ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON ETUDE DE L EXERCICE DES VETERINAIRES CONSULTANTS ET CONSULTANTS ITINERANTS ; APPLICATION A UN EXEMPLE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON ETUDE DE L EXERCICE DES VETERINAIRES CONSULTANTS ET CONSULTANTS ITINERANTS ; APPLICATION A UN EXEMPLE."

Transcription

1 ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON Année Thèse n 134 ETUDE DE L EXERCICE DES VETERINAIRES CONSULTANTS ET CONSULTANTS ITINERANTS ; APPLICATION A UN EXEMPLE. THESE Présentée à l UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD - LYON I (Médecine - Pharmacie) et soutenue publiquement le 22 novembre 2004 pour obtenir le grade de Docteur Vétérinaire par M. Romain DURBEC Né le 20 mai 1980 à SAINT DENIS (93) 1

2 3

3 A Monsieur le professeur CARRET De la faculté de Médecine de Lyon, Pour l honneur qu il nous a fait d accepter la présidence de notre jury de thèse, Hommages respectueux. A Monsieur le Professeur VIGUIER De l Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon Pour avoir accepté d encadrer la réalisation de ce travail, En témoignage de notre reconnaissance et de notre gratitude. Sincères remerciements. A Monsieur le Professeur ROGER De l Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon, Qui nous a fait l honneur de participer à notre jury de thèse. Sincères remerciements. A Monsieur le Docteur GIRY Qui est à l origine de ce travail, Pour avoir accepté de me faire part de son savoir et pour les nombreux enseignements que j ai tiré de mon stage à ses côtés. Sincères remerciements. 3

4 4

5 A mes parents, Pour l enfance heureuse qu ils m ont donnée, pour m avoir permis de m épanouir dans tous les domaines de la vie. Pour l éducation que vous m avez apporté, pour tous les bons moments que je passe avec vous : chaque retour à Marseille est un réel plaisir, j adore passer du temps avec vous. Et surtout pour tout l amour que vous me donnez. Je vous aime très très fort même si je ne vous le dis pas souvent. A mes deux frères, Parfois complices, parfois concurrents, parfois amis, parfois ennemis, tous ces moments que nous avons passé ensemble nous ont permis de nous construire. Si on m avait demandé de choisir, j aurais choisi d avoir deux frères, et c est vous deux que j aurais choisi. Juju, on est de plus en plus proche maintenant que la rivalité des frères du même âge n existe plus, tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir. Cam, tu resteras toujours le petit, même si maintenant tu dragues les gonzesses et si bientôt c est toi qui me mettras des baffes. Je vous adore tous les deux. A Estelle, Je n écrirai pas ces deux petits mots que je préfère te chuchoter même si je les pense très fort. A mes grands-parents, Chanceux que je suis de tous vous avoir eu pendant toutes ces années! Tous ces moments passés avec vous n ont pas de prix. Papi et Mami (ou les minots), j aime à vous taquiner, mais comme on dit, qui aime bien châtie bien. Grand-Maman, on n est pas obligé de taquiner pour aimer. Tu es la reine de la cuisine provençale. Grand-papa, tu n es plus là depuis peu mais dans nos cœurs pour toujours. Ta personnalité faisait de toi un homme aimé de tous. Tu nous manques beaucoup. Mamie de Nice, arrière grand-mère de l âge d une grand-mère, tes petits plats resteront gravés, mais pas autant que l amour que tu nous donnais, et tu sais qu il était réciproque. A tous les autres membres de ma famille, A tous mes oncles et tantes, à tous mes cousins, à Lucas, premier de la nouvelle génération. Les fêtes de famille sont toujours une réussite, elles sont malheureusement trop rares. Vous comptez tous pour moi. 5

6 6

7 A mes amis de Marseille, A Gaël, amis et voisin depuis tout jeune. A tous ces dimanches passés dans les collines de la Treille, à nos vacances ensembles. Tous ces bons moments passés et à venir ont créé une amitié forte malgré la distance souvent importante (tu pourrais pas rester en place un peu!). T es mon gâté. A Marion et Clem, les deux grandes sœurs et amies. A JC, l international lover. A croire que t aimes pas les françaises. Je vous souhaite tout plein de bonheur à toi et Sonja. A Nadir, le plus adorable des bicots. A quand les vacances ensembles au Sénégal? A Denis, le plus adorable des chinois. A ton inspiration de tous les jours, à ton PQ, au tein rougeot que tu prends dans les bons moments!!! A Sylvain, de loin le plus fou de la bande. A tes coiffures, tes percings, tes barbes dessinées. Reviens, c est loin la Belgique. A Giovani, le plus adorable des noirs. A tes talents de narrateur et surtout à ta bonne humeur. A mes amis vétos, A Betty, ati de la haute-bigue. A la bonne gouleille, aux kiky-coca-galous des soirées corses. Fêtard quand il le faut, plus sérieux à Mermoz, aux douches du dimanche de garde, à nos années d amitié. Vive l ASSE, surtout quand elle se prend des roustes au Vélodrome. Je vous souhaite plein de bonheur à toi et à Schnodule. A Zous, pour ces quatre années de concubinage. AAAAhhhhhhhhh!!!!!!!! AAAAhhhh aaahh aahh ah ah ah!!! (J étais obligé de la mettre celle là). A notre amitié toujours aussi solide, à nos vacances passées et à venir. A ton morbier, ton ski, ta montagne, ta construction du temps. A quand les prochaines ballades dans les mélèzes à la recherche des blaises? A Zimm, à ta gentillesse et ta disponibilité. A nos instants knacki-mayo, à tes talents de chanteur («belle, c est un mot qu on dirait inventé pour elle»), de Robin des bois et de cueilleur de champignons, à ton bronzage mode pêcheur. Et surtout, aux nombreux apéros qu on va prendre chez notre récente voisine. A Chtibounette, pour les charges de Benasi que tu perdais tout le temps, pour tes cours particuliers de cuisine, pour les pétanques, les Pastis, les Worms et tous ces bons moments passés ensembles. Tu fais partie des vrais amis, même si t es loin à Luzy (quelle rime!) A Joce, Antoine et Cathou, vous formez une jolie petite famille. Votre art de recevoir et votre convivialité nous fait toujours apprécier les instants à vos côtés. A Toutoun et Toum, unis par les liens du mariage, vous êtes un modèle de bonheur pour nous. A Bastide, le bébé de Tarvel, adepte du mas provençal, on n a pas le temps de s ennuyer avec toi. Ben Harper à tes heures perdues, tu nous Gleyzolles les oreilles, espèce de vérole. Expert en Collin-Macray Rallye, tu auras su animer notre fin de colloc. A Lolo, le demi-tarvellien. Gas du ch nord, tu es sincère en amitié et en apéro. Que ta stabilité en amour perdure, on sait comme tu as un cœur d artichaut. A Marianus et à Cédric, père et fils, notre collaboration et notre entente a toujours été des meilleures, que ce soit en clinique, en coinche, en baby-foot ou en whisky-coca. A Alliage, Baba, Pat, Tyboun, pour tous les bons moments de fête, de boums, le ski, l accueil, la revue et tous ces instants qui nous ont unis. 7

8 8

9 Aux filles des Mouilles, bien que maintenant dispersées, vous êtes toutes les trois des filles géniales. A Emilie, pour tout ce que tu nous apporte à moi et à Estelle. A notre futur WE à la braderie de Lille avec toi et à ta Pipite qui me kif enfin. Au groupe 6, pour notre entente improvisée mais bonne et durable. On s est quand même bien trouvés. Aux internes de Lyon, à la bonne intégration de nos trois Belges dans l équipe. Aux poulots, avec une pensée très particulière pour ma micropoulotte, pour sa petite bouille attendrissante et pour le plaisir que j ai quand je te croise. Aux amis d Estelle devenus mes amis : A Flo, aux Cédrics et à Cécile, je vous apprécie beaucoup. 9

10 10

11 PLAN LISTE DES TABLEAUX.. 14 LISTE DES FIGURES 16 TABLE DES ANNEXES INTRODUCTION 19 I. Présentation de l activité de consultant itinérant et de consultant...20 A. Cadre ordinal Code de déontologie...20 a) Le consultant a une activité spécialisée :...20 b) Lieux d activité :...21 c) Consultant ou consultant-itinérant :...21 d) Relation consultant-référent : Application à un exemple...22 a) Le consultant a une activité spécialisée :...22 b) Relation consultant- référent :...23 c) Lieux d activité :...23 B. La spécialisation : évolution et création d un statut Les formations pour devenir spécialiste La validation des acquis de l expérience (VAE), une voie de spécialisation en cours d élaboration...27 a) Législation concernant la VAE...27 (1) Les modalités d inscription en vue de l obtention du diplôme :...28 (2) Les modalités de reconnaissance de la validation des acquis d expérience :...28 (3) Les instances responsables de l organisation de la procédure de VAE :...28 (4) La situation actuelle :...29 b) Intérêts de la VAE dans notre profession...30 C. La vision de la spécialité vétérinaire à travers la presse La vision des vétérinaires référents La vision des clients...33 D. L évolution de notre profession vers la spécialisation Augmentation de l activité spécialisée Nécessité de vétérinaires itinérants Place de la communication

12 II. Enquête sur l activité d un vétérinaire consultant en chirurgie (de 1993 à 2003) 37 A. Matériel et méthode Matériel...37 a) Le fichier clinique...37 b) Le questionnaire Méthode...38 a) Traitement des données du fichier clinique...38 b) Traitement des données du questionnaire...39 B. Résultats Etude des résultats du fichier clinique...40 a) La clientèle vétérinaire...40 (1) Type d activité...40 (2) Fréquence du recours au consultant...41 (3) Répartition géographique...43 (4) Evolution de l activité dans le temps...46 b) La population animale...47 (1) Les espèces...47 (2) Les races...49 (3) Les âges...51 c) L activité chirurgicale...52 (1) Les affections chirurgicales...52 (a) Comparaison tissus mous/chirurgie orthopédique...52 (b) Les affections chirurgicales chez le chien...53 (c) Les affections chirurgicales chez le chat...58 (2) Les traitements chirurgicaux les plus courants...60 (a) Techniques chirurgicales sur les fractures des membres et du bassin...60 (b) Techniques chirurgicales sur l articulation coxo-fémorale...62 (c) Techniques chirurgicales sur la luxation rotulienne Etude des résultats du questionnaire...64 a) Proportion de réponses ; qui a répondu?...64 b) Raisons et fréquence du recours à un «spécialiste»...65 c) Plutôt itinérant ou consultant?...66 d) Les propositions d amélioration des services...70 C. Discussion Les difficultés rencontrées Analyse du fichier...72 a) La clientèle vétérinaire...72 b) La population animale...74 c) L activité chirurgicale...75 (1) Les affections chirurgicales...75 (a) Les affections chirurgicales chez le chien

13 (b) Les affections chirurgicales chez le chat...77 (2) Les traitements : quelques exemples...78 (a) Techniques chirurgicales sur les fractures des membres...78 (b) Techniques chirurgicales sur l articulation coxo-fémorale...79 (c) Techniques chirurgicales sur la luxation rotulienne Analyse du questionnaire...81 CONCLUSION.85 ANNEXES..87 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

14 LISTE DES TABLEAUX : Tableau 1 : REPARTITION DES STRUCTURES VETERINAIRES EN FONCTION DE LEUR ACTIVITE ( )..40 Tableau 2 : EVOLUTION DE LA REPARTITION DES VETERINAIRES REFERENTS EN FONCTION DU NOMBRE DE CAS REFERES PAR AN...41 Tableau 3 : REPARTITION DES CLINIQUES ET DES ACTES EN FONCTION DE LA ZONE D ACTIVITE ( ) 43 Tableau 4 : EVOLUTION DE LA PART DE L ACTIVITE ITINERANTE (en pourcentage des chirurgies effectuées) DEPUIS LE CONTRAT DE COLLABORATION AVEC LA CLINIQUE DE CHARBONNIERES (1 er avril 2001) 45 Tableau 5 : NOMBRE D ACTES PAR AN (thèse d Agnès Borrel-Frasson) Tableau 6 : NOMBRE D ACTES EN FONCTION DU MOIS ET DE L ANNEE..46 Tableau 7 : REPARTITION DES ACTES CHIRURGICAUX EN FONCTION DE L ESPECE ET DE L ANNEE 47 Tableau 8 : REPARTITION DES RACES DE CHIENS EN FONCTION DU NOMBRE DE CHIRURGIES REALISEES ENTRE 1998 ET Tableau 9 : REPARTITION DES RACES DE CHATS EN FONCTION DU NOMBRE DE CHIRURGIES REALISEES ENTRE 1998 ET Tableau 10 : REPARTITION DES CHIENS EN FONCTION DE LEUR AGE ET DE L ANNEE.. 51 Tableau 11 : REPARTITION DES CHATS EN FONCTION DE LEUR AGE ET DE L ANNEE Tableau 12 : REPARTITION DES TYPES DE CHIRURGIES EN FONCTION DE L ANNEE Tableau 13 : REPARTITION DES AFFECTIONS CHIRURGICALES RENCONTREES CHEZ LE CHIEN EN FONCTION DE L ANNEE Tableau 14 : REPARTITION DES AFFECTIONS CHIRURGICALES RENCONTREES CHEZ LE CHIEN EN FONCTION DE LA RACE Tableau 15 : REPARTITION DES AFFECTIONS CHIRURGICALES RENCONTREES CHEZ LE CHAT EN FONCTION DE L ANNEE. 58 Tableau 16 : REPARTITION DES AFFECTIONS CHIRURGICALES RENCONTREES CHEZ LE CHAT EN FONCTION DE LA RACE

15 Tableau 17 : REPARTITION DES TECHNIQUES CHIRURGICALES EMPLOYEES POUR LE TRAITEMENT DES FRACTURES DES MEMBRES ET DU BASSIN (1998/2003) Tableau 18 : REPARTITION DES TECHNIQUES CHIRURGICALES EMPLOYEES POUR LE TRAITEMENT DES AFFECTIONS DE L ARTICULATION COXO-FEMORALE (1998/2003).. 62 Tableau 19 : REPARTITION DES TECHNIQUES CHIRURGICALES EMPLOYEES POUR LE TRAITEMENT DES LUXATIONS DE ROTULE (1998/2003).. 63 Tableau 20 : NOMBRE DE VETERINAIRES AYANT REPONDU AU QUESTIONNAIRE ET PROPORTION DE CEUX FAISANT APPEL A NOTRE VETERINAIRE CONSULTANT EN FONCTION DES ZONES 64 Tableau 21 : LES RAISONS DU RECOURS A UN CONSULTANT. 65 Tableau 22 : REPARTITION DE LA FREQUENCE DU RECOURS AU CONSULTANT EN FONCTION DU TYPE DE CHIRURGIE Tableau 23 : REPARTITION DES VETERINAIRES EN FONCTION DE LA FREQUENCE DU RECOURS AU CONSULTANT ET DE LA ZONE Tableau 24 : REPARTITION DU MODE DE RECOURS AU CONSULTANT EN FONCTION DE LA ZONE Tableau 25 : LES RAISONS DE LA PREFERENCE DU RECOURS A L ITINERANT. 67 Tableau 26 : LES AVANTAGES DE L ACTIVITE ITINERANTE D APRES LES VETERINAIRES REFERENTS INTERROGES ET SELON LES ZONES. 67 Tableau 27 : LES INCONVENIENTS DE L ACTIVITE ITINERANTE D APRES LES VETERINAIRES REFERENTS INTERROGES. 68 Tableau 28 : LES AVANTAGES A REFERER A CHARBONNIERES AUPRES DU Dr M. GIRY D APRES LES VETERINAIRES REFERENTS INTERROGES Tableau 29 : LES INCONVENIENTS A REFERER A CHARBONNIERES AUPRES DE M. GIRY D APRES LES VETERINAIRES REFERENTS INTERROGES Tableau 30 : LES PROPOSITIONS D AMELIORATION DES SERVICES DU Dr M. GIRY

16 LISTE DES FIGURES : Figure 1 : HISTOGRAMME DU TYPE D ACTIVITE DES VETERINAIRES REFERENTS ( ) Figure 2 : HISTOGRAMME DE LA REPARTITION DES VETERINAIRES REFERENTS EN FONCTION DU NOMBRE DE CAS REFERES PAR AN. 42 Figure 3 : REPARTITION DES CLINIQUES EN FONCTION DE LA ZONE GEOGRAPHIQUE ( ) Figure 4 : REPARTITION DES CAS EN FONCTION DE LA ZONE GEOGRAPHIQUE. 44 Figure 5 : REPARTITION DES CHIRURGIES REALISEES EN TANT QU ITINERANT OU A CHARBONNIERES 45 Figure 6 : HISTOGRAMME DU NOMBRE DE CHIRURGIES PAR AN 47 Figure 7 : REPRESENTATION DE L IMPORTANCE DE CHAQUE RACE DE CHATS (1998/2003).. 50 Figure 8 : REPARTITION DES AFFECTIONS DU MEMBRE ANTERIEUR CHEZ LES RACES LES PLUS REPRESENTEES.. 56 Figure 9 : REPARTITION DES AFFECTIONS DU MEMBRE POSTERIEUR CHEZ LES RACES LES PLUS REPRESENTEES

17 TABLE DES ANNEXES : Annexe 1 : CODE DE DEONTOLOGIE VETERINAIRE. 89 Annexe 2 : LISTE DES DESV 93 Annexe 3 : LISTE DES COLLEGES EUROPEEENS Annexe 4 : PLAQUETTE DE L AFVCI (Association Française des Vétérinaires Consultants Itinérants) Annexe 5 : EXEMPLAIRE D UNE FICHE CLINIQUE..101 Annexe 6 : SONDAGE DANS LE CADRE DE L ETUDE DE L EVOLUTION DE L ACTIVITE D UN CHIRURGIEN ITINERANT ET CONSULTANT AU BOUT DE 10 ANS DE CARRIERE Annexe 7 : LETTRE ACCOMPAGNANT LE QUESTIONNAIRE

18 18

19 Introduction Depuis de nombreuses années, les vétérinaires doivent faire face à l évolution des mentalités des propriétaires d animaux de compagnie. En effet, pour ces derniers l animal a de plus en plus d importance. De ce fait, le soigner devient pour eux une priorité. Les clients sont donc de plus en plus demandeurs de soins et exigeants. Ils réclament une médecine vétérinaire adaptée, efficace et spécialisée, à l image de la médecine humaine. Or, la médecine vétérinaire est en progrès constant. Nous avons accès à des moyens techniques et à des connaissances de plus en plus pointus et nombreux. Un vétérinaire ne peut donc pas maîtriser totalement toutes les spécialités vétérinaires. C est la raison pour laquelle notre profession évolue vers la spécialisation de nombreux confrères : beaucoup de vétérinaires exercent aujourd hui exclusivement dans leur spécialité. C est ainsi que s est développé l «exercice en référé». Il prend d ailleurs une importance croissante dans notre profession. Il existe deux modalités pour avoir un exercice spécialisé : être vétérinaire consultant ou consultant itinérant. La différence entre les deux étant que le second ne possède pas de domicile professionnel d exercice, il exerce donc uniquement chez les confrères faisant appel à ses services. Dans le cadre de ma T1pro projet personnel, j ai réalisé un stage de quatre mois chez un vétérinaire exerçant exclusivement en chirurgie référée (Marc GIRY). Celui-ci exerce selon les deux modalités citées précédemment. J ai donc choisi d étudier, au moyen de ma thèse, l activité des consultants itinérants et des consultants. Il faut savoir qu une thèse, traitant de l activité du Dr Marc GIRY, avait déjà été réalisée il y a quelques années (thèse soutenue en 2000 par Agnès BOREL FRASSON). Depuis, son activité a évolué puisqu il développe de plus en plus son exercice de consultant aux dépends de l itinérance. Cette évolution constituera donc un des points forts de mon étude. En outre, il m a semblé très intéressant de consacrer une grande partie de ma thèse à l étude des généralités concernant l activité des consultants et des itinérants. Mon étude s articulera donc de la façon suivante : la première partie sera une étude générale de l activité des consultants et des itinérants. Elle s appuiera entre autres sur le code de déontologie, des articles de loi et des articles parus dans la presse. La partie suivante sera consacrée à l étude d un exemple d activité chirurgicale en clientèle référée grâce à un questionnaire envoyé aux vétérinaires et au fichier clinique du Dr M. GIRY. J exposerai d abord les matériel et méthode utilisés. Puis nous analyserons les résultats. Enfin, nous discuterons de ces résultats, ce qui nous permettra de faire des comparaisons avec la thèse réalisée auparavant. 19

20 I. Présentation de l activité de consultant itinérant et de consultant Cette partie aborde de façon générale l activité des itinérants et des consultants selon plusieurs points de vue (légal, médias, formation, évolution). Elle sert de support à la deuxième partie. A. Cadre ordinal Nous allons nous appuyer sur le nouveau code de déontologie. Celui-ci est très récent puisqu il date du décret n du 9 octobre Code de déontologie Nous n allons évidemment pas étudier la totalité du code de déontologie, mais nous nous limiterons aux parties concernant les vétérinaires spécialistes, qu ils soient itinérants ou consultants. Nous prendrons donc les articles nous intéressant et méritant d être commentés. Ces articles sont disponibles en annexe 1. Le texte en italique correspond à des extraits du code de déontologie. a) Le consultant a une activité spécialisée : Article R : Il définit le titres que les vétérinaires ont le droit de porter. Il s agit des «distinctions honorifiques et qualifications professionnelles reconnues par la République française» (Diplôme d études fondamentales vétérinaires ou Diplôme Universitaire par exemple) et des «titres, diplômes, récompenses et autres qualifications professionnelles dont la liste est établie par le Conseil Supérieur de l Ordre» ou CSO (DESV 1, CEAV 2, CES 3 ). Tout autre titre n est donc pas légal. Pour être considéré comme spécialiste, il faut être titulaire d un DESV. Des dérogations sont toutefois possibles et décrites dans l article R du code rural. Il s agit des vétérinaires «justifiant dans la spécialité concernée soit de titres, soit de travaux, soit d une expérience professionnelle approfondie Les autorisations sont délivrées par le ministre de l agriculture, sur proposition d une commission présidée par le directeur général chargé de l enseignement au ministère de l agriculture et composée d enseignants et de professionnels nommés par arrêté après avis du Conseil National de la Spécialisation 1 Diplôme d Etudes Approfondies Vétérinaires 2 Certificat d Etudes Approfondies Vétérinaires 3 Certificat d Etudes Spécialisées 20

21 Vétérinaire», c'est-à-dire des spécialistes de fait. Il faut savoir qu à l heure actuelle il n existe aucun spécialiste de fait mais cela est à l étude pour les mois ou années à venir. Nous verrons cela plus en détail plus loin. Article R : Il traite des conditions que doit remplir le vétérinaire spécialiste ; entre autre de l obligation de posséder un équipement adapté. b) Lieux d activité : Article R : Il interdit l activité vétérinaire foraine. L activité doit être réalisée «dans un domicile professionnel autorisé, au domicile du client, au domicile du détenteur du ou des animaux». En ce qui concerne l itinérant : il travaille dans le domicile professionnel d exercice du vétérinaire référent. Article R : Il définit le domicile professionnel administratif comme le lieu retenu pour l inscription au tableau de l ordre. Tout vétérinaire doit en avoir un, même un itinérant. Article R : Il définit le domicile professionnel d exercice. Celui-ci ne peut être mobile et doit être unique pour un vétérinaire. Un vétérinaire itinérant n en possède donc pas. c) Consultant ou consultant-itinérant : Article R : C est l article le plus important pour cette étude : il est intitulé «vétérinaire consultant ou consultant itinérant». On appelle vétérinaire consultant un vétérinaire qui intervient ponctuellement à la demande du praticien qui apporte ses soins habituellement à l animal. Ce service peut avoir lieu au domicile professionnel d exercice du référent ou du consultant. Le vétérinaire itinérant ne possède pas de domicile professionnel d exercice. «L activité de vétérinaire consultant ou de vétérinaire consultant itinérant dans un même lieu d exercice ne peut être qu occasionnelle et ne doit pas constituer une activité régulière assimilable, pour un vétérinaire consultant itinérant, à un exercice dans un domicile professionnel d exercice, ou pour un vétérinaire consultant, à un second domicile professionnel d exercice». Cette phrase reste assez floue et laisse beaucoup de liberté aux itinérants puisqu il n y a aucune limitation chiffrée. Considère-t-on qu une activité est régulière à partir de quatre, dix, quinze fois par mois??? Quant aux responsabilités du référant et du consultant, là encore le code est très évasif : «le consultant est responsable avec le praticien de l ensemble des soins dispensés, depuis la prise en charge de l animal jusqu au terme des soins» d) Relation consultant-référent : Article R : Il traite des relations entre vétérinaire traitant et intervenant. Au-delà de ses capacités, un vétérinaire doit référer. Le choix du spécialiste appartient en dernier ressort au client. Les deux vétérinaires doivent collaborer, un échange d informations 21

22 doit être fait dans les deux sens : le référent transmet les commémoratifs alors que le consultant doit faire parvenir au praticien un compte rendu écrit des interventions et prescriptions pratiquées. Article R : Il définit les conditions à respecter pour établir un contrat entre vétérinaires. Ces contrats doivent être communiqués par écrit au conseil régional de l ordre dans le mois suivant la signature. Je parle ici de ce type de contrats car un vétérinaire spécialiste peut être amené à en signer un avec un autre vétérinaire. Toute cette réglementation est en général très bien appliquée par les vétérinaires consultants. Ils mettent un point d honneur particulier à garder un bon relationnel avec les vétérinaires référents pour lesquels ils sont en quelques sortes des prestataires de services : les référents leurs fournissent des cas spécialisés et c est par l intermédiaire de ces derniers que les consultants se font connaître auprès des clients. Cela est d autant plus important que la publicité est interdite auprès des clients. Les consultants ne peuvent en effet promouvoir leurs compétences et leurs services qu auprès des vétérinaires. Le vétérinaire consultant est donc dépendant du vétérinaire référent : pour continuer à se faire référer des cas, il doit acquérir la confiance de celui-ci. Cette confiance dépend de la compétence du consultant, mais surtout de la satisfaction des clients revenus chez leur praticien habituel. En effet, ce dernier n a aucun intérêt à référer si son client ne revient pas par la suite. Les consultants sont donc très attentifs à cet élément. Ils insistent toujours beaucoup auprès des clients sur l importance de réaliser le suivi de l animal chez le praticien référent. Bien que ce code soit assez flou sous certains aspects, il nous renseigne quand même assez bien sur les conditions à respecter pour être consultant ou consultant itinérant. (code déontologie 2003) 2. Application à un exemple L activité du Dr M. GIRY nous servira d exemple pour illustrer chaque point du Code de Déontologie (article par article). a) Le consultant a une activité spécialisée : Article R : le Dr M. GIRY possède plusieurs titres et formations reconnues par le code de déontologie et dont il peut faire état : - il est ancien assistant de chirurgie à l ENVL. - il a passé un CES de traumatologie ostéo-articulaire et orthopédie animale. 22

23 Il a acquis «dans sa spécialité [ ] des travaux, une expérience professionnelle approfondie», mais ne possède ni DESV de chirurgie, ni diplôme de l ECVS 1. Il se consacre uniquement à l exercice de sa spécialité et a donc beaucoup d expérience et de cas à son actif. Il rentre donc dans le cadre de la dérogation prévue dans l article R du code rural. Il pourrait donc présenter sa candidature pour devenir «spécialiste de fait». Il devra alors passer dans l avenir un examen lui permettant d obtenir ce titre de spécialiste. En effet, la profession réclame une plus grande homogénéité de formation et des titres des spécialistes. Cela est à l étude, nous le verrons plus loin. Article R : le Dr M. GIRY possède un équipement chirurgical très important : lorsqu il se déplace chez un confrère, il amène avec lui son matériel (instruments, bistouri électrique, moteur oscillant ). b) Relation consultant- référent : Article R : Systématiquement, le Dr M. GIRY envoie un compte rendu chirurgical et la facture au vétérinaire traitant. Il met tout en œuvre pour garder un bon relationnel avec les vétérinaires qui font appel à lui. En particulier, il insiste énormément sur le fait que les clients doivent absolument faire suivre leur animal chez leur vétérinaire habituel, que ce soit pour les suivis radiologiques, les changements de pansements, pour se procurer les médicaments prescris Article R : le Dr M. GIRY a souscrit un contrat de collaboration avec la clinique de Charbonnières les Bains. Ce contrat lui donne le droit de recevoir des cas référés en chirurgie à Charbonnières dans le cadre de consultations et de chirurgies. En contre partie, la clinique perçoit des frais de clinique payés directement par le client et un loyer payé par le Dr. M. GIRY. D autres avantages lui sont accordés à Charbonnières. Il y dispose des locaux, d un bureau, du personnel et du matériel. Cela lui permet aussi de posséder d une adresse professionnelle d exercice. c) Lieux d activité : Article R : le Dr M. GIRY possède un domicile professionnel d exercice à Charbonnières les Bains. Normalement un vétérinaire consultant itinérant n en possède pas. Son statut serait alors plutôt celui d un consultant. (code déontologie 2003) 1 European College of Veterinary Surgeons 23

24 B. La spécialisation : évolution et création d un statut Comment devient-on spécialiste? Quels diplômes sont disponibles après l obtention du diplôme d études fondamentales vétérinaires? Quelles sont les modalités pour y accéder? Voilà les questions auxquelles nous allons essayer de répondre dans cette partie. Elles sont fondamentales car les consultants et les consultants itinérants seront peut-être bientôt contraints d être spécialistes au sens légal du terme pour se voir référer des cas. Nous verrons d abord la voie classique de formation des spécialistes et leur eurocompatibilité en cours de discussion. Puis nous nous intéresserons à une seconde voie pour devenir spécialiste : la Validation des Acquis de l Expérience (VAE). 1. Les formations pour devenir spécialiste Pour être reconnu en tant que spécialiste en France, le point de passage obligatoire est l obtention d un Diplôme d Etudes Spécialisées Vétérinaires (DESV), soit par la voie classique, soit par la Validation des Acquis de l Expérience professionnelle (VAE). Les CEAV (Certificats d Etudes Approfondies Vétérinaires) et les CES (Certificats d Etudes Spécialisées) ne donnent aucunement accès au titre de spécialiste (NEVEUX 2003 (2)). Nous envisagerons d abord les diplômes ; les «spécialisations par acquis d expérience» seront vues dans la partie suivante. Les différents diplômes sont au nombre de trois : CEAV, DESV et diplôme du Collège Européen (ou Board). - les CEAV sont des certificats permettant aux vétérinaires français d approfondir un sujet donné. Il existe par exemple un CEAV de médecine interne des animaux de compagnie, d anatomie pathologie, d élevage et pathologies des équidés C est une des voies pour accéder aux DESV. - les DESV. Il en existe un par CEAV dans la majorité des cas. Ils donnent le titre de spécialiste. C est actuellement le seul diplôme reconnu par l état donnant ce titre. Il est délivré soit à l issue d une formation de trois années après l obtention du certificat de fin de scolarité des études vétérinaires soit à l issue de deux années de formations après l obtention du CEAV dans la discipline correspondante. Cette deuxième voie est la plus souvent utilisée par les confrères obtenant un DESV. - les collèges européens ont été créés à l image des collèges américains. Certains vétérinaires en sont membres, d autres en sont diplômés après avoir réussi un examen réputé difficile. Les titulaires de ces collèges sont reconnus dans l Europe en tant que spécialistes. Cependant, en France ils ne sont pas encore reconnus officiellement même s ils le sont officieusement. Dans un futur proche ils pourront être candidats à l obtention d un DESV par la voie de la VAE. Les titulaires sont évalués tous les cinq ans grâce à un système avec un nombre minimal de points à accumuler par les conférences, les publications ou l encadrement d un résident (BOBINNEC 2003). Dans cette partie, quand nous parlerons de spécialistes, il sera question des titulaires du DESV, quand nous parlerons de «spécialistes» au sens large, on inclura aussi les titulaires d un collège. 24

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

GUIDE DE CONSTITUTION DE DOSSIER EN VUE DE LA RECONNAISSANCE ET/OU DE L EQUIVALENCE DES DIPLOMES, TITRES ET GRADES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

GUIDE DE CONSTITUTION DE DOSSIER EN VUE DE LA RECONNAISSANCE ET/OU DE L EQUIVALENCE DES DIPLOMES, TITRES ET GRADES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org GUIDE

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 3ème cycle de médecine générale 02.40.41.11.29 nadine.charron@univnantes.fr laurence.retiere@univnantes.fr FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Vous

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs Guide du formateur Atelier 1 Objectifs Obtenir un premier contact avec le groupe; présenter la formation Jeune Leader; transmettre des connaissances de base en leadership; définir le modèle de leader du

Plus en détail

Indications pédagogiques D2 / 13

Indications pédagogiques D2 / 13 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2 / 13 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis 1 Produire un message

Plus en détail

SUP-VETO 18 place St Marc - 76 000 Rouen 02 35 70 02 02

SUP-VETO 18 place St Marc - 76 000 Rouen 02 35 70 02 02 SUP-VETO 18 place St Marc - 76 000 Rouen 02 35 70 02 02 vous forme opératoire vétérinaire et de «secrétaire médical(e) vétérinaire. à votre futur métier à l issue de vos études. EDITO «L assistant(e) vétérinaire

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

Demande d inscription 2013-2014

Demande d inscription 2013-2014 Catégorie Paramédicale - Département Gilly Demande d inscription 2013-2014 Cette demande d inscription ne devient définitive qu après analyse par nos soins de votre dossier complet et paiement des frais

Plus en détail

1 - Avant de commencer le jeu, déposer chaque paquet de cartes, face contre table,

1 - Avant de commencer le jeu, déposer chaque paquet de cartes, face contre table, PLEIN LES POCHES RÈGLES DU JEU 1 - Avant de commencer le jeu, déposer chaque paquet de cartes, face contre table, à côté de la planche de jeu. 2 - Au début du jeu, chaque joueur reçoit 100 points. 3 -

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Newsletter 10 ETE 2012

Newsletter 10 ETE 2012 Le mot du Président Newsletter 10 ETE 2012 Mes Chers Confrères, Les réunions médicaments ont donc eu lieu dans chaque département. Le bilan est assez mitigé, car, si la présentation de Michel BAUSSIER

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI),

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI), Accord de reconnaissance mutuelle d études et diplômes en vue de la poursuite d études supérieures dans les établissements d enseignement supérieur français et taiwanais Les associations : Association

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Questionnaire 6-12 ans

Questionnaire 6-12 ans N D IDENTIFICATION DE LA FAMILLE : E Questionnaire 6-12 ans Protocole de passation : Lorsque la réponse de l enfant est suggérée ou influencée par une autre personne présente (parent, frère ou sœur.),

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Après avoir étudié les types de paiement,

Plus en détail

Diplôme Universitaire Responsable Mutualiste. En formation continue. Responsable Pédagogique Irène POLITIS PRAG FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE

Diplôme Universitaire Responsable Mutualiste. En formation continue. Responsable Pédagogique Irène POLITIS PRAG FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE Diplôme Universitaire Responsable Mutualiste En formation continue Responsable Pédagogique Irène POLITIS PRAG FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE INTITULÉ DE LA FORMATION Diplôme Universitaire RESPONSABLE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Secrétariat-comptabilité Adjoint(e) administrative 2012-2013 LA FORMATION À DISTANCE. Guide d information de la formation professionnelle

Secrétariat-comptabilité Adjoint(e) administrative 2012-2013 LA FORMATION À DISTANCE. Guide d information de la formation professionnelle www.cfpenvolee.com Tél. : 418-248-2370 poste 4750 Secrétariat-comptabilité Adjoint(e) administrative 2012-2013 LA FORMATION À DISTANCE Guide d information de la formation professionnelle Commission scolaire

Plus en détail

OUTILS DE MARKETING. Carte d affaires. Créer une carte d affaires qui facilitera le développement de ton réseau de contacts.

OUTILS DE MARKETING. Carte d affaires. Créer une carte d affaires qui facilitera le développement de ton réseau de contacts. OUTILS DE MARKETING Carte d affaires Créer une carte d affaires qui facilitera le développement de ton réseau de contacts. Ta carte va clairement montrer les services que tu offres aux employeurs / personnes

Plus en détail

Adoption internationale

Adoption internationale Adoption internationale La première étape consiste à contacter le service de l Aide Sociale à l Enfance de votre département en vue de l obtention d un agrément. Le service de l Aide Sociale à l Enfance

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Diplôme d études en langue française. DELF Prim A1.1. Niveau A1.1 du Cadre européen commun de référence pour les langues

Diplôme d études en langue française. DELF Prim A1.1. Niveau A1.1 du Cadre européen commun de référence pour les langues Diplôme d études en langue française Niveau A1.1 du Cadre européen commun de référence pour les langues Transcription des documents audio Épreuves collectives Durée Note sur Compréhension de l oral Réponse

Plus en détail

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs GUIDE ADMINISTRATIF QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs - Guide administratif Vous

Plus en détail

Stages Erasmus à l étranger

Stages Erasmus à l étranger BROCHURE ERASMUS PARTIE 1 GENERALITES FEVRIER 2012 Stages Erasmus à l étranger HAUTE ECOLE GALILEE ISSIG Institut Supérieur de Soins Infirmiers Galilée TABLE DES MATIERES Avant-propos : - Prends le large

Plus en détail

Formation des Masseurs/Kinésithérapeutes du sport

Formation des Masseurs/Kinésithérapeutes du sport Formation des Masseurs/Kinésithérapeutes du sport Marc SAUNIER Nous souhaitons présenter notre projet de formation des masseurs-kinésithérapeutes du sport, qui atteint aujourd hui sa maturité. Des appuis

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

PROCEDURE DE RECRUTEMENT

PROCEDURE DE RECRUTEMENT PROCEDURE DE RECRUTEMENT Le personnel de l organisation est régi par un statut particulier adopté par les Etats membres lors de la 19 ème session Ordinaire du Conseil des Ministres en sa résolution n 166/CM/ML/B

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CAHIER DES NORMES PÉDAGOGIQUES NATIONALES DE LA LICENCE

Plus en détail

Exprimer sa reconnaissance

Exprimer sa reconnaissance Atelier - le 30 juin 2010 dans le management au quotidien :, consultante RH Une rencontre organisée par Les principaux besoins par rapport au travail 1 TABLEAU RÉCAPITULATIF SUR LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures. Certains programmes sont également offerts au campus de l UdeM à Laval : Le programme

Plus en détail

Epreuve cantonale orale de français Mai 2007. (document élève) JEU DE RÔLE

Epreuve cantonale orale de français Mai 2007. (document élève) JEU DE RÔLE 1. On t a volé ton vélo. Tu vas au commissariat de police pour déclarer le vol: Tu dois donner à l agent - toutes les informations nécessaires sur le vol : - quoi (description de l objet volé) - quand

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR)

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) POUVOIR EXERCER LA PROFESSION DE CHIRURGIEN DENTISTE EN FRANCE POUR LES CHIRURGIENS DENTISTES À DIPLOME NON COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Indications pédagogiques C3-15

Indications pédagogiques C3-15 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques C3-15 C : comprendre un message Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 1 : Analyser un message Objectif opérationnel 5 : Reconnaître les

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

Mobilité internationale : mode d emploi

Mobilité internationale : mode d emploi Relations Internationales Mobilité internationale : mode d emploi 1) Intérêt des échanges internationaux... 2 2) L anglais, un passeport pour partir... 2 3) A quel moment partir durant les études médicales?...

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE 1 - DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE I - Les titres de formation exigés

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE LES MAGASINS DE SPORT en montagne RECRUTENT À partir de 10h St-Pierre-en-Faucigny 05 OCTOBRE Grenoble 07 OCTOBRE Alpes Nouveau Moûtiers 09 OCTOBRE Tarbes 06 OCTOBRE Pyrénées L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Adopté par le conseil d UFR le 10 juillet 2013 Voté au CA du 1 er octobre 2013 Adopté par la CFVU du 09 septembre 2013 MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Master année 1 Arrêté d habilitation

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Le livret des réponses

Le livret des réponses Le livret des réponses Achat 1 Avant de dépenser tout ton argent, il faut réfléchir aux conséquences de cet achat. Auras-tu besoin d argent pour faire d autres activités dans les semaines qui viennent,

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président,Monsieur Jacques

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS BAFA

FOIRE AUX QUESTIONS BAFA FOIRE AUX QUESTIONS BAFA Le BAFA (en général) Quelles sont les conditions d'accès pour réaliser une formation BAFA? Quel sont les délais pour passer son BAFA? Pourquoi passer son BAFA? Quels sont les critères

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail