Loi sur les sociétés par actions Une réforme majeure du droit corporatif québécois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi sur les sociétés par actions Une réforme majeure du droit corporatif québécois"

Transcription

1 Loi sur les sociétés par actions Une réforme majeure du droit corporatif québécois Iain C. Scott Matthieu Rheault

2

3 INTRODUCTION Loi sur les sociétés par actions (Québec) («LSA») entrée en vigueur le 14 février 2011 Réforme et modernise de façon importante la Loi sur les compagnies (Québec) («LCQ») Remplace les parties I et IA de la LCQ Partie IA automatiquement régie par la LSA Partie I cinq ans pour se continuer sous la LSA ou dissolution automatique Parties II 1 et III 2 demeurent en vigueur Les parties I et IA continuent d avoir effet dans la mesure nécessaire pour l application : des parties II et III de toute autre loi qui les rend applicables (a. 728(2)) Règlement édictant des mesures transitoires pour l application de la Loi sur les sociétés par actions (Québec) Une référence à la LCQ dans les statuts, les règlements ou une convention unanime d actionnaires doit s interpréter comme une référence à la disposition correspondante de la LSA (a. 1) Règlements adoptés en vertu de 91 LCQ constituent le règlement intérieur (a. 2) 2 1 La partie II s applique aux compagnies à fonds social. 2 La partie III s applique à des compagnies sans but lucratif (n ayant pas de capital-actions).

4 3 INTRODUCTION (suite) Contenu de la présentation principales différences d intérêt avec la LCQ et la Loi canadienne sur les sociétés par actions («LCSA») Ce que la LSA ne contient pas Structure de capital Droits et protections des actionnaires Gouvernance Procédures corporatives Divers

5 CE QUE LA LSA NE CONTIENT PAS 4 Pas d exigences relatives à la résidence des administrateurs (siège doit être situé au Québec (a. 29)) Pas de règles relatives à la sollicitation de procurations Émetteurs assujettis soumis aux lois sur les valeurs mobilières applicables Règles relatives à la forme et la validité des procurations sont prévues (a ) peut être révoquée en tout temps devient caduque un an après avoir été donnée fondé de pouvoir qui a reçu, en vertu de procurations distinctes, des instructions contradictoires ne peut voter à main levée (pas d exception similaire à celle prévue dans la LCSA lorsque moins de 5% des actions seront votées contre la résolution) 3 3 En vertu de l article 87 de la Loi sur les valeurs mobilières (Ontario), un vote par scrutin doit être tenu si les procurations devant être votées à l encontre de la décision qui serait par ailleurs adoptée par la majorité représentent plus de 5% des voix rattachées à l ensemble des actions qui confèrent le droit de voter et d être représenté à l assemblée. Pas de disposition similaire dans la Loi sur les valeurs mobilières (Québec).

6 5 CE QUE LA LSA NE CONTIENT PAS (suite) Pas de restrictions relatives aux prêts, cautionnements ou autres formes d aide financière aux actionnaires Pas de test «comptable» 4, notamment en cas de paiement de dividendes, réduction de capital et achat ou rachat d actions Test de «solvabilité» demeure une société ne peut faire aucun paiement en vue d acheter ou racheter ses actions (a. 95), réduire son capital (a. 101) ou déclarer ou payer un dividende (a. 104) «s il y a des motifs raisonnables de croire qu elle ne peut ou ne pourrait de ce fait acquitter son passif à échéance» Test additionnel en cas d achat ou de rachat d actions une société ne peut faire aucun paiement lorsque ce paiement la rendrait incapable, en cas de liquidation, de verser les sommes nécessaires au paiement des actions prioritaires ou concurrentes (en tenant compte de toute renonciation des actionnaires prioritaires ou concurrents) (a. 96) 4 En vertu du test «comptable», la «valeur de réalisation» de l actif de la société ne peut être inférieure à son passif, et selon les circonstances, à certains comptes de capital déclaré.

7 STRUCTURE DE CAPITAL 6 LSA permet une certaine souplesse au niveau des structures de capital Actions avec ou sans valeur nominale (a. 43) Actions non entièrement payées (a. 53) Fractions d actions auxquelles sont rattachés des droits proportionnels peuvent être émises (a. 51) En vertu de la LCSA, les détenteurs de fractions d actions ne peuvent voter et recevoir des dividendes que si les statuts le permettent ou le fractionnement résulte d une refonte d actions Des actions sans certificat peuvent être émises (a ) Les «systèmes d inscription directe» sont expressément prévus par la LSA L existence des actions est constatée par leur inscription dans le registre des valeurs mobilières La société doit transmettre à l actionnaire un avis écrit incluant les renseignements prescrits «Inceste corporatif» détention des actions d une société mère permise jusqu à 30 jours (ne peuvent être votées) (a. 86) 5 5 Ceci va faciliter certaines réorganisations fiscales et autres réorganisations internes qui, dans certains cas, requièrent la détention momentanée par une filiale d actions de sa société mère.

8 7 STRUCTURE DE CAPITAL (suite) Catégories ou séries d actions distinctes peuvent avoir des droits et restrictions identiques (a. 49(3)) Des «dividendes discrétionnaires» peuvent être versés à différents actionnaires sans qu ils aient à détenir des actions de catégories distinctes qui diffèrent artificiellement quant à leurs droits et restrictions 6 Compte de capital émis et payé Peut créditer, dans certaines circonstances, un montant moindre que la valeur de la contrepartie reçue (a. 70 et 103) entre autres, c est possible (tel que prévu à l article 26(3) LCSA) dans le cas d une émission d actions en échange de biens d une personne sans lien de dépendance, si cette personne, la société et tous les détenteurs d actions de la catégorie ou série ainsi émises consentent à l échange cependant, contrairement à la LCSA, un tel consentement n est pas requis en vertu de la LSA si l émission d actions n a pas pour effet de réduire le montant de capital émis et payé par action il est aussi possible de créditer un montant moindre que la valeur des actions émises à titre de paiement d un dividende en actions (pas prévu dans la LCSA) Émission d actions irrégulière (faite en excédent du capital autorisé ou qui contrevient autrement aux statuts) peut être validée par résolution unanime des actionnaires (a. 59) 6 Ceci va faciliter la planification fiscale pour les sociétés privées.

9 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES 8 La LSA contient des droits et des protections pour les actionnaires généralement similaires à ceux contenus dans la LCSA : Droit de dissidence («droit au rachat d actions») Recours pour oppression («redressement en cas d abus de pouvoir ou d iniquité») Action oblique («autorisation d agir au nom d une société») Vote par catégorie Vente, location ou échange de biens hors du cours normal («aliénation affectant la poursuite d activités substantielles») Obligation d aviser les actionnaires d un rachat d actions Droit de consulter les états financiers d une filiale, les livres de la société et certains autres documents Droit de demander la convocation d une assemblée des actionnaires Propositions d actionnaires

10 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) 9 Droit de dissidence («droit au rachat d actions») (a ) Existe lorsqu un actionnaire vote contre certaines résolutions énumérées à l article 372 (par exemple: expulsion d actionnaires, modification ou suppression d une restriction aux activités ou au transfert d actions, aliénation de biens suite à laquelle la société ne peut poursuive des activités substantielles, fusion, continuation) En plus d exiger la transmission par l actionnaire d un avis à la société, la LSA exige spécifiquement de l actionnaire qu il exerce contre la résolution la totalité des droits de vote rattachés à la totalité des actions qu il détient (a. 372) Un mécanisme spécifique est prévu afin de permettre à un actionnaire bénéficiaire d exercer ce droit en donnant des directives à cette fin à l actionnaire inscrit (a )

11 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) Recours pour oppression («redressement en cas d abus de pouvoir ou d iniquité») (a ) Disponibilité du recours est élargie en clarifiant qu un demandeur peut obtenir une ordonnance visant à redresser la situation lorsque la société «s apprête» à agir abusivement ou «s apprête» à se montrer injuste (a. 450) L article 450 ne protège pas spécifiquement les créanciers qui ne sont pas des détenteurs de valeurs mobilières 7 (contrairement à l article 241 LCSA) Lorsque la société «agit abusivement ou s apprête à agir abusivement à l égard des détenteurs de valeurs mobilières de la société ou à l égard de ses administrateurs ou de ses dirigeants, ou qu elle se montre injuste ou s apprête à se montrer injuste à leur égard en leur portant préjudice» Les mots «en ne tenant pas compte de leurs intérêts» («unfairly disregards») ne sont pas inclus L article 451(14) prévoit spécifiquement que le tribunal peut «condamner, non seulement dans un cas d abus de procédure mais également dans tout autre cas où le tribunal le jugera approprié, toute partie aux procédures à payer, en tout ou en partie, les honoraires extrajudiciaires et autres frais de toute autre partie» (écarte l arrêt Viel) L article 452 précise que le tribunal peut rendre toute ordonnance qu il estime appropriée, que cette ordonnance ait été demandée ou non par le demandeur (pas spécifiquement prévu dans la LCSA) La règle de l ultra petita est expressément écartée Dans un tel cas, le tribunal doit donner aux parties l occasion d être entendues 10 7 «Valeur mobilière» est définie comme étant «une action et, pour un émetteur assujetti, une débenture, une obligation et un billet négociables sur une bourse ou un marché de capitaux».

12 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) 11 Action oblique («autorisation d agir au nom d une société») (a ) Le demandeur n est pas tenu de donner un préavis de son intention de présenter une demande d autorisation lorsque tous les administrateurs ont été désignés comme défendeurs à l action (a. 446(3)) Il est spécifiquement prévu que le tribunal peut notamment rendre une ordonnance afin de : réviser le fonctionnement de la société en modifiant les statuts ou le règlement intérieur ou en établissant ou en modifiant une convention unanime des actionnaires (pas mentionné spécifiquement dans la LCSA) (a. 447(3)) faire des nominations au conseil d administration (pas mentionné spécifiquement dans la LCSA) (a. 447(4)) La LSA contient une disposition spécifique relativement au droit du demandeur d avoir accès à tous les renseignements ou documents pertinents que détient la société (a. 449)

13 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) Vote par catégorie Contrairement à la LCSA, la LSA ne contient pas une liste exhaustive des circonstances qui requièrent un vote par catégorie L article 191 contient plutôt un énoncé de principe qui prévoit qu un vote par catégorie est requis si une résolution spéciale 8 : «met fin à l égalité entre les actionnaires détenant les actions d une même catégorie ou série»; ou «porte atteinte aux droits qui leur sont conférés par l ensemble de ces actions» Toutefois, un vote par catégorie n est pas requis si la résolution spéciale «porte atteinte d une même façon aux droits conférés par l ensemble des actions émises par la société» Règle spécifique pour une réduction de capital un vote par catégorie est requis sauf si la réduction «porte atteinte de la même façon à l ensemble des actions émises par la société» (a. 192) 12 8 «Résolution spéciale» signifie «une résolution devant être adoptée par au moins les deux tiers des voix exprimées lors d une assemblée par les actionnaires habiles à voter sur cette résolution ou une résolution devant être signée par tous ces actionnaires».

14 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) Vente, location ou échange de biens hors du cours normal («aliénation affectant la poursuite d activités substantielles») (a ) Biens de la société Une «aliénation» (soit la vente, l échange ou la location) de biens de la société doit être autorisée par une résolution spéciale de ses actionnaires si, par suite de cette aliénation, la société «ne peut poursuivre des activités substantielles» (a. 271(1)) «Activités substantielles» Une société «est réputée poursuivre des activités substantielles lorsque les activités qu elle poursuit après une aliénation de ses biens satisfont aux exigences suivantes : (1) elles nécessitaient l utilisation d au moins 25% de la valeur de l actif de la société à la date de la fin de l exercice précédant l aliénation; [et] (2) elles ont généré, au cours de l exercice précédant l aliénation, au moins 25% des produits ou du bénéfice avant impôt de la société». (a. 274) Codifie de façon générale le test «quantitatif» de 75% énoncé dans Cogeco Câble Inc. c. CFCF Inc. Cette présomption irréfragable laisse probablement peu de place pour le test «qualitatif» : est-ce que la transaction proposée «constitue une réorientation fondamentale qui touche au cœur de l entreprise»? L autorisation est donnée par résolution spéciale (a. 272) Exception : aliénation en faveur d une filiale dont la société est l unique actionnaire 9 (a. 271(1)) (pas d exception similaire dans la LCSA) mais pas d exception pour une aliénation faite dans le cours normal des activités (tel que prévu dans la LCSA) 13 9 Ceci clarifie qu une société pourra transférer des actifs à une telle filiale lors de réorganisations internes sans obtenir l approbation de ses actionnaires.

15 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) Biens de la filiale «Une société est tenue d empêcher sa filiale de procéder à une aliénation des biens de celle-ci chaque fois que la société, par suite de cette aliénation, ne pourrait poursuivre des activités substantielles, dans l hypothèse où les biens de la filiale seraient ceux de la société et où les activités de la société incluraient celles de sa filiale» (a. 273(1)) Dans un tel cas, pour les fins de la présomption de poursuite d activités substantielles, l actif, les produits et le bénéfice sont calculés à partir de l information financière consolidée de la filiale et de la société qui la contrôle (a. 274(2)) Exceptions (a. 273(2)) : les actionnaires de la société mère ont autorisé par résolution spéciale l aliénation des biens de la filiale une aliénation par la filiale dans le cours normal de ses activités une aliénation par la filiale en faveur d une filiale dont elle est l unique actionnaire La «perte du contrôle» 10 d une société sur sa filiale est réputée être une aliénation de la totalité des biens de la filiale (a. 275) Par exemple, si une société détient 51% des actions votantes d une filiale importante et en vend 2%, elle perdrait le contrôle de jure et l approbation des actionnaires serait requise «Contrôle» signifie «le fait pour une personne de détenir des actions d une personne morale lui donnant le droit d en élire la majorité des administrateurs» (a. 2).

16 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) 15 Obligation d aviser les actionnaires d un rachat d actions (a. 89) La société doit aviser ses actionnaires des détails de toute acquisition de gré à gré qu elle a faite de ses actions en circulation Ne s applique pas à un émetteur assujetti Dans les 30 jours de l acquisition Sur demande, la société doit fournir une copie de l entente Exemption si tous les actionnaires consentent

17 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) 16 Droit de consulter les états financiers d une filiale (a ) Un actionnaire peut consulter les états financiers d une filiale (ou d une autre personne morale dont l information financière est consolidée dans les états financiers de la société) La société peut demander au tribunal d interdire la consultation des états financiers si elle démontre qu elle pourrait subir un préjudice (comme c est le cas en vertu de la LCSA) De plus, une société a le droit (pas prévu dans la LCSA) de refuser la consultation si la valeur des actifs, des produits et des bénéfices avant impôts représentent chacun moins de 10% du montant correspondant dans les états financiers de la société dans un tel cas, l actionnaire a 15 jours pour demander au tribunal de réviser la décision de la société

18 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) 17 Droit de consulter les livres (a. 32) Actionnaire livres de la société (statuts, règlement intérieur, convention unanime des actionnaires, procès-verbaux des assemblées et résolutions des actionnaires, registre des administrateurs et registre des valeurs mobilières) Créancier seulement la convention unanime des actionnaires (LCSA tous les livres de la société) Autres documents Les actionnaires peuvent consulter toute partie des procès-verbaux ou de tout autre document dans lesquels un administrateur ou un dirigeant a fait une dénonciation d intérêt (a. 130) Les actionnaires et les fondés de pouvoir ont le droit de vérifier les bulletins de vote et les procurations déposés lors d une assemblée (lesquels doivent être conservés par la société pendant au moins trois mois) (a. 189) (pas prévu dans la LCSA)

19 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) 18 Droit de demander la convocation d une assemblée des actionnaires Actionnaires détenant au moins 10% des actions votantes (a. 208) 10% de toutes les actions en vertu de la LCQ 5% des actions votantes en vertu de la LCSA Les actionnaires peuvent seulement demander la convocation d une assemblée pour des questions qui relèvent des actionnaires (a. 211(2)) Il reste à voir dans quelle mesure cette règle pourrait être contournée en proposant d amender le règlement intérieur

20 19 DROITS ET PROTECTIONS DES ACTIONNAIRES (suite) Propositions d actionnaires (a ) Droit de soumettre des propositions devant être incluses à l ordre du jour de la prochaine assemblée annuelle des actionnaires Les actionnaires inscrits et bénéficiaires des émetteurs assujettis (ou des sociétés de 50 actionnaires ou plus) Les critères de détention minimum d actions sont de 1% des actions en circulation ou de 1 000$ en valeur pour exercer ce droit (a. 195; Règlement sur les propositions d actionnaires (Québec)) Les propositions peuvent inclure des candidatures en vue de l élection des administrateurs si elles sont signées par une ou plusieurs personnes détenant au moins 5% des actions ou 5% des actions d une catégorie comportant le droit de vote (a. 198) Des droits similaires sont prévus dans la LCSA mais pas dans la LCQ Le président de l assemblée doit permettre à l auteur de la proposition de discuter de celle-ci pendant une période raisonnable (ce droit n est pas prévu dans la LCSA) (a. 199)

21 GOUVERNANCE 20 Obligations de loyauté et de diligence (a. 119) Obligations envers la société 11 «[ ] les administrateurs sont notamment tenus envers la société, dans l exercice de leurs fonctions, d agir avec prudence et diligence de même qu avec honnêteté et loyauté dans son intérêt» Défense de diligence raisonnable (a. 121) La LSA prévoit pour les administrateurs une défense de diligence raisonnable en vertu de laquelle un administrateur est présumé avoir agi avec prudence et diligence si l administrateur, de bonne foi et en se fondant sur des motifs raisonnables, s est appuyé sur un rapport, une information ou une opinion fourni par : un conseiller juridique, un expert comptable ou une autre personne engagée à titre d expert (comme c est aussi prévu dans la LCSA et la LCQ) mais aussi (ce qui n est pas prévu dans la LCSA et la LCQ) : un dirigeant de la société que l administrateur croit fiable et compétent un comité du conseil d administration (dont l administrateur n est pas membre) si l administrateur croit que ce comité est digne de confiance 11 Dans Magasins à rayons Peoples inc. (Syndic de) c. Wise, la Cour suprême du Canada a interprété l obligation de diligence, en vertu de la LCSA, comme s imposant de façon générale et non seulement envers la société.

22 21 GOUVERNANCE (suite) Délégation de pouvoirs La LSA clarifie 12 qu un conseil d administration peut généralement déléguer ses pouvoirs (a. 112) L article 118 LSA contient une liste de pouvoirs qui ne peuvent être délégués qui est similaire à celle prévue à l article 115 LCSA Différence d intérêt avec la LCSA Un conseil d administration ne peut déléguer son pouvoir de nommer le président, le président du conseil d administration, le responsable de la direction («CEO»), le responsable de l exploitation («COO») ou le responsable des finances («CFO») (quelle que soit leur désignation), et de fixer leur rémunération (a. 118(3)) Par conséquent, un comité de rémunération pourra recommander au conseil d administration, mais non fixer, leur rémunération 12 Il n est pas clair en vertu de la LCQ qu un conseil d administration peut déléguer à des comités des pouvoirs autres qu «administratifs».

23 22 GOUVERNANCE (suite) Dénonciation d intérêt (a ) La LSA contient un régime exhaustif de dénonciation de l «intérêt» d un administrateur ou d un dirigeant dans un contrat ou une opération avec la société Pas de seuil de «matérialité», comme c est le cas à l article 120 LCSA, qui réfère à un contrat ou une opération d «importance» et à un «intérêt important» dans une partie au contrat ou à l opération Interdiction pour un administrateur de participer au vote sur la résolution présentée pour faire approuver, modifier ou mettre fin à un contrat ou une opération dans lequel il a un intérêt (a. 127) Interdiction d être présent durant les délibérations (aucune telle prohibition dans la LCSA) (a. 127) «Intérêt» «tout avantage financier relatif à un contrat ou à une opération qui peut raisonnablement être considéré comme étant susceptible d influencer une prise de décision» (a. 122) Un «projet» de contrat ou d opération, y compris les négociations s y rapportant, est assimilé à un contrat ou à une opération et, par conséquent, est couvert par la définition d «intérêt»

24 23 GOUVERNANCE (suite) Indemnisation (a ) Société doit indemniser ses administrateurs et dirigeants et leur avancer certaines sommes Frais et dépenses raisonnables faits dans l exercice de leurs fonctions Condition : la personne doit avoir agi avec honnêteté et loyauté dans l intérêt de la société De plus, une société ne peut indemniser une personne lorsque le tribunal a constaté qu elle a commis une faute lourde ou intentionnelle Le conseil d administration peut nommer des administrateurs supplémentaires (mi-mandat) (a. 153) Si les statuts le prévoient Émetteur assujetti (ou une société de 50 actionnaires ou plus) Nombre qui n excède pas ⅓ du nombre élus à la dernière assemblée annuelle Le conseil d administration a le pouvoir d emprunter sans qu un règlement d emprunt soit nécessaire (a. 115)

25 24 GOUVERNANCE (suite) Convention unanime des actionnaires (a ) Clarifie qu il est possible de retirer tous les pouvoirs du conseil d administration (a. 213) Contrairement à la LCSA, les actionnaires peuvent choisir de ne pas constituer de conseil d administration (a. 216) Si tous les pouvoirs sont retirés, la société a l obligation de déclarer au registraire des entreprises les nom et domicile des personnes qui ont assumé ces pouvoirs (a. 216) La société doit déclarer au registraire des entreprises (pour inscription au registre) l existence ou la fin d une convention unanime des actionnaires ayant pour effet de retirer ou de restreindre les pouvoirs des administrateurs (a. 215)

26 25 GOUVERNANCE (suite) Réunions des administrateurs Sauf disposition contraire du règlement intérieur, les administrateurs peuvent tenir une réunion du conseil d administration en tout lieu (a. 134) Avis de convocation (a. 135) Doit être transmis à chaque administrateur dans le délai et de la manière prévus par le règlement intérieur Doit indiquer la date, l heure et le lieu de la réunion Doit faire état de toute question afférente à des pouvoirs que le conseil d administration ne peut déléguer qui y sera traitée Sauf disposition contraire du règlement intérieur, il n est pas nécessaire d indiquer dans l avis l objet ou l ordre du jour de la réunion Un administrateur peut, par écrit, renoncer à l avis de convocation (a. 136) Clarifie que la majorité des administrateurs «en fonction» constitue le quorum à toute réunion du conseil d administration (a. 138)

27 26 GOUVERNANCE (suite) Assemblées des actionnaires Assemblée annuelle doit être tenue dans les 15 mois suivant l assemblée annuelle précédente (a. 163) Avis de convocation (a. 165) Émetteurs non assujettis : doit être transmis dans le délai prévu dans le règlement intérieur ou, à défaut, au moins 10 jours avant l assemblée Émetteurs assujettis : doit être transmis au moins 21 jours et au plus 60 jours avant l assemblée Le règlement intérieur doit établir les modalités relatives à l élection des administrateurs et la durée de leur mandat, qui ne doit pas excéder 3 ans (a. 110(1)) Date de référence (a. 169) Le règlement intérieur peut prévoir qu une société qui est un émetteur assujetti (ou une société de 50 actionnaires et plus) peut établir une date de référence, notamment afin d identifier les actionnaires habiles à recevoir un avis de convocation à une assemblée, à voter lors d une assemblée et à recevoir des dividendes Date de référence pour la détermination des actionnaires habiles à recevoir un avis de convocation à une assemblée ou à y voter doit être au moins 21 jours et au plus 60 jours avant l assemblée Une assemblée d actionnaires peut être tenue «virtuellement» (par un moyen qui permet une communication immédiate entre tous les actionnaires) si le règlement intérieur le permet (a. 175)

28 27 GOUVERNANCE (suite) Assemblées des actionnaires (suite) Une assemblée des actionnaires peut être tenue à l extérieur du Québec (si permis par les statuts) (a. 164) L assemblée est présidée par le président de la société (sauf disposition contraire du règlement intérieur) (a. 186) Le président d assemblée a un vote prépondérant (sauf disposition contraire du règlement intérieur) (a. 188) Le président d assemblée doit permettre aux actionnaires de prendre la parole et de discuter, «pendant une période raisonnable», de toute question dont l objet principal est lié aux activités ou aux affaires internes de la société (a. 187) (pas prévu dans la LCSA)

29 PROCÉDURES CORPORATIVES Arrangements (a ) 28 Même souplesse qu en vertu de la LCSA Approbation requise des actionnaires est déterminée par le tribunal (plutôt que 75% dans la LCQ) Le pouvoir est expressément donné au tribunal d ordonner toute mesure qu il estime appropriée en vue d assurer la sauvegarde des droits des personnes intéressées (a. 416) L expression «personne intéressée» n est pas définie Le certificat d arrangement peut indiquer une «heure» de prise d effet (a. 420) Prévoit expressément que les modalités d exercice du droit de dissidence («droit au rachat des actions») peuvent être déterminées par le tribunal (a. 416(5)) Pas d obligation d aviser le registraire des entreprises

30 29 PROCÉDURES CORPORATIVES (suite) Réorganisation de sociétés insolvables (a ) L article 411 LSA prévoit que, lorsqu il statue dans le cadre d une demande d approbation d une proposition faite en vertu de la Loi sur la faillite et l insolvabilité (Canada) ou de toute autre demande dont il est saisi en application de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (Canada), le tribunal peut ordonner toute mesure qu il juge appropriée, dont notamment : la modification des statuts l émission par la société de titres de créance, convertibles ou non en actions de toute catégorie ou assortis du droit ou de l option d acquérir des actions la nomination ou le remplacement des administrateurs Pas de dispositions similaires dans la LCQ Ces dispositions sont similaires à celles de l article 191 LCSA; les pouvoirs donnés au tribunal en vertu de l article 411 LSA sont très larges, le tribunal ayant expressément le pouvoir d ordonner «toute mesure qu il juge appropriée»

31 30 PROCÉDURES CORPORATIVES (suite) Fusions (a ) Il n est pas requis de déposer une déclaration d administrateur ou de dirigeant concernant la solvabilité des sociétés fusionnantes et de la société issue de la fusion Toutefois, la responsabilité des administrateurs qui, par vote ou acquiescement, ont approuvé une fusion sera engagée si la société issue de la fusion est incapable d acquitter son passif à échéance (a. 287) Les fusions simplifiées verticales et horizontales peuvent être effectuées simultanément, en une étape (il n est pas clair que ceci est possible en vertu de la LCSA) Certificat de fusion peut indiquer une «heure» de prise d effet (a. 286) Continuation (a ) Est permise («importation» et «exportation») Dans le cas d une «exportation», un administrateur ou un dirigeant autorisé doit signer et déposer une déclaration attestant que «les actionnaires de la société ne subiront aucun préjudice par suite de la continuation» (a. 299(1)) (en vertu de la LCSA, la société doit «convaincre le directeur que ni ses créanciers ni ses actionnaires n en subiront de préjudice»)

32 31 PROCÉDURES CORPORATIVES (suite) Modification aux statuts Les statuts peuvent être modifiés par résolution spéciale, laquelle peut permettre au conseil d administration de ne pas procéder à la modification, nonobstant son approbation (a. 241) L adoption d un règlement n est plus requise Le certificat de modification peut indiquer une «heure» de prise d effet (a. 245) Conversion d actions en actions d une autre catégorie (a. 91) Contrairement à la LCSA, les statuts n ont pas à être modifiés Toutefois, doit être autorisée par résolution spéciale Subdivision et refonte d actions (a. 90) Contrairement à la LCSA, ne sont pas considérées comme étant des modifications aux statuts Par conséquent, elles peuvent être autorisées par les administrateurs sans l approbation des actionnaires Exception l approbation des actionnaires par résolution spéciale est requise si : Par suite de la refonte, un actionnaire détiendrait moins qu une action La société a émis des actions de plus d une catégorie et la subdivision ou la refonte porterait atteinte aux droits conférés par l ensemble des actions de l une de ces catégories

ASSEMBLÉE ANNUELLE. En y assistant, par écrit ou par tout autre moyen (article 17)

ASSEMBLÉE ANNUELLE. En y assistant, par écrit ou par tout autre moyen (article 17) RÉUNION ET ASSEMBLÉE CONVOCATION À QUI DÉLAI DE CONVOCATION MODE DE CONVOCATION CONTENU DE L AVIS DE CONVOCATION RENONCIATION À L AVIS DE CONVOCATION QUAND LIEU QUORUM VOTE TYPE DE VOTE PROCURATION POUR

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ Le capital-actions autorisé de la société se compose de quatre catégories d actions. Les droits et restrictions

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DES MEMBRES. avis

RÉGLEMENTATION DES MEMBRES. avis RÉGLEMENTATION DES MEMBRES INVESTMENT DEALERS ASSOCIATION OF CANADA avis ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Personne-ressource : L. Piergeti : (416) 865-3026 lpiergeti@ida.ca RM

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT INTÉRIEUR

TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT INTÉRIEUR TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT INTÉRIEUR A. INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Dispositions interprétatives B. SIÈGE, ÉTABLISSEMENT ET SCEAU DE LA SOCIÉTÉ 3. Siège 4. Établissement 5. Sceau de la société C.

Plus en détail

Réforme de la Loi sur les compagnies L impact du projet de loi n o 63. ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue

Réforme de la Loi sur les compagnies L impact du projet de loi n o 63. ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue Réforme de la Loi sur les compagnies L impact du projet de loi n o 63 ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue 18 mars 2010 Réforme de la Loi sur les compagnies L impact du projet de loi n

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES NOTE PRÉLIMINAIRE...1

TABLE DES MATIÈRES NOTE PRÉLIMINAIRE...1 TABLE DES MATIÈRES Paragraphe NOTE PRÉLIMINAIRE...1 1. ÉTUDE DE LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS ET DE LA PERSONNE MORALE PAR LEURS PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES...7 1.1 Introduction...7 1.2 Les caractéristiques

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. INTERPRÉTATION ET OBJECTIFS La présente charte doit être interprétée et appliquée conjointement avec les autres chartes et les politiques de gouvernance adoptées par le Conseil. La présente charte énonce

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION Capital social Remboursement des parts (38) Transfert des parts sociales (39) Émission et caractéristiques des parts privilégiées (46) Émission et caractéristiques

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Ordre des CPA du Québec TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE RÉFÉRENTIEL ASPECTS LÉGAUX DES AFFAIRES INTRODUCTION

Ordre des CPA du Québec TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE RÉFÉRENTIEL ASPECTS LÉGAUX DES AFFAIRES INTRODUCTION GÉNÉRALE INTRODUCTION MODULE 1 Les modes juridiques d exploitation d une entreprise MODULE 2 La constitution et l organisation d une société par actions MODULE 3 Les affaires internes de la société MODULE

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE (Politique approuvée par le Conseil d administration le 18 novembre 2010) 1. PRÉAMBULE En vertu de la Loi canadienne sur les sociétés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle :

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle : Aux membres du CRIPHASE Bonjour, Depuis quelques temps plusieurs personnes se posent des questions sur les pouvoirs, les rôles et les responsabilités des membres et des administrateurs du CRIPHASE, et

Plus en détail

Loi sur les sociétés par actions

Loi sur les sociétés par actions PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 63 (2009, chapitre 52) Loi sur les sociétés par actions Présenté le 7 octobre 2009 Principe adopté le 5 novembre 2009 Adopté le 1 er décembre

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE»)

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») La présente Charte du Comité des ressources humaines incorpore la Charte du comité de rémunération et la Charte du comité

Plus en détail

Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes

Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes Développements récents, enjeux juridiques et difficultés pratiques d inscription Pierre-Hugues Vallée Février 2011 2 Sommaire de

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF L.S.A.Q. / L.C.S.A.

TABLEAU COMPARATIF L.S.A.Q. / L.C.S.A. TABLEAU COMPARATIF. / L.C.S.A. TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 CONSTITUTION...6 1.01 Qualités des fondateurs... 6 1.02 Formalités... 6 1.03 Contenu des statuts... 8 1.04 Modification des statuts... 9 1.05

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG)

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Directive Corporate Governance Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Du Fondement juridique 1 er septembre 2014 art. 1, 4, 5 et art.

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

- Financier/Fiscalité

- Financier/Fiscalité Tél. : 514.931.2602 Courriel : jhgagnon@jeanhgagnon.com LISTE DE THÈMES À DISCUTER AUX FINS DE LA RÉDACTION D UNE CHARTE DE L ENTREPRISE FAMILIALE HELPCF Aider le conseil de famille pour les objectifs

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

ANNEXE I CRITÈRES DE RÉMUNÉRATION ET DE L ACTIONNARIAT POUR LES ADMINISTRATEURS

ANNEXE I CRITÈRES DE RÉMUNÉRATION ET DE L ACTIONNARIAT POUR LES ADMINISTRATEURS 1. INTRODUCTION ET PHILOSOPHIE TELUS Corporation accorde une rémunération supplémentaire aux administrateurs qui ne font pas partie de la direction, sous la forme d honoraires fixes tout compris, en contrepartie

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Révision des Statuts de l OMSCLAP

Révision des Statuts de l OMSCLAP O.M.S.C.L.A.P. 67530 BOERSCH Révision des Statuts de l OMSCLAP Article 1 : Nom et siège Entre toutes les personnes qui adhérent aux présents statuts, il est formé une association dénommée : OMSCLAP «Office

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

Se préparer à l entrée en vigueur de la Loi sur les sociétés par actions Les émetteurs fermés

Se préparer à l entrée en vigueur de la Loi sur les sociétés par actions Les émetteurs fermés Se préparer à l entrée en vigueur de la Loi sur les sociétés par actions Les émetteurs fermés présenté par Sylvie Bourdeau, Diane Bertrand, Caitlin Rose 26 janvier 2011 Objectifs de la présentation Impact

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

Plan des examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] 2011-2012

Plan des examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] 2011-2012 Raison d être Plan des examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] 2011-2012 Les examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] ont été élaborés à l aide d un plan

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurancevie),

Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurancevie), Règlement sur la transformation de sociétés mutuelles (assurancevie), pris par le gouverneur en conseil par le décret C.P. 1999-422, enregistré DORS/99-128 et publié dans la Gazette du Canada, Partie II,

Plus en détail

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC.

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. ARTICLE I OBJET DU RÉGIME 1) L objet du présent régime d options d achat d actions (le «régime») est de servir les intérêts de Ressources Métanor

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA LOI SUR LES ENTREPRISES DE SERVICES MONÉTAIRES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA LOI SUR LES ENTREPRISES DE SERVICES MONÉTAIRES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE À LA LOI SUR LES ENTREPRISES DE SERVICES MONÉTAIRES (Loi sur les entreprises de services monétaires, RLRQ, c. E-12.000001) La présente instruction générale indique de quelle

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL CONSTITUTION ET RÈGLEMENT

LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL CONSTITUTION ET RÈGLEMENT LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL ARTICLE 1 NOM ET DÉFINITIONS CONSTITUTION ET RÈGLEMENT 1.1 Le groupe sera connu sous le nom de Les Amis et amies de la Bibliothèque publique

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG Titre I - Dénomination Objet Siège Durée Article 1 - Constitution, dénomination et inscription. L association «Société des Amis des Arts

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Résolutions à titre ordinaire

Résolutions à titre ordinaire COFACE SA CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 FEVRIER 2015 Rapport du Conseil d administration sur les résolutions présentées à l Assemblée Générale Mixte Le rapport a pour objet de présenter les résolutions

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

1. But et objectifs généraux

1. But et objectifs généraux IAMGOLD CORPORATION COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE CHARTE 1. But et objectifs généraux Le comité de nomination et de gouvernance d'entreprise (le Comité) du conseil d'administration

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

Missions connexes du Commissaires aux comptes

Missions connexes du Commissaires aux comptes Missions connexes du Commissaires aux comptes Le commissaire aux comptes Le commissaire aux comptes intervient sur des missions d audit légal pour certifier les comptes des entreprises et garantir la fiabilité

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE 1- ACTIONS ORDINAIRES Un nombre illimité d actions ordinaires, sujettes aux droits, privilèges, conditions et restrictions suivants. A- Droit de vote

Plus en détail