Les Polypes coliques. DES du 4 mars 2011 Pr Benamouzig Anne Vauthier. Muqueuse normale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Polypes coliques. DES du 4 mars 2011 Pr Benamouzig Anne Vauthier. Muqueuse normale"

Transcription

1 Les Polypes coliques DES du 4 mars 2011 Pr Benamouzig Anne Vauthier Muqueuse normale

2 Plan Pourquoi s intéresser aux polypes? Les différents types de polypes : analyses macro/microscopique Les voies de la carcinogenèse : Facteurs intrinsèques Facteurs extrinsèques Histoire naturelle des polypes Surveillance des polypes

3 Ce dont je ne vous parlerai pas Pseudo-polypes inflammatoires : muqueuse et de tissu de granulation secondaire à la cicatrisation d ulcérations de RCH et de maladie de Crohn Polypes juvéniles : tubes kystiques développés dans un chorion souvent inflammatoire. Les replis muqueux

4 Pourquoi s intéresser aux polypes? Cancer colorectal : nouveaux cas par an en Europe Augmentation d incidence de 1% par an France : risque élevé de cancers colorectaux Problème de santé publique

5 Pourquoi s intéresser aux polypes? Un modèle d étude des altérations génétiques 95% sont des adénocarcinomes 95% sont sporadiques 5% sont germinales : dus à une prédisposition génétique majeure 1.5% sont dus à une mutation d APC/ MYC 3.5% sont dus à une mutation des gènes MMR

6 Cryptes aberrantes : lésions élémentaires? Taille double ou triple Épaississement épithélial Augmentation de l espace intercryptique Déformation de la lumière cryptique (ovalisée,irrégulière ) Isolées ou regroupées en foyer Dédifférenciation : perte de l activité sécrétoire (perte de l activité enzymatique hexoaminidasique) ACE augmenté dans 93%

7 Cryptes aberrantes : classification Cryptes aberrantes simples Augmentation de taille sans anomalie d architecture Pas d anomalie cellulaire Cryptes aberrantes hyperplasiques Anomalies architecturales (taille, déformation) Pas d anomalie cellulaire Cryptes aberrantes dysplasiques : cryptes adénomateuses Anomalies architecturales Dédifférenciation (pluristratification des noyaux, anomalie de mucosecrétion)

8 Foyers de cryptes aberrantes ACF Cryptes aberrantes => ACF => adénomes plans ou saillants ACF = qq cryptes à 300 (macroscopique), multiples 90% des patients avec CCR

9 Foyers de cryptes aberrantes ACF (2) ACF hyperplasique, adénomateux, intermédiaire, Certains ACF d emblée dysplasiques : lésion pré-néoplasiques Mutations génétiques

10 Polypes hyperplasiques 10-35% des coloscopie < 5 mm Recto-sigmoïde Pas de prolifération Sessile, rosé, translucide Architecture tubuleuse ou villeuse Glandes allongées, ramifiées, dilatées Cellules matures plus grandes sans caractère dysplasique Cellules caliciformes hypersécretantes

11 Adénomes classiques Prévalence : élevée, augmente avec l âge : 7% ans 20% à ans Sur autopsie des + de 65 ans : environs1/3 des hommes et ¼ des femmes Sex ratio : 1,5 à 2H/1F

12 Adénomes classiques A. tubuleux : 75% Prolif de tissu épithélial séparé par tissu conjonctif A. tubulo-villeux :20% A. villeux : 5% Cellules cylindriques Volumineux

13 Aspect macroscopique des polypes Polype pédiculé Polype sessile Polype plan

14 Polypes plans Plan à peu saillant Parfois dépression centrale Colon droit : 90% Contingent tubuleux + fréquent ds les formes familiales de CCR, les PAF et MICI Fréquence en Europe 8,5 à 48% Degré de dysplasie souvent élevé (DHG : 18%) DHG : 8mm vs 23 mm (sessile) Diebold et al., Am. J. Gastroenterol. 2004

15 Polypes plans Problème diagnostique Qualité de la préparation Chromoendoscopie Vidéo-endoscopie Critère de risque de malignité: Dépression surface Taille Ethnie (asiatique)

16 Classification de Paris 0-I pédiculé ou sessile 0-II a lésion légèrement surélevée (hauteur < pince à biopsie fermée : 2,5mm) 0-II b plane non surélevée, dyschromique 0-II c lésion plane, légèrement déprimée 0-III lésion creusante

17 Adénomes : critères de risque de malignité Taille > 1cm Composante villeuse Dysplasie sévère Nombre

18 Les petits polypes avancés DHG villeux avancé carcinome < ou = 5 mm 1-2,4% 1,2% 1,7-7,5% 0-<1% 6-9mm 4,3-15% 4-11,8% 10,1-21% 0,2-1,8% 19ème videodiggest

19 Polypes festonnés/crenelés Fréquence Taille Localisation Prolifération Adénome festonné traditionnel Adénome festonné sessile 1% Toute taille Colon gauche rectum 15-20% 5 mm Colon droit + +

20 Adénomes festonnés traditionnels Association festonnement et dysplasie dans un même territoire Cryptes à lumière festonnée comme polype hyperplasique (>20% des cryptes) Dysplasie (BG, HG) comme dans adénome classique Activité de prolifération dans le tiers superficiel de l épithélium

21 Adénomes festonnés sessiles : macroscopie Gurudu S R World J Gastroenterol 2010 July 21. Sessile serrated adenomas: Demographic, endoscopic and pathological characteristics

22 Adénomes festonnés sessiles: microscopie Gurudu S R World J Gastroenterol 2010 July 21. Sessile serrated adenomas: Demographic, endoscopic and pathological characteristics Architecture festonnée +++ Ramifications et dilatations glandulaires : aspect en L ou T inversé Dysplasie essentiellement «architecturale»

23 Adénomes mixtes Deux contingents : adénomateux et hyperplasique juxtaposés sans interpénétration Double architecture glandulaire Double composante cytologique

24 Relation polype festonné /cancer ADK intra muqueux dans 10% des adénomes festonnés Adénome festonné en périphérie de 6% des cancers Risque de transformation maligne : - siège proximal - sexe féminin - taille > 1cm - multiplicité

25 Carcinogenèse : facteurs intrinsèques

26 La voie canonique : instabilité chromosomique Modèle de Vogelstein (1988) : accumulation progressive d anomalies génétiques (chromosomiques) : modèle multi étagé 80-85% des cancers sporadiques

27 Instabilité chromosomique (CIN) : Perte allélique : 5q, 8p, 17p, 18q Translocation Amplification chromosomique

28 Instabilité chromosomique : APC «Adenomatous polyposis coli» : 5q21 Une des mutations les plus précoces => crypte plus large avec altération de l ouverture luminale, épaississement épithélial =>Accumulation de βcaténine dans les cryptes Am J Surg Pathol December ; Beta-Catenin Nuclear Labeling is a Common Feature of Sessile Serrated Adenomas and Correlates with Early Neoplastic Progression Following BRAF Activation

29 Instabilité chromosomique : APC (2) La protéine APC intervient dans : Voie de signalisation Wnt : liaison aux βcaténines => régulation de la prolifération Organisation du cytosquelette Tumorogenèse : Migration, adhésion cellulaire ( E- cadherin), contrôle du cycle cellulaire, apoptose Mitose : kinétochore, centrosome Mutation d APC : 60 à 80% des CCR et 4,3% ACF

30 WNT dsh P dsh ßcatenin GSK3ß ßcatenin P Axin GSK3ß Axin ßcatenin ßcatenin ßcatenin actin ßcatenin ßcatenin ßcatenin ß-catenin degradation TCF Proliferation Development

31 Instabilité chromosomique : K- RAS Proto-oncogène : 12p2.1 Survenue précoce : après mutation d APC Voie de signalisation mitogen activated protein kinase (MAPK) Polarité cellulaire et adhésion Suppression de la différentiation cellulaire chez les mutants APC RAS muté : 58% des adénomes >1 cm, 47% ADK, 9% Des A.<1cm => relatif à l augmentation de taille de la tumeur Marqueurs de sensibilité aux anti EGFR

32 Instabilité chromosomique : DCC Deleted in colorectal cancer :18q21.1, suppresseur de tumeur Perte hétérozygotie de 18q : 70-90% CCR DCC : récepteur transmembranaire au netrin-1 Signalisation intra-cellulaire, apoptose, cycle cellulaire, migration cellulaire

33 Instabilité chromosomique : TP53 Gène suppresseur de tumeur : 17p13.1 : détecteur de stress cellulaire Dernière mutation entre adénome et ADK : 50 à 75% de CCR Rarement présent dans les adénomes (4-26%) Stress intrinsèque et extrinsèque activent P53 pathway Augmentation de P53 => arrêt en phase G1 pour réparation, sénescence ou apoptose

34 Instabilité chromosomique : résumé

35 La voie festonnée : instabilité microsatellite 15-20% CCR sporadique Aussi appelé RER + : Replication Error Accumulation de très nombreuses mutations(100 à 1000) au niveau des microsatellites (MSI-H) Anomalie du système mismatch repair MMR : les 4 principaux : hmlh1, PMS2, hmsh2, hmsh6

36 Instabilité microsatellite Mutation germinale ou épigénétique (hyperméthylation) de hmlh1 et hmsh2 => inactivation complète du système MMR Autres gènes => altération partielle du système MMR

37 Instabilité microsatellite (2) Diploïde MSI-H cancer ont le CpG methylator phenotype CIMP: hyperméthylation étendue de l ADN Notamment au niveau de gènes impliqués dans la carcinogenèse APC, TGFβRII, βcatenin

38 Instabilité microsatellite : caractéristique histo-clinique Cliniques CCR avant 55 ans ou après 70 ans (Samowitz et al) non confirmée par les autres études Femme Colon droit Risque invasif + grand mais métastases plus rare? Meilleure survie après chirurgie Histologie : Adénome festonné sessile moins différencié, infiltration lymphocytaire, nécrose -, différenciation mucineuse

39 Instabilité microsatellite : pronostic Meilleur pronostic indépendamment du stade et du traitement survie à 5 ans > 70%) => intérêt thérapeutique

40 Instabilité microsatellite : résumé

41 La voie festonnée : KRAS pathway MSI-L Hypo méthylation Lésion initiale inconnue Associée aux adénomes festonnés traditionnels Colon gauche survie à 5 ans <30%

42 La voie festonnée pour résumer : taille localisatio n mutation microsatell ite TSA > 5 mm distal KRAS MSI-L CIMP-L SSA > 5 mm proximal BRAF MSI-H Clinics In Colon And Rectal Surgery/volume 21, Number Management of Serrated Adenomas and Hyperplastic Polyps

43 En résumé : Clinics In Colon And Rectal Surgery/volume 21, Number Management of Serrated Adenomas and Hyperplastic Polyps

44 La carcinogenèse colorectale résumée

45 Deux types de cancers colorectaux Tumeur CIN+ Tumeur MSI + Aneuploïde Pertes alléliques 18q, 17p, 5q 8p, 22q Diploïde Pas de pertes alléliques Mutations fréquentes des gènes suppresseurs de tumeurs p53 et APC Mutations fréquentes de KRAS et PI3KCA Localisation côlon gauche Mutations rares des gènes suppresseurs de tumeurs p53 et APC Altérations des gènes hmsh2, hmlh1, hmsh6, hmsh3 Mutations fréquentes de BRAF et PI3KCA Mutations du recepteur TGFß de type II, BAX, TCF4, Caspase 5, HNF1a Localisation côlon droit

46 Les facteurs extrinsèques Facteurs carcinogènes (liste non exhaustive) : Alimentaires : viande rouge (Gunter MJ,carcinogenesis 2005) Hydroperoxyde de lipides alimentaires (Jurek B, FASEB 2005) Tabac, alcool Carence en folates dans les MICI ( supplémentation?) Facteurs protecteurs : Alimentaires :légumes et fruits Hormonaux : TSH, AINS, Aspirine, 5-ASA diminution des cytokines inflammatoires, inhibition de la COX, inhibition de production des radicaux libres, prostaglandines et leucotriènes Calcium et vitamine D (Harris DM, journal of nutrition 2004)

47 Adénomes : lésions précancéreuses

48 Adénomes : lésions précancéreuses (2) Probabilité cumulative de transformation en cancer d un adénome à 1 cm : 2,5 % à 5 ans 8 % à 10 ans 24 % à 20 ans Foyer cancéreux : A< 1cm tubuleux : 1% Tubulo-villeux 12% Villeux 15%

49 Modèle de développement Modèle bottom-up: À partir d'une cellule souche Limitée à une crypte Fission de la crypte Puis croissance vers le bas

50 Modèle de développement (2) Modèle top -down : Polypes développés au sommet/ou entre des cryptes Cellules dysplasiques au sommet / Présence de β caténine en superficie Origine? Développement à partir d'une cellule mutée ou migration d' 1cellule mutée à partir d'une cellule souche mutée?

51 Schéma de Bird

52 Notion de groupes à risque : Population générale : 3,5% d avoir CCR avant 74 ans Haut risque : ATCD perso : CCR, adénome >1cm, <ou= 2 polype<1 cm avec contingent villeux ATCD fmlx au 1er degré de CCR ou d adénome>1cm >10 ans de pancolite RCH ou MC Très haut risque HNPCC / PAF

53 Surveillance : Population : risque faible/moyen pas de dépistage individuel : dépistage de masse (hemocult ) Haut risque : Colo totale à 45 ans ou si cas index < 55ans 10 ans avant MICI Très haut risque : HNPCC 20-25ans ou 5 ans avant cas index, tous les 2 ans.

54 Surveillance (2) : Colo à 3 ans: A. >1cm > ou = 2 A. Contingent villeux Colo à 5 ans : A unique, < 1cm, sans contingent villeux Colo de contrôle : résection d un A. sessile > 2cm ou A. multiples Surveillance interrompue quand pas d augmentation de survie

55 Et les polypes festonnés? Polypes hyperplasiques : pas de surveillance sauf «haut risque» Multiples (>20) Grande taille (>10 mm) Localisation proximale Histoire familiale de cancer colorectal" Adénomes festonnés (traditionnels et sessiles) et polypes mixtes : Résection endoscopique et surveillance comme pour un adénome conventionnel Intérêt de la chromo-endoscopie

56 Conclusion

57 Conclusion Deux grands types adénomes Adénomes classiques Adénomes festonnés : problème diagnostic Seuls les adénomes sont des lésions précancéreuses Deux grands modèles de cancérogenèses Instabilité chromosomique Instabilité microsatellite Une prise en charge commune

58 Conclusion (2)

59 bibliographie Joanne Young, Mark Jenkins, Susan Parry Et Al. Serrated Pathway Colorectal Cancer in the Population: Genetic Consideration. Gut 2007;56: Sérgia Velho, Cátia Moutinho, Luís Cirnes, Et Al. BRAF, KRAS and PIK3CA Mutations in Colorectal Serrated Polyps and Cancer: Primary or Secondary Genetic Events in Colorectal Carcinogenesis? BMC Cancer 2008, 8: Harvey N., Ruszkiewicz A. Serrated Neoplasia of the Colorectumworld J Gastroenterol 2007 July 28; 13, K Harada1, S Hiraoka1, J Kato, Et Al.Genetic and Epigenetic Alterations of Ras Signalling Pathway in Colorectal Neoplasia: Analysis Based on Tumour Clinicopathological Features. British Journal of Cancer (2007) 97, Valerie P. Bauer, Harry T. Papaconstantinou. Management of Serrated Adenomas and Hyperplastic Polyps. Clinics In Colon And Rectal Surgery/volume 21, 2008 Andrea Tannapfel, Matthias Neid, Daniela Aust, Et Al. The Origins of Colorectal Carcinoma. Deutsches Ärzteblatt International 2010; Young S. Kim and Guoren Deng. Epigenetic Changes (Aberrant DNA Methylation) in Colorectal Neoplasia. Gut and Liver, June 2007, 1-11 Takuji Tanaka. Colorectal Carcinogenesis: Review of Human and Experimental Animal Studies. Journal of Carcinogenesis M. Bustamante-balén, L. Bernet1, R. Cano1, and Al. Assessing the Reproducibility of the Microscopic Diagnosis of Sessile Serrated Adenoma of the Colon. REV ESP ENFERM DIG 2009vol. 101, Pp , Shinichi Yachida, Shiyama Mudali, Sherri A. Martin, Et Al. Beta-catenin Nuclear Labeling Is a Common Feature of Sessile Serrated Adenomas and Correlates With Early Neoplastic Progression Following BRAF Activation. Am J Surg Pathol December ; Hugh James Freeman. Heterogeneity of Colorectal Adenomas, the Serrated Adenoma, and Implications for Screening and Surveillance. World J Gastroenterol 2008 June 14; Suryakanth R Gurudu, Russell I Heigh, Giovanni De Petris, Et Al. Sessile Serrated Adenomas: Demographic, Endoscopic and Pathological Characteristics. World J Gastroenterol 2010 July 21;

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Aspects endoscopiques des polypes coliques

Aspects endoscopiques des polypes coliques Grande Ma)née de Forma)on Médicale Con)nue Déléga)on Régionale Ile de France de la Société Française de Radiologie «COLO SCAN» Aspects endoscopiques des polypes coliques Hôpital Cochin samedi 1 er octobre

Plus en détail

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum Coordination : Pr Hahnloser Pathologie Dr. Maryse Fiche Cancers colo-rectaux Précurseurs : Images et figures : Robbins 8è Edition Objectifs d apprentissage : SCLO

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Oncogénétique du cancer colorectal Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Les différentes prédispositions aux cancers colorectaux

Plus en détail

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne

Les prédispositions génétiques aux cancers. Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Les prédispositions génétiques aux cancers Pr Laurent ZELEK Service d oncologie médicale, CHU Avicenne Fréquence des cancers, France, femmes Nombre de nouveaux cas (2000) Nombre de décès (2000) Source:

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17)

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17) CANCER COLO-RECTAL Second cancer le plus fréquent. Âge moyen 70 ans. Plus de 36 000 nouveaux cas par an 50-60% de survie à 5 ans. Au stade II: 34% de récurrences. La chimiothérapie est prescrite dans 90

Plus en détail

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone 8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone Cancers digestifs accessibles à un dépistage et une surveillance Cancer colo rectal Cancer de l œsophage: Adénocarcinome

Plus en détail

Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI. E Boueyre Cours de DES 4/03/2011

Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI. E Boueyre Cours de DES 4/03/2011 Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI E Boueyre Cours de DES 4/03/2011 Plan Épidémiologie Surveillance endoscopique Pourquoi? Lésions recherchées Rythme de surveillance Comment surveiller:

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Génétique et cancer Cours DCEM1 Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Plan 1. Définitions 2. Exemples de proto-oncogènes 3. Exemples de gènes suppresseurs de tumeurs 4. Cancers familiaux 1. Exemple

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Lille - 22/03/2013 Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Valérie Bonadona, MD, PhD Centre Léon Bérard & CNRS UMR 5558 Lyon Le Syndrome de Lynch = Syndrome HNPCC (Hereditary Nonpolyposis Colorectal Cancer)

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer. Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET

Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer. Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET L'ADN EST LE SUPPORT DE L'INFORMATION GENETIQUE Si l on déroule les chromosomes cela donne 2 bandelettes

Plus en détail

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin MICI et cancers Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin Généralités Espérance de vie Non différente de celle de la population générale Un peu réduite dans la MC Incidence globale et

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

Prédispositions génétiques au cancer colorectal: aujourd hui et demain

Prédispositions génétiques au cancer colorectal: aujourd hui et demain Prédispositions génétiques au cancer colorectal: aujourd hui et demain Pierre Hutter HUG/Genève; ICHV/Sion ARL, Bourguillon, 30 septembre 2010 Progression du cancer colorectal APC b-catenin MMR CIN PIK3CA

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT Centre Eugène Marquis - RENNES RELATIONS CANCERS-GENES (1) 1 - CANCER = MALADIE GENETIQUE SOMATIQUE = maladie de l'adn = altération de gènes ayant une

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Le dogme de la mutation somatique Les premières démonstrations que des agents extérieurs (chimiques ou physiques) pouvaient conduire au cancer

Plus en détail

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Jean-François Fléjou Service d Anatomie Pathologique Hôpital Saint-Antoine, AP-HP, UPMC - Paris 6, France Sommaire

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

Classification des cancers de l endomètre

Classification des cancers de l endomètre Classification des cancers de l endomètre RÉSUMÉ : Il existe de nombreux types et sous-types anatomopathologiques des cancers de l endomètre, avec des caractéristiques propres en termes d aspects microscopiques,

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Y a-t-il du bénin dans le tube?

Y a-t-il du bénin dans le tube? Les tumeurs bénignes de l abdomen Journée de printemps de la SIAD 28.03.14 Y a-t-il du bénin dans le tube? C. Ridereau-Zins CHU ANGERS Y a-t-il des tumeurs bénignes dans le tube digestif? OUI Lésions rares

Plus en détail

Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3

Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3 Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3 Classification OMS des tumeurs ovariennes Tumeurs épithéliales (90%) Tumeurs séreuses

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Les tumeurs du sein triple négatives

Les tumeurs du sein triple négatives Les tumeurs du sein triple négatives Le point de vue du Pathologiste Gaëtan MacGrogan Institut Bergonié Bordeaux La classification intrinsèque en 2011 Luminal B Luminal A Normal breast-like Basal-like

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Partie 1 - Oncogènes dominants, - Oncogènes récessifs, suppresseurs de tumeur - Convergence et ciblage des fonctions Oncogènes physiologiquement

Plus en détail

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement Les cancers du sein de type BRCA1 Incidence, particularités, traitement 1 LES LESIONS DE L ADN et L INSTABILITE GENETIQUE SONT DES CARACTERISTIQUES DU CANCER 2 Voies de reparation de l ADN et protéines

Plus en détail

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique PAGES SPÉCIALES N 9421 JEUDI 18 JUIN 2015 mise au point Retrouvez en ligne sur www.lequotidiendumedecin.fr Dépistage du CCR : Place au test immunologique CAS CLINIQUES INTERACTIFS 1 2 3 CCR, 2 e cause

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007:

Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007: Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007: Tendances et déterminants Travail de Master 2009-10 Frédéric Bruchez Sous la direction du Dr PD MER Jean-Luc Bulliard Table

Plus en détail

Endomicroscopie. Tamara Matysiak-Budnik. Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes

Endomicroscopie. Tamara Matysiak-Budnik. Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes Endomicroscopie confocale Tamara Matysiak-Budnik Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes Plan Introduction Techniques d endomicroscopie confocale: - aspects techniques - performances

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Fiche de Recommandation sur la prévention des cancers digestifs par endoscopie

Fiche de Recommandation sur la prévention des cancers digestifs par endoscopie Antécédents de gastrectomie partielle Cancer du moignon gastrique après gastrectomie partielle : 4 à 6 % des cas. Risque accru 15 à 20 ans après la gastrectomie. Surveillance endoscopique : - endoscopie

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

Synthèse de l expertise sur La polypose associée aux mutations bi-alléliques du gène MUTYH

Synthèse de l expertise sur La polypose associée aux mutations bi-alléliques du gène MUTYH Polypose-SYN-Mutation-Mutyh-CVT:4 pages 24/06/11 15:53 Page 1 Mesure 23 SOINS ET VIE DES MALADES JUIN 2011 Synthèse de l expertise sur La polypose associée aux mutations bi-alléliques du gène MUTYH COLLECTION

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS

Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS 4 ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive 3 Avril 2015 Rôle pronostique de RAS, BRAF, IMS Janick Selves Département d Anatomie Pathologique Facteurs histo-pronostiques Stade ptn (M) Grade

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers

Prédispositions génétiques aux cancers CANCERS SEIN / OVAIRES tumorales du au moins 3 cas de cancer du sein chez des apparentés au 1 er ou 2 nd degré quel que soit l'âge 2 cas de cancer du sein dont 1 bilatéral au 1 er ou 2 nd degré quel que

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur

Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur T. Molina, DES,2007 Oncogènes : allèle mutant entraînant un gain de fonction (mutation activatrice) Gènes suppresseurs de tumeur : les deux allèles ont des mutations

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

Item 148 : Tumeurs du côlon et du rectum

Item 148 : Tumeurs du côlon et du rectum Item 148 : Tumeurs du côlon et du rectum Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Tumeurs benignes du côlon et du rectum... 1 1. 1 Définition des polypes et polyposes...1

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS.

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. Ò LE RISQUE DEVIENT APPRÉCIABLE VERS 45 ANS ET AUGMENTE AVEC LES DÉCENNIES.

Plus en détail

Cancérogénèse ovarienne physiopathologie et réflexions. Dr Hadabi K A 13 ème congrès national de la SAERM 22-23 Mai 2015 Palais de la culture

Cancérogénèse ovarienne physiopathologie et réflexions. Dr Hadabi K A 13 ème congrès national de la SAERM 22-23 Mai 2015 Palais de la culture Cancérogénèse ovarienne physiopathologie et réflexions Dr Hadabi K A 13 ème congrès national de la SAERM 22-23 Mai 2015 Palais de la culture Introduction Cancer épithélial de l ovaire: le plus grave des

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Christine Varon, MCF INSERM U853 Laboratoire de Bactériologie du Pr. F. Mégraud Université Bordeaux Segalen christine.varon@u-bordeaux2.fr Le

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées Dr F. CARRE-PIGEON Groupe Courlancy Dr M. MOZELLE-NIVOIX Centre hospitalier

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

PATHOLOGIE THYROIDIENNE TUMORALE

PATHOLOGIE THYROIDIENNE TUMORALE 1 Plan de cours I - GENERALITES A - Fréquence -répartition B - Modalités de révélation C - Le diagnostic morphologique D - Diagnostic différentiel II - FORMES ANATOMO-CLINIQUES A - Carcinomes à point de

Plus en détail

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Frédéric Prat, Hôpital Cochin, Université Paris-Descartes, Paris Euro-Pharmat, Lyon, octobre 2011 Méthodes et outils pour le DIAGNOSTIC

Plus en détail

Découverte d une nouvelle voie de développement tumoral

Découverte d une nouvelle voie de développement tumoral Cancer du côlon Communiqué de presse, 9 septembre 00 Découverte d une nouvelle voie de développement tumoral Le cancer se développe à partir d'une seule cellule endommagée suite à l'accumulation d'erreurs

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE. Facteurs de risque, Prévention et Dépistage des cancers

POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE. Facteurs de risque, Prévention et Dépistage des cancers POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS PAR LE MEDECIN GENERALISTE DCEM 3 Dr Gardon Objectifs d enseignement : Facteurs de risque, Prévention et Dépistage

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Catherine DO. Le 25 Octobre 2011

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Catherine DO. Le 25 Octobre 2011 THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Discipline ou spécialité : Innovation pharmacologique-biologie cellulaire Présentée

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

CANCERS HEREDITAIRES EN UROLOGIE DE L ADULTE O. CUSSENOT

CANCERS HEREDITAIRES EN UROLOGIE DE L ADULTE O. CUSSENOT CANCERS HEREDITAIRES EN UROLOGIE DE L ADULTE O. CUSSENOT 79 80 Progrès en Urologie (2002), 12, N 5, Supp.2 Cancers Hereditaires en Urologie de l Adulte O. CUSSENOT A. CANCERS DU REIN FAMILIAUX Les formes

Plus en détail

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Un K fréquent, mortel, guérissable dépendant du stade de découverte Donc dépistage organisé Résultats mitigés : participation,

Plus en détail

Etude de l implication des miarns. dans le cancer du sein basal-like. et la régulation de BRCA1

Etude de l implication des miarns. dans le cancer du sein basal-like. et la régulation de BRCA1 Etude de l implication des miarns dans le cancer du sein basal-like et la régulation de BRCA1 Insaf FKIH M HAMED fkihinsaf@yahoo.com Laboratoire d'oncologie Moléculaire Centre Jean Perrin Clermont-Ferrand

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Cancer pancréatique familial : place du dépistage?

Cancer pancréatique familial : place du dépistage? Cancer pancréatique familial : place du dépistage? Club Francophone d Echoendoscopie 27-1-2012 Pascal Hammel Service de Gastroentérologie-Pancréatologie Hôpital Beaujon, 92110 Clichy pascal.hammel@bjn.aphp.fr

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail