Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC"

Transcription

1 Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des Etudes Economiques Avril 2014

2 Environnement international Selon le World Economic Outlook (WEO) d avril 2014, la croissance mondiale s est accélérée au deuxième semestre de 2013, pour atteindre en moyenne 3,6%, soit une hausse marquée par rapport aux 2,6% observés lors des six mois précédents. Cette accélération tient en grande partie aux pays avancés, tandis que la croissance dans les pays émergents ne s est accélérée que modestement. L affermissement de l activité s est reflété dans le commerce mondial et la production industrielle. Cependant, la croissance mondiale ralentirait légèrement au premier semestre de L accélération plus vive que prévu de l activité mondiale pendant la dernière partie de 2013 s expliquerait en partie par des augmentations de l accumulation des stocks qui s inverseront. Globalement, les perspectives restent plus ou moins favorables. La croissance mondiale devrait s affermir pour atteindre 3,6 % en 2014, puis 3,9 % en Aux États- Unis, l activité a progressé de 3,2 % au deuxième semestre de 2013, soit plus que prévu. Cette bonne surprise s explique en partie par la croissance vigoureuse des exportations et des augmentations temporaires de la demande de stocks. Les indicateurs récents font état d un certain ralentissement au début de Cela semble en grande partie lié à des conditions climatiques exceptionnellement mauvaises, bien qu un retour de manivelle après des augmentations antérieures de la demande de stocks ait peut- être joué un rôle aussi. Néanmoins, la croissance annuelle devrait avoisiner 2,7% en , soit au- dessus de la tendance. Les autres facteurs qui soutiennent la croissance sont la politique monétaire accommodante, le redressement du secteur immobilier après une longue récession, l augmentation du patrimoine des ménages et l assouplissement des normes d octroi de prêts bancaires. La zone euro connaît de nouveau la croissance. En Allemagne, la politique monétaire accommodante, la solidité du marché du travail et l amélioration de la confiance ont conduit à une accélération de la demande intérieure, qui apparaît principalement dans une hausse de la consommation et un redressement timide de l investissement, mais aussi dans le logement. Dans l ensemble de la zone euro, un net ralentissement du rythme du durcissement budgétaire, d environ 1 % du PIB en 2013 à 0,25% du PIB, devrait contribuer à accélérer la croissance. En dehors des pays du cœur de la zone, les exportations nettes, de même que la stabilisation de la demande intérieure ont contribué à inverser la tendance. Cependant, la croissance de la demande devrait rester languissante, étant donné la persistance de la fragmentation financière, le resserrement du crédit et l endettement élevé des entreprises. Globalement, la croissance dans la zone euro devrait atteindre seulement 1,2 % en 2014 et 1,5 % en Au Japon, certains moteurs de la croissance devraient se renforcer, notamment l investissement privé et les exportations, étant donné l accélération de la croissance dans les pays partenaires et la dépréciation considérable du yen au cours des 12 derniers mois. Néanmoins, l activité devrait ralentir modérément en réaction au durcissement de la politique budgétaire en Ce durcissement résulte d un relèvement du taux de la taxe sur la consommation en 2 étapes (de 5 % à 8 % au deuxième trimestre de 2014 et ensuite à 10 % au quatrième trimestre de 2015) et de l arrivée à terme des dépenses de reconstruction et du premier train de mesures de relance du programme Abenomics. Cependant, le durcissement de la politique budgétaire en 2014, qui représente environ 1 % du PIB, sera plus modéré que prévu en raison d une nouvelle relance budgétaire à hauteur d environ 1 % du PIB. Cette impulsion devrait abaisser l effet négatif du durcissement budgétaire sur la croissance de 0,4 point de pourcentage, à 0,3 % du PIB en En 2015, l effet négatif sur la croissance devrait passer à 0,5% du PIB. Globalement, la croissance devrait atteindre 1,4 % en 2014 et 1,0 % en Dans les pays émergents et les pays en développement, la croissance s est accélérée légèrement au deuxième semestre de Le manque de dynamisme par rapport aux pays avancés tient aux effets opposés de deux forces sur la croissance. D une part, la progression des exportations s est accélérée, du fait de l affermissement de l activité dans 1

3 les pays avancés et de la dépréciation monétaire. Les politiques budgétaires devraient être plus ou moins neutres. D autre part, l investissement est resté faible, et les conditions de financement extérieur et intérieur se sont de plus en plus durcies. Les contraintes du côté de l offre et les autres contraintes structurelles qui pèsent sur l investissement et la production potentielle (par exemple, les goulets d étranglement dans les infrastructures) sont problématiques dans certains pays. Ces forces opposées devraient continuer de faire sentir leurs effets pendant une bonne partie de Globalement, cependant, les pays émergents et les pays en développement continuent de représenter plus de deux tiers de la croissance mondiale, et leur expansion devrait passer de 4,7 % en 2013 à 4,9 % en 2014, et à 5,3 % en Les tensions inflationnistes devraient rester modérées. L activité reste largement en deçà de la production potentielle dans les pays avancés, alors qu elle est souvent proche ou un peu au- dessous du potentiel dans les pays émergents et les pays en développement. Le recul des cours des produits de base, en particulier des carburants et des produits alimentaires, est un facteur commun des baisses récentes de l inflation globale dans le monde. Un nouveau léger repli des cours des produits de base en dollars est attendu en , en partie par suite de la trajectoire impliquée par leurs cours à terme. De manière plus générale, les variations de l offre de nombreux produits de base devraient quand même plus que compenser les effets de l affermissement attendu de l activité mondiale sur les prix. Les variations de l offre sont les plus notables pour quelques produits de base alimentaires et le pétrole brut. Il est peu probable que le ralentissement de la croissance qui est attendu en Chine entraîne une baisse de la consommation chinoise de produits de base, qui devrait continuer à augmenter parallèlement au revenu par habitant. Dans les pays avancés, l inflation avoisine 1,5 % en moyenne, soit un taux inférieur à l objectif fixé et aux anticipations à plus long terme. 2

4 Graphique 1 : Évolution des cours des matières premières Pétrole ($/baril) 1,2 1,0 Banane ($/mt) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Cacao ($/kg) 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 2006T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 7 Café Robusta ($/kg) 6 Café Arabica ($/kg) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Huile de Palm ($/mt) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 2006T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T Bois ($/cubic meter) Diamant ($/mt) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Coton ($/kg) 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 2006T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Source: World Bank Commodity Price Data: mars

5 Synthèse des évolutions au niveau de la CEMAC L activité économique a été marquée en 2013 par un ralentissement de la croissance, un maintien du déficit du solde budgétaire, base engagements, hors dons, une détérioration du solde extérieur courant et une situation monétaire confortable, dans un contexte de maîtrise des pressions inflationnistes. La croissance économique en 2013 a connu un repli, en raison de la contraction des investissements bruts et de la production pétrolière. Ainsi, le taux de croissance du PIB réel s est établi à 2,3% en 2013 contre 5,5% en La croissance économique a été beaucoup plus tirée par les secteurs secondaire et tertiaire dont les contributions sont les plus importantes. Du côté de la demande, l activité économique a profité en 2013 de la demande intérieure nette qui a contribué à hauteur de 5,8 points, en relation avec les évolutions attendues de la consommation globale et des investissements. Le concours de la consommation globale a été positif de 5,9 points, attribuable à l intégration de nouveaux agents dans la fonction publique dans la majorité des pays de la CEMAC pour sa composante publique, d une part, à la hausse des prestations sociales au Congo (Majoration des allocations familiales de 100 %, hausse des bourses des étudiants de 50 %), à la revalorisation du traitement de certaines catégories de fonctionnaires au Tchad, aux créations d emplois dans le cadre des projets structurants initiés par les États membres, pour sa composante privée. Toutefois, le redressement de la consommation a été atténué des effets de la crise militaro- politique en République Centrafricaine et la baisse des dépenses en biens et services des entreprises privées, en particulier celles évoluant dans les BTP, en Guinée Équatoriale. Sur le front des prix, les États membres de la CEMAC en 2013 ont connu un ralentissement du taux d inflation à 2,3% contre 3,8% en moyenne annuelle en Cette baisse du niveau général des prix, constatée dans la plupart des pays s explique par : i) la bonne campagne agricole 2012/2013, au Tchad, ii) la contraction de la demande intérieure, en Guinée- Equatoriale et en RCA, et iii) le maintien des mesures de lutte contre la vie chère au Cameroun et au Gabon. Les perspectives macroéconomiques pour l année 2014 demeurent favorables et se caractériseraient par des croissances soutenues pour certains pays. Après avoir enregistré un ralentissement de la croissance en 2013, l activité économique devrait se consolider pour s établir à 6,1% en 2014 Conjoncture et prévisions économiques des pays de la CEMAC Cameroun Conjoncture économique En 2013, le taux de croissance est estimé à 5,3% contre 4,6% en Cette croissance est principalement soutenue par le dynamisme observé dans le secteur tertiaire (+5,9%) avec la bonne tenue des activités dans les branches transports et télécommunications, commerce et hôtel, ainsi que dans le secteur primaire (+3,6%) avec la performance enregistrée par les branches agriculture vivrière et industrielle d exportation. Cette consolidation devrait se poursuivre en 2014, notamment avec la poursuite de la mise en œuvre des grands projets. Dans le secteur réel, l activité économique est marquée par la hausse de la production des principaux produits d exportation au niveau du primaire, et des secteurs clés dans le secondaire et le tertiaire. Évolution du taux de croissance et de ses composantes 4

6 En effet, dans le secteur primaire, on note en 2013 une hausse de 12,8% des exportations de la banane, favorisée par l augmentation de la production avec l entrée en production de nouvelles parcelles et l amélioration des rendements chez les principaux opérateurs de la filière. Toutefois, les questions liées aux coûts de production et à la productivité continuent de ralentir l essor de certaines entreprises. La production de caoutchouc enregistre une hausse de 12,9% au cours des 9 premiers mois de 2013, favorisée notamment par l entrée en production des nouvelles exploitations. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2014 avec l octroi d un prêt bancaire au principal opérateur de la filière. La production de café a connu une hausse de 5,5% de la production de l arabica, et baisse de 56,8% du robusta sur la campagne 2012/2013 Cette situation s explique principalement par le vieillissement des plantations et des producteurs, ainsi que la baisse du prix sur le marché mondial. Des actions gouvernementales ont été mises en œuvre afin de redynamiser ce secteur, avec notamment le le programme «New Generation» et «le programme d urgence de la relance ciblée de la caféiculture», qui visent non seulement à impliquer davantage les jeunes dans la production du café, mais également à rajeunir et étendre les exploitations. Le cacao a connu une hausse de 8,2% de la production sur la campagne 2012/2013. La production de cette campagne s est située à tonnes. Cette bonne performance pourrait s expliquer notamment par : l entrée en production de nouvelles exploitations de cacao créées depuis 2009 ( hectares, dont 6800 dans le Centre, 3850 dans le Sud, 1500 à l Est, 850 dans le Littoral et le Sud- ouest) à travers le programme de production et de distribution de plants améliorés initié par la SODECAO; et la vulgarisation des techniques appropriées de séchage de fèves de cacao. Les autres produits ont connu aussi des hausses de production en 2013, notamment le coton (+35,9%), l huile de palme (+15,1%). Dans le secteur secondaire, l activité des industries extractives a été en hausse de 13%, en relation principalement avec l augmentation de la production pétrolière. Les autres industries manufacturières ont également enregistré des perfonances non négligeables en 2013, avec l augmentation de la production des industries brassicoles de 12,6%, de la production du sucre de 19,3% sur les 9 premiers mois de l année 2013, l amélioration des capacités énergétiques de 9,6% en liaison avec la mise en service de la centrale à gaz de Kribi. Dans le domaine des BTP, on a observé une hausse de l activité de 15,6%, avec pour conséquence une forte augmentation de la mise en consommation de ciment (importation +production locale). Cette situation est le fait de la poursuite de la mise en œuvre des grands projets (barrages, routes ) et de l accélération de la mise en œuvre du programme spécial de construction et de réhabilitation des infrastructures routières et ouvrages d art. Dans le secteur tertiaire, l activité du transport routier a été en hausse de 13% au cours des neuf premiers mois de 2013 en glissement annuel. Cette évolution s explique notamment par la poursuite de la mise en œuvre de grands projets, avec leurs effets induits sur le déplacement des biens et des personnes, ainsi que le bitumage de plusieurs axes routiers qui favorise une plus grande utilisation de ce mode de transport au détriment des autres (transport ferroviaire). Le dynamisme du transport maritime observé depuis plusieurs années s est poursuivi au cours des neuf premiers mois de l année En effet, l activité de transport maritime a enregistré une hausse de 9,1% en glissement annuel. Cette évolution s explique principalement par la hausse du tonnage des marchandises à l import en liaison notamment avec la mise en œuvre des grands projets dans le domaine. Perspectives et prévisions économiques En 2014, le taux de croissance du PIB est projeté à 4,8%. Il est tiré par le secteur secondaire (5,8%). Le secteur tertiaire enregistre un taux de 4,9% et le secteur primaire 3,6%. Du côté des emplois, la demande intérieure contribuerait à la croissance à hauteur de 5%. Par contre la demande extérieure la plomberait (contribution de - 0,3%). 5

7 S agissant du commerce extérieur, le déficit de la balance commerciale s améliorerait (130 milliards en 2014 contre 239 milliards en 2013). On observerait une légère hausse de la part des exportations dans le PIB (19,9% en 2014 contre 19,3% en 2013) et une baisse relative de la part des importations (26,2% en 2014 contre 26,2% en 2013). Évolution du taux d inflation Concernant les prix, une hausse du taux d inflation serait observée (3% en 2014 contre 2,5% en 2013). En 2015, le taux de croissance de l économie s établirait à hauteur de 5,3%, stimulé par le secteur secondaire (plus 2 points de croissance), le secteur primaire et secondaire s inscriraient en hausse respectivement de 3,7% et 4,8%. Du côté de la demande, aussi bien la demande intérieure qu extérieure contribueraient à la croissance en 2015 (5,2% et 0,4% de contribution respectifs). Le solde commercial serait également déficitaire en 2015 (- 18 milliards). Une hausse de la part des exportations dans le PIB est observée (20,1%) celle des importations s établirait à hauteur de 25,1%. S agissant des finances publiques, on noterait une amélioration imputable à l application du budget programme. Les finances publiques s équilibreraient en recette et en dépense à hauteur de 3312 milliards en Par contre, en 2015 les recettes totales s établiraient à 3354 milliards et 3493 milliards pour les dépenses. République Centrafricaine Conjoncture économique Au premier semestre 2014, la situation macroéconomique Centrafrique a été marquée par la poursuite des effets de la crise militaro politique qui a conduit à la démission du Président de la transition au mois de janvier Cette situation s est traduite par une détérioration généralisée du tissu économique ; le secteur minier est quasi inexistant ; une hausse modérée de l indice des prix à la consommation ; la baisse drastique des recettes publiques ; la détérioration des soldes budgétaires ; une balance commerciale déficitaire. En effet, le taux de croissance du PIB initialement programmé à 3,7% en février 2013 n a pu être réalisé. Les prévisionnistes tablent désormais sur - 36,7% de taux de croissance qui s explique par plusieurs facteurs : Insécurité dans les zones de grandes productions à fin 2013 ayant conduit à une baisse conséquente de production ; Mauvaises performances de l agriculture vivrière dues au déplacement des populations rurales suite aux exactions des milices armées; Poursuite de la destruction des outils de production ; Ralentissement de l activité économique intérieure représentée par l agroalimentaire et les entreprises commerciales (pillées et détruites) et qui a affecté tout le secteur des transports, routiers et aériens ainsi que le commerce extérieur. Ainsi, la production du secteur primaire principal contributeur du PIB a fortement régressé sous l effet conjugué des facteurs cités ci- dessus. À l exception de la production d eau, le secteur secondaire a régressé et les perspectives à court terme demeurent préoccupantes pour les industries extractives en raison de la poursuite de la suspension du RCA au processus de Kimberley. Le secteur tertiaire a globalement régressé dans toutes ses composantes, le volume total 6

8 des marchandises transportées tant à l entrée qu à la sortie ayant enregistré une baisse. L indice des prix à la consommation des ménages a poursuivi sa tendance haussière, même si le rythme s est modéré. La balance commerciale s est davantage détériorée suite au ralentissement de l activité économique qui a pesé négativement sur les échanges extérieurs. Perspectives économiques En 2013, l environnement économique est marqué par le changement institutionnel intervenu le 24 mars 2013 suivi de la destruction du tissu économique et des infrastructures, le déplacement massif des populations, la détérioration de la situation sécuritaire et sanitaire, la précarité alimentaire, le gaspillage des ressources naturelles et le gel de financement des projets de développement. L économie nationale était caractérisée par : i) l occupation des zones de production par les hommes armés; ii) l insécurité grandissante dans les zones de culture; iii) la baisse des exportations des biens et la suspension des processus de Kimberley et de l ITIE. La situation macroéconomique en 2013 est marquée par une baisse drastique des activités, avec un PIB en volume évalué à 706,265 milliards de FCFA contre 1085,7 milliards de FCFA en 2012, soit un taux de croissance réel estimé à - 36,7% contre une hausse de 4,0% l année précédente. Le fort recul du PIB en volume en 2013 serait lié aux effets de la crise sur les activités économiques dans les différents secteurs. Ainsi, les secteurs (primaire, secondaire et tertiaire) ont évolué respectivement de - 45,1%, - 23,0% et - 28,0%. Du point de vue de la demande intérieure, la consommation finale est passée de 1 063,8 milliards en 2012 à 790,897 milliards en 2013 soit une baisse en valeur d environ 25,7%. Ce repli s expliquerait par la baisse de la consommation des ménages due aux retards de paiements des salaires de fonctionnaires et la mise en chômage des agents dans les sociétés privées. Le taux d inflation a régressé en moyenne de 1,5% (largement en dessous du critère de convergence de la CEMAC qui est de 3%) sur l ensemble de l année 2013 par rapport à l année 2012 où il était de 5,7%. Les perspectives économiques nationales pour 2014 ont été revues en tenant compte de l impact de la crise politico- militaire intervenue depuis décembre 2013 et ses corollaires. Il ressort du tableau ci- dessous que l économie nationale connaitrait une légère amélioration avec un taux de croissance atone de 1,5% tiré par le secteur tertiaire (+4,8%) et le secteur primaire (+0,5%). Évolution des principaux agrégats macroéconomiques Croissance secteur primaire Croissance secteur secondaire Croissance secteur tertiaire Taux de croissance du PIB PIB en milliards FCFA ,9% - 45,1% 0,5% 4,1% - 23,0% - 2,1% 4,7% - 28,0% 4,8% 4% - 36,7% 1,5% 1085,7 706,6 748,8 Source : Ministère de l Économie, du Plan, et de la Coopération Internationale, chargé des Pôles de Développement Congo Conjoncture économique En 2013, la production du pétrole brut national a régressé de près de 15%. Elle s élève à environ 100 millions de barils en La baisse de la production a été compensée par le niveau plus ou moins élevé du prix du baril, le mécanisme du seuil du prix haut jouant en faveur de l Etat dans le partage (53%). Cette baisse s explique par le vieillissement des champs pétroliers. La production des bois grumes (mètre cube) a enregistré une baisse de 20% en Elle s élève à mètres cubes en En 2013, la production des bois sciés a quant à elle enregistré une baisse de 8%. Elle s élève à mètres cubes en En 2013, l intensité des précipitations a connu une hausse de 20% en moyenne. Elle s élève à 623 millimètres en

9 Dans l'industrie, les grandes productions ont toutes enregistré des taux de croissance positifs en 2013 : Bières et boissons gazeuses (3%), production des cigarettes (14%), production d électricité (7,6%), production d eau (3%), Production du ciment (2%). Du côté des services, il est à noter que le trafic de marchandises entre Brazzaville et Kinshasa a connu une baisse de 50% (nombre de marchandises embarquées) et de 70% (nombre de marchandises débarquées). Le trafic de marchandises sur le chemin de fer a connu une hausse de 2% (nombre de marchandises embarquées) et 4% (nombre de marchandises débarquées) en Les prix à la consommation ont augmenté de 4,3% en Cette hausse par rapport à la norme communautaire s explique par le renchérissement du groupe «Produits alimentaires et boissons non alcoolisées», ainsi celui du groupe «Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles». Bien qu excédentaire, la balance commerciale a connu une baisse de 24% en Dans les finances publiques, les recettes hors dons de l État ont enregistré une hausse de 16% en Cette progression s explique par les résultats obtenus suite aux réformes que le département des finances et budget a entreprises au sein de l administration fiscale depuis Les dépenses de l État ont augmenté de 5% en Enfin, concernant le secteur de la monnaie, en 2013, les AEN ont connu une baisse de 4,1%, tandis que la masse monétaire a augmenté de 8%. Perspectives et prévisions économiques En faisant les hypothèses de la baisse des cours des principales matières premières exportées, à partir du modèle Mac Congo, les prévisions de croissance du PIB du Congo en 2014 se situeraient à 9,1%, soit un gain de 3,3 points par rapport à Cette projection se fonderait sur le dynamisme du secteur hors pétrole dont la croissance bondirait de 8,8 % à 13,3 % compensant l aggravation de la baisse du secteur pétrolier (de 2,6% à -4,0%). Pour l année 2015, la croissance attendue serait respectivement de 15,3 %, sous le double effet de la montée en puissance de la production minière et pétrolière. Du côté de l offre, cette croissance serait tirée essentiellement par les performances des secteurs non pétroliers en 2014 et non pétrolier et pétrolier en Du côté de la demande, la croissance en 2014 serait de 8,9% et serait essentiellement tirée par la demande intérieure (+7,0%), avec l accroissement des investissements des secteurs public et privé (minier). Sur les prix à la consommation des ménages, l inflation ressortirait à 4,3% en 2014, cela est imputable au renchérissement des produits alimentaires, meubles et articles de ménages (produits importés). En 2015, l inflation resterait à un même niveau pour les mêmes raisons. Dans le secteur extérieur, le solde du compte courant resterait déficitaire se situant autour de % du PIB en 2014 et % PIB en Ce déficit s explique par la hausse des importations. En finances publiques, le solde global base engagements hors dons va continuer à baisser passant de 0.6 % du PIB à -4.9 % du PIB. En somme, les années 2014 et 2015 seraient favorables pour le Congo suite à l exploitation des autres activités minières (Zinc, Fer, Cuivre, Potasse, etc.), à la reprise des activités de production et de transformation du bois et surtout au rebond du secteur pétrolier en 2015 sous l effet de l entrée en production du nouveau champ de Moha Nord. Gabon Conjoncture économique L activité a été soutenue en 2013 dans la plupart des secteurs, hormis les produits d exportation et les matériaux de construction. En effet, dans le secteur primaire, la production nationale de pétrole brut s est élevée à 11,014 millions de tonnes, soit une baisse de 5,3%, en raison des difficultés techniques rencontrées par les opérateurs et le déclin naturel des champs matures. En revanche, l activité minière s est caractérisée par de résultats appréciables en raison de la conjoncture internationale favorable et de la montée en puissance du gisement de Ndjolé, avec une production de manganèse de 4 millions de tonnes (+27,7%). En ce qui concerne les secteurs secondaire et tertiaire, l activité est orientée globalement à 8

10 la hausse, à la faveur de la demande soutenue du marché domestique, à l exception des branches de fabrication de tabac, des lubrifiants et des matériaux de construction (ciment et tôles). Évolution de la production pétrolière barils Production de pétrole brut Concernant les prix à la consommation, l inflation, mesurée par l IHPC, a atteint une moyenne de 0,5% au mois de décembre En glissement annuel, les prix ont augmenté de 3,3%, imputable au relèvement des prix des postes «Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles» (10,6%), transports (3,4%) et «Articles d'habillement et chaussures» (3,3%). En 2013, le commerce extérieur du Gabon s est caractérisé par une contraction des exportations en valeur (- 4,6%) et un relèvement des importations (+3,4%). En conséquence, le solde commercial, bien qu excédentaire de 2 794,3 milliards de FCFA, a baissé de 9,4%. Perspectives et prévisions économiques Sur la base de l observé conjoncturel du second semestre 2013, l économie gabonaise enregistrerait une croissance de 7,1% pour l année 2014 tirée essentiellement par le secteur hors pétrole (+8,5%) (BTP, mines, etc.). En effet, le secteur primaire progresserait de 3,9% avec un pétrole à - 0,9%, alors que le secteur secondaire afficherait 9,0% de taux de croissance et le tertiaire 8,8%. En 2015, le taux de croissance serait de 8,5%, soutenu non seulement par les activités hors pétrole, mais aussi par le pétrole qui connaitrait une croissance de 5,9%. La demande globale devrait être soutenue en 2014 sous l impulsion de l investissement privé (+12,9%) qui prend le relais sur le public. De même, les exportations progresseraient de 3,7% et les importations de 5,4%, appuyées par les importations des biens d équipement devrait connaître les mêmes tendances avec une demande globale en hausse et soutenue toujours par l investissement privé (+13,4%). Les exportations seraient en hausse de 5,7%, alors que les importations croitraient de 6,4%. Les prix à la consommation sont projetés à 1,3% en 2014 contenus par les mesures gouvernementales de suppression de taxes sur certains produits de première nécessité. En 2015, les prix gagneraient un point pour se situer à 2,3%. Pour ce qui est des finances publiques, le solde primaire resterait excédentaire en Il est prévu une hausse des recettes totales en 2015, grâce aux mesures liées à la maitrise des dépenses fiscales, à l amélioration des capacités de recouvrement des services et à la modernisation des outils de travail des régies financières. Les crédits à l économie connaîtraient une forte progression (32,8%) traduisant les développements attendus du système bancaire et l accroissement de son soutien au financement de l'économie. Guinée Équatoriale Conjoncture économique Durant l année 2013, la situation économique de la Guinée Equatoriale est caractérisée par une diminution de la production du pétrole et de l investissement de l État. Le taux de croissance du PIB réel est de - 11,3%, ceci est dû à la baisse de la production des hydrocarbures et une légère diminution du prix du pétrole, car l économie de la Guinée Equatoriale dépend essentiellement du secteur pétrolier, ce dernier occupe 85% du PIB. On note une croissance modeste dans le secteur agricole en Le cacao a baissé de 12,7% par rapport à l année précédente. La production du bois en grume a baissé de 4,6% à cause du Code forestier de

11 Dans le secteur secondaire, il est prévu une augmentation de la capacité de production hydroélectrique d environ KW. Il est également annoncé l entrée en opération de la centrale de «Sendje» en Dans le secteur tertiaire, on note une augmentation de 8% des abonnés du téléphone mobile. L implémentation de la fibre optique à travers le câble sous- marin est en cours, elle permettra d avoir un débit du réseau internet de haut niveau. Il est à noter également une contribution à la croissance de 2% des branches : transport, services financiers et biens, commerces, hôtels et restaurants. L inflation a été de 3,0% en 2013, due à l amélioration de l offre du transport et du service de télécommunication. Un excédent de la balance commerciale de 61,6% du PIB est enregistré. On note une régression des avoirs extérieurs nets (9,2%), une augmentation du crédit intérieur (22,0%), une baisse des dépôts et fonds publics à la BEAC (1,2%), une hausse des fonds gouvernementaux dans les banques privées (3,0%) et des obligations du gouvernement et de l économie (30,0% et 28,4% respectivement). Pour les finances publiques, on observe une amélioration du déficit budgétaire (604 Tchad Conjoncture économique Comme prévu, le redressement de l économie mondiale s est renforcé au second semestre 2013, mais pas au même rythme dans toutes les régions. Ainsi, dans les principales économies avancées, la reprise s est raffermie graduellement, soutenue par des politiques accommodantes. Les prix de la plupart des matières premières ont évolué en baisse en 2013 et devraient maintenir cette tendance au premier semestre Ce qui constitue un handicap pour le pays en termes de recettes. Au niveau national, la production de la campagne agricole 2013/2014 des cultures céréalières est en baisse de 19% par rapport à la campagne dernière. Comparée à la moyenne de cinq dernières années, elle est en milliards de FCFA contre 829 milliards de FCFA en 2012). Perspectives et prévisions économiques Les prévisions économiques pour l'année en cours sont conformes à celles utilisées pour la préparation du budget national. Ces prévisions donnent un taux de croissance économique de 2% en 2014, du fait de l augmentation de la production de pétrole de 2% (de à barils par jour ). Le secteur non pétrolier enregistrerait une croissance nulle, ceci avec une maitrise des tensions inflationnistes. Le niveau projeté de l inflation est de 3%. Au niveau des finances publiques, la gestion des comptes publics se solderait par un déficit budgétaire de l ordre de 4,3% du PIB. Ce déficit serait de 34,4% du PIB non pétrolier. Le compte courant enregistrerait lui aussi un déficit de 6,7% du PIB en La baisse des revenus pétroliers, et le niveau élevé des dépenses d'investissement public ont créé des déséquilibres budgétaires au cours des cinq dernières années. Cela a un impact sur la poursuite de la mise en œuvre du Plan National de Développement et Social (PNDES), Guinée équatoriale Horizon hausse de 12%. La production du coton a connu une nette augmentation, 35,6% par rapport à la moyenne de 5 ans ( ), mais elle est en baisse de 7,9% par rapport à la campagne dernière. L indice global de la production industrielle est en baisse de 19% en raison d un repli de 19% et 22% respectivement de la branche extractive et de la fabrication des produits alimentaires qui subissent une contreperformance de la production pétrolière et de l huile sur la période. Sur le front de l inflation, des prix à la consommation sont en hausse de 1% en glissement annuel à fin décembre Le taux d inflation de 2013 est 0,2% contre 7,5% en Ce taux contenu en raison de l abondance des nouvelles récoltes sur les marchés. 10

12 Évolution du taux d inflation Pour ce qui est des finances publiques, les recettes budgétaires à fin novembre sont en progression de 6% en glissement annuel. Quant aux dépenses, elles ont enregistré une hausse de 6% en glissement annuel. Le taux d exécution du budget calculé à fin novembre est de 73%. S agissant de la situation monétaire, à fin novembre 2013, elle fait apparaitre en glissement annuel une légère baisse des avoirs extérieurs nets de 1,7% en liaison principalement avec la détérioration de la position extérieure nette des banques commerciales, une progression de la masse monétaire de 12,9%, une hausse notable du crédit intérieur (+35,7%) induite tant par une forte expansion des créances nettes sur l État que par une augmentation des crédits à l économie. En somme, la situation conjoncturelle reste favorable en raison de la disponibilité sur les marchés des produits des nouvelles récoltes de la campagne 2013/2014 qui ont induit positivement sur le niveau des prix. La production pétrolière poursuivra sa tendance baissière malgré les investissements consentis par le Consortium. Cependant, cette tendance sera corrigée par la production de la CNPC et d autres champs qui sont en développement. La baisse du cours de pétrole pourrait impacter négativement les recettes budgétaires pour l année Perspectives et prévisions économiques L économie tchadienne connaitrait une croissance soutenue sur la période Il est attendu une croissance du PIB de 16,9% et 9,2% respectivement en 2014 et Le PIB pétrolier quant à lui devrait grimper à des niveaux à deux chiffres en 2014, mais il devrait se contracter à moyen et long terme en l absence de nouveaux développements pétroliers importants. En ce qui concerne l évolution sectorielle, la croissance du secteur primaire est projetée à 24,6% en 2014 et 7,1% en 2015 contre -3,0% en Le secteur secondaire connaîtrait une croissance de 3,6% en 2014 par rapport à 2013 et une forte croissance de 15,3% en La croissance du secteur tertiaire pourrait enregistrer une performance de 12,2% en 2014 soutenue par les transports et les services aux entreprises. La croissance en 2015 serait de 9,8%. Pour ce qui est des finances publiques, les recettes totales connaitraient une croissance annuelle moyenne de 12,8% sur la période après une contraction en 2013 de 7,7%. Les recettes non pétrolières représenteraient en moyenne 32,3% des recettes totales et le taux de pression fiscale hors pétrole s établirait en moyenne à 8,4%. La finance publique se caractérisait également par une maîtrise des dépenses, notamment la contraction des dépenses primaires courantes passant de 207% des recettes fiscales hors pétrole en 2012 à 189% en Elle connaitrait également une amélioration du solde primaire de base hors pétrole qui passe de près de -21,3% (en pourcentage du PIB hors pétrole) en 2012 à - 18,3% en Cette amélioration du solde se poursuivrait et atteindrait en 2015 un taux de -14,2%. Quant aux échanges extérieurs, l exportation de biens et services passerait de 36,7% du PIB en 2013 à 44,3% en 2015, avec une moyenne annuelle de 41,1%, du fait notamment de l accroissement en valeur et en volume du pétrole brut et raffiné produits. Le poids des importations de biens et services dans le PIB baisserait régulièrement, passant de 41,8% du PIB en 2013 à 38,0% en Globalement, en 2014 l activité repartirait très fortement à la hausse en raison de la mise en exploitation de nouveaux champs pétroliers Badila, Mangara et des Roniers. 11

13 Annexe : Tableaux des synthèses macroéconomiques TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DU CAMEROUN Situation en avril 2014 Cameroun Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % 7,7% 6,3% 7,0% du PIB en volume 6,1% 2,7% 4,1% Secteur primaire 10,3% - 0,4% 6,0% Secteur secondaire 7,3% 12,6% 8,9% Secteur tertiaire 1.2. En valeur (en milliards de monnaies locales) 9 973, , ,4 PIB 2 139, , ,2 Secteur primaire 2 363, , ,7 Secteur secondaire 4 680, , ,0 Secteur tertiaire 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) 7,7% 6,3% 7,0% PIB 8,3% 5,4% 6,3% Importations 7,8% 6,1% 6,9% Total ressources 9,3% 5,1% 5,4% Consommation des ménages 6,2% 6,8% 4,3% Consommation publique 0,7% 7,9% 10,5% FBCF Variations de stocks 10,1% 8,9% 10,6% Exportations 7,8% 6,1% 6,9% Total emplois 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) 9 973, , ,4 PIB 2 582, , ,0 Importations , , ,3 Total des ressources 7 589, , ,4 Consommation des ménages 1 112, , ,3 Consommation publique 2 210, , ,2 FBCF 0,0 0,0 0,0 Variations de stocks 1 631, , ,5 Exportations , , ,3 Total des emplois 4. Inflation 0,0% 0,0% 0,0% Indice de prix (en %) 2,4% 2,1% 3,0% Taux d'inflation en % 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 2 802, , , Recettes totales et dons 2 578, , ,0 Recettes budgétaires 2 484, , ,0 Recettes fiscales 94,0 99,0 107,0 Recettes non fiscales 55,0 66,0 55,0 Dons Budgétaires 12

14 En capital 2 802, , , Dépenses totales 1 749, , ,2 Dépenses courantes 706,1 803,0 835,0 - dont masse salariale 51,3 48,9 38,8 - dont intérêts de la dette 741,0 957, ,0 Dépenses en capital 6. Soldes budgétaires - 440,9-396,4-276,2 Solde primaire de base - 271,0-515,9-455,2 Solde global hors dons Solde global y. c. dons Solde budgétaire de base 96,4% 96,8% 96,7% Taux de pression fiscale 341,4 314,0 302,8 7. Encours de la dette 8. Balance des paiements - 139,9-239,0-129,8 Balance commerciale - 482,6-441,3-488,7 Balance des transactions courantes - 488,1-549,8-491,4 Transfert en capital 59,8 70,1 59,1 Opérations financières 475,6 540,9 759,6 9. Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire 2939,5 3186,0 3464,0 Avoir extérieur net 1527,8 1826,3 2259,3 PNG - 244,6 0,0 0,0 Crédit à l'économie 1987,9 2178,1 2393,0 * Révision avril

15 TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DE LA RCA Situation en avril 2014 République Centrafricaine Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % du PIB en volume 4,0% - 36,7% 1,5% Secteur primaire 2,9% - 45,1% 0,5% Secteur secondaire 4,1% - 23,0% - 2,1% Secteur tertiaire 4,7% - 28,0% 4,8% 1.2. En valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 1 085,7 706,6 748,8 Secteur primaire 558,4 313,5 330,6 Secteur secondaire 141,7 111,2 112,1 Secteur tertiaire 324,8 241,9 265,5 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) PIB 4,0% - 36,7% 1,5% Importations 5,7% - 20,9% 37,6% Total ressources Consommation des ménages 6,6% - 25,7% 4,4% Consommation publique 31,3% - 42,5% 32,6% FBCF 5,4% - 56,1% 90,8% Variations de stocks 0,0% 0,0% 0,0% Exportations 8,2% - 48,7% 15,4% Total emplois 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 1 115,1 738,1 776,8 Importations 241,3 190,8 262,4 Total des ressources 1 356,4 928, ,2 Consommation des ménages 978,9 742,1 761,2 Consommation publique 84,9 48,8 64,7 FBCF 163,5 71,8 136,9 Variations de stocks 0,0 0,0 0,0 Exportations 129,0 66,3 76,5 Total des emplois 1 356,4 928, ,2 4. Inflation Indice de prix (en %) 0,0% 0,0% 0,0% Taux d'inflation en % 5,9% 1,5% 0,0% 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 5.1. Recettes totales et dons 201,9 64,0 151,3 Recettes budgétaires 122,4 43,2 51,9 Recettes fiscales 105,6 0,0 43,9 Recettes non fiscales 16,8 3,4 8,0 Dons 74,1 20,0 99,4 Budgétaires 11,4 11,0 23,4 En capital 62,7 9,7 76, Dépenses totales 191,5 115,5 171,4 14

16 Dépenses courantes 107,2 102,7 140,5 - dont masse salariale 49,0 53,2 57,3 - dont intérêts de la dette 5,9 2,3 5,7 Dépenses en capital 84,4 12,4 30,9 6. Soldes budgétaires Solde primaire de base Solde global hors dons Solde global y. c. dons Solde budgétaire de base Taux de pression fiscale 12,7% 9,5% 9,2% 7. Encours de la dette 8. Balance des paiements Balance commerciale Balance des transactions courantes Transfert en capital Opérations financières 9. Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire Avoir extérieur net PNG Crédit à l'économie * Révision avril ,5 15

17 TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DU CONGO Situation en avril 2014 Congo Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % du PIB en volume 3,8% 3,4% 8,9% Secteur primaire - 5,2% - 4,7% 9,4% Secteur secondaire 8,7% 8,9% 10,2% Secteur tertiaire 10,8% 8,0% 9,0% 1.2. En valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 6 971, , ,0 Secteur primaire 4 943, , ,0 Secteur secondaire 542,8 609,1 674,7 Secteur tertiaire 1 355, , ,6 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) PIB - 3,8% - 3,4% - 1,3% Importations 8,7% 1,9% 1,0% Total ressources - 0,4% - 1,7% - 1,0% Consommation des ménages 4,2% 25,3% 10,1% Consommation publique 2,5% 3,2% 1,6% FBCF - 2,1% - 5,4% - 1,0% Variations de stocks 0,0% 0,0% 0,0% Exportations 13,4% - 3,6% - 2,6% Total emplois 1,2% - 3,3% - 1,0% 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 1 488, , ,5 Importations 1 164, , ,0 Total des ressources 2 652, , ,5 Consommation des ménages 826,8 992, ,1 Consommation publique 359,2 372,4 435,1 FBCF 952,2 929,0 987,4 Variations de stocks 0,0 0,0 0,0 Exportations 514,0 492,0 529,3 Total des emplois 2 652, , ,5 4. Inflation Indice de prix (en %) Taux d'inflation en % 4,7% 4,3% 4,3% 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 5.1. Recettes totales et dons 2 927, , ,7 Recettes budgétaires 2 917, , ,7 Recettes fiscales 619,2 710,5 890,5 Recettes non fiscales 21,9 61,0 74,9 Dons 10,0 0,0 0,0 Budgétaires En capital 5.2. Dépenses totales 583, , ,4 Dépenses courantes 424, , ,1 - dont masse salariale 16

18 - dont intérêts de la dette Dépenses en capital 159, , ,4 6. Soldes budgétaires Solde primaire de base 192, , ,3 Solde global hors dons 19,1 553,6 380,7 Solde global y.c.dons Solde budgétaire de base 287, , ,3754 Taux de pression fiscale 8,9% 10,2% 11,9% 7. Encours de la dette 1819,8 1957,9 1957,9 8. Balance des paiements Balance commerciale 984,5 394,9 176,9 Balance des services et revenus , Balance des transactions courantes - 5,2-16,1-27,5 Transfert en capital 0 143,7 180 Opérations financières 1154,6 2673, Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire 1923,4 2248,4 2559,5 Avoir extérieur net 2059,8 2039,8 1290,1 PNG ,9-2624,2-2976,8 Crédit à l'économie 551,2 612,3 680 * Révision avril

19 TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DU GABON Situation en avril 2014 Gabon Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % du PIB en volume 5,3% 5,6% 7,1% Secteur primaire - 3,0% 0,6% 3,2% Secteur secondaire 4,7% 7,2% 9,0% Secteur tertiaire 10,4% 8,6% 8,8% 1.2. En valeur (en millards de monnaie locale) PIB 8 152, , ,4 Secteur primaire 3 309, , ,4 Secteur secondaire 1 425, , ,4 Secteur tertiaire 2 015, , ,0 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) PIB 5,3% 5,6% 7,1% Importations 8,0% 8,6% 5,4% Total ressources Consommation des ménages 8,8% 8,1% 8,4% Consommation publique 11,4% 6,7% 5,3% FBCF 13,3% 13,7% 9,0% Variations de stocks 0,0% 0,0% 0,0% Exportations - 4,9% - 2,0% 3,7% Total emplois 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 8 152, , ,4 Importations 2 342, , ,3 Total des ressources , , ,7 Consommation des ménages 2 369, , ,7 Consommation publique 998, , ,5 FBCF 2 148, , ,9 Variations de stocks 26,0 90,0 0,0 Exportations 4 951, , ,7 Total des emplois , , ,7 4. Inflation Indice de prix (en %) 121,5 122,1 Taux d'inflation en % 2,7% 0,5% 1,3% 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 5.1. Recettes totales et dons Recettes budgétaires 2 620, , ,6 Recettes fiscales 1 191, , ,0 Recettes non fiscales 1 429, , ,6 Dons Budgétaires En capital 5.2. Dépenses totales 2 349, , ,1 Dépenses courantes 1 306, , ,6 18

20 - dont masse salariale 514,6 573,7 611,0 - dont intérêts de la dette 92,9 198,6 146,8 Dépenses en capital 914, ,2 913,1 6. Soldes budgétaires Solde primaire de base 364,2 59,7 247,3 Solde global hors dons 271,3-138,9 100,5 Solde global y.c.dons 271,3-138,9 100,5 Solde budgétaire de base 271,3-138,9 100,5 Taux de pression fiscale 32,1% 32,1% 27,2% 7. Encours de la dette , , ,4 8. Balance des paiements Balance commerciale Balance des services et revenus Balance des transactions courantes Transfert en capital Opérations financières 9. Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire 2107,1 2519,1 3038,7 Avoir extérieur net 1151,1 1486,6 1486,6 PNG 79,4 76,1 76,1 Crédit à l'économie 1177,0 1220,1 1620,4 * Révision avril

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC 2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC Taux de croissance du PIB en volume (en pourcentage) 2005 2006 2007 2008 (a) Cameroun 2,3 3,2 3,9 3,5 Centrafrique 3,0 4,3 3,6

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 INSEED BP 453 N Djamena Tél : 252 31 64 Fax : 252 66 13 E-mail : inseed@intnet.td site : www.inseed-tchad.org TABLE DES MATIERES RUBRIQUES Pages SIGLES ET SIGNES CONVENTIONNELS

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission UEMOA RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juillet 2002 S O M M A I R E INTITULES PAGES INTRODUCTION 05 1. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

EVOLUTION DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE ET FINANCIERE A FIN AOUT 2012

EVOLUTION DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE ET FINANCIERE A FIN AOUT 2012 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DE L ECONOMIE DIRECTION DE LA CONJONCTURE ET DE LA PREVISION ECONOMIQUES EVOLUTION DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

DES FINANCES ET DU BUDGET

DES FINANCES ET DU BUDGET MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE contact: cnpe.mali@afribonemali.net Site : www.instat.gov.ml tél. : (223)

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juin 2014 1 TABLE DES MATIERES Résumé... 5 INTRODUCTION...

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC RAPPORT INTERIMAIRE D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE POUR L ANNEE 2005 ET PERSPECTIVES POUR 2006 Novembre 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Afrique subsaharienne Tendances récentes

Afrique subsaharienne Tendances récentes Afrique subsaharienne Tendances récentes Le taux de croissance des économies d Afrique subsaharienne est passé de 5,7 % en 2006 à 6,1 % en 2007, ce qui constitue la progression la plus soutenue que cette

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très FICHE PAYS JAPON : CROISSANCE EN SURSIS Département analyse et prévision Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très forte reprise de la croissance, notamment au premier trimestre (+1,3

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

1-4. PRIX DES PRODUITS DE BASE 10/06/2013

1-4. PRIX DES PRODUITS DE BASE 10/06/2013 En effet, après avoir subi un fort recul à la fin de (1.564$ l once fin ), le prix de l or a repris son envol au début de l année, profitant de l abondance de la liquidité à l échelle mondiale et de l

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 36 / 2015 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 22 septembre 2015 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Evolution contrastée selon les secteurs

Evolution contrastée selon les secteurs Evolution contrastée selon les secteurs Reprise sous conditions Paris, le 20 mars 2014 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49 - hmejean@uic.fr

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

Le secteur primaire. Agriculture pour l industrie et l exportation: Baisse générale de la production

Le secteur primaire. Agriculture pour l industrie et l exportation: Baisse générale de la production REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie --------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS Evolution de l

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 13 / 2009

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 13 / 2009 RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 13 / 2009 Document preparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 22 décembre 2009 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 35 / 2015 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 16 juin 2015 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018.

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018. Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 13 avril 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par

Plus en détail

Note de Conjoncture. Sommaire VUE D ENSEMBLE

Note de Conjoncture. Sommaire VUE D ENSEMBLE Note de Conjoncture N 216 Février 215 Direction des Etudes et des Prévisions Financières Sommaire Vue d ensemble 1 Environnement international 4 Contexte national 9 1. Croissance sectorielle 2. Eléments

Plus en détail

Conjoncture. française

Conjoncture. française Conjoncture française Retour sur la précédente prévision Au quatrième trimestre 2013, l activité a comme prévu nettement rebondi (+0,3 %, contre une prévision de +0,4 %). La contribution de la demande

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE Sommaire Internationale Page 1 nationale Page 3 La conjoncture économique internationale Un PIB mondial revu à la baisse suite à l instabilité de la situation en Europe Les prévisions

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail