COMMUNE DE KANFEN. ZAC de Raville CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET PAYSAGERES ANNEXE 3 : DU CAHIER DES CHARGES DE CESSION DE TERRAIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNE DE KANFEN. ZAC de Raville CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET PAYSAGERES ANNEXE 3 : DU CAHIER DES CHARGES DE CESSION DE TERRAIN"

Transcription

1 COMMUNE DE KANFEN ZAC de Raville CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET PAYSAGERES ANNEXE 3 : DU CAHIER DES CHARGES DE CESSION DE TERRAIN Phase 1 - Avril 2014

2 page 2/40

3 SOMMAIRE PREAMBULE 5 ARTICLE 1 : OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL INTERDITES 7 ARTICLE 2 : OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DES SOLS ADMISES SOUS CONDITIONS 7 ARTICLE 3 : ACCES ET VOIRIE 7 ARTICLE 4 : RESEAUX 8 ARTICLE 5 : CARACTERISTIQUES DES TERRAINS 9 ARTICLE 6 : IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS PAR RAPPORT AUX VOIES ET EMPRISES PUBLIQUES 10 ARTICLE 7 : IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS PAR RAPPORT AUX LIMITES SEPARATIVES 11 ARTICLE 8 : IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS LES UNES PAR RAPPORT AUX AUTRES SUR UNE MEME PROPRIETE 11 ARTICLE 9 : EMPRISE AU SOL 12 ARTICLE 10 : HAUTEUR MAXIMUM DES CONSTRUCTIONS 12 ARTICLE 11 : ASPECT EXTERIEUR 12 ARTICLE 12 : STATIONNEMENT 17 ARTICLE 13 : ESPACES LIBRES ET PLANTATIONS 18 LISTE DES VEGETAUX PRECONISES POUR LES HAIES ET JARDINS 19 NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES 25 DOCUMENT GRAPHIQUE : DISPOSITIONS PARTICULIERES 33 DOCUMENT GRAPHIQUE : PLAN-MASSE DES PLANTATIONS 37 page 3/40

4 page 4/40

5 Z.A.C. de Raville CAHIER DES CHARGES DE CESSION DE TERRAINS Cahier des prescriptions architecturales et paysagères PREAMBULE 1. La présente annexe au cahier des charges a pour but de fixer les droits, charges et obligations incombant au «vendeur» et aux «acquéreurs» de lot. 2. Les prescriptions de la présente annexe au cahier des charges ne se substituent ni aux prescriptions du Plan Local d Urbanisme (PLU), ni aux prescriptions du Plan de Prévention des Risques Naturels - Mouvements de terrains (PPRN), mais s y ajoutent. Si une contradiction venait à apparaître entre le cahier des charges de la ZAC et le règlement du PLU ou du PPRN, seule la prescription concernée du PLU ou du PPRN serait appliquée. 3. Une étude de sols préliminaire a été réalisée par l aménageur en 2012 à l échelle de la ZAC. Cette étude devra être consultée par l acquéreur avant le dépôt du permis de construire (PC). Elle lui permettra notamment d établir la note de calcul hydraulique qui doit être adressée au bureau d études infrastructure. 4. L édification des clôtures est soumise à déclaration préalable. 5. Les démolitions de constructions sont soumises à permis de démolir. 6. D une manière générale, tous les projets devront être contrôlés (dès la phase d esquisse) par l architecte-conseil responsable de la ZAC, puis validés par l aménageur. La procédure à respecter impérativement pour le dépôt d un PC est la suivante : a. En amont du projet, le preneur rencontre l architecte conseil qui lui présente la ZAC, les grands principes qui ont présidé à la conception du plan de composition et lui indique les possibilités de construire en évoquant les règles de construction propres à la ZAC. b. Le preneur envoie à l architecte-conseil et au bureau d études infrastructures (voir note relative à la gestion des eaux pluviales sur la parcelle intégrée au présent cahier) ses plans au fur et à mesure de l avancement du projet et échange avec eux. Le preneur envoie à l architecte-conseil, au bureau d études infrastructures et à la Sodevam les plans de son PC. c. L architecte-conseil rédige sous 10 jours un avis sur le projet, qui intègre : - l esthétique du projet - l élévation théorique du bâtiment par rapport au terrain - l insertion harmonieuse du bâtiment par rapport aux parcelles voisines - sa conformité aux règlements d urbanisme Cet avis sera transmis à la Sodevam avec les plans du projet, accompagnés d un profil de façade sur rue intégrant les constructions voisines. d. L architecte-conseil, le bureau d études infrastructures et la Sodevam sont à la disposition du preneur pendant sa phase d étude, pour toutes précisions et mises au point nécessaires. e. Une fois le projet validé, la Sodevam envoie au preneur l attestation de Surface de Plancher. Celui-ci dépose ensuite en mairie (service urbanisme) son PC, accompagné de l attestation de Surface de Plancher transmise par la Sodevam, de l avis de l architecte conseil, de l avis du bureau d études infrastructure sur le volet hydraulique, et d une étude géotechnique pour les terrains concernés par le Plan de Prévention des Risques Miniers (PPRM). 7. Le rôle de l architecte-conseil est triple. Tout d abord, l architecte-conseil veille à la bonne insertion paysagère des constructions de la ZAC, qui doivent respecter certains principes organisationnels propres à Kanfen : page 5/40

6 a. Le village est implanté au pied des côtes de Moselle et bénéficie de belles ouvertures visuelles sur le Staufenberg et le Kudertberg. Les cônes de vue - en direction de la chapelle notamment - devront si possibles être préservés. b. Le vieux village accueille un bâti typique des villages-rues lorrains. Certaines caractéristiques de ce bâti traditionnel devront être appliquées dans la ZAC, par exemple la forme de la toiture (2 pans avec l orientation du faîtage parallèle à la rue), l utilisation de tuiles comme seul matériau de couverture, l interdiction d appliquer des couleurs agressives sur les façades, le respect au moins partiel de l esprit «usoir» devant la maison,... c. La végétation autour du village est constituée d essences locales qui sont adaptées aux conditions climatiques, à la nature du sol, et qui ont un rôle essentiel à tenir dans la préservation de la biodiversité du monde rural. Les haies, les boisements et la végétation des cours d eau sont particulièrement importants car ils stabilisent les terres et constituent des corridors biologiques permettant le déplacement de la micro-faune à travers le paysage agricole. La ZAC se situant en limite de cet espace agricole, la végétation qui y sera implantée devra rester en connexion et en cohérence avec celle du grand paysage. Ensuite, l architecte-conseil donne au pétitionnaire des pistes de réflexion sur l habitat bioclimatique : recherche d une certaine compacité des bâtiments, rapport entre matériaux de construction et isolation thermique, implantation de la maison et de la végétation par rapport à la course du soleil et aux vents dominants, séparation des volumes chauds des volumes froids, limitation de l imperméabilisation des sols extérieurs,... Enfin, il est chargé de veiller à la préservation et à la mise en valeur des ressources en eau, c està-dire la bonne mise en oeuvre des dispositifs de stockage et d infiltration des eaux pluviales sur les parcelles. L objectif est de limiter le ruissellement de l eau vers le milieu naturel (notamment pour éviter le débordement et la pollution des ruisseaux), et d éviter la construction d un réseau public enterré d assainissement des eaux de pluie. Emprise de la zone orange «O2» du PPRN (risque faible => constructible sous conditions => étude géotechnique obligatoire) page 6/40

7 ARTICLE 1 : OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL INTERDITES Enjeux et objectifs Garantir une qualité de vie au sein du quartier en interdisant des installations inadaptées à la vocation d habitat. Voir les dispositions du PLU en vigueur ARTICLE 2 : OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DES SOLS ADMISES SOUS CONDITIONS Enjeux et objectifs Définir la vocation principale du quartier en définissant quelles sont les installations qui sont admises et sous quelles conditions. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : Les cabanes de chantier sont autorisées à condition qu elles soient implantées temporairement, à savoir pendant la période correspondant à la durée du chantier. ARTICLE 3 : ACCES ET VOIRIE Enjeux et objectifs Définir des caractéristiques de voiries adaptées aux usages du quartier. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : 1. Sur l ensemble des parcelles de terrains à bâtir, une entrée charretière sera aménagée par l acquéreur après la construction du bâti. Ces entrées charretières permettront le stationnement d un ou de deux véhicules (hors emprise chaussée et trottoir); elles constitueront des espaces non clos, traités en matériaux qualitatifs. 2. Des pré-entrées charretières seront aménagées par l aménageur sur l espace public (sur la noue ou à défaut sur le trottoir) et constitueront les seuls accès automobiles aux parcelles autorisés. Cette limitation à un seul accès par parcelle permettra d une part d assurer une bonne continuité des haies arbustives, et d autre part de préserver les fonctions hydrauliques et les plantations des noues (un seul franchissement de noue par parcelle). 3. En phase chantier (lors de la construction du bâti), la pré-entrée charretière constituera déjà le seul accès autorisé à la parcelle. Afin de la protéger des dégradations, un lit de sable doublé d une toile forte (avec ancrages latéraux) sera posé par l acquéreur sur la pré-entrée charretière pendant toute la durée du chantier. 4. Chaque acquéreur doit étudier et adapter l implantation de sa maison et plus particulièrement de son entrée en fonction de la position définitive des ouvrages de réseaux en émergence (candélabres, poteaux, coffret, bornes de téléphone, ). page 7/40

8 Coupe de principe sur une rue bordée par une noue : Les eaux de pluie ruissellent depuis le trottoir jusqu à la noue, en traversant la chaussée et la bande de stationnement. La noue joue le rôle de rétention pendant la période de pluie, puis d infiltration dans le sol au cours des heures ou des jours qui suivent. Il ne s agit donc pas d un simple fossé d évacuation des eaux, mais d un véritable ouvrage hydraulique au fonctionnement complexe. ARTICLE 4 : RESEAUX Enjeux et objectifs - Garantir une qualité de vie au sein du quartier en assurant sa desserte par les réseaux de confort. - Gérer les eaux pluviales par des techniques alternatives pour préserver l environnement, améliorer la qualité du paysage urbain et éviter les risques d inondation. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : Traitement des eaux pluviales Les eaux pluviales privées seront recueillies sur les parcelles privées. Dans le cas d une évacuation par épandage superficiel, le projet d épandage et de stockage (plan + coupe) ainsi que la note de calcul hydraulique sont à joindre à la demande de permis de construire (voir la note relative à la gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives annexée au présent document). Le bureau d études techniques missionné par l aménageur peut être sollicité à tout moment de la conception du projet. Le traitement des eaux pluviales à même la parcelle permet d éviter tout rejet dans le réseau d assainissement public. Ainsi, il n est pas nécessaire de construire un réseau public de canalisations d eaux pluviales qui, s il existait, rejetterait ses eaux dans un cours d eau en aval du quartier, au risque de provoquer une pollution ou une inondation plus loin sur son parcours. Les eaux de pluie ne seront pas non plus reversées dans le réseau de canalisations d eaux usées, cela pour ne pas saturer et rendre inopérante la station d épuration en cas de fortes précipitations. Ce dispositif de traitement alternatif des eaux pluviales sur le domaine privé va de pair avec celui qui a été mis en place par l aménageur sur le domaine public (noues de stockage et d infiltration). Seule cette complémentarité permet d éviter la pose d un réseau enterré d évacuation des eaux de pluie. page 8/40

9 Traitement des eaux usées Les eaux usées seront raccordées sur la boîte de branchement eaux usées prévue à cet effet, les branchements sont à la charge de chaque acquéreur. Raccordements aux réseaux Pour déterminer les niveaux de constructions et les raccordements aux réseaux, chaque acquéreur vérifiera sur place l emplacement et les niveaux exacts des regards de branchements réalisés. Chaque parcelle sera équipée en limite de parcelle de : - un regard compact pour l eau potable - un coffret électrique avec télé report - un regard pour le réseau de télécommunication avec fourreaux pour éventuelle fibre optique future - une boîte de branchement eaux usées - un branchement au gaz de ville - un drain eaux pluviales (qui ne servira qu en cas de précipitations très exceptionnelles, pour une éventuelle surverse dans les noues publiques, voir la note relative à la gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives). ARTICLE 5 : CARACTERISTIQUES DES TERRAINS Enjeux et objectifs - Garantir une bonne qualité de vie. - Gérer les eaux pluviales par des techniques alternatives pour préserver l environnement et éviter les risques d inondation. 1. Les terrains devront permettre l aménagement d un système de gestion des eaux pluviales à la parcelle (voir la note relative à la gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives annexée au présent document). 2. Les parcelles situées le long de la RD15 bénéficieront d un merlon paysager antibruit en fond de jardin. Il sera aménagé par l aménageur conformément à l article 11 du présent cahier des charges. page 9/40

10 ARTICLE 6 : IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS PAR RAPPORT AUX VOIES ET EMPRISES PUBLIQUES Enjeux et objectifs - Garantir une cohérence urbaine au quartier en privilégiant une coordination harmonieuse de l implantation des constructions. - Valoriser le quartier et les constructions en donnant une identité paysagère et urbaine au quartier. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : 1. Les constructions s implanteront conformément aux dispositions particulières inscrites sur le document graphique annexé au présent cahier des charges. Pour les parcelles qui ne seraient pas concernées par une telle disposition, seules les prescriptions du PLU seront appliquées. 2. Les constructions devront être implantées en respectant les principes du bioclimatisme à savoir le respect du site et de son environnement, de façon notamment à permettre un ensoleillement optimal afin de bénéficier des apports solaires (façades vitrées au sud, faibles ouvertures au nord, compacité du volume). Il est demandé d implanter la construction principale de façon à libérer un maximum d espace au sud de la parcelle pour garantir une zone d ensoleillement maximale. 3. Les garages ne s implanteront pas à moins de 5 mètres de l emprise de la voie publique desservant le lot sauf contraintes particulières. 4. Les haies et clôtures sur rue respecteront les prescriptions de l article 11 du présent cahier des charges ainsi que le plan masse des plantations annexé. page 10/40

11 ARTICLE 7 : IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS PAR RAPPORT AUX LIMITES SEPARATIVES Enjeux et objectifs - Organiser le paysage urbain par une implantation maîtrisée sur les limites séparatives (maisons groupées, maisons jumelées, maisons isolées). - Limiter les déperditions thermiques et limiter les travaux d entretien des pignons en favorisant la mitoyenneté. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : 1. Lorsqu une construction principale s implante sur limite séparative, la mitoyenneté doit se faire par les pignons des garages ou par les pignons principaux, en aucun cas une mitoyenneté garage/ pignon de la construction principale ne sera acceptée sauf contraintes techniques particulières et pour les pavillons seniors. Cette prescription permet à la fois d assurer l harmonie des volumes bâtis et de limiter les déperditions thermiques entre les constructions chauffées et non chauffées. 2. Les haies et clôtures séparatives respecteront les prescriptions de l article 11 du présent cahier des charges. ARTICLE 8 : IMPLANTATION DES CONSTRUCTIONS LES UNES PAR RAPPORT AUX AUTRES SUR UNE MEME PROPRIETE Enjeux et objectifs - Garantir une cohérence des volumes et éviter l implantation dispersée d édicules impactant le paysage urbain. - Sortir les garages et annexes des volumes bâtis principaux, de manière à ne pas créer de déperdition thermique. Voir les dispositions du PLU en vigueur page 11/40

12 ARTICLE 9 : EMPRISE AU SOL Enjeux et objectifs - Définir et coordonner les emprises maximales des implantations bâties sur les parcelles. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : Afin de préserver certains cônes de vue, des parties de parcelles ne sont pas constructibles. Se référer aux dispositions particulières inscrites sur le document graphique annexé au présent cahier des charges. ARTICLE 10 : HAUTEUR MAXIMUM DES CONSTRUCTIONS Enjeux et objectifs - Inciter la construction en étage pour minimiser l emprise au sol des constructions et par là limiter la consommation de foncier nu ainsi que l imperméabilisation des sols tout en favorisant des constructions compactes. - Maîtriser la hauteur des constructions pour réduire l impact paysager. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : Les constructions auront un aspect compact plutôt qu étalé, avec un étage plutôt que de plain-pied (hormis pour les pavillons seniors), limitant la consommation de foncier ainsi que l imperméabilisation des sols et la déperdition énergétique. ARTICLE 11 : ASPECT EXTERIEUR Enjeux et objectifs - Permettre une intégration paysagère hamonieuse du nouveau quartier dans son environnement urbain et paysager. - Promouvoir une architecture de qualité. - Encourager les constructions qui respectent la topographie naturelle des terrains. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : Le volume, les éléments de façade et de toiture : 1. Pour les toitures à pans, le faîtage du volume principal s implantera conformément aux dispositions particulières inscrites sur le document graphique annexé au présent cahier des charges. En l absence de dispositions particulières, le sens de faîtage du volume principal sera parallèle à la voie (ou à l une des voies dans le cas d une parcelle d angle); dans le cas d une voie courbe, le faîtage pourra également être perpendiculaire à l une au moins des limites latérales. page 12/40

13 2. Les lucarnes (modèle jacobine ou capucine) et les gerbières sont autorisées; les lucarnes de modèle chien-assis ou chien-couché son interdites. Illustrations de lucarnes autorisées : (Source : Dicobat) Exemple de lucarne jacobine (= à deux pans) Exemple de lucarne capucine (= à croupe) Exemple de gerbière (= lucarne pendante) Illustrations de lucarnes proscrites : (Source : Dicobat) Exemple de lucarne rampante (= chien couché) Exemple de chien-assis (= lucarne demoiselle ou retroussée) 3. Les pignons devront être traités comme des façades à part entière. 4. Les balcons et terrasses saillants ainsi que les vérandas ne sont pas autorisés sur la façade sur rue, à moins que cette façade soit orientée en direction du sud. Les loggias sont autorisées. page 13/40

14 L aspect et la couleur : 1. Pour les enduits, les couleurs ne devront pas être brillantes. Les couleurs des enduits devront respecter la palette disponible en mairie. 2. Les capteurs solaires sont autorisés, dès lors qu ils sont positionnés en cohérence avec l architecture des constructions. c est à dire comme faisant partie de la composition d ensemble des façades et de la toiture. 3. Dans la mesure du possible, les annexes devront s harmoniser par leur aspect (couleur, matériaux,...) avec la construction principale. L adaptation au sol : Les constructions s adapteront étroitement au profil du terrain naturel, de manière à effectuer le moins possible de déblais et de remblais autour de la construction. Exemples de maisons sur butte (avec remblais très importants), à proscrire : Exemples d aménagements nécessitant des déblais importants, à proscrire : Exemple d insertion dans la pente pour une maison à 2 niveaux superposés : Exemple d insertion dans la pente pour une maison à demi-niveaux décalés : page 14/40

15 Les haies et clôtures en limites séparatives : - Les clôtures séparant les parcelles seront de préférence à claire-voie et implantées sur les limites séparatives, doublées ou non par des haies. - Si deux entrées charretières sont positionnées côte à côte, de part et d autre dune limite séparative, elles ne pourront être séparées ni par une haie, ni parc aucun autre dispositif de clôture. - Les protections visuelles plastifiées sont interdites. Les haies et clôtures sur l espace public (hors RD15) : - Les haies donnant sur les espaces publics et sur les entrées charretières seront plantées sur les parcelles privées par l aménageur et devront obligatoirement être maintenues et entretenues par l acquéreur. - Elles seront doublées ou non d un dispositif à claire-voie en bois, métal ou en plastique recyclé implanté en retrait par rapport aux haies, de 0,80 mètre minimum à 1 mètre maximum de l espace public ou de l entrée charretière. Les portails ne sont pas tenus de respecter ce retrait de 0,80 à 1 mètre. Contrairement aux haies, ces éventuels dispositifs de clôtures seront aménagés par l acquéreur et à sa charge. - Les protections visuelles plastifiées sont interdites. - La hauteur des haies et des clôtures ne dépassera pas 1,50m sur rue. - Les entrées charretières ne seront pas clôturées côté rue. page 15/40

16 Les haies et clôtures le long de la RD15 : - Sur les parcelles située au sud de la ZAC et comportant une partie de merlon anti-bruit, le dispositif de clôture le long de la RD15 sera aménagé sur les parcelles privées par l aménageur et devra obligatoirement être maintenu et entretenu par l acquéreur. - La clôture sera implantée sur le versant du merlon orienté vers la RD15. Elle sera constituée d un dispositif à claire-voie en maillage rigide, implanté sur la limite parcellaire, et doublé de plantations d essences locales en cépé (arbustes étoffés plutôt qu arbres de hautes tiges). Exemple d implantation des végétaux sur le merlon page 16/40

17 Les matériaux de sol : - Dans le cadre de la gestion des eaux de pluie à la parcelle, les matériaux de sol seront de préférence perméables. S ils ne le sont pas, ils devront obligatoirement rentrer dans le calcul d imperméabilisation pour le dimensionnement de l ouvrage d infiltration sur la parcelle (voir annexe hydraulique). Exemples de dallages et pavages jointoyés avec des matériaux perméables (terre végétale, sable,... mais pas de ciment) Exemples de dalles-gazon sous forme de grilles, en béton (à gauche) et en plastique (à droite) ARTICLE 12 : STATIONNEMENT Enjeux et objectifs - Libérer au maximum l espace public de l emprise de la voiture en privilégiant le stationnement sur l espace privé ou/et par poches de stationnement. - Intégrer le stationnement des cycles en amont du projet. Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : 1. Le stationnement de tous véhicules est strictement interdit sur les noues, cela afin d en garantir le bon fonctionnement hydraulique et la pérennité des plantations. 2. Les carports sont autorisés (hors entrées charretières). 3. Les espaces de stationnement sur parcelles (hors entrées charretières) seront systématiquement aménagés de façon paysagère afin de limiter leur présence visuelle et favoriser la perméabilité des sols. page 17/40

18 ARTICLE 13 : ESPACES LIBRES ET PLANTATIONS Enjeux et objectifs - Renforcer le caractère paysager de la parcelle et du quartier et apporter des respirations entre les bâtiments. - Assurer la continuité de la végétation entre espaces publics et espaces privés nécessaire à la préservation de la biodiversité. - Favoriser grâce à cette forte présence du végétal la baisse des températures estivales, la captation des poussières et du CO². Voir les dispositions du PLU en vigueur Prescriptions particulières : 1. Arbres : - les arbres devront être plantés en veillant à ne pas créer d ombres portées sur les façades voisines orientées au sud - il sera planté au minimum un arbre fruitier par parcelle. 2. Haies : - les haies monovariétales (= une seule essence) sont déconseillées - les thuyas sont déconseillés - la proportion de végétaux persistants (= dont le feuillage ne sèche pas en hiver) ne pourra en aucun cas dépasser la moitié de la haie (aussi bien en nombre de pieds qu en linéaire) - aucune restriction n est faite sur la gestion des ports (port libre ou taillé), dans la limite des éventuelles restrictions de hauteur de l article 11 du présent cahier des charges. 3. Une liste de végétaux préconisés est annexée au présent document. D une manière générale, les essences locales seront privilégiées par rapport aux essences exotiques. page 18/40

19 LISTE DES VEGETAUX PRECONISES POUR LES HAIES ET JARDINS page 19/40

20 Liste des végétaux préconisés pour les plantations en limites de parcelles (haies) : Voir prescriptions de l article 13 du présent cahier des charges. Les végétaux indigènes seront privilégiés, comme par exemple : - Erables champêtre (Acer campestris) - Noisetiers (Corylus avelana) - Pommiers à fleurs (Malus sylvestris) - Saule marsault (Salix caprea) - Sureau noir (Sambucus nigra) - Alisier blanc (Sorbus aria) - Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) -... Voir illustrations en page suivante. page 20/40

21 Traitement des limites entre parcelles : Erable champêtre (Acer campestris) Noisetier (Corylus avelana) Sureau noir (Sambucus nigra) Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) Alisier blanc (Sorbus aria) Pommier à fleurs (Malus sylvestris) Saule marsault (Salix caprea) 23 rue de Vertus Châlons-en-Champagne Tél : site : - SIRET : Code APE : 7112 B page 21/40

22 Liste des végétaux préconisés pour les plantations en coeurs de parcelles (arbres) : Voir prescriptions de l article 13 du présent cahier des charges. Les arbres fruitiers seront privilégiés, comme par exemple : - Pommiers - Pruniers - Poiriers - Cerisiers -... Voir illustrations en page suivante. page 22/40

23 23 rue de Vertus Châlons-en-Champagne Tél : Pommier (exemple : Malus acane) Prunier (exemple : Prunus accolade) Poirier (exemple : Pyrus calleryana Bradford ) Cerisier (exemple : Prunus avuim) page 23/40

24 page 24/40

25 NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES KANFEN «Aménagement d un éco-quartier d habitations» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES 55 b rue Gaston Boulet Bapeaume les Rouen TEL : FAX : page 25/40

26 Gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives I- Objet La présente note a pour objet d'expliquer sommairement le principe hydraulique général de la zone et d'en déduire les modalités de gestion des eaux pluviales des parcelles privatives. Ce document est rédigé comme un guide à la conception mais n'est en aucun cas un document contractuel de dimensionnement. L'ensemble du dimensionnement et des travaux reste sous la responsabilité des acquéreurs des parcelles et de leurs maîtres d œuvre. II- Contexte général La gestion des eaux pluviales des voiries sur domaine public est basée sur les techniques dites "alternatives" qui consistent à stocker la totalité des eaux au plus près dans les différentes espaces requalifiés, l ensemble de ces aménagements hydrauliques est conforme au dossier loi sur l eau approuvé par arrêté préfectoral. Pour atteindre cet objectif, nous avons mis en œuvre deux outils principaux : Une gestion des eaux pluviales du domaine public par des noues, des espaces verts creux paysagers. Ainsi, chacune des voies de desserte du lotissement est accompagnée d une noue (accotement paysagé creux) ou d un caniveau qui collecte les eaux pluviales de voirie ; cette noue ou ce caniveau permet d'acheminer l eau vers les différentes espaces verts creux de l opération Une gestion des eaux pluviales «privées» à la parcelle : Les eaux pluviales sont tamponnées puis rejetées à débit régulé sur le domaine public. III- Modalités de gestion des eaux pluviales des parcelles privatives Chaque acquéreur a l'obligation règlementaire de stocker 100% des eaux pluviales de l épisode pluvieux centennal, sur sa parcelle, Il est formellement interdit de rejeter directement ces eaux pluviales dans les ouvrages publics longeant la voirie. Dans le cahier des charges de cession de terrain, l imposition est faite aux acquéreurs de prendre en compte un épisode pluvieux de référence qui tombe sur toutes les surfaces étanches créées sur la parcelle à savoir les toitures, les terrasses extérieures éventuelles, accès garages pour une pluie centennale de 55.84mm. Ces eaux pluviales seront donc collectées dans des regards en pied de chute des descentes pluviales et par caniveau ou noue pour les accès garage et terrasse avant d'être évacuées dans une zone d infiltration. 2/7 page 26/40

27 Gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives Il est extrêmement important que le volume dans la zone d infiltration permette de stocker 100% de l épisode pluvieux de référence pris sur les toitures et toutes surfaces imperméabilisées. En effet le système pour qu il soit viable comprend d une part un stockage, puis une infiltration. Afin de doper les temps de vidange des ouvrages privés et de permettre ainsi leur remplissage pour une nouvelle pluviométrie, une boîte de branchement des eaux pluviales connectée à une tranchée drainante sera systématiquement mise en œuvre en limite de propriété de chaque lot et en aval des massifs drainants «privés» permettant à la fois de vidanger les massifs drainants privatifs mais également d évacuer le trop plein de l ouvrage privé pour des pluies d occurrence supérieure à la centennale en direction des espaces publics. Le temps de vidange sera alors fonction de la régulation du domaine public tout en privilégiant l infiltration des eaux pluviales au plus proche du lieu où elles précipitent. Les matériaux utilisés pour la zone d infiltration sont laissés à l appréciation de l acquéreur, mais on préfèrera des matériaux normalisés issus de carrières agréées, comme par exemple des graves drainantes 20/60 avec un indice de vide de 30%. Ces matériaux drainants seront enrobés dans un géotextile évitant toute migration de la terre dans les matériaux drainants. Nous conseillons également la mise en place d un filtre à cassette avant l injection des eaux dans la zone d infiltration afin d éviter un colmatage du dispositif et un fonctionnement pérenne dans le temps. A) Obligations de l acquéreur : Les contraintes et objectifs de gestion des eaux pluviales à la parcelle sont à la charge de l acquéreur. Il doit fournir au moment du dépôt de son permis de construire une note de calcul de dimensionnement hydraulique des ouvrages de gestion des eaux pluviales privatifs ainsi que des plans des ouvrages (masse + coupes) dans son dossier de permis de construire. B) Obligations du lotisseur : Au moment des dépôts de permis de construire, une mission d avis sur PC sera confiée à INFRA Services pour vérifier l ensemble des dispositifs de gestion des eaux pluviales à la parcelle et leur conformité avec la stratégie de gestion des EP mise en œuvre sur le lotissement. De plus, un contrôle à posteriori sera effectué sur le terrain par INFRA Services à la demande du Maitre d ouvrage pour s assurer que les volumes de stockage mis en œuvre sur les parcelles privées sont conformes à ceux prévus par la note de dimensionnement des ouvrages hydrauliques. Une fiche de sensibilisation pour l entretien des ouvrages sera également remise aux acquéreurs. Le projet de gestion des eaux pluviales doit être établi dès la demande de permis de construire et s'accompagne d'un travail de calage altimétrique du logement de façon à vérifier que celui-ci ne se trouve au point bas de la parcelle. 3/7 page 27/40

28 Gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives Ces ouvrages devront être régulièrement entretenu notamment au niveau des regards afin d assurer la pérennité du dispositif dans le temps. Les schémas et calculs ci après ne constituent que des exemples de mises en œuvre et de dimensionnement d un cas particulier. Ils n engendrent en aucun cas la responsabilité d INFRA Services sur l aménagement d une quelconque parcelle du lotissement. Tout acquéreur doit impérativement fournir dans le cadre du permis de construire une note complète adaptée à l aménagement qu il envisage (surface imperméabilisée, coefficient de perméabilité, solution choisie, cotation ). Cette note devra être envoyée à INFRA Services afin d émettre un avis sur le volet hydraulique. Il est rappelé que l imposition est une obligation de résultat pas de moyen. L acquéreur peut proposer toute autre solution technique variante à condition de respecter les impératifs de fonctionnement. INFRA Services se réserve le droit dans l instruction de l avis sur permis de construire d apporter un avis défavorable en cas de non respect des présentes préconisations. Un contrôle a posteriori des ouvrages sera réalisé par INFRA Services afin de vérifier la conformité du permis de construire avec la réalisation des ouvrages exécutés. Attention : la mauvaise conception de la zone d infiltration ou sa mauvaise réalisation en cas de sinistre ou de dommages aux tiers mettra en cause la responsabilité du concepteur, du constructeur, des entrepreneurs et du propriétaire suivant le cas. 4/7 page 28/40

29 Gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives Calcul de dimensionnement de la zone d infiltration (Massif drainant, tranchée drainante) Lot n..m.. Paramètres initiaux : Hauteur de pluie : h = 55.84mm Calcul de la surface active : S active = surface toiture + surface annexe La surface des toitures correspond à la projection horizontale au sol des toitures. Les surfaces annexes sont les surfaces des garages, des terrasses et autres surfaces imperméabilisées. S active = m² Calcul du volume d eau à gérer : V eau = S x h h correspond à la hauteur de la pluie (en m) V eau = m 3 Calcul du volume de la zone d infiltration : V zone infiltration = V eau / indice de vide Indice de vide présent dans le matériau drainant = % V zone infiltration = m 3 Calcul de la surface de la zone d infiltration : S zone infiltration = V zone infiltration / P P correspond à la profondeur de la zone d infiltration = m S zone infiltration = m² Calcul de la longueur de drain (dans le cas de tranchée drainante) : L drain = V zone infiltration / (P x l) P correspond à la profondeur de la zone d infiltration (en m) l est la largeur de la zone d infiltration (en m) L drain = ml 5/7 page 29/40

30 Gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives EXEMPLE DE CALCUL Calcul de dimensionnement de la zone d infiltration (Massif drainant, tranchée drainante) Lot n..m.. Paramètres initiaux : Hauteur de pluie : h = 55.84mm Calcul de la surface active : S active = surface toiture + surface annexe La surface des toitures correspond à la projection horizontale au sol des toitures. Les surfaces annexes sont les surfaces des garages, des terrasses et autres surfaces imperméabilisées. S active = 120 m² Calcul du volume d eau à gérer : V eau = S x h h correspond à la hauteur de la pluie (en m) V eau = 120 x = 6.70 m 3 Calcul du volume de la zone d infiltration : V zone infiltration = V eau / indice de vide Indice de vide présent dans le matériau drainant = 30 % V zone infiltration =6.70 / 0.30 = m 3 Calcul de la surface de la zone d infiltration : S zone infiltration = V zone infiltration / P P correspond à la profondeur de la zone d infiltration = 0.60 m S zone infiltration = / 0.60 = m² Calcul de la longueur de drain (dans le cas de tranchée drainante) : L drain = V zone infiltration / (P x l) P correspond à la profondeur de la zone d infiltration (en m) = 0.6 m l est la largeur de la zone d infiltration (en m) = 0.5 m L drain = / (0.60x0.5) = ml 6/7 page 30/40

31 Gestion des eaux pluviales sur les parcelles privatives 7/7 page 31/40

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU )

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) La zone AU couvre les espaces non équipés par les réseaux de viabilisation, que la commune souhaite réserver au développement de l urbanisation

Plus en détail

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF*

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* Zone à dominante d activités économiques (PME, services, activités artisanales, activités tertiaires) et d équipements collectifs PLU Champigny-sur-Marne Approuvé

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Bien construire sa maison

Bien construire sa maison Bien construire sa maison Henri RENAUD Groupe Eyrolles, 2011, ISBN : 978-2-212-13229-8 1 Chapitre Terrain et avant-projet de construction 1. Choix du terrain pour bâtir 2. Critères de choix relatifs au

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

PLU de BONREPOS SUR AUSSONNELLE

PLU de BONREPOS SUR AUSSONNELLE PLU de BONREPOS SUR AUSSONNELLE atelier urbain, Sarl d Architecture Ségui et Colomb 33 rue Paul Dupin 31500 TOULOUSE 05 61 11 88 57 atelierurbain@free.fr Département de la Haute Garonne Commune de BONREPOS

Plus en détail

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 CHAPITRE NCa ZONE DE RICHESSES NATURELLES, OU LA POSSIBILITE D'EXPLOITER DES CARRIERES DOIT ETRE PRESERVEE. SECTION 1 - NATURE DE L'OCCUPATION DU SOL ARTICLE

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

VILLE DE COLMAR. Règlement. PLAN D OCCUPATION DES SOLS Modification n 9. Approuvée par délibération du Conseil Municipal du Le Maire

VILLE DE COLMAR. Règlement. PLAN D OCCUPATION DES SOLS Modification n 9. Approuvée par délibération du Conseil Municipal du Le Maire VILLE DE COLMAR PLAN D OCCUPATION DES SOLS n 9 Règlement Approuvée par délibération du Conseil Municipal du Le Maire SOMMAIRE TITRE I : Dispositions générales page 3 TITRE II : Dispositions applicables

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

P.L.U. de SURESNES approuvé par DCM du 26 septembre 2013 PLAN LOCAL D'URBANISME. Pièce n 4.1 R E G L E M E N T D E Z O N E S

P.L.U. de SURESNES approuvé par DCM du 26 septembre 2013 PLAN LOCAL D'URBANISME. Pièce n 4.1 R E G L E M E N T D E Z O N E S PLAN LOCAL D'URBANISME Pièce n 4.1 R E G L E M E N T D E Z O N E S Approuvé par DCM le 26 septembre 2013 SOMMAIRE TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES 3 TITRE II -DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME ZONE UB. Chapitre 2 : Règlement applicable à la zone UB

PLAN LOCAL D URBANISME ZONE UB. Chapitre 2 : Règlement applicable à la zone UB Qualification de la zone UB : Chapitre 2 : Règlement applicable à la zone UB La zone UB correspond à l agglomération relativement dense qui s est développée autour du centre ancien dans un ordre centrifuge.

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 2

SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 2 SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 2 Article 1 : Champ d application territorial... 3 Article 2 : Portées respectives du règlement à l égard des autres législations relatives à l occupation des

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME 4. REGLEMENT

PLAN LOCAL D URBANISME 4. REGLEMENT PLAN LOCAL D URBANISME 4. REGLEMENT SOMMAIRE DISPOSITIONS GENERALES... 3 DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES... 8 ZONE UA... 9 ZONE UC... 18 ZONE UD... 28 ZONE UE... 38 ZONE UF... 45 ZONE UL...

Plus en détail

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Plania Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Chapitre 11 Dispositions particulières applicables à certaines zones P031607 303-P031607-0932-000-UM-0023-0A Municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu 102

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME BROU-SUR-CHANTEREINE 3.1 REGLEMENT Plan Local d'urbanisme prescrit le : 5 février 2010 Plan Local d'urbanisme arrêté le : 11 juillet 2013 Plan Local d'urbanisme approuvé le : Commune

Plus en détail

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière Conception et construction des ouvrages gaz Club de la Performance Immobilière Novembre 2014 RT2012 et arrêté 2 Aout 77 Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

SECAL CPAUP. Cahier de prescriptions architecturales, urbaines et paysagères

SECAL CPAUP. Cahier de prescriptions architecturales, urbaines et paysagères SECAL ZAC de DUMBEA SUR MER CPAUP Cahier de prescriptions architecturales, urbaines et paysagères NOVEMBRE 2014 ZAC de DUMBEA SUR MER I CPAUP- NOVEMBRE 2014 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...5 I- Implantation...6

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG SECTION IV - ÉTUDE PRÉPARATOIRE PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS EP4-SD-LI-02a «AN

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations à destination des membres des CCATM et des CLDR Le cadre de vie, C est quoi au juste? Environnement incorporant la dimension

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE

CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE Royaume du Maroc Ministère de l Habitat et de la Politique de la Ville CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE Ministère

Plus en détail

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Collecte et valorisation des déchets dans le pays de Gex Permis de construire Édition 2013 Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Prévoir la voirie, les équipements et les zones

Plus en détail

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges Regard sur le béton Maison «Mannaz» à Wasseiges La maison «Mannaz» s implante dans la campagne de la Hesbaye, ouverte sur son paysage et ancrée dans son patrimoine bâti. L architecte Yves Delincé traduit

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options 1 Table des matières OPTIONS D AMENAGEMENT...3 I. Options relatives aux économies d énergie...3 I.1. Constructions...3 I.2 Energies renouvelables...3 II. Options relatives à l urbanisme & à l architecture...

Plus en détail

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir Vous achetez pour vous loger Vous recherchez votre futur domicile? Appartement, maison, neuf ou ancien... Quel que soit le type de bien ou de surface,

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

PREFECTURE DE HAUTE-SAVOIE

PREFECTURE DE HAUTE-SAVOIE λ siège Alpes du Nord : P arc Pré Millet 38330 M ONTB ONNO T tél 04 76 52 41 20 fax. 04 76 52 49 09 E m ail = i m s @ i m s r n. c o m agence Alpes du Sud Nice : tél. 04 92 29 11 10 fax. 04 92 29 11 20

Plus en détail

Qu est-ce qu un raccordement?

Qu est-ce qu un raccordement? mars 2012 La prestation de raccordement : vue d ensemble pages 4/5 Votre demande de raccordement page 6 La proposition de raccordement d ERDF page 7 modalités de paiement prix du branchement Les travaux

Plus en détail

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT PLUVIAL

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT PLUVIAL REGLEMENT D ASSAINISSEMENT PLUVIAL Règlement d assainissement pluvial du Grand Toulouse 1 SOMMAIRE CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES...3 ARTICLE 1 - OBJET DU REGLEMENT...3 ARTICLE 2 - DEFINITION DES

Plus en détail

II - REGLEMENT - Décembre 2012 -

II - REGLEMENT - Décembre 2012 - PLAN D'URBANISME DIRECTEUR DE DUMBEA II - REGLEMENT - Décembre 2012 - - 1 - SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES.... 3 TITRE 2 : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES... 27 - ZONE UA : zone

Plus en détail

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 Vers le programme Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 - Ordre du jour Programmation (19h) Notions et définitions (19h15) Echanges avec la salle (19h45) Présentation des

Plus en détail

Eco quartier Vauban Freiburg - Allemagne

Eco quartier Vauban Freiburg - Allemagne Eco quartier Vauban Freiburg - Allemagne En périphérie de Freiburg, à moins de 3 km du centre ville, le quartier Vauban s étend sur 38 hectares, en lieu et place de l'ancienne caserne de l armée française.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Présentation du projet de Bâtiment de Bureaux Avenue des Nations Unies à Roubaix. Jeudi 19 septembre 2013 à 11h

DOSSIER DE PRESSE. Présentation du projet de Bâtiment de Bureaux Avenue des Nations Unies à Roubaix. Jeudi 19 septembre 2013 à 11h Présentation du projet de Bâtiment de Bureaux Avenue des Nations Unies à Roubaix DOSSIER DE PRESSE Jeudi 19 septembre 2013 à 11h CA Consumer Finance 34 rue Emile Moreau à Roubaix Pour tout contact presse

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme?

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Objectifs : prise en compte de l insatisfaction et de l attente des usagers réduire le nombre d autorisations simplifier les

Plus en détail

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMUNE D UCCLE - PPAS 28ter Plateau Avijl

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMUNE D UCCLE - PPAS 28ter Plateau Avijl REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMUNE D UCCLE - PPAS 28ter Plateau Avijl - 14 août 2008 BOA DOCUMENTS CONSTITUANT LE PPAS Le présent plan particulier d'affectation du sol se compose de : A. Cahier des notes

Plus en détail

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE Direction départementale des territoires PRÉFET DES HAUTES-ALPES Service d'appui territorial Application du droit des sols LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE D'une manière générale, les zones naturelles

Plus en détail

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS #LesRèglesOntChangé Q-BIC PLUS 1 LES NOUVELLES RÈGLES DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES COMMENCENT ICI Wavin Q-Bic Plus, nouveau système de rétention/infiltration

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

3. Les droits et les obligations des riverains

3. Les droits et les obligations des riverains 3. Les droits et les obligations des riverains Date : 07/11/06 Schéma Routier Départemental Page 24 /113 Les dispositions qui suivent sont établies au vu du Code la Voirie Routière mais ne dispensent pas

Plus en détail

Création et gestion des Lotissements

Création et gestion des Lotissements Cycle de formations sur l urbanisme 3 et 4 mars 2015 Création et gestion des Lotissements Le lotissement Préambule : Le régime de création des lotissements avait été profondément remanié par l ordonnance

Plus en détail

LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12

LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12 PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER DE LA COMMUNE DE KÄERJENG PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER - QUARTIER EXISTANT DE LA COMMUNE DE KÄERJENG LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12 VERSION POUR AVIS

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme COMMUNAUTE URBAINE DE DUNKERQUE Plan Local d Urbanisme C A H I E R D E R E C O M M A N D A T I O N S A R C H I T E C T U R A L E S U R B A I N E S E T P A Y S A G E R E S Approuvé le 9 février 2012 PLU

Plus en détail

RRÈGLEMENT DE LA VOIRIE DÉPARTEMENTALE. Délibération de la Commission permanente 26 novembre 2010. Conseil général de la Sarthe

RRÈGLEMENT DE LA VOIRIE DÉPARTEMENTALE. Délibération de la Commission permanente 26 novembre 2010. Conseil général de la Sarthe RRÈGLEMENT DE LA VOIRIE DÉPARTEMENTALE Délibération de la Commission permanente 26 novembre 2010 Conseil général de la Sarthe PREAMBULE Le présent document règlemente les conditions de conservation du

Plus en détail

CHAPITRE 5 Dispositions applicables aux usages habitations

CHAPITRE 5 Dispositions applicables aux usages habitations VILLE DE SAGUENAY CHAPITRE 5 Ville de Saguenay Table des matières Dispositions applicalbles aux usages habitations TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 5 DISPOSITIONS APPLICABLES AUX USAGES HABITATIONS... 5-1 SECTION

Plus en détail

REGLEMENT SUR LES BÂTISSES, LES VOIES PUBLIQUES ET LES SITES. Juin 2012

REGLEMENT SUR LES BÂTISSES, LES VOIES PUBLIQUES ET LES SITES. Juin 2012 REGLEMENT SUR LES BÂTISSES, LES VOIES PUBLIQUES ET LES SITES Juin 2012 Reglement sur les bâtisses, les voies publiques et les sites erstellt im Auftrag der durch die 5, rue de Godbrange, L-6118 Junglinster

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

PARTICIPATION POUR VOIE ET RESEAUX

PARTICIPATION POUR VOIE ET RESEAUX Fiche n 15 Loi URBANISME ET HABITAT PARTICIPATION POUR VOIE ET RESEAUX Situation avant la loi urbanisme et habitat : Depuis la loi S.R.U., le conseil municipal pouvait instituer une participation pour

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr Accès en voiture : Par l autoroute A620 / E72 / E9 : Sortie 31B (Les Minimes) A 10 minutes du Capitole EN TRANSPORTS EN COMMUN : Métro : station Barrière de Paris, ligne B Bus : arrêt Amat Massot, bus

Plus en détail

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES SOMMAIRE I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. Article 6. Champ d'application territorial du plan Portée respective du règlement à l'égard d'autres législations

Plus en détail

COMMUNE DE SASSENAGE

COMMUNE DE SASSENAGE COMMUNE DE SASSENAGE PLAN LOCAL D URBANISME 3. RÈGLEMENT ------------------------- ------------------------- Direction de l aménagement urbain. Modification n 2 SOMMAIRE TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R Plateforme d'accès ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE Montage SImple et Rapide Conforme Aux Normes EN 13374 Classe A et EN 12811

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme Entrée en vigueur le 1 er octobre 2007 Toute demande d autorisation déposée le 1 er octobre sera soumise au nouveau dispositif. Tout dépôt de déclaration

Plus en détail

CONVENTION. Entre. Visa Gaz réseau Distribution France LILLE METROPOLE COMMUNAUTE URBAINE. Pour la desserte en gaz naturel «GRAND STADE»

CONVENTION. Entre. Visa Gaz réseau Distribution France LILLE METROPOLE COMMUNAUTE URBAINE. Pour la desserte en gaz naturel «GRAND STADE» Agence Développement Entreprises Manche Mer du Nord Adresse : Tour Lilleurope 5 ème étage - 11 Parvis de Rotterdam - 59 777 EURALILLE Interlocuteur : Xavier CORDIER Téléphone : 03 28 04 99 45 ou 06 26

Plus en détail

Des îlots de verdure. sur les TOITURES

Des îlots de verdure. sur les TOITURES Des îlots de verdure sur les TOITURES L augmentation des surfaces imperméables, comme les routes, les parkings, les bâtiments et la raréfaction des espaces verts en ville est un constat indéniable. Les

Plus en détail

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES TERMINOLOGIE (RÈGLEMENT 5001, ART.21) ABRI D AUTO PERMANENT (CAR-PORT) Construction accessoire reliée à un bâtiment principal formée d'un toit appuyé sur des piliers, dont un des côtés est mitoyen au bâtiment

Plus en détail

d exécution de la loi du 9 mai 1983 sur l aménagement du territoire et les constructions

d exécution de la loi du 9 mai 1983 sur l aménagement du territoire et les constructions 70. Règlement du 8 décembre 98 d exécution de la loi du 9 mai 98 sur l aménagement du territoire et les constructions Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 9 mai 98 sur l aménagement du

Plus en détail

Carnet photos. Visite commentée des travaux

Carnet photos. Visite commentée des travaux Carnet photos Visite commentée des travaux Marais du Vigueirat Life PROMESSE 2003-2007 Sommaire Chaufferie bois et plateforme de stockage... 3 Cuves de récupération des eaux pluviales... 7 Lit planté de

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

Ensemble d habitations

Ensemble d habitations Ensemble d habitations C o l l i n e S a i n t - D e n i s à L a g n y s u r M a r n e Une démarche architecturale à l épreuve du temps Ces maisons furent construites au début de la seconde moitié du XX

Plus en détail

8, rue Brémontier 75017 PARIS Tél : 01 40 53 06 15 N ORIAS 08 042 578. 31, rue de la Plaine 75020 PARIS

8, rue Brémontier 75017 PARIS Tél : 01 40 53 06 15 N ORIAS 08 042 578. 31, rue de la Plaine 75020 PARIS 8, rue Brémontier 75017 PARIS Tél : 01 40 53 06 15 N ORIAS 08 042 578 31, rue de la Plaine 75020 PARIS QUESTIONNAIRE TOUS RISQUES CHANTIER MONTAGE ESSAIS Pour étude tarifaire CLIENT/PROSPECT : Secteur

Plus en détail