Avant-projet PPD 136/07 REV.1(F) ETUDES SOCIO-ECONOMIQUES ET INSTITUTIONNELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avant-projet PPD 136/07 REV.1(F) ETUDES SOCIO-ECONOMIQUES ET INSTITUTIONNELLES"

Transcription

1 REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberté Patrie MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES FORESTIERES DIRECTION DES EAUX ET FORETS (DEF) Organisation Internationale des Bois Tropicaux Avant-projet PPD 136/07 REV.1(F) «LA CONSERVATION, L AMENAGEMENT ET LA GESTION DURABLE DE LA BIODIVERSITE DES MONTAGNES DANS LA REGION SUB- SEPTENTRIONALE DU TOGO» ETUDES SOCIO-ECONOMIQUES ET INSTITUTIONNELLES Rapport Définitif Appuis financiers de : OIBT Juin

2 Remerciements Au terme de ce travail, la mission remercie sincèrement les Institutions Nationales, publiques et privées, et tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de l étude. Ces remerciements vont particulièrement : Au Ministère de l environnement Au directeur des Eaux et Forêts Aux directeurs Régionaux et Chefs d antennes préfectorales de l Environnement Aux préfets Aux chefs traditionnels Et aux populations des villages et cantons visités. 2

3 Remarque liminaire Cette étude a été conduite dans le cadre du financement de l OIBT. La situation mise en évidence par cette étude va justifier la mise en place d un projet de conservation et de restauration des ressources naturelles de la zone montagneuse sub-septentrionale du Togo. Compte tenu du court délai imparti à la mission, celle-ci s est attachée à effectuer une revue du cadre de la problématique, à suggérer des axes d intervention qu il importera de rendre directement opérationnel et concernant les actions qui pourraient être prises en charge par le financement en vue de la réhabilitation de l écosystème de la zone de l étude et de ses aires protégées. Les avis et opinions formulés dans ce document relèvent de l unique responsabilité des consultants, et ne reflètent pas nécessairement les points de vue du Gouvernement de la République du Togo ou du bailleur. 3

4 Sommaire Remerciements... 2 Remarque liminaire... 3 Liste des sigles et acronymes... 6 Liste des cartes... 7 Liste des tableaux... 7 Liste des photos... 8 Résumé... 9 Introduction I - Cadre physique et social de la zone et leurs incidences sur la réussite du projet Données physiques Localisation et superficie Conditions agro-pastorales Sols Pédologie et ressources en sols Données démographiques Répartition de la population par sexe, tranche d âge et catégorie socioprofessionnelle Incidence des facteurs démographiques sur la gestion durable des ressources naturelles de la zone Organisation Sociale Incidence de l Organisation Sociale sur la Réussite du Projet : Potentiel de mobilisation des organisations à la base Analyse du système foncier organisation foncière Problèmes fonciers Disponibilité des terres et pression démographique Délimitation du terroir Mode d appropriation et d exploitation de la terre II - Description et analyse des principales activités économiques et techniques de production dans la zone Typologie des activités économiques des chefs de ménage Structure des exploitations et système de culture Taille des exploitations Structure des exploitations Types d aménagement existant Degré de morcellement des exploitations et éloignement des champs Différents types de combinaison culturale et densité moyenne des principales cultures Durée moyenne d exploitation des champs Moyens de production et taille du ménage Semences améliorées Amendement chimique et organique des sols Pesticides Equipement de production Taille de la famille et force de travail Techniques de production Production végétale sèche Production maraîchère Elevage

5 2.4.4 Activités d extraction ou de prélèvement Rapport de production Rapport liant le chef d exploitation aux membres de l unité de production Prestation de travail Pratique endogène des mesures de conservation et de régénération des ressources naturelles et forestières Accès au financement extérieur et résultat d exploitation Accès au financement extérieur Recette et dépense d exploitation III - Analyse des besoins et des revenus des populations Besoins Sources de revenus des populations Structure des dépenses des ménages IV- Cadre Institutionnel d Intervention et parties prenantes potentielles Structures déconcentrées des ministères techniques Structures sous tutelle du MERF Structures sous tutelle du MAEP Direction Régionale des Affaires Sociales Organisations non gouvernementales (ONG) Assistance et Appui pour le Combat contre la Misère (ACM) Centre d Etude et d Action pour la promotion des Initiatives Communautaires (CEAPIC) Groupe d Action pour le Développement durable (GA2D) Santé Rurale en Afrique (SAR-Afrique) Centre de Formation Agro-Ecologique (CFAE-SOS) Collectivités territoriales Collectivités propriétaires terriens Groupes socioprofessionnels dépendant des ressources naturelles concernées Responsabilisation des parties prenantes V- Mesures incitatives et d accompagnement pour la gestion durable des ressources naturelles de la zone VI. Idées d aménagement de la zone et de gestion de ses ressources naturelles Conclusion BIBLIOGRAPHIE ANNEXES

6 Liste des sigles et acronymes ACM : Assistance et appui pour le Combat contre la misère AD : Assemblée de Dieu AGAIB : Agences d Appui aux Initiatives de Base AJA: Action pour la Jeunesse d Afrique AVGAP : Association Villageoise de Gestion des Aires Protégées AVD/CVD : Association villageoise de Développement/Comité Villageois de Développement CEAPIC : Centre d Etude et d Actions pour la Promotion des Initiatives Communautaires CFAE : Centre de Formation agro-ecologique CMS : Centre Médico Social CRA-SS : Centre de Recherche Agronomique de la Savane Sèche CREPA : Centre Régional pour l Eau Potable et l Assainissement à faible coût CVD: Comité Villageois de Développement DEF : Direction des Eaux et Forêts DFC : Direction des Forêts et Chasse DRAEP : Direction Régionale de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche DRERF : Direction Régionale de l Environnement et des Ressources Forestières EIE : Etude d Impact Environnemental ADESCO : Appui au Développement et à la Santé Communautaire G2AD : Groupe d Action pour le Développement Durable ICAT: Institut de Conseil et d Appui Technique IDH : Investir Dans l Humain IST : Infections Sexuellement Transmissibles ITRA : Institut des Travaux de Recherche Agricole MAPTO : Mouvement Alliance Paysanne Togolaise MAEP : Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche MERF : Ministère de l Environnement et des Ressources Forestières MST : Maladies Sexuellement Transmissibles NSCT : Nouvelle Société Cotonnière du Togo ODEF : Office de Développement et de l Exploitation Forestière 6

7 OCDI : Organisation de la Charité pour un Développement Intégré OIBT : Organisation Internationale des Bois Tropicaux OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement ONG : Organisation Non Gouvernementale PAM : Programme Alimentaire Mondiale PGES: Plan de Gestion Environnementale et Sociale PNUD: Programme des Nations Unies pour le Développement RESOKA : Réseau des ONG de la Kara RN : Ressources Naturelles SAR-AFRIQUE : Santé Rurale en Afrique TdE : Togolaise des Eaux UAVGAP : Union des Associations Villageoises de Gestion Participative des Aires Protégées Liste des cartes Carte n 1 : Localisation de la zone du projet Carte n 2 : Relief de la zone du projet Carte n 3 : Hydrographie de la zone du projet Carte n 4 : Végétation de la zone du projet Carte n 5 : Les sols de la zone du projet Carte n 6 : Répartition spatiale des ethnies de la zone du projet Liste des tableaux Tab n 1 : Superficie des diverses localités de la zone du projet Tab n 2 : quelques cours d eau de la zone par préfecture et par canton Tab n 3 : Répartition des groupes ethniques et de leurs croyances dans la zone Tab n 4 : Répartition de la population par canton et par sexe Tab n 5 : Répartition de la population par canton, village et catégories socio-prfessionnelle Tab n 6 : Répartition par localité des organisations villageoises Tab n 7 : Les structures d appui conseil, d encadrement et d animation rurale intervenant dans chaque localité Tab n 8 : Types d infrastructures réalisées par des travaux d intérêt collectif Tab n 9 : Répartition des chefs de ménage selon leur participation ou non aux travaux d intérêt collectif Tab n 10 : Répartition des chefs de ménage selon la nature de leur participation aux travaux d intérêt collectif Tab n 11 : Répartition des chefs de ménage selon qu ils sont confrontés à un conflit foncier ou non 7

8 Tab n 12 : Répartition des chefs de ménage selon les modes d accès à la terre Tab n 13 : Répartition des chefs de ménage selon leur origine. Tab n 14 : Les activités économiques par village suivant les types et techniques de production Tab n 15 : Situation du cheptel Tab n 16 : Structure des exploitations Tab n 17 : Répartition par localité des structures d appui intervenant dans la zone Tab n 18 : Répartition par localité de l expression des besoins par les populations Tab n 19 : Répartition des infrastructures socio collectives dans la zone Tab n 20 : Coordonnées des chefs de canton et chefs de village Tableau synoptique des résultats issus des réunions de concertation avec les populations de la zone d étude. (annexe) Liste des photos Photo n 1 : un Hara en pleine activité champêtre, mai 2010, page 28 Photo n 2 : Un Ngbè dans le canton de Pouda, mai 2010, page 29 Photo n 3 : Porcherie du groupement LIDAWOE du canton de Yadè, page 45 Photos n 4 : Activités d extraction ou de prélèvement, page 45 Photo n 5 : Une réunion de concertation villageoise Photo n 6 : un site de bassin versant de Lassa Fig. n 1 : Illustration de la conservation de la biodiversité. 8

9 Résumé La Direction des Eaux et Forêts (DEF) se donne pour tâche la restauration et la préservation des ressources naturelles de la zone sub-septentrionale du Togo. Elle veut baser cette action sur la gestion durable pour protéger et promouvoir cet important patrimoine naturel dont les populations se servent. Pour ce faire, elle a confié une mission d étude socioéconomique au cabinet d étude Alliance Sarl avec pour objectifs de proposer des orientations futures pour la conservation, la restauration et la gestion durable des ressources naturelles de la zone après l analyse des données physiques et démographiques, de l organisation sociale, des besoins et revenus des populations concernées, des principales activités économiques de la zone, des préoccupations, des comportements, des intérêts, de la vision et des capacités de toutes les parties prenantes vis à vis des forêts, de l environnement, des problèmes fonciers, de la nature et des formes de la participation des parties prenantes aux activités du projet. L analyse des données ci-dessus énumérées ont donné les résultats suivants : La zone du projet se situe entre 9 et 10 latitude Nord et entre les méridiens 0 50 et 1 30 de longitude Est. Elle est limitée à l Est et au Nord par la République du Benin, au Nord Ouest par la Préfecture de la Kéran, au Sud Ouest par la Préfecture de Dankpène et au Sud par les Préfectures de Tchaoudjo et de Tchamba. L analyse des données physiques et pédologiques, des facteurs climatiques, des ressources en eaux et du couvert végétal indique que la morphologie de la zone est très accidentée et irrégulière caractérisée par l alternance de plaines, de vallées, de plateaux et de massif montagneux de 600 mètres environ. Ce relief est généralement dénudé de végétation avec une forte dégradation des écosystèmes souvent fragiles qui méritent des aménagements appropriés. L évaluation de la démographie présente des contraintes liées à la forte demande en espaces vitaux, à la nécessité de définition des zones de potentialités naturelles aménageables qui respectent le cadre de vie et les besoins des populations et à l introduction dans le milieu des emplois non agricoles. La conception et la mise en œuvre du projet doivent prendre en compte ces éléments auxquels s ajoutent les paramètres techniques de zonage et de marquage de limites des zones. Ceci, dans le cadre du développement d un plan d aménagement global de la zone du projet. L organisation sociale des populations concernées et du foncier indique que les communautés de la zone sont bien structurées avec des interlocuteurs responsables et représentatifs à chaque pôle de décision. Ceci est un gage de participation des populations au projet. Ces populations ont pris l habitude des travaux communautaires et de la mobilisation au cours des évènements socioculturels ou politiques. L étude des activités économiques et des techniques de production dans la zone du projet révèle que ce soit dans l agriculture, l artisanat et le commerce, les populations disposent des pratiques endogènes de conservation et de régénération des ressources naturelles et forestières qu il faudra renforcer et promouvoir à grande échelle. Mais, les essences forestières les plus exploitées à des fins économiques sont menacées de disparition. L appréciation des conditions de vie des populations de la zone du projet renvoie à l observation selon laquelle, d une part, la principales source de revenus monétaires des ménages est la vente des produits agricoles ou des produits issus de leur transformation. Les sources secondaires des revenus sont l artisanat, le commerces des produits manufacturiers et de l élevage. Les besoins exprimés par les populations sont, d abord, des appuis en matière du reboisement et de l agroforesterie ; en suite viennent la facilité d accès aux intrants agricoles, en eau potable, des retenus d eaux pour le maraichage et les cultures de contre saisons et de l appui-conseil en agriculture intensive. Le chapitre «cadre institutionnel et parties prenantes potentielles» donne une brève aperçue des structures déconcentrées des ministères techniques, des organisations non gouvernementales et des 9

10 collectivités territoriales intervenant dans la zone du projet et susceptibles d y prendre part. Cependant, les collectivités propriétaires terriens et leurs mandataires n ont pas pu être identifiés. La raison tient au fait que le temps imparti à la mission est insuffisant et qu il faudra d abord retenir les unités de ressources naturelles à gérer (aménager, réhabiliter, conserver) avant cette opération spécifique. Pour arriver à la détermination des parties «prenantes engagées et responsables», la mission a proposé un schéma opérationnel de leur responsabilisation. Le chapitre V a fait observer que la mise en œuvre du projet nécessite l applications des mesures incitatives qui permettront de relever le niveau économique et social de la population concernée et de les préparer à une implication sérieuse dans le processus de conception, de préparation et d exécution de projet. Elles sont complétées par huit mesures d accompagnement qui atténueront les effets négatifs du projet et favoriseront un bon niveau d appropriation des bénéficiaires. Les idées d aménagement et de gestion des ressources naturelles de la zone prennent appui sur les éléments d analyse ci-dessus et s articulent autour des trois axes stratégiques suivants : 1- La régénération des formations végétales et des forêts pour la protection du réseau hydrographique et les influences climatologiques bénéfiques ; 2- Une active intervention dans le domaine agricole par le biais des actions de conservation et de fertilité des sols ; 3- Une structuration participative du milieu par la mise en place de zonages spécifiques à des fins d activités appropriées respectant l écosystème et la capacité d accueil des sols. 10

11 Introduction L état de la documentation actuelle montre que le Togo compte plusieurs forêts classées couvrant environ 14,2% du territoire national. Sur cet ensemble national, 21 forêts étaient recensées dans la zone montagneuse sub-septentrionale du Togo. La presque totalité de ces formations végétales sont classées en période coloniale entre 1940 et La zone d étude se situe entre les parallèles 9 et 10 de latitude Nord et entre les méridiens 0 50 et 1 30 de longitude Est et correspond à une partie de la région de la Kara et de la région Centrale. Les préfectures concernées sont celles de Tchaoudjo, d Assoli, de Doufelgou, de Binah et de Kozah. Cette zone renferme la chaîne de DEFALE, les Monts KABYE, la falaise de DAOUDE et la falaise d ALEDJO. En cette période la densité résidentielle moyenne nationale était de 12 hbts/km 2 contre 116,7 hbts/km 2 en En dehors de la pression démographique, les forêts classées ont été gérées sans une moindre prise en compte des préoccupations des populations riveraines. Ce qui fait qu au cours des crises sociopolitiques des années 90, les populations se sont mises à formuler des revendications foncières, à envahir et à procéder à la destruction de la faune et de la flore de ces domaines forestiers. Cela a induit une complète occupation des formations végétales avec une dégradation de la végétation et des plantations exploitées. La plupart sont occupées par des habitations, des cultures et des plantations. Il ne reste actuellement que quelques reliques de forêts comme celle de kéméni, d Aléhéri, d Alédjo, de Djamdè. Cette situation s est accompagnée dans la zone par une forte utilisation des autres ressources (fauniques, foncières, hydrauliques) suivi des diverses formes de pollution occasionnées à cet effet. C est ce contexte qui caractérise la gestions des ressources naturelles de la zone. Une action restauratrice et de préservation basée sur la gestion durable s impose donc pour sauver cet important patrimoine naturel dont se servent fondamentalement les populations. La Direction des Eaux et Forêts (DEF), après une lecture du passé récent des actions de l administration forestière, recherche la meilleure stratégie possible d aménagement et d exploitation des ressources naturelles de la zone d étude. La quête de solutions appropriées a conduit la DEF, avec l appui financier de l OIBT, à confier au cabinet d études «ALLIANCE SARL» une mission d investigations socioéconomiques et institutionnelles. L objet de la mission est de : 1. faire l état des lieux socioéconomique et institutionnel relatif aux écosystèmes de montagnes de la région sub-septentrionale du Togo, 2. mesurer l impact de son environnement socio-économique en vue d identifier les blocages possibles à la mobilisation des communautés dans un processus de la gestion participative rationnelle et durable des formations végétales, 3. les analyser et d en proposer des orientations futures en vue de la conservation, de la restauration et de la gestion durable des ressources naturelles de la zone. Ceci se fait par le biais d une approche technique et méthodologique. L approche technique se décline en fonction des résultats attendus de la présente mission et repose sur les thématiques ci-après : 1. l analyse des données physiques et démographiques, de l organisation sociale des populations concernées ; 2. les incidences des données analysées sur l aménagement de la zone d étude et sa gestion participative rationnelle et durable ; 11

12 3. la description et l analyse des principales activités économiques des zones concernées et leur impact sur la biodiversité de la zone et la stratégie de gestion participative ; 4. l analyse des besoins et des revenus des populations ; 5. l évaluation des préoccupations, des comportements, des intérêts, de la vision et des capacités de toutes les parties prenantes vis à vis des forêts, de l environnement et leur impact sur la stratégie de gestion participative et le futur projet d aménagement et de gestion de la biodiversité des montagnes ; 6. le recensement et l analyse des problèmes fonciers et leur impact sur le futur projet ; 7. l évaluation de la nature et des formes de la participation des parties prenantes aux activités du projet et leur incidence sur la mise en œuvre dudit projet ; 8. l établissement des cartes de la zone d étude avec des thématiques relatives aux centres de peuplement, aux infrastructures socio collectives, aux mouvements migratoires, aux types de dépendance en relation avec la gestion de la biodiversité ; 9. la proposition de mesures incitatives et d accompagnement devant être prise en compte dans la conception et l exécution du projet de «la conservation, la restauration et la gestion durable de la biodiversité des montagnes dans la région sub-septentrionale du Togo». Ceci devait viser également le développement économique et social des localités concernées dans une perspective de réduction de la pauvreté et d atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ; 10. la proposition d un plan d utilisation des ressources naturelles et de gestion de la biodiversité et de l écosystème des montagnes de la zone. Pour arriver à la matérialisation de ces dix (10) points, certains outils techniques ayant trait à l analyse opératoire, à l évaluation, au diagnostic, à l identification, à la prospection, etc. sont à mettre en œuvre. Ils sont appliqués à : l analyse des données collectées ; l évaluation des situations vécues par les populations et leur impact sur la biodiversité ; l identification des parties prenantes, de leurs préoccupations, comportements, intérêts, vision et capacités ; la prospection des actions futures de restauration, de conservation et de gestion participative de la biodiversité et des écosystèmes des montagnes. Tous ces éléments techniques s inscrivent dans l approche méthodologique dont les différentes phases se présentent comme suit : Phase I : Signature des documents contractuels. Prise de contact et discussion avec les responsables des services techniques centraux et déconcentrés en charge de la gestion des forêts et des ressources naturelles au Togo et plus particulièrement de la région visée ; Phase II : Collecte des informations disponibles en collaboration des commanditaires de l étude. Il s agit avec l appui du ministère de recueillir d une part, la documentation existante (politique forestière, les documents de stratégie de gestion des forêts classées, les statistiques de production forestière de la région concernée, etc), d autre part, de procéder à une enquête par concertation avec les populations riveraines de certaines forêts et enfin de faire des observations in situ avec des prises de vues et d images matérialisant des phénomènes examinés. Les investigations s orienteront aussi vers les acteurs économiques et sociaux (chefs traditionnels, préfets, agents forestiers et responsables des groupes d intérêts) qui animent la vie du secteur et de l agriculture dans la région ; Phase III : Dépouillement, structuration et analyse des données recueillies puis diagnostic des contraintes et des leviers de développement environnemental ; PhaseIV : Cartographie des données quantitatives, qualitatives, socioéconomiques et environnementales de la zone ; Phase V : Elaboration des rapports (provisoire et définitif). 12

13 Le début de la mission est marqué par la signature des documents contractuels entre le Cabinet ALLIANCE Sarl et les commanditaires. Le consultant et l administration contractante se sont concertés pour baliser le terrain et préparer le bon déroulement de la mission au plan technique et administratif. Les perspectives et enjeux de la mission sont analysés ensemble avec les services techniques de l administration contractante en vue de : o l organisation matérielle et logistique de la mission sur le terrain ; o la détermination d une vision concertée de l avenir des écosystèmes de montagnes et des centres de peuplement ; o avoir une compréhension commune des concepts, notions, définitions et des éléments clés des TdR ; o ajuster le chronogramme d intervention et des échantillons pour des enquêtes ciblées. Le résultat de ces contacts a permis d établir une confiance mutuelle avant d aborder des questions stratégiques. A la phase de mobilisation des informations disponibles, la DEF a appuyé le consultant dans la collecte des documents et autres données. Des informations sont recueillies auprès de l administration forestière au niveau centrale et déconcentré dans la zone et les préfectures concernées et auprès des structures de développement. Il s agit notamment des rapports d études sur le secteur forestier, des analyses et Monographies régionales, des rapports d activités des Ong et des institutions financières. Les documents collectés traitent entre autres : o des domaines de la conservation des ressources naturelles, de la pollution, de l érosion et de la désertification ; o des données physiques, démographiques, de l organisation sociale des populations riveraines ou à l intérieur des périmètres des formations végétales, des forêts et des aires protégées ; o des principales activités économiques des zones concernées ; o de la stratégie nationale de réduction de la pauvreté et des Objectifs du Millénaires pour le Développement (OMD) ; o des statistiques de production et d exploitation forestière ; o etc. Les données qui sont difficiles à cerner par la documentation existante sont recherchées sur le terrain à partir d une série de réunions de concertation avec les différentes parties prenantes, une administration de questionnaires et de fiches techniques au niveau régional et local pour mieux cerner les questions liées à : o des préoccupations, des comportements, des intérêts, des responsabilités, des droits et obligations, de la vision, des capacités et des initiatives de toutes les parties prenantes vis à vis des forêts, de l environnement et leur impact sur la stratégie de gestion participative et la politique forestière ; o les techniques et outils utilisés dans l exploitation des ressources naturelles de la zone o des problèmes fonciers et leur impact sur la mise en œuvre du projet futur ; o de la nature et des formes de la participation des parties prenantes et leur incidence sur la mise en œuvre du projet. Cette étape de la mission consiste à faire, à la fois : 1. des focus group avec les populations de tous les villages cités plus haut. Ils se sont déroulés en groupe réunissant en moyenne 60 participants composés des autorités locales (chefs 13

14 traditionnels, préfets), des agents forestiers, des groupes socioprofessionnels, des femmes, des jeunes, des associations villageoises de développement (AVD)/CVD, les AVGAP/UAVGAP, et responsables des groupes d intérêts, etc. Les focus group sont exécutés sur la base des grilles de questions simplifiées et des fiches thématiques avec des illustrations adaptées facilitant la compréhension des concepts véhiculés. 2. Une enquête socioéconomique conduite auprès de 1080 chefs de ménages représentant un échantillon de 48,29 % des chefs de ménages des villages de Lassa et d Aléhéridè dont 446 ménages à Aléhéridè et 634 ménages à Lassa. Ces deux localités ont été retenues en fonction de la combinaison des critères ethniques, démographiques, géographiques et d intérêts d aménagement (bassin versant de Lassa Badjo, Stabex 2003) ou de réhabilitation (forêts classées d Aléhéridè et d Alédjo, Stabex 2003). Le choix des ménages s est fait de façon aléatoire. Cette enquête a été réalisée avec des enquêteurs chevronnés sous la supervision des consultants. Les questionnaires sont préparés et testés au cours d une phase préalable à l enquête proprement dite. Elle a permis d avoir des informations d ordre statistique sur la situation socioéconomique, agronomique et forestière actuelle de la zone ainsi que les besoins. 3. Une enquête de mesures des exploitations à l aide des instruments appropriés tels que les boussoles, les décamètres, et les calculatrices programmables, a permis de connaître avec précision la taille et la structure des exploitations ainsi que le taux d empierrement. Les différentes combinaisons culturales ont été posées systématiquement au sein des différentes unités de production mesurées. Cette enquête a été couplé à celle socioéconomique. 4. Une enquête auprès des institutions intervenant ou susceptibles d intervenir dans la zone. A l issu de ces exercices, les informations recueillies sont complétées par des observations in situ sur des sites retenus de concert avec les parties prenantes. Cette phase se fondent essentiellement sur l Observation (ex situ et in situ), des données recueillies au cours de la phase précédente. Toutes les informations sont structurées et classées dans des tableaux croisés en fonction des thématiques liés à l objet des TdR. Ce classement a facilité la lecture des phénomènes en présence et a permis une analyse à la fois qualitative et quantitative de la situation socioéconomique et institutionnelle des écosystèmes des montagnes de la région. Cette analyse a permis de décrire de façon détaillée et cohérente le paysage, les constituants des zones forestières, la production et l exploitation forestières, leurs incidences des activités socioéconomiques sur les ressources naturelles, etc. Elle a aidé aussi à connaître, à décrire et à estimer les niveaux de conservation, de dégradation, d érosion et de pollution, les taux des terres marginales, des terres en cultures pérennes ou d exportation et forestières (teck, Eucalyptus, etc.), des terres servant d établissements humains (localités) et celui du restant des terres dans la région. Cette analyse a débouché sur le diagnostic des contraintes et des leviers de développement forestier de la région. Après l analyse et l exploitation des données, les différentes cartes sont établies à partir des résultats de l analyse des données recueillies et des indications techniques nécessaires à la matérialisation des différentes thématiques des termes de référence et de notre offre. Enfin, tous les éléments recueillis ont permis d élaborer les rapports provisoire et définitif de la mission. Les résultats de la mission sont présentés dans ce rapport structuré comme suit : I. Cadre physique et social de la zone et leurs incidences sur la réussite du projet ; II. Description et analyse des principales activités économiques et techniques de production dans la zone du projet ; III. Analyse des besoins et des revenus des populations ; IV. Cadre institutionnel d intervention ; 14

15 V. Proposition de mesures incitatives et d accompagnement pour le développement économique et social de la zone et l amélioration des revenus des populations ; VI. Proposition des idées d aménagement de la zone et d exploitation de ses ressources naturelles. 15

16 I - Cadre physique et social de la zone et leurs incidences sur la réussite du projet 1.1 Données physiques Localisation et superficie La zone du projet (carte n 1) est localisée entre le 9 et le 10 latitude Nord et entre les méridiens 0 50 et 1 30 de longitude Est comme l indique la carte qui suit. Les différentes dimensions déterminent environ une superficie relative de 8343 Km². Pour mieux cerner l étude, un échantillon des localités est proposé couvrant les cantons de Agoulou, Kéméni, Aléhérie, Alédjo, Soudou, Koumondè, Lama, Soumdina, Lassa, Tcharè, Bohou, Yadè, Tchitchao, Pya, Kouméa, Kouméa, Landa, Pissaré, Farindè, Sola, Boufalé, Sirka, Pouda, Massédina de la région de la Kara et de la Centrale. Les 23 cantons constituent une aire d environ 1951 km². Elle est irriguée au Nord par les systèmes hydrographiques secondaires des rivières Kara et Kéran et au Sud par ceux du fleuve Mono et de la rivière Mô. Tab n 1 : Superficie des diverses localités de a zone du projet Cantons Agoulou Kéméni Aléhéridè Alédjo Soudou Koumondè Lama Soumdina Lassa Tcharè Bohou Yadè Superficie Km² , Cantons Tchitchao Pya Kouméa Landa Péssarè Farindè Sola Boufalé Sirka Pouda Massédina Superficie Km² Source : DSID, La zone est parsemée du sud au nord par la falaise de Daouda et celle d Alédjo, les monts Kabyè et la chaîne de Défalé dont les altitudes se situent entre 300 mètres et 600 mètres de haut. Cela indique que la morphologie de la zone est très irrégulière constituée par une alternance des plaines, de vallées et de plateaux dominés par de vieux massifs montagneux très accidentés et le plus souvent dénudés de végétation. (Carte n 2). 16

17 Source : ALLIANCE Sarl. ; Carte n 1 : Localisation de la zone 17

18 Source : ALLIANCE Sarl. ; 2010 Carte n 2 : Le relief de la zone du projet 18

19 1.1.2 Conditions agro-pastorales Il s agit de cerner les facteurs climatiques, hydrographiques et végétatifs qui déterminent la production agropastorale de la zone. Le climat : dans son ensemble, la zone est caractérisée par un climat subtropical semi humide de type soudano guinéenne à deux (2) saisons dont une saison de pluies (avril à octobre) et une saison sèche (novembre à mars) avec une pluviométrie variant entre 700 et 1200 mm. a) Pluviométrie : Le nombre moyen de jours de pluies des vingt dernières années est de 60 jours environ de pluies annuelles avec des écarts annuels atteignant 34. Les observations faites sur la même période démontrent qu une précipitation de 1400 mm concentrée sur les 2/3 de la période de juillet /septembre a une forte érosivité (capacité d occasionner des érosions) correspondant à un indice très élevé de fournier égal à 55. Dans ce contexte, en moyenne, on évalue à 4 tonnes la quantité de terre emportée en un an par ha de terrain. b) Température : les relevés de thermométrie observée sur les vingt dernières années indiquent que la température moyenne se situe à 27 C et que les variations annuelles sont insignifiantes. Par contre, celles mensuelles et journalières sont importantes. Le minima journalier est de 20 C et le maxima est de 33 C ; les variations diurnes peuvent dépasser 15 C. Les mois de novembre, décembre et de janvier enregistre les températures les plus bas coïncidant avec la période d harmattan favorable au maraîchage. Par contre les mois les plus chauds sont ceux de mars et d avril. c) Insolation et Evaporation : de novembre à janvier et parfois jusqu en février, la plupart des journées sont sans nuages. Même, en saison de pluies, plus du quart de la journée reste ensoleillée. Cette situation indique que le degré hygrométrique annuel est de 63,8% en moyenne. La variation interannuelle est en dents de scie avec une écart maximum de 7%. Il a été observé que le taux d humidité est le plus faible en janvier (35%) et le plus élevé (84%) au mois d août. De même, l évaporation moyenne annuelle est de 2032 mm. Elle est très élevée au mois de janvier et février (avec une moyenne mensuelle de 250 mm), période au cours de laquelle les plus faibles précipitation et humidité relative sont observées. L évaporation est très basse en août avec une moyenne de 90 à 100 mm. Les ressources en eau: Elles regroupent les eaux de surface et celles souterraines. a) Les eaux de surfaces : les systèmes hydrographiques de surface qui baignent la zone sont ceux des rivières Kara et Kéran au Nord et au sud ceux de Mô et Mono. La carte de l hydrographie de la zone ci-dessous indique les principaux éléments des systèmes de chaque rivière. Ces quatre systèmes ont développé des affluents et des talwegs qui généralement tarissent en saison sèche durant environ 2 mois. En saison pluvieuse, surtout en année de fortes précipitations, ces ruisseaux débordent et inondent les sols qui s engorgent d eaux rendant ainsi difficile le travail champêtre. Entre autres affluents de ces systèmes hydrographiques de la zone du projet, les principaux cours d eau suivants peuvent être cités par préfectures et cantons dans le tableau suivant : 19

20 Tab. n 2: Quelques cours d eau de la zone par préfecture et par canton Préfectures Cantons Cours d eau Tchaoudjo : Aléhèridè Mô, Bolè (interdition de pêche par la TdE) Kéméni Ditcho, Kpaza, Klouba, Bolè, Egbeze, Labodikpeî, Kidediri, Tokoli, Kpankpande et le barrage d Aléhéridè. Assoli : La majorité des cours d eau de cette préfecture prennent leurs sources dans les monts Alédjo Alédjo Didaworè, Filiou, Lombo, Léla, Kpéléboua, Lawiya, Kafayo, Kayalé Koumondè Alimalaou, Boudjounou, Kpawa, Bizana, Médeou, Sara Doufelgou Pouda Blola, Bolo, Binah Binah Kozah Source : ALLIANCE Sarl. ; Ptelaka (village de Baré), Poulaka Boufalé (village de Baré), Kpandjarkn (village de Baré), Pann (traverse villages de Kiako, Baré, Katcheka, Tchemandè, Lama-Tessi II) Solla Binah, N pouikoi, N gnênêkoi, N tchanikoi Kouméa Kpelou, Kozah, Kadaho, Sossô, Kdemaou, Kpatarè, Aoudoyô. Des marres dont (Tchéli, Nêrê, Myou, Egnang, Ligbada) Landa Kpindi, Kara, Sêyê Lassa Limou, Mazabo, Abou-lao, keketcha, lindane Pya Kpelou, Peka, Atakpadè, Koudjouka-boo, Pittadjao Parmi eux, Kara, Mô, Bolé, Kpaza, Klouba, Didaworè, Lombo, Kayalé Bawulé, Kagnalo, Passa, Adjima, Mabo, Kpéwa, Katiola, Félina, Kawa, Kpélou, Kozah, Kpindi, Nangbowa, Dago, Binah, Ptélaka, Poulaka, Kéran ont généralement un débit moyen annuel de 1 à 5 m 3 /seconde. Les autres cours d eau restant sont pratiquement secs à la fin des saisons de pluies. Sur les cours d eau à débit moyen, il peut être envisagé l aménagement de petites retenues pour l irrigation. Cela pourrait régulariser les ressources en eau de surface sur toute l année. b) Les nappes souterraines : l état actuel des connaissances des ressources souterraines au Togo ne permet pas d apprécier la quantité et la qualité des eaux souterraines. L utilisation actuelle de la nappe est assez faible en volume et ne comporte que quelques centaines de puits ou forages pour l alimentation en eau potable surtout en milieu rural. Les puits traditionnels sont progressivement abandonnés au profit des forages. 20

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Par Dan Lansana KOUROUMA, CÉREC Ouo Ouo LAMA, UdeM Jean Philippe WAAUB, GEIGER

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Termes de Références Appui sur la thématique foncière Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Août 2013 1 I. CONTEXTE GENERAL DU PROJET ET DE LA MISSION Le Gret,

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT 1 PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT I. INFORMATIONS DE BASE

Plus en détail

Projet Promotion d Elevage dans l Atacora (PPEA)

Projet Promotion d Elevage dans l Atacora (PPEA) Domaines d apprentissage : Autopromotion Expérience : Gestion de terroir Développement local 1. Situation de départ La promotion de l élevage démarrée avec le projet en juillet 1983 sur la base d un programme

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

PLAN D ACTION DE GWI-TOGO 2013-2018

PLAN D ACTION DE GWI-TOGO 2013-2018 PLAN D ACTION DE GWI-TOGO 2013-2018 Global Water Institute-Togo (GWI-Togo) a pour but d assister l régions qui connaissent une pénurie sans cse croissante en eau potable, eau pour l agriculture et menacé

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Plan de gestion environnementale du pont de Koulikoro et de ses routes d'accès

Plan de gestion environnementale du pont de Koulikoro et de ses routes d'accès PRÉSENTATION POWERPOINT Plan de gestion environnementale du pont de Koulikoro et de ses routes d'accès Moulaye FAROTA, Conseiller Technique, Ministère de l Environnement et de l Assainissement, Bamako

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE

B. LA PROCEDURE DE CLASSEMENT D UN SITE NATUREL EN RESERVE NATURELLE REGIONALE CADRE D INTERVENTION REGIONALE POUR LE CLASSEMENT D ESPACES NATURELS EN RESERVES NATURELLES REGIONALES Abroge et remplace, à compter du 14 mars 2014, le cadre d intervention adopté par délibération CPR

Plus en détail

Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS)

Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS) Institut de recherche pour le développement Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS) Cas de la délégation de Haffouz

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

LES FORETS AU BURKINA FASO

LES FORETS AU BURKINA FASO LES FORETS AU BURKINA FASO Background Paper Présenté à l atelier sur le Dialogue Forestier 12 au 15 septembre 2011 Ouagadougou/ Burkina Faso Sylvestre Bangré OUEDRAOGO Coordonnateur Régional de TREE AID

Plus en détail

-=-=-=- C A B I N E T -=-=-=- PROGRAMME NATIONAL D AFFORESTATION ET DE REBOISEMENT (P RONAR) CELLULE GESTION AFFAIRES FONCIERES

-=-=-=- C A B I N E T -=-=-=- PROGRAMME NATIONAL D AFFORESTATION ET DE REBOISEMENT (P RONAR) CELLULE GESTION AFFAIRES FONCIERES MINISTERE DE L ECONOMIE FORESTIERE, ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE -=-=-=- C A B I N E T -=-=-=- REPUBLIQUE DU CONGO Unité*Travail*Progrès PROGRAMME NATIONAL D AFFORESTATION ET DE REBOISEMENT (P RONAR) CELLULE

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET 3.8 L AGRICULTURE Occupant à peine 1 % du territoire, l activité agricole est peu développée à l échelle du bassin versant de la rivière du Diable. Les exploitations agricoles y sont peu nombreuses, de

Plus en détail

Pour la promotion du Développement à la Base

Pour la promotion du Développement à la Base Pour la promotion du Développement à la Base. Siège social : Tsévié-Habitat, Villa N 1106, Face EPP Centrale, 160 BP: 321, Tsévié-Togo, Tél. (+228) 22 34 50 01 / 90 18 80 32 E-mail: tresafrique96@yahoo.fr

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET OCTOBRE 2006 SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE ET D AMENAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ

PRÉSENTATION DU PROJET OCTOBRE 2006 SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE ET D AMENAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ INTERCONNEXION DES RESSOURCES VERDON/SAINT-CASSIEN POUR LA SÉCURISATION DE L ALIMENTATION EN EAU DE L EST VAROIS ET DE L OUEST DES ALPES-MARITIMES LES COMMUNES CONCERNÉES PAR LE TRACÉ TOURVES BRIGNOLES

Plus en détail

PRESENTATION ET OBJECTIFS (2013 2023)

PRESENTATION ET OBJECTIFS (2013 2023) GREEN LABEL Epargne Verte PRESENTATION ET OBJECTIFS (2013 2023) PREAMBULE Selon la FAO, environ 13 millions d hectares de forêts disparaissent chaque année, soit 20 000 ha chaque jour ; l équivalent de

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX DE RECHERCHE

RAPPORT SUR L ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX DE RECHERCHE RAPPORT SUR L ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX DE RECHERCHE PAR : Mlle Prisca Peggy OUOKO YANGOUNZA Géographe Tél. : 00 33671670874 Rennes, le 0 2 novembre 2009 =-=-=-=-=-=-=-=-=--=-= I : CADRE THEORIQUE

Plus en détail

Termes de références l élaboration d un plan d aménagement et de gestion des forêts ripicoles de la commune de Dissin et situées le long du Mouhoun

Termes de références l élaboration d un plan d aménagement et de gestion des forêts ripicoles de la commune de Dissin et situées le long du Mouhoun Termes de références l élaboration d un plan d aménagement et de gestion des forêts ripicoles de la commune de Dissin et situées le long du Mouhoun Juin 2015 I. TERMES DE REFERENCES 1.1. Contexte et justification

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DES PROJETS PILIER II DU PLAN MAROC VERT

PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DES PROJETS PILIER II DU PLAN MAROC VERT aajou ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE ²²²²²²²²²²²² PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DES PROJETS PILIER II DU PLAN MAROC VERT Janvier

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Gestion durable des ressources naturelles de l ile de Pâques

Gestion durable des ressources naturelles de l ile de Pâques Gestion durable des ressources naturelles de l ile de Pâques Et si vous décidiez de soutenir notre projet à Rapa Nui*? L île de Pâques est connue pour ses gigantesques statues de pierre, les moai. D une

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides Tableau 8 : Plan d action pour la conservation de la biodiversité au Rwanda Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides 1.1. Développement 1.1.1

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

MADAGASCAR Soutien à la création d un centre rural de formation et d animation

MADAGASCAR Soutien à la création d un centre rural de formation et d animation MADAGASCAR Soutien à la création d un centre rural de formation et d animation www.planete-urgence.org MADAGASCAR - SOUTIEN A LA CRÉATION D UN CENTRE RURAL DE FORMATION ET D ANIMATION 1 - Contexte et présentation

Plus en détail

Objectifs du programme MOH

Objectifs du programme MOH Projet «Maintien de la biodiversité des territoires ruraux du Massif central à travers la préservation de la qualité et la fonctionnalité des milieux ouverts herbacés» Restauration de landes et parcours

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DU PONT DE KOULIKORO ET DE SES ROUTES D'ACCES PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE

PROJET DE CONSTRUCTION DU PONT DE KOULIKORO ET DE SES ROUTES D'ACCES PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE PROJET DE CONSTRUCTION DU PONT DE KOULIKORO ET DE SES ROUTES D'ACCES PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE Moulaye FAROTA, Conseiller Technique, Ministère de l Environnement et de l Assainissement, Bamako (Mali)

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

SEMINAIRE - ATELIER LES UNIVERSITÉS D AFRIQUE FRANCOPHONE ET LA CONNAISSANCE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT: QUELLES LEÇONS TIRER DES EXPÉRIENCES

SEMINAIRE - ATELIER LES UNIVERSITÉS D AFRIQUE FRANCOPHONE ET LA CONNAISSANCE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT: QUELLES LEÇONS TIRER DES EXPÉRIENCES SEMINAIRE - ATELIER LES UNIVERSITÉS D AFRIQUE FRANCOPHONE ET LA CONNAISSANCE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT: QUELLES LEÇONS TIRER DES EXPÉRIENCES Dakar, 30 novembre 02 décembre 2005 1 Expérience de l Université

Plus en détail

Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE»

Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE» Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE» Janvier 2015 Table des matières Introduction 2 Objectifs et principes directeurs du Fonds 3 Qui est admissible au Fonds? 3 Quels types de projets sont financés?

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Les approches développées par VEOLIA, opérateur privé, pour une gestion durable des ressources en eau. Rappel Contexte réglementaire France Malgré

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

DICTIONNAIRE DE LA BANQUE DE DONNEES CARTOGRAPHIQUES SOUS S.I.G.

DICTIONNAIRE DE LA BANQUE DE DONNEES CARTOGRAPHIQUES SOUS S.I.G. DICTIONNAIRE DE LA BANQUE DE DONNEES CARTOGRAPHIQUES SOUS S.I.G. ENTITE_PAYSAGERE SOUS_ENTITE LIMITE STRUCTURE PAYSAGERE LIEUX PARTICULIERS LIGNE_DE_FORCE_DU_PAYSAGE ENJEUX ROUTES_D_INTERET POINT_DE_VUE_REMARQUABLE

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

O.M.V.S EXEMPLE DE GESTION CONCERTEE D UN BASSIN VERSANT PAR TROIS ETATS RIVERAINS. ( Mali - Mauritanie - Sénégal )

O.M.V.S EXEMPLE DE GESTION CONCERTEE D UN BASSIN VERSANT PAR TROIS ETATS RIVERAINS. ( Mali - Mauritanie - Sénégal ) O.M.V.S EXEMPLE DE GESTION CONCERTEE D UN BASSIN VERSANT PAR TROIS ETATS RIVERAINS ( Mali - Mauritanie - Sénégal ) 1 SOMMAIRE 1. Localisation et cadre physique 2. Rappel historique 3. Cadre législatif

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Forêt, production pérenne et dynamique

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Forêt, production pérenne et dynamique RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Forêt, production pérenne et dynamique Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs généraux

Plus en détail

Le fascicule de gestion forestier

Le fascicule de gestion forestier Institut National de la Recherche Forestière Arboretum de Bainem BP 37 Cheraga. Alger Le fascicule de gestion forestier Hamani A Plan I. Introduction II. Etats du fascicule de gestion III. Intitulé des

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Présenté par : SECRETARIAT EXECUTIF PERMANENT REDD+

Présenté par : SECRETARIAT EXECUTIF PERMANENT REDD+ Présenté par : 1 SECRETARIAT EXECUTIF PERMANENT REDD+ Contexte du Pays: Caractéristiques Clés Superficie Pays : 322 462 km² Forêts : 32,7% (2012) Population Habitants: 22 671 331 habitants (RGPH, 2014)

Plus en détail

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE.

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE. Contexte général La conférence de Rio de Janeiro (1992) a montré que le développement durable passe par la protection de l environnement. Cette approche a conduit l Etat de Côte d Ivoire à l adoption du

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE 1 CONTEXTE Face aux effets des changements climatiques qui ont pour corollaires entre autres, l appauvrissement des sols,

Plus en détail

Royaume du Maroc. Ahmed EL BOUARI Chef de la Division des Aménagements MAPM/DIAEA SOMMAIRE

Royaume du Maroc. Ahmed EL BOUARI Chef de la Division des Aménagements MAPM/DIAEA SOMMAIRE Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Royaume du Maroc DIRECTION DE L IRRIGATION ET DE L AMENAGEMENT DE L ESPACE AGRICOLE PLACE DE LA TOPOGRAPHIE DANS L AMENAGEMENT DE L ESPACE

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUETE

QUESTIONNAIRE D ENQUETE 1 QUESTIONNAIRE D ENQUETE Sujet : «Contribution à l étude des savoirs et des pratiques locaux ayant une incidence directe sur les ressources naturelles collectives : cas de la Commune RUTEGAMA et de la

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DE 6 LATRINES ECOLOGIQUES (ECOSAN)

PROJET DE CONSTRUCTION DE 6 LATRINES ECOLOGIQUES (ECOSAN) PROJET DE CONSTRUCTION DE 6 LATRINES ECOLOGIQUES (ECOSAN) Appui à la protection de l environnement et au développement de l agriculture Date du projet Juillet 2016. LOCALISATION Région Maritime, Togo /

Plus en détail

Projet de retenue de Sivens - bassin du Tescou Programme - cadre pour la mise en œuvre des mesures compensatoires «zones humides»

Projet de retenue de Sivens - bassin du Tescou Programme - cadre pour la mise en œuvre des mesures compensatoires «zones humides» Projet de retenue de Sivens - bassin du Tescou Programme - cadre pour la mise en œuvre des mesures compensatoires «zones humides» Le contexte 1 La réalisation du projet de retenue de Sivens sur le bassin

Plus en détail

Les zones tampon au sein des bassins versants.

Les zones tampon au sein des bassins versants. Les zones tampon au sein des bassins versants. Diversité, complémentarité et intégration optimale Guy LE HÉNAFF Pour l équipe Pollutions Diffuses IRSTEA de Lyon-Villeurbanne Co-animateur du GT Zones tampons

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Agenda 21 de la Communauté de Communes du Pays de Gex

Agenda 21 de la Communauté de Communes du Pays de Gex Liste des présents : Agenda 2 de la Communauté de Communes du Pays de Gex Compte rendu de l Atelier 2 de diagnostic n 2 : «Préservation des ressources naturelles» 29 février 202 Salle des fêtes Lélex 8h0

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Regard des communautés sur les impacts du changement climatique «Nos maisons sont emportées par l avancée de la mer. Nous sommes obligés de partir

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DE L ARGANERAIE ET LES ENJEUX DE LUTTE CONTRE LA DESRTIFICATION

LA GESTION DURABLE DE L ARGANERAIE ET LES ENJEUX DE LUTTE CONTRE LA DESRTIFICATION HAUT COMMISSARIAT AUX EAUX ET FORETS ET A LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION LA GESTION DURABLE DE L ARGANERAIE ET LES ENJEUX DE LUTTE CONTRE LA DESRTIFICATION Plan présentation Ecosystème arganier Stratégie

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : ANALYSE DE L ETAT INITIAL DU SITE ET DE L ENVIRONNEMENT P.13 I. L ENVIRONNEMENT NATUREL : P.15

SOMMAIRE PARTIE 1 : ANALYSE DE L ETAT INITIAL DU SITE ET DE L ENVIRONNEMENT P.13 I. L ENVIRONNEMENT NATUREL : P.15 SOMMAIRE PREAMBULE : P.7 Le Plan Local d Urbanisme dans son contexte réglementaire P.7 Historique des documents réglementaires communaux P.10 INTRODUCTION : P.11 La commune dans son contexte géographique

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

CONSULTATION PARTICULIÈRE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 118, LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CONSULTATION PARTICULIÈRE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 118, LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONSULTATION PARTICULIÈRE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 118, LOI SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE AVIS DE LA CONFÉRENCE RÉGIONALE DES ÉLUS DE LA CHAUDIÈRE-APPALACHES PRÉSENTÉ À LA COMMISSION

Plus en détail

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS Comité permanent Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Permanent Inter States Committee for Drought Control in the Sahel Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

Plan de Gestion Environnementale et Sociale

Plan de Gestion Environnementale et Sociale République du Bénin MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PROJET e-bénin -------------------------------------------------- PROGRAMME D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires!

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires! Consultation des réseaux sur la gestion adaptative Présentation des résultats intermédiaires! CONSULTATION! Objectifs! État des lieux des contraintes climatiques auxquelles sont confrontés les gestionnaires!

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail