PROJET DE RENFORCEMENT DE LA CAPACITE DE L INDUSTRIE DE LA COOPERATIVE DE TRANSFORMATION DE L ANANAS BENINOIS ET DE PRODUCTION DU JUS BIOLOGIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE RENFORCEMENT DE LA CAPACITE DE L INDUSTRIE DE LA COOPERATIVE DE TRANSFORMATION DE L ANANAS BENINOIS ET DE PRODUCTION DU JUS BIOLOGIQUE"

Transcription

1 1 PROJET DE RENFORCEMENT DE LA CAPACITE DE L INDUSTRIE DE LA COOPERATIVE DE TRANSFORMATION DE L ANANAS BENINOIS ET DE PRODUCTION DU JUS BIOLOGIQUE Version finale Réalisé par Patrice Y. ADEGBOLA, Ingénieur Agro-Economiste, M.Sc., Consultant Principal Aminou AROUNA, Ingénieur Agro-Economiste, Consultant Associé Préparé au Bénin, le 3 septembre 2008

2 i FICHE SIGNALETIQUE DU DOCUMENT Etude financée par : Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture (FOA) Dans le cadre : Small Scale Facility for FAORs Au profit de : Coopérative dénommée «Initiative pour la Relance de l Ananas au Bénin», IRA. Cette dénomination explique que la transformation de l ananas reste le seul moyen par lequel les pertes post-récoltes élevées enregistrées par les producteurs peuvent être réduites. Titre Projet de renforcement de la capacité de l industrie de la coopérative de transformation de l ananas béninois et de production de jus biologique. Promoteurs ALLADJODJO Dieu-Donné, Président IRA, agro-éleveur, exportateur d ananas. Tél. (00229) SINDEDJI Kokou Robert, Secrétaire IRA, agro-éleveur, exportateur d ananas. Emplacement du projet Le projet est exécuté actuellement à Togoudo (Allada) dans le Département de l Atlantique. Auteurs et qualifications des consultants Patrice Y. ADEGBOLA, Ingénieur Agro-Economiste, M.Sc. en Economie Rurale. Vingt ans d expérience dans l évaluation et la formulation de projets agricoles. Consultant principal. Tel : (00229) / (00229) Aminou AROUNA, Ingénieur Agro-Economiste. Trois ans d expérience dans les études d analyse et d évaluation de projets agricoles. Bonne connaissance de la problématique de la filière ananas au Bénin. Consultant associé. Tel : (00229) / (00229) Type d approche Etude de faisabilité du projet de renforcement de la capacité de l industrie de la coopérative de transformation de l ananas béninois et de production de jus biologique. Mots clés Ananas, transformation en jus, production d ananas biologique, Etude financière, Etude économique, Etude de marché, Allada, Atlantique, Bénin.

3 ii Table des matières Liste des Tableaux... iv Liste des Figures... v Résumé analytique... vi 1. Introduction générale Présentation générale de la coopérative IRA Historique et justification Mission et objectifs Mission Objectifs Présentation du milieu d installation Caractéristiques démographiques Le cadre physique Le climat Le sol La végétation Les activités économiques Contexte macro-environnemental Contexte Politico-Juridique du pays Contexte économique du pays Contexte international Etude de marché du jus d ananas au Bénin La demande en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Types et quantités de jus de fruits et de boissons gazeuses consommés Caractéristiques des boissons sucrées désirées par les consommateurs Demande potentielle en jus de fruit et boissons gazeuses L offre en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Niveau de satisfaction des caractéristiques de boissons gazeuses et de jus de fruits Types et quantités de boissons sucrées offertes Distribution des jus de fruits et boissons sucrées Etude technique de la coopérative IRA Description de la production du jus d ananas Procédé technologique utilisé Ressources disponibles Approvisionnement en matières premières Amélioration de la qualité de l ananas et du jus IRA : la production de l ananas biologique Organisation et frais généraux de l administration Partenariat Dynamique des phases antérieures de la coopérative IRA Les progrès enregistrés Performance financière de la production de jus d ananas par IRA Cadre logique du projet d extension des activités de IRA Insuffisances de l unité de transformation de la coopérative IRA Objectifs du projet d extension de la coopérative IRA Ressources nécessaires... 22

4 iii Ressources matérielles Ressources humaines Analyse financière du projet d extension des activités de IRA Coût de l investissement Coût de production Programme de production et de vente Structure du financement Résultats prévisionnels du projet Compte de trésorerie prévisionnel Rentabilité financière du projet Compte de résultat net et ratios Bilan prévisionnel du projet Analyse du risque, de sensibilité, d impact et des scénarii Analyse du risque et de sensibilité Quelques indicateurs sommaires d impact du projet d extension de la coopérative IRA Analyse des scénarii Conclusion générale ANNEXE... 46

5 iv Liste des Tableaux Tableau 1. Indices de demande pour les différents types de boissons sucrées consommées au Bénin... 9 Tableau 2. Indices de réalisation pour les jus et boissons gazeuses de grande consommation au Bénin Tableau 3. Prix de livraison de jus de fruits et boissons gazeuses Tableau 4. Equipements de transformation dont dispose la coopérative IRA Tableau 5. Personnel technique et administratif de l unité de transformation de la coopérative IRA Tableau 6. Evolution temporelle des activités de la coopérative IRA Tableau 7. Compte d exploitation annuelle pour la production de 50 casiers de jus d ananas par jour Tableau 8. Equipements et Matériels à acquérir Tableau 9. Cadre logique du projet d extension des activités de la coopérative IRA Tableau 10. Ressources humaines nécessaires dans le cadre de l extension de la coopérative IRA Tableau 11. Coûts de l'investissement (en milliers de Fcfa) Tableau 12. Evolution des coûts de production (en millier de Fcfa) Tableau 13. Programme de vente (jus d ananas et épluchures) (en milliers de Fcfa) Tableau 14. Programme de vente du jus d ananas (en milliers de Fcfa) Tableau 15. Source de financement : les flux financiers (en milliers de Fcfa) Tableau 16. Total des dettes et service de la dette (en milliers de Fcfa) Tableau 17. Cash flow pour la planification financière Tableau 18. Cash flow actualisé pour le total du capital investi Tableau 19. Cash flow actualisé pour le capital social investi Tableau 20. Compte de résultats et ratios Tableau 21. Bilan et ratios Tableau 22. Evaluation et ratios : ratios financiers Tableau 23. Evaluation et ratios : ratios de rendement Tableau 24. Revenus et coûts lorsque 50% de la production sont conditionnés en sachet Tableau 25. Revenus et coûts lorsque 100% de la production sont conditionnés en sachet Tableau 26. Revenus et coûts lorsque 25% de production sont mis en carton, 50% en sachet et 25% dans les outres pour l exportation Tableau 27. Revenus et coûts lorsque 25% de production sont mis en carton, 25% en sachet et 50% dans les outres pour l exportation... 42

6 v Liste des Figures Figure 1. Demande potentielle en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Figure 2. Diagramme technologique et matériel de production du jus d ananas par l unité de transformation de la coopérative IRA Figure 3. Evolution du total des ventes et coûts de production Figure 4. Sensibilité du TRI aux variations des produits de ventes, de l augmentation des immobilisations et des dépenses d exploitation... 37

7 vi Résumé analytique La structure du Produit Intérieur Brut (PIB) du Bénin montre l importance du secteur agricole avec 35,7% du PIB en 2003 et un secteur secondaire embryonnaire (15,2% du PIB en 2003). Au niveau du secteur primaire, le coton est la principale culture industrielle destinée à l exportation. Malheureusement, en raison des subventions des pays développés d une part et du disfonctionnement interne d autre part, la filière coton connaît des problèmes (effondrement du cours mondial et baisse continue du prix au producteur). Face à cette situation, la politique de diversification des exportations agricoles a été adoptée par le gouvernement béninois. Ainsi, on assiste à la promotion d'autres cultures d'exportation dont l'ananas (Ananas comosus) pour le Sud du Bénin. Cependant, cette filière connaît des difficultés au nombre desquelles : le non du respect des normes et l accès difficile au fret aérien qui se pose aussi bien en terme de coût et de disponibilité de transport au moment voulu. Ainsi, sur une production de tonnes d ananas en 2002, seulement 1023,3 tonnes (environ 1% de la production) ont été exportées. Le marché local est donc inondé de façon périodique par les fruits d ananas très périssables et les petits producteurs sont alors confrontés à la mévente de leur produit. Dans l optique de la relance de la filière ananas et suite aux recommandations de la Chambre d Agriculture du Bénin, certains producteurs d ananas du département de l Atlantique se sont organisés en Juillet 2002 en coopérative dénommée «Initiative pour la Relance de l Ananas au Bénin», IRA pour la transformer les fruits en jus d ananas. Après trois années d essai, cette coopérative a eu des impacts positifs aussi bien sur l amélioration des conditions de vie des petits producteurs que sur la protection de l environnement. Cependant, cette coopérative a vu ses capacités de production très limitées face à la forte demande du marché intérieur (seulement 396 litres de jus d ananas pur produits par jour pour une demande évaluée à litres en 2005) et à la masse d ananas non transformée (seulement environ 1% de l ananas disponible à la coopérative sont transformés). D autre part, les essais de production de l ananas biologique (sans usage d engrais chimique) initiés par IRA en vue d améliorer la qualité jus et de la sauvegarde de l environnement, se révèlent satisfaisants et présagent d un avenir radieux pour l ananas béninois. Ce sont autant de raisons qui expliquent la formulation de ce projet dont l objectif principal est l extension d une unité de transformation pour répondre à la demande croissante du marché et pour la relance de la filière ananas au Bénin. Ainsi, l objectif de la présente étude est de fournir des éléments techniques, commerciales, financières et économiques à la prise de décision d investir ou non dans le projet d extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA. Pour répondre à cette préoccupation, le consultant a suivi dans la réalisation du présent document une approche très pratique. D abord, il s est servi du draft du projet préalablement rédigé par les coopérateurs de IRA. Ensuite, le consultant a eu plusieurs séances de discussions avec les coopérateurs de IRA, la Chambre d Agriculture du Bénin, etc. Une revue bibliographique bien fouillée a été réalisée et les discussions ont été faites avec des personnes ressources. De plus, des visites ont été réalisées sur le site de IRA et d autres sites de transformation de l ananas en jus. En fin, trois types d enquête légère ont été effectués. Ainsi, 120 producteurs d ananas, 69 consommateurs de jus d ananas et 8 commerçants de jus d ananas et de boissons gazeuses ont été interviewés à l aide de questionnaires. L analyse des données a été effectuée avec le logiciel COMFAR III Expert de l Organisation des Nations Unis pour le Développement Industriel (ONUDI). Les analyses et les éléments présentés dans ce document permettent d apprécier l opportunité et la pertinence de financer le projet d extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA.

8 vii Des différentes analyses effectuées, il se dégage les résultats suivants : l environnement économique, institutionnel et politique du Bénin est très favorable à l extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA et le lieu d implantation choisi est propice ; la demande du jus d ananas dépasse largement son offre sur le plan national. Les déterminants de la demande du jus d ananas IRA et sa bonne qualité augurent de bonnes perspectives pour l unité de transformation de la coopérative IRA ; le coût global du projet d extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA est de millions de FCFA dont le schéma de financement proposé est le suivant : 34,6% par recours à l emprunt, soit 42,375 millions de Fcfa auprès d une institution de financement du développement (par ex BOAD, BAD), 65,4% par capital social, soit 80 millions de Fcfa, dont : o 16,4% provient des producteurs de la coopérative IRA, soit 20 millions de Fcfa, et o 49% provient partenaires au développement sous forme de subvention, soit un montant de 60 millions de Fcfa. le solde de trésorerie est positif pour toute la période de production. En d autres termes, le projet dégage des excédents qui constituent des montants disponibles pour les investissements futures, internes ou externes du projet. Avec son extension, l unité de transformation de la coopérative IRA aura une réelle capacité pour la conversion de ses ventes en profit après avoir pris en compte toutes les dépenses d exploitation ; avec le taux d actualisation de 14,75% (équivalent au coût d opportunité du capital), la Valeur Nette Actualisée (VAN) du projet sur une période de 5 ans est d environ 221,9 millions de Fcfa. Il est donc rentable d investir dans ce projet que de faire un dépôt bancaire. Cette valeur de la VAN représente le surplus monétaire actualisé que le projet d extension de l unité de transformation de la coopérative IRA est en mesure de dégager de la série de recettes futures ; le Taux de Rentabilité Interne (TRI) est de 68,99% et 86,62% respectivement pour le total du capital investi et le total du capital social investi. Lorsqu on considère le TRI du total du capital investi, on remarque que ce taux est très intéressant. En le rapprochant du taux d emprunt bancaire de 14,75%, on constate qu il fait apparaître un écart positif de 54 points traduisant ainsi une rentabilité du projet d extension de l unité de transformation de la coopérative IRA ; le délai de récupération du capital total investi est de deux ans. Le projet est alors en mesure de couvrir tous les investissements après deux années de production ; le bénéfice net est de 77,4 millions de FCFA. Le bénéfice net le plus élevé est d une valeur de 82,6 millions de FCFA et est obtenu à la quatrième et à la cinquième année ; le ratio du capital social sur le total des exigibilités, en d autres termes le levier financier des investissements, est très élevé et diminue au fil des années, ce qui indique que le risque financier est moins élevé ; et

9 viii le projet présente d importants avantages économiques au plan local au regard des emplois qu il génère et du nombre de personnes qui en profite directement ou indirectement. Enfin, une analyse des scénarii a été faite en vue de voir la performance financière des différentes alternatives. Dans un premier temps, la rentabilité de l'utilisation des sachets en remplacement des cartons pour l emballage des bouteilles du jus IRA a été évaluée. De plus, la coopérative IRA envisage exporter sa production du jus. Dans ce cadre, les outres de 25 litres ont été prévues pour le conditionnement. Il ressort de cette analyse que : la coopérative IRA n a pas intérêt dans le cadre de l extension de ces activités de prendre l option d utilisation des sachets s il n est pas possible de mettre au moins 50% en sachet et de pouvoir les écouler. Lorsque 50% et 100% de la production sont mis en sachet et vendus les VAN sont respectivement de 381,1 millions et 548,6 millions de FCFA. De plus les TRI sont élevés. Dans ces deux cas, le projet est financièrement rentable et peut être mis en œuvre ; la VAN est de 534,2 millions de FCFA dans le cas où 25% de la production sont emballés en carton, 50% en sachet et 25% dans les outres pour être exportés. Alors que cette valeur est de 604,8 millions de FCFA lorsque 25% de la production sont emballés en carton, 25% en sachet et 50% dans les outres. Enfin, pour la réalisation effective de la mission et des objectifs de l entreprise, il nous paraît indispensable de souligner les points suivants : la réussite d une entreprise dépend avant tout des ressources humaines. Le personnel doit disposer de compétence technique et d une discipline de travail lui permettant de faire face aux défis et aux difficultés inhérentes à une activité de cette envergure ; un personnel soucieux de la réussite de l entreprise est nécessaire pour éviter les pertes dues à la mauvaise gestion : les détournements, les vols et les accidents ; et les gestionnaires de l unité doivent tenir compte de l évolution constante des produits de ventes et les dépenses d exploitation.

10 1 1. Introduction générale Le Bénin est un pays économiquement moins avancé où l agriculture constitue la base de l économie. La structure du PIB du Bénin montre l importance du secteur agricole avec 35,7% du PIB en 2003 et un secteur secondaire embryonnaire (15,2% du PIB en 2003). Au niveau du secteur primaire, le coton, essentiellement cultivé dans le Nord et le Centre du pays, est la principale culture industrielle destinée à l exportation. Malheureusement, en raison des subventions des pays développés, la filière coton connaît des problèmes (effondrement du cours mondial et baisse continue du prix au producteur). Ce qui se traduit par des conséquences néfastes sur la balance commerciale du Bénin. Face à cette situation, la politique de diversification des produits agricoles destinés à l exportation a été adoptée par le gouvernement béninois. Ainsi, on assiste à la promotion d'autres cultures d'exportation dont l'ananas (Ananas comosus) pour le Sud du Bénin. L ananas est un fruit charnu qui a une importance considérable sur le plan alimentaire et nutritionnel. Le fruit frais et cru apporte 51 calories pour 100g de partie comestible (http://www.01sante.com) et contient environ 86% d eau, 0,5% de cellulose, 12% de glucides, 0,2% de lipides et 0,4% de protides. Les sels minéraux présents dans l ananas sont le calcium, le chlore, le cuivre, le fer, l iode, le magnésium, le phosphore, le potassium, le soufre et le zinc. Parmi les nombreuses vitamines dont regorge ce fruit on peut citer les vitamines A, B1, B2, B6 et C. L ananas est un aliment alcalinisant, nutritif, énergétique, rafraîchissant qui possède une action diurétique et dépurative générale. L ananas contient également une enzyme protéolytique appelée la broméline et qui dissout l excès du cholestérol. Ce fruit peut être consommé tout le long de l année sous forme de jus. Le jus d ananas est une boisson rafraîchissante non alcoolisée sucrée et acidulée très appréciée des consommateurs. La transformation de l ananas en jus vient répondre entre autre au problème de périssabilité du fruit (5 jours après la récolte) en stabilisant ce dernier sous forme de jus conservable sur une période plus ou moins longue. C est dans cette optique que le présent projet qui est une initiative de la coopérative IRA, vise à réduire la pauvreté rurale au Bénin en améliorant les conditions de vie des petits producteurs à travers l extension d une unité performante et durable de transformation de l ananas en jus. Cette initiative rentre dans le cadre des recommandations de la Chambre d Agriculture du Bénin. En effet, après avoir jeté les bases de la promotion de la filière ananas actuellement en difficulté au Bénin à travers la transformation du fruit en jus, la coopérative IRA a débuté ses activités depuis Juillet Après trois années d essai, cette coopérative a eu des impacts positifs aussi bien sur l amélioration des conditions de vie des petits producteurs que sur la protection de l environnement. Cependant, cette coopérative a vu ses capacités de production très limitées face à la forte demande du marché intérieur (seulement 396 litres de jus d ananas pur produits par jour pour une demande évaluée à litres en 2005) et à la masse d ananas non transformée (seulement environ 1% de l ananas disponible à la coopérative sont transformés). D autre part, les essais de production de l ananas biologique (sans usage d engrais chimique) initiés par IRA en vue d améliorer la qualité jus et de la sauvegarde de l environnement, se révèlent satisfaisants et présagent d un avenir radieux pour l ananas béninois. Ce sont autant de raisons qui expliquent la formulation de ce projet dont l objectif principal est l extension d une unité de transformation pour répondre à la demande croissante du marché et pour la relance de la filière ananas au Bénin. Au plan méthodologique, le consultant a suivi dans la réalisation du présent document une approche très pratique. D abord, il s est servi du draft du projet préalablement rédigé par les coopérateurs de IRA. Ensuite, le consultant a eu plusieurs séances de discussions avec les

11 2 coopérateurs de IRA, la Chambre Inter-départementale de l Agriculture de l Atlantique et du Littoral, la Chambre d Agriculture du Bénin. Une revue bibliographique bien fouillée a été réalisée dans les structures intervenant dans la promotion de la filière ananas au Bénin et les discussions ont été faites avec des personnes ressources de ces structures. De plus, des visites ont été réalisées sur le site de IRA et d autres sites de transformation de l ananas en jus. En fin, trois types d enquête légère ont été effectués. Ainsi, 120 producteurs d ananas, 69 consommateurs de jus d ananas et 8 commerçants de jus d ananas et de boissons gazeuses ont été interviewés à l aide de questionnaires. L analyse des données a été effectuée avec le logiciel COMFAR III Expert de l Organisation des Nations Unis pour le Développement Industriel (ONUDI). Le présent document est subdivisé en onze sections. Après l introduction, les sections 2 et 3 sont consacrées à la présentation de la coopérative IRA et de son milieu d installation. La section 4 présente le contexte macro-environnemental alors que les sections 5 et 6 traitent respectivement de l étude du marché et de l étude technique de la coopérative IRA. La dynamique des phases antérieures de la coopération IRA est abordée à la section 7 et la section 8 analyse le cadre logique d extension de cette coopérative. La section 9 traite de l analyse financière du projet. L analyse du risque, de sensibilité, d impact et de scénarii est présentée dans la dixième section. La section 11 tire les grandes conclusions du travail.

12 3 2. Présentation générale de la coopérative IRA 2.1. Historique et justification L ananas béninois est très apprécié sur le marché international et constitue aujourd hui une priorité nationale dans la promotion des filières agricoles. Cependant, cette filière connaît des difficultés au nombre desquelles : le problème de l accès au fret aérien qui se pose aussi bien en terme de coût 1 et de disponibilité de transport au moment voulu et le non respect des normes. En effet, la plus grande partie de la production de l ananas béninois est assurée par des milliers de petits producteurs qui manquent de moyens et de techniques pour offrir des produits correspondant aux normes de qualité requises à l exportation. Ainsi, sur une production de tonnes d ananas en 2002, seulement 1023,3 tonnes ont été exportées soit 1% de la production 2. Le reste (99%) est destiné au marché local. Le marché local est donc inondé de façon périodique par les fruits d ananas très périssables. Les petits producteurs sont alors confrontés à la mévente avec un prix quelquefois inférieur à 20 FCFA par kilogramme alors que le coût de production est estimé à 35 FCFA le kilogramme. C est pourquoi les opérateurs économiques se sont lancés dans la transformation de l ananas. La lourdeur de leur organigramme ; la mauvaise organisation et surtout les marges bénéficiaires très élevées recherchées par ces derniers ne leur ont pas permis d offrir un prix attractif pour pouvoir concurrencer les boissons sucrées similaires commercialisées par la Société Béninoise de Brasserie (SOBEBRA) ou importées. Ainsi, le jus d ananas produit par ces opérateurs économiques a donc du mal à se faire une place sur le marché local car il s adresse à un segment de population très limité que sont les clients des supermarchés, des restaurants et hôtels d une classe sociale élevée. La mévente qui en résulte fait que le problème du petit producteur reste intact et persiste toujours. Ainsi, ces producteurs ont décidé de prendre leur destinée en main. Suite aux recommandations de la Chambre d Agriculture du Bénin, les producteurs d ananas des communes d Allada, Tori-Bossito, Toffo, Zè et Ouidah du département de l Atlantique se sont organisés en 2002 en coopérative dénommée «Initiative pour la Relance de l Ananas au Bénin», IRA dont l objectif est la transformation des fruits en jus d ananas. Les équipements financés sur fonds propres des coopérateurs et fonctionnels depuis le mois de juillet 2002 permettent de produire actuellement 396 litres de jus d ananas pur par jour (50 casiers de 24 bouteilles de 33cl). Malheureusement, cette capacité ne permet que la transformation d une faible proportion de la production actuelle des membres alors que l objectif est de l élargir à tous les producteurs d ananas de l Atlantique en particulier et du Bénin en général d ici Ce faible niveau de transformation est dû au caractère rudimentaire des équipements utilisés. C est ce qui inspire la formulation de ce projet dont l objectif est la modernisation des infrastructures de production Mission et objectifs Mission La coopérative IRA se propose de mettre en place une unité performante et durable de transformation de l ananas «hors calibres» non exporté, en jus afin de réduire les pertes postrécolte, de créer des emplois (prioritairement pour les femmes rurales), d améliorer les conditions de vie des petits producteurs et de contribuer à la réduction de la pauvreté rurale au Bénin. 1 Cf travaux de Arouna et Afomassè (2005) et Gnimadi et al. (2001). 2 Cf INSAE (2004a).

13 Objectifs Les objectifs de la coopérative IRA sont : Installer une unité performante et durable de transformation de l ananas en jus d ananas pur dans le département de l Atlantique (principale zone de production de l ananas au Bénin) ; Elargir la coopérative à tous les producteurs d ananas des huit (8) communes de l Atlantique en particulier et du Bénin en général d ici 2010 ; Participer à la sauvegarde de l écosystème en encourageant les producteurs à remplacer progressivement les engrais chimiques par l engrais organique (les tourteaux d ananas issus de la transformation et les fientes) et améliorer la qualité du jus d ananas ; Eviter l exode rural des jeunes qui seront propriétaires des fermes d ananas ou employés ; Contribuer à la réduction de la pauvreté rurale à travers la promotion de l agriculture, la création d emplois et la démarginalisation de la femme ;

14 5 3. Présentation du milieu d installation La coopérative IRA est localisée à Allada dans le Département de l Atlantique. Allada siège de la coopérative est situé à 54 km de Cotonou, le plus centre commercial du pays et la capitale économique. Allada est le centre de l ananas au Bénin avant Zè et Abomey- Calavi. Cette commune est géographiquement au centre des huit communes que compte le département de l Atlantique. Ce qui facilite aux producteurs l accès à l unité de transformation de la coopérative IRA. Cette coopérative regroupe des producteurs et productrices d ananas de cinq communes sur les huit que compte le département de l Atlantique. Il s agit des communes d Allada, Tori-Bossito, Zè, Toffo et Ouidah. Le département de l Atlantique est l un des douze départements du Bénin et couvre une superficie de km². Il comporte 500 villages repartis dans huit communes que sont Allada, Tori-Bossito, Zè, Toffo, Ouidah, Abomey-Calavi, Kpomassè et So-Ava Caractéristiques démographiques Selon les résultats du Troisième Recensement Général de la Population et de l Habitat (RGPH 3), la population de l Atlantique en 2002 est de habitants dont femmes (51,5%) contre hommes (48,5%). Dans le département de l Atlantique, personnes vivent en milieu rural et 58% s adonnent à l agriculture. 70% de ces agriculteurs cultivent l ananas. Deux variétés à savoir la Cayenne lisse et le Pain de sucre (ou abacaxi) sont cultivées et cette dernière variété est commercialisée exclusivement sur le marché intérieur. Dans ce département, 30% des femmes rurales sont propriétaires de plantation d ananas et 40% sont utilisées comme main-d œuvre avec des salaires dérisoires dans les plantations modernes et celles des petits producteurs. Ce qui ne fait qu aggraver la situation de pauvreté dans laquelle vivent déjà ces femmes. Il urge donc que des actions soient menées pour améliorer les conditions de vie des femmes rurales Le cadre physique Le climat Il est de type soudano guinéen dans tout le département de l Atlantique avec 2 saisons pluvieuses et 2 saisons sèches. La pluviométrie annuelle oscille entre 800 mm à 1400 mm soit une moyenne de 1200 mm alors que le besoin en eau de l ananas varie entre 1200 mm et 1500 mm. Cependant, les pluies peu abondantes sont compensées par une forte humidité relative (environ 81%) et une faible Evapotranspiration Potentielle (ETP) annuelle (inférieur à 1000 mm). Les températures varient entre 27 et 31 degrés centigrades. Les écarts entre le mois le plus chaud et le mois le moins chaud ne passe pas 3,8 degrés dans tout le département. Ces conditions climatiques font du département de l Atlantique une zone de production d ananas par excellence du Bénin Le sol Deux types de formations géologiques sont rencontrées : les formations récentes et le continental terminal. Les sols issus du continental terminal présentent de bonnes caractéristiques physiques pour permettre un bon développement du système radiculaire de l ananas La végétation

15 6 Le département de l Atlantique est largement défriché et la forêt équatoriale originelle n existe plus qu en petits îlots d extension négligeable. Actuellement la végétation est caractérisée par un bush arbustif, associé à des peuplements plus ou moins denses de palmier à huile, que l on retrouve sur les plateaux. En fin, le département de l Atlantique comporte ha de lacs et lagunes, ha de terre cultivable dont moins de ha cultivées, ha de forêts classées et ha de plantations domaniales. De plus, il existe actuellement près de 283 fermes privées emblavant annuellement près de ha dont ha d ananas 3 contre seulement 500 ha de plantation d agrumes Les activités économiques Les activités économiques dominantes sont le commerce (32%) et l agriculture (30%). Au niveau de l agriculture, le département de l Atlantique est le premier producteur de l ananas au Bénin. Comme autres activités, la pêche est relativement développée dans ce département grâce aux nombreux plans et cours d eau et mobilise une bonne partie de la population. Le département de l Atlantique participe dans une proportion non négligeable à la production halieutique du pays. L élevage conventionnel est très peu développé alors que l élevage non conventionnel (lapin, escargots, aulacodes) est en progression. 3 Cf INSAE (2004b).

16 7 4. Contexte macro-environnemental 4.1. Contexte Politico-Juridique du pays La politique agricole du Bénin est marquée depuis le début des années 90 par la libéralisation et le désengagement de l état des secteurs de la production et de la commercialisation. Ainsi, depuis lors les institutions d appui et de promotion de l investissement privé se multiplient dans la mise en œuvre de la politique de la relance du secteur privé et de la promotion de l emploi. Les ministères à travers leurs divers services techniques apportent aux investisseurs l assistance de l Etat. En particulier et de façon permanente, les institutions publiques ci-après offrent leurs services à ce sujet : Le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) : il est chargé de la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans le domaine agricole. Il possède diverses directions techniques et structures notamment la Chambre d Agriculture, les Centre Régionaux de Promotion Agricoles (CeRPA), l Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB), Le Programme d Appui au Développement des Filières Agricoles (PADFA), etc. Le Ministère de l Industrie, du Commerce et de la Promotion de l Emploi (MICPE) chargé entre autres de la recherche des créneaux porteurs pour les exploitants nationaux et du développement des industries agroalimentaires. Ces diverses directions techniques et structures sont notamment la Chambre de Commerce et d Industrie du Bénin, le Centre de Promotion et d Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises, etc. Il est noté qu il existe également au Bénin plusieurs Organisations Non-Gouvernementales (ONG) qui interviennent dans l appui au développement du secteur privé. C est le cas des ONG telles Helvetas, GTZ, SONGHAÏ, SASSAKAWA, etc. Par ailleurs, le cadre juridique est caractérisé par l existence d un code d investissement. Ce code est dans son esprit très favorable aux entreprises agricoles qui bénéficient d un régime privilégié avec des avantages douaniers et fiscaux. En fin, depuis l avènement de la décentralisation au Bénin, le concept de développement local et participatif est devenu le quotidien des acteurs nationaux. La Coopérative IRA s inscrit parfaitement dans cette logique compte tenu du fait que l initiative vient des producteurs et l atteinte de ses objectifs contribue au développement local Contexte économique du pays D une manière générale, l environnement économique béninois reste dominé par la production cotonnière qui constitue la seule filière véritablement organisée. Cependant elle connaît en ce moment une crise sévère due essentiellement à la baisse des cours sur le marché mondial et à son disfonctionnement interne. De nouvelles orientations politiques ont été donc prises par les autorités béninoises. Ainsi, la relance des filières agricoles telles que l anacarde et l ananas et le développement des Organisations Paysannes figurent en bonne place dans les principales priorités définies par la Table Ronde de 1996 et lors de la Conférence Economique Nationale en Cependant, l ananas béninois est confronté à des difficultés de calibrage, le coût élevé des emballages, et un coût de fret aérien trop élevé. En effet, le fret aérien est environ 575 FCFA/kg au Bénin alors que ce coût est inférieur à 500 FCFA/kg dans la sousrégion (Ghana, Cameroun) 4. De plus, le fret aérien au Bénin est souvent indisponible en quantité suffisante. De plus, la production de l ananas béninois se fait en majorité par de petits producteurs peu organisés et ayant une faible maîtrise des itinéraires techniques. 4 Cf travaux de Arouna et Afomassè (2005).

17 8 Il en résulte que seul environ 1% de la production nationale est exporté chaque année. Par ailleurs, l Union des producteurs du Sud (UPS) qui a entrepris l exportation de l ananas dans le but d aider les petits producteurs à trouver de débouché à leur produit n a pu exporter que 158 tonnes en L ananas est donc déversé sur le marché local en abondance au même moment, c est-à-dire la saison de pleine production. Les prix chutent et par srucroît le producteur n arrive pas à écouler sa récolte à temps dont une partie importante est perdue (perte post-récolte). Alors, l ananas est bradé sur le marché national ce qui ne permet pas au producteur de rentabiliser son activité et seuls les revendeurs et commerçants arrivent à s en sortir. Ce qui conduira sans doute dans le court terme à l effondrement total de la filière ananas au Bénin. C est dans ce contexte politique, juridique et économique du pays, et confrontés à ces problèmes que sous l impulsion de la Chambre d Agriculture du Bénin que les producteurs d ananas de cinq communes de l Atlantique ont créé la coopérative, IRA. Cette coopérative a pour mission de transformer une partie de la production de ses membres afin de leur faciliter l écoulement de leur récolte à un prix acceptable Contexte international Le marché international de l ananas est animé par l Union Européenne (UE) et les Etats Unis. Les importations de l UE, principale destination de l ananas béninois, ont été multipliées par 1,4 entre 1998 et Cette vitalité du commerce de l ananas est liée à l augmentation générale du commerce des produits frais et l engouement des Européens pour les produits exotiques. Cependant, le Bénin ne fournit qu une infirme partie (moins de 1%) des importations de l UE. De plus, l ananas béninois est fortement concurrencé sur le marché européen par les fruits de certains pays latino-américains dont la Costa Rica. Les variétés américaines d ananas (MD2 et Rondon) sont réputées plus sucrées et plus adaptées au marché actuel que la Cayenne Lisse béninoise et Ivoirienne. Par ailleurs, l ananas béninois fait face au problème récurrent de la qualité. Aujourd hui, la question de la qualité est une préoccupation majeure pour les exportateurs, dans la mesure où elle affecte l ensemble de la chaîne de la production à la commercialisation. Le respect des prescriptions de l UE relatives aux normes de qualité conditionne le développement des exportations dans la mesures où l Europe reste le marché le plus accessible pour l ananas africain. Les prescriptions de l UE par rapport aux normes de qualité sont : la traçabilité, la réglementation sur les Limites Maximales de Résidus de Pesticides (LMR) et la nouvelle réglementation relative à l hygiène (pour renforcer le système de contrôle HACCP). Il est clair que l application de ces prescriptions fera encore mal à l économie béninoise en raison du faible niveau de maîtrise des itinéraires techniques, de l analphabétisme des petits producteurs et de leurs moyens financiers limités. Ainsi, il faut prévoir à l avenir une diminution des exportations déjà très faibles de l ananas et de dérivées si des actions urgentes ne sont pas prises. Pour desserrer cet étau, les pays exportateurs africains dont le Bénin doivent revoir leur stratégie assurer un avenir plus sûr à la filière ananas. C est dans ce cadre que la Coopérative IRA s est fixée comme objectif la production de l ananas biologique. 5 Cf travaux de Arouna et Afomassè (2005).

18 9 5. Etude de marché du jus d ananas au Bénin 5.1. La demande en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin L analyse de cette demande est faite à travers la connaissance des principales boissons sucrées consommées au Bénin, les caractéristiques de ces boissons sucrées désirées par les consommateurs et une estimation de la demande potentielle à l horizon de Types et quantités de jus de fruits et de boissons gazeuses consommés Les résultats d enquête auprès des consommateurs de jus d ananas IRA indiquent que les principaux jus de fruits et boissons gazeuses consommés sont par ordre d importance : jus d ananas IRA dont la consommation moyenne annuelle s élève à environ 34 litres, et les produits de la SOBEBRA que sont le Fizzi pamplemouse (environ 15 litres), le Coca-cola (environ 12 litres), le Tonic (environ 11 litres), Fizzi cocktail (environ 8 litres), et enfin le Moka (environ 6 litres). Le niveau de consommation élevé du jus d ananas IRA constitue un atout et montre que cette boisson peut réellement pour conquérir le marché Caractéristiques des boissons sucrées désirées par les consommateurs Afin d apprécier les besoins des consommateurs de jus de fruits et de boissons gazeuses, des indices de demande des caractéristiques désirées de boissons sucrées et jus de fruits ont été calculés à partir des appréciations des consommateurs enquêtés. Les résultats montrent que les caractéristiques qui influencent la décision de choisir les boissons gazeuses et jus de fruits par ordre d importance décroissante (Tableau 1) sont : le goût, l emballage, la matière première, la couleur, les corps en suspension, la conservation, l arôme et le prix. L importance de chaque caractéristique varie très peu pour les trois types de boissons sucrées rencontrées et étudiés, sauf la couleur, le goût et les corps en suspension qui varient un plus entre les jus et les boissons gazeuses. Tableau 1. Indices de demande pour les différents types de boissons sucrées consommées au Bénin Types de boissons Matière Corps Goût Couleur Emballage sucrées première Etranger Arôme Conservation Prix Jus d'ananas 0,85 0,65 0,59 0,74 0,58 0,55 0,52 0,50 Autres jus de fruits 0,83 0,65 0,58 0,69 0,69 0,48 0,54 0,44 Boissons gazeuses 0,95 0,67 0,73 0,76 0,58 0,56 0,57 0, Demande potentielle en jus de fruit et boissons gazeuses La demande potentielle en jus de fruits et boisons gazeuses au Bénin est croissante pour toutes les boissons commercialisées. En se basant sur l évolution du nombre de consommateurs, la demande en jus d ananas IRA passera d environ hectolitres en 2005 à hectolitres en 2010 (Figure 1). Cette demande est nettement supérieure au niveau actuel de production de la coopérative IRA qui n est que de 1236 hectolitres par an. De plus, une amélioration de la qualité du jus d ananas IRA en prenant en compte notamment les besoins des consommateurs en terme de caractéristiques désirées et du niveau actuel de satisfaction de celles-ci, peut contribuer à une augmentation de sa part de marché et ainsi à la satisfaction d une partie importante de la demande en jus d ananas, en d autres jus de fruits et même en boissons gazeuses. Ce qui montre que le marché national de jus est réellement disponible.

19 Demande Demande potentielle potentielle (x (milliers 1000 hectolitres) de litres) Années Jus de fruits et boissons gazeuses Tous jus de fruits Tous jus d'ananas Jus d'ananas IRA Figure 1. Demande potentielle en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Par ailleurs, il est très important de souligner que des jus de fruits sont exportés du Bénin vers le Togo, du Sénégal et la France. Les exportations de jus de fruits augmentent chaque année et ont atteint 4750 et 8089 kilogrammes respectivement en 2002 et L offre en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Niveau de satisfaction des caractéristiques de boissons gazeuses et de jus de fruits Les indices de réalisation qui permettent de voir avec quel degré les attentes des consommateurs sont satisfaites des caractéristiques des boissons, sont calculés à partir des appréciations des consommateurs enquêtés(tableau 2). Ces indices montrent que la plupart des consommateurs sont satisfaits du goût et de la matière première entrant dans la production du jus d ananas IRA. Cependant, une proportion non négligeable (40% des enquêtés) des consommateurs ne sont pas satisfaits du taux de sucre et du degré de fermentation. Les analyses chimiques du jus doivent être aussi faites et les résultats présentés sur l étiquette. Tableau 2. Indices de réalisation pour les jus et boissons gazeuses de grande consommation au Bénin Jus et boissons sucrées Goût Matières premières Couleur Emballage Corps Etranger Arôme Conservation Prix Jus d'ananas 0,74 0,41 0,47 0,23 0,24 0,27-0,03 0,18 Jus d'ananas IRA 0,87 0,66 0,51 0,34 0,12 0,21 0,24 0,29 Autres Jus de fruits 0,78 0,53 0,47 0,45 0,30-0,01 0,09 0,18 Fanta 0,54 0,20 0,34 0,55 0,29 0,29 0,35 0,06 Coca Cola 0,67 0,35 0,39 0,60 0,28 0,26 0,42 0,25 Tonic 0,65 0,48 0,60 0,66 0,27 0,41 0,44 0,19 Fizzy Pamplemousse 0,82 0,53 0,55 0,66 0,14 0,38 0,37 0,27 Fizzy Cocktail 0,79 0,38 0,47 0,61-0,01 0,27 0,37 0,25 Seven-Up 0,58 0,28 0,53 0,28 0,21 0,19 0,36 0,13 Moka 0,91 0,42 0,59 0,59 0,29 0,17 0,26 0,18

20 11 Par ailleurs, les consommateurs sont passablement satisfaits de la couleur du jus d ananas IRA et des autres boissons sucrées. Une analyse des indices de réalisation des autres caractéristiques montre que les consommateurs sont insatisfaits non seulement du jus IRA mais aussi des autres boissons sucrées. Cependant, tout en étant insatisfaits des prix des boissons sucrées en général, on peut noter que les consommateurs sont plus satisfaits du prix du jus d ananas IRA que de ceux des autres boissons sucrées. Il n y a d ailleurs que 45% des enquêtés qui sont insatisfaits du prix du jus d ananas IRA. L enquête s est également préoccupée des réactions des consommateurs du jus d ananas IRA si une augmentation du prix survenait. Les résultats indiquent qu au cas où le prix du jus d ananas IRA augmenterait, 72% des consommateurs sont disposés à accepter un prix qui oscille entre 250 et 300 FCFA la bouteille de 33 cl. Ces consommateurs préféreraient Fizzy pamplemousse au jus d ananas IRA, si son prix arrivait à dépasser la limite de prix qu ils ont indiqué. Les principales raisons du choix de Fizzy pamplemousse sont : les deux boissons sont des jus de fruits, correspondance entre la qualité et le prix de Fizzy pamplemousse et enfin sa richesse en éléments nutritifs. Globalement, il ressort de l enquête que malgré quelques insuffisances qui peuvent être corrigées, le jus d ananas IRA est bien apprécié par les consommateurs et mérite d être promu Types et quantités de boissons sucrées offertes L offre de boissons sucrées au Bénin est composée des boissons produites industriellement par la Société Béninoise de Brasserie (SOBEBRA) dénommées boissons gazeuses, la production semi artisanale et artisanale et les importations. De 1993 à 2002, la SOBEBRA a produit en moyenne hectolitres de boissons gazeuses par an. Cette production a augmenté ces dix dernières années pour atteindre environ hectolitres en 2002 (SOBEBRA, 2002). Durant la même période le Bénin a aussi importé en moyenne kilogrammes de jus de fruits par an. Ces importations ont atteint le niveau record de kilogrammes en Ces produits proviennent des pays africains (Nigeria, Afrique du sud, Togo, etc.), européens (Espagne, Autriche, France, etc.), de l Amérique (Etats-Unis) et de l Asie (Liban, Chine, etc.). La production artisanale est réalisée par de petites unités de transformation collectives ou individuelles. Malheureusement, il n existe à notre connaissance aucune statistique sur la production locale de jus de fruits. Aussi s avère-t-il difficile de quantifier actuellement l offre global des boissons sucrées au Bénin Distribution des jus de fruits et boissons sucrées Sources d information et points de distribution des boissons gazeuses et jus de fruits L information sur la plupart des boissons gazeuses et jus de fruits provient des amis et des buvettes. L information sur le jus d ananas IRA est véhiculée par les amis (68% des enquêtés), les buvettes (14% des enquêtés), mais aussi par la Coopérative IRA elle-même (12% des enquêtés). Contrairement aux produits de la SOBEBRA, il n y a ni spots publicitaires à la radio et à la télévision, ni panneaux publicitaires sur le jus d ananas IRA. Ceci mérité d être corrigé. Par ailleurs, la Coopérative doit également diversifier les points de distribution de son produit en s orientant vers les marchés et supermarchés où son jus d ananas est quasi absent et renforcer la publicité dans les buvettes, restaurants et au centre de

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture TERMES DE REFERENCES POUR L ELABORATION DE PLANS D AFFAIRES ET STRATEGIES MARKETING EN FAVEUR DES GIE «Moutakoung» DE TAMBANABA, «Nianibaly mantinelong» DE TAMBANANDING ET «Alla teintu» DE BADIAR / REGION

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise 1- Historique La société ifri est située dans la commune d Ighzer- Amokrane- Daïra - Ifri Ouzellaguen. La superficie globale de l entreprise ifri est de 32.530 m². La superficie couverte est de 21.000

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire)

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) Partenaires : Un opérateur engagé dans la production et la commercialisation de briquettes de biocharbon à partir

Plus en détail

Projet d Extension du réseau des circuits courts pour une meilleure valorisation des produits

Projet d Extension du réseau des circuits courts pour une meilleure valorisation des produits Projet d Extension du réseau des circuits courts pour une meilleure valorisation des produits fermiers locaux (PAMIP II ). Séminaire de Capitalisation de Décembre 2013. Présentation: Edgar DEGUENON HORTITECHS

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes DOSSIER DE PRESSE SIFCA au Salon International de l Agriculture de Paris Du 21 Février au 01 er mars 2015 En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes 1 Le palmier à huile

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet. Unité de Fabrication de jus de fruits et de la confiture

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet. Unité de Fabrication de jus de fruits et de la confiture Profil de Projet Unité de Fabrication de jus de fruits et de la confiture 1. Une description du projet Le projet consiste en l'implantation d'une petite unité de transformation des fruits. La capacité

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier. Exemple sur la fiscalité de la bière

MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier. Exemple sur la fiscalité de la bière MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier Exemple sur la fiscalité de la bière A l heure des arbitrages imminents sur le moyen d augmenter les recettes budgétaires de l état et du débat inévitable

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective LA RÉUNION, TERRE D AVENIR table ronde La part de la production locale dans la restauration collective dossier de presse 12 décembre 2014 table ronde - enjeux et perspectives Préambule La Réunion est riche

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS Évaluation de l exploitation agricole Dernière mise à jour : le 3 novembre, 2006 Le Programme canadien d options pour les

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme!

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme! SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL ÉCONOMIE ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION Comparez votre ferme! Pour une quatrième année consécutive, la FPPQ publie son étude sur les coûts de production.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

LE DESSOUS DES CARTES

LE DESSOUS DES CARTES Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 Description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 Niveaux, disciplines, compétences... 3 Textes de référence... 3 Notions... 3 Vocabulaire... 4

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail