Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction"

Transcription

1 Etudes Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction

2 Deux études Étude n 1!: Pérennité des entreprises Insertion des créateurs Partie 1!: Pérennité des entreprises financées par l Adie Partie 2!: Création d emplois Partie 3!: Taux de sortie des minima des créateurs d entreprise Partie 4!: Taux d insertion!: part des créateurs qui ont cessé leur activité mais qui ont retrouvé un emploi. Etude n 2!: Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et leur satisfaction Partie 1!: Impact de la création d entreprise sur l insertion des créateurs financés par l Adie Partie 2!: Satisfaction des créateurs d entreprise 2

3 SOMMAIRE Etude pérennité des entreprises Insertion des créateurs Introduction!: objectifs de l enquête... 4 Première partie!: pérennité des entreprises financées par l Adie Pérennité des entreprises financées par l'adie... 5 a. Echantillon b. Définition des taux de pérennité... 5 c. Comparaison avec les taux de d. Taux de pérennité par délégation régionale Facteurs de pérennité des entreprises... 7 a. Introduction... 7 b. Variables personnelles... 8 c. Variables liées au projet...10 d. Variables financières...12 e. Conclusion sur les facteurs de pérennité...13 Deuxième partie!: création d emplois Nombre d emplois créés...14 a. Comparaison avec le taux précédent b. Variables qui influencent la création d emplois...15 Troisième Partie!: taux de sortie des minima des créateurs d'entreprise (national et par délégation) Méthode de calculs et résultats Caractéristiques principales des clients Adie qui sortent des minima Conclusion...18 Quatrième partie : taux d'activité : part des créateurs ayant cessé leur activité mais qui ont retrouvé un emploi Données générales Caractéristiques principales des clients Adie qui retrouvent une activité...19 Conclusion

4 INTRODUCTION Objectifs de l enquête L objectif de cette enquête est d exploiter des données quantitatives et qualitatives d une étude nationale sur la pérennité des entreprises et l insertion des créateurs financés par l Adie entre 2003 et Cette exploitation vise à!: Avoir un recul de plusieurs années sur l impact des actions de l Adie, particulièrement sur le devenir des créateurs financés, Rendre compte aux partenaires de l Adie des résultats opérationnels, Permettre à l Adie de dégager des orientations stratégiques sur ses territoires d intervention économique. Mesure de la pérennité des entreprises financées La pérennité des entreprises est mesurée afin de connaître le devenir des entreprises financées par l association. L objet de cette étude est également de comprendre quelles sont les variables qui influencent une meilleure pérennité des entreprises. Celles-ci pouvant être liées au projet, à la personne et au financement obtenu. Mesure de l insertion professionnelle, sociale et financière des créateurs L Adie mesure l impact de son activité également par rapport aux individus créateurs d entreprise. En effet, près de 45 % des créateurs ne continuent pas leur expérience de création après trois ans. Que deviennent ces créateurs après leur expérience de création, comment s insèrent-ils dans la société d un point de vue économique et social!? L insertion des créateurs est mesurée à l aide de trois indicateurs!: La part des créateurs financés qui ont aujourd hui cessé de percevoir un minimum social, Le nombre d emplois créés par les entreprises financées par l Adie, La part des créateurs qui ferment leur entreprise après quelques années d activité et qui ont retrouvé une activité professionnelle. 4

5 Première Partie Pérennité des entreprises financées par l Adie 1 / Pérennité des entreprises financées par l Adie a. Échantillon Les résultats sur la pérennité des entreprises ont porté sur un échantillon de 9816 entreprises financées par l Adie et créées en France métropolitaine. Il s agit d entreprises financées entre le 1 er janvier 2003 et le 31 décembre L enquête sur l insertion a porté sur 7108 créateurs d entreprise extraits des 9816 entreprises de l échantillon de la pérennité. Définition des taux de pérennité b. Définition des taux de pérennité Le taux a été calculé de la manière suivante!: Taux de pérennité à deux ans!: parmi les entreprises créées entre le 01/06/04 et le 30/05/05 (entre 18 et 30 mois avant l étude), ont été prises en compte celles qui étaient toujours en activité au moment de l enquête. Le taux de pérennité à deux ans est de 64,59 %. La méthode appliquée est la même que celle utilisée lors de notre précédente étude de pérennité des créateurs Adie en Taux de pérennité à trois ans!: la même méthode a été appliquée pour les taux de pérennité à 3 ans à partir des entreprises créées entre le 01/06/03 et le 30/05/04, c est à dire entre 30 et 42 mois avant l étude. Seule la proportion de celles étant encore en activité au moment de l enquête a été calculée. Le taux de pérennité à 3 ans est de 56,51%. c. Comparaison avec les taux de 2003 Les taux de pérennité à deux et trois ans sont quasi-identiques à ceux issus de l étude de Le volume d activité de l Adie a pratiquement doublé sur la période par rapport à l activité !; malgré cette croissance, l Adie continue de cibler efficacement des projets solides et pérennes. L analyse des statistiques nationales 2 permet de constater que les créateurs financés par l Adie ont des taux de pérennité à trois ans supérieurs à la moyenne des entreprises individuelles créées par des chômeurs longue durée (54%) et identiques à la moyenne nationale des créations pures d entreprises individuelles (57%). 1 Evaluation 2003, Rapport annexe n 1 Résultats, disponible sur l intranet de l Adie 2 «!Les chômeurs créateurs (création pure) en 2001!: 3 ans après la création, quels taux de pérennité pour quelles caractéristiques!?!» Source PANEL SINE

6 a. Comparaison avec les taux de 200 Tableau 2 : Evolution des taux de pérennité Adie et nationaux Taux de pérennité Evaluation Adie Evaluation Adie ans 64% 64,59% 3 ans 54% 56,51% 54% b. Taux de pérennité par délégation d. Taux de pérennité par délégation régionale Création d entreprises individuelles par des chômeurs longue durée Compte tenu des effectifs très faibles pour certaines délégations régionales, il est difficile de tirer des conclusions des données sur la pérennité. Pour quelques délégations, une seule entreprise peut influencer le taux de pérennité de façon importante. Les tableaux suivants comprennent les effectifs par génération (génération d il y a deux ans, génération d il y a trois ans). Dans le premier tableau, la colonne «!total entreprises!» désigne le nombre d entreprises financées intégré dans le calcul de pérennité à deux ans. Taux de pérennité à deux ans Délégations Entreprises en arrêt Entreprises en activité Total entreprises Taux de pérennité Alsace ,14% Aquitaine ,10% Auvergne ,96% Bourgogne ,94% Bretagne ,14% Centre ,47% Champagne-Ardenne ,56% Corse ,90% Franche-Comté ,50% Normandie ,62% Ile-de-France (hors 77) ,05% Lorraine ,50% Midi-Pyrénées ,84% Nord-Pas-de-Calais ,40% Pays de la Loire ,00% Picardie ,87% Poitou-Charentes Limousin ,42% PACA ,27% Seine-et-Marne (Afile) ,75% Rhône-Alpes ,98% Total ,59% 6

7 Sur ce deuxième tableau, la troisième colonne représente le nombre d entreprises prises en compte pour le calcul du taux de pérennité à trois ans. Taux de pérennité à trois ans Délégations Entreprises en arrêt Entreprises en activité Total entreprises Taux de pérennité Alsace ,45% Aquitaine ,75% Auvergne ,17% Bourgogne ,68% Bretagne ,02% Centre ,26% Champagne-Ardenne ,04% Corse ,54% Franche-Comté ,93% Normandie ,57% Ile-de-France (hors 77) ,99% Lorraine ,32% Midi-Pyrénées ,49% Nord-Pas-de-Calais ,10% Pays de la Loire ,08% Picardie ,00% PACA ,95% Seine-et-Marne (Afile) ,83 Rhône-Alpes ,06% Total ,51% 2 / Facteurs de pérennité des entreprises 2. Facteurs de pérennité des entreprises a. Introduction L Adie finance des créateurs très différents en termes de caractéristiques personnelles, projet de création et type de financement. Elle cherche ici à isoler les facteurs qui peuvent influencer la pérennité de l entreprise. L association a donc croisé les informations recueillies avec le taux de pérennité global de 61,48 % 3. 3 Le taux de pérennité global a été calculé en regardant le nombre d entreprises financées sur la période encore en activité au moment de l enquête. 7

8 b. Variables personnelles Le taux de pérennité des jeunes de moins de 25 ans est le plus faible, soit 53,5 %!; le taux le plus élévé étant pour les ans de 64 %. Notons que les moins de 25 ans sont à 56,2 % dans le commerce qui, comme indiqué plus tard, est une des activités avec le taux de pérennité le plus faible. Il est cependant intéressant de noter que les jeunes s insèrent mieux que les créateurs plus âgés et peuvent avoir des alternatives d embauche plus facilement, ce qui expliquerait la cessation de leur activité (voir la partie insertion). Le taux de pérennité des hommes est supérieur à celui des femmes. Sur le taux de pérennité global, 63,55 % des hommes sont aujourd hui encore en activité contre 57,43 % seulement chez les femmes. Les causes de cette différence peuvent être liées au fait que les hommes et les femmes se répartissent différemment au sein de chaque secteur d activité. On remarque que les hommes sont dans des activités plus pérennes, tels que le bâtiment (94,93 %) et les transports (89,68 %). Tableau 3!: Secteurs d activité par sexe On peut cependant noter que même sur certains secteurs d activité où les hommes et les femmes sont représentés de façon pratiquement équivalente, le taux de pérennité des femmes est toujours plus faible que celui des hommes!; dans le secteur des services, par exemple, le taux de pérennité des femmes est de 61,56 % et celui des hommes de 66,35%. Dans le commerce, les femmes sont à 52,05 %, les hommes 55,51 %!; dans la restauration, les femmes sont à 42,58 % et les hommes à 57,45 % de pérennité. Comment expliquer ces différences!? Les femmes créatrices ont un niveau d éducation légèrement plus élevé en moyenne que les hommes, mais comme mentionné plus tard, le niveau d éducation des créateurs n explique pas nécessairement la pérennité de l entreprise. La zone d habitation n est également pas un facteur d explication pertinent puisque les femmes sont moins nombreuses en zone Politique de la ville où les taux de pérennité sont plus faibles. Elles sont cependant sur-représentées en zone rurale où la pérennité est par contre plus élevée. L Adie n a pas d information sur les causes de cessation d activité dans cette étude et l on pourrait sans doute trouver des pistes de réflexion dans cette information. Des raisons 8

9 plutôt liées aux contraintes de vie des femmes peuvent êtres avancées (famille à gérer). On peut également supposer que les créatrices de l Adie font le choix de la création d entreprise comme une étape et non comme un projet professionnel à long terme. Il sera enfin intéressant de suivre la progression de la pérennité des entreprises créées par les femmes. Selon l APCE, ce taux est en hausse, en particulier dans les entreprises qui nécessitent des qualifications professionnelles. La zone d habitation a également un impact important sur la pérennité. Tableau 4 : taux de pérennité par zone d habitation Zone d habitation Taux de pérennité Gens du voyage 4 75,79 % Zone Politique de la Ville 57,47 % En zone rurale 5 62,89 % En zone urbaine 60,67 % Total 61,48 % Les gens du voyage enregistrent les taux de pérennité les plus élevés. Ceci est dû au fait qu ils ont peu d alternatives en termes d emploi salarié. Mais aussi parce que les gens du voyage continuent de faire fonctionner une entreprise quand d autres arrêteraient faute de bénéfices suffisants. Comme pour l étude de 2003, les entreprises en zone rurale sont les plus pérennes et celles qui sont en zone Politique de la ville les moins pérennes. Il y a plusieurs facteurs explicatifs possibles!: il se peut que les activités exercées en zone rurale soient plus solides puisqu elles sont dans des niches et apportent des biens et des services autrement absents dans ces zones. L expérience professionnelle des créateurs joue énormément dans la pérennité de l entreprise. En effet, les créateurs qui étaient travailleurs indépendants avant la création ont de très bons taux de pérennité, 70,25 % pour les travailleurs indépendants et les travailleurs indépendants au RMI (les travailleurs indépendants représentent seulement 6,90 % des créateurs financés). Il est intéressant de noter que les taux de pérennité les plus faibles sont ceux des personnes qui étaient salariées au moment de l obtention du crédit!: leur entreprise n est pérenne que dans 58,68 % des cas. Les créateurs salariés ne représentent cependant que 1,7 % des créateurs financés. Ce chiffre est donc assez peu significatif puisqu il représente très peu de créateurs de l Adie. Mais il est cependant intéressant de noter que le rapport de 2003 indiquait précisément l inverse, puisque les salariés étaient ceux qui avaient les meilleurs taux de pérennité. L expérience préalable en tant que salarié ou indépendant dans le même domaine d activité, permet un taux de pérennité de 65,78 %. Les personnes qui n ont aucune expérience préalable enregistrent des taux de pérennité particulièrement faibles (47,85 %). Notons enfin que le nombre de gens qui ont été financés sans expérience ne représentent que 4,91 % de l échantillon. 4 Les gens du voyage sont ici classés en fonction de leur zone d habitation, mais on peut les étudier comme une communauté à part entière. 5 Une zone rurale est une zone d habitation de moins de 5000 habitants, urbaine de plus de 5000 habitants. 9

10 Le niveau d éducation est intéressant à observer. Les taux de pérennité sont très bons pour les créateurs illettrés, 78,6 %. Ce chiffre concerne en fait principalement les gens du voyage dont la pérennité est supérieure à la moyenne. La plupart d entre eux sont dans des activités de commerce, un secteur où la pérennité par contre est traditionnellement faible. Les créateurs dont le niveau d éducation est le plus élevé (supérieur long) enregistrent le niveau de pérennité le plus élevé, 72,3 % (ils sont principalement dans des activités de service). Enfin on note que les créateurs qui se sont arrêtés avant le bac ont des taux de pérennité en dessous de la moyenne, soit 53,7 %. Ils mènent principalement des activités de commerce. Tableau 5!: Niveau d éducation et taux de pérennité Enfin les taux de pérennité des personnes propriétaires (73 %) sont meilleurs que pour les locataires (60 %). Les propriétaires se répartissent dans les secteurs d activité (commerce, services etc.) de la même façon que les créateurs dans d autres types d habitations. Le croisement du montant de l endettement et de la pérennité montre des résultats surprenants. En effet, plus le montant de l endettement d un créateur est élevé plus la pérennité de l entreprise est importante. Cela peut être dû à la pression financière sur le créateur qui explique qu il a peut être besoin de maintenir son activité en activité plus longtemps ou, plus probablement, que les propriétaires ont des entreprises plus pérennes (vu plus haut). Tableau 6!: Endettement des créateurs avant la création c. Variables liées au projet Le type d activité développé par le créateur a un impact important sur la pérennité de l entreprise. Il y a en effet des secteurs d activité plus fragiles que d autres. 10

11 L agriculture, le bâtiment, la culture et les transports enregistrent des taux de pérennité de plus de 70 %. Le commerce et la restauration présentent des taux de moins de 55 %. Ces données coïncident avec les résultats de la dernière étude mais aussi avec les données pour toutes les entreprises créées en France. Il faut cependant faire attention à ces résultats puisque l Adie opère une sélection des créateurs qu elle finance. Le secteur des transports en particulier est jugé comme étant très sensible par l Adie et seuls les projets très solides (pour lesquels par exemple le créateur a déjà des contrats) sont financés. Tableau 7!: Répartition des créateurs en secteur d activité par âge L Adie a croisé les informations sur la pérennité des entreprises et le statut juridique de l entreprise ainsi que le statut fiscal. Il est intéressant de noter que les EURL pour le statut juridique et les entreprises en «!réel simplifié!» pour le statut fiscal ont les taux de pérennité les plus élevés, soit 71 % de pérennité pour les premières et 66 % pour les secondes. Ceci peut s expliquer par le fait que les créateurs un peu plus «!qualifiés» (niveau d études, expérience préalable) sont plus nombreux à s inscrire en EURL ou en réel simplifié car ils maîtrisent mieux les impacts de ces choix et ont souvent des projets de taille plus importante. Les créateurs de l Adie ont des types de clientèle!différents : les particuliers (60 % de notre échantillon), les entreprises (15 %), et un mixte de particuliers et entreprises (18 %). Les créateurs qui ont une clientèle mixte ont les meilleurs taux de pérennité (68,2 %). Les créateurs avec une clientèle de particuliers ont les taux de pérennité les plus faibles, soit 57,9 %. Les créateurs qui ciblent les entreprises uniquement ont un taux de pérennité intermédiaire de 65 %. Il faut, bien entendu, lier ces résultats aux secteurs d activité. En effet, la restauration s adresse à 80 % aux particuliers et le commerce à 79 % et il s! agit de secteurs avec de faibles taux de survie des entreprises. Le secteur du transport qui a de très bon taux de pérennité s adresse par contre à 79 % aux entreprises. Le taux de pérennité y est donc bon même si les conditions de règlement peuvent être difficiles dans des conditions de sous-traitance. L Adie enregistre l origine du premier contact qu elle a eu avec le créateur. Il est intéressant de noter que les personnes venant de la Chambre de Commerce et de l Industrie (CCI) ont une pérennité particulièrement faible. Cela peut s expliquer puisque la plupart des créateurs envoyés par la CCI créent une activité dans le commerce (58,23 %) qui a un taux de pérennité, on l a vu, particulièrement faible. Il y a donc un biais de sélection important dans les créateurs qui viennent de la CCI. 11

12 d. Variables financières La pérennité des entreprises recevant des prêts de développement (prêts pour les personnes qui ont déjà créé leur entreprise et qui veulent développer leur activité) est très bonne (72,5 %). Elle coïncide avec l importance d une expérience préalable pour la pérennité de l entreprise. Les prêts tests ne donnent pas lieu à des taux de pérennité très élevés (48,1 %). Cela est évidemment dû au fait que les «!prêts tests!» ont été créés précisément pour financer des activités à faible exposition financière pour des créateurs qui n ont pas d expérience dans le métier ou dans la création d entreprise. Ils sont attribués majoritairement à des créateurs sans expérience préalable mais aussi pour des montants de prêt de 1000 euros en moyenne. Les taux de pérennité de ces prêts, même s ils sont faibles, sont cependant plutôt bons si l on considère que presque 50 % des créateurs financés par ce type de prêt sont encore en activité aujourd hui alors que leurs chances de réussite étaient considérées comme très faibles par rapport aux autres créateurs de l Adie. Il est intéressant d établir un lien entre le taux de pérennité et le montant du prêt accordé. Le premier tableau donne le taux de pérennité des entreprises en fonction du montant de la prime Eden qu ils ont reçue. Ce tableau ne nous permet pas vraiment de tirer de conclusions sur la corrélation entre le montant des financements obtenus et la pérennité de l entreprise. Notons que sur notre échantillon de 7108 entreprises, seules 970 entreprises ont reçu une prime Eden. Par contre les deux autres graphiques indiquent une légère croissance de la pérennité avec la progression du montant des prêts. Le montant du prêt avait une influence importante sur la pérennité de l entreprise lors de l étude précédente. Cette variable est confirmée mais plus faiblement dans cette étude. Tableau 8!: Pérennité et montant de la prime Eden Pérennité et montant de la prime EDEN 74,00% 72,00% 70,00% 68,00% 66,00% 64,00% 62,00% 60,00% de 1 à 1999 euros de 2000 à 2999 euros de 3000 à 3999 euros de 4000 à 4999 euros de 5000 à 5999 euros 6000 et plus Tableau 9!: Pérennité et montant du microcrédit Pérénnité et montant du microcrédit 68,00% 67,00% 66,00% 65,00% 64,00% 63,00% 62,00% 61,00% 60,00% 59,00% 58,00% 1 à 1999 euros 2000 à 2999 euros 3000 à 3999 euros 4000 à 4999 euros Plus de 5000 euros 12

13 Tableau 10!: Pérennité et montant total des financements octroyés Il y a plusieurs explications!: la tentation serait de dire qu un projet qui est «!mieux!» financé a de meilleures chances de survie. Il faut cependant être très prudent avec ce genre d observation. Si un projet est jugé «!solide!», il recevra un financement plus élevé qu un projet dans lequel le conseiller ou le comité de crédit a moins confiance (comme dans le cas des prêts-tests). On peut aussi remarquer que certaines activités comme le bâtiment, l artisanat ou le transport nécessitent des investissements plus importants et ces activités ont des meilleurs taux de pérennité. Ce n est donc pas nécessairement le montant du financement lui-même qui explique un meilleur taux de pérennité. e. Conclusion sur les facteurs de pérennité Il est intéressant de noter que certaines variables telles que le sexe, l éducation et l expérience préalable du créateur ont une influence particulière sur la pérennité des entreprises. L Adie n a cependant pas pu analyser, dans cette étude, le rapport des variables entre elles et définir une variable explicative qui aurait plus de poids qu une autre. Il serait intéressant dans une prochaine étude de le faire et de classer les variables explicatives les plus pertinentes. On peut ainsi remarquer que certaines variables n ont pas d impact sur la pérennité!: nombre d enfants à charge, situation bancaire (type d interdit), situation familiale. 13

14 1 / Nombre d emplois créés Deuxième partie Création d emplois Création d emploi a. Comparaison avec le taux précédent Les créateurs de l Adie créent peu d emplois. Les données de l étude montrent que les créateurs créent en moyenne 0,2 emploi en plus du leur. Cela signifie que sur les 4370 entreprises financées par l Adie et encore en activité au moment de l étude, sur cent entreprises financées, il y a eu 20 créations d emploi (soit 882 au total). Ceci est dû au fait que l objectif de l Adie est de permettre à des personnes en difficulté de créer leur propre emploi. La création d emploi étant ensuite une autre grande étape à franchir. On peut aussi remarquer que les créateurs peuvent recourir à des embauches occasionnelles qui ne sont pas représentées dans ces chiffres et qui sont difficiles à mesurer. Tableau 12!: Création d emplois par délégation régionale Délégations Nombre Taux d emplois créés Alsace 58 0,17 Aquitaine 16 0,1 Auvergne 25 0,13 Bourgogne 19 0,14 Bretagne 45 0,22 Centre 34 0,23 Champagne-Ardenne 72 0,41 Corse 71 0,39 Franche-Comté 26 0,35 Normandie 18 0,11 Ile-de-France (hors 77) 16 0,06 Lorraine 17 0,11 Midi-Pyrénées 111 0,23 Nord-Pas-de-Calais 66 0,49 Pays de la Loire 36 0,26 Picardie 38 0,24 Poitou-Charentes 93 0,28 PACA 29 0,18 Seine-et-Marne (Afile) 10 0,15 Rhône-Alpes 82 0,12 Total 882 0,2 Cette moyenne d emplois créés est quasi-identique à celle de la dernière étude. En effet, en 2003, les entreprises financées avaient créé une moyenne de 0,21 emploi en plus de celui du créateur. 14

15 b. Variables qui influencent la création d emplois Les femmes créent moins d emplois que les hommes sur l échantillon choisi pour cette enquête. Pour 100 créatrices financées, il y a 13 emplois créés alors que pour 100 créateurs financés, il y en a 23. Impact de la situation socio-professionnelle initiale. Ce sont surtout les créateurs qui étaient initialement travailleurs indépendants qui créent le plus d emplois, soit un ratio de 33 emplois créés pour 100 créateurs déjà travailleurs indépendants. Cela s explique en grande partie parce que les créateurs travailleurs indépendants avant le financement Adie cherchent un prêt pour développer leur entreprise et dans un certain nombre de cas embaucher. L âge du créateur a une légère influence. On observe que les ans créent le plus d emplois. On ne remarque cependant pas d écart majeur entre le nombre d emplois créés et l âge des créateurs. Tableau 13!: Emplois créés par génération Il y a très peu de différences entre les zones d habitations rurale, urbaine et zone Politique de la ville. L environnement géographique a donc une influence faible sur le nombre d emplois créés. Le secteur d activité qui recrute le plus est le secteur du bâtiment. À noter que le secteur des transports est également un des secteurs qui recrute le plus. Les ratios atteignent 46 emplois créés pour 100 créateurs financés dans le bâtiment et 44 pour le secteur des transports. Les secteurs qui recrutent le moins étant le commerce (9 emplois créés pour 100) et la culture (8 emplois créés pour 100 entreprises financées). 15

16 Troisième partie Taux de sortie des minima des créateurs d entreprise 1 / Méthode de calculs et résultats Le taux de sortie des minima sociaux des créateurs de l échantillon est de 70,29 %. Cela signifie que, parmi les créateurs financés par l Adie qui percevaient initialement un minimum social 6, 70,29 % sont actuellement sortis de cette situation. Soit ils sont en activité grâce à leur entreprise et donc travailleurs indépendants, soit ils ont retrouvé un emploi après avoir arrêté leur activité. Ce chiffre a été calculé sans les gens du voyage qui ont un taux sortie des minima sociaux très faibles par rapport aux autres (25,57 % sortent des minima). Le taux de sortie des créateurs qui percevaient initialement des minima et qui sont dans une situation d activité après la cessation d entreprise est de 24,41 %. Ce sont des personnes qui étaient dans une situation d exclusion du monde du travail avant la création de leur entreprise et qui sont maintenant insérées dans la vie active grâce à leur expérience de création. Ce chiffre rend compte de l impact de l Adie sur des personnes qui n avaient, avant de faire appel à l Adie, aucune alternative pour sortir de leur situation. Tableau 13!: Taux de sortie des minima sociaux par délégation régionale Délégations Taux de sortie Effectif sorti Effectif minima Alsace 65,27% Aquitaine 78,89% Auvergne 61,40% Bourgogne 54,43% Bretagne 69,03% Centre 52,73% Champagne-Ardenne 81,82% Corse 70,24% Franche-Comté 50,00% Normandie 70,83% Ile-de-France (hors 77) 69,44% Lorraine 59,41% Midi-Pyrénées 65,27% Nord-Pas-de-Calais 67,05% Pays de la Loire 62,79% Picardie 68,91% Poitou-Charentes 76,98% PACA 40,54% Seine-et-Marne (Afile) 50,00% Rhône-Alpes 69,61% Les minima sociaux comprennent!: les RMI, ASS et les autres minima. 16

17 2 / Caractéristiques principales des clients Adie qui sortent des minima Dans l échantillon utilisé, (soit 52 %) créateurs percevaient initialement un minimum social avant la création de leur entreprise. Parmi ces personnes, (soit 70,29 % de l échantillon total 7 ) ne sont plus dans cette situation et sont, soit en activité grâce à leur entreprise, soit ont retrouvé une activité salariée. Les données de l étude permettent de comprendre qui sont les créateurs qui sortent le plus des minima sociaux!: Les femmes par exemple ont plus de difficulté à sortir des minima que les hommes. Sur les femmes qui percevaient un minimum social, 65,57 % sont aujourd hui en activité et ne reçoivent plus de minimum social, alors que 72,67 % des hommes sont en activité. Si l on complète cette information avec l activité, la même observation peut être faite. Les créatrices dans les activités de services sortent moins des minima que les créateurs (75 % contre 77,14 %). Les zones d habitation ont également été observées. On note que le taux de sortie des minima est le plus élevé chez les personnes en zone rurale, soit 72 % contre 70 % pour les personnes en zone urbaine et 67 % pour les créateurs en zone Politique de la ville. On note par ailleurs que 80 % des personnes ayant suivi des études longues et qui percevaient initialement un minimum social avant la création, sortent de cette situation. Alors que seulement 61 % des créateurs qui ne savent que lire et écrire sortent des minima. Tableau 14!: Taux de sortie des minima par niveau d études Il est également intéressant de noter que les personnes qui sont sous le régime fiscal de la micro entreprise ont des taux de sortie des minima plus faibles que les autres, soit 67 % (contre 79 % pour les créateurs au réel simplifié). 7 L Adie a collecté beaucoup de non-réponses à cette question. Les non-réponses ont donc été réparties de façon identique aux réponses obtenues. 17

18 Notons que plus le niveau d éducation du créateur est faible, plus il va choisir l option de s inscrire en microentreprise (67 % des créateurs qui ont un niveau «!lire, écrire, compter!»). Plus son niveau d éducation est élevé, plus il va faire le choix de s inscrire en réel simplifié (41 % des créateurs avec un niveau d éducation études longues) L âge a peu d influence sur les chances de sortie des minima parmi les créateurs de l Adie. Enfin, les créateurs dont la clientèle est composée à la fois de particuliers et d entreprises sortent le plus des minima sociaux, soit 80 % alors que, seuls 66 % des créateurs qui travaillent uniquement avec des particuliers, sortent des minima. Le marché des entreprises peut donc être considéré comment générant une source de revenu plus régulière et plus importante que le marché des particuliers. Cela est également dû aux secteurs d activité qui travaillent avec tel ou tel marché. Les transports par exemple travaillent à 79 % avec des entreprises. 3 / Conclusion Une partie importante des créateurs financés par l Adie sortent des minima sociaux. La sortie des minima signifie, dans la plupart des cas, que le créateur dégage suffisamment de revenu de son activité pour en vivre. Il faut cependant noter que la sortie des minima peut mettre le créateur dans une situation passagèrement difficile. 18

19 Quatrième partie Taux d activité!: part des créateurs qui ont cessé leur activité mais qui ont retrouvé un emploi 1 / Données générales 54 % des créateurs ayant arrêté leur activité ont retrouvé un emploi, dont 6 % par le biais de la création d entreprise. Activité des créateurs ayant arrété leur entreprise Sans emplois 46% Création d'un nll entreprise 6% CDI 22% Intérim 12% CDD 14% CDI CDD Intérim Création d'un nll entreprise Sans emplois Ce taux est en augmentation par rapport à celui de l étude de 2003 qui était de 35 %. 2 / Caractéristiques principales des clients Adie qui retrouvent une activité Qui sont les créateurs de l Adie qui s en «!sortent le mieux!» après la cessation de leur activité!? Si l on étudie de nouveau les créateurs par sexe, on remarque que les hommes s en sortent mieux que les femmes. En effet, 54,37 % des hommes retrouvent un emploi contre 51,77 % des femmes. On peut cependant remarquer que la différence est assez faible. Les hommes sont, comme on l a vu précédemment, dans des activités plus pérennes, mais également dans des domaines où il y a plus de recrutement, type bâtiment et transport. Si l on regarde les secteurs où les femmes et les hommes sont à part quasiment égale, par exemple, les services, les femmes qui ont créé une entreprise s insèrent mieux que les hommes par la suite. Ainsi, 70,19 % d entre elles retrouvent un emploi après la création contre 63,71 % des hommes. Par contre, ce n est pas le cas pour le commerce où les 19

20 hommes retrouvent plus facilement un emploi (52,21 % de réinsertion pour les hommes, contre 44,53 % pour les femmes). Il a déjà été relevé que, pour la pérennité de l entreprise, les jeunes sont les plus fragiles. Par contre, on observe qu après la cessation d activité, les jeunes sont les plus nombreux à trouver un emploi. En effet, 67,69 % des moins de 25 ans retrouvent du travail après la cessation, soit en tant que salarié soit en recréant une activité. Seul 31 % des plus de 55 ans retrouvent un emploi. Tableau 15 : Taux d activité par classe d âge le taux d insertion est le même pour les créateurs en zone urbaine et rurale (54 %) et légèrement plus faible pour les créateurs en zone Politique de la ville (51,6 %). Il n y a pas de rapport linéaire entre le niveau d éducation et l insertion des créateurs après la cessation. On observe tout de même que les créateurs qui ont le niveau bac et plus sont au-dessus de la moyenne. Ce qui est étonnant, c est que les créateurs qui détiennent un BEP ou un CAP (la majorité des créateurs financés par l Adie) et qui ont donc un diplôme de formation professionnelle sont relativement peu nombreux à retrouver du travail. 20

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire EXPÉRIENCE CLIENT Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en avril 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1002 panélistes

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Insertion des diplômés du Master 2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions

Insertion des diplômés du Master 2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions Insertion des diplômés du Master 2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions ENQUETE INSERTION 2012 Auteur CCI Caen Normandie Nom du filtre M2 Chargé d'affaires Entreprises et Institutions Date de

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

entreprendre pour soi, réussir ensemble

entreprendre pour soi, réussir ensemble entreprendre pour soi, réussir ensemble Une CAE rassemble des professionnels de métiers différents, qui souhaitent développer leur propre activité tout en évoluant dans un cadre collectif et en bénéficiant

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV)

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête Participation culturelle & sportive de mai 2003 (EPCV) Liste des s Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV) Index des s : AGEDPR : Age de la personne de référence (8 modalités)... 3 AGEPR : Age de la personne de référence...

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Présentation 2008. Retrouvez-nous aussi sur www.franceactive.org CONTACT FRANCE ACTIVE. Avec le soutien de

Présentation 2008. Retrouvez-nous aussi sur www.franceactive.org CONTACT FRANCE ACTIVE. Avec le soutien de Présentation 2008 CONTACT FINANCEUR SOLIDAIRE POUR L'EMPLOI Avec le soutien de Fonds social européen 37, rue Bergère - 75009 Paris Tél/fax : 01 53 24 26 26/63 contact@franceactive.org Crédit photos : Contextes

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Présentation des résultats

Présentation des résultats ENQUETE SUR L INSERTION A 6 MOIS DES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION ET SUR LA QUALITE DE L ALTERNANCE Présentation des résultats 5 mai 2014, N/Ref : 1326.11 Sommaire 1. Rappel méthodologique 3 2. Le

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

[ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée. [ L informatique se met à la portée des créateurs. [ Une action au coût limité

[ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée. [ L informatique se met à la portée des créateurs. [ Une action au coût limité Le pôle accompagnement : L offre d accompagnement de l Adie est accessible aux créateurs pendant toute la durée de remboursement de leur prêt et à pour but de les aider à pérenniser et à développer leur

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE 2013 Val d Oise SOMMAIRE entreprises département Au 31 décembre 2012 138,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants 3 430 immatriculations Enregistrées par le Centre de Formalités

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans Données de cadrage socio-démographique sur les jeunes en France 24 % des Français de 18 ans et plus sont âgés de

Plus en détail

Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance Promotion / Enquête à mois du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Carrière de la banque et de l'assurance Objectif de cette licence professionnelle : Cette licence professionnelle permet

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel,

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel, 5 LES APPRENTIS 5 5.1 Les effectifs des centres de formation d apprentis : évolution 152 5.2 Les apprentis par région et académie 154 5.3 L'apprentissage dans le second cycle professionnel 156 5.4 Les

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance Faculté des Sciences Economiques et de Gestion IAE Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance 9/ Lieu de formation : Clermont Ferrand Objectifs de cette licence professionnelle Cette

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI Juin 2008 - N 24.1 LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI En 2007, la Dares et la Drees ont conduit une enquête

Plus en détail

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Un sondage exclusif mené par l Ins6tut Think pour 29/01/13 - Sondage «Les Français & l esprit d entreprise» mené par l Institut Think pour l APCE

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Effectifs et taux de réponse par discipline

Effectifs et taux de réponse par discipline observatoire régional #36 Synthèse régionale août 2013 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2012 des diplômés de Master mixte promotion 2010 349 diplômés de M2 mixte en 2010 sur 399 interrogés

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

PARLONS CLAIR. Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN

PARLONS CLAIR. Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN PARLONS CLAIR Les banques en France UNE BANQUE POUR CHACUN LES BANQUES EN FRANCE... UNE BANQUE POUR CHACUN... même pour les personnes les plus fragiles Tout le monde a besoin d avoir accès à la banque,

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes?

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Animé par : ADIE Association des CIGALES de Bretagne BCS BGE Ille & Vilaine Bretagne Active Les CAE d Ille & Vilaine PRESOL Huit acteurs de

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants Les sports d hiver : pratiques et pratiquants En 2004, un peu moins de 9 % de la population française pratique les sports d hiver. Le ski alpin domine, suivi loin derrière par le ski de fond, les autres

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

Synthèse des grandes tendances 2013

Synthèse des grandes tendances 2013 Synthèse des grandes tendances 2013 Le diplôme de Sciences Po préserve les jeunes de la dégradation du marché du travail Les résultats de l enquête annuelle d insertion professionnelle Jeunes Diplômés,

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

ANI mène l'enquête: les résultats

ANI mène l'enquête: les résultats ANI mène l'enquête: les résultats Pour la première fois une enquête a été réalisée sur le métier d iconographe. 235 personnes ont répondu au questionnaire alors que nous estimons le nombre d iconographes

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives Janvier 2012 SOMMAIRE Contexte Résultats détaillés Profil de l auto-entrepreneur..p.5 Exercice de l activité..p.12 Vivre

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION *****

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** SOMMAIRE 1.Offre de Formation Education Nationale 2.Offre de Formation par Apprentissage

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Son avenir. le mien. c est aussi

DOSSIER DE PRESSE. Son avenir. le mien. c est aussi DOSSIER DE PRESSE Les centres de formation d apprentis du BTP poursuivent en 2013 leur mobilisation auprès des entreprises pour le recrutement d apprentis, dans le cadre de la prolongation de la convention

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2014 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2014... 3 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...3

Plus en détail