LA RECHERCHE ACTION UTILISE PAR L OVSM DE GENEVE : L EXPEMPLE DE MIGROS GENEVE ALEXIS DELMEGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA RECHERCHE ACTION UTILISE PAR L OVSM DE GENEVE : L EXPEMPLE DE MIGROS GENEVE ALEXIS DELMEGE"

Transcription

1 LA RECHERCHE ACTION UTILISE PAR L OVSM DE GENEVE : L EXPEMPLE DE MIGROS GENEVE ALEXIS DELMEGE

2 Plan : 1) Résumé 2) Introduction LA METHODE 3) La méthode de recherche action a) Principes b) Une démarche séquentielle c) Le comité de validation d) Le rôle des acteurs 4) Le rapport 5) Pourquoi recourir à la recherche action? UN EXEMPLE CONCRET DE RECHERCHE ACTION : LE CAS MIGROS GENEVE 6) Le mandat de Migros Genève 7) Bibliographie Résumé : L objectif de ce texte est de présenter la méthode de la Recherche Action (RA) aux différents acteurs de l Observatoire Vente et Stratégie de Marketing de Genève. Cette approche est utilisée par des étudiants-stagiaires lors de stage en entreprise d une durée approximative de 6 mois. C est avant tout une démarche participative qui invite tous les acteurs d une organisation à rechercher des informations et des idées pour guider leur actions futures.

3 Introduction Migros Genève a été la première entreprise à encourager un rapprochement entre l université et le monde économique dans le cadre d une collaboration avec l Observatoire Vente et Stratégies du Marketing de Genève. Elle a ainsi décidé de s ouvrir à un regard externe afin d enrichir son analyse d une problématique précise et d offrir un cadre professionnel à des jeunes en formation. Cette étude de 7 mois a été conduite selon la méthode de recherche action utilisée par l OVSM qui implique une collaboration étroite entre trois groupes d acteurs, le corps enseignant la professeur Bergadaà, les professionnels Migros Genève et les étudiants- les chercheurs-stagiaires. La méthode de recherche action Principes : La méthode de la recherche action (RA) invite les professionnels de l entreprise ou de la communauté étudiée à participer activement avec les chercheurs à travers tout le processus de l étude, c est-à-dire, du design initial des objectifs de l étude à la présentation finale des résultats et des discussions de leur application. La (RA) contraste donc avec la plupart des méthodes de recherche puisqu elle donne une place active aux sujets et démystifie le rôle du chercheur. En effet ce dernier n est pas considéré comme un expert qui va dessiner un projet, réunir des informations, interpréter des résultats et donner des recommandations, mais comme un facilitateur. La (RA) engage les membres d une organisation à rechercher des informations et des idées pour guider leur actions futures. Le processus commence avec les professionnels de l organisation concernée. La (RA) recommande un dialogue entre les différents acteurs dont l objectif est de mettre en évidence le problème existant dans l organisation. C est seulement en travaillant avec les membres de l organisation qu il est possible de diagnostiquer ces problèmes. La méthodologie de la (RA) est le mode d intervention utilisé par l OVSM pour ses projet de recherche en collaboration de ses membres fondateurs. La (RA) est une famille de méthodes de recherche développée initialement aux Etats Unis et dans les pays scandinaves en réaction contre la séparation de la recherche pure et la recherche appliquée. La RA est ouverte à l utilisation de techniques de recherche diverses qu elles soient quantitatives ou qualitatives.

4 Une démarche séquentielle : Elle se définit avant tout par une stratégie de recherche particulière qui se caractérise par une évolution séquentielle. Dans un premier temps le chercheur-stagiaire passe par une période d intégration dans l entreprise (T). Il cherche à réunir des informations sur les processus de travail, la culture d entreprise et les comportements informels des collaborateurs. Le but de cette première période est de bien comprendre la problématique et de fixer un projet de recherche provisoire. Le thème de la recherche émerge des discussions du chercheur avec les différents acteurs de l entreprise. Pour le chercheur il s agit d impliquer différents professionnels dans une réflexion commune et active, pour passer ensuite de l énoncé d un problème à une formulation d objectifs plus précis (T+1). Après la première étape, la recherche évolue par séquences. Pendant une séquence (T+2, T+3, etc.) le chercheur travaille sur un aspect du problème et intervient d une façon active dans la vie de l entreprise.

5 Le comité de validation : A la fin d une séquence une réunion de travail est organisée, au cours de laquelle le chercheur présente les résultats de son investigation. Un groupe formé d experts issus de multiples horizons devra alors débattre des résultats de la séquence échue et partager son savoir. Lors d une discussion qui suit la présentation un nouveau sens commun vis-à-vis du problème est produit et les participants font état de leur apprentissage mutuel face au problème. Finalement, le chercheur-stagiaire et les experts fixent les objectifs pour la séquence ultérieure de la recherche. Cette évolution constante des objectifs du projet permet de répondre à un problème spécifique de toutes les études menées par des personnes qui viennent de l extérieur dans une entreprise (graphique : la dynamique de la situation). Au début du projet le chercheur-stagiaire a une marge de liberté significative quant à la direction que va prendre le projet. Cependant, sa connaissance de l organisation, de la technologie et de la culture d entreprise est relativement faible. Plus le projet évolue, plus cette connaissance augmente et plus la liberté de modifier la direction du projet diminue. Cette évolution entraîne une utilisation sous-optimale des nombreuses connaissances acquises au cours du projet à l élaboration de ce dernier. La démarche séquentielle de la RA est une solution à ce problème puisqu elle permet d intégrer les connaissances acquises à chaque étape du mandat à la conception des objectifs ultérieurs de la recherche. La dynamique de la situation Niveau de connaissance Sur le projet Capacité d action Sur le projet TEMPS Axe de déroulement du projet Source : Situations de conception et apprentissage collectif, Les Limites de la rationalité Tome 2 Editions la Découverte

6 Définition du rôle des acteurs Les chercheurs-stagiaires : (2 étudiants qui travaillent en binôme) Ils vont dessiner et conduire la (RA) tout au long du mandat. Leur première tâche sera de s intégrer dans l entreprise pour appréhender la problématique qui leur est confiée. Pour ce faire ils devront rencontrer les différents acteurs concernés, se former à leur nouvel environnement de travail, poser des questions, glaner les maximum d informations. Cette première étape est déjà très productive puisqu elle va forcer les professionnels à synthétiser les principaux éléments de liés à l étude. Les professionnels : Ce groupe se compose de l ensemble des collaborateurs concernés par les objectifs de la recherche. Il s agit des mandataires de l étude, des collaborateurs ainsi que toute autre personne ayant une expérience directe avec la problématique de l'enquête. Les professionnels ont une bonne connaissance du terrain, ils savent comment les éléments de la recherche sont interconnectés et quels sont les valeurs et les attitudes des individus concernés. Cette connaissance individuelle est souvent tacite et nécessite des entretiens. L implication des professionnels et leur intérêt vis-à-vis de l étude aura une conséquence directe sur la qualités de cette dernière. Les mandataires doivent donc offrir tout le support nécessaire afin de donner une grande marge de manœuvre aux chercheurs-stagiaires. Le corps enseignant : Il va soutenir et guider les chercheurs-stagiaires dans leur étude en leur donnant des conseils sur l évolution de leur travail. Il sera présent lors des comités d évaluation afin de donner suivre

7 La RA demande aux acteurs de l'organisation de participer activement avec les chercheurs à la conduite de la recherche du début (problématique) à la fin (présentation des résultats). C'est ce qui diffère d'une recherche normale où les acteurs sont beaucoup plus passifs. La richesse et la qualité de la recherche dépend de la capacité de chaque groupe d'individu à collaborer dans l'analyse de leur situation de travail, dans l'expertise qu'ils vont en faire de manière à créer un nouveau savoir. Dans la RA, le rôle des acteurs est différent d'une recherche conventionnelle. Ici, on pense plus à un apprentissage en commun. Dans la rechercher actions, les acteurs sont impliqués de façon à trouver des idées et des informations pour guider les actions à mener dans le futur. Le chercheur ne peut pas être seul, il faut impérativement faire participer les collaborateurs de Migros à la recherche.

8 Le rapport : Il est conçu comme un outil de travail. C est un ensemble de fiches concises dont l objectif est de souligner une problématique mise à jour au cours de la recherche. Le résultat de la (RA) est utile à des fins de réflexion et dans un but opérationnel. L output des étudiants-stagiaires s oriente dans cette direction et propose des pistes de recherches. L entreprise mandataire doit donc envisager la recherche-action dans une perspective qui dépasse la durée du stage et intégrer le fruit de cette étude dans un processus d amélioration du travail. Pourquoi recourir à la recherche action? Dépasser les limites d une seule discipline : Dans une organisation complexe, peu de problèmes peuvent être abordés à l aide d une seule discipline. Aucun chercheur ne peut assumer des situations complexes à l aide de sa seule expérience. Il doit recourir à l aide du professionnel et bénéficier de son expertise dans des champs tels que le comptabilité, la finance ou les ressources humaines. Dans la (RA), l étudiant stagiaire agit moins comme un expert mais comme un coach dans la construction d une équipe de réflexion. Améliorer la rigueur scientifique : L avantage de la (RA) réside dans la validation des méthodes et résultats de l étude. Les comités de validation permettent l échange de feed back, d information sur le développement de l étude dans l organisation. Les professionnels pourront donc à tout moment décider d actions correctrices ou de réorienter le sujet de la recherche. Cette confrontation des résultats aux experts obligent les étudiants stagiaires à une grande rigueur dans leur résultats. Un apprentissage mutuel : Dans la (RA), le chercheur est constamment défié par des événements, des idées, des informations et des arguments issus des participants au projet. L apprentissage organisationnel est donc amélioré car les membres de l organisation ont une participation active à l élaboration du projet.

9 Trouver de nouveaux mode de résolution de problèmes : La réalité sociale de toute entreprise repose sur une logique sous-jacente simple : la manière d aborder une problématique est influencée par différentes sphères culturelles (culture d entreprise, culture corporative, culture locale, etc). Par conséquent, la résolution d un problème dans une entreprise est largement influencée par une structure organisationnelle et par une culture implicite et explicite. Des solutions créatives vont donc dépendre de la capacité de l organisation à trouver de nouveau modes de pensée. La (RA) propose une solution puisqu elle induit le recours à un regard externe et à un savoir externe. Le mandat de Migros Genève L'étude a été conduite selon la méthode de recherche action utilisée par l OVSM. Cette méthode offre la possibilité de redéfinir les objectifs de l étude en accord avec les différents protagonistes et en fonction de l avancement du projet. En résumé, elle donne plus de flexibilité aux chercheurs-stagiaires et permet d adapter les objectifs de l étude en fonction de son avancement. La recherche à Migros Genève s'est composée de 4 séquences distinctes : 1. Interviews de base et observation de réunion de chefs de secteur. 2. Interviews de gérant d unité. 3. Observation participante à Migros Charmilles. 4. Focus groupe à Migros Charmilles. 5. Présentation et discussion des réultats. A la fin de chaque séquence, les chercheurs-stagiaires ont présenté leurs résultats au comité de validation qui réunissait le Professeur Bergadaà, Directrice de l'observatoire de vente et Stratégies de Genève, son assistant, Monsieur Knoblauch et Monsieur Gillieron de Migros Genève. Ces réunions d'experts donnaient l occasion de confronter l'analyse conceptuelle et théorique des faits rapportés et l'analyse pratique des responsables de l'entreprise. Ce comité de validation fixait alors les objectifs et la direction à suivre pour la séquence ultérieure de la recherche.

10 Objectif initial du mandat : Comprendre les facteurs influençant la démarque inconnue. 1. Interviews de base (17 avril 2000 au 22 mai 2000) Liste des entretiens : Direction département vente Chef de division Administration vente Equipe TPV Gérant Migros Lignon Adjoint du gérant Brico Loisir Meyrin Cette première étape de l étude a permis aux chercheurs-stagiaires d appréhender la problématique pour laquelle ils ont été mandatés. Ils ont eu l occasion de discuter avec plusieurs interlocuteurs de la centrale de Migros Genève pour comprendre l organisation et la culture de l entreprise. Dans un deuxième temps, ils sont allés visiter des unités et ont interviewé leur gérant afin s initier aux problèmes liés à la démarque inconnue. Enfin, une formation à l utilisation de TPV leur a donnée. Les chercheurs-stagiaires disposaient ainsi d une vision de la démarque inconnue issue du management et des unités. 2 ème objectif du mandat : Comprendre l utilisation des systèmes d information dans les unités et leur influence sur la démarque inconnue. Liste des entretiens : (22 mai 2000 au 26 juin 2000) Gérant Migros Carouge Gérant Migros Cirque Gérant Migros Vibert Adjoint au Gérant Migros Vibert Gérant Migros Thônex Gérant Migros Accacias Adjoint au Gérant Migros Vibert Il s agissait alors de comprendre si la démarque inconnue était directement liée à l utilisation de TPV, considéré comme source de beaucoup d ennuis dans les unités. Des entretiens en profondeur avec des gérants et leurs adjoints dans 6 unités de tailles différentes ont été menés. Chaque interview a duré environ une heure de temps et était guidée par un questionnaire comportant essentiellement des questions ouvertes. Dans les discussions nous avons abordé le sujet de l utilisation des outils de gestion des stocks à travers ses différentes dimensions : utilisation actuelle avec ses problèmes spécifiques, utilisation potentielle d outils existants et propositions de nouveaux outils, attitudes face aux outils informatiques.

11 3 ème objectif du mandat : Observer les comportements, attitudes et processus de travail susceptibles d avoir une influence sur les résultats d inventaire. Fournir une description des comportements en mettant en évidence leur dimension psychologique et sociologique. L unité des Charmilles a été choisie pour cette étape de notre étude parce qu elle présentait un volume suffisant d affaire pour entrer dans le cadre de l étude. Son gérant, M. Gillieron, nous a introduit dans deux secteurs, colonial et non alimentaire. Les objectifs réels de l observation n ont pas été dévoilés aux chefs de secteurs et aux vendeurs afin de ne pas les influencer dans leur manière de travailler. Les chercheurs-stagiaires ont participé au travail quotidien de ces deux secteurs pendant 5 semaines (7 août 2000 au 4 septembre 2000) selon la méthode d observation participante (annexe 3). 4 ème objectif du mandat : Identifier les facteurs à l origine des troubles comportementaux influençant les résultats d inventaire. Sur la base des résultats issus de l observation participante, le comité de validation a décidé de convoquer les acteurs impliqués à des séances de réflexion. La méthode de focus groupe (annexe 4) a été retenue afin d approfondir les disfonctionnements mis en évidence dans le précédent rapport. Trois groupes ont été invités à travailler, 1. Les chefs de secteur de Migros Charmilles. (29 septembre 2000) 2. 8 chefs de secteur alimentaire issus de différentes unités de taille dissemblables. (3 octobre 2000) 3. 8 chefs de secteur non-alimentaire issus de différentes unités de taille dissemblables. (13 octobre 2000) Un membre de l équipe support marchandise était convié afin de mieux impliquer la direction de la centrale de Migros Genève.

12 Bibliographie Foote Whyte, W. (1991) «Participatory action research», A Sage Focus Edition, London Greenwood, D.J. and J. L. Gonzalez et al. «Organizational cultures in Mondragon : A Participatory Action Research Study of Change in FAGOR Cooperative Group». Greenwood, D. (1989) «Collective reflective practice through participatory actin research : a case sutdy from the Fagor Cooperatives of Mondragon». Nurick, A. J. (1985) «Participation in Organizational Change : The TVA Experiment». New York : Praeger. Elden, M. (1983) «Participatory research at work». Journal of Occupational Behavior 4 (1) : Kalleberg, R. (1989) «Action research as constructive science». Working paper. Oslo, Norway : Instute for Social Research. Levin, M. (1985) «Participatory Action Research in Norway». Trondheim, Norway : ORAL. Pasmore, E. and F. Friedlander (1982) «An action research program for increasing employee involvement in problem solving». Administrative Science Quarterly 27 : Fernandez, M. E. (1986) «Participatory-Action-Research and the Farming Systems Approach with highland Peasants». Columbia : University of Missouri, Department of Sociology.

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation OBJECTIFS - Connaître les phases d élaboration d un cahier des charges de formation - Etre capable de définir les objectifs

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION E1 FRANÇAIS (Coef 3) U1 1. Objectif L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X COMMENT CHOISIR UN CONSULTANT?

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer la formation Promouvoir la formation des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser»

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation

Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation 1 Plan de la communication Contexte et problématique de la recherche

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Compétences relationnelles

Compétences relationnelles Compétences relationnelles Servir et aider Servir, aider ou assister des personnes, répondre à ses demandes et à des questions, être au service de clients. Capacité à communiquer chaleureusement avec les

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

Introduction. Une traditionnelle opposition

Introduction. Une traditionnelle opposition Introduction Introduction XIII Dans la méthodologie des études en sciences sociales, on a longtemps opposé les approches quantitatives et qualitatives, comme deux philosophies en contradiction souvent,

Plus en détail

CONFÉRENCE FINANCE ET ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Toute personne souhaitant (re)découvrir les fondamentaux de la finance d entreprise et comprendre l évolution du modèle de consommation Conférence 1,5 jours

Plus en détail

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL German Alfonso Lopez Daza 1 Les facultés de droit dont la mission est de former les futurs avocats,

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES ET APPROCHE PROJET

ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES ET APPROCHE PROJET Ph. Dumas Pédagogie Projet 17/09/99 page 1 ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES ET APPROCHE PROJET Contribution à la mise en oeuvre des programmes pédagogiques en IUT SRC et en formations connexes Pertinence pédagogique

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels.

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels. Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves Objectifs -Poser des repères pour confronter les élèves à la démarche scientifique, aux problèmes historiques et géographiques

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

VU le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ;

VU le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906095A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 10 juin 2008 portant définition et fixant les conditions de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN LEGISTIQUE (CEFOLEG)

RAPPORT DE STAGE CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN LEGISTIQUE (CEFOLEG) FACULTE DE PSYCHOLOGIE ET DES SCIENCES DE L'EDUCATION TECFA Technologies de Formation et Apprentissage RAPPORT DE STAGE CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN LEGISTIQUE (CEFOLEG) René Glaus rglaus@mail.com

Plus en détail

Pratique informée par

Pratique informée par Evidence-based practice Évidences Preuves Faits Données probantes Résultats probants Pratique factuelle Pratique exemplaire Pratique basée sur Pratique fondée sur Pratique informée par Quelques définitions

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

"Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe.

Le chemin est long du projet à la chose. Molière, Tartuffe. "Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe. Stage PAF STL SPCL - Le Projet 05/04/12 1 La place du projet dans les programmes de STL SPCL Alors, qu est-ce qui s est passé? Elle se serait

Plus en détail

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Définir l Entreprise Resources Planning mieux connu sous le nom d ERP Cette solution informatique

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire

Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire et Développer ses compétences croisées de production et de relations avec le public au service de projets de territoire 10 jours de mars à juin 2015 En partenariat avec HorsLesMurs OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

Plus en détail

SEMINAIRES 2005-2006

SEMINAIRES 2005-2006 SEMINAIRES 2005-2006 POUR LES CADRES DU DOMAINE SCOLAIRE ET DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL FORRES Av. de Cour 33 1014 Lausanne Tél.: 021 316 05 52 Fax : 021 316 33 96 www.forres.ch info@forres.ch TABLEAU

Plus en détail

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une Platteaux Hervé et Moura Ana Centre de Didactique Universitaire, Université de Fribourg Centre de Didactique Universitaire - Université de

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

montage et gestion de projets d'aménagement - mgpa

montage et gestion de projets d'aménagement - mgpa montage et gestion de projets d'aménagement - mgpa Les étudiants de la maîtrise en aménagement (option mgpa) peuvent choisir entre s'inscrire (i) à un travail dirigé ou (ii) à un stage. Ce document introduit

Plus en détail

L école de la facilitation - Bordeaux Formation certifiante de «Facilitateur du travail d équipe» Programme détaillé des modules

L école de la facilitation - Bordeaux Formation certifiante de «Facilitateur du travail d équipe» Programme détaillé des modules L école de la facilitation Bordeaux Formation certifiante de «Facilitateur du travail d équipe» Programme détaillé des modules La facilitation vise à : Valoriser les potentiels de chacun, développer la

Plus en détail

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation La production et la consommation responsables au cœur des enjeux sociétaux

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR EN ALTERNANCE

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR EN ALTERNANCE INTRODUCTION LES h LIEUX D EXERCICES DU METIER a Les entreprises connaissent actuellement de profonds changements organisationnels notamment le recentrage sur les métiers et les missions de l entreprise.

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite:

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite: CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure Ensuite: Majeures Développement : J11 (-1,-2, -3 pour options) et J12 pour profession Sociale : J21 (-1,-2, -3

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Préparer une manifestation orale en bibliothèque [Philippe Guillerme et Isabelle Bastian-Dupleix (Bpi)]

Préparer une manifestation orale en bibliothèque [Philippe Guillerme et Isabelle Bastian-Dupleix (Bpi)] Préparer une manifestation orale en bibliothèque [Philippe Guillerme et Isabelle Bastian-Dupleix (Bpi)] La mise en œuvre de manifestations orales demande une réflexion préalable quant au propos envisagé,

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Comptabilité Classe de 12CG Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal

Plus en détail

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 Professeur superviseur Philippe Pelletier ppelletier@cmaisonneuve.qc.ca

Plus en détail

CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP)

CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP) CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP) Appel à candidatures pour la sélection d un consultant «concepteur de contenus» (Guide du coach et livret du bénéficiaire) pour une session de coaching

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Les métiers de la banque d investissement et de financement

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Les métiers de la banque d investissement et de financement RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER GESTION Mention Management Spécialité Finance à finalité professionnelle, en formation continue Annexe 3 : Fiche RNCP

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

Mémoire professionnel - document cadre de la filière secondaire I

Mémoire professionnel - document cadre de la filière secondaire I Haute école pédagogique Filière Enseignement secondaire 1 Avenue de Cour 33 CH 1014 Lausanne www.hepl.ch Mémoire professionnel - document cadre de la filière secondaire I Afin de ne pas surcharger le texte,

Plus en détail

ARRÊTÉ du 8 avril 2009

ARRÊTÉ du 8 avril 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Méthodes de recherches et rédaction des mémoires

Méthodes de recherches et rédaction des mémoires 1 Méthodes de recherches et rédaction des mémoires Matériel de cours Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) Février 1999 Daniel Schneider TECFA, Faculté de Psychologie et des Sciences

Plus en détail

Ce parcours complet se développe progressivement autour de 3 leviers interdépendants dans la négociation :

Ce parcours complet se développe progressivement autour de 3 leviers interdépendants dans la négociation : NOTRE VISION Notre environnement économique est en mutation permanente et profonde ; ce contexte singulier plonge les entreprises dans l hyper-compétitivité. Face à ses clients elle doit donc défendre

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

Mathématiques et licences professionnelles

Mathématiques et licences professionnelles MATHÉMATIQUES ET LICENCES PROFESSIONNELLES 73 Mathématiques et licences professionnelles La licence professionnelle a étécréée par un arrêté du 17 novembre 1999. Dès son premier article, cet arrêtéprécise

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

Charte. Stages. des. Centre international d études supérieures en sciences agronomiques

Charte. Stages. des. Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Charte des Stages Centre international d études supérieures en sciences agronomiques de Montpellier SupAgro L engagement de l établissement dans la professionnalisation de ses formations est affirmé par

Plus en détail

Sommaire. Mobilisation/Motivation. Compétences/Potentiel. Descriptif de l épreuve...6. Fiches

Sommaire. Mobilisation/Motivation. Compétences/Potentiel. Descriptif de l épreuve...6. Fiches Sommaire Descriptif de l épreuve...6 Mobilisation/Motivation Fiches Pages 1 Les facteurs de motivation au travail...9 2 Le cadre juridique de la relation de travail (1)...11 3 Le cadre juridique de la

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

STAGE EN ENTREPRISE MASTER 2 e-rédactionnel Durée obligatoire : 18 semaines

STAGE EN ENTREPRISE MASTER 2 e-rédactionnel Durée obligatoire : 18 semaines STAGE EN ENTREPRISE MASTER 2 e-rédactionnel Durée obligatoire : 18 semaines MODALITES ATTENTES - CONSEILS : 1- Soutenance orale de stage 1.1- Modalités : La durée totale de la soutenance est de : 30 mn

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Licence professionnelle Alimentation, santé

Licence professionnelle Alimentation, santé Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Alimentation, santé Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail