La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle."

Transcription

1 La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. M. Vermandel 1, 2, N. Betrouni 1, 2, E. Guedj 3, O. Mundler 3 1 Inserm U703, ThIAIS, ITM - Lille 2 Université de Lille 2 - Lille 3 Université de la Méditerranée - Service Central de Médecine Nucléaire CHU Timone - Marseille Résumé Cet article a pour but de faire un court rappel des principes de recalage et fusion d image, et d en montrer quelques exemples en particulier, pour l imagerie TEP-TDM dont l interprétation est rendue plus difficile du fait d une technique encore imparfaite essentiellement due à l acquisition non simultanée des images. Traitement d'image / Fusion / Recalage / Artefact TEP-TDM L imagerie médicale est devenue d une extrême importance en particulier en cancérologie. La combinaison d une imagerie morphologique à une imagerie métabolique, réalisée au mieux par des systèmes hybrides, a permis de faire un bond important dans la prise en charge des patients. Jusqu à une période récente, la Médecine Nucléaire détectait des anomalies fonctionnelles, sans pour autant pouvoir préciser leur situation anatomique exacte. L imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) et la tomodensitométrie X (TDM) permettent au contraire de caractériser des anomalies strictement morphologiques, en précisant leur rapport anatomique. Bien que d utilisation pratique encore difficile, des logiciels permettent de combiner ces deux informations, en recalant et fusionnant des acquisitions faites sur deux imageurs différentes. Plus récemment, des systèmes d imagerie hybride intégrant ces deux modalités ont été développés (TEP- TDM et TEMP-TDM), avec une double acquisition à ce jour successive dans un même temps d examen, mais pas encore simultanée. En pratique, la fusion d image correspond actuellement au recalage d une image anatomique et morphologique acquise soit par un système par rayon X, soit par une imagerie par résonance magnétique ou ultrasonore à une imagerie moléculaire obtenue par techniques isotopiques. Correspondance : Professeur Olivier Mundler Université de la Méditerranée Service Central de Médecine Nucléaire CHU Timone Marseille CEDEX 5 Tél.: Fax : Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 11

2 M. Vermandel, N. Betrouni, E. Guedj, O. Mundler Le propos de cet article ne sera pas de faire une revue approfondie de toutes les différentes méthodes de traitement pour le recalage et la fusion d image multimodalitaire, mais d en énoncer les grands principes, et de montrer par quelques exemples choisis dans l utilisation actuelle de la TEP-TDM les pièges d interprétation que peut entraîner une fusion d image forcément à ce jour imparfaite. GÉNÉRALITÉS SUR LE RECALAGE ET LA FUSION D IMAGES Avant de décrire les méthodes, il convient de définir les termes recalage et fusion qui sont souvent associés et qui désignent cependant deux étapes différentes de l exploration multimodale. Recalage Le recalage est en fait l étape préliminaire à la fusion, il s agit ici de définir les relations spatiales entre une image A et une image B pour compenser des variations dues à l utilisation de modalités ou de conditions d acquisitions différentes [1]. Le plus souvent ces calculs préliminaires s établissent sur des séries d images que nous appelons par la suite volume. Lors de l acquisition, chaque volume est localisé dans l espace de l appareil. Ainsi, pour un examen TEP, par exemple, chaque voxel est localisé dans un espace tridimensionnel propre à l imageur. Le recalage consiste alors à déterminer la matrice de changement de repère entre l espace défini par la TEP et celui défini par la TDM dans notre exemple. Cette démarche est illustrée par la Figure 1. En clinique, l application de méthodes de recalage implique des phases de validation pour : - vérifier l interchangeabilité avec des méthodes de référence ou "gold standard", - mettre en évidence le bénéfice ou la valeur ajoutée par rapport à ces solutions de référence - évaluer l utilisation de logiciels de fusion en routine en s attachant à décrire l ergonomie ou le temps requis par l utilisation de nouvelles techniques. Figure 1 - Détermination de la matrice de changement de repère entre TEP et TDM où R TEP désigne le référentiel lié à l imageur TEP et R TDM désigne le référentiel lié à la TDM. M TEP à TDM est la matrice de changement de repère. Determination of the registration matrix between PET and CT where R TEP is the geometric referential associated to the PET modality and R TDM is the geometric referential associated to the CT modality. M TEP à TDM is the registration matrix. De manière générale, la fusion peut être soit monomodalité pour des applications de suivis pathologiques ou de comparaison d examen réalisé chez un même patient dans des conditions différentes (exemple de la TEMP inter et per critique pour la localisation des foyers épileptiques), ou multimodalité où la complémentarité images anatomiques et images fonctionnelles ouvre de nouvelles voies d explorations non invasives. Le panel des applications en fusion, multimodalité est large compte tenu des nombreuses techniques d investigation. Nous illustrons ici l aspect méthodologique de la fusion au travers de la fusion Tomographie par Emission de Positrons -Tomodensitométrie (TEP - TDM). La relation spatiale établie, il est ensuite possible de déterminer la position dans l espace TDM d une avec P TEP désigne les coordonnées de l hyperfixation, P TDM désigne les coordonnées de l hyperfixation dans l espace de la TDM et M TEP à TDM est la matrice de changement de repère où r ab sont les éléments relatifs à la rotation selon les axes, et t a sont éléments de la translation. L équation 1 est valable pour toutes les solutions de recalage dites rigides qui ne font intervenir que translations et rotations, en effet le passage d un hyperfixation observée en TEP par simple changement de repère : espace à un autre devient beaucoup plus complexe lorsqu un recalage élastique est nécessaire puisque ce dernier implique des déformations locales des volumes. Ces déformations sont parfois nécessaires pour recaler les volumes où les organes sont hautement déformables chez un même patient, ou pour une normalisation spatiale afin de comparer dans un même repère anatomique des examens réalisés sur un groupe de patients. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n

3 La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. De nombreuses solutions permettent selon les cas d obtenir la relation géométrique entre deux volumes. Maintz et Viergever [2] ont établi une classification de ces méthodes de recalage que nous présentons sous forme de tableau récapitulatif (Tableau I). Tableau I - Classification des méthodes de recalage selon les critères établis par Maintz et Viergever. Classification established by Maintz and Viergever illustrating the different registration approaches 716 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 11

4 M. Vermandel, N. Betrouni, E. Guedj, O. Mundler Fusion Dès lors que les paramètres du recalage sont estimés, il est possible de mettre en correspondance deux volumes, acquis dans des conditions différentes, dans un même espace. Le plus souvent cet espace est celui de l un des deux volumes. Ainsi dans notre exemple, le volume issu de la TEP peut être placé dans l espace TDM (caractérisé par R TDM à la figure 1). Cependant, les volumes n ayant pas nécessairement le même format (taille de la matrice, taille du pixel, champ de vue ) un reformatage des données TEP doit être appliqué pour que les deux volumes soient superposables. Ce reformatage est réalisé grâce à des algorithmes MPR (Multi Planar Reformatting) (Figure 2). Lorsque les images sont superposables, plusieurs solutions de représentation sont envisageables fusion par : - transparence : les images sont "mixées" avec un certain degré de transparence (Figure 3), - damier et - ou par cadran et - ou mode loupe : des zones d intérêt de chaque image sont successivement affichées (Figure 4), le "découpage" des zones est modifié interactivement à l aide d un réticule, - par logique floue [12] : des outils de fusion issus de la théorie des sousensembles flous sont appliqués afin de visualiser certaines structures en fonction d un degré d appartenance (exemple : la combinaison de l information issue d une image IRM et celle d une image TEMP permet d établir un degré d appartenance d un voxel à la matière grise). EXEMPLES DE MISE EN ŒUVRE : RECALAGE ET FUSION TEP-TDM L utilisation conjointe de la modalité TEP et TDM est de plus en plus associée aux bilans pré-thérapeutiques et à la planification en radiothérapie, notamment conformationnelle et pour de nombreuses localisations [13, 14]. En effet, dans certains cas fusionner TEP et TDM améliore la délinéation de volumes tumoraux, diminuant la variabilité intra- et interobservateur [15]. Cette détermination beaucoup plus précise du volume cible autorise une escalade de dose conduite grâce aux techniques RCMI (Radiothérapie Conformationnelle et Modulation d Intensité) en vue d un meilleur contrôle local de la zone tumorale [16]. D autres applications trouvent un intérêt à la fusion TEP / TDM comme la correction du volume partiel des volumes TEP [17]. Méthodologie Quel que soit le type d imageur (cf. TEP seule, TEP-TDM couplées), le recalage doit s affranchir de plusieurs contraintes. Différences de : - résolution spatiale : la résolution spatiale de la TEP reste faible devant celle de la TDM, - résolution temporelle : alors que les dernières générations de scanographe permettent d acquérir des "instantanés", l image TEP est constituée d une moyenne temporelle, - contraste : le rapport Contraste sur Bruit est beaucoup plus faible en TEP, - contenu : la TDM est une imagerie anatomique tandis que la TEP est une imagerie fonctionnelle, cela implique que nous n observons pas les mêmes phénomènes de part et d autre et que trouver une dépendance statistique entre les jeux de données demeure un problème de taille. Remarquons que même pour l acquisition de deux volumes directement dans un même référentiel, à l aide d un système couplé TEP-TDM, les mouvements aléatoires et physiologiques du patient empêchent toute fusion sans un recalage préalable. Un seul cas particulier est l exploration du cerveau où les déplacements sont minimisés lors de l utilisation d un masque thermoformé. Recalage rigide extrinsèque De manière générale, le recalage extrinsèque TEP-TDM respecte la stratégie décrite par la Figure 5. En premier lieu, les fiduciaires sont identifiés sur les images TEP et TDM soit manuellement, par une sélection interactive, soit automatiquement en utilisant les propriétés de haut contraste de ces marqueurs. Précisons que le calcul du barycentre des marqueurs, désignant leur position dans l espace, se fait simultanément à leur extraction. Idéalement, ces fiduciaires ne doivent pas être déplacés entre les deux examens s ils sont posés sur la peau du patient. En présence d un cadre de repérage ou, d un masque, le repositionnement doit être réalisé de manière précise (même table, même position du corps ). L étape suivante consiste à mettre en correspondance les marqueurs c est-à-dire les appareiller un à un. Ici aussi, l opération peut être soit réalisé manuellement par identification de l utilisateur, soit automatique en utilisant un algorithme spécifique comme l ICP (Iterative Closest Point) [18]. Une fois que chaque marqueur TEP est associé à un marqueur TDM, le calcul de la matrice de recalage peut être réalisé de manière analytique. Si l on se place dans le cadre de la classification dans le Tableau I, cette stratégie de recalage peut être décrite par le Tableau II. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n

5 La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. Figure 2 - Illustration du reformatage des images TEP pour la fusion. Representation of the PET images reformatting for fusion. Figure 3 - Recalage et fusion par transparence entre TDM dosimétrique et TEP réalisés à l aide du logiciel ARTIVIEW d AQUILAB [11] Registration and fusion using translucency between dosimetric CT and PET images computed with the software ARTIVIEW from AQUILAB [11] Figure 4 - Recalage et fusion type cadran entre TDM dosimétrique et TEP réalisés à l aide du logiciel ARTIVIEW d AQUILAB Registration and a frame fusion like between dosimetric CT and PET images computed with the software ARTIVIEW from AQUILAB 718 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 11

6 M. Vermandel, N. Betrouni, E. Guedj, O. Mundler - Figure 5 - Stratégie de recalage extrinsèque de volumes TEP et TDM Scheme of extrinsic registration betwenn PET and CT - Tableau II - Description de la solution de recalage extrinsèque en suivant les critères du tableau I Details on the extrinsic registration solution according to the table 1 Recalage rigide intrinsèque Les stratégies de recalage n utilisant que le contenu anatomo-fonctionnel des images appliquent le plus souvent le schéma présenté Figure 6. La première étape est d adapter la résolution de l un des deux volumes par rapport à son homologue. Dans l exemple de la Figure 7, le volume TDM est sous-échantillonné, ce qui permet de réduire l espace de données et ainsi optimiser le temps de calcul. Dans la configuration de la Figure 7, le volume TDM est appelé volume de référence et le volume TEP le volume flottant : c est à ce dernier que l on applique la transformation. La procédure est ensuite itérative, une matrice de transformation est estimée et le résultat de cette transformation est évalué au travers d une mesure de similarité. Si le résultat est satisfaisant, le processus est arrêté, sinon une nouvelle matrice de transformation est estimée en fonction du résultat donné par la mesure de similarité. Cette étape correspond à une minimisation ou maximisation de fonction qui peut être réalisée à l aide d algorithmes d optimisation (recuit simulé, gradient conjugué, Powell, Simplex ). Pour recaler TEP et TDM de manière intrinsèque la mesure de similarité couramment employée est l Information Mutuelle [19]. Cette mesure introduite par Collignon et al [20] et Viola et al [21] correspond à l équation 2 : où IM est l information mutuelle, H (V TEP ) et H (V TDM ) sont respectivement l entropie du volume TEP et TDM et H (V TEP, V TDM ) est l entropie jointe. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n

7 La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. - Figure 6 - Stratégie de recalage intrinsèque de volumes TEP et TDM Scheme of intrinsic registration between PET and CT (a) (b) Figure 7 : Exemple de problèmes de recalage lorsque la table est différente d un imageur à l autre et que la position des bras n est pas identique (le réticule permet de naviguer dans l espace 3D des deux examens et de contourer dans les 3 plans de l espace). Example of registration troubles when the CT and PET tables are different and when the position of the arms is not identical from one exam to the other (the cross enables a navigation over the 3D space of both PET and CT spaces and to delineate through the 3 plans of the space, e.g. transverse, sagittal and face) 720 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 11

8 M. Vermandel, N. Betrouni, E. Guedj, O. Mundler Le recalage optimal correspond dès lors à minimiser l entropie jointe, soit maximiser l information mutuelle. Notons que pour améliorer la robustesse de l information mutuelle l information mutuelle normalisée introduite par Studholme et al [22], peut être appliquée. L information mutuelle normalisée est décrite par : où IMN est l information mutuelle normalisée. Notons, enfin, que l utilisation de l information mutuelle permet de s affranchir des contraintes liées au contraste et à la différence de contenu. Cette solution de recalage peut être décrite selon le Tableau III. - Tableau III - Description de la solution de recalage intrinsèque en suivant les critères du Tableau I. Details on the intrinsic registration solution according to the table 1 recherche de la meilleure transformation. La Figure 7 présente un cas de recalage et de fusion issu d une planification en radiothérapie. Les images TEP sont acquises en conditions standard tandis que l examen TDM est réalisé dans le cadre de la planification dosimétrique, le patient est donc en position de traitement (table similaire à celle de l accélérateur linéaire, bras derrière la tête). Dans ce cas, il est nécessaire de déterminer une matrice de transformation valable localement. Le logiciel doit permettre de corriger interactivement la transformation puisque la transformation optimale ne permet pas nécessairement au praticien de fusionner correctement les zones d intérêts. Le logiciel ARTIVIEW utilisé pour cette illustration permet de réaliser cette correction et ainsi de contourer les images TDM dans les limites de validité du recalage. EXEMPLES CLINIQUES DE RECALAGE ET FUSION D IMAGES Problèmes des déformations Le recalage rigide ne permet pas de s affranchir des problèmes liés à la déformation des organes (battement cardiaque, respiration, différents niveaux de remplissage de la vessie entre deux examens ). Les mouvements réguliers, comme la respiration ou les battements du cœur, peuvent être pris en compte en utilisant des solutions technologiques d asservissement ou "gating" [23, 24, 25]. Par contre les déformations aléatoires nécessitent l utilisation d algorithmes de recalage dits élastiques (flot optique [26], spline de plaques minces [27] ) Beaucoup plus complexe à mettre en œuvre et pour lesquels une validation quantitative reste difficile à réaliser. Problèmes du positionnement du patient La fusion multimodale impose certaines précautions quant au positionnement du patient lors des acquisitions sur les différents imageurs. En effet, même si sans contention particulière (masque thermoformé, matelas à dépression ) reproduire avec exactitude une position donnée est impossible, il convient de placer, au moins, dans les mêmes conditions le patient (position des bras, des jambes, cubitus ou décubitus, table identique ) afin de minimiser les déformations d une part et de faciliter la Recalage d images analogiques Il s agit très certainement du plus ancien recalage d image dont on dispose en médecine nucléaire. Dans le cas d une acquisition double-tête simultanée, la superposition de deux films radiologiques sur un négatoscope pourra permettre de retrouver, par exemple en face postérieure, une anomalie retrouvée sur une scintigraphie osseuse en face antérieure, autorisant ainsi une localisation plus précise de cette anomalie de fixation (Figure 8). Cet "algorithme" va aussi permettre d éliminer une hyperfixation dite positionnelle, proximité plus importante d un des deux détecteurs de la pièce osseuse à l origine d une asymétrie de fixation en postérieur par exemple pour une sacro-iliaque mais le plus souvent asymétrie inversée en antérieur. Une autre utilisation de cet "algorithme" permet de localiser une Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n

9 La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. lésion comme surrénalienne grâce à la superposition d une imagerie 131 I- MIBG à une imagerie rénale au DMSA. Dans l imagerie de superpositions, on peut aussi superposer a. deux images de deux examens successifs, en particulier scintigraphie osseuse, afin de visualiser l évolution de lésions métastatiques. Imagerie hybride TEP-TDM Il s agit là de la plus grande avancée qui a été faite ces dernières années permettant la combinaison d une imagerie morphologique et anatomique à une imagerie métabolique. Mais il peut exister un décalage d acquisition. En effet, même si le patient reste sur la même table pendant toute la durée de l examen, il ne s agit en aucun cas d une acquisition simultanée ; d abord acquisition tomodensitométrique, qui prendra 20 à 25 sec, et pour laquelle les mouvements du patient seront minimes, puis acquisition scintigraphique qui prendra 20 à 25 min, le patient ayant tout loisir de bouger et bien évidemment de respirer. (Figure 11) b. DISCUSSION - Figure 8 - a. Un doute peut exister sur la présence d une lésion costale posterieure ( ) mais la vision de ce foyer en antérieur plaide en faveur d une image rénale. Ceci peut être facilement confirmé par la superposition des images inversées. b. Incidence trois-quart objectivant l excretion rénale. a. Rib abnormal focal uptake? or renal cavity? Answer can be easily found by the 2 inverse images superposition b. 3/4 posterior view showing renal physiological tracer concentration Le principal problème que pose aujourd hui la fusion d image découle du recalage de deux acquisitions successives et non simultanées. Si ceci ne présente pas d inconvénient majeur pour les organes "statiques", essentiellement le cerveau, il en va tout autrement pour l abdomen ou le thorax, surtout lorsque les temps d acquisitions ne permettent pas de s affranchir du péristaltisme intestinal, des mouvements respiratoires et du patient lui-même. Recalage semi-automatique TDM-imagerie scintigraphique Recalage semi-automatique d imagerie tomodensitométrie et d imagerie scintigraphique obtenue sur deux équipements différents, exemple : tumeur endocrinienne diagnostiquée par scintigraphie à l octréoscan et localisée grâce à la superposition d une tomodensitométrie obtenue sur un autre équipement (Figure 9). Ceci devrait pouvoir maintenant être effectué en un seul temps grâce au développement de tomographe monophotonique couplé à un TDM. (TEMP-TDM). Des logiciels appliqués à l exploration cérébrale permettent par ailleurs de réaliser la normalisation spatiale d une imagerie cérébrale fonctionnelle (perfusion, métabolisme, neuroreception) à des atlas d imageries anatomiques IRM, pour l étude statistique de groupes de patients. (Figure 10). En effet qu attend-on de la fusion d images médicales? Que les données fonctionnelles et anatomiques superposées puissent permettre une aide : - diagnostique : à telle ou telle anomalie morphologique correspond-il, ou non, une lésion hypermétabolique ou non? à telle image anatomique normale correspond-il un fonctionnement, un métabolisme ou une perfusion normaux ou anormaux, - thérapeutique : précision sur une lésion et son extension locale, régionale à distance, avant une intervention chirurgicale ou radiothérapie, 722 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 11

10 M. Vermandel, N. Betrouni, E. Guedj, O. Mundler Figure 9 - Exemple de recalage d images et fusion après acquisitions séparées d'images : a. scintigraphique d une tumeur endocrine pancréatique (Octréoscan ) b. tomodensitométrique c. anatomique sur l image scintigraphique d. scintigraphique sur l image anatomique a. b. Exemple of fusion image from data obtained on separate imagers a. scintigraphy of a pancreatic tumor (Octreoscan ) b. CT c. morphologic lesion on scintigrapy d. scintigraphic lesion on CT c. d. Figure 10 - Corrélation troubles du langage - perfusion cérébrale. Identification sur un rendu volumique d IRM de la région cérébrale dont la perfusion cérébrale est corrélée aux troubles du langage, après normalisation spatiale d une série d examens TEMP sur un même atlas anatomique et analyse statistique voxel-à-voxel Language trouble and cerebral perfusion correlation. Localisation on a cerebral volume region determined by MRI of a abnormal perfusion area correlate with language, trouble after spatial normalization of a normal TEMP exams library on a same anatomic atlas and statistical analysis voxel to voxel. Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n

11 La fusion des images en Médecine Nucléaire. Situation actuelle. - à la surveillance, en particulier lorsqu il reste des masses morphologiquement détectables, mais dont on ne connaît pas l évolutivité. Qu engendrent les décalages d images? - une localisation aberrante d un foyer d hyperfixation. Comme nous l avons vu, il peut s agir d une localisation anatomique inadéquate d une hyperfixation faisant penser de manière abusive à un foyer parenchymateux, péritonéal conduisant à une interprétation erronée, alors que dans ce cas il s agit d une hyperfixation physiologique liée à l excrétion rénale du traceur, - la superposition incongrue d une hyperfixation correspondant a une lésion maligne sur un organe concentrant normalement le traceur ; par exemple tumeur recto-sigmoïdienne et vessie, - du fait des mouvements respiratoires diaphragmatiques une mauvaise évaluation des bases pulmonaires en particulier pour les petites lésions juxta centimétriques. Quelles solutions? - Immédiate : o connaître les risques décrits ci-dessus, et en tenir compte pour les interprétations de ces examens dont on sait que les résultats vont très souvent en cancérologie influencer la prise en charge thérapeutique, o Utiliser les logiciels d acquisition synchronisée, mais dont la preuve de leur utilité n a pas à ce jour été démontré. - A plus long terme : o améliorer la sensibilité du détecteur et de l électronique accolée, pour avoir un temps d acquisition scintigraphique plus court et idéalement simultané à celui de la TDM, o développer de nouveaux logiciels de recalage o coupler l imagerie moléculaire à une autre imagerie anatomique, ultrasons, IRM. En effet, la difficulté principale d une détection scintigraphique et TDM simultanée est essentiellement due à l énorme différence (plusieurs ordres de grandeurs) entre le nombre d événements liés à l émission des photons gammas et le nombre d'événements liés aux photons X. Ce d autant que les TDM sont toujours plus rapides et donc producteurs de rayons X et irradiants. Ceci est-il d ailleurs justifié? cela devrait rapidement faire l objet d une réflexion. CONCLUSION L avènement des caméras TEP couplées à la TDM est à l origine d un progrès majeur en médecine nucléaire. Il a permis à l'imagerie moléculaire d avoir le complément indispensable qu est l imagerie anatomique et morphologique. Des problèmes de simultanéité d acquisition persistent en particulier ; les reconnaître doit permettre de s en affranchir au mieux en attendant que les progrès technologiques permettent d y pallier. Image fusion in Nuclear Medicine today. The purpose of this paper is to do a short review of the fusion image techniques in nuclear medicine, and show some examples of PET-CT images which interpretation can be difficult, due to imperfect fusion of the metabolic and morphologic acquisition as they are not performed simultaneously. Fusion / Registration / Image treatment / PET-CT artefact 724 Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 11

12 M. Vermandel, N. Betrouni, E. Guedj, O. Mundler RÉFÉRENCES 1. Jannin P, Grova C, Gibaud B. Fusion de données en imagerie médicale : revue méthodologique basée sur le contexte clinique. ITBM- RBM 2001; 22(4): Antoine Maintz JB. Viergever Max A. A survey of medical image registration: Medical Image Analysis 1998; 2(1): Van Herk M, Kooy HM. Automatic three-dimensional correlation of CT-CT, CT-MRI and CT-SPECT using chamfer matching. Med. Phys. 1994; 21: Maes F, Collignon A, Vandermeulen D, Marchal G, Suetens P. Multimodality image registration by maximization of mutual information. Mathematical Methods in Biomedical Image Analysis 1996; IEEE computer Society Press, Wells III WM, Viola P, Atsumi H, Nakajima S, Kikinis R. Multimodal volume registration by maximization of mutual information. Med. Image Anal ; 1: Prigent-Le Jeune F, Coste E, Rousseau J, Lecouffe P, Marchandise X, Steinling M. Recalage d images multi-modalités à partir de repères anatomiques internes : application aux images d IRM et de tomoscintigraphie au 99mTc-MIBI dans le suivi des tumeurs cérébrales. ITBM-RBM 1999;20(6): Wahl RL, Quint LE, Cieslak RD, Aisen A, Koeppe RA, Meyer CR. Anameta-bolic tumor imaging: fusion of FDG PET with CT or MRI to localize foci of increased activity. J. Nucl. Med. 1993;34: Vermandel M, Betrouni N, Palos G, Gauvrit JY, Vasseur C, Rousseau J. Registration, matching and data fusion in 2D/3D Medical Imaging: application to DSA and MRA. Lect. Notes In Comp Sc 2003;2878: Eberl S, Kannon I, Fulton RR, Ryan A, Hutton BF, Fulham MJ. Automated interstudy image registration technique for SPECT and PET. J. Nucl. Med. 1996; 37: Barber DC, Tindale WB, Hunt E, Mayes A, Sagar HJ. Automatic registration of SPECT images as an alternative to immobilization in neuroactivation studies. Phys. Med. Biol. 1995; 40: Barra V, Boire JY. A general framework for the fusion of anatomical and functional medical images. NeuroImage 2001;13: Heron DE, Smith RP, Andrade RS. Advances in image-guided radiation therapy: the role of PET-CT. Medical Dosimetry 2006; 31(1): Boisserie G. Apport du recalage etou de la fusion d images à la radiothérapie. Cancer Radiothérapie 2005;9 : Fox JL, Rengan R, O Meara W, Yorke E, Erdi Y, Nehmeh S et al. Does registration of PET and planning CT images de-crease interobserver and intraobser-ver variation delineating tumor volumes for non-small cell lung cancer? Lecture Note of the 46 th annual meeting of the ASTRO Thames HD, Schultheiss TE, Hendry JH, Tucker SL, Dubray BM, Brock WA. Can modest escalations of dose be detected as increased tumor control? Int J Radiat Oncol Biol Phys 1992;22(2): Boussion N, Hatt M, Lamare F, Bizais Y, Turzo A, Cheze-Le Rest C et al. Related Articles, Links A multiresolution image based approach for correction of partial volume effects in emission tomography. Phys Med Biol ; 51(7): Besl PJ, Mckay ND. A Method for Registration of 3-D Shapes. IEEE Trans on Pattern Analysis and Matching Intelligence 1992;14(2): Firle EA, Wesarg S, Dold C. Fast CT/ PET registration based on partial volume matching. International Congress Series 2004;1268 : Collignon A, Vandermeulen D, Suetens P, Marchal G. 3D multimodality medical image registration using space clustering. Lect. Notes in Comp. Sc. 1995,905: Viola P, Wells W. Alignment by maximization of Mutual Information. International Journal of Computer Vision 1997;24(2): Studholme C, Hill D, Hawkes D. An overlap invariant entropy measure of 3d medical image alignment. Pattern Recognition 1999;32(1) : Nehmeh SA, Erdi YE, Pan T, Pevsner A, Rosenzweig KE, Yorke E et al. Mostafavi H, Larson SM, Humm JL. Four-dimensional (4D) PET/CT imaging of the thorax. Med. Phys. 2004; 31(12): Dawood M, Lang N, Jiang X, Schafers KP. Lung motion correction on respiratory gated 3-D PET/ CT images. IEEE Trans Med Imaging 2006 ;25(4): Jiang SB. Technical aspects of imageguided respiration-gated radiation therapy. Medical Dosimetry 2006 ; 31(2): Barron JL, Fleet DJ, Beauchemin SS. Performance of optical flow techniques. The International Journal of Computer 1994;12(1): Bookstein F. Principal warps: Thinplate splines and the decomposition of deformations. IEEE Transactions on Pattern Analysis and Matching Intelligence 1989;11(6); Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n

Recalage Multimodal par Maximisation de l Information Mutuelle

Recalage Multimodal par Maximisation de l Information Mutuelle SETIT 2009 5 th International Conference: Sciences of Electronic, Technologies of Information and Telecommunications March 22-26, 2009 TUNISIA Recalage Multimodal par Maximisation de l Information Mutuelle

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Fusion d Image Médicale Multimodal (IRM, TEP)

Fusion d Image Médicale Multimodal (IRM, TEP) Fusion d Image Médicale Multimodal (IRM, TEP) S. Cherik, H. Mouhadjer, A. Belghoraf Université Mohamed Boudiaf d ORAN (USTO). BP 1505 M'naouer.Oran, Algérie Laboratoire de Communication Département d Electronique,

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

Projet : Recalage par maximisation de l information mutuelle

Projet : Recalage par maximisation de l information mutuelle École Polytechnique de Montréal Automne 25, 12 décembre 25 Projet : Recalage par maximisation de l information mutuelle GBM613, Application médicales de l informatique Nom Matricule Groupe Herve Lombaert

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

«Imagerie moléculaire. adaptation. thérapeutique»

«Imagerie moléculaire. adaptation. thérapeutique» Réunion de l axe 3 14 décembre 2012 Centre Oscar Lambret, Lille «Imagerie moléculaire & adaptation thérapeutique» Correction des mouvements respiratoires en TEP par déformation d un opérateur tomographique

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Présentation de l entreprise La branche Healthcare Systems de GE Healthcare offre une large gamme de technologies

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Segmentation interactive d images médicales à 4 dimensions par Lignes de Partage des Eaux

Segmentation interactive d images médicales à 4 dimensions par Lignes de Partage des Eaux 1 Segmentation interactive d images médicales à 4 dimensions par Lignes de Partage des Eaux F. Bidault (1), J. Stawiaski (2), E. Decencière (2), I. Ferreira (3), C. Le Péchoux (3), F. Meyer (2), J. Bourhis

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Recalage non-rigide multimodal des images radiologiques par information mutuelle quadratique normalisée

Recalage non-rigide multimodal des images radiologiques par information mutuelle quadratique normalisée Recalage non-rigide multimodal des images radiologiques par information mutuelle quadratique normalisée Jamaleddine Atif LIMSI-CNRS Université de Paris XI - Orsay Soutenue le 29 Octobre 2004 devant le

Plus en détail

GVF (Gradient Vector Flow) et ses applications. Introduction au. Antonio Moreno Ingelmo. par

GVF (Gradient Vector Flow) et ses applications. Introduction au. Antonio Moreno Ingelmo. par Introduction au GVF (Gradient Vector Flow) et ses applications par Antonio Moreno Ingelmo Plan Introduction Les contours actifs Définition de GVF Force externe traditionnelle vs. GVF Limites du GVF Un

Plus en détail

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)?

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV?

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Réunion APRAMEN Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene APRAMEN - Irène Buvat - 14 novembre 2006-1

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Au sein du siège européen de GE Healthcare à Buc (78), vous intégrerez l équipe Applications Médicales Avancées Dans le cadre du perfectionnement

Plus en détail

en scintigraphie cérébrale et oncologique Simulations Monte Carlo U678 INSERM, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France http://www.guillemet.

en scintigraphie cérébrale et oncologique Simulations Monte Carlo U678 INSERM, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France http://www.guillemet. Simulations Monte Carlo en scintigraphie cérébrale et oncologique Irène Buvat U678 INSERM, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene Plan - Introduction

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale 1 er février 2013 Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale Limiter l exposition des patients aux rayonnements ionisants Améliorer la qualité des soins Promouvoir l interdisciplinarité

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 Analyse de la vidéo Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet 10 mars 2015 Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 La représentation d objets Plan de la présentation 1 La représentation

Plus en détail

Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT

Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT Algorithmes d optimisation RCMI / RapidArc / VMAT Vincent Marchesi Unité de Radiophysique Médicale Centre Alexis Vautrin Vandœuvre-les-Nancy v.marchesi@nancy.fnclcc.fr EPU Techniques dédiées en radiothérapie,

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes SAB October 16, 2006 1 Principe de l imagerie en Médecine nucléaire Détection de la distribution spatiale et temporelle

Plus en détail

catalogue des formations

catalogue des formations IRM radioprotection évaluation des pratiques professionnelles contrôle qualité http://manipinfo-esprimed-formation.com catalogue des formations 20161 Manip info et Esprimed lancent une nouvelle offre de

Plus en détail

IGRT dans le cancer de la prostate

IGRT dans le cancer de la prostate IGRT dans le cancer de la prostate David Ali CORP, 23 sept 2010 1 Q1) Quelle marges prenez-vous pour passer du CTV au PTV pour la radiothérapie exclusive du cancer de la prostate 1) 10mn partout 2) 10mn

Plus en détail

Principes d imagerie en CBCT. Avril 2011

Principes d imagerie en CBCT. Avril 2011 Principes d imagerie en CBCT Avril 2011 1 Points marquants de la technologie Im Imagerie Panoramique 1963 To mo gra phi e spi ral ée Ima geri e nu mér iqu e intr 1988 1990 a- 1998 (1975 Scanners) oral

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-8/2010 Document consultable dans Médi@m Date : 06/04/2010 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM CGSS

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

R-ICP : une nouvelle approche d appariement 3D orientée régions pour la reconnaissance faciale

R-ICP : une nouvelle approche d appariement 3D orientée régions pour la reconnaissance faciale R-ICP : une nouvelle approche d appariement 3D orientée régions pour la reconnaissance faciale Boulbaba BEN AMOR, Karima OUJI, Mohsen ARDABILIAN, et Liming CHEN Laboratoire d InfoRmatique en Images et

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Analyse d images, vision par ordinateur. Partie 6: Segmentation d images. Segmentation? Segmentation?

Analyse d images, vision par ordinateur. Partie 6: Segmentation d images. Segmentation? Segmentation? Analyse d images, vision par ordinateur Traitement d images Segmentation : partitionner l image en ses différentes parties. Reconnaissance : étiqueter les différentes parties Partie 6: Segmentation d images

Plus en détail

Analyse d images pour les études de la réponse thérapeutique en Tomographie par Emission de Positon. Thèse

Analyse d images pour les études de la réponse thérapeutique en Tomographie par Emission de Positon. Thèse Université Occidentale de Bretagne UFR de Médecine et des Sciences de la Santé Analyse d images pour les études de la réponse thérapeutique en Tomographie par Emission de Positon Thèse soutenue le mercredi

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS DE TOURS ÉCOLE DOCTORALE SST «Santé, Sciences, Technologies» Unités Inserm U930 et U650 THÈSE présentée par : Adrien LE POGAM pour obtenir le grade de : Docteur de l université

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004)

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) I LES QUESTIONS Première question : Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes. Entourer la bonne réponse ou barrer la mauvaise (0.2 points par

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

La démarche qualité, la sécurité des soins et la sécurité du personnel

La démarche qualité, la sécurité des soins et la sécurité du personnel INAUGURATION du plateau technique de Radiothérapie Dossier de presse Vendredi 24 Juin 2011 1 Le dossier Le plateau technique de Radiothérapie du Centre hospitalier de Troyes : Introduction Définition de

Plus en détail

Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes

Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes CNES Paris - 22/05/2003 Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes Michel DHOME LASMEA UMR 6602CNRS/UBP Clermont-Ferrand Etat de l art (communauté vision artificielle)

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin Licence de Psychologie (L3S6). 2015 Imagerie cérébrale Florence Perrin Integrative Biology of Neuroregeneration INSERM U1051 Institut des Neurosciences de Montpellier Université Montpellier Web site: http://www.ibn-lab.com/

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE

MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE 11/12/12 10h30 11h30 Pr Lebtahi RT : Chloé Achouche RL : Issam Belkhatir MEDECINE NUCLEAIRE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE Plan : I. PRINCIPE II. IMAGERIE GAMMA CAMERA A. Scintigraphie Rénale : 2 types d examens

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée

Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée 2 L équipe de direction Une équipe expérimentée et reconnue Olivier Carli Président Un «serial entrepreneur» à succès dans l univers médical Co-Fondateur

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Fenohery Tiana ANDRIAMANAMPISOA Le 18 Novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Fenohery Tiana ANDRIAMANAMPISOA Le 18 Novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Spécialité : Informatique Présentée et soutenue par Fenohery Tiana ANDRIAMANAMPISOA

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

Contrôle de la respiration

Contrôle de la respiration Contrôle de la respiration Techniques Et Méthodes SAGITTAL CORONAL COEUR THORAX 1.5 cm ABDOMEN Mouvements des organes intrathoraciques Giraud, et al. IJROBP 2001 Seppenwoolde, et al. IJROBP 2002 CONTRÔLE

Plus en détail

General Electric Healthcare Systems

General Electric Healthcare Systems General Electric Healthcare Systems Catalogue des stages 2014 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Présentation de l entreprise La branche Healthcare Systems de GE Healthcare

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail