PROJET DE RENFORCEMENT DE LA CAPACITE DE L INDUSTRIE DE LA COOPERATIVE DE TRANSFORMATION DE L ANANAS BENINOIS ET DE PRODUCTION DU JUS BIOLOGIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE RENFORCEMENT DE LA CAPACITE DE L INDUSTRIE DE LA COOPERATIVE DE TRANSFORMATION DE L ANANAS BENINOIS ET DE PRODUCTION DU JUS BIOLOGIQUE"

Transcription

1 1 PROJET DE RENFORCEMENT DE LA CAPACITE DE L INDUSTRIE DE LA COOPERATIVE DE TRANSFORMATION DE L ANANAS BENINOIS ET DE PRODUCTION DU JUS BIOLOGIQUE Version finale Réalisé par Patrice Y. ADEGBOLA, Ingénieur Agro-Economiste, M.Sc., Consultant Principal Aminou AROUNA, Ingénieur Agro-Economiste, Consultant Associé Préparé au Bénin, le 3 septembre 2008

2 i FICHE SIGNALETIQUE DU DOCUMENT Etude financée par : Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture (FOA) Dans le cadre : Small Scale Facility for FAORs Au profit de : Coopérative dénommée «Initiative pour la Relance de l Ananas au Bénin», IRA. Cette dénomination explique que la transformation de l ananas reste le seul moyen par lequel les pertes post-récoltes élevées enregistrées par les producteurs peuvent être réduites. Titre Projet de renforcement de la capacité de l industrie de la coopérative de transformation de l ananas béninois et de production de jus biologique. Promoteurs ALLADJODJO Dieu-Donné, Président IRA, agro-éleveur, exportateur d ananas. Tél. (00229) SINDEDJI Kokou Robert, Secrétaire IRA, agro-éleveur, exportateur d ananas. Emplacement du projet Le projet est exécuté actuellement à Togoudo (Allada) dans le Département de l Atlantique. Auteurs et qualifications des consultants Patrice Y. ADEGBOLA, Ingénieur Agro-Economiste, M.Sc. en Economie Rurale. Vingt ans d expérience dans l évaluation et la formulation de projets agricoles. Consultant principal. Tel : (00229) / (00229) Aminou AROUNA, Ingénieur Agro-Economiste. Trois ans d expérience dans les études d analyse et d évaluation de projets agricoles. Bonne connaissance de la problématique de la filière ananas au Bénin. Consultant associé. Tel : (00229) / (00229) Type d approche Etude de faisabilité du projet de renforcement de la capacité de l industrie de la coopérative de transformation de l ananas béninois et de production de jus biologique. Mots clés Ananas, transformation en jus, production d ananas biologique, Etude financière, Etude économique, Etude de marché, Allada, Atlantique, Bénin.

3 ii Table des matières Liste des Tableaux... iv Liste des Figures... v Résumé analytique... vi 1. Introduction générale Présentation générale de la coopérative IRA Historique et justification Mission et objectifs Mission Objectifs Présentation du milieu d installation Caractéristiques démographiques Le cadre physique Le climat Le sol La végétation Les activités économiques Contexte macro-environnemental Contexte Politico-Juridique du pays Contexte économique du pays Contexte international Etude de marché du jus d ananas au Bénin La demande en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Types et quantités de jus de fruits et de boissons gazeuses consommés Caractéristiques des boissons sucrées désirées par les consommateurs Demande potentielle en jus de fruit et boissons gazeuses L offre en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Niveau de satisfaction des caractéristiques de boissons gazeuses et de jus de fruits Types et quantités de boissons sucrées offertes Distribution des jus de fruits et boissons sucrées Etude technique de la coopérative IRA Description de la production du jus d ananas Procédé technologique utilisé Ressources disponibles Approvisionnement en matières premières Amélioration de la qualité de l ananas et du jus IRA : la production de l ananas biologique Organisation et frais généraux de l administration Partenariat Dynamique des phases antérieures de la coopérative IRA Les progrès enregistrés Performance financière de la production de jus d ananas par IRA Cadre logique du projet d extension des activités de IRA Insuffisances de l unité de transformation de la coopérative IRA Objectifs du projet d extension de la coopérative IRA Ressources nécessaires... 22

4 iii Ressources matérielles Ressources humaines Analyse financière du projet d extension des activités de IRA Coût de l investissement Coût de production Programme de production et de vente Structure du financement Résultats prévisionnels du projet Compte de trésorerie prévisionnel Rentabilité financière du projet Compte de résultat net et ratios Bilan prévisionnel du projet Analyse du risque, de sensibilité, d impact et des scénarii Analyse du risque et de sensibilité Quelques indicateurs sommaires d impact du projet d extension de la coopérative IRA Analyse des scénarii Conclusion générale ANNEXE... 46

5 iv Liste des Tableaux Tableau 1. Indices de demande pour les différents types de boissons sucrées consommées au Bénin... 9 Tableau 2. Indices de réalisation pour les jus et boissons gazeuses de grande consommation au Bénin Tableau 3. Prix de livraison de jus de fruits et boissons gazeuses Tableau 4. Equipements de transformation dont dispose la coopérative IRA Tableau 5. Personnel technique et administratif de l unité de transformation de la coopérative IRA Tableau 6. Evolution temporelle des activités de la coopérative IRA Tableau 7. Compte d exploitation annuelle pour la production de 50 casiers de jus d ananas par jour Tableau 8. Equipements et Matériels à acquérir Tableau 9. Cadre logique du projet d extension des activités de la coopérative IRA Tableau 10. Ressources humaines nécessaires dans le cadre de l extension de la coopérative IRA Tableau 11. Coûts de l'investissement (en milliers de Fcfa) Tableau 12. Evolution des coûts de production (en millier de Fcfa) Tableau 13. Programme de vente (jus d ananas et épluchures) (en milliers de Fcfa) Tableau 14. Programme de vente du jus d ananas (en milliers de Fcfa) Tableau 15. Source de financement : les flux financiers (en milliers de Fcfa) Tableau 16. Total des dettes et service de la dette (en milliers de Fcfa) Tableau 17. Cash flow pour la planification financière Tableau 18. Cash flow actualisé pour le total du capital investi Tableau 19. Cash flow actualisé pour le capital social investi Tableau 20. Compte de résultats et ratios Tableau 21. Bilan et ratios Tableau 22. Evaluation et ratios : ratios financiers Tableau 23. Evaluation et ratios : ratios de rendement Tableau 24. Revenus et coûts lorsque 50% de la production sont conditionnés en sachet Tableau 25. Revenus et coûts lorsque 100% de la production sont conditionnés en sachet Tableau 26. Revenus et coûts lorsque 25% de production sont mis en carton, 50% en sachet et 25% dans les outres pour l exportation Tableau 27. Revenus et coûts lorsque 25% de production sont mis en carton, 25% en sachet et 50% dans les outres pour l exportation... 42

6 v Liste des Figures Figure 1. Demande potentielle en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Figure 2. Diagramme technologique et matériel de production du jus d ananas par l unité de transformation de la coopérative IRA Figure 3. Evolution du total des ventes et coûts de production Figure 4. Sensibilité du TRI aux variations des produits de ventes, de l augmentation des immobilisations et des dépenses d exploitation... 37

7 vi Résumé analytique La structure du Produit Intérieur Brut (PIB) du Bénin montre l importance du secteur agricole avec 35,7% du PIB en 2003 et un secteur secondaire embryonnaire (15,2% du PIB en 2003). Au niveau du secteur primaire, le coton est la principale culture industrielle destinée à l exportation. Malheureusement, en raison des subventions des pays développés d une part et du disfonctionnement interne d autre part, la filière coton connaît des problèmes (effondrement du cours mondial et baisse continue du prix au producteur). Face à cette situation, la politique de diversification des exportations agricoles a été adoptée par le gouvernement béninois. Ainsi, on assiste à la promotion d'autres cultures d'exportation dont l'ananas (Ananas comosus) pour le Sud du Bénin. Cependant, cette filière connaît des difficultés au nombre desquelles : le non du respect des normes et l accès difficile au fret aérien qui se pose aussi bien en terme de coût et de disponibilité de transport au moment voulu. Ainsi, sur une production de tonnes d ananas en 2002, seulement 1023,3 tonnes (environ 1% de la production) ont été exportées. Le marché local est donc inondé de façon périodique par les fruits d ananas très périssables et les petits producteurs sont alors confrontés à la mévente de leur produit. Dans l optique de la relance de la filière ananas et suite aux recommandations de la Chambre d Agriculture du Bénin, certains producteurs d ananas du département de l Atlantique se sont organisés en Juillet 2002 en coopérative dénommée «Initiative pour la Relance de l Ananas au Bénin», IRA pour la transformer les fruits en jus d ananas. Après trois années d essai, cette coopérative a eu des impacts positifs aussi bien sur l amélioration des conditions de vie des petits producteurs que sur la protection de l environnement. Cependant, cette coopérative a vu ses capacités de production très limitées face à la forte demande du marché intérieur (seulement 396 litres de jus d ananas pur produits par jour pour une demande évaluée à litres en 2005) et à la masse d ananas non transformée (seulement environ 1% de l ananas disponible à la coopérative sont transformés). D autre part, les essais de production de l ananas biologique (sans usage d engrais chimique) initiés par IRA en vue d améliorer la qualité jus et de la sauvegarde de l environnement, se révèlent satisfaisants et présagent d un avenir radieux pour l ananas béninois. Ce sont autant de raisons qui expliquent la formulation de ce projet dont l objectif principal est l extension d une unité de transformation pour répondre à la demande croissante du marché et pour la relance de la filière ananas au Bénin. Ainsi, l objectif de la présente étude est de fournir des éléments techniques, commerciales, financières et économiques à la prise de décision d investir ou non dans le projet d extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA. Pour répondre à cette préoccupation, le consultant a suivi dans la réalisation du présent document une approche très pratique. D abord, il s est servi du draft du projet préalablement rédigé par les coopérateurs de IRA. Ensuite, le consultant a eu plusieurs séances de discussions avec les coopérateurs de IRA, la Chambre d Agriculture du Bénin, etc. Une revue bibliographique bien fouillée a été réalisée et les discussions ont été faites avec des personnes ressources. De plus, des visites ont été réalisées sur le site de IRA et d autres sites de transformation de l ananas en jus. En fin, trois types d enquête légère ont été effectués. Ainsi, 120 producteurs d ananas, 69 consommateurs de jus d ananas et 8 commerçants de jus d ananas et de boissons gazeuses ont été interviewés à l aide de questionnaires. L analyse des données a été effectuée avec le logiciel COMFAR III Expert de l Organisation des Nations Unis pour le Développement Industriel (ONUDI). Les analyses et les éléments présentés dans ce document permettent d apprécier l opportunité et la pertinence de financer le projet d extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA.

8 vii Des différentes analyses effectuées, il se dégage les résultats suivants : l environnement économique, institutionnel et politique du Bénin est très favorable à l extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA et le lieu d implantation choisi est propice ; la demande du jus d ananas dépasse largement son offre sur le plan national. Les déterminants de la demande du jus d ananas IRA et sa bonne qualité augurent de bonnes perspectives pour l unité de transformation de la coopérative IRA ; le coût global du projet d extension de l unité de transformation de l ananas en jus de la coopérative IRA est de millions de FCFA dont le schéma de financement proposé est le suivant : 34,6% par recours à l emprunt, soit 42,375 millions de Fcfa auprès d une institution de financement du développement (par ex BOAD, BAD), 65,4% par capital social, soit 80 millions de Fcfa, dont : o 16,4% provient des producteurs de la coopérative IRA, soit 20 millions de Fcfa, et o 49% provient partenaires au développement sous forme de subvention, soit un montant de 60 millions de Fcfa. le solde de trésorerie est positif pour toute la période de production. En d autres termes, le projet dégage des excédents qui constituent des montants disponibles pour les investissements futures, internes ou externes du projet. Avec son extension, l unité de transformation de la coopérative IRA aura une réelle capacité pour la conversion de ses ventes en profit après avoir pris en compte toutes les dépenses d exploitation ; avec le taux d actualisation de 14,75% (équivalent au coût d opportunité du capital), la Valeur Nette Actualisée (VAN) du projet sur une période de 5 ans est d environ 221,9 millions de Fcfa. Il est donc rentable d investir dans ce projet que de faire un dépôt bancaire. Cette valeur de la VAN représente le surplus monétaire actualisé que le projet d extension de l unité de transformation de la coopérative IRA est en mesure de dégager de la série de recettes futures ; le Taux de Rentabilité Interne (TRI) est de 68,99% et 86,62% respectivement pour le total du capital investi et le total du capital social investi. Lorsqu on considère le TRI du total du capital investi, on remarque que ce taux est très intéressant. En le rapprochant du taux d emprunt bancaire de 14,75%, on constate qu il fait apparaître un écart positif de 54 points traduisant ainsi une rentabilité du projet d extension de l unité de transformation de la coopérative IRA ; le délai de récupération du capital total investi est de deux ans. Le projet est alors en mesure de couvrir tous les investissements après deux années de production ; le bénéfice net est de 77,4 millions de FCFA. Le bénéfice net le plus élevé est d une valeur de 82,6 millions de FCFA et est obtenu à la quatrième et à la cinquième année ; le ratio du capital social sur le total des exigibilités, en d autres termes le levier financier des investissements, est très élevé et diminue au fil des années, ce qui indique que le risque financier est moins élevé ; et

9 viii le projet présente d importants avantages économiques au plan local au regard des emplois qu il génère et du nombre de personnes qui en profite directement ou indirectement. Enfin, une analyse des scénarii a été faite en vue de voir la performance financière des différentes alternatives. Dans un premier temps, la rentabilité de l'utilisation des sachets en remplacement des cartons pour l emballage des bouteilles du jus IRA a été évaluée. De plus, la coopérative IRA envisage exporter sa production du jus. Dans ce cadre, les outres de 25 litres ont été prévues pour le conditionnement. Il ressort de cette analyse que : la coopérative IRA n a pas intérêt dans le cadre de l extension de ces activités de prendre l option d utilisation des sachets s il n est pas possible de mettre au moins 50% en sachet et de pouvoir les écouler. Lorsque 50% et 100% de la production sont mis en sachet et vendus les VAN sont respectivement de 381,1 millions et 548,6 millions de FCFA. De plus les TRI sont élevés. Dans ces deux cas, le projet est financièrement rentable et peut être mis en œuvre ; la VAN est de 534,2 millions de FCFA dans le cas où 25% de la production sont emballés en carton, 50% en sachet et 25% dans les outres pour être exportés. Alors que cette valeur est de 604,8 millions de FCFA lorsque 25% de la production sont emballés en carton, 25% en sachet et 50% dans les outres. Enfin, pour la réalisation effective de la mission et des objectifs de l entreprise, il nous paraît indispensable de souligner les points suivants : la réussite d une entreprise dépend avant tout des ressources humaines. Le personnel doit disposer de compétence technique et d une discipline de travail lui permettant de faire face aux défis et aux difficultés inhérentes à une activité de cette envergure ; un personnel soucieux de la réussite de l entreprise est nécessaire pour éviter les pertes dues à la mauvaise gestion : les détournements, les vols et les accidents ; et les gestionnaires de l unité doivent tenir compte de l évolution constante des produits de ventes et les dépenses d exploitation.

10 1 1. Introduction générale Le Bénin est un pays économiquement moins avancé où l agriculture constitue la base de l économie. La structure du PIB du Bénin montre l importance du secteur agricole avec 35,7% du PIB en 2003 et un secteur secondaire embryonnaire (15,2% du PIB en 2003). Au niveau du secteur primaire, le coton, essentiellement cultivé dans le Nord et le Centre du pays, est la principale culture industrielle destinée à l exportation. Malheureusement, en raison des subventions des pays développés, la filière coton connaît des problèmes (effondrement du cours mondial et baisse continue du prix au producteur). Ce qui se traduit par des conséquences néfastes sur la balance commerciale du Bénin. Face à cette situation, la politique de diversification des produits agricoles destinés à l exportation a été adoptée par le gouvernement béninois. Ainsi, on assiste à la promotion d'autres cultures d'exportation dont l'ananas (Ananas comosus) pour le Sud du Bénin. L ananas est un fruit charnu qui a une importance considérable sur le plan alimentaire et nutritionnel. Le fruit frais et cru apporte 51 calories pour 100g de partie comestible (http://www.01sante.com) et contient environ 86% d eau, 0,5% de cellulose, 12% de glucides, 0,2% de lipides et 0,4% de protides. Les sels minéraux présents dans l ananas sont le calcium, le chlore, le cuivre, le fer, l iode, le magnésium, le phosphore, le potassium, le soufre et le zinc. Parmi les nombreuses vitamines dont regorge ce fruit on peut citer les vitamines A, B1, B2, B6 et C. L ananas est un aliment alcalinisant, nutritif, énergétique, rafraîchissant qui possède une action diurétique et dépurative générale. L ananas contient également une enzyme protéolytique appelée la broméline et qui dissout l excès du cholestérol. Ce fruit peut être consommé tout le long de l année sous forme de jus. Le jus d ananas est une boisson rafraîchissante non alcoolisée sucrée et acidulée très appréciée des consommateurs. La transformation de l ananas en jus vient répondre entre autre au problème de périssabilité du fruit (5 jours après la récolte) en stabilisant ce dernier sous forme de jus conservable sur une période plus ou moins longue. C est dans cette optique que le présent projet qui est une initiative de la coopérative IRA, vise à réduire la pauvreté rurale au Bénin en améliorant les conditions de vie des petits producteurs à travers l extension d une unité performante et durable de transformation de l ananas en jus. Cette initiative rentre dans le cadre des recommandations de la Chambre d Agriculture du Bénin. En effet, après avoir jeté les bases de la promotion de la filière ananas actuellement en difficulté au Bénin à travers la transformation du fruit en jus, la coopérative IRA a débuté ses activités depuis Juillet Après trois années d essai, cette coopérative a eu des impacts positifs aussi bien sur l amélioration des conditions de vie des petits producteurs que sur la protection de l environnement. Cependant, cette coopérative a vu ses capacités de production très limitées face à la forte demande du marché intérieur (seulement 396 litres de jus d ananas pur produits par jour pour une demande évaluée à litres en 2005) et à la masse d ananas non transformée (seulement environ 1% de l ananas disponible à la coopérative sont transformés). D autre part, les essais de production de l ananas biologique (sans usage d engrais chimique) initiés par IRA en vue d améliorer la qualité jus et de la sauvegarde de l environnement, se révèlent satisfaisants et présagent d un avenir radieux pour l ananas béninois. Ce sont autant de raisons qui expliquent la formulation de ce projet dont l objectif principal est l extension d une unité de transformation pour répondre à la demande croissante du marché et pour la relance de la filière ananas au Bénin. Au plan méthodologique, le consultant a suivi dans la réalisation du présent document une approche très pratique. D abord, il s est servi du draft du projet préalablement rédigé par les coopérateurs de IRA. Ensuite, le consultant a eu plusieurs séances de discussions avec les

11 2 coopérateurs de IRA, la Chambre Inter-départementale de l Agriculture de l Atlantique et du Littoral, la Chambre d Agriculture du Bénin. Une revue bibliographique bien fouillée a été réalisée dans les structures intervenant dans la promotion de la filière ananas au Bénin et les discussions ont été faites avec des personnes ressources de ces structures. De plus, des visites ont été réalisées sur le site de IRA et d autres sites de transformation de l ananas en jus. En fin, trois types d enquête légère ont été effectués. Ainsi, 120 producteurs d ananas, 69 consommateurs de jus d ananas et 8 commerçants de jus d ananas et de boissons gazeuses ont été interviewés à l aide de questionnaires. L analyse des données a été effectuée avec le logiciel COMFAR III Expert de l Organisation des Nations Unis pour le Développement Industriel (ONUDI). Le présent document est subdivisé en onze sections. Après l introduction, les sections 2 et 3 sont consacrées à la présentation de la coopérative IRA et de son milieu d installation. La section 4 présente le contexte macro-environnemental alors que les sections 5 et 6 traitent respectivement de l étude du marché et de l étude technique de la coopérative IRA. La dynamique des phases antérieures de la coopération IRA est abordée à la section 7 et la section 8 analyse le cadre logique d extension de cette coopérative. La section 9 traite de l analyse financière du projet. L analyse du risque, de sensibilité, d impact et de scénarii est présentée dans la dixième section. La section 11 tire les grandes conclusions du travail.

12 3 2. Présentation générale de la coopérative IRA 2.1. Historique et justification L ananas béninois est très apprécié sur le marché international et constitue aujourd hui une priorité nationale dans la promotion des filières agricoles. Cependant, cette filière connaît des difficultés au nombre desquelles : le problème de l accès au fret aérien qui se pose aussi bien en terme de coût 1 et de disponibilité de transport au moment voulu et le non respect des normes. En effet, la plus grande partie de la production de l ananas béninois est assurée par des milliers de petits producteurs qui manquent de moyens et de techniques pour offrir des produits correspondant aux normes de qualité requises à l exportation. Ainsi, sur une production de tonnes d ananas en 2002, seulement 1023,3 tonnes ont été exportées soit 1% de la production 2. Le reste (99%) est destiné au marché local. Le marché local est donc inondé de façon périodique par les fruits d ananas très périssables. Les petits producteurs sont alors confrontés à la mévente avec un prix quelquefois inférieur à 20 FCFA par kilogramme alors que le coût de production est estimé à 35 FCFA le kilogramme. C est pourquoi les opérateurs économiques se sont lancés dans la transformation de l ananas. La lourdeur de leur organigramme ; la mauvaise organisation et surtout les marges bénéficiaires très élevées recherchées par ces derniers ne leur ont pas permis d offrir un prix attractif pour pouvoir concurrencer les boissons sucrées similaires commercialisées par la Société Béninoise de Brasserie (SOBEBRA) ou importées. Ainsi, le jus d ananas produit par ces opérateurs économiques a donc du mal à se faire une place sur le marché local car il s adresse à un segment de population très limité que sont les clients des supermarchés, des restaurants et hôtels d une classe sociale élevée. La mévente qui en résulte fait que le problème du petit producteur reste intact et persiste toujours. Ainsi, ces producteurs ont décidé de prendre leur destinée en main. Suite aux recommandations de la Chambre d Agriculture du Bénin, les producteurs d ananas des communes d Allada, Tori-Bossito, Toffo, Zè et Ouidah du département de l Atlantique se sont organisés en 2002 en coopérative dénommée «Initiative pour la Relance de l Ananas au Bénin», IRA dont l objectif est la transformation des fruits en jus d ananas. Les équipements financés sur fonds propres des coopérateurs et fonctionnels depuis le mois de juillet 2002 permettent de produire actuellement 396 litres de jus d ananas pur par jour (50 casiers de 24 bouteilles de 33cl). Malheureusement, cette capacité ne permet que la transformation d une faible proportion de la production actuelle des membres alors que l objectif est de l élargir à tous les producteurs d ananas de l Atlantique en particulier et du Bénin en général d ici Ce faible niveau de transformation est dû au caractère rudimentaire des équipements utilisés. C est ce qui inspire la formulation de ce projet dont l objectif est la modernisation des infrastructures de production Mission et objectifs Mission La coopérative IRA se propose de mettre en place une unité performante et durable de transformation de l ananas «hors calibres» non exporté, en jus afin de réduire les pertes postrécolte, de créer des emplois (prioritairement pour les femmes rurales), d améliorer les conditions de vie des petits producteurs et de contribuer à la réduction de la pauvreté rurale au Bénin. 1 Cf travaux de Arouna et Afomassè (2005) et Gnimadi et al. (2001). 2 Cf INSAE (2004a).

13 Objectifs Les objectifs de la coopérative IRA sont : Installer une unité performante et durable de transformation de l ananas en jus d ananas pur dans le département de l Atlantique (principale zone de production de l ananas au Bénin) ; Elargir la coopérative à tous les producteurs d ananas des huit (8) communes de l Atlantique en particulier et du Bénin en général d ici 2010 ; Participer à la sauvegarde de l écosystème en encourageant les producteurs à remplacer progressivement les engrais chimiques par l engrais organique (les tourteaux d ananas issus de la transformation et les fientes) et améliorer la qualité du jus d ananas ; Eviter l exode rural des jeunes qui seront propriétaires des fermes d ananas ou employés ; Contribuer à la réduction de la pauvreté rurale à travers la promotion de l agriculture, la création d emplois et la démarginalisation de la femme ;

14 5 3. Présentation du milieu d installation La coopérative IRA est localisée à Allada dans le Département de l Atlantique. Allada siège de la coopérative est situé à 54 km de Cotonou, le plus centre commercial du pays et la capitale économique. Allada est le centre de l ananas au Bénin avant Zè et Abomey- Calavi. Cette commune est géographiquement au centre des huit communes que compte le département de l Atlantique. Ce qui facilite aux producteurs l accès à l unité de transformation de la coopérative IRA. Cette coopérative regroupe des producteurs et productrices d ananas de cinq communes sur les huit que compte le département de l Atlantique. Il s agit des communes d Allada, Tori-Bossito, Zè, Toffo et Ouidah. Le département de l Atlantique est l un des douze départements du Bénin et couvre une superficie de km². Il comporte 500 villages repartis dans huit communes que sont Allada, Tori-Bossito, Zè, Toffo, Ouidah, Abomey-Calavi, Kpomassè et So-Ava Caractéristiques démographiques Selon les résultats du Troisième Recensement Général de la Population et de l Habitat (RGPH 3), la population de l Atlantique en 2002 est de habitants dont femmes (51,5%) contre hommes (48,5%). Dans le département de l Atlantique, personnes vivent en milieu rural et 58% s adonnent à l agriculture. 70% de ces agriculteurs cultivent l ananas. Deux variétés à savoir la Cayenne lisse et le Pain de sucre (ou abacaxi) sont cultivées et cette dernière variété est commercialisée exclusivement sur le marché intérieur. Dans ce département, 30% des femmes rurales sont propriétaires de plantation d ananas et 40% sont utilisées comme main-d œuvre avec des salaires dérisoires dans les plantations modernes et celles des petits producteurs. Ce qui ne fait qu aggraver la situation de pauvreté dans laquelle vivent déjà ces femmes. Il urge donc que des actions soient menées pour améliorer les conditions de vie des femmes rurales Le cadre physique Le climat Il est de type soudano guinéen dans tout le département de l Atlantique avec 2 saisons pluvieuses et 2 saisons sèches. La pluviométrie annuelle oscille entre 800 mm à 1400 mm soit une moyenne de 1200 mm alors que le besoin en eau de l ananas varie entre 1200 mm et 1500 mm. Cependant, les pluies peu abondantes sont compensées par une forte humidité relative (environ 81%) et une faible Evapotranspiration Potentielle (ETP) annuelle (inférieur à 1000 mm). Les températures varient entre 27 et 31 degrés centigrades. Les écarts entre le mois le plus chaud et le mois le moins chaud ne passe pas 3,8 degrés dans tout le département. Ces conditions climatiques font du département de l Atlantique une zone de production d ananas par excellence du Bénin Le sol Deux types de formations géologiques sont rencontrées : les formations récentes et le continental terminal. Les sols issus du continental terminal présentent de bonnes caractéristiques physiques pour permettre un bon développement du système radiculaire de l ananas La végétation

15 6 Le département de l Atlantique est largement défriché et la forêt équatoriale originelle n existe plus qu en petits îlots d extension négligeable. Actuellement la végétation est caractérisée par un bush arbustif, associé à des peuplements plus ou moins denses de palmier à huile, que l on retrouve sur les plateaux. En fin, le département de l Atlantique comporte ha de lacs et lagunes, ha de terre cultivable dont moins de ha cultivées, ha de forêts classées et ha de plantations domaniales. De plus, il existe actuellement près de 283 fermes privées emblavant annuellement près de ha dont ha d ananas 3 contre seulement 500 ha de plantation d agrumes Les activités économiques Les activités économiques dominantes sont le commerce (32%) et l agriculture (30%). Au niveau de l agriculture, le département de l Atlantique est le premier producteur de l ananas au Bénin. Comme autres activités, la pêche est relativement développée dans ce département grâce aux nombreux plans et cours d eau et mobilise une bonne partie de la population. Le département de l Atlantique participe dans une proportion non négligeable à la production halieutique du pays. L élevage conventionnel est très peu développé alors que l élevage non conventionnel (lapin, escargots, aulacodes) est en progression. 3 Cf INSAE (2004b).

16 7 4. Contexte macro-environnemental 4.1. Contexte Politico-Juridique du pays La politique agricole du Bénin est marquée depuis le début des années 90 par la libéralisation et le désengagement de l état des secteurs de la production et de la commercialisation. Ainsi, depuis lors les institutions d appui et de promotion de l investissement privé se multiplient dans la mise en œuvre de la politique de la relance du secteur privé et de la promotion de l emploi. Les ministères à travers leurs divers services techniques apportent aux investisseurs l assistance de l Etat. En particulier et de façon permanente, les institutions publiques ci-après offrent leurs services à ce sujet : Le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) : il est chargé de la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans le domaine agricole. Il possède diverses directions techniques et structures notamment la Chambre d Agriculture, les Centre Régionaux de Promotion Agricoles (CeRPA), l Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB), Le Programme d Appui au Développement des Filières Agricoles (PADFA), etc. Le Ministère de l Industrie, du Commerce et de la Promotion de l Emploi (MICPE) chargé entre autres de la recherche des créneaux porteurs pour les exploitants nationaux et du développement des industries agroalimentaires. Ces diverses directions techniques et structures sont notamment la Chambre de Commerce et d Industrie du Bénin, le Centre de Promotion et d Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises, etc. Il est noté qu il existe également au Bénin plusieurs Organisations Non-Gouvernementales (ONG) qui interviennent dans l appui au développement du secteur privé. C est le cas des ONG telles Helvetas, GTZ, SONGHAÏ, SASSAKAWA, etc. Par ailleurs, le cadre juridique est caractérisé par l existence d un code d investissement. Ce code est dans son esprit très favorable aux entreprises agricoles qui bénéficient d un régime privilégié avec des avantages douaniers et fiscaux. En fin, depuis l avènement de la décentralisation au Bénin, le concept de développement local et participatif est devenu le quotidien des acteurs nationaux. La Coopérative IRA s inscrit parfaitement dans cette logique compte tenu du fait que l initiative vient des producteurs et l atteinte de ses objectifs contribue au développement local Contexte économique du pays D une manière générale, l environnement économique béninois reste dominé par la production cotonnière qui constitue la seule filière véritablement organisée. Cependant elle connaît en ce moment une crise sévère due essentiellement à la baisse des cours sur le marché mondial et à son disfonctionnement interne. De nouvelles orientations politiques ont été donc prises par les autorités béninoises. Ainsi, la relance des filières agricoles telles que l anacarde et l ananas et le développement des Organisations Paysannes figurent en bonne place dans les principales priorités définies par la Table Ronde de 1996 et lors de la Conférence Economique Nationale en Cependant, l ananas béninois est confronté à des difficultés de calibrage, le coût élevé des emballages, et un coût de fret aérien trop élevé. En effet, le fret aérien est environ 575 FCFA/kg au Bénin alors que ce coût est inférieur à 500 FCFA/kg dans la sousrégion (Ghana, Cameroun) 4. De plus, le fret aérien au Bénin est souvent indisponible en quantité suffisante. De plus, la production de l ananas béninois se fait en majorité par de petits producteurs peu organisés et ayant une faible maîtrise des itinéraires techniques. 4 Cf travaux de Arouna et Afomassè (2005).

17 8 Il en résulte que seul environ 1% de la production nationale est exporté chaque année. Par ailleurs, l Union des producteurs du Sud (UPS) qui a entrepris l exportation de l ananas dans le but d aider les petits producteurs à trouver de débouché à leur produit n a pu exporter que 158 tonnes en L ananas est donc déversé sur le marché local en abondance au même moment, c est-à-dire la saison de pleine production. Les prix chutent et par srucroît le producteur n arrive pas à écouler sa récolte à temps dont une partie importante est perdue (perte post-récolte). Alors, l ananas est bradé sur le marché national ce qui ne permet pas au producteur de rentabiliser son activité et seuls les revendeurs et commerçants arrivent à s en sortir. Ce qui conduira sans doute dans le court terme à l effondrement total de la filière ananas au Bénin. C est dans ce contexte politique, juridique et économique du pays, et confrontés à ces problèmes que sous l impulsion de la Chambre d Agriculture du Bénin que les producteurs d ananas de cinq communes de l Atlantique ont créé la coopérative, IRA. Cette coopérative a pour mission de transformer une partie de la production de ses membres afin de leur faciliter l écoulement de leur récolte à un prix acceptable Contexte international Le marché international de l ananas est animé par l Union Européenne (UE) et les Etats Unis. Les importations de l UE, principale destination de l ananas béninois, ont été multipliées par 1,4 entre 1998 et Cette vitalité du commerce de l ananas est liée à l augmentation générale du commerce des produits frais et l engouement des Européens pour les produits exotiques. Cependant, le Bénin ne fournit qu une infirme partie (moins de 1%) des importations de l UE. De plus, l ananas béninois est fortement concurrencé sur le marché européen par les fruits de certains pays latino-américains dont la Costa Rica. Les variétés américaines d ananas (MD2 et Rondon) sont réputées plus sucrées et plus adaptées au marché actuel que la Cayenne Lisse béninoise et Ivoirienne. Par ailleurs, l ananas béninois fait face au problème récurrent de la qualité. Aujourd hui, la question de la qualité est une préoccupation majeure pour les exportateurs, dans la mesure où elle affecte l ensemble de la chaîne de la production à la commercialisation. Le respect des prescriptions de l UE relatives aux normes de qualité conditionne le développement des exportations dans la mesures où l Europe reste le marché le plus accessible pour l ananas africain. Les prescriptions de l UE par rapport aux normes de qualité sont : la traçabilité, la réglementation sur les Limites Maximales de Résidus de Pesticides (LMR) et la nouvelle réglementation relative à l hygiène (pour renforcer le système de contrôle HACCP). Il est clair que l application de ces prescriptions fera encore mal à l économie béninoise en raison du faible niveau de maîtrise des itinéraires techniques, de l analphabétisme des petits producteurs et de leurs moyens financiers limités. Ainsi, il faut prévoir à l avenir une diminution des exportations déjà très faibles de l ananas et de dérivées si des actions urgentes ne sont pas prises. Pour desserrer cet étau, les pays exportateurs africains dont le Bénin doivent revoir leur stratégie assurer un avenir plus sûr à la filière ananas. C est dans ce cadre que la Coopérative IRA s est fixée comme objectif la production de l ananas biologique. 5 Cf travaux de Arouna et Afomassè (2005).

18 9 5. Etude de marché du jus d ananas au Bénin 5.1. La demande en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin L analyse de cette demande est faite à travers la connaissance des principales boissons sucrées consommées au Bénin, les caractéristiques de ces boissons sucrées désirées par les consommateurs et une estimation de la demande potentielle à l horizon de Types et quantités de jus de fruits et de boissons gazeuses consommés Les résultats d enquête auprès des consommateurs de jus d ananas IRA indiquent que les principaux jus de fruits et boissons gazeuses consommés sont par ordre d importance : jus d ananas IRA dont la consommation moyenne annuelle s élève à environ 34 litres, et les produits de la SOBEBRA que sont le Fizzi pamplemouse (environ 15 litres), le Coca-cola (environ 12 litres), le Tonic (environ 11 litres), Fizzi cocktail (environ 8 litres), et enfin le Moka (environ 6 litres). Le niveau de consommation élevé du jus d ananas IRA constitue un atout et montre que cette boisson peut réellement pour conquérir le marché Caractéristiques des boissons sucrées désirées par les consommateurs Afin d apprécier les besoins des consommateurs de jus de fruits et de boissons gazeuses, des indices de demande des caractéristiques désirées de boissons sucrées et jus de fruits ont été calculés à partir des appréciations des consommateurs enquêtés. Les résultats montrent que les caractéristiques qui influencent la décision de choisir les boissons gazeuses et jus de fruits par ordre d importance décroissante (Tableau 1) sont : le goût, l emballage, la matière première, la couleur, les corps en suspension, la conservation, l arôme et le prix. L importance de chaque caractéristique varie très peu pour les trois types de boissons sucrées rencontrées et étudiés, sauf la couleur, le goût et les corps en suspension qui varient un plus entre les jus et les boissons gazeuses. Tableau 1. Indices de demande pour les différents types de boissons sucrées consommées au Bénin Types de boissons Matière Corps Goût Couleur Emballage sucrées première Etranger Arôme Conservation Prix Jus d'ananas 0,85 0,65 0,59 0,74 0,58 0,55 0,52 0,50 Autres jus de fruits 0,83 0,65 0,58 0,69 0,69 0,48 0,54 0,44 Boissons gazeuses 0,95 0,67 0,73 0,76 0,58 0,56 0,57 0, Demande potentielle en jus de fruit et boissons gazeuses La demande potentielle en jus de fruits et boisons gazeuses au Bénin est croissante pour toutes les boissons commercialisées. En se basant sur l évolution du nombre de consommateurs, la demande en jus d ananas IRA passera d environ hectolitres en 2005 à hectolitres en 2010 (Figure 1). Cette demande est nettement supérieure au niveau actuel de production de la coopérative IRA qui n est que de 1236 hectolitres par an. De plus, une amélioration de la qualité du jus d ananas IRA en prenant en compte notamment les besoins des consommateurs en terme de caractéristiques désirées et du niveau actuel de satisfaction de celles-ci, peut contribuer à une augmentation de sa part de marché et ainsi à la satisfaction d une partie importante de la demande en jus d ananas, en d autres jus de fruits et même en boissons gazeuses. Ce qui montre que le marché national de jus est réellement disponible.

19 Demande Demande potentielle potentielle (x (milliers 1000 hectolitres) de litres) Années Jus de fruits et boissons gazeuses Tous jus de fruits Tous jus d'ananas Jus d'ananas IRA Figure 1. Demande potentielle en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Par ailleurs, il est très important de souligner que des jus de fruits sont exportés du Bénin vers le Togo, du Sénégal et la France. Les exportations de jus de fruits augmentent chaque année et ont atteint 4750 et 8089 kilogrammes respectivement en 2002 et L offre en jus de fruits et boissons gazeuses au Bénin Niveau de satisfaction des caractéristiques de boissons gazeuses et de jus de fruits Les indices de réalisation qui permettent de voir avec quel degré les attentes des consommateurs sont satisfaites des caractéristiques des boissons, sont calculés à partir des appréciations des consommateurs enquêtés(tableau 2). Ces indices montrent que la plupart des consommateurs sont satisfaits du goût et de la matière première entrant dans la production du jus d ananas IRA. Cependant, une proportion non négligeable (40% des enquêtés) des consommateurs ne sont pas satisfaits du taux de sucre et du degré de fermentation. Les analyses chimiques du jus doivent être aussi faites et les résultats présentés sur l étiquette. Tableau 2. Indices de réalisation pour les jus et boissons gazeuses de grande consommation au Bénin Jus et boissons sucrées Goût Matières premières Couleur Emballage Corps Etranger Arôme Conservation Prix Jus d'ananas 0,74 0,41 0,47 0,23 0,24 0,27-0,03 0,18 Jus d'ananas IRA 0,87 0,66 0,51 0,34 0,12 0,21 0,24 0,29 Autres Jus de fruits 0,78 0,53 0,47 0,45 0,30-0,01 0,09 0,18 Fanta 0,54 0,20 0,34 0,55 0,29 0,29 0,35 0,06 Coca Cola 0,67 0,35 0,39 0,60 0,28 0,26 0,42 0,25 Tonic 0,65 0,48 0,60 0,66 0,27 0,41 0,44 0,19 Fizzy Pamplemousse 0,82 0,53 0,55 0,66 0,14 0,38 0,37 0,27 Fizzy Cocktail 0,79 0,38 0,47 0,61-0,01 0,27 0,37 0,25 Seven-Up 0,58 0,28 0,53 0,28 0,21 0,19 0,36 0,13 Moka 0,91 0,42 0,59 0,59 0,29 0,17 0,26 0,18

20 11 Par ailleurs, les consommateurs sont passablement satisfaits de la couleur du jus d ananas IRA et des autres boissons sucrées. Une analyse des indices de réalisation des autres caractéristiques montre que les consommateurs sont insatisfaits non seulement du jus IRA mais aussi des autres boissons sucrées. Cependant, tout en étant insatisfaits des prix des boissons sucrées en général, on peut noter que les consommateurs sont plus satisfaits du prix du jus d ananas IRA que de ceux des autres boissons sucrées. Il n y a d ailleurs que 45% des enquêtés qui sont insatisfaits du prix du jus d ananas IRA. L enquête s est également préoccupée des réactions des consommateurs du jus d ananas IRA si une augmentation du prix survenait. Les résultats indiquent qu au cas où le prix du jus d ananas IRA augmenterait, 72% des consommateurs sont disposés à accepter un prix qui oscille entre 250 et 300 FCFA la bouteille de 33 cl. Ces consommateurs préféreraient Fizzy pamplemousse au jus d ananas IRA, si son prix arrivait à dépasser la limite de prix qu ils ont indiqué. Les principales raisons du choix de Fizzy pamplemousse sont : les deux boissons sont des jus de fruits, correspondance entre la qualité et le prix de Fizzy pamplemousse et enfin sa richesse en éléments nutritifs. Globalement, il ressort de l enquête que malgré quelques insuffisances qui peuvent être corrigées, le jus d ananas IRA est bien apprécié par les consommateurs et mérite d être promu Types et quantités de boissons sucrées offertes L offre de boissons sucrées au Bénin est composée des boissons produites industriellement par la Société Béninoise de Brasserie (SOBEBRA) dénommées boissons gazeuses, la production semi artisanale et artisanale et les importations. De 1993 à 2002, la SOBEBRA a produit en moyenne hectolitres de boissons gazeuses par an. Cette production a augmenté ces dix dernières années pour atteindre environ hectolitres en 2002 (SOBEBRA, 2002). Durant la même période le Bénin a aussi importé en moyenne kilogrammes de jus de fruits par an. Ces importations ont atteint le niveau record de kilogrammes en Ces produits proviennent des pays africains (Nigeria, Afrique du sud, Togo, etc.), européens (Espagne, Autriche, France, etc.), de l Amérique (Etats-Unis) et de l Asie (Liban, Chine, etc.). La production artisanale est réalisée par de petites unités de transformation collectives ou individuelles. Malheureusement, il n existe à notre connaissance aucune statistique sur la production locale de jus de fruits. Aussi s avère-t-il difficile de quantifier actuellement l offre global des boissons sucrées au Bénin Distribution des jus de fruits et boissons sucrées Sources d information et points de distribution des boissons gazeuses et jus de fruits L information sur la plupart des boissons gazeuses et jus de fruits provient des amis et des buvettes. L information sur le jus d ananas IRA est véhiculée par les amis (68% des enquêtés), les buvettes (14% des enquêtés), mais aussi par la Coopérative IRA elle-même (12% des enquêtés). Contrairement aux produits de la SOBEBRA, il n y a ni spots publicitaires à la radio et à la télévision, ni panneaux publicitaires sur le jus d ananas IRA. Ceci mérité d être corrigé. Par ailleurs, la Coopérative doit également diversifier les points de distribution de son produit en s orientant vers les marchés et supermarchés où son jus d ananas est quasi absent et renforcer la publicité dans les buvettes, restaurants et au centre de

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Analyse de la performance des chaînes de valeurs de l ananas au Bénin

Analyse de la performance des chaînes de valeurs de l ananas au Bénin Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) ~~~~~~o~~~~~~ Institute National des Recherches Agricoles du Benin (INRAB) ~~~~~~o~~~~~~ Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA)

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB)

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB) NOTE DE SYNTHESE N 7 Diversification Filière Mécanisation Politique agricole Organisation Euloge Agoli-Agbo 1, Pierril Lacroix 2, François Geay 3 et Lionel Guézodjé 4 L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Ministère Chargé du Commerce Extérieur ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Présentation du secteur agroalimentaire (IAA) Le secteur des industries agroalimentaires

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE I. PRESENTATION DU PROJET I.1 Concept L activité de promotion et de commercialisation

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR LE BILAN CARBONE DE L ENTREPRISE DELIFRUITS. Nicolas BONHOURE, responsable Méthodes&Industrialisation Refresco France

RETOUR D EXPERIENCE SUR LE BILAN CARBONE DE L ENTREPRISE DELIFRUITS. Nicolas BONHOURE, responsable Méthodes&Industrialisation Refresco France RETOUR D EXPERIENCE SUR LE BILAN CARBONE DE L ENTREPRISE DELIFRUITS Nicolas BONHOURE, responsable Méthodes&Industrialisation Refresco France SOMMAIRE -1-Présentation de la société -2-Contexte - objectifs

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution

Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE ----------------------------- OFFICE NATIONAL DE STABILISATION ET DE SOUTIEN DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES

Plus en détail

10 th World Telecommunication/ICT Indicators Meeting (WTIM-12) Bangkok, Thailand, 25-27 September 2012

10 th World Telecommunication/ICT Indicators Meeting (WTIM-12) Bangkok, Thailand, 25-27 September 2012 10 th World Telecommunication/ICT Indicators Meeting (WTIM-12) Bangkok, Thailand, 25-27 September 2012 Information document Document INF/3-F 31 August 2012 French SOURCE: TITLE: Autorité Transitoire de

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2013-2014

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2013-2014 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2013-2014 TS1 CGO 13 novembre 2013 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Présentation du sujet La société CHAMPI est une entreprise spécialisée dans

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti

ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti 23 &24 octobre 2003 Prepared for: USAID/Haiti Contract

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Principes de comptabilité et de gestion financière

Principes de comptabilité et de gestion financière Commission de Développement Économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Principes de comptabilité et de gestion financière Les 25 et 26 janvier 2011 à Québec Plan de cours Présenté par :

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010

MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010 MINISTERE DE LA CULTURE ET DU TOURISME DIRECTION GENERALE DU TOURISME TABLEAU DE BORD DES STATISTIQUES DU TOURISME 2010 Août 2011 Tableau de bord des statistiques du tourisme 2010 1 I. AVANT PROPOS ---------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire GNIGBOGNIMA Siriki N CHO Pâcome Chargés d études à la Direction Générale de l Energie Dakar, 18-21 octobre

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Ministère de l Industrie

Ministère de l Industrie Ministère de l Industrie ZONES INDUSTRIELLES BILAN ET PERSPECTIVES Présentée par M. ABIDI Benaissa PDG AFI Site Web: http ://www.afi.nat.tn Juin 2013 1 Sommaire : I- Présentation de L AFI II- Réalisations

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS

GUIDE D ELABORATION DES PROJETS GUIDE D ELABORATION DES PROJETS TITRE DU PROJET : A.FICHE D IDENTIFICATION DE PROJET ZONE D EXECUTION TYPE DE RECHERCHE (stratégique ou recherche dite à la demande) : THEMES PRIORITAIRES CIBLES ET ACTIVITES

Plus en détail

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats...

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... M. Fosse Responsable M. Dauzou Adjoint M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... Objectifs pédagogiques Assister à la réception et la vérification d une livraison Étudier les documents

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE LE PLAN STRATEGIQUE DE RELANCE DU SECTEUR AGRICOLE (PSRSA) ET SES DOCUMENTS CONNEXES Décembre 2011 SOMMAIRE PLAN STRATEGIQUE

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail