CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (CGES)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (CGES)"

Transcription

1 COOPERATION CAMEROUN BANQUE MONDIALE MINISTERE DE L EAU ET DE L ENERGIE PROJET DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L ENERGIE (PDSEN) AGENCE D ELECTRIFICATION RURALE CADRE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (CGES) Elaboré par Cyrille NGOUANA KENGNE, Consultant en évaluation environnementale et sociale Septembre

2 SOMMAIRE Page SOMMAIRE... II LISTE DES TABLEAUX... V LISTE DES ANNEXES... VII ANNEXE 3 : TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ETUDE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL SOMMAIRE D UN PROJET D EXTENSION DES RESEAUX ELECTRIQUES LOTS NORD ET EXTREME NORD... VII ANNEXE 4 : FORMULAIRE D EXAMEN SOCIO-ENVIRONNEMENTAL DE SELECTION DES PROJETS DU FER... VII ANNEXE 5 : LISTE DE CONTROLE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL ET GRILLE DE SENSIBILITE... VII ANNEXE 6 : CLAUSES ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES A INSERER DANS LES DOSSIERS D APPEL D OFFRE... VII ANNEXE 7 : CARTES THEMATIQUES DES ZONES DE PROJETS... VII RESUME EXECUTIF... VIII RESUME EXECUTIF... VIII 1. INTRODUCTION CONTEXTE DE L ETUDE DE REVISION ET ACTUALISATION DU CGES OBJECTIFS METHODES DE CONDUITE DE L ETUDE STRUCTURATION DU RAPPORT DESCRIPTION DU PROJET CONTEXTE ET FINALITE DU PROJET COMPOSANTES DU PROJET PROJETS DU FER FINANCES PAR IDA ANALYSE DES ALTERNATIVES DES PROJETS DU FER SITUATION DE L ENVIRONNEMENT BIOPHYSIQUE, HUMAIN ET SOCIO- ÉCONOMIQUE DANS LES ZONES AGROECOLOGIQUES RECEPTRICES DU PEREEINS La zone soudano sahélienne Zone de hautes savanes soudano-guinéennes/plateau de l'adamaoua La zone des hauts plateaux de l ouest La zone de forêt humide à pluviométrie monomodale La zone de forêt à pluviométrie bimodale ETAT DES INFRASTRUCTURES DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE AU CAMEROUN INFRASTRUCTURES DE PRODUCTION D ELECTRICITE OPERATIONNELLES Réseaux électriques au Cameroun CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL NATIONAL EN MATIÈRE DE L ENVIRONNEMENT BIOPHYSIQUE ET SOCIAL CADRE JURIDIQUE NATIONAL Cadre juridique national en matière d environnement Cadre juridique national dans le secteur social Cadre juridique national dans le secteur de l électricité Textes relatifs à d autres secteurs liés au PDSEN CONVENTIONS, ACCORDS ET TRAITES INTERNATIONAUX RATIFIES PAR LE CAMEROUN Dans le domaine de l environnement Dans le domaine social CADRE INSTITUTIONNEL NATIONAL ii

3 Cadre institutionnel national du secteur de l environnement Cadre institutionnel national du secteur social Autres administrations techniques concernées Cadre Institutionnel du secteur de l électricité Fonds d Energie Rurale POLITIQUES DE SAUVEGARDE DE L ENVIRONNEMENT DE LA BANQUE MONDIALE OP 4.01 EVALUATION ENVIRONNEMENTALE (EE) OP/BP 4.12 : REINSTALLATION INVOLONTAIRE DES POPULATIONS OP/BP :4.36 FORETS OP/BP 4.04 : HABITATS NATURELS OP/BP 4.11 : PATRIMOINE CULTUREL OP/BP 4.10 : POPULATIONS AUTOCHTONES OP/BP : SECURITE DES BARRAGES OP/BP 7.60 : PROJETS DANS DES ZONES CONTESTEES OP/PB 7.50 : PROJETS RELATIFS AUX VOIES D EAU INTERNATIONALES OP/PB 4.09 : LUTTE ANTIPARASITAIRE CONCORDANCES ENTRE L OP 4.01 ET LA LEGISLATION NATIONALE D EE CONCORDANCE ENTRE LA LEGISLATION NATIONALE ET LA PO IDENTIFICATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POTENTIELS DU PROJET PERERINS CHECK-LIST DES IMPACTS POSITIFS POTENTIELS CHECK-LIST DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX NEGATIFS GLOBAUX ET MESURES D ATTENUATION ASSOCIEES Impacts de la construction et/ou extension des réseaux MT et BT de distribution PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DU PROJET PERERINS PROCEDURES D ANALYSE, DE SÉLECTION ET D APPROBATION DES PROJETS DU FER INSTRUMENTS D EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DES PROJETS DU FER FINANCES PAR LA BANQUE MONDIALE FORMULAIRE DE «FILTRATION» ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL, GRILLE DE CONTROLE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL, GRILLE DES DEGRES DE SENSIBILITE Formulaire de «filtration» environnemental et social Grille de contrôle socio-environnemental et Grille des degrés de sensibilité ETUDE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL (EIES) NOTICE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL PROCEDURE DE SELECTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DES ACTIVITES DU PERERINS LE PROCESSUS DE SELECTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE ETAPES DE LA SELECTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE RESPONSABILITES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROCESSUS DE SELECTION GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DU CGES MESURES DE RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL Renforcement de l expertise environnementale et sociale du PDSEN/AER : Mesures de renforcement technique MESURES DE FORMATION ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES Renforcement des capacités pour la Gestion Environnementale et Sociale Modules de formation MESURES DE SENSIBILISATION ET DE MOBILISATION SOCIALE MESURES DE SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES Mesures de conformité avec la PO 4.01 «Evaluation Environnementale» Mesures de conformité avec la PO 4.12 Réinstallation Involontaire des populations PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL INDICATEURS DE SUIVI iii

4 Indicateurs stratégiques à suivre par la Cellule d exécution du projet Indicateurs à suivre par la fonction environnement INSTITUTIONS RESPONSABLES POUR LE SUIVI DE L APPLICATION DES MESURES D ATTENUATION ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS ET STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE DU CGES COUTS ESTIMATIFS DES MESURES ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES DU CGES PLAN DE PARTICIPATION DU PUBLIC RESUME DES ENTREVUES AVEC LES PARTIES IMPACTS POSITIFS IMPACTS NEGATIFS CONSIDERATIONS SPECIFIQUES CONTRAINTES AU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES JUSTIFICATION DE L ETUDE OBJECTIFS DE L ETUDE CONTEXTE DE L ETUDE Contexte géographique Contexte juridique et institutionnel Contexte institutionnel APERÇU DU PROJET PRESENTATION DU PROJET D ELECTRIFICATION PAR EXTENSION DES RESEAUX INTERCONNECTES NORD ET SUD (PERERINS) AU CAMEROUN Type de projet et niveau d étude Objectifs et activités du projet Objectifs du projet Localisation et description des activités programmées MISSIONS DU CONSULTANT L analyse des aspects juridiques et institutionnels Description du projet et analyse des alternatives Description de l état initial de l environnement Analyse des impacts sur l environnement Consultation publique Mesures d atténuation, de compensation et d optimisation et leurs coûts Plan de gestion de l environnement et social (PGES) OBLIGATIONS DU PROMOTEUR OBLIGATIONS DU CONSULTANT Qualité du consultant et composition de l équipe d étude Confidentialité des documents Enquête et sensibilisation OBLIGATIONS DE L AER ECHEANCHIER DE L ETUDE STRUCTURE DU RAPPORT iv

5 LISTE DES TABLEAUX Page Tableau 1: Liste des localités retenues dans le cadre du projet PERERINS...7 Tableau 2: Différents groupes de peuples autochtones et localisation Tableau 3: Infrastructures de production d'électricité opérationnelles Tableau 4: Investissements projetés dans le secteur de l énergie entre 2005 et Tableau 5: Infrastructures de transport et distribution Tableau 6: Cadre institutionnel du secteur de l électricité du Cameroun Tableau 7: Concordances entre l OP 4.01 et la législation nationale d EE Tableau 8: Concordances entre la législation nationale et l OP Tableau 9: Impacts positifs potentiels Tableau 10: Impacts de la mise en œuvre des réseaux MT et BT Tableau 11: Synthèse des mesures générales Tableau 12: Synthèse des mesures spécifiques Tableau 13: Grille du degré de sensibilité Tableau 14: Catégories des projets du PERERINS assujettis et non assujettis à une EIES Tableau 15: Responsabilités pour la mise en œuvre de la sélection environnementale et sociale Tableau 16: Coûts prévisionnels de la mise en œuvre du CGES Tableau 17: Feuille de travail - Objectifs, niveaux et activités de participation du public, par phase v

6 LISTE DES ABBREVITATIONS AER ARSEL BM BT CGES CPR DUP EDC EIES ER FER HT IDA MCH MINADER MINAS MINATD MINDCAF MINDHU MINEE MINEPAT MINFOF MINIMIDT MINTP MT MW OP OSC PANERP PAP PAR PCH PDSEN PERERINS TdRs : Agence d Electrification Rurale : Agence de Régulation du Secteur de l Electricité : Banque Mondiale : Basse Tension : Cadre de Gestion Environnementale et Sociale : Cadre de Politique de Réinstallation : Déclaration d Utilité Publique : Electricity Development Corporation : Etude d Impact Environnemental et Social : Energie Rurale : Fonds d Energie Rurale : Haute Tension : Association Internationale de Développement : Micro Centrale Hydroélectrique : Ministère de l Agriculture et du Développement Rural : Ministère des Affaires Sociales : Ministère de l Administration Territoriale et de la Décentralisation : Ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières : Ministère de l Habitat et du Développement Urbain : Ministère de l Eau et de l Energie : Ministère de l Economie, du Plan et de l Aménagement du Territoire : Ministère des Forêts et de la Faune : Ministère de l Industrie, des Mines et du Développement Technologique : Ministère des Travaux Publics : Moyenne Tension : Mégawatt : Politique Opérationnelle : Organisation de la Société Civile : Plan d Action National Energie pour la Réduction de la Pauvreté : Population Affectée par le Projet : Plan d Actions de Réinstallation : Pico Centrale Hydroélectrique : Projet de Développement du Secteur de l Energie : Projet d Electrification Rurale par Extension des Réseaux Interconnectés sud et Nord : Termes de Référence vi

7 LISTE DES ANNEXES ANNEXE 1 : termes de référence de l étude services d un consultant individuel pour la révision et l actualisation du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) et du Cadre de Politique de Recasement (CPR) du Projet de Développement du Secteur de l Energie (PDSEN). ANNEXE 2 : Liste des personnes rencontrées ANNEXE 3 : termes de référence pour la réalisation d une étude d impact environnemental sommaire d un projet d extension des réseaux électriques lots nord et extrême nord ANNEXE 4 : formulaire d examen socio-environnemental de sélection des projets du fer ANNEXE 5 : liste de contrôle environnemental et social et grille de sensibilité ANNEXE 6 : clauses environnementales et sociales a insérer dans les dossiers d appel d offre ANNEXE 7 : cartes thématiques des zones de projets vii

8 RESUME EXECUTIF Le Projet de Développement du Secteur de l Energie (PDSEN) vise à consolider les réformes du secteur de l électricité afin d établir une base solide pour la croissance économique du Cameroun et la réduction de la pauvreté, surtout dans les zones rurales. Il a pour objectifs principaux: (a) l amélioration du cadre de vie des populations au travers d un accès accru aux sources modernes d énergie par la mise en œuvre d un fonds d énergie rurale, (b) le renforcement des capacités nationales de manière à ce que les institutions publiques (le MINEE, l ARSEL, l AER) puissent s acquitter de leurs tâches de développement dans de meilleures conditions ; et (c) l appui à la préparation des projets d investissements dans le secteur, notamment le barrage de Lom Pangar et des projets d énergie rurales. Le PDSEN a trois composantes : - Composante 1. Fonds d Energie Rurale (environ ,94 m $US). L énergie rurale forme une partie intégrante du programme gouvernemental pour l éradication de la pauvreté et la transformation du milieu rural. Ce programme a en particulier pour objectif d élever le niveau de revenu des plus démunis au travers notamment de la mise en place d infrastructures et d améliorer la qualité de la vie dans le monde rural. Un accès accru à l énergie et en particulier à l électricité facilite l émergence d activités génératrices d emplois ainsi qu à l accès aux loisirs et permet la fourniture de services publics de meilleure qualité dans les services de santé, les écoles, etc. - Composante 2. Renforcement des Capacités. (MINEE 6 m $US, ARSEL 3 m $US et AER 1.5 $US). Cette composante aidera à développer les capacités du Ministère de l Energie et de l Eau (MINEE), de l Agence de Régulation du Secteur de l Electricité (ARSEL) ainsi que de l Agence d Electrification Rurale (AER) de manière à ce qu ils puissent remplir de manière satisfaisante les fonctions et les rôles qui leur sont dévolus dans le cadre réglementaire du secteur. - Composante 3. Préparation de Projets. (MINEE 6 m $US, AER 3.5 m $US). Cette composante aidera MINEE à mettre en place une structure et des outils en vue de la réalisation du barrage de Lom Pangar et l AER à la préparation de projets d énergie rurale. Les projets financés sous la Composante 1 en particulier nécessiteront de nouvelles infrastructures. Par exemple, la fourniture d électricité rurale dans de nouvelles localités nécessitera l extension des réseaux électriques existants ou l installation de nouveaux réseaux. Ceci pourrait nécessiter l acquisition de terrains. En effet, la composante 1 du PDSEN finance pour le moment les activités du Projet d Electrification Rurale par Extension des Réseaux Interconnectés Nord et Sud (PERERINS). Ce projet doit couvrir 365 localités et vise la réalisation de branchements par extension et densification du réseau de distribution d électricité. Pour l exercice 2012, 45 localités situées dans la Région de l Ouest et 42 localités dans la Région du Nord-Ouest et environ 40 localités du grand Nord ont été retenues pour bénéficier d un financement IDA dans le cadre du FER. Ces projets consistent en la construction des extensions des lignes de distribution moyenne et basse tensions. Ces lignes suivront de très près les tracés des pistes rurales existantes. Le présent Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) constitue la version révisée et actualisée de février Il fournit les éléments d appréciation du niveau d intégration des activités du PERERINS dans leur environnement, et est un instrument de détermination et d évaluation des effets environnementaux et sociaux potentiels futurs des projets du PDSEN finançable par IDA. En outre, cette version révisée et actualisée définit les orientations du plan de suivi et de surveillance environnementale à prendre avant, durant et après la mise en œuvre du PERERINS d une part, et propose les mesures à réaliser pour bonifier les effets positifs, atténuer les impacts environnementaux et sociaux négatifs, les supprimer ou les réduire à des niveaux acceptables. Il tient compte non seulement des politiques de la Banque mondiale, mais aussi de la législation environnementale et sociale en vigueur au Cameroun. viii

9 Cadre politique, juridique et institutionnel de l environnement et du secteur social Les projets du FER finançable par IDA doivent autant être conformes aux politiques nationales en matière environnementale et sociale et en santé, sécurité qu avec les politiques de la Banque Mondiale. Au niveau national, des instruments juridiques en matière de gestion socio-environnementale ont été mis en place depuis les années 70 notamment le Code foncier de 1974, la Loi forestière élaborée en 1981 et révisée en 1994, la Loi-cadre sur la gestion de l environnement (1996) et d autres plus récents, notamment le Décret n 2005/0577/PM du 23 février 2005 fixant les modalités de réalisation des Etudes d Impact Environnemental et Social (EIES), l Arrêté n 0070/MINEP du 08 mars 2005 fixant les différentes catégories d opérations dont la réalisation est soumise à des études d impacts et audits environnementaux et le décret N 2012/0882/PM du 27 mars 2012 fixant les modalités d exercice de certaines compétences transférées par l Etat aux communes en matière d environnement. Le Projet d Electrification Rurale par Extension des Réseaux Interconnectés Nord et Sud (PERERINS), financé par la composante 1 du PDSEN ne déclenchera pas les politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale 7.50 (Projets affectant les eaux internationales), 7.60 (Projets en zones contestées), 4.09 (Lutte antiparasitaire), 4.04 (Habitats naturels), la Directive opérationnelle 4.10 (Peuples autochtones), 4.36 (Foresterie), 4.11 (Patrimoine culturel), et la 4.37 (sécurité des barrages). Par contre, les politiques 4.01 (Évaluation environnementale) et 4.12 (Déplacement et réinstallation involontaire) seront déclenchées. En respect des OP 4.01 et conformément à la règlementation environnementale en vigueur au Cameroun (Arrêté n 0070/MINEP du 08 mars 2005 fixant les différentes catégories des projets assujettis à l EIES), les lignes de distribution MT sont soumis à une EIES sommaire. Le transport électrique par ligne de basse tension et l électrification rurale de basse tension pourront juste faire l objet d un Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES) ou d une Notice d Impact Environnemental (NIE). Toutefois, conformément à la 4.01, tous les projets du FER financés sous fonds IDA feront l objet d une sélection et d une classification par catégorie environnementale. La mise en œuvre du CGES fait intervenir plusieurs Ministères dont les plus significatifs sont : Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED), Ministère des Affaires Sociales (MINAS), l Agence de Régulation du Secteur de l électricité (ARSEL), l Agence d Electrification Rurale (AER), le Ministère de l Eau et de l Energie (MINEE), le Ministère de la Santé (MINSANTE), le Ministère des Arts et de la Culture (MINAC), le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), le Ministère du Cadastre, des Domaines et des Affaires Foncières (MINDCAF), le Ministère de l Agriculture et du Développement Rural (MINADER), le Ministère de l Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINADT), les municipalités, Ministère de la Défense (MINDEF), le Ministère des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA), le Ministère des Transports (MINT), le Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale (MINTSS). A côté de ces Ministères, la Banque Mondiale, les autres partenaires financiers et les organisations de la Société Civile seront aussi impliquées dans la mise en œuvre du PERERINS. Il s agit principalement des ONG et des associations communautaires. Par ailleurs, par rapport au PERERINS, AER a signé un mémorandum d entente avec AES-SONEL et ce dernier est un acteur incontournable. Procédures d analyse et de tri des projets Ce CGES met en place le mécanisme de «filtration» des projets du FER finançable sous fonds IDA afin de faciliter les acteurs c est à dire les soumissionnaires privés (SP) de simultanément identifier les impacts environnementaux et sociaux potentiels des projets et de les prendre en considération en incorporant les mesures d atténuation appropriées dans la conception des projets avant qu ils ne les ix

10 soumettent pour évaluation et approbation éventuelle. La caractéristique principale de ce mécanisme demande aux opérateurs du projet d évaluer leur projet au stade préparatoire en utilisant le «formulaire de filtration» dans l Annexe 4, la «liste de contrôle» des questions environnementales et sociales et la grille des degrés de sensibilité dans l Annexe 5 pour identifier les impacts négatifs potentiels. Du point de vue technique et institutionnel, la mise en œuvre du CGES devra tenir compte des dispositions pertinentes suivantes : - la mise en place d un processus de sélection environnementale et sociale des activités qui prendra en compte (a) l identification des activités qui sont susceptibles d'avoir des impacts environnementaux et sociaux négatifs ; (b) l identification des mesures d'atténuation ou de suppression des impacts potentiels; (c) l identification des activités nécessitant des études d'impact environnemental et social (EIES) sommaires ou détaillées; (d) l identification des responsabilités institutionnelles nécessaires à l'analyse et à l'approbation des résultats de la sélection, à la mise en œuvre des mesures d'atténuation proposées, et à la préparation des rapports d EIES, au suivi des indicateurs environnementaux au cours de la phase de construction des infrastructures et équipements électriques ainsi que de leur exploitation; (e) et la détermination des activités susceptibles d'occasionner des déplacements des populations et au besoin d acquérir des terres ; - l institutionnalisation de la fonction environnement à AER et le recrutement d un expert environnementaliste au sein de la cellule d exécution du PERERINS; - le renforcement des capacités pour la gestion environnementale et sociale ; - la provision pour la réalisation et la mise en œuvre d éventuelles EIES : des EIES pourraient être requises pour les activités du PERERINS classées en catégorie «B», pour s assurer qu ils sont durables au point de vue environnemental et social. Si la classification environnementale des activités indique qu il faut réaliser des EIES, l AER devra prévoir une provision qui servira à payer des consultants qui conduiront ces études; - la provision pour l appui au remplissage des formulaires de sélection environnementale et sociale, de contrôle environnemental et l analyse des degrés de sensibilité environnementale. Certains projets du FER finançable par IDA devront nécessiter les simples mesures d atténuation et l élaboration d un PGES pour s assurer qu ils sont durables au point de vue environnemental et social ; - la provision suffisante pour la mise en œuvre des mesures sociales ; - le suivi et l évaluation du PERERINS (suivi permanent, évaluation à mi-parcours et évaluation finale). Le programme de suivi portera sur le suivi permanent, la supervision, l évaluation à miparcours et l évaluation annuelle. La supervision technique et des travaux de construction sera assurée par AER. Elle sera appuyée par des Ingénieurs Conseils. AES-SONEL devra assurer non seulement l exploitation et la maintenance des infrastructures mais réaliser aussi les inspections des travaux du projet PERERINS. Le suivi de proximité sera aux contractants et aux contrôleurs de travaux de la Cellule d exécution du PERERINS. La surveillance environnementale sera effectuée par ARSEL et AER. - l intégration des clauses environnementales et sociales dans les dossiers d appels d offres, dans les fiches de demande de projet et dans les modèles de contrats : en cas de travail environnemental, la Cellule d exécution du PERERINS et les Ingénieurs Conseils veilleront à intégrer les recommandations et autres mesures de gestion environnementale et sociale dans les dossiers d appel d offre et d exécution des travaux par les contractants. Impacts environnementaux et sociaux du PERERINS. La construction des MT/BT a des impacts négatifs qui concernent essentiellement des dégâts compensables à (i) l environnement physique (implantation des poteaux, pistes d accès temporaires aux x

11 sites des travaux, tirage des câbles) ; (ii) l'environnement naturel suite au positionnement des lignes électriques MT/BT, (iii) l'environnement humain, lors du passage des lignes à travers des terres agricoles ou pendant le transport des matériaux sur les sites et par chutes accidentelles des conducteurs (risques sécuritaires). En ce qui concerne les impacts positifs, il y aura développement des activités économiques et augmentation des revenus, création d emplois, amélioration des conditions de travail des élèves, et enseignants. Il y aura également diminution du vol et de la criminalité, l amélioration de la productivité et la compétitivité dans les secteurs des services où les femmes sont souvent plus représentées que les hommes, l amélioration de l approvisionnement en eau due à la régularité de l énergie électrique et enfin une amélioration globale du niveau de vie des populations bénéficiaires. Les premières mesures globales visant à atténuer les impacts négatifs et bonifier les impacts positifs sont recommandées dans le présent document. Ces mesures ont été proposées en addition à celles qui seront incorporées dans la conception des activités du PERERINS. Elles ont été synthétisées dans le Plan cadre de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) qui a coût prévisionnel global de FCFA. Plan de gestion environnemental et social, et plan de participation du public. Le CGES inclut un Plan Cadre de gestion environnemental et social qui identifie le cadre d'orientation des interventions futures, en tenant compte des exigences des politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale. Ce plan met en exergue les priorités suivantes : le renforcement des capacités des acteurs impliqués, l organisation des campagnes de sensibilisation, et surtout la définition et l exécution d un plan de suivi et d un plan de surveillance environnementale et sociale pendant le déroulement des travaux de construction des ouvrages électriques et pendant aussi leur exploitation. Un plan de participation du public est également proposé, il donne les objectifs de la participation à chaque phase du cycle des activités du PERERINS et suggère les outils et techniques pouvant être utilisés. xi

12 1. INTRODUCTION L électricité en tant que facteur essentiel du progrès économique et social, procure le bien-être des populations en contribuant à l amélioration des conditions de vie et en facilitant l accès aux moyens de communications. La fourniture en électricité est donc un enjeu majeur et s inscrit clairement dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l Emploi (DSCE) qui envisage réaliser des taux d accès à l énergie électrique de 16 % en 2007 à 48 % en En effet, les services énergétiques contribuent à la dynamique des secteurs sociaux essentiels tels que l éducation, la santé, etc. Ils constituent de ce fait une réponse à apporter aux besoins essentiels des populations défavorisées. La pénurie d énergie joue un rôle déterminant dans la persistance de la pauvreté au sein des populations camerounaises en général et particulièrement des populations rurales qui dépendent en grande partie du bois de feu pour la satisfaction de leurs besoins énergétiques. Selon des chiffres récents, l accès à l électricité, par exemple, est d environ 48% en zone urbaine et seulement de 14 % en zone rurale au Cameroun. Réduire cette disparité de manière durable constitue l essence des projets du FER. En effet, la loi régissant le secteur de l électricité et le décret portant organisation et fonctionnement de l Agence d Electrification Rurale prévoient la création d un Fonds d Energie Rurale (FER). Ce fonds a été créé en décembre 2009 par décret présidentiel et exprime la volonté du Gouvernement d améliorer l accès des populations rurales aux services modernes d énergie pour leur plein épanouissement. Le FER a été donc mis en place est financera des projets d extension de réseau ainsi que des projets décentralisés. La concurrence sera le principe de base d attribution des subventions du FER aux opérateurs principalement à travers des appels d offres mais également sur la base de projets soumis par les fournisseurs de services électriques eux-mêmes ou par des communautés villageoises. La compétence de ce fonds est étendue à l ensemble des activités énergétiques prévues dans le Plan d Action National Energie pour la Réduction de la Pauvreté (PANERP), y compris les énergies traditionnelles, l électricité et la diffusion d autres sources d énergie telles le gaz butane, la biomasse, l éolien, le solaire photovoltaïque ou la petite hydraulique. Une politique d appui de l Etat et une politique tarifaire adéquate de nature à attirer la participation privée sont fondamentales pour assurer la pérennité des investissements et le succès du programme d accès à l énergie par le plus grand nombre possible. Pour consolider cette vision, le gouvernement a développé et mis en œuvre avec l appui de la Banque Mondiale le Projet de Développement du Secteur de l Energie (PDSEN). Ce projet est entré en vigueur le 28 janvier 2009 après trois années de mise en œuvre, il a été soumis à un processus de restructuration qui est encore en cours CONTEXTE DE L ETUDE DE REVISION ET ACTUALISATION DU CGES En 2008, date de signature de l accord de crédit du projet PDSEN, deux documents cadres régissant la gestion de l environnement, le recasement et les indemnisations ont été élaborés. Il s agit du Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) et du Cadre de Politique de Recasement (CPR). Au fil du temps, le projet a évolué dans sa conception. Par ailleurs, il convient de signaler que le document existant concernait l Afrique subsaharienne dans son ensemble. Par conséquent, Il était question de les adapter aux normes environnementales du Cameroun et les politiques de la Banque Mondiale pouvant être enclenchées. Le présent Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) constitue la version révisée et actualisée de février Il fournit les éléments d appréciation du niveau d intégration du PERERINS dans leur environnement, et est un instrument de détermination et d évaluation des effets environnementaux et sociaux potentiels futurs des activités du PERERINS. En outre, cette version révisée et actualisée définit les orientations du plan de suivi et de surveillance environnementale à prendre avant, durant et après la mise en œuvre du PERERINS d une part, et proposer les mesures à réaliser pour bonifier les effets positifs, atténuer les impacts environnementaux et sociaux négatifs, les 1

13 supprimer ou les réduire à des niveaux acceptables. Il tient compte non seulement des politiques de la Banque Mondiale, mais aussi de la législation environnementale et sociale en vigueur au Cameroun OBJECTIFS Les objectifs du CGES sont les suivants : - proposer le processus de planification, de suivi et d approbation environnementale et sociale des projets du FER; - proposer le formulaire de «filtration» des activités du projet PERERINS, la fiche de contrôle environnemental et social, et une grille d analyse des degrés de sensibilité environnementale des activités du PERERINS; - Evaluer les impacts environnementaux et sociaux potentiels, positifs ou négatifs, du PERERINS et proposer les mesures d atténuation permettant de faire face à ces impacts ; - proposer un plan cadre de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) du PERERINS; - décrire les politiques environnementales et sociales de la Banque Mondiale relatives au PERERINS; et le cadre législatif, réglementaire et institutionnel du secteur de l électricité ; - faire l analyse des alternatives des projets du FER. Les termes de référence de l étude en annexe 1, présentent le contenu du travail du consultant METHODES DE CONDUITE DE L ETUDE La conduite de cette étude s est appuyée sur la démarche suivante : - revue bibliographique ; - interviews auprès des structures administratives, Organisations de la Société Civile (OSC) et des opérateurs économiques basés à Yaoundé et concernés par l électrification rurale. La liste des personnes ressources rencontrées est en annexe 2; - la visite d un site pilote d électrification rurale dans la région du sud-ouest (projet Rumpi, financé par l Union Européenne); - le recueil des données a été fait aussi à travers l analyse des documents disponibles sur le projet et les documents contenant les données physiques, biologiques, et humaines sur les zones des projets du FER ; - la version actuelle du CGES a été revue sur la base du contenu des TdRs, des standards nationaux et internationaux et des retours d expériences du consultant en évaluation environnementale dans le contexte camerounais. le CGES a été renforcé sous plusieurs aspects notamment la description des cinq (05) zones agro-écologiques du Cameroun, la proposition des termes de référence d une EIES sommaire, la proposition des clauses environnementales et sociales à insérer dans les dossiers d appels d offres, l identification et la description des effets potentiels associés aux différentes activités du PERERINS; la proposition d une approche d analyse des degrés de sensibilité des activités du PERERINS aux milieux récepteurs, etc. Ce travail a été fait par M. Cyrille Valence NGOUANA KENGNE, Spécialiste en Evaluation Environnementale. Le travail a été facilité par la collaboration et les appuis multiformes du Point Focal PDSEN/AER, de l environnementaliste AER et du Directeur du FER. Le consultant a été appuyé par M. Etienne NGOUFFO, Ingénieur Général du Génie Rural et M. David LONGLA (Socioenvironnementaliste) pour la collecte et l analyse des informations, l évaluation des impacts et l analyse des alternatives des projets du FER. Enfin, une étudiante (Mlle Christelle Marie MAFOTSING) en maîtrise de Biologie à l Université de Yaoundé I a été associée à la collecte des données pour la description des milieux biologiques et à la consultation des parties prenantes. 2

14 1.4. STRUCTURATION DU RAPPORT Le rapport est structuré de la manière suivante : - résumé exécutif ; - brève description du projet du PDSEN/FER et des zones agro-écologiques du Cameroun incluant la méthodologie qui sera appliquée pour la préparation, l approbation et l exécution des activités du projet ; - la description des politiques environnementales et sociales de la Banque Mondiale relatives au PERERINS; - cadre politique, institutionnel et juridique en matière d environnement et de l électricité ; - procédures d analyse et de tri des projets incluant les critères de détermination du niveau d analyse environnementale et sociale requise pour les activités du PERERINS; - identification et évaluation des impacts environnementaux et sociaux et potentiels et leurs mesures d atténuation ; - analyse des alternatives des projets du FER ; - proposition d un plan cadre de gestion environnemental et social ; - plan de consultation du public - résumé des résultats de la consultation avec les parties prenantes dans le cadre des projets du FER. 3

15 2. DESCRIPTION DU PROJET 2.1. CONTEXTE ET FINALITE DU PROJET Le Gouvernement de la République du Cameron a reçu un crédit de l Association Internationale de Développement (IDA), objet de l accord de prêt n 4484-CM, destiné au financement du Projet de Développement du Secteur de l Energie (PDSEN). Le PDSEN vise à consolider les réformes du secteur de l électricité afin d établir une base solide pour la croissance économique du Cameroun et la réduction de la pauvreté, surtout dans les zones rurales. Il a pour objectifs principaux: - l amélioration du cadre de vie des populations au travers d un accès accru aux sources modernes d énergie par la mise en œuvre d un fonds d énergie rurale ; - le renforcement des capacités nationales de manière à ce que les institutions publiques (le MINEE, l ARSEL, l AER) puissent s acquitter de leurs tâches de développement dans de meilleures conditions ; - l appui à la préparation des projets d investissements dans le secteur, notamment le barrage de Lom Pangar et des projets d énergie rurale. Le projet est entré en vigueur le 28 janvier 2009 et a déjà connu trois années de mise en œuvre. Après ces années, il est en cours de restructuration. C est dans le cadre de cette restructuration que la révision et l actualisation de son CGES ont été pensées COMPOSANTES DU PROJET Le PDSEN a trois composantes : - Composante 1. Fonds d Energie Rurale (environ ,94 m $US) ; - Composante 2. Renforcement des Capacités. (MINEE 6 m $US, ARSEL 3 m $US et AER 1.5 m $US); - Composante 3. Préparation de Projets. (MINEE 6 m $US, AER 3.5 m $US). Composante 1. Fonds d Energie Rurale (environ 35 m $US) L énergie rurale forme une partie intégrante du programme gouvernemental pour l éradication de la pauvreté et la transformation du milieu rural. Ce programme a en particulier pour objectif d élever le niveau de revenu des plus démunis au travers notamment de la mise en place d infrastructures et d améliorer la qualité de la vie dans le monde rural. Un accès accru à l énergie et en particulier à l électricité facilite l émergence d activités génératrices d emplois ainsi qu à l accès aux loisirs et permet la fourniture de services publics de meilleure qualité dans les services de santé, les écoles, etc. Pour rendre les projets d énergie rurale commercialement viables et les tarifs supportables par la population non encore connectée au réseau, le Fonds d Energie Rurale (FER) qui représente le mécanisme financier de réalisation du PANERP octroiera des subventions d équipement pour diminuer ou éliminer les barrières représentées par le coût en capital élevé ainsi que les risques divers pour les opérateurs publics ou privés. L objectif du FER sera de maximiser l accès par subvention octroyée en tenant compte de critères d équité régionale. Le FER a pour fonctions principales de : a) subventionner les investissements initiaux par les opérateurs privés, afin de maintenir les tarifs d électricité à un niveau abordable pour les consommateurs ruraux, tout en maintenant un rendement minimum pour les fonds investis. Pour intéresser et impliquer le secteur bancaire dans cette initiative dès début des activités du projet, une banque commerciale pour abriter et administrer le FER sera sélectionné; 4

16 b) fournir un appui aux opérateurs privés potentiels pour le développement de plans d affaires (business plan) : le secteur privé local ne dispose ni des ressources, ni des connaissances, ni de l expérience pour mener à bien toutes les études nécessaires pour élaborer des projets d électrification rurale y compris la préparation d un plan commercial à long terme. L AER fournira l assistance technique et financière pour aider les opérateurs privés dans ce domaine; c) offrir une assistance et des opportunités de formation pour les acteurs impliqués dans l électrification rurale ; d) promouvoir le développement de l énergie rurale sous toutes ses formes ; e) développer des projets de démonstration «appropriés» pour tester à la fois les mécanismes institutionnels et financiers pour soutenir les projets d énergie rurale ; f) conduire des études de nature à aider à la diffusion de l énergie rurale dans les secteurs de la santé, de l éducation, de l agriculture, etc. Le FER sera alimenté par des contributions du budget de l Etat et des donateurs. Le PDSEN mettra à la disposition du FER une somme d environ 28720,94 millions de $US en vue de favoriser une mise en place rapide de projets énergie en faveur des populations. En 2008, la Banque mondiale s est engagée à contribuer pour 40 millions de dollars US aux projets du FER, et pour le moment cet engagement concerne les projets d extension des réseaux interconnectés Nord et Sud, d autres bailleurs de fonds ont également exprimé leur intérêt pour y contribuer. Composante 2. Renforcement des Capacités. (MINEE 6 m $US, ARSEL 3 m $US et AER 1.5. $US) Cette composante aidera à développer les capacités du Ministère de l Energie et de l Eau (MINEE), de l Agence de Régulation du Secteur de l Electricité (ARSEL) ainsi que de l Agence d Electrification Rurale (AER) de manière à ce qu ils puissent remplir de manière satisfaisante les fonctions et les rôles qui leur sont dévolus dans le cadre réglementaire du secteur. Composante 3. Préparation de Projets. (MINEE 6 m $US, AER 3.5 m $US). Cette composante aidera MINEE à mettre en place une structure et des outils en vue de la réalisation du barrage de Lom Pangar. Etant donné que le barrage doit en principe être mis en service en 2013, le travail préparatoire de présélection des entreprises, de préparation de documents d appel d offres, de financement de projet, etc. doit commencer le plus tôt possible. Cette composante fournit une aide au maître d ouvrage pour le recrutement d une firme d ingénieurs. Pour concrétiser les actions contenues dans le Plan d Action National Energie pour la Réduction de la Pauvreté (PANERP), une aide à la préparation des projets sera également fournie à l AER. L AER identifiera, préparera et évaluera des projets d énergie rurale en vue de leur financement par des opérateurs privés ou des collectivités locales. L AER préparera également des avant-projets détaillés pour lancer rapidement la réalisation des projets déjà identifiés. Les projets d énergie rurale, le Projet Prioritaire d Energie Rurale (PPER) et le PILER financés par la composante 1 du PDSEN, nécessiteront le plus souvent de nouvelles infrastructures, comme par exemple, l extension des réseaux électriques existants ou l installation de nouveaux réseaux dans le cas de l électrification rurale. Leur mise en place et leur exploitation peuvent poser des problèmes environnementaux et sociaux. Des mesures correctives et/ou d atténuation et de suivi doivent être prises pour éliminer les impacts négatifs ou les réduire à des niveaux acceptables, sur la base d une étude d impact environnemental et social (EIES) suivant le présent Cadre de gestion environnemental et social (CGES). La mise en place des nouvelles infrastructures peut également nécessiter l acquisition de terrains, pouvant entraîner le déplacement de populations, la perte de leurs sources de revenus ou la restriction d accès aux ressources (champs, arbres fruitiers, etc.). Lorsque cela sera le cas, les 5

17 dispositions appropriées dans les lois applicables au Cameroun et la Politique Opérationnelle en la matière (O.P. 4.1) de la Banque Mondiale seront appliquées PROJETS DU FER FINANCES PAR IDA Le FER doit tenter de répondre autant que possible au principe de l équité territoriale. A ce jour malgré la modicité de ses moyens, l AER au 31 décembre 2011 a financé l électrification de 57 localités dans neuf régions du Cameroun. Cette électrification a été constituée essentiellement des raccordements au réseau national, pour un coût total de 1,830 milliards de francs CFA sur autorisation de son Conseil d Administration. Avec une population cible de 8400 habitants, 560 branchements ont pu être réalisés à raison de dix (10) branchements témoins en moyenne par localité, le reste du ressort du Concessionnaire d électricité qu est AES SONEL. Certains projets d AER ont aussi reçu des financements. Il s agit entre autres : - le projet d électrification de 26 localités le long de la frontière Cameroun-Nigeria sur financement d un don du Royaume d Espagne ; - le projet de 33 localités sur financement BID phase de démarrage sur le terrain ; - le projet d électrification rurale décentralisée dans la zone RUMPI sur financement conjoint Cameroun/Union Européenne devant permettre d électrifier une centaine de localités. D autres projets sont en phase de négociations de financement avec des pays tels que l Inde, la Corée du Sud, la Chine, etc. Les fonds IDA financeront le Projet d Electrification Rurale par Extension des Réseaux Interconnectés Nord et Sud (PERERINS). Ce projet vise la réalisation de vingt-mille (25.000) branchements dans les régions du Nord-ouest, Ouest, et du Grand Nord du Cameroun. Il a été approuvé par le Comité de Planification et Programmation de l Energie Rurale (COPPER) en décembre Plusieurs entités sont impliquées dans la mise en œuvre du PERERINS. Il s agit notamment : - Du Comité de Planification et Programmation de l Energie Rurale (COPPER). Institué par décret présidentiel N 2009/409 du 10 décembre 2009, ce comité a pour mission de veiller à la bonne utilisation des ressources ainsi qu à l allocation optimale des subventions attribuées par le FER. Le COPPER est présidé par le Ministre de l Eau et de l Energie. Les fonctions de comité de pilotage du projet PERERINS sont dévolues au COPPER qui décide des mesures stratégiques nécessaires à l exécution du projet et, en particulier examine les changements d orientation du programme (arrêt ou la prolongation de certaines activités notamment l ajout ou la suppression de certaines localités du projet PERERINS et l augmentation future du budget du projet ; se prononce sur les collaborations avec d autres organismes non signataires du mémorandum d entente avec AES-SONEL. - L Agence d Electrification Rurale (AER). Elle est responsable du planning détaillé des sous projets, de la préparation des documents de passation des marchés, de la supervision technique et des travaux de construction. L AER devra recruter des ingénieurs conseils pour développer les études et les spécifications ainsi que la supervision des travaux. L AER mettra en place une Cellule d exécution du projet logée au sein de la Direction du Fonds d Energie Rurale (DFER). Un représentant d AER dûment mandaté assurera la coordination de la cellule d exécution du projet, avec l assistance technique des Ingénieurs Conseils. La Cellule d exécution du projet devra assurer la gestion administrative, technique et financière du projet et, en particulier le suivi régulier des activités, la gestion des différents contrats, la coordination de l ensemble des structures et services concernés ; l examen et l approbation des programmes de travail, les cahiers des charges, les spécifications techniques des ouvrages, et les dossiers d appel d offres préparés. La Cellule d exécution pourrait comprendre le personnel ci-dessous : le Directeur du FER ; le point focal du PDSEN, l Assistant technique, deux ingénieurs électriciens de réseaux, 6

18 l expert environnementaliste, un dessinateur topographe, deux contrôleurs de travaux, un expert en passation des marchés, un responsable administratif et financier et un comptable. - Les Ingénieurs Conseils (Maître d œuvre). Ils seront des consultants à recruter en appui à la cellule d exécution du projet pour la surveillance, la maîtrise et le contrôle du projet. - Les contractants. Ils seront engagés par l AER pour construire les infrastructures du projet PERERINS. - AES-SONEL. Il devra assurer l exploitation et la maintenance des installations de production, des réseaux de transport et de distribution d électricité du Cameroun, ainsi que le développement desdits réseaux à travers un contrat de concession et de licence de 20 ans signé le 18 juillet 2001 et ses amendements de mars Le tableau 1 suivant présente la liste des localités retenues dans le cadre du projet d électrification rurale par extension des réseaux interconnectés sud et Nord (PERERINS). Tableau 1: Liste des localités retenues dans le cadre du projet PERERINS Région Département Arrond./Canton Nom localite/axe Ngodi Mairborno, Ngodi Mafalgon, Beka, Malo Bifa, Tchabal Adamaoua Vina Ngaoundéré Djalingo, Mounguel, Tchabal Baouro, Mbalang Djalingo, Tourningal, Tourningal, Idool-Tello Mbéré Meiganga Mbarang - Axe Meiganga - Djohong, Gbatta Moulvoudaye Horlong Guidiguis Ngarmassé, Torok, Guerémé, Baribélé Kaélé Guetale, Gohing, Sokoy Mayo Kani Taïbong Goundayé, Souéyé, Golonghini, DOUBANE, GOING LARA Diamaré Petté Dana-Bangana-Guibi, Meskine Lycée, Meskine Gogoria, Datchéka Extrême Mayo Danay Bougay Nord Mayo Sava Manawatchi Koza Mawa-Galdala, Ziler Mayo Tsanaga Mokolo Guédjélé, Modoko, Ldama, Tourou, Djalingo, Moufou Ouest Noun Foumban Njigouonji (Koupa Matapit), Fayap (Koupa Matapit), Tamkene, Njikouet, Koundoum Machiben Kouoptamo Njitapom, Kouparé-Panke Foumbot Focheya Malantouen Mapou Njipout - Manda, Mapouayam, Matabouom Bangourain Koutoupit Bamboutos Galim Mbakop Batcham Bameboro, Bangang 9 (Quartier Bametim), Telezintio - Bangouo - Balepi, Banggwang-Bazinbap, Biété, Bamboué (King Palace), Menamna-Keko, Batcham-Gueamatio, Konsore (Bamessingue King Palace), Nzong Basso Babadjou Bachua par Babadjou Menoua Dschang Toutsang, Litieu-Nzie, Litieu King Palace, Penka-Michel Menah/Bamendou, Khotsa/Bamendou, Mentoh/Bamendou Mifi Kongso Djunang Latsit Baleng Bapi Bamougoum Latsit - Loumgouo, Famkouo I Koung-Khi Bayangam Tougoué Mpouh Poumougne Tseghem Haut-Nkam Bakou Fondjanti (Lipeu et Chefferie), Balou Bandja Fangam, Babong, Bakwop, Ngueboung, Mekokguie - Bangueka - Bav, Badenla, Balafi Bui Jakiri Kwanso, Ber Kumbo Mbuluv 7

19 Mbven Kifem Nkum Ngondzen, Kuvlu, Nseh, Buuh Noni Djottin Oku Tankiy, Mbockenghas, Nkfui, Mbam Oku, Ichim Nord- Ouest Boyo Belo Mbesa Ako Dumbo, Kungi, Ntumbe Down, Ntumbe Up Ndu Ngarum II, Ntundip, Njirong, Mbipgo, Mbongong, Nseh- Makop Donga Mantum Nkambe Chup, Kup Mentchum Fungom Zhoa (Chef lieu d'arrondissement) Bali Naka, Chomba, Bossah Mezam Tubah Fingeh Ngok Etunjia BABESSI Baba, Ibia par Babungo Mbengwi Bugbome, Etuii, Tinechong Njikwa Oshie Momo Batibo Enwen, Ashong, Ewai, Kulabei Mayo Rey Tcholliré Douffin, Dougon, Home Garal, Ntam, Gouga, Managna, Koum - Domayo, Mbissiri Demsa Ouro Goni, Ouro Inine, Ouro Bobo, Ouro Gadji 2, Ouro Gadji 1, Tirsi, Mayo Doumsi, Ouro Iya, Lelere, Hossere Faourou Bacheo Bacheo, Katako PITOA Badjengo, Badjouma Centre, Dolla, Mbor Partidje, Parmidje Nord Bénoué BIBEMI Boula Ibi, Patadje Bame, Ouro Kessoum, Madjadou, Tchakare, Bamere, Bakona 2, Bakona 1, Sorkere, Djourde Rabingha, Garwawo, Lagdo Ouro Andre, Ouro Manda, Carrefour Nari Tchéboa Karewa Mayo-Oulo Doumo Mayo Louti Figuil Bidzar I, Biou, Batao, Lam, Kong Kong Guider Djabi, Lombel, Dakoumé, Tchontchi Source : AER, ANALYSE DES ALTERNATIVES DES PROJETS DU FER La Loi n 2011/022 du 14 décembre 2011 régissant le secteur de l'électricité au Cameroun donne les bases juridiques nécessaires pour orienter le choix des sources de production d électricité en milieu rural. En effet, l article 59 (2) de cette loi stipule que dans le cadre de l électrification rurale décentralisée, et compte tenu des contraintes liées à la protection de l environnement, la priorité est donnée à la production décentralisée à partie des sources d énergies renouvelables, sauf en cas de carence, de coûts prohibitifs ou d insuffisance de celles-ci. Le choix des sources fossiles dans le cadre des projets du FER devrait être suffisamment justifié. Par ailleurs, selon l article 59 (1) de la même loi stipule que l électrification rurale se fait soit par raccordement aux réseaux interconnectés, soit par production décentralisée. Le Plan directeur de l électrification rurale du Cameroun présente six sources d alimentation : le réseau interconnecté existant ; les centrales Diesel ; les mini-centrales hydrauliques ; les centrales à biomasse ; les générateurs photovoltaïques et les générateurs éoliens. Cette analyse des alternatives considère ces différentes options. Alternative 1 «ne rien faire» : socialement et économiquement, ce scénario rendra la pauvreté plus aigüe et les inégalités plus grandes. L atteinte des objectifs du millénaire deviendra illusoire et le sort des communautés rurales empirera. Pour l AER, ceci n est pas une option car dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l Emploi (DSCE) le gouvernement du Cameroun envisage réaliser des taux d accès à l énergie électrique de 16 % en 2007 à 48 % en

20 Alternative 2, générateur diesel : cette alternative a les avantages d être peu couteux à l investissement à court terme et est complémentaire aux Energies Renouvelables (EnR) comme énergie d appoint. Cependant, elle a les inconvénients d être couteux à long terme (carburant, pertes), d émettre des polluants et de générer des nuisances sonores. De plus, sa maintenance est complexe et son fonctionnement dépend de l approvisionnement en carburant. Alternative 3, photovoltaïque : cette source dépend d une ressource solaire abondante et disponible sur tout le territoire national. Selon Nkue et Njomo (2009), la zone méridionale, plus humide, reçoit une insolation moyenne de 4 kwh/j/m2 dont 50 % est du rayonnement diffus. La zone septentrionale, plus aride et sèche dispose d'un ensoleillement régulier. L irradiation solaire reçue dans cette zone est de 5,8 kwh/j/m2 en moyenne dont 42 % de rayonnement diffus. Les systèmes photovoltaïques ont une facilité de mise en œuvre (faible) et une modularité (adaptation de la puissance au cours du temps). Ses inconvénients sont entre autres : - le coût de production du KWh élevé qui se situe entre 550 et 1200 $ par ménage ; - l énergie est intermittente ; - la durée de vie des batteries fait souvent problème. Ces batteries contiennent parfois du plomb et de l acide sulfurique qui nécessitent des mesures spécifiques de gestion. Alternative 4, petit éolien. Cette source nécessite la présence de vent en suffisance (Moyenne > 4m/s). Il existe des modèles à axe vertical, en général peu adaptés pour l électrification rurale. Selon Nkue et Njomo (2009), des vitesses de 4,0 à 4,60 m/s sont régulièrement enregistrées dans les régions du Nord et de l'extrême-nord du Cameroun. Cette source a l avantage d avoir une gamme de puissance plus large que le photovoltaïque (500W à quelques dizaines de kw). Elle offre aussi les possibilités de construction locale pour les systèmes de faible puissance (quelques kw). Comme inconvénient, cette source nécessite une maintenance régulière et dépend de la saisonnalité des vents. Alternative 5, Petite hydroélectricité. Elle reste une solution pertinente sur les plans financiers et techniques dès qu un cours d eau est à proximité. Elle a une vaste gamme de puissance 0,5 à plus de 300kW et peut avoir une très longue durée de vie (turbines de 30 ans parfois rénovées). Les désavantages de cette source sont entre autres la nécessité de disposer d un plan d eau présentant des caractéristiques suffisantes (débit, hauteur de chute), et la saisonnalité. Par ailleurs, les installations sont complexes, ce qui rend nécessaire des études d ingénierie détaillées. Elle peut aussi être source de conflits au niveau de l usage de l eau. Alternative 6, biomasse. Elle vise la production de l électricité à partir de biogaz ou de biomasse. Cette source a l avantage d être stockable et est une ressource importante. Son désavantage est le problème de déforestation. Elle devient une source non renouvelable quand le taux de prélèvement est inférieur au taux de régénération. Alternative 7, biomasse-cogénération : production d électricité à partir des déchets de bois (copeaux, sciure, etc.). Cette source a l avantage de permettre une valorisation des déchets de bois et la valorisation agricole des cendres. Elle concourt au développement de l écologie industrielle quand elle est associée à une entreprise qui fait une valorisation énergétique de ses déchets qui deviennent la matière première d un autre système de production. Elle permet de limiter les besoins en énergie fossiles des systèmes associés. Les effluents du système comprennent les cendres, les eaux de lavage, le gaz d échappement, etc. il existe aussi des risques d explosion des chaudières. Alternative 8, extensions des réseaux électriques existants. Cette alternative devrait être envisagée quand les populations rurales résident à proximité du réseau MT. Les réseaux MT et BT de distribution ont une longueur limitée et suivent essentiellement le tracé des routes ou des pistes rurales existantes. Ces infrastructures existantes (routes, pistes rurales aménagées, voies d accès, etc.) devraient permettre 9

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN.

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. LES RECOMMANDATIONS ISSUES DES ATELIERS Ateliers 1.1 Création d un cadre incitatif

Plus en détail

Le secteur de l électricité au Cameroun. Forum Minier 27 Mai 2009 Yaoundé

Le secteur de l électricité au Cameroun. Forum Minier 27 Mai 2009 Yaoundé Le secteur de l électricité au Cameroun Forum Minier 27 Mai 2009 Yaoundé 1 Introduction Insuffisance en approvisionnement de l énergie est estimée de réduire la croissance du PIB par 2% L électricité est

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I Mini réseau hybride en Afrique Central Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I SOMMAIRE DONNEES SUR L AFRIQUE CENTRALE ENERGIE RENOUVELABLE EN AFRIQUE CENTRALE ETUDE

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Electrification Rurale au Mali. Technologies et financement

Electrification Rurale au Mali. Technologies et financement Electrification Rurale au Mali Technologies et financement Meeting of the SREP Pilot Countries Kenya 05 mar s 2012 Electrification rurale au Mali Plan de présentation le concept institutionnel le concept

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

---------------------------------------------

--------------------------------------------- PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES POUR LE SECTEUR DE L ÉNERGIE (PRECESSE) --------------------------------------------- MANUEL DE PROCÉDURES ADMINISTRATIVES, COMPTABLES

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire GNIGBOGNIMA Siriki N CHO Pâcome Chargés d études à la Direction Générale de l Energie Dakar, 18-21 octobre

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION AUX ORGANISATIONS DE BASE

GUIDE D ORIENTATION AUX ORGANISATIONS DE BASE FONDS D APPUI AUX INITIATIVES RAPPROCHEES (FAIR) GUIDE D ORIENTATION AUX ORGANISATIONS DE BASE I. Contexte/justification II. Eligibilité des actions 1 III. IV. Eligibilité des demandeurs Durée d exécution

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS (SE4ALL): MODÈLE DE PROGRAMME D ACTION NATIONAL. Mars 2014

ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS (SE4ALL): MODÈLE DE PROGRAMME D ACTION NATIONAL. Mars 2014 ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS (SE4ALL): MODÈLE DE PROGRAMME D ACTION NATIONAL Mars 2014 Le présent modèle est destiné à orienter les Gouvernements et les partenaires de l initiative énergie durable pour tous

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations Turquie Traduction non officielle 1 de la Loi n o 5710 2 relative à la construction et à l exploitation de centrales nucléaires et à la vente de l énergie produite par ces centrales Date d adoption de

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA)

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION DE TROIS (3) SITES PILOTES POUR LA QUANTIFICATION DU STOCK DE CARBONE ET DU SUIVI DE SA DYNAMIQUE

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE ------------------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------------------------

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

TransÉnergie Gestion de projet durant la construction et contrôle de la qualité

TransÉnergie Gestion de projet durant la construction et contrôle de la qualité Évolution du budget de réalisation du projet de la 11 e Chute Description du poste budgétaire Coût de construction (incluant ingénierie pour construction) Budget étude d'impact Budget révisé août 2014

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Reforme Fiscale Environnementale

Reforme Fiscale Environnementale Reforme Fiscale Environnementale Une formation axée sur la pratique pour les décideurs politiques, responsables de l'administration, conseillers et représentants d ONG Page 1 Accreditation du Fonds Vert

Plus en détail

Les énergies nouvelles et renouvelables. Cas de l'énergie solaire:

Les énergies nouvelles et renouvelables. Cas de l'énergie solaire: Les énergies nouvelles et renouvelables. Cas de l'énergie solaire: Méthode simple de calcul et de choix des éléments d une installation photovoltaïque à usage domestique Bernard BASSEMEL Expert Ingénierie

Plus en détail

Dossier de présentation Hydr Open

Dossier de présentation Hydr Open Dossier de présentation Hydr Open Prix de l Ingénierie du futur 2015 Introduction Le projet consiste à développer une technologie libre de micro-turbine hydraulique pour l électrification rurale et de

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

rendement réel de formation et effectivite, examens et contrôles, l enseignement spécifique dans les domaines

rendement réel de formation et effectivite, examens et contrôles, l enseignement spécifique dans les domaines Centre de formation de Heftsiba 90 ans d expérience prouvée Introduction Dans un monde en constante évolution, rien ne saurait remplacer l étude. En effet, l importance des ressources humaines au sein

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 47-09 relative à l efficacité énergétique énergie, eau et environnement PREAMBULE n 47-09 relative à l efficacité énergétique

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991 CRITÈRES DE FINANCEMENT DES INTERVENTIONS DIRECTES DE LA PROVINCE AUTONOME DE BOLZANO DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT MAIS ÉGALEMENT À LA CULTURE DE LA PAIX ET DE LA SOLIDARITÉ Loi provinciale

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PAYS: MULTINATIONAL MEMORANDUM DE L ETUDE

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PAYS: MULTINATIONAL MEMORANDUM DE L ETUDE FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ETUDE DU PROJET D INTERCONNEXION DES RESEAUX ELECTRIQUES DU CAMEROUN ET DU TCHAD PAYS: MULTINATIONAL MEMORANDUM DE L ETUDE DEPARTEMENT ONEC Août 2013 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti

ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti ATELIER DE FORMATION: «ÉLABORATION DES DOCUMENTS DE PROJETS ET PROGRAMMES» CENTRE JEUNE AYITI 75, angle rues Faubert et Pinchinat, Pétion-Ville, Haïti 23 &24 octobre 2003 Prepared for: USAID/Haiti Contract

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Smart Grids, nos clients au cœur du réseau de demain ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Association Carbon AT, Nantes, le 16 avril 2013 Régis LE DREZEN Regis.le-drezen@erdf-grdf.fr Film

Plus en détail

Aperçu général de la nouvelle JICA

Aperçu général de la nouvelle JICA Aperçu général de la nouvelle JICA 1 Naissance de la nouvelle JICA : La plus grande agence de coopération bilatérale du monde L Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) va renaître le 1er

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER Colloque AQPER 2013 GÉRARD MOUNIER Directeur principal, Énergie et infrastructures Secteur Commercial 28 février 2013 SOMMAIRE La Banque Laurentienne

Plus en détail

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN)

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN) PROTECTION DE LA NAVIGATION PROTECTION DE LA NAVIGATION APERÇU MODÈLE LOGIQUE MISSION : Assurer la protection et la sécurité de la navigation en eaux canadiennes. OBJECTIFS : Faciliter l utilisation sûre

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Termes de référence. Appui au projet Développement des capacités des OCBs

Termes de référence. Appui au projet Développement des capacités des OCBs Contexte Termes de référence Appui au projet Développement des capacités des OCBs Le projet Développement des capacités des OCBs, appuyé par le PNUD et le SVF, a démarré en mars 2007 avec le recrutement

Plus en détail

Termes de Référence. Dans le cadre du mandat général, le Consultant devra réaliser les tâches qui suivent :

Termes de Référence. Dans le cadre du mandat général, le Consultant devra réaliser les tâches qui suivent : Termes de Référence La République Démocratique Congo (RDC) est engagée dans un processus de préparation au futur dispositif international de Réduction des Emissions liées à la Déforestation et à la Dégradation

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone. Présentation des projets de compensation carbone

Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone. Présentation des projets de compensation carbone Fondation GoodPlanet Programme Action Carbone Présentation des projets de compensation carbone Fondation GoodPlanet Mettre l écologie au cœur des consciences Fondée en juillet 2005 par Yann Arthus-Bertrand

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Le financement de long terme des projets du secteur public local

Le financement de long terme des projets du secteur public local Le financement de long terme des projets du secteur public local 2 3 1. Les missions du fonds d épargne Les missions du fonds d épargne Au sein de la Caisse des Dépôts, le fonds d épargne a pour missions

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES

POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES République du Sénégal Un peuple un but une foi POLITIQUE DES ENERGIES RENOUVELABLES février 2012 1 Introduction A l instar des autres pays du monde, le Sénégal s est engagé depuis quelques années dans

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

Les énergies renouvelables. Cas de l'énergie solaire:

Les énergies renouvelables. Cas de l'énergie solaire: Consultant Individuel Les énergies renouvelables. Cas de l'énergie solaire: Exposé d une méthode simple de calcul et de choix des équipements solaires pour une application domestique Bernard BASSEMEL Expert

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Évolution du budget de réalisation du projet de la 11 e Chute

Évolution du budget de réalisation du projet de la 11 e Chute Évolution du budget de réalisation du projet de la 11 e Chute Description du poste budgétaire Coût de construction (incluant ingénierie pour construction) Budget étude d'impact Budget révisé août 2014

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Termes de référence Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Programme : Programme de réforme et investissements dans le secteur de l eau

Plus en détail