Les compétences de consultant en urologie : une modélisation pour l enseignement et l évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les compétences de consultant en urologie : une modélisation pour l enseignement et l évaluation"

Transcription

1 ARTICLE DE REVUE Progrès en Urologie (2001), 11, 1-7 Les compétences de consultant en urologie : une modélisation pour l enseignement et l évaluation Louis SIBERT (1), Bernard CHARLIN (2), Azzouz LACHKAR (1), Hubert BUGEL (1), Stéphane NAVARRA (1), Philippe GRISE (1) (1) Service d Urologie, Hôpital Charles Nicolle, Rouen, France, (2) Unité de Recherche et Développement en Education des Sciences de la Santé (URDESS), Faculté de Médecine, Université de Montréal, Montréal, Canada RESUME But : L'activité de consultation est un aspect majeur de la pratique urologique. L'enseignement spécifique de cette activité est cependant peu développé. Le but de cette étude a été d'établir une liste d'habiletés de consultation pour soutenir une démarche planifiée et structurée d'enseignement et d'évaluation des compétences de consultant en urologie. Matériel et Méthode : Protocole qualitatif en 2 étapes : 1) Etablissement d'une liste initiale de compétences à partir des données de la littérature 2) Soumission de cette liste à une série de "groupes ciblés" (urologues, internes, médecins correspondants) pour valider et affiner progressivement le modèle. Résultats : Les items identifiés ont été classés en 3 listes distinctes : 1) connaissances théoriques et 2) habiletés techniques spécifiques à l'activité urologique, s'exerçant préférentiellement en situation de consultation, 3) habiletés interpersonnels concernant exclusivement la relation médecin consultant-médecin référent Conclusions : La spécification consensuelle de ces habiletés permet ainsi de définir de façon objective de stratégies d'enseignement et d'évaluation des compétences de consultant en urologie. Mots clés : Urologie, consultation, compétence clinique, évaluation. L activité de consultation est un aspect majeur de la pratique médicale. On estime qu elle occupe environ un tiers de l activité de soins en médecine interne [14]. Les demandes de consultations spécialisées de la part des médecins de famille varient de 1,5 à 8% de leurs visites [5, 15]. La croissance exponenti el le des connaissances médicales conduit les médecins à interagir de plus en plus fréquemment avec leurs confrères et les autres professionnels de la santé. Maintes fois décrit dans la littérature [5], le processus idéal de consultation est en pratique souvent pris en défaut. Un désaccord sur le motif principal de consultation peut survenir dans 14% des cas [12]. Le compte-rendu de consultation ne parvient pas au médecin référent dans 45% des cas [14]. L efficacité de la consultation est souvent altérée du fait d un compterendu mal rédigé [8, 10, 11, 20, 26]. Des problèmes relationnels et une mauvaise répartition des tâches entre référent et consultant sont fréquents [6, 7]. Les o rganismes d accréditation ont récemment pris conscience de l importance de la compétence en consultation, reconnue officiellement nécessaire à l expertise médicale et à la prise de décision afin de répondre de façon adéquate aux besoins communautaires et aux besoins individuels des patients [2, 21]. L'activité de consultation est également particulièrement importante en urologie, spécialité médico-chirurgicale. Cependant, son enseignement spécifique est peu développé. Une étude menée au sein de notre service a mis en évidence que seulement 1 patient sur 5 vu en consultation était hospitalisé et pris en charge par les internes, auxquels, une part importante de la pathologie Manuscrit reçu : juillet 2000, accepté : septembre 2000 Adresse pour correspondance : Dr. L. Sibert, Service d Urologie, Hôpital Charles Nicolle, 1, rue de Germont, Rouen Cedex. 1

2 urologique courante échappe ainsi au cours de leur cursus [28]. De plus, aucune étude décrivant le processus de consultation au sein de notre spécialité n'a été à ce jour rapportée. Le but de cette étude a été d établir un modèle d habileté en consultation pour soutenir une démarche planifiée et structurée d enseignement et d évaluation des compétences de consultant en urologie. Pour préciser le rôle de consultant en urologie, nous nous sommes arbitrairement limités à la spécification des habiletés suivantes : 1) les connaissances théoriques, 2) les habiletés techniques spécifiquement urologiques, à travers lesquelles s'exercent les compétences de consultant, 3) les compétences concernant exclusivement l interrelation médecin référent médecin consultant. Bien que le patient soit le rouage essentiel et central du processus de consultation, la relation avec le patient ne sera pas abordée dans cette étude. Ce point fondamental est largement débattu par ailleurs [6, 18] et fait partie du vaste champ de la relation médecin-malade. MATERIEL ET METHODE La construction du modèle de compétences a été réalisée selon un protocole de recherche de type qualitatif [9], avec un processus d enrichissement itératif des données. Revue de la littérature Une liste initiale d habiletés nécessaires à la pratique de la consultation a été constituée à partir des données de la littérature (Medline ). Les mots clés utilisés pour la recherche ont été les suivants : "Consultation, consultation skill, referral and consultation, professional relationship, residency". Deux cent dix références ont été extraites. Les références concernant des compétences spécifiques de spécialités médicales ont été écartées. N ont été conservées que 23 références concernant exclusivement la relation référent-consultant. Les "groupes ciblés" Nous avons utilisé la technique des petits groupes ou "focus groups" [13] pour valider et affiner progressivement la liste initiale. Les participants de chaque groupe ont été sélectionnés de manière a assurer la plus grande représentativité possible de tous les contextes de pratique médicale concernés par le sujet. Les groupes suivants ont été réunis : 1 groupe de 6 urologues (2 urologues universitaires, 2 urologues hospitaliers, 2 urologues libéraux), 1 groupe de 6 internes en urologie, 1 groupe de 6 médecins d'autres spécialités utilisateurs de la consultation d'urologie (2 néphrologues, 1 interniste, 1 urgentiste, 1 gériatre, 1 gastro-entérologue) et 1 groupe de 6 médecins généralistes. Les groupes d'urologues et d'internes en urologie avaient pour objet de tenter de définir les connaissances théoriques et habiletés techniques d'urologie semblant s'exercer de façon préférentielle en situation de consultation. Le champ d investigation des groupes de médecins référents devait se limiter à la relation référent-consultant. Recueil et analyse des données Les 4 petits groupes ont été réunis successivement. À chaque début de séance, les limites du champ d'investigation du groupe étaient clairement précisées. Les membres du groupe étaient tout d'abord invités à une phase de réflexion suivie d une génération personnelle et par écrit d items aussi exhaustive que possible. La liste initiale issue de notre analyse de la littérature leur était ensuite soumise dans un but de critique, de modification, d enrichissement ou de retrait d items. La production d'items non mentionnés sur la liste préliminaire a été assez importante au cours de la première réunion. La production de nouveaux items a diminué au fur et à mesure des réunions suivantes. Le processus a été arrêté quand les groupes n'ont plus produit de nouveaux items. Nous avons considéré que l'effet de saturation était atteint [17] et que tous les items avaient été identifiés. Toutes les données ont été recueillies par écrit et tous les groupes ont été interrogés de façon indépendante. Les items identifiés ont été regroupés en 3 listes distinctes : a) Les habiletés cliniques et les connaissances théoriques s'exerçant de façon préférentielle en situation de consultation. b) Les habiletés techniques reconnues comme devant être parfaitement maîtrisées par un bon consultant en urologie. c) Prenant en compte le cadre de la psychologie cognitive [29] nous avons regroupé les items concernant exclusivement la relation médecin consultant-médecin référent en 3 groupes : établissement du problème, résolution du problème, gestion des résultats. RESULTATS Les habiletés cliniques et les connaissances théoriques qui les sous-tendent, qui d'après les urologues et internes interrogés, s'exerçant préférentiellement en situation de consultation sont mentionnées sur le Tableau 1. Les urologues interrogés ont finalement estimé que le suivi des tumeurs urologiques traitées 2

3 Tableau 1. Connaissances théoriques urologiques s exerçant préférentiellement en situation de consultation. Cancérologie Andrologie Incontinence urinaire Suivi clinique et para clinique des tumeurs urologiques traitées : bilan clinique, investigations complémentaires. algorithme de surveillance indications des modifications thérapeutiques. Troubles érectiles : diagnostic clinique, investigations complémentaires, indications thérapeutiques, modalités de surveillance. Hypofertilité masculine : examen clinique, stratégie d exploration et de traitement. Prise en charge initiale : diagnostic clinique et appréciation du retentissement organique et psychosocial. Stratégie d investigations complémentaires, indications et interprétation du bilan urodynamique. Indications thérapeutiques. Hypertrophie Bénigne de la Prostate (HBP) Prise en charge initiale : diagnostic clinique, stratégie d investigations complémentaires. Modalité de surveillance d une HBP traitée. Infections uro-génitales basses Stratégies d explorations et de traitement. était plus spécifique à l'activité de consultation que le diagnostic initial qui pouvait survenir avec une égale fréquence en situation d'urgence et qui nécessitait un examen histologique et donc une hospitalisation dans la majorité des cas. Une réflexion similaire a été menée pour la prise en charge de l'hypertrophie bénigne de la prostate. La prise en charge initiale des troubles mictionnels de la femme et l'activité d'andrologie ont été reconnues de façon plus consensuelle comme s'exerçant le plus souvent en ambulatoire. Concernant les habiletés techniques requises pour un bon consultant d'urologie (Tableau 2), un consensus s'est dégagé pour englober de façon exhaustive tous les gestes techniques pouvant être pratiqués en ambulatoire. Les gestes techniques ainsi mentionnés vont de l'exécution d'une simple fibroscopie, jusqu'à la réalisation d'une lithotripsie extracorporelle. Les participants ont voulu préciser de façon unanime, que cette liste ne prenait en compte que la réalisation effective du geste proprement dite sans prendre en compte son indication. Ces indications rentrant plus dans le cadre des connaissances théoriques urologiques. Tableau 2. Habiletés techniques reconnues comme devant être parfaitement maîtrisées par un bon consultant en urologie. - Savoir effectuer une fibroscopie, une cytoscopie (diagnostique, biopsique, ablation de sonde). - Savoir effectuer une échographie vésicale pour mesure de résidus post-mictionnels et surveillance de tumeur superficielle de vessie. rénale pour visualiser les cavités rénales. prostatique pour mesure du volume et ponction-biopsies. - Technique des instillations de chimiothérapie intra-vésicale pour tumeur superficielle de vessie. - Technique des injections intra caverneuses de drogues vaso-actives. - Technique de l examen urodynamique. - Lithotripsie intra corporelle. - Gestion du matériel ambulatoire. Tableau 3. Compétences de consultant concernant exclusive - ment la relation médecin consultant-médecin référent. Etablissement du problème 1) Identifier et clarifier le motif de consultation. a) Identifier le problème essentiel posé par le référent. b) Vérifier s il convient d élargir le problème. 2) Prendre en compte les caractéristiques du médecin demandeur. a) Niveau de connaissance vis-à-vis du problème. b) Besoin de connaissance nécessaire à la prise en charge du patient. c) Ressources techniques dont il dispose. 3) Etablissement du degré d urgence. Résolution du problème 4) Valider les informations données par le référent. 5) Processus habituel de résolution du problème médical. Gestion des résultats 6) Choix du moyen de communication adapté au degré d urgence. 7) Langage adapté au référent. 8) Compte rendu bref, avec des recommandations précises, peu nombreuses et détaillées. 9) Relation avec le référent : a) Basée sur le respect mutuel. b) Répondre au problème posé. c) Enseigner avec tact. d) Sans dépasser les limites de son champ d expertise. e) Respect du rôle de chacun dans la prise en charge du patient. Les principales compétences identifiées concernant la relation médecin consultant-médecin référent sont les suivantes : identifier et clarifier le motif de consultation, prendre en compte les caractéristiques du médecin demandeur, établir le degré d'urgence de la demande, valider les informations données par le référent, processus habituel de résolution du problème médical, adapter le moyen de communication au degré d'urgence, langage adapté au référent, compte rendu bref et précis, respect du rôle du référent dans la prise en charge du patient. La liste ainsi ordonnée est présentée sur le Tableau 3. 3

4 DISCUSSION Les connaissances théoriques et habiletés techniques urologiques Les progrès récents en urologie, notamment dans les traitements purement médicaux ou non-invasifs, associés au vieillissement général de la population ont contribué au développement de l'activité ambulatoire et médicale en urologie. De très nombreuses procédures diagnostiques et thérapeutiques sont maintenant couramment réalisées en ambulatoire. L'acquisition de ces habiletés cliniques et de ces compétences cliniques sont maintenant requises pour la compétence clinique en urologie. Deux points de débat sont à souligner : Les habiletés mentionnées ne sont pas forcément exclusivement spécifiques à l'activité de consultation, mais du fait de l'évolution des pratiques, elles pourraient représenter, de façon consensuelle, un "contenu" en urologie, à travers lequel s'exercent les compétences de consultant. Le second point de discussion est que l'activité technique ambulatoire est tributaire des structures et du mode d'exercice et du matériel disponible. De ce fait, il est clair que les listes proposées ne sauraient être considérées que comme une base de réflexion. La confrontation avec les autres modes de pratique de l'urologie devrait permettre de modifier, d'enrichir et de préciser le modèle proposé. Les habiletés médecin consultant-médecin référent La capacité de communiquer et de collaborer avec les autres professionnels de santé doit faire partie des standards de pratique pour les urologues comme pour les autres spécialités médicales [2, 21]. Dans une perspective aussi bien d'enseignement que de formation continue, il est nécessaire d'avoir une perception très claire des composantes de cette compétence. Notre expérience au cours des «groupes ciblés» laisse apparaître que les items de ce modèle étaient utiles en situation d enseignement et d apprentissage, il convient néanmoins de les expliciter. 1) L identification du motif précis de consultation doit être le premier souci du consultant. L absence de question spécifique de la part du référent [23], le désaccord sur le motif de consultation [12] diminuent l efficacité de la consultation [7, 15]. Il a été démontré que l'impact du consultant sur le problème posé est significativement corrélé avec la spécificité de la question posé par le médecin référent [14]. L'urologue consultant doit aussi contrôler la présence d éléments ne motivant pas la consultation mais qui peuvent influencer sa prise de décision diagnostique ou thérapeutique, par exemple, des symptômes dont le patient ne se plaint pas mais qui peuvent être significatifs dans l évolutivité de la maladie, les pathologies associées, les antécédents médicaux ou chirurgicaux, les traitements en cours. 2) Le consultant doit avoir connaissance des caractéristiques du référent tout autant que la question posée. 2 médecins s occupant du même patient peuvent avoir des préoccupations différentes vis-à-vis du problème selon leurs champs d expertise, leurs niveaux et leurs besoins de connaissance vis-à-vis du problème, les moyens techniques dont ils disposent pour la prise en charge ultérieure du patient. Le consultant résoudra le problème et formulera ses résultats différemment selon qu il s adresse à un référent qui ne connaît pas le problème et qui demande une prise en charge spécialisée ou qu il s agisse d un autre spécialiste qui pose une question plus précise. 3) Le consultant doit déterminer le caractère urgent ou non de la demande d'avis spécialisé, pour une prise en charge adéquate, mais aussi pour juger du délai approprié de la date de consultation et de la transmission des résultats. Une inadéquation entre un besoin urgent et une date de consultation trop éloignée, des résultats transmis trop tardivement nuisent au patient et aux relations consultant-référent [7]. Le consultant doit savoir accélérer le processus de consultation et être soucieux du bon fonctionnement de son secrétariat pour éviter les problèmes de communication ou des délais de consultation inappropriés [7, 14, 16]. Plusieurs participants au sein des petits groupes de médecins référents ont souligné les délais de consultation parfois trop importants pour des problèmes d'hématurie macroscopique, de lithiase urinaire symptomatique ou encore de cystite à répétition. 4) et 5) Le consultant ne doit pas se contenter de simplement valider les informations données par le référent aussi pertinentes soient-elles. Il est prouvé que 2 médecins d égal es compétences parviendront aux mêmes conclusions s ils se basent sur les mêmes données. De plus, seulement 9% des consultations sont motivées pour une interprétation complémentaire de données déjà existantes [12]. L'urologue doit prendre la peine d interroger et d examiner à nouveau le patient, de revoir à nouveau les examens complémentaires pour éventuellement compléter les investigations s il le juge nécessaire [15, 23, 24]. Seule cette démarche systématique et structurée de résolution de problème non spécifique à la consultation permettra une nouvelle interprétation diagnostique et des propositions thérapeutiques pertinentes [7, 8]. 6) et 7) Le consultant doit savoir adapter son moyen de communication aux caractéristiques du référent et à la gravité du problème. La communication des résultats de la consultation et des recommandations du spécialiste est un aspect essentiel du processus de consultation mais peut souvent être pris en défaut [5, 12, 14, 16]. Le compte-rendu écrit est le mode de communication le plus couramment utilisé [19]. Cependant dans certaines situations urgentes ou graves, le contact oral 4

5 et direct, même par téléphone est plus productif qu'une simple lettre. Une étude de l activité d un cabinet de médecine de famille pendant 6 mois a montré que la transmission de l information après consultation spécialisée ne se faisait de façon adéquate que dans 62% des cas, avec une différence significative si le spécialiste exerçait en secteur public (59%) ou en secteur libéral (78%) [5]. Le consultant doit comprendre qu il est directement responsable vis-à-vis du référent de la bonne transmission de ses conclusions [5, 14, 16]. 8) Le compte-rendu doit obéir à des règles précises pour une efficacité optimale de la consultation. Il doit être bref et facile à lire, débuter par le motif de consultation, orienté sur ce motif et aller à l essentiel. Si les points clés sont noyés dans un excès de détails, l impact de la consultation s en trouvera diminué [7]. De nombreux auteurs ont étudié les facteurs de compliance et d efficacité de la consultation médicale spécialisée et un consensus se dégage clairement sur les facteurs prédictifs d une meilleure adhésion vis-à-vis des recommandations du consultant : les recommandations sont significativement plus suivies si elles sont peu nombreuses, inférieures ou égales à 5 [20, 26], jugées cruciales pour la prise en charge du patient, plutôt que simplement suggérées [10, 26], d ordre thérapeutique plutôt que diagnostique [10, 20, 26]. Les recommandations thérapeutiques sont plus suivies lorsqu elles sont détaillées, avec le nom précis des drogues, leurs posologies, la durée du traitement, les modalités de surveillance, d arrêt du traitement, les possibilités de changement, les effets indésirables et leurs traitements [8]. Dans ses recommandations, le consultant se doit d anticiper les problèmes évolutifs, les notifier au référent et l informer brièvement des options thérapeutiques possibles en cas de besoin [7]. 9) L établissement d une bonne relation avec le médecin référent est indispensable à l efficacité du processus de consultation. La transmission des recommandations du spécialiste au médecin référent dans une atmosphère positive de respect mutuel et sans condescendance a un impact positif prouvé sur l'efficacité de la consultation [6]. Le consultant doit connaître les limites de son champ d expertise et éviter l ingérence dans les problèmes médicaux ne relevant pas directement de son expertise particulière. [7, 15, 25]. Il doit être soucieux de ré-adresser le patient à son médecin traitant. Cette non-ingérence en dehors de son champs d activité est importante pour la coordination des soins vis-à-vis du patient. Un désaccord est toujours possible concernant un diagnostic, un traitement, le besoin d'un autre spécialiste. Le consultant doit faire preuve de diplomatie et de qualités de négociateur, en évitant les critiques ouvertes devant le patient, vis à vis des propositions du médecins traitant [3, 4]. Les 2 praticiens se doivent d être complémentaires dans leurs actions vis-à-vis de leur patient commun et sont tous les 2 responsables de la bonne continuité des soins [6, 25]. Des recommandations de prise en charge et de suivi sont maintenant diffusées par de nombreuses sociétés savantes, notamment en urologie, pour informer les médecins traitants sur les situations ou il est préférable de recourir à un avis spécialisé. Ce processus ne peut être qu'encouragé pour améliorer la prise charge des patients et répondre le mieux possible aux besoins de santé de la société. La consultation peut être une forme intéressante de formation médicale continue pour le référent à condition que cette formation se fasse avec tact et courtoisie, sans mettre en infériorité le référent vis-à-vis de son patient. En pratique il semble possible de communiquer discrètement au référent une à deux références sur le problème posé, si possible issues de revues auxquelles le médecin traitant n a habituellement pas accès [7, 15]. Tous ces items concernant la relation urologue consultant et médecins référents ne sont pas directement observables. Cependant, elles sont apparues à l'ensemble des participants à notre étude qu'elles étaient cruciales pour que le processus de consultation réponde aux standards de pratique de la profession médicale. Ce travail représente la première étude qualitative sur les compétences de consultants en urologie jamais publiée et ses limites sont bien établies. Il est toujours possible d'argumenter sur le caractère exhaustif et spécifique à la consultation de la liste d'items d'habiletés cliniques et techniques individualisés lors des petits groupes. De plus, cette liste de compétences ne reflète que les opinions et les pratiques d'un seul centre. De ce fait ce modèle manque de validation externe et ne peut pas être généralisé. Néanmoins nos résultats méritent considération. Cette étude a prouvé la faisabilité et l'utilité des "groupes ciblés" pour identifier des objectifs d'apprentissage et d'enseignement appliqués à l'urologie. Plusieurs éléments semblent en assurer la fiabilité. Tous les internes participants ont reconnu leur besoin d'enseignement spécifique de ce domaine de la pratique urologique. Les urologues et les médecins référents participants sont représentatifs des différentes aires de pratiques médicales concernées par la consultation en urologie et ont été questionnés de façon indépendante. Il est clair qu au cours de leur formation les internes en urologie doivent acquérir de nouvelles aires de compétences spécifiques à la consultation. Notre étude amène à s'interroger sur les moyens d'enseignement et d'évaluation des habiletés et connaissances requises pour un bon consultant en urologie. Sur le plan pratique, l'établissement de ce modèle de compétences a entraîné un changement significatif dans les stratégies de formation et d'évaluation formative des internes au sein de notre établissement : Une consultation pour les 5

6 malades non programmés est assurée quotidiennement par les internes. Ils sont fortement incités à assister régulièrement aux consultations des seniors de l'équipe au cours de leur semestre. Un "guide pratique de l'interne en urologie" avec arbres décisionnels et algorithmes de suivi a été rédigé et diffusé. Les internes assurent des présentations orales de dossiers de consultation à chaque réunion de service. La validité et la fiabilité de l'utilisation de patients simulés pour évaluer les compétences relationnelles et de consultations ayant largement été démontré par ailleurs [1, 22], des problèmes cliniques de consultation ont été développés pour l'évaluation formative des internes [27, 28] par examen clinique objectif structuré CONCLUSION En conclusion, malgré ses limites méthodologiques reconnues (habiletés théoriques et techniques ne reflétant que le contexte de pratique d'un seul centre), ce modèle de compétences de consultation établi en urologie devrait pouvoir être appliqué dans d'autres disciplines médicales et être utilisable pour tout médecin en situation d'enseignant, au niveau des études médicales, de l'internat et en formation continue. D'autres études sont nécessaires pour assurer la validation externe de modèle au sein de la communauté urologique et pour le valider dans d'autres spécialités médicales. Néanmoins, l'urologue, comme les autres praticiens, doit prendre conscience qu'il doit être capable, quel que soit son cursus ou son niveau de formation, d agir à titre de référent et de consultant. Il devrait avoir compris et démontré l importance de la coopération et de la communication avec ses confrères. Il répondra ainsi pleinement aux exigences de la société. REFERENCES 1. ALLEN J., RASHID A. What determines competence within a general pratice consultation? Assessment of consultation skills using simulated surgeries. Br. J. G. Pract., 1998, 48, CanMED 2000 Project. Skills for the new millenium. Societal needs working group: Ann. R. Coll. Physicians Surg. Can., 1996, 29, CLEARFIELD H.R. Are we training consultants in gastroenterology? Dig. Dis. Sci., 1991, 36, CLEARFIELD H.R. Consultant strategies for the gastroenterologist. Am. J. Gastroenterol., 1999, 94, CUMMINGS R.0., SMITH R.W., INUI T.S. Communication failure in primary care. Failure of consultants to provide follow-up informations. J.A.M.A., 1980, 243, EMMANUEL L. The consultant and the patient-physician relationship. Arch. Intern. Med, 1994, 154, GOLDMAN L., LEE T., RUDD P. Ten commandments for effective consultations.arch. Intern. Med., 1983, 143, HORWITZ R.I., HENES C.G., HORWITZ S.M. Developing strategies for improving the diagnosstic and management efficacy of medical consultations. J. Chronic Dis., 1983, 36, IRBY D. Shifting paradigms of research in medical education. Acad. Med., 1990, 10, KLEIN L.E., MOORE R.D., LEVINE D., KIRBY S.M. Effectiveness of medical consultation. J. Med. Educ., 1983, 58, KLEIN L.E., LEVINE D.M., MOORE R.D., KIRBY S.M. The preoperative consultation. Response to internists recommandations. Arch. Intern. Med., 1983, 143, LEE T., PAPPIUS E.M., GOLDMAN L. Impact of inter-physician communication on the effectiveness of medical consultations. Am. J. Med., 1983, 74, LOCKYER J., SIMPSON E., TOEWS J., BECKER W. Use of focus groups from different disciplines to identify clinical management and educational issues.teach. Learn. Med., 1996, 8, McPHEE S.J., LO B., SAIKA G.H., MELTZER R. How good is communication between primary care physicians and subspecialty consultants? Arch. Intern. Med;, 1984, 144, MARSHALL J.B. How to make consultation work. Postgraduate Medicine, 1988, 84, MERLI G.H., WEITZ H.H. The medical consultant. Med. Clin. North Am., 1987, 71, MILES M.B., HUBERMAN A.M. Qualitative data analysis: a sourcebook of new methods. Newbury Park (Calif.); Sage Publications, 1984, pp MOORE R., KAMMERER W.S., Mc GLYNN T.J., TRAUTLEIN J.J., BURNSIDE J.W.Consultations in internal medicine : A training program ressource. J. Med. Educ., 1977, 52, NEWTON J., HUTCHINSON A., Mc COLL E., MACKEE I., HOL- LAND C. Do clinicians tells each other enough? An analysis of referal communications in two spécialties. Fam. Pract., 1994, 11, PUPPA L.E., COVENTRY J.A., HANLEY J.F., CARPENTER J.L. Factors affecting compliance for general medecine consultations to non-internists. Am.J. Med., 1986, 81, Report of a task force of the College of Family Physicians of Canada and the Royal College of Physicians and Surgeons of Canada. Relationship between family physicians and specialist/consultants in the provision of patient care. Can. Fam. Phys., 1993, 39, ROTHMAN A.L., COHEN R. Understanding the Objective Structured Clinical Examination: Issues and Options. Ann. R. Coll. Physicians. Surg. Can., 1995, 28, RUDD P., SIEGLER M., BYYNY R.L. Perioperative diabetic consultation : A plea for improved training. J. Med. Educ., 1978, 53, RUDD P. Contrast in academic consultation. An. Intern. Med., 1981, 94, ST GEORGE I. What is a good consultant. View from New Zealand. Br. Med. J., 1987, 294, SEARS C.L., CHARLSON M.E. The effectiveness of a consultation. Compliance with initial recommandations. Am. J. Med., 1983, 74, SIBERT L., GRAND'MAISON P., CHARLIN B., GRISE P. Evaluation de la compétence clinique en urologie : Approche innovatrice basée sur l'observation de la performance. Prog. Urol., 1997, 7,

7 28. SIBERT L., GRAND'MAISON P., DOUCET J., WEBER J., GRISE P. Initial experience of an Objective Structured Clinical Examination in evaluating urology residents. Eur. Urol., 2000,37, TARDIF J. Pour un enseignement stratégique : L apport de la psychologie cognitive. Montréal, Logique-écoles, SUMMARY Consultancy skills in urology: a model for teaching and evaluation Objective: Consultation activity is an important aspect of urolo - gical practice, but the specific teaching of this activity is under - developed. The objective of this study was to establish a list of consultancy skills as a basis for a planned and structured approach to teaching and evaluation of consultancy skills in urology. Material and Me thod: Two-step qualitative protoc ol: 1) Establishment of an initial list of skills based on data of the lite - rature; 2) Submission of this list to a series of "focus groups" (urologists, interns, referring physicians) in order to validate and progressively refine the model. Results: The items identified were classified into 3 distinct lists: 1) theoretical knowledge, 2) technical skills specific to urology, predominantly performed in the consulting setting, 3) interper - sonal skills exclusively concerning the consultant-referring phy - sician relationship. Conclusions: The consensual specification of these skills can be used to objectively define teaching and evaluation strategies for urology consultancy skills. Key-Words : Urology, consultancy, clinical competence, evalua - tion. 7

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

LES ANNALES DE MEDECINE ET DE THERAPEUTIQUE

LES ANNALES DE MEDECINE ET DE THERAPEUTIQUE Pertinence d un test de concordance de script dans l évaluation des compétences en Néphrologie des étudiants du deuxième cycle de la faculté de Médecine de Fès Tarik SQALLI HOUSSAINI 1, Wafaa BONO 1, Nabil

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Rapport sur la formation clinique des étudiants en médecine

Rapport sur la formation clinique des étudiants en médecine Conférence des Doyens de Faculté de Médecine Rapport sur la formation clinique des étudiants en médecine remis à Madame Marisol Touraine Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Le médecin, le juge et la recommandation Commentaire sur le jugement rendu le 22 /03 /2013 par le TGI de Troyes ; aff. X. /G.

Le médecin, le juge et la recommandation Commentaire sur le jugement rendu le 22 /03 /2013 par le TGI de Troyes ; aff. X. /G. Le médecin, le juge et la recommandation Commentaire sur le jugement rendu le 22 /03 /2013 par le TGI de Troyes ; aff. X. /G. 04 /2013 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le récent procès

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques)

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) TITRE: De la proportionnalité aux statistiques, pour une efficacité individuelle et collective. I Caractéristiques

Plus en détail

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Marie-Thérèse Lussier MD, MSc Claude Richard PhD 5 e rendez-vous de la gestion des maladies chroniques Montréal, 2 octobre 2014 Plan Introduction

Plus en détail

Normes «C» des normes générales des programmes de domaines de compétence ciblée (DCC)

Normes «C» des normes générales des programmes de domaines de compétence ciblée (DCC) Normes «C» des normes générales des programmes de domaines de compétence ciblée (DCC) NORME C1 : STRUCTURE ADMINISTRATIVE Une structure administrative appropriée doit être mise en place pour chaque programme

Plus en détail

Délai d envoi des courriers de fin d hospitalisation CAHIER DES CHARGES

Délai d envoi des courriers de fin d hospitalisation CAHIER DES CHARGES Délai d envoi des courriers de fin d hospitalisation CAHIER DES CHARGES Ce cahier des charges présente un des indicateurs retenus pour atteindre l Objectif Prioritaire (OP) numéro 2 du Projet COMPAQH :

Plus en détail

Apprentissage par Simulation curité des pratiques

Apprentissage par Simulation curité des pratiques Apprentissage par Simulation et sécurits curité des pratiques Jean-Claude Granry Pôle Anesthésie Réanimation CHU Angers Développement de la Simulation Aéronautique Industrie nucléaire Armées Services de

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

Dossier patient informatisé et. comment concilier les deux?

Dossier patient informatisé et. comment concilier les deux? Dossier patient informatisé et sémantique médicale: comment concilier les deux? Dr Frédéric DEBELLE, Dr Sc. Méd. Clinique Louis Caty Baudour Liège Cercle de Wallonie 20 octobre 2011 Introduction Dossier

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Dépistage du cancer de la prostate chez les populations d hommes présentant des facteurs de risque Questions / Réponses Quelques données sur le cancer de la prostate en France Nombre de nouveaux cas estimés

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme en chirurgie colorectale doit déjà parrainer

Plus en détail

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Préambule Les programmes de médecine dentaire offerts dans les hôpitaux

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DE DEUXIEME NIVEAU EN MEDECINE GENERALE SASPAS

CONVENTION DE STAGE DE DEUXIEME NIVEAU EN MEDECINE GENERALE SASPAS CONVENTION DE STAGE DE DEUXIEME NIVEAU EN MEDECINE GENERALE SASPAS La convention est passée entre, - Le directeur général du centre hospitalier et universitaire de Tours, - Le doyen de la faculté de médecine

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Aperçu. Fier d être canadien. Sondage national. Observations générales

Aperçu. Fier d être canadien. Sondage national. Observations générales Aperçu Fier d être canadien le BCM au Canada Webinaire national sur le BCM 14 février 2012 Marg Colquhoun, B. Sc. ph., R.Ph., FCSHP, directrice de projet, ISMP Canada, co chef de la stratégie du bilan

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL ETUDIANTS EN KINESITHERAPIE

LIVRET D ACCUEIL ETUDIANTS EN KINESITHERAPIE LIVRET D ACCUEIL ETUDIANTS EN KINESITHERAPIE 1. PRESENTATION DU SERVICE D ACCUEIL A votre arrivée, vous serez accueillis par le cadre Kinésithérapeute. Les locaux : situés au 2 eme étage de l ancienne

Plus en détail

Méthode d élaboration des guides d affections de longue durée (ALD) à destination des médecins et des listes des actes et prestations

Méthode d élaboration des guides d affections de longue durée (ALD) à destination des médecins et des listes des actes et prestations GUIDE MÉTHODOLOGIQUE Méthode d élaboration des guides d affections de longue durée (ALD) à destination des médecins et des listes des actes et prestations Actualisation Avril 2007 Ce guide est téléchargeable

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Comment améliorer l efficience L enjeu de la télémédecine pour la prise en charge à domicile Dr Sylvie Royant-Parola Présidente du Réseau Morphée Coordinatrice

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

Programme préélectoral

Programme préélectoral ASSOCIATION DES PHARMACIENS DU CANADA Programme préélectoral Les pharmaciens : Les intervenants en matière de santé les plus accessibles au Canada Le système de soins de santé du Canada subit à l heure

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

Guide Calgary-Cambridge de l entrevue médicale les processus de communication #

Guide Calgary-Cambridge de l entrevue médicale les processus de communication # Guide Calgary-Cambridge de l entrevue médicale les processus de communication # Ce document est couvert par les lois et règles touchant les droits des auteurs. Sur toute reproduction, mentionnez les auteurs

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Révision ISO/IEC 17021

Révision ISO/IEC 17021 Révision ISO/IEC 17021 Version 2006 Version 2011 Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes procédant à l'audit et à la certification des systèmes de management Adaptations et modalités

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Ce référentiel a été élaboré avec l accompagnement méthodologique

Plus en détail

Charte des Maitres de Stage Universitaires (MSU) Du Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de RENNES.

Charte des Maitres de Stage Universitaires (MSU) Du Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de RENNES. Charte des Maitres de Stage Universitaires (MSU) Du Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine de RENNES 1 Préambule L objectif du Diplôme d'études Spécialisées (DES) de médecine générale

Plus en détail

Chirurgie et simulation. Dr Emilie Eyssartier

Chirurgie et simulation. Dr Emilie Eyssartier Chirurgie et simulation Dr Emilie Eyssartier Pourquoi enseigner la chirurgie par simulation? Historiquement enseignement de la chirurgie : enseignement facultaire formation pratique hospitalière par compagnonnage

Plus en détail

Objectifs - Plan. Identifier quelques concepts concernant debriefing et feed back. Définir la place de l émotionnel dans la simulation

Objectifs - Plan. Identifier quelques concepts concernant debriefing et feed back. Définir la place de l émotionnel dans la simulation COMMENT FAIRE UN BON DEBRIEFING? Tony Hosmans Master/DEA Sciences de la Santé Publique DAR CHU-Université de Liège Centre de Compétence et de Formation en Aide Médicale Urgente (CeCoFAMU) Objectifs - Plan

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

Directives de la Direction. Directive de la Direction1.13. Cahier des charges des enseignants. Texte de référence: LUL, art. 47

Directives de la Direction. Directive de la Direction1.13. Cahier des charges des enseignants. Texte de référence: LUL, art. 47 Directives de la Direction Directive de la Direction1.13. Cahier des charges des enseignants Texte de référence: LUL, art. 47 1.13.1. Principes généraux Le cahier des charges d'un enseignant doit prendre

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 IES 3 SOMMAIRE Paragraphes OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 DES PROFESSIONNELS COMPTABLES... 13-18 ENSEIGNEMENT GENERAL... 19 24 Novembre 2006

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Les spécialistes en médecine interne générale

Les spécialistes en médecine interne générale Les spécialistes en médecine interne générale Les professionnels efficaces, performants et humains: à l hôpital comme au cabinet médical. g Société Suisse de Médecine Interne Générale 2 Prof. Dr méd. Jean-Michel

Plus en détail

CONTRAT PEDAGOGIQUE TRIPARTITE

CONTRAT PEDAGOGIQUE TRIPARTITE CONTRAT PEDAGOGIQUE TRIPARTITE Réunissant : Nom de l'étudiant 1 : Nom du praticien formateur: Nom du conseiller aux études : contact: contact: contact: Se déroulant à : (Coordonnées du lieu de formation

Plus en détail

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique septembre 2003 Pour plus d information voir le site internet de l Assurance Maladie en ligne : www. ameli.fr Contact presse : Cnamts Patrick

Plus en détail

PORTFOLIO de l étudiant

PORTFOLIO de l étudiant Diplôme d État d Infirmier / Ministère chargé de la santé PORTFOLIO de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «NOM» «PRENOM» INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS du Centre Hospitalier de PONTOISE

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

AFC 2015 LA DURÉE DE LA FORMATION EST-ELLE CORRÉLÉE À SA QUALITÉ?

AFC 2015 LA DURÉE DE LA FORMATION EST-ELLE CORRÉLÉE À SA QUALITÉ? AFC 2015 LA DURÉE DE LA FORMATION EST-ELLE CORRÉLÉE À SA QUALITÉ? Catherine ARVIEUX 1-Durée de formation = tenir compte de : Nombre d années de formation Durée hebdomadaire de travail Fonctions pendant

Plus en détail

Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016. Table des matières

Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016. Table des matières Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016 Table des matières 1. Travail de fin d'études: "Mémoire de fin d'études"...2 1.1. Définition du mémoire... 2 1.2. Mémoires de recherche

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen Incontinence urinaire du sujet âgé 1. Epidémiologie 2. Modifications physiologiques associées à l âge altérant

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Vers un enseignement structuré de la médecine factuelle à l'ulb

Vers un enseignement structuré de la médecine factuelle à l'ulb Vers un enseignement structuré de la médecine factuelle à l'ulb Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet ULB Déclaration Absence

Plus en détail

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier Les métiers de la pharmacovigilance Des métiers en évolution dans une industrie de haute technologie et d'innovation Une mission d'évaluation et de gestion des risques liés à l'utilisation des médicaments

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Déclaration de conflits d intérêts! Aucun conflits d

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013. Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté»

Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013. Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté» Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013 Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté» Médecinefondéesurdes[niveauxde]preuves: En1980:néeàl UniversitédeMcMasterdansl

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Port Folio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Port Folio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Port Folio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Cindy Widmer pharmacienne pharmasuisse 2 Qu attendre du pharmacien dans un EMS? «On n en sait rien! Il s agit en

Plus en détail

INEGALITES SOCIALES ET MEDECINE PREDICTIVE: QUELS ENJEUX EN ONCOGENETIQUE?

INEGALITES SOCIALES ET MEDECINE PREDICTIVE: QUELS ENJEUX EN ONCOGENETIQUE? INEGALITES SOCIALES ET MEDECINE PREDICTIVE: QUELS ENJEUX EN ONCOGENETIQUE? Laetitia HUIART Praticien Hospitalier, CHU La Réunion Résumé. - Les avancées techniques en matière génétique permettent, depuis

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

Profil du formateur EMT Compétences du formateur en traduction

Profil du formateur EMT Compétences du formateur en traduction 1 Introduction Version du 12 Septembre 2013 Profil du formateur EMT Compétences du formateur en traduction Ce document, rédigé sous les auspices de l'emt (master européen en traduction), décrit les compétences

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Formation et formation continue au sein de l Alliance suisse des samaritains

Formation et formation continue au sein de l Alliance suisse des samaritains 18.04.2008 OC 369 Annexe 3 Formation et formation continue au sein de l Alliance suisse des samaritains Sommaire 3. Au niveau de l association cantonale Annexe 3 3.1: Niveau association: architecture de

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail