Mesures de la rentabilité des logiciels de GMAO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesures de la rentabilité des logiciels de GMAO"

Transcription

1 Titre de la communication: Mesures de la rentabilité des logiciels de GMAO Auteur: Jean-Louis PEAUCELLE Département Economie Gestion Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 Avenue du Président Wilson Cachan Cedex Correspondance au 21 Rue de Presbourg Paris tél. + fax (33) Thèmes du congrès: Management de la + Systèmes d'information et de communication Résumé court: La Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO) diminue les pertes de production liées aux pannes. En termes théoriques, la baisse des coûts déplace l'optimum de la vers une meilleure disponibilité. Un audit mené dans une grande entreprise française précise méthode et résultats chiffrés. Les données mémorisées dans le logiciel de GMAO peuvent nourrir un tableau de bord des impacts économiques. Mots clés: GMAO, rentabilité, impact économique, disponibilité, tableaux de bord. Key words: MMIS, profitability, economic impact, availability, reporting. 1 JL Peaucelle Albi 1997

2 Mesures de la rentabilité des logiciels de GMAO A l'origine de cette communication, une demande très concrète d'une entreprise qui voulait savoir si son investissement en GMAO était rentable. La réponse était positive non pas que les coûts de l'administration de la aient diminué mais parce que les pannes étaient moins nombreuses. De ce travail concret, je suis remonté vers la possibilité de montrer ces gains sur toutes les applications de GMAO et j'ai compris l'arbitrage entre coûts de et pertes de production. De là a découlé la partie théorique de cette communication, la possibilité que les dépenses de augmentent par l'effet d'une diminution des coûts, liée par exemple à une GMAO. C'est par cette partie théorique que je vais commencer cette communication. 1) L'arbitrage entre les pertes de production et les coûts de Les responsables industriels considèrent souvent la comme une dépense obligatoire mais irritante. On ne sait pas fixer le budget de la sauf par rapport au passé et les dépassements sont nombreux, sans qu'on n'y puisse grand chose. Comment refuser une facture de réparation quand on a besoin de la machine? Dans les ouvrages sur la, on justifie les actions engagées par l'amélioration de l'engagement des machines. Les spécialistes japonais de la TPM (Nakajima, 1986, et Shirose, 1984) consacrent toujours une partie de leurs ouvrages au calcul des "pertes qui entravent l'amélioration du rendement". Et les premières d'entre elles sont liées aux arrêts de la production à cause des pannes et des réglages. Ils calculent un "taux de marche calendaire". taux de marche calendaire = temps de charge - temps d'arrêt [1] temps de charge Les arrêts sont les "préparatifs, les réglages, les changements, les pannes". On remarque que ces auteurs considèrent globalement deux phénomènes bien distincts, celui des pannes et celui des changements de fabrication, sans doute pour des raisons de facilité de saisie des informations en usine. Le point de vue "européen" sur la question isole plutôt les arrêts liés aux pannes en calculant un taux de disponibilité qui ne prend en compte que les arrêts pour panne. 2 JL Peaucelle Albi 1997

3 taux de disponibilité = temps de charge - temps de panne [2] temps de charge Les pertes de production liées aux pannes sont rarement transformées en montant financier. On trouve dans l'ouvrage de Monchy (1987) et dans celui de Boucly et Ogus (1987) l'exposé clair d'un arbitrage entre coûts de et pertes de production. Mais le passage de la disponibilité aux pertes financières n'y est pas abordé. Ce raisonnement d'optimum du coût total est fondamental. On raisonne pour une période donnée, par exemple pour la vie entière des machines. Plus les dépenses de sont importantes, plus on peut éviter les pannes (remplacement systématique des pièces usées, vérification technique régulière, rebut des matériels anciens,...) et diminuer la durée des pannes (intervention rapide, pièces de rechange en stock, matériel de secours mis en service provisoirement,..). Ce résultat est mesurable, par exemple par le taux d'indisponibilité. Si on a éliminé toutes les méthodes de surclassées en coût au regard de la disponibilité résultante, l'indisponibilité est une fonction décroissante des dépenses de (figure 1). coût Plus on dépense en, plus on permet à l'équipement de fonctionner sans panne méthodes de efficaces Zone de méthodes inefficaces 0% indisponibilité 100% Figure 1 Efficacité et coût des diverses méthodes de Le résultat de la est d'améliorer la disponibilité des équipements. Quand ils sont en panne, on ne produit plus. tout 3 JL Peaucelle Albi 1997

4 temps de panne est une perte. Les pertes de production sont souvent proportionnelles au temps de panne. Le coût total de la est la somme des dépenses directes et des pertes de production. Ces deux fonctions varient en sens inverse en fonction d'un taux d'indisponibilité. Le bon niveau de dépenses de est celui pour lequel le coût total est minimum. On peut fixer ainsi le budget optimum de la en fonction de l'impact économique des pannes sur la production (figure 2). Quand les pannes coûtent cher, on dépense beaucoup afin qu'il y ait très peu de pannes. Quand les pannes n'ont pas beaucoup d'importance, on accepte une indisponibilité forte, on dépense peu en. 5 4,5 dépenses optimale coûts de + pertes de production 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 budget optimal de pertes de production coûts de 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 indisponibilité Figure 2 Dépenses optimales et zone de optimale Cet optimum est en fait une zone. La courbe de coût total est plate au voisinage du minimum. Avec une indisponibilité voisine, le coût total est très peu changé. Dans la zone optimale, une dépense de supplémentaire se justifie par la réduction, pour la même somme, des pertes de production. Réciproquement, une réduction des dépenses de entraîne une augmentation égale des pertes de production. Autour du point optimal, un écart de budget de n'affecte pas beaucoup le coût total. Dans la figure 2, le budget optimal de est de 0,625 et il conduit à une indisponibilité de 35%, des pertes de production de 4 JL Peaucelle Albi 1997

5 1,75 et un coût total de 2,375. Si le budget de passe à 0,4 (-36%), l'indisponibilité monte à 40%, les pertes de production croissent jusqu'à 2 (+14%) et le coût total devient 2,4 (+1%). Si au contraire, on dépense 0,9 en (+44%), l'indisponibilité descend à 30%, les pertes de production diminuent jusqu'à 1,5 (- 14%) et le coût total reste presque stable à 2,4 (+1%). Avec une marge de 1% du coût total, la zone de optimale varie de 30% à 40% en indisponibilité et de 0,4 à 0,9 en budget de, une fourchette de plus de 100%. Dans les usines, les dépenses de sont souvent budgétées à part. Les pertes de production ne sont pas visibles de la même manière (un peu dans le budget de la production mais pas en totalité). Une "non vente" n'apparaît pas dans la comptabilité. Ainsi, on a tendance à méconnaître les pertes liées aux pannes et à adopter un niveau de insuffisant. 2) l'amélioration de la fonction A matériel identique, la fonction évolue dans ses méthodes et son organisation (la TPM et la conditionnelle, par exemple), les agents sont mieux formés, les logiciels de GMAO aident l'action des intervenants. Ces trois aspects sont en complète interaction (figure 3). impact sur l'entreprise compétences humaines organisation système informatique Figure 3 Interaction des actions d'amélioration de la On ne peut pas distinguer l'effet des uns et des autres. Grâce aux logiciels, on garde mémoire des réparations précédentes, on acquiert une expérience collective, on tient compte de la probabilité de panne, on planifie les approvisionnements en pièces de rechange pour les entretiens préventifs, on coordonne mieux les intervenants extérieurs,... Il n'est pas nécessaire de distinguer l'apport de chaque élément pour identifier une amélioration. 5 JL Peaucelle Albi 1997

6 Les améliorations dans la apparaissent par un déplacement de la courbe d'efficacité (indisponibilité fonction des dépenses). Ce déplacement de la courbe vers le bas (voir figure 4) entraîne une diminution des dépenses de et/ou une diminution des pertes de production. Les deux évolutions paraissent possibles. coût efficacité de la a = gain à coût constant sur les pertes de production a b = gain à disponibilité constante sur les coûts de coût de la avec progrès des méthodes b 0% indisponibilité 100% Figure 4 Déplacement de la courbe d'efficacité de la La courbe des pertes de production ne change pas. On visualise le changement sur la figure 5. Les dépenses totales baissent. Le point optimum se déplace vers une moindre indisponibilité. Le bénéfice consiste toujours à diminuer les pertes de production. Souvent, les zones de budget optimal de, avant et après amélioration, se recouvrent largement. Les dépenses de n'ont pas de raison de changer. D'ailleurs les pratiques de fixation des budgets en fonction des années précédentes limitent les possibilités de changement. Les gains les plus apparents résident alors dans des pertes moindres en production, en un meilleur engagement de l'appareil de production. Mais on voudrait bien savoir si les dépenses de de ce nouvel optimum sont supérieures ou inférieures. Plutôt que de mener le raisonnement de manière abstraite, prenons des exemples de fonctions d'efficacité de la et de pertes de production. 6 JL Peaucelle Albi 1997

7 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 dépenses optimale coûts de + pertes de production anciens coûts nouveaux coûts 0,5 coûts de 0 x1 x0 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 indisponibilité Figure 5. Déplacement de la zone de optimale Cas N 1: On suppose que les pertes de production sont proportionnelles et que la obéit à une décroissance quadratique de son coût. Soit x le taux d'indisponibilité 0 < x < 1 Soit g(x) la fonction mesurant les pertes de production dépendant de l'indisponibilité. Supposons linéaire cette fonction: g(x) = ax 0 < a [3] Soit f 0 (x) la fonction d'efficacité de la ancienne (coût de chaque politique de caractérisée par son résultat x en termes d'indisponibilité): si 0 < x < c f 0 (x) = b(x-c) 2 avec 0 < b et 0 < c < 1 si c < x < 1 f 0 (x) = 0 [4] Supposons une amélioration proportionnelle de la : f 1 (x) = kf 0 (x) 0 < k < 1 [5] Soit x 0 l'ancien point optimal de : x 0 = c-a/2b si a < 2bc avec f 0 (x 0 ) = a 2 /4b [6] x 0 = 0 si a > 2bc avec f 0 (x 0 ) = bc 2 [7] 7 JL Peaucelle Albi 1997

8 soit x 1 le nouveau point optimal de x 1 = c-a/2bk si a < 2kbc avec f 1 (x 1 ) = a 2 /4bk [8] x 1 = 0 si a > 2kbc avec f 1 (x 1 ) = kbc 2 [9] Or k est entre 0 et 1, les nouvelles dépenses de f 1 (x 1 ) sont supérieures ou égales aux anciennes f 0 (x 0 ), sauf dans le cas où on bute sur l'axe des ordonnées (x 0 =0 et/ou x 1 = 0). si x 0 0 et x 1 0 f 1 (x 1 ) > f 0 (x 0 ) [10] Les dépenses de (optimales) peuvent s'accroître quand on diminue leur coût. Si c'est un paradoxe, ce n'est nullement une énigme. La baisse des coûts rend plus intéressantes des méthodes de plus évoluées, dont le coût est compensé par des pertes de production moindres. La figure 5 a été construite avec des fonctions correspondant à ce cas. Les paramètres ont les valeurs suivantes: a = 0,7 b = 10 c = 0,6 k = 0,7 Le budget optimal de augmente de 0,625 à 0,893 soit une augmentation de 43% malgré une baisse des coûts de 30% (k = 0,7). Le coût total initial vaut 2,375, dont 74% en pertes de production. Il baisse à la valeur de 2,107 (- 11%) par l'effet conjugué d'une baisse des pertes de production qui passent de 1,750 à 1,214 (- 31%) et de la hausse des dépenses de. Au résultat, les pertes de production ne représentent plus que 58 % du coût total. L'indisponibilité a diminué de 35 % à 24 %. Ce paradoxe ne s'observe pas toujours. Examinons une autre fonction d'efficacité de la. Cas N 2: on suppose une fonction d'efficacité de la à décroissance exponentielle sans modifier les autres hypothèses. x = taux d'indisponibilité 0 < x < 1 pertes de production g(x) = ax a > 0 [11] efficacité de la ancienne = f 0 (x) si 0 < x < c f 0 (x) = (c-x)/bx avec 0 < b et 0 < c < 1 si c < x < 1f 0 (x) = 0 [12] 8 JL Peaucelle Albi 1997

9 Supposons une amélioration proportionnelle de la : f 1 (x) = kf 0 (x) avec 0 < k < 1 [13] soit x 0 l'ancien point de optimal si abc > 1 x 0 = (c/ab) avec f 0 (x 0 ) = [( abc)-1]/b si abc < 1 x 0 = c avec f 0 (x 0 ) = 0 [14] soit x 1 le nouveau point de optimal si abc > k x 1 = (ck/ab) avec f 1 (x 1 ) = [( abck)-k]/b si abc < k x 1 = c avec f 1 (x 1 ) = 0 [15] On calcule f 1 (x 1 ) - f 0 (x 0 ) Si abc > 1 > k f 1 (x 1 ) - f 0 (x 0 ) = (1 - k)(1+ k - abc )/b [16] Cette différence est négative si abc > 1+ k [17] Dans ce cas, les nouvelles dépenses de f 1 (x 1 ) sont inférieures aux anciennes f 0 (x 0 ). Dans la figure 6, on visualise ce cas avec les valeurs suivantes des paramètres: a = 4 b = 1 c = 0,8 k = 0,4 abc = 3,2 [18] Les dépenses de optimales diminuent de 0,789 à 0,731 (- 7 %) alors que les coûts diminuent de 60 % (k = 0,4). Le coût total tombe de 2,578 à 1,863 soit une baisse de 28 % sous l'effet principal de la baisse des pertes de production de 1,789 à 1,132 soit 37 % de baisse. La part des pertes de production passe de 69 % à 61 % des pertes totales grâce à la réduction de l'indisponibilité de 45 % à 28 %. Tous les facteurs de coûts baissent mais celui qui a le plus d'effet est l'amélioration de la disponibilité et non la baisse des coûts de qui reste mineure. 9 JL Peaucelle Albi 1997

10 16 dépenses anciens coûts nouveaux coûts coûts de + pertes de production coûts de optimale 0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 x1 x0 0,3 0,35 0,4 0,45 0,5 0,55 indisponibilité Figure 6. Baisses de dépenses optimales de par baisse des coûts de Ces deux exemples permettent de conclure que les dépenses optimales de peuvent tout aussi bien croître que décroître sous l'effet d'un déplacement vers le bas de la courbe d'efficacité de la. Comme on connaît rarement la forme de la fonction f(x), il est difficile de prévoir. Cette imprévisibilité constitue un paradoxe. C'est la raison pour laquelle on ne peut pas faire apparaître les gains apportés par la GMAO par une seule décroissance des dépenses affectées à cette fonction, mais bien par une décroissance des pertes de production. Dans la réalité, on conserve constants les budgets de, on demeure sans doute dans la zone optimale. Les seuls gains visibles sont ceux de baisse des pertes de production. L'incertitude sur l'évolution des dépenses de n'existe pas si l'optimum est défini pour zéro pannes (voir figure 7). Les pertes de productions sont importantes. On dépense en jusqu'à une indisponibilité nulle. Alors l'amélioration de la fonction ne peut plus se faire par baisse de l'indisponibilité (déjà au minimum). L'amélioration s'observe dans une baisse des coûts de pour obtenir cette disponibilité totale. 10 JL Peaucelle Albi 1997

11 coût pertes de production b = gain sur les coûts de à disponibilité totale efficacité de la ancienne efficacité de la avec progrès des méthodes 0% indisponibilité Figure 7 Baisse des coûts de à indisponibilité nulle 100% NB: tous ces résultats peuvent se généraliser avec une mesure multidimensionnelle de l'efficacité de la (par exemple deux paramètres tels que disponibilité et nombre de pannes). 3) Une mesure chez un grand industriel de la chimie Une très grande entreprise de la chimie m'a demandé en 1996 d'évaluer la rentabilité d'un logiciel de GMAO, CIMIX de TSW France, installé depuis 2 ans dans quelques sites et la généralisation à tous les sites était en débat. On avait déjà tenté de réaliser diverses études économiques, mais on cherchait une baisse des dépenses de et on n'en avait pas trouvé. J'ai porté mes investigations sur les gains possibles en production. Les équipements ayant peu varié depuis 5 ans, il était possible de comparer l'intensité de leur exploitation. Mes interlocuteurs appartenaient aux services de. Ils ont eu quelques difficultés à obtenir les chiffres de compte rendus de fabrication, notées d'ailleurs à la main par le personnel des lignes de production. L'attention s'est focalisée sur trois lignes dont la 11 JL Peaucelle Albi 1997

12 disponibilité s'était améliorée. Les heures perdues en arrêts pour panne baissaient (voir tableau 1 et figure 8) Ligne A Ligne B Ligne C Tableau 1 Heures de panne par ligne de production 1400 heures de panne 1200 Ligne C Ligne B Ligne A Figure 8 Diminution du nombre d'heures de panne Cette diminution du temps perdu en pannes est valorisé au coût fixe de production formé des amortissements de machines et de la main d'œuvre ramené à l'heure de production. On trouve un total de 2,4 MF de gain entre 1993 et pannes salaires Amo Frais heures de FFixes gain Fixes production KF / H heures MF MF MF KF Ligne A ,0 961 Ligne B , Ligne C ,2 323 total Tableau 2 Valorisation de la diminution des heures de panne La diminution du nombre de pannes entraîne aussi un gain par diminution du nombre de redémarrages, durant lesquels la production est moins bonne (déclassé vendu à 80% de sa valeur). Le tableau 3 et la figure 9 montrent ces évolutions. 12 JL Peaucelle Albi 1997

13 Ligne A Ligne B Ligne C Total Tableau 3 Diminution du nombre de pannes 80 nombre de pannes Ligne C Ligne B Ligne A Figure 9 Diminution du nombre de pannes Pour valoriser ces gains, on a évalué la durée de production de déclassé au moment de chaque démarrage. On a évalué cette perte au démarrage de deux manières différentes. Tout d'abord par entretien avec les ingénieurs qui connaissaient la ligne de production. Ils ont fourni une fourchette de durée de montée en charge durant laquelle la production n'était pas aux normes (déclassés). Cette fourchette très large (de 5 à 24 heures) a été confirmée par une analyse statistique des tonnages déclassés par mois analysés en fonction du nombre d'arrêts dans le mois (pour panne ou autre). La proportionnalité apparaissait avec une pente qui était la quantité de déclassé à chaque démarrage. Ramenée à la capacité de production de chaque ligne, cette pente donne le temps de production de déclassé par démarrage. On est alors prêt pour évaluer les pertes par déclassés au moment des démarrages (voir tableau 4). La production par heure est le rapport entre la valeur produite et le temps de production. On estime la perte à 20% de la valeur de la production (écart de prix entre le produit normal et le déclassé). La perte par arrêt est obtenue par la durée de la production déclassée pour chaque arrêt 13 JL Peaucelle Albi 1997

14 (respectivement 5, 24 et 5 heures). Le gain est alors obtenue en multipliant par le nombre d'arrêts "évités". Il est considérable, près de 9 MF. C'est là que se situe principalement le gains de la GMAO dans ces trois lignes de production. nb valeur heures perte heures de perte en gain sur pannes produite production valeur production déclassé déclassés MF déclassée 1995 KF/arrêt Ligne A % Ligne B % Ligne C % Total Tableau 4 Valorisation des gains en diminution du nombre de pannes Cette évaluation a conclu à la rentabilité de la GMAO, les gains ne sont pas en diminution des coûts de. Ils viennent d'une baisse des pertes de production. Ils sont calculables avec une valorisation économique des pannes. Ils sont en outre croissants par un apprentissage organisationnel, une amélioration des méthodes, une progression des compétences. La valorisation financière des pannes demande d'évaluer la production perdue. Elle tient compte de la situation commerciale (Aurait-on pu vendre la production manquée?). Si la production perdue aurait pu être vendue, tout temps de production supplémentaire aurait augmenté les recettes (CA). La Valeur Ajoutée par heure de production est une excellente mesure des pertes. Valeur Ajoutée = Chiffre d'affaires - achats de production et de logistique Pertes de production = durée des pannes x VA [19] nombre d'heures de production Si la production supplémentaire n'aurait pas pu être vendue, la valorisation tient compte seulement des dépenses engagées de manière improductive: les machines et le personnel. On tient compte de l'amortissement comptable de l'équipement, ramenée à l'heure de production et des coûts de main d'œuvre dédiée à l'équipement. C'est une valorisation au coût de production. Pertes de production = durée des pannes x [amortissements + Mœ] [20] nombre d'heures de production 14 JL Peaucelle Albi 1997

15 Les gains sur l'appareil de production sont mesurables et ce sont les principaux gains de la GMAO comme le suggère le modèle développé en section précédente. Des résultats analogues sont présentés par Hipkin (1996). Il a enquêté auprès de cinq usines britanniques qui s'étaient équipées depuis un peu plus de un an d'un logiciel de GMAO. Il a demandé aux gestionnaires où ils identifient les gains. Toutes les réponses convergent vers la diminution du nombre de pannes, de leur durée, de l'augmentation de la production à équipement constant. Cette enquête conforte les affirmations d'autres auteurs cités par Hipkin (notamment Meredith, 1987) localisant les gains dans l'appareil de production. A l'inverse sont infirmées les affirmations classiques d'autres auteurs sur les augmentations de productivité des personnels administratifs de la (Pintelon, 1990). 4) Le tableau de bord de la Pour dépasser les opinions, mesurer les gains afin de justifier des dépenses en GMAO, on peut construire un tableau de bord qui comporte deux volets. Le premier est celui des pertes de production (indisponibilité valorisée). Le second est formé des dépenses de. De manière intermédiaire, on peut afficher des indicateurs techniques montrant la maîtrise des activités de (% activité planifiée par exemple). La société américaine TSW commercialise aux USA le logiciel MPAC. Elle effectue auprès de ses clients une enquête annuelle sur les gains observés grâce au logiciel. Cette attitude est pertinente pour faire prendre conscience des bénéfices, pousser les responsables à construire des tableaux de bord, les aider à valoriser leur activité en interne. C'est aussi un excellent argument de vente et TSW fait des audits avant vente pour évaluer le potentiel des gains à venir avec la GMAO. La synthèse de cette enquête concerne 600 sites industriels. Les écarts entre les situations de 1989 et 1995 sont donnés dans la figure 8. On fournit les fourchettes de valeurs, les moyennes n'ayant pas beaucoup de signification. La présentation des résultats sur un seul schéma n'existe pas dans le document d'origine. On remarque tout d'abord que les responsables ont surtout des indicateurs sur les dépenses de l'activité de. Une attention toute particulière est accordée au taux d'interventions planifiées, dont la valeur est sans doute le signe le plus important de la présence de la GMAO. Un seul indicateur concerne l'augmentation de la production et un autre suit la disponibilité. 15 JL Peaucelle Albi 1997

16 survie de l'entreprise pas d'incidents majeurs gagner de l'argent Activités de sécurité vendre produire à temps production +1% à +8% diminuer les charges arrêts planifiés durée grands arrêts ruptures de stock -1% à -95% coûts des grands arrêts -10% rythme des grands arrêts dépanner vite travaux en retard pas de pannes indisponibilité -1% à -90% -5% à-80% coûts de coût des stocks Planifier les interventions +10% à +600% % temps d'attente des dépanneurs -2% à -90% Heures supplémentaires -3% à -100% Effectifs de -2% à -100% Coût de -1% à -25% Rotation du stock -2 à -300% Nombre de lieux de stockage -2% à -80% Nombre de pièces -2% à -80% Valeur du stock -2% à -80% Effectifs magasin -1% à -40% délai livraison approvisionnements -5% à -100% fiabilité des approvisionnements coûts adminis tratifs temps passés /commandes 0% à -95% /factures Fournisseurs -2% à -50% /communication -5% à -90% /rapport -57% productivité des achats +5% à +90% Erreurs comptabilité -10% à -60% Coûts informatiques +1% à +50% traçabilité ISO 9000 Figure 10 Synthèse de l'enquête de TSW USA, les gains observés entre 1989 et 1995 fournisseurs commandes d'urgence -5% à -90% coût d'achat -1% à -50% Erreurs facture -1% à -60% Délai paiement Une opération similaire est en cours chez TSW France. L'objectif est de recueillir au maximum les données du tableau de bord dans le logiciel lui même. Les deux aspects du tableau de bord seront l'activité et les dépenses de d'une part et les résultats en termes de disponibilité ou production supplémentaire d'autre part. -1% à -100% 16 JL Peaucelle Albi 1997

17 Bibliographie Boucly, F. Ogus, A. 1987, Le management de la, évolution e t mutation, AFNOR et Eyrolles, Paris. Boucly, F. 1988, Maintenance: les coûts de la non-efficacité des équipements, AFNOR, Paris. Brynjolfsson, E. 1993, The productivity paradox of information technology, Communications of ACM, Dec, Vol 36, N 12, Brynjolfsson, E. Hitt, L. 1996, Paradox Lost? Firm-level Evidence on t h e Returns to Information Systems Spending, Management Science, April, Vol 42, N 4, Cho, D.I. Parlar, M. 1991, A survey of modls for multi-unit systems, European Journal of Operations Research, Vol 51, Cleveland, G. Schroeder, R.G., Anderson, J.C. 1989, A theory of production competence, Decision Sciences, 20, Doyle, J.R., 1991, Summarises some benefits of IT investements and provides a useful critique of their value Journal of the Operational Research Society Druais, S. 1995, La rentabilité doit se mesurer (aussi) chez les utilisateurs, Le Monde Informatique, 15 septembre. Earl, M.J. 1994, Shorko Films SA, in Strategic Information Systems, Ciborra, C. & Jelassi, T. Ed. Wiley. Farbey B., Targett D., Land F., 1994,The great IT benefit hunt European Management Journal Vol 12 N 3 pp Farbey B., Targett D., Land F., 1995, Evaluating business information systems reflections on a empirical study, Information Systems Journal, N 5. Farbey B., Land F., Targett D., 1995, A taxonomy of information systems applications: the benefits' evaluation ladder European Journal o f Information Systems N 4, Gabriel, M. Pinon, Y. 1985, Maintenance assistée par ordinateur, Masson, Paris. Hipkin, I. 1996, Evaluating management systems, European Journal of Information Systems, Vol 5, Landauer, T. 1995, The trouble with computers, MIT Press. Lyonnet, P. 1988, La, mathématiques et méthodes, Lavoisier, Paris. Meredith, J. R. 1987, Automating the factory: theory versus practice, International Journal of Production Research, Vol 25 N 10, Monchy, F. 1987, La fonction, formatin à la gestion de la industrielle, Masson, Paris. Mukhopadhyay T., Kekre S., Lalathur S., 1995, Business value of Information Technology: a study of Electronic Data Interchange, MIS Quarterly June, Nakajima, S. 1986, TPM Tenkai program, 1986, Japan Institute of Plant Maintenance, Tokyo, traduction française: La Productive Totale (TPM), AFNOR, Paris, Peaucelle, J.L. 1996, Sur les pistes de la rentabilité de l'informatique, Gérer e t Comprendre Annales des Mines, Déc, Peaucelle, J-L. 1997, L'informatique rentable, Hermès, Paris. Pintelon, L.M. Van Wassenhove, L. N. 1990, A managemnt tool, Omega International of Management Science, Vol 18, N 1, Shirose, K. 1984, Genba Leader Notamento TPM, Japan Institute of Plant Maintenance, Tokyo, traduction française: Le guide TPM de l'unité de travail, Dunod, Strassmann, P. A. 1990, The Business Value of Computers, Information Economic Press, New Canaan, CT. Strassmann, P. A. 1997, The squandered computer, Information Economics Press. 17 JL Peaucelle Albi 1997

18 Zwingelstein, G. 1996, La basée sur la fiablité, Hermès, Paris. 18 JL Peaucelle Albi 1997

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

1 Des services fonctionnels plus ou moins chers

1 Des services fonctionnels plus ou moins chers 1999.03 Baisse des coûts et évolution des services fonctionnels Jean-Louis Peaucelle Professeur à l IAE de Paris Résumé: La baisse des coûts de gestion, notamment par informatisation, entraîne-t-elle une

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE 1/9

MESURE DE LA PERFORMANCE 1/9 On peut dénombrer 8 fonctions : Commercial Production & Recherche et développement Achats Logistiques et approvisionnements Service après-vente Informatique Ressources humaines Direction générale Les indicateurs

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE

RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE RENSEIGNER LE COMPTE-RENDU DE MANIERE FIABLE Maintenance industrielle Niveau V CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production Liste non exhaustive d indicateurs Processus commercial - Nombre de clients visités chaque semaine. - kilométrage moyen parcouru par visite. - Total des heures productions vendues - Indice de Satisfaction

Plus en détail

- 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL. Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges.

- 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL. Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges. - 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o o o o Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges. Notions de dérivée. Principes, Exemples, Synthèse,

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale moteur expert de simulation paramètres interactifs Comme dans la réalité, la chance existe mais elle n'a pas de rôle prépondérant. Si votre entreprise vend mal, c'est parce que vous

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

Gestion des stocks et des approvisionnements

Gestion des stocks et des approvisionnements Les stocks représentent dans le bilan des entreprises de 20 à 80% du total de l actifs. Engendrent un important besoin de financement. Les stocks remplissent d importantes fonctions. Bien gérer les stocks

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Introduction au pilotage de la. performance

Introduction au pilotage de la. performance Introduction au pilotage de la performance Evaluation des Résultats et des Performances Anne-Laurence Lafont 1 Définition de la performance Qu'est, d'après vous, la performance? 2 Définition de la performance

Plus en détail

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq FICHE OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La GMAO en quelques lignes La G.M.A.O. (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur) est un logiciel spécialisé qui facilite la réalisation

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

La fonction macroéconomique d'investissement

La fonction macroéconomique d'investissement La fonction macroéconomique d'investissement Plan : Introduction I Le principe d'accélération 1) Accélérateur simple 2) Accélérateur flexible II Le coût de financement et la structure du financement Sa.19/01

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE Finalité de la démarche Evaluer les coûts résultant de la non-qualité.. Prérequis Notions élémentaires sur la démarche qualité et ses outils. 1 Les définitions

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

GESTION DES STOCKS CORRIGE

GESTION DES STOCKS CORRIGE 1/7 La gestion des stocks de maintenance Le service de maintenance comme les autres services de l'entreprise doit répondre à l'objectif " zéro stock ", c'est l'un des objectifs de la qualité totale. Aujourd'hui

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Dépanneur Agence SAV

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Dépanneur Agence SAV LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Dépanneur Agence SAV EVALUATION GDI DU SALARIE Dépanneur Agence SAV NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien

Plus en détail

Chapitre 3 : Les secteurs

Chapitre 3 : Les secteurs Chapitre 3 : Les secteurs Le Découpage des secteurs. Un secteur de vente correspond au territoire octroyé à un vendeur par son entreprise pour commercialiser ses produits. Il doit être clairement défini

Plus en détail

Connaissez-vous votre prix de revient?

Connaissez-vous votre prix de revient? Connaissez-vous votre prix de revient? 15 avril 2014 Producteurs-transformateurs J o u r n é e d i n f o r m a t i o n Votre conférencier Ghyslain Cadieux Directeur principal Tél. : 514 954-4643 cadieux.ghyslain@rcgt.com

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Une solution complémentaire fondamentale pour le pilotage de la performance

Une solution complémentaire fondamentale pour le pilotage de la performance TCI améliore la visibilité sur SAP via GEDIA Audit Une solution complémentaire fondamentale pour le pilotage de la performance Thémis Conception Informatique SAS (TCI) lance la conception d'un connecteur

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

1 Informatisation de la gestion : la dérobade de l'impact

1 Informatisation de la gestion : la dérobade de l'impact 1999.02 L'incertitude des effets de l'informatique sur le budget des services fonctionnels Jean-Louis Peaucelle Professeur à l IAE de Paris Résumé: Deu problèmes sont ici abordés de front. Comment fier

Plus en détail

Les dossiers techniques du CRTA SAVEZ-VOUS CALCULER VOTRE TAUX DE RENDEMENT EN PRODUCTION?

Les dossiers techniques du CRTA SAVEZ-VOUS CALCULER VOTRE TAUX DE RENDEMENT EN PRODUCTION? Les dossiers techniques du CRTA SAVEZ-VOUS CALCULER VOTRE TAUX DE RENDEMENT EN PRODUCTION? SAVEZ-VOUS CALCULER VOTRE TAUX DE RENDEMENT? Le TRS (taux de rendement synthétique) est un indicateur utilisé

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

S INFORMER SUR L UTILITE DU COMPTE-RENDU

S INFORMER SUR L UTILITE DU COMPTE-RENDU S INFORMER SUR L UTILITE DU COMPTE-RENDU Maintenance industrielle Niveau V CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

Petit déjeuner des PME & Start-up. L outsourcing : Sa pratique, son utilité et ses limites pour les PME. Vision sous l angle de la gestion financière

Petit déjeuner des PME & Start-up. L outsourcing : Sa pratique, son utilité et ses limites pour les PME. Vision sous l angle de la gestion financière Petit déjeuner des PME & Start-up L outsourcing : Sa pratique, son utilité et ses limites pour les PME Vision sous l angle de la gestion financière Lausanne WTC, le 18 novembre 2005 1 Mesure de la rentabilité

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1944, 2012 ISBN : 978-2-212-55334-5 Chapitre 4 Le budget des approvisionnements l ESSENTIEL Le budget des achats est lié

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

Structure organisationnelle de la maintenance

Structure organisationnelle de la maintenance Structure organisationnelle de la maintenance La mission et les objectifs d un département de maintenance Contexte: Peu d attention au département de maintenance par la direction Visibilité accrue lors

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu Calcul du prix & Indicateurs Pour la gestion économique de l'entreprise, il est essentiel que les prix des biens et services soient soigneusement calculés en tenant compte de tous les facteurs internes

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur.

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur. - 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS Objectif(s) : o o Pré requis : o o Cadence d'approvisionnement, Optimisation de la gestion des stocks. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen,

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Beida Mohammed Ferhat Taleb Amar Ingénieurs d état en informatique Option : Systèmes d Information (SI) Tel: +213 (0) 76 17 36 69 Fax: +213 (0) 21 32 58 93 Email: mohamed@mtoolkit.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Gestion de projet - calculs des coûts

Gestion de projet - calculs des coûts Gestion de projet - calculs des coûts GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Les différentes structures de coûts

Les différentes structures de coûts 1 I LES DIFFÉRENTS TYPES DE COÛTS :...3 En fonction du champ d'application :...3 En fonction du contenu :...3 En fonction du moment des calculs :...3 II LES ÉLÉMENTS CONS TITUTIFS DES COÛTS :...3 A) LES

Plus en détail

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie.

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. C HAPI TRE 8 Tableau de bord et reporting Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. 1 Principes A Le tableau

Plus en détail

VIII : Gestion des prévisions

VIII : Gestion des prévisions CHTIBI Chafik Une prévision est une prédiction des événements à venir qu'on utilise à des fins de planification. Les méthodes de prévision peuvent se fonder sur des modèles mathématiques utilisant les

Plus en détail

A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

A.4 GMAO = GM + AO (rappel) SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Présentation Les matériels agricoles, de travaux publics et de manutention, de parcs et jardins sont de plus en plus complexes et l'évolution de leurs technologies

Plus en détail

MP SUIVI DU PROJET Ch 9 SUIVI DU PROJET. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

MP SUIVI DU PROJET Ch 9 SUIVI DU PROJET. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 9 SUIVI DU PROJET 1 LES MOYENS DU SUIVI Le suivi est la phase la plus difficile du Projet Ce suivi ne sera efficace que si tout les moyens permettant le contrôle ont été mis en place dans la phase de préparation:

Plus en détail

Charte. Qualité et Service VOTRE SATISFACTION 2009-2010 NOTRE PRIORITÉ : Recherche et Information. Développement de Clientèle

Charte. Qualité et Service VOTRE SATISFACTION 2009-2010 NOTRE PRIORITÉ : Recherche et Information. Développement de Clientèle Charte Qualité et Service 2009-2010 NOTRE PRIORITÉ : VOTRE SATISFACTION TOUTES VOS SOLUTIONS D INFORMATION ET DE GESTION Recherche et Information Solution de Gestion Métier Gestion du Risque Développement

Plus en détail

Coordonnateur d'équipe maintenance niveau 4

Coordonnateur d'équipe maintenance niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Coordonnateur d'équipe maintenance niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Coordonnateur d'équipe maintenance niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule :

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant Shadow Manager ECG 2014 Confort de Chauffe.......... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle Manuel du participant Fernando Acosta et Georges Bessis www.simulnet.com Introduction

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

LA GESTION DES INTERVENTIONS

LA GESTION DES INTERVENTIONS I INTRODUCTION : Une intervention est effectuée à la suite d un évènement prévu ou non. Les conséquences sur la production, la maintenance, l organisation, la sécurité, etc, seront donc différentes. II

Plus en détail

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS POUR CANDIDATER : Mariane.Colmant@dupont.com ETAT SIGNALETIQUE SERVICE : MAINTENANCE SITE : SASSENAGE (38) Intitulé du poste : Responsable Service Entretien et Travaux Neufs Cette fiche fonction sera révisée

Plus en détail

Chap III : La valorisation du stock

Chap III : La valorisation du stock Chap III : La valorisation du stock I. Méthode ABC pour l analyse des stocks I..1 Principes et intérêt de la méthode Le gestionnaire de stock a souvent un nombre d article très important à gérer. Les ressources

Plus en détail

Introduction... 3. 8.1. Définition...3

Introduction... 3. 8.1. Définition...3 Mise en situation... 2 Introduction... 3 8.1. Définition...3 8.2. Services de la GMAO...3 8.2.1. Les formes de GMAO... 3 8.2.2. Augmentation du service rendu... 4 8.2.3. La conception des logiciels de

Plus en détail

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques Congrès 2008 de la Société canadienne d évaluation Valéry Roy-Gosselin Direction de la planification et de l évaluation MInistère des Ressources

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège.

1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège. DCG UE11 COTROLE DE GESTIO - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce qui est attendu

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 TS1 CGO-2 heures Devoir N 4 28 mars 2011 Aucun document autorisé Calculatrice autorisée L'entreprise CARTEX, fabrique et commercialise des emballages en carton

Plus en détail

1 ) Prévision de la production : le programme de production..

1 ) Prévision de la production : le programme de production.. R Cordier LE BUDGET DE PRODUCTION Le budget de production est la représentation finale et chiffrée de l'activité productive annuelle. Il est la résultante des décisions prises au niveau du budget des ventes

Plus en détail

Cours Gestion de projet

Cours Gestion de projet Cours Gestion de projet Assurance Qualité Logiciel Version Date Auteur V1.1 Septembre 2007 Pascal HEYER 1 Assurance Qualité Logiciel Ce document est publié sous la licence libre Creative Commons-BY-NC-SA

Plus en détail

Gestion de projet - suivi économique et financier par la méthode des encours

Gestion de projet - suivi économique et financier par la méthode des encours Gestion de projet - suivi économique et financier par la méthode des encours GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

L optimisation delatrésorerie enmagasin. MAG'OFFICE 2.7.0

L optimisation delatrésorerie enmagasin. MAG'OFFICE 2.7.0 L optimisation delatrésorerie enmagasin. MAG'OFFICE 2.7.0 L optimisation de la trésorerie en magasin. La bonne gestion de la trésorerie est une tâche indispensable du monde économique, quelle que soit

Plus en détail

Chapitre III. M.Reghioui - 2011 1

Chapitre III. M.Reghioui - 2011 1 Chapitre III Gestion des stocks M.Reghioui - 2011 1 Contenu du chapitre Introduction Stocks et paramètres Politiques d approvisionnement Conclusion M.Reghioui - 2011 2 1. Introduction M.Reghioui - 2011

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile

Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile Plateforme de la Filière Automobile Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile Associations Régionales de l Industrie Automobile ENQUETE DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE 2009/2010 Comme chaque année,

Plus en détail

professionnel et convivial

professionnel et convivial professionnel et convivial ARCO ADRESSES ARCO Adresses est une gestion de contacts performante particulièrement adaptée à des activités de marketing. Il est facile de reprendre automatiquement des adresses

Plus en détail

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde (GEO) LEVEQUE Florian (RICM) SECURIX Simulation de gestion d entreprise Univers A Entreprise 4 Année 2010-2011 Sommaire Introduction - Stratégie

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

«Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration»

«Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration» Conférence sur la certification EN 9100 «Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration» 16/12/2014 Christelle REBILLET Chef de Produit - AFNOR Certification Programme Contexte

Plus en détail