VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000"

Transcription

1 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi - 80 avenue Augustin Fliche Montpellier cedex 5 Conseil général de l'hérault Hôtel du Département 1000 rue d'alco Montpellier cedex

2 Le recueil d information a été effectué au Centre de dépistage anonyme et gratuit de Montpellier par la secrétaire, les infirmiers et les médecins. Qu ils soient ici remerciés. L analyse a été réalisée par l Observatoire régional de la santé, à la demande du Conseil général de l Hérault par : - Dr Bernard LEDESERT, médecin directeur - Hafid BOULAHTOUF, technicien d études La mise en page de ce rapport a été réalisée par Jackie CAUSSIDIER.

3 3 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 1 II. OBJECTIF... 3 III. MÉTHODE... 4 IV. RESULTATS... 6 IV.1 Age et sexe... 6 IV.2 Nationalité... 7 IV.3 Niveau d'études, situation vis-à-vis du travail... 9 IV.4 Couverture sociale IV.5 Partenariat depuis 12 mois IV.6 Orientation sexuelle IV.7 Relations sexuelles IV.8 Usage du préservatif IV.9 Auto évaluation du risque d'infection à VIH IV.10 Motif de la venue au CDAG IV.11 Tests antérieurs...20 IV.12 Facteurs de risque IV.13 Délai de consultation IV.14 Tests réalisés et résultats V. TABLE DES ILLUSTRATIONS VI. ANNEXE (questionnaire)... 25

4 1 I. INTRODUCTION La région Languedoc-Roussillon, d une manière générale, le département de l Hérault en particulier, restent très touchés par l épidémie de SIDA en France. A partir des données concernant les cas de SIDA diagnostiqués jusqu au 30 juin 2001, on relève que le Languedoc- Roussillon est la 5 e région de France métropolitaine la plus touchée avec 807 cas cumulés depuis le début de l épidémie par million d habitants, (derrière l Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d Azur, la Corse et l Aquitaine). Sur les 12 derniers mois, elle est même la quatrième région la plus touchée avec 33,1 cas par million d habitants. Pour sa part, le département de l Hérault avec 956 cas cumulés par million d habitants et 37,9 nouveaux cas sur les douze derniers mois présente un niveau de contamination supérieur à la moyenne régionale et à la moyenne nationale, celles-ci étant respectivement de 86 cas cumulés et 25,9 nouveaux cas par million d habitants. En terme de cas cumulés, l Hérault se situe en 14 e position parmi les départements de France métropolitaine 1. Sur les douze derniers mois, il se situe en 10 e position 2 parmi les départements les plus touchés. Ainsi, le SIDA reste un problème de santé publique important dans le département de l Hérault, justifiant la poursuite des efforts autant en matière de prévention et de dépistage que de connaissance de l épidémiologie de cette affection. Le Centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) de Montpellier se situe dans cette dynamique. Il s agit d un des principaux CDAG de France par le nombre de personnes vues, chiffre qui dépasse les personnes vues en 2000 et qui est en constante progression. Outre ces indicateurs d activité, il est important de pouvoir caractériser de façon précise la population se présentant à ce Centre 1 Les treize premiers départements sont : Paris, Alpes-Maritimes, Seine Saint Denis, Hauts de Seine, Val de Marne, Bouches du Rhône, Haute-Garonne, Val d Oise, Gironde, Var, Essonne, Corse du Sud et Vaucluse. 2 Les neuf premiers départements métropolitains les plus touchés sont : Paris, Seine Saint Denis, Val de Marne, Gironde, Alpes Maritimes, Hautes Alpes, Hauts de Seine, Gard et Essonne.

5 2 pour des conseils parallèlement à des tests de dépistage tant du SIDA que de l hépatite C. C est pourquoi, la démarche d enquête nationale sur l activité des CDAG développée par l Institut national de veille sanitaire (InVS), le CDAG de Montpellier a engagé une démarche permettant de décrire de façon régulière la population qu il reçoit. Ce rapport présente les résultats obtenus lors de la première période d'enquête. Il sera complété dans le futur par des données d'évolution dans le temps et par les données issues du CDAG de Béziers.

6 3 II. OBJECTIF Décrire la population des consultants au CDAG de Montpellier. Comparer cette population à la population des consultants de CDAG au niveau national.

7 4 III. MÉTHODE La méthodologie de cette enquête sur les consultants réalisée au CDAG de Montpellier est calquée sur la méthodologie d enquête mise en œuvre pour la première fois au niveau national en juin/juillet 1999 par l Institut national de veille sanitaire 3. Il s agit d une enquête transversale réalisée au CDAG de Montpellier au cours du 4 e trimestre Pendant cette période, l enquête était exhaustive et anonyme. Elle a concerné l ensemble de la population qui s est présentée au CDAG, que ce soit pour une demande d information ou la réalisation d un test. La première partie du questionnaire, élaboré au niveau national dans le cadre de l InVS était auto-administré. Elle permettait d explorer 5 dimensions : 1. caractéristiques de la personne : les questionnaires concernaient le sexe, l année de naissance, le pays de naissance, la nationalité, le niveau d études, le type d emploi et la couverture sociale ; 2. motifs de la consultation : les questionnaires concernaient la manière dont le CDAG avait été connu, le motif de la venue et les motifs de la demande de test ; 3. comportement : les questions concernaient la vie sexuelle (identité sexuelle, type et nombre de partenaires depuis 12 mois), l usage de drogues, les transfusions, les autres risques (tatouage, piercing, etc ) ; 4. les attitudes préventives : avec l usage des préservatifs, les ruptures de préservatifs, le partage de matériel lors des injections et la manière dont la personne situait son propre risque ; 3 Pascal Gouëzel. Dispositif de dépistage anonyme et gratuit du VIH : un regard sur les consultants enquête nationale juin/juillet InVS. Novembre 2000 Saint-Maurice.

8 5 5. l histoire du dépistage : les questions portaient sur le nombre et les résultats des tests antérieurs (VIH et VHC). La deuxième partie, complétée par le médecin ayant réalisé la consultation, permettait de détailler la réponse apportée par le CDAG, la réalisation de tests de dépistage et leurs résultats. La CNIL, sollicitée par l InVS, a reconnu le caractère strictement anonyme de ce recueil d informations. La saisie et l analyse statistique ont été réalisées par l Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon. Chaque fois que l'information est disponible, les résultats concernant la population ayant consulté au CDAG de Montpellier sont présentés conjointement avec les données issues du recensement général de population de mars 1999 (Insee) et avec les résultats de l'enquête nationale publiée par l'invs. Les résultats sont le plus souvent donnés en pourcentage pour permettre les comparaisons entre ces trois sources d'information. La fréquence des valeurs manquantes dans notre échantillon est spécifiée au bas de chaque tableau.

9 6 IV. RESULTATS Au total, ce sont questionnaires remplis au CDAG de Montpellier qui ont pu être saisis et exploités sur la période d enquête. Dans la quasi totalité des cas (99,8 %), le motif de la consultation était la réalisation de tests de dépistage, proportion similaire à celle retrouvée au niveau national. IV.1 Age et sexe La population étudiée est constituée de plus de femmes que d hommes. Elles représentent 52 % de notre échantillon, proportion très proche de celle retrouvée au niveau de la population générale du département. Par contre, elle diffère de celle retrouvée dans l'enquête nationale où cette proportion est inversée, les hommes représentant alors 54,4 % de l'échantillon. Il faut noter que l'information concernant le sexe du consultant est absente dans 22,6 % des cas. Autre caractéristique de notre population en comparaison à celle de l'étude nationale : elle est plus jeune avec une représentation plus importante des tranches les plus jeunes, notamment celle des ans qui constitue 64 % de notre échantillon (54,4 % au plan national). Cette distribution diffère également de celle de la population générale, les personnes âgées étant très peu représentées dans notre échantillon. Tableau 1 Distribution par âge et sexe CDAG Montpellier Hérault INSEE InVS Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total n % n % n % % % % % % % Moins de 20 ans* 62 5, , ,8 3,2 3,2 6,4 4,6 10,0 14, ans , , ,9 8,7 9,2 17,9 28,8 25,6 54, ans 103 9,5 40 3, ,3 8,1 8,7 16,9 12,9 6,2 19, ans 19 1,8 12 1,1 31 2,9 8,0 8,6 16,6 4,8 3,2 8, ans 15 1,4 5 0,5 20 1,9 6,9 7,3 14,2 2,1 1,1 3,1 60 ans et plus 3 0,3 0 0,0 3 0,3 12,1 16,0 28,1 0,6 0,2 0,8 Total , , ,0 47,0 53,0 100,0 54,4 45,6 100,0 Valeurs manquantes : 22,6 % * INSEE 1999, plus de 16 ans Les femmes qui sont venues consulter sont plus jeunes que les hommes. Parmi ceux-ci, les hommes hétérosexuels sont plus jeunes

10 7 que les hommes homosexuels. Ces constats sont identiques à deux effectués au niveau de l'enquête nationale. Tableau 2 Répartition par âge, sexe et orientation sexuelle CDAG Montpellier InVS Femmes Hétérosexuels Hommes Homosexuels Femmes Hommes Hétérosexuels Homosexuels n % n % n % % % % Moins de 20 ans* , ,3 8 16,3 21,6 9,3 3, ans , , ,7 55,4 57,3 38, ans 40 7, , ,7 13,3 21,5 37, ans 12 2,1 17 3,9 1 2,0 6,8 7,5 15, ans 5 0,9 9 2,1 5 10,3 2,3 3,4 5,2 60 ans et plus 0 0,0 2 0,5 1 2,0 0,5 1,1 0,9 Total , , ,0 100,0 100,0 100,0 Valeurs manquantes : 22,6 % IV.2 Nationalité La proportion d'étrangers dans la population venant consulter au CDAG de Montpellier est supérieure, à la fois à celle observée dans l'enquête nationale et à celle observée au niveau de la population héraultaise. Tableau 3 Répartition selon la nationalité (en %) CDAG Montpellier Hérault INSEE 1999* InVS n % (%) (%) Française ,2 94,8 94,7 Etrangère 100 7,8 6,0 5,3 Valeurs manquantes : 9,4 % * 15 ans et plus

11 8 Les personnes étrangères sont principalement africaines, notamment d'afrique sub saharienne, ce dernier groupe représentant un tiers des consultants, proportion un peu supérieure à celle relevée dans l'enquête nationale. Tableau 4 Répartition des étrangers CDAG Montpellier InVS n % (%) Afrique du Nord Afrique sub saharienne Europe de l'est Amérique du Sud Autre région On peut relever un certain nombre de caractéristiques de cette population quand on la compare à celle des consultants de nationalité française. Il faut cependant interpréter ces différences avec une certaine prudence, car elle concerne un effectif relativement faible de personnes (100) : cette population est à majorité masculine (56,3 %), alors que la population française est à majorité féminine (52,9 %), mais cette différence n'est pas statistiquement significative ; on observe une sur représentation des personnes de ans dans cette population (22,2 %) par rapport à la population des consultants français (13,2 %) et une sous représentation des plus jeunes : les moins de 20 ans forment respectivement 10,2 % et 17,2 % des deux groupes comparés. Ces différences sont significatives sur le plan statistique ; il n'y a pas de différence de niveaux d'études entre les deux groupes ; ce groupe de consultants de nationalité étrangère bénéficie plus souvent de l'aide médicale (2,1 %) et de la CMU (7,4 %) ou bien ne dispose d'aucune couverture sociale (7,4 %) ou déclare ne pas savoir s'il est couvert par un régime de sécurité sociale (16,0 %) que le groupe des consultants français où ces proportions sont respectivement de 0,8 %, 5,5 %, 0,7 % et 6,8 % ;

12 9 ils sont moins nombreux à avoir un travail stable (14,4 % vs 23,3 %) et plus nombreux à rechercher un premier emploi (15,5 % vs 6,5 %) ; la population de nationalité étrangère ne se différencie pas de la population des consultants français, sur la pratique antérieure de tests de dépistage : 53,5 % vs 54,1 % ; enfin, ces deux populations ne se différencient pas sur les types de rapports sexuels au cours des 12 derniers mois. IV.3 Niveau d'études, situation vis-à-vis du travail Les consultants du CDAG de Montpellier se caractérisent par un niveau d'études plus élevé que celui relevé lors de l'enquête nationale. Tableau 5 Niveau d études CDAG Montpellier InVS n % (%) Etudes primaires/cap-bep-bepc ,5 25,2 Baccalauréat ,5 23,3 Etudes supérieures ,0 42,9 Niveau non précisé ,0 8,6 Valeurs manquantes : 0 % Les personnes suivant des études ou en formation sont en proportion nettement supérieure parmi les consultants du CDAG de Montpellier par rapport au niveau national : ils forment plus de la moitié des consultants ici contre moins d'un tiers dans l'enquête InVS. A l'opposé, comme le montre le tableau suivant, les personnes ayant un emploi stable sont en proportion deux fois moindre.

13 10 Tableau 6 Situation vis-à-vis de l emploi CDAG Montpellier InVS n % (%) Etudes ou formation ,5 32,2 Emploi stable ,7 42,3 Chômage 111 8,6 9,8 Situation autre 88 6,8 3,8 Petits boulots 45 3,5 5,4 Recherche 1 er emploi 39 3,0 3,9 Stage d'insertion 11 0,8 1,4 Pas de recherche d'emploi 7 0,5 1,3 Non emploi pour raison médicale 7 0,5 0,9 Valeurs manquantes : 8,9 % IV.4 Couverture sociale Dans l'enquête nationale, ils étaient 2,3 % à déclarer ne bénéficier d'aucune couverture sociale. Dans notre population, ils sont en proportion moindre : 1,1 %. Il faut relever qu'ils sont 6,0 % à déclarer bénéficier de l'aide médicale ou de la CMU. Plus d'un consultant sur deux relève du seul régime de base de la sécurité sociale (57,1 %). Un sur cinq bénéficie en outre d'une mutuelle. Parmi les consultants, 6,8 % ne connaissent pas leur statut en terme de couverture sociale.

14 11 IV.5 Partenariat depuis 12 mois Les consultants de Montpellier se caractérisent par rapport aux consultants de l'ensemble des CDAG par le fait d'être en proportion plus importante à déclarer avoir eu plusieurs partenaires stables et moindre à déclarer à avoir eu des partenaires occasionnels ou un seul partenaire stable. Tableau 7 Partenaires au cours des 12 derniers mois CDAG Montpellier InVS n % (%) Aucun rapport 40 3,1 2,3 Un seul partenaire stable ,8 28,7 Plusieurs partenaires stables à la suite ,8 18,3 Un partenaire stable et d'autre(s) occasionnel(s) ,5 26,6 Partenaires occasionnels ,8 24,1 Valeurs manquantes : 9,5 % Il n'existe pas de différence de distribution par âge de la population selon ces différents groupes. De même, cette distribution ne varie pas, comme nous l'avons vu précédemment selon la nationalité. Les hommes homosexuels ou bisexuels se caractérisent par une fréquence plus importante de partenaires occasionnels et une fréquence moindre des partenaires stables que les hommes hétérosexuels et les femmes. Tableau 8 Partenaires selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % Aucun rapport 18 3,2 10 2,3 0 0,0 Un seul partenaire , ,9 6 8,8 Plusieurs partenaires stables à la suite , , ,7 Un partenaire stable et d'autre(s) occasionnel(s) , , ,1 Partenaires occasionnels 93 16, , ,4 Valeurs manquantes : 25,2 %

15 12 IV.6 Orientation sexuelle La majorité des personnes venue consulter au CDAG de Montpellier se définit comme hétérosexuelle. Cette proportion est légèrement plus élevée qu'au niveau national. La population du CDAG de Montpellier se caractérise par une fréquence accrue de personnes déclarant ne jamais avoir eu de rapport et légèrement moindre de personnes déclarant avoir eu des rapports homo ou bisexuels. Ces différences de distribution sont significatives. Tableau 9 Orientation sexuelle CDAG Montpellier InVS n % (%) Jamais eu de rapport 10 0,8 1,0 Rapports avec des personnes seulement de sexe opposé Rapports avec des personnes seulement de même sexe Rapports avec des personnes des deux sexes ,9 87,6 67 5,1 6,7 40 3,1 4,2 Autres 2 0,2 0,4 Valeurs manquantes : 8,4 % Les hommes homosexuels ou bisexuels consultant à Montpellier sont plus jeunes que ceux de l'enquête nationale. Par contre, ils sont plus âgés en moyenne (30,2 ans ± 10,6) que les hommes hétérosexuels (26,1 ans ± 7,6) consultant à Montpellier ou que les femmes (22,8 ans ± 5,8). Tableau 10 Age des hommes homo ou bisexuels CDAG Montpellier InVS n % (%) < 20 ans 10 14,7 3, ans 26 38,2 38, ans 24 35,3 37, ans 2 2,9 15, ans 5 7,4 5,2 60 ans et plus 1 1,5 0,9

16 13 Leur niveau d'études est moins élevé que celui des hommes hétérosexuels ou des femmes. Tableau 11 Niveau d études selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % CAP, BEP, BEPC ou moins 45 8, , ,3 Baccalauréat , , ,2 Etudes supérieures , , ,5 Valeurs manquantes : 26,1 % Les hommes sont plus nombreux à être au chômage ou sans activité, alors qu'ils sont moins nombreux à avoir un travail stable ou à être en formation par rapport aux hommes hétérosexuels et aux femmes. Tableau 12 Statut vis-à-vis de l emploi selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % Travail stable 77 13, , ,3 Recherche 1 er emploi 45 8,0 29 6,7 3 4,5 Etudes ou formations , , ,4 Chômage 34 6,0 39 8, ,4 Sans activité 35 6,2 34 7,8 7 10,4 Valeurs manquantes : 18,0 % On relève également que quatre hommes homo ou bisexuels sur 5 ont déjà fait un test de dépistage pour le virus du sida, alors que cette proportion est de 1 sur 2 tant chez les hommes hétérosexuels que chez les femmes. Ils ont eu en moyenne 7,5 partenaires au cours des douze derniers mois (± 10,4). Cela va de 1 à 50 partenaires.

17 14 Chez les femmes et les hommes hétérosexuels qui ont eu des rapports, le nombre moyen de partenaires est respectivement de 2,6 (± 1,8) et 2,9 (± 2,5). Les extrêmes sont respectivement de 1 à 20 et de 1 à 25. Si la population d'hommes homo ou bisexuels qui ne peuvent se prononcer sur leur perception du risque de sida est similaire à ce qui se retrouve chez les hommes hétérosexuels ou chez les femmes, ils sont trois à quatre fois plus nombreux à se trouver plus à risque et également plus nombreux à se trouver avec un risque identique. Par contre, ils sont moins nombreux à estimer être moins à risque ou absolument sans risque. Tableau 13 Perception du risque de sida selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % Aucun risque 30 5,4 23 5,3 2 2,9 Moins de risque 86 15, ,8 3 4,4 Risque identique , , ,8 Plus de risque 28 5,0 19 4, ,2 Ne sait pas 87 15, , ,7 Valeurs manquantes : 25,9 %

18 15 IV.7 Relations sexuelles Parmi les personnes ayant déclaré avoir eu des rapports sexuels au cours des douze derniers mois, 259 (20,8 %) ont eu des rapports avec une seule personne. Les femmes et hommes hétérosexuels sur le CDAG de Montpellier ont plus fréquemment entre 5 et 7 partenaires qu'au niveau national et moins souvent 2 partenaires. Les hommes homo ou bisexuels ont également plus souvent 2 partenaires à Montpellier. Tableau 14 Nombre de partenaires selon l orientation sexuelle Femmes Hommes Hétéro Homo + bisexuels CDAG Montpellier InVS CDAG InVS CDAG InVS n % % n % % n % % Deux partenaires ,0 49, ,9 40,6 9 24,3 14,6 3 à 4 partenaires ,9 38, ,0 35, ,0 26,0 5 à 7 partenaires 42 12,9 9, ,0 15,9 6 16,2 20,3 8 à 10 partenaires 6 1,8 1,7 6 2,7 5,5 6 16,2 17,1 Plus de 10 partenaires 1 0,3 1,5 3 1,4 2,6 6 16,2 22,0 On relève que 4,3 % des consultants déclarent avoir eu des rapports avec des personnes séropositives. Ce taux atteint 37,3 % chez les hommes homosexuels ou bisexuels. Ces rapport étaient non protégés dans 35,1 % des cas (16,7 % chez les hommes homo ou bisexuels). Il faut noter que 40,2 % de la population des consultants ne savaient pas s'ils avaient eu ou non des relations sexuelles avec des personnes séropositives. Plus d'un consultant sur cinq (21,9 %) déclare avoir eu des rapports avec des africains ou antillais. Il n'existe pas de variations selon l'orientation sexuelle du répondant. Ces rapports étaient non protégés dans 48,8 % des cas. Un consultant sur 10 (10,1 %) déclare avoir eu des rapports avec des homosexuels ou des bisexuels. Près de 7 % des répondants ne savent pas s'ils ont eu des rapports avec des homosexuels ou des bisexuels. Ces rapports sont non protégés dans 43,6 % des cas (17,4 % chez les hommes homo ou bisexuels).

19 16 6,0 % des consultants ont eu des rapports avec des usagers de drogues et 7,0 % ne savent pas répondre à cette question. Il existe peu de variation de ces proportions selon l'orientation sexuelle du répondant. Ces rapports sont non protégés dans 60,0 % des cas. Les rapports avec les prostituées ne sont relevés que chez les hommes : 8,6 % pour les hétérosexuels et 10,9 % pour les homo et bisexuels. Il y a absence de protection pour ces rapports dans 9,5 % des cas. Six consultants ont déclaré se prostituer : 3 femmes, 1 homme hétérosexuel et 2 hommes homo ou bisexuels. Les rapports sont non protégés dans 2 cas sur 6. La valeur est manquante dans un cas.

20 17 IV.8 Usage du préservatif L'usage de préservatif est plus fréquent avec les partenaires occasionnels qu'avec les partenaires stables. Par rapport au niveau national, que le partenaire soit stable ou occasionnel, on relève un usage irrégulier du préservatif plus fréquent et un usage systématique plus rare. Tableau 15 Usage du préservatif Avec partenaire stable Avec partenaire occasionnel CDAG Montpellier InVS CDAG Montpellier InVS n % % n % % Jamais ,3 34, ,5 18,0 De façon irrégulière ,5 21, ,9 38,3 Toujours ,3 44, ,6 43,7 Valeurs manquantes : stable 20,4 % - occasionnel 38,2 % Les hommes homo ou bisexuels ont un usage plus fréquent du préservatif : ils sont 56,1 % à l'utiliser toujours, 22,9 % à ne jamais l'utiliser et 21,0 % à l'utiliser de manière irrégulière avec leurs partenaires stables. Avec des partenaires occasionnels, on relève que 65,5 % des hommes homo ou bisexuels utilisent toujours le préservatif, 8,6 % jamais et 25,9 % irrégulièrement. L'utilisation du préservatif par les personnes de nationalité étrangère est moins fréquente : elles sont 25,3 % à ne jamais l'utiliser, 45,6 % à l'utiliser irrégulièrement et 29,1 % à toujours l'utiliser avec des partenaires stables. Avec les partenaires occasionnels, ces proportions sont de 15,9 %, 53,9 % et 30,2 %. Des accidents de préservatifs sur les 12 derniers mois sont déclarés dans 41,0 % des cas. Cette proportion n'est que de 26 % au niveau national. Parmi les personnes utilisant des préservatifs, 69,7 % déclaraient une bonne utilisation (76 % au niveau national).

21 18 IV.9 Auto évaluation du risque d'infection à VIH La majorité des consultants ne se sent pas plus à risque que d'autres personnes vis-à-vis du VIH. Cette proportion est supérieure à Montpellier par rapport au niveau national. Les consultants sont globalement moins nombreux à se trouver moins à risque ou sans risque. Tableau 16 Auto évaluation du risque de sida CDAG Montpellier INVS n % (%) Aucun risque 67 5,3 8,0 Moins à risque que les autres ,5 21,0 Même risque que les autres ,7 50,0 Plus à risque que les autres 67 5,3 7,0 Ne sait pas situer son risque ,3 14,0 Valeurs manquantes : 10,3 %

22 19 IV.10 Motif de la venue au CDAG La très grande majorité des consultants viennent de leur propre initiative. La répartition des motifs recueillis à Montpellier est proche de celle relevée dans l'enquête nationale. C'est principalement l'inquiétude suite à un rapport sexuel qui constitue le premier motif de consultation avant le désir d'arrêter le préservatif ou le souhait du partenaire. Les incidents de préservatif sont notés comme motif de consultation dans plus d'un cas sur dix. Tableau 17 Motifs de consultation CDAG Montpellier INVS n % (%) Propre initiative ,3 Inquiet suite rapport sexuel ,2 41,2 Arrêt du préservatif ,3 21,0 Souhait de leur partenaire ,1 27,0 Incident de préservatif ,3 11,6 Sans raison particulière 126 9,5 7,5 Doute de la fidélité du partenaire 109 8,3 9,2 Contrôle d'un résultat antérieur 64 4,8 6,6 Suite à une campagne d'information 40 3,0 2,9 Problème de santé 26 2,0 2,4 Conseils de leur médecin 26 2,0 1,7 Signes de MST 18 1,4 1,8 Peur d'une contamination professionnelle 18 1,4 1,4 Blessure ou piqûre avec un objet 17 1,3 0,8 Partenaire VIH positif 16 1,2 1,9 Partenaire VHC positif 15 1,1 0,6 Bilan prénatal 14 1,1 0,8 Demande d'une administration 8 0,6 0,9 Rapport non consenti, violences sexuelles 7 0,5 0,4 Usage de drogues et partage de matériel 6 0,5 0,5 Transfusion sanguine 5 0,4 0,2

23 20 IV.11 Tests antérieurs Plus d'un consultant sur deux (54,3 %) a déjà eu un test de dépistage du sida. Cette proportion est légèrement inférieure à la proportion relevée au niveau national (56,3 %). Parmi ceux ayant pratiqué un test, la moyenne du nombre de tests antérieurs est de 2,1 (± 1,9) à Montpellier, alors qu'elle est de 2,25 au niveau national. Tableau 18 Nombre de tests antérieurs de dépistage CDAG Montpellier InVS n % (%) Un test ,4 44 Deux tests , ou 4 tests , ou plus 52 7,8 11 Valeurs manquantes : 11,6 % 120 consultants (8,4 %) avaient déjà pratiqué un test au CDAG de Montpellier. Les tests antérieurs étaient négatifs dans 99,4 % des cas. Dans les 0,6 % restant, le consultant ne connaissait pas le résultat. Si la proportion de femmes et d'hommes hétérosexuels s'étant déjà fait tester est proche (49,4 % et 52,3 %), elle est de 81,2 % chez les hommes homo ou bisexuels.

24 21 IV.12 Facteurs de risque Des antécédents de MST sont déclarés dans 7,5 % des cas (103 sujets). Il s'agit d'abord de mycose (29,2 % des antécédents de MST), de chlamydiae (27,0 %) et d'herpes génital (16,9 %). Les urétrites forment 12,3 % des antécédents de MST, dans 9 cas sur 10 gonococciques. Enfin, on relève 3 antécédents de végétations vénériens et 2 syphilis. Il y a parmi les consultants du CDAG, 38 antécédents de transfusion, soit 2,8 %. Dix de ces transfusions datent d'avant Les dix transfusés avaient déjà eu des tests de dépistage. Au total, 10 des transfusés (30,3 %) n'avaient pas eu de tests de dépistage antérieur. Le pays de transfusion est connu dans 22 cas : 19 transfusions ont eu lieu en France (dont une dans un DOM), une en Grèce, une au Portugal et une au Gabon. Quinze consultants se déclarent comme toxicomanes actuellement (1,1 %), dont deux disent échanger des seringues. Cependant, cette dernière information n'est pas disponible pour 10 des quinze cas. Lors de la consultation avec le médecin, 7,9 % des consultants se sont déclarés homo ou bisexuels. Dans le questionnaire, ils n'étaient que 6,4 %.

25 22 IV.13 Délai de consultation Seuls 2,2 % des patients ont été vu dans les 48 heures suivant la prise de risque. La majorité des consultants sont vus plus de 3 mois après cette prise de risque. Cependant, l'information est manquante dans les trois quarts des cas pour cet item. Tableau 19 Délai de consultation CDAG Montpellier n % Dans les 48 heures 8 2,2 Entre J 3 et J ,5 Entre J 8 et J ,1 Entre J 15 et J ,3 Après J ,9 Sans objet 13 3,6 Ne sait pas 1 0,3 Valeurs manquantes : 74,6 %

26 23 IV.14 Tests réalisés et résultats Un test Elisa est réalisé dans 97 % des cas. Le résultat est positif ou indéterminé dans 0,6 % des cas. L'antigénémie P 24 a été faite dans 55 cas (3,9 %). Le résultat a toujours été négatif. Une sérologie VHC a été réalisé chez 62,7 % des consultants avec 13 cas positifs, soit 1,5 % des tests et 0,9 % de la population. L'antigène HBS a été recherché dans 28,8 % des cas avec 6 résultats positifs, soit 1,5 % des tests et 0,4 % de la population. Pour la recherche d'anticorps HBS, elle a été réalisée auprès des 43,1 % des consultants avec 304 cas positifs, soit 49,5 % des tests et 21,4 % des consultants. Pour l'anticorps HBC, ces chiffres sont respectivement de 28,7 %, 42 résultats positifs, 10,3 % des tests et 3,0 % de la population. Le consultant est venu rechercher les résultats dans 99,8 % des cas.

27 24 V. TABLE DES ILLUSTRATIONS Tableau 1 Distribution par âge et sexe... 6 Tableau 2 Répartition par âge, sexe et orientation sexuelle... 7 Tableau 3 Répartition selon la nationalité (en %)... 7 Tableau 4 Répartition des étrangers... 8 Tableau 5 Niveau d études... 9 Tableau 6 Situation vis-à-vis de l emploi Tableau 7 Partenaires au cours des 12 derniers mois Tableau 8 Partenaires selon l orientation sexuelle Tableau 9 Orientation sexuelle Tableau 10 Age des hommes homo ou bisexuels Tableau 11 Niveau d études selon l orientation sexuelle Tableau 12 Statut vis-à-vis de l emploi selon l orientation sexuelle Tableau 13 Perception du risque de sida selon l orientation sexuelle Tableau 14 Nombre de partenaires selon l orientation sexuelle Tableau 15 Usage du préservatif Tableau 16 Auto évaluation du risque de sida Tableau 17 Motifs de consultation Tableau 18 Nombre de tests antérieurs de dépistage Tableau 19 Délai de consultation... 22

28 25 VI. ANNEXE (questionnaire)

29 26

30 27

31 28

32 29

33 30

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale Novembre 2006 Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale sommaire Introduction p. 2 Matériel et méthode p. 3 Résultats p. 5 1 Participation p. 5 1.1 Participation des

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

3 150 diplômes de professions de santé

3 150 diplômes de professions de santé N 1 - Mai 005 3 150 diplômes de professions de santé délivrés en 003 dans la région Provence-Alpes-Côte d Azur En 003, onze formations aux professions de santé sont proposées en région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

La couverture complémentaire santé des jeunes

La couverture complémentaire santé des jeunes La couverture complémentaire santé des jeunes en France et dans les Pays de la Loire 2013 Décembre www.santepaysdelaloire.com Auteur Sandrine David, Dr Anne Tallec, Observatoire régional de la santé (ORS)

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique

47 000 consultants testés entre 2004 et 2008 S U R V E I L L A N C E V H C N 8. Encart méthodologique L A L E T T R E D ' I N F O R M A T I O N D U S Y S T E M E D E S U R V E I L L A N C E D U V H C E N P R O V E N C E - A L P E S - C Ô T E D ' A Z U R S U R V E I L L A N C E V H C N 8 Surveillance continue

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de l Habillement et des articles textiles Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire Portrait statistique des entreprises et

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants.

Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception des étudiants. Communiqué de presse Paris, le 13 février 2012 Enquête santé / Sexualité / Contraception / Chiffres Clés Publication de l enquête santé USEM : Le lieu de vie a une influence sur les comportements sexualité/contraception

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière

Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière Hôpital Tenon AP-HP Maladies Infectieuses et Tropicales - Hôpital de Jour Pr Gilles Pialoux Journées Nationales d Infectiologie Juin

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN...

LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN... LE VIH AU CANADA TENDANCES ET ENJEUX QUI AFFECTENT LA PRÉVENTION DU VIH, LES SOINS, LE TRAITEMENT ET LE SOUTIEN... DÉCEMBRE 2010 CATIE est la source canadienne de renseignements à jour et impartiaux sur

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013 La formation aux professions de santé en Ile-de-France Exploitation statistique de l enquête 2011 Septembre 2013 PRÉFET DE LA RÉGION Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

Avis sur «Priorité jeunesse : évolution de la carte Région pour la rentrée 2014-2015 et mise en place du Pass Région Santé»

Avis sur «Priorité jeunesse : évolution de la carte Région pour la rentrée 2014-2015 et mise en place du Pass Région Santé» Juin 2014 Avis sur «Priorité jeunesse : évolution de la carte Région pour la rentrée 2014-2015 et mise en place du Pass Région Santé» Résultat du vote : 73 POUR 1 ABSTENTION Rapporteur : M. Gérard GRANIER

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Les formations aux professions de la Santé. LA RéUNION / MAYOTTE. Enquête Ecole 2011. N 25 Nov. 2013

Les formations aux professions de la Santé. LA RéUNION / MAYOTTE. Enquête Ecole 2011. N 25 Nov. 2013 N 25 Nov. 2013 L enquête école 2011 auprès des écoles de formation aux professions de la santé couvre la métropole et les DOM. L analyse des résultats issus de cette enquête traitée ciaprès, concerne la

Plus en détail

AVIS SUIVI DE RECOMMANDATIONS SUR LA GARANTIE DU DROIT AU SECRET DES PERSONNES MINEURES DANS LE CADRE DE LEUR PRISE EN CHARGE MÉDICALE

AVIS SUIVI DE RECOMMANDATIONS SUR LA GARANTIE DU DROIT AU SECRET DES PERSONNES MINEURES DANS LE CADRE DE LEUR PRISE EN CHARGE MÉDICALE AVIS SUIVI DE RECOMMANDATIONS SUR LA GARANTIE DU DROIT AU SECRET DES PERSONNES MINEURES DANS LE CADRE DE LEUR PRISE EN CHARGE MÉDICALE ADOPTÉ PAR LE CONSEIL NATIONAL DU SIDA LE 15 JANVIER 2015 CONSEIL

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Synthèse de Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

La santé des femmes qui aiment les femmes

La santé des femmes qui aiment les femmes La santé des femmes qui aiment les femmes Anne Descuves, cheffe de service Consultation de santé sexuelle & Sylvie Berrut, coordinatrice de Santé PluriELLE (LOS) Étudiantes en santé communautaire et en

Plus en détail

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011.

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011. Synthèses Mars 2012 L Observatoire Economique et Social Les cotisants de solidarité en 2011 Le nombre de cotisants solidaires s élève à 110 106 en 2011, en baisse de 2,3 % par rapport à 2010. Toutefois,

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH 1 2 VIH/SIDA La prise en charge dentaire en Haute-Normandie Le COREVIH Haute-Normandie, comité de COordination RÉgionale

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé

Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé Anne Loones Février 2009 2 Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE...

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA D UNE INTERNET SUR PUBLIÉ PAR L OBSERVATOIRE DES E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES A LA D UNE INTERNET ASSURANCE SANTÉ SUR PUBLIÉ PAR QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier, filiale d Alptis Assurances.

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

Dossier de presse. Premiers résultats de l enquête CSF. «Contexte de la sexualité en France» Enquête CSF Premiers résultats 13 mars 2007 1

Dossier de presse. Premiers résultats de l enquête CSF. «Contexte de la sexualité en France» Enquête CSF Premiers résultats 13 mars 2007 1 Dossier de presse Premiers résultats de l enquête CSF «Contexte de la sexualité en France» 1 L équipe de recherche L enquête «Contexte de la Sexualité en France» a été menée sous la responsabilité scientifique

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP Étudiants et entreprises ANNÉE 2008 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Étudiants p. 3 A. Statistiques

Plus en détail

Liste des principales abréviations

Liste des principales abréviations 2014-2019 2 Liste des principales abréviations ART CRS DMG DPG FSF HSH IST LGBTQI MAS NONOPEP OPEP PMTCT PrEP PVVIH SIDA TasP TPE VIH Thérapie antirétrovirale Centres de référence Sida Dossier médical

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon»

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon» Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Observatoire Régional de la Santé du Languedoc Roussillon 135 Allée Sacha Guitry - ZAC Tournezy

Plus en détail

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne

Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne 1 1 Tests rapides d orientation diagnostique Expérience du CASO de Cayenne Dr Christian Hubert Médecins du Monde - Mission France Guyane CASO de Cayenne Réunion COREVIH Guadeloupe 26/11/2010 MDM : Soigner

Plus en détail