Sommaire. Introduction. Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale. Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Introduction. Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale. Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites"

Transcription

1 Sommaire Sommaire Introduction Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites Chapitre 3 Le cas des petites séries Chapitre 4 La carte de contrôle "petites séries" Conclusions générales LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 1

2 Sommaire Introduction Le cadre de notre étude... I.1 Plan du mémoire... I.2 Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale Qualité et démarche Qualité les différentes approches de la qualité Démarche Qualité Stratégie Qualité Système Qualité Méthodes Qualité Outils qualité Les normes ISO 9000 et la démarche Qualité L'évolution des méthodes de la qualité Première évolution, recherche de la qualité dès la conception Le contrôle de réception L'auto-contrôle La qualité dès la conception La qualité dès le marketing Deuxième évolution, plus de modélisation Classification des méthodes et des outils Le QFD - Quality Function Deployment Présentation de la méthode Principe de base de la démarche QFD Les plans d'expériences L'AMDEC Analyse des Modes de défaillances de leurs effets et de leurs Criticité L outil statistique Son importance dans la démarche Qualité La MSP ou SPC La cohérence des différents outils Conclusion du chapitre LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 2

3 Sommaire Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites Le pilotage par cartes de contrôle Introduction La carte de Shewhart [She 31] Les autres cartes basées sur la moyenne L'amélioration de l'efficacité par les cartes CUSUM Cartes CUSUM de LUCAS Cartes CUSUM Cartes FIR CUSUM Combinaison Shewhart/CUSUM Les cartes CUSUM avec masque en V le concept de capabilité Cas des critères symétriques Rappels élémentaires Les indicateurs de capabilité court terme et long terme Les indicateurs Cp et Cpk Les indicateurs Pp et Ppk Les indicateurs Cm et Cmk Synthèse des différents indicateurs La difficulté d'estimer la capabilité machine Cas des productions rapides Cas des productions lentes Les différentes approches pour le calcul de la dispersion Calcul des capabilité à partir des cartes de contrôle Estimation de l écart-type instantané Estimation de l écart-type global Les problèmes du calcul des capabilités à partir des cartes Le calcul à partir des valeurs individuelles Calcul lorsqu'on ne connaît pas les valeurs individuelles Le concept de capabilité - cas des critères de forme et de position le problème des critères de forme Détermination de la fonction de répartition Détermination de la loi normale sous-jacente Détermination de la dispersion Calcul de la capabilité machine Critique des indicateurs de capabilité Les limites de l'indicateur Cpk LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 3

4 Sommaire 3.2. Notion de fonction perte Comparaison de deux situations Cpk =1,33 dans un assemblage Notre proposition d amélioration Définition du Rendement de Réglage Rr Présentation du rendement Rr Condition de capabilité sur le rendement Rr Situation de référence Situation quelconque Cas des tolérances uni limites Intérêt de notre coefficient Rr dans le cas d'une cotation statistique Rappel sur la cotation statistique Les inconvénients d'un non-respect du coefficient Rr Application à l'exemple du respect de Rr Conclusion de cette étude L'indicateur de maîtrise des procédés Rm Définition de l'indicateur Rm Interprétation de l'indicateur Rm Interprétation des chutes de capabilité à partir des indicateurs Rr et Rm La chute des capabilités Le tableau des capabilités et son interprétation Conclusion de ce chapitre Les limites de l'utilisation de la MSP LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 4

5 Sommaire Chapitre 3 Le cas des petites séries Introduction Typologie des petites séries Le besoin d'une classification Les critères de classification Le tableau d'évaluation Les limites de l application des cartes dans le cas des petites séries Les problèmes posés par les petites séries Nécessité d'un échantillon Une carte par caractéristique La connaissance de la population Les réponses à ces obstacles La méthode traditionnelle de pilotage Exemples dans le cas d'une série de 10 pièces Critique de la méthode Condition de réussite de la MSP dans le cas des petites séries Utiliser le principe de l'échantillonnage Retrouver un effet de série Modifier les cartes de contrôle Cas 1 : les étendues sont constantes pour l'ensemble des lots Cas 2 : les étendues ne sont pas constantes d'un lot à l'autre Critique de la méthode Etudier le procédé Collecte des données Recherche des causes spéciales de variation Etude des causes communes de dispersion Etude de la capabilité du procédé Critique de la méthode Surveiller les caractéristiques du procédé La recherche d'un modèle Identification d'une partie de A par les plans d'expériences Identification par régression multiple Caractéristiques de la matrice [M] LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 5

6 Sommaire Matrice idéale Surveiller le procédé Surveiller la pièce Evaluation des méthodes en fonction de la typologie des petites séries Adaptation des méthodes aux différents cas C1 - Aide au réglage dès les premières pièces C2 - l'aide au réglage sur échantillon C3 - Le suivi et l'amélioration des capabilités C4 - Le coût de mise en oeuvre C5 - La facilité de mise en oeuvre - Adaptation globale Méthode/Type de production Conclusion sur cette classification Conclusion sur ce chapitre LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 6

7 Sommaire Chapitre 4 La carte de contrôle "petites séries" Le besoin d'une nouvelle méthode Principe de base de la carte de contrôle "petites séries" Présentation de la carte Le remplissage de la carte des petites séries Le calcul des limites de contrôle Identification de l'écart-type de la population Calcul de la carte des moyennes Calcul de la carte des étendues Détermination du réglage optimal Cas où le réglage doit être réalisé sur la première pièce Cas du réglage sur la n ième pièce Règle pratique de réglage détermination de la règle Détermination d'une grille de réglage Efficacité de la carte de contrôle "petites séries" Capabilité à partir des cartes "petites séries" Capabilité court terme Capabilité long terme Autres utilisations de la carte de contrôle "petites séries" Carte de contrôle "petites séries" avec procédure CUSUM L'intérêt d'introduire une procédure CUSUM Le principe de la méthode Efficacité de la procédure CUSUM La carte "petites séries" - Application sur différents cas de figure Détermination de la carte Test n 1 - simulateur centré sur 1,3 soit 1 s Test n 2 - simulateur centré sur 2 soit 1,5 s Test n 3 - simulateur centré sur 2,6 soit 2 s Test n 4 - simulateur centré sur 4 soit 3 s Remarque sur la carte des étendues LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 7

8 Sommaire 10. Application à un cas industriel Les conditions de départ Mise en oeuvre des cartes Exemple de pilotage Les résultats Conclusion sur ce chapitre Conclusion générale...c.1 LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 8

9 Remerciements Le travail présenté dans ce mémoire a été réalisé au Laboratoire de Logiciels pour la Productique d'annecy (LLP) dirigé par Alain HAURAT. Je tiens à lui adresser mes sincères remerciements pour les précieux conseils qu'il m'a donné au cours de ce travail. Je remercie également Alain COURTOIS Professeur à l'université de Savoie pour sa collaboration et la qualité des relations qu'il a créées au cours des six années de travail en commun. Je remercie vivement Monsieur Alain BARREAU, Professeur à l'université de Nantes, d'avoir accepté de rapporter sur ce travail et de participer au jury. Sa notoriété dans le domaine de la Qualité m'honore de sa présence. Je suis très reconnaissant à M. Michel VERON Professeur à l'université de Nancy d'avoir accepté d'être rapporteur de ce travail. Ses compétences largement reconnues dans le domaine de la productique m'apportent une caution scientifique. Je remercie également à M. Claude FOULARD, Professeur à l'ensieg, de me faire l'honneur de participer au Jury. C'est avec plaisir que je profite de cette occasion pour remercier Alain JUTARD Professeur à l'insa de Lyon de m'avoir initié à la recherche dans son laboratoire au cours du DEA. Sa participation au jury m'apporte une grande satisfaction. Je remercie chaleureusement M. Alain PALSKY Responsable MSP de Rhone Poulenc d'avoir accepté d'être membre de ce Jury. Ses compétences dans le domaine de la MSP forcent mon admiration. Je le remercie pour les précieux renseignements qu'il m'a apportés au cours de ce travail tant par ses publications que par nos contacts téléphoniques. Je lui suis très reconnaissant pour la disponibilité qu'il m'a accordée. Je remercie également les entreprises qui m'ont permis de mettre en oeuvre et de tester les méthodes présentées dans ce mémoire. Que les entreprises et le personnel de la CPOAC et de TRANSROL soient assurées de ma gratitude. Que les membres du LLP, l'équipe du département Organisation et Gestion de la Production et les nombreux stagiaires soient remerciés de leurs précieuses contributions à ce travail. Enfin, je tiens à remercier Mme RAFFORT Responsable de la Bibliothèque de l'iut d'annecy, pour le remarquable travail qu'elle a effectué lors de mes recherches bibliographiques.

10 Introduction Introduction Le cadre de notre étude Dans le domaine de la productique, un des objectifs de la recherche est de trouver des méthodes formelles d'analyse et de modélisation des procédés industriels afin de faciliter leurs pilotages. C'est dans cet axe que s'inscrivent les outils de la maîtrise statistique des procédés. Les travaux réalisés jusqu'à ce jour ont surtout concerné les productions importantes de grandes et moyennes séries pour les procédés discontinus et continus. Peu de travaux ont concernés le cas des petites séries. Notre premier travail a été de faire l'analyse des méthodes existantes, et de délimiter leur cadre d'application. Cette étude permet de faire ressortir les efforts de recherche nécessaires pour couvrir l'ensemble des typologies de production des petites séries. Nous insistons dans le cadre de ce travail, sur la vision que nous portons sur l'interprétation des indicateurs de capabilité, par rapport à l'interprétation traditionnellement réalisée. Après avoir établi les limites de l'interprétation traditionnelle, notamment dans le cas des cotations statistiques, nous proposerons deux indicateurs de rendement Rr (Rendement de réglage), et Rm (Rendement de maîtrise). Ces rendements permettent de faciliter l'interprétation des indicateurs de capabilité, et ainsi, de prendre les mesures qui s'imposent pour améliorer la qualité. Cependant, l'objectif principal des travaux présentés dans cette thèse est d'élargir le champ d'application des méthodes de la maîtrise statistique des procédés aux cas des toutes petites séries (moins de 10 produits) et aux cas où le nombre de mesure est limité (cas des démarrages de séries par exemple). Pour permettre cet élargissement, nous présentons une nouvelle carte de contrôle, la carte de contrôle "petites séries". Parfaitement adaptée à ce type de production, cette carte permet de formaliser les décisions de réglage, les méthodes de pilotage et le suivi des capabilités dans le cas des toutes petites séries. LLP - Edition : 26/03/2004 Page I.1

11 Introduction Plan du mémoire Le chapitre 1 permet de situer les outils de la Maîtrise Statistique des Procédés dans un cadre plus global de la qualité totale. Nous étudierons dans ce chapitre les différentes approches de la qualité, et la démarche qui nous semble logique pour aborder la qualité dans une entreprise. Après avoir fait un tour d'horizon sur les principaux outils et méthodes de la qualité, nous situerons les outils de la maîtrise statistique des procédés et les limites dans leurs applications. Le chapitre 2 fait le point sur les principes de base de la MSP (Maîtrise Statistique des Procédés) et principalement sur les notions de capabilité et de cartes de contrôle qui nous seront utiles dans la suite de ce travail. Nous profiterons de ce chapitre pour présenter une technique de calcul de la capabilité long terme directement à partir des valeurs des moyennes et des étendues. Nous étudierons les risques associés à l'interprétation rapide des indicateurs de capabilité, et nous proposerons une méthode d'interprétation qui limite ces risques. Le chapitre 3 fait le point sur les limites de la démarche traditionnelle de pilotage des procédés dans le cas des petites séries. Il décrit les différentes méthodes pour appliquer la MSP avec l'étude des avantages et des inconvénients. La typologie des productions en petites séries permet d'établir une classification des méthodes en fonction de leur domaine d'application, et de mettre en évidence les zones d'ombre qui demeurent actuellement. Le chapitre 4 est consacré au développement d'une nouvelle carte de contrôle, la carte de contrôle "petites séries". Nous présenterons le principe de base de cette carte. La présentation des calculs des limites de contrôle permet de préciser la méthode que nous préconisons pour identifier la dispersion intrinsèque des procédés dans ce cas. Nous présenterons la connexion entre la carte de contrôle "petites séries" et la détermination du réglage optimal des procédés industriels pour une convergence très rapide vers la valeur nominale. L'étude de l'efficacité de cette carte de contrôle, nous conduira à introduire un calcul des sommes cumulées pour améliorer son efficacité. Enfin, après une présentation de différentes simulations de cette carte, nous présenterons un cas d'application industrielle de la méthode. La conclusion générale fournit un bilan des travaux et précise les objectifs futurs. LLP - Edition : 26/03/2004 Page I.2

12 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale 1. Qualité et démarche Qualité Au cours de ces dernières années, les entreprises industrielles ont été confrontées à une concurrence de plus en plus féroce. L'internationalisation de la compétition, la diminution de la demande due à la crise et la course au développement, ont poussé les entreprises à rechercher des atouts leur permettant de gagner la partie. La recherche de la qualité est alors devenue un point clé de la compétitivité des entreprises. Cette recherche ne date pas d'aujourd'hui. En effet, la qualité a toujours été un objectif important depuis que l'homme fabrique des objets. Cependant, le nouveau contexte de concurrence mondiale ranime cette quête de la qualité en demandant plus de formalisme dans son approche. Cette recherche a été un des axes fondamentaux de la progression des entreprises ces dix dernières années. Les progrès réalisés couvrent l'ensemble des domaines, depuis l'organisation de l'entreprise jusqu'au pilotage des procédés, en passant par de nouvelles relations entre les clients et les fournisseurs. Chaque secteur de l'entreprise est concerné et il est devenu impossible pour une entreprise d'assurer la qualité de ses produits ou de LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.1

13 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale ses services sans une organisation efficace basée sur un système qualité structuré. Cependant, la condition de réussite passe surtout par la dynamique créée sous l'impulsion du chef d'entreprise, et par l'utilisation adaptée de méthodes et d'outils ayant fait leurs preuves. 1.1 les différentes approches de la qualité Le terme "Qualité" regroupe de nombreux aspects et de nombreuses approches selon le point de vue où l'on se place. Pour mieux cerner ces différentes approches, il est intéressant d'analyser les différentes définitions qui ont été données pour définir la qualité. Les normes ISO [Iso 92] définissent la qualité de la manière suivante : "Aptitude d'une entité (service ou produit) à satisfaire les besoins exprimés ou potentiels des utilisateurs". La qualité ainsi définie est, selon C. Braesch [Bra 89], "principalement liée à la satisfaction des besoins d'un utilisateur, elle se constate au moment de l'usage du produit ou du service." Comparons la définition ISO à celle de la norme Japonaise [Nja 81] "Un ensemble de moyen pour produire de manière économique des produits et des services qui satisfassent les exigences des clients". L'analyse de ces définitions nous conduit à noter trois différences entre les deux définitions. Ces trois différences nous semblent traduire un écart d'état d'esprit que nous avons pu noter lors de notre visite d'étude au Japon entre l'approche occidentale et l'approche orientale. 1. On parle de moyen de production et non de produits. 2. On trouve le mot économique qui n'apparaît pas dans la définition ISO. 3. On parle d'exigences et non de besoins. Ces trois éléments nous semblent essentiels dans une démarche de qualité totale. Le premier point nous montre que dans la démarche industrielle japonaise, ce n'est pas le produit qui compte, mais l'ensemble des moyens mis en oeuvre pour aboutir à un produit de qualité. Les moyens sont très divers et couvrent l'ensemble de la vie du [Iso 92] - AFNOR - ISO - DIS [Bra 89] - Approche de la modélisation du système de production d'une entreprise manufacturière - C. Braesch - Thèse Université de Franche Comte [Nja 81] - Norme Japonaise LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.2

14 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale produit depuis les moyens marketing en passant par les moyens d'étude pour aller aux moyens de production et aux moyens de mesure. Pour un produit bien conçu, adapté à l'attente des clients, lorsque le moyen de production est capable, le produit est de qualité. La démarche prônée implicitement par la définition japonaise consiste donc à se focaliser sur les moyens plutôt que sur les produits. Ce n'est pas un hasard si la plupart des méthodes et des outils de la qualité ont été développés par les industriels Japonais. Ces outils et ces méthodes recouvrent en effet toute la vie du produit pour réellement fournir les moyens de produire de la qualité. Quelques approches similaires ont cependant été apportées récemment en Europe. Ainsi C. Braesch [Bra 89] distingue la notion de qualité précisée dans la définition ISO de la notion de "Démarche Qualité" qui représente l'ensemble des moyens mis en oeuvre pour aboutir à la réalisation d'un produit de qualité. Nous situerons notre travail dans cette démarche qualité. Le second élément de différenciation entre l'approche japonaise et l'approche occidentale est l'aspect économique. On associe Qualité et Economie. Faire de la qualité, oui, mais pas à n'importe quel coût et pas n'importe comment. Il nous semble que le développement important de l'auto-contrôle et des techniques statistiques au Japon n'est pas totalement étranger à cette différence dans l'approche de la qualité. Il est en effet impératif de limiter les contrôles tout en améliorant l'efficacité de ceux-ci pour diminuer le coût des produits. Cette recherche d'économie apparaît également dans le développement d'outils pour la qualité particulièrement adaptés à la prévention plus qu'à la correction. Le contrôle de réception a été principalement développé en occident alors que le contrôle de prévention (les "poka-yoke/anti-erreur") a surtout été utilisé au Japon. Enfin, faut-il différencier le "besoin" de "l'exigence"? Nous avons souvent entendu des industriels remettre en question un intervalle de tolérance donné par un client en invoquant la fonction de la pièce. Nous nous mettons à la place de notre client pour définir son besoin. Cette approche n'est pas la même que de considérer l'exigence de son client comme sacrée et de tout mettre en oeuvre pour la respecter. La notion de Clients/fournisseurs interne et de partenariat entre les entreprises ne peut exister que dans le respect des exigences du client et donc le respect de celui-ci. Ainsi, la définition ISO de la qualité nous semble traduire une approche relativement incomplète de la qualité qu'il est nécessaire de transcender si nous voulons rester compétitifs. D'autres définitions plus complètes de la qualité ont été données. On retiendra particulièrement la définition inscrite dans le dictionnaire de l'apics [Api 92] (American Production and Inventory Control Society) [Api 92] - APICS Dictionary - 7 th Edition LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.3

15 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale "Conformité au besoin ou Aptitude à l'emploi. La qualité peut être définie à travers cinq approches principales : (1) Une qualité transcendée est un idéal, une condition de l'excellence (2) L'approche "produit" de la qualité est fondée sur les attributs du produit (3) L'approche "utilisateur" de la qualité est l'aptitude à l'emploi (4) L'approche "production" de la qualité est la conformité au besoin (5) L'approche "valeur" de la qualité est le degré d'excellence pour un prix acceptable Aussi, la qualité à deux composantes majeures : (1) qualité de conformité - Cette qualité est définie par l'absence de défauts (2) qualité de conception - Cette qualité est mesurée par le degré de satisfaction du client par les caractéristiques et les aspects du produit." Cette définition a le mérite de recouvrir la plupart des approches de la notion de la Qualité en fonction des différents points de vue. La Qualité totale étant la démarche qui permet de satisfaire l'ensemble des différents points de vue. Un point commun parmi toutes ces approches reste l'importance donnée à la qualité comme critère qualifiant pour un produit. Terry Hill [Hil 89], dans son approche d'une stratégie de production pour les industriels, pense que "dans la plupart des cas la qualité est un critère qualifiant en terme de stratégie de production, son impact sur les parts de marché est plus fondamental que probablement aucun autre facteur". Terry Hill distingue d'ailleurs les critères qualifiants des critères gagnants. Un critère qualifiant est un critère que doit avoir nécessairement un produit pour être présent sur le marché. Un critère gagnant est un critère qui permet à un produit de devancer ses concurrents. On peut remarquer au cours de ces dernières années un glissement de la qualité qui était un critère gagnant pour la plupart des produits et qui devient de plus en plus un critère qualifiant. Il n'est plus pensable aujourd'hui de mettre sur le marché un produit qui ne serait pas de qualité. [Hil 89] - Manufacturing Strategy - Text and Cases - Terry Hill - IRWIN LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.4

16 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale 1.2 Démarche Qualité Le champ de la qualité est aujourd'hui si large qu'il est difficile d'en saisir la portée. Aussi, pour clarifier les éléments d'une démarche qualité dans l'entreprise, nous retiendrons la synthèse proposée par M. P.M. Galloy [Gal 92] qui propose une hiérarchie entre les différentes approches (figure 1.1). Stratégie Système Méthodes Outils Figure Hiérarchie dans la démarche Qualité Stratégie qualité La stratégie qualité exprime la volonté de la direction de l'entreprise de progresser vers l'excellence industrielle. Cette stratégie ne doit pas s'exprimer par une simple déclaration d'intention mais aussi par une volonté clairement exprimée lors des choix décisifs en matière de personnel, de matériel, ou de formation. Il n'existe pas de bataille gagnée sans stratégie définie et clairement comprise par l'ensemble des troupes Système qualité Le système qualité permet l'organisation, et la cohésion des différentes actions "qualité" dans l'entreprise. Le système qualité représente la charpente qui permet de supporter les actions qualité. Sans un système qualité rigoureux et solidement implanté, les méthodes et les outils qualité ne sont que feux de paille. Ils dépendent directement des hommes qui les ont mis en place, et disparaissent aussitôt que ces outils ne sont plus la priorité de ceux-ci. Le système qualité est relativement complexe à mettre en oeuvre. Les concepts sont essentiellement théoriques et il faut pouvoir, aux travers de procédures, rendre plus concret une organisation et un savoir-faire. [Gal 92] - Conférence PROGECTION - P.M. Galloy - Annecy LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.5

17 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale Méthodes qualité Les méthodes qualité établissent un cadre formel autour des actions qualité. Nous trouverons par exemple les méthodes statistiques d'analyse de données ou les méthodes de gestion des moyens de mesure. Les compétences en matière de qualité sont principalement au niveau des méthodes qualité. Trop souvent les compétences sont apportées au niveau des outils alors que la mise en oeuvre d'une démarche de qualité totale nécessite une parfaite maîtrise des méthodes qualité Outils qualité Soutiennent et facilitent la mise en oeuvre des méthodes. Nous trouvons par exemple les cartes de contrôle qui permettent de mettre en oeuvre de façon simple les méthodes statistiques d'analyse de données. Nous trouvons également les outils informatiques de Gestion des Moyens de Mesures (GMM) qui permettent de mettre en oeuvre les méthodes de GMM. La mise en place des outils de la qualité est bien entendu indispensable pour assurer la qualité totale dans une entreprise. Mais, nous avons noté dans notre pyramide que ces outils interviennent en derniers alors que très souvent, certains industriels commettent l'erreur de mettre en place les outils avant de définir une stratégie Les normes ISO 9000 et la démarche Qualité L'ensemble de la normalisation ISO 9000 [Iso 87] s'inscrit parfaitement dans cette démarche, et vise à créer le système qualité dans l'entreprise. Les normes ISO 9000 couvrent principalement les aspects stratégie et système, mais sont très peu développées sur les aspects méthodes et outils. En effet, si nous considérons la norme ISO 9001 qui est la plus complète dans les rapports contractuels entre un client et un fournisseur, nous trouvons seulement 3 chapitres sur les 20 chapitres de la norme qui sont spécifiques aux méthodes et outils. Ces chapitres sont les chapitres 10 (Contrôle et Essais), 11 (Maîtrise des équipements de contrôle, de Mesure et d'essai) et chapitre 20 (Techniques statistiques). La norme ISO 9000 n'est pas très étendue sur les méthodes et les outils. Mais ce n'est pas son objectif. Il s'agit de créer un système qualité permettant d'assurer que tout est mis en oeuvre pour créer et fabriquer des produits ou des services de qualité. Ce n'est pas pour autant qu'il faut négliger de mettre en place les méthodes et les outils qui permettront de fournir la qualité. Si cela n'est pas réalisé, il est alors possible d'être certifié ISO 9000 sans pour autant fournir des produits de qualité. [Iso 87] - Normes ISO 9000/DIS /9000-3/9001/9002/9003/9004/ LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.6

18 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale La démarche de certification des industries de l'automobile comme la SOGEDAC [Sog 92] est, par contre, plus centrée sur les méthodes et les outils de la qualité qui permettent d'obtenir des produits et des services conformes aux exigences des clients. Aussi, les grands donneurs d'ordres tels que les constructeurs automobiles semblent désormais s'orienter dans leurs audits vers la mise en place des méthodes et des outils. Ils font de plus en plus confiance à la certification ISO 9000 pour les strates "Stratégie" et "Système" de la pyramide. Trop d'entreprises commencent leur démarche qualité par les strates inférieures de la pyramide en achetant par exemple un logiciel d'assistance à la qualité. Il est facile de réaliser cette erreur. En effet, les bénéfices de l'achat d'un logiciel semblent être immédiats dès la mise en oeuvre de celui-ci alors que la constitution d'un système qualité semble être une démarche fastidieuse dont les bénéfices ne sont que lointains. Le présent travail porte essentiellement sur les strates méthodes et outils de la qualité. Cependant, nous garderons en permanence à l'esprit que ces strates ne peuvent donner leur pleine puissance que dans le cadre d'une démarche qualité totale impulsée par la direction et s'appuyant sur un système qualité. [Sog 92] - Questionnaire Audit SOGEDAC LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.7

19 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale 2. L'évolution des méthodes de la qualité Si nous analysons l'évolution des méthodes qualité depuis la dernière guerre, nous constatons deux évolutions : la première est le stade de la vie du produit concerné, la deuxième est une évolution vers un accroissement du besoin de modélisation. Ces évolutions traduisent un passage du stade artisanal au stade industriel. En effet, ce qui différencie le plus une production industrielle d'une production artisanale, c'est le formalisme dans sa production. Ces évolutions se sont donc accompagnées du développement de méthodes et d'outils rigoureux qui ont permis ce formalisme Première évolution, recherche de la qualité dès la conception Le contrôle de réception Le contrôle de la qualité s est d abord intéressé aux produits finis puisque c'est sur le produit fini que le client va juger la qualité. On a mis en place des contrôles sur ceuxci pour éviter à un éventuel produit défectueux d arriver chez le client. Les méthodes utilisées vont du contrôle à 100% à un contrôle statistique par échantillonnage mais n'assurent pas toujours 100% de pièces bonnes. En effet, même un contrôle à 100% ne peut pas assurer 100% de produits conformes. Pour s'en convaincre, il suffit de demander à plusieurs interlocuteurs le nombre de lettre f qu'ils comptent dans la phrase suivante : "Finished Files are the result of years of scientific study combined with the experience of many years." Rares sont les personnes qui trouvent le bon résultat qui est 6. Et pourtant, le contrôle est un contrôle à 100%. Dans le cas des contrôles par échantillonnage pour des critères attributifs, la courbe d'efficacité du plan de contrôle s'incline rapidement et vient prouver l'inefficacité de ce type de contrôle. Même en respectant la normalisation [Afn 83] en matière de [Afn 83] - Norme AFNOR NFX X / X LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.8

20 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale contrôle de réception - ce qui demande souvent des prélèvements importants - l'efficacité d'un tel contrôle est de piètre qualité. Pour s'en convaincre, il suffit de calculer la courbe d'efficacité d'un plan de contrôle par échantillonnage simple qui consiste à prélever 50 pièces et à refuser le lot dès l'apparition d'un produit défectueux. La courbe d'efficacité représente la probabilité pour un lot ayant une proportion p de non conformes d'être accepté. C'est donc la probabilité de tirer dans un lot de taille n, contenant une proportion p de non conformes, au plus A (critère d'acceptation) produits non conformes. C'est la loi binomiale qui s'applique. La courbe d'efficacité a comme équation : k= A P Ck p p n k n k = ( 1 ) k= 0 Nous pouvons donc construire la courbe d'efficacité du plan précédent. Nous accepterons un lot contenant une proportion p de non conformes à condition de trouver 0 pièce défectueuse parmi le prélèvement de 50 pièces. L'équation de la courbe d'efficacité est donc P = (1-p)50 Ce qui nous donne la courbe : 1 Probabilité d'acceptation 0,8 0,6 0,4 0,2 0 % de défaut Figure Courbe d'efficacité du plan de contrôle L'exemple précédent illustre la faible efficacité du contrôle par échantillonnage simple dans le cas des critères qualitatifs. En effet, malgré un critère d'acceptation sévère (A= 0) et un prélèvement important (50 produits) la probabilité d'accepter un lot comportant 2% de produits défectueux reste encore de 36 %. LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.9

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Finalité professionnelle Sous le contrôle du responsable qualité (et/ou sécurité-environnement), de l animateur qualité (et/ou sécurité-environnement)

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

FORMATION. DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 NON CONFORMITE. Polyformation & Consulting

FORMATION. DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 NON CONFORMITE. Polyformation & Consulting FORMATION DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 POLYFORMATION & CONSULTING NON CONFORMITE Animé par les consultants du Cabinet : OJN_CONSULTING Polyformation & Consulting 64, place des papillons

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM Dossier paru dans la tribune de l'industrie des Editions WEKA N 29 Mars 2006 Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM La mise en place d'une démarche TPM nécessite plusieurs

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

Appliquer la maîtrise statistique des processus (MSP/SPC)

Appliquer la maîtrise statistique des processus (MSP/SPC) Maurice PILLET Professeur des Universités IUT Annecy Université de Savoie, Laboratoire LISTIC Ancien élève de l'ecole Normale Supérieure de CACHAN Appliquer la maîtrise statistique des processus (MSP/SPC)

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

Étude préalable Fiche 1

Étude préalable Fiche 1 Fiche 1 L'EXPRESSION ET LA VALIDATION DU BESOIN : Avant de concevoir un objet technique, il est nécessaire de s'assurer que le besoin existe et de bien préciser ce qui est attendu par les futurs utilisateurs.

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL F. Gerster Directeur des Services vétérinaires, 4

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

PLAN DE COURS CEGEP DU VIEUX-MONTRÉAL

PLAN DE COURS CEGEP DU VIEUX-MONTRÉAL PLAN DE COURS CONTRÔLE DE LA QUALITÉ 241-B60-VM TECHNIQUE DE GÉNIE MÉCANIQUE 241-06 PONDÉRATION : 2-1-1 Compétence : 012Z Contrôler la qualité d un produit DÉPARTEMENT DE LA MÉCANIQUE CEGEP DU VIEUX-MONTRÉAL

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître DOCTORIALES franco-belges 20112 QUESTIONNAIRE DE PRE-EVALUATION destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître L accès au questionnaire se fera en vous identifiant sur le site

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

L audit des fournisseurs

L audit des fournisseurs Chambres de Commerce et de l Industrie Les Journées Qualité, Hygiène et Sécurité, Environnement L audit des fournisseurs Conférence du 8 Avril 2006 par Christian DOUCET DOUCET Conseil Conseil, Audits,

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Bâtir et améliorer son système d appréciation

Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation, Se doter de critères pertinents pour son entreprise, Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

La démarche " 6 σ " LURE 9/6/2000-

La démarche  6 σ  LURE 9/6/2000- LURE 9/6/2000- I- Introduction II - Historique III - Rappels de statistiques IV - Méthode d'amélioration des processus V - Mise en oeuvre I- Introduction - : Qu'est- ce- que " 6 σ ": une notion statistique

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Qu'est-ce que le BPM?

Qu'est-ce que le BPM? Qu'est-ce que le BPM? Le BPM (Business Process Management) n'est pas seulement une technologie mais, dans les grandes lignes, une discipline de gestion d'entreprise qui s'occupe des procédures contribuant

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

MANUEL QUALITE RESUME

MANUEL QUALITE RESUME CNDA Centre National de Dépôt et d'agrément MANUEL QUALITE RESUME 515, chemin du Mas de Rochet 34170 Castelnau le Lez France 04.67.02.30.00 www.cnda-vitale.fr Version 1 1 / 8 21 avril 2010 PRESENTATION

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Amendement de la norme ISO 9001

Amendement de la norme ISO 9001 Amendement de la norme ISO 9001 François BOUCHER AFNOR Normalisation Repris par Claude GIRARD AFNOR Délégation Bretagne Un toilettage? SOMMAIRE Pourquoi une révision de la norme? Ce qui ne change pas Ce

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES LA MÉTHODE AMDEC HACCP Technique spécifique de la sûreté de fonctionnement, l'analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité

Plus en détail

La TPM Selon le JIPM

La TPM Selon le JIPM v1 14 Avril 2005 La TPM Selon le JIPM AVERTISSEMENT L'auteur n'est lié d'aucune manière au JIPM. Les informations contenues dans cet article sont une synthèse de diverses sources et sont proposées pour

Plus en détail

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel Séance 3 Juste-à-Temps et Lean Manufacturing Magement industriel et Gestion de projet C. BARDEL@2007 1 Juste-à-temps & Lean Manufacturing Juste-à-temps et le Lean Manufacturing sont le cœur du système

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Livre blanc www.novell.com Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Table des matières Table des matières...2 Évaluation du coût d'investissement...3 Évaluation des performances...4

Plus en détail

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus C A T A L O G U E F O R M A T I O N S 2014 Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus Méthodes prévention AMDEC (Analyse

Plus en détail

La gestion du temps 3e partie: La planification

La gestion du temps 3e partie: La planification Volume 15 No 3 - Septembre 1998 ÉDUCATION ET DROITS DE L'HOMME La gestion du temps 3e partie: La planification Colette Paillole Dans de précédents numéros de La revue des Échanges, nous vous avons présenté

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

THESE. présentée à L ECOLE SUPERIEURE D INGENIEURS D ANNECY (ESIA) UNIVERSITE DE SAVOIE. par. Emmanuel DUCLOS. pour obtenir le

THESE. présentée à L ECOLE SUPERIEURE D INGENIEURS D ANNECY (ESIA) UNIVERSITE DE SAVOIE. par. Emmanuel DUCLOS. pour obtenir le THESE présentée à L ECOLE SUPERIEURE D INGENIEURS D ANNECY (ESIA) UNIVERSITE DE SAVOIE par Emmanuel DUCLOS pour obtenir le DIPLÔME DE DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE SAVOIE spécialité : Electronique - Electrotechnique

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Automatiser le Test Fonctionnel de Logiciels Embarqués Temps-Réel

Automatiser le Test Fonctionnel de Logiciels Embarqués Temps-Réel White Paper Le logiciel embarqué est au cœur de l'innovation industrielle. Nombre de fonctionnalités d'un produit, qu'elles soient nouvelles ou notablement améliorées, permettent de prendre ou de garder

Plus en détail

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application Pour que le projet de carte d'achat puisse être mis en œuvre de manière efficace, il importe de déterminer précisément le périmètre d'application. En effet,

Plus en détail

Le suivi de la qualité. Méthode MSP : généralités

Le suivi de la qualité. Méthode MSP : généralités Le suivi de la qualité La politique qualité d une entreprise impose que celle maîtrise sa fabrication. Pour cela, elle doit être capable d évaluer la «qualité» de son processus de production et ceci parfois

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Marketing direct Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 2 Programme

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE

PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE PRINCIPES ET ENJEUX DU MANAGEMENT INTEGRE QSE Convergences et spécificités des référentiels ISO 9001 / 14001 / OHSAS 18001 Vianney BOCK 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93 56 46 92 Mobile : +33

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

Les principes de la sécurité

Les principes de la sécurité Les principes de la sécurité Critères fondamentaux Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction La sécurité informatique est un domaine vaste qui peut appréhender dans plusieurs domaines Les systèmes

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

Chapitre 7 - Relativité du mouvement

Chapitre 7 - Relativité du mouvement Un bus roule lentement dans une ville. Alain (A) est assis dans le bus, Brigitte (B) marche dans l'allée vers l'arrière du bus pour faire des signes à Claude (C) qui est au bord de la route. Brigitte marche

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design»

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» CONFERENCE PALISADE Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» 1 SIGMA PLUS Logiciels, Formations et Etudes Statistiques

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Employé administratif et comptable niveau 2

Employé administratif et comptable niveau 2 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé administratif et comptable niveau 2 EVALUATION GDI DU SALARIE Employé administratif et comptable niveau 2 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule :

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

QUELQUES PROBLEMATIQUES

QUELQUES PROBLEMATIQUES Serrurerie QUELQUES PROBLEMATIQUES Métier aux multiples facettes, la serrurerie s adapte à tous les travaux et ouvrages métalliques comme les ferrures, rampes, grilles, charpentes métalliques De la conception,

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

Succursale Auto Hall à Marrakech

Succursale Auto Hall à Marrakech Succursale Auto Hall à Marrakech DOSSIER DE PRESSE JEUDI 27 MAI 2004 Voitures Véhicules utilitaires Véhicules industriels Matériel agricole Engins de Travaux Publics p l u s d e s e r v i c e s à p r o

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

EXIGENCES QUALITE APPLICABLES AUX FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS DE LOUPOT SAS (GROUPE AXON')

EXIGENCES QUALITE APPLICABLES AUX FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS DE LOUPOT SAS (GROUPE AXON') IQL.16.C5 FOLIO 1/13 EXIGENCES QUALITE APPLICABLES AUX FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS DE LOUPOT SAS (GROUPE AXON') - LOUPOT - 103, AVENUE DE TY-BOS 29556 QUIMPER CEDEX 9 - FRANCE - Cette instruction est

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail