Sommaire. Introduction. Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale. Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Introduction. Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale. Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites"

Transcription

1 Sommaire Sommaire Introduction Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites Chapitre 3 Le cas des petites séries Chapitre 4 La carte de contrôle "petites séries" Conclusions générales LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 1

2 Sommaire Introduction Le cadre de notre étude... I.1 Plan du mémoire... I.2 Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale Qualité et démarche Qualité les différentes approches de la qualité Démarche Qualité Stratégie Qualité Système Qualité Méthodes Qualité Outils qualité Les normes ISO 9000 et la démarche Qualité L'évolution des méthodes de la qualité Première évolution, recherche de la qualité dès la conception Le contrôle de réception L'auto-contrôle La qualité dès la conception La qualité dès le marketing Deuxième évolution, plus de modélisation Classification des méthodes et des outils Le QFD - Quality Function Deployment Présentation de la méthode Principe de base de la démarche QFD Les plans d'expériences L'AMDEC Analyse des Modes de défaillances de leurs effets et de leurs Criticité L outil statistique Son importance dans la démarche Qualité La MSP ou SPC La cohérence des différents outils Conclusion du chapitre LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 2

3 Sommaire Chapitre 2 Les principes de base de la MSP et leurs limites Le pilotage par cartes de contrôle Introduction La carte de Shewhart [She 31] Les autres cartes basées sur la moyenne L'amélioration de l'efficacité par les cartes CUSUM Cartes CUSUM de LUCAS Cartes CUSUM Cartes FIR CUSUM Combinaison Shewhart/CUSUM Les cartes CUSUM avec masque en V le concept de capabilité Cas des critères symétriques Rappels élémentaires Les indicateurs de capabilité court terme et long terme Les indicateurs Cp et Cpk Les indicateurs Pp et Ppk Les indicateurs Cm et Cmk Synthèse des différents indicateurs La difficulté d'estimer la capabilité machine Cas des productions rapides Cas des productions lentes Les différentes approches pour le calcul de la dispersion Calcul des capabilité à partir des cartes de contrôle Estimation de l écart-type instantané Estimation de l écart-type global Les problèmes du calcul des capabilités à partir des cartes Le calcul à partir des valeurs individuelles Calcul lorsqu'on ne connaît pas les valeurs individuelles Le concept de capabilité - cas des critères de forme et de position le problème des critères de forme Détermination de la fonction de répartition Détermination de la loi normale sous-jacente Détermination de la dispersion Calcul de la capabilité machine Critique des indicateurs de capabilité Les limites de l'indicateur Cpk LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 3

4 Sommaire 3.2. Notion de fonction perte Comparaison de deux situations Cpk =1,33 dans un assemblage Notre proposition d amélioration Définition du Rendement de Réglage Rr Présentation du rendement Rr Condition de capabilité sur le rendement Rr Situation de référence Situation quelconque Cas des tolérances uni limites Intérêt de notre coefficient Rr dans le cas d'une cotation statistique Rappel sur la cotation statistique Les inconvénients d'un non-respect du coefficient Rr Application à l'exemple du respect de Rr Conclusion de cette étude L'indicateur de maîtrise des procédés Rm Définition de l'indicateur Rm Interprétation de l'indicateur Rm Interprétation des chutes de capabilité à partir des indicateurs Rr et Rm La chute des capabilités Le tableau des capabilités et son interprétation Conclusion de ce chapitre Les limites de l'utilisation de la MSP LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 4

5 Sommaire Chapitre 3 Le cas des petites séries Introduction Typologie des petites séries Le besoin d'une classification Les critères de classification Le tableau d'évaluation Les limites de l application des cartes dans le cas des petites séries Les problèmes posés par les petites séries Nécessité d'un échantillon Une carte par caractéristique La connaissance de la population Les réponses à ces obstacles La méthode traditionnelle de pilotage Exemples dans le cas d'une série de 10 pièces Critique de la méthode Condition de réussite de la MSP dans le cas des petites séries Utiliser le principe de l'échantillonnage Retrouver un effet de série Modifier les cartes de contrôle Cas 1 : les étendues sont constantes pour l'ensemble des lots Cas 2 : les étendues ne sont pas constantes d'un lot à l'autre Critique de la méthode Etudier le procédé Collecte des données Recherche des causes spéciales de variation Etude des causes communes de dispersion Etude de la capabilité du procédé Critique de la méthode Surveiller les caractéristiques du procédé La recherche d'un modèle Identification d'une partie de A par les plans d'expériences Identification par régression multiple Caractéristiques de la matrice [M] LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 5

6 Sommaire Matrice idéale Surveiller le procédé Surveiller la pièce Evaluation des méthodes en fonction de la typologie des petites séries Adaptation des méthodes aux différents cas C1 - Aide au réglage dès les premières pièces C2 - l'aide au réglage sur échantillon C3 - Le suivi et l'amélioration des capabilités C4 - Le coût de mise en oeuvre C5 - La facilité de mise en oeuvre - Adaptation globale Méthode/Type de production Conclusion sur cette classification Conclusion sur ce chapitre LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 6

7 Sommaire Chapitre 4 La carte de contrôle "petites séries" Le besoin d'une nouvelle méthode Principe de base de la carte de contrôle "petites séries" Présentation de la carte Le remplissage de la carte des petites séries Le calcul des limites de contrôle Identification de l'écart-type de la population Calcul de la carte des moyennes Calcul de la carte des étendues Détermination du réglage optimal Cas où le réglage doit être réalisé sur la première pièce Cas du réglage sur la n ième pièce Règle pratique de réglage détermination de la règle Détermination d'une grille de réglage Efficacité de la carte de contrôle "petites séries" Capabilité à partir des cartes "petites séries" Capabilité court terme Capabilité long terme Autres utilisations de la carte de contrôle "petites séries" Carte de contrôle "petites séries" avec procédure CUSUM L'intérêt d'introduire une procédure CUSUM Le principe de la méthode Efficacité de la procédure CUSUM La carte "petites séries" - Application sur différents cas de figure Détermination de la carte Test n 1 - simulateur centré sur 1,3 soit 1 s Test n 2 - simulateur centré sur 2 soit 1,5 s Test n 3 - simulateur centré sur 2,6 soit 2 s Test n 4 - simulateur centré sur 4 soit 3 s Remarque sur la carte des étendues LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 7

8 Sommaire 10. Application à un cas industriel Les conditions de départ Mise en oeuvre des cartes Exemple de pilotage Les résultats Conclusion sur ce chapitre Conclusion générale...c.1 LLP - Edition : 26/03/2004 Sommaire 8

9 Remerciements Le travail présenté dans ce mémoire a été réalisé au Laboratoire de Logiciels pour la Productique d'annecy (LLP) dirigé par Alain HAURAT. Je tiens à lui adresser mes sincères remerciements pour les précieux conseils qu'il m'a donné au cours de ce travail. Je remercie également Alain COURTOIS Professeur à l'université de Savoie pour sa collaboration et la qualité des relations qu'il a créées au cours des six années de travail en commun. Je remercie vivement Monsieur Alain BARREAU, Professeur à l'université de Nantes, d'avoir accepté de rapporter sur ce travail et de participer au jury. Sa notoriété dans le domaine de la Qualité m'honore de sa présence. Je suis très reconnaissant à M. Michel VERON Professeur à l'université de Nancy d'avoir accepté d'être rapporteur de ce travail. Ses compétences largement reconnues dans le domaine de la productique m'apportent une caution scientifique. Je remercie également à M. Claude FOULARD, Professeur à l'ensieg, de me faire l'honneur de participer au Jury. C'est avec plaisir que je profite de cette occasion pour remercier Alain JUTARD Professeur à l'insa de Lyon de m'avoir initié à la recherche dans son laboratoire au cours du DEA. Sa participation au jury m'apporte une grande satisfaction. Je remercie chaleureusement M. Alain PALSKY Responsable MSP de Rhone Poulenc d'avoir accepté d'être membre de ce Jury. Ses compétences dans le domaine de la MSP forcent mon admiration. Je le remercie pour les précieux renseignements qu'il m'a apportés au cours de ce travail tant par ses publications que par nos contacts téléphoniques. Je lui suis très reconnaissant pour la disponibilité qu'il m'a accordée. Je remercie également les entreprises qui m'ont permis de mettre en oeuvre et de tester les méthodes présentées dans ce mémoire. Que les entreprises et le personnel de la CPOAC et de TRANSROL soient assurées de ma gratitude. Que les membres du LLP, l'équipe du département Organisation et Gestion de la Production et les nombreux stagiaires soient remerciés de leurs précieuses contributions à ce travail. Enfin, je tiens à remercier Mme RAFFORT Responsable de la Bibliothèque de l'iut d'annecy, pour le remarquable travail qu'elle a effectué lors de mes recherches bibliographiques.

10 Introduction Introduction Le cadre de notre étude Dans le domaine de la productique, un des objectifs de la recherche est de trouver des méthodes formelles d'analyse et de modélisation des procédés industriels afin de faciliter leurs pilotages. C'est dans cet axe que s'inscrivent les outils de la maîtrise statistique des procédés. Les travaux réalisés jusqu'à ce jour ont surtout concerné les productions importantes de grandes et moyennes séries pour les procédés discontinus et continus. Peu de travaux ont concernés le cas des petites séries. Notre premier travail a été de faire l'analyse des méthodes existantes, et de délimiter leur cadre d'application. Cette étude permet de faire ressortir les efforts de recherche nécessaires pour couvrir l'ensemble des typologies de production des petites séries. Nous insistons dans le cadre de ce travail, sur la vision que nous portons sur l'interprétation des indicateurs de capabilité, par rapport à l'interprétation traditionnellement réalisée. Après avoir établi les limites de l'interprétation traditionnelle, notamment dans le cas des cotations statistiques, nous proposerons deux indicateurs de rendement Rr (Rendement de réglage), et Rm (Rendement de maîtrise). Ces rendements permettent de faciliter l'interprétation des indicateurs de capabilité, et ainsi, de prendre les mesures qui s'imposent pour améliorer la qualité. Cependant, l'objectif principal des travaux présentés dans cette thèse est d'élargir le champ d'application des méthodes de la maîtrise statistique des procédés aux cas des toutes petites séries (moins de 10 produits) et aux cas où le nombre de mesure est limité (cas des démarrages de séries par exemple). Pour permettre cet élargissement, nous présentons une nouvelle carte de contrôle, la carte de contrôle "petites séries". Parfaitement adaptée à ce type de production, cette carte permet de formaliser les décisions de réglage, les méthodes de pilotage et le suivi des capabilités dans le cas des toutes petites séries. LLP - Edition : 26/03/2004 Page I.1

11 Introduction Plan du mémoire Le chapitre 1 permet de situer les outils de la Maîtrise Statistique des Procédés dans un cadre plus global de la qualité totale. Nous étudierons dans ce chapitre les différentes approches de la qualité, et la démarche qui nous semble logique pour aborder la qualité dans une entreprise. Après avoir fait un tour d'horizon sur les principaux outils et méthodes de la qualité, nous situerons les outils de la maîtrise statistique des procédés et les limites dans leurs applications. Le chapitre 2 fait le point sur les principes de base de la MSP (Maîtrise Statistique des Procédés) et principalement sur les notions de capabilité et de cartes de contrôle qui nous seront utiles dans la suite de ce travail. Nous profiterons de ce chapitre pour présenter une technique de calcul de la capabilité long terme directement à partir des valeurs des moyennes et des étendues. Nous étudierons les risques associés à l'interprétation rapide des indicateurs de capabilité, et nous proposerons une méthode d'interprétation qui limite ces risques. Le chapitre 3 fait le point sur les limites de la démarche traditionnelle de pilotage des procédés dans le cas des petites séries. Il décrit les différentes méthodes pour appliquer la MSP avec l'étude des avantages et des inconvénients. La typologie des productions en petites séries permet d'établir une classification des méthodes en fonction de leur domaine d'application, et de mettre en évidence les zones d'ombre qui demeurent actuellement. Le chapitre 4 est consacré au développement d'une nouvelle carte de contrôle, la carte de contrôle "petites séries". Nous présenterons le principe de base de cette carte. La présentation des calculs des limites de contrôle permet de préciser la méthode que nous préconisons pour identifier la dispersion intrinsèque des procédés dans ce cas. Nous présenterons la connexion entre la carte de contrôle "petites séries" et la détermination du réglage optimal des procédés industriels pour une convergence très rapide vers la valeur nominale. L'étude de l'efficacité de cette carte de contrôle, nous conduira à introduire un calcul des sommes cumulées pour améliorer son efficacité. Enfin, après une présentation de différentes simulations de cette carte, nous présenterons un cas d'application industrielle de la méthode. La conclusion générale fournit un bilan des travaux et précise les objectifs futurs. LLP - Edition : 26/03/2004 Page I.2

12 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale Chapitre 1 Méthodes et outils dans l'approche Qualité Totale 1. Qualité et démarche Qualité Au cours de ces dernières années, les entreprises industrielles ont été confrontées à une concurrence de plus en plus féroce. L'internationalisation de la compétition, la diminution de la demande due à la crise et la course au développement, ont poussé les entreprises à rechercher des atouts leur permettant de gagner la partie. La recherche de la qualité est alors devenue un point clé de la compétitivité des entreprises. Cette recherche ne date pas d'aujourd'hui. En effet, la qualité a toujours été un objectif important depuis que l'homme fabrique des objets. Cependant, le nouveau contexte de concurrence mondiale ranime cette quête de la qualité en demandant plus de formalisme dans son approche. Cette recherche a été un des axes fondamentaux de la progression des entreprises ces dix dernières années. Les progrès réalisés couvrent l'ensemble des domaines, depuis l'organisation de l'entreprise jusqu'au pilotage des procédés, en passant par de nouvelles relations entre les clients et les fournisseurs. Chaque secteur de l'entreprise est concerné et il est devenu impossible pour une entreprise d'assurer la qualité de ses produits ou de LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.1

13 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale ses services sans une organisation efficace basée sur un système qualité structuré. Cependant, la condition de réussite passe surtout par la dynamique créée sous l'impulsion du chef d'entreprise, et par l'utilisation adaptée de méthodes et d'outils ayant fait leurs preuves. 1.1 les différentes approches de la qualité Le terme "Qualité" regroupe de nombreux aspects et de nombreuses approches selon le point de vue où l'on se place. Pour mieux cerner ces différentes approches, il est intéressant d'analyser les différentes définitions qui ont été données pour définir la qualité. Les normes ISO [Iso 92] définissent la qualité de la manière suivante : "Aptitude d'une entité (service ou produit) à satisfaire les besoins exprimés ou potentiels des utilisateurs". La qualité ainsi définie est, selon C. Braesch [Bra 89], "principalement liée à la satisfaction des besoins d'un utilisateur, elle se constate au moment de l'usage du produit ou du service." Comparons la définition ISO à celle de la norme Japonaise [Nja 81] "Un ensemble de moyen pour produire de manière économique des produits et des services qui satisfassent les exigences des clients". L'analyse de ces définitions nous conduit à noter trois différences entre les deux définitions. Ces trois différences nous semblent traduire un écart d'état d'esprit que nous avons pu noter lors de notre visite d'étude au Japon entre l'approche occidentale et l'approche orientale. 1. On parle de moyen de production et non de produits. 2. On trouve le mot économique qui n'apparaît pas dans la définition ISO. 3. On parle d'exigences et non de besoins. Ces trois éléments nous semblent essentiels dans une démarche de qualité totale. Le premier point nous montre que dans la démarche industrielle japonaise, ce n'est pas le produit qui compte, mais l'ensemble des moyens mis en oeuvre pour aboutir à un produit de qualité. Les moyens sont très divers et couvrent l'ensemble de la vie du [Iso 92] - AFNOR - ISO - DIS [Bra 89] - Approche de la modélisation du système de production d'une entreprise manufacturière - C. Braesch - Thèse Université de Franche Comte [Nja 81] - Norme Japonaise LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.2

14 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale produit depuis les moyens marketing en passant par les moyens d'étude pour aller aux moyens de production et aux moyens de mesure. Pour un produit bien conçu, adapté à l'attente des clients, lorsque le moyen de production est capable, le produit est de qualité. La démarche prônée implicitement par la définition japonaise consiste donc à se focaliser sur les moyens plutôt que sur les produits. Ce n'est pas un hasard si la plupart des méthodes et des outils de la qualité ont été développés par les industriels Japonais. Ces outils et ces méthodes recouvrent en effet toute la vie du produit pour réellement fournir les moyens de produire de la qualité. Quelques approches similaires ont cependant été apportées récemment en Europe. Ainsi C. Braesch [Bra 89] distingue la notion de qualité précisée dans la définition ISO de la notion de "Démarche Qualité" qui représente l'ensemble des moyens mis en oeuvre pour aboutir à la réalisation d'un produit de qualité. Nous situerons notre travail dans cette démarche qualité. Le second élément de différenciation entre l'approche japonaise et l'approche occidentale est l'aspect économique. On associe Qualité et Economie. Faire de la qualité, oui, mais pas à n'importe quel coût et pas n'importe comment. Il nous semble que le développement important de l'auto-contrôle et des techniques statistiques au Japon n'est pas totalement étranger à cette différence dans l'approche de la qualité. Il est en effet impératif de limiter les contrôles tout en améliorant l'efficacité de ceux-ci pour diminuer le coût des produits. Cette recherche d'économie apparaît également dans le développement d'outils pour la qualité particulièrement adaptés à la prévention plus qu'à la correction. Le contrôle de réception a été principalement développé en occident alors que le contrôle de prévention (les "poka-yoke/anti-erreur") a surtout été utilisé au Japon. Enfin, faut-il différencier le "besoin" de "l'exigence"? Nous avons souvent entendu des industriels remettre en question un intervalle de tolérance donné par un client en invoquant la fonction de la pièce. Nous nous mettons à la place de notre client pour définir son besoin. Cette approche n'est pas la même que de considérer l'exigence de son client comme sacrée et de tout mettre en oeuvre pour la respecter. La notion de Clients/fournisseurs interne et de partenariat entre les entreprises ne peut exister que dans le respect des exigences du client et donc le respect de celui-ci. Ainsi, la définition ISO de la qualité nous semble traduire une approche relativement incomplète de la qualité qu'il est nécessaire de transcender si nous voulons rester compétitifs. D'autres définitions plus complètes de la qualité ont été données. On retiendra particulièrement la définition inscrite dans le dictionnaire de l'apics [Api 92] (American Production and Inventory Control Society) [Api 92] - APICS Dictionary - 7 th Edition LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.3

15 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale "Conformité au besoin ou Aptitude à l'emploi. La qualité peut être définie à travers cinq approches principales : (1) Une qualité transcendée est un idéal, une condition de l'excellence (2) L'approche "produit" de la qualité est fondée sur les attributs du produit (3) L'approche "utilisateur" de la qualité est l'aptitude à l'emploi (4) L'approche "production" de la qualité est la conformité au besoin (5) L'approche "valeur" de la qualité est le degré d'excellence pour un prix acceptable Aussi, la qualité à deux composantes majeures : (1) qualité de conformité - Cette qualité est définie par l'absence de défauts (2) qualité de conception - Cette qualité est mesurée par le degré de satisfaction du client par les caractéristiques et les aspects du produit." Cette définition a le mérite de recouvrir la plupart des approches de la notion de la Qualité en fonction des différents points de vue. La Qualité totale étant la démarche qui permet de satisfaire l'ensemble des différents points de vue. Un point commun parmi toutes ces approches reste l'importance donnée à la qualité comme critère qualifiant pour un produit. Terry Hill [Hil 89], dans son approche d'une stratégie de production pour les industriels, pense que "dans la plupart des cas la qualité est un critère qualifiant en terme de stratégie de production, son impact sur les parts de marché est plus fondamental que probablement aucun autre facteur". Terry Hill distingue d'ailleurs les critères qualifiants des critères gagnants. Un critère qualifiant est un critère que doit avoir nécessairement un produit pour être présent sur le marché. Un critère gagnant est un critère qui permet à un produit de devancer ses concurrents. On peut remarquer au cours de ces dernières années un glissement de la qualité qui était un critère gagnant pour la plupart des produits et qui devient de plus en plus un critère qualifiant. Il n'est plus pensable aujourd'hui de mettre sur le marché un produit qui ne serait pas de qualité. [Hil 89] - Manufacturing Strategy - Text and Cases - Terry Hill - IRWIN LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.4

16 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale 1.2 Démarche Qualité Le champ de la qualité est aujourd'hui si large qu'il est difficile d'en saisir la portée. Aussi, pour clarifier les éléments d'une démarche qualité dans l'entreprise, nous retiendrons la synthèse proposée par M. P.M. Galloy [Gal 92] qui propose une hiérarchie entre les différentes approches (figure 1.1). Stratégie Système Méthodes Outils Figure Hiérarchie dans la démarche Qualité Stratégie qualité La stratégie qualité exprime la volonté de la direction de l'entreprise de progresser vers l'excellence industrielle. Cette stratégie ne doit pas s'exprimer par une simple déclaration d'intention mais aussi par une volonté clairement exprimée lors des choix décisifs en matière de personnel, de matériel, ou de formation. Il n'existe pas de bataille gagnée sans stratégie définie et clairement comprise par l'ensemble des troupes Système qualité Le système qualité permet l'organisation, et la cohésion des différentes actions "qualité" dans l'entreprise. Le système qualité représente la charpente qui permet de supporter les actions qualité. Sans un système qualité rigoureux et solidement implanté, les méthodes et les outils qualité ne sont que feux de paille. Ils dépendent directement des hommes qui les ont mis en place, et disparaissent aussitôt que ces outils ne sont plus la priorité de ceux-ci. Le système qualité est relativement complexe à mettre en oeuvre. Les concepts sont essentiellement théoriques et il faut pouvoir, aux travers de procédures, rendre plus concret une organisation et un savoir-faire. [Gal 92] - Conférence PROGECTION - P.M. Galloy - Annecy LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.5

17 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale Méthodes qualité Les méthodes qualité établissent un cadre formel autour des actions qualité. Nous trouverons par exemple les méthodes statistiques d'analyse de données ou les méthodes de gestion des moyens de mesure. Les compétences en matière de qualité sont principalement au niveau des méthodes qualité. Trop souvent les compétences sont apportées au niveau des outils alors que la mise en oeuvre d'une démarche de qualité totale nécessite une parfaite maîtrise des méthodes qualité Outils qualité Soutiennent et facilitent la mise en oeuvre des méthodes. Nous trouvons par exemple les cartes de contrôle qui permettent de mettre en oeuvre de façon simple les méthodes statistiques d'analyse de données. Nous trouvons également les outils informatiques de Gestion des Moyens de Mesures (GMM) qui permettent de mettre en oeuvre les méthodes de GMM. La mise en place des outils de la qualité est bien entendu indispensable pour assurer la qualité totale dans une entreprise. Mais, nous avons noté dans notre pyramide que ces outils interviennent en derniers alors que très souvent, certains industriels commettent l'erreur de mettre en place les outils avant de définir une stratégie Les normes ISO 9000 et la démarche Qualité L'ensemble de la normalisation ISO 9000 [Iso 87] s'inscrit parfaitement dans cette démarche, et vise à créer le système qualité dans l'entreprise. Les normes ISO 9000 couvrent principalement les aspects stratégie et système, mais sont très peu développées sur les aspects méthodes et outils. En effet, si nous considérons la norme ISO 9001 qui est la plus complète dans les rapports contractuels entre un client et un fournisseur, nous trouvons seulement 3 chapitres sur les 20 chapitres de la norme qui sont spécifiques aux méthodes et outils. Ces chapitres sont les chapitres 10 (Contrôle et Essais), 11 (Maîtrise des équipements de contrôle, de Mesure et d'essai) et chapitre 20 (Techniques statistiques). La norme ISO 9000 n'est pas très étendue sur les méthodes et les outils. Mais ce n'est pas son objectif. Il s'agit de créer un système qualité permettant d'assurer que tout est mis en oeuvre pour créer et fabriquer des produits ou des services de qualité. Ce n'est pas pour autant qu'il faut négliger de mettre en place les méthodes et les outils qui permettront de fournir la qualité. Si cela n'est pas réalisé, il est alors possible d'être certifié ISO 9000 sans pour autant fournir des produits de qualité. [Iso 87] - Normes ISO 9000/DIS /9000-3/9001/9002/9003/9004/ LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.6

18 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale La démarche de certification des industries de l'automobile comme la SOGEDAC [Sog 92] est, par contre, plus centrée sur les méthodes et les outils de la qualité qui permettent d'obtenir des produits et des services conformes aux exigences des clients. Aussi, les grands donneurs d'ordres tels que les constructeurs automobiles semblent désormais s'orienter dans leurs audits vers la mise en place des méthodes et des outils. Ils font de plus en plus confiance à la certification ISO 9000 pour les strates "Stratégie" et "Système" de la pyramide. Trop d'entreprises commencent leur démarche qualité par les strates inférieures de la pyramide en achetant par exemple un logiciel d'assistance à la qualité. Il est facile de réaliser cette erreur. En effet, les bénéfices de l'achat d'un logiciel semblent être immédiats dès la mise en oeuvre de celui-ci alors que la constitution d'un système qualité semble être une démarche fastidieuse dont les bénéfices ne sont que lointains. Le présent travail porte essentiellement sur les strates méthodes et outils de la qualité. Cependant, nous garderons en permanence à l'esprit que ces strates ne peuvent donner leur pleine puissance que dans le cadre d'une démarche qualité totale impulsée par la direction et s'appuyant sur un système qualité. [Sog 92] - Questionnaire Audit SOGEDAC LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.7

19 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale 2. L'évolution des méthodes de la qualité Si nous analysons l'évolution des méthodes qualité depuis la dernière guerre, nous constatons deux évolutions : la première est le stade de la vie du produit concerné, la deuxième est une évolution vers un accroissement du besoin de modélisation. Ces évolutions traduisent un passage du stade artisanal au stade industriel. En effet, ce qui différencie le plus une production industrielle d'une production artisanale, c'est le formalisme dans sa production. Ces évolutions se sont donc accompagnées du développement de méthodes et d'outils rigoureux qui ont permis ce formalisme Première évolution, recherche de la qualité dès la conception Le contrôle de réception Le contrôle de la qualité s est d abord intéressé aux produits finis puisque c'est sur le produit fini que le client va juger la qualité. On a mis en place des contrôles sur ceuxci pour éviter à un éventuel produit défectueux d arriver chez le client. Les méthodes utilisées vont du contrôle à 100% à un contrôle statistique par échantillonnage mais n'assurent pas toujours 100% de pièces bonnes. En effet, même un contrôle à 100% ne peut pas assurer 100% de produits conformes. Pour s'en convaincre, il suffit de demander à plusieurs interlocuteurs le nombre de lettre f qu'ils comptent dans la phrase suivante : "Finished Files are the result of years of scientific study combined with the experience of many years." Rares sont les personnes qui trouvent le bon résultat qui est 6. Et pourtant, le contrôle est un contrôle à 100%. Dans le cas des contrôles par échantillonnage pour des critères attributifs, la courbe d'efficacité du plan de contrôle s'incline rapidement et vient prouver l'inefficacité de ce type de contrôle. Même en respectant la normalisation [Afn 83] en matière de [Afn 83] - Norme AFNOR NFX X / X LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.8

20 Chapitre 1 - Les outils statistiques dans l'approche qualité totale contrôle de réception - ce qui demande souvent des prélèvements importants - l'efficacité d'un tel contrôle est de piètre qualité. Pour s'en convaincre, il suffit de calculer la courbe d'efficacité d'un plan de contrôle par échantillonnage simple qui consiste à prélever 50 pièces et à refuser le lot dès l'apparition d'un produit défectueux. La courbe d'efficacité représente la probabilité pour un lot ayant une proportion p de non conformes d'être accepté. C'est donc la probabilité de tirer dans un lot de taille n, contenant une proportion p de non conformes, au plus A (critère d'acceptation) produits non conformes. C'est la loi binomiale qui s'applique. La courbe d'efficacité a comme équation : k= A P Ck p p n k n k = ( 1 ) k= 0 Nous pouvons donc construire la courbe d'efficacité du plan précédent. Nous accepterons un lot contenant une proportion p de non conformes à condition de trouver 0 pièce défectueuse parmi le prélèvement de 50 pièces. L'équation de la courbe d'efficacité est donc P = (1-p)50 Ce qui nous donne la courbe : 1 Probabilité d'acceptation 0,8 0,6 0,4 0,2 0 % de défaut Figure Courbe d'efficacité du plan de contrôle L'exemple précédent illustre la faible efficacité du contrôle par échantillonnage simple dans le cas des critères qualitatifs. En effet, malgré un critère d'acceptation sévère (A= 0) et un prélèvement important (50 produits) la probabilité d'accepter un lot comportant 2% de produits défectueux reste encore de 36 %. LLP - Edition : 11/06/93 Page 1.9

Qualité en production

Qualité en production Daniel DURET et Maurice PILLET Qualité en production De l ISO 9000 à Six Sigma Troisième édition Éditions d Organisation, 1998, 2001, 2005 ISBN : 2-7081-3388-8 Sommaire INTRODUCTION... 17 Première partie

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES

TECHNIQUES STATISTIQUES TECHNIQUES STATISTIQUES, enseignant à l'institut d'administration des Entreprises, Université Nancy 2 SOMMAIRE 1. Introduction 3 2. Contrôle statistique des lots 3 2.1 Champ d'application 3 2.2 Niveau

Plus en détail

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place SPC 1 Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place II-2-1. Définitions II-1-2. Capabilité machine et capabilité procédé II-2-3. Ppm 2 II-1. GénéralitG ralités Définitions

Plus en détail

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE SOMMAIRE Rubrique : Audit et amélioration... 2 Rubrique : Divers...12 Rubrique : Maintenance...17 Rubrique : Système de management de la qualité...20 1 Rubrique : Audit et amélioration SOMMAIRE Auditer

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

SIMDI - Simulateur de tournage

SIMDI - Simulateur de tournage SIMDI - Simulateur de tournage «Les élèves pilotent un processus de fabrication dans le temps réduit d une formation» Objectifs du simulateur «Appliquer la Maîtrise Statistique des procédés (MSP/SPC)»

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Qualité

SOMMAIRE Thématique : Qualité SOMMAIRE Thématique : Qualité Rubrique : Audit et amélioration... 2 Rubrique : Divers... 8 Rubrique : Maintenance...11 Rubrique : Système de management de la qualité...14 1 Rubrique : Audit et amélioration

Plus en détail

Évolution 2008 de l'iso 9001

Évolution 2008 de l'iso 9001 Évolution 2008 de l'iso 9001 accueil offre de services me contacter dossiers téléchargements liens plan du site La Norme ISO 9001 évolue C'est une étape normale, qui aurait même pu intervenir avant (la

Plus en détail

Leçon 12. Qualité. de définir les avantages et inconvénients de chaque type de contrôle,

Leçon 12. Qualité. de définir les avantages et inconvénients de chaque type de contrôle, Leçon 12 Qualité L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre les principaux types de contrôle mis en place pour assurer la qualité des produits et des processus. A l'issue de la

Plus en détail

Gestion de la qualité

Gestion de la qualité ENIS 2010-2011 Gestion de la qualité Moez Krichen moez.krichen@gmail.com Gestion de la Qualité On nomme gestion de la qualité les techniques d'organisation concourant à rendre conforme à un standard la

Plus en détail

Performance et maintenance des équipements Tout est déterminé à la conception!

Performance et maintenance des équipements Tout est déterminé à la conception! BFN Conseils. (Total Production Management) Performance et maintenance des équipements Tout est déterminé à la conception! Lorsqu'un nouvel équipement "entre" dans une usine, il est accompagné, bien entendu,

Plus en détail

LA GESTION DES INTERVENTIONS

LA GESTION DES INTERVENTIONS I INTRODUCTION : Une intervention est effectuée à la suite d un évènement prévu ou non. Les conséquences sur la production, la maintenance, l organisation, la sécurité, etc, seront donc différentes. II

Plus en détail

Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers Meknès

Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers Meknès Ecole Nationale Supérieure d Arts et Métiers Meknès EFFECTUE AUPRES D IMACAB Du 01/07/02 Au 05/08/02 Préparé par : Encadré par : CHADMI ISSAM M.HABTI Année Universitaire: 2001/2002 Ensam-Méknes - 1 - imacab

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

LES OUTILS DE LA QUALITE

LES OUTILS DE LA QUALITE Modelos e Instrumentos de Calidad y Buenas Prácticas para la Mejora de Empresas e Instituciones Verano Curso 2012 Tetuán. 9 al 13 de julio LES OUTILS DE LA QUALITE Mohammed RAJAA Curs o Modelos e Instrumentos

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

Maintenance Productive Totale (TPM)

Maintenance Productive Totale (TPM) Cours de Productique Maintenance Productive Totale (TPM) Par BENSASSI NOUR Younès Glossaire: Historique...2 Contexte...2 Définition plus formelle...2 La démarche TPM...2 1-La phase d'analyse...2 1.1-Les

Plus en détail

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion :

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : Plan : Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : 1-maitrise de gestion, coordination des actions

Plus en détail

SIMDI Six Sigma «Les élèves résolvent un problème complexe avec Six Sigma dans le temps réduit d une formation»

SIMDI Six Sigma «Les élèves résolvent un problème complexe avec Six Sigma dans le temps réduit d une formation» SIMDI Six Sigma «Les élèves résolvent un problème complexe avec Six Sigma dans le temps réduit d une formation» Objectifs du simulateur Le simulateur Six Sigma reproduit l'ensemble d'un processus de production

Plus en détail

AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1

AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1 AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1 AMDEC dans l'industrie de l'utilisation de cette méthode dans le secteur industriel AMDEC pour : l'analyse prévisionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE. Le Ministre de l'agriculture et de la pêche. Arrête :

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE. Le Ministre de l'agriculture et de la pêche. Arrête : MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «technicien animateur qualité en entreprise viti/vinicole» Le Ministre

Plus en détail

LA DEMARCHE QUALITE DANS UNE PME

LA DEMARCHE QUALITE DANS UNE PME LA DEMARCHE QUALITE DANS UNE PME SOMMAIRE : Introduction Quelques définitions Principes du management de la qualité Enjeux de la mise en place d une démarche qualité La mise en oeuvre du «SMQ» : 1. L engagement

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

Séances 5 et 6 4-530-03. La gestion de la qualité. Gestion des opérations et de la logistique

Séances 5 et 6 4-530-03. La gestion de la qualité. Gestion des opérations et de la logistique Gestion des opérations et de la logistique Séances 5 et 6 4-530-03 La gestion de la qualité 2011, Service d enseignement de la Gestion des Opérations et de la Logistique, HEC Montréal. Points importants

Plus en détail

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM Dossier paru dans la tribune de l'industrie des Editions WEKA N 29 Mars 2006 Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM La mise en place d'une démarche TPM nécessite plusieurs

Plus en détail

L'Analyse de l'aptitude d'un Procédé à l'aide de MINITAB (I)

L'Analyse de l'aptitude d'un Procédé à l'aide de MINITAB (I) Résumé L'Analyse de l'aptitude d'un Procédé à l'aide de MINITAB (I) Keith M. Bower, M.S. L'utilisation d'indices d'aptitude tels que les valeurs C p, C pk, et Sigma" est très répandue au sein de l'industrie.

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

FORMATION. DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 NON CONFORMITE. Polyformation & Consulting

FORMATION. DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 NON CONFORMITE. Polyformation & Consulting FORMATION DELLAOU Othman-BELKERCHA Nabil-MARIAYE Johann V1.0 POLYFORMATION & CONSULTING NON CONFORMITE Animé par les consultants du Cabinet : OJN_CONSULTING Polyformation & Consulting 64, place des papillons

Plus en détail

Objectifs Généraux. 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique

Objectifs Généraux. 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique Objectifs Généraux Le second degré est souvent celui du choix d un avenir professionnel. La construction et la maturation de ce choix doivent

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE

STRATEGIES DE MAINTENANCE A- NORMES AFNOR 1 Maintenance industrielle 1-a Concepts de maintenance 1-b Contrats de maintenance 1-c Documents d'exploitation 1-d Logistique de soutien 2 Fiabilité 3 Maintenabilité 4 Disponibilité 5

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01

Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Technicien Qualité QUALIFICATION UIMM N MQ 92 11 89 01 01 Finalité professionnelle Sous le contrôle du responsable qualité (et/ou sécurité-environnement), de l animateur qualité (et/ou sécurité-environnement)

Plus en détail

N. Habra, A. Renault. Institut d Informatique FUNDP - Charleroi. OWPL-ISO9000.doc, version du 15/12/00

N. Habra, A. Renault. Institut d Informatique FUNDP - Charleroi. OWPL-ISO9000.doc, version du 15/12/00 N. Habra, A. Renault Institut d Informatique FUNDP - Charleroi OWPL-ISO9000.doc, version du 15/12/00 Table des matières Introduction... 3 Le modèle OWPL... 3 La norme ISO 9000:1994... 4 La norme ISO 9000:2000...

Plus en détail

Baccalauréat professionnel Technicien d'usinage. C 1. S INFORMER, ANALYSER, COMMUNIQUER Données Actions Indicateurs de performance

Baccalauréat professionnel Technicien d'usinage. C 1. S INFORMER, ANALYSER, COMMUNIQUER Données Actions Indicateurs de performance COMPÉTENCES C 1. S INFORMER, ANALYSER, COMMUNIQUER C 1.1. Analyser des données fonctionnelles et des données de définition : D un ensemble : Le modèle numérique d'un système mécanique. Des représentations

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE Pour l amélioration de la performance énergétique dans le cadre de la norme ISO 50001 des systèmes de management de l énergie Pascal Dumoulin,

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Les bases de la Démarche Qualité

Les bases de la Démarche Qualité Les bases de la Démarche Qualité 02 octobre 2014 Virginie Boulanger virginie.boulanger@cnrs-dir.fr Définition Le terme «qualité» pouvant être ambigu, vue sa multiplicité de sens, sa définition a été précisée

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

EVALUATION DU SYSTEME ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR (ESQF)

EVALUATION DU SYSTEME ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR (ESQF) Avril 2007 DGA/Q EVALUATION DU SYSTEME ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR (ESQF) EVALUATION DU SYSTEME QUALITE FOURNISSEUR (ESQF) I. Eléments pour l évaluation du système d assurance qualité fournisseurs 1.

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

VIII : Gestion des prévisions

VIII : Gestion des prévisions CHTIBI Chafik Une prévision est une prédiction des événements à venir qu'on utilise à des fins de planification. Les méthodes de prévision peuvent se fonder sur des modèles mathématiques utilisant les

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

un jeu pédagogique pour découvrir la Maîtrise Statistique des Procédés Sommaire OBJECTIFS...2

un jeu pédagogique pour découvrir la Maîtrise Statistique des Procédés Sommaire OBJECTIFS...2 NOTICE TECHNIQUE DE un jeu pédagogique pour découvrir la Maîtrise Statistique des Procédés Sommaire OBJECTIFS...2 CONTEXTE D'UTILISATION...3 POUR L'ENTREPRISE :...3 POUR LES ORGANISMES D E FORMATION ET

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

Six Sigma Une autre façon de concevoir la performance. Six sigma. Stratégie de rupture! Six Sigma - Un peu d histoire. La satisfaction des clients

Six Sigma Une autre façon de concevoir la performance. Six sigma. Stratégie de rupture! Six Sigma - Un peu d histoire. La satisfaction des clients Université de Savoie Département Organisation et Génie de la Production de l'iut d'annecy Laboratoire LISTIC Six Sigma Une autre façon de concevoir la performance Maurice Pillet Professeur Université de

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail

Qualité et Test des Logiciels CMMI. Moez Krichen. moez.krichen@gmail.com

Qualité et Test des Logiciels CMMI. Moez Krichen. moez.krichen@gmail.com ENIS 2010-2011 CMMI Moez Krichen moez.krichen@gmail.com Capability Maturity Model Integration - CMMI CMMi, sigle de Capability Maturity Model + Integration, est un modèle de référence, un ensemble structuré

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification: 1992 11 89 0101 Catégorie: C Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien de la qualité

Plus en détail

Étude préalable Fiche 1

Étude préalable Fiche 1 Fiche 1 L'EXPRESSION ET LA VALIDATION DU BESOIN : Avant de concevoir un objet technique, il est nécessaire de s'assurer que le besoin existe et de bien préciser ce qui est attendu par les futurs utilisateurs.

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION GESTION DE PROJET

PROGRAMME DE FORMATION GESTION DE PROJET PROGRAMME DE FORMATION GESTION DE PROJET Objectif de la Formation : Intégrer les outils incontournables pour démarrer en management de projet. Identifier les différents niveaux d'objectifs à atteindre

Plus en détail

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel Séance 3 Juste-à-Temps et Lean Manufacturing Magement industriel et Gestion de projet C. BARDEL@2007 1 Juste-à-temps & Lean Manufacturing Juste-à-temps et le Lean Manufacturing sont le cœur du système

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12

SOMMAIRE OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 IES 3 SOMMAIRE Paragraphes OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE LA NORME... 1-4 INTRODUCTION... 5-11 DATE D'APPLICATION... 12 DES PROFESSIONNELS COMPTABLES... 13-18 ENSEIGNEMENT GENERAL... 19 24 Novembre 2006

Plus en détail

S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE. 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques et incidents

S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE. 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques et incidents S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE S424 Le contexte organisationnel de la relation commerciale S42 La relation commerciale 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Ch.12 : Loi binomiale

Ch.12 : Loi binomiale 4 e - programme 2007 - mathématiques ch.12 - cours Page 1 sur 5 1 RÉPÉTITION D'EXPÉRIENCES INDÉPENDANTES Lancer plusieurs fois un dé et noter les résultats successifs. Ch.12 : Loi binomiale Prélever des

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

FORMATION CQPM TECHNICIEN DE LA QUALITE

FORMATION CQPM TECHNICIEN DE LA QUALITE FORMATION CQPM TECHNICIEN DE LA QUALITE CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION DE LA FORMATION Le titulaire de la qualification agit sous la responsabilité d une personne généralement de qualification supérieure,

Plus en détail

Système de Management de la Qualité

Système de Management de la Qualité CHAPOUTIER Système de Management de la Qualité CHAPOUTIER HISTORIQUE LES NORMES QU EST CE QUE LA QUALITE? CONSTRUIRE SON SMQ (Système Maitrise Qualité) - Politique qualité - Maitrise de la qualité HYGIENE

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Intitulé Bachelier en biologie médicale Introduction à la Statistique B1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS XII - ISIAG

UNIVERSITE PARIS XII - ISIAG UNIVERSITE PARIS XII - ISIAG MASTER 2 - CHAPITRE 4.b LE PILOTAGE DU PROJET ANALYSE DES RISQUES 1 LE PILOTAGE DU PROJET I. Software Development Plan II. III. IV. Risks Management Plan (Analyse des Risques)

Plus en détail

Avant-propos 3. PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique. CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13

Avant-propos 3. PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique. CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13 Avant-propos 3 PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13 La portée du plan marketing stratégique 13 Le plan marketing stratégique de l'entreprise

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation

Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation Les fiches En Lignes fiche n 39 Décembre 2007 Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation Sommaire : Pourquoi évaluer?---------------------- p. 1 Quoi évaluer?----------------------------

Plus en détail

Avis Technique 14/14-2017. Giacoflex PE-RT

Avis Technique 14/14-2017. Giacoflex PE-RT Avis Technique 14/14-2017 Annule et remplace l Avis Technique 14/09-1499*V1 Tubes en PE-RT Système de canalisations en PE-RT PE-RT piping system PE-RT Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

TPM. M pour Maintenance (maintien en bon état des installations) P pour Productive (efficience des actions de maintenance, amélioration permanente)

TPM. M pour Maintenance (maintien en bon état des installations) P pour Productive (efficience des actions de maintenance, amélioration permanente) DEFINITION TPM TOTALE PRODUCTIVE MAINTENANCE M pour Maintenance (maintien en bon état des installations) P pour Productive (efficience des actions de maintenance, amélioration permanente) T pour Totale

Plus en détail

Annexe. Comment ISO 9001 soutient les stratégies de Lean

Annexe. Comment ISO 9001 soutient les stratégies de Lean Annexe (d après Lean 9001 : Battle for Artic Rose; Edition :Society of Manufacturing Engineers) Comment ISO 9001 soutient les stratégies de Lean Définitions : Valeur : La VALEUR est quelque chose de tangible

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

PLAN DE COURS CEGEP DU VIEUX-MONTRÉAL

PLAN DE COURS CEGEP DU VIEUX-MONTRÉAL PLAN DE COURS CONTRÔLE DE LA QUALITÉ 241-B60-VM TECHNIQUE DE GÉNIE MÉCANIQUE 241-06 PONDÉRATION : 2-1-1 Compétence : 012Z Contrôler la qualité d un produit DÉPARTEMENT DE LA MÉCANIQUE CEGEP DU VIEUX-MONTRÉAL

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

ASSURANCE QUALITE PRODUITS

ASSURANCE QUALITE PRODUITS Page : 1 / 16 ASSURANCE QUALITE PRODUITS Conditions de livraison et de réception des produits Page : 2 / 16 1. AVANT-PROPOS... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 3 3. PRINCIPE... 3 TOUTE LIVRAISON EFFECTUÉE

Plus en détail

Appliquer la maîtrise statistique des processus (MSP/SPC)

Appliquer la maîtrise statistique des processus (MSP/SPC) Maurice PILLET Professeur des Universités IUT Annecy Université de Savoie, Laboratoire LISTIC Ancien élève de l'ecole Normale Supérieure de CACHAN Appliquer la maîtrise statistique des processus (MSP/SPC)

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

TP Maîtrise Statistique des Procédés

TP Maîtrise Statistique des Procédés TP Maîtrise Statistique des Procédés Vous allez utiliser un programme informatique «SIMDI Tour» qui simule (sommairement) le fonctionnement d un tour à commande numérique. Pendant ce TP, qui se déroule

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

ENTREPÔTS ET MAGASINS

ENTREPÔTS ET MAGASINS Michel Roux ENTREPÔTS ET MAGASINS Tout ce qu il faut savoir pour concevoir une unité de stockage Cinquième édition, 1995, 2001, 2003, 2008, 2011 ISBN : 978-2-212-55189-1 2 LES PHASES DE SIMULATION DE VALIDATION

Plus en détail

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003 LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 00 ) LES PROGRAMMES a) Le cadre général L arrêté du 8 juin 00 comporte trois annexes, notamment l annexe donnant l intégralité des modules permettant

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

Agence Nationale de la Recherche. Projets de Recherche et d'innovation 2005. Plan d'action National sur l'hydrogène et les piles à combustible PAN-H

Agence Nationale de la Recherche. Projets de Recherche et d'innovation 2005. Plan d'action National sur l'hydrogène et les piles à combustible PAN-H Agence Nationale de la Recherche Projets de Recherche et d'innovation 2005 Plan d'action National sur l'hydrogène et les piles à combustible PAN-H Programme DRIVE : Données expérimentales pour l évaluation

Plus en détail

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Maintenance des équipements de production de médicaments est capable de : Diagnostiquer les causes

Plus en détail