consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique"

Transcription

1 L A L E T T R E D ' I N F O R M A T I O N D U S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C E N P R O V E N C E - A L P E S - C Ô T E D ' A Z U R S U R V E I L L A N C E V H C N 8 Surveillance continue du virus de l hépatite C dans les centres de dépistage anonyme et gratuit et centres d examen de santé de la région Provence-Alpes-Côte d Azur : analyse des données recueillies sur la période Ce bulletin présente une description des données recueillies auprès des centres de dépistage anonyme et gratuit () (7 ville, centre hospitalier et maison d arrêt) et des 4 centres d examens de santé (CES) de la région Paca de 004 à 008, participant au réseau régional de surveillance continue du virus de l hépatite C (VHC). Ce bulletin a pour objectif de présenter ) l évolution de la séroprévalence du VHC de 004 à 008 chez l ensemble des consultants testés et chez les toxicomanes et ) de décrire les principaux facteurs associés à une séropositivité VHC au cours de cette période. Encart méthodologique ALPES-MARITIMES de Nice BOUCHES-DU-RHÔNE de Marseille VAR de Toulon VAUCLUSE d Avignon Les caractéristiques sociodémographiques des consultants ont été comparées selon les centres de dépistage par un test du chi- dans le cas de variables catégorielles ou par des tests de Student, dans le cas de variables continues. L évolution de la séroprévalence du VHC au cours de la période a été testée par le test de tendance de Cochran-Mantel-Haenszel, ajusté sur le sexe, l âge, la zone de naissance et l usage de drogue. Ces analyses ont été stratifiées sur les types de centres de dépistage ainsi que sur le statut vis-à-vis de la toxicomanie. Afin d étudier les facteurs associés à une sérologie VHC positive, une régression de poisson a été réalisée. Les résultats sont exprimés à l aide de risques relatifs. Le seuil de significativité est fixé à 5 % consultants testés entre 004 et 008 Au cours de la période , 47 0 consultants ont été testés (9 8 en 004, 9 0 en 005, 9 6 en 006, en 007 et 0 5 en 008) ; 58,4 % l ont été dans un [tableau ]. Au cours de la même période, grilles (complétées par le médecin) et auto-questionnaires (AQ, complétés par le consultant) ont été complétés. La double information «AQ-grille» était disponible pour 7 84 consultants soit 80,0 % de l ensemble des consultants testés (89, % en 004, 89, % en 005, 74,0 % en 006, 76,0 % en 007 et 7,4 % en 008) [Tableau ]. Parmi ces 7 84 consultants, 5, % ont été testés dans un ville, 4,6 % dans un centre hospitalier, 0, % dans un maison d arrêt et, % dans un CES. Une diminution des taux de réponse à l AQ a été observée principalement dans les CES et les centre hospitalier (pour l année 006 pour ces derniers). Le pourcentage de grilles complétées s est lui maintenu durant la même période (97,9 % en 004, 99,7 % en 005, 99,6 % en 006, 97, % en 007 et 98,8 % en 008). En 008, le la Joliette a été créé en regroupant les Marseille Pressensé et de Marseille Arenc.

2 Tableau Répartition des consultants pour le VHC selon le type de structures, (n = 47 0) Structures ville de centre hospitalier maison d arrêt Ensemble des Ensemble des structures testés testés, avec AQ testés, avec grille testés avec la double information Nombre % % % % 4 44,7 95,8 99, 95, ,4 75,9 9,5 68,5 90 8, 99, 99,6 98, ,4 94,4 98,7 9,0 CES ,6 6, 98,5 6, ,0 8,4 98,6 80,0 Ensemble des consultants testés Grilles et auto-questionnaires (AQ). Pourcentage calculé sur l ensemble des consultants. Caractéristiques des consultants en fonction du centre de dépistage Les consultants étaient principalement originaires de France métropolitaine (76, %) ou d Afrique (,9 %). Ils étaient en majorité de sexe masculin (56,5 %) [Tableau ]. L âge moyen était de 5,0 ans pour les hommes et de 4,7 ans pour les femmes. Les consultants testés dans un CES étaient plus âgés, plus souvent des femmes et présentaient moins souvent des antécédents d usage de drogues et plus souvent des antécédents de transfusion sanguine, d endoscopie et d acupuncture que ceux des [Tableau ]. Les consultants testés dans un maison d arrêt étaient plus souvent de sexe masculin, originaires d une zone de moyenne ou forte endémie pour le VHC et usagers de drogues par voie intraveineuse (UDVI). Enfin, les consultants testés dans un centre hospitalier étaient plus jeunes, plus souvent de sexe féminin, originaires d une zone de faible endémie et avaient aussi plus souvent des antécédents d usage de dogues et de tatouage ou piercing [Tableau ]. Au cours de la période , l âge moyen des consultants a diminué ainsi que la proportion de femmes parmi les consultants testés. La distribution des facteurs de risque parmi l ensemble des consultants a aussi évolué [Tableau ] : augmentation des antécédents de toxicomanie, de la prévalence de la pratique du sniff, de celles des incarcérations (anciennes ou actuelles), des antécédents d hémodialyse, des accidents d exposition au sang et des tatouages ou piercing ; baisse de la prévalence des antécédents de transfusion sanguine ou de greffe, de ceux d acupuncture, d endoscopie, de relations sexuelles avec une personne infectée par le VHC et de partage d accessoires de toilette. Tableau Caractéristiques sociodémographiques et facteurs de risque des consultants testés selon les structures de dépistage, (n= 7 84) Âge moyen (années) Total p Sexe (%) <0 - ville C.H. M.A. CES p 4,9 <0-8,9 6,8 0,9 47,7 p<0 - Femme 4,6 44,4 5,7 7, 5,6 p<0 - Région de naissance selon le niveau d endémie (%) 0,08 76, 76, Zone de faible endémie 4 8,6 84,9 9,5 Zone de moyenne ou 8,4 5, 7,5 p<0 - forte endémie 4,9,7 Facteurs de risque (%) Antécédent d usage de drogue 7,5 <0-9, 46,9 4,7 7,5 p<0 - UDVI 5,9 0,,4 5,6 9,4 0,9 p<0 - Sniff 5 84,6 0,000 9,4 64, 95,0 6,6 p<0 - Antécédent de : transfusion sanguine / greffe incarcération ou actuellement incarcéré 9,8 <0-5,9 5, 6,6 7, p<0 -, <0 -,9,7 94,4 5,0 p<0 - hémodialyse, <0 -,4 0,, 0,5 p<0 - endoscopie 6,8 <0 -,,8,5,7 p<0 - acupuncture / mésothérapie 5,6 <0-6,6 7,4, 8,8 p<0 - accident d exposition au sang,7 <0-6,6,5 0,9,9 p<0 - tatouage/ piercing 9,6 0, , 6,4 44,9,6 p<0 - soins invasifs dans un pays étranger,6 0,5,6 0, 0,4 6,6 p<0 - relations sexuelles avec une personne infectée par le,4 0,000,0,5,7,7 p<0 - VHC partage d accessoires de toilette 6,5 <0-5,7 6,6, 4, p<0 - Nombre de consultants avec la double information «AQ- grille». p : Résultat du test de tendance de Cochran-Mantel-Haenszel pour tester une évolution temporelle au cours de la période. p : Résultat du test statistique du chi- de la différence entre les centres de dépistages ; pour l âge moyen une Anova a été réalisée. 4 Pays de faible endémie : France métropolitaine, DOM-TOM, pays d'europe du Nord, du Sud, de l'est, de l'ouest, d'amérique du Nord et du Sud. Pays de moyenne endémie : Pays d Afrique du Nord, d Afrique subsaharienne, d Asie, du Pacifique et sous-continent Indien. Pays de forte endémie : Pays du Moyen-Orient. 5 Parmi les consultants ayant déclaré des antécédents d usage de drogues. L a l e t t r e d i n f o r m a t i o n d u S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C e n P r o v e n c e - A l p e s - C ô t e d A z u r

3 Baisse de la séroprévalence du VHC dans les ville et ceux de maison d arrêt Sur la période , 779 (, % [,9,]) des consultants ayant la double information avaient une sérologie VHC positive. Ces consultants étaient en majorité des hommes (76,7 %) et leur âge moyen était de 9, ans. La séroprévalence du VHC était significativement différente selon le type de centre de dépistage (p<0 - ). Quelle que soit l année, la prévalence du VHC était la plus élevée chez les consultants des s maisons d arrêt. Ainsi, lorsque les consultants des de maison d arrêt n étaient pas pris en compte, la séroprévalence dans le reste de l échantillon s établissait à,6 %. Une tendance significative à la baisse de la séroprévalence du VHC n a été observée sur cette période que dans les ville et ceux de maison d arrêt [Tableau ]. Cette tendance à la baisse n était plus observée dans ces deux types de centre lorsque les UDVI étaient retirés de l analyse. Sur , sur l ensemble de l échantillon et dans les maison d arrêt ou hospitaliers, la séroprévalence du VHC ne différait pas selon que les consultants avaient ou on complété l AQ. Par contre, la séroprévalence du VHC était significativement plus élevée chez les consultants n ayant pas complété l AQ : dans les CES, quelle que soit l année (, % versus,4 % sur ; p<0 - ) ; dans les ville, sur l ensemble de la période (,8 % versus,8 % ; p<0 - ) et tout particulièrement en 007 et 008 (résultats non montrés). Dans les ville ces différences modifiaient peu la tendance observée sur la période d étude : en réintégrant dans les analyses les sujets n ayant pas complété l auto-questionnaire, la baisse était toujours Tableau Prévalence du VHC chez les consultants testés selon le centre de dépistage, de 004 à 008 (n = 7 84) ville centre hospitalier maison d arrêt Total CES 004, [,8-,8] 0,5 [0,0-,] 7,9 [6,0-9,9],5 [,-,9] 005,0 [,5-,4] 0,5 [0,0-,0] 7,9 [5,9-9,9],6 [,-,] 006,6 [,-,0] 007, [,8-,7] 008, [0,8-,4] ,8 [,6-,0] 0,0 0,0 0,0 0, [0,-0,6] 8,0 [5,9-0,],6 [,0-,] 6,8 [4,9-8,6],0 [0,6-,4], [,-4,], [0,6-,6] 6,4 [5,7-7,],4 [,-,6] p 0,00 0, <0 -,,,,,4, [,0-,7] [,9-,5] [,7-,4] [,9-,6] [,-,7] [,9-,] 0,00 Nombre de consultants avec la double information «AQ- Grille» ; tous les consultants n ont pas été pris en compte en raison de données manquantes. Résultat du test de tendance de Cochran-Mantel-Haenszel ajusté sur le sexe, l âge, l usage de drogues et la zone de naissance. Pas de consultant positif au VHC. 0,5 significative mais un peu moins marquée. Dans les CES, une tendance significative à la baisse n était observée ni chez les sujets ayant complété l auto-questionnaire ni chez les autres. Sur la période , 6, % et 68,5 % des consultants testés respectivement dans les ville et les CES ne connaissait pas leur séropositivité. Dans les maison d arrêt, seuls 7,5 % des cas étaient nouvellement dépistés, selon les consultants. Aucune tendance significative d évolution des taux de cas nouvellement dépistés n a été observée sur l ensemble de la période, quel que soit le centre de dépistage. Tableau 4 Séroprévalence du VHC chez les consultants toxicomanes - selon le mode d usage - et chez les non-toxicomanes, de 004 à 008 (n = 7 84) Plus d un UDVI sur trois séropositif au VHC Total UDVI 4,5 45, 4,0,8,0 7, avec ou [7,-49,9] [8,8-5,7] [5,-48,9] [5,7-8,0] [7,4-8,5] [4,-40,0] <0- sans sniff UDVI actif 4 avec ou 7, 9,5 8,8 0,8 4,8, sans [6,-48,] [8,8-50,] [7,-50,6] [9,6-4,0] [5,-4,4] [8,-8,] 0,00 sniff UDVI inactif 5 avec ou 46,5 48, 4,6, 5,6 8,8 sans [8,6-54,] [40,-56,4] [5,-5,] [4,9-9,7] [9,0-,] [5,-4,] <0- sniff Sniff,0 0,9 0,9,0,,4 seul [,-,8] [0,4-,4] [0,4-,] [,-,7] [0,7-,8] [,-,7] 0,6 Non toxicomane,0 [0,8-,] 0,9 [0,7-,] 0,8 [0,6-,], [0,9-,4] 0,6 [0,4-0,8] 0,9 [0,8-,0] Nombre de consultants avec la double information «AQ- Grille» tous les consultants n ont pas été pris en compte en raison de données manquantes. Résultat du test de tendance de Cochran-Mantel-Haenszel ajusté sur le sexe, l âge et la zone de naissance. UDVI : usagers de drogue par voie intraveineuse. 4 UDVI actifs avec ou sans sniff : toxicomanes ayant injecté au moins une fois dans le mois précédent l enquête. 5 UDVI inactifs avec ou sans sniff : toxicomanes n ayant pas injecté dans le mois précédant l enquête. La séroprévalence du VHC chez les consultants UDVI (pratiquant ou non le sniff) était de 7, % [4, 40,0] sur l ensemble de la période étudiée. Une tendance à la baisse de la séroprévalence du VHC a été observée chez l ensemble des UDVI pratiquant ou non le sniff, qu ils soient actifs ou pas [Tableau 4]. La prévalence du VHC chez les UDVI pratiquant ou non le sniff variait significativement selon la date de première consommation de drogue : elle était de 60,7 % lorsque celle-ci s était produite avant 986 (date de mise en vente libre de seringues dans les pharmacies), de 4,5 % lorsqu elle avait eu lieu entre 986 et 999 et de 7,7 % après 999 (date de mise en place du Programme national de lutte contre l hépatite C, p<0 - ). La prévalence du VHC était de 49, % lorsque les personnes déclaraient avoir partagé du matériel d injection et de 0,0 % lorsqu elles déclaraient ne pas l avoir fait. p 0,4

4 Un risque de séropositivité VHC multiplié par 0 chez les UDVI La régression multiple de poisson a permis d étudier les liens entre différents facteurs de risque et la présence d une sérologie VHC positive, toutes choses égales par ailleurs. Un âge supérieur à 4 ans et être né dans une région de forte ou moyenne endémie étaient associés à un risque accru de sérologie positive au VHC. Comparativement aux personnes ayant consulté dans un CES, celles ayant consulté dans un ville ou de maison d arrêt étaient également plus nombreuses à avoir une sérologie positive au VHC. Comparativement aux personnes non toxicomanes, les usagers de drogue par voie intraveineuse (UDVI) avaient une probabilité nettement plus élevée d être porteur du Tableau 5 Facteurs associés à une sérologie VHC positive chez les consultants des et des CES, régression multiple de Poisson, (n = 4 6 consultants). Facteurs de risque (référence) RR IC 95% p Sexe masculin (sexe féminin), [,0,4] 0,09 Âge (5-4 ans) 5 4 ans,6 [,9,6] < ans 5,7 [4, 7,7] < ans 6,6 [4,8 9,] <0-55 ans et plus 5, [,4 7,7] <0 - Structures (CES) maison d arrêt,5 [,0,] <0 - hospitalier 0, [0, 0,8] 0,0 ville,6 [,,0] <0 - Région de naissance (zone de faible endémie) Zone de moyenne ou forte endémie Toxicomanie (non-toxicomanes), [,0,4] 0,0 UDVI,6 [6, 7,9] <0 - Sniffeurs exclusifs,0 [,6,6] <0 - Antécédents de greffe ou transfusion sanguine (Pas d antécédents de greffes ou de transfusions sanguines) Année de dépistage (004),8 [,5,] < ,9 [0,8,] 0, ,8 [0,7,0] 0,08 007,0 [0,8,] 0, ,6 [0,5 0,8] <0 - RR : Risque relatif obtenu via un modèle de Poisson ajusté sur l ensemble des variables du tableau. p : Résultat du test statistique du RR. Pays de faible endémie : France métropolitaine, DOM-TOM, pays d'europe du Nord, du Sud, de l'est, de l'ouest, d'amérique du Nord et du Sud. Pays de moyenne endémie : Pays d Afrique du Nord, d Afrique subsaharienne, d Asie, du Pacifique et sous-continent Indien. Pays de forte endémie : Pays du Moyen-Orient. VHC (RR =,6 [6, 7,9]) [Tableau 5]. Le risque de séropositivité VHC était modérément augmenté en cas de sniff exclusif. Les consultants ayant reçu une greffe de tissus, de cellules, d organes ou une transfusion sanguine étaient également plus à risque d être porteur du VHC. Les autres facteurs étudié (antécédents d hémodialyse, d acupuncture, d accident d exposition au sang, de relations sexuelles avec une personne infectée, de soins invasifs dans un pays étranger, de partage d accessoires de toilettes, de tatouage ou piercing) n étaient pas associés au VHC. La régression multiple de Poisson a aussi permis de tester l évolution de la séroprévalence du VHC en prenant 004 comme année de référence et en tenant compte de l évolution de la distribution des facteurs précédents. Les résultats indiquent une baisse significative de 40 % de la séroprévalence du VHC en 008 uniquement, par rapport à 004. Discussion A partir des données recueillies auprès des et des CES de la région Paca, de 004 à 008, la séroprévalence du VHC a été estimée à, %. Une étude réalisée en 004 chez les assurés sociaux du régime général français (représentant 80 % de la population Française) estimait la prévalence du VHC à 0,84 % de la population. () Dans le quart Sud-Est de la France, la séroprévalence était de,06 % (IC 95% : [0,68,66]). () La population consultant les et les CES n est pas représentative de la population générale. Les, du fait du dispositif anonyme et gratuit, attirent des populations plus à risque que la population générale. () Les CES ciblent également les populations les plus à risque, en marge du système de soins ou ne bénéficiant pas d un suivi médical régulier. Ceci peut expliquer que les prévalences observées dans cette étude soient supérieures à celles mises en évidence dans l enquête auprès des assurés sociaux du régime général en 004, y compris après avoir retiré de l analyse les consultants des maison d arrêt. De plus, dans les maison d arrêt, le dépistage du VHC est systématiquement proposé aux consultants. Dans les CES et les, le dépistage est proposé aux personnes présentant des facteurs de risque du VHC et peut aussi être réalisé à la demande de patients. Dans les CES, le test est aussi déclenché lorsque le dosage d enzymes hépatiques dépasse un certain seuil. Les résultats présentés dans ce bulletin ne sont donc pas représentatifs de l ensemble des consultants des ville et des CES. Par ailleurs, la séroprévalence du VHC était significativement plus élevée chez les consultants n ayant pas complété l AQ que chez les autres, ce uniquement dans les CES et les ville. La séroprévalence du VHC est ainsi un peu sous-estimée dans les CES dans lesquels le taux de données manquantes à l AQ était le plus élevé (6,8 %). Sur l ensemble de la période étudiée, une tendance à la baisse de la séroprévalence du VHC a été observée. Cette diminution, qui n a L a l e t t r e d i n f o r m a t i o n d u S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C e n P r o v e n c e - A l p e s - C ô t e d A z u r

5 été mise en évidence que dans les ville et de maison d arrêt, était observée pour l ensemble des consultants testés et ceux ayant la double information (grille-aq). Elle était aussi observée parmi les consultants UDVI, avec ou sans sniff, actifs ou inactifs. Une étude menée dans un réseau national de laboratoires publics et privés et dans des pôles de référence montrait également une diminution du taux de sérologies VHC positives de, % en 000 à 0,6 % en 007. (4) Une autre étude menée dans les services médicaux des prisons françaises montrait une stabilité de la prévalence du VHC : de 6, % en 000 à 6,9 % en 00 chez les prisonniers testés. (5) Les résultats indiquent également une nette diminution de la prévalence du VHC chez les usagers de drogue ayant initié après 986 et 999. Ces années correspondent respectivement à la mise en vente libre de seringues dans les pharmacies et à la mise en place du Programme national de lutte contre l hépatite C. (6,7) Cependant la séroprévalence du VHC chez les UDVI plus récents (après 999) reste relativement élevée (7,7 %), ce qui pose la question d une persistance de la transmission du VHC malgré les actions de prévention mises en place chez les usagers de drogue. (8) L étude Coquelicot souligne en effet une persistance de pratiques à risque chez les UDVI, telles que le partage de matériel ou l initiation à l injection par des personnes plus âgées et donc plus à risque d être déjà infectées par le VHC. (7) Par ailleurs, cette étude observait, en 004, une séroprévalence du VHC de 66 % chez les UD pris en charge dans les dispositifs spécialisés pour toxicomanes ou en médecine générale à Marseille. La séroprévalence chez les UDVI dans notre étude est plus faible et ne peut être extrapolée à l ensemble des UDVI de la région. Malgré un bilan positif du Plan national de lutte contre l hépatite C en , la situation reste préoccupante notamment au regard de la persistance de la transmission virale et de l insuffisance de la proportion de personnes dépistées. Un nouveau Plan national de lutte contre les hépatites B et C (009-0) a été mis en place, les objectifs du précédent plan restant d actualité. (8) Ce nouveau plan vise en particulier à mettre en place un programme d éducation à la santé des UDVI afin de prévenir l infection par le VHC. A l échelle de la région Paca, le programme 5 du Plan régional de santé publique (PRSP) reprenait les objectifs sur le Plan national de lutte contre les hépatites B et C (009-0) et ciblait également les populations les plus à risque telles que les usagers de drogue et les détenus. (8,9) Par ailleurs, la présente étude retrouve les facteurs de risque du VHC communément admis dans la littérature. (,0,) Les facteurs les plus fortement associés à l hépatite C sont l usage de drogues injectables, le fait d être âgé de plus de 4 ans. () D autres facteurs de risque documentés dans la littérature (,0) sont également associés à l infection par le VHC : l usage de drogues par voie nasale, des antécédents de greffes ou de transfusions sanguines et être né dans un pays d endémicité VHC moyenne ou élevée. Enfin, les analyses de régression multiple montrent que la structure dans laquelle le dépistage a été réalisé était associée à la prévalence du VHC, indépendamment des autres facteurs. Un excès de risque était observé dans les ville par rapport aux CES. Ceci pourrait s expliquer par l affichage de l anonymat des dépistages dans ces structures, ce qui pourrait amener les personnes plus à risque souhaitant se faire dépister à consulter sans craindre de discrimination. () En ce qui concerne les maison d arrêt, un excès de risque significatif a été observé, malgré l ajustement sur la toxicomanie. Un épisode d incarcération est un facteur de risque mis en évidence dans la littérature. (,5) Cependant, l excès de risque observé dans notre étude pour les s maisons d arrêt, doit être interprété avec prudence. Les détenus admis dans les maisons d arrêt peuvent avoir une sérologie VHC positive avant même d être incarcérés. (6) Une étude en 00 montrait que,5 % des entrants déclaraient une séropositivité au VHC. (7) L incarcération peut donc constituer un mode d accès au dépistage : les entrants en milieu carcéral se voient proposer systématiquement un test de dépistage. Des actions de prévention sont réalisées en milieu carcéral : accès à un traitement de substitution, mise à disposition de matériel désinfectant, traitement post-exposition... Leur application reste toutefois insuffisante. (6) Les règles d hygiène sont peu respectées et des programmes d échange de seringues permettant l accès à un matériel stérile d injection ne sont pas appliqués dans les prisons françaises contrairement aux pratiques de pays voisins (Allemagne, Suisse, Espagne). (6) Conclusion Au cours de la période , une tendance à la baisse de la prévalence du VHC a été observée dans les ville et les maison d arrêt ainsi que parmi les UDVI pratiquant ou non le sniff, suggérant un impact des mesures de prévention, même si celles-ci doivent être maintenues et renforcées, particulièrement chez les UDVI et en milieu carcéral. Cette étude montre la faisabilité d une surveillance continue du VHC au niveau régional. Même si une érosion des taux de réponse à l AQ a été observée, ces taux restent relativement élevés. Les informations produites par ce système de surveillance fournissent des indicateurs utiles dans l établissement du futur plan stratégique régional de santé.

6 L A L E T T R E D ' I N F O R M A T I O N D U S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C E N P R O V E N C E - A L P E S - C Ô T E D ' A Z U R S U R V E I L L A N C E V H C N 8 Bibliographie () Meffre C, Le Strat Y, Delarocque-Astagneau E, Dubois F, Antona D, Lemasson JM, et al. Prevalence of hepatitis B and hepatitis C virus infections in France in 004: social factors are important predictors after adjusting for known risk factors. J Med Virol. 8: () Institut de veille sanitaire. Prévalence des hépatites B et C en France en 004. Saint- Maurice; mars 007. () Le Vu S, S le C. Dépistage anonyme et gratuit du VIH. Profil des consultants de en 004- Enquête épidémiologique transversale. InVS (4) Brouard C, Delarocque-Astagneau E, Meffre C, Pioche C, Silvain C, Larsen C, et al. Évolution du dépistage de l hépatite C en France à partir des systèmes de surveillance Rena-VHC et des pôles de référence, Bulletin épidémiologique hebdomadaire. 009;0-. (5) Michel L, Carrieri MP, Wodak A. Harm reduction and equity of access to care for French prisoners: a review. Harm Reduct J. 008;5:7. (6) Emmanuelli. J, Jauffret-Roustide. M, Barin. F. Epidémiologie du VHC chez les usagers de drogues, France, Bull Epidemiol Hebd (7) Jauffret-Roustide. M. Estimation de la séroprévalence du VIH et du VHC et profils des usagers de drogues en France, étude InVS-ANRS Coquelicot, 004. Bull Epidemiol Hebd (8) Ministère de la Santé et des Sports. Plan national de lutte contre les hépatites B et C (009-0). (9) Préfecture de la région Provence- Alpes Côte d Azur. Plan régional de santé publique Provence-Alpes Côte d Azur: (0) Armstrong GL, Wasley A, Simard EP, McQuillan GM, Kuhnert WL, Alter MJ. The prevalence of hepatitis C virus infection in the United States, 999 through 00. Ann Intern Med.44: () Scheinmann R, Hagan H, Lelutiu-Weinberger C, Stern R, Des Jarlais DC, Flom PL, et al. Non-injection drug use and Hepatitis C Virus: a systematic review. Drug Alcohol Depend.89:-. () Desenclos. J.-C. L infection par le virus de l hépatite C dans le monde : importance en santé publique, modes de transmission et perspectives Virologie 00;7:77-9. () Falster K, Kaldor JM, Maher L. Hepatitis C virus acquisition among injecting drug users: a cohort analysis of a national repeated cross-sectional survey of needle and syringe program attendees in Australia, J Urban Health.86:06-8. (4) Hunt DR, Saab S. Viral hepatitis in incarcerated adults: a medical and public health concern. Am J Gastroenterol.04:04-. (5) Vescio MF, Longo B, Babudieri S, Starnini G, Carbonara S, Rezza G, et al. Correlates of hepatitis C virus seropositivity in prison inmates: a meta-analysis. J Epidemiol Community Health.6:05-. (6) Stankoff S, Dhérot J. Rapport de la mission santé-justice sur la réduction des risques de transmission du VIH et des hépatites virale en milieu carcéral : Paris : Direction générale de la santé, Direction de l administration pénitentiaire; 000. (7) Mouquet. MC. La santé des personnes entrées en prison en 00. Etudes et Surveillance VHC N 8 - Mai 00 Editeur : ORSPACA rue Stanislas Torrents 006 Marseille Directeur de la publication : Dr Y.OBADIA N d ISSN : Tirage : 000 exemplaires Imprimeur : Imprimerie Orsi - Aubagne résultats, mars 005;86:-. O b s e r v a t o i r e R é g i o n a l d e l a S a n t é P r o v e n c e - A l p e s - C ô t e d A z u r, r u e S t a n i s l a s T o r r e n t s M a r s e i l l e. F r a n c e T é l. : ( + ) / F a x : ( + ) C o u r r i e l : a c c u e i o r s p a c a. o r g / S i t e I n t e r n e t : w w w. o r s p a c a. o r g

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2014 THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR SIMONDON Anne née le 23 août 1985 à Besançon (25) n Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale Novembre 2006 Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale sommaire Introduction p. 2 Matériel et méthode p. 3 Résultats p. 5 1 Participation p. 5 1.1 Participation des

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA

Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA Plan de la présentation Recommandations de recherche de l expertise INSERM Etat d avancement des

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Liste des principales abréviations

Liste des principales abréviations 2014-2019 2 Liste des principales abréviations ART CRS DMG DPG FSF HSH IST LGBTQI MAS NONOPEP OPEP PMTCT PrEP PVVIH SIDA TasP TPE VIH Thérapie antirétrovirale Centres de référence Sida Dossier médical

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN...

LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN... LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN... DÉCEMBRE 2010 CATIE est la source canadienne de renseignements à jour et impartiaux sur

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT Statistiques sur les services relatifs aux programmes de prévention du virus de l immunodéficience humaine (VIH) et des hépatites B et C auprès des

Plus en détail

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 14 mai 2009 24 ème Réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Prévention du VIH parmi les consommateurs de drogues injectables Page 2/29 Documents complémentaires

Plus en détail

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Étude du syndrome du canal carpien opéré 2008-2009 Septembre 2011 F. Sillam 1,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Stratégies de biologique des hépatites virales B et C Argumentaire Mars 2011 L argumentaire scientifique de cette évaluation en santé publique est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

PASAN. Temps dur : programmes de prévention du VIH et du VHC pour les détenus au Canada

PASAN. Temps dur : programmes de prévention du VIH et du VHC pour les détenus au Canada PASAN Temps dur : programmes de prévention du VIH et du VHC pour les détenus au Canada PASAN Temps dur : programmes de prévention du VIH et de l hépatite C pour les détenus au Canada Réseau juridique canadien

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Portrait des personnes assurées par le régime public d assurance médicaments qui ont reçu un traitement contre l hépatite C

Portrait des personnes assurées par le régime public d assurance médicaments qui ont reçu un traitement contre l hépatite C Portrait des personnes assurées par le régime public d assurance médicaments qui ont reçu un traitement contre l hépatite C Septembre 2014 Une production de l Institut national d excellence en santé et

Plus en détail

Réduction des risques

Réduction des risques Réduction des risques chez les usagers de drogues Synthèse et recommandations Expertise collective Expertise collective - 2-30/06/2010 Ce document présente la synthèse et les recommandations du groupe

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Dépistage et prévention chez les usagers de drogues

Dépistage et prévention chez les usagers de drogues Dépistage et prévention chez les usagers de drogues 23/10/2014, Paris XVème congrès de la SFLS : VHC/VIH Atelier 1 : Dépistage et prévention : qui et quoi, pour quelle cible? Dr Jean-Michel Delile, psychiatre,

Plus en détail

Hépatite C chez les usagers de drogues

Hépatite C chez les usagers de drogues MISE AU POINT Dr Jean-Michel Delile*, Dr Brigitte Reiller*, Dr Juliette Foucher**, Pr Victor de Lédinghen**, Pr Jean-Pierre Gachie*, *** * CEID, 24, rue du Parlement Saint-Pierre, F-33000 Bordeaux. Courriel

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire :

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire : Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C Sommaire : Au Canada, l hépatite B et l hépatite C demeurent de graves enjeux de santé publique en raison de taux de prévalence élevés, de coûts élevés pour

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

1. HyGiÈne. 1.1 Se laver les mains

1. HyGiÈne. 1.1 Se laver les mains II. Prévention 37 1. HyGiÈne Hygiène des mains 1.1 Se laver les mains Les agents infectieux sont souvent transmis par les mains non lavées. Dans le domaine des drogues illégales, l hygiène des mains est

Plus en détail

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients DOCUMENT À L USAGE DES PATIENTS Également disponible : L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients (document à l usage des professionnels de santé) Document édité et diffusé

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES MALADIES INFECTIEUSES RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PROTÉGER LES CANADIENS CONTRE LES MALADIES PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

Recommandations en matière d intervention en santé publique pour contrer l hépatite C en Ontario

Recommandations en matière d intervention en santé publique pour contrer l hépatite C en Ontario Recommandations en matière d intervention en santé publique pour contrer l hépatite C en Ontario Comité consultatif provincial des maladies infectieuses Maladies transmissibles Juilllet 2014 Santé publique

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005 1 Le partenariat des organismes communautaires du Nouveau-Brunswick liés au sida ÉNONCÉ DE POSITION Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position

Plus en détail

Les Mutuelles du Soleil

Les Mutuelles du Soleil Les Mutuelles du Soleil Présentation La force d un groupe à vos côtés Histoire d un grand groupe 2004 : Création du groupe Les Mutuelles du Soleil, héritier de 75 ans d expérience Issues de plusieurs fusions

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné Congrès SFSP, Jeudi 3 novembre 2011 Contexte et objectifs Sécurité transfusionnelle = Préoccupation

Plus en détail

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Dr Joëlle Micallef CEIP-Addictovigilance PACA-Corse Pharmacologie Clinique, CHU Timone http://www.observation-pharmacodependance.org

Plus en détail

Rapport sur la mise à jour des indications de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang

Rapport sur la mise à jour des indications de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang Rapport sur la mise à jour des indications de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang Rapport sur la mise à jour des indications de dépistage des infections transmissibles

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances

LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON. Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances LES VIGILANCES REGLEMENTAIRES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON Pr Philippe Vanhems Pôle d Activité Médicale Santé, Recherche, Risque et Vigilances PAM Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Créé en

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 DOCUMENT SYNTHÈSE Lina Noël, Julie Laforest, Pier-Raymond Allard, Marc Dionne, INTRODUCTION Au Québec, près de

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France

Dépistage de l infection par le VIH en France RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection par le VIH en France Stratégies et dispositif de dépistage ARGUMENTAIRE Octobre 2009 Document non soumis à relecture typographique Avec la participation

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Politique de réduction des risques : quelle efficacité des programmes d échange de seringues? 2 ème partie : leçons d expériences internationales

Politique de réduction des risques : quelle efficacité des programmes d échange de seringues? 2 ème partie : leçons d expériences internationales Secteur des Sciences de la Santé UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Institut de Recherche Santé et Société Politique de réduction des risques : quelle efficacité des programmes d échange de seringues?

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION ENSEMBLE COMPLET DE MESURES: 15 MESURES D INTERVENTION CLEFS

NOTE D ORIENTATION ENSEMBLE COMPLET DE MESURES: 15 MESURES D INTERVENTION CLEFS NOTE D ORIENTATION Prévention, traitement et soins en matière de VIH dans les prisons et autres structures fermées: ensemble complet de mesures d intervention Chaque année, plus de 30 millions d hommes

Plus en détail

Vanina Bousquet 24 mars 2015

Vanina Bousquet 24 mars 2015 Traitement des données manquantes par une méthode d imputation multiple : Application à des données d enquête et de surveillance des maladies infectieuses Vanina Bousquet 24 mars 2015 Plan 1. Contexte

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Le VIH/sida en milieu carcéral. Une bibliographie sélective et annotée

Le VIH/sida en milieu carcéral. Une bibliographie sélective et annotée Le VIH/sida en milieu carcéral Une bibliographie sélective et annotée Deuxième édition, mars 2007 Pour de plus amples renseignements concernant cette publication, veuillez communiquer avec : International

Plus en détail

Rapport annuel sur l état du phénomène de la drogue dans l Union européenne

Rapport annuel sur l état du phénomène de la drogue dans l Union européenne ISSN 1609-6142 2001 Rapport annuel sur l état du phénomène de la drogue dans l Union européenne O. E. D. T. Observatoire européen des drogues et des toxicomanies FR Notice légale Ce document est la propriété

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

«Bombe virale à retardement» : Les défis de santé et de droits humains de la riposte à l hépatite C au Canada

«Bombe virale à retardement» : Les défis de santé et de droits humains de la riposte à l hépatite C au Canada «Bombe virale à retardement» : Les défis de santé et de droits humains de la riposte à l hépatite C au Canada «Bombe virale à retardement» : Les défis de santé et de droits humains de la riposte à l hépatite

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Alain Weill, Michel Païta, Philippe Tuppin, Jean-Paul Fagot, Anke Neumann, Philippe Ricordeau, Hubert Allemand

Plus en détail

La main au travail : exemple du syndrome du canal carpien

La main au travail : exemple du syndrome du canal carpien La main au travail : exemple du syndrome du canal carpien 27 Mars 2015 Dr Emilie Chazelle, coordonnateur du programme TMS Institut de veille sanitaire Journées d étude de la Société de Réadaptation du

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail