Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin, M. Serv. Soc. Pascal Garceau, étudiant en sociologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin, M. Serv. Soc. Pascal Garceau, étudiant en sociologie"

Transcription

1 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin, M. Serv. Soc. Pascal Garceau, étudiant en sociologie Centre de réadaptation Ubald-Villeneuve 2525 de la Canardière, Beauport Québec, Qc G1J 2G3 (418) , poste 4931 (boîte vocale) (418) (fax) Centre de réadaptation ALTO 975 de la concorde, St-Romuald, Qc G6W 5M6 (418) (418) (fax) Membre de l équipe de recherche RISQ / CIRASST ( Service de recherche CRUV / ALTO Tous droits réservés ISBN Dépôt légal 2 e trimestre Bibliothèque nationale du Québec - Bibliothèque nationale du Canada

2 ii INTRODUCTION À l automne 2002, le Centre Jeunesse de Québec a amorcé la révision de son programme-cadre en toxicomanie. L objectif de cette démarche était d améliorer l offre des services offerts par l établissement en regard de sa clientèle aux prises avec les problèmes de consommation de substances psychoactives. À l examen, il est ressorti qu il disposait d informations très fragmentaires sur les jeunes fréquentant le Centre jeunesse de Québec, d où la difficulté à adapter l offre de service en fonction de leurs besoins et de leur réalité. C est dans ce contexte que le Centre Jeunesse a développé le projet de mieux connaître la réalité de consommation de substances psychoactives et le niveau de fonctionnement des jeunes ayant recours à ces services, mais consultant également dans le cadre du «Programme Accès Jeunesse en Toxicomanie» PAJT. Le Centre jeunesse de Québec avait plusieurs questions concernant leur clientèle. Quelles sont les caractéristiques de consommation et de fonctionnement de ces jeunes selon, l âge, le sexe, la loi qui encadre la prestation de service, la présence ou non de placement? En quoi ces caractéristiques ressemblent ou se différencient de celles des autres jeunes desservis par PAJT? C est ainsi que le Centre jeunesse de Québec s est associé au Service de recherche CRUV / ALTO dans le but de réaliser un «Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé (PAJT) et provenant du Centre Jeunesse de Québec» qui possédait alors les banques de données et l expertise nécessaire. De plus, l équipe scientifique du CJQ a également été mise à contribution tant sur le plan de l identification des informations à recueillir qu au niveau du financement du projet. Ce portrait de clientèle fournit des informations précieuses tant aux gestionnaires qu aux intervenants du Centre de Jeunesse de Québec pour poursuivre leurs efforts d amélioration des services offerts à ces jeunes. Cette alliance de la recherche et de l intervention permettra d améliorer les pratiques. REMERCIEMENTS Le rapport actuel est issu de plusieurs sources de financement. Les fonds fournis au chercheur principal à titre de membre du RISQ (FQRSC) et du CIRASST (CRSH) ont permis de développer les banques de données. De plus, les analyses de données ont pu être réalisées grâce à une subvention du Centre jeunesse de Québec. Enfin, les Centres de réadaptation CRUV et ALTO procurent évidemment l environnement professionnel et technique nécessaire à la réalisation de ces travaux. Nous remercions nos collègues du Centre jeunesse de Québec pour leur collaboration enthousiaste à ce projet.

3 iii Table des matières TABLE DES MATIÈRES...III LISTE DES TABLEAUX... VI LISTE DES FIGURES... IX ABRÉVIATIONS ET ACRONYMES... XI SYNTHÈSE... 1 PARTICIPANTS... 1 CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES DES JEUNES DE PAJT/CJQ... 2 AUTRES SPHÈRES DE VIE DES JEUNES DE PAJT/CJQ... 4 COMPARAISON DE SOUS-GROUPES COMPOSÉS DES JEUNES DE PAJT/CJQ... 5 CONTEXTE ET OBJECTIF MÉTHODE INSTRUMENT DE MESURE PROCÉDURES STATISTIQUES DESCRIPTION DES USAGERS PROVENANT DU CENTRE JEUNESSE DE QUÉBEC CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES Depuis trente jours Depuis douze mois Au cours de la vie AUTRES SPHÈRES DE VIE État psychologique Relations interpersonnelles avec des personnes autres que la famille Relations familiales Système social et judiciaire COMPARAISONS ENTRE LES JEUNES DE PAJT ISSUS DU CENTRE JEUNESSE DE QUÉBEC (PAJT/CJQ) ET LES AUTRES DE PAJT (PAJT/NON-CJQ) CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES COMPARAISONS DES SCORES COMPOSÉS (30 DERNIERS JOURS) CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES... 41

4 Depuis trente jours Depuis douze mois Au cours de la vie AUTRES SPHÈRES DE VIE Situation occupationnelle État psychologique Relations interpersonnelles avec des personnes autres que la famille Relations familiales Système social et judiciaire COMPARAISONS ENTRE LES GARÇONS ET LES FILLES DE PAJT ISSUS DU CENTRE JEUNESSE DE QUÉBEC COMPARAISON DES SCORES COMPOSÉS (30 DERNIERS JOURS) CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES AUTRES SPHÈRES DE VIE État de santé physique Situation occupationnelle État psychologique Relations interpersonnelles avec des personnes autres que la famille Relations familiales Systèmes social et judiciaire COMPARAISONS ENTRE LES JEUNES SOUS LA LJC VERSUS CEUX SOUS LA LPJ CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES COMPARAISON DES SCORES COMPOSÉS (30 DERNIERS JOURS) CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES Depuis trente jours Depuis douze mois Au cours de la vie AUTRES SPHÈRES DE VIE État psychologique Relations interpersonnelles avec des personnes autres que la famille Relations familiales Systèmes social et judiciaire COMPARAISON ENTRE LES JEUNES SOUS LA LPJ PLACÉS VERSUS CEUX SOUS LA LPJ MAIS NON-PLACÉS CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES COMPARAISON DES SCORES COMPOSÉS (30 DERNIERS JOURS) CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES Depuis trente jours Depuis douze mois et au cours de la vie AUTRES SPHÈRES DE VIE iv

5 Santé physique Situation occupationnelle Relations interpersonnelles et familiales État psychologique COMPARAISON ENTRE LES JEUNES DE PAJT/CJQ/LJC EN SITUATION DE PLACEMENT VERSUS CEUX SOUS NON PLACÉS CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES COMPARAISON DES SCORES COMPOSÉS (30 DERNIERS JOURS) CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES AUTRES SPHÈRES DE VIE État de santé physique Situation occupationnelle État psychologique Relations interpersonnelles avec des personnes autres que la famille Relations familiales Systèmes social et judiciaire COMPARAISON ENTRE LES JEUNES DE ANS ET CEUX DE ANS CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES COMPARAISON DES SCORES COMPOSÉS (30 DERNIERS JOURS) CONSOMMATION D ALCOOL ET DE DROGUES AUTRES SPHÈRES DE VIE Santé physique Situation occupationnelle État psychologique Relations interpersonnelles et familiales Système social et judiciaire CONCLUSION RÉFÉRENCES ANNEXE 1 : QUESTIONNAIRE IGT-ADO v

6 vi Liste des tableaux Tableau 1. Proportion de jeunes de PAJT/CJQ selon le sexe...14 Tableau 2. Tableau 3. Fréquence de consommation d alcool et de drogues au cours des 30 derniers jours des usagers de PAJT/CJQ (n = 617)...16 Fréquence de consommation d alcool et de drogues au cours des 12 derniers mois chez les jeunes issus du CJQ et consultant en centre spécialisé en toxicomanie (n = 617)...18 Tableau 4. Âge moyen de la première consommation d alcool et de drogues des jeunes issus d PAJT/CJQ (n = 617)20 Tableau 5. Âge de début de la consommation régulière a d alcool et de drogues des jeunes de PAJT/CJQ (n = 617).21 Tableau 6. Tableau 7. Tableau 8. Tableau 9. Période de consommation régulière d alcool et de drogues au cours de la vie chez les jeunes du CJQ et consultant en centre spécialisé en toxicomanie (n = 617)...22 Argent dépensé pour l alcool et les drogues au cours des 30 derniers jours et montant de la dette chez les jeunes du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie...26 Opinions des jeunes et des intervenants au sujet des substances qui causent des problèmes chez les jeunes de PAJT/CJQ...28 Opinions des jeunes et des intervenants au sujet de la problématique associée à plus d une substance chez les jeunes de PAJT/CJQ...29 Tableau 10. État psychologique, depuis 30 jours, des jeunes de PAJT/CJQ...30 Tableau 11. Abus subis par les jeunes du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie...31 Tableau 12. Description des relations amoureuses chez les jeunes du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie...32 Tableau 13. Divers items au niveau des relations interpersonnelles chez les jeunes du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie...32 Tableau 14. Situation de vie des parents des jeunes du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie...33 Tableau 15. Difficultés familiales vécues par les adolescents du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie 34 Tableau 16. Nombre de types de délits pour les jeunes de PAJT/CJQ...37 Tableau 17. Sexe des répondants...38 Tableau 18. Situation de vie des parents...39 Tableau 19. Comparaison des scores composés de l IGT-Ado entre les jeunes issus du CJQ et les autres...40 Tableau 20. Sexe des répondants après ajustement du groupe PAJT/CJQ...41 Tableau 21. Comparaison de la consommation de substances psychoactives au cours des 30 derniers jours (certains des items des scores composés) entre les jeunes du CJQ et les autres...42 Tableau 22. Comparaison de la fréquence de consommation d alcool et de drogues au cours de la dernière année entre les jeunes du CJQ consultant dans le cadre de PAJT et les autres jeunes de PAJT...43 Tableau 23. Comparaison de la présence de situations difficiles à la suite d une consommation entre les jeunes du CJQ et les autres...44 Tableau 24. Comparaison de la durée des périodes de consommation régulière a d alcool et de drogues entre les jeunes du CJQ et les autres...45 Tableau 25. Comparaison de l état psychologique depuis 30 jours des jeunes de PAJT/CJQ et de PAJT/non-CJQ...47

7 Tableau 26. Comparaison de l état psychologique à vie des jeunes du CJQ et des autres jeunes consultant pour leur toxicomanie...49 Tableau 27. Comparaison des abus subis entre les jeunes du CJQ et les autres...49 Tableau 28. Comparaison entre les jeunes de PAJT du CJQ et les autres au sujet des difficultés vécues dans leur famille...51 Tableau 29. Comparaison des scores composés de l IGT-Ado entre les garçons et les filles issus du CJQ...55 Tableau 30. Comparaison de la consommation d alcool entre les garçons et les filles inscrits à PAJT et issus du CJQ56 Tableau 31. Argent dépensé pour l alcool et les drogues au cours des 30 derniers jours et montant de la dette chez les garçons et les filles de PAJT/CJQ...60 Tableau 32. Comparaison des sources de revenus pour l achat des consommations entre les garçons et les filles issus du CJQ pour les 12 derniers mois...61 Tableau 33. Comparaison des périodes de consommation (à vie) de speed et de cannabis entre les garçons et les filles issus du CJQ...61 Tableau 34. Comparaison des situations occupationnelles vécues entre les garçons et les filles issus du CJQ...64 Tableau 35. Comparaison de l état psychologique au cours des 30 derniers jours des jeunes du CJQ et des autres jeunes consultant pour leur toxicomanie...65 Tableau 36. Comparaison entre les garçons et les filles de PAJT/CJQ au sujet des abus subis...66 Tableau 37. Comparaison des difficultés liées au suicide entre les garçons et les filles issus du CJQ...67 Tableau 38. Comparaison du nombre de semaines en relation avec le chum ou la blonde entre les garçons et les filles issus du CJQ...67 Tableau 39. Comparaison des proportions d adolescents qui se sentent seuls ou isolés entre les garçons et les filles de PAJT/CJQ...68 Tableau 40. Comparaison entre les jeunes de PAJT suivis par le CJQ et les autres au sujet des difficultés vécues dans leur famille...69 Tableau 41. Comparaison des difficultés vécues en regard du système social et judiciaire entre les garçons et les filles issus du CJQ...70 Tableau 42. Comparaison de la proportion de filles et de garçons entre les jeunes de PAJT/CJQ sous la LPJ versus ceux sous la LJC...72 Tableau 43. Comparaison des scores composés de l IGT-Ado entre les usagers sous la LPJ versus ceux sous la LJC 73 Tableau 44. Argent dépensé pour l alcool et les drogues au cours des 30 derniers jours et montant de la dette chez les garçons et les filles de PAJT/CJQ...74 Tableau 45. Comparaison de la durée des périodes de consommation régulière a d alcool et de drogues entre les jeunes de PAJT/CJQ sous la LPJ et ceux sous la LJC...78 Tableau 46. Comparaison de l état psychologique au cours des 30 derniers jours des jeunes sous la LPJ et de ceux sous la LJC...79 Tableau 47. Comparaison des abus subis entre les jeunes de PAJT/CJQ sous la LPJ et ceux sous la LJC...80 Tableau 48. Comparaison entre les jeunes de PAJT/CJQ sous la LPJ versus ceux sous la LJC au sujet du sentiment de solitude ou d isolement...81 Tableau 49. Comparaison entre les jeunes sous la LPJ et ceux sous la LJC au sujet des difficultés vécues dans leur famille...82 Tableau 50. Comparaison de la proportion de filles et de garçons entre les usagers sous la LPJ placés versus ceux sous la LPJ non placés...86 Tableau 51. Comparaison des scores composés de l IGT-Ado entre les jeunes de PAJT/CJQ/LPJ placés versus ceux non placés...87 Tableau 52. Comparaison du nombre de partenaires sexuels depuis un an entre les jeunes placés versus ceux non placés (PAJT/CJQ/LPJ)...89 vii

8 Tableau 53. Comparaison de la sphère occupationnelle entre les jeunes sous la LPJ placés et ceux sous la LPJ non placés...90 Tableau 54. Comparaison entre les jeunes de PAJT/CJQ/LPJ placés versus ceux non placés au sujet des difficultés vécues dans leur famille...91 Tableau 55. Comparaison de l état psychologique au cours de la vie, entre les jeunes placés versus ceux non placés et issus de PAJT/CJQ sous la LPJ...92 Tableau 56. Comparaison de la proportion de filles et de garçons entre les usagers de PAJT/CJQ/LJC placés versus ceux non placés...93 Tableau 57. Comparaison des abus subis au cours de la vie entre les jeunes de PAJT/CJQ/LJC placés et ceux non placés...98 Tableau 58. Comparaison entre les jeunes sous la LJC placés et les LJC non placés au sujet des difficultés vécues dans leur famille...99 Tableau 59. Comparaison des proportions de jeunes ayant déjà été arrêtés ou ayant reçu une sommation à comparaître pour différents délits entre les jeunes de PAJT/CJQ/LJC en situation de placement et ceux non placés.101 Tableau 60. Comparaison des scores composés de l IGT-ado entre les jeunes ans et ceux de ans issus du CJQ Tableau 61. Comparaison des sources de revenu pour l achat des consommations au cours de la dernière année chez les ans et les ans issus de PAJT/CJQ Tableau 62. Comparaison de divers indice de difficultés avec le système social et judiciaire entre les jeunes de PAJT/CJQ âgés de ans et ceux âgés de 14-17ans viii

9 ix Liste des figures Figure 1. Pourcentage des jeunes issus de PAJT/CJQ ayant consommé de l alcool et des drogues au cours des 12 derniers mois n = 617) en comparaison aux jeunes de la population générale du Québec (âgés de ans)*... 2 Figure 2. Figure 3. Figure 4. Figure 5. Figure 6. Figure 7. Figure 8. Figure 9. Pourcentage des jeunes issus de PAJT/CJQ ayant consommé plus intensivement certaines spa au cours des 12 derniers mois (n = 617) en comparaison aux jeunes de la population générale du Québec (âgés de ans)*... 3 Parmi les jeunes de PAJT, proportions de ceux ayant consommé de l alcool au moins trois fois semaines au cours de la dernière année, et ce, en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981)... 5 Parmi les jeunes de PAJT, proportions de ceux ayant consommé de la cocaïne au cours de la dernière année en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981)... 6 Proportions de jeunes s injectant des drogues en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981) Proportions de jeunes ayant eu au moins une surdose au cours de la vie, en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981) Nombre moyen d expulsions de l école au cours de la vie, en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981)... 9 Lieu de résidence des jeunes PAJT/CJQ...15 Pourcentage des jeunes issus du CJQ ayant consommé de l alcool et des drogues au cours des 12 derniers mois (n = 617)...17 Figure 10. Pourcentage d individus de PAJT/CJQ ayant consommé au moins une fois au cours de la vie...19 Figure 11. Pourcentage de jeunes issus de PAJT/CJQ ayant eu une consommation régulière au cours de leur vie (n = 617)...23 Figure 12. Figure 13. Figure 14. Figure 15. Figure 16. Figure 17. Figure 18. Figure 19. Figure 20. Les raisons de consommation chez les jeunes du CJQ et consultant en centre spécialisé en toxicomanie.24 Proportions de jeunes de PAJT/CJQ rapportant des symptômes importants de consommation de substances psychoactives...25 Les sources de revenus pour achat de consommation dans les 12 derniers mois chez les jeunes du CJQ consultant en centre spécialisé en toxicomanie...27 Proportions des jeunes de PAJT/CJQ ayant déjà été arrêtés ou ayant reçu une sommation à comparaître pour différents délits...36 Comparaison des proportions d individus ayant déjà été arrêtés ou ayant reçu une sommation à comparaître pour différents délits entre les jeunes de PAJT/CJQ et ceux de PAJT/non-CJQ...53 Proportion de garçons et de filles de PAJT et du CJQ ayant consommé différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation...57 Proportion de garçons et de filles de PAJT/CJQ ayant consommé de façon intensive a différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation...58 Proportion de garçons et de filles de PAJT/CJQ ayant débutés très tôt (avant 12 ans, i.e. équivalent au niveau scolaire primaire) une consommation régulière a de spa (n = 617)...59 Proportions de garçons et de filles de PAJT/CJQ rapportant des symptômes importants de consommation de substances psychoactives au cours de leur vie...62

10 x Figure 21. Figure 22. Figure 23. Figure 24. Figure 25. Figure 26. Figure 27. Figure 28. Figure 29. Figure 30. Figure 31. Figure 32. Figure 33. Comparaison selon le sexe des proportions de jeunes ayant déjà été arrêtés ou ayant reçu une sommation à comparaître pour différents délits...71 Proportion d usagers sous la LPJ et sous la LJC ayant consommé différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation...75 Proportion d usagers sous la LPJ et sous la LJC ayant consommé de façon intensive a différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation...76 Proportion d usagers sous la LPJ et sous la LJC ayant débutés très tôt (avant 12 ans, i.e. équivalent au niveau scolaire primaire) une consommation régulière a de spa...77 Comparaison entre les jeunes PAJT/CJQ sous la LPJ et ceux sous la LJC au sujet des raisons du dernier signalement dans le cadre de la LPJ ou de la dernière demande d aide au réseau social (données auto révélées)...83 Comparaison entre les LJC placés et les LJC non placés des proportions de jeunes ayant déjà été arrêtés ou ayant reçu une sommation à comparaître pour différents délits...85 Proportion d usagers de PAJT/CJQ/LPJ placés et non placés ayant consommé différentes drogues au cours des 30 derniers jours précédant l évaluation...88 Proportion d usagers de PAJT/CJQ/LJC placés et non placés ayant consommé différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation...94 Proportion d usagers de PAJT/CJQ/LJC placés et non placés ayant consommé de façon intensive a différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation...95 Proportion d usagers de PAJT/CJQ/LJC placés et non placés ayant débuté très tôt (avant 12 ans, i.e. équivalent au niveau scolaire primaire) une consommation régulière a de spa...96 Comparaison des proportions jeunes PAJT/CJQ âgés de ans versus ceux de ans ayant consommé de façon intensive a différentes drogues au cours de l année précédant l évaluation Comparaison des proportions jeunes âgés de ans versus ceux de ans qui ont débuté très tôt (avant 12 ans, i.e. équivalent au niveau scolaire primaire) une consommation régulière a de spa (n = 617)105 Comparaison des proportions jeunes âgés de ans versus ceux de de PAJT/CJQ rapportant des symptômes importants de consommation de substances psychoactives au cours de leur vie...106

11 xi Abréviations et acronymes CJQ : Centre jeunesse de Québec Spa : Substances psychoactives (incluant l alcool, les drogues et les médicaments) PAJT : Programme Action Jeunesse en Toxicomanie Jeunes PAJT/CJQ : Jeunes de PAJT mais consultant aussi au CJQ Jeunes PAJT/non-CJQ : Jeunes de PAJT mais ne consultant pas au CJQ LPJ : Loi de la protection de la jeunesse LJC : Loi des jeunes contrevenants n : Nombre de participants

12 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, Synthèse Titre : Auteurs : Institution : Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Joël Tremblay, Ph.D Nadine Blanchette-Martin, M. Serv. Soc. Pascal Garceau, étudiant en sociologie Service de recherche CRUV / ALTO Cette section expose les principaux constats de l étude. On y trouve, un résumé des données descriptives, de la consommation d alcool et de drogues, ainsi que d autres données ne touchant pas à la consommation des jeunes provenant de PAJT/CJQ. La section termine par quelques comparaisons entre des sous-groupes composés des jeunes de PAJT/CJQ. Participants Le groupe est formé de 617 jeunes consultant dans le cadre du Programme Accès Jeunesse en Toxicomanie (PAJT : guichet unique d évaluation des jeunes toxicomanes de la région 03) et consultant au Centre jeunesse de Québec. Les évaluations n ont pas été sélectionnées, mais représentent toutes les inscriptions successives lors de cette période. L évaluation a été faite à l aide de l Indice de gravité pour adolescents (Landry, Bergeron, Provost, Germain, & Guyon, 2000). Le groupe est formé aux trois quarts de garçons et l âge moyen est de 15 ans. Moins de 1 % des jeunes ont 12 ans et 7,5 % d entre eux ont 13 ans. Au moment de l évaluation de la situation de consommation, la moitié des jeunes issus de PAJT/CJQ vivent déjà en centre de réadaptation. Une petite portion d entre eux vit en famille d accueil ou dans un foyer de groupe. Les deux tiers des jeunes ont un revenu, issu du travail, inférieur à 1000 $ par année. À l opposé, environ le quart d entre eux ont des revenus un peu plus importants soit de 2000 $ et plus par année.

13 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, Consommation d alcool et de drogues des jeunes de PAJT/CJQ Figure 1. Pourcentage des jeunes issus de PAJT/CJQ ayant consommé de l alcool et des drogues au cours des 12 derniers mois n = 617) en comparaison aux jeunes de la population générale du Québec (âgés de ans)* % Alcool Cannabis Hallucinogènes Cocaïne "Speed" Sédatifs PAJT/CJQ Pop. gén ans Colles/solvants Héroïne * Les données au sujet de la population générale proviennent de Guyon et Desjardins (2002), enquête de l Institut de la statistique du Québec menée en Lorsque l information était absente de l enquête de l ISQ, la colonne de données est laissée vide dans la figure. En plus de la proportion de consommateurs de chaque produit (figure ci-dessus), il est intéressant de noter les proportions de jeunes ayant une consommation plus fréquente, soit régulière i.e. à toutes les semaines ou quotidienne. 1 1 Catégories utilisées pour pouvoir comparer les données à celles de l enquête de l Institut national de la statistique menée auprès des élèves du secondaire en 2000 (Guyon & Desjardins, 2002).

14 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, Figure 2. Pourcentage des jeunes issus de PAJT/CJQ ayant consommé plus intensivement certaines spa au cours des 12 derniers mois (n = 617) en comparaison aux jeunes de la population générale du Québec (âgés de ans)* Hebdomadaire/PAJT/CJQ Hebd./Pop. gén ans Quotidien/PAJT/CJQ Quot./Pop. gén ans % Alcool Cannabis Hallucinogènes * Les données au sujet de la population générale proviennent de Guyon et Desjardins (2002), enquête de l Institut de la statistique du Québec menée en Lorsque l information était absente de l enquête de l ISQ, la colonne de données est laissée vide dans la figure. La catégorie de consommateurs dits «hebdomadaires» n inclut pas les consommateurs «quotidiens». Les données de la figure précédente révèlent que les jeunes de PAJT/CJQ sont en grande proportion des consommateurs quotidiens de cannabis (38 %). Nous notons également, qu au cours de la dernière année, 7 % des jeunes ont eu recours à la cocaïne à toutes les semaines et 5 % à d autres stimulants de façon hebdomadaire. Il faut aussi noter qu au moins 25 % des jeunes de PAJT/CJQ n ont jamais eu recours aux drogues dures (hallucinogènes, cocaïne, héroïne, stimulants, colles/solvants). Environ 50 % des jeunes de PAJT/CJQ ont débuté leur consommation d alcool et de cannabis entre l âge de 10 et 12 ans alors que 13 % commençait une consommation de drogues dures à cet âge. Notons également que 6,5 % des jeunes de PAJT/CJQ se sont déjà injecté des drogues. Environ un jeune sur dix a eu au moins une surdose (i.e. nécessitant une intervention médicale) au cours de sa vie. Saviez-vous que Certains jeunes de PAJT/CJQ ont débuté, avant l âge de 10 ans, une consommation des spa* suivantes : - Alcool (10 %) - cannabis (7,5 %) - drogues dures (4,4 %) * spa = substances psychoactives Passablement d argent est dépensé pour la consommation d alcool et de drogues. Ainsi, 5 % des jeunes dépensent 100 $ et plus par mois pour de l alcool et 10 % des jeunes

15 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, dépensent 150 $ et plus par mois pour des drogues. Dans la même veine, il n est pas étonnant que plus de la moitié des jeunes de PAJT/CJQ aient différentes activités pour financer l achat de drogues, telles que des activités illégales ( 50 %), la vente d objets personnels ( 25 %) ou l emprunt ( 20 %). Finalement, environ 30 % des jeunes estiment ne pas avoir de problème avec l alcool ou les drogues alors que selon les cliniciens, seulement 3 % des jeunes sont dans cette situation. Autres sphères de vie des jeunes de PAJT/CJQ En ce qui concerne les autres sphères de vie, les jeunes de PAJT/CJQ rapportent passablement de détresse psychologique telle que vécue au cours des 30 jours précédant l évaluation. On y retrouve du désespoir, pleurs fréquents (37 %), des difficultés de concentration, compréhension et de mémorisation (28 %), de fortes pensées suicidaires (12 %), des pertes de contrôle de soi, violence envers autrui (47 %) et de fortes préoccupations pour son poids et la nourriture (16 %). Saviez-vous que Dans les 30 derniers jours 4 % des jeunes de PAJT/CJQ ont fait une tentative de suicide (1 admission par mois à PAJT). 7 % ont eu des hallucinations non liées à la consommation de spa (2 admissions par mois à PAJT). Au plan interpersonnel, les jeunes de PAJT/CJQ disent avoir de très bons amis (moyenne de 4 meilleurs amis) et la moitié des jeunes disent ne jamais se sentir seuls ou isolés. Un petit sous-groupe de jeunes (3 %) rapporte même avoir 20 «meilleurs amis» ou plus. À l inverse, 4 % des jeunes affirment n avoir aucun meilleur ami. Une portion significative de jeunes (13 %) se sent seule ou isolée la majorité du temps. Cet isolement est certainement un facteur de risques pour l abus de spa. Saviez-vous que Si on élimine les délits tels que «drogues» et «vol» (fréquemment associés à des besoins monétaires chez les toxicomanes), le taux de jeunes ayant déjà été arrêtés ou ayant reçu une sommation à comparaître passe de 61 % à 28 %. Chez le quart des jeunes de PAJT/CJQ, les parents d origine vivent encore ensemble et le tiers des parents ont reconstitué une nouvelle relation conjugale. Il est à noter que 15 % des pères ont disparu de l environnement des jeunes, soit par décès (5 %) ou parce que le jeune ne sait plus ce qu il advient de son père, reçoit très peu de nouvelles, etc. (10 % des pères). La moitié des jeunes de PAJT/CJQ rapporte que des membres de leur famille ont des problèmes

16 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, de consommation de substances psychoactives, des troubles de santé mentale (20 %) ou des démêlés judiciaires (25 %). Comparaison de sous-groupes composés des jeunes de PAJT/CJQ Lorsque l on compare les jeunes de PAJT en fonction de différents sous-groupes, on note surtout des similarités entre les groupes, mais certaines différences importantes méritent d être soulignées. Les sous-groupes sont divisés en fonction du sexe, mais aussi en fonction du fait qu ils soient ou non en consultation au CJQ. De plus, les jeunes de PAJT et au CJQ sont sous divisés en fonction du fait qu ils sont sous la Loi des jeunes contrevenants ou la Loi de la Saviez-vous que Lorsque l on compare les jeunes issus du CJQ aux autres jeunes provenant uniquement de PAJT sans être suivi au CJQ, nous constatons qu il y a très peu de différences entre les deux groupes. protection de la jeunesse. Finalement, ils sont en plus divisés en fonction du fait qu ils sont sous une mesure d hébergement ou non. Les figures suivantes mettent en lumière les écarts entre ces différents sous-groupes au sujet de quelques variables. Figure 3. Parmi les jeunes de PAJT, proportions de ceux ayant consommé de l alcool au moins trois fois semaines au cours de la dernière année, et ce, en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981) Garçons Filles % Non-CJQ LJC/placés LJC/non-placés LPJ/placés LPJ/non-placés Les données concernant les femmes contrevenantes sont à interpréter avec prudence puisque les groupes sont très petits, soit 24 et 25 personnes.

17 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, La comparaison entre les différents groupes permet de constater que, chez les garçons, les buveurs fréquents (3 fois semaine et plus) sont en plus grande proportion chez les jeunes contrevenants en situation de placement que chez les autres sous-groupes (19 % versus 4-9 %). Chez les filles, la situation est différente et difficile à interpréter. On peut à tout le Saviez-vous que La consommation d hallucinogènes est similaire chez tous les groupes de garçons ( 50 %) à l exception des contrevenants en situation de placement chez qui 74 % des jeunes ont consommé des hallucinogènes depuis un an. Chez les filles, les proportions de jeunes ayant utilisé des hallucinogènes au cours de la dernière année varient en fonction des groupes : - 40 % CJQ sous la LPJ - 60 % non-cjq - 80 % CJQ sous la LJC moins noter que les filles qui ne sont pas au Centre jeunesse de Québec sont dans une proportion plus élevée des consommatrices fréquentes d alcool (19 % versus -11 %). Tel que présenté au bas de la figure précédente, les données concernant les filles contrevenantes doivent être interprétées avec prudence (petits groupes). Nous constatons des écarts en ce qui a trait à la consommation de cocaïne en fonction des différents sous-groupes. Ainsi, tel qu illustré à la figure 4, les jeunes contrevenants des deux sexes sont les plus nombreux (en proportion) à avoir consommé de la cocaïne au cours de la dernière année (un peu moins de 50 %). Nous observons également que les jeunes de PAJT/CJQ sous la LPJ sont moins fréquemment des consommateurs de cocaïne que les jeunes de PAJT/CJQ sous la LJC. Figure 4. Parmi les jeunes de PAJT, proportions de ceux ayant consommé de la cocaïne au cours de la dernière année en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981). % Non-CJQ LJC/placés LJC/non-placés LPJ/placés LPJ/non-placés Garçons Filles 12 11

18 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, L utilisation de l injection comme mode d administration d un produit n est pas un comportement banal et dénote un niveau de gravité important. Chez les jeunes de PAJT Saviez-vous que La moitié des jeunes qui s injectent s approvisionne en seringues à des points de distribution officiels, mais que l autre moitié les obtient d amis (es) ou même d autres sources. mais ne consultant pas au CJQ, les garçons et les filles ont recours à ce mode d absorption dans des proportions similaires (4 %). Chez les garçons de PAJT/CJQ, ceux sous la LJC sont plus nombreux à utiliser l injection (jusqu à 10 % des jeunes LJC placés). Chez les filles, celles sous la LJC et celles sous la LPJ, mais placés présentent les proportions les plus importantes de jeunes recourant à l injection (15 à 21 %). Figure 5. Proportions de jeunes s injectant des drogues en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981). % Garçons Filles Non-CJQ 4 LJC/placés 5 LJC/non-placés 1 LPJ/placés 2.5 LPJ/non-placés 3

19 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, Les surdoses, i.e. une consommation excessive nécessitant une intervention d ordre médical pour la sécurité physique de l individu, sont nettement plus fréquentes chez les filles. Ce sont tout particulièrement les filles placées dans le cadre de la LJC qui rapportent ce symptôme (33 %). Figure 6. Proportions de jeunes ayant eu au moins une surdose au cours de la vie, en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981) Garçons % Filles Non-CJQ LJC/placés LJC/non-placés LPJ/placés LPJ/non-placés Lorsque l on s intéresse aux autres sphères de vie, on note, entre autres, que les garçons manifestent davantage de troubles de comportement dans le milieu scolaire que les filles. Cette observation, à partir du nombre moyen d expulsions de l école, au cours de la vie, indique également que le nombre moyen d expulsions est tout particulièrement plus élevé chez les garçons en situation de placement, peu importe qu ils soient sous une mesure en vertu de la LJC ou de la LPJ.

20 Portrait de consommation de substances psychoactives de jeunes consultant en centre spécialisé en toxicomanie (PAJT) et provenant du Centre jeunesse de Québec Tremblay, Blanchette-Martin & Garceau, Figure 7. Nombre moyen d expulsions de l école au cours de la vie, en fonction du sexe et de leur situation au regard de la LPJ et de la LJC (n = 981) Garçons Filles 8 7 % Non-CJQ LJC/placés LJC/non-placés LPJ/placés LPJ/non-placés Au plan psychologique, plusieurs écarts entre les groupes sont attribuables aux différences sexuelles. On note évidemment, des proportions plus grandes de filles que de Saviez-vous que 37,9 % des filles rapportent avoir été abusées sexuellement au cours de leur vie contre 9 % des garçons. Toutefois, chez les garçons en situation de placement dans le cadre de la LJC, ce taux grimpe à 17 %. garçons ayant rapporté des préoccupations majeures pour leur poids et leur alimentation (44 % versus 9 %) ou des manifestations importantes de dépressions (77 % versus 50 %). À l inverse, les garçons auront été plus fréquemment impulsifs, violents (80 % versus 64 %) ou ont intentionnellement violé les règles (87 % versus 65 %). La proportion de jeunes de PAJT dont les parents ont des difficultés significatives de consommation de spa varie en fonction de la situation des garçons au regard du CJQ. Les garçons en situation de placement, sans égard à la loi, sont les plus nombreux à rapporter des difficultés de consommation chez leurs parents ( 60 %), suivis des jeunes sous une des deux lois, mais sans placement ( 45 %) et ceux qui sont de PAJT mais sans consultation au CJQ ( 30 %). Ces mêmes écarts s observent quant à la présence de problèmes judiciaires chez les parents des garçons sous la LJC placés rapportant les plus hauts taux (44 %) suivis par ceux placés, mais sous la LPJ (29 %), les jeunes PAJT/CJQ non placés ( 15 %) et ceux de PAJT / non-cjq (9 %).

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2).

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2). SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Janvier 2010 Numéro 19 Alors que le cigarillo perd des adeptes, le poker gagne du terrain chez les élèves du secondaire Gaëtane Dubé*,

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ Vivre avec une incapacité au Québec Un portrait statistique à partir de l Enquête sur la participation et les limitations d activités de 2001 et 2006 Pour tout

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Portrait statistique de la population avec incapacité. Région de Québec 2003

Portrait statistique de la population avec incapacité. Région de Québec 2003 Portrait statistique de la population avec incapacité Région de 2003 Rédaction Direction de la recherche, du développement et des programmes Lucie Dugas, conseillère à l évaluation Isabelle Émond, conseillère

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale Vivre avec un problème de santé mentale Un aperçu de l état de santé mentale de la population lanaudoise Résultats de l Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes «Les troubles mentaux peuvent

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog

Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog Document Statistiques Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog Préparé pour La Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog Par Martine Caillier mandatée par la Corporation de développement

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Coûts sociaux du jeu dans les casinos

Coûts sociaux du jeu dans les casinos BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN BASS AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUEROBASS.CH. WWW.BUEROBASS.CH Coûts sociaux du jeu dans les

Plus en détail

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles La Loi sur l aide aux personnes et aux familles (L.R.Q., chapitre A-13.1.1) Par : Olivia Dugré, étudiante en droit à l Université Laval Sous la supervision de Christian Loupret Avril 2012 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT

LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT LE RÔLE DU POKER EN LIGNE DANS LES TRAJECTOIRES DE JEU DE HASARD ET D ARGENT Magali Dufour, Ph.D. Élise Roy, MD., MSc. Université de Sherbrooke et Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

attitudes envers le dépistage

attitudes envers le dépistage attitudes envers le dépistage DU CANCER COLORECTAL Le point de vue de la population québécoise novembre 2008 Institut national de santé publique du Québec Direction des systèmes de soins et politiques

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Bien-être et information sur la santé

Bien-être et information sur la santé ( Bien-être et santé sont indissociablement liés. Des enquêtes qualitatives menées auprès des jeunes rapportent le stress et la fatigue parmi les principaux problèmes de santé. L ennui est aussi souvent

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Enquête de Santé par Interview Belgique 21 Livre 3 Style de Vie IPH/EPI REPORTS nr 22-22 Rue de Louvain, 44 1 Bruxelles Section d'epidémiologie Rue Juliette Wytsman, 14 15 Bruxelles Tél : 2/642.57.94 e-mail

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes?

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Baromètre santé jeunes 2010 Dossier de presse Juin 2013 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité Page 1 de 5 Le présent certificat d assurance (le «certificat») renferme des détails importants sur votre couverture d assurance ; veuillez le garder en lieu sûr. La correspondance ultérieure pourrait

Plus en détail

L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario

L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario Les élèves du 21e siècle utilisent encore un programmecadre d Éducation physique et santé élaboré au 20e siècle et cela nuit à

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE

ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE LES ACTIVITÉS PARASCOLAIRES DES ÉLÈVES DU SECONDAIRE ET LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE RAPPORT D ENQUÊTE Coordination de la recherche Diane Charest, Chef du Service

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Intérêt des membres de la GMMQ, l, l et la à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Dossier 77122-013 Février 2007 580, Grande-Allée Est, bureau 580, Québec, Québec G1R 2K2

Plus en détail

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation.

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Chaque Matin... Chaque heure de MIDI... Chaque AprÈs-midi... Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Apprenez comment vous pouvez faire cesser l intimidation. Les communautés et les écoles

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013

Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Conférence sur l addiction au numérique du 21 mars 2013 Intervenants : Dr NEKAA (addictologue praticien hospitalier) Mme Crouzet (police nationale) Dr NEKAA Il ne faut pas diaboliser les jeux vidéo, internet

Plus en détail

CARNET DU SAVOIR. Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde

CARNET DU SAVOIR. Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde CARNET DU SAVOIR Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde 2 octobre 2008 Pour maintenir une main-d œuvre viable au sein d une population vieillissante, le Canada

Plus en détail

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS Introduction Christine Reynaert et Pierre Collart ont tous deux activement participé à l ouverture de centres spécialisés dans le traitement de troubles sexuels (voir analyse

Plus en détail

Alcool : Oui, on peut dire «non» au verre de trop

Alcool : Oui, on peut dire «non» au verre de trop Alcool : Oui, on peut dire «non» au verre de trop Dossier de presse Novembre 2013 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA \ Corporate :

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois.

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois. Régime Nº d identification de la caisse ou de la credit union Folio AVENANT NOUVEAU FRV ONTARIO AVENANT À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE DES CAISSES ET CREDIT UNIONS (FRR 1459)

Plus en détail

Le programme de maîtrise avec stage

Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage comporte 45 crédits, répartis comme suit : - 15 crédits de cours - 12 crédits de stage - 18 crédits pour la rédaction d'un rapport

Plus en détail

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant cannabis au volant Réalisation Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. www.aitq.com Cannabis au volant cool ou risqué? Cette brochure a pour but de t informer de l impact du cannabis

Plus en détail

La consommation de tabac chez les jeunes, de 2001 à 2009/10

La consommation de tabac chez les jeunes, de 2001 à 2009/10 Psychologisches Institut Sozial- und Gesundheitspsychologie Hans Krebs Kommunikation und Publikumsforschung La consommation de tabac chez les jeunes, de 200 à 2009/0 Résumé du rapport de recherche 20 Monitorage

Plus en détail