Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC"

Transcription

1 Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des Etudes Economiques Avril 2014

2 Environnement international Selon le World Economic Outlook (WEO) d avril 2014, la croissance mondiale s est accélérée au deuxième semestre de 2013, pour atteindre en moyenne 3,6%, soit une hausse marquée par rapport aux 2,6% observés lors des six mois précédents. Cette accélération tient en grande partie aux pays avancés, tandis que la croissance dans les pays émergents ne s est accélérée que modestement. L affermissement de l activité s est reflété dans le commerce mondial et la production industrielle. Cependant, la croissance mondiale ralentirait légèrement au premier semestre de L accélération plus vive que prévu de l activité mondiale pendant la dernière partie de 2013 s expliquerait en partie par des augmentations de l accumulation des stocks qui s inverseront. Globalement, les perspectives restent plus ou moins favorables. La croissance mondiale devrait s affermir pour atteindre 3,6 % en 2014, puis 3,9 % en Aux États- Unis, l activité a progressé de 3,2 % au deuxième semestre de 2013, soit plus que prévu. Cette bonne surprise s explique en partie par la croissance vigoureuse des exportations et des augmentations temporaires de la demande de stocks. Les indicateurs récents font état d un certain ralentissement au début de Cela semble en grande partie lié à des conditions climatiques exceptionnellement mauvaises, bien qu un retour de manivelle après des augmentations antérieures de la demande de stocks ait peut- être joué un rôle aussi. Néanmoins, la croissance annuelle devrait avoisiner 2,7% en , soit au- dessus de la tendance. Les autres facteurs qui soutiennent la croissance sont la politique monétaire accommodante, le redressement du secteur immobilier après une longue récession, l augmentation du patrimoine des ménages et l assouplissement des normes d octroi de prêts bancaires. La zone euro connaît de nouveau la croissance. En Allemagne, la politique monétaire accommodante, la solidité du marché du travail et l amélioration de la confiance ont conduit à une accélération de la demande intérieure, qui apparaît principalement dans une hausse de la consommation et un redressement timide de l investissement, mais aussi dans le logement. Dans l ensemble de la zone euro, un net ralentissement du rythme du durcissement budgétaire, d environ 1 % du PIB en 2013 à 0,25% du PIB, devrait contribuer à accélérer la croissance. En dehors des pays du cœur de la zone, les exportations nettes, de même que la stabilisation de la demande intérieure ont contribué à inverser la tendance. Cependant, la croissance de la demande devrait rester languissante, étant donné la persistance de la fragmentation financière, le resserrement du crédit et l endettement élevé des entreprises. Globalement, la croissance dans la zone euro devrait atteindre seulement 1,2 % en 2014 et 1,5 % en Au Japon, certains moteurs de la croissance devraient se renforcer, notamment l investissement privé et les exportations, étant donné l accélération de la croissance dans les pays partenaires et la dépréciation considérable du yen au cours des 12 derniers mois. Néanmoins, l activité devrait ralentir modérément en réaction au durcissement de la politique budgétaire en Ce durcissement résulte d un relèvement du taux de la taxe sur la consommation en 2 étapes (de 5 % à 8 % au deuxième trimestre de 2014 et ensuite à 10 % au quatrième trimestre de 2015) et de l arrivée à terme des dépenses de reconstruction et du premier train de mesures de relance du programme Abenomics. Cependant, le durcissement de la politique budgétaire en 2014, qui représente environ 1 % du PIB, sera plus modéré que prévu en raison d une nouvelle relance budgétaire à hauteur d environ 1 % du PIB. Cette impulsion devrait abaisser l effet négatif du durcissement budgétaire sur la croissance de 0,4 point de pourcentage, à 0,3 % du PIB en En 2015, l effet négatif sur la croissance devrait passer à 0,5% du PIB. Globalement, la croissance devrait atteindre 1,4 % en 2014 et 1,0 % en Dans les pays émergents et les pays en développement, la croissance s est accélérée légèrement au deuxième semestre de Le manque de dynamisme par rapport aux pays avancés tient aux effets opposés de deux forces sur la croissance. D une part, la progression des exportations s est accélérée, du fait de l affermissement de l activité dans 1

3 les pays avancés et de la dépréciation monétaire. Les politiques budgétaires devraient être plus ou moins neutres. D autre part, l investissement est resté faible, et les conditions de financement extérieur et intérieur se sont de plus en plus durcies. Les contraintes du côté de l offre et les autres contraintes structurelles qui pèsent sur l investissement et la production potentielle (par exemple, les goulets d étranglement dans les infrastructures) sont problématiques dans certains pays. Ces forces opposées devraient continuer de faire sentir leurs effets pendant une bonne partie de Globalement, cependant, les pays émergents et les pays en développement continuent de représenter plus de deux tiers de la croissance mondiale, et leur expansion devrait passer de 4,7 % en 2013 à 4,9 % en 2014, et à 5,3 % en Les tensions inflationnistes devraient rester modérées. L activité reste largement en deçà de la production potentielle dans les pays avancés, alors qu elle est souvent proche ou un peu au- dessous du potentiel dans les pays émergents et les pays en développement. Le recul des cours des produits de base, en particulier des carburants et des produits alimentaires, est un facteur commun des baisses récentes de l inflation globale dans le monde. Un nouveau léger repli des cours des produits de base en dollars est attendu en , en partie par suite de la trajectoire impliquée par leurs cours à terme. De manière plus générale, les variations de l offre de nombreux produits de base devraient quand même plus que compenser les effets de l affermissement attendu de l activité mondiale sur les prix. Les variations de l offre sont les plus notables pour quelques produits de base alimentaires et le pétrole brut. Il est peu probable que le ralentissement de la croissance qui est attendu en Chine entraîne une baisse de la consommation chinoise de produits de base, qui devrait continuer à augmenter parallèlement au revenu par habitant. Dans les pays avancés, l inflation avoisine 1,5 % en moyenne, soit un taux inférieur à l objectif fixé et aux anticipations à plus long terme. 2

4 Graphique 1 : Évolution des cours des matières premières Pétrole ($/baril) 1,2 1,0 Banane ($/mt) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Cacao ($/kg) 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 2006T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 7 Café Robusta ($/kg) 6 Café Arabica ($/kg) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Huile de Palm ($/mt) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 2006T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T Bois ($/cubic meter) Diamant ($/mt) T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Coton ($/kg) 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 2006T1 2007T1 2008T1 2009T1 2010T1 2011T1 2012T1 2013T1 2014T1 Source: World Bank Commodity Price Data: mars

5 Synthèse des évolutions au niveau de la CEMAC L activité économique a été marquée en 2013 par un ralentissement de la croissance, un maintien du déficit du solde budgétaire, base engagements, hors dons, une détérioration du solde extérieur courant et une situation monétaire confortable, dans un contexte de maîtrise des pressions inflationnistes. La croissance économique en 2013 a connu un repli, en raison de la contraction des investissements bruts et de la production pétrolière. Ainsi, le taux de croissance du PIB réel s est établi à 2,3% en 2013 contre 5,5% en La croissance économique a été beaucoup plus tirée par les secteurs secondaire et tertiaire dont les contributions sont les plus importantes. Du côté de la demande, l activité économique a profité en 2013 de la demande intérieure nette qui a contribué à hauteur de 5,8 points, en relation avec les évolutions attendues de la consommation globale et des investissements. Le concours de la consommation globale a été positif de 5,9 points, attribuable à l intégration de nouveaux agents dans la fonction publique dans la majorité des pays de la CEMAC pour sa composante publique, d une part, à la hausse des prestations sociales au Congo (Majoration des allocations familiales de 100 %, hausse des bourses des étudiants de 50 %), à la revalorisation du traitement de certaines catégories de fonctionnaires au Tchad, aux créations d emplois dans le cadre des projets structurants initiés par les États membres, pour sa composante privée. Toutefois, le redressement de la consommation a été atténué des effets de la crise militaro- politique en République Centrafricaine et la baisse des dépenses en biens et services des entreprises privées, en particulier celles évoluant dans les BTP, en Guinée Équatoriale. Sur le front des prix, les États membres de la CEMAC en 2013 ont connu un ralentissement du taux d inflation à 2,3% contre 3,8% en moyenne annuelle en Cette baisse du niveau général des prix, constatée dans la plupart des pays s explique par : i) la bonne campagne agricole 2012/2013, au Tchad, ii) la contraction de la demande intérieure, en Guinée- Equatoriale et en RCA, et iii) le maintien des mesures de lutte contre la vie chère au Cameroun et au Gabon. Les perspectives macroéconomiques pour l année 2014 demeurent favorables et se caractériseraient par des croissances soutenues pour certains pays. Après avoir enregistré un ralentissement de la croissance en 2013, l activité économique devrait se consolider pour s établir à 6,1% en 2014 Conjoncture et prévisions économiques des pays de la CEMAC Cameroun Conjoncture économique En 2013, le taux de croissance est estimé à 5,3% contre 4,6% en Cette croissance est principalement soutenue par le dynamisme observé dans le secteur tertiaire (+5,9%) avec la bonne tenue des activités dans les branches transports et télécommunications, commerce et hôtel, ainsi que dans le secteur primaire (+3,6%) avec la performance enregistrée par les branches agriculture vivrière et industrielle d exportation. Cette consolidation devrait se poursuivre en 2014, notamment avec la poursuite de la mise en œuvre des grands projets. Dans le secteur réel, l activité économique est marquée par la hausse de la production des principaux produits d exportation au niveau du primaire, et des secteurs clés dans le secondaire et le tertiaire. Évolution du taux de croissance et de ses composantes 4

6 En effet, dans le secteur primaire, on note en 2013 une hausse de 12,8% des exportations de la banane, favorisée par l augmentation de la production avec l entrée en production de nouvelles parcelles et l amélioration des rendements chez les principaux opérateurs de la filière. Toutefois, les questions liées aux coûts de production et à la productivité continuent de ralentir l essor de certaines entreprises. La production de caoutchouc enregistre une hausse de 12,9% au cours des 9 premiers mois de 2013, favorisée notamment par l entrée en production des nouvelles exploitations. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2014 avec l octroi d un prêt bancaire au principal opérateur de la filière. La production de café a connu une hausse de 5,5% de la production de l arabica, et baisse de 56,8% du robusta sur la campagne 2012/2013 Cette situation s explique principalement par le vieillissement des plantations et des producteurs, ainsi que la baisse du prix sur le marché mondial. Des actions gouvernementales ont été mises en œuvre afin de redynamiser ce secteur, avec notamment le le programme «New Generation» et «le programme d urgence de la relance ciblée de la caféiculture», qui visent non seulement à impliquer davantage les jeunes dans la production du café, mais également à rajeunir et étendre les exploitations. Le cacao a connu une hausse de 8,2% de la production sur la campagne 2012/2013. La production de cette campagne s est située à tonnes. Cette bonne performance pourrait s expliquer notamment par : l entrée en production de nouvelles exploitations de cacao créées depuis 2009 ( hectares, dont 6800 dans le Centre, 3850 dans le Sud, 1500 à l Est, 850 dans le Littoral et le Sud- ouest) à travers le programme de production et de distribution de plants améliorés initié par la SODECAO; et la vulgarisation des techniques appropriées de séchage de fèves de cacao. Les autres produits ont connu aussi des hausses de production en 2013, notamment le coton (+35,9%), l huile de palme (+15,1%). Dans le secteur secondaire, l activité des industries extractives a été en hausse de 13%, en relation principalement avec l augmentation de la production pétrolière. Les autres industries manufacturières ont également enregistré des perfonances non négligeables en 2013, avec l augmentation de la production des industries brassicoles de 12,6%, de la production du sucre de 19,3% sur les 9 premiers mois de l année 2013, l amélioration des capacités énergétiques de 9,6% en liaison avec la mise en service de la centrale à gaz de Kribi. Dans le domaine des BTP, on a observé une hausse de l activité de 15,6%, avec pour conséquence une forte augmentation de la mise en consommation de ciment (importation +production locale). Cette situation est le fait de la poursuite de la mise en œuvre des grands projets (barrages, routes ) et de l accélération de la mise en œuvre du programme spécial de construction et de réhabilitation des infrastructures routières et ouvrages d art. Dans le secteur tertiaire, l activité du transport routier a été en hausse de 13% au cours des neuf premiers mois de 2013 en glissement annuel. Cette évolution s explique notamment par la poursuite de la mise en œuvre de grands projets, avec leurs effets induits sur le déplacement des biens et des personnes, ainsi que le bitumage de plusieurs axes routiers qui favorise une plus grande utilisation de ce mode de transport au détriment des autres (transport ferroviaire). Le dynamisme du transport maritime observé depuis plusieurs années s est poursuivi au cours des neuf premiers mois de l année En effet, l activité de transport maritime a enregistré une hausse de 9,1% en glissement annuel. Cette évolution s explique principalement par la hausse du tonnage des marchandises à l import en liaison notamment avec la mise en œuvre des grands projets dans le domaine. Perspectives et prévisions économiques En 2014, le taux de croissance du PIB est projeté à 4,8%. Il est tiré par le secteur secondaire (5,8%). Le secteur tertiaire enregistre un taux de 4,9% et le secteur primaire 3,6%. Du côté des emplois, la demande intérieure contribuerait à la croissance à hauteur de 5%. Par contre la demande extérieure la plomberait (contribution de - 0,3%). 5

7 S agissant du commerce extérieur, le déficit de la balance commerciale s améliorerait (130 milliards en 2014 contre 239 milliards en 2013). On observerait une légère hausse de la part des exportations dans le PIB (19,9% en 2014 contre 19,3% en 2013) et une baisse relative de la part des importations (26,2% en 2014 contre 26,2% en 2013). Évolution du taux d inflation Concernant les prix, une hausse du taux d inflation serait observée (3% en 2014 contre 2,5% en 2013). En 2015, le taux de croissance de l économie s établirait à hauteur de 5,3%, stimulé par le secteur secondaire (plus 2 points de croissance), le secteur primaire et secondaire s inscriraient en hausse respectivement de 3,7% et 4,8%. Du côté de la demande, aussi bien la demande intérieure qu extérieure contribueraient à la croissance en 2015 (5,2% et 0,4% de contribution respectifs). Le solde commercial serait également déficitaire en 2015 (- 18 milliards). Une hausse de la part des exportations dans le PIB est observée (20,1%) celle des importations s établirait à hauteur de 25,1%. S agissant des finances publiques, on noterait une amélioration imputable à l application du budget programme. Les finances publiques s équilibreraient en recette et en dépense à hauteur de 3312 milliards en Par contre, en 2015 les recettes totales s établiraient à 3354 milliards et 3493 milliards pour les dépenses. République Centrafricaine Conjoncture économique Au premier semestre 2014, la situation macroéconomique Centrafrique a été marquée par la poursuite des effets de la crise militaro politique qui a conduit à la démission du Président de la transition au mois de janvier Cette situation s est traduite par une détérioration généralisée du tissu économique ; le secteur minier est quasi inexistant ; une hausse modérée de l indice des prix à la consommation ; la baisse drastique des recettes publiques ; la détérioration des soldes budgétaires ; une balance commerciale déficitaire. En effet, le taux de croissance du PIB initialement programmé à 3,7% en février 2013 n a pu être réalisé. Les prévisionnistes tablent désormais sur - 36,7% de taux de croissance qui s explique par plusieurs facteurs : Insécurité dans les zones de grandes productions à fin 2013 ayant conduit à une baisse conséquente de production ; Mauvaises performances de l agriculture vivrière dues au déplacement des populations rurales suite aux exactions des milices armées; Poursuite de la destruction des outils de production ; Ralentissement de l activité économique intérieure représentée par l agroalimentaire et les entreprises commerciales (pillées et détruites) et qui a affecté tout le secteur des transports, routiers et aériens ainsi que le commerce extérieur. Ainsi, la production du secteur primaire principal contributeur du PIB a fortement régressé sous l effet conjugué des facteurs cités ci- dessus. À l exception de la production d eau, le secteur secondaire a régressé et les perspectives à court terme demeurent préoccupantes pour les industries extractives en raison de la poursuite de la suspension du RCA au processus de Kimberley. Le secteur tertiaire a globalement régressé dans toutes ses composantes, le volume total 6

8 des marchandises transportées tant à l entrée qu à la sortie ayant enregistré une baisse. L indice des prix à la consommation des ménages a poursuivi sa tendance haussière, même si le rythme s est modéré. La balance commerciale s est davantage détériorée suite au ralentissement de l activité économique qui a pesé négativement sur les échanges extérieurs. Perspectives économiques En 2013, l environnement économique est marqué par le changement institutionnel intervenu le 24 mars 2013 suivi de la destruction du tissu économique et des infrastructures, le déplacement massif des populations, la détérioration de la situation sécuritaire et sanitaire, la précarité alimentaire, le gaspillage des ressources naturelles et le gel de financement des projets de développement. L économie nationale était caractérisée par : i) l occupation des zones de production par les hommes armés; ii) l insécurité grandissante dans les zones de culture; iii) la baisse des exportations des biens et la suspension des processus de Kimberley et de l ITIE. La situation macroéconomique en 2013 est marquée par une baisse drastique des activités, avec un PIB en volume évalué à 706,265 milliards de FCFA contre 1085,7 milliards de FCFA en 2012, soit un taux de croissance réel estimé à - 36,7% contre une hausse de 4,0% l année précédente. Le fort recul du PIB en volume en 2013 serait lié aux effets de la crise sur les activités économiques dans les différents secteurs. Ainsi, les secteurs (primaire, secondaire et tertiaire) ont évolué respectivement de - 45,1%, - 23,0% et - 28,0%. Du point de vue de la demande intérieure, la consommation finale est passée de 1 063,8 milliards en 2012 à 790,897 milliards en 2013 soit une baisse en valeur d environ 25,7%. Ce repli s expliquerait par la baisse de la consommation des ménages due aux retards de paiements des salaires de fonctionnaires et la mise en chômage des agents dans les sociétés privées. Le taux d inflation a régressé en moyenne de 1,5% (largement en dessous du critère de convergence de la CEMAC qui est de 3%) sur l ensemble de l année 2013 par rapport à l année 2012 où il était de 5,7%. Les perspectives économiques nationales pour 2014 ont été revues en tenant compte de l impact de la crise politico- militaire intervenue depuis décembre 2013 et ses corollaires. Il ressort du tableau ci- dessous que l économie nationale connaitrait une légère amélioration avec un taux de croissance atone de 1,5% tiré par le secteur tertiaire (+4,8%) et le secteur primaire (+0,5%). Évolution des principaux agrégats macroéconomiques Croissance secteur primaire Croissance secteur secondaire Croissance secteur tertiaire Taux de croissance du PIB PIB en milliards FCFA ,9% - 45,1% 0,5% 4,1% - 23,0% - 2,1% 4,7% - 28,0% 4,8% 4% - 36,7% 1,5% 1085,7 706,6 748,8 Source : Ministère de l Économie, du Plan, et de la Coopération Internationale, chargé des Pôles de Développement Congo Conjoncture économique En 2013, la production du pétrole brut national a régressé de près de 15%. Elle s élève à environ 100 millions de barils en La baisse de la production a été compensée par le niveau plus ou moins élevé du prix du baril, le mécanisme du seuil du prix haut jouant en faveur de l Etat dans le partage (53%). Cette baisse s explique par le vieillissement des champs pétroliers. La production des bois grumes (mètre cube) a enregistré une baisse de 20% en Elle s élève à mètres cubes en En 2013, la production des bois sciés a quant à elle enregistré une baisse de 8%. Elle s élève à mètres cubes en En 2013, l intensité des précipitations a connu une hausse de 20% en moyenne. Elle s élève à 623 millimètres en

9 Dans l'industrie, les grandes productions ont toutes enregistré des taux de croissance positifs en 2013 : Bières et boissons gazeuses (3%), production des cigarettes (14%), production d électricité (7,6%), production d eau (3%), Production du ciment (2%). Du côté des services, il est à noter que le trafic de marchandises entre Brazzaville et Kinshasa a connu une baisse de 50% (nombre de marchandises embarquées) et de 70% (nombre de marchandises débarquées). Le trafic de marchandises sur le chemin de fer a connu une hausse de 2% (nombre de marchandises embarquées) et 4% (nombre de marchandises débarquées) en Les prix à la consommation ont augmenté de 4,3% en Cette hausse par rapport à la norme communautaire s explique par le renchérissement du groupe «Produits alimentaires et boissons non alcoolisées», ainsi celui du groupe «Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles». Bien qu excédentaire, la balance commerciale a connu une baisse de 24% en Dans les finances publiques, les recettes hors dons de l État ont enregistré une hausse de 16% en Cette progression s explique par les résultats obtenus suite aux réformes que le département des finances et budget a entreprises au sein de l administration fiscale depuis Les dépenses de l État ont augmenté de 5% en Enfin, concernant le secteur de la monnaie, en 2013, les AEN ont connu une baisse de 4,1%, tandis que la masse monétaire a augmenté de 8%. Perspectives et prévisions économiques En faisant les hypothèses de la baisse des cours des principales matières premières exportées, à partir du modèle Mac Congo, les prévisions de croissance du PIB du Congo en 2014 se situeraient à 9,1%, soit un gain de 3,3 points par rapport à Cette projection se fonderait sur le dynamisme du secteur hors pétrole dont la croissance bondirait de 8,8 % à 13,3 % compensant l aggravation de la baisse du secteur pétrolier (de 2,6% à -4,0%). Pour l année 2015, la croissance attendue serait respectivement de 15,3 %, sous le double effet de la montée en puissance de la production minière et pétrolière. Du côté de l offre, cette croissance serait tirée essentiellement par les performances des secteurs non pétroliers en 2014 et non pétrolier et pétrolier en Du côté de la demande, la croissance en 2014 serait de 8,9% et serait essentiellement tirée par la demande intérieure (+7,0%), avec l accroissement des investissements des secteurs public et privé (minier). Sur les prix à la consommation des ménages, l inflation ressortirait à 4,3% en 2014, cela est imputable au renchérissement des produits alimentaires, meubles et articles de ménages (produits importés). En 2015, l inflation resterait à un même niveau pour les mêmes raisons. Dans le secteur extérieur, le solde du compte courant resterait déficitaire se situant autour de % du PIB en 2014 et % PIB en Ce déficit s explique par la hausse des importations. En finances publiques, le solde global base engagements hors dons va continuer à baisser passant de 0.6 % du PIB à -4.9 % du PIB. En somme, les années 2014 et 2015 seraient favorables pour le Congo suite à l exploitation des autres activités minières (Zinc, Fer, Cuivre, Potasse, etc.), à la reprise des activités de production et de transformation du bois et surtout au rebond du secteur pétrolier en 2015 sous l effet de l entrée en production du nouveau champ de Moha Nord. Gabon Conjoncture économique L activité a été soutenue en 2013 dans la plupart des secteurs, hormis les produits d exportation et les matériaux de construction. En effet, dans le secteur primaire, la production nationale de pétrole brut s est élevée à 11,014 millions de tonnes, soit une baisse de 5,3%, en raison des difficultés techniques rencontrées par les opérateurs et le déclin naturel des champs matures. En revanche, l activité minière s est caractérisée par de résultats appréciables en raison de la conjoncture internationale favorable et de la montée en puissance du gisement de Ndjolé, avec une production de manganèse de 4 millions de tonnes (+27,7%). En ce qui concerne les secteurs secondaire et tertiaire, l activité est orientée globalement à 8

10 la hausse, à la faveur de la demande soutenue du marché domestique, à l exception des branches de fabrication de tabac, des lubrifiants et des matériaux de construction (ciment et tôles). Évolution de la production pétrolière barils Production de pétrole brut Concernant les prix à la consommation, l inflation, mesurée par l IHPC, a atteint une moyenne de 0,5% au mois de décembre En glissement annuel, les prix ont augmenté de 3,3%, imputable au relèvement des prix des postes «Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles» (10,6%), transports (3,4%) et «Articles d'habillement et chaussures» (3,3%). En 2013, le commerce extérieur du Gabon s est caractérisé par une contraction des exportations en valeur (- 4,6%) et un relèvement des importations (+3,4%). En conséquence, le solde commercial, bien qu excédentaire de 2 794,3 milliards de FCFA, a baissé de 9,4%. Perspectives et prévisions économiques Sur la base de l observé conjoncturel du second semestre 2013, l économie gabonaise enregistrerait une croissance de 7,1% pour l année 2014 tirée essentiellement par le secteur hors pétrole (+8,5%) (BTP, mines, etc.). En effet, le secteur primaire progresserait de 3,9% avec un pétrole à - 0,9%, alors que le secteur secondaire afficherait 9,0% de taux de croissance et le tertiaire 8,8%. En 2015, le taux de croissance serait de 8,5%, soutenu non seulement par les activités hors pétrole, mais aussi par le pétrole qui connaitrait une croissance de 5,9%. La demande globale devrait être soutenue en 2014 sous l impulsion de l investissement privé (+12,9%) qui prend le relais sur le public. De même, les exportations progresseraient de 3,7% et les importations de 5,4%, appuyées par les importations des biens d équipement devrait connaître les mêmes tendances avec une demande globale en hausse et soutenue toujours par l investissement privé (+13,4%). Les exportations seraient en hausse de 5,7%, alors que les importations croitraient de 6,4%. Les prix à la consommation sont projetés à 1,3% en 2014 contenus par les mesures gouvernementales de suppression de taxes sur certains produits de première nécessité. En 2015, les prix gagneraient un point pour se situer à 2,3%. Pour ce qui est des finances publiques, le solde primaire resterait excédentaire en Il est prévu une hausse des recettes totales en 2015, grâce aux mesures liées à la maitrise des dépenses fiscales, à l amélioration des capacités de recouvrement des services et à la modernisation des outils de travail des régies financières. Les crédits à l économie connaîtraient une forte progression (32,8%) traduisant les développements attendus du système bancaire et l accroissement de son soutien au financement de l'économie. Guinée Équatoriale Conjoncture économique Durant l année 2013, la situation économique de la Guinée Equatoriale est caractérisée par une diminution de la production du pétrole et de l investissement de l État. Le taux de croissance du PIB réel est de - 11,3%, ceci est dû à la baisse de la production des hydrocarbures et une légère diminution du prix du pétrole, car l économie de la Guinée Equatoriale dépend essentiellement du secteur pétrolier, ce dernier occupe 85% du PIB. On note une croissance modeste dans le secteur agricole en Le cacao a baissé de 12,7% par rapport à l année précédente. La production du bois en grume a baissé de 4,6% à cause du Code forestier de

11 Dans le secteur secondaire, il est prévu une augmentation de la capacité de production hydroélectrique d environ KW. Il est également annoncé l entrée en opération de la centrale de «Sendje» en Dans le secteur tertiaire, on note une augmentation de 8% des abonnés du téléphone mobile. L implémentation de la fibre optique à travers le câble sous- marin est en cours, elle permettra d avoir un débit du réseau internet de haut niveau. Il est à noter également une contribution à la croissance de 2% des branches : transport, services financiers et biens, commerces, hôtels et restaurants. L inflation a été de 3,0% en 2013, due à l amélioration de l offre du transport et du service de télécommunication. Un excédent de la balance commerciale de 61,6% du PIB est enregistré. On note une régression des avoirs extérieurs nets (9,2%), une augmentation du crédit intérieur (22,0%), une baisse des dépôts et fonds publics à la BEAC (1,2%), une hausse des fonds gouvernementaux dans les banques privées (3,0%) et des obligations du gouvernement et de l économie (30,0% et 28,4% respectivement). Pour les finances publiques, on observe une amélioration du déficit budgétaire (604 Tchad Conjoncture économique Comme prévu, le redressement de l économie mondiale s est renforcé au second semestre 2013, mais pas au même rythme dans toutes les régions. Ainsi, dans les principales économies avancées, la reprise s est raffermie graduellement, soutenue par des politiques accommodantes. Les prix de la plupart des matières premières ont évolué en baisse en 2013 et devraient maintenir cette tendance au premier semestre Ce qui constitue un handicap pour le pays en termes de recettes. Au niveau national, la production de la campagne agricole 2013/2014 des cultures céréalières est en baisse de 19% par rapport à la campagne dernière. Comparée à la moyenne de cinq dernières années, elle est en milliards de FCFA contre 829 milliards de FCFA en 2012). Perspectives et prévisions économiques Les prévisions économiques pour l'année en cours sont conformes à celles utilisées pour la préparation du budget national. Ces prévisions donnent un taux de croissance économique de 2% en 2014, du fait de l augmentation de la production de pétrole de 2% (de à barils par jour ). Le secteur non pétrolier enregistrerait une croissance nulle, ceci avec une maitrise des tensions inflationnistes. Le niveau projeté de l inflation est de 3%. Au niveau des finances publiques, la gestion des comptes publics se solderait par un déficit budgétaire de l ordre de 4,3% du PIB. Ce déficit serait de 34,4% du PIB non pétrolier. Le compte courant enregistrerait lui aussi un déficit de 6,7% du PIB en La baisse des revenus pétroliers, et le niveau élevé des dépenses d'investissement public ont créé des déséquilibres budgétaires au cours des cinq dernières années. Cela a un impact sur la poursuite de la mise en œuvre du Plan National de Développement et Social (PNDES), Guinée équatoriale Horizon hausse de 12%. La production du coton a connu une nette augmentation, 35,6% par rapport à la moyenne de 5 ans ( ), mais elle est en baisse de 7,9% par rapport à la campagne dernière. L indice global de la production industrielle est en baisse de 19% en raison d un repli de 19% et 22% respectivement de la branche extractive et de la fabrication des produits alimentaires qui subissent une contreperformance de la production pétrolière et de l huile sur la période. Sur le front de l inflation, des prix à la consommation sont en hausse de 1% en glissement annuel à fin décembre Le taux d inflation de 2013 est 0,2% contre 7,5% en Ce taux contenu en raison de l abondance des nouvelles récoltes sur les marchés. 10

12 Évolution du taux d inflation Pour ce qui est des finances publiques, les recettes budgétaires à fin novembre sont en progression de 6% en glissement annuel. Quant aux dépenses, elles ont enregistré une hausse de 6% en glissement annuel. Le taux d exécution du budget calculé à fin novembre est de 73%. S agissant de la situation monétaire, à fin novembre 2013, elle fait apparaitre en glissement annuel une légère baisse des avoirs extérieurs nets de 1,7% en liaison principalement avec la détérioration de la position extérieure nette des banques commerciales, une progression de la masse monétaire de 12,9%, une hausse notable du crédit intérieur (+35,7%) induite tant par une forte expansion des créances nettes sur l État que par une augmentation des crédits à l économie. En somme, la situation conjoncturelle reste favorable en raison de la disponibilité sur les marchés des produits des nouvelles récoltes de la campagne 2013/2014 qui ont induit positivement sur le niveau des prix. La production pétrolière poursuivra sa tendance baissière malgré les investissements consentis par le Consortium. Cependant, cette tendance sera corrigée par la production de la CNPC et d autres champs qui sont en développement. La baisse du cours de pétrole pourrait impacter négativement les recettes budgétaires pour l année Perspectives et prévisions économiques L économie tchadienne connaitrait une croissance soutenue sur la période Il est attendu une croissance du PIB de 16,9% et 9,2% respectivement en 2014 et Le PIB pétrolier quant à lui devrait grimper à des niveaux à deux chiffres en 2014, mais il devrait se contracter à moyen et long terme en l absence de nouveaux développements pétroliers importants. En ce qui concerne l évolution sectorielle, la croissance du secteur primaire est projetée à 24,6% en 2014 et 7,1% en 2015 contre -3,0% en Le secteur secondaire connaîtrait une croissance de 3,6% en 2014 par rapport à 2013 et une forte croissance de 15,3% en La croissance du secteur tertiaire pourrait enregistrer une performance de 12,2% en 2014 soutenue par les transports et les services aux entreprises. La croissance en 2015 serait de 9,8%. Pour ce qui est des finances publiques, les recettes totales connaitraient une croissance annuelle moyenne de 12,8% sur la période après une contraction en 2013 de 7,7%. Les recettes non pétrolières représenteraient en moyenne 32,3% des recettes totales et le taux de pression fiscale hors pétrole s établirait en moyenne à 8,4%. La finance publique se caractérisait également par une maîtrise des dépenses, notamment la contraction des dépenses primaires courantes passant de 207% des recettes fiscales hors pétrole en 2012 à 189% en Elle connaitrait également une amélioration du solde primaire de base hors pétrole qui passe de près de -21,3% (en pourcentage du PIB hors pétrole) en 2012 à - 18,3% en Cette amélioration du solde se poursuivrait et atteindrait en 2015 un taux de -14,2%. Quant aux échanges extérieurs, l exportation de biens et services passerait de 36,7% du PIB en 2013 à 44,3% en 2015, avec une moyenne annuelle de 41,1%, du fait notamment de l accroissement en valeur et en volume du pétrole brut et raffiné produits. Le poids des importations de biens et services dans le PIB baisserait régulièrement, passant de 41,8% du PIB en 2013 à 38,0% en Globalement, en 2014 l activité repartirait très fortement à la hausse en raison de la mise en exploitation de nouveaux champs pétroliers Badila, Mangara et des Roniers. 11

13 Annexe : Tableaux des synthèses macroéconomiques TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DU CAMEROUN Situation en avril 2014 Cameroun Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % 7,7% 6,3% 7,0% du PIB en volume 6,1% 2,7% 4,1% Secteur primaire 10,3% - 0,4% 6,0% Secteur secondaire 7,3% 12,6% 8,9% Secteur tertiaire 1.2. En valeur (en milliards de monnaies locales) 9 973, , ,4 PIB 2 139, , ,2 Secteur primaire 2 363, , ,7 Secteur secondaire 4 680, , ,0 Secteur tertiaire 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) 7,7% 6,3% 7,0% PIB 8,3% 5,4% 6,3% Importations 7,8% 6,1% 6,9% Total ressources 9,3% 5,1% 5,4% Consommation des ménages 6,2% 6,8% 4,3% Consommation publique 0,7% 7,9% 10,5% FBCF Variations de stocks 10,1% 8,9% 10,6% Exportations 7,8% 6,1% 6,9% Total emplois 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) 9 973, , ,4 PIB 2 582, , ,0 Importations , , ,3 Total des ressources 7 589, , ,4 Consommation des ménages 1 112, , ,3 Consommation publique 2 210, , ,2 FBCF 0,0 0,0 0,0 Variations de stocks 1 631, , ,5 Exportations , , ,3 Total des emplois 4. Inflation 0,0% 0,0% 0,0% Indice de prix (en %) 2,4% 2,1% 3,0% Taux d'inflation en % 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 2 802, , , Recettes totales et dons 2 578, , ,0 Recettes budgétaires 2 484, , ,0 Recettes fiscales 94,0 99,0 107,0 Recettes non fiscales 55,0 66,0 55,0 Dons Budgétaires 12

14 En capital 2 802, , , Dépenses totales 1 749, , ,2 Dépenses courantes 706,1 803,0 835,0 - dont masse salariale 51,3 48,9 38,8 - dont intérêts de la dette 741,0 957, ,0 Dépenses en capital 6. Soldes budgétaires - 440,9-396,4-276,2 Solde primaire de base - 271,0-515,9-455,2 Solde global hors dons Solde global y. c. dons Solde budgétaire de base 96,4% 96,8% 96,7% Taux de pression fiscale 341,4 314,0 302,8 7. Encours de la dette 8. Balance des paiements - 139,9-239,0-129,8 Balance commerciale - 482,6-441,3-488,7 Balance des transactions courantes - 488,1-549,8-491,4 Transfert en capital 59,8 70,1 59,1 Opérations financières 475,6 540,9 759,6 9. Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire 2939,5 3186,0 3464,0 Avoir extérieur net 1527,8 1826,3 2259,3 PNG - 244,6 0,0 0,0 Crédit à l'économie 1987,9 2178,1 2393,0 * Révision avril

15 TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DE LA RCA Situation en avril 2014 République Centrafricaine Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % du PIB en volume 4,0% - 36,7% 1,5% Secteur primaire 2,9% - 45,1% 0,5% Secteur secondaire 4,1% - 23,0% - 2,1% Secteur tertiaire 4,7% - 28,0% 4,8% 1.2. En valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 1 085,7 706,6 748,8 Secteur primaire 558,4 313,5 330,6 Secteur secondaire 141,7 111,2 112,1 Secteur tertiaire 324,8 241,9 265,5 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) PIB 4,0% - 36,7% 1,5% Importations 5,7% - 20,9% 37,6% Total ressources Consommation des ménages 6,6% - 25,7% 4,4% Consommation publique 31,3% - 42,5% 32,6% FBCF 5,4% - 56,1% 90,8% Variations de stocks 0,0% 0,0% 0,0% Exportations 8,2% - 48,7% 15,4% Total emplois 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 1 115,1 738,1 776,8 Importations 241,3 190,8 262,4 Total des ressources 1 356,4 928, ,2 Consommation des ménages 978,9 742,1 761,2 Consommation publique 84,9 48,8 64,7 FBCF 163,5 71,8 136,9 Variations de stocks 0,0 0,0 0,0 Exportations 129,0 66,3 76,5 Total des emplois 1 356,4 928, ,2 4. Inflation Indice de prix (en %) 0,0% 0,0% 0,0% Taux d'inflation en % 5,9% 1,5% 0,0% 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 5.1. Recettes totales et dons 201,9 64,0 151,3 Recettes budgétaires 122,4 43,2 51,9 Recettes fiscales 105,6 0,0 43,9 Recettes non fiscales 16,8 3,4 8,0 Dons 74,1 20,0 99,4 Budgétaires 11,4 11,0 23,4 En capital 62,7 9,7 76, Dépenses totales 191,5 115,5 171,4 14

16 Dépenses courantes 107,2 102,7 140,5 - dont masse salariale 49,0 53,2 57,3 - dont intérêts de la dette 5,9 2,3 5,7 Dépenses en capital 84,4 12,4 30,9 6. Soldes budgétaires Solde primaire de base Solde global hors dons Solde global y. c. dons Solde budgétaire de base Taux de pression fiscale 12,7% 9,5% 9,2% 7. Encours de la dette 8. Balance des paiements Balance commerciale Balance des transactions courantes Transfert en capital Opérations financières 9. Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire Avoir extérieur net PNG Crédit à l'économie * Révision avril ,5 15

17 TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DU CONGO Situation en avril 2014 Congo Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % du PIB en volume 3,8% 3,4% 8,9% Secteur primaire - 5,2% - 4,7% 9,4% Secteur secondaire 8,7% 8,9% 10,2% Secteur tertiaire 10,8% 8,0% 9,0% 1.2. En valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 6 971, , ,0 Secteur primaire 4 943, , ,0 Secteur secondaire 542,8 609,1 674,7 Secteur tertiaire 1 355, , ,6 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) PIB - 3,8% - 3,4% - 1,3% Importations 8,7% 1,9% 1,0% Total ressources - 0,4% - 1,7% - 1,0% Consommation des ménages 4,2% 25,3% 10,1% Consommation publique 2,5% 3,2% 1,6% FBCF - 2,1% - 5,4% - 1,0% Variations de stocks 0,0% 0,0% 0,0% Exportations 13,4% - 3,6% - 2,6% Total emplois 1,2% - 3,3% - 1,0% 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 1 488, , ,5 Importations 1 164, , ,0 Total des ressources 2 652, , ,5 Consommation des ménages 826,8 992, ,1 Consommation publique 359,2 372,4 435,1 FBCF 952,2 929,0 987,4 Variations de stocks 0,0 0,0 0,0 Exportations 514,0 492,0 529,3 Total des emplois 2 652, , ,5 4. Inflation Indice de prix (en %) Taux d'inflation en % 4,7% 4,3% 4,3% 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 5.1. Recettes totales et dons 2 927, , ,7 Recettes budgétaires 2 917, , ,7 Recettes fiscales 619,2 710,5 890,5 Recettes non fiscales 21,9 61,0 74,9 Dons 10,0 0,0 0,0 Budgétaires En capital 5.2. Dépenses totales 583, , ,4 Dépenses courantes 424, , ,1 - dont masse salariale 16

18 - dont intérêts de la dette Dépenses en capital 159, , ,4 6. Soldes budgétaires Solde primaire de base 192, , ,3 Solde global hors dons 19,1 553,6 380,7 Solde global y.c.dons Solde budgétaire de base 287, , ,3754 Taux de pression fiscale 8,9% 10,2% 11,9% 7. Encours de la dette 1819,8 1957,9 1957,9 8. Balance des paiements Balance commerciale 984,5 394,9 176,9 Balance des services et revenus , Balance des transactions courantes - 5,2-16,1-27,5 Transfert en capital 0 143,7 180 Opérations financières 1154,6 2673, Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire 1923,4 2248,4 2559,5 Avoir extérieur net 2059,8 2039,8 1290,1 PNG ,9-2624,2-2976,8 Crédit à l'économie 551,2 612,3 680 * Révision avril

19 TABLEAU D'ÉVOLUTION DES AGRÉGATS MACROÉCONOMIQUES DU GABON Situation en avril 2014 Gabon Valeurs en monnaies nationales * 2014* 1. Secteurs d'activité 1.1. Taux de croissance en % du PIB en volume 5,3% 5,6% 7,1% Secteur primaire - 3,0% 0,6% 3,2% Secteur secondaire 4,7% 7,2% 9,0% Secteur tertiaire 10,4% 8,6% 8,8% 1.2. En valeur (en millards de monnaie locale) PIB 8 152, , ,4 Secteur primaire 3 309, , ,4 Secteur secondaire 1 425, , ,4 Secteur tertiaire 2 015, , ,0 2. Taux de croissance ressources- emplois en volume (en %) PIB 5,3% 5,6% 7,1% Importations 8,0% 8,6% 5,4% Total ressources Consommation des ménages 8,8% 8,1% 8,4% Consommation publique 11,4% 6,7% 5,3% FBCF 13,3% 13,7% 9,0% Variations de stocks 0,0% 0,0% 0,0% Exportations - 4,9% - 2,0% 3,7% Total emplois 3. Ressources- emplois en valeur (en milliards de monnaies locales) PIB 8 152, , ,4 Importations 2 342, , ,3 Total des ressources , , ,7 Consommation des ménages 2 369, , ,7 Consommation publique 998, , ,5 FBCF 2 148, , ,9 Variations de stocks 26,0 90,0 0,0 Exportations 4 951, , ,7 Total des emplois , , ,7 4. Inflation Indice de prix (en %) 121,5 122,1 Taux d'inflation en % 2,7% 0,5% 1,3% 5. Tableau des opérations financières de l'etat (en Mds monnaie locale) 5.1. Recettes totales et dons Recettes budgétaires 2 620, , ,6 Recettes fiscales 1 191, , ,0 Recettes non fiscales 1 429, , ,6 Dons Budgétaires En capital 5.2. Dépenses totales 2 349, , ,1 Dépenses courantes 1 306, , ,6 18

20 - dont masse salariale 514,6 573,7 611,0 - dont intérêts de la dette 92,9 198,6 146,8 Dépenses en capital 914, ,2 913,1 6. Soldes budgétaires Solde primaire de base 364,2 59,7 247,3 Solde global hors dons 271,3-138,9 100,5 Solde global y.c.dons 271,3-138,9 100,5 Solde budgétaire de base 271,3-138,9 100,5 Taux de pression fiscale 32,1% 32,1% 27,2% 7. Encours de la dette , , ,4 8. Balance des paiements Balance commerciale Balance des services et revenus Balance des transactions courantes Transfert en capital Opérations financières 9. Masse monétaire et ses contreparties Masse monétaire 2107,1 2519,1 3038,7 Avoir extérieur net 1151,1 1486,6 1486,6 PNG 79,4 76,1 76,1 Crédit à l'économie 1177,0 1220,1 1620,4 * Révision avril

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juin 2014 1 TABLE DES MATIERES Résumé... 5 INTRODUCTION...

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC RAPPORT INTERIMAIRE D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE POUR L ANNEE 2005 ET PERSPECTIVES POUR 2006 Novembre 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité Intérieure RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

GABON. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux

GABON. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux GABON Caractéristiques géographiques et humaines Superficie : 267 667 km 2 Population : 1,5 million d habitants. Densité : 6 habitants/km 2. Part de la population urbaine : 85,5 %. Taux de croissance démographique

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Plan National de Développement CONGO 2012-2016

Plan National de Développement CONGO 2012-2016 REPUBLIQUE DU CONGO Unité * Travail * Progrès --------------- MINISTERE DE L ECONOMIE, DU PLAN, DE L AMMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L INTEGRATION MINISTERE DES FINANCES, DU BUDGET ET DU PORTEFEUILLE

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L 2013 Le mot du Gouverneur Le mot du Gouverneur La Tunisie a amorcé, depuis 2012, et après la récession de 2011, une reprise économique modérée grâce

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE JUILLET 2015 N 108

Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE JUILLET 2015 N 108 Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE CONJONCTURE JUILLET 2015 N 108 ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Révision à la baisse, par la Banque mondiale et le FMI, du taux de croissance de l économie mondiale

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010

PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010 PERSPECTIVES ECONOMIQUES DES ETATS DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE EN 2010 VULNERABILITE DES COMPTES COURANTS DANS LE CONTEXTE DE LA CRISE FINANCIERE INTERNATIONALE TABLE DES MATIERES

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Date de publication : 1 er juin 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*)

Date de publication : 1 er juin 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*) BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA AVRIL 2015 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA DU MOIS D'AVRIL 2015 (*) Date de publication : 1 er juin 2015 (*) : Le «Bulletin

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne Capitale : Varsovie Président : Bronislaw Komorowski Président du conseil : Donald Tusk Superficie : 312 685 km² Population : 38 441 588 habitants Croissance

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Mise à jour risque pays

Mise à jour risque pays Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre 2012 1 Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises

Plus en détail