GUIDE POUR UNE POLITIQUE EN MATIÈRE DE TABAGISME DANS L ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE POUR UNE POLITIQUE EN MATIÈRE DE TABAGISME DANS L ENTREPRISE"

Transcription

1 GUIDE POUR UNE POLITIQUE EN MATIÈRE DE TABAGISME DANS L ENTREPRISE

2 SOMMAIRE 1 Pourquoi mettre en place une politique relative au tabac dans l entreprise? Qu est-ce que le tabagisme passif? Quelques chiffres Décès Maladies Les arguments pour mettre en place une politique Arguments juridiques Arguments de santé Argument de sécurité Arguments sociaux Arguments économiques 9 2 Guide pour la mise en place d une politique relative au tabac dans l entreprise: Un plan par étape 11 1ère étape: Sensibiliser l ensemble des membres de l entreprise 11 2ème étape: Mettre en place un groupe de travail Composition Mission et mandat Communication 12 3ème étape: Inventorier les problèmes et les besoins liés au tabagisme Collecter des données Organiser une enquête Traiter les données et les communiquer 13 4ème étape: Etablir un plan d action Fixer les objectifs et rédiger la politique Déclaration d intention Eléments d une politique Règlement et sanctions Communication Accompagnement des travailleurs qui souhaitent arrêter de fumer Rédaction d un plan de mise en oeuvre 18 5ème étape: Mettre le plan en pratique 19 6ème étape: Evaluer la politique 20 7ème étape: Réajuster et continuer l action 21 Annexes 22

3 03 INTRODUCTION Si, traditionnellement, les débats sur le tabagisme étaient centrés sur la santé des fumeurs, considérant que le choix de fumer ou non relevait plutôt du style de vie ou du bien-être de ces personnes. L accent se déplace depuis quelque temps vers le droit des non-fumeurs à respirer un air sain et de ne pas être exposés involontairement à la fumée de tabac que ce soit dans les loisirs ou au travail. Ainsi le sujet n est plus traité exclusivement par les acteurs de la santé publique, mais s installe aussi de plus en plus fort dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail. Depuis longtemps, il est connu que fumer présente un risque pour la santé des fumeurs pour celle de certains groupes à risques telles les personnes souffrant d allergies ou d asthme, si elles sont exposées à la fumée d autrui. L ampleur du danger du tabagisme passif pour les non-fumeurs, indépendamment de leur condition physique générale, n est du domaine public que depuis quelque temps. Ainsi, en 2002, le Centre International de Recherche sur le Cancer (IARC), une sous-organisation de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a conclu que fumer du tabac et la fumée de tabac sont cancérigènes pour l homme. Objet du dossier Fumer n est pas une question privée mais bien une question qui doit concerner chaque membre du personnel. Les employeurs doivent s occuper de la protection de la santé de leurs travailleurs et c est à partir de cette préoccupation qu ils doivent également se préoccuper du tabagisme au travail. La législation récente en la matière impose cette obligation. Le fait qu une entreprise porte attention à un mode de vie sain au travail peut se marquer au travers de la mise en place d une politique de gestion du tabagisme. Une politique de gestion du tabagisme doit être menée par étapes et les mesures prises doivent surtout être dirigées vers les locaux où fumeurs et non-fumeurs travaillent ensemble. Différentes actions peuvent être entreprises telles que l introduction de pauses, la création de locaux distincts, l accueil et l accompagnement des fumeurs. Il est important que les mesures soient prises en concertation et avec la participation des travailleurs. De plus, il faudra porter une attention suffisante à l évaluation et à la rétroaction. Des campagnes anti-tabagisme et des mesures pour l accompagnement des fumeurs peuvent être mises en route avec la collaboration d organismes et de spécialistes externes.

4 1. POURQUOI METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE RELATIVE AU TABAC DANS L ENTREPRISE? Le tabagisme au travail concerne non seulement les fumeurs mais également les non-fumeurs. S il existe des risques avérés notamment de cancer ou de maladies cardiovasculaires pour les fumeurs, le tabagisme passif comprend également des risques non négligeables pour les non-fumeurs. Mettre en place une politique en matière de tabac dans l entreprise, c est se préoccuper de la santé de tous les salariés de l entreprise. 1.1 Qu est-ce que le tabagisme passif? L Agence Internationale de Recherche sur le Cancer, IARC, a définit le tabagisme passif (1) comme suit: Le tabagisme involontaire (ou passif) est l exposition à la fumée de tabac ambiante (FTA), à savoir un mélange de fumée exhalée par un fumeur tiers et de fumée dégagée par une cigarette (un cigare, une pipe, etc.) en combustion, dilué dans l atmosphère. Le tabagisme involontaire entraîne l inhalation d éléments cancérigènes (agents causant le cancer) et d autres éléments toxiques contenus dans la fumée de tabac ambiante. En cela, le tabagisme passif ou inhalation involontaire de la fumée de tabac par un individu non-fumeur constitue une atteinte à un droit fondamental, le droit à la santé. 1.2 Quelques chiffres Décès a. Au niveau mondial Selon l OMS, le tabac provoque environ morts par jour, soit un décès toutes les 6,5 secondes! La moitié des enfants sont exposés à la fumée de tabac chez eux; 47,5% des hommes fument et 10,3% des femmes fument. b. Europe En Europe, le tabac tue environ personnes chaque année. Le tableau 1 extrait du rapport de la Commission européenne (2) relative au tabac et à la santé dans l Union européenne donne un aperçu du nombre de décès pour les 25 membres de l EU. Le tabac cause pratiquement un décès sur 5 par an dans les 10 nouveaux Etats membres. (1) IARC Monographs, Tobacco Smoke and Involuntary Smoking, Volume 83, june 2002 (2) Tobacco or Health in the European Union. Past, Present or Future, European Report, 2004, p. 38

5 05 Tableau 1 Taux de mortalité du au tabagisme en proportion à tous les décès dans l EU25 (données de 2000) # Décès dus au Tabagisme / Total des décès par an (%) Cause Hommes Femmes H/F confondus Cancer du poumon / (91) / (65) / (85) Tous les cancers / (38) / (9) / (25) Cardiovasculaire / (16) / (5) / (10) Respiratoire / (40) / (19) / (30) Toutes les causes / (23) / (7) / (15) #: Le dénominateur de la fraction est le nombre de décès dus à cette maladie, le numérateur est le nombre attribué au tabagisme. : Le nombre total de décès passe de à avec l ajout de la Norvège et de la Suisse (les deux seuls pays de l EFTA pour lesquels les données sont accessibles) Données prises de Peto et al. 8. c. Luxembourg Au Luxembourg, 561 décès sont attribués au tabagisme par l année. Le tableau repris dans l annexe 1 de ce dossier donne le nombre de décès attribués au tabac pour chaque pays européen pour l année D autre part, la Commission européenne a réalisé un résumé de plusieurs études relatives à l augmentation des risques de maladies liés à l exposition au tabagisme passif (4). Ce résumé est reproduit dans le tableau 2 ci-joint Maladies Une étude américaine publiée en 2003 montre que le risque de contracter un cancer du poumon ou une maladie cardiaque chez les personnes exposées au tabagisme passif (personnes qui vivent avec des fumeurs ou qui travaillent dans des cafés ou des restaurants) est de 20 à 30% plus élevé que les personnes non exposées (3). Tableau 2 Maladie Augmentation des risques relatifs (%) Cancer du poumon: exposition à la maison Cancer du poumon: exposition sur le lieu de travail. 20 Maladies cardiovasculaires: exposition à la maison 25 Arrêt Cardiaque: exposition à la maison 50 Maladie respiratoire: enfants Asthme: adultes (3) John Cooke, Second hand smoke stimulates tumor angiogenesis and growth, Standard University School, California, (4) Tobacco or Health in the European Union. Past, Present or Future, European Report, 2004, p. 39

6 1.3 Les arguments pour mettre en place une politique Introduire une politique relative au tabac dans l entreprise est une action qui doit être soutenue par différents arguments. Les arguments principaux sont d ordre législatif, économique et social Arguments juridiques a. Au niveau international La convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac adoptée en 2003, est entré en vigueur le 27 février Dans son article 8, cette convention-cadre stipule: qu il est clairement établi sur les bases scientifiques, que l exposition à la fumée du tabac entraîne la maladie, l incapacité et la mort. Les parties contractantes s engagent à l adoption et l application des mesures législatives, exécutives, administratives et/ou mesures efficaces prévoyant une protection contre l exposition à la fumée de tabac dans les lieux de travail intérieurs, les transports publics, les lieux publics intérieurs et, le cas échéant, d autres lieux publics. b. Au niveau européen La directive-cadre 89/391/CEE du 12 juin 1989 concernant la mise en œuvre des mesures visant à promouvoir l amélioration de la sécurité et la santé des travailleurs au travail (JO L 183 du 29/06/1989). Cette directive-cadre prévoit que l employeur est obligé d assurer la sécurité et la santé des travailleurs dans tous les aspects liés au travail (art. 5, 1). Dans ce cadre, l employeur prend les mesures nécessaires pour la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs (art. 6, 1) sur base des principes généraux de prévention suivants: a) éviter les risques... b) évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités c) combattre les risques à la source... (art. 6, 2). La recommandation du Conseil européen du 2 décembre 2002 relative à la prévention du tabagisme et à des initiatives visant à renforcer la lutte anti-tabac (2003/54/CE) (JO n L22 du ). Celle-ci recommande entre autres aux Etats membres d appliquer au niveau du gouvernement ou à d autres niveaux appropriés, des dispositions législatives et/ou d autres mesures efficaces conformes aux pratiques en vigueur et aux situations existantes dans les différents Etats membres, de manière à assurer une protection contre l exposition à la fumée de tabac ambiante dans les locaux de travail, les lieux publics fermés et les transports en commun. c. Au Luxembourg Au Luxembourg, la loi du 24 mars 1989 prévoyait déjà une interdiction de fumer dans les endroits cités dans la législation à savoir, les établissements hospitaliers, les institutions accueillant des personnes âgées, dans les salles d attente des médecins, dans les pharmacies, les établissements scolaires, dans les locaux destinés à accueillir ou héberger des personnes de moins de 16 ans, salles de cinéma, musées, galeries d art, bibliothèques En novembre 2003, un projet de loi a été déposé à la Chambre des Députés. Celui-ci stipule que L employeur doit prendre toutes les mesures pour assurer et améliorer la protection de la santé physique et psychique des travailleurs, notamment en assurant des conditions de travail ergonomiques suffisantes, en évitant dans la mesure du possible le travail répétitif, en organisant le travail de manière appropriée et en prenant les mesures nécessaires afin que les travailleurs soient protégés de manière efficace contre les émanations résultant de la consommation de tabac d autrui.

7 Arguments de santé A côté des obligations légales en matière de protection de la santé contre les risques liés au tabagisme sur les lieux de travail, il existe d autres raisons qui doivent motiver les employeurs à mettre en place une politique en matière de tabac au sein de leur entreprise. a. Les risques pour la santé Les conséquences du tabac sur la santé des fumeurs font l objet d études et recherches scientifiques depuis de nombreuses années. Ces études ont démontré que les risques principaux pour la santé du fumeur sont les cancers, les maladies du cœur, les bronchites, les infections pulmonaires, l emphysème, les accidents cardiovasculaires,... Dans un document préparé pour la Journée Mondiale sans tabac, l OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) a recensé 23 maladies liées au tabac. Cependant, si les effets du tabac sont connus depuis longtemps, les études sur les risques liés au tabagisme passif n ont été développées que plus récemment. C est seulement en 2002 que l IARC a déterminé que la fumée de tabac était cancérogène pour l homme: There is sufficient evidence that involuntary smoking causes lung cancer in humans. Le tabagisme passif peut avoir des effets à long terme et/ou à court terme sur la santé. Les effets à long terme sont les risques accrus de développer un cancer ou une maladie cardio-vasculaire. Le fait d être exposé à la fumée de tabac augmente le risque de mourir prématurément. Les risques à court terme sont: irritation des yeux, inflammation des voies respiratoires, maux de tête, nausées, L Agence de Protection de l Environnement des Etats-Unis a classé la fumée de tabac comme substance cancérigène de Classe A, à savoir classe pour laquelle il n existe pas de seuil d exposition inoffensif. Une série de rapports ont conclu que le tabagisme passif a des effets nocifs pour la santé. Voici quelques études: 1986: Le US Surgeon General conclut que l exposition à la fumée secondaire constitue un risque majeur pour la santé. US Department of Health and Human Services (1986), The health consequences of involuntary smoking. A report of the Surgeon General. Government Printing Office: Washington. 1988: Le UK Independent Committee on Smoking and Health conclut que le tabagisme passif pourrait entraîner plusieurs centaines de cas de cancer du poumon chez des non-fumeurs chaque année. Fouth report of the Independent Committee on Smoking and Health, DHSS, : La US Environmental Protection Agency classe la fumée secondaire comme un cancérogène humain connu et conclut que le tabagisme passif provoque le cancer. US Environmental Protection Agency (1992). Respiratory health effects of passive smoking: lung cancers and other disorders, US Environmental Protection Agency: Washington. 1993: Le European Bureau for Action on Smoking Prevention No smoke between us conclut: Etant donné l absence de valeur seuil en dessous de laquelle la fumée du tabac cesse d être cancérogène, le tabagisme passif peut être considéré comme ayant un effet incontestable sur la santé, même à des doses sensiblement inférieures à celles du tabagisme actif. 1997: Le Australian National Health and Medical Research Council Report conclut que le tabagisme passif entraîne des affections des voies respiratoires inférieures chez les enfants et le cancer du poumon chez les adultes : Un comité d experts de l UE conclut que les principaux effets du tabagisme passif sur la santé sont identiques à ceux du tabagisme actif. 1999: La World Health Organisation Expert Consultation, Environmental Tobacco and Child Health conclut que le tabagisme passif provoque des maladies respiratoires et des infections de l oreille moyenne; il réduit par ailleurs le développement et la fonction pulmonaires : Le World Health Organisation, International Agency for Research on Cancer identifie le tabagisme passif comme une cause de cancer du poumon et classe la fumée secondaire parmi les cancérogènes humains. Source: Prevent, Consensus scientifique sur le tabagisme passif,

8 b. Que contient la fumée de tabac ambiante? On appelle flux primaire ou flux principal, la fumée aspirée et expirée par les fumeurs et flux secondaire, la fumée provenant de la combustion du tabac entre les inhalations successives. Ces deux flux forment ce que l on appelle la fumée de tabac ambiante. Bien qu il y ait beaucoup de similitudes entre les composants du flux primaire et du flux secondaire, la température de combustion est plus faible et il existe des conditions plus réductrices conduisant à une production plus élevée de substances cancérigènes et toxiques dans le flux secondaire, fait confirmé par les études de toxicité sur des animaux. Par exemple, la taille des particules du flux secondaire est plus petite ( mm) que dans le flux primaire ( mm) ce qui conduit à des dépôts dans les parties plus profondes des poumons, donc plus dangereux. D un autre côté, le flux secondaire est dilué plus rapidement dans l air. La fumée de tabac est un mélange complexe de plus de 4000 produits chimiques dont 43 sont des substances cancérigènes connues. 9 des 44 agents classés par l IARC comme cancérigènes connus pour l homme (groupe I) se retrouvent dans la fumée de tabac ambiante, à savoir le benzène, le cadmium, l arsenic, le nickel, le chrome, la 2-naphthylamine, le chlorure de vinyle, la 4-aminobiphényle et le béryllium. En plus, on y trouve des agents cancérigènes soupçonnés, tels que les n-nitrosamines spécifiques au tabac et plus de 35 hydrocarbures aromatiques polycycliques dont plusieurs sont des cancérigènes avérés, comme le benz[a,h]anthracène. En plus des agents cancérigènes, la fumée de tabac contient des substances comme le monoxyde de carbone, la nicotine et des gaz toxiques. Les concentrations dans le flux secondaire peuvent être jusqu à 200 fois plus élevées que dans le flux principal. Plusieurs des cancérigènes connus ou soupçonnés sont de nature génotoxique, c est-à-dire qu il n existe aucun niveau d exposition sûr. L annexe 2 donne un aperçu des substances principales. Figure 1 - La composition de la cigarette Goudrons : cancérogène Acroléine : irritant Nicotine : Psychoactif Polonium : radioactif Monoxyde de carbone : hypoxie Les substances principales responsables des cancers liés au tabagisme sont les goudrons (ex: le benzène, le benzopyrène, ) lesquels forment une couche noire et visqueuse sur les poumons. Ces substances provoquent le cancer par altération de l ADN et particulièrement le gène de la p53, protéine inhibitrice de tumeur. En outre, les goudrons endommagent les alvéoles pulmonaires, diminuent l efficacité des systèmes d épuration pulmonaire et du système immunitaire plus globalement. Le monoxyde de carbone est un gaz toxique formé lors de toute combustion incomplète, y compris dans une cigarette. Il a la propriété de se fixer sur l hémoglobine des globules rouges à la place de l oxygène. Il en résulte un moindre taux d oxygène dans le sang et les organes. Ceux-ci souffrent du manque d oxygène. Pour contrer cet effet, la fréquence cardiaque et la pression artérielle augmentent, ce qui accroît les risques d accident cardiaque et vasculaire. Le niveau d intoxication au monoxyde de carbone produit par la cigarette peut être facilement évalué par un appareil appelé CO-mètre. La nicotine, quant à elle, est une substance psychoactive, c est-à-dire qu elle agit sur le cerveau. C est elle qui entraîne la dépendance physique à la cigarette et qui procure plaisir, détente, stimulation intellectuelle, réduction de l anxiété, action antidépressive et coupe-faim. Cette substance est

9 09 présente naturellement dans le tabac à des concentrations variables en fonction des parties de la plante. On la retrouve dans la fumée puis dans le sang. Pendant de nombreuses années, les industriels du tabac ont nié le rôle de la nicotine dans la dépendance. Pourtant, depuis l ouverture de leurs archives secrètes, on sait qu ils en ont ajusté soigneusement le dosage pour garantir leurs profits. Des substances toxiques et irritantes, très diverses, sont libérées lors de la combustion de la cigarette. Il s agit, entre autres, d acétone, de phénols et d acide cyanhydrique. Ces substances attaquent les muqueuses respiratoires, modifient le tapis muco-ciliaire des bronches et des petites bronchioles, et altèrent la protection des parois alvéolaires. Elles affectent donc la capacité de respiration. Combinées aux goudrons, elles favorisent l inflammation des bronches et la toux. c. Tabagisme et risques professionnels Fumer est particulièrement dangereux pour certaines professions. En effet, chez les travailleurs exposés aux nuisances respiratoires d origine professionnelle, une synergie négative existe entre les constituants de la fumée du tabac et les différents agents toxiques inhalés. Il s agit par exemple de professions où il existe un risque d exposition à l amiante, à l éthanol, à la silice, aux radiations, au cadmium, à l arsenic, Les secteurs d activité suivants sont particulièrement concernés: mines de charbon, industrie des pesticides, du caoutchouc, du pétrole, industrie du coton et du bois Argument de sécurité Dans certains secteurs d activités, fumer présente un risque très élevé d incendie ou d explosion. Selon l OIT, fumer est la première cause d incendie et d explosion dans les entreprises. Fumer est également une cause d accident dans la circulation Arguments sociaux Les conflits entre fumeurs et non-fumeurs au travail Pour les non-fumeurs, fumer au travail est une atteinte à leur droit à un environnement de travail sain, à leur droit à un environnement de travail sans fumée de tabac. De plus, le tabagisme au travail peut déboucher sur des conflits entre fumeurs et non-fumeurs et donc avoir des conséquences sur le moral du personnel et sur le bon fonctionnement de l entreprise. Une enquête réalisée aux Pays-Bas sur travailleurs a démontré que 42% des non-fumeurs qui subissent le tabagisme passif n en parlent pas avec leurs collègues fumeurs afin d éviter les conflits. (5) Image de l entreprise D autre part, une politique en matière de tabac dans l entreprise donne une image positive de cette entreprise. L image véhiculée est celle d une entreprise saine, et qui se préoccupe de la santé et de la sécurité de ses travailleurs Arguments économiques Encourager une politique en matière de tabac dans l entreprise peut motiver certains fumeurs à diminuer, voire même dans certains cas à arrêter de fumer. De manière générale, favoriser ce type de politique a un impact sur une diminution de l absentéisme, sur les coûts d entretien et sur l augmentation de la productivité. Absentéisme De manière générale, les fumeurs sont deux fois plus souvent absents que les non-fumeurs. Dans les coûts engendrés par l absentéisme, il faut comprendre le remplacement temporaire, une diminution de la productivité, et une diminution de la motivation et du moral des autres travailleurs qui compensent l absence de ces personnes. Les non-fumeurs exposés au tabagisme passif peuvent également tomber malade de par le fait d être exposés à la fumée de tabac environnante, voire même dans certains cas par le fait d être en conflit avec des fumeurs au sujet du tabagisme sur le lieu de travail. (5) European Network for smoking prevention. Smoke free workplaces. Improving the health and well-being of people at work. Brussels, 2001.

10 Ventilation Dans les espaces où il est permis de fumer, les normes de ventilation sont supérieures. Les exigences pour amener l air extérieur dans le système de ventilation sont 2 à 3 fois supérieures, les filtres doivent être nettoyés et remplacés beaucoup plus souvent, ce qui a pour conséquence d augmenter les coûts d infrastructure et d entretien. Entretien Les employeurs qui interdisent de fumer sur le lieu de travail rapportent une nette diminution de leurs coûts d entretien. Le mobilier et les équipements durent plus longtemps, doivent être moins régulièrement nettoyés et les appareils tels que les ordinateurs, appareils de mesures,... fonctionnent également plus longtemps. Même en faisant bénéficier le personnel de programmes d aide au sevrage tabagique, les avantages restent considérables. Fumer au travail a pour conséquence d engendrer des coûts directs et indirects à l employeur: augmentation de l absentéisme, diminution de la productivité, coûts d entretien et de nettoyage plus élevés. Les avantages d un environnement de travail sans fumée sont plus importants que les coûts engendrés par une absence de politique en la matière. Les programmes d arrêt tabagique sont en général peu coûteux et apportent plus de bénéfice à long terme que leurs coûts. Productivité Le rituel du fumeur (allumer, inhaler, écraser le mégot,...) ou le fait de quitter son poste de travail pour aller fumer dans local fumeur ou à l extérieur sont des éléments à prendre en considération dans la diminution de la productivité. Mais également, comme nous l avons déjà signalé plus haut, une diminution de la productivité du fait de l absentéisme maladie causé par le tabac. Une étude réalisée par le Conference Board au Canada a permis de calculer les coûts de l accroissement de l absentéisme, la diminution de la productivité, la hausse des primes d assurance-vie, et les coûts des espaces fumeurs (6). Les résultats repris dans le tableau 2 ci-dessous sont exprimés en dollars canadiens de 1995 par employé fumeur. Ces résultats permettent aux employeurs d avoir une meilleure idée des avantages dont ils pourraient tirer parti avec la mise en place d une politique relative au tabac dans leur entreprise. (6) Smoking and the bottom line: costs of smoking in the workplace, The Canadian Conference Board, Toronto, 1997 (http://www. conferenceboard.ca) Tableau 3 - Coûts annuels engendrés par les employés qui fument (par employé en dollars canadiens de 1995) Facteur de coût Coût Accroissement de l absentéisme 230 $ ± 130 Baisse de la productivité 2175 $ ± 1252 Hausse des primes d assurance vie 75 $ ± 42 Coûts des aires pour fumeurs 85 $ ± 48 Total 2565 $ ± 1445 * convertion taux de charge de 1995

11 11 2 GUIDE POUR LA MISE EN PLACE D UNE POLITIQUE RELATIVE AU TABAC DANS L ENTREPRISE: UN PLAN PAR ÉTAPE Agir sur le tabagisme dans l entreprise est un exercice collectif qui ne réussira que grâce à la participation de tous. Le nœud du problème est la conciliation d intérêts contradictoires. Il ne s agit donc pas de déterminer si les travailleurs peuvent fumer ou non. La question est plutôt d élaborer un règlement en matière de tabac qui satisfasse le plus grand nombre: où et quand peut-on fumer? Il n existe dans ce domaine aucune solution toute faite. L infrastructure, la culture d entreprise, l activité de l entreprise, etc., sont autant de facteurs qui jouent un rôle dans la politique en matière de tabac. Cette action mûrement réfléchie et organisée se réalisera dans le temps et avec le soutien de la direction et de la ligne hiérarchique. 1ère étape Sensibiliser l ensemble des membres de l entreprise La première étape dans le développement d une politique relative au tabac dans l entreprise est la création d une bonne base pour la problématique de la fumée au travail. A ce stade, il convient de convaincre la direction, le management et les personnes clés de l entreprise de l intérêt de mettre en place une telle politique. Les arguments qui toucheront le plus la direction de l entreprise, sont les arguments économiques, juridiques, sécuritaires et sociaux. Il est indispensable de ne pas isoler la question du tabagisme des autres activités relatives à la protection de la santé et du bien-être au travail. A ce stade, il est également utile de réfléchir aux questions et contre-arguments qui pourraient être avancés par certains. Lorsque le management est convaincu et qu il décide de mener une politique contre le tabagisme sur le lieu de travail, on peut passer à l étape suivante. Rappel des arguments essentiels à l attention de la direction et du management: Diminution de l absentéisme Augmentation de la productivité Image positive de l entreprise Meilleure santé Meilleures relations fumeurs non-fumeurs Diminution des conflits Environnement de travail plus sûr Diminution des coûts de ventilation Diminution des coûts d entretien Entreprise qui se préoccupe de la santé de ses travailleurs Meilleur moral

12 2ème étape Mettre en place un groupe de travail L élaboration et la mise en œuvre d une politique en matière de tabagisme sur le lieu de travail devraient être pilotées par un groupe de travail. 1. Composition Pour élaborer une politique, il faut mettre sur pied un groupe de travail constitué des différents acteurs concernés par la problématique. La composition du groupe de travail fera appel à la pluridisciplinarité et à l importance d intégrer aussi bien des fumeurs que des non-fumeurs. Figures-clés de l entreprise - Le management (direction, employeur, responsables...) - La ligne hiérarchique (responsables de département, responsables de service, chefs,...) - Le DRH ou responsable du personnel - Le responsable des formations - Les membres du comité mixte - Le médecin du travail - Le travailleur désigné - Le travailleur délégué - La délégation du personnel - Les travailleurs intéressés 2. Mission et mandat Le groupe de travail devra déterminer les objectifs de la politique en matière de tabagisme dans l entreprise, les moyens et la manière pour atteindre ces objectifs. Pour développer la politique sur de bonnes bases, le groupe de travail doit bénéficier du soutien et de la confiance du management. 3. Communication Dans ce type de projet, la communication joue un rôle clé. C est pourquoi il est important de présenter le groupe de travail à l ensemble du personnel et de l informer des missions qui lui ont été confiées. Dès le début du processus, le personnel sera informé de la volonté du management d aborder la question du tabagisme au travail au travers d une politique élaborée, implémentée et évaluée par un groupe de travail. Cette démarche est cruciale pour obtenir, dès le départ, l appui et la confiance des travailleurs. A ce stade, pour mieux faire comprendre le sens de la démarche, il est intéressant d accompagner l annonce de cette initiative par des informations générales sur les méfaits du tabagisme et du tabagisme passif. La manière et les canaux d information à utiliser pour transmettre ce message dépendent des structures, des moyens et des habitudes de communication dans l entreprise. Les canaux peuvent être des réunions plus ou moins formelles selon les usages dans l entreprise, des lettres personnalisés, un affichage sur un panneau d information, un article dans le journal de l entreprise, via l intranet, par le biais d un dépliant,... Avant de commencer son travail, le groupe de travail doit d abord déterminer les éléments suivants: - la composition du groupe de travail; - le mandat du groupe de travail; - la responsabilité pour la convocation de la première réunion (date + ordre du jour); - la désignation de la personne coordinatrice du projet; - la date d implémentation de la politique en matière de tabac dans l entreprise;

13 13 3ème étape Inventorier les problèmes et les besoins liés au tabagisme Afin de mieux faire accepter le développement d une politique en matière de tabac, il vaut mieux partir de données chiffrées. Ainsi donc, l entreprise pourra se baser sur des chiffres internes, sur l analyse des risques, les statistiques nationales, mais aussi sur une enquête développée en interne. 1. Collecter des données La première tâche du groupe de travail consistera d abord à faire un état des lieux de la problématique du tabagisme dans l entreprise et donc à se poser des questions sur l état actuel de la situation. Pour ce faire, une check-list permet de ne pas oublier les points essentiels: Check-list - Existe-t-il actuellement une politique en matière de tabac dans l entreprise? - Y-a-t-il des plaintes à ce sujet? - Existe-t-il des conflits au sein des travailleurs à ce sujet? - Comment les plaintes sont-elles traitées, comment les conflits sont-ils résolus? - Des moyens d information en matière de tabagisme et de tabagisme passif sont-ils disponibles? - Existe-t-il un soutien, une aide auprès des travailleurs qui désirent arrêter de fumer? - A-t-on déjà réalisé quelque chose par le passé sur ce sujet? 2. Organiser une enquête Pour compléter ces premières données, le groupe de travail peut collecter des informations auprès de chaque membre de l entreprise via une enquête par questionnaire. Cette enquête fournira de nombreuses informations et donnera l opportunité aux travailleurs d exprimer leur opinion. Par exemple: Quelle est la position des travailleurs vis-à-vis du tabac? Combien de travailleurs fument dans l entreprise? Combien de travailleurs désirent-ils arrêter? Il appartient en effet aux travailleurs de contribuer à l application de cette nouvelle politique en matière de tabac. Nous reportons le lecteur à l annexe 3 et 4 de cette brochure laquelle reprend un questionnaire sur l usage du tabac dans l entreprise. Quelques conseils pour la rédaction d un questionnaire sur l usage du tabac dans l entreprise: - Rédigez un questionnaire par écrit et de manière formelle. Soyez vigilant au fait que certains travailleurs peuvent avoir des difficultés de compréhension du langage écrit ou bien un problème de connaissance de la langue du questionnaire; - Posez des questions claires, sans ambiguïtés; - Garantissez l anonymat et la confidentialité du questionnaire - Introduisez et communiquez les objectifs du questionnaire lors d une réunion, par exemple - Les résultats de ce questionnaire peuvent être utilisés afin de mieux connaître différents éléments par rapport à: - ce que les travailleurs connaissent au sujet du tabagisme passif; - l opinion des (non)fumeurs sur le tabagisme passif dans l entreprise; - la connaissance des travailleurs par rapport à la politique actuelle en matière de tabac; - l opinion de chacun par rapport à une limitation ou une interdiction du tabagisme dans leur entreprise; - les besoins d information sur le tabagisme, le tabagisme passif, l arrêt tabagique... ; - avoir un aperçu sur l usage du tabac dans l entreprise et sur le soutien en cas d arrêt; - identifier les points critiques et les barrières à la politique; -... Ces résultats seront déterminants dans la décision concernant le type de politique qui sera appliquée dans l entreprise. 3. Traiter les données et les communiquer Comme déjà mentionné à l étape 2, la communication est primordiale dans cette démarche. Lorsque le groupe de travail a traité les informations collectées, il est important qu il informe le personnel des résultats de ces travaux.

14 4ème étape Etablir un plan d action Les données récoltées et analysées devraient permettre de dégager des tendances et orienter le groupe de travail vers la politique la plus appropriée pour l entreprise. Le groupe de travail devra alors rédiger cette politique, déterminer les actions à prendre, le calendrier, les supports, le rôle de chaque responsable et les moyens utilisés pour diffuser la politique 1. Fixer les objectifs et rédiger la politique Bien qu il soit important de se fixer des objectifs ambitieux, il faudra néanmoins que ceux-ci restent concrets, réalistes et réalisables. Atteindre l objectif final prendra du temps. Dans un premier temps, il faudra peut-être formuler des objectifs plus concrets tels que : - chaque travailleur doit pouvoir travailler dans un environnement sans tabac ; - aucun travailleur ni visiteur de l entreprise, sans son assentiment, ne peut être exposé à la fumée de tabac ; - les groupes à risque (les personnes souffrant d asthme ou de bronchite chronique, les femmes enceintes, les personnes atteintes de maladies cardio-vasculaires, ) doivent prioritairement être protégés et, en aucun cas, exposés au tabagisme passif. Ces mesures concrètes devraient stimuler les travailleurs à cesser de fumer. 2. Déclaration d intention Les objectifs et les grandes lignes de la politique peuvent être fixés par écrit dans une déclaration d intention dont le but est de positionner l entreprise par rapport à la question du tabagisme. Le texte doit simplement reprendre les objectifs que l entreprise s est fixés et les moyens qu elle se donne pour les atteindre. La déclaration d intention doit être claire et ne doit pas donner naissance à des interprétations erronées. Il n est pas nécessaire qu elle comporte de nombreuses pages. 3. Eléments d une politique Une politique en matière de tabagisme comprend trois éléments : la mise en place de règles (et de sanctions), l information et la sensibilisation de tous les travailleurs et l accompagnement des fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer. 4. Règlement et sanctions Le point 4 de ce modèle sera le point essentiel de la politique. C est dans ce point que l employeur explicitera clairement quelles sont les règles par rapport à l usage du tabac dans son entreprise, à savoir s il est: - totalement interdit de fumer dans les bâtiments et sur les lieux de l entreprise - totalement interdit de fumer dans les bâtiments de l entreprise - totalement interdit de fumer dans l entreprise sauf dans les locaux fumeurs prévus à cet effet - Partiellement interdit de fumer: interdiction de fumer sur tous les lieux de travail communs - Partiellement interdit de fumer: interdiction de fumer dans les places communes Chaque point comporte des avantages et des inconvénients. Il appartient donc à l employeur, en concertation avec le management et le groupe de travail de déterminer quel règlement s applique le mieux à son entreprise. Totalement interdit de fumer Cette règle précise qu il est interdit de fumer pendant les heures de travail que ce soit à l intérieur des bâtiments ou bien à l extérieur (sur les terrains de l entreprise). Cette interdiction totale ne permet pas non plus aux fumeurs de fumer pendant les pauses ou le lunch à un endroit précis de l entreprise (ou du terrain de l entreprise). Cette interdiction totale et complète demande beaucoup d adaptations et nécessite beaucoup de soutien aux fumeurs. Elle est difficilement applicable directement dans la pratique; c est pourquoi, pour les entreprises qui désirent mettre en œuvre cette solution, on conseille toujours de le faire en deux phases, de manière à ce que les fumeurs puissent s adapter.

15 15 Modèle pour écrire une politique en matière de tabac (voir également annexe 5 et annexe 6): 1. Arguments rationnels - Décrivez la déclaration d intention - Fournissez une information de fond - Expliquez brièvement pourquoi l entreprise désire introduire une politique en matière de tabac et fournissez quelques éléments clés et des informations sur les dangers liés au tabagisme (passif) 2. Objectifs de la politique - Supprimer (diminuer très fortement) l exposition des travailleurs à la fumée de tabac sur les lieux de travail - Prendre en considération le bien-être de tous les travailleurs - Développer une approche concrète relative au tabagisme en entreprise 3. Mise en pratique de la politique - Etablissez clairement que la politique s applique à tous les travailleurs, les sous-traitants et les visiteurs 4. Règlement - Indiquez s il est permis de fumer et le cas échéant où il est permis de fumer: sur le site de l entreprise, y compris les buildings, le parking, les voitures de société ou d autres aires externes - Indiquez également quand il est permis de fumer pendant les heures de travail, par exemple lors de pauses, ou bien s il s agit d un accord avec le responsable 5. Support pour l arrêt tabagique - Indiquez dans quelle mesure l entreprise peut apporter du soutien aux personnes qui désirent arrêter de fumer et à quelles personnes il faut s adresser pour obtenir ce soutien 6. Sanctions - Indiquez quelles sont les sanctions applicables en cas d infraction à la politique 7. Entrée en vigueur - Déterminez une date d entrée en vigueur de la politique 8. Révision - Déterminez une date de révision de la politique, idéalement tous les 12 à 18 mois.

16 Totalement interdit de fumer dans les bâtiments de l entreprise Comme dans le premier cas, fumer est totalement interdit dans les bâtiments de l entreprise pendant les heures de travail. C est évidemment une des règles les plus sûres pour protéger les travailleurs contre les méfaits du tabagisme passif. Mais à la différence avec la première règle, il est possible pour les fumeurs de sortir et d aller fumer à l extérieur (à l un ou l autre endroit précis du terrain de l entreprise). Cette règle peut également servir de première étape vers une solution d interdiction totale dans les bâtiments et sur le terrain de l entreprise. Cette règle est souvent adoptée par les entreprises qui désirent ou qui doivent développer un environnement sans tabac pour des raisons de santé et/ou de sécurité. En effet, elle s applique souvent aux entreprises où les risques d incendie ou d explosion sont très importants. Interdiction de fumer dans l entreprise sauf dans les locaux fumeurs Cette solution est souvent prisée par les entreprises qui désirent à la fois avoir des lieux de travail sans fumée mais également subvenir aux besoins des fumeurs. De telles infrastructures nécessitent bien entendu des moyens financiers car pour être réellement efficaces, ces locaux fumeurs doivent être complètement fermés et doivent être pourvus d un système de ventilation indépendant avec extraction de fumée vers l extérieur, sans oublier l entretien et le remplacement des filtres. Nous parlons de locaux séparés: il ne s agit pas bien évidemment de transformer la cantine en local fumeur! Interdiction de fumer sur tous les lieux de travail communs Cette solution ne constitue, en général, pas une fin en soi. C est souvent la solution qui existe lorsqu il n y a pas de législation en vigueur interdisant le tabagisme en entreprise. Cette solution interdit de fumer dans les endroits ou deux ou plusieurs travailleurs travaillent ensemble mais permet de fumer dans les lieux de travail où il n y a qu un seul travailleur. Ces situations peuvent d une part déboucher sur des conflits et d autre part, ne permettent pas une protection suffisamment importante contre la fumée. En effet, la fumée se disperse et s étend aux couloirs et aux lieux de travail communs. Opter pour des systèmes de ventilation et d extraction de fumée dans les locaux individuels peut s avérer une solution très coûteuse pour l entreprise. Interdiction de fumer dans les lieux publics de l entreprise Cette solution prévoit une interdiction de fumer dans tous les espaces communs tels que toilettes, réfectoire, local de repos, couloirs, Cette solution se retrouve également là où la législation en la matière est (pratiquement) inexistante. Elle ne protège en aucun cas les travailleurs du tabagisme passif. Avantages et inconvénients d une interdiction totale de fumer dans les bâtiments de l entreprise et sur les terrains, d une interdiction complète de fumer dans les bâtiments et d une interdiction complète de fumer dans les bâtiments sauf dans les locaux fumeurs spécifiques prévus à cet effet Interdiction complète dans les bâtiments (et sur le terrain) Interdiction complète de fumer dans les bâtiments, les voitures de société, les parkings et les terrains de l entreprise Avantages: - Répond aux exigences de la législation en la matière, même les plus strictes - Les travailleurs ne sont plus du tout exposés à la fumée de tabac - Diminution des coûts d entretien et les coûts d implémentation (pas besoin de prévoir de local fumeur,...) - Diminue la consommation tabagique des fumeurs et incite les fumeurs à arrêter - A donc un effet bénéfique sur la santé à la fois des non fumeurs mais aussi des fumeurs - Meilleure image de l entreprise Inconvénient: - Demande une adaptation du comportement des fumeurs - Prend du temps: ne peut être appliquée directement, doit être réalisée par étape - Nécessite beaucoup de soutien au fumeur - Plus difficile à mettre en place (conflits)

17 17 Interdiction complète dans les bâtiments de l entreprise Interdiction complète de fumer dans les bâtiments, mais autorisation de fumer sur les parkings et les terrains de l entreprise Avantages: - Répond aux exigences de la législation en la matière, même les plus strictes - Les travailleurs ne sont plus du tout exposés à la fumée de tabac - Diminution des coûts d entretien et des coûts d implémentation (pas besoin de prévoir de local fumeur,...) Inconvénient: - Fumer à l extérieur de l entreprise peut avoir un impact négatif sur l image de l entreprise - Les fumeurs peuvent être absents de leur poste de travail plus longtemps pour pouvoir aller fumer dehors Interdiction complète de fumer dans les bâtiments sauf dans des locaux spécifiques complètement ventilés pour les fumeurs Il est seulement autorisé de fumer dans les locaux fumeurs munis d un système spécifique de ventilation: Avantages - Répond à la plupart des législations en matière de tabac sur le lieu de travail - Le tabagisme passif est pratiquement inexistant à condition d avoir un excellent système de ventilation - Les fumeurs restent à l intérieur de l entreprise pour fumer Inconvénients: - Conséquences négatives pour la santé des fumeurs - Coûts d implémentation et d entretien d un système de ventilation pour les locaux fumeurs - Coûts liés aux espaces prévus pour la création de locaux fumeurs - Les systèmes de ventilation ne protègent pas totalement de l exposition au tabagisme passif C est dans le point 6 que seront détaillées les sanctions en cas d infraction par rapport à la politique. Ces sanctions devront être adaptées à la culture de l entreprise et devront être progressives. Prévoyez par exemple un blâme oral puis un premier avertissement, puis un deuxième avertissement, puis des mesures plus drastiques si c est nécessaire (suspension payée, suspension nonpayée, ) et ce, jusqu à la faute grave. 5. Communication Il est recommandé d établir déjà à partir de la 4ème étape les grandes lignes sur la manière dont les décisions prises en matière de tabac vont être communiquées. Il sera nécessaire de déterminer quels messages seront diffusés, à qui, quand et comment. Il est important que tous les travailleurs soient informés des risques que représentent le tabagisme et le tabagisme passif pour la santé ainsi que des autres nuisances du tabac au travail. Mieux les travailleurs sont informés et sensibilisés à la problématique du tabac en général et du tabac sur le lieu de travail en particulier, plus ils seront réceptifs à une politique en matière de tabac dans l entreprise. Il peut être utile de prévoir diverses activités d information et de sensibilisation pour divers groupes de travailleurs telles que: - L affichage d une signalisation interdiction de fumer dans les endroits où cette règle s applique. - La création d espaces sans fumée et la communication de leur emplacement - Information concernant la problématique du tabagisme: demander la contribution de fumeurs et de non-fumeurs - Inviter un expert externe pour une session d information - Utiliser une occasion telle qu une journée portes ouvertes ou la journée mondiale sans tabac (31 mai) pour organiser une action spécifique - Projeter un film d information sur le tabac pendant les pauses de midi (cafétéria, réfectoire) - Dans les espaces où la séparation entre fumeurs et non-fumeurs n est pas possible, pendre des mesures pour améliorer la ventilation - Instaurer une journée annuelle sans tabac dans l entreprise -...

18 C est au groupe de travail que revient d être créatif et de développer des initiatives en accord avec la culture de l entreprise. 6. Accompagnement des travailleurs qui souhaitent arrêter de fumer L opportunité de bénéficier d un accompagnement représente un stimulant pour les travailleurs qui souhaiteraient arrêter de fumer. Il est important de communiquer dès le début du processus que les travailleurs qui souhaiteraient arrêter de fumer pourront bénéficier du soutien de l entreprise. Le médecin du travail et l infirmie(è)r(e) du travail dans l entreprise ou liés à l entreprise jouent un rôle central dans la mise en place d un programme d accompagnement des fumeurs désirant arrêter de fumer. Une enquête préalable devrait permettre d évaluer combien de travailleurs désireraient arrêter de fumer et de quel type d accompagnement ils souhaiteraient bénéficier. 7. Rédaction d un plan de mise en oeuvre Pour que la mise en pratique de la politique se déroule de façon structurée, il est intéressant d inclure dans la politique un plan de mise en oeuvre par étapes qui comprenne un planning et un timing pour la mise en vigueur des diverses règles et l organisation des activités prévues par la politique. Il faut veiller à ce que le planning soit respecté. A chaque étape de ce plan de mise en oeuvre, soyez précis, définissez qui est responsable de quelle activité et quels moyens sont necessaires pour sa mise en oeuvre. Le programme pourra comprendre, par exemple, les actions suivantes: - Organisation d un concours (une semaine, un mois, sans fumer) - Remboursement partiel d un programme externe et efficace pour arrêter de fumer - Libérer du temps, durant les heures de travail, pour les conseils des professionnels de la santé dans l entreprise (médecin du travail, infirmier) - Suivi régulier des ex-fumeurs (par ex. faire le point tous les trois mois) - Orienter les fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer vers des organismes d accompagnement - Organisation de groupes d entraide au sein desquels les ex-fumeurs peuvent échanger leurs expériences (prévoir un local où ils pourront se réunir). - Remboursement ou mise à disposition de substituts à la nicotine pour les fumeurs physiquement dépendants du tabac (chewing gum, patch) - Information sur les diverses méthodes et moyens pour arrêter de fumer. - Organisation d un cours en groupe (entièrement ou partiellement) durant les heures de travail et pris en charge (partiellement ou totalement) par l entreprise. Le choix des activités dépendra du degré selon lequel l entreprise souhaite s investir dans l aide apportée aux futurs non-fumeurs et surtout des moyens et des possibilités dont disposent l entreprise (infrastructures, personnel compétent, culture, moyens financiers, organisation du travail,...).

19 19 5ème étape Mettre le plan en pratique La politique en matière de tabac qui a été déterminée et développée à la 4ème étape doit maintenant être appliquée dans l entreprise. Cette étape exige beaucoup d attention, au risque de vouer le projet à l échec. En effet, c est à ce stade que la communication va jouer un rôle très important. Il s agit bien de faire connaître les décisions qui ont été prises d une part et de mettre en place les différentes phases d action planifiées d autre part. La ligne hiérarchique va jouer un rôle essentiel dans la mise en place de la politique. C est pourquoi, elle doit d abord être informée et consultée sur le développement de cette politique. Sans le soutien de la ligne hiérarchique, la politique risque de mal démarrer ou de s essouffler très rapidement. Une fois la ligne hiérarchique informée, la communication peut s opérer auprès des travailleurs. Au mieux les messages relatifs à la politique en matière de tabac seront diffusés auprès de la ligne hiérarchique et des travailleurs, au mieux la politique a de chance d être acceptée et rapidement appliquée. Nous conseillons de lancer la campagne un jour clé, par exemple, tout au début de l année ou le jour de la journée mondiale contre le tabac (31mai), ou lors d une journée du personnel, Ce lancement doit s opérer via un réunion d information destinée à tous les membres du personnel. Au cours de cette réunion, il est capital que les informations suivantes soient diffusées: - Rappeler le nom des personnes qui ont constitué le groupe de travail sur le tabagisme; - Présenter un résumé de l enquête par questionnaire diffusée auprès des membres du personnel; - Donner les raisons pour lesquelles l entreprise a décidé de mettre en place une politique en matière de tabac; - Donner des informations relatives aux conséquences liées au tabagisme et au tabagisme passif; - Décrire le règlement qui va s appliquer dans l entreprise (y compris les mesures discipli- naires) et distribuer le document reprenant la politique - Donner des informations sur les bienfaits de l arrêt du tabac - Informer du soutien que peut apporter l entreprise auprès des fumeurs qui désirent arrêter; - Donner la date d entrée en vigueur du règle ment; - Donner les noms des personnes chargées de l application de la politique Par exemple: personne qui s occupera du traitement des plaintes ou des conflits, personne qui donnera suite aux infractions (tâche souvent assignée aux responsables de services, managers, ), personne chargée d assurer le soutien et le suivi des personnes qui désirent arrêter, personne chargée de donner plus d informations sur le tabagisme Dans ces derniers cas, le médecin du travail sera évidemment la personne la plus recommandée. - Organiser des activités ludiques: placer des fleurs à l endroit où se trouvait le cendrier, offrer des fruits au personnel, La période entre la date de réunion destinée aux membres du personnel et la date effective d entrée en vigueur de la politique devra être utilisée pour renforcer l information diffusée au cours de la réunion. Les différents canaux de communication pourront être utilisés à cet effet: réaliser un compte-rendu de la réunion d information et le diffuser via l intranet de l entreprise, afficher aux valves la politique, écrire un article sur le sujet et le faire paraître dans le journal d entreprise, Cette période est également le moment idéal pour développer par exemple une campagne d information sur les conséquences du tabagisme sur la santé.

20 6ème étape Evaluer la politique L évaluation de la politique a pour objectif de déterminer la qualité et l efficacité de cette politique. Ceci va également permettre de pointer les éléments qu il faut réajuster et donc apporter des informations en vue d améliorer la politique. Les résultats de cette évaluation seront consignés dans un document (un rapport), lequel peut constituer une excellente base pour donner du feedback auprès des membres du personnel. L évaluation va permettre de répondre à des questions telles que: - La politique fonctionne-t-elle? - La politique se déroule-t-elle comme prévu? - Y-a-t-il eu des non-respects de la politique? - Y-a-t-il eu des conflits, si oui comment ont-ils été résolus? - Quels matériels ont été distribués? - Quels sont les coûts pour l entreprise? - Quels travailleurs ont pris part aux sessions d information? - Y-a-t-il des travailleurs qui ont demandé des informations pour arrêter de fumer? - Y a-t-il des travailleurs qui ont arrêté de fumer? - Est-ce que chacun est au courant de la politique (travailleurs, visiteurs, sous-traitants,...) -...

La fumée du tabac tue Protégez-vous!

La fumée du tabac tue Protégez-vous! La fumée du tabac tue Protégez-vous! Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Mai 2011 Le tabac tue plus de 5 millions de personnes par an. Le tabac est la deuxième cause de décès évitable dans

Plus en détail

Arrêter de FUMER. Pourquoi et comment?

Arrêter de FUMER. Pourquoi et comment? Arrêter de FUMER Pourquoi et comment? Par Dr. Alex Barbey Illustrations par Helbé 2010 1 Les dangers du tabac Le tabac, utilisé en Amérique, fut introduit en Europe au cours du 16 ème siècle. Il était

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS

LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS Faiza Mehaoui Joséphine Roose Seconde 205 LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS Dossier de SVT. M. Terracol Les conséquences du tabac sur les sportifs En France, le tabac fait plus de 60 000 morts

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA VIDÉO... 2 Générique... 2. Description... 2 CONTENUS... 3 Disciplines, classes et programmes... 3. Objectifs du film...

PRÉSENTATION DE LA VIDÉO... 2 Générique... 2. Description... 2 CONTENUS... 3 Disciplines, classes et programmes... 3. Objectifs du film... E = M6 Respirer la fumée des autres est-il dangereux? PRÉSENTATION DE LA VIDÉO... 2 Générique... 2 Description... 2 CONTENUS... 3 Disciplines, classes et programmes... 3 Objectifs du film... 3 Vocabulaire

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE 1. GENERALITES SUR LES AGENTS CHIMIQUES 2. NOTIONS DE BASE : Agent chimique Danger Risque Exposition professionnelle à un agent chimique Voies d exposition Agent chimique :

Plus en détail

TITRE : LE TABAC. Voir fiche distribuée aux élèves sur les pages suivantes

TITRE : LE TABAC. Voir fiche distribuée aux élèves sur les pages suivantes TITRE : LE TABAC... classe : 5 ème... durée : une heure la situation-problème Il est interdit aussi bien aux adultes qu'aux adolescents de fumer dans l'enceinte du collège par le décret n 1386 du 15 novembre

Plus en détail

Par Alexandre Seringes et Rémi Pelletier 5 ème 2

Par Alexandre Seringes et Rémi Pelletier 5 ème 2 Par Alexandre Seringes et Rémi Pelletier 5 ème 2 Mais pourquoi tous ces gens fument ils? Pourquoi n arrêtent ils pas tout simplement de fumer? Qu est il caché dans la cigarette? Mystère! La cigarette est

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises A partir de quand sera-t-il interdit de fumer dans les entreprises? A partir du 1er février 2007. Dans quels lieux de travail est-il interdit de fumer? Afin

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

le Tabagisme Passif brochure d'information

le Tabagisme Passif brochure d'information le Tabagisme Passif brochure d'information Si près des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs

Plus en détail

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire Chapitre 2 Le fonctionnement de l appareil respiratoire Rappels : * chez les animaux, les mouvements respiratoires (inspiration, expiration) permettent le renouvellement de l air ou de l eau dans les organes

Plus en détail

Résultats de l'enquête sur le tabac au Collège René Cassin de Guénange. Réalisé par une infirmière préparant le DIU de Tabacologie

Résultats de l'enquête sur le tabac au Collège René Cassin de Guénange. Réalisé par une infirmière préparant le DIU de Tabacologie Résultats de l'enquête sur le tabac au Collège René Cassin de Guénange Réalisé par une infirmière préparant le DIU de Tabacologie Cette enquête a été réalisée la semaine du 08/03/2010 au 12/03/2010 auprès

Plus en détail

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Résumé des résultats mai 2013 Depuis 2009, le CIPRET Fribourg

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE TABAGISME. SylvieThenard@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE TABAGISME. SylvieThenard@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE TABAGISME SylvieThenard@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

Organisme de formation Prolipsia

Organisme de formation Prolipsia Page 1 / 8 - Contenu - 1 Préambule... 3 2 Dispositions Générales... 3 3 Hygiène et sécurité... 4 3.1 Règles générales... 4 3.2 Règles particulières Locaux Prolipsia... 4 4 Discipline... 6 4.1 Horaires

Plus en détail

Étiquetage des produits du tabac

Étiquetage des produits du tabac LEÇON Années scolaire : 6 e année à 2 e secondaire Au sujet de l auteur : HabiloMédias Durée : 2 périodes Étiquetage des produits du tabac Aperçu Cette activité consiste à faire discuter les élèves de

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Projet PEOPLE. Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003. Discours du Commissaire Philippe Busquin

Projet PEOPLE. Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003. Discours du Commissaire Philippe Busquin Projet PEOPLE Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003 Discours du Commissaire Philippe Busquin Introduction : Objectifs du projet PEOPLE Parmi les activités de recherche de la Commission Européenne,

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Table des matières INTRODUCTION... 2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA LOI SUR LA RÉGLEMENTATION DE

Plus en détail

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON Séquence 2 : la polyconsommation. Objectif général de la séquence : être capable d adopter une attitude critique vis-à-vis des conduites addictives. NOM : Classe : Prénom : Date : DEVOIR MAISON NOTE :

Plus en détail

Droits et responsabilités du patient

Droits et responsabilités du patient Droits et responsabilités du patient Vos droits Quel objectif? Le but de ce dépliant est de vous présenter brièvement vos droits et responsabilités. Nous vous invitons également à poser toutes vos questions

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC. Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité.

31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC. Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité. 31MAI2010:JOURNÉEMONDIALESANSTABAC Une fille branchée? Non, un cancer de la gorge. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité. Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité.

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

DOCUMENT à CONSERVER

DOCUMENT à CONSERVER DOCUMENT à CONSERVER Genech Formation situé au 28 rue Victor Hugo, 59810 LESQUIN, accueille en formation des apprenants (jeunes et adultes) ayant conclu un contrat de type particulier ou une convention

Plus en détail

Vers une vie plus saine

Vers une vie plus saine 1 La Capital District Health Authority (CDHA), Halifax (NS) La Fondation des maladies du coeur (NB et NL) L Association pulmonaire (NB et NL) Élaboration, soutien et promotion Téléassistance pour fumeurs

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Évaluer sa préparation à cesser de fumer

Évaluer sa préparation à cesser de fumer MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Évaluer sa préparation à cesser de fumer Aperçu de la trousse Vous songez à cesser de fumer? Félicitations! En tant

Plus en détail

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 1. Introduction La réglementation du bien-être au travail est centrée sur la gestion des risques. Ainsi, chaque employeur doit systématiquement

Plus en détail

1. Le changement de système

1. Le changement de système JOURNEE MONDIALE HYGIENE DES MAINS 2014 Auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains dans les établissements de soins et médico-sociaux en région Picardie NOM DE L'ETABLISSEMENT

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER

Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER Journée Mondiale de la Santé et de la Sécurité au Travail 2015 Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER 1 Programme QUELQUES DEFINITIONS LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER ANALYSE DU COUT D UN ACCIDENT ROUTIER

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr Intitulé Conférence Philippe de FAUCAMBERGE au salon EXPOPROTECTION PARIS 05 11 2014 Manager la Sécurité et la Santé au Travail et améliorer les performances de l Entreprise en utilisant le Document Unique

Plus en détail

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Entreprise: Rue: NPA/ Localité: Brève description de l entreprise: Identification: N Suva: Classe: Effectif: Temps complet:

Plus en détail

LES DIFFICULTES LES CLES DE LA REUSSITE

LES DIFFICULTES LES CLES DE LA REUSSITE SE LIBERER DU TABAC: LES DIFFICULTES LES CLES DE LA REUSSITE Cette importante décision, vous l'avez pourtant prise et votre objectif est cette fois de réussir. Mais savezvous vraiment pourquoi il est si

Plus en détail

L abandon du tabac et le milieu de travail

L abandon du tabac et le milieu de travail L abandon du tabac et le milieu de travail Profil des fumeurs au Canada et programmes d abandon du tabac dans les milieux de travail canadiens Louise Chénier Gestionnaire, Recherche en santé et mieux-être

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Politique pour un environnement sans fumée

Politique pour un environnement sans fumée Avril 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. BUT... 1 2. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE... 1 3. OBJECTIFS... 1 4. CHAMP D APPLICATION... 2 5. AFFICHAGE... 2 6. PROGRAMME DE SOUTIEN À L ABANDON DU TABAGISME... 3 7. RÔLES ET

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point

Tabac. Ouvrons le dial O gue. Pour faire le point le dial O gue Tabac Pour faire le point Réalisation : Callichrome - Illustrations : R. Rublon - Illustration de couverture : A. Gingembre - Maquette couveture : O. Mayer Pour faire le point Votre médecin

Plus en détail

Sources : Pr B. Dautzenberg

Sources : Pr B. Dautzenberg LA TABAGISME PASSIF «Second hand tobacco» Sources : Pr B. Dautzenberg Définitions «Inhalation involontaire par un sujet nonfumeur de la fumée dégagée dans son voisinage par un ou plusieurs fumeurs» (Pr

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Le tabac tue. 1 fumeur sur 2

Le tabac tue. 1 fumeur sur 2 Le tabac tue 1 fumeur sur 2 Prends ta santé à cœur, dis non au tabac! En France, le tabac tue chaque année 66 000 personnes. Si on n agit pas, d ici 2025, ce chiffre augmentera jusqu à 160 000! 17 % des

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Étude barométrique : «Les jeunes et leur cœur en 2012»

Étude barométrique : «Les jeunes et leur cœur en 2012» Étude barométrique : «Les jeunes et leur cœur en 2012» Comment évoluent les opinions et comportements des jeunes face au tabac? La Fédération Française de Cardiologie étudie ces questions via une enquête

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des

Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des Flash diffusion «Spécial Journée Mondiale sans Tabac» Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des produits du tabac Chaque année, le 31 mai, l OMS et ses partenaires célèbrent la Journée mondiale sans

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

Hausse immédiate du taux : pourquoi il est grand temps de hausser la taxe d accise sur le tabac

Hausse immédiate du taux : pourquoi il est grand temps de hausser la taxe d accise sur le tabac Hausse immédiate du taux : pourquoi il est grand temps de hausser la taxe d accise sur le tabac Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des banques et du commerce

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Description du projet Parmi les activités liées à la santé qui sont menées à l Unité d Emissions et de Santé

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

LA REDUCTION DES RISQUES LIES AU TABAGISME Mythe ou réalité? Diminution importante des ventes de cigarettes et de la prévalence du tabagisme Mais une diminution qui se ralentit en 2004 LA REDUCTION DES

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail