Synthèse «Focus Group»1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse «Focus Group»1"

Transcription

1 Synthèse «Focus Group»1 Sommaire 1. Introduction ) Objectif Méthodologie Méthode : les «focus group» Recueil des données Analyse Aspect environnement Aspect social Aspect Jeunesse Aspect communication Aspect sécurité Aspect gestion politique Conclusion Annexes Annexe 1 entretiens Annexe 2 : Courrier d invitation Annexe : document ad hoc «focus group» Remerciements En préambule au présent travail, nous souhaitons adresser vivement nos remerciements aux personnes qui ont eu l amabilité de consacrer de leur temps au groupe de discussion portant sur le sentiment de qualité de vie à Beauraing. Les suggestions et remarques formulées nous ont permis de construire ce projet et d alimenter les réflexions sur la qualité de vie dans la commune de Beauraing. 1 Un «focus group» est une technique d entretien de groupe qui prend forme au sein d un groupe de discussion. L objet est de recueillir des données à différents niveaux (aspects culturels, sociaux, socio-économiques, idéologiques, ) en vue de collecter des informations relatives à des opinions, des attitudes et des expériences à propos d un sujet déterminé 1

2 1. Introduction Le service de prévention et d accompagnement de la Ville de Beauraing exerce dans le champ de l action psycho-sociale. Trois secteurs sont développés : le projet «L Autre Sens» oriente son travail dans le domaine de la prévention et de l accompagnement des assuétudes ; le projet «violence intrafamiliale» s adresse aux victimes de violences conjugales et au couple en instance de séparation ; le projet «développement social de quartier» a pour objectif de (re)-tisser du lien social tout en ccontribuant au processus de réhabilitation sociale des personnes en vue de renforcer la cohésion sociale. Dans le cadre des appels à projets, les autorités subsidiantes sollicitent régulièrement un état des lieux du secteur psycho-médico-social de l entité de Beauraing. Pour compléter ce travail de diagnostic, Monsieur Maene, Député-Bourgmestre, a invité le service à élargir le cadre demandé en y intégrant une étude sur le sentiment de qualité de vie des beaurinois. Pour y répondre, nous avons proposés de réaliser des «focus group». Le présent document formule, dans un premier temps, les objectifs visés. En deuxième lieu, nous développons la méthodologie qui a guidée notre démarche. Pour ce faire, nous retraçons brièvement le concept de «focus group». Ensuite, nous exposons la méthode qui a orientée le recueil des données. Dans cette partie seront abordées l élaboration du guide de discussion, la constitution de l échantillonnage et le mode de passation des entretiens. Enfin, une analyse transversale des différents entretiens permet un regroupement par thématiques des sujets énoncés par les participants. En guise de conclusion, une synthèse des éléments est proposée. 2) Objectif L objectif principal est de recueillir le sentiment de qualité de vie de la population de Beauraing. Cette notion définit «la façon dont les individus perçoivent leur position dans la vie, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels ils vivent et en relation avec leurs buts, attentes, normes et préoccupations. Il s agit d un concept large, qui incorpore de façon complexe la santé physique d une personne, son état psychologique, son degré d indépendance, ses relations sociales, ses convictions personnelles et sa relation avec des éléments importants de l environnement»2. A un niveau plus pragmatique, les objectifs du «focus group» sont d informer le pouvoir politique des représentations sociales des citoyens sur cette thématique et de proposer une série de mesures réalistes pouvant renforcer les aspects dits positifs ou améliorer les aspects dits négatifs. 3. Méthodologie 3.1. Méthode : les «focus group» La méthode des «focus group», issue du courant de psychologie sociale développé par Kurt Lewin, a connu un essor florissant ces dernières années. En outre sa discipline d origine, différents domaines se sont appropriés cette technique. Elle est de plus en plus utilisée dans le monde du marketing. En résulte des objectifs qui s éloignent du contexte initial. En ce sens, 2 Organisation Mondiale de la Santé, «Glossaire de la promotion de la santé», (1999), p. 19 2

3 un «focus group» se définit suivant la perspective que l on souhaite atteindre. Quoiqu il en soit, si l objet visé peut fortement différer suivant les finalités du projet, cette méthode a pour dénominateur commun de recueillir, récolter des informations de nature qualitative (opinion, perceptions, représentations, ) à propos d un sujet déterminé Recueil des données A) Guide de discussion L établissement du guide de discussion est une phase essentielle. Cette étape détermine la suite du travail et la validité de la recherche. D une part, il dessine le cheminement de la réflexion élaborée et d autre part, il ouvre la voie à l analyse des données. Le «focus group» se situe à la frontière entre l enquête par questionnaire ou sondage et l entretien (ouvert, semi-directif, directif). Dans un premier temps, nous avons établi une grille de question que nous avons mise en miroir aux réponses que nous supposions entendre (pré-hypothèse). Un pré-test a été réalisé en vue de s assurer que celles-ci seront bien comprises et que les réponses obtenues correspondent aux informations recherchées. Dans un deuxième temps, nous avons modifié légèrement le canevas du guide de discussion en regard des enseignements recueillis par la passation du pré-test. A titre d illustration, une question paraissait trop intrusive, l ordre des questions a été déplacé. Pour finaliser le questionnaire, cinq questions courtes et claires ont été élaborées. Notre volonté est de poser des questions du plus générales au plus spécifiques. En ce sens, la première est relative à la représentation globale qu on les personnes interrogées de la qualité de vie. Nous orientons ensuite le «focus group» sur le sentiment de qualité de vie au sein de l entité de Beauraing. Le guide de discussion s achève par trois questions plus concrètes : ce qui existe sur la commune en termes de ressources et qui contribuent à la qualité de vie, ce qui y manque et les pistes proposées par les participants pour améliorer la qualité de vie. B) Echantillonnage Parler d échantillonnage implique d utiliser une méthode précise et rigoureuse qui consiste à prélever un certains nombres d éléments (échantillon) dans l ensemble des éléments qu on veut observer3. En ce qui nous concerne, «le focus group» n a pas cette prétention. Cette technique est un moyen de recueillir rapidement des informations et des points de vue. Plusieurs auteurs sont unanimes pour dire que la méthode des «focus group» a l avantage de proposer un échantillonnage du groupe sans exigence pointue de représentativité4. La sélection des participants a donc été choisie en fonction des caractéristiques communes et homogènes que partagent un groupe cible. Pour ce faire, nous avons défini plusieurs catégories de population susceptible de dessiner un échantillon représentatif des citoyens de Beauraing5. Certains groupes partagent des caractéristiques liées à l âge (enfant, adolescents, personnes âgées) et d autres ont comme dénominateur commun un statut socio-professionnel 3 Albarello, L., Digneffe, F., Hiernaux, J-P., Maroy, Ch., Ruquoy, D., de Saint-Georges, P., (1995), «Pratiques et méthodes de recherche en sciences sociales», Paris, Ed. Armand Collin, p A ce sujet, voir : «la revue du praticien in médecine générale, Tome 18 n 645, 15/04/2004». «Sharken Simon J. How to conduct a focus group, Los Angeles, The Grantsmanschip Center Magazine, n 9. Catterall M. & Maclaran P.; 1997, Focus group data and qualitative analysis programs, Sociological Research Online, vol 2, n 1. 5Les catégories de groupes interrogés sont les suivants : chômeurs de longue durée (ALE), les personnes âgées, personnes en réinsertions socioprofessionnelles (EFT), les enfants, les parents, personnes souffrant d un handicap (ETA), les adolescents, les commerçants. 3

4 (indépendants, chômeurs, personnes handicapés, etc.). Nous avons bien conscience que ces catégories ne sont pas exhaustives et n ont qu une représentativité limitée de la population de Beauraing. Toutefois, cette classification permet de mettre en exergue les perceptions et les opinions d un groupe cible sur le sentiment de qualité de vie et d évaluer les besoins, les attentes et les satisfactions. C) Passation Pour la plus part des «focus group» un modérateur, un observateur et un secrétaire étaient présent. Se reposant sur des principes de dynamique de groupe, le modérateur avait pour rôle de conduire les rencontres. Tout en laissant émerger les points de vue, il effectuait des reformulations, demandait des précisions et synthétisait les idées émises à la fin de chaque question. L observateur avait pour fonction de noter les aspects non verbaux qui survenaient lors des rencontres. Le secrétaire avait la charge de transcrire les réponses des participants. Un enregistrement audio était prévu. Néanmoins, l ensemble des «focus group» n a pu être enregistré suite à un problème technique. Le déroulement des «focus group» comportait les étapes suivantes : Prise de contact par téléphone ; Envoi d un courrier explicatif ; Présentation du modérateur, secrétaire et observateur ; Présentation des participants (tour de table) ; Présentation du projet (objectifs) ; Déroulement de la discussion ; Synthèse de la discussion ; Conclusion (tour de table) ; Envoi du rapport final. 4

5 Les «focus group» ont été effectués avec les participants suivants : Participant Date Chômeur de longue durée 11 mars 2010 Personnes âgées 11 avril 2010 Personnes en réinsertion socioprofessionnel 17 mars 2010 Enfants 28 avril 2010 Parents 05 mai 2010 Personnes handicapées 11 mai 2010 Adolescents 18 mai 2010 Commerçants 24 juin Analyse Dans cette phase, nous avons opté pour regrouper par thématique les aspects développés entretien par entretien. Une perspective transversale dégage ainsi les éléments qui sont le plus régulièrement exprimés. Il en résulte que nous pouvons pointer neuf thématiques : environnement, infrastructure, mobilité, socio-culturel, social, jeunesse, communication, sécurité, politique. Vous trouverez en annexe le détail des réponses groupe par groupe Aspect environnement Pour une partie des personnes interrogées, Beauraing est une commune qui propose un cadre de vie agréable (ville fleurie, parc du castel, ). Si l entretien du centre de Beauraing et des villages témoignent d une amélioration, les ressources naturelles semblent, toutefois, soit pas suffisamment préservées (mauvais entretiens des voiries, préserver le patrimoine) soit dégradées. L abandon de déchets, les détritus de chiens sont des incivilités qui influent sur la qualité de vie. Plusieurs pistes ont été soulevées : sensibiliser la population au recyclage, sanctionner les personnes qui polluent, augmenter les espaces verts et valoriser davantage ceux existants Ce sujet est revenu à nombreuses reprises et a fortement été commenté. Ceci explique certaines contradictions ou redondances. Quoiqu il en soit, la possibilité de pouvoir se garer gratuitement s avère un atout non négligeable. De même, l existence d infrastructures sportives a été soulignée à plusieurs reprises (hall omnisport, piscine, ). Par contre, il apparaît pour un bon nombre d entre-elles qu il serait nécessaire de les rénover. Ce constat vaut également pour les trottoirs qui sont majoritairement en mauvais état. Surtout que pour certaines personnes interrogées, les rénovations entreprises sont de qualités (ex. rue de l Aubépine). Le cas échéant, nombreuses sont celles qui demandent qu une attention particulières soient portées aux personnes à mobilité réduite. En effet, les lieux et voies publics (parc à conteneur, trottoirs, ) ne sont guères adaptés. 5

6 Plusieurs remarques témoignent d un souhait de décentraliser diverses infrastructures. Les personnes interrogées estiment que les commerces et les services administratifs dans les villages sont trop rares voire inexistants. En lien avec l aspect mobilité, la thématique de créer et d améliorer les pistes cyclables est un sujet qui préoccupe quasi l entièreté des populations sondées. En bref, plusieurs points isolés ont émergés des nos rencontres : aménager l emplacement pour les bus, retirer les barrières rue de Givet, utiliser davantage les bâtiments non occupés, ouvrir plus de maisons de repos pour les personnes âgées, un centre de jour pour les personnes handicapées, un service pour personnes malentendantes, construire plus d habitations sociales, avoir un parc animalier L aspect mobilité a été abordé dans l ensemble des focus group. De manière générale, il en ressort que la commune de Beauraing est mal desservie par les transports en commun. Ce constat est pour le centre ville et davantage pour les villages. De plus, certaines personnes interrogées estiment que les horaires sont mal adaptés, ce qui ne favorise pas les correspondances. La mise en place du service «proxibus» pour parer au problème de la mobilité est soulignée par un grand nombre de personne. Toutefois, pour beaucoup il est nécessaire d apporter des améliorations : plus de visibilité de cette offre de service, adaptation des horaires (soirée et week-end), plus de trajet vers Dinant. En bref, plusieurs points isolés ont émergés de nos rencontres : améliorer le projet covoiturage, proposer un service pour les retours de soirées, adapter les transports en communs pour les personnes à mobilité réduite, créer un service de transport à la demande, aménager des pistes cyclables (voir aspect infrastructure) De manière générale, les personnes interrogées estiment que le panel des activités proposées par le centre culturel de Beauraing est étoffé et diversifié. Le public adolescent regrette par contre que ce service ne développe pas plus de projets jeunes (ex. exposition de manga, concert de musique, cours de dessin, soirée jeux de société, créer un comité des jeunes, cinéma de quartier, ). A l instar de la création du service EPN, la transformation de la salle des fêtes en «espace culturel» est soulignée positivement par quasi la majorité des personnes interrogées. Certains proposent que ces deux associations collaborent sur des projets intergénérationnels (apprentissage des nouvelles technologies) ou des stages d informatique durant les périodes de vacances scolaires. De nombreuses personnes soulignent le dynamisme des comités de village. Ils expriment par contre que si les manifestations organisées (braderie, fin des examens, fête médiéval, castel en fête, Beauraing beach, ) rencontrent à juste titre un vif succès, il ne se déroule guère d autres évènements dans le centre de Beauraing. Parmi les propositions émises, celles d organiser un carnaval est partagées par la majorité des personnes interrogées. 6

7 Dans une moindre mesure, on retrouve les idées suivantes : réaliser des visites guidées de Beauraing, poursuivre et agrandir le marché de noël, rééditer des manifestations liées au sanctuaire (charismatique). Plusieurs remarques stipulent l importance d informer la population sur les évènements (voir point communication). Enfin, l existence d une médiathèque et d un bibliobus s avère appréciée par certaines populations interrogées Aspect social Ce sujet n a été abordé que sporadiquement. Globalement, les personnes qui se sont prononcées estiment qu il n existe que peu de services sociaux sur la commune et qu il est nécessaire et opportun de valoriser ceux qui sont présents. Pour améliorer ce dernier point, certains proposent de créer une coordination sociale. Offrir des espaces de parole et d écoute semblent contribuer à la qualité de vie. De même, pouvoir créer des lieux de rencontres pour tisser une cohésion sociale et un esprit de convivialité est un souhait de certaines personnes interrogées L aspect jeunesse a été abordé dans l ensemble des focus group. Le point qui ressort de manière prépondérante est le manque de structure pour accueillir les jeunes (ex. maison des jeunes). Pour beaucoup de personnes, avoir un lieu pour se rencontrer, créer des projets, proposer des activités peut engendrer une dynamique positive et, subséquemment, améliorer la qualité de vie. Le public adolescent est demandeur d un soutien des autorités communales pour la création de cet espace. D autres groupes estiment que ce service pourrait contribuer à améliorer les conduites des jeunes : manque de civisme des jeunes, problèmes d éducation, consommation importante d alcool et de drogues. Le projet éducateur de rue sur le village de Felenne a une image positive. Pour beaucoup, il serait intéressant d élargir ce concept à d autres villages (Pondrôme, Winenne) et au centre ville (quartier des Ardennes, rue de la gare, place des Seurres ). En ce sens, le rassemblement de jeune en groupe, pour certains en bande, produit des nuisances sociales et un sentiment d insécurité. Parallèlement au travail social des éducateurs de rue, une présence plus accentuée des forces de l ordre est souhaitée par certains. Plusieurs remarques sur le thème de la scolarité ont été soulevées par les personnes interrogées. L offre diversifiée de l enseignement est un atout. Toutefois, il existe un cloisonnement entre les trois établissements scolaire, ce qui engendre une stigmatisation entre les élèves. Le public jeune est demandeur de plus d échange interscolaire. L existence des services pour la petite enfance et de l encadrement hors périodes scolaires sont connus du public, néanmoins, plusieurs remarques ont été émises : améliorer l encadrement des plaines, plus de prise en charge des enfants pendant les congés scolaires, créer un service de halte-garderie, crèche pas suffisamment spécialisée, manque de visibilité du service infor-jeune. 7

8 En bref, plusieurs points isolés ont émergés des rencontres : créer des programmes de prévention liés à la consommation (alcool, drogues), l encadrement de la fin des examens au Castel, davantage communiquer sur les activités sportives (ex. distribuer brochures) Aspect communication Ce sujet a suscité de nombreuses critiques. Pour beaucoup de personnes interrogées, il existe un manque crucial de communication sur la commune de Beauraing. On peut résumer ces opinions par le manque d information et de visibilité des activités qui sont réalisées sur le territoire communal. On peut, toutefois, noter que les personnes interrogées ont été inventives pour proposer des solutions : réaliser des calendriers reprenant les activités (sportives, culturelles, ), diffuser les informations (activités) via des panneaux, le site internet, le bulletin communal, développer davantage le site internet (actualisation), créer ou améliorer les supports de communication (ex. party 2000, revue communal, lettre d information mensuelle, ), créer un programme «SEL» en se basant sur l expérience d autres communes Aspect sécurité Le sentiment de sécurité diffère d une population à l autre. Pour certains, Beauraing reste une commune conviviale et tranquille. Pour d autres, les incivilités, la violence dans les transports en communs et le rassemblement de jeunes créent une insécurité. Les pistes soulevées se centrent essentiellement sur une augmentation de visibilité des forces de l ordre (dissuader) et plus particulièrement les agents de quartiers (proximité). En ce sens, la présence d une personne de référence dans les villages est souhaitée. En bref, plusieurs points isolés ont émergés des rencontres : les abords des écoles ne sont pas suffisamment sécurisés et l accueil de la police est de qualité. L accueil des étrangers, principalement lié au centre Fédasil de Pondrôme, produit un sentiment d insécurité (peur, trafic de drogues, violences, injustice, impunité, ) qui se retrouve dans quasi l ensemble des focus group. L aspect positif de cette structure est qu elle crée de l emploi. Quelques pistes ont été proposées : développer des projets interculturels, engager des interprètes, organiser des rencontres interculturelles (ex. journée sportive) Aspect gestion politique Ce thème n a été abordé que sporadiquement. Certains regrettent que peu de projet, à la base intéressant, n aboutissent (rénovation piscine, zoning) que rarement. Se centrer davantage sur des projets de plus petite envergure serait plus porteur. La communication entre les autorités politiques et la population est partagée. Pour certains, la disponibilité du Bourgmestre est un atout. Pour d autres, il n y a pas suffisamment de diffusion et de visibilité des décisions prises. 8

9 5. Conclusion De manière générale, Beauraing est une ville agréable. Les moyens existants et ceux mis en œuvre pour améliorer les infrastructures sont de qualités. Ce constat positif est à mettre en perspective avec les remarques et/ou réflexions (entretien de la voirie, réhabilitation des bâtiments non occupés, ) qui ont émergées des «focus group» pour améliorer davantage la qualité de vie. Les offres de service pour les personnes à mobilité réduite sont peu nombreuses. Selon les participants, une attention particulière doit être portée au niveau de la mobilité et des structures qui encadrent ces personnes. Les «focus group» identifient les atteintes illégales à l environnement et au respect du cadre de vie, communément appelées déchets et dépôts clandestins, comme des délits et des incivilités produisant des nuisances sociales. Ainsi, celles-ci sont des phénomènes problématiques pour bon nombre de citoyens, ce qui contribue à provoquer un sentiment d insécurité et à diminuer la qualité de vie sur Beauraing. Le thème de la mobilité a été abordé de manière récurrente. Pour la majorité, la région de Beauraing est mal desservie par les transports en commun. Des initiatives (proxibus, covoiturage) ont été prises pour améliorer cette situation, toutefois, elles n apportent que des réponses partielles. Il est à noter que cette problématique produit des effets collatéraux qui se greffent à d autres domaines (marché de l emploi, cohésion sociale, isolement,.). Il en résulte que les mesures à prendre pour pallier à ce phénomène doivent être réfléchies transversalement en vue de développer une approche globale de la situation. L insécurité routière a été pointée dans les «focus group» comme une problématique contribuant à diminuer la qualité de vie et à renforcer le sentiment d insécurité. Il s avère que les citoyens estiment que la vitesse non adaptée du trafic au sein de la commune et la conduite agressive dans la circulation provoque un sentiment d insécurité. Les personnes interrogées font part que l existence de bandes de jeunes dans certains quartiers génère un sentiment d insécurité : consommation d alcool et de drogues, nuisances sonores occasionnées par ces rassemblements ou encore incivilités qui en résultent. Il en ressort que, conjointement aux missions des forces de l ordre, des projets de prévention et de promotion de la santé semblent être une piste à envisager. La création d une maison de jeunes est une proposition qui pourrait s inscrire dans cette perspective. Les «focus group» ont également mis en avant l insécurité engendrée par l accueil des étrangers (centre Fédasil à Pondrôme). Ce sentiment (peur, injustice, ) de l ordre du registre subjectif influe sur les représentations sociales. Une collaboration entre les différents partenaires compétents en vue de jouer un rôle de médiation et de fomenter une meilleure connaissance entre ces différents groupes peut contribuer à améliorer la qualité de vie. Les personnes interrogées estiment qu il existe une carence au niveau de la visibilité et de la communication. Ces remarques partagées par plusieurs groupes s étendent sur plusieurs domaines. Les pistes évoquées traduisent la particularité de cette thématique. Certaines sont novatrices et originales tandis que d autres proposent la création d outils déjà existants. En 9

10 découle, selon nous, deux hypothèses : soit les projets développés sont à remettre en question et à évaluer?, soit les outils qui sont mis à disposition ne sont pas utilisés par les personnes? L analyse des données des «focus group» montre clairement que les citoyens sont demandeurs d une police proche de la population. On peut penser que les forces de l ordre en axant leur pratique de terrain et en se référant à cette philosophie de travail répondent partiellement aux attentes de la population. En ce sens, la récurrence de ce thème dans les «focus group» signifie que les personnes interrogées n estiment pas suffisant le travail de proximité développé par la police. L aspect socio-culturel est un vecteur propice à développer une qualité de vie. L existence et les missions d associations de ce type permettent de promouvoir des projets enrichissants. Nonobstant, les «focus group» indique une volonté des citoyens d organiser davantage de manifestation collective. Ces initiatives ont pour finalité de rassembler des personnes d horizons différents et, in fine, de générer une cohésion sociale. 10

11 6. Annexes 6.1. Annexe 1 entretiens Chômeur de longue durée Que signifie pour vous la qualité de vie? Comment jugez-vous la qualité de vie au sein de votre L espace, pas se sentir encaqué Se sentir bien dans l endroit où l on vie Etre bien intégré Bien-être Avoir accès à la culture La sécurité L espace et la sécurité vont de pair. Qu existe-il en terme de ressource pour améliorer la qualité de vie au sein de votre Nombreuses manifestations : la braderie est un moment convivial, les brocantes. Les villages sont Quels sont les manquements que vous constatez au niveau de la qualité de vie au sein de votre Peu d évènements (pas de carnaval) Pas de comité des jeunes Pas suffisamment Quels pistes proposeriez-vous afin d améliorer la qualité de vie sur Beauraing? Aspect culturel Organiser un carnaval Créer un comité des jeunes (organisation de fêtes, bals, ) Poursuivre la 11

12 Avoir une bonne éducation Respect de l autre valorisés et soutenus Evènements culturels (Castel en fête, la fête médiéval) Cours d informatiques Cours et stage au centre culturel Manifestations liées au sanctuaire Existence du Proxibus d investissement sur Beauraing centre Site internet de Beauraing pas suffisamment actualisé Pas assez de mobilité Manque de civisme Effet de bande crée de l insécurité Consommation importante d alcool Peu d activités pour les jeunes Aspect accueil des étrangers Manque d intégration Vols Crée un sentiment d insécurité Sentiment d injustice Aspect environnement Trop de détritus (poubelles abandonnées, vidanges, ) manifestation de la braderie Poursuive l investissement dans les villages Investir davantage Beauraing centre Davantage de publicité pour les manifestations. Exemple cité, diffuser plus d informations dans le Vlan et le Passe partout. Rééditer les charismatiques Poursuivre et agrandir le marché de noël Intégrer les villages de la commune au marché de noël Aspect communication Améliorer la communication entre les autorités et les citoyens. Créer une brochure communale mensuelle Créer un programme «SEL» à l instar d autres communes Améliorer la mobilité Favoriser l entraide (covoiturage) Pouvoir disposer du proxibus le week-end Encadrer davantage les jeunes Développer l intergénérationnel Rénover la piscine de Beauraing 12

13 Personnes âgées Que signifie pour vous la qualité de vie? Comment jugez-vous la qualité de vie au sein de votre Entraide Solidarité Bien-être Sécurité Santé Environnement social Communication Mobilité Lien social Intégration Qu existe-il en terme de ressource pour améliorer la qualité de vie au sein de votre Aspect relationnel Bonne entraide dans les immeubles Animation dans certains quartiers et villages Quels sont les manquements que vous constatez au niveau de la qualité de vie au sein de votre Pas suffisamment d accès aux services administratifs et publics dans les villages de la commune Quels pistes proposeriez-vous afin d améliorer la qualité de vie sur Beauraing? Recréer des activités dans les quartiers Redynamiser les comités de quartiers qui s épuisent 13

14 Lien intergénérationnel Lien interculturel Famille Tranquillité (calme) Autonomie Comité de quartiers fonctionnent bien Existence d une médiathèque et d un bibliobus Cours d informatique à l EPN et décentralisation sur Felenne. Aspect sécurité Pas beaucoup de violence, d agressions Pas beaucoup de drogues Aspect environnemental Villages bien entretenus Educateurs de rue sur Felenne 14 (service population, poste, ) Pas de lieux de rassemblements Pas de personne de référence dans les villages de la commune (allusion à la fonction du garde champêtre) Pas suffisamment de commerce dans les petits villages et plus de livraison à domicile Mauvaise gestion des espaces de jeux et des espaces «nature» Différence entre Beauraing centre et les villages. Existe plus d activité dans Beauraing centre Globalement, peu d activités culturelles Pas de cinéma Pas de magasin de cd Fracture numérique Les villages et Beauraing centre sont mal desservis. Pas de cohérence dans les transports en commun (navette, horaire) Educateur de rue uniquement sur un village Aspect communication Manque d informations entre autorité publics et les citoyens Aspect environnement Certains quartiers de Beauraing centre ne sont pas bien entretenus Aspect sécuritaire Manque de visibilité de la police Cours intergénérationnel pour apprendre internet Développer d autres matières de cours en informatique (ex. formation ebay) Collaboration entre l EPN et le centre culturel pour des cours sur les nouvelles technologies (Gsm, ) Aspect communication Accès au nouveau moyen de communication (internet) Développer des outils pour être mieux informés (brochure communale) Créer un service de transport à la demande Développer et accroitre le travail de rue. Principalement sur Beauraing et Pondrôme Décentraliser les services administratifs et publics dans les villages de la commune. Créer des lieux de rassemblements Augmenter les commerces de proximité dans les villages et les livraisons à domicile Utiliser les bâtiments non occupés (ex. écoles communales) Améliorer les espaces de jeux et les espaces «nature» Aspect accueil des étrangers Favoriser la communication entre les différentes cultures Réaliser des projets interculturels Aspect sécuritaire Davantage de visibilité de la police Développer la fonction d agent de quartier (connaître ses missions, pouvoir le contacter facilement, )

15 Personnes à mobilité réduite Que signifie pour vous la qualité de vie? Comment jugez-vous la qualité de vie au sein de votre Bien-être Sécurité Liberté Confort Mobilité Travail Habitat Accès besoin primaire (logement, alimentation, ) Qu existe-il en terme de ressource pour améliorer la qualité de vie au sein de votre Plaines de jeux dans les villages sécurisées Diversité du choix des écoles Quels sont les manquements que vous constatez au niveau de la qualité de vie au sein de votre Aménagement extérieur : trottoir dangereux, routes dégradées, terrasse occulte le passage) Quels pistes proposeriez-vous afin d améliorer la qualité de vie sur Beauraing? Aspect social Augmenter la visibilité des services sociaux Créer des activités pour les jeunes 15

16 Existence du proxibus Aspect socio-économique Nombreux commerces Aspect social Existence de service spécialisé (ex. «L Autre Sens», ) 16 Peu de pistes cyclables - pistes cyclables trop étroite Pas suffisamment de maison de repos pour personnes âgées Pas de centre de jour pour les personnes handicapées Pas de service pour personnes malentendantes Pas suffisamment d habitation sociale Parc à conteneur mal adapté aux personnes à mobilité réduite et personnes âgées Maisons délabrées Aspect accueil des étrangers Insécurité liée au centre Fédasil Peu de transport en commun Transport en commun pas adapté aux personnes à mobilité réduite Horaire peu adapté Milieu d accueil peu adapté aux personnes à mobilités réduite Pas suffisamment de prise en charge des enfants pendant les congés scolaires Améliorer l encadrement des plaines Crèche pas suffisamment spécialisée Pas de maison de jeunes Manque d activité pour les jeunes Quartier (des Ardennes) fréquenté par des jeunes en bande crée de l insécurité Aspect sécuritaire Pas suffisamment de policer pour dissuader Aspect communication Davantage de communication entre les autorités publiques et les citoyens (ex. prise de décision) Ouvrir une maison de jeune Augmenter les trajets du proxibus vers Dinant Créer un service pour personnes malentendantes Améliorer les trottoirs et les routes globalement et pour les personnes handicapées Ajouter des pistes cyclables et agrandir celles existantes Créer un centre de jour pour personnes handicapées Augmenter le nombre d habitation sociale Aspect sécuritaire Plus de présence policière Plus de présence d agent de quartier

17 Adolescents Que signifie pour vous la qualité de vie? Comment jugez-vous la qualité de vie au sein de votre Bien-être Entourage social Interculturelle Infrastructure Environnement Espace Qu existe-il en terme de ressource pour améliorer la qualité de vie au sein de votre Aspect environnement Parc du Castel Ville fleurie Piscine de Beauraing Quels sont les manquements que vous constatez au niveau de la qualité de vie au sein de votre Pas de cinéma Créer un centre de lecture et/ou une plus grande bibliothèque Horaire de la Quels pistes proposeriez-vous afin d améliorer la qualité de vie sur Beauraing? Aspect accueil des étrangers Organiser des rencontres interculturelles (ex. organiser une journée 17

18 Clubs de sport Plaines de jeux Tournoi de foot à Pondrôme Fin des examens au Castel (concert) Présence éducateur de rue Evènements socioculturel (braderie, fin des examens, ) médiathèque pas adapté Image du centre culturel (pas destiné au public adolescent) Aspect accueil des étrangers Insécurité liée au centre Fédasil (peur d actes de violence) Routes dégradées Route étroite et passage rapide (dangereux sur Focant) Pas de centre commercial avec magasin de sport, de vêtement (prêt à porter) Pas ou peu d échanges entre les trois écoles secondaire Stigmatisation entre les trois écoles Pas de maison de jeune Pas suffisamment de loisir Educateur de rue sur Beauraing centre Aspect environnement Trop de détritus de chien Beauraing centre et villages mal desservis par les transports en commun Arrêt de bus trop éloigné Aspect sécuritaire Phénomène de délinquance dans certains quartiers (gare, feu rouge) Aspect communication Pas assez de visibilité des jobs d étudiants sportive interculturelle) Davantage d échange interscolaire Créer une maison des jeunes (lieu de rencontre, d échange) ou disposer d un local Soutien des autorités communales pour développer des projets pour et par les jeunes Développer les activités des éducateurs de rue Davantage de communication sur les activités sportives (ex. distribuer brochures) Créer des activités pour jeune au centre culturel (exposition manga, musique, ) Plus de publicité des activités (grandes affiches) Ouvrir un cinéma de quartier Evènements socio-culturel (braderie, fin des examens, ) Davantage de bus en soirée Réfléchir à un service pour les retours de soirées Aspect sécurité Présence de la police dans les bus aux heures pleines Aspect communication Plus de publicité pour les jobs d étudiants (créer un outil de diffusion) Panneaux d affichage, d information 18

19 Personnes en réinsertion socio-professionnel Que signifie pour vous la qualité de vie? Comment jugez-vous la qualité de vie au sein de votre Sécurité Espace vert Liberté Bien-être personnel Intégration sociale Convivialité Ouverture d esprit Environnement professionnel Culture Communication Qu existe-il en terme de ressource pour améliorer la qualité de vie au sein de votre Projets et activités du centre culturel Aspect communication Site communal Aspect sécuritaire Quels sont les manquements que vous constatez au niveau de la qualité de vie au sein de votre Aspect environnement Pas suffisamment d espace vert dans le centre de Beauraing (ex. place des Seurres) Aspect communication Quels pistes proposeriez-vous afin d améliorer la qualité de vie sur Beauraing? Créer une maison des jeunes Soutenir les parents dans l éducation Accroître travail de rue 19

20 Education Mobilité Accueil de la police Présence d agent de quartier (travail de proximité) Aspect socioprofessionnel Service d aide à l emploi (EFT, maison de l emploi, ) Aspect environnement Espace vert (ex. castel) Existence du Proxibus Pas suffisamment d information sur le fonctionnement communal Mauvaise diffusion de l information des décisions prises Centralisation de l information Peu de dynamisme dans les villages de Beauraing Pas suffisamment d évènements individuelles et collectives (ex. carnaval, ateliers, cours, ) Pas de maison des jeunes Manque de civisme des jeunes problèmes d éducation Pas de visibilité du service infor-jeune Aspect social Problème de consommation (alcool et drogues) Pas ou peu de projet et service d aide sociale (alimentation, logement, ) Beauraing centre et villages mal desservi par les transports en commun Aspect accueil des étrangers Insécurité liée au centre Fédasil (injustice, peur) Piscine en mauvais état Pas assez d entreprises Aspect social Accroître visibilité du service «L Autre Sens» Créer une coordination sociale (échange de services sociaux) Promouvoir l espace culturel (salle) Rénover la piscine Dynamique de développement commercial et économique (ex. forêt, tourisme, entreprise) Aspect communication Créer ou améliorer support de communication (ex. party 2000, revue communal, lettre d information, ) Améliorer le projet covoiturage (plus de sécurité pour les bénévoles) 20

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

PROJET D'ÉTABLISSEMENT

PROJET D'ÉTABLISSEMENT PROJET D'ÉTABLISSEMENT Une école qui apprend à vivre ensemble Le projet d établissement est issu de la réflexion collective des enseignants afin de respecter les projets éducatif et pédagogique définis

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école

Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école www.besafe.be Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école Mons - Projet Bien-être à l école 1 Auderghem Amélioration du sentiment de sécurité sur le chemin de l école SPF Intérieur

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement

Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement COMPTE RENDU DE L ATELIER DE CONCERTATION: TRANSPORT ET DEPLACEMENTS 15 JUIN 2010 Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement Agenda 21 de la ville de Poussan Zammit Sarah, chargée de mission Tél.

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Elaboration du Plan Communal de Sécurité

Elaboration du Plan Communal de Sécurité Objectif Elaboration du Plan Communal de Sécurité S E C U R I T E Elaboration du Plan Communal de Sécurité O b j e c t i f S E C U R I T E O b j e c t i f S E C U R I T E 1 Objectif S E C U R I T E Madame,

Plus en détail

La participation citoyenne et la politique locale

La participation citoyenne et la politique locale La participation citoyenne et la politique locale Comment sommes-nous arrivés à s intéresser à la participation citoyenne? Avant l arrivée du Plan de Cohésion Sociale à Waremme (avril 2008), nous étions

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Un plan de mobilité pour votre entreprise

Un plan de mobilité pour votre entreprise Un plan de mobilité pour votre entreprise Observatoire Universitaire de la Mobilité (OUM) - UNIGE tél. +41 22 379 83 35 fax. +41 22 379 89 58 U n e o c c a s i o n d e r e p e n s e r l a m o b i l i t

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

en Bref Pédibus : Aller Pédibus c est : Pédibus en toute assurance :

en Bref Pédibus : Aller Pédibus c est : Pédibus en toute assurance : en Bref Une nouvelle façon d aller à l école : un ramassage organisé, à pied, d une caravane d enfants : C'est un groupe d'écoliers conduit à pied par des adultes (souvent des parents) bénévoles, qui suit

Plus en détail

Quartier Calmette Tilleuls. 6 Juin 2012

Quartier Calmette Tilleuls. 6 Juin 2012 Rendez-vous urbain Quartier Calmette Tilleuls 6 Juin 2012 le 6 Juin 2012 1. Parcours réalisé 1 2 Pour ce troisième rendez-vous urbain, seulement trois personnes étaient présentes sur les douze convoquées.

Plus en détail

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ La ville de L Assomption est plus dynamique et plus belle que jamais, reconnue ici et ailleurs pour sa qualité de vie et son environnement exceptionnel. Dans

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

LES HABITANTS DE LA RUE VILLA HERMOSA VOUDRAIENT DORMIR TRANQUILLES

LES HABITANTS DE LA RUE VILLA HERMOSA VOUDRAIENT DORMIR TRANQUILLES !"#$%%$ Communiqué de presse du mercredi 21 décembre 2005 LES HABITANTS DE LA RUE VILLA HERMOSA VOUDRAIENT DORMIR TRANQUILLES LA RÉGION DOIT DEMANDER UN PERMIS D URBANISME POUR LES TRAVAUX EN COURS SUR

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence La Déclaration de Rio et les textes européens et français encouragent les collectivités territoriales à adopter des plans d actions en faveur

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02.

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02. Listes des activites autorisees EN ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENTS 2 AU PROFIT DES PERSONNES PHYSIQUES 3 EN ASBL, ASSOCIATION DE FAIT 5 1 POUR LES POUVOIRS COMMUNAUX 7 Activités ALE autorisées en ETABLISSEMENTS

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Besoins et attentes des habitants en Haute-Normandie en matière d équipements publics

Besoins et attentes des habitants en Haute-Normandie en matière d équipements publics mars 2010 Besoins et attentes des habitants en Haute-Normandie en matière d équipements publics Enquête BVA réalisée entre le 10 et le 21 février auprès d un échantillon de 197 habitants de Haute-Normandie

Plus en détail

Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies. pour les jeunes. www.bas-rhin.fr

Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies. pour les jeunes. www.bas-rhin.fr Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies pour les jeunes www.bas-rhin.fr Les bons plans jeunes du 67 Tu as entre les mains tous les bons plans «jeunes» proposés et financés par le Conseil Général

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Traitement et analyse des Questionnaires «citoyens agents»

Traitement et analyse des Questionnaires «citoyens agents» Traitement et analyse des Questionnaires «citoyens agents» Document émis par :, Anastasia MARY, étudiante stagiaire, Licence Professionnelle Gestion et Pilotage de Projets. Travaux suivi par Aurélie COURZADET,

Plus en détail

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Date : le 7 février 2005 Le transport scolaire Dans les politiques des commissions scolaires sur le transport scolaire, on établit une distance entre

Plus en détail

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité Conseil de Quartier Malcense - Egalité du 14 septembre 2009 1 Avant de commencer le Conseil de Quartier, Monsieur TALPAERT, Président du Conseil de Quartier excuse l absence de Madame DAHMANI L KASSIMI,

Plus en détail

Mons - Projet Bien-être à l école. www.besafe.be. SPF Intérieur. Contrôle d accès dans les écoles

Mons - Projet Bien-être à l école. www.besafe.be. SPF Intérieur. Contrôle d accès dans les écoles www.besafe.be SPF Intérieur Contrôle d accès dans les écoles Mons - Projet Bien-être à l école 1 SPF Intérieur Contrôle d accès dans les écoles SPF Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Direction

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Sondage : les résultats!

Sondage : les résultats! Sondage : les résultats! Avec 104 réponses, le sondage réalisé par le Parti libéral radical de Troistorrents-Morgins s est révélé un franc succès. Sans pouvoir être représentatif, il constitue néanmoins

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

VILLE AMIE DES ENFANTS TABLEAU DE BORD

VILLE AMIE DES ENFANTS TABLEAU DE BORD VILLE AMIE DES FANTS Être ou devenir Ville amie des enfants suppose que la collectivité connaît les enfants et les adolescents qui vivent sur son territoire. Ce tableau de bord est un outil de diagnostic

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

Etudes publics des stades Ligue 1 et Ligue 2. mars 2014

Etudes publics des stades Ligue 1 et Ligue 2. mars 2014 Etudes publics des stades Ligue 1 et Ligue 2 mars 2014 Objectifs Fournir aux 40 clubs des Outils personnalisés et sortir des études nationales inexploitables au niveau local Avoir une approche club à club

Plus en détail

Annexe D-301 : Planologie stratégique

Annexe D-301 : Planologie stratégique C719 E.I. CU + CE Jardins de la Chasse Page - 1 - Annexe D-301 : Planologie stratégique Le Plan de Déplacement de la Région de Bruxelles-Capitale IRIS 2 (Stratec 2001 2006) La politique de transport et

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises Avis d expert Marc Koffi, Responsable de SIGMA-RH France Le Document Unique : une obligation légale des entreprises En France, le Document Unique (ou Document Unique de Sécurité - DU ou DUS), a été introduit

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l'étude GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l étude L association GEMA

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

SERVICE ENFANCE-JEUNESSE REGLEMENT INTERIEUR. 11-17 ans

SERVICE ENFANCE-JEUNESSE REGLEMENT INTERIEUR. 11-17 ans SERVICE ENFANCE-JEUNESSE REGLEMENT INTERIEUR «POINT ACCUEIL JEUNES DE LA VILLE DE BEAUGENCY» 11-17 ans Le Point Accueil Jeunes est géré par le Service Enfance-Jeunesse de la ville de Beaugency représenté

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun RAPPORT Marche exploratoire Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun Le 7 mai 2014 Table des matières Préambule... 3 Mise en

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL

COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL COMMUNE D HAUTERIVE CONSEIL GENERAL RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT L ADOPTION D UN REGLEMENT DE VIDEOSURVEILLANCE DANS LES ECOPOINTS SITUES SUR LE TERRITOIRE COMMUNAL Monsieur

Plus en détail

w w w. u w e Intégrer le NWOW au sein du Mobility Management 1er février 2013 Flémalle

w w w. u w e Intégrer le NWOW au sein du Mobility Management 1er février 2013 Flémalle Intégrer le NWOW au sein du Mobility Management 1er février 2013 Flémalle Par Benoît Minet Responsable de la Cellule Mobilité de l Union Wallonne des Entreprises 1 L Union Wallonne des Entreprises Qu est-ce

Plus en détail

Les déplacements une préoccupation collective

Les déplacements une préoccupation collective Les déplacements une préoccupation collective En constante augmentation sur notre territoire, les déplacements ont un impact environnemental, économique et social grandissant et de plus en plus préoccupant.

Plus en détail

Bastogne. 15 094 habitants 664 commerces et indépendants répertoriés

Bastogne. 15 094 habitants 664 commerces et indépendants répertoriés Bastogne 15 094 habitants 664 commerces et indépendants répertoriés Riche Patrimoine culturel et historique Liste des indépendants par secteur d activité (%) Bijouterie 1,05 2,1 Jeux/loisirs/équipement

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois : Une vision de société pour 2012-2017 1 Centre Droite vaudois : une vision de société Grâce

Plus en détail

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Descriptif : Mise en place d une campagne de communication visant à promouvoir

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Présentation du projet Préambule. Mardi 4 décembre 2012 : «Un juge de ligne de 41 ans est décédé après avoir été frappé par des jeunes joueurs d un club d Amsterdam». La Belgique n échappe pas à cette

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE d'évaluation des risques professionnels

LE DOCUMENT UNIQUE d'évaluation des risques professionnels LE DOCUMENT UNIQUE d'évaluation des risques professionnels FICHE # A Le Code du Travail définit l obligation, pour tout employeur, sans seuil minimal d effectif salarié, de rassembler dans un document

Plus en détail

MOBILITE DURABLE SYNTHESE DE L ETUDE EN MILIEU RURAL. Un territoire d étude : le PNR de Millevaches en Limousin

MOBILITE DURABLE SYNTHESE DE L ETUDE EN MILIEU RURAL. Un territoire d étude : le PNR de Millevaches en Limousin MOBILITE DURABLE SYNTHESE DE L ETUDE MOBILITE DURABLE EN MILIEU RURAL Un territoire d étude : le PNR de Millevaches en Limousin OBJECTIF PLAN CLIMAT Réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre Se déplacer

Plus en détail