FORMULAIRE JURIDIQUE GENAPI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMULAIRE JURIDIQUE GENAPI"

Transcription

1 1 La bible juridique GenApi GenApi MISE A JOUR FORMULAIRE JURIDIQUE GENAPI FEVRIER 2013 VB Service Juridique GenApi 02/2013

2 2 TABLE DES MATIERES AMIANTE DANS LES BAUX... 4 Prise en compte du dossier amiante-parties privatives dans les baux... 4 AMIANTE DANS LES VENTES... 4 Prise en compte dans les avant-contrats de la réglementation applicable au 1er Avril AUTORISATION URBANISME ABSENTE... 5 Permis de construire - Conformité... 5 BAIL A CONSTRUCTION... 7 Création de la promesse synallagmatique de bail à construction... 7 BANQUE... 8 Courrier interrogation banque dans le cadre d'une succession... 8 COMPROMIS AUTHENTIQUE PLUSIEURS IMMEUBLES... 9 Création de l'acte... 9 CONTRAT PRELIMINAIRE LOCATION ACCESSION... 9 Création de l'acte... 9 DONATION ENTRE EPOUX EN USUFRUIT... 9 Ajout de la possibilité de ne pas faire usage de 917 Code civil... 9 DONATION ENTRE VIFS... 9 Ajout de la possibilité de ne pas interdire le rapport en nature... 9 DUFLOT Ajout de la loi Duflot dans les contrats de réservation et la VEFA FACULTE D'ATTRIBUTION BIEN INDIVIS SUITE ACQUISITION Ajout du périmètre d'action de cette faculté INSAISISSABILITE Création de l'acte de renonciation par l'entrepreneur à l'insaisissabilité.. 10 PACTE CIVIL DE SOLIDARITE ET INDIVISION Développement des paragraphes... 10

3 3 PACTE CIVIL DE SOLIDARITE SOUMIS A LA LOI DE Ajout de la possibilité de déclarer faire l'acquisition pour son compte personnel PERFORMANCE ENERGETIQUE Ajout de la distinction des certifications au 1er Avril SEPARATION DE BIENS Création d'une alternative sur le sort des meubles meublants et objets mobiliers SOCIETE D'ACQUETS Réécriture du paragraphe sur le logement de la famille VEFA Création promesse unilatérale authentique cession droits dans VEFA... 14

4 4 Légende : les ajouts sont signalés et surlignés en jaune AMIANTE DANS LES BAUX Prise en compte du dossier amiante-parties privatives dans les baux AMIANTE DANS LES VENTES Prise en compte dans les avant-contrats de la réglementation applicable au 1er Avril 2013 Amiante règlementation Le rédacteur des présentes a donné connaissance aux parties : I des dispositions des décrets imposant aux propriétaires de biens immobiliers bâtis d effectuer la recherche de matériaux contenant de l amiante, et l obligation de procéder, dans certaines hypothèses, à un contrôle périodique, à une surveillance par un organisme agréé ou à des travaux appropriés ; II du contenu des articles R , R et R du Code de la santé publique relatifs aux immeubles d'habitation, respectivement : "Les propriétaires d'immeubles d'habitation ne comportant qu'un seul logement font réaliser, pour constituer l'état prévu à l'article L en cas de vente, un repérage des matériaux et produits des listes A et B contenant de l'amiante." "Les propriétaires des parties privatives d'immeubles collectifs d'habitation y font réaliser un repérage des matériaux et produits de la liste A contenant de l'amiante. "Ils font également réaliser un repérage des matériaux et produits de la liste B contenant de l'amiante, pour constituer l'état prévu à l'article L en cas de vente." "Les propriétaires des parties communes d'immeubles collectifs d'habitation y font réaliser un repérage des matériaux et produits des listes A et B contenant de l'amiante." III et du contenu de l'article R du Code de la santé publique relatif aux immeubles à usage autre que l'habitation, savoir : "Les propriétaires des immeubles bâtis autres que ceux mentionnés aux articles R à R y font réaliser un repérage des matériaux et produits des listes A et B contenant de l'amiante." Le bien objet des présentes ayant fait l objet d un permis de construire antérieur au 1 er Juillet 1997 entre dans le cadre des dispositions sur l'amiante. VENDEUR et ACQUEREUR prennent acte de la réglementation sus-visée. Le rédacteur des présentes est actuellement en possession d'un diagnostic technique amiante en date du vdadia établi par vdiogn duquel il résulte que vcptrd. Ce diagnostic, réalisé en dehors des prescriptions des arrêtés ci-après visés, est annexé aux présentes.

5 5 Deux arrêtés du 12 Décembre 2012 relatifs aux listes A et B ont été publiés au journal officiel du 28 Décembre L état mentionnant la présence ou l absence de matériaux et produits contenant de l amiante doit être réalisé conformément aux dispositions desdits arrêtés à compter du 1er Avril Le diagnostic technique sus-visé doit donc être mis à jour de ces nouvelles dispositions, et ce à la charge du VENDEUR, la signature de l'acte authentique de vente intervenant postérieurement au 1er Avril prochain. Par conséquent, les présentes sont conclues sous la condition suspensive de l obtention d un état négatif quant à la présence d'amiante selon la réglementation applicable au jour de la vente, condition stipulée dans l intérêt des deux parties, par suite l obtention d un certificat positif les rendra nulles et non avenues sauf déclaration expresse de l'acquereur de poursuivre la réalisation des présentes en faisant son affaire personnelle du résultat de ce diagnostic. Ce diagnostic sera donc transmis à l'acquereur dès son obtention par lettre recommandée avec accusé de réception au domicile élu aux présentes. AUTORISATION URBANISME ABSENTE Permis de construire - Conformité Absence de permis de construire Le BIEN objet des présentes n a fait l objet d aucune demande de permis de construire ainsi que le VENDEUR le déclare, précisant toutefois que son achèvement a eu lieu en xxxxx et que les éléments de fait présentés par le VENDEUR pour justifier de cet achèvement sont les suivants : xxxx. En outre, le VENDEUR déclare ne pas avoir créé d événement pouvant interrompre la prescription ou en avoir subi tel qu un procès-verbal constatant l infraction. Les parties sont expressément averties des sanctions ci-après résultant de l absence de permis de construire : I - Sanctions pénales L infraction pénale se prescrit par un délai de trois ans après l achèvement. Une amende comprise entre euros et 6000 euros par mètre carré de surface construite pourra être exigée. En cas de récidive, outre la peine d'amende ainsi définie, un emprisonnement de six mois pourra être prononcé. II - Sanctions fiscales :- Les redevances dont le permis aurait été le fait générateur sont exigibles ainsi que les pénalités de retard. Le délai de prescription est de six ans de l achèvement, à l exception de la taxe locale d équipement dont le délai est de quatre ans. III - Sanction civile : Fondée sur une action en responsabilité de la part des tiers Le délai de prescription est de dix ans après l achèvement dans la mesure où cet achèvement est antérieur au 18 Juin 2008, à compter de cette date le délai de prescription est de cinq ans à compter de la découverte des faites permettant d'exercer l'action, sachant que la durée de cinq ans se cumule avec la durée déjà écoulée antérieure au 18 Juin 2008 sans pouvoir excéder dix ans. Pendant cette durée, les tiers peuvent agir en justice à l effet de démontrer un préjudice personnel lié à la violation d une règle d urbanisme, préjudice pouvant le cas échéant aller jusqu'à la condamnation à démolir aux frais du propriétaire. IV - Sanction civile de la part de la collectivité : Aux termes de l'article L du Code de l'urbanisme la commune ou l'établissement public de coopération intercommunale compétent en matière de plan local d'urbanisme peut saisir le tribunal de grande instance en

6 6 vue de faire ordonner la démolition ou la mise en conformité d'un ouvrage édifié ou installé sans l'autorisation exigée par le présent livre, en méconnaissance de cette autorisation ou, pour les aménagements, installations et travaux dispensés de toute formalité au titre du présent code, en violation de l'article L L'action civile se prescrit en pareil cas par dix ans à compter de l'achèvement des travaux. V - Sanctions administratives : Ces sanctions sont imprescriptibles et revêtent les conséquences suivantes : En cas de demande de permis de construire sur la construction irrégulière, la situation actuelle devra être régularisée, par suite le nouveau permis devra porter sur la totalité de la construction, avec les conséquences inhérentes à un éventuel refus de ce permis de construire qui impliquent alors la démolition des constructions existantes. Les constructions édifiées sans permis de construire ne peuvent être raccordées aux réseaux de distribution collective tels que : eau, gaz, électricité, téléphone. En cas de sinistre de l immeuble, il sera impossible de reconstruire de plein droit à l identique, un permis de construire devant alors être demandé avec là aussi les éventuelles conséquences d un refus. Les parties reconnaissent avoir été averties de la possibilité de demander à l administration d autoriser à postériori ce qui a déjà été réalisé par un permis de régularisation, sous réserve que la construction respecte les règles d'urbanisme en vigueur au jour de la demande. Dans la mesure où aucune action pénale ou civile n'est plus possible, l'autorité administrative pourra refuser le permis sollicité sur la construction entière et ce au regard des règles d'urbanisme existantes, mais pourra autoriser, parmi les travaux sollicités, ceux nécessaires à la préservation de l'immeuble et au respect des normes. L'ACQUEREUR déclare en faire son affaire personnelle. Absence de certification de la conformité La construction du bien objet des présentes n a pas fait l objet de la délivrance ni d'un certificat de conformité ni d une attestation de la Mairie certifiant que la conformité des travaux avec le permis n a pas été contestée, ainsi que le propriétaire le déclare, précisant toutefois que son achèvement a eu lieu en xxxx et que les éléments de fait présentés par le propriétaire pour justifier de cet achèvement sont les suivants : xxxxx. En outre, le propriétaire déclare : avoir fait édifier l'immeuble en respectant la totalité des prescriptions édictées par le permis de construire délivré par xxxx le xxxx sous le numéro xxxx dont un exemplaire est remis ce jour à son co-contractant ; que ce permis n a fait l objet ni d'un retrait ni d'un recours ; qu aucune action en démolition n a été engagée. Les parties sont expressément averties des sanctions ci-après résultant de l absence de certificat de conformité ou de la déclaration d achèvement et de conformité, dans la mesure où les travaux effectués ne sont pas conformes aux prescriptions contenues dans le permis de construire : I - Sanctions pénales : L infraction pénale se prescrit par un délai de trois ans après l achèvement. Une amende comprise entre euros et 6000 euros par mètre carré de surface construite pourra être exigée. En cas de récidive, outre la peine d'amende ainsi définie un emprisonnement de six mois pourra être prononcé.

7 7 II - Sanction civile : Fondée sur une action en responsabilité de la part des tiers - le délai de prescription est de dix ans après l achèvement dans la mesure où cet achèvement est antérieur au 18 Juin 2008, à compter de cette date le délai de prescription est de cinq ans à compter de la découverte des faites permettant d'exercer l'action, sachant que la durée de cinq ans se cumule avec la durée déjà écoulée antérieure au 18 Juin 2008 sans pouvoir excéder dix ans. Pendant cette durée, les tiers peuvent agir en justice à l effet de démontrer un préjudice personnel lié à la violation d une règle d urbanisme, préjudice pouvant le cas échéant aller jusqu'à la condamnation à démolir aux frais du propriétaire. III - Sanction civile de la part de la collectivité : Aux termes de l'article L du Code de l'urbanisme la commune ou l'établissement public de coopération intercommunale compétent en matière de plan local d'urbanisme peut saisir le tribunal de grande instance en vue de faire ordonner la démolition ou la mise en conformité d'un ouvrage édifié ou installé sans l'autorisation exigée par le présent livre, en méconnaissance de cette autorisation ou, pour les aménagements, installations et travaux dispensés de toute formalité au titre du présent code, en violation de l'article L L'action civile se prescrit en pareil cas par dix ans à compter de l'achèvement des travaux. IV - Sanctions administratives : Ces sanctions sont imprescriptibles et revêtent les conséquences suivantes : En cas de demande de permis de construire sur la construction, la situation actuelle devra être régularisée, par suite préalablement au nouveau permis devra être demandé le certificat de conformité des constructions originaires, avec les conséquences inhérentes à un éventuel refus de ce certificat qui impliqueraient alors la mise en conformité de celles-ci. Toutefois, si la construction est achevée depuis plus de dix ans, le refus de permis de construire ou de déclaration de travaux ne peut être fondé sur l irrégularité de la construction initiale au regard du droit de l urbanisme sauf si la construction est de nature à exposer ses occupants ou des tiers à un danger, ou si elle se trouve située dans un site classé ou un parc naturel. Les constructions édifiées en violation des prescriptions contenues dans le permis de construire ne peuvent, en principe, être raccordées aux réseaux de distribution collective tels que : eau, gaz, électricité, téléphone. En cas de sinistre de l immeuble, il sera très difficile de reconstruire de plein droit à l identique, sauf à prouver que l'immeuble a été édifié conformément aux prescriptions du permis de construire. L'ACQUEREUR déclare en faire son affaire personnelle. BAIL A CONSTRUCTION Création de la promesse synallagmatique de bail à construction

8 8 BANQUE Courrier interrogation banque dans le cadre d'une succession Monsieur le Directeur, Je vous informe que l'etude est chargée du règlement de la succession ci-dessus référencée. En conséquence, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me faire connaître dans les meilleurs délais : a) La position du ou des comptes individuels, joints ou indivis, plans et livrets, au nom de la personne décédée et ceux au nom de son conjoint : au jour du décès, à ce jour. Ainsi qu'un relevé d'opération à partir de la date du décès. b) Le nombre, la nature et les caractéristiques des différents titres et valeurs détenus en tout ou partie par la personne décédée. En ce qui concerne les valeurs mobilières françaises et étrangères de toute nature admises à une cote officielle, conformément à l article 759 du Code général des impôts, vous voudrez bien me donner : - le cours moyen au jour du décès, - la moyenne des trente derniers cours précédant le décès. b) Le nombre, la nature et les caractéristiques des différents titres et valeurs détenus en tout ou partie par la personne décédée : -en me précisant : le numéro de code alphanumérique ou ISIN, les numéros des titres au porteur les numéros et immatricules exacts et complets des titres faisant l'objet de certificats nominatifs, le nombre de coupures, s'il en existe. - en me donnant : le cours exact (ou en cas de pluralité de cotations, le cour moyen mathématique) de ces titres et valeurs au jour du décès, en Bourse de PARIS ou de Places Etrangères, où ces titres et valeurs sont inscrits, avec indication du lieu de cotation et du cours officiel du change de la monnaie de référence, si cette cotation a eu lieu sur une Place Etrangère. A défaut de cotation du jour du décès, voulez-vous me donner celle pratiquée à la Bourse la plus immédiatement antérieure audit jour en m'indiquant la date. c) La situation au jour du décès de tout emprunt ou ouverture de crédit dont la personne décédée est, le cas échéant, débitrice ou codébitrice en me précisant alors si le remboursement de la dette est pris en charge par une assurance. d) Le ou les contrats de cautionnement souscrits le cas échéant par la personne décédée et encore en vigueur en me précisant alors leurs caractéristiques. e) la présence d un compartiment de coffre-fort dont la personne décédée serait titulaire ou co-titulaire et également son conjoint. f) En application de l article L du Code des assurances, les éléments suivants concernant le(s) contrat(s) éventuellement souscrit(s) par le défunt : Nom du contrat, Numéro du contrat, Date de souscription, Montant des primes versées avant 70 ans, Montant des primes versées après 70 ans,

9 9 Identité du (ou des) bénéficiaire(s), Et m indiquer sous quel justificatif le capital pourra être remboursé aux bénéficiaires. Par ailleurs, la valeur de rachat des contrats d'assurance-vie souscrits par le conjoint survivant avec des fonds communs devant être désormais incluse dans l'actif successoral (réponse ministérielle du 29 juin 2010), il y a lieu de me communiquer les renseignements suivants concernant le(s) contrat(s) éventuellement souscrit(s) : Nom du contrat, Numéro du contrat, Date de souscription, Valeur de rachat au jour du décès. Vous noterez que ces éléments me sont absolument nécessaires afin, d'une part, d'établir les conséquences civiles de l'ouverture de la succession et, d'autre part, d'établir une déclaration de succession complète auprès de l'administration Fiscale. g) Les éléments me permettant d établir la déclaration des revenus du 1 er Janvier jusqu'à la date du décès. Je vous tiendrai informé des décisions des ayants-droit concernant le sort des actifs en dépôt dans votre établissement. Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. COMPROMIS AUTHENTIQUE PLUSIEURS IMMEUBLES Création de l'acte CONTRAT PRELIMINAIRE LOCATION ACCESSION Création de l'acte DONATION ENTRE EPOUX EN USUFRUIT Ajout de la possibilité de ne pas faire usage de 917 Code civil DONATION ENTRE VIFS Ajout de la possibilité de ne pas interdire le rapport en nature

10 10 DUFLOT Ajout de la loi Duflot dans les contrats de réservation et la VEFA FACULTE D'ATTRIBUTION BIEN INDIVIS SUITE ACQUISITION Ajout du périmètre d'action de cette faculté Faculté d acquisition ou d attribution des droits indivis du prémourant Il est expressément convenu entre les ACQUEREURS que le survivant d entre eux, conformément aux dispositions de l article du Code civil, pourra soit acquérir soit se faire attribuer les droits indivis du défunt dans le ou les BIENS objet des présentes, à charge d en tenir compte à la succession du prédécédé d après la valeur du ou desdits droits à l époque où cette faculté sera exercée le cas échéant. Il est précisé que l'attribution préférentielle n'est possible qu'au profit du conjoint survivant copropriétaire, ou du conjoint divorcé, séparé de corps ou en séparation de biens judiciaire, ou du partenaire d'un pacte civil de solidarité en cas de dissolution de celui-ci. Le notaire soussigné informe les ACQUEREURS des dispositions de l alinéa premier de l article du Code civil ci-après relatées : «La faculté d'acquisition ou d'attribution est caduque si son bénéficiaire ne l'a pas exercée par une notification faite aux indivisaires survivants et aux héritiers du prédécédé dans le délai d'un mois à compter du jour où il aura été mis en demeure de prendre parti. Cette mise en demeure ne peut elle-même avoir lieu avant l'expiration du délai prévu au titre " Des successions " pour faire inventaire et délibérer.» INSAISISSABILITE Création de l'acte de renonciation par l'entrepreneur à l'insaisissabilité PACTE CIVIL DE SOLIDARITE ET INDIVISION Développement des paragraphes a)- Biens indivis : Les partenaires décident d'opter pour le régime de l'indivision, par suite l indivision comprendra automatiquement les biens acquis à titre onéreux après la conclusion du pacte civil de solidarité, indépendamment du financement réel effectué par chacun. Etant observé que les partenaires ne peuvent avoir l'un contre l'autre de recours au titre d'une contribution inégalitaire dans la mesure où le financement a été

11 11 assuré au moyen de leurs gains, salaires ou revenus. Toutefois l'utilisation de fonds personnels tels que définis ci-dessous faite sans déclaration d'emploi ou de remploi donnera lieu à une créance entre partenaires qui sera réglée lors de la liquidation de l'indivision. b)- Biens personnels : Restent personnels aux requérants les biens dont ils ont la propriété ou la possession au jour de la conclusion du contrat. L'article du Code civil dispose que : "Toutefois, demeurent la propriété exclusive de chaque partenaire : 1º Les deniers perçus par chacun des partenaires, à quelque titre que ce soit, postérieurement à la conclusion du pacte et non employés à l'acquisition d'un bien; 2º Les biens créés et leurs accessoires ; 3º Les biens à caractère personnel ; 4º Les biens ou portions de biens acquis au moyen de deniers appartenant à un partenaire antérieurement à l'enregistrement de la convention initiale ou modificative aux termes de laquelle ce régime a été choisi ; 5º Les biens ou portions de biens acquis au moyen de deniers reçus par donation ou succession ; 6º Les portions de biens acquises à titre de licitation de tout ou partie d'un bien dont l'un des partenaires était propriétaire au sein d'une indivision successorale ou par suite d'une donation. L'emploi de deniers tels que définis aux 4º et 5º fait l'objet d'une mention dans l'acte d'acquisition. A défaut, le bien est réputé indivis par moitié et ne donne lieu qu'à une créance entre partenaires." Les parties conviennent dès à présent que l'emploi des deniers visés ci-dessus ne peut être qu'un emploi total, et non un emploi limité à une quotité du bien acquis. b)- Passif personnel : Les dettes dont les requérants sont tenus au jour de la conclusion du pacte ou dont se trouveront grevées les successions et libéralités qui leur écherront durant le pacte, leur demeureront personnelles, tant en capitaux qu'en arrérages ou intérêts ; ces dettes s'il en existe ou survient, seront acquittées et supportées par celui des requérants qui les aura contractées ou du chef duquel elles proviendront, sans que l'autre, ses biens ou sa part dans ceux de l indivision, puissent en être tenu ni chargé. Il en ira de même pour le passif grevant les biens acquis par les requérants durant le pacte pour leur compte personnel, sauf stipulation expresse de solidarité entre eux lors de la conclusion de la dette. Les créanciers personnels d'un indivisaire ne peuvent saisir sa part dans les biens indivis sauf à provoquer le partage au nom de leur débiteur ou à intervenir dans le partage provoqué par lui. a)- Biens indivision- : Droits : Chacun des coindivisaires est gérant de l'indivision, il administre celle-ci et, à cet effet, exerce les pouvoirs attribués à chaque époux sur les biens communs. Chacun des coindivisaires use et jouit du ou des biens indivis selon sa destination et dans une mesure compatible avec le droit des autres coindivisaires.

12 12 Le coindivisaire qui jouit privativement du ou des biens indivis est redevable envers son coindivisaire, sauf décision contraire unanime, d une indemnité d occupation. Etc c)- Gains et salaires : Les gains et salaires et revenus de biens personnels des partenaires appartiendront personnellement à chacun d'entre eux. Si ces gains, salaires ou revenus sont utilisés pour acquérir un bien durant le pacte, ce bien devient alors indivis par moitié entre les partenaires, que l'acquisition ait été réalisée ou non par un seul d'entre eux ou les deux. Faculté d attribution préférentielle En cas de dissolution du pacte par décès, et dans ce cas seulement, le survivant des requérants aura, conformément aux dispositions de l article du Code civil, la faculté de se faire attribuer à titre préférentiel dans le partage de la succession du prémourant des partenaires, à charge de soulte s'il y a lieu, les biens et droits ci-après indiqués dans la seule mesure où ils sont indivis entre les partenaires, savoir : Source : bulletin du CRIDON de Paris PACTE CIVIL DE SOLIDARITE SOUMIS A LA LOI DE 1999 Ajout de la possibilité de déclarer faire l'acquisition pour son compte personnel L ACQUEREUR dont le contrat de pacte civil de solidarité a été enregistré antérieurement au 1er Janvier 2007, contrat non modifié depuis lors, et donc soumis aux dispositions de la loi numéro du 15 Novembre 1999 en ce qui concerne la présomption d'indivision, déclare faire la présente acquisition pour son compte personnel. PERFORMANCE ENERGETIQUE Ajout de la distinction des certifications au 1er Avril 2013 Le diagnostiqueur a fourni au rédacteur des présentes une copie de la certification "DPE sans mention" qu'il a obtenue, copie demeurée annexée aux présentes, cette certification permettant d'établir un dossier de performance énergétique sur les seuls logements individuels à usage d habitation principale. OU Le diagnostiqueur a fourni au rédacteur des présentes une copie de la certification "DPE avec mention" qu'il a obtenue, copie demeurée annexée aux présentes, cette certification permettant d'établir un dossier de performance énergétique pour des immeubles entiers (habitation, locaux commerciaux, industriels, agricoles ).

13 13 SEPARATION DE BIENS Création d'une alternative sur le sort des meubles meublants et objets mobiliers 2) Les meubles meublants et objets mobiliers à l'usage commun du ménage qui se trouveront dans les lieux où les époux demeureront ou résideront en commun, et ce quel que soit le propriétaire de l'immeuble ou le titulaire du bail, seront présumés appartenir à chacun des époux pour moitié. Chaque époux sera cependant propriétaire de la vaisselle et de l'argenterie provenant de sa famille. OU Lors de la dissolution du mariage, les époux ou le survivant d'entre eux et les ayants-droit de l'époux prédécédé reprendront tous les objets mobiliers et meubles meublants dont ils jusfieront la propriété par titre, usage, marque ou facture. Les meubles meublants et objets mobiliers sur lesquels aucun droit de propriété ne serait justifié seront réputés appartenir de plein droit indivisément à chacun des époux pour moitié, sauf toutefois en cas de dissolution du mariage par décès, auquel cas le conjoint survivant sera réputé de plein droit propriétaire de ces objets mobiliers et meubles meublants. SOCIETE D'ACQUETS Réécriture du paragraphe sur le logement de la famille Actuellement Société d acquêts : A ce régime, les futurs époux conviennent d adjoindre une société d acquêts comprenant exclusivement les biens et droits acquis durant le régime et par lesquels sera assuré, au jour de sa dissolution, le logement de la famille et les meubles meublants garnissant ce logement à la même époque, ainsi que les sommes et valeurs déposées sur tout compte joint ouvert au nom des époux. Le logement est soit la résidence principale des époux si elle leur appartient au jour de la dissolution du régime soit à défaut la résidence secondaire la plus fréquentée par eux leur appartenant au jour de la dissolution du régime. Pour le cas où les biens et droits par lesquels serait assuré le logement de la famille au jour de la dissolution auraient été financés au moyen de fonds reçus par donation, legs ou succession, une récompense calculée conformément aux dispositions de l article 1469 du Code civil sera due au donataire ou légataire de cette valeur au jour de la dissolution, sauf en cas de dissolution du présent régime par décès. Désormais Société d acquêts : A ce régime, les futurs époux conviennent d adjoindre une société d acquêts comprenant exclusivement les biens et droits acquis durant le régime et par lesquels est assuré le logement de la famille et les meubles meublants garnissant ce logement. Pour le cas où les biens et droits par lesquels serait assuré le logement de la famille proviendraient de biens reçus par donation, legs ou succession, ou auraient été financés au moyen de fonds reçus par donation, legs ou succession, lors de la dissolution du régime autre que par décès une récompense calculée conformément aux

14 14 dispositions de l article 1469 du Code civil sera due au donataire ou légataire de cette valeur au jour de la dissolution. Les futurs époux sont avertis qu'en vertu de la mutabilité réglementée du régime matrimonial, ils ne peuvent au gré de leur volonté, selon l'affectation qu'ils confèrent à un bien, lui donner tour à tour un caractère ou non d'acquêt. Par suite, la nature du bien objet de la société d'acquêts doit être fixée dès son entrée dans le patrimoine des époux. Le changement éventuel d'affectation du logement de la famille lui fera perdre son caractère d'acquêt, et ce même si aucun autre bien ne venait à être affecté au logement de la famille. Si le logement de la famille venait à être vendu, il n'y aura subrogation automatique de la qualité d'acquêt qu'au cas de remploi du prix dans l'acquisition d'un bien constituant le logement de la famille, sauf à tenir compte d'une éventuelle récompense lors de la dissolution du régime hors le cas d'un décès. VEFA Création promesse unilatérale authentique cession droits dans VEFA

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux

Les régimes matrimoniaux Les régimes Dissolution / Liquidation Régime sans aménagement inmnité universelle universelle avec attribution - s biens personnels détenus avant le, - s biens recueillis par succession ou par donation

Plus en détail

Le droit patrimonial des couples

Le droit patrimonial des couples Chroniques notariales vol. 54 Table des matières Le droit patrimonial des couples Chapitre I. Le régime matrimonial primaire.................... 206 Section 1. Devoir de secours entre époux (art. 213)...............

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Représentée par Monsieur Frédéric BABIN, Gérant, dûment habilité aux présentes en vertu des pouvoirs conférés par les statuts,

Représentée par Monsieur Frédéric BABIN, Gérant, dûment habilité aux présentes en vertu des pouvoirs conférés par les statuts, Entre les soussignés : La RESIDENCE DU RELAIS BRENNER Société à responsabilité limitée au capital de 1 000, ayant son siège à RENNES, inscrite au RCS RENNES sous le numéro 501 608 343 Représentée par Monsieur

Plus en détail

Régimes matrimoniaux : la propriété du fonds de commerce

Régimes matrimoniaux : la propriété du fonds de commerce Site juridique généraliste et gratuit www.juristudiant.com Contact : Faculté de droit de Nancy, 13 place Carnot, 54000 Nancy. Article rédigé par Mathou mathilde.calcio-gaudino@wanadoo.fr mathou@juristudiant.com

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111]

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111] SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX Références du document 12C2111 Date du document 01/10/77 b. Transfert de la gestion des biens propres. 20En vertu des dispositions de l'article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel L INDIVISION L indivision peut résulter d une convention. Elle permet d organiser la propriété de plusieurs personnes : copropriété familiale, dont la communauté de biens entre époux est l exemple le plus

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Ce document est destiné à donner une information générale sur le droit tel qu il résulte des lois et règlements en vigueur. Nom des époux et de leurs enfants Le

Plus en détail

Rappel des droits et obligations

Rappel des droits et obligations GAZ Norme XP P 45-500 A compter du 1er novembre 2007 le vendeur d'un logement équipé d'une installation intérieure au gaz naturel ou GPL datant de 15 ans ou plus devra produire un diagnostic gaz de l installation

Plus en détail

Vente immobilière Mode d emploi

Vente immobilière Mode d emploi Vente immobilière Mode d emploi Quels documents dois-je fournir? Dès qu un accord est trouvé avec l acquéreur, je remets au notaire Les documents portant sur ma situation personnelle Si je suis un particulier

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. complétant et modijillnt la loi n 48 1360 du

SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. complétant et modijillnt la loi n 48 1360 du N 62 ~IIOJIT DE LOI 1 10 mai 11111. SÉNAT REUNION DE PLEIN DROIT DU PARLEMENT EN APPI.JCATION DB L'ARTJCLE If DE J..A CONSTITUTION >IT 2' S&'SSION ORDINAIRE DE 1180-lBGl PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Afin de vous aider dans votre démarche, cette note présente quelques principes généraux et des règles de fonctionnement fondamentales.

Afin de vous aider dans votre démarche, cette note présente quelques principes généraux et des règles de fonctionnement fondamentales. 1 TRIBUNAL D'INSTANCE DE POISSY - NOTE A L'USAGE DES CURATEURS - CURATELLE SIMPLE Madame, Monsieur, Par jugement rendu ce jour, vous venez d'être désigné Curateur d'un majeur protégé. Vous allez devoir

Plus en détail

DOSSIER D AIDE SOCIALE

DOSSIER D AIDE SOCIALE N de dossier :.. Commune :..... Canton :.. DOSSIER D AIDE SOCIALE NOM et PRENOM : (de la personne pour laquelle l Aide est demandée)... AVANTAGES SOLLICITES PRISE EN CHARGE DES FRAIS D HEBERGEMENT : Établissement

Plus en détail

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage?

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage? Régimes matrimoniaux Faut-il faire un contrat de mariage? 2 Dès le mariage, les époux sont soumis à un régime matrimonial, c'est-à-dire à un ensemble de règles fixant leurs droits et leurs devoirs. S ils

Plus en détail

Les démarches après un décès

Les démarches après un décès Les démarches après un décès Il faut savoir que la succession s'ouvre dès le jour du décès. En conséquence, de nombreuses démarches doivent être faites assez rapidement pour ne pas perdre d'éventuels avantages.

Plus en détail

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Au nom du peuple, La Chambre des Députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi n 90-17 du 26 Février 1990, portant Refonte de la Législation Relative à La Promotion Immobilière modifiée et complétée par: Loi n 91-76 du 2 Août 1991 Loi n 91-98 du 31 Décembre 1991 portant Loi de

Plus en détail

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats?

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats? Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial Réponse Bacquet ou la fin des débats? 1 Pôle Expertise Epargne Banque Expertise Conseil et Patrimoine 2 Le contexte légal

Plus en détail

Le PTZ + : comment ça marche?

Le PTZ + : comment ça marche? Date : jeudi 16 décembre 2010 Destinataire(s) : Coopératives d Hlm Le PTZ + : comment ça marche? Cette note présente la réglementation du «PTZ+» qui s appliquera à compter du 1 er janvier 2011. Les informations

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée 1 2 DEFINITION DE L EIRL DEFINITION Le statut «d entrepreneur individuel à responsabilité limitée» (E.I.R.L.), créé par la loi n 2010-658 du 15 juin 2010,

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

-63 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale

-63 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale -63 - TABLEAU COMPARATIF Texte en vigueur Texte adopté par Proposition de loi relative au droit de préemption et à la protection des locataires en cas de vente d un immeuble Proposition de loi relative

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Les demarches administratives

Les demarches administratives Les demarches administratives Après la disparition d un être cher, s ajoute à la douleur de l événement une série de démarches administratives. Celles-ci sont nombreuses et répondent à un calendrier précis.

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93)

Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93) G MTG EXEMPTION 1 EXEONERATION+ TB1 abt 3 Instruction du 26 octobre 1993 (BOI 7 G-6-93) I. CHAMP D'APPLICATION DE L ARTICLE 21 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 1993 A. LES BIENS CONCERNÉS PAR LE

Plus en détail

URBAN PIERRE 3 - MODE D EMPLOI

URBAN PIERRE 3 - MODE D EMPLOI URBAN PIERRE 3 - MODE D EMPLOI ETAPES POUR DEVENIR ASSOCIES FONDATEUR : 1- Remplir, parapher et signer la procuration en 2 exemplaires : - Pour les souscripteurs mariés sous le régime de la communauté

Plus en détail

Chemin : LOI n 2014-366 du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (1)

Chemin : LOI n 2014-366 du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (1) Chemin : LOI n 2014-366 du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (1) TITRE Ier : FAVORISER L'ACCÈS DE TOUS À UN LOGEMENT DIGNE ET ABORDABLE Chapitre VI : Créer de nouvelles formes

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

I. Renseignements généraux

I. Renseignements généraux Modèle type de déclaration d'affectation du patrimoine à son activité professionnelle Modèle de déclaration d'affectation par un entrepreneur individuel à responsabilité limitée I. Renseignements généraux

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. ALLEGEMENT DES OBLIGATIONS DECLARATIVES DES AYANTS DROIT DU DEFUNT

Plus en détail

Bien gérer son patrimoine

Bien gérer son patrimoine Bien gérer son patrimoine Yves Gambart de Lignières, 2011 ISBN : 978-2-212-54933-1 Le concubinage ou l union libre Le concubinage suppose une vie commune et une relation stable et continue entre deux personnes

Plus en détail

Propriété immobilière - Locationaccession

Propriété immobilière - Locationaccession Propriété immobilière - Locationaccession Version consolidée en date du 26 octobre 2011 La loi n 51-00 relatif à la location-accession à la propriété immobilière 1 Telle qu elle a été modifiée par: Dahir

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

Durée de conservation. Durée du contrat + 2 ans. Durée du contrat + 10 ans. Durée de conservation

Durée de conservation. Durée du contrat + 2 ans. Durée du contrat + 10 ans. Durée de conservation ASSURANCES Quittances et primes Contrat d'assurance habitation et automobile Dossier "dommages corporels" Assurance sur la vie et assurance décès Durée du contrat + 10 ans Durée du contrat + 10 ans Quittances,

Plus en détail

LE COUPLE ET L ACCESSION

LE COUPLE ET L ACCESSION LE COUPLE ET L ACCESSION ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 S O M M A I R E PARTIE 1 : Les concubins et l accession I. Les différents régimes juridiques A.

Plus en détail

Modèle de compromis de vente

Modèle de compromis de vente Modèle de compromis de vente Entre les soussignés : M.1 : désigné(s) ci-après par " le vendeur " et M. 1 : désigné(s) ci-après par " l acquéreur " étant précisé que, si la vente intervient entre plusieurs

Plus en détail

OFFRE D ACHAT Sous Conditions Suspensives Résidence de Tourisme

OFFRE D ACHAT Sous Conditions Suspensives Résidence de Tourisme Référence N 06-ATH/ OFFRE D ACHAT Sous Conditions Suspensives Résidence de Tourisme ENTRE LES SOUSSIGNES La ou les personnes dénommées en fin des présentes (Ci-après dénommée l ACQUÉREUR) D une part, L

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Tribunal d instance de Chartres 5, rue Mathurin Régnier CS 40013 28008 Chartres cedex

Tribunal d instance de Chartres 5, rue Mathurin Régnier CS 40013 28008 Chartres cedex Tribunal d instance de Chartres 5, rue Mathurin Régnier CS 40013 28008 Chartres cedex Service de la protection des majeurs Permanences téléphoniques : - le lundi de : 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 16h30 -

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

NOTICE A L'USAGE DES CURATEURS - CURATELLE RENFORCEE-

NOTICE A L'USAGE DES CURATEURS - CURATELLE RENFORCEE- Tribunal d'instance de Poissy NOTICE A L'USAGE DES CURATEURS - CURATELLE RENFORCEE- Madame, Monsieur, Par jugement rendu ce jour, vous venez d'être désigné Curateur d'un majeur protégé. Vous allez devoir

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

Loi n 1.339 du 7 septembre 2007 relative aux fonds communs de placement et aux fonds d'investissement.

Loi n 1.339 du 7 septembre 2007 relative aux fonds communs de placement et aux fonds d'investissement. Loi n 1.339 du 7 septembre 2007 relative aux fonds communs de placement et aux fonds d'investissement. ALBERT II PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN DE MONACO Avons sanctionné et sanctionnons la loi

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Article 3 : Demeurent en dehors du champ d'application de la présente loi :

Article 3 : Demeurent en dehors du champ d'application de la présente loi : Location-accession à la propriété immobilière (Leasing) Dahir n 1-03-202 du 16 ramadan 1424 portant promul gation de la loi n 51-00 relatif à la location -accession à la propriété immobilière (B.O. du

Plus en détail

CONTRAT PRÉLIMINAIRE CARRÉ AZUR II 1/8. Outil 20.3.a - Contrat Privilège Acte en Mains - 071201

CONTRAT PRÉLIMINAIRE CARRÉ AZUR II 1/8. Outil 20.3.a - Contrat Privilège Acte en Mains - 071201 CONTRAT PRÉLIMINAIRE CARRÉ AZUR II V E N T E E N L É TAT F U T U R D A C H È V E M E N T 1/8 ENTRE : La Société TAGERIM INVESTISSEMENT, SAS au capital de 50.000 immatriculée au RCS de Paris sous le numéro

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS mis à jour jusqu au 31 décembre 2007 1 TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS Chapitre premier : Champ d application I.- Définition A compter du

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de perception régulièrement mis en recouvrement sont exécutoires contre

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

Note commune N 2 / 2014 R E S U M E

Note commune N 2 / 2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales Note commune N 2 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 53 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

Titre III. Article 12 - Abrogé

Titre III. Article 12 - Abrogé Titre I Article 1. L'association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun d'une façon permanente leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager

Plus en détail

La protection du conjoint

La protection du conjoint La protection du conjoint = Françoise Lamotte-Robin 3A PATRIMOINE 1, Avenue de Colmar 17 000 LA ROCHELLE Tél : 06.24.19.16.22 Séminaire APL 29 Octobre 2012 Optimiser n est pas «tout laisser» au conjoint

Plus en détail

Gestion du capital social d un groupement forestier

Gestion du capital social d un groupement forestier Gestion du capital social d un groupement forestier Cette question suscite souvent des inquiétudes avant la création d un groupement forestier (GF). Après les principes généraux, nous verrons les mutations

Plus en détail

CONTRAT DE RESERVATION D UN APPARTEMENT A VENDRE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT

CONTRAT DE RESERVATION D UN APPARTEMENT A VENDRE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT Entre les soussignés : CONTRAT DE RESERVATION D UN APPARTEMENT A VENDRE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT Conforme à l article L.261-15 et aux articles R.261-25 à R.261-31 du Code de la construction et de l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2008-1484 du 22 décembre 2008 relatif aux actes de gestion du patrimoine des personnes placées en curatelle ou en tutelle,

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

N 103 SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE

N 103 SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE PROJET DE LOI adopté le 13 juin 1972. N 103 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1971-1972 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE modifiant la loi n 71-579 du 16 juillet 1971 relative

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver?

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver? Assurances Quittances et primes 2 ans Quittances, avis d'échéance, preuve du règlement, courrier de résiliation, accusé de réception Contrats d'assurance habitation et automobile Durée du contrat + 2 ans

Plus en détail

LISTE DE PIECES POUR L IMMATRICULATION D UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création ou reprise d'activité

LISTE DE PIECES POUR L IMMATRICULATION D UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création ou reprise d'activité LISTE DE PIECES POUR L IMMATRICULATION D UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création ou reprise d'activité DANS TOUS LES CAS LES PERSONNES EXPLOITANT INDIVIDUEL Imprimé P0 complété lisiblement et signé en original

Plus en détail

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire

Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire Mise en place d un dispositif de soutien fiscal en faveur de l investissement locatif intermédiaire I. Après l article 199 octovicies du code général des impôts, il est inséré un article 199 novovicies

Plus en détail

Liquidation de la succession, succession volontaire

Liquidation de la succession, succession volontaire CORRIGÉ D EXAMEN FAMILLE 1307 SUCCESSION-PARTAGE 1307 Liquidation de la succession, succession volontaire Le présent cas pratique propose de liquider le régime matrimonial puis les successions confondues

Plus en détail

BOI-ENR-DMTG-20-10-20-20-20120912

BOI-ENR-DMTG-20-10-20-20-20120912 BOI-ENR-DMTG-20-10-20-20-20120912 ENR - Mutations à titre gratuit Donations - Conditions d'exigibilité du droit de donation - Cas particuliers - Règlements financiers après divorce 1 Le divorce met fin,

Plus en détail

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE LE CONTRAT DE VIE COMMUNE CLAUSES À PRENDRE EN CONSIDÉRATION INTRODUCTION Cette liste a pour objectif de servir d aide-mémoire dans la rédaction d un contrat de vie commune. Elle doit être lue avec la

Plus en détail

Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct

Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct (Oinv) 642.113 du 16 novembre 1994 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 199 de la loi fédérale du 14 décembre

Plus en détail

Bien gérer son patrimoine

Bien gérer son patrimoine Bien gérer son patrimoine Yves Gambart de Lignières, 2011 ISBN : 978-2-212-54933-1 Sommaire Sommaire... 3 Avant-propos... 5 Le diagnostic... 7 LA FAMILLE Le concubinage ou l union libre... 8 Le Pacs...

Plus en détail

LE CONTRAT DE MARIAGE LA COMMUNAUTE DE BIENS REDUITE AUX ACQUETS

LE CONTRAT DE MARIAGE LA COMMUNAUTE DE BIENS REDUITE AUX ACQUETS Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LE CONTRAT DE MARIAGE LA COMMUNAUTE DE BIENS REDUITE AUX ACQUETS Depuis la loi du 13 juillet 1965, applicable aux couples mariés après le 1er février 1966, le régime

Plus en détail

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE PROJET DE LOI adopté le 13 juin 1984 N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE tendant à faciliter l'accession à la propriété immobilière

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

Lettre type pour une demande de copie d'acte de décès

Lettre type pour une demande de copie d'acte de décès Lettre type pour une demande de copie d'acte de décès Maire de... Service de l'etat civil Objet : demande de copie d'acte de décès. A..., le... Suite au décès de Monsieur (Madame ou Mademoiselle)... [nom

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

NATIONAL LEGISLATION: FRANCE CODE CIVIL

NATIONAL LEGISLATION: FRANCE CODE CIVIL NATIONAL LEGISLATION: FRANCE CODE CIVIL Chapitre VI : Des devoirs et des droits respectifs des époux. Art. 212 Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. Art. 213 Les époux

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 32 / 2004 OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et établissements recevant du public. Le dispositif juridique

Accessibilité des personnes handicapées et établissements recevant du public. Le dispositif juridique Logo ministère DDE 48 Accessibilité des personnes handicapées et établissements recevant du public Le dispositif juridique (mise à jour octobre 2008) Support général à adapter en fonction du public auquel

Plus en détail