Le développement de la compétence éthique chez les jeunes professionnels consultants auprès de systèmes. Amélie Sauvé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le développement de la compétence éthique chez les jeunes professionnels consultants auprès de systèmes. Amélie Sauvé"

Transcription

1 ESSAI DE MAÎTRISE Le développement de la compétence éthique chez les jeunes professionnels consultants auprès de systèmes. Amélie Sauvé RÉSUMÉ Basé sur la prémisse que la compétence éthique est une habileté susceptible d être développée ainsi que sur des entrevues menées auprès de jeunes professionnels consultants dans différents systèmes, cet article présente un modèle de développement d une préoccupation éthique. Ce modèle s articule autour de trois stades soit : l éducation et les expériences de vie, la formation de deuxième cycle universitaire ainsi que le marché du travail. Différents facteurs favorisant ce développement sont associés à chacun des stades. Des prédispositions propices à l articulation d une compétence éthique et un aperçu du processus de résolution de dilemmes éthiques utilisé par les participants sont également présentés. Enfin, des conclusions sont formulées afin de soutenir l émergence, au cours de leur formation universitaire, d un intérêt éthique chez les futurs professionnels. Mots clés : compétence, déontologie, développement, éthique, jeunes professionnels, résolution de dilemmes. Le développement de la compétence éthique chez les jeunes professionnels consultants auprès de systèmes Dans le cadre de leurs actions professionnelles, les psychologues consultants auprès de systèmes sont peu encadrés au niveau de l éthique. En effet, le code de déontologie proposé par l Ordre des psychologues du Québec s adapte mal aux réalités que rencontrent ces derniers dans leur travail (Lescarbeau,

2 146 Le développement de la compétence éthique chez les Payette et St-Arnaud, 1996). Pourtant, les psychologues consultants, comme l ensemble des professionnels, entretiennent avec leurs clients des relations qui peuvent donner lieu à diverses formes de dilemmes éthiques. En général, un client fait appel à un professionnel afin d utiliser l expertise, le savoir particulier de ce dernier au profit d une difficulté qu il rencontre. Cette forme de relation laisse place à l abus et peut donner lieu à la domination d une personne sur l autre (Legault, 1999). Ce danger est d autant plus présent que le client n est pas toujours en mesure d évaluer le bien-fondé des actions entreprises par le professionnel (Gallessich, 1982). La personne faisant appel aux services d un consultant place donc sa confiance dans le professionnalisme et la compétence éthique de ce dernier. Dans cette optique, c est la responsabilité professionnelle du consultant de maintenir un haut standard éthique (Webster et Lunt, 2002). L individu consciencieux veillera donc à demeurer à l affût des dilemmes éthiques ou conflits de valeurs potentiels qu il rencontre. Mais comment en arrive-t-on à posséder cette compétence éthique? L approche ici privilégiée présuppose que la compétence éthique peut être développée (Legault, 1999; Lescarbeau et al., 1996). En ce sens, la principale question à laquelle tente de répondre cet article se formule ainsi : de quelle façon se forge la compétence éthique des jeunes professionnels consultants auprès de systèmes? Pour les fins de cet article, une définition des concepts ainsi que de la méthodologie utilisées pour la consultation des jeunes diplômés sont d abord présentées. Par la suite, à la lumière des informations recueillies lors d entrevues, un modèle de développement d une préoccupation éthique est proposé et défini. Certaines prédispositions sont également introduites comme favorisant l articulation d une compétence éthique. Puis, quelques indications sont transmises quant au processus de résolution de dilemmes éthiques utilisé par les jeunes professionnels rencontrés. Enfin, des conclusions à l intention des enseignantes et des enseignants du programme de psychologie sont formulées afin de soutenir l émergence d un intérêt éthique chez les étudiants. Définition des concepts Dans la documentation scientifique, il semble exister une certaine confusion, particulièrement en ce qui à trait aux termes éthique et déontologie. Plusieurs auteurs les utilisent comme étant des synonymes (Fortin, 1995 ; Fourcher, 1995). Une partie de cette confusion peut résider dans l utilisation américaine du terme «ethic» (Brunet et Savoie, 2002). Le sens donné à ce concept anglais est similaire à la définition française de la déontologie. Dans cet article, ces

3 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 147 mots seront utilisés non pas comme des synonymes mais plutôt pour référer à des concepts distincts, chaque terme ayant un sens qui lui est propre. Cette section permet donc de définir ces notions ainsi que celles de dilemme et de compétence éthique. La déontologie Il existe plusieurs définitions du mot déontologie. D abord, le philosophe Jeremy Bentham serait le premier à avoir utilisé le vocable «deontology». Ce terme est issu du grec «deon» et «logos», faisant respectivement référence au «devoir» et à la «doctrine» (Sardet, 1997). En conformité avec ces racines, plusieurs auteurs définissent la déontologie comme un ensemble de devoirs ou de règles que doivent suivre les professionnels (Brunet et Savoie, 2002; Dupuis et Desjardins, 2002; Fortin et Boulianne, 1998; Lescarbeau et al., 1996; Sardet, 1997). De façon plus ou moins directe, ces définitions font référence aux codes de déontologie des différents ordres professionnels, proposant des règles de conduite à l intention de leurs membres. Toutefois, certaines divergences existent entre les auteurs quant à l interprétation qui doit être faite de ces règles. Ces divergences peuvent se situer sur un continuum. D un côté se trouvent des définitions mettant l emphase sur le caractère absolu et contraignant des normes. Elles y sont alors présentées comme des obligations auxquelles doivent se soumettre les individus. Les définitions s approchant de ce pôle font référence, par exemple, aux «prescriptions que doivent appliquer les membres d une profession» (Fourcher, 1995, p. 25) ou aux «règles auxquelles il s agit de se soumettre» (Dupuis et Desjardins, 2002, p. 59). Certains auteurs soulignent également qu une dérogation à ces règles par un professionnel entraîne des sanctions (Lescarbeau et al., 1996). Il s agit donc d une conception légaliste, juridique de la déontologie. Cette vision est probablement la plus répandue. Elle suppose qu il existerait des actions bonnes de façon intrinsèque, des règles absolues, applicables peu importe le contexte et ses particularités (Pryzwansky et Wendt, 1999). De l autre côté du continuum se trouvent des définitions qui présentent ces règles davantage comme un guide auquel peut se référer un professionnel dans le cadre de sa pratique. Les fervents de cette position proposent que la déontologie soit conçue comme une boussole en indiquant la direction dans laquelle le comportement du professionnel devrait se diriger (Webster et Lunt, 2002) ou stipulent que «ces règles servent de balises et de référence à l action» (Fortin et Boulianne, 1998, p. 14). Le terme déontologie est généralement rattaché à une association ou à un ordre professionnel. Brunet et Savoie vont même jusqu à souligner qu il «s appliquerait plus spécifiquement à une profession reconnue légalement» (Brunet et Savoie, 2002, p. 102). Certains auteurs ajoutent que la déontologie

4 148 Le développement de la compétence éthique chez les remplirait différentes fonctions au sein d une profession. Par exemple, elle permettrait de régir les rapports des membres de l ordre entre eux ou avec la société en général. Les codes de déontologie seraient donc une façon de définir des standards de qualité, de présenter au public une image positive de la profession et d uniformiser la conduite des membres (Legault, 1999; Brunet et Savoie, 2002; Lescarbeau et al., 1996; Dupuis et Desjardins, 2002; Webster et Lunt, 2002). La définition privilégiée dans cet article présente la déontologie comme une balise à suivre et fait référence à l ensemble des règles proposées par un groupe ou un ordre professionnel à ses membres et visant à orienter et guider ces derniers dans leurs choix et leurs actions au travail. En considérant la déontologie davantage comme un guide, la responsabilité revient à chaque professionnel de l utiliser et de l appliquer aux situations qu il rencontre au cours de sa pratique. En d autres termes, il s agit d un appel à l éthique. L éthique Dans le domaine de l éthique, les définitions présentées dans la documentation scientifique sont également variées. Plusieurs se réfèrent à la déontologie, telle qu elle fut définie précédemment, alors que d autres semblent s approcher davantage de la morale. Au-delà de cette ambiguïté, il est possible d extraire certaines similitudes dans les définitions présentées et, ainsi, de donner à ce concept un sens qui lui est propre. D abord, dans son ouvrage La morale, l éthique, l éthicologie, Fortin (1995) affirme que le professionnel vit en conformité avec ses préceptes et les règles généralement admises tant que sa certitude n est pas ébranlée. Selon lui, «il suffit d un doute, d un tout petit soupçon, pour que s enclenche le discours éthique» (p.55). D autres auteurs proposent des idées similaires en soulignant que l on fait appel à l éthique lorsque l on cherche à réduire les insatisfactions ou la tension provoquées par le caractère instrumental des règles proposées face aux situations complexes rencontrées dans le cadre de la pratique (Fortin; Legault, 1999; Proulx et Roy, 1996). Cette tension peut être, par exemple, le résultat d un conflit entre deux règles dans une situation particulière (Langford, 1995). Il est possible d expliquer cette réalité par le «principe du moindre effort» (Haidt, 2001). Puisque les individus possèdent des ressources cognitives limitées, ils agissent généralement selon un mode de raisonnement plutôt intuitif. Par contre, s ils se voient confrontés à une situation particulière, ils s engagent à ce moment dans une réflexion plus systématique et demandant davantage d énergie.

5 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 149 Afin de diminuer les insatisfactions ressenties, le professionnel doit se positionner et prendre une décision. L éthique est donc souvent présentée comme une démarche réflexive menée par un professionnel. En ce sens, elle fait référence à l individu qui utilise son jugement afin d évaluer la pertinence des normes, des règles ou des valeurs qui lui sont proposées dans l atteinte du but qu il s est fixé (Dupuis et Desjardins, 2002; Fortin et Boulianne, 1998; Proulx et Roy, 1996). Dans cette optique, l éthique revêt un aspect plus individualisé que la déontologie. En effet, le jugement que porte l individu se base sur des normes personnelles et intériorisées. Il renvoie aux valeurs que le professionnel souhaite afficher et mettre en pratique (Legault, 1999; Lescarbeau et al., 1996). Malgré ce caractère individuel, l éthique a également une visée sociale. Dans leur définition, plusieurs auteurs font référence à la responsabilité qui incombe au professionnel. L individu est généralement invité à considérer, lors de sa réflexion, les conséquences que pourrait entraîner sa décision sur lui, sur la profession ou sur la société. En quelque sorte, il est appelé à prendre des décisions et à en assumer la portée. (Fortin et Boulianne, 1998 ; Legault, 2001, 1999; Lescarbeau et al., 1996) Enfin, les auteurs s entendent généralement pour affirmer qu il n existe pas de certitude en éthique. De par sa nature, l éthique se situe dans cette zone grise, entre le bien et le mal, où aucune décision, aucune action ne saurait être pleinement satisfaisante. La démarche réflexive à laquelle s adonne l individu n aura donc pas comme but de trouver «la» solution à appliquer dans la situation mais plutôt de choisir la meilleure solution possible, celle où les impacts négatifs seront les moins importants, vu les circonstances (Fortin et Boulianne, 1998; Francis, 2002; Legault, 1999). Le dilemme éthique La définition du terme éthique est très intimement liée à celle de dilemme éthique. En effet, la documentation scientifique propose des définitions du concept de dilemme qui ne sont pas sans rappeler celles de l éthique. Plus spécifiquement, le dilemme y est présenté comme une opposition entre deux valeurs ou deux principes auxquels il est impossible d accorder une même importance dans une situation donnée. Puisqu il se doit d attribuer plus de poids à une valeur qu à une autre, le professionnel se trouve devant un choix difficile pour lequel il ne semble pas y avoir de réponse évidente. Le dilemme est dit éthique lorsque la réflexion implique la signification morale du choix à faire et lorsque l objet de la décision entraînera inévitablement des conséquences positives et négatives pour le professionnel et pour autrui. (Betan et Stanton, 1999; Bowers et Pipes, 2000; Brief, Dukerich et Doran, 1991; de Bettignies, 1995; Jones, 2001; Legault, 1999).

6 150 Le développement de la compétence éthique chez les Certains auteurs soulignent que tous les psychologues seront confrontés à des dilemmes au cours de leur carrière et que cette réalité est amplifiée par l immigration des psychologues dans les grandes entreprises et dans les organisations du secteur de la santé (Bersoff, 1999; Jordan et Meara, 1990). Il devient alors d autant plus important pour les professionnels de développer les habiletés nécessaires afin de faire face à ces situations éthiques complexes. Selon Lippitt et Lippitt (1980, p.107) «l acquisition d une compétence éthique atténue l angoisse et accroît l efficacité dans les situations de décision auxquelles l on fait face constamment au cours du processus de consultation». La compétence éthique En parlant de la compétence professionnelle, Brailovsky et Miller (2000, p.24) expliquent qu elle «peut être définie comme étant la capacité d un professionnel à utiliser son jugement, de même que les connaissances, les habiletés et les attitudes associées à sa profession pour résoudre des problèmes complexes qui se présentent dans le champ de son activité professionnelle». Pour ces auteurs, les connaissances ou le savoir sont à la base de la compétence. De plus, tout comme dans la définition de l éthique, ils accordent une part importante à l utilisation, par le professionnel, de son jugement. Dans cette optique, il peut être pertinent de se demander en quoi la compétence éthique se distingue de l éthique elle-même puisque, dans un cas comme dans l autre, le jugement du professionnel semble jouer un rôle déterminant. À ce chapitre, certains auteurs soulignent qu il est intéressant d avoir la capacité de décider mais encore faut-il être capable de bien le faire. C est précisément à ce niveau que la distinction entre éthique et compétence se situe. La compétence se présente donc comme «cette habileté que nous avons [en tant que professionnel] de faire quelque chose de la meilleure manière possible» (Legault, 2001, p.77). En éthique, la compétence fait référence à la capacité qu a l individu de faire les meilleurs choix possibles dans des situations où il n existe aucune solution satisfaisante et où la décision entraîne des impacts positifs et négatifs sur l individu lui-même ainsi que sur autrui (Legault, 1999). Au-delà de cette prise de décision, la compétence éthique exige que le professionnel passe à l action, qu il traduise son intention en comportements cohérents avec sa visée (Lambert, 1992). Définie en tant que capacité, la compétence ne peut pas être perçue comme un absolu. Elle ne peut pas être mesurée en termes de «tout ou rien», de «posséder» ou «ne pas posséder» une compétence. Cette dernière se situe plutôt le long d un continuum (Brailovsky et Miller, 2000). Il est alors possible de croire que certaines personnes possèdent un niveau plus élevé de compétence éthique

7 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 151 que d autres. En ce sens, cette vision implique que la compétence est variable et, de ce fait, qu elle peut être développée. (Brazeau-Lamontagne, 1996; Legault, 2001, 1999; Patenaude, Lambert, Dionne, Marcoux, Jeliu et Brazeau-Lamontagne, 2001) Toutefois, la documentation scientifique fournit peu d information quant à la façon dont se développe la compétence éthique. Certains auteurs proposent qu elle se construit à travers l éducation et par le travail. Selon Legault (2001), certaines personnes auraient des «dons», des prédispositions qui faciliteraient le développement de cette compétence. À l opposé, d autres auraient à fournir plus d efforts, à travailler davantage pour atteindre des résultats équivalents. Dans un autre ouvrage, ce même auteur explique que lorsqu il : «s agit de développement d une compétence [éthique], la pédagogie doit partir de la personne, de ce qu elle est, afin de l amener sur la voie du changement.» (Legault, 1999, p. 262) Méthodologie utilisée pour la consultation des jeunes diplômés Afin d obtenir des informations sur le développement d une préoccupation et d une compétence éthique, des entrevues ont été menées auprès de jeunes professionnels. Cette section vise donc à dresser un portrait des participants rencontrés ainsi qu à définir la structure des entrevues. Participants Au total, 7 professionnels oeuvrant à titre de consultants auprès de différents systèmes ont été rencontrés, dont 5 femmes et 2 hommes. Tous les participants possèdent une maîtrise en psychologie de l Université de Sherbrooke et 4 ont mentionné être membre de l Ordre des psychologues du Québec. Toutes les personnes rencontrées ont suivi un cours d éthique et de déontologie dans le cadre de leur formation de deuxième cycle. Les participants sont âgés entre 25 et 35 ans et leur nombre d années de pratique varie entre 1 an et 4 ans, la moyenne se situant environ à 2,25 ans. En ce qui à trait au type de pratique, 4 personnes se définissent comme consultantes internes alors que les autres disent travailler à titre de consultantes externes. Les systèmes dans lesquels interviennent les participants sont variés (universités, centres hospitaliers, milieux manufacturiers, organismes communautaires, ministères, etc.) et les principaux champs de pratique sont le soutien au changement, le «coaching» et la formation.

8 152 Le développement de la compétence éthique chez les Entrevues Les personnes rencontrées ont d abord été contactées par téléphone. À ce moment, les grandes lignes du projet leur étaient présentées et une rencontre avec elles était sollicitée. Les données ont été recueillies au cours d entrevues individuelles d une durée moyenne de 45 minutes. Toutes les entrevues ont été menées par la même personne et consistaient en la passation d un questionnaire développé pour les fins de cette démarche (voir annexe 1). Il comprenait quatre sections. La première section permettait de recueillir des données relatives aux particularités du répondant et de sa pratique. La deuxième visait à départager les gens qui percevaient une distinction entre les termes éthique et déontologie de ceux qui n en percevaient pas. La troisième section était dépendante de la précédente. Elle portait, selon le cas, sur la distinction perçue entre l éthique et la déontologie ainsi que sur la résolution de dilemmes éthiques (vécus ou à l aide d une mise en situation proposée en entrevue) ou sur la perception générale de ces concepts et leur influence sur la pratique. La dernière section comprenait des questions générales sur le développement de la préoccupation éthique. En somme, les entrevues visaient à recueillir de l information sur la distinction faite par les jeunes professionnels entre les termes éthique et déontologie, sur la provenance des valeurs et principes qui guident leurs actions et sur la façon dont ils procèdent pour résoudre des dilemmes éthiques. Le questionnaire était entièrement composé de questions ouvertes, exception faite de la section portant sur l identification des participants. Les entrevues étaient menées avec flexibilité en ce sens que l enchaînement des questions variait selon le participant et le contenu de la discussion. Distinction entre les termes déontologie et éthique Les termes éthique et déontologie étant souvent confondus ou utilisés comme synonymes, une des premières questions d entrevue touchait la différence perçue entre ces concepts par les jeunes professionnels. Tous les participants rencontrés ont affirmé faire une distinction entre ces termes. Ils ont donc tous été appelés à donner leur définition, à exprimer leur compréhension de ces concepts. Le tableau 1 présente la compilation produite à partir des définitions recueillies. Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de personnes, sur un total de 7, ayant fourni des informations similaires. Dans l ensemble, il est possible de constater que les jeunes professionnels semblent avoir plus de facilité à définir ce qu est la déontologie. En effet, les

9 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 153 données permettent d observer une certaine constance en ce qui a trait aux définitions de la déontologie. Plusieurs idées émises par les personnes rencontrées sont similaires et peuvent être synthétisées. Au niveau de l éthique, par contre, les réponses sont plus éparses. Pour plusieurs, il semble s agir d un concept plus flou. Les définitions sont présentées de façon moins précise. Pour définir l éthique, les participants utilisent des termes moins concrets. Ils expriment leur pensée par des explications générales et des exemples plutôt qu à l aide de définitions claires et structurées comme c est le cas lorsqu ils parlent de déontologie. Tableau 1 : Résumé des définitions des termes déontologie et éthique données par les jeunes professionnels Déontologie Code de conduite. (5) Règles inscrites, formelles, générales. (4) Règles liées à une profession, aux ordres professionnels. (3) Cadre de référence. (2) Relatif à la loi. Le professionnel peut être évalué, sanctionné en fonction de ces normes. Éthique Au niveau de la morale. (3) En fonction de grands principes. Au niveau des valeurs. Règles personnelles qui guident nos actions professionnelles. (2) Relatif au code de déontologie et à l interprétation que j en fais, comment je l applique, je l adapte à la situation. (2) L éthique est interpellée lorsque, dans une situation, des valeurs sont confrontées. Fait appel au jugement personnel, demande que l on se positionne. (2) Évaluation que l on fait de la situation. En lien avec le comment réfléchir. Plus général que la déontologie. Agir en respect avec la profession (ses normes et valeurs) et nos valeurs personnelles. L éthique distingue les professionnels des autres travailleurs. Relié à la philosophie. Choix personnels face à la vie en général. En s arrêtant aux définitions de la déontologie offertes par les jeunes professionnels, il est possible de constater que tous les éléments nommés, tous les thèmes abordés par les participants se retrouvent dans la définition de la déontologie donnée précédemment. En effet, tous parlent de règles ou de lois et relient la déontologie, de près ou de loin, à une profession. Ces définitions se situent à différents endroits sur le continuum présenté. Certains participants y voient des normes strictes, des lois dont la transgression peut entraîner des réprimandes ou des sanctions. D autres la présente davantage comme un code de référence, des règles qui encadrent la pratique et qui peuvent guider le professionnel dans ses choix d actions.

10 154 Le développement de la compétence éthique chez les Les définitions de l éthique, pour leur part, se rapprochent également de la définition offerte dans cet article mais de façon floue et évasive. En reprenant les termes centraux à cette définition, on constate d abord qu aucun participant ne définit clairement l éthique en tant que démarche réflexive. Par contre, 5 personnes sur 7 font référence, de près ou de loin, au jugement. Certaines mentionnent la nécessité de prendre position, d évaluer une situation ou relient l éthique à l art de la réflexion, le «savoir réfléchir». Également, 3 participants sur 7 fournissent des explications qui associent l éthique à l évaluation de règles ou de valeurs. Ils la présentent alors comme la mise en action de la déontologie appliquée à une situation particulière ou comme une interprétation personnelle du code de déontologie. Ensuite, 6 personnes sur 7 mentionnent de différentes façons l aspect personnel de l éthique. Les participants parlent d eux, de l individu, de ses valeurs, de ses règles personnelles ou de son évaluation. Seulement 2 personnes parlent à la fois du jugement personnel et du jugement professionnel, des valeurs personnelles et de celles de la profession. Dans la même lignée, aucun participant ne mentionne, dans sa définition de l éthique, la responsabilité du professionnel envers autrui. En effet, personne ne souligne l impact, les conséquences possibles de la décision prise sur autrui. Par contre, questionnés sur la résolution d un dilemme éthique, plus d un participant impliquent le client dans la prise de décision ou discutent avec ce dernier afin de lui expliquer et justifier une décision professionnelle. Enfin, aucun participant ne présente l éthique comme une zone grise, un positionnement nécessaire dans une situation où il ne semble pas exister de solution satisfaisante. Par contre, 3 personnes sur 7 la définissent en faisant un rapprochement avec le dilemme éthique. Elles stipulent alors que l éthique est interpellée lorsque, dans une situation particulière, des valeurs sont confrontées, lorsqu un dilemme émerge au plan des valeurs. Elles mentionnent des moments où les règles ne sont pas clairement définies, où elles ne permettent pas de guider la conduite. Pour définir l éthique, toutes les personnes rencontrées utilisent les termes de valeur ou de morale (la morale comme grand principe ou une morale plus personnelle) et 4 répondants sur les 7 font un rapprochement quelconque entre l éthique et le travail ou le professionnalisme.

11 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 155 Développement d une préoccupation éthique Les informations recueillies lors des entrevues (voir tableau 2) ont permis de concevoir un modèle global de développement d une préoccupation éthique. Ce dernier est présenté de façon schématique par la figure 1. Les facteurs qui y sont associés ne garantissant pas l acquisition d une compétence éthique, le terme préoccupation éthique 5 est ici préféré. Cette préoccupation peut être définie comme étant la capacité qu a l individu «d apercevoir des situations qui mettent en cause la recherche du meilleur bien» (Patenaude et al., 2001, p.77). Tableau 2 : Répartition des réponses des répondants en fonction du modèle global de développement de la compétence éthique Le marché du travail La formation de 2 e Éducation / cycle universitaire expériences Éducation familiale Éducation scolaire Expériences de vie Valeurs propres au modèle Sherbrooke Expériences de stage Cours d éthique et de déontologie Aucun changement Conditions favorables Confrontation à des situations éthiques Réflexion personnelle sur l éthique Éducation familiale (3) Éducation scolaire (primaire, secondaire, cégep et université) (3) Expériences de vie (3) L apprentissage (l éducation en général) Modèle de Sherbrooke (permet d enraciner des valeurs souvent déjà présentes) (2) Expériences professionnelles (4) Formation en éthique Le cours d éthique permet de mettre des mots sur des choses déjà vécues, ressenties. Donne un cadre à l éthique et au raisonnement. (2) D un point de vue éthique, la pratique n est pas différente à ce jour qu à la fin de l université (4) Discussion avec des collègues (2) Travailler pour une organisation qui se préoccupe de l éthique, qui a des valeurs importantes et les met en application, etc. (2) Normes de groupe, valeurs de l équipe Observation des autres Être confronté à une problématique (2) Réflexion au niveau de l éthique 5 Pour les fins de cet essai, les termes préoccupation éthique, intérêt éthique, souci éthique et sensibilité éthique seront utilisés comme synonymes.

12 156 Le développement de la compétence éthique chez les Figure 1 : Modèle global de développement de la préoccupation éthique. Ce modèle laisse voir que le développement de l intérêt éthique peut être perçu comme une évolution en trois temps. D abord, de l enfance à la fin du premier cycle universitaire, l éducation et les expériences de vie permettent à la personne d acquérir des valeurs et des principes qui serviront de base à sa réflexion éthique. Ensuite, la formation de deuxième cycle universitaire favorise l articulation d une préoccupation éthique chez l individu. Enfin, le marché du travail peut, à certaines conditions, permettre aux jeunes professionnels de poursuivre le développement de leur préoccupation éthique. En somme, ces stades représentent différentes étapes dans la vie d un individu. Les passages

13 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 157 d une étape à l autre sont indiqués dans le schéma par des flèches doubles. À chacune de ces étapes, certains facteurs interviennent et favorisent le développement de l individu en matière d éthique. Le modèle laisse donc percevoir le développement de l intérêt éthique comme le résultat d une accumulation d expériences. Présenter le développement d une préoccupation éthique comme un produit de l expérience rejoint la pensée de certains auteurs. Par exemple, Clegg (2000) stipule qu il est essentiel pour quiconque souhaite développer sa vertu éthique d apprendre d abord, à travers l expérience, ce que c est que d agir de façon vertueuse. Le cheminement de chaque professionnel est donc individualisé. Chacun développe une habileté éthique unique, en fonction de ce qu il est, de ce qu il vit et à son propre rythme. L éducation et les expériences de vie Tel que souligné précédemment, le développement de l intérêt éthique d un individu prend racine dès son enfance. Le premier stade présenté dans le modèle débute donc dans les premières années de vie et se poursuit jusqu à la fin du premier cycle universitaire. Au cours de ces années, trois facteurs, soit l éducation familiale, l éducation scolaire et les expériences de vie, permettent à l individu de développer des valeurs et des principes qui serviront de base à l articulation de sa pensée éthique. Bien que ces trois facteurs soient présentés de façon indépendante, les valeurs et les principes qui se développent lors de ce stade sont généralement le fruit de l ensemble de ces facteurs. En ce sens, plusieurs auteurs présentent le développement de l éthique, d un souci éthique ou d une compétence éthique en se référant simultanément aux trois facteurs. Par exemple, en introduction de son ouvrage Professionnalisme et délibération éthique, Legault (1999) mentionne que : Depuis l enfance, la dimension éthique de la personne s est développée par l éducation dans la famille, dans les établissements scolaires et les autres réseaux d influence. Mais elle s est structurée principalement en intégrant des éléments de l apprentissage au fur et à mesure des expériences de vie qui placent la personne devant des choix plus ou moins difficiles. (p.1) Plus loin dans le même ouvrage, l auteur souligne que «la personne développe graduellement sa manière de résoudre ses dilemmes à partir de son

14 158 Le développement de la compétence éthique chez les éducation et, surtout, de son milieu de vie et d expérience.» (p. 231) Ces idées rejoignent aussi celles d autres auteurs, notamment Clegg (2000) et Parent (1996). Plusieurs auteurs travaillant sur le développement moral l associent également aux trois même facteurs. Pour Thoma et Rest (1999), le développement du jugement moral de l individu est intimement lié à l environnement éducatif et social. Dans une même lignée, Betan (1997) souligne que le caractère moral dérive des relations avec autrui, d expériences vécues et du contexte culturel. Pour ce dernier, le caractère moral ne peut donc pas être enseigné en cours de formation. En d autres mots, les valeurs et principes de l individu sont le résultat d expériences et ne peuvent faire l objet d un enseignement formel. Interrogés sur la provenance des valeurs et des principes qui guident leurs décisions en matière d éthique, 5 des 7 professionnels rencontrés les associent à l un ou l autre de ces trois facteurs. De façon plus précise, 3 mentions sont reliées à l éducation familiale, 3 autres à l éducation scolaire et 3 réflexions sont associées aux expériences de vie. Les deux autres participants n ont fait référence à aucun facteur du premier stade pour expliquer la provenance des valeurs guidant leurs actions. La formation de deuxième cycle universitaire Le deuxième stade identifié dans le développement d un souci éthique survient lors du passage aux études supérieures des futurs consultants. La formation dispensée par le département de psychologie de l Université de Sherbrooke permet aux étudiants d acquérir des habiletés pratiques et d appliquer, dans un environnement de travail, les valeurs et les principes qu ils ont développés depuis l enfance. Ainsi, confrontés à la réalité dans un contexte organisationnel, les étudiants cherchent à éviter les dissonances entre ces valeurs et leurs actions professionnelles. C est également au cours de cette période, par l entremise du cours d éthique et de déontologie, que les futurs diplômés se familiarisent avec le code de déontologie de l Ordre des psychologues du Québec. Ce code régissant la pratique doit également être intégré à celle de l étudiant. Dans cette optique, trois facteurs centraux sont ciblés, à l intérieur de ce stade, comme étant favorables au développement d une préoccupation éthique. Ces facteurs sont : les valeurs propres au modèle de Sherbrooke, les expériences de stages et la supervision ainsi que le cours d éthique et de déontologie. Ici encore, c est l exposition à l ensemble de ces éléments qui sensibilise l étudiant à l éthique.

15 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 159 D abord, les valeurs propres au modèle de Sherbrooke influencent le développement éthique de l individu. Inspirée du courant humaniste, la psychologie des relations humaines enseignée à l Université de Sherbrooke met beaucoup d emphase sur les compétences relationnelles de l individu. Dans la même lignée, ce modèle propose de mettre au premier plan les particularités de chaque situation et de miser sur les compétences du client et du système-client, sur leur connaissance du milieu et sur leur potentiel d actualisation afin de proposer des solutions adaptées au contexte. D autres valeurs telles la coopération et la vision systémique ont également une place de choix au sein du modèle. (Lescarbeau et al., 1996; St-Arnaud, 1999, 1995) Ces prémisses véhiculées dans le modèle de Sherbrooke sont étroitement liées à l éthique telle qu elle a été définie précédemment. En effet, de par leur formation, les étudiants sont invités à considérer l impact de leurs décisions et de leurs actions sur le client et l ensemble du système. De plus, dans sa forme actuelle, le programme de psychologie de l Université de Sherbrooke cherche à favoriser l habileté réflexive et le jugement des étudiants. Dans cette optique, il est possible de présumer que l enseignement offert par le département au niveau des valeurs propres au modèle de Sherbrooke prédispose les étudiants au développement d une préoccupation éthique. Dans le cadre des entrevues, 2 répondants ont souligné que le Modèle de Sherbrooke ne leur avait pas permis de développer des nouvelles valeurs mais plutôt de consolider, d enraciner certaines valeurs qu ils prônaient déjà depuis plusieurs années. Aucun autre participant n a souligné l apport des valeurs propres au modèle de Sherbrooke dans le développement d un intérêt éthique. Ensuite, tout au long de la formation de deuxième cycle, les expériences de stage représentent un autre facteur favorisant le développement d une préoccupation éthique. Au cours de ses stages, l étudiant intervient auprès de systèmes comme il le ferait dans un emploi régulier. En ce sens, il est confronté à des situations en tout point semblables au monde du travail. Les apprentissages qu il y fait en matière d éthique sont donc comparables. Selon Patenaude (1997, p. 110), «l absence d expérience du milieu de pratique ne favorise pas la saisie, chez les étudiants, des enjeux éthiques et déontologiques reliés à une situation professionnelle». En contrepartie, il est donc possible de croire que les expériences de stage contribuent à l acquisition d une sensibilité éthique chez les étudiants. Les expériences de stages, contrairement au monde du travail, se font dans le cadre de la formation et, de ce fait, sont encadrées par des superviseurs. Ces professionnels expérimentés peuvent être considérés comme un atout de plus

16 160 Le développement de la compétence éthique chez les dans le processus de développement d un souci éthique. En effet, lors des supervisions, l étudiant discute avec son superviseur de différentes réalités auxquelles il est confronté dans son milieu de stage. À l écoute de ces informations, le superviseur peut en identifier le contenu éthique et attirer l attention de l étudiant à ce niveau. Un tel comportement de la part du superviseur favorise la sensibilité éthique du stagiaire. Pour Brazeau-Lamontagne (1996, p.73), «durant sa formation, le futur professionnel construit sa compétence éthique en interaction avec ses pairs, mais aussi avec ceux de ses professeurs qui auront accepté d entrer en dialogue avec lui». En ce sens, les expériences de stage et les supervisions peuvent être perçues comme des espaces propices aux discussions éthiques. Pour leur part, 4 des jeunes professionnels rencontrés dans le cadre des entrevues soulignent que les expériences professionnelles vécues influencent leur mode décisionnel en matière d éthique. Aucun des répondants n a fait de références directes à la supervision comme moyen de développer une sensibilité à l éthique. Enfin, le dernier facteur associé à ce stade est le cours d éthique et de déontologie. L ensemble des programmes visant à former des professionnels offrent des cours d éthique ou de déontologie. Une forte proportion de ces cours portent surtout sur la déontologie et ont pour but d apprendre aux étudiants le code mis en place par leur futur ordre professionnel (Legault, 1996). Pour leur part, les cours, plus rares, touchant l éthique visent à présenter une approche de résolution de dilemmes. Selon Betan (1997), le fait d enseigner un modèle décisionnel linéaire et rationnel en éthique n est pas suffisant pour développer des professionnels compétents à ce niveau. Pour cet auteur, même si la formation en éthique peut générer une plus grande sensibilité aux dilemmes, les améliorations possibles sont limitées. Dans le cadre de la formation en psychologie des relations humaines de l Université de Sherbrooke, le cours d éthique et de déontologie offert comprend deux parties. Une première, plus déontologique, porte sur le code de l Ordre des psychologues du Québec ainsi que sur les différents règlements en vigueur. Une seconde partie aborde l éthique et un modèle dialogique de résolution de conflits y est enseigné. Tous les jeunes professionnels rencontrés pour les fins de cet article ont suivi le même cours. Lors des entrevues, 2 participants ont souligné que cette formation à l éthique avait favorisé, chez eux, le développement de connaissances dans le domaine. Ces deux répondants ont expliqué que le cours les avait amenés à nommer de

17 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 161 façon adéquate, avec des termes plus justes, des situations éthiques qu ils vivaient déjà dans le cadre de leur pratique. Pour eux, le cours d éthique a permis d identifier des balises en matière d éthique et de structurer davantage leur pensée. À l opposé, certains ont mentionné qu ils ne considéraient pas le cours comme étant à la source de leur préoccupation en matière d éthique et qu ils l avaient avant la formation. Le marché du travail Le dernier stade de développement d une préoccupation éthique dans le modèle présenté plus haut se situe à l entrée du consultant sur le marché du travail. Cet essai portant principalement sur les jeunes professionnels, il ne couvre que les cinq premières années de pratique. Au cours de ce stade, deux situations peuvent survenir. Dans une première, aucun changement ne se produit au niveau de la préoccupation éthique. Dans la seconde, le développement d un souci éthique se poursuit. Les jeunes professionnels rencontrés mentionnent, dans une proportion de 4 sur 7, qu au niveau de l éthique, ils ne perçoivent pas leur pratique différente à ce jour de ce qu elle était lorsqu ils ont terminé l université. Ces jeunes professionnels se retrouvent donc dans la première situation. Pour eux, la préoccupation éthique a atteint un plateau suite à la formation universitaire. Certains expliquent cette situation par le fait qu ils sont sortis de l université depuis peu, souvent moins d un an, et que si des changements se sont produits, ils ne sont pas encore perceptibles. D autres proposent que la pratique de la consultation n engendre pas une grande quantité de situations éthiques ce qui pourrait justifier le peu de changement vécu. En ce qui a trait à la seconde situation, une fois sur le marché du travail, le développement d une préoccupation éthique se poursuit pour certains professionnels. Selon les informations recueillies dans le cadre des entrevues, trois facteurs peuvent favoriser ce changement : la présence de conditions favorables dans l organisation, l expérience de situations éthiques et l engagement volontaire de l individu dans une démarche de développement et de consolidation éthique. D abord, au niveau des conditions organisationnelles favorables, certains éléments ont été soulignés par les jeunes professionnels comme ayant facilité le maintien de leur préoccupation éthique. Ces conditions sont présentées dans le tableau 2. Principalement, la possibilité de discuter avec des collègues d une situation éthique rencontrée au cours de la pratique, le fait de travailler dans une organisation ayant un souci d intervenir de façon éthique et mettant en

18 162 Le développement de la compétence éthique chez les pratique les valeurs qu elle prône, la présence de normes ou de valeurs propres à l entreprise ou au groupe et l occasion d observer le comportement d intervenants en matière d éthique sont considérés, par les jeunes professionnels, comme autant de conditions permettant de poursuivre le développement d un souci éthique une fois sur le marché du travail. Ensuite, le fait d être confronté à une situation éthique est identifié par les répondants comme étant un deuxième facteur favorable au développement de l intérêt éthique. Tel que mentionné précédemment, pour certains auteurs, le développement de l éthique passe nécessairement par l expérience. Bien que les dilemmes éthiques ne soient pas quotidiens sur le marché du travail, le professionnel ayant à faire face à une telle situation n aura d autres choix que de prendre une décision. En ce sens, la réflexion alors engendrée situe le consultant au niveau de l éthique et le pousse à poursuivre son raisonnement dans ce domaine. (Fortin, 1995; Haidt, 2001; Legault, 1999; Proulx et Roy, 1996) Enfin, un répondant a souligné que de s engager dans une démarche réflexive active en matière d éthique, une fois sur le marché du travail, permettait également de poursuivre le développement d une sensibilité à ce niveau. Dans un même ordre d idées, le professionnel s inscrivant à des sessions de formations, à des colloques ou des ateliers portant sur l éthique sera aussi considéré comme prenant une part active dans son développement. Cette vision converge avec celle de certains auteurs. Par exemple, Clegg (2000) souligne que, pour devenir un praticien éthique, il faut d abord souhaiter qu il en soit ainsi. Pour Lippitt et Lippitt (1980, p. 107), «tout conseiller devrait, au début de sa carrière, mettre au point un code d éthique personnel». Ces auteurs proposent également aux professionnels de procéder à l évaluation de ce code tout au long de leur carrière et d en vérifier l application en consultant des collègues en qui ils ont confiance. Une telle vision fait appel à l engagement actif des professionnels au niveau de leur pratique éthique. Prédispositions favorisant le développement de la compétence éthique Selon plusieurs auteurs, au-delà des facteurs présentés précédemment et favorisant l émergence d une préoccupation éthique chez l individu, d autres éléments faciliteraient le développement de la compétence éthique. Ces éléments peuvent être perçus comme des prédispositions propres à chaque individu et dont le déploiement s étend sur l ensemble des stades du modèle défini ci-dessus. De façon schématique, ces prédispositions sont représentées

19 jeunes professionnels consultants auprès de systèmes 163 sur le modèle à l aide d une flèche verticale couvrant tous les stades (figure 2). Ces prédispositions peuvent être classées selon deux grandes catégories : la réflexion sur soi et la réflexion sur l action. La compétence éthique étant considérée comme une capacité réflexive, il n est pas étonnant que les préalables à son développement se situent au niveau de la pensée et de l introspection. Figure 2 : Modèle global de développement de la préoccupation éthique. D abord, la première catégorie porte sur la capacité qu a l individu de réfléchir sur lui-même, de s observer. Plusieurs auteurs stipulent que, pour en arriver à développer une compétence éthique, il est primordial de bien se connaître. Selon eux, ce n est que par une connaissance approfondie de sa personne, de son mode de raisonnement et des principes et valeurs guidant ses actions que l individu en arrivera à analyser une situation, à faire la part entre ses désirs, ses besoins personnels et à évaluer, le plus objectivement possible, l impact de sa décision sur autrui, le client et le système. En somme, c est par cette connaissance de soi qu il sera en mesure de prendre position face à une situation

20 164 Le développement de la compétence éthique chez les éthique (Betan, 1997; Brazeau-Lamontagne, 1996; de Bettignies, 1995; Legault, 1999; Lippitt et Lippitt, 1980). De plus, les événements éthiques étant caractérisés par la présence de malaises, d inconforts ou de tensions, cette habileté à être à l écoute de sa voix intérieure devient un atout précieux pour le consultant. Il sera également démontré ultérieurement que la reconnaissance d un dilemme éthique est souvent précédée de tels sentiments, d où l intérêt pour l individu d être attentif à ses réactions intérieures. Ensuite, la seconde catégorie est axée sur la réflexion sur l action. Cette caractéristique fait référence à la capacité qu a l individu de réfléchir sur ses expériences passées, sur l impact de ses décisions antérieures et d utiliser ces informations afin de guider ses choix futurs. En fait, la réflexion sur l action consiste principalement en l habileté de l individu à apprendre de ses expériences ou de celles d autrui (Bracher et Hingley, 2002; Kenny, 1996; Lambert, 1992; Legault, 1999; Lescarbeau et al., 1996). En matière d éthique, la réflexion sur l action favorise les apprentissages et le développement de la compétence. Cet essai ne portant par sur le niveau de développement de la compétence éthique, les entrevues n ont pas permis d obtenir des informations quant au seuil de compétence atteint par les jeunes professionnels rencontrés. Processus de résolution d un dilemme éthique Avant d en arriver à résoudre un dilemme éthique, encore faut-il reconnaître que l on est face à une situation éthique. Des études ont démontré que plusieurs psychologues ne reconnaissent pas immédiatement la dimension éthique d une situation qui leur est présentée sur vidéo ou à l aide d un texte. Dans une même lignée, les résultats d une recherche réalisée auprès d internes en psychologie font ressortir que, malgré une formation en matière d éthique, les participants identifient moins de 50 % des problèmes éthiques inclus dans des scénarios écrits (Betan, 1997; Betan et Stanton, 1999). Pour les fins de cette démarche, les jeunes professionnels rencontrés étaient d abord invités à référer à une expérience de conflit éthique. Dans cette optique, ils étaient interrogés sur la présence de dilemmes éthiques dans les débuts de leur pratique. Pour certains répondants, il a semblé difficile de répondre à cette question. Quelques-uns disaient ne jamais avoir été confrontés à un dilemme éthique mais revenaient sur leur affirmation. D autres devaient réfléchir un long moment avant de fournir une réponse. Au total, 4 des 7 répondants ont dit avoir eu, dans le cadre de leur pratique, à résoudre un dilemme éthique.

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Les principes du professionnalisme

Les principes du professionnalisme 1. Au sein de la profession actuarielle, le professionnalisme signifie : l application des connaissances et du savoir-faire spécialisés de l actuaire; un comportement éthique, plus particulièrement dans

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

ENSEIGNER AU COLLÉGIAL, UNE PROFESSION À PARTAGER

ENSEIGNER AU COLLÉGIAL, UNE PROFESSION À PARTAGER Réflexion pédagogique ENSEIGNER AU COLLÉGIAL, UNE PROFESSION À PARTAGER La question de l éthique traverse nos sociétés occidentales qui vivent depuis quelques décennies une véritable crise des valeurs.

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES 1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES DESCRIPTION L analyse des parties prenantes est une approche structurée permettant de comprendre un système en précisant l intérêt, les besoins et les préoccupations

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Logement de transition avec suivi intensif:

Logement de transition avec suivi intensif: Logement de transition avec suivi intensif: de nouveaux partenaires pour innover Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT Angèle Bilodeau, Ph.D. 1, 2 Marilène Galarneau, M.Sc. 2 Michel Fournier, M.Sc. 1 Louise Potvin, Ph.D. 2 Gilles Sénécal, Ph.D. 2, 3 Jocelyne Bernier, M.Sc.

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

1 Chapitre Chapitre. Le coaching QU EST-CE QUE C EST?

1 Chapitre Chapitre. Le coaching QU EST-CE QUE C EST? 1 Chapitre Chapitre Le coaching «Ils jouent un jeu. Ils jouent à ne pas jouer un jeu. Si je leur montre que je le vois, je briserai les règles et ils me puniront. Je dois jouer leur jeu, qui consiste à

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail