Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles"

Transcription

1 Titre du rapport RAPPORT FINAL (PRÉLIMINAIRE) Les retombées économiques de l industrie acéricole au Québec et au Canada Rapport final Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) Novembre 2010 Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles ÉcoRessources 825, rue Consultants, Raoul-Jobin, for Québec (NOM DU (Québec) CLIENT) Canada G1N 1S , rue St-Alexandre, Montréal (Québec) Canada H2Z 1P8

2

3 Sommaire exécutif En 2009, les producteurs acéricoles, regroupés sur entreprises en production détentrices d un contingent, ont récolté 100 millions de livres et ont généré un chiffre d affaires de 276 millions de dollars (M$). La production acéricole québécoise a engendré emplois totaux (équivalents temps plein, ETP) et a créé 278 M$ en produit intérieur but (PIB). La région de Chaudière-Appalaches est la plus importante au Québec avec ETP et près de 71 M$ de PIB. L Estrie, le Bas-Saint-Laurent et la région Centre-du-Québec suivent en matière d emplois avec, en moyenne, 650 ETP. À l échelle canadienne, les activités de transformation de sirop d érable du Québec ont généré ETP, dont au Québec. En outre, la transformation québécoise a produit un PIB total de 211 M$ à l échelle canadienne dont 189 M$ pour la province de Québec. Quant au secteur des cabanes à sucre québécoises de type restaurant, il a généré emplois équivalents temps plein (ETP), dont ETP directs au Québec. Le secteur a engendré 189 M$ de PIB à l échelle canadienne dont 144 M$ au Québec. Ainsi, en 2009, la filière acéricole québécoise a créé emplois équivalents temps plein directs, indirects et induits au Canada, dont 87 % sont situés au Québec. Elle a engendré une richesse de 734 M$ au Canada, dont 610 M$ au Québec. Les revenus de taxation de la filière acéricole québécoise ont atteint 131 M$ pour l ensemble des paliers gouvernementaux, avant parafiscalité. La production acéricole des provinces de l Ontario, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle- Écosse a créé, au Canada, un PIB total additionnel de 44 M$ et 934 ETP. Ainsi, au total, l industrie acéricole canadienne a créé emplois directs et emplois totaux (directs, indirects et induits) au Canada en 2009, ainsi que 343 M$ de PIB direct et 778 M$ de PIB total. Les ETP directs créés par le secteur primaire acéricole québécois sont équivalents à environ emplois temporaires à temps plein (en incluant les exploitants agricoles) durant les 12 semaines où se concentrent les opérations acéricoles (entaillage, récolte et nettoyage). Cette étude compare également les bénéfices attendus d un investissement destiné à la production acéricole et un autre visant la production ligneuse. Dans la situation actuelle, il est plus rentable d exploiter une érablière en vue de produire du sirop d érable que d alimenter des usines de sciage; on prévoit que cette situation durera dans les prochaines années. Le fait que les résultats de modèles intersectoriels soient présentés avec des unités non arrondies ne reflète pas un degré de précision à l unité près. Il s agit d estimations reposant sur des hypothèses les plus réalistes possibles. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec i

4 Équipe Recherche, analyse et rédaction Louis-Samuel Jacques, ÉcoRessources, Directeur adjoint Marjolaine Mondon, ÉcoRessources, Analyste Jean Nolet, ÉcoRessources, Président Marcel LeBreton, EcoTec Consultants Maurice Doyon, Université Laval, Conseiller scientifique Michel Vincent, Groupe Del Degan Massé, Économiste Révision linguistique Alexandra Pilarski, Relectrice externe Mise en page Josée Messier, ÉcoRessources, Adjointe administrative Remerciements Cette étude n aurait pu être réalisée sans la collaboration de plusieurs intervenants, notamment le personnel de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ); l Association des restaurateurs de cabanes à sucres du Québec; les propriétaires de nombreuses cabanes à sucre de type restaurant; le personnel de nombreuses entreprises de transformation acéricole (acheteurs autorisés) et plusieurs répondants des autres provinces canadiennes produisant du sirop d érable, nommément : Ontario Maple Syrup Producers Association; Algoma Maple Syrup Producers Association; Association Acéricole du Nouveau-Brunswick; Maple Producers Association of Nova Scotia. L équipe de réalisation de cette étude leur est reconnaissante d avoir généreusement offert du temps, de l expertise et des données au bénéfice du secteur acéricole. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec ii

5 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF... I SIGLES ET ABRÉVIATIONS... VIII 1. INTRODUCTION STATISTIQUES SUR L INDUSTRIE ACÉRICOLE STATISTIQUES GÉNÉRALES PRODUCTION ACÉRICOLE POUR L ANNÉE DE RÉFÉRENCE CHOISIE, LA TRANSFORMATION ACÉRICOLE LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DU SECTEUR ACÉRICOLE QUÉBÉCOIS MÉTHODOLOGIE UTILISÉE DONNÉES UTILISÉES Secteur de la production Secteur de la transformation Secteur des cabanes à sucre de type restaurant RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DES CABANES À SUCRE QUÉBÉCOISES DE TYPE RESTAURANT SYNTHÈSE POUR L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE (PRODUCTION, TRANSFORMATION ET CABANES À SUCRE DE TYPE RESTAURANT) LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE DES AUTRES PROVINCES CANADIENNES PRODUCTRICES DE SIROP D ÉRABLE DONNÉES UTILISÉES LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE DES AUTRES PROVINCES PRODUCTRICES LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L INDUSTRIE ACÉRICOLE AU CANADA ANALYSE ET DISCUSSION ANALYSE MISES EN GARDE Incertitude reliée aux modèles utilisés Effets induits Décisions et hypothèses ponctuelles COMPARAISON DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L INDUSTRIE ACÉRICOLE ET DE L INDUSTRIE DU SCIAGE DE FEUILLUS MODÈLE INTERSECTORIEL ET INDUSTRIE DU SCIAGE DE FEUILLUS LA COMPARAISON DE LA RENTABILITÉ D INVESTISSEMENTS DANS LES ACTIVITÉS SYLVICOLES ET ACÉRICOLES CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE 1. DÉTAIL DES MODÈLES INTERSECTORIELS UTILISÉS ANNEXE 2. HYPOTHÈSES ET AJUSTEMENTS AUX STATISTIQUES DE PRODUCTION ANNEXE 3. RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES RÉGIONS EN MATIÈRE D EMPLOIS ET DE PIB ANNEXE 4. RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES EN MATIÈRE D EMPLOIS ET DE PIB ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec iii

6 ANNEXE 5. RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES EN MATIÈRE D EMPLOIS ET DE PIB ANNEXE 6. RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DU SECTEUR DES CABANES À SUCRE QUÉBÉCOISES DE TYPE RESTAURANT EN MATIÈRE D EMPLOIS ET DE PIB ANNEXE 7. RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES EN MATIÈRE D EMPLOIS ET DE PIB ANNEXE 8. RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE DE L ONTARIO, DU NOUVEAU- BRUNSWICK ET DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE EN MATIÈRE D EMPLOIS ET DE PIB ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec iv

7 Liste des tableaux TABLEAU 1. EMPLOIS DIRECTS EN ÉQUIVALENTS TEMPS PLEIN PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, TABLEAU 2. VENTES DE SIROP D ÉRABLE ET REVENUS TOTAUX, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, TABLEAU 3. EMPLOIS DIRECTS ET TOTAUX DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, TABLEAU 4. PIB DIRECT ET TOTAL DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, TABLEAU 5. PIB ET EMPLOIS TOTAUX DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, TABLEAU 6. REVENUS NETS DE TAXATION ET DE PARAFISCALITÉ GÉNÉRÉS PAR LA PRODUCTION ACÉRICOLE DU QUÉBEC EN 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 7. RETOMBÉES DE LA TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE AU QUÉBEC ET DANS L ENSEMBLE DU CANADA, TABLEAU 8. REVENUS DE TAXATION ET DE PARAFISCALITÉ GÉNÉRÉS PAR L ENSEMBLE DES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION ACÉRICOLE DU QUÉBEC, 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 9. PIB ET EMPLOIS TOTAUX DU SECTEUR DES CABANES À SUCRE QUÉBÉCOISES DE TYPE RESTAURANT DANS LES PROVINCES CANADIENNES, TABLEAU 10. REVENUS DE TAXATION ET DE PARAFISCALITÉ GÉNÉRÉS PAR LE SECTEUR DES CABANES À SUCRE QUÉBÉCOISES DE TYPE RESTAURANT, 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 11. EMPLOIS TOTAUX CRÉÉS PAR LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, TABLEAU 12. PIB TOTAL CRÉÉ PAR LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, TABLEAU 13. REVENUS DE TAXATION POUR LES GOUVERNEMENTS PROVENANT DE LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 14. DONNÉES D ENTRÉES POUR L ONTARIO, LE NOUVEAU-BRUNSWICK ET LA NOUVELLE- ÉCOSSE TABLEAU 15. PIB TOTAL ET EMPLOIS TOTAUX AU CANADA CRÉÉS PAR LA PRODUCTION ACÉRICOLE DES PROVINCES DE L ONTARIO, DU NOUVEAU-BRUNSWICK ET DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE, TABLEAU 16. REVENUS DE TAXATION ET DE PARAFISCALITÉ GÉNÉRÉS PAR LA PRODUCTION ACÉRICOLE DES PROVINCES DE L ONTARIO, DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE ET DU NOUVEAU- BRUNSWICK, 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 17. REVENUS DE TAXATION ET DE PARAFISCALITÉ GÉNÉRÉS PAR LA PRODUCTION ACÉRICOLE DES PROVINCES L ONTARIO, DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE ET DU NOUVEAU- BRUNSWICK DANS LES AUTRES PROVINCES CANADIENNES ET POUR L ENSEMBLE DU CANADA, 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 18. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS CRÉÉS PAR L INDUSTRIE ACÉRICOLE CANADIENNE, 2009 (EN ETP) TABLEAU 19. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT CRÉE PAR L INDUSTRIE ACÉRICOLE CANADIENNE, 2009 (EN $) TABLEAU 20. PARAMÈTRES AJUSTABLES COMPOSANT LE MODÈLE FINANCIER PERMETTANT DE COMPARER LA RENTABILITÉ ATTENDUE D INVESTISSEMENTS EN PRODUCTION ACÉRICOLE ET EN PRODUCTION DE FEUILLUS DE SCIAGE ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec v

8 TABLEAU 21. FLUX DE TRÉSORERIE DÉCOULANT D UN INVESTISSEMENT EN ACÉRICULTURE TABLEAU 22. FLUX DE TRÉSORERIE DÉCOULANT D UN INVESTISSEMENT EN SYLVICULTURE TABLEAU 23. NOMBRE D HEURES TRAVAILLÉES PAR TYPE D ENTREPRISE PAR ANNÉE TABLEAU 24. AJUSTEMENT DES AMORTISSEMENTS POUR LE MODÈLE TABLEAU 25. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, 2009 (EN ETP) TABLEAU 26. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, 2009 ($) TABLEAU 27. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, 2009 (EN ETP) TABLEAU 28. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, 2009 ($) TABLEAU 29. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DES ACTIVITÉS DE PREMIÈRE TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, 2009 (EN ETP) TABLEAU 30. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DES ACTIVITÉS DE SECONDE TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, 2009 (EN ETP) TABLEAU 31. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS DE PREMIÈRE TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, 2009 ($) TABLEAU 32. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS DE SECONDE TRANSFORMATION ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE DANS LES PROVINCES CANADIENNES, 2009 ($) TABLEAU 33. REVENUS DE TAXATION ET DE PARAFISCALITÉ GÉNÉRÉS PAR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION ACÉRICOLE DU QUÉBEC EN 2009 (EN MILLIONS DE $) TABLEAU 34. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DU SECTEUR DES CABANES À SUCRE QUÉBÉCOISES DE TYPE RESTAURANT, 2009 (EN ETP) TABLEAU 35. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT DU SECTEUR DES CABANES À SUCRE QUÉBÉCOISES DE TYPE RESTAURANT, 2009 ($) TABLEAU 36. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DE L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE (PRODUCTION, PREMIÈRE ET SECONDE TRANSFORMATION ET CABANES À SUCRE DE TYPE RESTAURANT), 2009 (EN ETP) TABLEAU 37. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT CRÉÉS PAR L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ACÉRICOLE QUÉBÉCOISE (PRODUCTION, PREMIÈRE ET SECONDE TRANSFORMATION ET CABANES À SUCRE DE TYPE RESTAURANT), 2009 ($) TABLEAU 38. EMPLOIS DIRECTS, INDIRECTS ET INDUITS DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE DE L ONTARIO, DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE ET DU NOUVEAU-BRUNSWICK, 2009 (EN ETP) TABLEAU 39. PIB DIRECT, INDIRECT ET INDUIT DE LA PRODUCTION ACÉRICOLE DE L ONTARIO, DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE ET DU NOUVEAU-BRUNSWICK, 2009 ($) ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec vi

9 Liste des figures FIGURE 1. ÉVOLUTION DE LA PART DE PRODUCTION DE SIROP D ÉRABLE DU QUÉBEC, DES ÉTATS- UNIS ET DES AUTRES PROVINCES CANADIENNES ET PRODUCTION TOTALE DE 1990 À FIGURE 2. ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION QUÉBÉCOISE EN VOLUME ET EN VALEUR ET DES EXPORTATIONS EN VOLUME ENTRE 1980 ET FIGURE 3. RÉPARTITION DU NOMBRE D ENTREPRISES ACÉRICOLES PAR RÉGION ADMINISTRATIVE DE PRODUCTION, FIGURE 4. PRODUCTION ET NOMBRE D ENTAILLES PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, FIGURE 5. PRODUCTION MOYENNE PAR ENTREPRISE ET NOMBRE D ENTAILLES DÉCLARÉES PAR ENTREPRISE, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, FIGURE 6. PRODUCTION ANNUELLE DE SCIAGE DE FEUILLUS AU QUÉBEC ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec vii

10 Sigles et abréviations $/lb : dollars par livre CSA : Cadre stratégique agricole ETP : Équivalents temps plein FPAQ : Fédération des producteurs acéricoles du Québec ISQ : Institut de la statistique du Québec M$ : Millions de dollars MAPAQ : ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation du Québec PIB : Produit intérieur brut PICAA : Programme international du Canada pour l'agriculture et l'alimentation PMC : Propension moyenne à consommer VAN : Valeur actuelle nette ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec viii

11 1. Introduction Dans la dernière décennie, la filière acéricole s est beaucoup professionnalisée. Les surplus de sirop d érable, qui ont fait les manchettes il y a quelques années, ont été écoulés. La croissance de l offre a même permis d augmenter les contingents ces dernières années. De plus, de nombreuses opportunités continuent de se présenter au secteur : croissance générale des marchés d exportation, malgré un taux de change défavorable; investissements possibles dans le développement de la forêt publique; développement de la deuxième et de la troisième transformation; etc. Ces phénomènes sont d autant plus remarquables compte tenu du contexte difficile des secteurs agricole et forestier. Bien que l acériculture ait fortement progressé au cours des dernières années, sa contribution économique à l échelle québécoise et canadienne est peu documentée. En effet, les dernières études de retombées économiques datent de la fin des années 90. C est dans ce contexte que cette étude tentera de répondre aux questions suivantes : Quelles sont les retombées économiques de la production et de la transformation acéricoles au Québec et dans les différentes régions du Québec, en matière d emplois, de PIB et de revenus fiscaux? Quelles sont les retombées économiques des cabanes à sucre québécoises qui offrent des repas typiques durant le temps des sucres? Quelles sont les retombées économiques de la production acéricole canadienne? Comment se comparent ces retombées à celles des activités forestières? Le chapitre 2 met en contexte l industrie acéricole du Québec et expose les principaux indicateurs de l industrie en Le chapitre 3 présente les hypothèses et les résultats des retombées économiques de la production et de la transformation acéricole du Québec ainsi que celles du secteur des cabanes à sucre de type restaurant. Le chapitre 4 présente les retombées économiques de la production acéricole dans les autres provinces canadiennes. Le chapitre 5 fournit les résultats des retombées économiques de l industrie acéricole au Canada. Le chapitre 6 les analyse et les met en perspective. Le chapitre 7 compare la rentabilité des activités forestières québécoises avec celle des activités acéricoles. Mise en garde Le fait que les résultats de modèles intersectoriels soient présentés avec des unités non arrondies ne reflète pas un degré de précision à l unité près. Il s agit d estimations reposant sur des hypothèses les plus réalistes possibles. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 1

12 2. Statistiques sur l industrie acéricole 2.1 Statistiques générales En 2009, selon les données de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ), le Québec comptait plus de producteurs acéricoles regroupés sur entreprises détenteurs d un contingent. Cette même année, l acériculture au Québec a généré un chiffre d affaires estimé à 276 M$ avec une récolte évaluée à plus de 100 millions de livres. Le Québec a ainsi produit 94 % de la production canadienne de sirop d érable et 71 % de la production mondiale. Par ailleurs, selon les données du ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation du Québec (MAPAQ), la province compte 320 cabanes à sucre de type restaurant. L évolution de la production québécoise de sirop d érable est ponctuée de hausses et de baisses régulières. Deux facteurs affectent le niveau de production, soit la hausse du nombre d entailles et les variations naturelles annuelles. Ainsi, la production québécoise a presque doublé de 2008 à 2009, principalement grâce aux variations naturelles. Malgré les variations annuelles qui peuvent être importantes, une tendance à la hausse de la production totale est perceptible depuis 1990, comme l illustre la Figure 1. Cette figure indique également que le Québec a produit entre 65 et 82 % de la production mondiale au cours des 20 dernières années. FIGURE 1. ÉVOLUTION DE LA PART DE PRODUCTION DE SIROP D ÉRABLE DU QUÉBEC, DES ÉTATS-UNIS ET DES AUTRES PROVINCES CANADIENNES ET PRODUCTION TOTALE DE 1990 À 2009 Source : Graphique réalisé à partir des données de la FPAQ (2009), compilation ÉcoRessources Consultants. Plus spécifiquement, alors que le volume de production mondiale a augmenté de 165 % entre 1990 et 2009, la production québécoise, quant à elle, a cru de 190 %. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 2

13 La valeur de la production québécoise a suivi cette croissance, passant de 30,9 M$ en 1980 à 276 M$ en Le prix pondéré du sirop d érable est lui aussi en croissance régulière depuis les années 1980 : il est passé de 0,97 dollar par livre ($/lb) en 1980 à 2,72 $/lb en FIGURE 2. ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION QUÉBÉCOISE EN VOLUME ET EN VALEUR ET DES EXPORTATIONS EN VOLUME ENTRE 1980 ET 2009 Source : Graphique réalisé à partir des de la FPAQ (2009), compilation ÉcoRessources Consultants. Les exportations canadiennes de sirop d érable sont passées, quant à elles, de 13 millions de livres en 1980 à 75,3 millions de livres en Les États-Unis sont les premiers acheteurs de sirop canadien avec 66,8 % des parts de marché en valeur en 2008, suivis par le Japon avec 10,5 % du marché. Selon les données disponibles les plus récentes, fin 2009, les exportations canadiennes de sirop d érable s élevaient à 89,5 millions de livres. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 3

14 2.2 Production acéricole pour l année de référence choisie, 2009 En 2009, entreprises sous contingentement ont produit du sirop d érable au Québec. Parmi celles-ci, 63 % exploitaient entre 0 et entailles en production, 30 % entre et entailles en production et un peu plus de 6 % exploitaient plus de entailles en production. Ces entreprises étaient situées dans 13 régions administratives (comprenant toutes les régions du Québec excepté Montréal, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec où aucune érablière n est répertoriée, de même que les régions de Laval et du Saguenay-Lac-Saint-Jean où aucune entreprise avec contingent n était en production en 2009). En outre, plus de la moitié des entreprises en production étaient situées en Chaudière-Appalaches; 12 % dans le Centre-du- Québec; 11 % en Estrie et 8,5 % et dans le Bas-Saint-Laurent. La Figure 3 illustre la répartition des entreprises acéricoles au sein des 13 régions québécoises qui produisaient du sirop d érable en Notons que les régions de Montréal et des Laurentides ont été regroupées aux fins d analyse. FIGURE 3. RÉPARTITION DU NOMBRE D ENTREPRISES ACÉRICOLES PAR RÉGION ADMINISTRATIVE DE PRODUCTION, 2009 Source : Graphique réalisé à partir des données de la FPAQ (2010), compilation ÉcoRessources Consultants. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 4

15 La Figure 4 illustre le nombre total d entailles par région et la production totale de sirop d érable dans chaque région administrative du Québec. Encore une fois, à ce chapitre, les régions de Chaudière-Appalaches; du Centre-du-Québec; de l Estrie et du Bas-Saint-Laurent se démarquent par un nombre d entailles et une production totale supérieurs à la moyenne québécoise. FIGURE 4. PRODUCTION ET NOMBRE D ENTAILLES PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, 2009 Source : Graphique réalisé à partir des données de la FPAQ (2010), compilation ÉcoRessources Consultants. Note : L axe de gauche correspond à la production totale de sirop par région et à la production moyenne de sirop par région. L axe de droite correspond au nombre total d entailles et au nombre moyen d entailles par région. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 5

16 La Figure 5 illustre le nombre moyen d entailles ainsi que la production moyenne par entreprise, dans chaque région administrative en Dans ce cas précis, les régions de la Gaspésie-Îlesde-la-Madeleine, du Bas-Saint-Laurent, de l Outaouais et de l Estrie ont une taille moyenne, exprimée par entaille et production par entreprise, supérieure à la moyenne québécoise. FIGURE 5. PRODUCTION MOYENNE PAR ENTREPRISE ET NOMBRE D ENTAILLES DÉCLARÉES PAR ENTREPRISE, PAR RÉGION ADMINISTRATIVE, 2009 Source : Graphique réalisé à partir des données de la FPAQ (2010), compilation ÉcoRessources Consultants. Note : L axe de gauche correspond à la production totale de sirop par entreprise et à la production moyenne de sirop par entreprise. L axe de droite correspond au nombre d entailles par entreprise et au nombre moyen d entailles par entreprise. Plus spécifiquement : Les régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec sont les deux régions où l on compte le plus grand nombre d entreprises acéricoles, avec respectivement 17,2 et 4,4 millions d entailles. Toutefois, la production moyenne des entreprises de ces deux régions ( livres/entreprise en Chaudière-Appalaches et livres/entreprise dans le Centre-du-Québec) est inférieure à la moyenne québécoise de livres/entreprise. Les entreprises du Bas-Saint-Laurent ( livres/entreprise) produisaient, en moyenne, trois fois plus de sirop d érable que celles de Chaudière-Appalaches ( livres/entreprise). La Montérégie comprenait sensiblement le même nombre d entreprises que le Bas-Saint- Laurent, mais elle comptabilisait seulement 2,6 millions d entailles comparativement à 7,6 millions. Les entreprises en Estrie géraient plus de 6 millions d entailles et elles avaient une production moyenne légèrement supérieure à la moyenne provinciale. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 6

17 Malgré leurs petits effectifs, les producteurs du Bas-Saint-Laurent sont ceux qui possèdent, en moyenne, le plus grand nombre d entailles par entreprise ( entailles/entreprise), soit une fois et demie la moyenne provinciale (8 511 entailles/entreprise). Les producteurs de Chaudière- Appalaches sont très nombreux mais ils représentent aussi ceux qui possèdent le deuxième plus petit nombre d entailles en moyenne (5 013 entailles/entreprise). Ainsi, seules les entreprises de Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine, du Bas-Saint-Laurent, de l Outaouais et de l Estrie ont une production moyenne par entreprise supérieure à la moyenne provinciale. Par ailleurs, seules les régions du Bas-Saint-Laurent, du Centre-du-Québec, de l Estrie et de Chaudière-Appalaches dépassent la moyenne provinciale du nombre d entailles par région. 2.3 La transformation acéricole Aux fins de la présente étude, le secteur de la transformation acéricole se compose de trois niveaux de transformation : 1. La première transformation regroupe les activités de mise en barils ou en contenants de quatre litres ou moins, du sirop d érable pour le marché de détail; 2. La seconde transformation réfère à la production de produits transformés où le sirop d érable constitue le seul ingrédient tel que la tire, le beurre, la gelée et le sucre d érable; 3. La troisième transformation consiste à produire des aliments dans lesquels le sirop d érable et ses dérivés sont des ingrédients. Selon les dispositions du plan conjoint, les producteurs acéricoles peuvent vendre leur production par l intermédiaire de trois canaux : au détail, à la ferme (directement au consommateur); au détail, grâce à un intermédiaire (épiceries, dépanneurs, restaurants, etc.); par l agence de vente de la Fédération (sirop en vrac en baril de 5 litres et plus). Dans ce dernier cas, seuls les acheteurs autorisés par la Fédération peuvent recevoir le sirop de ce canal de vente. Les acheteurs autorisés conditionnent ou redistribuent les produits acéricoles en vrac ou préemballés pour le marché national ou pour l exportation. En 2009, 94 acheteurs étaient autorisés à acheter du sirop en grand contenant et 93 % du sirop d érable a été vendu en contenants en vrac, soit un peu plus de 93 millions de livres (FPAQ). Selon les données du MAPAQ (2006), il existait au Québec en 2006 une soixantaine d entreprises de seconde transformation du sirop d érable ainsi qu une douzaine d entreprises actives dans la troisième transformation. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 7

18 3. Les retombées économiques du secteur acéricole québécois 3.1 Méthodologie utilisée Les retombées économiques du secteur acéricole sont estimées à l aide du modèle intersectoriel. Ce type de modèle est couramment utilisé pour calculer les bénéfices (ou pertes) générés dans l économie par une hausse ou une baisse des dépenses, également surnommés «choc» dans l économie. Ce choc est typiquement représenté par les dépenses des consommateurs ou les activités d une industrie telle que l agriculture. Avant de détailler davantage les modèles utilisés pour estimer les retombées économiques, certains concepts clés sont définis ci-dessous afin de faciliter la compréhension des résultats. Définitions des concepts-clés Impacts directs Les emplois directs, pour un secteur productif tel que l acériculture, sont les employés de ce secteur (ouvriers spécialisés ou employés des usines de transformation). Ils incluent également la main-d œuvre familiale. La valeur ajoutée directe (c est-à-dire la contribution de cette filière au produit intérieur brut du Québec) est donc l ensemble de la rémunération des facteurs de production 1 de ce secteur. Impacts indirects Les retombées économiques indirectes sont celles qui résultent des achats de biens et services entre les entreprises. Par exemple, l entreprise acéricole qui achète des équipements génère un impact indirect. Par ailleurs, les achats faits par le vendeur d équipements pour qu il puisse effectuer ses opérations, tels l achat de carburants, d assurances, etc., représentent aussi des impacts indirects. Impacts induits Les retombées économiques induites sont générées par les dépenses des consommateurs (agriculteurs, ouvriers agricoles, travailleurs d usines de transformation, camionneurs, etc.) qui travaillent grâce aux dépenses du secteur acéricole québécois. Puisque les dépenses de consommation représentent plus de 60 % de l économie canadienne et québécoise, il est important d estimer les impacts induits afin d avoir une vue d ensemble complète de toutes les retombées économiques. Impacts totaux : un portrait complet des retombées économiques Les impacts totaux sont la somme des impacts directs, indirects et induits, calculés par les différents modèles utilisés dans ce rapport. Ces statistiques fournissent ainsi un portrait complet des retombées économiques générées par les dépenses initiales utilisées pour démarrer la simulation. 1 La rémunération des facteurs de production comprend les salaires et les charges sociales, les taxes indirectes (taxes de vente et taxes à la production), la dépréciation et les profits avant impôts. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 8

19 Modèles utilisés Les retombées économiques directes et indirectes générées par l agriculture au Québec, sont estimées, en partie, à l aide du CD-ROM «Les tableaux d impact économique du modèle intersectoriel du Québec» produit par l Institut de la statistique du Québec (ISQ). Les retombées induites sont estimées à l aide du modèle Dynatec 2009 d EcoTec Consultants. Ce modèle est aussi utilisé pour ventiler toutes les retombées économiques par région administrative de la production et de la transformation du secteur acéricole. L Annexe 1 donne plus de détails sur ces outils. 3.2 Données utilisées Les retombées économiques de l acériculture sont calculées à partir de données détaillées de production et de transformation de sirop au Québec et dans les régions. Pour réaliser les simulations, les modèles d entrées-sorties utilisés ont été alimentés avec certaines données sur l emploi, ainsi que les estimations de dépenses et de ventes totales, ventilées par les postes de dépenses et de revenus. Cette section détaille la méthode employée pour estimer ces données tant pour la production que pour la transformation Secteur de la production Les dépenses et revenus ventilés ont été calculés à partir de deux sources de données principales : La base de données de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, qui contient le nombre d entreprises acéricoles, le nombre d entailles par entreprise et la production de sirop pour l ensemble du Québec et les régions administratives; Le coût de production le plus récent (MAPAQ, 2005), qui détaille les dépenses moyennes des entreprises acéricoles en sept strates de grosseur différentes (2 000 à entailles, à entailles, à entailles, à entailles, à entailles, à entailles et entailles et plus). Les postes de dépenses ont été mis à jour ou indexés en dollars de 2009 à l aide de l Indice des prix à la consommation annuel publié par l ISQ. La plupart des dépenses et des revenus ont donc été estimés en croisant l information de ces deux sources de données, soit en multipliant le nombre d entreprises de chaque strate et de chaque région par les postes de dépenses. Des ajustements ont parfois dû être apportés à la méthode pour augmenter la précision ou pour les rendre utilisables dans cette étude. L Annexe 2 fournit les détails de ces ajustements. Sans décrire ici l ensemble des ajustements apportés, mentionnons que l enquête sur les coûts de production a nécessité le plus d ajustements possible, à cause de sa nature comptable. En effet, la présente étude s intéresse aux activités ayant des répercussions économiques et non sur un calcul comptable. Ainsi, le travail familial non rémunéré fait partie du calcul de coût de production mais l inclure dans un contexte de retombées économiques aurait été erroné : aucune somme d argent n a été transférée, par conséquent, aucune somme d argent ne peut être dépensée de nouveau et ainsi de suite. Son inclusion surévaluerait donc les effets induits de l acériculture. Le poste «travail familial non rémunéré» est donc nul pour notre étude. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 9

20 Notons que cela n affecte en rien les revenus de l activité production acéricole, mais seulement la ventilation des dépenses. De même, le calcul de coût de production inclut un salaire pour l exploitant reposant sur le salaire du travailleur spécialisé et sur le nombre d heures consacrées à l acériculture. L application de ce salaire cause, pour de nombreuses régions, un déficit régional important, notamment dans les régions ayant des exploitations moyennes plus petites. D un point de vue intersectoriel, cela signifie un effet direct négatif (destruction de richesse), et de très importants effets indirects et induits. Cela nous semble fort improbable pour les raisons suivantes : Sur la période étudiée (2009), les producteurs ont reçu un prix élevé pour le sirop d érable; Les intervenants s entendent pour indiquer qu il s agit d une activité lucrative, pour la période étudiée; Les plus petites entreprises ne sont pas spécialisées et le revenu principal ne provient pas de l acériculture; Nous considérons donc que le coût d opportunité des exploitants d entreprises non spécialisées n est pas le même que celui des entreprises spécialisées, contrairement à ce que représente le domaine comptable du coût de production. Afin d évaluer les retombées économiques de l activité de production acéricole, nous avons donc ajusté les dépenses acéricoles de la façon suivante : dans les régions déficitaires, nous avons soustrait la valeur absolue du déficit total pour la région de la valeur du salaire de l exploitant afin de ramener le déficit à zéro. L effet est simplement une nouvelle répartition des revenus globaux au sein du modèle intersectoriel. En effet, la réduction des salaires réduit ou élimine le déficit. Cet ajustement a été nécessaire pour toutes les régions sauf le Bas-Saint- Laurent, l Estrie, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et l Outaouais. ÉcoRessources Consultants, pour la Fédération des producteurs acéricoles du Québec 10

Les retombées économiques de l industrie laitière au Canada. Rapport final. Les Producteurs laitiers du Canada

Les retombées économiques de l industrie laitière au Canada. Rapport final. Les Producteurs laitiers du Canada Rapport final Les Producteurs laitiers du Canada Mars 2011 Faits saillants Le secteur laitier constitue une des plus importantes filières agricoles au Canada. Les 12 965 fermes laitières du pays ont enregistré

Plus en détail

Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles

Experts en économie de l'environnement et des ressources naturelles Titre du rapport (PRÉLIMINAIRE) Retombées économiques de l agriculture pour le Québec et ses régions Rapport final Préparé pour : L Union des producteurs agricoles (UPA) 5 novembre 2009 Experts en économie

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Plan de présentation Mission du FAQDD Programmation III Programme Actions en développement durable Programme Partenariat

Plus en détail

Étude de retombées économiques de la desserte au gaz naturel, Lévis Saint-Damien, MRC de Bellechasse Rapport présenté à la Coalition gaz naturel

Étude de retombées économiques de la desserte au gaz naturel, Lévis Saint-Damien, MRC de Bellechasse Rapport présenté à la Coalition gaz naturel Étude de retombées économiques de la desserte au gaz naturel, Lévis Saint-Damien, MRC de Bellechasse Rapport présenté à la Coalition gaz naturel Bellechasse Octobre 2014 Sommaire : Cette étude s inscrit

Plus en détail

COMPTABILITÉ ACÉRICOLE

COMPTABILITÉ ACÉRICOLE COMPTABILITÉ ACÉRICOLE 20 Nom de l entreprise Sylvie Raymond, agronome Conseillère en gestion MAPAQ Direction régionale du Bas-Saint-Laurent NOTE AU LECTEUR Le but de ce document est de fournir un outil

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat Cartographie des employés, un aéroport en plein essor faits saillants Organismes et entreprises Près de 30 entreprises et organismes établis sur le site de l aéroport 3 700 emplois directs au sein de ces

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Essence ordinaire PRIX MOYEN AFFICHÉ

Essence ordinaire PRIX MOYEN AFFICHÉ PRIX MOYEN AFFICHÉ 2014 Prix moyen affiché - hebdomadaire janvier à mars page 2 avril à juin page 3 juillet à septembre page 4 octobre à décembre page 5 Prix moyen affiché - mensuel janvier à décembre

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

Impôt des particuliers 2014 1

Impôt des particuliers 2014 1 Impôt des particuliers 0 Impôt des particuliers 0 TABLEAU P QUÉBEC (0) TABLE D IMPÔT Revenu Impôt Taux Taux marginal imposable Fédéral Québec Total effectif Fédéral Québec Total $ $ $ $ 0 000 - - - 0,0

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Alain Pouliot Vice-président Assurances et protection du revenu Sommaire Évolution des coûts ASRA Orientations

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 La fiscalité des particuliers au Québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Analyse transversale Portraits régionaux des entreprises d économie sociale en aide domestique

Analyse transversale Portraits régionaux des entreprises d économie sociale en aide domestique Analyse transversale Portraits régionaux des entreprises d économie sociale en aide domestique Déposée au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire Avril 2011 Analyse

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

LES PROGRAMMES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC EN ACÉRICULTURE

LES PROGRAMMES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC EN ACÉRICULTURE LES PROGRAMMES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC EN ACÉRICULTURE 1. Contexte La Financière agricole contribue au développement économique du Québec et de ses régions. Elle offre une gamme d'outils financiers

Plus en détail

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides Présentation des résultats Sant-Jérôme, septembre 2014 Marcel LeBreton Bac et maîtrise

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Le présent bulletin d information vise à rendre publiques les mesures fiscales annoncées par le ministre

Plus en détail

Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent

Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent Le 15 août 2013 ISBN : 978-2-922731-61-3 (imprimé) ISBN : 978-2-911731-62-0 (PDF) Dépôt légal, 3 e trimestre

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie 100 e édition En vigueur le 1 er janvier 2015 T4127(F) Rév. 15 Ce guide s adresse-t-il à vous? Utilisez ce guide si vous êtes un développeur

Plus en détail

Électriciens industriels (CNP 7242)

Électriciens industriels (CNP 7242) Électriciens industriels (CNP 7242) Description de la profession Les électriciens industriels sont regroupés sous le code 7242 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Deux des mesures fiscales annoncées le 2 décembre 2014 1. Bonification de 800 000 $ à 1 million de dollars de l exonération des gains en capital sur les

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,4 Indemnité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,4 Indemnité Page 1 Date de mise à jour : 2014-05-05 1 INDEMNITÉ EN BAISSE DE RENDEMENT Pour le sirop d érable, les pertes encourues sont indemnisables en baisse de rendement seulement. Une indemnité en baisse de rendement

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 Portrait sommaire de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 ÉVOLUTION ET CARACTÉRISTIQUES DE L EFFECTIF INFIRMIER Inscription au Tableau de l OIIQ Le nombre de membres se maintient à plus de 72 000 Le

Plus en détail

Communiqué fiscal. Ce mécanisme était disponible aux particuliers ainsi qu à certaines fiducies et sociétés de personnes.

Communiqué fiscal. Ce mécanisme était disponible aux particuliers ainsi qu à certaines fiducies et sociétés de personnes. Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Pendant la période des impôts des particuliers, plusieurs clients nous ont questionnés sur les conséquences du choix de 1994 à l égard de certains biens

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014

Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014 Actualité juridique Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014 Décembre 2014 Fiscalité Le ministre des Finances du Québec, M. Carlos Leitão,

Plus en détail

Développement du secteur de chevreau de boucherie

Développement du secteur de chevreau de boucherie Consultants en économie, spécialisés en agriculture, en agroalimentaire et en énergie Développement du secteur de chevreau de boucherie Rapport final présenté au Syndicat des producteurs de chèvres du

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec 555, boul. René-Lévesque O. 9 e étage Montréal (Québec) H2Z 1B1 CANADA (514) 861-0809 Télécopieur (514) 861-0881 Internet info@zba.ca Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec Rapport final

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE Présentation au SEPB Par Marie Josée Naud, conseillère à la FTQ L état des lieux au Canada 2 Les cinq étages du système de retraite canadien

Plus en détail

Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal. Rapport final

Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal. Rapport final Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal Rapport final 29 juillet 2015 1 Estimation du nombre d emplois de la filière éolienne dans la région de Montréal Sommaire

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014)

ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014) ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014) P R A T I Q U E S T A R I F A I R E S D E S M E M B R E S D E L A S A T Q E T N I V E A U D A C C E P T A B I L I T É D E S P R I X C H E Z

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 3 PROFIL DES RÉPONDANTS... 4 PROVENANCE DES FORMATIONS... 5 SATISFACTION À L ÉGARD DE LA FORMATION...

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Rôle de l entreprise autochtone en matière de perception des taxes.

Rôle de l entreprise autochtone en matière de perception des taxes. Rôle de l entreprise autochtone en matière de perception des taxes. TPS/TVH-TVQ Revenu Québec 31 Août 2011 Direction générale des entreprises Plan de la présentation Mise en contexte... 3 Définitions...

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA)

Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA) ASSOCIATION CANADIENNE DE SÉCURITÉ AGRICOLE (ACSA) Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA) LIGNES DIRECTRICES pour la préparation du rapport final du projet

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Édition 2013. La croissance du revenu disponible a ralenti au Québec

Édition 2013. La croissance du revenu disponible a ralenti au Québec Édition 2013 Le revenu disponible des ménages, tout comme le PIB, est un agrégat du Système de comptabilité nationale canadien qui permet de mieux saisir l évolution économique d un territoire. Il correspond

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES MESURES FISCALES POUR LES À LA COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ QUÉBÉCOISE

MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES MESURES FISCALES POUR LES À LA COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ QUÉBÉCOISE MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES À LA COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ QUÉBÉCOISE MESURES FISCALES POUR LES ENTREPRISES AGRICOLES ET FORESTIÈRES LE 10 OCTOBRE 2014 ISBN 978-2-89556-140-8

Plus en détail

La dette. du gouvernement du Québec

La dette. du gouvernement du Québec La dette du gouvernement du Québec La dette du gouvernement du Québec Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec Décembre 2007 ISBN 978-2-550-51547-0 (Imprimé) ISBN 978-2-550-51548-7 (PDF)

Plus en détail

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

Les indicateurs du Cégep@distance

Les indicateurs du Cégep@distance Les indicateurs du Cégep@distance Caractéristiques de la population étudiante et cheminement scolaire Tableaux de bord 2004-2005 et 2005-2006 Mars 2007 Recherche et rédaction Lyne Forcier et Mireille Laforest

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Grand sondage régional Étude quantitative 25 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public

Plus en détail

COMPTABILITÉ DE GESTION

COMPTABILITÉ DE GESTION COMPTABILITÉ DE GESTION Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : septembre 1997 Réédité par la Direction

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Des milliers d emplois à l horizon

Des milliers d emplois à l horizon Des milliers d emplois à l horizon Journée annuelle d admission en formation professionnelle - 17 novembre 2010 Présentation o CSMO-Auto en quelques mots o Portrait de l industrie des services automobiles

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Rapport d enquête L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Secteur de formation Santé Rapport d enquête L

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage TABLE DES MATIÈRES Démarrer votre entreprise.................................................................................... 3 Choisir

Plus en détail

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires La trousse d identification des mandataires La Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ)

Plus en détail

Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l.

Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Bulletin Fiscalité Mars 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Ontario : Élimination de la taxe de vente provinciale à compter du 1 er juillet 2010 et harmonisation avec la TPS fédérale Ottawa

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

PLAN COMPTABLE ET ÉTATS FINANCIERS POUR COMPTABILITÉ DE GESTION

PLAN COMPTABLE ET ÉTATS FINANCIERS POUR COMPTABILITÉ DE GESTION PLAN COMPTABLE ET ÉTATS FINANCIERS POUR COMPTABILITÉ DE GESTION Direction du développement des entreprises Préparé par Louis Faucher et Jacques Villeneuve Conseillers en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Si les répercussions économiques annuelles devaient se prolonger à long terme, et compte tenu du potentiel

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Demande de licence. de bingo en salle seul. Guide. Formulaire de demande de licence. Annexe A Déclaration annuelle de l organisme

Demande de licence. de bingo en salle seul. Guide. Formulaire de demande de licence. Annexe A Déclaration annuelle de l organisme Demande de licence de bingo en salle seul Guide Formulaire de demande de licence Annexe A Déclaration annuelle de l organisme Annexe A.1 Déclaration annuelle des personnes liées à l organisme Annexe B

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail