DE LA FILIERE MANGUE FRANCISQUE DANS LE DEPARTEMENT DU CENTRE RAPPORT FINAL. Réalisée par : Eric Junior VILMONT, Ing.-Agr., Pédologue, Consultant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE LA FILIERE MANGUE FRANCISQUE DANS LE DEPARTEMENT DU CENTRE RAPPORT FINAL. Réalisée par : Eric Junior VILMONT, Ing.-Agr., Pédologue, Consultant"

Transcription

1 ETUDE PEDOLOGIQUE AU NIVEAU DES ZONES D INTERVENTION DU PROJET D APPUI AU RENFORCEMENT DE LA FILIERE MANGUE FRANCISQUE DANS LE DEPARTEMENT DU CENTRE RAPPORT FINAL Réalisée par : Eric Junior VILMONT, Ing.-Agr., Pédologue, Consultant Rultz ROZEFORT et Ned CHARLES, Assistants Juin 2011 Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 1

2 TABLE DES MATIERES I- CONTEXTE ET OBJECTIF DE L ETUDE... 5 II- APPROCHE METHODOLOGIQUE... 5 III- LIMITES DE L ETUDE IV- PRESENTATION DU DEPARTEMENT DU CENTRE LIMITES ADMINISTRATIVES ET POPULATION CARACTERISTIQUES BIO-PHYSIQUES Climat, relief et topographie Géologie et sol V- RESULTATS DES TRAVAUX EFFECTUES ETAT DES CONNAISSANCES SUR LES PRINCIPALES EXIGENCES PEDO-CLIMATIQUES LIEES A LA MISE EN PLACE D UN VERGER DE MANGUIERS Climat Sol Techniques culturales L alimentation minérale des manguiers Principaux ennemis de la mangue ETAT DE LA PRODUCTION AU COURS DES DERNIERES ANNEES LOGIQUE D UTILISATION DES SOLS PAR LES EXPLOITANTS ET MODE DE GESTION DE LA FERTILITE CARACTERISTIQUES PHYSICO-CHIMIQUES DES SITES RETENUS VI- CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS VII- LES ANNEXES ANNEXE 1 : LES TERMES DE REFERENCE DE L ETUDE ANNEXE 2 : COORDONNEES GEOGRAPHIQUES DES POINTS DE PRELEVEMENT DES ECHANTILLONS DE TERRE ET D OUVERTURE DES PROFILS ANNEXE 3 : RESULTATS DES ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES DES SITES RETENUS VIII- RÉFÉRENCES Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 2

3 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Points de prélèvement au niveau du site 1 (M. Ravix), Commune des Belladères... 8 Figure 2: Points de prélèvement au niveau du site 2 (Pierre Toussaint), Commune de Lascahobas... 9 Figure 3 : Points de prélèvement au niveau des sites 3 & 4 (S. Labranche et Parcelle de démonstration), Commune de Mirbalais Figure 4 : Points de prélèvement au niveau des sites 5 & 6 (Ricot Fils et Alix Anouce), Commune de Boucan Carré Figure 5: Points de prélèvement au niveau du site 7 (Parcelle de démonstration), Commune de Thomonde Figure 6: Points de prélèvement au niveau du site 8 (Grand-Pierre Jules), Commune de Hinche Figure 7: Découpage administratif du Département du Centre Figure 8: Géologie du département du Centre Figure 9 : Occupation des sols du département du Centre Figure 10 : Distribution spatiale du ph et de la granulométrie au niveau du site Figure 11 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la granulométrie (Site 1) Figure 12: Potentialités des sols de la Commune des Belladères Figure 13 : Distribution spatiale du ph et de la texture (Site 2) Figure 14 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la texture (Site 2) Figure 15: Potentialités des sols de la Commune de Lascahobas Figure 16 : Distribution spatiale du ph et de la texture (Site 3) Figure 17 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la texture (Site 3) Figure 18 : Distribution spatiale du ph et de la texture (Site 4) Figure 19 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la texture (Site 4) Figure 20: Potentialités des sols de la Commune de Mirebalais Figure 21 : Distribution spatiale du ph et de la texture (site 5) Figure 22 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la granulométrie (Site 5) Figure 23 : Distribution spatiale du ph et de la granulométie au niveau du Site Figure 24 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la granulométrie (Site 6) Figure 25 : Potentialités des sols de la Commune de Boucan Carré Figure 26 : Distribution spatiale du ph et de la granulométie au niveau du Site Figure 27 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la granulométrie (Site 7) Figure 28 : Potentialités des sols de la Commune de Thomonde Figure 29 : Distribution spatiale du ph et de la granulométie au niveau du Site Figure 30 : Distribution spatiale de la conductivité électrique et de la granulométrie (Site 8) Figure 31: Potentialités des sols de la Commune de Hinche Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 3

4 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Calendrier de production de certaines variétés de manguiers selon les producteurs Tableau 2 : Regard sur l utilisation de certaines pratiques culturales par les exploitants Tableau 3 : Principales formations en gestion des sols reçues par les exploitants LISTE DES SIGLES ET ABBRÉVIATIONS DDA : Direction Départementale du Centre INRA : Institut National de la Recherche Agronomique CE : Conductivité Electrique MPCE : Ministère de la Planification et de la Coopération Externe BID : Banque Interaméricaine de Développement IICA : Institut Interaméricain de Coopération pour l Agriculture ONG : Organisation non gouvernementale CNIGS : Centre National de l Information Géo-spatiale HPC : Haut Plateau Central BPC : Bas Plateau Central PICV : Programme d Intensification de la Culture Vivrière BAC : Bureau Agricole Communal MARNDR : Ministère de l Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 4

5 I- Contexte et objectif de l étude La mangue francique est le principal produit agricole d exportation d Haïti, et procure des revenus substantiels pour tous les acteurs du secteur. Les consommateurs ethniques ont une forte préférence pour la mangue Francique, et sont prêts à payer le prix fort, même quand le prix des compétiteurs baisse. Ceci signifie que la demande pour la mangue est forte, et aussi des gains financiers appréciables pour le pays si les volumes produits et expédiés peuvent être augmentés. Etant une culture pérenne, la mangue représente plus de 50 à 60% de la couverture végétale dans les différentes zones du Plateau Central. Quand elle est associée à d autres cultures et des pratiques culturales qui préservent le sol, la mangue contribue à la protection de l environnement. Parallèlement, la filière de la mangue haïtienne fait face à plusieurs défis et difficultés. Plusieurs raisons expliquent cette situation, mais le manque d information sur les techniques de production demeure l une des causes principales. De plus, les planteurs ne sont pas suffisamment formés et organisés pour gérer un programme de production, plus particulièrement sur certains aspects spécifiques liés à la production de la mangue. Le projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque dans le Département du Centre d Haïti veut promouvoir le développement économique principalement par la production et la commercialisation de la mangue francique au niveau du plateau central, à travers une stratégie qui favorise la stabilisation et la réhabilitation écologique de la zone. En aidant les planteurs à utiliser des techniques de production appropriées, IICA peut réaliser les objectifs de son mandat à savoir, l augmentation des revenus agricoles des planteurs, préserver et augmenter la couverture végétale dans les régions ciblées. Cette étude pédologique, menée au niveau du département du Centre, s inscrit dans une perspective d augmentation de la production de la mangue francisque au niveau du département. L étude vise la réalisation d un diagnostic dans la zone d intervention du projet ainsi qu une évaluation des sols de quelques sites retenus par l équipe de coordination de l IICA pour la mise en place des vergers. Les résultats de ce travail devraient permettre à l Institution commanditaire de prendre des décisions avisées. Le présent document constitue le rapport préliminaire de l étude. Il fait état, entre autres, des éléments de contexte, de la méthodologie de travail, des activités réalisées, des interprétations et recommandations appropriées. II- Approche Méthodologique La démarche utilisée s inspire de la méthodologie présentée dans l offre de services et s étale sur plusieurs étapes complémentaires. La première étape a été une concertation avec les responsables du projet et la réalisation d une revue bibliographique. Des discussions ont été dès le départ tenues Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 5

6 avec les principaux responsables du projet au niveau central, dans la perspective d une compréhension parfaite des termes de référence, des objectifs du travail et des résultats attendus. La revue de la documentation existante a permis de collecter, traiter et interpréter les informations déjà disponibles sur la situation de la production fruitière (celle de la mangue francisque particulièrement) dans le pays mais surtout dans le département du Centre. Ces données élémentaires ont permis d avoir un minimum de connaissances sur les réalités de la zone et de mieux préparer le travail de terrain. La deuxième étape consistait à effectuer une visite de reconnaissance sur le terrain et d établir des contacts avec les cadres du projet affectés au département du Centre, en vue de leur implication et d une meilleure planification des activités à réaliser sur le terrain. Ces visites ont aussi touché le responsable du DDA Centre, les projets intervenant dans le domaine, certains bénéficiaires potentiels de vergers de mangue francisque, et tous ceux qui, dans un sens ou dans l autre, peuvent collaborer à la réalisation des activités prévues. La troisième étape visait la collecte d informations sur le milieu bio-physique et la réalisation d une série de «Focus groupe» afin de déterminer la logique d utilisation des sols par les exploitants, leur mode de gestion de la fertilité des sols et leur niveau d intérêt pour la filière manque francisque. Ces informations ont été obtenues à partir : des parcours de transects dans les communes et des observations directes ; des entretiens semi-directifs sur la base de guide d entretien. Ces entretiens ont été menés de façon individuelle et collective (focus groupe réunissant 30 à 40 personnes) avec des agriculteurs incluant des potentiels bénéficiaires de vergers de manguiers du projet IICA. Ces focus groupe, au nombre de 10, ont touché toutes les communes du département. Il faut souligner que l équipe du projet affétée au département du Centre nous a fournis une excellente collaboration dans la préparation et l animation des ateliers. Focus groupe au Haut Plateau Central Focus groupe au Bas Plateau Central Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 6

7 La dernière étape consistait à collecter des informations permettant l évaluation de certains paramètres physico-chimiques de huit (8) sites d intérêt, retenus parmi tant d autres, pour la mise en place des vergers de manguiers. La démarche veut que se réalise dans l aire de chaque site, des prélèvements d échantillons de terre pour analyses de laboratoire et l ouverture d un profil pédologique. Sur les lieux et avec l aide d un responsable du site jouant le rôle de guide accompagnateur, le site a été prospecté de manière à identifier des éventuelles unités pédologiques, en se basant principalement sur des critères tels : la couleur du sol, l occupation de l espace et la pente du terrain. Les échantillons ont été prélevés à la tarière, à une profondeur variant de 0 à 40cm suivant la méthode de distribution aléatoire, tout en s assurant d une répartition la plus homogène possible des points de prélèvement. Les échantillons prélevés sont placés dans des sachets en polyéthylène avec des fiches d information sur le numéro de l échantillon, la localité ou l habitation concernée, la date, la couleur du sol et la profondeur de prélèvement. En cas d excès d humidité, ils subissent un séchage à l air libre. Les coordonnées géographiques des points de prélèvement ont été relevées au GPS. Pour ce faire, la notation s est réalisée de la manière suivante (en lettres capitales): deux (2) premières lettres du nom de la commune correspondante ; deux (2) premières lettres du nom ou du prénom du propriétaire ou responsable du terrain. Dans le cas de noms composés, on retient les premières lettres des noms qui les composent (Exemple : pour Grand-Pierre, on a noté GP) ; un chiffre exprimant l ordre de prélèvement. On a eu ainsi pour le site de M. Ravix situé dans la commune de Belladère cette notation : BERA1, 2, etc. La notation des points d ouverture des profils fait seulement précéder de la lettre P, celle des points de prélèvement, sans chiffre. Ainsi, le profil ouvert sur le terrain de M. Ravix a été noté : PBERA. Au laboratoire, les paramètres suivants ont été mesurés : la texture du sol (granulométrie) qui consiste à déterminer les proportions de sable, limon et d argile dans un échantillon de terre. Laquelle permettra de déterminer la classe texturale du sol selon le triangle d Holdridge. La méthode de Bouyocos, basée sur le principe de la sédimentation des particules, a été utilisée (Soltner, 1987). le ph, déterminé par la méthode éléctrométrique à l aide d un ph-mètre à électrode en verre et à lecture directe, sur une suspension de terre fine suivant un rapport sol/eau 1/5 (Mathieu et Pieltain, 2003). la conductivité électrique, déterminée par la méthode potentiométrique. C est un indicateur de la teneur en sels solubles dans la solution du sol. La valeur de la conductivité électrique (CE) a été lue à l aide d un conductivimètre. Les résultats des analyses de laboratoire sont ensuite présentés spatialement pour les zones concernées en utilisant la méthode de «KRIGEAGE». Le krigeage est une méthode Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 7

8 d interpolation issue de la géostatistique. Il est donc une méthode d'interpolation spatiale, parfois considérée comme la plus juste d'un point de vue statistique, qui permet une estimation linéaire basée sur l'espérance mathématique et aussi sur la variance de la donnée spatialisée. À ce titre, le krigeage se base sur le calcul, l'interprétation et la modélisation du variogramme, qui est une appréciation de la variance en fonction de la distance entre données. Plus simplement, le krigeage est un outil mathématique permettant d'éliminer dans une série statistique les "aberrations", les valeurs relevées improbables, ou incohérentes, en se basant sur la valeur des données avoisinantes (Source : wikipedia.org). Suivant la méthodologie préalablement décrite, un total de quarante (40) échantillons de terre a été prélevé et huit (8) profils pédologiques ouverts au niveau de huit (8) sites des communes de Mirebalais, Boucan Carré, Belladères, Lascahobas, Thomonde et Hinche. Les différentes cartes suivantes (Figures 1 à 6) présentent une distribution spatiale des points de prélèvement des échantillons de terre au niveau des sites retenus pour ce travail. Figure 1 : Points de prélèvement au niveau du site 1 (M. Ravix), Commune des Belladères Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 8

9 Figure 2: Points de prélèvement au niveau du site 2 (Pierre Toussaint), Commune de Lascahobas Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 9

10 Figure 3 : Points de prélèvement au niveau des sites 3 & 4 (S. Labranche et Parcelle de démonstration), Commune de Mirbalais Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 10

11 Figure 4 : Points de prélèvement au niveau des sites 5 & 6 (Ricot Fils et Alix Anouce), Commune de Boucan Carré Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 11

12 Figure 5: Points de prélèvement au niveau du site 7 (Parcelle de démonstration), Commune de Thomonde Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 12

13 Figure 6: Points de prélèvement au niveau du site 8 (Grand-Pierre Jules), Commune de Hinche Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 13

14 III- Limites de l étude Les analyses de certains paramètres chimiques de fertilité (K, N, P, Ca, MO) n ont pas pu être effectuées. Cependant, les teneurs en matières organiques (MO) ont pu être appréciées à travers des observations directes et vu que le calcaire constitue le substrat majoritaire des sols du département du Centre, le calcium (Ca) ne devrait par être déficient. IV- Présentation du département du Centre 4.1- Limites administratives et population Créé par la loi du 19 août 1976, le département du Centre est borné au nord par les départements du Nord et du Nord-est, au sud par le département de l ouest, à l est par la République Dominicaine et à l ouest par le département de l Artibonite. Il est formé de (12) communes, subdivisées en (35) sections communales (Figure 7). Le chef-lieu du département est Hinche. Quatre (4) de ses communes sont frontalières et le reste est considéré comme intérieur. Son relief dominant est le plateau. Le département du Centre comprend 4 arrondissements qui sont : Hinche, Mirebalais, Lascahobas, Cerca- La-Source. L arrondissement de Hinche comprend les communes de Hinche, Maissade, Thomonde, Cerca-Cavajal. Celui de Mirebalais comprend les communes de : Mirebalais, Saut-d eau, Boucan Carré. L arrondissement de Lascahobas comprend les communes de : Lascahobas, Belladere, Savanette. Celui de Cerca-La- Source comprend les communes de : Cerca- La- Source et Thomassique. Le Centre couvre une superficie d environ 3,674 km 2, soit 13.3% du territoire national. Il est le troisième en importance de superficie après les départements de l Ouest et de l Artibonite. Sa population est estimée à habitants (Recensement par estimation de 2009). Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 14

15 Figure 7: Découpage administratif du Département du Centre Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 15

16 4.2- Caractéristiques bio-physiques CLIMAT, RELIEF ET TOPOGRAPHIE Le département est composé majoritairement de montagnes et de plateaux. Son climat est caractérisé par des irrégularités pluviométriques assez marquées et par l existence de deux saisons bien distinctes: une saison sèche qui s étend en général de novembre à avril (5 mois) et une saison pluvieuse en été, marquée par des chutes très importantes et parfois violentes. La pluviométrie est conditionnée par le relief, l orientation des versants et l altitude. Ainsi, observe-t-on des zones de forte pluviométrie (Mirebalais: 2,172 mm, Lascahobas: 1,913 mm) et d autres zones moins arrosées qu on retrouve dans les environs de Hinche (1,253 mm). La pluie moyenne pour le département est de 1,515 mm/an. La saison des pluies s étend généralement sur une période de sept (7) mois, d avril à octobre (Livre Blanc du Centre, 1997). Les données ayant rapport à la température sont rares. Selon certaines sources disponibles, la température moyenne annuelle se situe autour de 24 o C. GEOLOGIE ET SOL Les sols du département du Centre varient suivant qu on se trouve au niveau des versants, des plateaux ou vallons. Ils reposent en très grande majorité (65%) sur des matériaux calcaires, marneux et sableux (Figure 8). Au niveau des plateaux, on rencontre surtout des Brunisols. Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 16

17 Figure 8: Géologie du département du Centre Source, CNIGS (2002) La grande majorité de ces sols supportent des cultures agricoles moyennement denses à denses (53%) et des savanes et pâturages avec d autres occupations (32%), (Figure 9). Tenant compte de la configuration naturelle du département, les risques de dégradation par érosion hydrique ne sont pas trop élevés. Cependant, les techniques de mise en valeur qui privilégient des cultures sarclées, sans structures de conservation, et accentuées par la coupe abusive des ressources ligneuses pour la production de charbon de bois et des bois de construction, de planches et de bois de chauffage, expliquent en grande partie pourquoi les sols du département sont actuellement dans un état de dégradation avancée. Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 17

18 Figure 9 : Occupation des sols du département du Centre Source, CNIGS (2002) Sur le plan agronomique, selon les statistiques sur les potentialités des sols fournies par le GNIGS, environ 66% des superficies du département du Centre, sont constitués de sols ayant une qualité variant entre très limitée et faible. Le reste est constitué dans l ensemble de sols à potentialité moyenne à très bonne (Figure 10). Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 18

19 Figure 10 : Potentialités des sols du département du Centre Figure 3 : Occupation des sols du département du Centre Source, CNIGS (2002) Source, CNIGS (2002) Projet d Appui au Renforcement de la Filière Mangue Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 19

20 V- Résultats des travaux effectués 5.1- Etat des connaissances sur les principales exigences pédo-climatiques liées à la mise en place d un verger de manguiers 1 CLIMAT Le manguier s'adapte facilement dans les régions tropicales semi-arides, présentant une alternance très nette de période sèche et humide. La pluviométrie annuelle doit varier entre 1000 mm à 1200 mm. Pendant la saison sèche, il lui faut au moins 60 mm de pluie tous les mois. La température moyenne du mois le plus froid ne doit pas être inférieure à 15 o C. SOL Le manguier peut être cultivé dans des types de sol très variés, cependant un sol profond (>2 m), argilosableux ou sablo-limoneux, riche en matière organique et bien drainé est préférable, de même qu'un ph de 6 à 6,5. Le manguier ne supporte pas les sols trop humides, riches en sels ou en calcaire. TECHNIQUES CULTURALES En ce qui a trait à la préparation du sol, la parcelle doit être soigneusement débarrassée de tous débris d'arbres de souches et de racines, puis effectuer un labour profond (30 à 40 cm). Le piquetage se fait de manière à obtenir 10 X 10 m entre les piquets et les entre les lignes. La «trouaison» consiste à creuser des trous d'une dimension de 80 à 90 cm de profondeur et de diamètre pour les sols durs et de 50 à 60 cm pour les sols légers. Cette opération est suivie d'un «reboutage» des trous en apportant 20 Kg de fumure organique comme fumure de fond. Le plant doit être enfoncé dans le trou juste au niveau du collet suivi d'un léger arrosage. Le premier apport d'engrais doit avoir lieu un an après la plantation et en début de saison des pluies. En termes d entretien, le sol doit être toujours propre en désherbant régulièrement les interlignes pour ne pas occasionner la création des foyers de criquets et autres insectes. On recommande une fumure azoto-potassique dans les cinq premières années. L amélioration d un verger traditionnel peut facilement être réalisée par surgreffage. La mise à fruit après surgreffage est très rapide (parfois des la 2 eme année) L ALIMENTATION MINERALE DES MANGUIERS L'alimentation minérale des manguiers demande un minimum de connaissances sur les techniques de fertilisation et les engrais. La fumure avant plantation concerne surtout le phosphore de façon à favoriser un bon enracinement et un développement rapide, alors que la fertilisation annuelle vise une 1 Sources combinées Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 20

21 alimentation équilibrée de l'arbre pour optimiser le rendement et la qualité. Les choix doivent être guidés par l'analyse du sol, complétée par un diagnostic foliaire. Le potassium constitue l élément clé dans l alimentation minérale des manguiers. Il améliore la qualité des fruits, plus spécialement la coloration, les arômes, le calibre et la conservation, de même qu'il favorise la résistance au stress, dû à la sècheresse, au froid, à la salinité ou aux maladies. La carence en potassium se développe sur les feuilles âgées en petites taches rougeâtres, irrégulièrement réparties. Les feuilles sont plus petites et plus fines que pour un arbre sain. Dans un stade plus avancé, les nécroses apparaissent sur la bordure des feuilles. Carence en potassium sur feuille Le manguier est sensible au chlorure, particulièrement pendant les deux premières années. Par la suite, la production est affectée par l'emploi d'engrais à base de chlorure. En ce sens, les apports de potassium sous forme de sulfate de potassium aident à contrôler la salinité. Le soufre est un composant majeur des aminoacides et des protéines végétales. Il favorise l'action des activateurs enzymatiques et participe à la synthèse chlorophyllienne. En cas de carence en soufre, la croissance est ralentie, et les feuilles tombent alors que des nécroses apparaissent sur les feuilles jeunes. Le sulfate de potassium contient également 18% de soufre (S), ce qui couvre les besoins d'une production normale de mangues. PRINCIPAUX ENNEMIS DE LA MANGUE - Les termites attaquent en général les jeunes plants ; - Les mouches de fruits piquent les fruits et y pondent des œufs qui après leur éclosion donnent des larves qui provoquent des pourritures; - Les criquets et les cétoines causent des dégâts au niveau des panicules florales, les feuilles et les rameaux; - Les cochenilles attaquent les feuilles, les branches et les fruits Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 21

22 5.2- Etat de la production au cours des dernières années Le manguier est l'un des principales espèces de notre couverture végétale (en dessous de 800 m d'altitude). En effet, il se rencontre un peu partout dans le pays avec des concentrations plus ou moins fortes dans des zones bien déterminées. Toutefois on ne rencontre pas de verger proprement dit en Haïti ; les rares vergers connus sont d implantations récentes. Gros-Morne demeure la plus grande zone de production. D'autres zones sont aussi réputées pour la production de mangues. Ce sont Passe Reine, Saint-Marc, Cabaret, Arcahaie, Cul-de-sac, Léogâne, Lascahobas...Les terroirs comme ceux de la plaine du Cul-de-sac, Cabaret (Cazale), Arcahaie, Passe Reine sont connus pour la bonne qualité de leurs mangues (coloration, goût). Dans le Département du Nord également, on rencontre des zones très productrices (Vieux., 1993). Au niveau national, la production de la mangue a été relativement stable entre 2000 et 2003 à tonnes et a connu une augmentation jusqu à 2007 avant de se stabiliser à nouveau vers tonnes. En conditions favorables, les manguiers ont un rendement moyen de 10 tonnes/ha (USAID, 2005). Selon TechnoServe (2010), les paysans possédant plus de 5 manguiers ont une production entre 0,5 et 1,5 tonne annuellement. Source FAO En ce qui a trait au département du Centre et selon les principaux résultats des focus groupe, les zones de production de la mangue dans le Haut Plateau sont situées par ordre d importance dans la 1 ere section Juanaria et la 2 eme section Marmont de la commune de Hinche, la commune de Cerca Cavajal. La variété «Madan Blanc» et la «Franc» est concentrée dans la 1 ere et 2 eme section de la commune de Hinche. La «Jean Marie» spécifique au Haut Plateau Central, est rencontrée surtout dans la commune de Cerca Cavajal. Quant au Bas Plateau Central, les zones de production importantes de la mangue se retrouvent au niveau de la 3 eme section Gascogne de la commune de Mirebalais, plus précisément dans les localités Kadwa, Devarieux, Bere, Montabor, Cholette, Débite, Menaj, Verak, et la 1 ère section Grande Savane de Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 22

23 la commune de Saut d eau. A Belladère, la production est considérable dans les localités de Camaron, Loba, Grande Plaine, Mastéguasse et Fontoufe. Parmi les variétés cultivées dans le département du Centre, on retrouve : Blanc, Baptiste, Corne, Carotte, Doudouce, Fil (Rouge et Blanc), Franc, Francisque, Jean- Marie, Abricot, Kòdòk, Canelle. Les saisons de production des variétés diffèrent selon les périodes. Le calendrier de production pour certaines variétés est présenté dans le tableau ci-dessous : Tableau 1: Calendrier de production de certaines variétés de manguiers selon les producteurs Variétés J F M A M J J A S O N D Francisque Jean Marie Fil Blanc Ti laurent 5.3- Logique d utilisation des sols par les exploitants et mode de gestion de la fertilité Les donnés tirées des focus groupe, associées à la littérature et aux observations de terrain, ont montré que la culture associée est la pratique culturale la plus répandue dans le Plateau Central. La base la plus fréquente des associations est constituée du maïs et du petit mil auxquels s ajoutent le manioc, le pois congo, le pois inconnu, la patate, etc. Cette forme d utilisation du sol vise d abord à assurer l autoconsommation familiale avec un maximum de sécurité face aux aléas climatiques. Cette technique répond aussi aux diverses contraintes posées par l environnement aux paysans qui disposent généralement de peu de moyens techniques et financiers. Au niveau des exploitations paysannes, les manguiers sont rarement cultivés en vergers mono spécifiques. Associés à d autres fruitiers, ils demeurent cependant l élément important des systèmes de cultures arborés. Les arbres sont aussi souvent isolés au milieu de parcelles de cultures vivrières. La plupart des exploitations possèdent au total moins de 10 arbres dispersés à travers différentes parcelles. La rentabilité de la production de la variété «Francisque» rarement cultivée en dehors du Bas Plateau Central, a conduit à la mise en place dans le Haut Plateau Central de vergers, d une surface de 12,9 hectares, respectivement 11,61ha et 1,29ha sur les fermes de Marmont, et de Colladère appartenant à MPP. Les principales pratiques culturales ou méthodes de gestion des parcelles appliquées par les producteurs fruitières sont détaillées dans le tableau suivant. Les pratiques culturales comme Irrigation, l apport de matières organiques, le désherbage et traitements phytosanitaires sont réalisées non pas pour les fruitiers mais pour les cultures d autosubsistance ou vivrières. Projet d Appui au Renforcement de la Filière Manque Francisque, Rapport préliminaire de l Etude pédologique Page 23

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin

Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin G. BARBEAU I NRA Unité expérimentale Vigne et Vin, 42 rue Georges Morel, 49071 Beaucouzé-Cédex, Tel. (33) 2 41 22 56 60, Fax (33) 2 41 22 56

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Projet : Contribution à la lutte contre le Wilt bactérien des bananiers à Idjwi Sud, RD Congo

Projet : Contribution à la lutte contre le Wilt bactérien des bananiers à Idjwi Sud, RD Congo Projet : Contribution à la lutte contre le Wilt bactérien des bananiers à Idjwi Sud, RD Congo Données de base du projet Demandeur : Kidogos asbl Partenaires : Kidogos asbl Rue Vivegnis 127, 4000 Liège,

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Conversion à l agriculture biologique

Conversion à l agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE Conversion à l agriculture biologique Défis pour le futur REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME livret 3 Ce document a été élaboré par Rongead Le sésame au Burkina Faso : état des lieux 2013 Ce livret fait partie

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand 22 09 2010 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

Séquence 7. Le sol, un patrimoine durable? Sommaire

Séquence 7. Le sol, un patrimoine durable? Sommaire Séquence 7 Le sol, un patrimoine durable? Sommaire 1. Le sol, une ressource naturelle indispensable mais fragile 2. Synthèse 3. Exercices 4. Devoir autocorrectif n 3 1 1 Le sol, une ressource naturelle

Plus en détail

La culture de la fraise à jours neutres

La culture de la fraise à jours neutres La culture de la fraise à jours neutres INTRODUCTION : Introduite en 1985 par l'université Laval à titre d'essai, la culture de la fraise à jour neutre est restée une production marginale au Québec. Le

Plus en détail

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Dans ce travail, nous avons évalué les possibilités d une intensification de l agriculture dans le Plateau Central à partir des nouvelles technologies (techniques traditionnelles

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles

Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles Assemblée des acteurs de la géomatique 9 décembre 2010 1 Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles Assemblée des acteurs de la géomatique 9 décembre

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter?

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? SOMMAIRE 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? 2 1. Petit tour d horizon de nos déchets 3 Tonnages Evolution des tonnages ordures ménagères

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Recherches menées en viticulture et en œnologie à Agroscope

Recherches menées en viticulture et en œnologie à Agroscope Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Agroscope Recherches menées en viticulture et en œnologie à Agroscope Vivian Zufferey Changins 23 mai 2014 Viticulture, œnologie

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins La réduction des pertes de stockage est un levier important pour améliorer les performances de la filière oignon nigériennes.

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Création de la pelouse

Création de la pelouse Dans un jardin, la pelouse reste un élément essentiel aux yeux de bien des jardiniers qui voient dans les gazons britanniques le comble du raffinement. Une pelouse offre plus d un attrait. Elle constitue

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Seed System Security Assessment. Recommandations pour tous les sites

Seed System Security Assessment. Recommandations pour tous les sites Seed System Security Assessment Haiti Recommandations pour tous les sites An assessment funded by: The United States Agency for International Development/ Office of Foreign Disaster Assistance August 2010

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse n 02 septembre 2007 expost ExPost Aménagements de bas-fonds en Guinée forestière ExPost est une note de synthèse qui présente sur un thème ou

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

L utilisation de la SPIR au service de l entretien l parcours de golf : intérêts et limites. CIRAD, Montpellier (France)

L utilisation de la SPIR au service de l entretien l parcours de golf : intérêts et limites. CIRAD, Montpellier (France) L utilisation de la SPIR au service de l entretien l des parcours de golf : intérêts et limites L. Thuriès,, D. Bastianelli CIRAD, Montpellier (France) SPIR gazon : pour quoi faire? Suivi des sols : Teneur

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Cultures fruitières août 2013

Cultures fruitières août 2013 Cultures fruitières août 2013 Directeur de publication : Jean-Bernard GONTHIER, Président de la Chambre d'agriculture de La Réunion - 24, rue de la source BP 134-97463 St-Denis Cedex - Tél : 0262 94 25

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

VI) Exemple d une pépinière de plantes ornementales.

VI) Exemple d une pépinière de plantes ornementales. SOMMAIRE: Introduction. I) Définition d une pépinière. II) Objectifs de la pépinière. III) Définition d une pépinière horticole (pour espèces ornementales). IV) Implantation de la pépinière : IV.1) Le

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS!

CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS! CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS! JACQUES THÉRIAULT AGR. M. SC. CLIMAX CONSEILS Principales carences en légumes

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail