Sommaire. Introduction. Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale. Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Introduction. Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale. Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites"

Transcription

1 Sommaire Sommaire Introduction Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites Chapitre 3 Le cas des petites séries Chapitre 4 La carte de contrôle "petites séries" Conclusions générales LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 1

2 Sommaire Introduction Le cadre de notre étude... I.1 Plan du mémoire... I.2 Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale Qualité et démarche Qualité les différentes approches de la qualité Démarche Qualité Stratégie Qualité Système Qualité Méthodes Qualité Outils qualité Les normes ISO 9000 et la démarche Qualité L'évolution des méthodes de la qualité Première évolution, recherche de la qualité dès la conception Le contrôle de réception L'auto-contrôle La qualité dès la conception La qualité dès le marketing Deuxième évolution, plus de modélisation Classification des méthodes et des outils Le QFD - Quality Function Deployment Présentation de la méthode Principe de base de la démarche QFD Les plans d'expériences L'AMDEC Analyse des Modes de défaillances de leurs effets et de leurs Criticité L outil statistique Son importance dans la démarche Qualité La MSP ou SPC La cohérence des différents outils Conclusion du chapitre LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 2

3 Sommaire Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites Le pilotage par cartes de contrôle Introduction La carte de Shewhart [She 31] Les autres cartes basées sur la moyenne L'amélioration de l'efficacité par les cartes CUSUM Cartes CUSUM de LUCAS Cartes CUSUM Cartes FIR CUSUM Combinaison Shewhart/CUSUM Les cartes CUSUM avec masque en V le concept de capabilité Cas des critères symétriques Rappels élémentaires Les indicateurs de capabilité court terme et long terme Les indicateurs Cp et Cpk Les indicateurs Pp et Ppk Les indicateurs Cm et Cmk Synthèse des différents indicateurs La difficulté d'estimer la capabilité machine Cas des productions rapides Cas des productions lentes Les différentes approches pour le calcul de la dispersion Calcul des capabilité à partir des cartes de contrôle Estimation de l écart-type instantané Estimation de l écart-type global Les problèmes du calcul des capabilités à partir des cartes Le calcul à partir des valeurs individuelles Calcul lorsqu'on ne connaît pas les valeurs individuelles Le concept de capabilité - cas des critères de forme et de position le problème des critères de forme Détermination de la fonction de répartition Détermination de la loi normale sous-jacente Détermination de la dispersion Calcul de la capabilité machine Critique des indicateurs de capabilité Les limites de l'indicateur Cpk LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 3

4 Sommaire 3.2. Notion de fonction perte Comparaison de deux situations Cpk =1,33 dans un assemblage Notre proposition d amélioration Définition du Rendement de Réglage Rr Présentation du rendement Rr Condition de capabilité sur le rendement Rr Situation de référence Situation quelconque Cas des tolérances uni limites Intérêt de notre coefficient Rr dans le cas d'une cotation statistique Rappel sur la cotation statistique Les inconvénients d'un non-respect du coefficient Rr Application à l'exemple du respect de Rr Conclusion de cette étude L'indicateur de maîtrise des procédés Rm Définition de l'indicateur Rm Interprétation de l'indicateur Rm Interprétation des chutes de capabilité à partir des indicateurs Rr et Rm La chute des capabilités Le tableau des capabilités et son interprétation Conclusion de ce chapitre Les limites de l'utilisation de la MSP LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 4

5 Sommaire Chapitre 3 Le cas des petites séries Introduction Typologie des petites séries Le besoin d'une classification Les critères de classification Le tableau d'évaluation Les limites de l application des cartes dans le cas des petites séries Les problèmes posés par les petites séries Nécessité d'un échantillon Une carte par caractéristique La connaissance de la population Les réponses à ces obstacles La méthode traditionnelle de pilotage Exemples dans le cas d'une série de 10 pièces Critique de la méthode Condition de réussite de la MSP dans le cas des petites séries Utiliser le principe de l'échantillonnage Retrouver un effet de série Modifier les cartes de contrôle Cas 1 : les étendues sont constantes pour l'ensemble des lots Cas 2 : les étendues ne sont pas constantes d'un lot à l'autre Critique de la méthode Etudier le procédé Collecte des données Recherche des causes spéciales de variation Etude des causes communes de dispersion Etude de la capabilité du procédé Critique de la méthode Surveiller les caractéristiques du procédé La recherche d'un modèle Identification d'une partie de A par les plans d'expériences Identification par régression multiple Caractéristiques de la matrice [M] LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 5

6 Sommaire Matrice idéale Surveiller le procédé Surveiller la pièce Evaluation des méthodes en fonction de la typologie des petites séries Adaptation des méthodes aux différents cas C1 - Aide au réglage dès les premières pièces C2 - l'aide au réglage sur échantillon C3 - Le suivi et l'amélioration des capabilités C4 - Le coût de mise en oeuvre C5 - La facilité de mise en oeuvre - Adaptation globale Méthode/Type de production Conclusion sur cette classification Conclusion sur ce chapitre LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 6

7 Sommaire Chapitre 4 La carte de contrôle "petites séries" Le besoin d'une nouvelle méthode Principe de base de la carte de contrôle "petites séries" Présentation de la carte Le remplissage de la carte des petites séries Le calcul des limites de contrôle Identification de l'écart-type de la population Calcul de la carte des moyennes Calcul de la carte des étendues Détermination du réglage optimal Cas où le réglage doit être réalisé sur la première pièce Cas du réglage sur la n ième pièce Règle pratique de réglage détermination de la règle Détermination d'une grille de réglage Efficacité de la carte de contrôle "petites séries" Capabilité à partir des cartes "petites séries" Capabilité court terme Capabilité long terme Autres utilisations de la carte de contrôle "petites séries" Carte de contrôle "petites séries" avec procédure CUSUM L'intérêt d'introduire une procédure CUSUM Le principe de la méthode Efficacité de la procédure CUSUM La carte "petites séries" - Application sur différents cas de figure Détermination de la carte Test n 1 - simulateur centré sur 1,3 soit 1 s Test n 2 - simulateur centré sur 2 soit 1,5 s Test n 3 - simulateur centré sur 2,6 soit 2 s Test n 4 - simulateur centré sur 4 soit 3 s Remarque sur la carte des étendues LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 7

8 Sommaire 10. Application à un cas industriel Les conditions de départ Mise en oeuvre des cartes Exemple de pilotage Les résultats Conclusion sur ce chapitre Conclusion générale...c.1 LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 8

9 Remerciements Le travail présenté dans ce mémoire a été réalisé au Laboratoire de Logiciels pour la Productique d'annecy (LLP) dirigé par Alain HAURAT. Je tiens à lui adresser mes sincères remerciements pour les précieux conseils qu'il m'a donné au cours de ce travail. Je remercie également Alain COURTOIS Professeur à l'université de Savoie pour sa collaboration et la qualité des relations qu'il a créées au cours des six années de travail en commun. Je remercie vivement Monsieur Alain BARREAU, Professeur à l'université de Nantes, d'avoir accepté de rapporter sur ce travail et de participer au jury. Sa notoriété dans le domaine de la Qualité m'honore de sa présence. Je suis très reconnaissant à M. Michel VERON Professeur à l'université de Nancy d'avoir accepté d'être rapporteur de ce travail. Ses compétences largement reconnues dans le domaine de la productique m'apportent une caution scientifique. Je remercie également à M. Claude FOULARD, Professeur à l'ensieg, de me faire l'honneur de participer au Jury. C'est avec plaisir que je profite de cette occasion pour remercier Alain JUTARD Professeur à l'insa de Lyon de m'avoir initié à la recherche dans son laboratoire au cours du DEA. Sa participation au jury m'apporte une grande satisfaction. Je remercie chaleureusement M. Alain PALSKY Responsable MSP de Rhone Poulenc d'avoir accepté d'être membre de ce Jury. Ses compétences dans le domaine de la MSP forcent mon admiration. Je le remercie pour les précieux renseignements qu'il m'a apportés au cours de ce travail tant par ses publications que par nos contacts téléphoniques. Je lui suis très reconnaissant pour la disponibilité qu'il m'a accordée. Je remercie également les entreprises qui m'ont permis de mettre en oeuvre et de tester les méthodes présentées dans ce mémoire. Que les entreprises et le personnel de la CPOAC et de TRANSROL soient assurées de ma gratitude. Que les membres du LLP, l'équipe du département Organisation et Gestion de la Production et les nombreux stagiaires soient remerciés de leurs précieuses contributions à ce travail. Enfin, je tiens à remercier Mme RAFFORT Responsable de la Bibliothèque de l'iut d'annecy, pour le remarquable travail qu'elle a effectué lors de mes recherches bibliographiques.

10 Introduction Introduction Le cadre de notre étude Dans le domaine de la productique, un des objectifs de la recherche est de trouver des méthodes formelles d'analyse et de modélisation des procédés industriels afin de faciliter leurs pilotages. C'est dans cet axe que s'inscrivent les outils de la maîtrise statistique des procédés. Les travaux réalisés jusqu'à ce jour ont surtout concerné les productions importantes de grandes et moyennes séries pour les procédés discontinus et continus. Peu de travaux ont concernés le cas des petites séries. Notre premier travail a été de faire l'analyse des méthodes existantes, et de délimiter leur cadre d'application. Cette étude permet de faire ressortir les efforts de recherche nécessaires pour couvrir l'ensemble des typologies de production des petites séries. Nous insistons dans le cadre de ce travail, sur la vision que nous portons sur l'interprétation des indicateurs de capabilité, par rapport à l'interprétation traditionnellement réalisée. Après avoir établi les limites de l'interprétation traditionnelle, notamment dans le cas des cotations statistiques, nous proposerons deux indicateurs de rendement Rr (Rendement de réglage), et Rm (Rendement de maîtrise). Ces rendements permettent de faciliter l'interprétation des indicateurs de capabilité, et ainsi, de prendre les mesures qui s'imposent pour améliorer la qualité. Cependant, l'objectif principal des travaux présentés dans cette thèse est d'élargir le champ d'application des méthodes de la maîtrise statistique des procédés aux cas des toutes petites séries (moins de 10 produits) et aux cas où le nombre de mesure est limité (cas des démarrages de séries par exemple). Pour permettre cet élargissement, nous présentons une nouvelle carte de contrôle, la carte de contrôle "petites séries". Parfaitement adaptée à ce type de production, cette carte permet de formaliser les décisions de réglage, les méthodes de pilotage et le suivi des capabilités dans le cas des toutes petites séries. LLP - Edition : 26/03/2004 Page I.1

11 Introduction Plan du mémoire Le chapitre 1 permet de situer les outils de la Maîtrise Statistique des Procédés dans un cadre plus global de la qualité totale. Nous étudierons dans ce chapitre les différentes approches de la qualité, et la démarche qui nous semble logique pour aborder la qualité dans une entreprise. Après avoir fait un tour d'horizon sur les principaux outils et méthodes de la qualité, nous situerons les outils de la maîtrise statistique des procédés et les limites dans leurs applications. Le chapitre 2 fait le point sur les principes de base de la MSP (Maîtrise Statistique des Procédés) et principalement sur les notions de capabilité et de cartes de contrôle qui nous seront utiles dans la suite de ce travail. Nous profiterons de ce chapitre pour présenter une technique de calcul de la capabilité long terme directement à partir des valeurs des moyennes et des étendues. Nous étudierons les risques associés à l'interprétation rapide des indicateurs de capabilité, et nous proposerons une méthode d'interprétation qui limite ces risques. Le chapitre 3 fait le point sur les limites de la démarche traditionnelle de pilotage des procédés dans le cas des petites séries. Il décrit les différentes méthodes pour appliquer la MSP avec l'étude des avantages et des inconvénients. La typologie des productions en petites séries permet d'établir une classification des méthodes en fonction de leur domaine d'application, et de mettre en évidence les zones d'ombre qui demeurent actuellement. Le chapitre 4 est consacré au développement d'une nouvelle carte de contrôle, la carte de contrôle "petites séries". Nous présenterons le principe de base de cette carte. La présentation des calculs des limites de contrôle permet de préciser la méthode que nous préconisons pour identifier la dispersion intrinsèque des procédés dans ce cas. Nous présenterons la connexion entre la carte de contrôle "petites séries" et la détermination du réglage optimal des procédés industriels pour une convergence très rapide vers la valeur nominale. L'étude de l'efficacité de cette carte de contrôle, nous conduira à introduire un calcul des sommes cumulées pour améliorer son efficacité. Enfin, après une présentation de différentes simulations de cette carte, nous présenterons un cas d'application industrielle de la méthode. La conclusion générale fournit un bilan des travaux et précise les objectifs futurs. LLP - Edition : 26/03/2004 Page I.2

12 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale 1. Qualité et démarche Qualité Au cours de ces dernières années, les entreprises industrielles ont été confrontées à une concurrence de plus en plus féroce. L'internationalisation de la compétition, la diminution de la demande due à la crise et la course au développement, ont poussé les entreprises à rechercher des atouts leur permettant de gagner la partie. La recherche de la qualité est alors devenue un point clé de la compétitivité des entreprises. Cette recherche ne date pas d'aujourd'hui. En effet, la qualité a toujours été un objectif important depuis que l'homme fabrique des objets. Cependant, le nouveau contexte de concurrence mondiale ranime cette quête de la qualité en demandant plus de formalisme dans son approche. Cette recherche a été un des axes fondamentaux de la progression des entreprises ces dix dernières années. Les progrès réalisés couvrent l'ensemble des domaines, depuis l'organisation de l'entreprise jusqu'au pilotage des procédés, en passant par de nouvelles relations entre les clients et les fournisseurs. Chaque secteur de l'entreprise est concerné et il est devenu impossible pour une entreprise d'assurer la qualité de ses produits ou de LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.1

13 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale ses services sans une organisation efficace basée sur un système qualité structuré. Cependant, la condition de réussite passe surtout par la dynamique créée sous l'impulsion du chef d'entreprise, et par l'utilisation adaptée de méthodes et d'outils ayant fait leurs preuves. 1.1 les différentes approches de la qualité Le terme "Qualité" regroupe de nombreux aspects et de nombreuses approches selon le point de vue où l'on se place. Pour mieux cerner ces différentes approches, il est intéressant d'analyser les différentes définitions qui ont été données pour définir la qualité. Les normes ISO [Iso 92] définissent la qualité de la manière suivante : "Aptitude d'une entité (service ou produit) à satisfaire les besoins exprimés ou potentiels des utilisateurs". La qualité ainsi définie est, selon C. Braesch [Bra 89], "principalement liée à la satisfaction des besoins d'un utilisateur, elle se constate au moment de l'usage du produit ou du service." Comparons la définition ISO à celle de la norme Japonaise [Nja 81] "Un ensemble de moyen pour produire de manière économique des produits et des services qui satisfassent les exigences des clients". L'analyse de ces définitions nous conduit à noter trois différences entre les deux définitions. Ces trois différences nous semblent traduire un écart d'état d'esprit que nous avons pu noter lors de notre visite d'étude au Japon entre l'approche occidentale et l'approche orientale. 1. On parle de moyen de production et non de produits. 2. On trouve le mot économique qui n'apparaît pas dans la définition ISO. 3. On parle d'exigences et non de besoins. Ces trois éléments nous semblent essentiels dans une démarche de qualité totale. Le premier point nous montre que dans la démarche industrielle japonaise, ce n'est pas le produit qui compte, mais l'ensemble des moyens mis en oeuvre pour aboutir à un produit de qualité. Les moyens sont très divers et couvrent l'ensemble de la vie du [Iso 92] - AFNOR - ISO - DIS [Bra 89] - Approche de la modélisation du système de production d'une entreprise manufacturière - C. Braesch - Thèse Université de Franche Comte [Nja 81] - Norme Japonaise LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.2

14 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale produit depuis les moyens marketing en passant par les moyens d'étude pour aller aux moyens de production et aux moyens de mesure. Pour un produit bien conçu, adapté à l'attente des clients, lorsque le moyen de production est capable, le produit est de qualité. La démarche prônée implicitement par la définition japonaise consiste donc à se focaliser sur les moyens plutôt que sur les produits. Ce n'est pas un hasard si la plupart des méthodes et des outils de la qualité ont été développés par les industriels Japonais. Ces outils et ces méthodes recouvrent en effet toute la vie du produit pour réellement fournir les moyens de produire de la qualité. Quelques approches similaires ont cependant été apportées récemment en Europe. Ainsi C. Braesch [Bra 89] distingue la notion de qualité précisée dans la définition ISO de la notion de "Démarche Qualité" qui représente l'ensemble des moyens mis en oeuvre pour aboutir à la réalisation d'un produit de qualité. Nous situerons notre travail dans cette démarche qualité. Le second élément de différenciation entre l'approche japonaise et l'approche occidentale est l'aspect économique. On associe Qualité et Economie. Faire de la qualité, oui, mais pas à n'importe quel coût et pas n'importe comment. Il nous semble que le développement important de l'auto-contrôle et des techniques statistiques au Japon n'est pas totalement étranger à cette différence dans l'approche de la qualité. Il est en effet impératif de limiter les contrôles tout en améliorant l'efficacité de ceux-ci pour diminuer le coût des produits. Cette recherche d'économie apparaît également dans le développement d'outils pour la qualité particulièrement adaptés à la prévention plus qu'à la correction. Le contrôle de réception a été principalement développé en occident alors que le contrôle de prévention (les "poka-yoke/anti-erreur") a surtout été utilisé au Japon. Enfin, faut-il différencier le "besoin" de "l'exigence"? Nous avons souvent entendu des industriels remettre en question un intervalle de tolérance donné par un client en invoquant la fonction de la pièce. Nous nous mettons à la place de notre client pour définir son besoin. Cette approche n'est pas la même que de considérer l'exigence de son client comme sacrée et de tout mettre en oeuvre pour la respecter. La notion de Clients/fournisseurs interne et de partenariat entre les entreprises ne peut exister que dans le respect des exigences du client et donc le respect de celui-ci. Ainsi, la définition ISO de la qualité nous semble traduire une approche relativement incomplète de la qualité qu'il est nécessaire de transcender si nous voulons rester compétitifs. D'autres définitions plus complètes de la qualité ont été données. On retiendra particulièrement la définition inscrite dans le dictionnaire de l'apics [Api 92] (American Production and Inventory Control Society) [Api 92] - APICS Dictionary - 7 th Edition LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.3

15 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale "Conformité au besoin ou Aptitude à l'emploi. La qualité peut être définie à travers cinq approches principales : (1) Une qualité transcendée est un idéal, une condition de l'excellence (2) L'approche "produit" de la qualité est fondée sur les attributs du produit (3) L'approche "utilisateur" de la qualité est l'aptitude à l'emploi (4) L'approche "production" de la qualité est la conformité au besoin (5) L'approche "valeur" de la qualité est le degré d'excellence pour un prix acceptable Aussi, la qualité à deux composantes majeures : (1) qualité de conformité - Cette qualité est définie par l'absence de défauts (2) qualité de conception - Cette qualité est mesurée par le degré de satisfaction du client par les caractéristiques et les aspects du produit." Cette définition a le mérite de recouvrir la plupart des approches de la notion de la Qualité en fonction des différents points de vue. La Qualité totale étant la démarche qui permet de satisfaire l'ensemble des différents points de vue. Un point commun parmi toutes ces approches reste l'importance donnée à la qualité comme critère qualifiant pour un produit. Terry Hill [Hil 89], dans son approche d'une stratégie de production pour les industriels, pense que "dans la plupart des cas la qualité est un critère qualifiant en terme de stratégie de production, son impact sur les parts de marché est plus fondamental que probablement aucun autre facteur". Terry Hill distingue d'ailleurs les critères qualifiants des critères gagnants. Un critère qualifiant est un critère que doit avoir nécessairement un produit pour être présent sur le marché. Un critère gagnant est un critère qui permet à un produit de devancer ses concurrents. On peut remarquer au cours de ces dernières années un glissement de la qualité qui était un critère gagnant pour la plupart des produits et qui devient de plus en plus un critère qualifiant. Il n'est plus pensable aujourd'hui de mettre sur le marché un produit qui ne serait pas de qualité. [Hil 89] - Manufacturing Strategy - Text and Cases - Terry Hill - IRWIN LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.4

16 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale 1.2 Démarche Qualité Le champ de la qualité est aujourd'hui si large qu'il est difficile d'en saisir la portée. Aussi, pour clarifier les éléments d'une démarche qualité dans l'entreprise, nous retiendrons la synthèse proposée par M. P.M. Galloy [Gal 92] qui propose une hiérarchie entre les différentes approches (figure 1.1). Stratégie Système Méthodes Outils Figure Hiérarchie dans la démarche Qualité Stratégie qualité La stratégie qualité exprime la volonté de la direction de l'entreprise de progresser vers l'excellence industrielle. Cette stratégie ne doit pas s'exprimer par une simple déclaration d'intention mais aussi par une volonté clairement exprimée lors des choix décisifs en matière de personnel, de matériel, ou de formation. Il n'existe pas de bataille gagnée sans stratégie définie et clairement comprise par l'ensemble des troupes Système qualité Le système qualité permet l'organisation, et la cohésion des différentes actions "qualité" dans l'entreprise. Le système qualité représente la charpente qui permet de supporter les actions qualité. Sans un système qualité rigoureux et solidement implanté, les méthodes et les outils qualité ne sont que feux de paille. Ils dépendent directement des hommes qui les ont mis en place, et disparaissent aussitôt que ces outils ne sont plus la priorité de ceux-ci. Le système qualité est relativement complexe à mettre en oeuvre. Les concepts sont essentiellement théoriques et il faut pouvoir, aux travers de procédures, rendre plus concret une organisation et un savoir-faire. [Gal 92] - Conférence PROGECTION - P.M. Galloy - Annecy LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.5

17 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale Méthodes qualité Les méthodes qualité établissent un cadre formel autour des actions qualité. Nous trouverons par exemple les méthodes statistiques d'analyse de données ou les méthodes de gestion des moyens de mesure. Les compétences en matière de qualité sont principalement au niveau des méthodes qualité. Trop souvent les compétences sont apportées au niveau des outils alors que la mise en oeuvre d'une démarche de qualité totale nécessite une parfaite maîtrise des méthodes qualité Outils qualité Soutiennent et facilitent la mise en oeuvre des méthodes. Nous trouvons par exemple les cartes de contrôle qui permettent de mettre en oeuvre de façon simple les méthodes statistiques d'analyse de données. Nous trouvons également les outils informatiques de Gestion des Moyens de Mesures (GMM) qui permettent de mettre en oeuvre les méthodes de GMM. La mise en place des outils de la qualité est bien entendu indispensable pour assurer la qualité totale dans une entreprise. Mais, nous avons noté dans notre pyramide que ces outils interviennent en derniers alors que très souvent, certains industriels commettent l'erreur de mettre en place les outils avant de définir une stratégie Les normes ISO 9000 et la démarche Qualité L'ensemble de la normalisation ISO 9000 [Iso 87] s'inscrit parfaitement dans cette démarche, et vise à créer le système qualité dans l'entreprise. Les normes ISO 9000 couvrent principalement les aspects stratégie et système, mais sont très peu développées sur les aspects méthodes et outils. En effet, si nous considérons la norme ISO 9001 qui est la plus complète dans les rapports contractuels entre un client et un fournisseur, nous trouvons seulement 3 chapitres sur les 20 chapitres de la norme qui sont spécifiques aux méthodes et outils. Ces chapitres sont les chapitres 10 (Contrôle et Essais), 11 (Maîtrise des équipements de contrôle, de Mesure et d'essai) et chapitre 20 (Techniques statistiques). La norme ISO 9000 n'est pas très étendue sur les méthodes et les outils. Mais ce n'est pas son objectif. Il s'agit de créer un système qualité permettant d'assurer que tout est mis en oeuvre pour créer et fabriquer des produits ou des services de qualité. Ce n'est pas pour autant qu'il faut négliger de mettre en place les méthodes et les outils qui permettront de fournir la qualité. Si cela n'est pas réalisé, il est alors possible d'être certifié ISO 9000 sans pour autant fournir des produits de qualité. [Iso 87] - Normes ISO 9000/DIS /9000-3/9001/9002/9003/9004/ LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.6

18 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale La démarche de certification des industries de l'automobile comme la SOGEDAC [Sog 92] est, par contre, plus centrée sur les méthodes et les outils de la qualité qui permettent d'obtenir des produits et des services conformes aux exigences des clients. Aussi, les grands donneurs d'ordres tels que les constructeurs automobiles semblent désormais s'orienter dans leurs audits vers la mise en place des méthodes et des outils. Ils font de plus en plus confiance à la certification ISO 9000 pour les strates "Stratégie" et "Système" de la pyramide. Trop d'entreprises commencent leur démarche qualité par les strates inférieures de la pyramide en achetant par exemple un logiciel d'assistance à la qualité. Il est facile de réaliser cette erreur. En effet, les bénéfices de l'achat d'un logiciel semblent être immédiats dès la mise en oeuvre de celui-ci alors que la constitution d'un système qualité semble être une démarche fastidieuse dont les bénéfices ne sont que lointains. Le présent travail porte essentiellement sur les strates méthodes et outils de la qualité. Cependant, nous garderons en permanence à l'esprit que ces strates ne peuvent donner leur pleine puissance que dans le cadre d'une démarche qualité totale impulsée par la direction et s'appuyant sur un système qualité. [Sog 92] - Questionnaire Audit SOGEDAC LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.7

19 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale 2. L'évolution des méthodes de la qualité Si nous analysons l'évolution des méthodes qualité depuis la dernière guerre, nous constatons deux évolutions : la première est le stade de la vie du produit concerné, la deuxième est une évolution vers un accroissement du besoin de modélisation. Ces évolutions traduisent un passage du stade artisanal au stade industriel. En effet, ce qui différencie le plus une production industrielle d'une production artisanale, c'est le formalisme dans sa production. Ces évolutions se sont donc accompagnées du développement de méthodes et d'outils rigoureux qui ont permis ce formalisme Première évolution, recherche de la qualité dès la conception Le contrôle de réception Le contrôle de la qualité s est d abord intéressé aux produits finis puisque c'est sur le produit fini que le client va juger la qualité. On a mis en place des contrôles sur ceuxci pour éviter à un éventuel produit défectueux d arriver chez le client. Les méthodes utilisées vont du contrôle à 100% à un contrôle statistique par échantillonnage mais n'assurent pas toujours 100% de pièces bonnes. En effet, même un contrôle à 100% ne peut pas assurer 100% de produits conformes. Pour s'en convaincre, il suffit de demander à plusieurs interlocuteurs le nombre de lettre f qu'ils comptent dans la phrase suivante : "Finished Files are the result of years of scientific study combined with the experience of many years." Rares sont les personnes qui trouvent le bon résultat qui est 6. Et pourtant, le contrôle est un contrôle à 100%. Dans le cas des contrôles par échantillonnage pour des critères attributifs, la courbe d'efficacité du plan de contrôle s'incline rapidement et vient prouver l'inefficacité de ce type de contrôle. Même en respectant la normalisation [Afn 83] en matière de [Afn 83] - Norme AFNOR NFX X / X LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.8

20 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale contrôle de réception - ce qui demande souvent des prélèvements importants - l'efficacité d'un tel contrôle est de piètre qualité. Pour s'en convaincre, il suffit de calculer la courbe d'efficacité d'un plan de contrôle par échantillonnage simple qui consiste à prélever 50 pièces et à refuser le lot dès l'apparition d'un produit défectueux. La courbe d'efficacité représente la probabilité pour un lot ayant une proportion p de non conformes d'être accepté. C'est donc la probabilité de tirer dans un lot de taille n, contenant une proportion p de non conformes, au plus A (critère d'acceptation) produits non conformes. C'est la loi binomiale qui s'applique. La courbe d'efficacité a comme équation : k= A P Ck p p n k n k = ( 1 ) k= 0 Nous pouvons donc construire la courbe d'efficacité du plan précédent. Nous accepterons un lot contenant une proportion p de non conformes à condition de trouver 0 pièce défectueuse parmi le prélèvement de 50 pièces. L'équation de la courbe d'efficacité est donc P = (1-p)50 Ce qui nous donne la courbe : 1 Probabilité d'acceptation 0,8 0,6 0,4 0,2 0 % de défaut Figure Courbe d'efficacité du plan de contrôle L'exemple précédent illustre la faible efficacité du contrôle par échantillonnage simple dans le cas des critères qualitatifs. En effet, malgré un critère d'acceptation sévère (A= 0) et un prélèvement important (50 produits) la probabilité d'accepter un lot comportant 2% de produits défectueux reste encore de 36 %. LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.9

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place SPC 1 Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place II-2-1. Définitions II-1-2. Capabilité machine et capabilité procédé II-2-3. Ppm 2 II-1. GénéralitG ralités Définitions

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Qualité en production

Qualité en production Daniel DURET et Maurice PILLET Qualité en production De l ISO 9000 à Six Sigma Troisième édition Éditions d Organisation, 1998, 2001, 2005 ISBN : 2-7081-3388-8 Sommaire INTRODUCTION... 17 Première partie

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage

Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage Mondialisation, augmentation du coût de l énergie et des matières, pressions sur les coûts. Les entreprises doivent évoluer dans un contexte changeant

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

TP Maîtrise Statistique des Procédés

TP Maîtrise Statistique des Procédés TP Maîtrise Statistique des Procédés Vous allez utiliser un programme informatique «SIMDI Tour» qui simule (sommairement) le fonctionnement d un tour à commande numérique. Pendant ce TP, qui se déroule

Plus en détail

VIII : Gestion des prévisions

VIII : Gestion des prévisions CHTIBI Chafik Une prévision est une prédiction des événements à venir qu'on utilise à des fins de planification. Les méthodes de prévision peuvent se fonder sur des modèles mathématiques utilisant les

Plus en détail

Manuel Qualité Page 1 sur 10 16 Février 2012 MQ-Indice G

Manuel Qualité Page 1 sur 10 16 Février 2012 MQ-Indice G Page 1 sur 10 Ce manuel Qualité est enregistré et mis à jour dans la base de données «Qualité» de MPL, dont une copie est accessible sur demande. C'est la version originale informatisée qui fait foi. Les

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES

TECHNIQUES STATISTIQUES TECHNIQUES STATISTIQUES, enseignant à l'institut d'administration des Entreprises, Université Nancy 2 SOMMAIRE 1. Introduction 3 2. Contrôle statistique des lots 3 2.1 Champ d'application 3 2.2 Niveau

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Six Sigma. Mélanie Viguier. Table des matières

Six Sigma. Mélanie Viguier. Table des matières Six Sigma Table des matières I Introduction... 2 Définition... 2 Historique et étymologie... 2 II. Description... 3 Six Sigma et la Méthode DMAIC... 3 La Mesure de Capabilité... 4 III. Conclusion... 5

Plus en détail

L entreprise : fonction Qualité. La fonction Qualité

L entreprise : fonction Qualité. La fonction Qualité La fonction Qualité Sommaire 1. Définition... 1 La qualité externe... 1 La qualité interne... 1 L'objet de la qualité... 1 2. La non-qualité... 2 3. Notion d'amélioration permanente... 2 4. Démarche qualité...

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Qualité

SOMMAIRE Thématique : Qualité SOMMAIRE Thématique : Qualité Rubrique : Audit et amélioration... 2 Rubrique : Divers... 8 Rubrique : Maintenance...11 Rubrique : Système de management de la qualité...14 1 Rubrique : Audit et amélioration

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L amélioration de la qualité de l enseignement supérieur et de la recherche constitue de nos jours une préoccupation majeure des différents acteurs. Cette amélioration

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

La gestion du temps 3e partie: La planification

La gestion du temps 3e partie: La planification Volume 15 No 3 - Septembre 1998 ÉDUCATION ET DROITS DE L'HOMME La gestion du temps 3e partie: La planification Colette Paillole Dans de précédents numéros de La revue des Échanges, nous vous avons présenté

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

un jeu pédagogique pour découvrir la Maîtrise Statistique des Procédés Sommaire OBJECTIFS...2

un jeu pédagogique pour découvrir la Maîtrise Statistique des Procédés Sommaire OBJECTIFS...2 NOTICE TECHNIQUE DE un jeu pédagogique pour découvrir la Maîtrise Statistique des Procédés Sommaire OBJECTIFS...2 CONTEXTE D'UTILISATION...3 POUR L'ENTREPRISE :...3 POUR LES ORGANISMES D E FORMATION ET

Plus en détail

«Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration»

«Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration» Conférence sur la certification EN 9100 «Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration» 16/12/2014 Christelle REBILLET Chef de Produit - AFNOR Certification Programme Contexte

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Examen intra LOG3000 Hiver 2014

Examen intra LOG3000 Hiver 2014 Examen intra LOG3000 Hiver 2014 Vendredi le 28 février 2014. Durée : 08h30 à 10h00 (total 1h30). Local : B-415. Total des points : 20. Pondération de l'examen dans la note finale : 35%. Sans documentation,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE SOMMAIRE Rubrique : Audit et amélioration... 2 Rubrique : Divers...12 Rubrique : Maintenance...17 Rubrique : Système de management de la qualité...20 1 Rubrique : Audit et amélioration SOMMAIRE Auditer

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE.

LES TABLEAUX DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE. LES TABLEAU DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE. La pratique du tableau de bord comme outil d aide à la décision pour les acteurs opérationnels est relativement ancienne. Le

Plus en détail

EPOS POUR PARTENAIRES

EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES NOTRE SOLUTION EPOS.UP POUR PARTENAIRES PROPOSE UN SYSTÈME INTÉGRÉ À LA POINTE À UN PRIX ABORDABLE. 02 / 03 SOMMAIRE SOMMAIRE La gestion d une activité Retail

Plus en détail

SIMDI - Simulateur de tournage

SIMDI - Simulateur de tournage SIMDI - Simulateur de tournage «Les élèves pilotent un processus de fabrication dans le temps réduit d une formation» Objectifs du simulateur «Appliquer la Maîtrise Statistique des procédés (MSP/SPC)»

Plus en détail

Leçon 12. Qualité. de définir les avantages et inconvénients de chaque type de contrôle,

Leçon 12. Qualité. de définir les avantages et inconvénients de chaque type de contrôle, Leçon 12 Qualité L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre les principaux types de contrôle mis en place pour assurer la qualité des produits et des processus. A l'issue de la

Plus en détail

Maintenance Productive Totale (TPM)

Maintenance Productive Totale (TPM) Cours de Productique Maintenance Productive Totale (TPM) Par BENSASSI NOUR Younès Glossaire: Historique...2 Contexte...2 Définition plus formelle...2 La démarche TPM...2 1-La phase d'analyse...2 1.1-Les

Plus en détail

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau Conduite de projets informatiques Principes généraux et techniques Eric Bourreau 1 Rappel Définition et terminologie Le découpage d un projet L estimation des charges Les techniques de planification L

Plus en détail

L ecoute, Le service, l echange,

L ecoute, Le service, l echange, L ecoute, Le service, l accompagnement, L assistance, l echange, la formation, le partenariat Acquérir nos solutions, ce n est pas seulement obtenir un outil informatique, c est également accéder à de

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO 9001. La charte qualité d HAWORTH

LA CERTIFICATION ISO 9001. La charte qualité d HAWORTH LA CERTIFICATION ISO 9001 La charte qualité d HAWORTH L ENTIERE SATISFACTION DE NOS CLIENTS : 1 ère RESPONSABILITE DE CHACUN Le groupe Haworth s'est engagé dans une démarche Qualité depuis 1991 car la

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification: 1992 11 89 0101 Catégorie: C Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien de la qualité

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

Les bases de la Démarche Qualité

Les bases de la Démarche Qualité Les bases de la Démarche Qualité 02 octobre 2014 Virginie Boulanger virginie.boulanger@cnrs-dir.fr Définition Le terme «qualité» pouvant être ambigu, vue sa multiplicité de sens, sa définition a été précisée

Plus en détail

L audit qualité interne

L audit qualité interne e-book : L Audit Qualité Interne - XL Formation - 2014 L audit qualité interne Les séries de Normes internationales ISO 9000 mettent l'accent sur l'importance de l audit interne comme outil de management

Plus en détail

Employé administratif et comptable niveau 2

Employé administratif et comptable niveau 2 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé administratif et comptable niveau 2 EVALUATION GDI DU SALARIE Employé administratif et comptable niveau 2 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule :

Plus en détail

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE Finalité de la démarche Evaluer les coûts résultant de la non-qualité.. Prérequis Notions élémentaires sur la démarche qualité et ses outils. 1 Les définitions

Plus en détail

Règles de certification de la marque

Règles de certification de la marque N d identification : NF102 N de révision : 10 Date d approbation : 15/06/2012 Date d édition : 29/08/2012 Règles de certification de la marque Validation des méthodes alternatives d analyse Application

Plus en détail

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers:

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers: Notre politique de qualité repose sur six piliers: Stratégie Notre stratégie est fondée sur la stratégie de production de Coop et les objectifs qui en découlent sont mesurables sur le terrain. Elle est

Plus en détail

Ch.12 : Loi binomiale

Ch.12 : Loi binomiale 4 e - programme 2007 - mathématiques ch.12 - cours Page 1 sur 5 1 RÉPÉTITION D'EXPÉRIENCES INDÉPENDANTES Lancer plusieurs fois un dé et noter les résultats successifs. Ch.12 : Loi binomiale Prélever des

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Objectifs Généraux. 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique

Objectifs Généraux. 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique Objectifs Généraux Le second degré est souvent celui du choix d un avenir professionnel. La construction et la maturation de ce choix doivent

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Beida Mohammed Ferhat Taleb Amar Ingénieurs d état en informatique Option : Systèmes d Information (SI) Tel: +213 (0) 76 17 36 69 Fax: +213 (0) 21 32 58 93 Email: mohamed@mtoolkit.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc La version 2008 de la norme ISO/DIS 9001 (Draft International Standard) Plan Plan d élaboration de l ISO9001:2008 Objectifs Présentation

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS 18001 4.2 : Politique de

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

LA GESTION DES INTERVENTIONS

LA GESTION DES INTERVENTIONS I INTRODUCTION : Une intervention est effectuée à la suite d un évènement prévu ou non. Les conséquences sur la production, la maintenance, l organisation, la sécurité, etc, seront donc différentes. II

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

Cours Gestion de projet

Cours Gestion de projet Cours Gestion de projet Assurance Qualité Logiciel Version Date Auteur V1.1 Septembre 2007 Pascal HEYER 1 Assurance Qualité Logiciel Ce document est publié sous la licence libre Creative Commons-BY-NC-SA

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail