Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE"

Transcription

1 Quand faut il doser le fer sérique chez un sénior? Philippe CHASSAGNE

2 Jamais!!!! Merci pour votre attention.

3 Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire le diagnostic biologique - peut être absolue (stock) ou relative (fonctionnelle) - les effets non hématologiques de la carence martiale - les modalités thérapeutiques

4 Après 65 ans, prévalence de l anémie : 11 % chez l homme et de 10.2 % chez les femmes * % TF < 15 (NHANES III) et/ou ferritine (< 12) hyposidérémie sans carence martiale absolue Guralnick JM. Blood 2004

5 Anémie après 80 ans : 20 % Cause indéterminée Carence : folates, B12, fer FER 33 % : % % 33 % Anémie : maladie chronique

6 Le sujet âgé polymédicamenté à risque de carence martiale AVK : 1 million de sujets traités en France 40 % des sujets vus en consultation ou hospitalisés reçoivent (au moins) un AAP Et cela sans prendre en compte l auto-médicamentation (AINS +++ )

7 Carence martiale sans anémie : de nombreuses circonstances Syndrome des jambes sans repos (diminution de l expression des récepteurs à la Tf des neurones dopaminergiques) (1) Alopécie Prurit Mal absorption de la thyroxine (2) (1) Connor Jr brain 2011, (2) Fiaux E. Rev Med Int 2010

8 Carence martiale Absolue (stock), relative (fonctionnelle, transport) Comment les explorer?

9 Pool Absolue PERTE Relative * TRANSPORT Hb métabolique Ferritine réserve (< 30) (> 100) % sat TF transport (< 20) ou n l Sidérémie transport rs-tf fonctionnel n l Myélogramme** (Perls) * Anémie des maladies chroniques dont inflammatoires ** contenu en fer (indicateur < 10 % normoblastes)

10 In the real world - % sat TF, Ferritinémie : des amis connus, - Nb d Erytrocytes hypochromes * (N < 5%) - RS tf : un ami à connaître

11 Récepteur soluble à la Transferrine 49 sujets 80 ans, anémie et carence martiale Frottis médullaire + coloration Perls (normoblastes) Comparaison des modalités diagnostiques (sidérémie + % TF + ferritine) vs r TF vs Gold standard r TF soluble : se = 97 %, sp = 92 % Rimon E. Arch Intern Med 2002

12 COMMENT CELA FONCTIONNE?

13 Besoins : 40 mg/j (érythropoièse ++) Alimentation 1-2 mg /j Recyclage du fer des GR sénescents HEPCIDINE Système réticuloendothélial (macrophages)

14 Regulation martiale Absorption duodénale et recyclage depuis lesmacrophages : ferroportin

15 Hepcidine Hormone de l érythrorégulation Hyposidérémiante +++ Synthèse hépatique Elimination rénale (sa concentration augmente donc en cas d IRC +++) Dosages - H : mcg/l - F : mcg/l - En pratique jamais

16 Hepcidine : régulation Production Inflammation (IL) Surcharge martiale (% sat TF) IRC (corrélée au DFG) Inhibition Carence martiale Hypoxie Stimulation de l érythropoïèse (anémie, EPO)

17 Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire le diagnostic biologique - peut être absolue (stock) ou relative (fonctionnelle) - les effets hémato; et non hémato. de la carence martiale - les modalités thérapeutiques

18 Anémie : conséquences Déclin fonctionnel Déclin cognitif Qualité de vie Ré-hospitalisations fréquentes Survie diminuée

19 Carence martiale et insuffisance cardiaque à fonction systolique altérée Okonko DO. JACC 2011

20 Résultats 157 malades (FES < 0.45), âge = 71 ans 91 % NYHA stades II ou III, bilan martial 43 % ont une carence martiale (TF % < 20) Corrélation NYHA anémie troubles du métabolisme du fer Vo2 max si carence martiale La carence martiale a un pronostic péjoratif en termes de suivie (HR = 3.38) indépendant de l anémie.

21 Etude interventionnelle L administration en IV (étude RCT) de fer IV si insuffisance cardiaque à fonction systolique altérée et carence martiale (avec ou sans anémie) améliore les capacités fonctionnelles (NYHA) et l état de santé. Anker IS. NEJM 2009

22

23 Etude transversale, cohorte («In Chianti») n = sujets, 65 ans dont 40 % 75 ans 399 (21 %) ont une carence martiale absolue (ferritine) Mesure GDS (10 items) Question : liaison carence martiale, dépression?

24 OR Anémie* 1,53 Anémie + état de santé (perçu) 1,14 Ferritine (< 45) 1,37 * Ajustement : âge, sexe, statut social, état de santé

25 Donc : Liaison dépression, anémie, carence martiale (non linéaire pour la variable ferritine)

26 Fatigue 1/3 de la population adulte Insuffisance cardiaque, cancer +++ Qualité de vie Fatigue : indicateur de fragilité

27 Fatigue n = 144 femmes ; ans Inclusion : fatigue (EVA et questionnaire) sans anémie Exclusions : désordres psychologiques, troubles somatiques Etude contrôlée : fer (po, 80 mg/j) vs placebo, durée 4 semaines Verdon F. BMJ 2003

28 Résultats n EVA J30 p Fer 71 6,4 4,5.04 Placebo 65 6,5 5,6

29 La carence martiale est elle un marqueur biologique de Fragilité?

30 JAGS 2013;61:

31 Méthodes Cohorte NHANES III ( ) n = sujets, «Medicare» dont 39 % âgés de 75 ans ou plus saturation élevée ( 55 %) = 1,2 % saturation diminuée (< 20) = 31,7 %

32 Un pourcentage élevé (TF sat) ou diminué (carence martiale possible) s accompagne : - d un taux de décès supérieur (CTS < 20 % = 1,31) - d une DMS / an allongée CTS : marqueur de fragilité biologique?

33 Mais. carence martiale : - y pensez même sans anémie - en faire le diagnostic biologique - peut être absolue (stock) ou relative (fonctionnelle) - les effets non hématologiques de la carence martiale - les modalités thérapeutiques

34 Traitement de la cause Traitement de la carence - per os >> parentéral - prolongé (3 mois) - observance délicate En cas de non réponse

35 Traitement martial per os Dose souvent insuffisante (RECO. 200 mg/j) Fréquence des intolérances digestives : 20 % lorsque la posologie est 180 mg/j (1) Prise en dehors des repas La correction INITIALE de l anémie est associée à l arrêt prématuré du traitement martial (1) Rimon E. Am J Med 2005

36 En cas de non réponse Vérifier l observance «Daily Dose Defined» vs délivrance officinale Penser à une carence associée (vitamine C), à une achlorydrie (40 IPP +++) Penser à l IRC (vérifier le taux de ferritine avant recours aux ASE et vérifier la filtration glomérulaire si traitement martial) Formes injectables en hospitalisation

37 Traitement martial parentéral En France : - Fer «saccharoses» (Venofer ) - Fer «dextran» (Ferrisat ) - Fer «carboxymaltose» (Ferinject ) Indications : - échec voie orale - pré et postopératoire - IRC - carence martiale (de transport?)

38 Calcul des besoins (Formule de Ganzoni) - Déficit Fer (mg) = poids [kg] x Hb (cible-hb mesurée) [g/100 ml] x réserve de fer* [mg] - Ex : Femme : 50 kg, Hb : 9 g/dl Exemple (F) = 50 x Hb (12-9) x = 860 mg * Poids < 35 kg = 15 mg/kg Poids 35 kg = 500 Recommandations (Ferinject )

39 Commentaires

40 Carence martiale +/- anémie Un malade sur 5 après 80 ans : anémie Un tiers des anémies sont carentielles majoritairement en rapport à une carence martiale Marqueur pronostic, fragilité? Absolue ou relative (déficit)

41 . Carence martiale : ferritinémie, % sat TF, Rs tf (demain) compte des érythrocytes hypochromes,. Y penser dans l insuffisance cardiaque, fatigue, dépression, jambes sans repos, ASE. Traitement : per os et de plus en plus IV

42 MERCI A VOUS

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE. Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ANEMIE FERRIPRIVE DE LA FEMME ENCEINTE Pr. Gérard DINE Département EMV Centrale Paris Laboratoire Hématologie CH Troyes Métabolisme du fer choix des marqueurs Que doit-on mesurer

Plus en détail

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes

ANEMIE DU SUJET AGE. C.DAURIAC Chr Rennes ANEMIE DU SUJET AGE C.DAURIAC Chr Rennes DEFINITIONS DEFINITION d une ANEMIE: = définition de l OMS ( WHO) n < 13 g Hb / dl chez l homme n < 12 g Hb / dl chez la femme DEFINITION du SUJET AGE: = définition

Plus en détail

Anémie par carence martiale et grossesse

Anémie par carence martiale et grossesse Anémie par carence martiale et grossesse L anémie par carence martiale (ferriprive) est la première cause d anémie chez la femme enceinte (plus de 90 % des cas). La prévalence varie en fonction des populations,

Plus en détail

Gestion de l anémie au cours des MICI. Wafaa HLIWA Chu Ibn Rochd Casablanca

Gestion de l anémie au cours des MICI. Wafaa HLIWA Chu Ibn Rochd Casablanca Gestion de l anémie au cours des MICI Wafaa HLIWA Chu Ibn Rochd Casablanca Gestion de l anémie au cours des MICI Plusieurs étapes 1.Dépister l anémie: diagnostic positif 2.Faire le diagnostic du type d

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale

Item 222 : Anémie par carence martiale Item 222 : Anémie par carence martiale Date de création du document 01/02/2010 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une anémie par carence martiale. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du

Plus en détail

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR)

Suivi de l anémie chez les patients suivis à la clinique de la prévention optimale de l insuffisance rénale (PRÉVOIR) Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Suivi de l anémie chez les patients suivis DESCRIPTION : Ajustement de la dose des agents stimulants l érythropoïèse (ASE)

Plus en détail

Place du fer dans la prise en charge de l anémie

Place du fer dans la prise en charge de l anémie Place du fer dans la prise en charge de l anémie 100.000.000.000 a.ce que chacun voudrait avoir sur son compte en banque? b.la probable conversion Drachme/ si la Grèce sort de la Zone Euro? c.le nombre

Plus en détail

COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE. Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies?

COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE. Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies? COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET GROSSESSE Les recommandations périconceptionnelles sont elles suivies? L exemple du Fer Thierry Harvey Prévalence de l anémie chez les femmes en âge de procréer Un des dix facteurs

Plus en détail

les femmes enceintes en fer?

les femmes enceintes en fer? Pourquoi faut-il supplémenter les femmes enceintes en fer? Dr Sara DADOUN Anesthésie sie - Paris Plusieurs raisons L anémie /carence martiale est fréquente mais banalisée Les conséquences sont pourtant

Plus en détail

ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ

ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ Rédigé par le Docteur AL Couderc (Nice) ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE D après la communication orale de J. Belmin (Ivry-sur-Seine) 4 ème Monaco Age Oncologie - 21-22 mars 2013 2 D après la

Plus en détail

Surcharges en Fer : nouveautés en 2012 Philippe Sogni

Surcharges en Fer : nouveautés en 2012 Philippe Sogni Surcharges en Fer : nouveautés en 2012 Philippe Sogni AP-HP, service d Hépatologie, hôpital Cochin et Institut Cochin, CNRS (UMR 8104), INSERM U-1016, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité 1

Plus en détail

Heure : de 16h00 à 18h00 PLAN DU COURS

Heure : de 16h00 à 18h00 PLAN DU COURS Anémie ferriprives UE 1 : Hématologie Semaine : n 37 (du 12/09/16 au 16/09/16) Date : 13/09/2016 Heure : de 16h00 à 18h00 Professeur : Pr. Dupont Binôme : n 46 Correcteur : Remarques du professeur Diapos

Plus en détail

La surveillance biologique des traitements par dialyse

La surveillance biologique des traitements par dialyse La surveillance biologique des traitements par dialyse Pr Philippe BRUNET Centre de Néphrologie Assistance-Publique Hôpitaux de Marseille Hôpital de la Conception Tableaux de bord 4 points àsurveiller

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations)

Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Item 222 : Anémie par carence martiale (Évaluations) Date de création du document 01/02/2010 QCM QUESTION 1/10 : Quels paramètres suivants sont utiles pour distinguer une anémie par carence martiale d'une

Plus en détail

Hepcidine aspects analytiques et intérêts cliniques

Hepcidine aspects analytiques et intérêts cliniques Hepcidine aspects analytiques et intérêts cliniques F. Wolff Chimie Médicale, Hôpital Erasme - ULB Corata Nancy, 25/09/2013 Plan 1. Découverte, structure 2. Rôle de l hepcidine 3. Synthèse et voie de régulation

Plus en détail

Que signifie une hyperferritinémie?

Que signifie une hyperferritinémie? Que signifie une hyperferritinémie? Denis VITAL DURAND Centre de Compétence Régional pour les hyperferritinémies et surcharges en fer Médecine Interne - Centre Hospitalier Lyon Sud Les Jeudis de l Europe

Plus en détail

Monsieur T., 63 ans UPDATE MSD. Monsieur T., 63 ans

Monsieur T., 63 ans UPDATE MSD. Monsieur T., 63 ans UPDATE MSD FER EPO : c est si facile Dr Mathieu Nendaz Service de médecine interne générale Dr Kaveh Samii Service d hématologie 20.6.2011 Monsieur T., 63 ans Polisseur à la retraite anticipée, originaire

Plus en détail

LE FER DANS LA SANTE HUMAINE

LE FER DANS LA SANTE HUMAINE LE FER DANS LA SANTE HUMAINE Fe Fe 3+ Carole Peyssonnaux Equipe Hypoxie et homéostasie du fer UNITE 1016 UMR 8104 Le fer est un nutriment essentiel pour la plupart des organismes vivants Hémoglobobine

Plus en détail

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Carnet patient Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Avec la collaboration du Dr Didier Mayeur, CH de Versailles André Mignot - Le Chesnay et du Dr Claude Boiron, Institut Curie - Hôpital René

Plus en détail

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE dans une population gériatriqueg hospitalisée M ANDRO, A COUTARD, A GENTRIC SGOC 2012 Anémie chez le sujet âgé Définie par critères OMS: - = Hb

Plus en détail

Raouf HAFSIA. CMH Alger Mai Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba

Raouf HAFSIA. CMH Alger Mai Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba APPORT DU RECEPTEUR E E SOLUBLE LE DE LA TRANSFERRINE DANS LE DIAGNOSTIC DE LA CARENCE MARTIALE Raouf HAFSIA CMH Alger Mai 2009 Service Hématologie biologique Hôpital Aziza Othmana Tunis La Kasba raouf.hafsia

Plus en détail

Medi-Labo-Tech Anémie. Prof. M. Duchosal et Prof. B. Favrat 31 août 2017

Medi-Labo-Tech Anémie. Prof. M. Duchosal et Prof. B. Favrat 31 août 2017 Medi-Labo-Tech Anémie Prof. M. Duchosal et Prof. B. Favrat 31 août 2017 Anémie et état ferriprive: prise en charge I Diagnostic. Identifier la cause. Attention aux hommes adultes et femmes ménopausées.

Plus en détail

CLASSIFICATION DES ANEMIES (1) : LES ANEMIES HYPOCHROMES MICROCYTAIRES

CLASSIFICATION DES ANEMIES (1) : LES ANEMIES HYPOCHROMES MICROCYTAIRES CLASSIFICATION DES ANEMIES (1) : LES ANEMIES HYPOCHROMES MICROCYTAIRES Pr Vincent Praloran Dr Nicolas Lechevalier Laboratoire d Hématologie CHU Bordeaux et Université de Bordeaux 1 Classification des anémies

Plus en détail

ANALYSES OBSOLETES. Fer sérique Urée sanguine Vitesse de sédimentation Sérologie Coqueluche Maladie Coeliaque

ANALYSES OBSOLETES. Fer sérique Urée sanguine Vitesse de sédimentation Sérologie Coqueluche Maladie Coeliaque ANALYSES OBSOLETES Fer sérique Urée sanguine Vitesse de sédimentation Sérologie Coqueluche Maladie Coeliaque FER SERIQUE FER SERIQUE Facile à comprendre mais sans intérêt Alternative en cas de surcharge

Plus en détail

Les facteurs de variations de l activité des médicaments. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF

Les facteurs de variations de l activité des médicaments. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF Les facteurs de variations de l activité des médicaments Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF Variabilité de la réponse pharmacologique Pathologies associées : Insuffisance hépatique, rénale, cardiaque,

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 06 septembre 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 06 septembre 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 06 septembre 2014 Particularités de l anémie chez la personne agée Dr. M. Maerevoet Hématolgie Institut Bordet/ Hopital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation

Plus en détail

Erythropoïèse. Cours P2 Module Tissu sanguin. Cours P Vincent Praloran

Erythropoïèse. Cours P2 Module Tissu sanguin. Cours P Vincent Praloran Erythropoïèse Cours P2 Module Tissu sanguin Cours P2 2012-2013 Vincent Praloran Erythropoïèse Definitions et notions essentielles Aspects cellulaires Facteurs indispensables Synthèse et dégradation de

Plus en détail

Les erythropoïétines humaines recombinantes :

Les erythropoïétines humaines recombinantes : Les erythropoïétines humaines recombinantes : Utilisation en Néphrologie Dr Dominique BARRILLON Centre Hémodialyse CHU Nice - Hôpital Pasteur E.P.O. en Néphrologie 1989 : La Révolution E.P.O. L anémie

Plus en détail

Diagnostic d une hyperferritinémie. Yves Deugnier - Rennes Jean-Baptiste Nousbaum - Brest

Diagnostic d une hyperferritinémie. Yves Deugnier - Rennes Jean-Baptiste Nousbaum - Brest Diagnostic d une hyperferritinémie Yves Deugnier - Rennes Jean-Baptiste Nousbaum - Brest CONFLITS D INTÉRÊTS Néant Femme - 35 ans Cas #1 Fatigue Polyarthralgies Alcool = 0 BMI = 22 Père : phlébotomies

Plus en détail

Prise en charge de l hyperferritinémie Philippe Sogni

Prise en charge de l hyperferritinémie Philippe Sogni Prise en charge de l hyperferritinémie Philippe Sogni Université Paris-Descartes INSERM U-1223, Institut Pasteur; Paris Service d Hépatologie, hôpital Cochin, AP-HP Objectifs pédagogiques Connaître les

Plus en détail

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations 22ans ATCD :RAS Visite d embauche GR 6,2M Hb 10,8g/dl VGM 68fl CCMH 32% Diagnostic? Bêta Thalassémie mineure Examens utiles? -Fer sérique

Plus en détail

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Mémoire de DESC Libourne, 16 novembre 2008 Laure Crognier 2 problématiques du patient en

Plus en détail

Le traitement de l anémie en insuffisance rénale. Plan. Prévalence de l anémie de l IRC

Le traitement de l anémie en insuffisance rénale. Plan. Prévalence de l anémie de l IRC Le traitement de l anémie en insuffisance rénale Parce que même les meilleures intentions du monde doivent être guidées Sylvain Brunet, MD, FRCPC Néphrologue Plan Prévalence Définition Évaluation Mécanismes

Plus en détail

Cas clinique N 1

Cas clinique N 1 Cas clinique N 1 Mlle Gwenaëlle N. âgée de 30 ans, sans ATCD particulier, donneuse de sang vient à votre consultation avec sa NFP de l EFS, l invitant à consulter son MG. Cas clinique N 1 Cas clinique

Plus en détail

L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon?

L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon? L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon? V Garrigue Service de Néphrologie et Transplantation Rénale et Pancréatique Hôpital Lapeyronie Montpellier La prévalence

Plus en détail

Fatigue et Cancer. Cas clinique interactif A B C D

Fatigue et Cancer. Cas clinique interactif A B C D Fatigue et Cancer Cas clinique interactif A B C D www.canceraquitaine.org A B C D Cas clinique Une patiente de 58 ans en cours de traitement (chimiothérapie) se dit fatiguée à l effort et va voir son

Plus en détail

Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC

Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Erythropoiétines Recommandations 2006 de l EORTC Pierre Soubeyran Institut Bergonié Prise en charge Pas de traitement sans diagnostic de l anémie Inflammatoire, hémolytique, carence martiale, trouble nutritionnel,

Plus en détail

ANEMIE DU SUJET AGE. Eric PAUTAS. Court Séjour Gériatrique Hôpital Charles Foix Ivry/Seine GH Pitié Salpêtrière Charles Foix

ANEMIE DU SUJET AGE. Eric PAUTAS. Court Séjour Gériatrique Hôpital Charles Foix Ivry/Seine GH Pitié Salpêtrière Charles Foix ANEMIE DU SUJET AGE Eric PAUTAS Court Séjour Gériatrique Hôpital Charles Foix Ivry/Seine GH Pitié Salpêtrière Charles Foix Faculté Médecine P. et M. Curie, Paris 6 Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt

Plus en détail

EPO ET FER EN PÉRI-OPÉRATOIRE : LES BONNES RÈGLES DE PRESCRIPTION

EPO ET FER EN PÉRI-OPÉRATOIRE : LES BONNES RÈGLES DE PRESCRIPTION EPO ET FER EN PÉRI-OPÉRATOIRE : LES BONNES RÈGLES DE PRESCRIPTION Nadia Rosencher Service d Anesthésie-Réanimation, Hôpital Cochin, AP HP, 27, rue du Faubourg-St-Jacques, 75679 Paris Cedex 14, E-mail :

Plus en détail

Anémie microcytaire: fer ou pas fer, quoi faire? Johanna CLET JUPSO- 26 novembre 2011

Anémie microcytaire: fer ou pas fer, quoi faire? Johanna CLET JUPSO- 26 novembre 2011 Anémie microcytaire: fer ou pas fer, quoi faire? Johanna CLET JUPSO- 26 novembre 2011 Anémie microcytaire Baisse du taux de l hémoglobine Baisse du Volume Globulaire Moyen (VGM: Ht/n GR) Hypochrome: baisse

Plus en détail

Enquête SFVTT-01 Hémosidérose post-transfusionnelle des patients hospitalisés en Résultats du CHRU de NANCY

Enquête SFVTT-01 Hémosidérose post-transfusionnelle des patients hospitalisés en Résultats du CHRU de NANCY Enquête SFVTT-01 Hémosidérose post-transfusionnelle des patients hospitalisés en 2009-2010 Résultats du CHRU de NANCY Sylvie MONCHOVET Correspondant Hémovigilance CHRU Nancy Plan de l exposé Contexte Rappels

Plus en détail

Epidémiologie de la néphropathie diabétique

Epidémiologie de la néphropathie diabétique Epidémiologie de la néphropathie diabétique Dr. Cécile Couchoud, Registre REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie) Agence de la Biomédecine Estimation pour 2007: 4% de la population était

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

SEMIOLOGIE SYNDROME ANEMIQUE. Pr B.GROSBOIS Service de Médecine Interne Hôpital Sud CHU Rennes

SEMIOLOGIE SYNDROME ANEMIQUE. Pr B.GROSBOIS Service de Médecine Interne Hôpital Sud CHU Rennes SEMIOLOGIE SYNDROME ANEMIQUE Pr B.GROSBOIS Service de Médecine Interne Hôpital Sud CHU Rennes SYNDROME ANÉMIQUE Ø Définition Ø Physio-pathologie Ø Sémiologie clinique Ø Sémiologie biologique Ø Classification

Plus en détail

Prise en charge de l anémie au cours des MRC

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 Philippe'Rieu' Service'de'Néphrologie3Transplanta9on' CHU3Reims' EPO/EPO-R et Erythropoïèse GM-CSF G-CSF IL-3 GM-CSF IGF-1 IL-3 GM-CSF IL-9

Plus en détail

43 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Marseille, 5 7 novembre 2014 CARENCE MARTIALE

43 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Marseille, 5 7 novembre 2014 CARENCE MARTIALE ACNBH ODPC N 1495 43 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Marseille, 5 7 novembre 2014 CARENCE MARTIALE Pr Bruno BAUDIN (Hôpital Saint-Antoine, HUEP, AP-HP UFR Pharmacie Châtenay-Malabry)

Plus en détail

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES REFERENTIEL (mise à jour ; V. 3) RHECOM AG Bagnoles de l orne, 09/06/2012 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Service Hématologie Clinique - CHU Caen (( V1 06/2008 V2 06/2009 Réseau

Plus en détail

LIDO. Nous vous remercions de prendre le temps de répondre à l'enquête LIDO, réalisée par le Service ICAR (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris).

LIDO. Nous vous remercions de prendre le temps de répondre à l'enquête LIDO, réalisée par le Service ICAR (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris). Cher(e) Collègue, Nous vous remercions de prendre le temps de répondre à l'enquête, réalisée par le Service ICAR (CHU Pitié-Salpêtrière, Paris). Ce questionnaire ne vous prendra pas plus de 15 minutes.

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2016 N THESE. pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE. (DES de MEDECINE GENERALE) par

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2016 N THESE. pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE. (DES de MEDECINE GENERALE) par UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2016 N THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (DES de MEDECINE GENERALE) par Amélie Guyomard-Gaborit née le 03 juillet 1987 à Nantes Présentée

Plus en détail

Carence martiale du sujet âgé Conséquences cliniques et prise en charge

Carence martiale du sujet âgé Conséquences cliniques et prise en charge Synthèse Ger Psychol Neuropsychiatr Vieil 2014 ; 12 (supplément 2) : 11-5 Carence martiale du sujet âgé Conséquences cliniques et prise en charge Iron deficiency in elderly people Clinical presentation

Plus en détail

Carence Martiale en Obstétrique

Carence Martiale en Obstétrique JOROP 2017 Carence Martiale en Obstétrique Pr. Sigismond LASOCKI Département Anesthésie-Réanimation CHU Angers UMR CNRS 6214 INSERM 1083 Université d Angers Conflits d intérêts J ai, et/ou mon institution,

Plus en détail

Prise en charge d une insuffisance rénale

Prise en charge d une insuffisance rénale Prise en charge d une insuffisance rénale Définition et diagnostic différentiel IRC = évoluant depuis au moins 3 mois Diagnostic différentiel avec IRA: les arguments Cliniques: catégorie à risque, antécédents

Plus en détail

Anémies: def Hb < -2DS/age 2-6 mois Hb < 9.5 g/dl; 6 mois-4 ans Hb < 10 g/dl Au-delà puberté cf adulte

Anémies: def Hb < -2DS/age 2-6 mois Hb < 9.5 g/dl; 6 mois-4 ans Hb < 10 g/dl Au-delà puberté cf adulte Anémies: def Hb < -2DS/age 2-6 mois Hb < 9.5 g/dl; 6 mois-4 ans Hb < 10 g/dl Au-delà puberté cf adulte CHIC 2017 C. Pondarré 2/2 VGM bas= anémies microcytaires Def < 70fl + age en années jusqu'à 10 ans

Plus en détail

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Quoi de neuf en 2010? M.S. Gavard Courchevel, Avril 2010 Cibles d hémoglobine 1 Historique Chez l hémodialysé 2003: Taux

Plus en détail

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE?

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? FAUTIL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Dr Milicevic Martina Service de néphrologie, dialyse et hypertension CHR Citadelle, Liège Le 26 novembre

Plus en détail

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs,

EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN Seul le texte prononcé fait foi. Mesdames et Messieurs, EXPOSÉ CONFÉRENCE DE PRESSE DU BILAN 26 Date 11 avril 26 Contact Dr Barbara von Eisenhart Rothe, Medical Director, Vifor (International) SA Sujet Programme de développement clinique de Seul le texte prononcé

Plus en détail

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta CAS CLINIQUE Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta Observation: Jeune fille de 16 ans. Athlète pratiquant un sport de combat. Notion de séjour au cote d ivoire. Admise

Plus en détail

HEMOCHROMATOSE ET FOIE DE SURCHARGE

HEMOCHROMATOSE ET FOIE DE SURCHARGE CAS CLINIQUE HEMOCHROMATOSE ET FOIE DE SURCHARGE EPU FMC 14 décembre 2016 Dr Morgane BOURGEOIS-FUMERY HOMME, 54 ans Sédentaire ATCD: HTA (2000) sous BB- Dyslipidémie (2005) sous statines Notion de cytolyse

Plus en détail

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013

Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 EPO/EPO-R et Erythropoïèse Prise en charge de l anémie au cours des MRC Atelier CUEN 2013 Philippe Rieu Service de Néphrologie- Transplanta9on CHU- Reims CFU-GEMM GM-CSF G-CSF IL-3 Early BFU-E GM-CSF IGF-1

Plus en détail

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé Chère patiente, cher patient! Vous sentez-vous souvent sans énergie, fatigué, épuisé, déprimé? Avez-vous facilement

Plus en détail

HYDREA ET DREPANOCYTOSE. Dora BACHIR Centre de drépanocytose CHU Henri Mondor CRETEIL

HYDREA ET DREPANOCYTOSE. Dora BACHIR Centre de drépanocytose CHU Henri Mondor CRETEIL HYDREA ET DREPANOCYTOSE Dora BACHIR Centre de drépanocytose CHU Henri Mondor 94000 CRETEIL INTRODUCTION Importance du taux d Hb fœtale (Hb F) dans la sévérité de la drépanocytose Induction de l Hb F: -5Azacytidine

Plus en détail

Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans.

Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans. Cas clinique 1 Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans. Cette patiente d'origine de Taza consulte pour une asthénie d'apparition progressive depuis 6 mois associée à une dyspnée d effort. L

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT TOT HEMA, solution buvable en ampoule 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 décembre 2007 MIRCERA 50 µg/0,3 ml, solution injectable Boîte de 1 seringue préremplie (CIP : 381 514-5) MIRCERA 75 µg/0,3 ml, solution injectable Boîte de 1 seringue

Plus en détail

L anémie dans l insuffisance cardiaque

L anémie dans l insuffisance cardiaque L anémie dans l insuffisance cardiaque Étude rétrospective consécutive de 132 patients P ABASSADE, F RABENERINA, P GARCON, Y ANTAKLY, R CADOR Hôpital saint Joseph 185 rue Raymond Losserand 75014 Paris

Plus en détail

Faut-il saigner les patients atteints d hépatosidérose métabolique?

Faut-il saigner les patients atteints d hépatosidérose métabolique? Faut-il saigner les patients atteints d hépatosidérose métabolique? Hôpital de Bicêtre Catherine Buffet GIF 13.06.2009 Hépatosidérose métabolique : IR-HIO ( insuline resistance associated hepatic iron

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE)

Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE) Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) régionale : Prescription des Agents Stimulant l Erythropoïèse (ASE) SYNTHESE REGIONALE 1 Sommaire Contexte de l EPP :... 4 Objectif :... 4 Méthodologie :...

Plus en détail

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES Dr. Daniela DAVID Dr. Délia MAY 18e REUNION REGIONALE D HEMOVIGILANCE, STRASBOURG, 11 Décembre 2013 L anémie est une complication de l IRC (Insuffisance

Plus en détail

Prescription de CGR chez les sujets âgés de plus de 75 ans en gériatrie (CS, HDJ et SSR) : pertinence, modalités de prescription et déroulement de la

Prescription de CGR chez les sujets âgés de plus de 75 ans en gériatrie (CS, HDJ et SSR) : pertinence, modalités de prescription et déroulement de la Prescription de CGR chez les sujets âgés de plus de 75 ans en gériatrie (CS, HDJ et SSR) : pertinence, modalités de prescription et déroulement de la transfusion Contexte et méthode de l étude Contexte

Plus en détail

Qu est ce qu un patient fragile?

Qu est ce qu un patient fragile? Qu est ce qu un patient fragile? philippe.chassagne@chu-rouen.fr Sujet âgé «plus de 75 ans polypathologique polymédicamenté (?) risque de perte fonctionnelle et de dépendance syndromes gériatriques prise

Plus en détail

Forum DIABETE juin 2013, CHUV

Forum DIABETE juin 2013, CHUV Forum DIABETE 2013 27 juin 2013, CHUV La prise en charge de l insuffisance rénale liée au diabète Dr Anne Cherpillod Spécialiste FMH en Néphrologie et Médecine interne Forum DIABETE 2013 Clinique de la

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Transfusions de globules rouges homologues : produits indications, alternatives Hématologie, oncologie Novembre 2014 HÉMOGLOBINOPATHIES Adultes drépanocytaires

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT NUTRITIONNEL ET CHIRURGIE BARIATRIQUE DR STÉPHANIE CHABROUX ENDOCRINOLOGUE-NUTRITIONNISTE CLINIQUE MUTUALISTE DE LYON RÉSEAU DIALOGS

ACCOMPAGNEMENT NUTRITIONNEL ET CHIRURGIE BARIATRIQUE DR STÉPHANIE CHABROUX ENDOCRINOLOGUE-NUTRITIONNISTE CLINIQUE MUTUALISTE DE LYON RÉSEAU DIALOGS ACCOMPAGNEMENT NUTRITIONNEL ET CHIRURGIE BARIATRIQUE DR STÉPHANIE CHABROUX ENDOCRINOLOGUE-NUTRITIONNISTE CLINIQUE MUTUALISTE DE LYON RÉSEAU DIALOGS SOUMISE AUX RECOMMANDATIONS DE L HAS, LA CHIRURGIE BARIATRIQUE

Plus en détail

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique Dépister la DÉNUTRITION des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique en dehors de l enquête alimentaire et du dépistage des erreurs,

Plus en détail

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé

EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé EPUISEMENT, FATIGUE, DÉPRIME? La carence en fer un mal très répandu, souvent sous-estimé Chère patiente, cher patient! Vous sentez-vous souvent sans énergie, fatigué, épuisé, déprimé? Avez-vous facilement

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Situation fréquente. Physiopathologie multifactorielle +++ : Infiltration

Plus en détail

VITAMINE LIPOSOLUBLE

VITAMINE LIPOSOLUBLE VITAMINE LIPOSOLUBLE Double origine Endogène : rayons UV photolysent, le 7-déhydrocholestérol en pré-vitamine D3 60-70% Alimentaire : poissons, viandes, œufs, foie 30-40% ACTIVITE METABOLIQUE Vitamine

Plus en détail

L HYPERFERRITINEMIE. 15 minutes. Dr ZANDITENAS David hépatologue 1

L HYPERFERRITINEMIE. 15 minutes. Dr ZANDITENAS David hépatologue 1 L HYPERFERRITINEMIE en 15 minutes Dr ZANDITENAS David hépatologue 1 Objectifs pédagogiques Connaître les mécanismes de l Hyperferritinémie Savoir reconnaître une Hémochromatose génétique Savoir la rapporter

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 VENOFER 100 mg/5 ml, solution injectable (IV) 5 ampoules en verre de 5 ml (CIP 561 896-3) Laboratoire VIFOR France (titulaire) Exploitant laboratoire

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hyperferritinémie. Marie-Angèle ROBIC CHU TOULOUSE Hôpital Purpan

Conduite à tenir devant une hyperferritinémie. Marie-Angèle ROBIC CHU TOULOUSE Hôpital Purpan Conduite à tenir devant une hyperferritinémie Marie-Angèle ROBIC CHU TOULOUSE Hôpital Purpan Ferritine Protéine de stockage du fer (hépatocytes et système macrophagique) Protéine de la réaction inflammatoire

Plus en détail

S.VIENNOT DES 17/01/2009

S.VIENNOT DES 17/01/2009 S.VIENNOT DES 17/01/2009 Les hémochromatoses diagnostic Classification Traitement de la surcharge martiale Objectifs Différents types de ttt déplétifs Modalités du ttt d induction surveillance Contre-indications

Plus en détail

Patrick FIEVET, GHPSO (Creil - Senlis) Photo: Mines de Fer d Annaba (Algérie)

Patrick FIEVET, GHPSO (Creil - Senlis) Photo: Mines de Fer d Annaba (Algérie) Patrick FIEVET, GHPSO (Creil - Senlis) Photo: Mines de Fer d Annaba (Algérie) Mécanismes de la carence martiale au cours de l IRC Augmentation des pertes sanguines Investigations invasives Prélèvements

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

Aspects Hématologiques de la Maladie de Gaucher - Pathologies bénignes -

Aspects Hématologiques de la Maladie de Gaucher - Pathologies bénignes - Aspects Hématologiques de la Maladie de Gaucher - Pathologies bénignes - Journée CETG Paris 26 novembre 2010 M Berger Hématologie Biologique-Immunologie HEMATOLOGIE (Biologie) CHU de Clermont-Fd UPRES

Plus en détail

Les Anémies Carentielles de l'enfant

Les Anémies Carentielles de l'enfant Les Anémies Carentielles de l'enfant I. DEFINITION : L'anémie se définie par la diminution de la quantité d Hb circulante avec ou sans diminution du nombre de globule rouges. Cette définition laisse prévoir

Plus en détail

SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D

SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D PHYSIOLOGIE DE LA VITAMINE D ET INTERÊTS CLINIQUES Leila LAMANUZZI, PhD Métabolisme de la Vitamine D http://www.jci.org Volume 116 Number 8 August 2006 2/60 Métabolisme de

Plus en détail

Le chuteur justifiant ou traité par anticoagulants : le challenge.

Le chuteur justifiant ou traité par anticoagulants : le challenge. Le chuteur justifiant ou traité par anticoagulants : le challenge. philippe.chassagne@chu-rouen.fr Femme 77 ans, FA depuis un an, démence légère, vit seule (Résidence Personne Agée). ATCD : AVC ischémique

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Papy Muhoya-Djungayane Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Techniques hématologiques Préambule Cet ouvrage qui rassemble la plupart des techniques hématologiques utilisées dans

Plus en détail

LE SYNDROME (DYS)METABOLIQUE LES NASH

LE SYNDROME (DYS)METABOLIQUE LES NASH LE SYNDROME (DYS)METABOLIQUE LES NASH LE SYNDROME DYSMETABOLIQUE DEFINITION Le critère principal le surpoids, l obésité avec - un PA > 94 chez l homme - un PA > 80 chez la femme. Avec deux ou plus des

Plus en détail

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE 25 mai 2016 INTRODUCTION Qu'est ce que l'insuffisance

Plus en détail

Risque infectieux résiduel. Introduction : Pourquoi développer des stratégies d épargne transfusionnelle?

Risque infectieux résiduel. Introduction : Pourquoi développer des stratégies d épargne transfusionnelle? Dr Cécile Degryse Introduction : Pourquoi développer des stratégies d épargne transfusionnelle? Techniques d épargne transfusionnelle Pré op Per op Post op SAR I Orthopédie 29/01/2015 Techniques d épargne

Plus en détail

Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations)

Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations) Item 297 : Orientation diagnostique devant une anémie (Evaluations) Date de création du document 01/02/2010 QUESTION 1/10 : QCM Une «fausse anémie» par hémodilution est habituelle au cours de : A - la

Plus en détail

Les dosages des antifongiques dans les infections àcandida

Les dosages des antifongiques dans les infections àcandida Les dosages des antifongiques dans les infections àcandida Stéphane BOUCHET Laboratoire de Pharmacologie clinique et toxicologie CHU Pellegrin Optimisation traitement : interactions Patient/Champignon/Antifongique

Plus en détail

Gylna LOKO, CHU Martinique

Gylna LOKO, CHU Martinique La surcharge en fer post-transfusionnelle dans la drépanocytose 3 èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique Gylna LOKO, CHU Martinique Introduction Objectif de plus en plus prioritaire 1 concentré

Plus en détail

L hôpital, un acteur pour le bien être?

L hôpital, un acteur pour le bien être? L hôpital, un acteur pour le bien être? «en perte d autonomie» Louvain, 27/03/2014 Marie de Saint Hubert gériatre Dias et travail réalisés avec le soutien de l équipe interdisciplinaire de gériatrie :

Plus en détail

Lactoferrine et Anémie. Thierry Harvey

Lactoferrine et Anémie. Thierry Harvey Lactoferrine et Anémie Thierry Harvey Quelques rappels Valent mieux que de ne pas comprendre La carence martiale dans le monde carence la plus fréquente dans le monde deux milliards de personnes population

Plus en détail

Université de Poitiers Faculté de Médecine et Pharmacie

Université de Poitiers Faculté de Médecine et Pharmacie Université de Poitiers Faculté de Médecine et Pharmacie ANNEE 2014 Thèse n THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (décret du 16 janvier 2004) présentée et soutenue publiquement le 1 er Octobre

Plus en détail