LA LOI «ENL» L URBANISME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LOI «ENL» L URBANISME"

Transcription

1 LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ du droit de l urbanisme l expression de trois principaux objectifs accompagnant la réforme des autorisations d urbanisme initiée par l ordonnance n du 8 décembre 2005 (qu elle ratifie) et dont on attend prochainement les décrets d application : Le premier objectif a trait à l amélioration de la sécurité des autorisations d urbanisme après leur délivrance (articles 6, 11, 13 et 14). Le second objectif s attache à pérenniser la situation de certaines constructions édifiées irrégulièrement (articles 9, 10 et 12), Le troisième objectif poursuivi consiste en un ajustement de certaines procédures d urbanisme existantes (articles 4, 18 et 25).

2 1. Les nouvelles dispositions visant à améliorer la sécurité des autorisations d urbanisme 1.1. L harmonisation du régime de retrait des autorisations d urbanisme L ordonnance du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations de travaux s est déjà engagée sur la voie de la sécurisation des autorisations d urbanisme en prévoyant notamment que la décision de non-opposition à la déclaration préalable ne puisse faire l objet d aucun retrait. La loi ENL poursuit cet objectif en s intéressant au retrait des autres autorisations d urbanisme (permis de construire, d aménager, de démolir). Jusqu alors, à moins que le retrait de l autorisation ne soit sollicité par le pétitionnaire luimême ou que l autorisation soit obtenue par fraude, il n était possible que sous certaines conditions peu compréhensibles pour le non-initié. Si l autorisation de construire était expresse, son retrait n était admis que si elle était illégale et si le retrait intervenait dans un délai de quatre mois courant à compter de sa signature 1. Passé ce délai, l autorisation de construire ne pouvait être remise en cause que par le juge administratif si elle avait été attaquée par un tiers dans le délai de recours contentieux. En revanche, si l autorisation était tacite, elle pouvait être retirée pendant le délai de recours contentieux lorsque des mesures d information des tiers avaient été mises en œuvre ou à défaut pendant le délai de deux mois à compter de la date à laquelle était intervenue la décision ou bien encore pendant la durée de l instance en cas de recours contentieux 2. L article 6 de la loi ENL vient désormais compléter l article L du code de l urbanisme, dans sa rédaction résultant de l article 15 de l ordonnance du 8 décembre 2005, en précisant que : «le permis de construire, d aménager ou de démolir, tacite ou explicite, peut être retiré que s il est illégal et dans le délai de trois mois suivant la date de cette décision. Passé ce délai, le permis ne peut être retiré que sur demande explicite de son bénéficiaire». Ainsi, aux termes de ces nouvelles dispositions (qui n entreront en vigueur que lorsque le décret d application de l ordonnance aura été publié 3 et au plus tard le 1er juillet 2007), les permis de construire, d aménager ou de démolir, qu ils soient tacites ou exprès, ne pourront être retirés s ils sont illégaux que dans un délai de trois mois suivant la date de leur signature. Il est donc créé un délai uniforme pour le retrait des autorisations d urbanisme, qui ne seront plus soumises à cet égard au droit commun des actes administratifs créateurs de droit. 1 Conseil d Etat Assemblée, 26 octobre 2001, Ternon, n Article 23 de la loi n du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations. 3 le projet du décret a récemment été transmis au Conseil d Etat par le ministère de l Equipement, et le décret est attendu pour l automne

3 1.2. L encadrement de la recevabilité des recours des associations Désormais, une association ne sera plus recevable à agir contre une décision relative à l occupation ou l utilisation des sols que si le dépôt de ses statuts en préfecture est intervenu antérieurement à l affichage en mairie de la demande du pétitionnaire (nouvel article L du Code de l urbanisme applicable depuis le 16 juillet 2006 issu de l article 14 de la loi ENL). Adopté contre l avis du gouvernement, cette disposition a clairement pour objet d empêcher les recours des associations créées dans le seul but de contester un permis de construire. En conséquence, et alors même que jusqu à présent le dépôt en préfecture des statuts d une association n était pas une condition de recevabilité de ses recours pour excès de pouvoir, dorénavant, toute association ayant un objet statutaire lié au droit l urbanisme et projetant de contester un projet de construction, devra avoir tout d abord déposé ses statuts en préfecture avant que la demande de permis de construire ne soit affichée en mairie pour pouvoir ensuite contester ce permis devant le Juge administratif. De la même manière, les associations agréées de protection de l environnement, pour être recevables à contester une décision d urbanisme, devront obtenir leur agrément attestant de leur champ de compétence territoriale avant la date de la décision qu elles entendent contester (nouvel article L du Code de l environnement modifié par l article 13 de la loi ENL) La suspension du délai de validité du permis de construire en cas de recours Cette disposition ne figure pas en tant que telle dans la loi ENL, mais participe du même objectif de sécurisation des autorisations. Reprenant une proposition du rapport Pelletier, le décret n du 31 juillet 2006 relatif aux règles de caducité du permis de construire ajoute ainsi un quatrième alinéa à l'article R du Code de l urbanisme, aux termes duquel en cas de recours contentieux en annulation devant le juge administratif ou civil en application de l article L (v. infra), le délai de validité du permis de construire est désormais suspendu jusqu'à la notification d une décision juridictionnelle irrévocable. Cette nouvelle disposition s applique aux seuls permis de construire (et non aux autres autorisations d urbanisme) en cours de validité au 2 août 2006 et concernés par un recours contentieux (mais non par un recours administratif). 3

4 Antérieurement, en cas d action contentieuse, le délai de validité du permis de construire continuait à courir, de sorte que le pétitionnaire pouvait soit poursuivre ses travaux (en prenant le risque d'une démolition si le permis était jugé illégal), soit ne pas les commencer puis les suspendre dans l'attente de la décision du tribunal, soit demander une prorogation d un an de son permis de construire pour éviter la caducité. Mais, compte tenu de la longueur des procédures contentieuses, il n était pas rare que le permis de construire se périme avant que le tribunal confirme la légalité du permis de construire attaqué ou de la construction contestée, et tel était bien souvent l objectif de beaucoup de requérants. Désormais, la durée de validité du permis de construire sera suspendue pendant toute la procédure contentieuse et reprendra son cours à compter de l intervention d une décision de justice définitive La possibilité d annulation partielle des autorisations d urbanisme Jusqu à présent, les autorisations d urbanisme étaient considérées comme indivisibles (à la seule exception de leurs prescriptions financières), si bien que n importe quel vice retenu par le juge administratif était de nature à entraîner leur annulation totale. L article 11 de la loi ENL permet dorénavant au juge administratif d annuler partiellement une autorisation d urbanisme, lorsque seule une partie du projet de construction ou d aménagement est illégale (nouvel article L du Code de l urbanisme). Cette mesure est d application immédiate. Consécutivement à l annulation partielle prononcée par la juridiction administrative, il appartiendra à l autorité administrative compétente de prendre, à la demande du bénéficiaire de l autorisation, un arrêté modificatif tenant compte de la décision juridictionnelle devenue définitive. L annulation partielle ne pourra a priori être envisagée que pour des travaux réalisés par tranches ou pour des travaux «détachables» ou indépendants du gros-œuvre (balcon, ouverture, etc ), l autorisation étant alors annulée uniquement en ce qu elle permet la réalisation de tels travaux. Il s agit d une mesure de modulation des pouvoirs du juge intéressante pour les constructeurs, qui s inscrit parfaitement dans la continuité de la jurisprudence récente autorisant la correction de vices de forme et de fond par un permis de construire modificatif. Il reste à savoir si la portée pratique de cette mesure ne sera réduite par la difficulté qu auront les juges à isoler au sein du projet de construction, les travaux susceptibles de faire l objet d une telle annulation. 4

5 En tout état de cause, la possibilité d une annulation partielle ne constitue qu une simple faculté pour le juge administratif, en sorte que même dans les hypothèses où l annulation partielle d une autorisation d urbanisme serait techniquement possible, il pourra toujours être prononcé une annulation totale de l autorisation d urbanisme. 2. Les nouvelles dispositions visant à pérenniser la situation des constructions édifiées irrégulièrement 2.1. L introduction d une prescription administrative des constructions irrégulières Alors qu il n existait pas, en matière d urbanisme, de prescription administrative, l article 9 de la loi ENL insère dans le Code de l urbanisme, un nouvel article L rédigé comme suit : «Lorsqu une construction est achevée depuis plus de dix ans, le refus de permis de construire ou de déclaration de travaux ne peut être fondé sur l irrégularité de la construction initiale au regard du droit de l urbanisme». En complétant utilement les prescriptions pénales et civiles applicables en la matière, le législateur instaure ainsi une prescription administrative bénéficiant aux constructions irrégulières achevées depuis plus de dix ans, dont la portée pratique est encore difficile à mesurer. Par ce nouvel article qui est d application immédiate, il est en tout cas mis fin à la jurisprudence dite «Thalamy» 4 du Conseil d Etat, selon laquelle il ne pouvait légalement être accordé un permis de construire pour de nouveaux travaux prenant appui sur un bâtiment construit illégalement si la demande de permis de construire ne portait pas également sur la régularisation des travaux irréguliers. Le législateur a cependant prévu d importantes exceptions à cette nouvelle prescription, énumérées au deuxième alinéa de l article L précité, à savoir qu elle ne pourra pas s appliquer lorsque : - la construction est de nature, à exposer ses usagers ou des tiers à un risque de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente ; - une action en démolition de la construction a été engagée dans les conditions prévues par l article L ; - la construction est située dans un site classé ou un parc naturel ; - la construction est implantée sur le domaine public ; - un plan de prévention des risques naturels prévisibles est applicable ; - la construction a été réalisée sans permis. Cette dernière exception atténue a priori fortement l intérêt de la disposition. 4 CE 9 juillet 1986, Mme Thalamy, Lebon p

6 Pour autant, on est en droit de considérer que les propriétaires de constructions irrégulières devraient pouvoir désormais procéder à la réalisation de nouveaux travaux sans avoir à régulariser l existant à condition d une part, de démontrer que la construction est achevée depuis plus de dix ans et d autre part, que les travaux irréguliers ont été exécutés en nonconformité avec un permis de construire délivré ou encore sans déclaration de travaux alors qu ils auraient dû être déclarés Le réaménagement de l action civile des tiers en réparation L article 10 de la loi ENL réécrit entièrement l article L du Code de l urbanisme qui régit l action civile des tiers en réparation du préjudice subi du fait de la méconnaissance d une règle de fond d urbanisme par une construction édifiée conformément à un permis de construire. Sous le régime ancien, l action civile des tiers en démolition ou en dommages et intérêts se prescrivait par cinq ans à compter de l achèvement des travaux et était subordonnée à l annulation ou à la déclaration d illégalité du permis de construire correspondant par le juge administratif. Ce régime continue de s appliquer pour les actions concernant des travaux achevés avant le 16 juillet S agissant de travaux achevés postérieurement au 16 juillet 2006, le nouvel article L opère désormais une distinction de régime entre l action en démolition et l action en dommages-intérêts. Pour être recevable, l action civile en démolition doit être engagée dans le délai de deux ans suivant la décision devenue définitive d annulation du permis de construire. Surtout, l action en démolition n est aujourd hui plus possible si le permis de construire n a pas préalablement été annulé, mais simplement déclaré illégal par le juge administratif (tel est le cas lorsque l illégalité du permis de construire qui n a pas été contesté dans le délai de recours de deux mois est constatée postérieurement par voie de question préjudicielle). L action en démolition peut enfin être exercée par le préfet lorsque le permis de construire a été annulé sur déféré préfectoral pour un motif non susceptible de régularisation (article L du Code de l urbanisme créé par l article 12 de la loi ENL), dans le délai de deux ans qui suit la décision juridictionnelle définitive d annulation du permis de construire. L action civile en dommages-intérêts doit quant à elle être exercée dans un délai de deux ans suivant l achèvement des travaux, mais elle ne pourra toujours être accueillie que si préalablement le permis de construire a été annulé ou son illégalité constatée par le juge administratif. 6

7 Cette voie d action en dommages-intérêts devient désormais la seule possible si le permis de construire de la construction est devenu définitif par absence de recours dans le délai de recours, puisque l action en démolition est alors irrecevable. 3. Les nouvelles dispositions réformant certaines procédures d urbanisme existantes 3.1. L extension du droit de préemption urbain renforcé aux cessions de parts de SCI Complétant l article L du code de l urbanisme, l article 18 de la loi ENL ajoute à la liste des biens soumis au droit de préemption urbain renforcé la cession de la totalité des parts d une société civile immobilière dont le patrimoine immobilier est composé d une unité foncière bâtie ou non (situation désormais assimilée à une vente de l immeuble lui-même). Dans les communes où un droit de préemption urbain renforcé a déjà été institué, cette disposition d application immédiate met donc fin à une pratique répandue consistant à créer une SCI dans le but d échapper au droit de préemption urbain. Pour être soumise au DPU renforcé, l opération de cession des parts d une SCI suppose cependant d une part, qu un périmètre de préemption urbain renforcé ait été institué sur le territoire de la commune d implantation de l immeuble détenu par la SCI, d autre part, que le patrimoine de la SCI soit constitué d une unité foncière unique, bâtie ou non, et qu enfin la cession porte sur 100 % des parts de la SCI. A contrario sont exclues du champ du droit de préemption urbain renforcé, les cessions ne portant pas sur la totalité des parts d une SCI ou encore celles portant sur 100 % des parts d une SCI dont le patrimoine est composé de plusieurs immeubles distincts (implantés ou non sur plusieurs communes). Si les trois conditions ci-dessus sont cumulativement remplies, les détenteurs des parts de la SCI sont désormais dans l obligation de purger, préalablement à la cession, le droit de préemption renforcé de la commune. La portée pratique de ces nouvelles dispositions est enfin limitée par le fait qu elles ne remettent pas en cause les dispositions antérieures relatives aux SCI d attribution. 7

8 3.2. Le maintien de la procédure de révision simplifiée des POS La loi n du 2 juillet 2003 dite «Urbanisme et Habitat» avait fixé une date butoir à l approbation des révisions simplifiée des POS (article L du Code de l urbanisme) au 1 er janvier La loi de programme n du 18 avril 2006 a prolongé cette procédure jusqu au 1 er janvier 2010 (article 39 IV). Cette disposition qui figurait dans le projet de la loi ENL a en conséquence disparu de la loi votée, puisqu elle avait été déjà adoptée. Dorénavant, il est à nouveau possible de lancer une procédure de révision simplifiée du POS dès lors que celle-ci soit : - a pour seul objet la réalisation d une construction ou d une opération, à caractère public ou privé, présentant un intérêt général notamment pour la commune ou toute autre collectivité ; - a pour objet la rectification d une erreur matérielle ; - porte sur une opération, à caractère public ou privé, présentant un intérêt général pour la commune ou tout autre collectivité 5, consistant en un projet d extension des zones constructibles qui ne porte pas atteinte à l économie générale du POS et ne comporte pas de graves risques de nuisance La TLE La loi ENL fixe en son article 25 un nouveau barème pour la taxe locale d équipement, lequel sera applicable à compter du 1 er janvier Ainsi à titre d exemple, à compter de cette date, la TLE passe : - pour les locaux d habitation à usage de résidence principale et leurs annexes, à 333 pour les 80 premiers mètres carrés de SHON (au lieu de 273 et à 487 de 81 à 170 mètres carrés (au lieu de 399 ) ; - pour les locaux à usage d habitation secondaire, à 640 le mètre carré (au lieu de 524 ) ; - pour les locaux d habitation et leurs annexes construits par les sociétés immobilières en application de la loi n du 30 avril 1946, à 234 le mètre carré (au lieu de 192 ) ; - pour les locaux de bureaux, à 640 le mètre carré (au lieu de 524 ). 5 «Les projets concernés peuvent être par exemple, l implantation d une entreprise, un équipement public ou privé etc», JOAN 11 janvier 2005, p. 356 n

9 Il est en outre mis fin à la distinction qui était opérée entre les maisons individuelles et les immeubles collectifs, de sorte que s appliquera à ceux-ci le même tarif que pour les logements individuels La modification du régime des servitudes de mixité sociale L article 4 de la loi ENL a introduit un nouvel alinéa d) dans l article L du code de l urbanisme, qui offre la possibilité de délimiter dans les zones urbaines ou à urbaniser des PLU «des secteurs dans lesquels, en cas de réalisation d'un programme de logements, un pourcentage de ce programme doit être affecté à des catégories de logements locatifs qu'il définit dans le respect des objectifs de mixité sociale». Par le biais de cette disposition qui étend le champ d application des servitudes dites de «mixité sociale» déjà instaurées par la loi SRU, les PLU pourront désormais contraindre les propriétaires de terrains frappés de tels emplacements réservés d affecter, à l occasion de la réalisation d un programme de logements, un «certain pourcentage de ce programme» à des logements locatifs, dont les caractéristiques seront définies par le document d urbanisme (logements sociaux, intermédiaires ). En contrepartie de l institution de cette servitude, le propriétaire pourra mettre en demeure la collectivité d acquérir le terrain ainsi grevé, la collectivité disposant d un délai d un an à compter de la réception en mairie de la demande du propriétaire pour se prononcer (article L et suivants du code de l urbanisme). Contrairement au droit de délaissement attaché aux autres catégories d emplacements réservés visés à l article L du code de l urbanisme, la collectivité ne peut être ici contrainte à acquérir les terrains. En revanche, si elle n acquiert pas les terrains, l obligation de réserver un pourcentage de logements locatifs prévue par le PLU ne sera plus opposable aux demandes de permis de construire déposées dans un délai de deux ans à compter de la date à laquelle la collectivité a décidé de ne pas acquérir le bien (article L du code de l urbanisme) La majoration du COS pour les logements locatifs sociaux L article 4 de la loi ENL prévoit encore, en son paragraphe IX, pour les communes de plus de habitants, ainsi que celles de plus de 1500 habitants appartenant à un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) de plus de habitants compétent en matière d habitat, la possibilité de délimiter des secteurs à l intérieur desquels les programmes de logements comportant au moins la moitié de logements locatifs sociaux bénéficient d une majoration de coefficient d occupation des sols pouvant aller jusqu à 50 % en plus que le COS normal fixé par le PLU. 9

10 Cette majoration de COS est instituée par une simple délibération du conseil municipal ou de l organe délibérant de l EPCI compétent, c est-à-dire en dehors de toute procédure de révision ou de modification du PLU. Cette disposition, destinée à inciter à la réalisation d opérations de construction développant la mixité sociale, est applicable aux permis de construire délivrés avant le 1 er janvier Contact : Emmanuel GUILLINI Avocat associé Tel : Karelle DIOT Avocat Tel : Anne PETITJEAN Avocat Tel : Benoît RAIMBERT Avocat Tel : Axelle VIANNAY Avocat Tel :

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 14 Mars 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme (2

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME Journée ADS 11 Décembre 2007 Flash sur 3 arrêts rendus en 2007 Permis de construire

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

Présentation en quatre parties :

Présentation en quatre parties : Présentation en quatre parties : 1. Les objectifs de la réforme - DDE 2. Les CU et les divisions du sol - Géomètres 3. Les délais et les procédures - DDE 4. Les contrôles de conformité - Notaires Une réforme

Plus en détail

Diaporama. présentation de la réforme

Diaporama. présentation de la réforme Diaporama présentation de la réforme Sommaire 1. Les réflexions qui ont précédé la réforme 2. Les textes de la réforme 3. Les objectifs de la réforme 3.1 Clarifier le rôle de l urbanisme 3.2 Améliorer

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1.

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1. 1 / 04/2014 Département Ville Urbanisme et Habitat NF/JM 07.09.242 FORMALITES A ACCOMPLIR PAR LES COMMUNES EN QUALITE DE GUICHET UNIQUE DURANT LE PREMIER MOIS A COMPTER DE LA RECEPTION D UN DOSSIER DE

Plus en détail

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité Objectifs Financer les actions et opérations contribuant à la réalisation

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

La réforme du permis de construire

La réforme du permis de construire La réforme du permis de construire Les textes de la réforme Les textes de la réforme L ordonnance du 8 décembre 2005 relative aux permis de construire et aux autorisations d urbanisme Le décret du 5 janvier

Plus en détail

Une réforme attendue

Une réforme attendue 1 Introduction Une réforme attendue 2 000 000 d actes d urbanisme par an Une législation très touffue et complexe Source d insécurité pour les porteurs de projet et les communes Critique unanime des usagers

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage ASSEMBLÉE NATIONALE - QUATORZIÈME LÉGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage Présentée par : Madame Annie Genevard Députée Exposé

Plus en détail

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009 CAUE 07 Les outils de l action foncière 23 avril 2009 Me Sébastien BOURILLON Avocat au Barreau de Lyon / 15 place Jules Ferry 69006 LYON Tél. 06 50 83 16 05 / Courriel : bourillon@bourillon-avocat.fr L

Plus en détail

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat».

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Brèves d actualité : - La loi

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur

Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur Sophia-Antipolis Hermès Center 1609 Chemin de Saint-Bernard BP 213 06227 Vallauris Tel: +33(0)4 97

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Droit de l urbanisme

Droit de l urbanisme Master 1 DROIT/AES Examens du 1 er semestre 2014/2015 Session 1 Droit de l urbanisme David GILLIG QUESTIONS A CHOIX MULTIPLES Veuillez répondre aux questions ci-dessous en utilisant la grille qui vous

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

L application de la réforme : questions/réponses. DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1

L application de la réforme : questions/réponses. DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1 L application de la réforme : questions/réponses DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1 Vos questions. 1- Modalités pour détacher des terrains à bâtir? 2- Composition des dossiers d urbanisme?

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 13 Février 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

LA FABRICATION ET LE COMMERCE

LA FABRICATION ET LE COMMERCE DLPAJ/CAB/BPA LA FABRICATION ET LE COMMERCE Code de la sécurité intérieure (L 313-1 et suivants) Code de la défense (L2332-1 et suivants) Chapitre III du décret n 2013-700 du 30 juillet 2013 Pour le commerce

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

Présentation La réforme des autorisations d urbanisme

Présentation La réforme des autorisations d urbanisme Présentation La réforme des autorisations d urbanisme 26 janvier 2007 1 UNE REFORME : - issue de l ordonnance du 8 décembre 2005 - applicable aux demandes d autorisation déposées après le 1er octobre 2007

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES «LES DERNIERES REFORMES EN MATIERE D URBANISME» DIRECTION DU DEVELOPPEMENT URBAIN SERVICE DES AUTORISATIONS D URBANISME LE LOTISSEMENT TEXTES Ordonnance

Plus en détail

Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 21- Novembre 2010 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par le Notre Mission

Plus en détail

Droit de préemption et cession de parts de SCI

Droit de préemption et cession de parts de SCI Droit de préemption et cession de parts de SCI 1 Rappel du champ d application du droit de préemption urbain... 2 2 L extension du champ d application du droit de préemption urbain... 3 3 La procédure

Plus en détail

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MÉTIS-SUR-MER RÈGLEMENT NUMÉRO 13-83 Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (LRQ, c.

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Entrée en vigueur des principales mesures en urbanisme et planification

Entrée en vigueur des principales mesures en urbanisme et planification des principales mesures en urbanisme et planification Mesures de loi ALUR différée Dispositions transitoires Commentaires Clarification de la hiérarchie des normes et SCoT intégrateur Clarification de

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LE PERMIS DE CONSTRUIRE Acte administratif unilatéral permettant à l administration d autoriser une construction nouvelle, la reconstruction d un bâtiment démoli

Plus en détail

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture.

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture. Propositions pour la création d un PC simplifié Le permis de construire simplifié (PCS) Cette autorisation d urbanisme ne concernera que le marché des particuliers (locaux à usage d habitation exclusivement)

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

Récépissé de depôt d une déclaration préalable

Récépissé de depôt d une déclaration préalable Récépissé de depôt d une déclaration préalable MINISTÈRE CHARGÉ Madame, Monsieur, Vous avez déposé une déclaration préalable à des travaux ou aménagements non soumis à permis. Le délai d instruction de

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

Vu I, sous le n 1000111, la requête, enregistrée le 5 mars 2010, présentée pour Mme Line-May A..., demeurant..., par Me Egea ;

Vu I, sous le n 1000111, la requête, enregistrée le 5 mars 2010, présentée pour Mme Line-May A..., demeurant..., par Me Egea ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE Nos 1000111-1000112 Mme Line-May A... Mme Yolaine C... Mme Buseine Rapporteur Mme Pater Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal

Plus en détail

LE STATIONNEMENT DES GENS DU VOYAGE DROITS ET DEVOIRS DES MAIRES. Etienne COLSON, avocat au barreau de Lille - Mars 2009 -

LE STATIONNEMENT DES GENS DU VOYAGE DROITS ET DEVOIRS DES MAIRES. Etienne COLSON, avocat au barreau de Lille - Mars 2009 - LE STATIONNEMENT DES GENS DU VOYAGE DROITS ET DEVOIRS DES MAIRES 1 INTRODUCTION Définition «gens du voyage» => une notion imprécise Seule définition légale = «personnes dont l habitat traditionnel est

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Fonctionnaire délégué, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme,

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 12 janvier 2012 fixant les conditions de reconnaissance

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires Fiche n 13 Références : Article 60 de l ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/08/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 09BX00019 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre (formation à 3) M. DE MALAFOSSE, président Mme Dominique BOULARD, rapporteur Mme DUPUY, rapporteur

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE PROCÉDURES DE FUSION ET DE SCISSION

NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE PROCÉDURES DE FUSION ET DE SCISSION NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE PROCÉDURES DE FUSION ET DE SCISSION Le 18 janvier 2012 a été publiée au Moniteur belge la loi du 8 janvier 2012 modifiant le Code des sociétés à la suite de la Directive 2009/109/CE

Plus en détail

L achèvement des travaux

L achèvement des travaux L achèvement des travaux Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Introduction 1-Le nouveau régime est applicable aux constructions achevées à compter

Plus en détail

Récépissé de depôt d une déclaration préalable

Récépissé de depôt d une déclaration préalable Récépissé de depôt d une déclaration préalable Madame, Monsieur, Vous avez déposé une déclaration préalable à des travaux ou aménagements non soumis à permis. et, si vous ne recevez pas de courrier de

Plus en détail

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES TFB-13 2014 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES EXONÉRATION EN FAVEUR DES ENTREPRISES NOUVELLES POUR LES ETABLISSEMENTS QU ELLES ONT CREES OU REPRIS A UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ Code Général des

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

------ GAP, le 17 juin 2009

------ GAP, le 17 juin 2009 Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES-ALPES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES COLLECTIVITES LOCALES BUREAU DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ------ GAP,

Plus en détail

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi n 90-17 du 26 Février 1990, portant Refonte de la Législation Relative à La Promotion Immobilière modifiée et complétée par: Loi n 91-76 du 2 Août 1991 Loi n 91-98 du 31 Décembre 1991 portant Loi de

Plus en détail

Président d honneur de la FPI

Président d honneur de la FPI 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers OPERATIONS COMPLEXES ET AUTORISATIONS D URBANISME Président d honneur de la FPI Président de la Commission «Foncier»

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Ministre, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme, du Patrimoine

Plus en détail

1. LES RESTRICTIONS APPLICABLES AUX PERSONNES SOUMISES AUX MARCHÉS PUBLICS

1. LES RESTRICTIONS APPLICABLES AUX PERSONNES SOUMISES AUX MARCHÉS PUBLICS 1. LES RESTRICTIONS APPLICABLES AUX PERSONNES SOUMISES AUX MARCHÉS PUBLICS a. Les restrictions apportées par la jurisprudence b. La notion «d immeuble conçu en fonction des besoins propres de la personne

Plus en détail

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE La loi de finances pour 2015, qui a rebaptisé le dispositif «Duflot» en dispositif «Pinel», a apporté des améliorations au dispositif d investissement

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles La loi d accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) modifie l article L. 123-1-5 du code de l urbanisme et supprime le coefficient

Plus en détail

ARRÊTE. Article 1. Article 2

ARRÊTE. Article 1. Article 2 REPUBLIQUE FRANCAISE Commune de Serraval dossier n DP 074 265 12 X0007 date de dépôt : 29 février 2012 demandeur : Monsieur BERNARD-BERNARDET Christophe pour : division création de 2 lots adresse terrain

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX. REQUETE ET MEMOIRE (art. L. 2131-6 alinéa 5 du code général des collectivités territoriales)

CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX. REQUETE ET MEMOIRE (art. L. 2131-6 alinéa 5 du code général des collectivités territoriales) PIWNICA & MOLINIE Avocat au Conseil d'etat et à la Cour de Cassation 62 boulevard de Courcelles 75017 PARIS Tél : 01.46.22.83.77 Fax : 01.46.22.16.66 DEFERE PREFECTORAL CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX

Plus en détail

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 1 >> L ÉCRITURE DE L ARTICLE 12 DU RÈGLEMENT DES PLU Yves Pittard, avocat honoraire Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 Au nombre des préoccupations que les PLU doivent prendre en

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL. DU 5 août 2015

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL. DU 5 août 2015 PREFET DU VAL DE MARNE ISSN 0980-7683 RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS RECUEIL SPECIAL DU 5 août 2015 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE - 94038 CRETEIL CEDEX - 01 49 56 60 00 PREFET DU VAL-DE-MARNE RECUEIL

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 14LY00293 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. MESMIN d ESTIENNE, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur M. DURSAPT, rapporteur public SCP PASCAL-VERRIER,

Plus en détail

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 26 JUIN 2012 AFFAIRE SUIVIE PAR : Michelle LEDROLE : 04.56.59.49.61 : 04.56.59.49.96 ARRETE

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail