1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES"

Transcription

1 AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme du suivi de la qualité des eaux des cours de Haute-Savoie (affluents de l Arve). Il fait suite à un premier bilan réalisé en 2003, déjà réalisé en concertation étroite avec l Agence de l Eau et la Direction Régionale de l Environnement. Il poursuit deux objectifs : évaluer l évolution de la qualité des affluents de l Arve entre 2003 et 2007 et aider la réflexion sur le projet de SAGE sur le bassin versant de l Arve. Cette étude a été menée dans le but : De compléter les informations obtenues dans le cadre du Réseau National de bassin (RNB, suivi annuel) et du réseau complémentaire de bassin (RCB, suivi tous les 2 ans) De disposer de résultats utiles pour décider du choix des priorités à faire dans le cadre des programmations annuelles (et notamment en matière d assainissement) De disposer de résultats pour évaluer les effets des investissements financés (notamment dans le domaine de l assainissement, dans le cadre des contrats de rivière ou de milieux) 1. APPROCHE METHODOLOGIQUE Une attention particulière a été apportée au respect des normes et des protocoles, à chacune des étapes de l étude, notamment au niveau : des conditions de réalisation des prestations de terrain (mesures in situ, prélèvements de macroinvertébrés benthiques, d eau brute et de bryophytes) du conditionnement et du transport des échantillons des analyses physico-chimiques sur eau et sur bryophytes : celles-ci ont été confiées au Laboratoire EUROFINS 1.1. CHOIX ET LOCALISATION DES STATIONS Les stations de mesure ont été définies préalablement sur chaque cours d eau par le Conseil Général de Haute-Savoie. Une prospection préliminaire de terrain a permis de valider le choix de ces stations, en terme d accès et de réalisation des prestations demandées (prélèvements IBGN, jaugeages ). ASCONIT Consultants

2 Bassins Sous-bassins nom rivière Nom station nom commune Justificatif Autres affluents rive droite Ugine Ugine UGIN1 Passy Référence amont Ugine Ugine UGIN2 Passy Fermeture Bassin Versant, amont pisciculture Gron Gron GRON Magland Fermeture Bassin Versant, effet des Carroz Rots Rots ROTS1 Magland impact Araches Rots Rots ROTS2 Magland Fermeture Bassin Versant Fermeture Ugine Ugine UGIN2 bis Passy Bassin Versant, aval pisciculture 1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES Le tableau suivant présente les types d analyses réalisées pour chacune des stations étudiées lors de la première campagne (été 2007) et pour la deuxième campagne (hiver 2008). A noter que la physico-chimie (PC) porte sur le compartiment eau (analyses de laboratoire et mesures de terrain) ainsi que la minéralisation. La recherche des métaux a porté sur le compartiment «bryophyte». A noter que l ensemble des stations qui ont été prospectées (prélèvements d eau et/ou de faune invertébrée dans le cadre d IBGN) ont fait l objet d un jaugeage (relevé des profondeurs et des vitesses de courant afin d évaluer le débit instantané). L évaluation de débits permet de caractériser les conditions hydrologiques dans lesquelles se sont déroulées les campagnes de mesures. Nom rivière Nom station PC été PC hiver IBGN été IBGN hiver Minéralisation été Ugine UGIN Ugine UGIN Gron GRON Rots ROTS Rots ROTS Ugine UGIN2 bis Minéralisation hiver ASCONIT Consultants

3 1.3. LES DESCRIPTEURS UTILISES ET LEUR INTERPRETATION Le diagnostic global de la qualité des cours d eau est réalisé selon l analyse des macroinvertébrés (indice IBGN) et la méthodologie du Système d Evaluation de la Qualité physico-chimique de l Eau (SEQ-Eau Version 2) L analyse des macroinvertébrés (indice IBGN) Dans le cadre de la présente étude sont présentées la note IBGN et le groupe faunistique indicateur (GFI). Les grilles de qualité (code couleur) utilisées sont celles de la norme IBGN (norme, Tableau 1) puis celles proposées par le CEMAGREF dans le cadre de la mise en oeuvre de la DCE (réf DCE) avec comme référence une note de 14 (très bonne qualité) et l intervalle [13-10] comme limites caractéristiques du bon état (bonne qualité biologique). Nous avons ensuite réparti de façon homogène les notes dans les trois classes de qualité restantes ( Tableau 2, page 4). Classe de couleur Qualité biologique Note IBGN Bleu Très bonne qualité 17 note 20 Vert Bonne qualité 13 note 16 Jaune Qualité moyenne 9 note 12 Orange Qualité médiocre 5 note 8 Rouge Mauvaise qualité 1 note 4 Tableau 1 : Relation entre la note IBGN et la qualité biologique conformément à la norme IBGN (grille à l échelle nationale) ASCONIT Consultants

4 Classe de couleur Qualité biologique Note IBGN Bleu Très bonne qualité 14 note 20 Vert Bonne qualité 10 note 13 Jaune Qualité moyenne 7 note 9 Orange Qualité médiocre 4 note 6 Rouge Mauvaise qualité 1 note 3 Tableau 2 : Relation entre la note IBGN et la qualité biologique conformément aux préconisations du CEMAGREF pour la DCE (grille pour les Alpes Internes), avec extrapolation pour les qualités dégradées. La grille de qualité relative au Groupe faunistique indicateur (GFI) est indiquée au niveau du Tableau 3. Classe de couleur Qualité biologique Note IBGN Bleu Très bonne qualité 9 Vert Bonne qualité 7 ou 8 Jaune Qualité moyenne 5 ou 6 Orange Qualité médiocre 3 ou 4 Rouge Mauvaise qualité 2 Tableau 3 : Relation entre le GFI et la qualité biologique conformément aux préconisations de l Agence de l Eau RMC. Le GFI permet de relativiser la note IBGN, en effet un faible GFI peut être compensé par une forte diversité des taxons, par exemple du fait d un enrichissement du milieu en nutriments (pouvant être responsable d une augmentation de la diversité), et la note IBGN correspondre à une bonne qualité. L Agence de l eau préconise par ailleurs de retenir la qualité la plus déclassante entre l IBGN et le GFI. Dans le cadre de cette étude, nous avons retenu au final la qualité conformément aux recommandations du CEMAGREF («IBGN réf. DCE») (Tableau 3, page 4) La qualité physico-chimique de l eau Les évaluations du SEQ eau sont réalisées au moyen de divers descripteurs regroupés en 16 altérations (température, nitrates, pesticides ) pour le compartiment «eau brute». Les 8 altérations retenues ici sont indiquées dans le tableau suivant. ASCONIT Consultants

5 N Altérations Paramètres Effets 1 2 MOOX - Matières organiques et oxydables AZOT - Matières azotées hors nitrates O 2 Sat O 2 DCO DBO 5 COD NH NKJ NKJ NH 4 + NO 2 - Consomment l oxygène Provoquent des proliférations algales 3 NITR - Nitrates NO 3 - Gênent la production d eau potable 4 PHOS - Matières phosphorées Ptotal PO 4 3- Provoquent des proliférations algales 5 EPRV - Effet des proliférations végétales Chlorophylle a Phéopigments Algues ph Sat O 2 6 PAES - Particules en suspension MES Turbidité Transparence 7 TEMP - Température Température 8 ACID - Acidification ph Al dissous Tableau 4 : Altérations étudiées du SEQ-Eau Trouble l eau et fait varier l oxygène et l acidité Troublent l eau et gênent la pénétration de la lumière Si trop élevée, perturbe la vie des poissons Perturbe la vie aquatique La grille de qualité utilisée par le SEQ-Eau est présentée par altération et par descripteur au niveau du tableau suivant. Un code en 5 couleurs permet de repérer les différentes classes de qualité, de mauvaise (rouge) à très bonne (bleu). ASCONIT Consultants

6 Classe de qualité Très bonne Bonne Moyenne Médiocre Mauvaise Indice de qualité MOOX - ALTERATION MATIERES ORGANIQUES ET OXYDABLES O 2 (mg/l) Taux sat. O 2 (%) DBO5 (mg/l O 2) > 25 DCO (mg/l O 2) > 80 COD (ml/l C) > 15 NH 4 (mg/l NH4) > 4 NKJ (mg/l N) > 6 AZOT - ALTERATION MATIERES AZOTEES NH 4 (mg/l NH4) > 5 NKJ (mg/l N) > 10 NO2- (mg/l NO2) > 1 NITR - ALTERATION NITRATES NO3- (mg/l NO3) > 50 PHOS - ALTERATION MATIERES PHOPHOREES Phosphore total (mg/l P) > 1 PO 4 3- (mg/l PO4) > 2 PAES - ALTERATION PARTICULES EN SUSPENSION MES (mg/l) > 50 Turbidité (NTU) > 100 Transparence (cm) TEMP - ALTERATION TEMPERATURE Temp C 1è cat piscicole > 28 Temp C 2è cat piscicole > 28 ph ACID - ALTERATION ACIDIFICATION Min < 4.5 MAX > 10 Aluminium ph< > 100 (µg/l) ph> > 800 EPRV - ALTERATION PHYTOPLANCTON Taux sat. O 2 (%) > 200 ph > 9.5 Chlorophylle a + Phéopigments (µg/l) > 240 Tableau 5 : Classes, indices de qualité et valeurs du SEQ-Eau ASCONIT Consultants

7 2. RESULTATS CONCLUSIONS Les résultats sont présentés sous forme cartographique au niveau de la Figure 1. La qualité physico-chimique «annuelle» (mesurée sur deux campagnes) est bonne pour l ensemble des stations étudiées en Il en est de même pour la qualité biologique qui tend cependant à se dégrader vers la partie basse des cours d eau, dans les secteurs urbanisés. Ceci est surtout vrai pour la période estivale, plus pénalisante que le reste de l année ; on assiste en effet très rapidement à une recolonisation de ces secteurs par des espèces sensibles dès la fin de l été. Les plus petits cours d eau (débits inférieurs à 5 l/s), du fait de leurs faibles capacités, restent particulièrement sensibles aux rejets «ponctuels diffus» (points noirs de l assainissement non collectif, dysfonctionnement des réseaux d eaux usées ), c est notamment le cas du Ruisseau des Folliets à Ayze. Ces cours d eau présentent cependant un bon niveau de qualité, démontrant qu ils peuvent être protégés efficacement. En termes de recommandations pour les prochains bilans de qualité, il semble pertinent dans un cadre opérationnel de suivre les secteurs de cours d eau présentant une qualité biologique et/ou physico-chimique altérée, en particulier l Ugine et le ruisseau des Rots en fermeture de bassin. Concernant l Ugine, il serait préférable de caler la station à l amont du rejet de la pisciculture afin de s affranchir d un éventuel effet (ponctuel) de cette dernière (même si absence d effet dans les conditions de la présente étude). Les tronçons ou cours d eau pouvant servir de références amont sont ceux qui présentent notamment la meilleure qualité biologique, à savoir l Ugine en tête de bassin (UGIN1). Enfin, d un point de vue technique, si le nombre de stations à suivre est réduit lors des prochains bilans, il est envisageable d utiliser le protocole IBG des réseaux de surveillance (RCS) conformément aux recommandations du CEMAGREF («IBG DCE») et d augmenter la fréquence des analyses sur eau ( 4/an) pour plus de fiabilité. ASCONIT Consultants

8 Figure 1 : Carte de synthèse linéarisée (qualité de l eau). Années ASCONIT Consultants

9 ASCONIT Consultants

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE Conseil Général de Haute-Savoie SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE ETUDE DES AFFLUENTS DE L ARVE CAMPAGNES 2007-2008 Le Chinaillon au Grand Bornand, 24 juillet 2007 RESUME AUTRES

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS

PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS PROCÉDURE DE MISE EN FORME DES DONNÉES NÉCESSAIRES À L OUTIL D AIDE À LA GESTION DES MILIEUX LAGUNAIRES EUTROPHISÉS 1 I. OÙ TROUVER LES DONNÉES ET COMMENT LES ACQUÉRIR I. Où trouver les données et comment

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie Université Lille1 impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé J. Prygiel 1,2, G. Billon 2, E. Prygiel 2 1 Agence de l eau

Plus en détail

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne

Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006. Conseil général du Lot. Rapport final. Agence de l'eau Adour Garonne Conseil général du Lot Lac du Tolerme suivi de la qualité de l eau Sénaillac-Latronquière - été 2006 Rapport final Agence de l'eau Adour Garonne Avril 2007 SOMMAIRE 1. RAPPEL DU CONTEXTE ET OBJECTIFS DU

Plus en détail

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides»

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» - 1-4 AVRIL 2013 MALICORNE-SUR-SARTHE COMPTE-RENDU DE REUNION Ordre du jour 1. Qu est ce qu un SAGE? Quel est le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

ETUDE DU RESAU HYDRAULIQUE DE LA STATION BIOLOGIQUE DE PAIMPONT

ETUDE DU RESAU HYDRAULIQUE DE LA STATION BIOLOGIQUE DE PAIMPONT ETUDE DU RESAU HYDRAULIQUE DE LA STATION BIOLOGIQUE DE PAIMPONT Auteurs : BERLEMONT Denis DUCROCQ Mélodie LAUTERS Marion PRIOUL Benoît THINZILAL Florence 08 /04 /2006 Sommaire Résumé... 4 A. INTRODUCTION...

Plus en détail

Milieu aquatique et document d'incidences

Milieu aquatique et document d'incidences Milieu aquatique et document d'incidences 3 Types d opérations et Document d incidences 198 Elaboration des documents d incidences Cette troisième partie expose les recommandations d élaboration du document

Plus en détail

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011 Assainissement des campings - 11 janvier 2011 Etat des lieux de l assainissement non collectif (ANC) en Finistère Caractéristiques des eaux usées des campings Contexte et cadre réglementaire Les chiffres

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs INSU Universités 30 25 Température ( C) + 2 C 20 15 10 5 0 78 82 86 90 94 98 02 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Salinité (PSU) + 3 78 82

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

collection mise au point état initial et prévision d impact dans les documents d incidences milieu aquatique

collection mise au point état initial et prévision d impact dans les documents d incidences milieu aquatique collection mise au point milieu aquatique état initial et prévision d impact dans les documents d incidences 1 PRINCIPES DE LA DEMARCHE.. 10 1.1. CHAMP D APPLICATION.... 12 1.2. UNE DEMARCHE EN QUATRE

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

SAGE Verdon Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux. Rapport de présentation Guide de lecture du SAGE

SAGE Verdon Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux. Rapport de présentation Guide de lecture du SAGE SAGE Verdon Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux Rapport de présentation Guide de lecture du SAGE Projet validé par la Commission Locale de l Eau (CLE) du 4 avril 2013 RAPPORT DE PRESENTATION DU

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau EAU POTABLE EAUX DE SURFACE EAUX SOUTERRAINES ASSAINISSEMENT Chaînes de mesure pour le cycle de l eau www.hydreka.com Débitmètres jusqu'à 10 ans HydrINS 2 Mini Afficheur SMS - GPRS avec Enregistreur intégré

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

Approuvé par arrêté préfectoral le 4 janvier 2001. Commission Locale de l Eau de la Mauldre

Approuvé par arrêté préfectoral le 4 janvier 2001. Commission Locale de l Eau de la Mauldre Approuvé par arrêté préfectoral le 4 janvier 2001 Commission Locale de l Eau de la Mauldre Département des Yvelines Région Ile de France Bassin Seine Normandie Août 2011 Approuvé par arrêté préfectoral

Plus en détail

21 juin 2012. Salle Henri Rochette - Aiglun

21 juin 2012. Salle Henri Rochette - Aiglun 2nd COMITE DE RIVIERE «BLEONE ET AFFLUENTS» 21 juin 2012 Salle Henri Rochette - Aiglun Le torrent de Val Haut à Barles Contenu du dossier de séance : - Ordre du jour Planning général Liste des études complémentaires

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat».

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». «Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». Philippe USSEGLIO-POLATERA Université Paul Verlaine Metz UMR-CNRS 746 - LIEBE

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N o 10

FICHE TECHNIQUE N o 10 Comité Zone d Intervention Prioritaire Date d'ouverture du dossier : 01/04/2003 FICHE TECHNIQUE N o 10 Thématique : Projet : Localisation : Protection et restauration écologique des milieux naturels Aménagement

Plus en détail

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT C 1 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT L alimentation en eau potable n'apparaît pas comme un problème majeur au niveau de la ville. Les réseaux d alimentation sont récents et l

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron PREFET DE l AVEYRON Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron Réunion d information des propriétaires et des exploitants Mercredi 10 décembre 2014 Pourquoi restaurer la continuité

Plus en détail

ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT

ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT STATISTIQUES ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT REPERTOIRE D EMPLOIS Sur les 78 diplômés entrant dans le champ d enquête (de nationalité française et en formation initiale), 66 ont répondu au questionnaire soit un

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Appui scientifique à la mise en œuvre de la Directive Cadre Européenne sur l Eau

Appui scientifique à la mise en œuvre de la Directive Cadre Européenne sur l Eau Appui scientifique à la mise en œuvre de la Directive Cadre Européenne sur l Eau Modèles pressions / impacts Approche méthodologique, modèles d extrapolation spatiale et modèles de diagnostic de l état

Plus en détail

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION POUR LE RACCORDEMENT DES INDUSTRIELS DE SAINT-BRIEUC AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 8 décembre 2000 ----------------- Rapporteur : M. MANGOLD ----------------- N 10 CONVENTION POUR

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Une solution parfaitement adaptée

Une solution parfaitement adaptée INFORMATIONS ANALYSE EN CONTINU DES NITRATES NISE SC / NITRATAX SC NOUVEAU! ME SU RE DES N I T R AT ES EN LIGNE Une solution parfaitement adaptée Sondes de nitrate utilisant les technologies UV et électrodes

Plus en détail

Que deviennent les eaux usées? Pourquoi traiter l eau avant de la rejeter dans le milieu naturel?

Que deviennent les eaux usées? Pourquoi traiter l eau avant de la rejeter dans le milieu naturel? Que deviennent les eaux usées? Pourquoi traiter l eau avant de la rejeter dans le milieu naturel? Après avoir été utilisées pour la lessive, la toilette, la chasse d eau, le ménage, la cuisine les eaux

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

Les filtres plantés de roseaux, le lagunage naturel et leurs associations : comment? pourquoi? (1)

Les filtres plantés de roseaux, le lagunage naturel et leurs associations : comment? pourquoi? (1) Sinfotech Les fiches Les filtres plantés de roseaux, le lagunage naturel et leurs associations : comment? pourquoi? (1) Cemagref 2007 Les savoir-faire Fiche accessible en ligne sur le site http://sinfotech.cemagref.fr/asp/index.asp

Plus en détail

Cas des stations touristiques hivernales de montagne. Jean-Pierre CANLER Jean-Marc PERRET Jean-Marc CHOUBERT. Document technique.

Cas des stations touristiques hivernales de montagne. Jean-Pierre CANLER Jean-Marc PERRET Jean-Marc CHOUBERT. Document technique. Document technique FNDAE n 34 Fonds national pour le développement des adductions d eau Le traitement du carbone et de l azote pour des stations d épuration de type boue activée confrontées à des fortes

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

CARACTERISATION DE LA QUALITE DES COURS D'EAU DU BASSIN DE L OUVEZE

CARACTERISATION DE LA QUALITE DES COURS D'EAU DU BASSIN DE L OUVEZE 3 CARACTERISATION DE LA QUALITE DES COURS D'EAU DU BASSIN DE L OUVEZE ANNEE 2 Phase : rapport technique de qualité des eaux Texte Janvier 22 I R I S consultants U n r e g a r d p r o f e s s i o n n e

Plus en détail

Mesure de conductivité on-line. Mesurer Surveiller Régler. Mesure de conductivité on-line. Eaux d égout communales et eaux usées industrielles

Mesure de conductivité on-line. Mesurer Surveiller Régler. Mesure de conductivité on-line. Eaux d égout communales et eaux usées industrielles Mesure de conductivité on-line Mesurer Surveiller Régler La mesure de conductivité est un paramètre reconnu, dont on ne peut plus se passer en analyse moderne des process, des eaux et eaux usées. On utilise

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVOLUTION DES RESEAUX DE SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES EN FRANCE

CAHIER DES CHARGES POUR L EVOLUTION DES RESEAUX DE SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES EN FRANCE Cahier des charges pour l évolution des réseaux de surveillance des eaux souterraines en France CAHIER DES CHARGES POUR L EVOLUTION DES RESEAUX DE SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES EN FRANCE Version complétée

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

PROGRAMMES DE SURVEILLANCE DE L ETAT DES EAUX

PROGRAMMES DE SURVEILLANCE DE L ETAT DES EAUX Eau PROGRAMMES DE SURVEILLANCE DE L ETAT DES EAUX Programmes de surveillance de l état des eaux de la Région de Bruxelles-Capitale en application de l Ordonnance Cadre Eau Version 12 du 09/09/2011 PROGRAMMES

Plus en détail

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

COMPARAISON DE DEUX MÉTHODES D ANALYSE POUR LA MESURE DU PHOSPHORE EN MILIEU AQUATIQUE

COMPARAISON DE DEUX MÉTHODES D ANALYSE POUR LA MESURE DU PHOSPHORE EN MILIEU AQUATIQUE COMPARAISON DE DEUX MÉTHODES D ANALYSE POUR LA MESURE DU PHOSPHORE EN MILIEU AQUATIQUE Décembre 2006 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2006 ISBN-13 : 978-2-550-48684-8 (PDF) ISBN-10

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

L assainissement des eaux usées en agglomération parisienne : principes et procédés SCIENCES ET TECHNIQUES / COLLÈGE ET LYCÉE LIVRET PÉDAGOGIQUE

L assainissement des eaux usées en agglomération parisienne : principes et procédés SCIENCES ET TECHNIQUES / COLLÈGE ET LYCÉE LIVRET PÉDAGOGIQUE L assainissement des eaux usées en agglomération parisienne : principes et procédés LIVRET PÉDAGOGIQUE Préambule L assainissement se définit comme l ensemble des techniques de collecte, de transport et

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

DEVOIR AUTOMATIQUE- ELECTROTECHNIQUE. METIERS DE L EAU (1ère année) L'usage de la calculatrice est autorisé conformément

DEVOIR AUTOMATIQUE- ELECTROTECHNIQUE. METIERS DE L EAU (1ère année) L'usage de la calculatrice est autorisé conformément DEVOIR AUTOMATIQUE- ELECTROTECHNIQUE METIERS DE L EAU (1ère année) L'usage de la calculatrice est autorisé conformément aux dispositions de la circulaire n' 86.228 du 28 juillet 1996 L'usage des documents

Plus en détail

CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP)

CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP) Rapp. Comm. int. prot. eaux Léman contre pollut., Campagne 2010, 2011, 181-189. CONTRÔLE ANNUEL DES STATIONS D'ÉPURATION (STEP) MONITORING OF WASTE WATER TREATMENT PLANTS (WWTP) Campagne 2010 PAR Audrey

Plus en détail

Pièce n o 2 Projet de SAGE : PAGD, règlement et documents cartographiques

Pièce n o 2 Projet de SAGE : PAGD, règlement et documents cartographiques Dossier d enquête publique du projet de SAGE Tarn-amont Mars 2015 Pièce n o 1 Rapport de présentation Pièce n o 2 Projet de SAGE : PAGD, règlement et documents cartographiques Pièce n o 3 Rapport environnemental

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Regional Report on Sustainability. Pays de la Loire, France

Regional Report on Sustainability. Pays de la Loire, France Regional Report on Sustainability Pays de la Loire, France (in French) DAIRYMAN Work Package 1, Action 1 Evaluation de la durabilité régionale agricole en Pays de la Loire Dans le cadre du programme DAIRYMAN,

Plus en détail

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture Laurent Galloux Seafood manager Seafood Summit Paris 1 Fevrier 2010 Bureau Veritas en bref Amériques 130 sites, dont 26 laboratoires France 175 sites,

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2009 SAGE VILAINE

TABLEAU DE BORD 2009 SAGE VILAINE TABLEAU DE BORD 2009 SAGE VILAINE 1 Objectifs généraux Qualité des eaux et des milieux, hydrométrie générale Carte de qualité : nitrate 4 Carte de qualité : ammoniaque 7 Carte de qualité : carbone organique

Plus en détail

Note d enjeux Bassin versant du Thérain

Note d enjeux Bassin versant du Thérain Note d enjeux Bassin versant du Thérain Version Octobre 2012 Sommaire I) Introduction A) Textes de référence pour le SAGE B) Définition C) L articulation SDAGE/SAGE D) Portée juridique du SAGE II) Présentation

Plus en détail

CISSE INF EAU N 13. Edito du vice -président. Dans ce numéro

CISSE INF EAU N 13. Edito du vice -président. Dans ce numéro CISSE INF EAU N 13 Bulletin d information du bassin de la Cisse 1er trimestre 2015 Votre Cisse Inf eau change de style Après 2 ans et demi d existence, et pour anticiper l évolution de la chartre graphique

Plus en détail

Titre : Appui scientifique à la mise en œuvre de la Directive Européenne Cadre sur l Eau. Typologie des cours d eau de France métropolitaine

Titre : Appui scientifique à la mise en œuvre de la Directive Européenne Cadre sur l Eau. Typologie des cours d eau de France métropolitaine Unité de Recherche Biologie des Ecosystèmes Aquatiques Département Gestion des Milieux Aquatiques Laboratoire d Hydroécologie Quantitative 3 bis quai Chauveau, CP 220 69366 Lyon Cedex 09 Tél. 04 72 20

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Stage Initiateur Canyon Villebois, oct. 2006

Stage Initiateur Canyon Villebois, oct. 2006 Stage Initiateur Canyon Villebois, oct. 2006 Quelques bases en Hydrologie et Écologie Aquatique Hélène Luczyszyn, hydrobiologiste 1 Hydrologie Quelques définitions Précipitations Infiltration : +/- en

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

Intégrité écologique des principaux cours d eau du bassin versant de la rivière Bécancour déterminée par l indice IDEC 2006 Rapport abrégé

Intégrité écologique des principaux cours d eau du bassin versant de la rivière Bécancour déterminée par l indice IDEC 2006 Rapport abrégé Intégrité écologique des principaux cours d eau du bassin versant de la rivière Bécancour déterminée par l indice IDE Rapport t abrégé Équipe de réalisation hargé de projet : - Analyses en laboratoire

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

L'eau : Un élément fédérateur de la politique transfrontalière. Charles Stalder. Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement

L'eau : Un élément fédérateur de la politique transfrontalière. Charles Stalder. Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement L'eau : Un élément fédérateur de la politique transfrontalière Charles Stalder Direction générale de l'eau Eaux sans frontières Pratiques et potentialités en Suisse Colloque Agenda 21 pour l'eau Berne,

Plus en détail