils d.if f èrent, comme par exemples; -Zhang [3] prône l'utilisation d'un système expert pour déterminer les surfaces fonctionnelles des pièces et les types de tolérances appropriées. 11 insiste sur 1' importance de considérer 1 ' usinage des pièces pour optimiser les tolérances dans une optique de minimisation des coûts. -Xue [4] a présenté une méthode visant à intégrer dif- férents aspects dans un système CAO "intelligent". Cette

18 approche devant utiliser les considérations d ' usinage dans l'assistance au concepteur. Une telle abondance sur cet aspect de la CAO démontre que le milieu a réalisé l'importance d'assister le concepteur bien au-delà des foncttons de dessin, alg gré l'intérêt que l'on peut porter à ces idées, ce n'est pas encore de la vérification de dessin comme ce qui est proposé dans le présent rapport, Tsujio 151 propose une méthode qui est de la vérification dimensionnelle d'un dessin. Un système prototype a été développé pour traiter les dessins de trois vues (profil, plan et élévation) où les dimensions excédentaires ou man- quantes sont détectées. Ce genre de travaux est plus dans la même veine que ce qui est proposé ici. Mais pour une ap- plication en industrie, comme il est démontré dans ce travail, il faut un outil qui peut aider dans une vérification plus globale et qui considère plus que les dimensions. 11 faut traiter la structure même des modèles informatiques et cet aspect doit être approchk cas par cas. ~ifférents logiciels de CAO proposent différentes possibilités pour les couches, les filtres, détails et graphisme. Et pour un msme logiciel, il peut exister des différences dans la constraction des modèles d'une entreprise à l'autre.

19 CHAPITRE 2 PRATIOUES DE DESSIN Le dessin technique obéit à des règles qui dictent comment certaines caractéristiques d'une pièce doivent être dimensionnées et représentées. Le dimensionnement n' est pas qu'un procédé par lequel les éléments sont cotés. Pour valider le dimensionnement d' une pièce, il faut pouvoir interpréter les informations contenues sur le dessin - Ce chapître offre une vue du dimensionnement dans son ensemble. 2.1 La vérification de dessin La vkificatioo de dessin est l'ensemble des opérations visant à approuver le dessin d'une pièce pour pouvoir la fabriquer et l'inspecter et pour autoriser l'utilisation du dessin comme référence dans la conception des autres pièces avcisinantes. ~r&senteinent tout le travail de véxif ication se fait à partir d'une copie imprimée du dessin. Comme à l'époque du dessin manuel, c'est toujours le document papier qui est validé. Et comme il est démontré dans ce rapport, pour un même résultat sur papier, deux modèles CAO peuvent être très différents l'un de l'autre selon d'autres critères. C'est aussi sous cet aspect que l'assistance à la vérification sera utile, elle devrait faciliter la normalisation de la structure des modèles CAO en fournissant aux utilisateurs la possibilité d' en effectuer la vérification plus rapidement.

20 2-2- Cas particuliers de représentation sraphisue Dans les différentes vues et sections d'un dessin, la géométrie dessinée n ' est pas toujours conforme à la pièce réelle. Ce sont ces situations qui sont décrites dans cette section. L'annexe -A- reprend ces différentes pratiques mais avec des explications plus détaillées. a. Surfaces filetées: Les surfaces filetées sont dessinées selon une convention qui simplifie leur représentation. Il en va de même pour le modèle solide car reproduire en 3 dimensions une surface filetée n'est pas facile à moins que le logiciel de CAO utilisé ne soit conçu avec une fonction dédiée pour ce type de géométrie. Sur les figures 2.1 et 2.2, on peut voir quelques exemples de représentations des caractéristiques de surfaces filetées. b. Enqrenaqes : Les engrenages s'apparentent un peu aux filets pour ce qui est de leur représentation sur le dessin dans les coupes longitudinales. Mais pour ce qui est du modèle solide 3Dr ils sont conformes à la réalité. On retrouve dans la figure 2.3 dos exenples appliqués aux engrenages cylindriques droits. c. &ornétrie entrecoupée : Pour certaines pièces de forme très allongée, il peut être nécessaire de sectionner en différents endroits la géomgtrie pour pouvoir la dessiner à une échelle satisfaisante pour le dimensionnement. Voir la figure 2.4 pour un exemple d'une pièce très allongée qui déborderait le cadre du dessin si elle était dessinée au complet à cette échelle.

21 /- O i ametre m i neur D i ametre "pi tch" 0 i ametre m i neur /- O i ametre nom i na l /' Vue Longitudina f i let externe Section longitudinale filet externe filet interne Figure 2.1 ~eprésentation graphique des filets Vues et coupes longitudinales

22 Diametre mineur Oiametre nominal Diametre du chanfrein I Vue de dessus : filet interne,-. Oiametre du chanf r e i n D i a metre rn i neur 0 i ametr-e nom I Vue de dessus : filet externe Figure 2.2 ~eprésentation graphiques des filets Vues de dessus

23 - Diametre majeur centre ENGRENAGE l NTERNE - Oiametre mineur D iarnetre "CI i tch" f Oiametre majeur de centre i neur tch" Figure 2.3 ~eprésentation graphiques des engrenages Coupes longitudinales

24 Figure 2.4 Exemple d'un dessin d'une pièce très allongée

25 d. Machinacre optionnel: Les surfaces dont le machinage est optionnel ne sont représentées graphiquement que dans la vue où elles sont dimensionnées. On ne les répète pas dans les autres vues ni dans le modèle solide. 11 n'est pas nécessaire d'énumérer toutes les situations où le machinage optionnel peut être utilisé mais à titre d'exemple on peut citer le cas d'un arbre qui doit être équilibré. On équilibre la pièce en la machinant en des endroits prévus à cette fin. Une dimension associée à une note indique le maximum de matière qui peut être enlevée à cet endroit pour 1 ' équilibrage. Le dimensionnement d'un dessin ne peut pas se faire qu'en utilisant les possibilités offertes par la fonction du logiciel servant à créer des dimensions (DIMENS2 dans CATIA). Voici donc les méthodes couramment utilisées pour définir la géométrie d'une pièce sans pour autant avoir à attacher une dimension à la surface concernée. Vous trouverez à l'annexe A - des explications plus détaillées de ces msthodes Ensembles de trous: Il est courant de tro~vrr scr une pièce des trous qui sont fonctionnels en tant que groupe. Dans ces cas, il n'y a pas de dimension diamétrale pour chacun des trous. plus, on ne retrouve que très rarement des dimensions qui positionnent chacun des trous. De C'est plutôt une description en texte rattachée à la dimension diamétrale d' un des trous qui définit leur agencement, Dans la figure 2.5, on retrouve

26 Agencement circulaire de trous Distribution u niforme Agencement circulaire de trous Distribution non-uniforme HOLES CiXRDINATES DIM "A" DIM "8" X- XXX X. XXX X, XXX X. XXX X. XXX X. XXX X. XXX X. XXX Figure 2.5 Exemples d'agencements de trous Couramment utilisés

27 quelques exemples de types d ' agencement. Ces agencements peuvent s'appliquer à toutes les formes de trou. Prenez note que, dans tous les cas, le dimensionnement de la géométrie des trous n'est donné que pour un seul trou ~éornétrie répétitive: Il existe plusieurs façons de montrer sur un dessin qu'une géométrie (excluant les ensembles de trous déjà expliqués) est répétée sur la piece. Grâce à ces méthodes, on évite d'avoir répéter les mêmes dimensions en plusieurs endroits sur un dessin. Les paragraphes qui suivent décrivent le splus courantes. a. Vues et sections r&étitives: Lorsque toute l'information (géométrie, texte et dimensions) contenue dans une vue ou une section est répétée en plusieurs endroits sur la pièce, une note à cet effet est ajoutée au bas de la vue. Le texte utilisé est généralemerrt sous une des 2 formes suivantes; -TYPICAL X PLACES ou forme abrégée TYP X PL -TYPICAL X PLACES EQ SP pour spécifier l'espacement b. Vues et sections similaires: Semblable au cas des vues répétitives sauf qu'ici il s'agit de plusieurs vues ou sections définies sur le dessin qui se partagent la même image. Par exemple, pour deux plans de coupe A-A et B-B définis sur un dessin, on ne dessine que la section A-A et on ajoute la note SECTION B-B SIMILAR.

28 c. Surfaces répétitives: Lorsqurune surface cylindrique ou plane se répète en plusieurs endroits, une seule de ces surfaces est dimensionnée. Un texte décrivant le nombre et le positionnement des autres surfaces identiques est associé à la dimension pour compléter le dimensionnement de l'ensemble (figure 2.6) - Figure 2.6 Dimensionnement de surfaces répétitives

29 2.3.3 ~éométries définies sans dimension: Les fonctions de dimensionnement (comme DIMENS2 en CATIA) sont généralement excellentes pour dimensionner des grandeurs géométriques tel diamètre, longueur, distance entre 2 surfaces et angle. Par contre, il arrive des situations où ce dimensionnement ne donne pas les résultats souhaités, ce sont ces situations qui sont décrites ici. a. lèches avec texte ( " TEXT LEADERn ) : Les flèches peuvent être utilisées pour pointer une entité géométrique et la définir par une description textuelle. C'est pour les trous et diamètres filetés que les flèches remplacent souvent les dimensions. Comme on l'a vu, cela s'explique par l'incapacité de dimensionner adéquatement la géométrie définissant les filets selon les standards (figure 2.7). PD O MAJOR DIA MINOR D[A.6279 MAX Figure 2.7 lèche avec texte

30 b. Trait de continuation : Lorsque plusieurs diamètres sont de même dimension et très près les uns des autres, on dessine des traits qui relient les lignes représentant ces diamètres. Ces traits indiquent que la dimension qui est appliquée à un de ces diamètres s'appliquent aussi aux autres (figure 2.8). Figure 2.8 Dimensionnement par traits de continuation c. Surface profilée définie par coordonnées: Un profil est généralement créé par une courbe à laquelle on fait subir une révolution autour d'un axe. Si cette courbe est définie par une série de points alors leurs coordonnées sont placees dans un tableau, ce qui évite d'encombrer le dessin.

31 d. Profils aérodvnamisues: Les profils aérodynamiques que l'on retrouve sur les composantes de compresseurs et de turbines ne sont pas définis avec des dimensions sur le dessin. Ces surfaces sont définies par des fichiers de données dont seul le nom se trouve sur le dessin. Seulement les dimensions nécessaires au positionnement du profil par rapport au reste de la pièce apparaissent sur le dessin. e. ~aractéristiques non-qéométriques: Pour compléter la définition d'une pièce, il faut inclure des notes appelées "notes généralesn qui définissent les aspects qui ne sont pas de type géométrique. Ces notes fournissent l'information relative à des caractéristiques comme: le matériau, les propriétés mécaniques, les standards de fabrication et de contrôle de qualité.

32 CHAPITRE 3 Bien que ce qui suit est expliqué en fonction de CATIA, les concepts décrits se retrouvent dans tout autre logiciel de CAO, seuls les termes utilisés diffèrent- 11 existe deux environnements de travail, soit un espace tri-dimensionnel et un autre où on retrouve le dessin tel quf il est une fois imprimé, Ir espace dessin ou "DRAW WORKSPACE". Lorsque 1' on imprime un dessin avec ses cotes et annotations, c'est l'espace dessin que l'on voit. Bien qu'il soit possible d'imprimer la géométrie de l'espace 3Dr on ne considère pas cette portion du modèle CATIA comme faisant partie du dessin. On retrouve 2 approches fondamentalement différentes pour produire des dessins, selon que l'on utilise ou pas l'espace tri-dimensionnel. a. ~éométrie 2D: Travailler uniquement en mode dessin permet d'arriver au même résultat du point de vue du dessin imprimé. Dans ce cas, le logiciel de CAO devient une table à dessin électronique.

33 b. ~éornétrie 3D filaire vs solide: L'autre approche consiste à créer une représentation en 3D de la pièce et de l'utiliser pour produire le dessin. La géométrie 3D peut être de deux types soit filaire ou solide. Le modèle filaire est constitué de lignes et de courbes qui délimitent des régions appelée FACES. Les surfaces sur lesque~les Sont définies ces faces peuvent être planes, cylindriques ou de tout autre forme. Les faces peuvent ensuite être regroupées pour former une entité appelée VOLUME qui devient la représentation tri-dimensionnelle de la pi&c:e. Pour construire un modèle solide, les logiciels de CAO offrent des fonctions qui permettent au concepteur de tl-availler directement avec des entités 3D telles des sphsres, des cubes, des cylindres et de les manipuler et d'ef fecctuer des opérations booléennes pour obtenir des formes complexes. Evidemment, une fois le modèle 3D prêt, on peut l'utiliser pour construire la géométrie du dessirn par des projections ou des coupes. L' attrait du modèle solide dans CATIA réside dans le fait qur il offre des possibilitks de transfert plus rapides vers le dessin. Le concepteur n'a qu'à définir les plans correspondant aux vues désirées et la géométrie associée à cos vues est construite en rune seule opération sans avoir à utiliser les fonctions de dessin habituelles (POINT, LINE, CURVES, etc) - De plus, toute modification du modèle solide permet une mise à jour sur demande de la géométrie dans toutes les vues Apports de la CAO ~'avènement de Ir informatique dans le monde de la conception mécanique a complètement modifié la façon de faire dans la préparation de dessins industriels. Bien plus

34 qu'une alternative au crayon, les logiciels de CAO sont des outils de travail qui permettent non seulement d'accélérer le processus dans son ensemble mais qui apportent aussi des possibilités nouvelles. Les logiciels de CAO sont conçus pour répondre à des besoins variés. Bien que dans ce travail on s'intéresse à l'aspect de la création de dessin, il faut souligner que ces outils de CAO offrent des possibilités qui dépassent les exigences de cette application. Ainsi'en parallèle avec la géométrie du dessin, on peut obtenir un modèle informatique tri-dimensionnel ou bi-dimensionnel de la pièce qui peut servir à des fins comme; finis numérique -Estimation de masse -Calculs de moments d'inertie de surface -Calculs de contraintes par méthodes d'éléments -Simulation -préparation de fichiers pour machine à contrôle L'impact des logiciels de CAO est le plus apparent selon quatre aspects de la préparation de dessin. ~rernièrement, l'apparence graphiqce des dessins s'est unif ormisée surtout au niveau de 1' information écrite comme le texte et les dimensions - En effet l'écriture manuelle et la qualité du tracé de la géométrie dessinée varient beaucoup d'un dessinateur 2 l'autre. Le critère de propreté d'un dessin qui était jadis le reflet du talent

35 d'un dessinateur n'existe plus. Du débutant au plus expérimenté les dessins produits aujourd'hui sont tous égaux à cet égard. La qualité de l'apparence visuelle n'est plus dépendante des aptitudes du dessinateur, à 1' exception bien sûr de la disposition des éléments dans le cadre du dessin. Ensuite, la facilité de corriger des erreurs comme éditer du texte, effacer ou déplacer des éléments ou en changer le graphisme permet une liberté d'action impossible à pratiquer sur une table à dessin. En troisième lieu, bon nombre d'entités géométriques sont plus facile à créer en CAO surtout lorsqurelles comportent des courbes. On n ' a qu' à penser au temps requis pour utiliser un compas pour tracer un ~uatrièrnement, la possibilité d' utiliser arc de cerclede la géométrie existante et de l'intégrer dans notre dessin diminue beaucoup le temps requis pour dessiner. C'est aussi une économie de temps appréciable dans les cas où la géométrie est répétée en plusieurs endroits sur le dessin. La puissance de calcul des ordinateurs d' au j ourd' hui permet d'avoir des outils graphiques qui donnent des images très réalistes d'une pièce avant qu'elle n'existe, ce qui aide beaucoup les communications avec d'autres intervenants. 3.2 Milieu de travail étudié Les concepts décrits dans ce rapport sont d'intérêt général car toute entreprise qui utilise des outils de CAO est confrontée aux mêmes situations. Chez Pratt & Whitney Canada'la CAO est utilisée pour produire la quasi totalité

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

Introduction : Cadkey

Introduction : Cadkey Introduction Cadkey Cadkey est un logiciel de dessin assisté par ordinateur. La fenêtre du logiciel devrait ressembler à quelque chose comme suit: Le menu supérieur: Redraw Autoscale Efface Modifier les

Plus en détail

Guide d utilisation de OroTimesheet

Guide d utilisation de OroTimesheet Guide d utilisation de OroTimesheet www.orotimesheet.com Copyright 1996-2015 OroLogic Inc. Révision 8.0.2 Table des matières I Table des matières Table des matières...i Guide d'utilisation de OroTimesheet...1

Plus en détail

Personnalisation des outils Creo et Windchill pour développer des projets

Personnalisation des outils Creo et Windchill pour développer des projets Personnalisation des outils Creo et Windchill pour développer des projets Tout utilisateur d'outils de CAO a besoin de gagner en temps, dans l'élaboration de ses modèles 3D, de ses mises en plan, dans

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION NetSuite NOTICE The information contained in this document is believed to be accurate in all respects but

Plus en détail

MEDIAplus elearning. version 6.6

MEDIAplus elearning. version 6.6 MEDIAplus elearning version 6.6 L'interface d administration MEDIAplus Sommaire 1. L'interface d administration MEDIAplus... 5 2. Principes de l administration MEDIAplus... 8 2.1. Organisations et administrateurs...

Plus en détail

Comment Utiliser les Versions, les Modification, les Comparaisons, Dans les Documents

Comment Utiliser les Versions, les Modification, les Comparaisons, Dans les Documents Comment Utiliser les Versions, les Modification, les Comparaisons, Dans les Documents Diffusé par Le Projet Documentation OpenOffice.org Table des Matières 1. Les Versions...3 2. Les Modifications...5

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 PROFIL DE L'ENTREPRISE CaseWare International Inc. 145 rue King Est, 2e étage Toronto, Ontario, Canada M5C 2Y8 Téléphone: 416-867-9504 Télécopieur: 416-867-1906 Courriel: info@caseware.com

Plus en détail

Comment faire des étiquettes

Comment faire des étiquettes Comment faire des étiquettes Révision 0.1 31/03/2004 Réalisé avec : OOo 1.1.0 Plate-forme / Os : Toutes n révision, mode d'emploi n révision : x.yz x : n de version majeure, par exemple 0 pour une phase

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Sage CRM NOTICE The information contained in this document is believed to be accurate in all respects but

Plus en détail

Intelligence d entreprise Guide de mise en route

Intelligence d entreprise Guide de mise en route Intelligence d entreprise Guide de mise en route 2013 Table des matières Guide de mise en route... 1 Rapports standard de Sage 50 Intelligence d'entreprise... 1 Accès aux rapports de Sage 50 Intelligence

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Retek Data Warehouse Web 3.0 Notes de publication

Retek Data Warehouse Web 3.0 Notes de publication Retek Data Warehouse Web 3.0 Notes de publication AIDER LA DISTRIBUTION A CREER, GERER ET SATISFAIRE LA DEMANDE DE SES CLIENTS Retek Data Warehouse Le logiciel décrit dans cette documentation est fourni

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

CINEMATIQUE DE FICHIERS

CINEMATIQUE DE FICHIERS ANDRE ANTHONY BRUNEAU Vincent JOUANNIN ROMAIN MAZEAUD MARINE RIOCHET Tony Groupe 609 CINEMATIQUE DE FICHIERS Mini-projet: Gestion de Ventes d'articles Enseignant: MONCEAUX Laura Année 2011 / 2012 TABLE

Plus en détail

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Salesforce NOTICE The information contained in this document is believed to be accurate in all respects

Plus en détail

OpenOffice.org Présentation - Débuter. Distribué par Le projet OpenOffice.org

OpenOffice.org Présentation - Débuter. Distribué par Le projet OpenOffice.org OpenOffice.org Présentation - Débuter Distribué par Le projet OpenOffice.org Table des Matières 1 Introduction 5 2 Créer une nouvelle présentation 5 2.1 L'utilisation d'un AutoPilote 5 2.2 La création

Plus en détail

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 Saint Laurent du Var Tel : 04.93.07.00.66 E mail : bij@agasc.fr www.agasc.fr. Word: La présentation

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 Saint Laurent du Var Tel : 04.93.07.00.66 E mail : bij@agasc.fr www.agasc.fr. Word: La présentation Word: La présentation Introduction 2 ième partie Bien que le contenu du document soit le plus important, Word vous offre plusieurs options pour améliorer la présentation du texte. Cette page va vous montrer

Plus en détail

Manuel MSDS+ Système de programmes pour l'impression et la gestion des fiches de données de sécurité. DR-software GmbH

Manuel MSDS+ Système de programmes pour l'impression et la gestion des fiches de données de sécurité. DR-software GmbH Manuel MSDS+ Système de programmes pour l'impression et la gestion des fiches de données de sécurité DR-software GmbH Table des matières INSTALLATION ET ACTUALISATION 1 INSTALLATION DU PROGRAMME... 2 INSTALLATION

Plus en détail

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION

Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Phone Manager Soutien de l'application OCTOBER 2014 DOCUMENT RELEASE 4.1 SOUTIEN DE L'APPLICATION Microsoft Outlook NOTICE The information contained in this document is believed to be accurate in all respects

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Export vers le format WAV dans ArtemiS SUITE

Export vers le format WAV dans ArtemiS SUITE 9/14 dans ArtemiS SUITE Export vers WAV dans le Projet 2 Réglage 2 Type de données et résolution 4 Export des informations d'impulsions tachymétriques 4 Fondu 5 Fichier Résultat 6 Paramètres pour l'export

Plus en détail

Tutoriel - flux de facturation

Tutoriel - flux de facturation 1 of 12 17.01.2007 01:41 Tutoriel - flux de facturation Le schéma ci-dessous illustre le flux de facturation classique : Lors de la création d'une facture, elle possède l'état de brouillon, ce qui veut

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

Dans la série. présentés par le site FRAMASOFT

Dans la série. présentés par le site FRAMASOFT Dans la série Les tutoriels libres présentés par le site FRAMASOFT CRÉER DES EXERCICES AVEC JCLIC-AUTHOR Logiciel: JClic-author Plate-forme(s): Linux, Windows, Mac OS X Version: 0.1.1.9 Licence: GNU General

Plus en détail

MEGA ITSM Accelerator. Guide de Démarrage

MEGA ITSM Accelerator. Guide de Démarrage MEGA ITSM Accelerator Guide de Démarrage MEGA 2009 SP4 1ère édition (juin 2010) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis et ne sauraient en aucune

Plus en détail

Champs conditionnels

Champs conditionnels Champs conditionnels Accorder le texte au genre - Reproduire une donnée déjà encodée dans le document Version 0.3 Réalisé avec : OOo 3.0 Plate-forme / Os : Toutes Distribué par le projet fr.openoffice.org

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE»

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» Du cours Modélisation Semi -Formelle de Système d Information Du Professeur Jean-Pierre GIRAUDIN Décembre. 2002 1 Table de matière Partie 1...2 1.1

Plus en détail

Freeway 7. Nouvelles fonctionnalités

Freeway 7. Nouvelles fonctionnalités ! Freeway 7 Nouvelles fonctionnalités À propos de ce guide... 3 Nouvelles fonctionnalités en un coup d'oeil... 3 À propos de la conception d'un site web réactif... 3 Travailler avec les pages pour créer

Plus en détail

Didacticiel du service cartographique en cache

Didacticiel du service cartographique en cache Didacticiel du service cartographique en cache Copyright 1995-2012 Esri All rights reserved. Table of Contents Didacticiel : Création d'un service de carte mis en cache................... 3 Copyright 1995-2012

Plus en détail

Trier les ventes (sales order) avec Vtiger CRM

Trier les ventes (sales order) avec Vtiger CRM Trier les ventes (sales order) avec Vtiger CRM Dans l'activité d'une entreprise, on peut avoir besoin d'un outil pour trier les ventes, ce afin de réaliser un certain nombre de statistiques sur ces ventes,

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

GUIDE Excel (version débutante) Version 2013

GUIDE Excel (version débutante) Version 2013 Table des matières GUIDE Excel (version débutante) Version 2013 1. Créer un nouveau document Excel... 3 2. Modifier un document Excel... 3 3. La fenêtre Excel... 4 4. Les rubans... 4 5. Saisir du texte

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

7.4 Générateur d absences

7.4 Générateur d absences 7.4 Générateur d absences Le générateur d absences permet de signaler les absences, de courte ou de longue durée, des employés. Les responsables de la rémunération ont analysé le contexte des absences

Plus en détail

Prise en main du logiciel. Smart BOARD Notebook 10

Prise en main du logiciel. Smart BOARD Notebook 10 Prise en main du logiciel Smart BOARD Notebook 10 1. Introduction : Le logiciel Smart BOARD est utilisable avec les tableaux blancs interactifs de la gamme SMART. Toutefois, il n'est pas nécessaire d'avoir

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE SOMMAIRE I. Définition... 2 II. Intérêts des diagrammes d activité... 5 III. Quand employer le diagramme d activité?... 5 IV. Avantage et Inconvénient... 6 V. Les étapes de constructions... 7 VI. Comment

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

Administration du site (Back Office)

Administration du site (Back Office) Administration du site (Back Office) A quoi sert une interface d'administration? Une interface d'administration est une composante essentielle de l'infrastructure d'un site internet. Il s'agit d'une interface

Plus en détail

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42

Centre de tournage. et de fraisage CNC TNX65/42 Centre de tournage et de fraisage CNC TNX65/42 Le tour TRAUB TNX65/42 pose de nouveaux jalons dans l'usinage à haute performance. Le concept de machine futuriste avec l'incomparable nouvelle unité de fraisage

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

Proposition d activité utilisant l application. Tripatouille. (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/)

Proposition d activité utilisant l application. Tripatouille. (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/) IREM Clermont-Ferrand Algorithmique au lycée Malika More malika.more@u-clermont1.fr 28 janvier 2011 Proposition d activité utilisant l application Tripatouille (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/)

Plus en détail

Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress

Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress Révision 01-27/06/04 Réalisé avec : OOo 1.1.1 Plate-forme / Os : Toutes Distribué par le projet Fr.OpenOffice.org Table des Matières 1

Plus en détail

Annexe : La Programmation Informatique

Annexe : La Programmation Informatique GLOSSAIRE Table des matières La Programmation...2 Les langages de programmation...2 Java...2 La programmation orientée objet...2 Classe et Objet...3 API et Bibliothèque Logicielle...3 Environnement de

Plus en détail

Création de Sous-Formulaires

Création de Sous-Formulaires Création de Sous-Formulaires Révision 1.01 du 02/01/04 Réalisé avec : OOo 1.1.0 Plate-forme / Os : Toutes Distribué par le projet Fr.OpenOffice.org Table des Matières 1 But de ce how-to...3 2 Pré-requis...3

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

1 - Clients 2 - Devis 3 - Commandes 4 - Livraisons 5 - Factures 6 - Avoirs 7 - Modèles

1 - Clients 2 - Devis 3 - Commandes 4 - Livraisons 5 - Factures 6 - Avoirs 7 - Modèles 1 - Clients 2 - Devis 3 - Commandes 4 - Livraisons 5 - Factures 6 - Avoirs 7 - Modèles Page 1/16 1 - Clients Un client est un tiers qui vous passe des commandes, où pour lequel vous faîtes des devis, des

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

Documentation. Cartographie. Présentation générale

Documentation. Cartographie. Présentation générale Documentation Cartographie Présentation générale On accède aux cartes thématiques après avoir choisi un niveau géographique (ou découpage de la carte ou maillage), par exemple la France par commune. La

Plus en détail

Services bancaires par Internet aux entreprises. Guide pratique du service Paiements et virements Version 8.05.22

Services bancaires par Internet aux entreprises. Guide pratique du service Paiements et virements Version 8.05.22 Services bancaires par Internet aux entreprises Guide pratique du service Paiements et virements Version 8.05.22 Table des matières Introduction...3 Besoin d'aide?... 3 Configuration requise... 4 Navigateurs

Plus en détail

Didacticiel de mise à jour Web

Didacticiel de mise à jour Web Didacticiel de mise à jour Web Copyright 1995-2012 Esri All rights reserved. Table of Contents Didacticiel : Création d'une application de mise à jour Web.................. 0 Copyright 1995-2012 Esri.

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Créer un organigramme avec Inkscape

Créer un organigramme avec Inkscape Créer un organigramme avec Inkscape Inkscape est un logiciel libre spécialisé en dessin vectoriel, semblable à Illustrator de la suite Adobe et capable de faire des organigrammes bien mieux que Visio.

Plus en détail

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24 Guide Utilisateur Titre du projet : Sig-Artisanat Type de document : Guide utilisateur Cadre : Constat : Les Chambres de Métiers doivent avoir une vision prospective de l'artisanat sur leur territoire.

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

Utilisation du logiciel Epson Easy Interactive Tools

Utilisation du logiciel Epson Easy Interactive Tools Utilisation du logiciel Epson Easy Interactive Tools Ce logiciel permet d'utiliser le stylo electronique comme souris pour contrôler l'ordinateur depuis l'écran et comme feutre électronique pour écrire

Plus en détail

L i v r e B l a n c. Graduer les mesures qualités lors de la mise en œuvre d'un système MES configurable. Livre Blanc

L i v r e B l a n c. Graduer les mesures qualités lors de la mise en œuvre d'un système MES configurable. Livre Blanc Graduer les mesures qualités lors de la mise en œuvre d'un système MES configurable. Rolf Blumenthal, Werum Software & Systems AG Livre Blanc L i v r e B l a n c Sommaire Le temps est quasiment révolu,

Plus en détail

Intelligence Economique - Business Intelligence

Intelligence Economique - Business Intelligence Intelligence Economique - Business Intelligence Notion de Business Intelligence Dès qu'il y a une entreprise, il y a implicitement intelligence économique (tout comme il y a du marketing) : quelle produit

Plus en détail

Documentation de l'application de gestion de courrier évolutive (G.E.D.) pour la Mairie de Voreppe

Documentation de l'application de gestion de courrier évolutive (G.E.D.) pour la Mairie de Voreppe Documentation de l'application de gestion de courrier évolutive (G.E.D.) pour la Mairie de Voreppe Tony Galmiche le 28 février 2011 (modifiée alb) Sommaire 1 - Accès au portail de l'application GED...3

Plus en détail

GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC

GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC NOTE DE SYNTHESE La solution Dell PowerVault DL2000 optimisée par Symantec Backup Exec est la seule à proposer un système intégré de sauvegarde

Plus en détail

2010 Ing. Punzenberger COPA-DATA GmbH. Tous droits réservés.

2010 Ing. Punzenberger COPA-DATA GmbH. Tous droits réservés. 2010 Ing. Punzenberger COPA-DATA GmbH Tous droits réservés. La distribution et/ou reproduction de ce document ou partie de ce document sous n'importe quelle forme n'est autorisée qu'avec la permission

Plus en détail

10 raisons de choisir Solid Edge

10 raisons de choisir Solid Edge 10 raisons de choisir Solid Edge 1. Le support de UGS, l interopérabilité et l év olutivité 2. Gestion de données techniques et Collaboration intégrées a. Base de données SQL b. Gestion des Workflow s

Plus en détail

Le modèle de données

Le modèle de données Le modèle de données Introduction : Une fois que l étude des besoins est complétée, deux points importants sont à retenir : Les données du système étudié Les traitements effectués par le système documentaire.

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Extrait Alimenter l'entrepôt de données avec SSIS Business

Plus en détail

Manuel des bonnes pratiques avec CATIA V.5

Manuel des bonnes pratiques avec CATIA V.5 2009 Manuel des bonnes pratiques avec CATIA V.5 Pour aller plus loin dans la maîtrise de l outil CAO Ce document a pour objectif de donner des méthodologies et règles de travail qui permettent de mener

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7 TEXT MINING 10.6.2003 1 von 7 A LA RECHERCHE D'UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN Alors que le Data Mining recherche des modèles cachés dans de grandes quantités de données, le Text Mining se concentre

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Memory Arrays avec Memory Gateways Version 5.5.2 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

Projet tablettes numériques Document de référence

Projet tablettes numériques Document de référence Projet tablettes numériques Document de référence Version 1.0 Projet tablettes numériques Document de référence 1 Gestion des versions Numéro de Auteur Révision Date version 0.1 Martin Langelier Ébauche

Plus en détail

VERSION HUIT AMÉLIORATIONS. Soyez un meilleur auditeur. Vous avez le savoir. Nous avons les outils.

VERSION HUIT AMÉLIORATIONS. Soyez un meilleur auditeur. Vous avez le savoir. Nous avons les outils. VERSION HUIT AMÉLIORATIONS Soyez un meilleur auditeur. Vous avez le savoir. Nous avons les outils. À propos d'idea Améliorez vos aptitudes et vos connaissances en audit en utilisant les fonctionnalités

Plus en détail

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Avec la nouvelle version 2013, Microsoft achève l'intégration complète de MS Project à SharePoint Server et met une nouvelle infrastructure à disposition.

Plus en détail

LES tests d'acceptation

LES tests d'acceptation dans la série : b.d. agile! Idée et dessins par Anis berejeb : www.berejeb.com LES tests d'acceptation reflexions, experimentations... réussites et échecs... apprentissage et amelioration. à Partager avec

Plus en détail

Chapitre 2. Classes et objets

Chapitre 2. Classes et objets Chapitre 2: Classes et Objets 1/10 Chapitre 2 Classes et objets Chapitre 2: Classes et Objets 2/10 Approche Orientée Objet Idée de base de A.O.O. repose sur l'observation de la façon dont nous procédons

Plus en détail

claroline classroom online

claroline classroom online de la plate-forme libre d'apprentissage en ligne Claroline 1.4 Manuel Révision du manuel: 06/2003 Créé le 07/09/2003 12:02 Page 1 Table des matières 1) INTRODUCTION...3 2) AFFICHER LA PAGE DE DEMARRAGE...3

Plus en détail

EFT. Guide de mise en route

EFT. Guide de mise en route EFT Guide de mise en route 2012 EFT Direct pour Sage Simple Comptable Guide de l utilisateur Avant de commencer...1 Matériel et logiciel requis...1 Prendre des arrangements avec votre banque...2 Obtenir

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

1. Introduction... 2. 2. Création d'une macro autonome... 2. 3. Exécuter la macro pas à pas... 5. 4. Modifier une macro... 5

1. Introduction... 2. 2. Création d'une macro autonome... 2. 3. Exécuter la macro pas à pas... 5. 4. Modifier une macro... 5 1. Introduction... 2 2. Création d'une macro autonome... 2 3. Exécuter la macro pas à pas... 5 4. Modifier une macro... 5 5. Création d'une macro associée à un formulaire... 6 6. Exécuter des actions en

Plus en détail

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Pour obtenir les informations les plus récentes sur l'évaluation de la sécurité des produits chimiques, consultez le

Plus en détail

ORACLE TUNING PACK 11G

ORACLE TUNING PACK 11G ORACLE TUNING PACK 11G PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES : Conseiller d'optimisation SQL (SQL Tuning Advisor) Mode automatique du conseiller d'optimisation SQL Profils SQL Conseiller d'accès SQL (SQL Access

Plus en détail

INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile. Examen intra 20 février 2014 17:30 à 20:30

INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile. Examen intra 20 février 2014 17:30 à 20:30 Examen intra 20 février 2014 17:30 à 20:30 Nom, prénom : Code permanent : Répondez directement sur le questionnaire. Question #1 5% Quelle influence peut avoir le typage dynamique sur la maintenabilité

Plus en détail

Comment créer un diagramme de Gantt avec OpenOffice.org

Comment créer un diagramme de Gantt avec OpenOffice.org Comment créer un diagramme de Gantt avec OpenOffice.org Version 1.9 du 05.05.2005 Réalisé avec : OOo 2.0 Plate-forme / Os : Toutes Distribué par le projet Sommaire 1 Une rapide introduction : Diagramme

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS Février 2011 Édition produite par : Le Service de l accès à l information et des ressources documentaires du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

PC Software Point Creator for Revit. Mode d emploi

PC Software Point Creator for Revit. Mode d emploi PC Software Point Creator for Revit Mode d emploi Introduction à Hilti Point Creator pour Revit Le logiciel Hilti Point Creator sert à extraire des coordonnées de points à partir de dessins BIM/CAD 2D

Plus en détail