MODULES DE FORMATION DES MAGASINIERS A LA GESTION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODULES DE FORMATION DES MAGASINIERS A LA GESTION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES"

Transcription

1 MODULES DE FORMATION DES MAGASINIERS A LA GESTION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES ELABORE AVEC L APPUI DE L OMS Mai 2007 MSP/DPM CENAME OMS

2 LISTE DES AUTEURS Coordination : - Dr TAOUSSE Oussoumanou, Directeur Général, CENTRALE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT EN MEDICAMENTS EN CONSOMMABLES MEDICAUX ESSENTIELS (CENAME) - Dr NDO Jean Rollin, Directeur de la Pharmacie et du Médicament (DPM), Ministère de la Santé Publique Comité de rédaction: - Dr ABONG Bwemba Thérèse Lydie Olga, Pharmacien Microbiologiste, Consultant/ Secteur privé - Dr MIDOUNGUE MIMBANG Carole Gloria Sylvie, Pharmacien, Inspecteur N 1 des Services Pharmaceutiques/IGSP - Dr NDJITOYAP NDAM MAKOUET Pauline, Pharmacien, Sous Directeur de la Pharmacie et des Laboratoires/DPM - Dr EYONG OROCK HANNY OROCK, Chef de Service des Approvisionnements/DPM - Dr NGOKO MAMBE TCHOUANTE Marie-Louise, Pharmacien, Responsable de la Gestion des ARV/CENAME - Dr SAMBA Mistral Frédéric, Chef de la Division Commerciale et des Stocks, CENAME Appui technique : - Dr NGONO MBALLA Rose, Pharmacien, EDM/OMS 1

3 SOMMAIRE LISTE DES AUTEURS... 0 SOMMAIRE... 2 LISTE DES ABREVIATIONS... 3 INTRODUCTION... 5 MODULE 1 : DEFINITIONS UTILES... 6 MODULE 2 : GESTION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES I INTRODUCTION II SELECTION DES MEDICAMENTS III QUANTIFICATION IV ACQUISITION V RECEPTION DES MEDICAMENTS AU NIVEAU DU CAPP VI STOCKAGE DES MEDICAMENTS VII INVENTAIRE DES STOCKS VIII DISTRIBUTION DES MEDICAMENTS AUX FORMATIONS SANITAIRES IX LES OUTILS DE GESTION X MESURES DE SECURITE MODULE 3 : PARTICULARITES SUR LA GESTION DES PRODUITS DES PROGRAMMES SPECIFIQUES SCHISTOSOMIASE a. Définition : b. Liste des produits c. Gestion ONCHOCERCOSE DIABETE HYPERTENSION ARTERIELLE PSYCHOTROPES, STUPEFIANTS LES INFECTIONS OPPORTUNISTES LIEES AU VIH/SIDA PALUDISME VIH/SIDA TUBERCULOSE SANTE DE REPRODUCTION MODULE 4 : FINANCEMENT MODULE 5 : REGLEMENTATION PHARMACEUTIQUE DE L EXERCICE ET L ORGANISATION DE LA PROFESSION DE PHARMACIEN DU RECOUVREMENT DES COUTS DE LA PROCEDURE D IMPORTATION DES MEDICAMENTS ANNEXES ANNEXE 1 : AGENDA ANNEXE 2 : PRE ET POST TEST ANNEXE 4 : EXERCICES DE GROUPE ANNEXE 5 : ÉVALUATION DES MODULES ANNEXE 6 : ÉVALUATION DE L ATELIER DE FORMATION BIBLIOGRAPHIE :

4 LISTE DES ABREVIATIONS 3TC: Lamivudine ABC : Abacavir ACT: Combinaison Thérapeutique à base de dérivés d Artémisinine ADN : acide désoxyribonucléique AID : Autorisation d Importation des Dermocorticoïdes AL: artémether+lumefantrine AMM: Autorisation de Mise sur le Marché ARN : acide ribonucléique ARV: Antirétroviral AOI : Autorisation Officielle d Importation AS+AQ: artésunate + amodiaquine AZT : Zidovudine BK: Bacille de Koch BPD : Bonnes Pratiques de Distribution des Médicaments BPF : Bonnes Pratiques de Fabrication des Médicaments CAPP : Centre d Approvisionnement Pharmaceutique Provincial CENAME : Centrale Nationale d Approvisionnement en Médicaments et Consommables Médicaux Essentiels CMM : Consommation moyenne mensuelle D4T: Stavudine ddi: Didanosine DCI : Dénomination Commune Internationale DPM : Direction de la Pharmacie et du Médicament EDS : Enquête Démographique et de Santé EFZ : EFAVIRENZ FEFO: First Expired, First Out FTC : Emtricitabine HCY: Hôpital Central de Yaoundé LANACOME : Laboratoire National de Contrôle de Qualité des Médicaments et d Expertise PEPS : premier expiré, premier sorti FNUAP : Fonds des Nations Unies pour la Population IDV: Indinavir IO : Infection opportuniste IPA : Ingrédient Pharmaceutique Actif LAV: Lymphadenopathy associated virus LPV/r: Lopinavir/ritonavir MIO: Médicaments des infections opportunistes NFV: Nelfinavir NVP : NEVIRAPINE OICS : Organe Internationale de Contrôle des Stupéfiants OIT : Organisation Internationale du Travail OMS : Organisation Mondiale de la Santé ONUSIDA: Le Programme Commun des Nations Unies Sur le VIH/SIDA PAM : Programme Alimentaire Mondial PNLP: Programme National de Lutte contre le Paludisme PNLT : Programme National de Lutte contre la Tuberculose 3

5 PPTE : Pays Pauvres très Endettés PTME : Prévention de la Transmission Mère-enfant PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement PPN : Politique Pharmaceutique Nationale PVVIH : Personnes vivant avec le VIH QAC : Quantité à commander RTV: Ritonavir SDU : Stock disponible utilisable TDF: Ténofovir UNESCO: Organisation des Nations Unies pour l Éducation, la Science et la Culture UNICEF : Fonds des Nations Unies pour l Enfance USP : United States Pharmacopoeia VIH : Virus de l Immunodéficience Humaine SIDA : Syndrome d immunodéficience acquise 4

6 INTRODUCTION Le profil épidémiologique du Cameroun est dominé par le paludisme, le SIDA, la tuberculose, mais aussi par d autres affections telles que le diabète, le cancer, les helminthiases intestinales et autres maladies parasitaires. L engagement du gouvernement à lutter contre ces maladies s est traduit par la mise en place de programmes de prise en charge et l élaboration de la Stratégie de Mise en Oeuvre de la Politique Pharmaceutique Nationale dont l un des objectif est de rendre disponible aux populations des médicaments et des dispositifs médicaux essentiels de qualité à un coût abordable. L atteinte de cet objectif exige une gestion rigoureuse des produits pharmaceutiques à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Le présent document est un guide pour la formation des personnels en charge de la gestion desdits produits. Il aborde des questions opérationnelles et techniques pouvant aider à la prise de décision tout en mettant un accent particulier sur la gestion du cycle logistique dont le but est d assurer la continuité des services, de satisfaire la demande, et d éviter les ruptures de stock. Un accent particulier a également été mis sur des situations particulières relevant de la gestion des produits des programmes prioritaires de santé. 5

7 MODULE 1 : DEFINITIONS UTILES 1 DCI : Dénomination Commune Internationale est le nom chimique d un médicament. Il est le même dans tous les pays. 2 MEDICAMENT: Toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l égard des maladies humaines ou animales ainsi que tout produit pouvant être administré à l homme ou à l animal en vue d établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques. 3 MEDICAMENTS ESSENTIELS : définis par l OMS comme ceux qui sont indispensables et nécessaires pour satisfaire les besoins de santé de la majorité de la population dans une région bien déterminée. Le médicament essentiel doit: Etre efficace ; Etre de qualité prouvée ; Etre disponible à tout moment ; Avoir le moins d effets indésirables possibles ; Etre accessible financièrement. 4 MEDICAMENT GENERIQUE: Copie d une spécialité princeps (première spécialité fabriquée et commercialisée) et dont le brevet est tombé dans le domaine public. Il est commercialisé sous Dénomination Commune Internationale (DCI) et/ou sous une dénomination spéciale. 5 SPECIALITE PHARMACEUTIQUE: Tout médicament préparé à l avance, présenté sous un conditionnement particulier, caractérisé par une dénomination spéciale et vendu dans plus d une officine. 6 PRODUIT PHARMACEUTIQUE: Les produits pharmaceutiques comprennent les médicaments, les réactifs biologiques, les produits chimiques officinaux, les produits galéniques, les objets de pansement et tout autre produit nécessaire à la médecine humaine ou vétérinaire. 7 DOCUMENT DE POLITIQUE PHARMACEUTIQUE NATIONALE: Document ayant été approuvé officiellement et largement diffusé. Y sont énoncés les objectifs, les stratégies retenues pour l atteinte desdits objectifs. 8 HOMEOPATHIE Mode de traitement fondé sur deux principes : l'usage de substances douées d'effets semblables aux symptômes de la maladie qu'elles sont destinées à combattre, et la dilution infinitésimale de ces substances. 9 ALLOPATHIE L'allopathie désigne la médecine conventionnelle par opposition à l homéopathie. 6

8 L'allopathie repose donc sur l'administration de substances visant à contrecarrer les effets ou les causes des maladies. Tous les praticiens allopathes ont aussi une activité préventive par la pratique des vaccinations, la promotion d'habitudes de vie en adéquation avec la physiologie naturelle de l'homme, et le suivi régulier. 10 PHYTOTHÉRAPIE : c'est l'art de se soigner par les plantes. 11 PHARMACOPÉE : Recueil à caractère officiel et réglementaire des médicaments autorisés dans un pays ou dans un groupe de pays. Il existe des pharmacopées nationales, comme la pharmacopée française, et des pharmacopées internationales, comme la pharmacopée européenne. Exemples de pharmacopées: Pharmacopée traditionnelle A base d'extrait de plantes médicinales, elle a été utilisée jusqu'à l'époque contemporaine en Europe et dans les sociétés primitives. Pharmacopées internationales - la Pharmacopée internationale publiée au niveau mondial par l'oms. Abréviation : Ph.Int. - la Pharmacopée européenne, publiée par le Conseil de l Europe. Abréviation : Ph.Eur. Pharmacopées nationales la Pharmacopée américaine ou United States Pharmacopoeia. Abréviation : USP ou USP XXIII La Pharmacopée britannique: BP la Pharmacopée japonaise (disponible en anglais) la Pharmacopée française. Abréviation : Ph.Fr. ou Ph.Fr.X la Pharmacopée belge. Identique à la Ph.Eur.II. Abréviation : Ph.Belg. ou Ph.Belg.VI la Pharmacopée helvétique. Abréviation : Ph.Helv. la Pharmacopée allemande. Abréviation : DAB (Deutsche Artzneibuch) la Pharmacopée autrichienne. Abréviation : ÖAB (österreichische Artzneibuch) 12 MATIERE PREMIERE: Toute substance utilisée dans la fabrication d un médicament, à l exclusion des articles de conditionnement. 13 PRINCIPE ACTIF: Le principe actif (également désigné par le terme IPA pour Ingrédient Pharmaceutique Actif) dans un médicament est la molécule qui possède un effet thérapeutique. Cette substance est, la plupart du temps, en très faible proportion dans le médicament par rapport aux excipients 14 EXCIPIENTS : Substance qui reçoit le ou les principes actifs. L excipient est constitué d une matière ou d un mélange de matières inactives sur la pathologie. Il favorise la réalisation et l administration du médicament en permettant une meilleure circulation de celui-ci jusqu au lieu d absorption dans l organe concerné. Il assure 7

9 la stabilité de la préparation et par extension sa conservation. La qualité primordiale d un excipient est son inertie à l égard : - des principes actifs - des matériaux de conditionnement - de l organisme. Dans les médicaments: Les excipients par opposition aux principes actifs sont des substances qui ont un rôle technique dans le médicament. Ce sont par exemple les diluants permettant d'augmenter le volume et faciliter la prise par le patient, les lubrifiants, les liants, les édulcorants, les délitants etc. Bien que n'étant pas des principes actifs, les excipients peuvent avoir un effet qu'il ne faut pas négliger. Certains sont même classés comme "excipients à effet notoire" et doivent figurer expressément dans la composition déclarée du médicament, tant en qualité qu'en quantité. 15 ARTICLE DE CONDITIONNEMENT Tout élément utilisé lors du conditionnement d un médicament, à l exclusion de l emballage destiné au transport ou à l expédition. Les articles de conditionnement sont appelés primaires ou extérieurs selon qu ils sont respectivement destinés ou non à être en contact avec le médicament. 16 FABRICATION : Toutes les opérations concernant l achat des matières premières, des articles de conditionnement, la production, le contrôle de la qualité, la libération des lots ainsi que les contrôles correspondant ; 17 LOT: Quantité définie d une matière première, d un article de conditionnement ou d un produit fabriqué en une opération ou en une série d opérations, telle qu elle puisse être considérée comme homogène. 18 NUMERO DE LOT : Combinaison caractéristique de chiffres ou de lettres ou de chiffres et de lettres qui identifie spécifiquement un lot. 19 ASSURANCE DE LA QUALITE : L assurance de la qualité est un large concept qui couvre tout ce qui peut, individuellement ou collectivement, influencer la qualité d un produit. Elle représente l ensemble des mesures prises pour s assurer que les médicaments fabriqués sont de la qualité requise pour l usage auquel ils sont destinés. L assurance de la qualité comprend donc les bonnes pratiques de fabrication mais également les Bonnes pratiques de stockage et de Distribution (BPD). 20 CONTROLE DE LA QUALITE: Le contrôle de qualité fait partie des bonnes pratiques de fabrication ; il concerne l échantillonnage, les spécifications, le contrôle, ainsi que les procédures d organisation, de documentation et de libération qui garantissent que les analyses nécessaires et appropriées ont réellement été effectuées et les produits finis ne sont pas libérés pour l utilisation, la vente ou l approvisionnement sans que leur qualité n ait été jugée satisfaisante. 8

10 21 QUALITE: Ensembles des caractéristiques d une entité qui lui confère l aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites. 22 SECURITE: Etat dans lequel le risque de dommages corporels ou matériels est limité à un niveau acceptable. 23 BONNES PRATIQUES DE FABRICATION DES MEDICAMENTS (BPF): Les bonnes pratiques de fabrication des médicaments constituent un des éléments de l assurance de la qualité ; elles garantissent que les produits sont fabriqués et contrôlés de façon cohérente et selon les normes de qualités adaptées à leur emploi et requises par l autorisation de mise sur le marché. 24 BONNES PRATIQUES DE DISTRIBUTION DES MEDICAMENTS (BPD): Les bonnes pratiques de distribution des médicaments constituent un des éléments de l assurance de la qualité ; elles garantissent que les produits sont sélectionnés, stockés, transportés et contrôlés de façon cohérente et selon les normes de qualités adaptées à leur emploi et requises par l autorisation de mise sur le marché. 25 TRAITEMENT D UNE NON-CONFORMITE: Action à entreprendre vis à vis d une entité présentant une non-conformité en vue de résoudre cette dernière. 26 TRAÇABILITE: Aptitude à trouver l historique, l utilisation ou la location d une entité au moyen d identifications enregistrées. 27 COMITE THERAPEUTIQUE: Groupe de scientifiques et de membres du personnel hospitalier tels que pharmacologues, cliniciens, pharmaciens,. etc. 28 COMMISSION D HOMOLOGATION: Organe consultatif que les autorités nationales de réglementation pharmaceutique saisissent pour les questions en rapport avec l homologation des médicaments et l annulation ou la suspension des autorisations de commercialisation; elle fonde ses avis sur l évaluation de la qualité, de l innocuité, de l efficacité et de l utilité des produits. 29 REFERENTIEL: Enoncé d un ensemble d exigences ou de recommandations auquel on se réfère pour bâtir, améliorer, ou évaluer un système qualité. 30 SPECIFICATIONS: Description en détail des exigences auxquelles doivent répondre les produits utilisés ou obtenus au cours de la fabrication. Elles servent de base à l évaluation de la qualité. Document énonçant des exigences. 9

11 31 PHARMACOVIGILANCE: Centralisation, contrôle et diffusion des informations sur les effets nocifs ou imprévus des médicaments. La pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d'effet indésirable résultant de l'utilisation des médicaments et produits à usage humain Elle vise à garantir la sécurité d emploi des médicaments. Elle repose sur le signalement des effets indésirables par les professionnels de santé et les industriels. Les professionnels de santé doivent donc déclarer les effets indésirables à la structure nationale en charge de la pharmacovigilance 32 VIRUS: En biologie, un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus sont des objets particulaires, infectieux, constitués au minimum d'un acide nucléique et de protéines Structure de base d'un virus : Un virus se caractérise par son incapacité à se reproduire par division et nécessite pour cela d'utiliser une cellule hôte : un virus est un parasite intracellulaire obligatoire. Il est composé d'une molécule d'acide nucléique (soit d ADN soit d ARN, simple ou double brin) entourée d'une coque de protéine appelée la capside et parfois d'une enveloppe. Il ne possède aucune enzyme pouvant produire de l'énergie. 33 VIH : Virus d'immunodéficience humaine 34 LAV : Lymphadenopathy Associated Virus 35 LYMPHOCYTES T4 ET DÉFENSES IMMUNITAIRES : Les lymphocytes T sont les gardiens de notre corps. Ces cellules vont contrôler les réactions de défense dirigées contre un organisme étranger. Il existe plusieurs types de lymphocytes T, dont les CD4 et les CD8, qui se différencient par les récepteurs qu ils possèdent à leur surface. Ces récepteurs définissent ainsi des fonctions différentes. 36 COUNSELING Entretien dans lequel une personne tente d'aider une autre à comprendre et à résoudre des problèmes auxquels elle doit faire face. Counseling d Aide à l observance : Counseling spécial centré sur le traitement pour aider un patient à respecter la prescription médicale. 37 ONUSIDA (UNAIDS en anglais) C est un programme de l ONU destiné à coordonner l'action des différentes agences spécialisées de l ONU pour lutter contre la pandémie du SIDA. Il fut créé le 1er décembre 1995 et son siège est à Genève, en Suisse. Rôles de l ONUSIDA: Son principal rôle n'est donc pas de subventionner les différents programmes de lutte 10

12 contre le SIDA, mais de les coordonner. Son second rôle est de fournir des informations sur toutes les conséquences qu'entraîne la pandémie. Aussi bien au niveau médical (comme le nombre de personnes infectées), que social (condition de vie des sidéens) ou encore économique (impact de la pandémie sur l'économie des pays). Son troisième rôle est de servir de moteur à une politique globale de lutte contre le SIDA (comme la création de certains programmes). Agences de l'onu travaillant avec ONUSIDA : Pour pouvoir combattre efficacement le SIDA, ONUSIDA coordonne le travail de différentes agences spécialisées de l'onu, qui sont : - la Banque Mondiale pour les prêts d'argents - le Fonds des Nation Unies pour l Enfance (UNICEF) pour la protection des enfants sidéens ou dont les parents le sont - le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) pour la protection des populations touchées directement ou indirectement par le SIDA - l Organe Internationale de Contrôle des stupéfiants (OICS) pour la prévention et la protection dans les milieux toxicomanes - l Organisation Internationale du Travail (OIT) pour la protection et la préventions des travailleurs sidéens ou étant en contact proche avec ces derniers - l Organisation des Nations Unies pour l Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) pour la prévention et l'information sur le SIDA - l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour la coordination des équipes médicales - le Programme Alimentaire Mondial (PAM) pour servir de «point d'entrée» aux équipes de préventions et de protections - le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour l'aide au développement des pays touchés par le SIDA 11

13 MODULE 2 : GESTION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES I INTRODUCTION L objectif de la Politique Pharmaceutique Nationale (PPN) est de rendre disponibles et accessibles à toutes les couches de la population les médicaments essentiels de préférence sous leur forme générique ainsi que les consommables médicaux essentiels. Pour avoir en permanence les médicaments essentiels, un certain nombre d actions doivent être menées. Il s agit de : Sélectionner parmi les médicaments existants ceux dont on a besoin ; S en procurer (quantification, acquisition/achat); Les stocker et les distribuer ; Les mettre à disposition des populations pour leur utilisation. FIGURE I : LE CYCLE DE GESTION 12

14 II SELECTION DES MEDICAMENTS La sélection des médicaments est un processus qui consiste à choisir quels médicaments sont les mieux adaptés à la prise en charge d une pathologie donnée dans une région en tenant compte des données épidémiologiques, socioéconomiques et sanitaires. Au niveau du Ministère en charge de la Santé, les médicaments sont sélectionnés sous les formes et dosages appropriés. Le pays dispose alors d une liste de médicaments essentiels présentée par niveau de formation sanitaire. Critères de sélection des médicaments Coûts abordables pour une utilisation optimale des ressources financières, Disponibilité des médicaments pour le traitement des maladies les plus répandues, Présence des médicaments sélectionnés sur la Liste Nationale des Médicaments Essentiels sous DCI, Détermination du niveau de la formation sanitaire d utilisation de chaque médicament, Nécessité d homologation des médicaments sélectionnés au Cameroun. Avantages de la Liste Nationale des Médicaments Essentiels (LNME) La Liste Nationale des Médicaments Essentiels : Tient compte du plateau technique des Formations Sanitaires, Comporte un nombre limité de médicaments essentiels d où approvisionnement, stockage et distribution faciles ; Permet que la formation des prescripteurs et dispensateurs soit focalisée sur un petit nombre de médicaments, Avantages de l'utilisation des DCI L utilisation des DCI : Permet la diversification de sources d approvisionnement avec l avantage d acheter à des prix compétitifs ; Facilite la prescription et la substitution de produit ; Minimise le risque de confusion des produits. III QUANTIFICATION La quantification est le processus utilisé pour déterminer les besoins quantitatifs en médicaments. Pourquoi quantifier? Pour éviter les ruptures de stock ; Pour éviter le sur- stockage ; Pour passer des commandes sur des bases objectives. 13

15 Méthodes de quantification : Il existe 3 méthodes de quantification : La méthode à partir des consommations antérieures ; La méthode basée sur les données épidémiologiques ; La méthode basée sur les statistiques d autres services de santé. La première méthode est la plus adaptée à notre contexte parce qu elle se base sur des données fiables. Données nécessaires à la quantification CMM = Consommation Moyenne Mensuelle, Stock minimum, Stock maximum, Stock d alerte, Stock disponible et utilisable, Stock de sécurité, Délai de livraison, Durée de vie du médicament. La consommation mensuelle peut être calculée à partir : des données des fiches de stocks ; de la consommation journalière ; du niveau de vente journalier ; des données des registres de médicaments. La consommation moyenne mensuelle (CMM) est obtenue : en calculant la consommation moyenne pendant une période donnée (ex : six mois), ou en divisant la consommation totale au cours d une période par le nombre de mois de consommation du médicament. N.B : Les mois de consommation atypiques (rupture ou consommation très élevée) ne doivent pas être pris en compte dans la période de consommation car cela fausserait les calculs. Détermination des types et des quantités Le choix des médicaments et leurs quantités sont influencés par : la population desservie par les formations sanitaires ; les patients à traiter ; les variations saisonnières des épisodes de maladie, la consommation mensuelle de chaque médicament ; la connaissance de la quantité de chaque médicament consommé ; le délai de livraison ou le temps qui s écoule entre le placement de la commande et la réception ; du stock d alerte de chaque médicament. La quantité maximale de médicaments à détenir en stock dépend de : La distance entre la CENAME et le CAPP ; 14

16 La taille du magasin de stockage ; Le nombre de formations sanitaires desservies. Le délai de livraison dépend entre autres de l état des routes en particulier en saison des pluies et de l état des véhicules de livraison. Le stock d alerte ou stock minimum C est le niveau du stock de médicament qui indique quand déclencher une nouvelle commande. Il représente le niveau minimal de stock qui met à l abri de rupture de stock avant la nouvelle commande. Le stock ne doit pas tomber en dessous de ce niveau minimal avant la passation d une nouvelle commande. Il est facile de le calculer. Il doit figurer sur chaque fiche de stock. Exemple de calcul de stock d alerte ou stock minimum Si le délai de livraison est de trois (3) mois et la consommation mensuelle de 3000 comprimés, le stock d alerte est de 3mois x 3000 = 9000 comprimés. Si le médicament est présenté en boîte de 1000, il faudra déclencher la commande chaque fois qu il restera neuf (9) boîtes en stock. Le niveau minimal de stock doit être calculé une fois que la consommation mensuelle est connue. Le stock disponible et utilisable Il représente le stock physique réel utilisable excluant les avaries et périmés. Exemple de calcul de la quantité QAC = Quantité à commander CMM = Consommation Moyenne Mensuelle SDU = Stock disponible utilisable CEC = commande en cours QAC = (CMM X 4 mois) SDU - CEC NB : Si le stock est vite consommé (sortie importante), pour éviter les ruptures, il faut procéder à une commande d urgence dont l exécution dépend de la distance, la disponibilité du produit en stock au niveau du CAPP et la motivation des agents. IV ACQUISITION Les CAPP acquièrent les médicaments à la CENAME. Les supports utilisés ainsi que les modalités de cette utilisation sont ci-dessous décrits. Bons de commande o Les bons de commande à la CENAME sont établis en un exemplaire. 15

17 o En faire une photocopie pour besoins d archivage et pour rappeler au responsable du CAPP les items demandés ; o Transmettre le bon de commande à la CENAME. o S assurer que les bons portent les informations suivantes : La désignation des médicaments commandés (noms, formes, dosages et présentations) ; Les quantités demandées ; Le numéro de la demande ou numéro d ordre ; Le nom du CAPP et la date de la commande ; Le nom et la signature de celui qui fait la commande. o Si le bon de commande comporte les noms de tous les médicaments, ne mettre que les quantités des items dont on a besoin ; o Remplir les prix unitaires et les coûts totaux de chaque item. V RECEPTION DES MEDICAMENTS AU NIVEAU DU CAPP Les médicaments essentiels et les consommables sont réceptionnés en présence d une commission de réception. Tous les colis sont regroupés par le représentant de la CENAME ou de tout autre fournisseur puis sont ouverts. Un relevé détaillé des médicaments et des consommables est porté sur un bon de réception. Chaque bon de réception est comparé aux bons de livraison et de commande (dès réception de ce document). Les médicaments réceptionnés doivent être inventoriés en présence de la personne qui livre. Suite à cet inventaire, les produits manquants éventuels sont mentionnés dans la colonne observation. NB : vérifier que les produits sont en bonne condition et qu ils n ont subi aucun dommage. Les produits livrés et recevables sont consignés dans le bordereau de livraison. Le bordereau de livraison et les factures qui l accompagnent sont classés dans des dossiers différents. Les produits non recevables sont retournés au fournisseur et mentionnés sur un bon de réclamation. Les quantités reçues sont enregistrées sur les fiches de stocks de médicaments, une attention particulière est prêtée aux dates de péremption portées sur les médicaments et consommables et aux numéros de lots. Taches du magasinier dans la réception des produits Préparer et nettoyer le local S assurer que l aire de stockage disponible est suffisante pour contenir le stock à réceptionner ; S assurer de la conformité de la livraison par rapport à la commande Contrôler les produits reçus avant de les stocker. Cette vérification permet de déceler d éventuelles avaries, des péremptions, des manquants ou surplus de stock. Divergences à la réception des médicaments 16

18 Il peut s agir de : Différences entre quantités reçues et quantités commandées, Présence de bouteilles cassées ou des paquets endommagés, Différences qualitatives entre les produits commandés et les produits reçus Présence de médicaments périmés ou avariés. Conduite à tenir en cas de divergences : Demander des explications au fournisseur et faire les corrections nécessaires ; Porter ceci à l attention du fournisseur en inscrivant toutes les contradictions observées dans la colonne observations du bon de retour. Le bon de retour C est un document qui rend compte des éventuelles divergences constatées. Le bon de retour doit être rempli en 3 exemplaires dont un original et deux copies. Une copie reste au niveau du CAPP. L original et la deuxième copie accompagnent les produits retournés. Garder à l esprit les règles ci-dessous : Eviter que les médicaments expirent dans les magasins des CAPP ; Transférer le plus rapidement possible les médicaments qui peuvent être utilisés ailleurs (ex : date de péremption proche) en utilisant les bons de retour du fournisseur ; Retourner immédiatement les médicaments périmés ou endommagés au fournisseur pour destruction ; Retourner les stocks en excès (surstock) au fournisseur trois mois au moins avant la date d expiration accompagnés d un bon retour. VI STOCKAGE DES MEDICAMENTS Cette activité constitue une étape importante dans la gestion efficace des produits et doit maintenir leur qualité et leur efficacité jusqu à la sortie. L entreposage doit permettre d avoir des produits toujours en bon état et éviter d éventuelles contaminations ou détériorations (à l abri des insecticides, des produits dangereux, des vieux dossiers, des fournitures de bureau, et de tout autre équipement). Lors du rangement, les médicaments sont classés selon leur date de péremption : ceux dont la date d expiration est éloignée sont rangés derrière ceux dont la date d expiration est plus proche. C est le principe FEFO (First Expired, First Out) = PEPS (premier expiré, premier sorti). Le magasin doit avoir une surface suffisante pour pouvoir contenir le stock nécessaire pour au moins 3 mois de consommation. Le lieu d entreposage doit : Être bien aéré, bien éclairé mais à l abri de la lumière directe du soleil, bien ventilé, Avoir des étagères compartimentées, Être nettoyé et désinfecté régulièrement, Être bien étanche (sans aucune fuite d eau), Présenter une surface plane et sèche, 17

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Rôle dans le système de gestion de la qualité La gestion de l approvisionnement, la gestion des achats et des stocks est une composante

Plus en détail

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED République du Mali Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED Mars 2006 Elaboration d un guide concernant les grossistes sur

Plus en détail

GESTION DE STOCK. July 2009. Hilde De Boeck

GESTION DE STOCK. July 2009. Hilde De Boeck GESTION DE STOCK July 2009 Hilde De Boeck Table des matières Introduction Organisation du stock centrale 1. Gestionnaire de stock 2. Stockage: - Les Conditions - Rangement des produits 3. Les outils de

Plus en détail

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Dr Vincent HABIYAMBERE, OMS/ Département du VIH/SIDA Dr Bianca Kamps, IDA HIV Group Dakar, Sénégal, Mars 2006 Plan de la Présentation Éléments

Plus en détail

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa éminaire pour les onsultants Francophones - estion des Approvisionments et des Stocks pour VIH, la TB et le Paludisme Assurance Qualité des Médicament s Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006 Dr Joël Keravec MSH/RPM

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE

TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Loi n 89/27 du 29 Décembre 1989 portant sur les déchets toxiques et dangereux.. Loi n 95/08 du 30 Janvier 1995 portant

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE RELATIVE AUX COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE DECRET N 2-14-841 RELATIF A L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS A USAGE

NOTE DE SYNTHESE RELATIVE AUX COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE DECRET N 2-14-841 RELATIF A L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS A USAGE NOTE DE SYNTHESE RELATIVE AUX COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE DECRET N 2-14-841 RELATIF A L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS A USAGE HUMAIN AVEC LEURS REPONSES CORRESPONDANTES 1 Mme S.

Plus en détail

Eléments fondamentaux à considérer dans un PSN. Gestion des Approvisionnements et des Stock (GAS)

Eléments fondamentaux à considérer dans un PSN. Gestion des Approvisionnements et des Stock (GAS) Eléments fondamentaux à considérer dans un PSN Gestion des Approvisionnements et des Stock (GAS) 13 Mars 2014 Julien Deschamps, PharmD OMS IST/AC GDF-RSO Présentation 1-Activités GAS fondamentales 2-Accès

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Semaine Sécurité des patients

Semaine Sécurité des patients Bienvenue dans le «mystère de la chambre des erreurs»! Découvrez le tableau de synthèse des réponses du matériel nécessaire à la mise en place de la chambre des erreurs ainsi que les réponses attendues

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

LISTE DES DOSSIERS A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS

LISTE DES DOSSIERS A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL AGENCE DU MEDICAMENT DE MADAGASCAR VERSION 2013 LISTE DES DOSSIERS A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS I- NOUVELLE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs

Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs Expérience de l utilisation du logiciel SAARI au Togo pour la dispensation, la gestion des stocks et l approvisionnement des ARVs Dr BABALEY Magali, Pharmacien Assistant technique PNUD/Togo Dakar, 6-9

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Adapté d un article approuvé de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (2012) Le CPTNB

Plus en détail

Médicaments et fournitures médicales

Médicaments et fournitures médicales Médicaments et fournitures médicales Politique et principes directeurs du HCR 2013 I médicaments essentiels et fournitures médicales, unhcr politique et principes directeurs 2013 UNHCR, 2013. Tous droits

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Cégep de Saint-Jérôme Politique M A 1 3 2002 POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Responsable : Coordonnateur des ressources matérielles Approbation : Comité exécutif

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Contraception de la femme VIH positive

Contraception de la femme VIH positive Contraception de la femme VIH positive COREVIH Alsace Commission Qualité des soins Qualité de la vie Jeanine OHL Novembre 2012 Eléments à considérer: 1. l épidémiologie En 2007, 33% des nouveaux cas en

Plus en détail

Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!»

Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!» Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!» Vous avez été X à prendre le risque d entrer dans notre chambre des erreurs, à présent découvrez les erreurs ou risques potentiels

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SPECIALITE : MAGASINAGE DES ATELIERS MERCREDI 17 SEPTEMBRE 2008 EPREUVE

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Regional Seminar for Certain African Countries on the Implementation and Use of Several Patent-Related Flexibilities

Regional Seminar for Certain African Countries on the Implementation and Use of Several Patent-Related Flexibilities REPUBLIC OF SOUTH AFRICA Regional Seminar for Certain African Countries on the Implementation and Use of Several Patent-Related Flexibilities Topic 9: The Use of Compulsory Licenses Durban, South Africa

Plus en détail

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse

VIRAMUNE 200mg. Névirapine, NVP. INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse VIRAMUNE 200mg Névirapine, NVP INNTI inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse Info-médicaments anti-vih en LSQ Octobre 2011 Français : LSQ : Viramune (200 mg) doit être pris à raison

Plus en détail

AUDIT 2009 des UCPC de Lorraine

AUDIT 2009 des UCPC de Lorraine AUDIT 2009 des UCPC de Lorraine Nom de l'établissement Date Nombre de préparations / an : Date d'installation: Personnes présentes Nom / Prénom Fonction Signature Réseau Oncolor 2010 1 SOMMAIRE Page I

Plus en détail

5. Prescription sous DCI et substitution

5. Prescription sous DCI et substitution 5. Prescription sous DCI et substitution INTRODUCTIon La prescription sous dénomination commune internationale (DCI) et la substitution font depuis de nombreuses années l objet de divergences entre médecins

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

NOTICE Advantage pour chats

NOTICE Advantage pour chats NOTICE Advantage pour chats 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION DES LOTS, SI DIFFÉRENT Titulaire

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DES MEDICAMENTS DANS LES PHARMACIES DES CIRCONSCRIPTIONS SOCIO SANITAIRES

MANUEL DE GESTION DES MEDICAMENTS DANS LES PHARMACIES DES CIRCONSCRIPTIONS SOCIO SANITAIRES République du Congo MINISTERE DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FAMILLE Direction Générale de la Santé MANUEL DE GESTION DES MEDICAMENTS DANS LES PHARMACIES DES CIRCONSCRIPTIONS SOCIO SANITAIRES

Plus en détail

Accès équitable aux médicaments essentiels : cadre d action collective

Accès équitable aux médicaments essentiels : cadre d action collective Perspectives Politiques de l OMS sur les médicaments 8 Accès équitable aux médicaments essentiels : cadre d action collective Mars 2004 Organisation mondiale de la Santé Genève L orsqu ils sont disponibles,

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD

LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD LES PRIX DES MEDICAMENTS AU TCHAD MESURER LES PRIX DES MEDICAMENTS Un tiers de la population mondiale ne dispose pas d'un accès régulier aux médicaments dont elle a besoin et la plus part des patients

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA

ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ANNEXES AU REGLEMENT N 06/2010/CM/UEMOA LES ANNEXES AU REGLEMENT RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

NOTICE. MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/digluconate de chlorhexidine

NOTICE. MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/digluconate de chlorhexidine NOTICE Dénomination du médicament Encadré MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/diluconate de chlorhexidine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament.

Plus en détail

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement THEME: INFORMATION DU PATIENT PAR LE TECHNICIEN POUR LA BONNE UTILISATION DES DISPOSITIFS D AUTO- SURVEILLANCE Yvon Séverin KOMBO, Jeanne MADZOUKA, Anicet Patrick MAPAKO PLAN I- Introduction II- Généralités

Plus en détail

BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale

BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale BETADINE DERMIQUE 10 POUR CENT, solution pour application locale Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

CONVENTION de COLLABORATION. La Mutuelle de Santé de Bignamou et. Le Centre de Santé de Bignamou

CONVENTION de COLLABORATION. La Mutuelle de Santé de Bignamou et. Le Centre de Santé de Bignamou CONVENTION de COLLABORATION entre La Mutuelle de Santé de Bignamou et Le Centre de Santé de Bignamou La mutuelle de Bignamou d une part, et le Centre de Santé de Bignamou d autre part, sont désireux de

Plus en détail

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 Procédure de qualification TRAVAUX PRATIQUES Assistant en pharmacie CFC / Directive Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 TRAVAIL PRATIQUE IMPOSÉ 1. INSTRUCTIONS (OBLIGATOIRES) 1.1. Répartition

Plus en détail

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Ministère de la Santé Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA et les ISTs PNLS Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Système d assurance qualité type à l intérieur des centrales d achat

Système d assurance qualité type à l intérieur des centrales d achat WHO/PSM/PAR/2007.3 Système d assurance qualité type à l intérieur des centrales d achat (Recommandations relatives aux systèmes d assurance qualité axées sur la présélection des produits et des producteurs,

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Session 3: Problèmes courants d Assurance Qualité

Session 3: Problèmes courants d Assurance Qualité Session 3: Problèmes courants d Assurance Qualité Photo: PATH Défauts physiques Photo: FDA Produit contrefait Active Ingredients 5 Photo: PATH Photo: PATH Autres ingrédients Stockage et Manutention Photo:

Plus en détail

Archives HATEY-PICQ, pharmacien 1919-1978 3J 1-59

Archives HATEY-PICQ, pharmacien 1919-1978 3J 1-59 Archives HATEY-PICQ, pharmacien 1919-1978 3J 1-59 Bobigny Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 1 Intitulé : Fonds HATEY-PICQ. Références : FRAD093/003J. Dates extrêmes : 1919-1978. Importance

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : - des Caisses Régionales d'assurance Maladie 27/03/96 - des Caisses

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Pourquoi, comment, bien se protéger?

Pourquoi, comment, bien se protéger? Moustiques, tiques... Pourquoi, comment, bien se protéger? Pourquoi se protéger? VECTEUR Individu infecté L individu devient infecté Individus sains Le moustique ayant déjà piqué une personne malade est

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance santé

Tout savoir sur l'assurance santé Tout savoir sur l'assurance santé Protéger votre santé avec Generali Il est important que vous ayez les moyens de rester en bonne santé. Or les frais de santé en France sont de plus en plus élevés. Disposer

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail