Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM"

Transcription

1 LA SYNOVIORTHESE SOUS CONTROLE TDM : INTERET ET RESULTATS IMMEDIATS ET A LONG TERME MA. Jellali 1 ;S.Zrour 2 ;M.S.Ezzine 1 ;A.Zrig 1 ;W. Harzallah ;W.Mnari 1 ;J.Saad 1 ;B.Hmida 1 ; N.Bergaoui 2 ;M. Golli service d imagerie médicale CHU FB.Monastir 2- service de rhumatologie CHU FB.Monastir

2 Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM est rarement utilisée le comme technique de contrôle au cours de ce geste.

3 Objectifs Préciser la place de la synoviorthèse à l Acide Osmique dans la prise en charge des coxopathies chroniques de la hanche. inflammatoires Etudier l intérêt du contrôle TDM de cette technique.

4 Patients et Méthodes Etude rétrospective incluant 19 dossiers de coxopathie inflammatoire chronique. La synoviorthèse indiquée devant l échec du traitement médical, était toujours réalisée à l acide osmique. La synoviorthèse a été réalisée sous contrôle TDM dans tous les cas. Les résultats du geste ont été évalués dans les 6 semaines suivant le geste et à long terme (12 mois) sur des critères cliniques.

5 Patients et Méthodes Technique : Administration d antalgique par voie intra veineuse (prodafalgan )1flacon en perfusion lente ½heure avant et pendant le geste. Patient en décubitus dorsal. Anesthésie locale par xylocaïne (10 ml). Repérage de l articulation par l injection de PDC. L injection se fait sous contrôle TDM. Injection intra articulaire d Acide Osmique (100 mg dans 10 ml de solution aqueuse à1%) Injection intra articulaire d une ampoule d Altim. Lavage intra articulaire avec la xylocaïne. L administration d antalgiques après le geste n était pas systématique (en fonction de la douleur).

6 Résultats Caractéristiques des patients: 19 patients ont bénéficié de la synoviorthèse à l acide osmique. 12 hommes et 7 femmes. Moyenne d âge = 29 ans au moment de le synoviorthèse (Extrêmes de 12 ans à 74 ans).

7 Résultats Pathologies identifiées : Spondylarthrite ankylosante : 13 cas. Arthrite chronique juvénile : 2 cas Polyarthrite rhumatoïde : 1 cas. Autres : 3 cas. Localisation : Hanche droite : 8 cas. Hanche gauche : 9 cas. Bilatérale : 2 cas.

8 SPA

9 Résultats Réponse immédiate Réponse totale : 5 cas (26 %). Réponse partielle : 14 cas (74 %). Pas de rémission : aucun cas.

10 Résultats Réponse à long terme Excellente : 2 cas (10 %). Bonne : 11 cas (58 %). Moyenne : 6 cas (32 %). Nulle : aucun cas. Aucune complication n a été recensée.

11 Discussion Peu d études se sont intéressées l apport de la tomodensitométrie dans la réalisation de la synoviorthèse. Synoviorthèse : détruire pathologique pour regénération du tissu normal. Traitement local. la permettre à synoviale la

12 Discussion Traitement des inflammatoires chroniques lorsqu il persiste une fonctionnelle et des douleurs malgré le traitement général. Agents utilisés : coxopathies notamment impotence chroniques Isotopique : Rhenium 186 (au niveau de la hanche). Chimique :Acide Osmique.

13

14

15 Discussion Efficacité de la synoviorthèse à l acide osmique La réponse à l injection d acide osmique est généralement définie en termes de douleur, de rigidité et de gonflement. La plupart des auteurs ont défini l absence complète de douleur, de rigidité et de gonflement comme une excellente réponse ;et une réduction significative de ces symptômes comme une bonne réponse.

16 Discussion Nos résultats étaient encourageants avec : Une réponse immédiate totale ou favorable : dans 100 % des cas. Une réponse àlong terme excellente ou bonne :dans 68 % des cas. Aucune complication n a été recensée. Les études similaires trouvent un taux de succès entre 52 et 78 % à 6 mois suivant l injection d acide osmique ;et entre 44 et 76 %à12 mois. Cette réponse initiale aété en partie en rapport avec l injection simultanée de corticoïdes en intra articulaire et des anesthésiques locaux.

17 Discussion La tomodensitométrie offre un moyen intéressant de contrôle de la technique de synoviorthèse. Elle facilite le geste, le rend plus sûr et minimise le nombre de complications. Aucune complication n a été recensée dans notre étude

18 Discussion Complications de la synoviorthèse à l acide osmique Douleur post injection. Malgré l administration d anesthésique local en intra articulaire, une douleur peut être ressentie dans les minutes qui suivent l injection ou 3à4 heurs plus tard. Dans notre étude, même si une douleur peut être retrouvée, elle a toujours de faible intensité nécessitant seulement un traitement antalgique par voie orale pendant quelques jours.

19 Discussion Brulure cutanée : au d injection. niveau du point Epanchement réactionnel.

20 Discussion Facteurs prédictifs d une réponse favorable Pathologie sous jacente. Durée de la maladie. Critères radiologiques de sévérité. Réponse aux traitements antérieurs.

21 Conclusion La synoviorthèse est un traitement validé et efficace dans le traitement des coxopathies inflammatoires chroniques notamment lorsqu il persiste une impotence fonctionnelle et des douleurs chroniques malgré le traitement général. Les meilleures réponses thérapeutiques sont obtenues en phase précoce de la maladie.

22 Conclusion Cette étude permet de préciser l intérêt de la tomodensitométrie dans le contrôle du geste de synoviorthèse en matière de sécurité du geste. Les résultats en matière d efficacité sont encourageants. Nécessité complémentaires. d études prospectives

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2005 (JO du 28 avril 2006) CHRONO-INDOCID 75 mg, gélule

Plus en détail

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale :

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : aspects pratiques, prise en charge des patients et gestion des échecs Dr O Sisteron, Dr T Balme Service de Radiologie - Polyclinique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 05 janvier 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 05 janvier 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 05 janvier 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2005 (JO du 25 octobre 2007) B/8 (CIP : 318 863-6) NIFLURIL

Plus en détail

LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie. Arthrose et pathologies associées

LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie. Arthrose et pathologies associées LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie Arthrose et pathologies associées L ARTHROSE : Définition Ensemble d atteintes articulaires associant : Dégénérescence des cartilages (élément central)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Les complications sous biothérapies anti TNFα dans une population de 158 patients

Les complications sous biothérapies anti TNFα dans une population de 158 patients Les complications sous biothérapies anti TNFα dans une population de 158 patients 52ème semaine de rhumatologie d Aix d Aix les les Bains 28 mars 27 B. Bouvard, C. Masson, E. Legrand, E. Hoppé, R. Levasseur,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 mars 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

Apport de l échographie dans la pathologie infectieuse ostéo articulaire. Géraldine Durand Service de Rhumatologie CHU Poitiers

Apport de l échographie dans la pathologie infectieuse ostéo articulaire. Géraldine Durand Service de Rhumatologie CHU Poitiers Apport de l échographie dans la pathologie infectieuse ostéo articulaire Géraldine Durand Service de Rhumatologie CHU Poitiers Technique de plus en plus utilisée en rhumatologie surtout dans les rhumatismes

Plus en détail

Quel est le principe de la

Quel est le principe de la Arthrose : je m'informe sur la viscosupplémentation La viscosupplémentation consiste à pratiquer une ou plusieurs injections d acide hyaluronique dans une articulation arthrosique, pour améliorer sa mobilité

Plus en détail

Ali-Guechi S, Boughandjioua S, Ayed H, Chemmi H, Benkhalifa R, Moumani S, Boukhris N, Chelghoum A. Service de médecine interne CHU Annaba

Ali-Guechi S, Boughandjioua S, Ayed H, Chemmi H, Benkhalifa R, Moumani S, Boukhris N, Chelghoum A. Service de médecine interne CHU Annaba 20 ème congrès national de la société algérienne de Médecine Interne Alger 16 18 mai 2014 Ali-Guechi S, Boughandjioua S, Ayed H, Chemmi H, Benkhalifa R, Moumani S, Boukhris N, Chelghoum A. Service de médecine

Plus en détail

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne guide-prescripteur-cimzia_ea-15-0009_exe.indd 1 10/02/2015 13:58 Ce Guide s inscrit dans le cadre du Plan de

Plus en détail

REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE

REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE Valence le 13 octobre 2011 REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE Bensaïd C. Le DISCOGEL Michel Forgerit forgerit.michel@gmail.com DISCOGEL J. Théron - 2 études prospectives ouvertes Percutaneous Treatment

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE IBN SINA

FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE IBN SINA FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE IBN SINA SERVICE DE RHUMATOLOGIE (Pr N. HAJJAJ-HASSOUNI) - HOPITAL EL AYACHI SALE Tél : 00-212-37-78-17-14 / 78-29-19 Fax :

Plus en détail

Atteinte thoracique au cours du lupus érythémateux systémique

Atteinte thoracique au cours du lupus érythémateux systémique Atteinte thoracique au cours du lupus érythémateux systémique Les signes respiratoires: un tiers des manifestations cliniques du Lupus érythémateux systémique (LES) Ils sont de sévérité variable allant

Plus en détail

Résultats préliminaires du traitement des chondropathies fémoro patellaires sèches par l injection de visco supplémentation à 2%

Résultats préliminaires du traitement des chondropathies fémoro patellaires sèches par l injection de visco supplémentation à 2% Résultats préliminaires du traitement des chondropathies fémoro patellaires sèches par l injection de visco supplémentation à 2% Semaine de rhumatologie d Aix d les Bains 28 mars 2007 D r Laurent Buisson

Plus en détail

Examen ostéo-articulaire

Examen ostéo-articulaire Service de médecine physique et de réadaptation Dr Taleb Sid Ahmed Examen ostéo-articulaire Introduction Rhumatologie Traumatologie Rééducation fonctionnelle : Médecine physique (MPR) Médecine interne

Plus en détail

INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ,

INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ, INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ, Hôpital Militaire Universitaire Spécialisé de Staoueli DEFINITION La Hernie Discale est une saillie que fait un disque intervertébral

Plus en détail

HADDAD E., DJIAN P. SFA 2010 AIX-EN-PROVENCE

HADDAD E., DJIAN P. SFA 2010 AIX-EN-PROVENCE HADDAD E., DJIAN P. SFA 2010 AIX-EN-PROVENCE *Pathologie rare, peu étudiée, littérature pauvre *Controverses concernant la prise en charge *Association lésionnelle souvent méconnue en aigu *Conséquences

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 NAPROSYNE 250 mg, comprimé 1 plaquette thermoformée de 10 comprimés (CIP : 34009 316 843 8 1) NAPROSYNE 500 mg, comprimé 1 plaquette thermoformée de 10

Plus en détail

Introduction. Fractures tassements vertébraux. Plan. Cimentoplastie. Kyphoplastie LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE

Introduction. Fractures tassements vertébraux. Plan. Cimentoplastie. Kyphoplastie LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE Dr S. Welschbillig Anesthésiste-Réanimateur Introduction Technique en plein essor Imagerie performante Coopération entre les équipes radiologie anesthésie orthopédie

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

Intérêt des AINS dans les pathologies ostéo-articulaires chroniques

Intérêt des AINS dans les pathologies ostéo-articulaires chroniques Intérêt des AINS dans les pathologies ostéo-articulaires chroniques Dr JF KAUX Service de Médecine de l Appareil Locomoteur & Traumatologie du Sport CHU de Liège 1 Plan Les AINS ont-ils toujours une place

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 HEXATRIONE 2% suspension injectable (intra-articulaire) B/1 ampoule 2 ml Code CIP : 318 413-0 Laboratoire SANKYO PHARMA FRANCE Hexacétonide de triamcinolone

Plus en détail

CALCIFICATION DE L EPAULE

CALCIFICATION DE L EPAULE CALCIFICATION DE L EPAULE Il s agit de dépôts calciques sur ou dans les tendons de la «coiffe des rotateurs», d où l appellation synonyme de «tendinopathie calcifiante de la coiffe». La «coiffe des rotateurs»

Plus en détail

Les Injections de Facteurs de Croissance/ Plaquettaires PRP Au coude

Les Injections de Facteurs de Croissance/ Plaquettaires PRP Au coude Les Injections de Facteurs de Croissance/ Plaquettaires PRP Au coude Dr Charles Journé Clinique du Parc, Lyon PRP :Platelet-Rich Plasma A la mode!!! PUBMED 6500 références Discuté-Disputé!!!! PRP Introduction:

Plus en détail

ATTEINTE CERVICALE RHUMATOIDE : PLACE DE L IMAGERIE

ATTEINTE CERVICALE RHUMATOIDE : PLACE DE L IMAGERIE ATTEINTE CERVICALE RHUMATOIDE : PLACE DE L IMAGERIE INTRODUCTION La polyarthrite rhumatoïde (PR) caractérisée par la présence d une inflammation articulaire et d une prolifération cellulaire pseudotumorale

Plus en détail

CONCLUSIONS. ARTHRUM H 2%, solution d acide hyaluronique pour injection intra-articulaire. AVIS DE LA CNEDiMTS 07 avril 2015

CONCLUSIONS. ARTHRUM H 2%, solution d acide hyaluronique pour injection intra-articulaire. AVIS DE LA CNEDiMTS 07 avril 2015 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 07 avril 2015 CONCLUSIONS ARTHRUM H 2%, solution d acide hyaluronique pour injection intra-articulaire

Plus en détail

Table des matières. Tableau de correspondance entre programmes...v Avant-propos... XI Liste des abréviations de l'ouvrage... XIX.

Table des matières. Tableau de correspondance entre programmes...v Avant-propos... XI Liste des abréviations de l'ouvrage... XIX. Table des matières Tableau de correspondance entre programmes...v Avant-propos... XI Liste des abréviations de l'ouvrage.... XIX Rhumatologie Rakiba Belkhir, Hubert Marotte, Adeline Ruyssen-Witrand, Nathalie

Plus en détail

GOUTTE CE QU IL FAUT FAIRE ET NE PAS FAIRE

GOUTTE CE QU IL FAUT FAIRE ET NE PAS FAIRE GOUTTE CE QU IL FAUT FAIRE ET NE PAS FAIRE Dr Haja RAKOTOVAO Rhumatologue Cabinet Médical de Rhumatologie Village des Jeux Ankorondrano Tél: 020 24 203 52 032 04 273 07 033 14 645 89 LA GOUTTE Maladie

Plus en détail

La Polyarthrite Rhumatoïde Enjeux actuels

La Polyarthrite Rhumatoïde Enjeux actuels Evaluation des auto-questionnaires dans la polyarthrite rhumatoïde: Etude transversale sur 200 patients avec le RAPID3 et le RADAI5 et évaluation de la poussée Marie Bossert Service de Rhumatologie Pr

Plus en détail

Table des matières ITEM 53 RÉÉDUCATION ET RÉADAPTATION... 1 ITEM 56 OSTÉOPOROSE Diagnostic... 3 Traitement... 6 Suivi... 6

Table des matières ITEM 53 RÉÉDUCATION ET RÉADAPTATION... 1 ITEM 56 OSTÉOPOROSE Diagnostic... 3 Traitement... 6 Suivi... 6 TABLE DES MATIÈRES VII Table des matières Note de l auteur... V Liste des abréviations... XIII Liste des items du programme de DCEM2-DCEM4... XVII ITEM 53 RÉÉDUCATION ET RÉADAPTATION... 1 Kinésithérapie...

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003 COMMISSION DE LA TRANSPAR0ENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 PROFENID 100 mg/2 ml, solution injectable (IM) (boîtes de 2 et 6 ampoules) Laboratoires AVENTIS kétoprofène Liste

Plus en détail

DEFINITION: pathologie.

DEFINITION: pathologie. LES HERNIES DIAPHRAGMATIQUES CONGENITALES A REVELATION TARDIVE CHEZ L ENFANT : A PROPOS DE 32 CAS MA. Jellali 1 ; A.Ben Salem 1 ; A.Zrig 1 ; J.Saad 1 ; W.Mnari 1 ; W. Harzallah 1 ; K.Maazoun 2 ; I.Krichène

Plus en détail

Table des matières. Module 4. Handicap incapacité dépendance I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 13. Module 5.

Table des matières. Module 4. Handicap incapacité dépendance I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 13. Module 5. Table des matières CHAPITRE 1 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION. SAVOIR PRESCRIRE LA MASSO- KINÉSITHÉRAPIE (ET L ORTHOPHONIE, NON TRAITÉ) 13 Module 4. Handicap incapacité dépendance

Plus en détail

ARTICULATIONS COSTO-VERTÉBRALES (ACV) IMAGERIE DIAGNOSTIQUE et THÉRAPEUTIQUE

ARTICULATIONS COSTO-VERTÉBRALES (ACV) IMAGERIE DIAGNOSTIQUE et THÉRAPEUTIQUE ARTICULATIONS COSTO-VERTÉBRALES (ACV) IMAGERIE DIAGNOSTIQUE et THÉRAPEUTIQUE 6 e Congrés National SOFMMOO Paris 24 09 2011 J.F. VIALA Service imagerie médicale CHR ORLÉANS F. Dumont Médecine manuelle ostéopathie

Plus en détail

Infiltrations Mode d Emploi en 2013

Infiltrations Mode d Emploi en 2013 Centre de Biologie et Médecine du Sport de PAU Infiltrations Mode d Emploi en 2013 Marc BOUVARD Injecter Quoi? Où? Corticoïdes? Acide Hyaluronique PRP Agents sclérosants? Aprotinine non Trinitrine Intra-articulaire

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP)

Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) L ARTHRITE : QUELLE QUALITE DE VIE EN 2014 Approche interdisciplinaire de la polyarthrite rhumatoïde Rôle de l infirmière en rhumatologie Et Education Thérapeutique du Patient (ETP) Avramovska Aleksandra

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 VENOFER 100 mg/5 ml, solution injectable (IV) 5 ampoules en verre de 5 ml (CIP 561 896-3) Laboratoire VIFOR France (titulaire) Exploitant laboratoire

Plus en détail

Le rhumatisme psoriasique méconnu, polymorphe, curable

Le rhumatisme psoriasique méconnu, polymorphe, curable Journée de FMC Rhumatologie - Dermatologie Le rhumatisme psoriasique méconnu, polymorphe, curable Journée de FMC 13 octobre 2016 Béatrice Bouvard Service de Rhumatologie CHU et Université Angers Rhumatisme

Plus en détail

Comment bien évaluer sa douleur

Comment bien évaluer sa douleur Comment bien évaluer sa douleur Dr Pascale Vergne-Salle Consultation de la douleur Service de Rhumatologie CHU de LIMOGES Membre du Cercle d Etude de la Douleur en Rhumatologie (CEDR) Douleur aiguë Douleur

Plus en détail

Avis de la Commission. 12 mai 2004

Avis de la Commission. 12 mai 2004 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 12 mai 2004 Dispositif : SYNOCROM, solution d acide hyaluronique pour injections intra-articulaires Conditionnement

Plus en détail

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED Des étiologies multiples Polysynovite distale symétrique fixe nue : polyarthrite rhumatoïde Oligoarthrite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 mars 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion Références HAS 2001 et décembre 2010 Prise en charge de l IVG jusqu à 14 sa CNGOF 2012 Prise en charge des IGH Diagnostic et modalités

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques?

Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques? Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques? Dr. B. Richioud, Radiologie Interventionnelle, Centre Léon Bérard, Lyon (69) Les actes de radiologie interventionnelle se déclinent

Plus en détail

Cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC line) en pédiatrie, étude de faisabilité et résultats préliminaires.

Cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC line) en pédiatrie, étude de faisabilité et résultats préliminaires. Cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC line) en pédiatrie, étude de faisabilité et résultats préliminaires. Baudin G, Novellas S, Chassang M, Boyer C, Sirvent N, Chevallier P. Service d'imagerie

Plus en détail

Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale Réunion - Mayotte

Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale Réunion - Mayotte Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale Réunion - Mayotte Le cadre Signalement externe par un établissement de santé ARS et CCLIN Accompagnement de l antenne pour investigation de l infection 3 lieux et intervenants

Plus en détail

UE appareil locomoteur Ronéo n : 23

UE appareil locomoteur Ronéo n : 23 Date : 16/03/2012 (joyeux anniv kellen ) Professeur : Trojani Nombre de pages : 4 UE appareil locomoteur Ronéo n : 23 Intitulé du cours : D Chef Ronéo : Sarah Binôme : Emilien et Camille Corporation des

Plus en détail

PLAN D APPRENTISSAGE

PLAN D APPRENTISSAGE PLAN D APPRENTISSAGE Ce qu est l arthrite et les types d arthrite Les signes avant-coureurs L impact de la maladie Le cycle de la douleur Les traitements Comment vous pouvez aider et soulager les personnes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 30 août 2000 par arrêté du 22 août 2000 ARAVA 10 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

RESULTATS À COURT TERME DE L UTILISATION DE l ADALIMUMAB (HUMIRA ) DANS LES SPON DYLARTHROPATHIES (SA )

RESULTATS À COURT TERME DE L UTILISATION DE l ADALIMUMAB (HUMIRA ) DANS LES SPON DYLARTHROPATHIES (SA ) RESULTATS À COURT TERME DE L UTILISATION DE l ADALIMUMAB (HUMIRA ) DANS LES SPON DYLARTHROPATHIES (SA ) R.ALLAT, N. HAMMOUMRAOUI, H. DJOUDI EHS Douera EL AURASSI Mars 2010 INTRODUCTION La biothérapie à

Plus en détail

Avis Mai 2015

Avis Mai 2015 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 272 27 Mai 2015 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation NURODOL, Ibuprofène 400 mg,

Plus en détail

FICHE D INFORMATION THERAPEUTIQUE HUMIRA. (adalimumab) Laboratoire AbbVie

FICHE D INFORMATION THERAPEUTIQUE HUMIRA. (adalimumab) Laboratoire AbbVie FICHE D INFORMATION THERAPEUTIQUE HUMIRA (adalimumab) Laboratoire AbbVie 1. MEDICAMENT D EXCEPTION Ce médicament est un médicament d exception car il est particulièrement coûteux et d indications précises

Plus en détail

Intérêt des biothérapies dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques : notre expérience

Intérêt des biothérapies dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques : notre expérience Intérêt des biothérapies dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques : notre expérience M. Mahi, A. Tebaibia, F. Benmediouni, MA. Boudjella, H. Bacha, Y. Saadaoui, N. Chiali, M. Lahcene,

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis Novembre 2015

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis Novembre 2015 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 302 26 Novembre 2015 Titre I : Nom du médicament, DCI, dosage, présentation : forme pharmaceutique, DIVIDO 75 mg, Diclofénac

Plus en détail

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche UN GROS GENOU Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche ATCD: adénome prostatique, prothèse de hanche droite, HTA, diabète II, goutte, hypercholesterolémie Traitement: AMAREL, COZAAR, ZYLORIC 100, ZOCOR,

Plus en détail

L ARTHRITE AU CANADA Faits et chiffres

L ARTHRITE AU CANADA Faits et chiffres L ARTHRITE Le terme «arthrite» provient du grec «arthro», qui signifie articulation, et du latin «itis», qui signifie inflammation. L arthrite désigne plus de 100 affections touchant les articulations.

Plus en détail

INFILTRATIONS ARTICULAIRES

INFILTRATIONS ARTICULAIRES INFILTRATIONS ARTICULAIRES Centre de radiologie Paris 9ème Drouot Adresse du site : www.docvadis.fr/radiologie-paris Le médecin spécialiste va injecter le calmant, un médicament destiné à diminuer la douleur.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 28 novembre MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 28 novembre MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 28 novembre 2001 MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10 MIDAZOLAM MERCK 5mg/ml, solution injectable en ampoule de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 novembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite, pour une durée limitée, conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - 4 JUIN 2014 LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHIRTE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE

DOSSIER DE PRESSE - 4 JUIN 2014 LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHIRTE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE DOSSIER DE PRESSE - 4 JUIN 2014 LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHIRTE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE INTRODUCTION L inflammation aiguë est la première défense de l organisme lors d infections

Plus en détail

Traitement de l arthrite: la révolution en mouvement de la rhumatologie

Traitement de l arthrite: la révolution en mouvement de la rhumatologie 9 Traitement de l arthrite: la révolution en mouvement de la rhumatologie Valérie Kokoszka RMN Editions En 2016, pharma.be, l Association générale de l industrie du médicament, fête ses 50 ans. A cette

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc INTRODUCTION La trochantérite tuberculeuse est une localisation rare de la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 mars 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites, pour une durée limitée, conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

thérapeutiques classiques

thérapeutiques classiques Neurolyse par radiofréquence sous guidage TDM dans les neuropathies inguino-fémorales rebelles aux thérapeutiques classiques A. Kastler, A. Hashemizadeh-Kastler, J. Jehl, A. Parsai, S. Aubry Clermont-Ferrand

Plus en détail

LUXATION RADIO CARPIENNE A PROPOS DE HUIT (8) CAS

LUXATION RADIO CARPIENNE A PROPOS DE HUIT (8) CAS LUXATION RADIO CARPIENNE A PROPOS DE HUIT (8) CAS NGONGANG FO; GUIFO ML, FONKOUE L. Service de chirurgie orthopédique Centre des Urgences de Yaoundé Hôpital Militaire de Région n 1 de Yaoundé Centre hospitalo-universitaire

Plus en détail

Spondylarthrite Juvénile/Arhrite Associée À Une Enthésite (SpA-ERA)

Spondylarthrite Juvénile/Arhrite Associée À Une Enthésite (SpA-ERA) www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Spondylarthrite Juvénile/Arhrite Associée À Une Enthésite (SpA-ERA) Version de 2016 1. LA SPONDYLARTHRITE JUVÉNILE/ARTHRITE ASSOCIÉE À UNE ENTHÉSITE (SpA-ERA)

Plus en détail

L anatomie : La cause du blocage du doigt

L anatomie : La cause du blocage du doigt L anatomie : La flexion des doigts est assurée par les tendons fléchisseurs. Chaque doigt dispose de deux fléchisseurs : le fléchisseur profond et le fléchisseur superficiel. Ces fléchisseurs coulissent

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 7 septembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 1 er juin 2000 (JO du 31 mars 2001) SURGAM 200 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa

Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS 2005 Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa 1 Plan Introduction Epidémiologie Evaluation initiale Stratégie thérapeutique

Plus en détail

Trois études pivots confirment l efficacité et la tolérance d HUMIRA dans la maladie de Crohn

Trois études pivots confirment l efficacité et la tolérance d HUMIRA dans la maladie de Crohn POUR DIFFUSION IMMEDIATE Rungis, le 10 janvier 2008 Contacts : Abbott Françoise Poterre 01 45 60 27 28 francoise.poterre@abbott.com LJ Com Camille Journet 01 45 03 89 89 c.journet@ljcom.net Disponible

Plus en détail

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle Cimentoplastie Contexte Améliorations du pronostic Augmentation de la fréquence des douleurs chroniques Y. Rolland Département d Imagerie

Plus en détail

Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte

Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte Le cadre Signalement externe par un établissement de santé ARS et CCLIN Accompagnement de l antenne pour investigation de l infection 3

Plus en détail

La radiologie interventionnelle envahit le quotidien du radiologue à cause :

La radiologie interventionnelle envahit le quotidien du radiologue à cause : La radiologie interventionnelle envahit le quotidien du radiologue à cause : Imprécision relative des infiltrations «non guidées» Effets délétères des infiltrations intra-tendineuses de dérivés cortisonés

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juillet 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juillet 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juillet 2015 FLECTOR 50 mg, granulés pour solution buvable en sachet-dose B/21 (CIP : 34009 352 642 9 9) FLECTOR 1%, gel pour application locale Tube de 60 g (CIP

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

La Rhizarthrose. Définition. Examens Complementaires

La Rhizarthrose. Définition. Examens Complementaires La Rhizarthrose Définition La rhizarthrose ou arthrose de la base du pouce est une pathologie très fréquente, souvent bien tolérée, qui touche 20% des femmes. Elle correspond à l usure chronique du cartilage

Plus en détail

VISCOSUPPLEMENTATION. Rôle du radiologue. M Moinard,P Huot,P Meyer, G Paris,L Pesquer, A Silvestre

VISCOSUPPLEMENTATION. Rôle du radiologue. M Moinard,P Huot,P Meyer, G Paris,L Pesquer, A Silvestre VISCOSUPPLEMENTATION Rôle du radiologue M Moinard,P Huot,P Meyer, G Paris,L Pesquer, A Silvestre Acide Hyaluronique = Hyaluronan L acide hyaluronique est un polymère dont la masse moléculaire est supérieure

Plus en détail

Education et prise en charge pluridisciplinaire

Education et prise en charge pluridisciplinaire Une journée, pourquoi? Faire le point sur votre maladie et optimiser votre prise en charge. Une équipe multidisciplinaire à votre écoute afin de mieux répondre à vos questions et vos besoins,avec possibilité

Plus en détail

Daniel Wendling (1)*, Oleg Blagosklonov (2), Gérald Streit (1), Gaelle Lehuédé (1), Eric Toussirot (1), Jean-Claude Cardot (2)

Daniel Wendling (1)*, Oleg Blagosklonov (2), Gérald Streit (1), Gaelle Lehuédé (1), Eric Toussirot (1), Jean-Claude Cardot (2) Imagerie en tomographie en émission de positron ( TEP ) des discopathies inflammatoires de la spondylarthrite ankylosante,et évolution sous traitement par anti TNF-alpha. Daniel Wendling (1)*, Oleg Blagosklonov

Plus en détail

Le conflit fémoroacétabulaire

Le conflit fémoroacétabulaire Le conflit fémoroacétabulaire Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - juillet 2015 Définition Le conflit fémoro-acétabulaire (CFA) se traduit par un contact anormal

Plus en détail

hiatus sacrococcygien,

hiatus sacrococcygien, épidurale Powerpoint Templates Infiltration hiatus par le sacrococcygien, expérience du service de MPR, CHU SAHLOUL Sousse Résidente GADDOUR Mariem Page 1 Plan DISCUSSION/ CONCLUSION 4 1 INTRODUCTION 2

Plus en détail

HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D

HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D CAS B. Zainoun, B.Radouane, M.Jidal, S.Chaouir,, T. Amil,, A. Hanine, M.Benameur, Service d imagerie médicale HMIMed V RABAT INTRODUCTION L hémosidérose

Plus en détail

Obs. Service d'imagerie Guilloz Pr A. Blum

Obs. Service d'imagerie Guilloz Pr A. Blum Patiente de 52 ans suivie pour une polyarthrite rhumatoïde sous Enbrel,en échappement thérapeutique. Douleurs de la cheville gauche. Nodule prétibial palpable.images d'érosions synoviales, subluxation

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRAPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale la Commission réexamine la spécialité :

Plus en détail

Spondylarthropathies. FMC DINAN _Octobre 2017-Ronan HOUITTE

Spondylarthropathies. FMC DINAN _Octobre 2017-Ronan HOUITTE Spondylarthropathies SpondylOarthropathie l Entité diagnostique regroupant plusieurs maladies possédant des caractères communs tant sur le plan clinique, radiologique que génétique : atteinte axiale (rachidienne

Plus en détail

Classification du dispositif médical Dispositif médical de classe III (directive européenne 93/42/CEE relative aux dispositifs médicaux)

Classification du dispositif médical Dispositif médical de classe III (directive européenne 93/42/CEE relative aux dispositifs médicaux) Fiche technique chondrotissue Page 1 de 6 Détails techniques Nom du dispositif médical chondrotissue Domaines d'application du dispositif médical Pour la réparation du cartilage et pour le traitement chirurgical

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 07 mars 2007 CONCLUSIONS. Celles retenues actuellement sur la LPPR

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 07 mars 2007 CONCLUSIONS. Celles retenues actuellement sur la LPPR COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 07 mars 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil SPONDYLARTHROPATHIES Définition Les Spondylarthrites spondylarthrite ankylosante rhumatisme

Plus en détail

QUAND LES CLICHÉS RADIOGRAPHIQUES «NOUS PARLENT»

QUAND LES CLICHÉS RADIOGRAPHIQUES «NOUS PARLENT» QUAND LES CLICHÉS RADIOGRAPHIQUES «NOUS PARLENT» D R R A L A N D I S O N S T É P H A N E L A R H U M AT O L O G I E A U Q U O T I D I E N 2 0 N O V E M B R E 2 0 1 3 INTRODUCTION Radiographie standard

Plus en détail

LA DOULEUR CHEZ L ENFANT AUPRÈS DU PERSONNEL PARAMÉDICAL DE L HÔPITAL MÈRE-ENFANT

LA DOULEUR CHEZ L ENFANT AUPRÈS DU PERSONNEL PARAMÉDICAL DE L HÔPITAL MÈRE-ENFANT ENQUÊTE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CHEZ L ENFANT AUPRÈS DU PERSONNEL PARAMÉDICAL DE L HÔPITAL MÈRE-ENFANT CHU MED VI MARRAKECH 17éme congrès de l ACPP en partenariat avec ACTIV et APLF Le 09/01/2016

Plus en détail

Sexualité et rhumatismes Quel est l impact des rhumatismes sur la sexualité des patients?

Sexualité et rhumatismes Quel est l impact des rhumatismes sur la sexualité des patients? Sexualité et rhumatismes Quel est l impact des rhumatismes sur la des patients? n Les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) altèrent la qualité de vie des malades, et qu un RIC puisse avoir des conséquences

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

De la couleur des urines à celle de la peau

De la couleur des urines à celle de la peau De la couleur des urines à celle de la peau Johanna CLERC-LIONS A. LOHSE, P. RICHETTE, A.-S. DUPOND Anamnèse Patient de 43 ans, consulte en dermatologie pour un eczéma de contact des deux mains. A l examen

Plus en détail