Fiche méthodologique pour l élaboration des PLU. Protection des captages d'alimentation en eau destinée à la consommation humaine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche méthodologique pour l élaboration des PLU. Protection des captages d'alimentation en eau destinée à la consommation humaine"

Transcription

1 Fiche méthodologique pour l élaboration des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle se traduit par la réalisation de fiches méthodologiques par les services de l État dans le département. Ces fiches n ont pas de valeur réglementaire, mais, en revanche, elles définissent le point de vue des services de l État pour le département de l Isère sur des thématiques abordées dans les PLU. Elles constituent par ailleurs un support pour accompagner les communes et leurs prestataires lors de l étude des documents d urbanisme et faciliter le dialogue avec les services de l État au cours de la procédure. Protection des captages d'alimentation en eau destinée à la consommation humaine Sommaire Préambule Les périmètres de protection : un outil indispensable de préservation Traduction de la cohérence entre la protection des captages et le PLU Annexe I : tableau de traduction des prescriptions générales Annexe II : procédure de mise en compatibilité du PLU Annexe III : procédure de mise à jour du PLU Annexe IV : articulation entre la procédure de protection des captages et les procédures d'urbanisme Annexe V : les cas particuliers (création et abandon de captages, captages privés et unifamiliaux) Textes principaux de référence Partie législative - Livre I - Titre II - Chapitre I section 1 et 2 - Chapitres III et IV du code de l urbanisme Article L 126-1, L 211-1, L213-3 et L du code de l urbanisme Partie réglementaire Livre I Titre II Chapitre III du code de l urbanisme Article R 111-2, R à 3, R du code de l urbanisme L , L , R et R du code de la santé publique Articles R à 15 du code de l expropriation pour cause d utilité publique Articles L du code général des collectivités territoriales Articles L et L du code de l'environnement Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

2 Préambule L élaboration du plan local d urbanisme est l occasion d une réflexion sur le développement durable de la commune. Cette réflexion doit intégrer la santé publique et principalement la protection des captages publics d alimentation en eau destinée à la consommation humaine. En effet, cette prise en compte en amont de la mise en œuvre des projets d aménagement et d urbanisme permet à la commune de : - conforter la protection de ses ressources en eau - solutionner les conflits d usages - éviter les situations litigieuses pour les administrés, en particulier au moment des procédures d autorisation de construire. Dans le cadre d une politique volontariste de la commune pour la protection de ses ressources en eau, le PLU définira, dans les secteurs d alimentation des captages, les zones à protéger, les occupations et utilisations des sols à réglementer, les terrains à acquérir. Les périmètres de protection : un outil indispensable de préservation La délivrance en vue de l'alimentation humaine d'une eau conforme aux normes sanitaires est l'une des responsabilités importantes des collectivités. Pour répondre à cet objectif, la protection de la ressource en eau doit apparaître comme une priorité et ce, quelles que soient les filières de traitement mises en œuvre. En complément aux indispensables actions générales de préservation du milieu, les périmètres de protection s'affirment comme l'outil privilégié pour prévenir et diminuer toute cause de pollution susceptible d'altérer la qualité des eaux prélevées. Définition des périmètres Les périmètres de protection correspondent à un zonage établi autour des points de prélèvement d'eau destinée à la consommation humaine en vue d'assurer la préservation de sa qualité. Définis sur la base de critères hydrogéologiques, ils conduisent à l'instauration de servitudes. Trois périmètres sont établis Le périmètre de protection immédiate : il correspond à l'environnement proche du point d'eau. Il est acquis par la collectivité, clôturé, et toute activité y est interdite. Il a pour fonction principale d'empêcher la détérioration des ouvrages et d'éviter les déversements de substances polluantes à proximité immédiate du captage. Le périmètre de protection rapprochée : il délimite un secteur, en général de quelques hectares, en principe calqué sur la "zone d'appel" du point d'eau. Il doit protéger le captage vis-à-vis de la migration souterraine des substances polluantes. A l'intérieur de ce périmètre, toutes les activités susceptibles de provoquer une pollution sont interdites ou soumises à des prescriptions particulières (constructions, rejets, dépôts, affouillements, épandages ). Le périmètre de protection éloignée : facultatif, il correspond à la zone d'alimentation du point d'eau, voire à l'ensemble du bassin versant. Il est créé dans le cas où certaines activités peuvent être à l'origine de pollutions importantes et lorsque des prescriptions particulières paraissent de nature à réduire significativement les risques. Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

3 Schématisation des 3 périmètres de protection d'un captage Le rapport géologique, pièce maîtresse Ces périmètres de protection sont proposés par un expert indépendant, l'hydrogéologue agréé, dans un rapport géologique. Ce rapport constitue une pièce maîtresse en vue de la mise en place d'une protection réglementaire. Dès l'établissement de ce rapport, les prescriptions de protection d'un captage doivent être prises en compte en matière d'aménagement et d'urbanisme, dans les documents de planification (code de l'urbanisme : Livre I - Titre II - Chapitre I section 1 et chapitres III et IV) et lors des autorisations de construire au titre de l'article R du code de l'urbanisme. Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

4 Traduction de la cohérence entre protection des captages et PLU La cohérence entre politique d aménagement et d urbanisation et politique de protection de la ressource doit se traduire à différents niveaux dans le PLU. Cette partie a pour vocation de donner des outils concrets de traduction, afin de garantir la prise en compte claire et efficace des prescriptions de protection et d'améliorer l'opérationnalité du PLU vis-à-vis du service urbanisme et des administrés. Cohérence globale du PLU Conformément à l'article L121-1 alinéas 2 et 3 du code de l'urbanisme, le PLU détermine les conditions permettant d'assurer la préservation de la qualité de l eau, du sol et du sous-sol, ainsi que la prévention des pollutions et des nuisances de toute nature. Cette disposition est appuyée par les articles L du code de l'urbanisme et L et L du code de l'environnement qui disposent que le PLU doit également être compatible avec les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) qui ont entre autres pour objectifs la gestion équilibrée, la qualité et la protection de la ressource en eau. Les projets de PLU doivent, par conséquent, rester fondamentalement cohérents avec la protection des captages d alimentation en eaux destinées à la consommation humaine, quels que soient leurs niveaux de protection administrative. Lorsque les périmètres et les prescriptions de protection associées ont été définis, l arrêté de déclaration d utilité publique ou le cas échéant, le rapport géologique doit être traduit dans l ensemble des documents du PLU et notamment dans les parties écrites et graphiques du règlement qui sont les outils les plus opérationnels de traduction. Cohérence avec le rapport de présentation et le PADD Réglementairement Sur la base des articles L et R du code de l'urbanisme, le rapport de présentation doit afficher clairement le diagnostic de l existant en matière de protection de la ressource en eau. Traduction Cet état des lieux peut porter sur l'identification des ouvrages alimentant la commune et de ceux implantés sur la commune, leurs situations administratives (rapport géologique ou déclaration d'utilité publique), les zones de distribution, la qualité de l'eau desservie, les modalités de gestion (régie ou affermage), les problèmes rencontrés en vulnérabilité, en quantité Cet état des lieux est appuyé par les informations présentées au niveau des annexes sanitaires et des schémas des réseaux d alimentation en eau potable (article R du code de l'urbanisme) Réglementairement Le rapport de présentation expose les motifs de la délimitation des zones et des règles qui y sont applicables. Traduction Cette disposition se traduit par la mention d'un classement spécifique des secteurs concernés par les périmètres de protection. Réglementairement Le rapport de présentation présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, dans la mesure du possible, compenser les incidences négatives du plan et explique par ailleurs les choix retenus pour établir les nouvelles orientations d'aménagement et d urbanisme. Ces choix sont définis par le projet d aménagement et de développement durable (PADD) (article R du code de l urbanisme). Traduction Le PADD doit intégrer les enjeux liés à la protection de la ressource en eau, si les nouvelles orientations d'aménagement et d'urbanisme proposées dans le plan ont un impact sur cette problématique. Les explications du rapport et les orientations du PADD doivent répondre à la question suivante : quelles sont les mesures correctives mises en œuvre pour garantir la protection des ouvrages? Ces mesures peuvent aller de l'adaptation d'un projet aux contraintes des prescriptions de protection à l'abandon du projet, en cas de conflit d'usage insurmontable. Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

5 Cohérence avec le règlement Les parties écrite et graphique du règlement sont des outils déterminants dans le PLU pour la protection des ouvrages car : - elles sont opposables à toute personne publique ou privée, - c'est ici que sont retranscrits concrètement le tracé des périmètres et les occupations et utilisations des sols interdites ou soumises à conditions particulières vis à vis du rapport géologique. Partie graphique (illustrations) Réglementairement Conformément à l'article R b du code de l'urbanisme, la partie graphique du règlement fait apparaître les secteurs où les nécessités de l'hygiène, de la protection contre les nuisances et de la préservation des ressources naturelles justifient que soient interdites ou soumises à des conditions spéciales les constructions et installations de toute nature, permanentes ou non, les plantations, dépôts, affouillements, forages et exhaussements des sols. Traduction Les périmètres de protection peuvent être formalisés graphiquement par des sous-zonages indicés. L'indiçage recommandé est "p" pour protection des captages. Une précision peut être apportée pour le type de périmètre : par exemple "r" pour rapproché. Exemple de sous-zonages spécifiques d'un périmètre de protection immédiate et rapprochée Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

6 Partie écrite Réglementairement Conformément aux articles L et R du Code de l'urbanisme, la partie écrite du règlement est définie en cohérence avec le PADD, les règles générales et les servitudes d'utilisation des sols permettant d'atteindre les objectifs de l'article L Elle traduit l'interdiction de construire et définit, en fonction des circonstances locales, les règles concernant l'implantation des constructions. Elle présente notamment les occupations et utilisations du sol interdites et les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières Traduction Le règlement écrit doit faire état des sous-zonages "p" formalisés dans le règlement graphique. Le règlement écrit des sous-zonages "p" doit permettre de démontrer la compatibilité avec les prescriptions afférentes à la protection des captages ayant une incidence sur l urbanisme. L'opposabilité du règlement concerne notamment l'exécution de tous travaux, constructions et installations de toute nature, permanentes ou non, affouillements ou exhaussements des sols, forages (article L et R b du code de l'urbanisme). Toutes les prescriptions de protection en lien avec ces occupations et utilisations des sols peuvent donc être traduites. Le tableau de l'annexe I donne, par type de périmètres et type d'occupations et d'utilisations des sols, les prescriptions générales à traduire dans le règlement écrit. En fonction du contexte géologique et hydrogéologique, le rapport géologique ou l'arrêté préfectoral instituant les servitudes peut définir d'autres contraintes qui devront être également traduites. Cohérence avec les annexes Le droit de préemption urbain Conformément à l'article R du code de l'urbanisme, les annexes indiquent, à titre d'information, sur un ou plusieurs documents graphiques, les périmètres à l'intérieur desquels s'applique le droit de préemption urbain. Lorsque l arrêté de déclaration d utilité publique est pris, le droit de préemption urbain peut être instauré dans un périmètre de protection rapproché afin d'améliorer la protection des captages vis à vis des pollutions accidentelles. Sur la base de l'article L du code de l'urbanisme, les communes dotées d'un PLU approuvé peuvent, par délibération, instituer ce droit de préemption urbain sur tout ou partie des zones urbaines et des zones d'urbanisation future délimitées par ce plan, dans les périmètres de protection rapprochée. Ce droit peut être délégué à la commune ou à l'établissement public de coopération intercommunale responsable de la production d'eau destinée à la consommation humaine dans les conditions prévues à l'article L du code de l'urbanisme. Les servitudes d'utilité publique Conformément aux articles L 126-1, R et R à 3 du code de l'urbanisme, les annexes listent les servitudes d'utilité publique. Ces servitudes sont formalisées par une liste et un plan des servitudes. Ces 2 documents sont gérés par la DDE. Ils comportent les captages, les périmètres déclarés d'utilité publique et les périmètres mentionnés "en cours d'institution" dont la procédure de déclaration d'utilité publique est en cours. Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

7 Annexe I : tableau de traduction des prescriptions générales Ce tableau traduit les prescriptions types. En fonction du contexte géologique et hydrogéologique, le rapport géologique ou l'arrêté préfectoral instituant les servitudes peut définir d'autres contraintes qui devront être également traduites. Tout projet d'urbanisme ou d'aménagement situé dans un périmètre de protection de captage public d'alimentation en eau destinée à la consommation est à soumettre à l'avis de la DDASS. Objet Toute occupation et utilisations des sols Type de périmètre de protection immédiate Prescriptions interdiction inconstructibilité Traduction dans le règlement écrit A l'intérieur de ce périmètre, sont strictement interdits toutes activités, installations et dépôts, à l'exception des activités d'exploitation et de contrôle du point d'eau. Constructibilité Soit, toute nouvelle construction, superficielle ou souterraine, ainsi que l'extension et le changement de destination des bâtiments existants sont interdits. Peuvent néanmoins être autorisés sous réserve que le maître d ouvrage prenne des dispositions appropriées aux risques y compris ceux créés par les travaux : les bâtiments strictement liés à l'exploitation du réseau d'eau, les équipements et travaux liés au transport d énergie électrique et aux télécommunications. Constructions Rejets d'eau usées rapprochée rapprochée éloignée prise en compte de l'existant prise en compte de l'existant autorisation selon mode d'assainissement Soit, toute nouvelle construction, superficielle ou souterraine, ainsi que l'extension et le changement de destination des bâtiments existants sont interdits. Peuvent néanmoins être autorisés sous réserve que le maître d ouvrage prenne des dispositions appropriées aux risques y compris ceux créés par les travaux : les bâtiments strictement liés à l'exploitation du réseau d'eau les équipements et travaux liés au transport d énergie électrique et aux télécommunications la reconstruction à l'identique en cas de sinistre sans changement de destination l'extension de moins de 30 m² des bâtiments d'habitation jusqu'à un plafond de 180 m² de SHON les annexes à l habitation non comptabilisées en SHON dès lors qu elles ne sont pas susceptibles de porter atteinte à la qualité des eaux (abri ouvert, garage...) jusqu à un plafond de 30 m2 de SHOB. Les constructions existantes desservies par un réseau d'assainissement devront s'y raccorder. En l'absence de collecteur, les installations d'assainissement autonome seront mises en conformité, après contrôle de la collectivité en charge du contrôle de l assainissement non collectif. Elles se raccorderont au réseau d'assainissement étanche dès sa réalisation. L'implantation de tout dispositif d'assainissement individuel comportant un puits d'infiltration est interdite. Soit, Les rejets d'eaux usées d'origine domestique, industrielle ou agricole sont interdits : toute nouvelle construction doit être raccordée au réseau collectif d'assainissement. Soit, les nouvelles constructions ne pourront être autorisées que si les eaux usées sont évacuées : soit par un réseau d'assainissement étanche soit à défaut, à l'aide d'un assainissement individuel conforme à la réglementation en vigueur, après étude géologique et avis de la DDASS. Canalisations Voiries / aires de stationnement rapprochée rapprochée interdit sauf exception interdiction L'implantation de tout dispositif d'assainissement individuel comportant un puits d'infiltration est interdite. La pose de canalisations de transport d'eaux usées et de tout produit susceptible d'altérer la qualité des eaux est interdite, hormis dans le cadre de travaux autorisés d'amélioration de la protection. La création de voiries et aires de stationnement, ainsi que l'infiltration d'eaux de ruissellement issues d'aires imperméabilisées sont interdites. Cimetières rapprochée interdiction La création de cimetière est interdite Camping rapprochée interdiction Les aires de camping, ainsi que le stationnement de caravanes sont interdits Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

8 Activités - dépôts - stockages Activités éloignée autorisation sous conditions Les projets d'activités non soumises à la législation sur les établissements classés ou soumises à cette législation au titre de la déclaration feront l'objet d'une étude de risque vis à vis de la ressource qui sera soumise à la DDASS. Déchets Stockages rapprochée éloignée rapprochée éloignée interdiction réglementation interdiction demande d'autorisation Les dépôts de déchets de tous types (organiques, chimiques,...) et les déchets inertes sont interdits. Les dépôts de produits polluants ou de déchets seront réalisés sur des sites étanches, conçus de manière à ne présenter aucun risque de contamination du point d'eau. Les stockages, même temporaires, de tous produits susceptibles de polluer les eaux : produits chimiques (fuel...), fermentescibles (fumier, lisier...) sont interdits. La création de stockages de tout produit susceptible d'altérer la qualité des eaux, y compris les stockages temporaires, fera l'objet d'une demande d'autorisation auprès de la D.D.A.S.S., excepté pour les stockages de fuel à usage familial, qui devront être conformes à la réglementation en vigueur (double paroi ou cuvette de rétention) Affouillements-excavations-carrières Affouillements -excavationscarrières Retenues et plans d'eau rapproché éloigné interdiction autorisation ponctuelles pour remblais création interdite extension sous conditions Les affouillements, les exhaussements et les extractions de matériaux du sol et du soussol, ainsi que la création, le renouvellement ou l'extension de carrières sont interdits. La réalisation ponctuelle de remblais est autorisée sous réserve de l emploi de matériaux d origine naturelle strictement inertes et après déclaration auprès de la mairie. La création des carrières est interdite. Les extensions de carrières ne pourront être autorisées que dans le respect des dispositions du schéma départemental des carrières. Retenues et plans d'eau - Prélèvements rapproché interdiction La création de retenues et plans d'eau est interdite Prélèvements rapproché interdiction Exploitation forestière rapproché interdiction La création de nouveaux puits, forages,, destinés à l exploitation des eaux souterraines est interdite. Forêts Le défrichement, la coupe "à blanc", la création de chemins d'exploitation forestière chargeoirs à bois, sont interdits. Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

9 Conformément à l'article L et R du code la santé Publique, les périmètres de protection d'un captage doivent être déclarés d'utilité publique. L arrêté de déclaration d utilité publique permet en particulier de rendre les servitudes de protection opposable aux tiers, d acquérir des terrains par expropriation, d indemniser les servitudes. Les servitudes afférentes aux périmètres de protection sont notifiées aux propriétaires concernés mais ne font pas l'objet d'une publication aux hypothèques. La procédure de déclaration d'utilité publique a juridiquement 2 impacts sur le PLU : - elle peut donner lieu si nécessaire à la mise en compatibilité du PLU (annexe I) dans le cadre d'une enquête publique conjointe, - les servitudes instituées seront dans tous les cas annexées au PLU lors d'une phase de mise à jour (annexe II). Annexe II : mise en compatibilité La nécessité ou non d'une mise en compatibilité La mise en compatibilité est nécessaire lorsqu il y a conflit entre les projets d'aménagement et d urbanisme prévus dans le PLU ou le POS en vigueur et les prescriptions de protection des captages qui sont soumis à procédure de déclaration d'utilité publique, La nécessité de mise en compatibilité est évaluée par la DDE au moment de l enquête administrative. Les modalités de la mise en compatibilité Conformément aux articles L et R du Code de l'urbanisme, la déclaration d utilité publique de périmètres de protection de captages incompatible avec un PLU implique : - une enquête publique conjointe ouverte par le Préfet portant à la fois sur l utilité publique de l opération et la mise en compatibilité du plan, - avant l'ouverture de l'enquête publique conjointe, un examen conjoint des dispositions prévues par l Etat pour mettre en compatibilité le plan. Cet examen est réalisé par l Etat, la commune, l établissement public chargé du schéma de cohérence territoriale, s il en existe un, la région, le département ainsi qu'au besoin les organismes prévus à l'article L du Code de l'urbanisme. Lorsqu'une association mentionnée à l'article L demande à être consultée, son président adresse la demande au préfet. Les modalités de l enquête conjointe L'enquête publique est organisée dans les formes prévues aux articles R à 15 du code de l'expropriation pour cause d'utilité publique. Le dossier de mise en compatibilité du PLU accompagnant le dossier de déclaration d utilité publique des périmètres de protection comprend : - une notice explicitant la mise en cohérence entre le PLU et le projet de déclaration d utilité publique et précisant les pièces du dossier concernées par la modification, - les extraits du PLU comprenant les pièces opposables et les pièces correspondantes modifiées. Après enquête publique, le dossier de mise en compatibilité du PLU, le rapport et les conclusions du commissaire enquêteur, ainsi que le procès-verbal de la réunion d'examen conjoint sont soumis pour avis par le préfet au conseil municipal ou à l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent. Si ceux-ci ne se sont pas prononcés dans un délai de deux mois, ils sont réputés avoir donné un avis favorable. En dernier lieu, la déclaration d utilité publique emporte approbation des nouvelles dispositions du plan. L'arrêté préfectoral de DUP accompagné des pièces du dossier de mise en compatibilité du PLU sont transmis à la commune qui doit mettre à jour son PLU. Conformément à l'article L du code de l'urbanisme, les plans d'occupation des sols approuvés avant l'entrée en vigueur de la loi nº du 13 décembre 2000 précitée sont concernés dans les mêmes conditions par l'article L Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

10 Procédure de déclaration d'utilité publique des périmètres de protection de captages pilotée par la DDASS Délibération initiale de la collectivité Constitution du dossier préparatoire Les principales étapes de la mise en compatibilité Nomination de l hydrogéologue agréé Visite sur le terrain de l hydrogéologue agréé Rapport de l hydrogéologue agréé Procédure de mise en compatibilité du PLU pilotée par la DDE Constitution du dossier d enquête publique Recevabilité du dossier Enquête administrative Décision de mise en compatibilité Définition des dispositions de mise en compatibilité et constitution du dossier Examen conjoint des dispositions de mise en compatibilité par l Etat et personnes publiques associées Enquête publique conjointe dans les formes prévues aux articles R à 15 du code de l'expropriation pour cause d'utilité publique Transmission des rapport et conclusions du commissaire enquêteur au tribunal administratif et au pétitionnaire Transmission pour avis du dossier de mise en compatibilité, des rapport et conclusions du commissaire enquêteur et du procèsverbal de la réunion d'examen conjoint au maire ou au président de l EPCI Avis du conseil municipal de la commune concernée ou de l'organe délibérant de l'epci Avis du CODERST Arrêté Préfectoral de déclaration d utilité publique emportant approbation des nouvelles dispositions du PLU Transmission aux services concernés Notification au pétitionnaire et aux propriétaires Notification au maire ou au président de l EPCI Publication de l arrêté préfectoral au recueil des actes administratifs de l Etat Affichage en mairie pendant 2 mois et publicité de l affichage en caractères apparents dans deux journaux locaux Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

11 Annexe III : mise à jour L institution de nouvelles servitudes doit faire l objet d une mise à jour des annexes du PLU Cette opération est régie par les articles L et R du code de l'urbanisme. Synoptique de l étape de mise à jour Transmission à la DDE Transmission des plan et liste de servitudes mises à jour et demande de mise à jour des annexes Arrêté préfectoral de déclaration d'utilité publique Notification au maire ou au président de l'epci 3 mois Transmission aux administrations et organismes concernés Arrêté municipal ou intercommunal de mise à jour du PLU sans délai Affichage pendant 1 mois de l'arrêté municipal, intercommunal ou préfectoral en mairie ou au siège de l'epci, ainsi que dans toutes les mairies concernées sans délai Mention de l'affichage insérée en caractères apparents dans un journal diffusé dans le département En cas de carence, arrêté préfectoral d'office sans délai Arrêté préfectoral publié au recueil des actes administratifs Les servitudes doivent être reportées en annexe du PLU dans un délai d'un an à compter de la date de leur institution ou de l'approbation du plan sous peine d'inopposabilité. Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

12 Annexe IV : articulation entre la procédure de protection des captages et les procédures d'urbanisme des procédures complémentaires un objectif commun = pérenniser la ressource et en garantir la qualité et la quantité Procédure d'institution et de déclaration d'utilité publique des périmètres de protection de captages pilotée par la DDASS Traduction dans les procédures d'urbanisme pilotée par les services instructeurs et la DDE Si révision ou élaboration du PLU En dehors de la révision ou de l'élaboration du PLU Rapport de l hydrogéologue agréé Transmission renouvelée du rapport au moment du porter à connaissance Transmission du rapport à la DDE, aux subdivisions ou services communaux d'urbanisme et aux communes d'implantation concernées Pas de nécessité de mise en compatibilité Traduction du rapport géologique dans les différentes pièces du PLU Approbation du nouveau PLU A titre conservatoire application de l'article R du Code de l'urbanisme pour les projets d'autorisation de construire non compatibles avec le rapport hydrogéologique Si les enjeux de protection ne sont pas pris en compte dans le PLU Enquête publique Enquête publique conjointe pour mise en compatibilité Arrêté préfectoral de déclaration d utilité publique Arrêté préfectoral de déclaration d utilité publique emportant approbation des nouvelles dispositions du PLU Transmission aux services concernés Notification au maire de la commune d'implantation Mise à jour du PLU Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

13 Annexe V : les cas particuliers Création d'un captage En application de l'article L du code de l'urbanisme, la réalisation des ouvrages de captage d'eau nécessite l'obtention d'un permis de construire. Toutefois, l'article R précise que sont exemptés de permis de construire les installations techniques nécessaires au fonctionnement des services publics d'alimentation en eau potable dont la surface hors œuvre brute est supérieure à 2 mètres carrées et inférieure ou égale à 20 mètres carrés. Ces travaux sont alors uniquement soumis à une procédure de déclaration préalable, dans le cadre des constructions ayant pour effet de créer une surface hors œuvre brute supérieure à deux mètres carrés et inférieures ou égale à vingt mètres carrés. Dans le cadre de la révision ou de l'élaboration du PLU, lorsque les prescriptions de protection ne sont pas encore établies, il est fortement recommandé d'envisager un projet de captage le plus en amont possible dans la politique de développement urbain de la commune : - en adaptant les occupations et utilisations des sols avoisinants, afin d'anticiper autant que possible les futurs conflits d'usage : par exemple classement en zone N, - le règlement graphique (article L et R du Code de l'urbanisme) peut également fixer les emplacements réservés aux ouvrages publics, c'est à dire dans ce cas, les parcelles pouvant être inclues dans les futurs périmètres de protection immédiat et rapproché d'un captage en projet. Par ailleurs, il est rappelé que la création d'un captage est aussi soumise à procédure au titre du code minier (ouvrages de plus de 10 m de profondeur) et du code de l'environnement (déclaration pour le forage à proprement parlé, et fonction du débit prélevé pour le prélèvement). Abandon d'un captage Lorsque l arrêté de déclaration d utilité publique n est pas pris, l'abandon d'un captage doit être formalisé par la prise d'une délibération municipale à transmettre au service Santé-Environnement de la DDASS. Lorsque les périmètres de protection sont déclarés d utilité publique, en cas d abandon, le préfet abroge la DUP par arrêté, ce qui implique la disparition des servitudes. Sur la base d une délibération ou d un arrêté préfectoral d abrogation, la DDE supprime du plan et de la liste des servitudes les données concernées, et l'obligation de mise en cohérence du PLU et de la protection de l'ouvrage n'est plus nécessaire. Le PLU doit être mis à jour avec la nouvelle liste et le nouveau plan des servitudes. Sans délibération ou arrêté préfectoral d abrogation, l'ouvrage est considéré comme susceptible de fonctionner et donc à protéger. Les services de l'etat (DDASS et DDE) considèrent que les prescriptions de protection restent effectives et qu'elles doivent être traduites dans le PLU. Captages unifamiliaux et privés Dans les secteurs non desservis par le réseau public d adduction et sauf prescriptions contraires (exemple : à l intérieur d un périmètre de protection interdisant la création de forages), l alimentation par une ressource privée (article L et R du code de la santé publique) ou unifamiliale (article L du code de la santé publique et L du code général des collectivités territoriales) est possible sous les conditions suivantes : - l alimentation en eau potable par une source privée est soumise à autorisation du Préfet, - l alimentation à l usage privé d une famille propriétaire de l habitation doit être déclarée en mairie. Ces dispositions qui seront rappelées dans les dispositions générales du PLU. Elles pourront donc être traduites, à titre exceptionnel, dans le cas particulier d extension ou de changement de destination pour une construction existante comportant déjà un logement raccordé à une source privée. Le règlement du secteur concerné (à délimiter) comportera un article 4 rédigé de la manière suivante : Ces dispositions peuvent être traduites dans les articles 4 du règlement des zones concernées de la manière suivante : "A défaut de réseau public, l alimentation en eau potable par une source privée est soumise à autorisation du Préfet, exception faite de l alimentation à l usage privé d une famille propriétaire de l habitation qui doit être déclarée en mairie." Document établi par les services de l Etat pour le département de l Isère Novembre /13

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES. Établissement OM GROUP. Communes de SAINT-CHERON et de SERMAISE

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES. Établissement OM GROUP. Communes de SAINT-CHERON et de SERMAISE PRÉFECTURE DE L'ESSONNE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L'ESSONNE DIRECTION RÉGIONALE ET INTERDÉPARTEMENTALE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE L'ÉNERGIE D'ÎLE-DE-FRANCE Unité territoriale de l'essonne

Plus en détail

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R.

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R. DIRECTION RÉGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMENAGEMENT ET DU LOGEMENT PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE Arrêté instituant les servitudes d'utilité publique dans le périmètre des deux cents mètres autour de l'installation

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Fasc. 653-20 II. GESTION DE L'INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D'URBANISME : 1. 7. Délibération relative à l'instruction des autorisations d'urbanisme

Fasc. 653-20 II. GESTION DE L'INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D'URBANISME : 1. 7. Délibération relative à l'instruction des autorisations d'urbanisme Formulaire des Maires Fasc. 653-20 SOMMAIRE PRÉSENTATION GÉNÉRALE I. CERTIFICAT D'URBANISME : 1. 1. Certificat d'urbanisme 2. Certificat d'urbanisme d'information 3. Certificat d'urbanisme détaillé 4.

Plus en détail

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 CHAPITRE NCa ZONE DE RICHESSES NATURELLES, OU LA POSSIBILITE D'EXPLOITER DES CARRIERES DOIT ETRE PRESERVEE. SECTION 1 - NATURE DE L'OCCUPATION DU SOL ARTICLE

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement Liieu--diitt «lle Cognett» Commune de VAUX--SUR--SEULLES

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES Ministère de l Écologie, de l Énergie du Développement durable et de la Mer PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES Reunion du 20 janvier 2014 aux Chapelles Direction régionale de l Environnement,

Plus en détail

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 Les textes de référence : ordonnance n 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

Commission de suivi de site STORENGY

Commission de suivi de site STORENGY Commission de suivi de site STORENGY Réunion du 8 octobre 2014 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Rhône-Alpes www.developpement-durable.gouv.fr Plan 1- Rappel des objectifs

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION AU MODULE SECURISE «PERIMETRES DE PROTECTION»

FORMULAIRE D INSCRIPTION AU MODULE SECURISE «PERIMETRES DE PROTECTION» FORMULAIRE D INSCRIPTION AU MODULE SECURISE «PERIMETRES DE PROTECTION» Tous les champs doivent être obligatoirement complétés : Nom Prénom du demandeur N téléphone N de télécopie Courriel Organisme Statut

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

PROJET D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

PROJET D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF PROJET D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Contrôle de conception et d'exécution Le contrôle de conception et d'implantation a pour but de vérifier que le projet d'assainissement non collectif est conforme

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail

Assainissement non collectif et SPANC : Questions d'ordre réglementaire

Assainissement non collectif et SPANC : Questions d'ordre réglementaire Assainissement non collectif et SPANC : Questions d'ordre réglementaire Document établi par le Graie, avec la collaboration de André Oustric, Juriste au CERTU (Ministère de l'equipement) Quelle est la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE Direction départementale des territoires PRÉFET DES HAUTES-ALPES Service d'appui territorial Application du droit des sols LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE D'une manière générale, les zones naturelles

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 3 Février 2010 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados 1- ACTUALITÉ DES DÉCISIONS DU CONSEIL D'ÉTAT Décision du conseil d'etat (CE) n

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) CHAPITRE 1 : Dispositions générales Article 1 Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne tout

Plus en détail

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées Codes l'environnement Décret 95-22 du 9 janvier relatif à la limitation du bruit des aménagements et transports terrestres mai relatif au bruit des 97-110 du 12 relative à la prise en compte du bruit dans

Plus en détail

Stationnement de caravanes ou résidences mobiles. Guide à l attention des élus. Direction Départementale des Territoires

Stationnement de caravanes ou résidences mobiles. Guide à l attention des élus. Direction Départementale des Territoires Stationnement de caravanes Stationnement ou résidences mobiles de caravanes ou résidences mobiles Guide à l attention des élus Direction Départementale des Territoires Édition mai 2013 Préambule Ce guide

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD.

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD. 1 TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Ce Règlement est établi conformément aux dispositions du Code de l'urbanisme (C.U) et notamment de ses articles R. 123-4 et R. 123-9. ARTICLE 1 - Champ d'application territorial

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme (Arrêté n 09-2013 en date du 22 mars 2013 de Monsieur le Maire de WANNEHAIN) CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Administratif

Plus en détail

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES SOMMAIRE I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. Article 6. Champ d'application territorial du plan Portée respective du règlement à l'égard d'autres législations

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU Le décret n 2008-652 du 2 juillet 2008 précise le dispositif prévu par la loi sur l eau

Plus en détail

Règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif

Règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif Règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif Service Public d'assainissement Non Collectif Communauté d'agglomération du Grand Avignon Agroparc 320, chemin des Meinajariès - BP 1259 84 911

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES NEXTER MUNITIONS. Communes de TARBES, BOURS, AUREILHAN et BORDERES-sur-ECHEZ

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES NEXTER MUNITIONS. Communes de TARBES, BOURS, AUREILHAN et BORDERES-sur-ECHEZ PRÉFET DES HAUTES-PYRÉNÉES PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES NEXTER MUNITIONS Communes de TARBES, BOURS, AUREILHAN et BORDERES-sur-ECHEZ - Note de présentation - Plan de zonage réglementaire

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Obligations des propriétaires. Dispositions générales

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Obligations des propriétaires. Dispositions générales REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Les cases grisées de commentaires sont à supprimer avant toute diffusion Le règlement du service, délibéré et voté par l'assemblée délibérante dans

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

C'est seulement à cette condition qu'elles peuvent être opposées aux demandes d'autorisation d'occupation du sol.

C'est seulement à cette condition qu'elles peuvent être opposées aux demandes d'autorisation d'occupation du sol. 8.1 TABLEAU DES SERVITUDES D'UTILITE PUBLIQUE En application des dispositions des articles L. 126-1 et R. 123-14 du Code de l'urbanisme, le dossier de P.L.U. doit comporter en annexe les servitudes d'utilité

Plus en détail

Caractérisation technique du service

Caractérisation technique du service rapport sur le prix et la qualité du service public de l assainissement non collectif 2012 3 Caractérisation technique du service Présentation du territoire desservi Le service est géré au niveau communal

Plus en détail

Guide pratique à l'usage des exploitants de Café, Hôtel, Restaurant (CHR)

Guide pratique à l'usage des exploitants de Café, Hôtel, Restaurant (CHR) Guide pratique à l'usage des exploitants de Café, Hôtel, Restaurant (CHR) Novembre 2011 Pour exercer une activité commerciale dans le secteur des CHR, il est nécessaire d'effectuer, au préalable, certaines

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION...4 L eau potable...5 UNE COMPETENCE COMMUNALE... 5 Etat du droit antérieur à la loi n 2006-1772 du 30 décembre 2006...

Sommaire INTRODUCTION...4 L eau potable...5 UNE COMPETENCE COMMUNALE... 5 Etat du droit antérieur à la loi n 2006-1772 du 30 décembre 2006... Les services publics d eau et d assainissement Sommaire INTRODUCTION...4 L eau potable...5 UNE COMPETENCE COMMUNALE... 5 Etat du droit antérieur à la loi n 2006-1772 du 30 décembre 2006... 5 Modifications

Plus en détail

Page 1. Date du contrôle : / /

Page 1. Date du contrôle : / / Page 1 Date du contrôle : / / Date de la demande : / / Date de la demande de permis de construire (sauf pour réhabilitation) : / / Adresse de l'immeuble : Code postal : Commune : Section et numéro du cadastre

Plus en détail

INSET MONTPELLIER 24 JUIN 2014 BIENVENUE

INSET MONTPELLIER 24 JUIN 2014 BIENVENUE INSET MONTPELLIER 24 JUIN 2014 BIENVENUE INSET MONTPELLIER Journée d actualité Loi ALUR : les principales dispositions en matière d urbanisme et d aménagement 2 SOMMAIRE : 1/ Contextualisation et enjeux

Plus en détail

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF*

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* Zone à dominante d activités économiques (PME, services, activités artisanales, activités tertiaires) et d équipements collectifs PLU Champigny-sur-Marne Approuvé

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

Constitution du dossier de demande d installation d un système d assainissement non collectif

Constitution du dossier de demande d installation d un système d assainissement non collectif Constitution du dossier de demande d installation d un système d assainissement non collectif Le présent dossier dûment rempli est à remettre en Mairie du lieu d implantation du dispositif. Se renseigner

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

SPANC. Règlement du service d assainissement non collectif

SPANC. Règlement du service d assainissement non collectif SPANC Règlement du service d assainissement non collectif SPANC Locminé Communauté Zone de Kerjean 56500 Locminé Tél. : 02 97 44 22 58 Fax : 02 97 44 29 68 spanc@pays-locmine.com Chapitre I : Dispositions

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toute installation d un dispositif d assainissement non collectif doit faire l objet

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS COMMENT PRÉPARER LES DEMANDES? QUELLES SONT LES RÈGLES A RESPECTER? MINISTÈRE DE LA CULTURE

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

ANNEXE 1. Carte des aléas de versants. Commune de GIVORS (RHÔNE)

ANNEXE 1. Carte des aléas de versants. Commune de GIVORS (RHÔNE) ANNEXE 1 Carte des aléas de versants Commune de GIVORS (RHÔNE) TRANSCRIPTION DES ALEAS EN ZONAGE OPPOSABLE AU TIERS DANS LE CADRE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME. 1 - Méthodologie générale: Tout comme le zonage

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

BURONS et BATIMENTS d'estive

BURONS et BATIMENTS d'estive BURONS et BATIMENTS d'estive Restauration Reconstruction Extension limitée --------------- PROCEDURE ADMINISTRATIVE Application de l'article L145 3 I du Code de l'urbanisme (Loi Montagne) 1 S O M M A I

Plus en détail

Atelier 2 ----- Assainissement et PLU. (Présentation Daniel Ougier)

Atelier 2 ----- Assainissement et PLU. (Présentation Daniel Ougier) Atelier 2 ----- Assainissement et PLU (Présentation Daniel Ougier) Constat En 2010, 10 dossiers PLU traités 1 dossier où la cohérence assainissement et urbanisme a été traitée de manière complète 5 dossiers

Plus en détail

CODE DE L'AMENAGEMENT DE LA POLYNESIE FRANÇAISE

CODE DE L'AMENAGEMENT DE LA POLYNESIE FRANÇAISE CODE DE L'AMENAGEMENT DE LA POLYNESIE FRANÇAISE PREMIERE PARTIE (DELIBERATIONS) PREAMBULE L'aménagement se définit comme l'action de prévoir et d'organiser l'utilisation physique de l'espace. Il vise à

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. ❶ Dispositions générales

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. ❶ Dispositions générales REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Le règlement du service définit les obligations mutuelles entre le service public de l'assainissement non collectif (SPANC) et ses usagers qui sont

Plus en détail

Règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif

Règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif Règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif Chapitre I Dispositions Générales Article 1 : Objet du règlement L'objet du présent règlement est de déterminer les relations antre les usagers

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

22/06/2015 IMP50PO5-2

22/06/2015 IMP50PO5-2 22/06/2015 REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC-SATESE 37) SATESE 37 Z.A du Papillon 3 Rue de l Aviation 37210 PARÇAY-MESLAY Tél : 02 47 29 47 37 / Fax : 02 47 29 47 38 Internet

Plus en détail

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme Entrée en vigueur le 1 er octobre 2007 Toute demande d autorisation déposée le 1 er octobre sera soumise au nouveau dispositif. Tout dépôt de déclaration

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF - RÈGLEMENT

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF - RÈGLEMENT ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF - RÈGLEMENT CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 : ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Par assainissement non collectif, on désigne tout système d'assainissement effectuant

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Le fonds de prévention des risques naturels majeurs dit «Fonds barnier» Les mesures subventionnables destinées aux particuliers et aux collectivités

Le fonds de prévention des risques naturels majeurs dit «Fonds barnier» Les mesures subventionnables destinées aux particuliers et aux collectivités Le fonds de prévention des risques naturels majeurs dit «Fonds barnier» Les mesures subventionnables destinées aux particuliers et aux collectivités Présentation du fonds Barnier Le fonds de prévention

Plus en détail

RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) Article 1 : Objet du règlement CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES L'objet du présent règlement est de déterminer les relations entre

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales 1 REGLEMENT DU SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) Sommaire Chapitre 1 er : Dispositions Générales Article 1 er : Assainissement non collectif : Article 2 : Objet du règlement : Article

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 8 décembre 2000 ----------------- Rapporteur : M. MANGOLD ----------------- N 10 CONVENTION POUR

Plus en détail

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti» l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»» Rappel réglementaire» Cas pratiques La mise en conformité «accessibilité et qualité d usage» du patrimoine existant ne se fera pas d un seul coup RAPPEL DES

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ;

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Vu la demande de permis introduite en date du 17 septembre 2003 par laquelle CLUB ALPIN BELGE -AILE FRANCOPHONE ASBL, ci-après dénommé( e ) l'exploitant, sollicite

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Commune de Givry Communauté d Agglomération Chalon Val de Bourgogne Plan Local d Urbanisme Modification simplifiée n 1 Notice Révision approuvée le 27 septembre 2012 Modification simplifiée n 1 Le 10 ème

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte La réglementation applicable aux autorisations d urbanisme vient d être significativement modifiée.

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

ELABORATION OU REVISION D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE

ELABORATION OU REVISION D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE ELABORATION OU REVISION D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE Adresse postale : du Loir-et-Cher 17, quai de l'abbé Grégoire 41012 Blois Cedex Téléphone : 02 54 55 73 50 Télécopie : 02 54 55 75

Plus en détail

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME 1/6 PROCEDURE ADAPTEE RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME MARCHÉ PUBLIC D ETUDES ET D ASSISTANCE [MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES] passé selon la

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Communauté de Communes REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Communauté de Communes REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article 1.1 - Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de déterminer les

Plus en détail

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR *Nom, prénom du demandeur : *Adresse actuelle : *Code Postal : Localité : *Numéro de téléphone : *Adresse électronique

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles La loi d accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) modifie l article L. 123-1-5 du code de l urbanisme et supprime le coefficient

Plus en détail

Études d urbanisme. Révision du Plan Local d Urbanisme

Études d urbanisme. Révision du Plan Local d Urbanisme Département du Gers COMMUNE DE EAUZE Études d urbanisme Révision du Plan Local d Urbanisme MARCHÉ PUBLIC D ÉTUDES ET D ASSISTANCE Procédure adaptée CLAUSES ADMINISTRATIVES ou TECHNIQUES Clauses administratives

Plus en détail