VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000"

Transcription

1 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi - 80 avenue Augustin Fliche Montpellier cedex 5 Conseil général de l'hérault Hôtel du Département 1000 rue d'alco Montpellier cedex

2 Le recueil d information a été effectué au Centre de dépistage anonyme et gratuit de Montpellier par la secrétaire, les infirmiers et les médecins. Qu ils soient ici remerciés. L analyse a été réalisée par l Observatoire régional de la santé, à la demande du Conseil général de l Hérault par : - Dr Bernard LEDESERT, médecin directeur - Hafid BOULAHTOUF, technicien d études La mise en page de ce rapport a été réalisée par Jackie CAUSSIDIER.

3 3 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 1 II. OBJECTIF... 3 III. MÉTHODE... 4 IV. RESULTATS... 6 IV.1 Age et sexe... 6 IV.2 Nationalité... 7 IV.3 Niveau d'études, situation vis-à-vis du travail... 9 IV.4 Couverture sociale IV.5 Partenariat depuis 12 mois IV.6 Orientation sexuelle IV.7 Relations sexuelles IV.8 Usage du préservatif IV.9 Auto évaluation du risque d'infection à VIH IV.10 Motif de la venue au CDAG IV.11 Tests antérieurs...20 IV.12 Facteurs de risque IV.13 Délai de consultation IV.14 Tests réalisés et résultats V. TABLE DES ILLUSTRATIONS VI. ANNEXE (questionnaire)... 25

4 1 I. INTRODUCTION La région Languedoc-Roussillon, d une manière générale, le département de l Hérault en particulier, restent très touchés par l épidémie de SIDA en France. A partir des données concernant les cas de SIDA diagnostiqués jusqu au 30 juin 2001, on relève que le Languedoc- Roussillon est la 5 e région de France métropolitaine la plus touchée avec 807 cas cumulés depuis le début de l épidémie par million d habitants, (derrière l Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d Azur, la Corse et l Aquitaine). Sur les 12 derniers mois, elle est même la quatrième région la plus touchée avec 33,1 cas par million d habitants. Pour sa part, le département de l Hérault avec 956 cas cumulés par million d habitants et 37,9 nouveaux cas sur les douze derniers mois présente un niveau de contamination supérieur à la moyenne régionale et à la moyenne nationale, celles-ci étant respectivement de 86 cas cumulés et 25,9 nouveaux cas par million d habitants. En terme de cas cumulés, l Hérault se situe en 14 e position parmi les départements de France métropolitaine 1. Sur les douze derniers mois, il se situe en 10 e position 2 parmi les départements les plus touchés. Ainsi, le SIDA reste un problème de santé publique important dans le département de l Hérault, justifiant la poursuite des efforts autant en matière de prévention et de dépistage que de connaissance de l épidémiologie de cette affection. Le Centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) de Montpellier se situe dans cette dynamique. Il s agit d un des principaux CDAG de France par le nombre de personnes vues, chiffre qui dépasse les personnes vues en 2000 et qui est en constante progression. Outre ces indicateurs d activité, il est important de pouvoir caractériser de façon précise la population se présentant à ce Centre 1 Les treize premiers départements sont : Paris, Alpes-Maritimes, Seine Saint Denis, Hauts de Seine, Val de Marne, Bouches du Rhône, Haute-Garonne, Val d Oise, Gironde, Var, Essonne, Corse du Sud et Vaucluse. 2 Les neuf premiers départements métropolitains les plus touchés sont : Paris, Seine Saint Denis, Val de Marne, Gironde, Alpes Maritimes, Hautes Alpes, Hauts de Seine, Gard et Essonne.

5 2 pour des conseils parallèlement à des tests de dépistage tant du SIDA que de l hépatite C. C est pourquoi, la démarche d enquête nationale sur l activité des CDAG développée par l Institut national de veille sanitaire (InVS), le CDAG de Montpellier a engagé une démarche permettant de décrire de façon régulière la population qu il reçoit. Ce rapport présente les résultats obtenus lors de la première période d'enquête. Il sera complété dans le futur par des données d'évolution dans le temps et par les données issues du CDAG de Béziers.

6 3 II. OBJECTIF Décrire la population des consultants au CDAG de Montpellier. Comparer cette population à la population des consultants de CDAG au niveau national.

7 4 III. MÉTHODE La méthodologie de cette enquête sur les consultants réalisée au CDAG de Montpellier est calquée sur la méthodologie d enquête mise en œuvre pour la première fois au niveau national en juin/juillet 1999 par l Institut national de veille sanitaire 3. Il s agit d une enquête transversale réalisée au CDAG de Montpellier au cours du 4 e trimestre Pendant cette période, l enquête était exhaustive et anonyme. Elle a concerné l ensemble de la population qui s est présentée au CDAG, que ce soit pour une demande d information ou la réalisation d un test. La première partie du questionnaire, élaboré au niveau national dans le cadre de l InVS était auto-administré. Elle permettait d explorer 5 dimensions : 1. caractéristiques de la personne : les questionnaires concernaient le sexe, l année de naissance, le pays de naissance, la nationalité, le niveau d études, le type d emploi et la couverture sociale ; 2. motifs de la consultation : les questionnaires concernaient la manière dont le CDAG avait été connu, le motif de la venue et les motifs de la demande de test ; 3. comportement : les questions concernaient la vie sexuelle (identité sexuelle, type et nombre de partenaires depuis 12 mois), l usage de drogues, les transfusions, les autres risques (tatouage, piercing, etc ) ; 4. les attitudes préventives : avec l usage des préservatifs, les ruptures de préservatifs, le partage de matériel lors des injections et la manière dont la personne situait son propre risque ; 3 Pascal Gouëzel. Dispositif de dépistage anonyme et gratuit du VIH : un regard sur les consultants enquête nationale juin/juillet InVS. Novembre 2000 Saint-Maurice.

8 5 5. l histoire du dépistage : les questions portaient sur le nombre et les résultats des tests antérieurs (VIH et VHC). La deuxième partie, complétée par le médecin ayant réalisé la consultation, permettait de détailler la réponse apportée par le CDAG, la réalisation de tests de dépistage et leurs résultats. La CNIL, sollicitée par l InVS, a reconnu le caractère strictement anonyme de ce recueil d informations. La saisie et l analyse statistique ont été réalisées par l Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon. Chaque fois que l'information est disponible, les résultats concernant la population ayant consulté au CDAG de Montpellier sont présentés conjointement avec les données issues du recensement général de population de mars 1999 (Insee) et avec les résultats de l'enquête nationale publiée par l'invs. Les résultats sont le plus souvent donnés en pourcentage pour permettre les comparaisons entre ces trois sources d'information. La fréquence des valeurs manquantes dans notre échantillon est spécifiée au bas de chaque tableau.

9 6 IV. RESULTATS Au total, ce sont questionnaires remplis au CDAG de Montpellier qui ont pu être saisis et exploités sur la période d enquête. Dans la quasi totalité des cas (99,8 %), le motif de la consultation était la réalisation de tests de dépistage, proportion similaire à celle retrouvée au niveau national. IV.1 Age et sexe La population étudiée est constituée de plus de femmes que d hommes. Elles représentent 52 % de notre échantillon, proportion très proche de celle retrouvée au niveau de la population générale du département. Par contre, elle diffère de celle retrouvée dans l'enquête nationale où cette proportion est inversée, les hommes représentant alors 54,4 % de l'échantillon. Il faut noter que l'information concernant le sexe du consultant est absente dans 22,6 % des cas. Autre caractéristique de notre population en comparaison à celle de l'étude nationale : elle est plus jeune avec une représentation plus importante des tranches les plus jeunes, notamment celle des ans qui constitue 64 % de notre échantillon (54,4 % au plan national). Cette distribution diffère également de celle de la population générale, les personnes âgées étant très peu représentées dans notre échantillon. Tableau 1 Distribution par âge et sexe CDAG Montpellier Hérault INSEE InVS Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total n % n % n % % % % % % % Moins de 20 ans* 62 5, , ,8 3,2 3,2 6,4 4,6 10,0 14, ans , , ,9 8,7 9,2 17,9 28,8 25,6 54, ans 103 9,5 40 3, ,3 8,1 8,7 16,9 12,9 6,2 19, ans 19 1,8 12 1,1 31 2,9 8,0 8,6 16,6 4,8 3,2 8, ans 15 1,4 5 0,5 20 1,9 6,9 7,3 14,2 2,1 1,1 3,1 60 ans et plus 3 0,3 0 0,0 3 0,3 12,1 16,0 28,1 0,6 0,2 0,8 Total , , ,0 47,0 53,0 100,0 54,4 45,6 100,0 Valeurs manquantes : 22,6 % * INSEE 1999, plus de 16 ans Les femmes qui sont venues consulter sont plus jeunes que les hommes. Parmi ceux-ci, les hommes hétérosexuels sont plus jeunes

10 7 que les hommes homosexuels. Ces constats sont identiques à deux effectués au niveau de l'enquête nationale. Tableau 2 Répartition par âge, sexe et orientation sexuelle CDAG Montpellier InVS Femmes Hétérosexuels Hommes Homosexuels Femmes Hommes Hétérosexuels Homosexuels n % n % n % % % % Moins de 20 ans* , ,3 8 16,3 21,6 9,3 3, ans , , ,7 55,4 57,3 38, ans 40 7, , ,7 13,3 21,5 37, ans 12 2,1 17 3,9 1 2,0 6,8 7,5 15, ans 5 0,9 9 2,1 5 10,3 2,3 3,4 5,2 60 ans et plus 0 0,0 2 0,5 1 2,0 0,5 1,1 0,9 Total , , ,0 100,0 100,0 100,0 Valeurs manquantes : 22,6 % IV.2 Nationalité La proportion d'étrangers dans la population venant consulter au CDAG de Montpellier est supérieure, à la fois à celle observée dans l'enquête nationale et à celle observée au niveau de la population héraultaise. Tableau 3 Répartition selon la nationalité (en %) CDAG Montpellier Hérault INSEE 1999* InVS n % (%) (%) Française ,2 94,8 94,7 Etrangère 100 7,8 6,0 5,3 Valeurs manquantes : 9,4 % * 15 ans et plus

11 8 Les personnes étrangères sont principalement africaines, notamment d'afrique sub saharienne, ce dernier groupe représentant un tiers des consultants, proportion un peu supérieure à celle relevée dans l'enquête nationale. Tableau 4 Répartition des étrangers CDAG Montpellier InVS n % (%) Afrique du Nord Afrique sub saharienne Europe de l'est Amérique du Sud Autre région On peut relever un certain nombre de caractéristiques de cette population quand on la compare à celle des consultants de nationalité française. Il faut cependant interpréter ces différences avec une certaine prudence, car elle concerne un effectif relativement faible de personnes (100) : cette population est à majorité masculine (56,3 %), alors que la population française est à majorité féminine (52,9 %), mais cette différence n'est pas statistiquement significative ; on observe une sur représentation des personnes de ans dans cette population (22,2 %) par rapport à la population des consultants français (13,2 %) et une sous représentation des plus jeunes : les moins de 20 ans forment respectivement 10,2 % et 17,2 % des deux groupes comparés. Ces différences sont significatives sur le plan statistique ; il n'y a pas de différence de niveaux d'études entre les deux groupes ; ce groupe de consultants de nationalité étrangère bénéficie plus souvent de l'aide médicale (2,1 %) et de la CMU (7,4 %) ou bien ne dispose d'aucune couverture sociale (7,4 %) ou déclare ne pas savoir s'il est couvert par un régime de sécurité sociale (16,0 %) que le groupe des consultants français où ces proportions sont respectivement de 0,8 %, 5,5 %, 0,7 % et 6,8 % ;

12 9 ils sont moins nombreux à avoir un travail stable (14,4 % vs 23,3 %) et plus nombreux à rechercher un premier emploi (15,5 % vs 6,5 %) ; la population de nationalité étrangère ne se différencie pas de la population des consultants français, sur la pratique antérieure de tests de dépistage : 53,5 % vs 54,1 % ; enfin, ces deux populations ne se différencient pas sur les types de rapports sexuels au cours des 12 derniers mois. IV.3 Niveau d'études, situation vis-à-vis du travail Les consultants du CDAG de Montpellier se caractérisent par un niveau d'études plus élevé que celui relevé lors de l'enquête nationale. Tableau 5 Niveau d études CDAG Montpellier InVS n % (%) Etudes primaires/cap-bep-bepc ,5 25,2 Baccalauréat ,5 23,3 Etudes supérieures ,0 42,9 Niveau non précisé ,0 8,6 Valeurs manquantes : 0 % Les personnes suivant des études ou en formation sont en proportion nettement supérieure parmi les consultants du CDAG de Montpellier par rapport au niveau national : ils forment plus de la moitié des consultants ici contre moins d'un tiers dans l'enquête InVS. A l'opposé, comme le montre le tableau suivant, les personnes ayant un emploi stable sont en proportion deux fois moindre.

13 10 Tableau 6 Situation vis-à-vis de l emploi CDAG Montpellier InVS n % (%) Etudes ou formation ,5 32,2 Emploi stable ,7 42,3 Chômage 111 8,6 9,8 Situation autre 88 6,8 3,8 Petits boulots 45 3,5 5,4 Recherche 1 er emploi 39 3,0 3,9 Stage d'insertion 11 0,8 1,4 Pas de recherche d'emploi 7 0,5 1,3 Non emploi pour raison médicale 7 0,5 0,9 Valeurs manquantes : 8,9 % IV.4 Couverture sociale Dans l'enquête nationale, ils étaient 2,3 % à déclarer ne bénéficier d'aucune couverture sociale. Dans notre population, ils sont en proportion moindre : 1,1 %. Il faut relever qu'ils sont 6,0 % à déclarer bénéficier de l'aide médicale ou de la CMU. Plus d'un consultant sur deux relève du seul régime de base de la sécurité sociale (57,1 %). Un sur cinq bénéficie en outre d'une mutuelle. Parmi les consultants, 6,8 % ne connaissent pas leur statut en terme de couverture sociale.

14 11 IV.5 Partenariat depuis 12 mois Les consultants de Montpellier se caractérisent par rapport aux consultants de l'ensemble des CDAG par le fait d'être en proportion plus importante à déclarer avoir eu plusieurs partenaires stables et moindre à déclarer à avoir eu des partenaires occasionnels ou un seul partenaire stable. Tableau 7 Partenaires au cours des 12 derniers mois CDAG Montpellier InVS n % (%) Aucun rapport 40 3,1 2,3 Un seul partenaire stable ,8 28,7 Plusieurs partenaires stables à la suite ,8 18,3 Un partenaire stable et d'autre(s) occasionnel(s) ,5 26,6 Partenaires occasionnels ,8 24,1 Valeurs manquantes : 9,5 % Il n'existe pas de différence de distribution par âge de la population selon ces différents groupes. De même, cette distribution ne varie pas, comme nous l'avons vu précédemment selon la nationalité. Les hommes homosexuels ou bisexuels se caractérisent par une fréquence plus importante de partenaires occasionnels et une fréquence moindre des partenaires stables que les hommes hétérosexuels et les femmes. Tableau 8 Partenaires selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % Aucun rapport 18 3,2 10 2,3 0 0,0 Un seul partenaire , ,9 6 8,8 Plusieurs partenaires stables à la suite , , ,7 Un partenaire stable et d'autre(s) occasionnel(s) , , ,1 Partenaires occasionnels 93 16, , ,4 Valeurs manquantes : 25,2 %

15 12 IV.6 Orientation sexuelle La majorité des personnes venue consulter au CDAG de Montpellier se définit comme hétérosexuelle. Cette proportion est légèrement plus élevée qu'au niveau national. La population du CDAG de Montpellier se caractérise par une fréquence accrue de personnes déclarant ne jamais avoir eu de rapport et légèrement moindre de personnes déclarant avoir eu des rapports homo ou bisexuels. Ces différences de distribution sont significatives. Tableau 9 Orientation sexuelle CDAG Montpellier InVS n % (%) Jamais eu de rapport 10 0,8 1,0 Rapports avec des personnes seulement de sexe opposé Rapports avec des personnes seulement de même sexe Rapports avec des personnes des deux sexes ,9 87,6 67 5,1 6,7 40 3,1 4,2 Autres 2 0,2 0,4 Valeurs manquantes : 8,4 % Les hommes homosexuels ou bisexuels consultant à Montpellier sont plus jeunes que ceux de l'enquête nationale. Par contre, ils sont plus âgés en moyenne (30,2 ans ± 10,6) que les hommes hétérosexuels (26,1 ans ± 7,6) consultant à Montpellier ou que les femmes (22,8 ans ± 5,8). Tableau 10 Age des hommes homo ou bisexuels CDAG Montpellier InVS n % (%) < 20 ans 10 14,7 3, ans 26 38,2 38, ans 24 35,3 37, ans 2 2,9 15, ans 5 7,4 5,2 60 ans et plus 1 1,5 0,9

16 13 Leur niveau d'études est moins élevé que celui des hommes hétérosexuels ou des femmes. Tableau 11 Niveau d études selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % CAP, BEP, BEPC ou moins 45 8, , ,3 Baccalauréat , , ,2 Etudes supérieures , , ,5 Valeurs manquantes : 26,1 % Les hommes sont plus nombreux à être au chômage ou sans activité, alors qu'ils sont moins nombreux à avoir un travail stable ou à être en formation par rapport aux hommes hétérosexuels et aux femmes. Tableau 12 Statut vis-à-vis de l emploi selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % Travail stable 77 13, , ,3 Recherche 1 er emploi 45 8,0 29 6,7 3 4,5 Etudes ou formations , , ,4 Chômage 34 6,0 39 8, ,4 Sans activité 35 6,2 34 7,8 7 10,4 Valeurs manquantes : 18,0 % On relève également que quatre hommes homo ou bisexuels sur 5 ont déjà fait un test de dépistage pour le virus du sida, alors que cette proportion est de 1 sur 2 tant chez les hommes hétérosexuels que chez les femmes. Ils ont eu en moyenne 7,5 partenaires au cours des douze derniers mois (± 10,4). Cela va de 1 à 50 partenaires.

17 14 Chez les femmes et les hommes hétérosexuels qui ont eu des rapports, le nombre moyen de partenaires est respectivement de 2,6 (± 1,8) et 2,9 (± 2,5). Les extrêmes sont respectivement de 1 à 20 et de 1 à 25. Si la population d'hommes homo ou bisexuels qui ne peuvent se prononcer sur leur perception du risque de sida est similaire à ce qui se retrouve chez les hommes hétérosexuels ou chez les femmes, ils sont trois à quatre fois plus nombreux à se trouver plus à risque et également plus nombreux à se trouver avec un risque identique. Par contre, ils sont moins nombreux à estimer être moins à risque ou absolument sans risque. Tableau 13 Perception du risque de sida selon l orientation sexuelle Femmes n % Hommes Homosexuels ou Hétérosexuels bisexuels n % n % Aucun risque 30 5,4 23 5,3 2 2,9 Moins de risque 86 15, ,8 3 4,4 Risque identique , , ,8 Plus de risque 28 5,0 19 4, ,2 Ne sait pas 87 15, , ,7 Valeurs manquantes : 25,9 %

18 15 IV.7 Relations sexuelles Parmi les personnes ayant déclaré avoir eu des rapports sexuels au cours des douze derniers mois, 259 (20,8 %) ont eu des rapports avec une seule personne. Les femmes et hommes hétérosexuels sur le CDAG de Montpellier ont plus fréquemment entre 5 et 7 partenaires qu'au niveau national et moins souvent 2 partenaires. Les hommes homo ou bisexuels ont également plus souvent 2 partenaires à Montpellier. Tableau 14 Nombre de partenaires selon l orientation sexuelle Femmes Hommes Hétéro Homo + bisexuels CDAG Montpellier InVS CDAG InVS CDAG InVS n % % n % % n % % Deux partenaires ,0 49, ,9 40,6 9 24,3 14,6 3 à 4 partenaires ,9 38, ,0 35, ,0 26,0 5 à 7 partenaires 42 12,9 9, ,0 15,9 6 16,2 20,3 8 à 10 partenaires 6 1,8 1,7 6 2,7 5,5 6 16,2 17,1 Plus de 10 partenaires 1 0,3 1,5 3 1,4 2,6 6 16,2 22,0 On relève que 4,3 % des consultants déclarent avoir eu des rapports avec des personnes séropositives. Ce taux atteint 37,3 % chez les hommes homosexuels ou bisexuels. Ces rapport étaient non protégés dans 35,1 % des cas (16,7 % chez les hommes homo ou bisexuels). Il faut noter que 40,2 % de la population des consultants ne savaient pas s'ils avaient eu ou non des relations sexuelles avec des personnes séropositives. Plus d'un consultant sur cinq (21,9 %) déclare avoir eu des rapports avec des africains ou antillais. Il n'existe pas de variations selon l'orientation sexuelle du répondant. Ces rapports étaient non protégés dans 48,8 % des cas. Un consultant sur 10 (10,1 %) déclare avoir eu des rapports avec des homosexuels ou des bisexuels. Près de 7 % des répondants ne savent pas s'ils ont eu des rapports avec des homosexuels ou des bisexuels. Ces rapports sont non protégés dans 43,6 % des cas (17,4 % chez les hommes homo ou bisexuels).

19 16 6,0 % des consultants ont eu des rapports avec des usagers de drogues et 7,0 % ne savent pas répondre à cette question. Il existe peu de variation de ces proportions selon l'orientation sexuelle du répondant. Ces rapports sont non protégés dans 60,0 % des cas. Les rapports avec les prostituées ne sont relevés que chez les hommes : 8,6 % pour les hétérosexuels et 10,9 % pour les homo et bisexuels. Il y a absence de protection pour ces rapports dans 9,5 % des cas. Six consultants ont déclaré se prostituer : 3 femmes, 1 homme hétérosexuel et 2 hommes homo ou bisexuels. Les rapports sont non protégés dans 2 cas sur 6. La valeur est manquante dans un cas.

20 17 IV.8 Usage du préservatif L'usage de préservatif est plus fréquent avec les partenaires occasionnels qu'avec les partenaires stables. Par rapport au niveau national, que le partenaire soit stable ou occasionnel, on relève un usage irrégulier du préservatif plus fréquent et un usage systématique plus rare. Tableau 15 Usage du préservatif Avec partenaire stable Avec partenaire occasionnel CDAG Montpellier InVS CDAG Montpellier InVS n % % n % % Jamais ,3 34, ,5 18,0 De façon irrégulière ,5 21, ,9 38,3 Toujours ,3 44, ,6 43,7 Valeurs manquantes : stable 20,4 % - occasionnel 38,2 % Les hommes homo ou bisexuels ont un usage plus fréquent du préservatif : ils sont 56,1 % à l'utiliser toujours, 22,9 % à ne jamais l'utiliser et 21,0 % à l'utiliser de manière irrégulière avec leurs partenaires stables. Avec des partenaires occasionnels, on relève que 65,5 % des hommes homo ou bisexuels utilisent toujours le préservatif, 8,6 % jamais et 25,9 % irrégulièrement. L'utilisation du préservatif par les personnes de nationalité étrangère est moins fréquente : elles sont 25,3 % à ne jamais l'utiliser, 45,6 % à l'utiliser irrégulièrement et 29,1 % à toujours l'utiliser avec des partenaires stables. Avec les partenaires occasionnels, ces proportions sont de 15,9 %, 53,9 % et 30,2 %. Des accidents de préservatifs sur les 12 derniers mois sont déclarés dans 41,0 % des cas. Cette proportion n'est que de 26 % au niveau national. Parmi les personnes utilisant des préservatifs, 69,7 % déclaraient une bonne utilisation (76 % au niveau national).

21 18 IV.9 Auto évaluation du risque d'infection à VIH La majorité des consultants ne se sent pas plus à risque que d'autres personnes vis-à-vis du VIH. Cette proportion est supérieure à Montpellier par rapport au niveau national. Les consultants sont globalement moins nombreux à se trouver moins à risque ou sans risque. Tableau 16 Auto évaluation du risque de sida CDAG Montpellier INVS n % (%) Aucun risque 67 5,3 8,0 Moins à risque que les autres ,5 21,0 Même risque que les autres ,7 50,0 Plus à risque que les autres 67 5,3 7,0 Ne sait pas situer son risque ,3 14,0 Valeurs manquantes : 10,3 %

22 19 IV.10 Motif de la venue au CDAG La très grande majorité des consultants viennent de leur propre initiative. La répartition des motifs recueillis à Montpellier est proche de celle relevée dans l'enquête nationale. C'est principalement l'inquiétude suite à un rapport sexuel qui constitue le premier motif de consultation avant le désir d'arrêter le préservatif ou le souhait du partenaire. Les incidents de préservatif sont notés comme motif de consultation dans plus d'un cas sur dix. Tableau 17 Motifs de consultation CDAG Montpellier INVS n % (%) Propre initiative ,3 Inquiet suite rapport sexuel ,2 41,2 Arrêt du préservatif ,3 21,0 Souhait de leur partenaire ,1 27,0 Incident de préservatif ,3 11,6 Sans raison particulière 126 9,5 7,5 Doute de la fidélité du partenaire 109 8,3 9,2 Contrôle d'un résultat antérieur 64 4,8 6,6 Suite à une campagne d'information 40 3,0 2,9 Problème de santé 26 2,0 2,4 Conseils de leur médecin 26 2,0 1,7 Signes de MST 18 1,4 1,8 Peur d'une contamination professionnelle 18 1,4 1,4 Blessure ou piqûre avec un objet 17 1,3 0,8 Partenaire VIH positif 16 1,2 1,9 Partenaire VHC positif 15 1,1 0,6 Bilan prénatal 14 1,1 0,8 Demande d'une administration 8 0,6 0,9 Rapport non consenti, violences sexuelles 7 0,5 0,4 Usage de drogues et partage de matériel 6 0,5 0,5 Transfusion sanguine 5 0,4 0,2

23 20 IV.11 Tests antérieurs Plus d'un consultant sur deux (54,3 %) a déjà eu un test de dépistage du sida. Cette proportion est légèrement inférieure à la proportion relevée au niveau national (56,3 %). Parmi ceux ayant pratiqué un test, la moyenne du nombre de tests antérieurs est de 2,1 (± 1,9) à Montpellier, alors qu'elle est de 2,25 au niveau national. Tableau 18 Nombre de tests antérieurs de dépistage CDAG Montpellier InVS n % (%) Un test ,4 44 Deux tests , ou 4 tests , ou plus 52 7,8 11 Valeurs manquantes : 11,6 % 120 consultants (8,4 %) avaient déjà pratiqué un test au CDAG de Montpellier. Les tests antérieurs étaient négatifs dans 99,4 % des cas. Dans les 0,6 % restant, le consultant ne connaissait pas le résultat. Si la proportion de femmes et d'hommes hétérosexuels s'étant déjà fait tester est proche (49,4 % et 52,3 %), elle est de 81,2 % chez les hommes homo ou bisexuels.

24 21 IV.12 Facteurs de risque Des antécédents de MST sont déclarés dans 7,5 % des cas (103 sujets). Il s'agit d'abord de mycose (29,2 % des antécédents de MST), de chlamydiae (27,0 %) et d'herpes génital (16,9 %). Les urétrites forment 12,3 % des antécédents de MST, dans 9 cas sur 10 gonococciques. Enfin, on relève 3 antécédents de végétations vénériens et 2 syphilis. Il y a parmi les consultants du CDAG, 38 antécédents de transfusion, soit 2,8 %. Dix de ces transfusions datent d'avant Les dix transfusés avaient déjà eu des tests de dépistage. Au total, 10 des transfusés (30,3 %) n'avaient pas eu de tests de dépistage antérieur. Le pays de transfusion est connu dans 22 cas : 19 transfusions ont eu lieu en France (dont une dans un DOM), une en Grèce, une au Portugal et une au Gabon. Quinze consultants se déclarent comme toxicomanes actuellement (1,1 %), dont deux disent échanger des seringues. Cependant, cette dernière information n'est pas disponible pour 10 des quinze cas. Lors de la consultation avec le médecin, 7,9 % des consultants se sont déclarés homo ou bisexuels. Dans le questionnaire, ils n'étaient que 6,4 %.

25 22 IV.13 Délai de consultation Seuls 2,2 % des patients ont été vu dans les 48 heures suivant la prise de risque. La majorité des consultants sont vus plus de 3 mois après cette prise de risque. Cependant, l'information est manquante dans les trois quarts des cas pour cet item. Tableau 19 Délai de consultation CDAG Montpellier n % Dans les 48 heures 8 2,2 Entre J 3 et J ,5 Entre J 8 et J ,1 Entre J 15 et J ,3 Après J ,9 Sans objet 13 3,6 Ne sait pas 1 0,3 Valeurs manquantes : 74,6 %

26 23 IV.14 Tests réalisés et résultats Un test Elisa est réalisé dans 97 % des cas. Le résultat est positif ou indéterminé dans 0,6 % des cas. L'antigénémie P 24 a été faite dans 55 cas (3,9 %). Le résultat a toujours été négatif. Une sérologie VHC a été réalisé chez 62,7 % des consultants avec 13 cas positifs, soit 1,5 % des tests et 0,9 % de la population. L'antigène HBS a été recherché dans 28,8 % des cas avec 6 résultats positifs, soit 1,5 % des tests et 0,4 % de la population. Pour la recherche d'anticorps HBS, elle a été réalisée auprès des 43,1 % des consultants avec 304 cas positifs, soit 49,5 % des tests et 21,4 % des consultants. Pour l'anticorps HBC, ces chiffres sont respectivement de 28,7 %, 42 résultats positifs, 10,3 % des tests et 3,0 % de la population. Le consultant est venu rechercher les résultats dans 99,8 % des cas.

27 24 V. TABLE DES ILLUSTRATIONS Tableau 1 Distribution par âge et sexe... 6 Tableau 2 Répartition par âge, sexe et orientation sexuelle... 7 Tableau 3 Répartition selon la nationalité (en %)... 7 Tableau 4 Répartition des étrangers... 8 Tableau 5 Niveau d études... 9 Tableau 6 Situation vis-à-vis de l emploi Tableau 7 Partenaires au cours des 12 derniers mois Tableau 8 Partenaires selon l orientation sexuelle Tableau 9 Orientation sexuelle Tableau 10 Age des hommes homo ou bisexuels Tableau 11 Niveau d études selon l orientation sexuelle Tableau 12 Statut vis-à-vis de l emploi selon l orientation sexuelle Tableau 13 Perception du risque de sida selon l orientation sexuelle Tableau 14 Nombre de partenaires selon l orientation sexuelle Tableau 15 Usage du préservatif Tableau 16 Auto évaluation du risque de sida Tableau 17 Motifs de consultation Tableau 18 Nombre de tests antérieurs de dépistage Tableau 19 Délai de consultation... 22

28 25 VI. ANNEXE (questionnaire)

29 26

30 27

31 28

32 29

33 30

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale

Novembre 2006. Dépistage anonyme et gratuit du VIH Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale Novembre 2006 Profil des consultants de CDAG en 2004 - Enquête épidémiologique transversale sommaire Introduction p. 2 Matériel et méthode p. 3 Résultats p. 5 1 Participation p. 5 1.1 Participation des

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires.

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. PATHOLOGIES SIDA Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. Cancers : vue d ensemble. Cancers du poumon. Cancers du sein. Cancers

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

3 150 diplômes de professions de santé

3 150 diplômes de professions de santé N 1 - Mai 005 3 150 diplômes de professions de santé délivrés en 003 dans la région Provence-Alpes-Côte d Azur En 003, onze formations aux professions de santé sont proposées en région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Les enquêtes auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter Pascale Bernillon Département des maladies

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG :

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG : Dépistage VIH : CDAG de Bichat Test Rapide d Orientation d Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Sandrine Rumi (infirmière) Situé dans l'enceinte de l'hôpital. Environ 6000 tests VIH / an.

Plus en détail

ORS. Île-de-France. Observatoire régional de santé d'île-de-france

ORS. Île-de-France. Observatoire régional de santé d'île-de-france ORS Île-de-France Observatoire régional de santé d'île-de-france Les connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida en Ile-de-France en Nathalie Beltzer, Leïla Saboni, Claire Sauvage,

Plus en détail

Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement

Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement VIOLENCES ET ACCIDENTS ACCIDENTS DE LA CIRCULATION Contexte Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement dans la vie quotidienne, les accidents

Plus en détail

IV. LES JEUNES IV.3. LES PRATIQUES

IV. LES JEUNES IV.3. LES PRATIQUES IV. LES JEUNES IV.3. LES PRATIQUES IV.3.1. Âge au premier rapport sexuel D'une façon générale, on peut dire que parmi les adolescents de moins de 17 ans, les relations sexuelles sont le fait d'une minorité,

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

ENQUETE PERINATALE MARTINIQUE SITUATION EN 2003 ET EVOLUTION DEPUIS 1998

ENQUETE PERINATALE MARTINIQUE SITUATION EN 2003 ET EVOLUTION DEPUIS 1998 Numéro 39 Septembre 2006 LE BULLETIN DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTE DE LA MARTINIQUE ENQUETE PERINATALE MARTINIQUE SITUATION EN 2003 ET EVOLUTION DEPUIS 1998 Disposer régulièrement de données fiables et

Plus en détail

Les connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida en France

Les connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida en France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE INSTITUT NATIONAL POUR LA PREVENTION ET DE L EDUCATION A LA SANTE REGION ILE-DE-FRANCE AGENCE NATIONALE DE RECHERCHES SUR LE SIDA Les connaissances, attitudes, croyances

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS 1 er décembre 2008 SIMPPS Toulouse Service Interuniversitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé Directeur : Pr Jean-Marc

Plus en détail

Dossier de presse 28 avril 2005

Dossier de presse 28 avril 2005 Dossier de presse 28 avril 2005 Comportement, attitude et rôle des médecins et pharmaciens dans la prévention et l éducation pour la santé Contact presse Inpes : Sophie Decroix : Tel : 01 49 33 23 06-

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations

Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter - Alice Bouyssou - Pascale

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon pour l économie du Languedoc-Roussillon RECENSEMENT DE LA POPULATION 2006 N 4 - Juillet 2009 Le Languedoc-Roussillon : la région où le nombre de logements a le plus augmenté Mireille LEFEBVRE - Insee Le

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Etablissements de santé de la région Paca

Etablissements de santé de la région Paca Direction déléguée aux politiques régionales de santé Service Démocratie sanitaire Courriel : ars-paca-contact.cruqpc@ars.sante.fr Téléphone : 04 13 55 83 72 ou 83 75 Télécopie : 04 13 55 85 09 Réf : Analyse

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique décembre 2010 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83 83 Fax

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

UNE ACTION DE PRÉVENTION AUPRÈS DE JEUNES FEMMES EN BOURGOGNE

UNE ACTION DE PRÉVENTION AUPRÈS DE JEUNES FEMMES EN BOURGOGNE UNIVERSITE DE BOURGOGNE MÉDECINE PRÉVENTIVE UNE ACTION DE PRÉVENTION AUPRÈS DE JEUNES FEMMES EN BOURGOGNE octobre 1999 I. MILLOT Enquête cofinancée par le Conseil Régional de Bourgogne et la Direction

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

et résultats Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans N 839 avril 2013

et résultats Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans N 839 avril 2013 ét udes et résultats N 839 avril 2013 Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans En janvier 2011, 2,3 millions d enfants de moins de 3 ans vivent en France métropolitaine.

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique. Novembre 2013

Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique. Novembre 2013 Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique Novembre 2013 Principaux points de l'étude : Présentation Accenture a réalisé une enquête en ligne auprès de 9 015 adultes, âgés de 18 ans et

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

les régions de France

les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS d'aquitaine, Centre, Guadeloupe, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord Pas-de-Calais Les maladies transmissibles dans les régions de France

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE

ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE Exploitation régionale des enquêtes ménages déplacements 2007-2009 ETUDE en Cours Présentation des premiers résultats Court Débat ORT 5 mai 2011 Logo région

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Sondage d opinion auprès des Canadiens FONDATION ÉMERGENCE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Mai 2007 Dossier : 12717-010 507, place

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique.

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique. Réalisation : Corevih de JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA EDITION 2014 QU EST CE QUE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA OU JMS? Le concept d une Journée mondiale de lutte contre le sida

Plus en détail

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des Écarts entre morbidité déclarée et morbidité mesurée À travers l enquête décennale santé Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Analyses régionales du Baromètre santé Inpes 2010 Grandes tendances dans les DOM Dossier de presse Novembre 2013 Contacts

Plus en détail

2 e. Enquête ÉDITION. auprès des. h%mmes. qui. les lieux de. rencontre. extérieurs en Suisse romande et en France voisine

2 e. Enquête ÉDITION. auprès des. h%mmes. qui. les lieux de. rencontre. extérieurs en Suisse romande et en France voisine 2 e Enquête auprès des h%mmes qui fréquentent les lieux de rencontre extérieurs en Suisse romande et en France voisine ÉDITION Sommaire 1 2 3 4 Contexte & méthodologie Profils des répondants Santé globale

Plus en détail

CAMPAGNE SIDA ETE 2004 : INTENSIFICATION DES ACTIONS ENVERS

CAMPAGNE SIDA ETE 2004 : INTENSIFICATION DES ACTIONS ENVERS DOSSIER D INFORMATION LE 10 JUILLET 2004 CAMPAGNE SIDA ETE 2004 : INTENSIFICATION DES ACTIONS ENVERS LES POPULATIONS LES PLUS TOUCHEES CONTACT PRESSE INPES Sophie Decroix, 01 49 33 23 06, sophie.decroix@inpes.sante.fr

Plus en détail

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON N 4 - Avril 23 QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Magalie DINAUCOURT En 1999,132 jeunes Languedociens de 15 à 29 ans étaient sortis du système scolaire sans le baccalauréat. Parmi eux,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE

ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE > Résultats de la première interrogation (année 2013) Cette étude a été financée par SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 I. RÉSULTATS

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

LA RELATION AFFECTIVE ET SEXUELLE DES JEUNES: QUELQUES REPÈRES

LA RELATION AFFECTIVE ET SEXUELLE DES JEUNES: QUELQUES REPÈRES LA RELATION AFFECTIVE ET SEXUELLE DES JEUNES: QUELQUES REPÈRES -Baromètre santé jeunes (INPES) - Enquête IFOP: «Génération YouPorn: mythe ou réalité?» -Enquête sur la sexualité en France BAROMETRE SANTE

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés Emploi des travailleurs handicapés Une obligation, une diversité, des défis partagés Arcat 94-102, rue de Buzenval, 75020 Paris Tél. : 01 44 93 29 29 info@arcat-sante.org www.arcat-sante.org Avec le soutien

Plus en détail

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE ETUDE des CONNAISSANCES, ATTITUDES et PRATIQUES Auprès des Dentistes Privés de la Région de Rabat L. BAHIJE, A. BAHOUM, F. ZAOUI, W. RERHRHAYE 1 2 L orthopédie

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Le tabagisme et les jeunes Champardennais

Le tabagisme et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes Le tabagisme et les jeunes Champardennais L enquête ESCAPAD 2008 1 montre que le tabac est la deuxième substance psychoactive ayant déjà été consommée par les jeunes de 17 ans (70,7

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Déterminants sociaux et comportements sexuels à risque

Déterminants sociaux et comportements sexuels à risque Déterminants sociaux et comportements sexuels à risque ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 Annie Velter, Leïla Saboni, Alice Bouyssou,Caroline Semaille Département des maladies infectieuses 26 avril

Plus en détail

La couverture complémentaire santé des jeunes

La couverture complémentaire santé des jeunes La couverture complémentaire santé des jeunes en France et dans les Pays de la Loire 2013 Décembre www.santepaysdelaloire.com Auteur Sandrine David, Dr Anne Tallec, Observatoire régional de la santé (ORS)

Plus en détail

MIDI-PYRENEES. Christine BOY A.F.T. 72 RUE EDMOND ROSTAND BP 92048 31018 TOULOUSE CEDEX 2 05 61 99 53 47 cboy@aft-iftim.com

MIDI-PYRENEES. Christine BOY A.F.T. 72 RUE EDMOND ROSTAND BP 92048 31018 TOULOUSE CEDEX 2 05 61 99 53 47 cboy@aft-iftim.com TABLEAU DE BORD RÉGIIONAL DE L EMPLOII ET DE LA FORMATIION PROFESSIIONNELLE DANS LES TRANSPORTS ROUTIIERS ET LES ACTIIVIITÉS AUXIILIIAIIRES DU TRANSPORT MIDI-PYRENEES 2009 Christine BOY A.F.T. 72 RUE EDMOND

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les données chiffrées sont parfois arrondies, en général au plus près de leurs valeurs réelles. Le résultat arrondi d une combinaison de chiffres (qui fait intervenir leurs valeurs réelles)

Plus en détail

Les usagers des missions de régulation du Samusocial de Paris en 2012

Les usagers des missions de régulation du Samusocial de Paris en 2012 Les usagers des missions de régulation du Samusocial de Paris en 2012 Sommaire Préambule...2 Les usagers du 115 de Paris...2 Hébergement et autres réponses apportées à la demande...2 Variation de la demande

Plus en détail

MARS 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES. Enquête typologique

MARS 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES. Enquête typologique MARS 214 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique Sommaire Introduction 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables étudiés 5 2 1 Caractéristiques

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 463 Novembre 2013 La mobilité à longue distance des Français en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2012, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail