CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE"

Transcription

1 II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil. Le Juge Civil doit tenir compte des clauses claires du permis de construire sans en apprécier la validité de celui-ci. En ce qui concerne l article III-5 du Code pénal, ce dernier prévoit que les juridictions pénales sont compétentes pour interpréter les actes administratifs, réglementaires ou individuels et pour en apprécier la légalité lorsque de cet examen dépend la solution du procès pénal qui lui est soumis. Au niveau civil en fonction de la loi du 13 juillet 2006, deux assignations sont possibles : l action en démolition et l action en dommages et intérêts. La prescription est de cinq ans. La Cour de Cassation rappelle que les juridictions civiles sont compétentes sans intervention d un Juge Administratif dès lors que la violation alléguée concerne une clause contractuelle, peu lui importe que cette clause édicte une règle d urbanisme ou non. En ce qui concerne les travaux conformes à un permis de construire. A ce titre, il convient de rappeler que le Juge répressif reste compétent pour constater l existence d un permis de construire obtenu frauduleusement, par exemple à propos d une fausse déclaration en qualité d agriculteur (Cass. Criminelle 9 septembre 2003). Cette condition s applique également au permis de construire même si le permis délivré est manifestement illégal, par exemple s il autorise une construction sur un terrain constructible, il appartient au Juge Judiciaire saisi d apprécier la conformité de l ouvrage au permis de construire la preuve de conformité des travaux au permis de construire incombe à celui qui invoque le bénéfice de l article à défaut de déclaration d achèvement non contesté ou de certificat de conformité obtenu. - Violation des règles d urbanisme. Cela ne porte pas sur les violations de règle de droit privé, notamment les servitudes conventionnelles de passage ou un cahier des charges de lotissement. En matière de lotissement, il convient de distinguer le règlement qui est approuvé par l Administration et le cahier des charges qui n est pas approuvé par l Administration. L action en démolition contre le propriétaire : il faut dans ces conditions obtenir l annulation préalable et définitive du permis avant toute condamnation à démolir. Cette annulation peut être prononcée par le Juge Administratif lequel doit être saisi dans un délai de deux mois traditionnels. Si le Juge Administratif n a pas été saisi dans le délai, toute action en démolition par le Juge Judiciaire devient impossible. 1

2 L action en indemnisation contre le constructeur : il semble qu en ce qu on entend par constructeur soit le bénéficiaire du permis de construire plutôt que les locateurs et ouvrages d intervenants. Cependant, celui-ci qui cause le préjudice est celui qui construit l ouvrage, donc les constructeurs qui sont des professionnels de la construction. - Remise en état des lieux : Ce n est ni la démolition ni l indemnisation. Cependant, la Cour de Cassation semble appliquer aux mesures de restitution les mesures applicables à la démolition. - Exception d illégalité : L exception de renvoi doit être formulée in limine litis. Il appartient au Juge Judiciaire de se saisir par renvoi. La question préjudicielle n est pas soumise à une condition de délai. La saisine du Juge Civil dans un délai de deux ans n est pas tenue en échec par le fait que le recours administratif contre le permis de construire n est plus recevable et bien évidemment la saisine du Juge Administratif dans ces conditions n est pas saisie à notification préalable. - Délais : Le délai de deux ans de point de départ va varier : Décision administrative définitive pour les actions en démolition. Achèvement des travaux pour les actions en dommages et intérêts. Pour les actions en remise en état des lieux c est le droit commun qui s applique. - Achèvement des travaux : Pour les actions en dommages et intérêts dirigées contre les consturcteurs le délai de deux ans a pour point de départ l achèvement des travaux même si le permis de construire a fait l objet d une annulation par le Juge Administratif et l achèvement des travaux se place à la date à laquelle la construction est en état d être affectée en son objet et ces circonstances sont appréciées souverainement par le Juge du Fond. Il a été rappelé également que le recours pour excès de pouvoir formé contre le permis de construire ne suspend pas le délai de cinq ans porté à deux ans. 2

3 A. CONTENTIEUX CIVIL LES PERSONNES EN CAUSE : - la Commune : Une Commune n a pas qualité pour présenter une action devant le Juge Civil tendant à l exécution d obligations mises à la charge du bénéficiaire d un permis de construire. La seule solution est le pénal. La mise en conformité des lieux avec le PLU ou le POS ne peut être demandée au Juge Civil mais une Commune peut justifier d un préjudice. - Le Préfet : Dans le cadre du déféré, seul le Juge Administratif est compétent. Le Juge Civil ne peut pas se prononcer et il doit donc dès lors renvoyer au Juge Administratif. - Personnes privées : Associations, copropriétés, tiers : Une Association est recevable à constituer partie civile dès lors qu elle justifie d un préjudice direct aux intérêts collectifs qu elle a pour objet de défendre. Une copropriété est recevable à engager une action tendant à faire respecter les règles d urbanisme comme les règles de constructions et affectations de l immeuble. CONDITIONS 1. La faute : En cas d absence de permis la faute est évidente. L absence de permis est assimilée à une violation du permis : Un recours en indemnisation du tiers a pu être fondé sur la faute résultant de la méconnaissance par le constructeur de son propre permis de construire. L interruption des travaux s impose lorsqu une construction s élève au mépris des plans déposés et fait écran à des propriétés riveraines mais c est aux tiers de prouver que l affectation des ouvrages a été méconnue. 3

4 Violation d une règle d urbanisme : La violation d une règle impérative en vigueur constitue par principe une faute. En effet le Juge Civil est compétent pour apprécier les règles administratives générales et un caractère réglementaire. Par contre, le Juge a indiqué que le Juge Civil n était pas compétent pour sanctionner le règlement national d urbanisme et rappelle que l action civile ne peut prospérer que dans la mesure où une règle administrative d urbanisme de fond a été violée et non une simple règle de forme et cela s explique par la preuve d un préjudice direct. On voit mal en effet comment le tiers pourrait être directement lésé par la carence ou l irrégularité de la forme d un permis de construire. 2. Un préjudice : Il faut la preuve d un préjudice direct, c'est-à-dire que le demandeur doit apporter la preuve d un préjudice résultant directement de la faute commise. L action en démolition qui est motivée exclusivement par l absence du permis de construire du voisin n est pas recevable. Pour la Commune, l action en démolition introduite par une Commune par voie civile doit se fonder sur un préjudice subi. Pour les Associations, l Association doit justifier d une atteinte aux intérêts qu elle défend. Autorité de la chose jugée au pénal : si une décision pénale définitive a jugé qu il y avait un lien direct entre une faute et un préjudice, l autorité de chose jugée pénalement s impose au Juge Civil. Appréciation du préjudice : Le calcul du préjudice relève de l appréciation souveraine des Juges du Fond. Il appartient au Juge Judiciaire d écarter les dommages sans lien direct avec l infraction commise. Ainsi le Juge a considéré que par exemple l implantation illégale d un bâtiment en retrait de l alignement n a pas causé aux voisins un préjudice ou également par exemple une limitation de vue et d ensoleillement avec nouvelle circulation d air sont des gênes relatives et inévitables quelle que soit l implantation incriminée du pavillon voisin. Par contre, les Juges du Fond ont également reconnu qu un préjudice d ensoleillement et de vue existait et qu ils étaient tenus de prononcer la démolition surtout si le nouveau bâtiment était inesthétique (Cass. 3 ème 16 mai 2001) et le préjudice invoqué par le voisin ne doit pas nécessairement excéder les inconvénients normaux de voisinages (et le constructeur ne peut pas en défense alléguer que son voisin connaissait les inconvénients de la construction irrégulière préexistante). 4

5 La procédure les délais : L action doit être engagée dans le délai de deux ans dans l hypothèse prévue par l article L du Code de l Urbanisme, sinon dans le délai de dix ans de droit commun pour les actions délictuelles. Les actions contractuelles fondées sur la violation d une servitude privée restent soumises aux délais contractuels habituels, c'est-à-dire cinq ans. Procédure référé : Le Juge des référés peut sur la base de l article 809 du Code civil ordonner la cessation des travaux manifestement illicites. Il peut faire cesser sous astreinte la poursuite des travaux causant un trouble illicite, ordonner également l interruption de travaux exécutés sur la base d un permis annulé, ou ordonner la cession d une exploitation en violation du permis de construire. Le Juge Civil peut prononcer des astreintes ou les refuser sans être tenu de motiver sa décision. L astreinte est réputée définitive même si l intéressé obtient un permis de régularisation après sa condamnation, mais par contre l astreinte est révisable. Démolition et mise en conformité : Il n existe pas une démolition d office. La demande en démolition est elle-même évidemment facultative. Les Tribunaux administratifs sont incompétents pour prononcer une condamnation à démolir même s ils ont annulés le permis de construire qui est à la base de l ouvrage litigieux. En ce qui concerne l ouvrage public, la démolition d un ouvrage public ne peut pas être prononcée par un Juge judiciaire dès lors qu aucune voie de fait ni aucune emprise irrégulière n est constatée. Le Juge administratif doit d abord rechercher si une régularisation appropriée est possible eu égard notamment aux motifs de la décision, et ensuite se prononcer en comparant les intérêts publics et les intérêts privés en conflit et après avoir recherché si une régularisation était possible, l Administration est fondée à refuser de démolir un ouvrage public pour des raisons d intérêt général. Voie de fait : La compétence des Tribunaux judiciaires est élargie aux actes de l Administration en cas de voie de fait. 5

6 La voie de fait est ainsi définie : l Administration procède à l exécution forcée dans des conditions irrégulières d une décision même régulière portant atteinte grave aux droits de propriété ou à une liberté fondamentale où l Administration a pris une décision ayant l un ou l autre de ses effets à condition toutefois que cette dernière décision soit elle-même manifestement insusceptible d être rattachée à un pouvoir appartenant à l autorité administrative. Bien évidemment, une demande en démolition ne peut pas prospérer si le demandeur a obtenu par décision antérieure une indemnisation de son préjudice. Le Juge civil ne peut pas ordonner la mise en conformité, cette sanction étant réservée au Juge Pénal. Le Juge civil peut refuser à bon droit la démolition lorsque les règles d urbanisme modifiées entre temps rendent licites les constructions litigieuses. Les Tribunaux judiciaires ont tendance à convertir la démolition sollicitée en simple indemnisation. La démolition est ordonnée par le Juge du Fond en cas de méconnaissance constatée d une règle d urbanisme dès lors que l impossibilité de mise en conformité de l ouvrage est reconnue, étant bien entendu que le tiers voisin justifie d un préjudice personnel. En cas en condamnation un recours en responsabilité à l encontre notamment de l architecte et des autres constructeurs peut prospérer. La jurisprudence en ce cas indique que ce dernier n encourt aucune responsabilité s il a informé son client qui a persisté dans la réalisation de son programme (Cass. Civ. 3 mars 2004). B. CONTENTIEUX PENAL : 1. Délits réprimés. Délits prévus : Ne sont réprimés que les délits prévus par la loi. Constituent des infractions les constructions sans permis de construire ou les aménagements sans permis d aménager ou malgré une suspension prononcée par le Juge administratif ou les travaux sans déclaration préalable. Le délit est consommé en cas de non exécution intégrale des prescriptions contenues dans le permis de construire. Bien évidemment, les travaux exécutés avant délivrance d un permis de régularisation valables sur le plan administratif laissent subsister l infraction de construction illégale. 6

7 Les poursuites peuvent se fonder à la fois sur les violations des énonciations du permis de construire et sur la méconnaissance des règles générales d urbanisme. Les délits : 3. Travaux sans autorisation, travaux en violation du permis de construire ou non exécution des prescriptions contenues dans le permis, continuation des travaux après décision d interruption. - Personnes visées : La violation des règles concernant le permis de construire donnent lieu au prononcé des peines prévues par l article L alinéa 2 contre les utilisateurs du sol, les bénéficiaires des travaux, les architectes, les entrepreneurs ou autres personnes responsables de l exécution desdits travaux. Le maître d ouvrage ayant sciemment laissé exécuter les travaux illicites est réputé au même titre que le maître d œuvre, coupable d avoir commis une infraction de réaliser des travaux non-conformes au permis (Cass. Criminelle 20 janvier 1981). Le locataire peut être également concerné lorsqu il fait des travaux qui sont irréguliers. Une personne morale peut être déclarée responsable à l exception de l état. 2. CONSTATATION DES INFRACTIONS. - Sur la modalité pratique de l exercice du droit de visite et ses sanctions : Les infractions sont constatées par les autorités. Celles-ci sont tenues de dresser un procès-verbal. Le procès-verbal est transmis sans délai au Ministère Public et communicable au Maire mais non à des tiers sauf autorisation du Procureur de la République. La connaissance du délit oblige l Administration à dresser un procès-verbal et cette obligation incombe à tout agent public ayant appris le délit. Toutefois, le Maire et le Préfet ne sont pas tenus de dresser procès-verbal si l infraction est couverte par l expiration du délai de prescription de l action publique. Le refus de constater une infraction et de vérifier la validité de l opération engage la responsabilité de l Administration. 7

8 - Initiative des poursuites : La loi du 31 décembre 1976 ouvre la porte à certaines constitutions de parties civiles pour des Associations agréées à condition que ces Associations justifient d un intérêt à agir. Pour une Association non agréée elle est recevable à se constituer partie civile au même titre que l Association agréée, le tiers lésé également. Cependant, les parties civiles ont des droits limités. Ainsi une constitution en partie civile est recevable en première instance mais ne peut pas être régularisée en cause d appel. 4. Personnes publiques : La constitution de partie civile pour les Communes a été reconnue par l article L du Code de l urbanisme. Sont assimilés aux Communes les établissements publics de coopérations intercommunales compétents en matière d urbanisme ainsi que d autres personnes publiques tels que le Conservatoire du Littoral, l Office National de l Eau et des Milieux Aquatiques, etc. L Administration dispose d un pouvoir d appréciation en matière de poursuite malgré l obligation de dresser un procès-verbal et le Ministère Public est toujours libre ou pas de poursuivre ou pas sauf en cas de constitution de partie civile. Des poursuites ne peuvent être engagées qu au titre des infractions commises lors de la réalisation des travaux. 5. Compétence du Juge : Les Tribunaux judiciaires sont compétents pour statuer sans attendre l issue d une instance administrative dirigée contre le permis. Les peines encourues sont des amendes parfois en fonction du m² illicite, des peines d emprisonnement éventuelles en cas de récidive, le calcul en fonction du nombre de m² illicite ne permet pas de prononcer plusieurs amendes pour même délit. Il peut y avoir également des peines complémentaires qui sont la démolition et la mise en conformité. 6. Interruption de travaux : L ordre d interrompre les travaux peut être donné par décision de justice. La décision appartient au Juge judiciaire. 8

9 L autorité judiciaire peut intervenir à tout moment, d office ou sur certaines initiatives. Ainsi, un Juge d instruction peut en effet ordonner la main levée partielle d un arrêté municipal ordonnant la cessation immédiate des travaux. En pratique, la main levée n est prononcée que si l interruption des travaux est de nature à mettre en péril l ouvrage. 7. Interruption par injonction administrative : En effet, l interruption peut être ordonnée par l autorité administrative. L arrêt interruptif de travaux est une mesure de Police qui doit être motivée. Cependant, l interruption ne peut pas intervenir avant que l intéressé ait été mis à même de présenter ses observations écrites. Le texte fait bien évidemment la réserve de l urgence des circonstances exceptionnelles et des nécessités d ordre public. L arrêté du Maire prescrivant l interruption de travaux ainsi que certaines mesures complémentaires prises en application des articles L du Code de l urbanisme doit être motivé. La jurisprudence rappelle que l interruption de travaux ne peut être mise en œuvre qu à la suite d infractions commises lors de la réalisation des travaux et non pour des motifs tirés sur l illégalité des décisions autorisant les travaux. En effet, le Maire peut ordonner la suspension des travaux mais non la suspension du permis de construire. L autorité judiciaire peut prononcer la main levée d une mesure administrative avant même que l action publique ait été mise en mouvement, sans qu il y ait pour autant atteinte aux principes de séparation des contentieux. Une décision de classement signifie qu aucune poursuite n est engagée. Le Procureur de la République en avise le Maire. Ce dernier n a aucun pouvoir d appréciation s il met en demeure de faire cesser l interruption qu il a ordonnée. Il doit sans délai retirer son précédent arrêt. En cas de non lieu ou de relaxe l arrêté du Maire cesse d avoir effet. Aucun retrait n est donc nécessaire ni aucune mise en demeure par l intéressé. Le Juge civil ne peut, sauf voie de fait, annuler l ordre donné par l Administration d interrompre les travaux. 9

10 3. CARACTERE DU DELIT : 8. Délit matériel : Sont traditionnellement inopérants pour la répréhension du délit une tolérance administrative, le fait que le prévenu ait été induit en erreur par l Administration sur la nécessité d un permis de construire, l atteinte au droit moral de l auteur de l ouvrage, le fait que le prévenu n ait pas eu connaissance du refus de permis de construire complémentaire, l annonce par le Maire d un permis tacite dans le délai réglementaire si le permis est ensuite refusé. Ainsi seule la constatation de la violation en connaissance de cause d une prescription légale ou réglementaire en matière de permis de construire suffit à révéler l intention coupable. Le délit est dès lors retenu. L intention coupable est établie si le prévenu avait auparavant été mis en garde par le Maire par exemple. Le Code pénal exonère de responsabilité pénale la personne qui justifie avoir cru par une erreur de droit qu elle n était pas en mesure d éviter pouvoir légitimement accomplir l acte. Jusqu à présent, l erreur de droit n a pas été acceptée par la jurisprudence en matière de permis de construire. Comme il a été indiqué déjà la régularisation des travaux a posteriori par un permis de construire rétroactif laisse subsister l infraction. Cependant, si la régularisation n efface pas l infraction elle fait obstacle au prononcé de la peine complémentaire de démolition. 9. Prescription de l action publique : La prescription de trois ans de l action publique court à compter de la date d achèvement des travaux même si ceux-ci ont été réalisés en plusieurs tranches et comportent des affectations différentes dès lors qu ils sont autorisés par un même permis de construire. Le point de départ du délai de prescription de trois ans est le dernier jour des travaux concernant le dernier immeuble d un ensemble immobilier. Le point de départ du délai de trois ans pose des problèmes pratiques en raison des travaux de menues-finitions. Il a été jugé que les travaux de faibles importances ne sauraient différer le point de départ du délai de prescription. C est notamment le cas des travaux non soumis à permis de construire, tels que les travaux d aménagements intérieurs. Le délit se poursuit pendant tout le temps d exécution des travaux. 10

11 La prescription de l action publique est une exception péremptoire et d ordre public. Il appartient au Juge d établir que cette prescription n est pas acquise au prévenu. Tout acte de procédure judiciaire interrompt le délai de prescription. Ainsi, le procès-verbal dressé par un agent assermenté interrompt la prescription. Lorsque le délai triennal est expiré le propriétaire ne saurait être inquiété du chef de ces travaux construits de façon illégale. Une démolition sous astreinte ne peut pas être ordonnée. 10. L action civile : Il faut faire une distinction entre la constitution de partie civile liée à la poursuite pénale et la saisine du Tribunal civil. Selon l article 10 du Code de procédure pénale, l action civile peut être engagée devant le Juge civil après expiration du délai de trois ans et dans les dix de l apparition du dommage selon le droit commun de responsabilité délictuelle. Toute action de poursuite et d instruction accomplie dans le délai interrompt la prescription des actions tant publique que civiles. 11. Sanctions complémentaires : Le Juge judiciaire est compétent pour prononcer des sanctions complémentaires et remise en état. Ces peines complémentaires ne peuvent être prononcées à titre principal à défaut d une condamnation elle-même principale pour violation de la législation du permis de construire. Elles échappent à la prescription quinquennale des peines correctionnelles mais pas la prescription de l action publique concernant les peines principales. Elles sont opposables à des tiers acquéreurs. Le décès du prévenu éteint l infraction mais pas la peine complémentaire. La décision d ordonner la démolition d une construction illicite peut être prise pour la première fois en cause d appel. Le Juge correctionnel a un pouvoir discrétionnaire et large pouvoir d appréciation. Le Juge peut prononcer une astreinte et la liquidation d astreinte en application de l article L est prononcée non par le Juge qui l a ordonnée mais par le Maire de la Commune ou par le représentant de l Etat dans le département. 11

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

ESSAI DE SYNTHESE SUR LA PRESCRIPTION EN MATIERE D URBANISME

ESSAI DE SYNTHESE SUR LA PRESCRIPTION EN MATIERE D URBANISME 1 Cnei/Note prescription.doc Le 18 Août 2005 ESSAI DE SYNTHESE SUR LA PRESCRIPTION EN MATIERE D URBANISME Selon le «petit Larousse illustré» (définition littéraire) : «la prescription est le délai au terme

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE Mme Régnier-Birster Juge des référés Audience du 30 octobre 2013 Ordonnance du 31 octobre 2013 54-035-02-03 C RÉPUBLIQUE

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

Introduction n.1 à 3... 3. Chapitre I - Les ACTIONS en JUSTICE du SYNDICAT... 7 n. 4 à 118

Introduction n.1 à 3... 3. Chapitre I - Les ACTIONS en JUSTICE du SYNDICAT... 7 n. 4 à 118 225 TABLE DES MATIÈRES Introduction n.1 à 3... 3 Chapitre I - Les ACTIONS en JUSTICE du SYNDICAT... 7 n. 4 à 118 Section liminaire - Les rapports entre l action du syndicat... 11 et les actions des Copropriétaires

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE

PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE PASICRISIE LUXEMBOURGEOISE N 2/2013 TABLE DES MATIERES JURISPRUDENCE Assurances 1 Responsabilité civile automobile Assurance obligatoire Garantie Etendue Véhicule assuré en quelque lieu qu il se trouve

Plus en détail

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Titre I er : Monuments historiques Art. 1 er. - Est approuvé, dans la limite

Plus en détail

L achèvement des travaux

L achèvement des travaux L achèvement des travaux Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Introduction 1-Le nouveau régime est applicable aux constructions achevées à compter

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

CONTENTIEUX DE L URBANISME : LE PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX DE L URBANISME : LE PERMIS DE CONSTRUIRE CONTENTIEUX DE L URBANISME : LE PERMIS DE CONSTRUIRE INTRODUCTION Au niveau de la compétence au sujet du contentieux du permis de construire, trois compétences existent. Tout d abord, la compétence judiciaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LE PERMIS DE CONSTRUIRE Acte administratif unilatéral permettant à l administration d autoriser une construction nouvelle, la reconstruction d un bâtiment démoli

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-379 du 14 avril 2010 relative à la santé des sportifs et à la mise en conformité du code du sport avec

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2013-331 QPC du 5 juillet 2013 (Société Numéricâble SAS et autre) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 29 avril 2013 par le Conseil d État (décision n 356976 du 29 avril 2013), dans les

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général référendaire Pauline CABY

Conclusions de Madame l'avocat général référendaire Pauline CABY DEMANDE D AVIS N/ E 14-70.003 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DE GRANDE

Plus en détail

LE DROIT MORAL DE L ARCHITECTE SUR SON ŒUVRE

LE DROIT MORAL DE L ARCHITECTE SUR SON ŒUVRE LE DROIT MORAL DE L ARCHITECTE SUR SON ŒUVRE Comme tout artiste sur son œuvre, l architecte dispose d un droit d auteur sur l œuvre architecturale qu il conçoit, tout comme sur les plans, maquettes et

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

LA COMBINAISON DU RECOURS ADMINISTRATIF ET DU RECOURS CONTENTIEUX

LA COMBINAISON DU RECOURS ADMINISTRATIF ET DU RECOURS CONTENTIEUX La combinaison du recours administratif et du recours contentieux 55 LA COMBINAISON DU RECOURS ADMINISTRATIF ET DU RECOURS CONTENTIEUX Mcf. Dr. Marie-Thérèse VIEL * L administration dispose de la possibilité

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

Jurisprudences (publiées)

Jurisprudences (publiées) Jurisprudences (publiées) 2015 JurisNews - Regard sur le Droit du Travail Conséquences à tirer de la notification irrégulière d une modification substantielle C.S.J. 05 12 2014 N 38929 du rôle La Cour

Plus en détail

TITRE I er : De la surveillance des fouilles par l Etat

TITRE I er : De la surveillance des fouilles par l Etat Loi du 27 Septembre 1941 modifiée portant réglementation des fouilles archéologiques Les articles, alinéas, phrases et mots soulignés sont abrogés par l Ordonnance 2004-178 (Code du patrimoine) ; Les articles,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 13 Table alphabétique.................................................... 25 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 décembre 2013 N de pourvoi: 12-18537 ECLI:FR:CCASS:2013:C101492 Publié au bulletin Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

Mémorandum juridique mai 2006

Mémorandum juridique mai 2006 Mémorandum juridique mai 2006 v 0605101044 Le contentieux du permis de construire Bâtiments agricoles et ruines Urbanisme et construction Habitations légères de loisirs Camping et stationnement de caravanes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 6 avril 2005 Rejet Irrecevabilité N de pourvoi : 00-80418 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 novembre 2011 N de pourvoi: 10-19572 Publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi M. Loriferne (président), président SCP Baraduc et Duhamel,

Plus en détail

Plans de prévention des risques technologiques :

Plans de prévention des risques technologiques : Plans de prévention des risques technologiques : Autorisations d urbanisme et contrôle des constructions Jeudi 4 décembre 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT. (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire)

Commentaire. Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT. (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire) Commentaire Décision n 2011-162 QPC du 16 septembre 2011 Société LOCAWATT (Minimum de peine applicable en matière d amende forfaitaire) Par un arrêt n 4008 en date du 22 juin 2011, la chambre criminelle

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Newsletter Copropriété

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Edito La loi change La loi du 20 décembre 2014 : les premiers pas vers un détricotage de la loi ALUR La loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification

Plus en détail

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr]

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] BUREAU DU CONSEIL CONSULTATIF DE PROCUREURS EUROPEENS (CCPE-Bu) LES ALTERNATIVES AUX POURSUITES «LES MESURES ALTERNATIVES

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Ø FORFAIT- JOURS : La vérification de la charge de travail du salarié est soumise à l entière responsabilité de l employeur. Doit être annulée une convention individuelle

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 20 mars 2014 N de pourvoi: 12-29568 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Piwnica et Molinié,

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi n 90-17 du 26 Février 1990, portant Refonte de la Législation Relative à La Promotion Immobilière modifiée et complétée par: Loi n 91-76 du 2 Août 1991 Loi n 91-98 du 31 Décembre 1991 portant Loi de

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs.

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. 5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. Art. 1er. Aux termes de la présente loi, on entend par: 1. Véhicule

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation. Numéro du rôle : 5744 Arrêt n 163/2014 du 6 novembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Copropriété Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Assemblées générales de copropriétaires et obligations légales 1/12 Préparer une assemblée générale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/04/2013 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY01332 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur Mme VINET, rapporteur public

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris Ministère Public Extra 1«de»«* mlmtujt» **m ts n n j?e o u lf,b u n a î Gs'snds in sta n c e d e PARIS û République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 23eme chambre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/06/2010 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 26 mai 2010 N de pourvoi: 09-10852 Publié au bulletin Cassation sans renvoi Mme Favre (président), président SCP Bouzidi et Bouhanna,

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéosurveillance

Charte déontologique de la vidéosurveillance Charte déontologique de la vidéosurveillance Ville de Clichy Préambule Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre davantage aux demandes sociales de sécurité et de prévention,

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L AUTORITE TERRITORIALE 1. Rappels règlementaires sur la lettre de d information obligatoire avant toute sanction (sans saisine du conseil de discipline) sanctions du premier

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail