La réforme des soins de santé mentale en Belgique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réforme des soins de santé mentale en Belgique"

Transcription

1 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de l Snté de l Action socile et de l Eglité des Chnces de l Région wllonne Mercredi 24 février 2010

2 2 Aperçu de l exposé 1.Historique: réformes récentes. 2.Cdre politique des soins en Snté Mentle: points de déprt, objectifs, fonctions clés, rticle 107, conférence interministérielle. 3.L réforme: innovtion des soins - Différentes équipes de soins - Approche intégrée - Assouplissement des normes d grément - Honorires - Adpttion de l législtion des hbittions protégées et des MSP. 4.Encdrement de l réforme. 5.Déroulement de l procédure de réforme.

3 3 1.Historique: réformes récentes 2001: Approche non plus xée sur l institution mis sur le ptient dns son milieu de vie. Projets «Activtion» et «Soins psychitriques à domicile», intégrés entre-temps dns l réglementtion reltive ux hbittions protégées 2002: Déclrtion conjointe sur l politique future en mtière de soins en snté mentle (mendée en 2004): réseu et circuit de soins. Articles 11 (9 ter ) et 107 (97 ter ) de l loi sur les hôpitux. Avis du CNEH concernnt l ppliction de l rticle 97ter ( ) Projets pilotes : ex. FORK, PTCA ( lits IB), outreching, internement. 2007: Projets thérpeutiques Concerttion trnsversle Prticiption d ssocitions de ptients et fmilles

4 4 Suite historique: données spécifiques à l RW s inscrivnt dns une dynmique de complémentrité entre différents niveux de pouvoir -2009: projets pilotes «double dignostic» hndicp mentl et trouble du comportement (collbortion entre le SPF Snté Publique et l RW) -2010: entrée en vigueur du décret reltif à l grément et u -2010: entrée en vigueur du décret reltif à l grément et u subventionnement des services de snté mentle et à l reconnissnce des centres de référence en snté mentle en vue de l octroi de subvention

5 5 2. Cdre politique: points de déprt L voix du ptient et celle de l fmille doivent être entendues. L'orgnistion et le développement des Soins en Snté Mentle doivent se fonder sur les groupes de popultion reposnt sur l'âge et les crctéristiques sociologiques. L liberté de choix du ptient doit être grntie. L réforme se bse sur le principe de subsidirité : les soins doivent être dispensés de préférence de mnière l plus proche possible du milieu de vie. L continuité des soins doit être ssurée.

6 6 2.Cdre politique: Objectifs du nouveu modèle de Soins en Snté Mentle. 1. Mettre en plce des soins sur mesure pour le ptient et son entourge, dns un contexte de continuité des soins. 2. Mettre en plce des formules de soins mbultoires intensives et spécilisées, comme lterntive à l hospitlistion. 3. Promouvoir l inclusion pr l rédpttion et l réhbilittion dns le cdre d une collbortion indispensble vec les secteurs de l enseignement, de l culture, du trvil, du logement socil, 4. Intensifier les soins u sein des hôpitux

7 7 2.Cdre politique: Objectifs du nouveu modèle de Soins en Snté Mentle 5. Élborer une pproche intégrée de toutes les formes de soins dispensées en mtière de Soins en Snté Mentle, dns une zone d ctivité déterminée, vi l crétion de circuits et réseux de soins. 6. Collbortion entre les divers secteurs concernés, dont les soins ux personnes âgées, les services de snté mentle, le secteur des personnes hndicpées et l justice. 7. Consolider les différents projets pilotes, tnt u niveu fédérl que des Communutés et Régions, dns le concept de globlistion des Soins en Snté Mentle.

8 Trdif 8 Crctéristiques des structures fédérles en snté mentle SM résidentiels SM mbultoires Réintégrtion Précoce Cure Cre

9 9 Limites de l orgnistion ctuelle Soins en Snté Mentle spécilisés liés u lit peu de flexibilité dns l orgnistion des soins en fonction du demndeur de soins («blnced cre» ou soins équilibrés) Distribution purement dministrtive et ps de distinction selon l intensité des soins ou les fonctions de soins («quoi et comment») Accent principlement mis sur les notions de soins et de tritement («cure» & «cre»). Après le tritement, on v réorienter et encore trop peu intégrer. Les personnes qui présentent un problème de snté mentle entrent trd en contct vec les structures de soins spécilisés. («qund») Ps de filtrge u niveu des soins («stepped cre») («qui») et ucune grntie qunt à l continuité des soins.

10 10 2.Cdre politique: Fonctions clés 1. Activités en mtière de prévention et de promotion des Soins en Snté Mentle, détection précoce, dépistge et étblissement du dignostic 2. Équipes mbultoires de tritement intensif, ussi bien pour les problèmes de Soins en Snté Mentle igus que chroniques 3. Équipes de réhbilittion trvillnt à l réinsertion et à l inclusion socile 4. Unités intensives de tritement résidentiel, ussi bien pour les problèmes de Soins en Snté Mentle igus que chroniques, lorsqu une hospitlistion s vère indispensble 5. Formules résidentielles spécifiques permettnt l offre de soins lorsque l orgnistion des soins nécessires à domicile ou en milieu substitutif du domicile est impossible

11 11 2.Cdre politique: Article 107 de l loi sur les hôpitux et des utres formes de dispenstion de soins Le Roi peut prévoir des modlités spécifiques de finncement fin de permettre, sur une bse expérimentle et pour une durée limitée, un finncement prospectif des circuits et des réseux de soins, xé sur les progrmmes

12 12 2.Cdre politique: Article 107 et 11 de l loi sur les hôpitux et les utres formes de dispenstion de soins 1. L rticle 107 permet de réffecter les ressources existntes en vue de créer de nouvelles structures. 2. L rticle 107 offre un pssge expérimentl (min. 3 ns) dns le but de réliser l rt. 11 (ncien rt. 9ter). 3. L rticle 11 vise à créer des circuits de soins comme un ensemble de progrmmes de soins, destinés à un groupe cible dns une zone délimitée, et proposés pr des réseux de soins.

13 13 2.Cdre politique: Article 107 de l loi sur les hôpitux et les utres formes de dispenstion de soins L AR du 19 septembre 2008 (pris en exécution de l rticle 107, qui modifie l rrêté de bse reltif u finncement des hôpitux) permet ux hôpitux psychitriques de conclure une convention vec le Ministre de l Snté publique. Ces conventions offrent l possibilité d utiliser de mnière plus flexible les moyens et les ressources humines dns les hôpitux psychitriques dns le but d une collbortion fonctionnelle trnsinstitutionnelle. Ces conventions viseront dns un premier temps le groupe d âge des dultes, et ce compris les dolescents. Ce n est ps une opértion de reconversion clssique ccompgnée de règles de reconversion pour lits : il s git ici de réffecter des moyens du BMF, uxquels viendront éventuellement s jouter d utres ressources. Prélblement à l conclusion de ces conventions, une circulire ministérielle et un guide seront publiés et définiront le cdre des conventions.

14 14 Aperçu de l sitution des lits (u 01/01/2010) Belgique Flndre Wllonie Bruxelles Lits A en Hôpitl psychitrique -Complets A -Prtiels A1 -Prtiels A2 Lits A en Hôpitl générl -Complets A -Prtiels A1 -Prtiels A2 Lits T en Hôpitl psychitrique -Complets T -Prtiels T1 -Prtiels T2 Lits T en Hôpitl générl -Complets T / / 90 / / Plces IHP Plces MSP TOTAL Proportion 100 % 63,75 % 27,55 % 8,70 %

15 15 Communiqué de presse University of Birminghm Community mentl helth in Birminghm is not only different wy of reorgnising services in the community. It is bove ll n intensive wy of giving people dequte services nd help them finding new projects which mke them confident nd thnkful for these new opportunities in life. This will be gret chllenge in the reform of mentl helth in Belgium.

16 16 2.Cdre politique: Note de politique générle et enggement de réforme - Note de politique générle du 3 novembre L Autorité fédérle et les Communutés s enggent à ouvrir leur offre existnte de soins en Snté Mentle à l mise en plce et/ou à l intensifiction de l collbortion entre structures intr-muros et extrmuros.

17 17 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Lncer une cmpgne d informtion biltérle. Lncer un ppel fédérl. Élborer un clendrier précis et un pln de communiction. Élrgissement ux sections psychitriques des hôpitux générux. Élrgissement ux dolescents à prtir de 16 ns Chque utorité prend des inititives pour motiver toutes les instnces concernées.

18 18 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 L Région Bruxelloise, région entièrement urbnisée, se crctérise pr l'existence de nombreuses collbortions dites informelles (non formellement gréées) entre le secteur mbultoire et résidentiel et vec une pproche multidisciplinire et trnssectorielle. Les utorités bruxelloises souscrivent le principe du mintien des ptients dns leur milieu hbituel de vie et le trvil en coordintion vec le réseu snitire, psychosocil et scolire. Ils s'enggent en concerttion vec le secteur à soutenir et ccompgner les projets qui pourrient s'inscrire dns l'rticle 107.

19 19 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Communuté flmnde : Au mximum 10% du budget des services de snté mentle (SSM) pourr être utilisé pour l implémenttion de circuits de soins et de réseux de soins (cf. Decreet vn 18 mei 1999 betreffende de geestelijke gezondheidszorg, rt. 33, 1 ) Communuté germnophone : En dépit de l offre limitée de psychitrie résidentielle, il ser exminé dns quelle mesure une coopértion vec les structures de l Région Wllonne peut être envisgée.

20 20 2.Cdre politique spécifique à l Région wllonne Déclrtion de Politique Régionle Finlité : «fvoriser le bien-être» Objectifs: oqulité des soins oaccessibilité ovisibilité oinscription des structures dns l Communuté ET oinclure le secteur mbultoire dns les circuits et réseux de soins

21 21 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Région Wllonne : L Région Wllonne l ferme volonté d impulser et d opérer un rpprochement entre les secteurs mbultoires et hospitliers en veillnt à respecter leurs spécificités et l cohérence de leurs ctions. Toutefois, l rticultion entre les deux secteurs est déjà fortement présente mis, le plus souvent, de mnière informelle. Cette rticultion est, dès lors, perfectible. A ce titre, l Région s engge à motiver les instnces concernées pour prticiper ux projets dns le cdre de l implémenttion de l rticle 107. Pour se fire, l plte-forme de concerttion, en tnt qu orgne pluridisciplinire, dispose d une position strtégique pour réunir trnsverslement les différents cteurs de l snté mentle et initier des collbortions.

22 22 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 En terme d inititives, l Région Wllonne, renforce l collbortion entre les secteurs concernés u trvers du décret du 3 vril 2009 reltif ux services de snté mentle, qu elle exécuté depuis le 1er jnvier En effet, le décret crée l fonction de direction dministrtive et lui ttribue, notmment, l responsbilité de veiller à l exécution du projet de service en snté mentle. Dns ce cdre, il lui pprtient d ssurer l concerttion institutionnelle. L rrêté, qui précise cette concerttion, impose ux services de snté mentle de conclure, prioritirement, une convention vec différentes institutions dont un hôpitl psychitrique ou un hôpitl générl orgnisnt un service de psychitrie. Cette obligtion est nouvelle.

23 23 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 L fonction de liison qui est insturée constitue un utre élément centrl du décret. Elle est désignée u sein de l équipe pluridisciplinire pour chque usger dont l sitution complexe, le requiert. Le professionnel qui l ssure pour chque usger visé, ser son référent u fil du prcours dns le réseu de soins ou d ide. Il centre son ction sur les besoins de l usger, coordonne les interventions, grntit les décisions prises et soutient l ensemble du personnel dns l démrche. Il inscrit son ction dns le cdre institutionnel négocié pr l direction dministrtive et contribue à le développer. Cette fonction de liison ne peut fire l impsse d un rpprochement entre l mbultoire et le résidentiel (hospitlier ou non). L incitnt à cette collbortion entre l intr-muros et l extr-muros est donc intégré u sein même du décret qui est entré en vigueur u 1er jnvier 2010.

24 24 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Trvux intensifs vec les Communutés et Régions dns le cdre de l Tskforce : rédiger un guide pr Communuté et Région Dte finle : CIM du 26/04/2010 Coordintion : Coordintion : Coordintion fédérle = Mr Bernrd Jcob Coordintion Région Wllonne = Mme Brigitte Bouton Coordintion Région Brx. Cpitle = Mme Sophie Verhegen, Vivette Tsobgni, Khdij Boudig Coordintion Comm. Flmnde = Mme Greet Vn Humbeeck

25 25

26 26 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Composntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Timing

27 27 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement intensif à domicile Crctéristiques du groupe cible Troubles psychitriques mjeurs Soins psychitriques igus à domicile Alterntive à l hospitlistion Des envois pr les services snté mentle, les médecins, Ont églement ccès : les équipes pour les soins ssertifs continus vec qui il existe un trvil en étroite collbortion. Presttions églement en dehors des heures de bureu pour d utres équipes. Porte d ccès possible ux services hospitliers en fonction de l sitution Cselod ser défini en fonction des crctéristiques du groupe cible à tteindre dns l zone déterminée.

28 28 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement intensif à domicile Crctéristiques de l prise en chrge: Intervention mobile rpide, 24h/24 et 7j/7 Evlution rpide dns l environnement pr 2 professionnels, vec impliction de l entourge et du réseu socil. Le suivi peut durer plusieurs jours. L équipe est pluridisciplinire Chque équipe dispose de son psychitre Coordinteur de soins pour chque ptient Réunion d équipe quotidienne et réunion multidisciplinire hebdomdire

29 29 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Com posntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Tim ing

30 30 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement continu pr lien ssertif Crctéristiques du groupe cible Pour les problèmes persistnts et grves, Pour personnes qui ont des ntécédents d dmissions répétées (plusieurs hospitlistions ou tritements intensifs à domicile u cours des 2 dernières nnées). Conformité ux critères : échec dns le suivi d un tritement, ntécédents de violence ou de délit, risque d utomutiltion, bsence de réction u tritement, bus de produits de longue durée, dmission forcée. Progrmme bsé sur: structurtion de l journée, utonomie résidentielle, développement du réseu socil, loisirs, culture, gestion du budget, logement, soutien u trvil/à l emploi.

31 31 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement continu pr lien ssertif Crctéristiques de l prise en chrge: Approche ssertive de type «Cn do». Coordinteur de soins pour chque ptient qui exmine les renvois. Pln de soins toujours bsé sur l évlution: le professionnel s ssure du mintien du suivi et soutient le ptient. Stff : multidisciplinire, un psychitre. 7 jours sur 7, 12h/jour en semine, 8h/jour le W-E.

32 32 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Com posntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Tim ing

33 33 3. L nouvelle orgnistion des soins Réhbilittion et intégrtion Crctéristiques du groupe cible: Pour des ptients présentnt des problémtiques sociles et mentles moins sévères et de longue durée. Personne plus enggée et plus stble. Service à long terme. Accompgnement continu.

34 34 3. L nouvelle orgnistion des soins Réhbilittion et intégrtion Crctéristiques de l prise en chrge: Soins moins intensifs que ceux d une équipe de soins continus pr lien ssertif mis en collbortion étroite vec cette équipe. Adressé ussi pr les équipes de liison de première ligne. Réhbilittion et intégrtion socile et professionnelle. Accompgnement individulisé vec ccès ux ressources de l équipe. Contribution d un psychitre et d une équipe pluridisciplinire. Uniquement durnt les jours ouvrbles de 9h à 17h. Coordinteur de soins pour chque ptient.

35 35 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Com posntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Tim ing

36 36 3. L nouvelle orgnistion des soins Unité résidentielle intensive Crctéristiques du groupe cible: Besoin d interventions (igues et chroniques) qui ne sont possibles qu en unité résidentielle. L équipe en chrge du tritement intensif à domicile n ps les moyens suffisnts pour ssurer une prise en chrge sûre et déqute. Le niveu d observtion continue et de soins est impossible à tteindre pour l équipe de tritement intensif à domicile. L équipe ne peut éviter les situtions trumtiques liées à l entourge. Admission forcée. Les équipes seront rpidement mobilisées pour un suivi intensif u domicile.

37 37 3. L nouvelle orgnistion des soins Unité résidentielle intensive Crctéristiques de l prise en chrge: Unités spécifiques pour l observtion et l prise en chrge intensive Unités de crise Unités spécilisées pour des groupes cibles spécifiques Unités spécifiques vec un tritement plus long pour un groupe Unités spécifiques vec un tritement plus long pour un groupe cible qui nécessite un environnement sécurisé

38 38 3. L nouvelle orgnistion des soins Vers une pproche globle et intégrée Au déprt de projets pilotes, développement d un modèle opértionnel de trvil en réseu. Un réseu est constitué de l ensemble des cinq fonctions prélblement définies. -Choix du coordinteur de réseu -Désigntion des référents des ressources du réseu Mise en commun des prtiques Mise en plce des procédures -Construction de méthodologies de trvil communes Au modèle de fonctionnement (pr ex: PSI) Résultt du développement d un réseu orgnistionnel -Développement du rôle du «coordinteur de soins» Aboutissement du trvil en réseu u déprt du ptient Pivot d une coordintion centrée sur les besoins du ptient

39 39 3. L nouvelle orgnistion des soins Assouplissement des normes d grément Les hôpitux qui entreront dns un projet pourront profiter de normes d grément plus souples en les ppliqunt de mnière globle u niveu de l hôpitl. L vis du CNEH déjà été rendu. Arrêté Royl en préprtion.

40 40 3. L nouvelle orgnistion des soins Honorires de psychitrie Note u Conseil Générl de l INAMI: Pr illeurs, le montnt qui correspond ux honorires de surveillnce pour les séjours psychitriques qui ne peuvent plus être pris en compte conformément à l'ppliction de l'rticle 107 de l loi sur les hôpitux, reste disponible pour les presttions du psychitre dns le cdre des projets en exécution de l'rticle 107.

41 41 3. L nouvelle orgnistion des soins Honorires de psychitrie Il nous fut cependnt tenir compte du fit que: -Outre les honorires de surveillnce, d'utres honorires sont d'ppliction, p. ex. rpports d'dmission et de sortie, concerttion multidisciplinire dns les services T, ctes neurophysiologiques, psychothérpie en cbinet privé, honorires liés à des responsbilités comme l rémunértion prévue pour le psychitre dns le cdre de l loi sur les dmissions forcées,... -Tnt que les projets uront cours et que le finncement se fer vi une convention B4, il en ir de même pour l rémunértion du psychitre.

42 42 3. L nouvelle orgnistion des soins nécessité d dpter l législtion des IHP et des MSP Constts - 20 ns d existence - Offre ctuelle insuffisnte MSP IHP - Soins de bse pour tous, + soins complémentires (MSP+,MSP-) - Possibilité de courts séjours, + permnence 24h - Plus d ccompgnement intensif si nécessire (IHP+) - Crétion d hbittions uprès des MSP et MRS - Assouplissement des formes de soins

43 43 4.Encdrement de l réforme Soutenir le mngement du chngement. Soutien et ccompgnement dns l crétion et suivi des équipes. Besoins en critères de qulité, de performnce vec objectifs. Enregistrement de données / rpports. Supervision et suivi des projets pilotes : visites - ccompgnement Formtion et coching des coordinteurs de réseu. Formtion des professionnels des équipes. Soutien scientifique.

44 44 5.Déroulement de l procédure Guide biltérl: CIM 26/4/2010 Communictions biltérles: 26/4/ /5/2010 Circulire (description du système + modules) 31/5/2010 Les Régions cndidtes décriront leurs besoins, problèmes et suggestions de solutions ccords de collbortion vec des prtenires de soins, y compris en mtière d inclusion socile. Introduction des projets: 1/11/2010 Sélection des projets: 15/12/2011 Mise en route vec quelques régions cndidtes (supr-institutionnel) pour une période d expérimenttion limitée: 1/1/2011 (contrts B4) Dns un 2 ème temps, élrgissement vers d utres régions Finncement (réffecttion + utres moyens) + honorires + Ticket modérteur (e.. médicments)

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Plan diversité 2012-2013

Plan diversité 2012-2013 Pln diversité 2012-2013 SPF MOBILITE & TRANSPORTS L diversité, gge de qulité! Service d encdrement Personnel & Orgnistion Personne contct diversité Sylvi Ardizzone sylvi.rdizzone@moilit.fgov.e 02/ 277

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2014 RppoRt développement durble 2014 2 Edito UNE VISION ÉCLAIRÉE DE NOTRE ACTION AU QUOTIDIEN le 21 novembre 2014,

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Demande de prêt à l'amélioration. de l'habitat 14073*01. Assistant(e) Maternel(le)

Demande de prêt à l'amélioration. de l'habitat 14073*01. Assistant(e) Maternel(le) snté Demnde de prêt à l'méliortion fmille de l'hbitt 14073*01 retrite services Assistnt(e) Mternel(le) Merci de compléter églement un formulire de déclrtion de sitution Article L.542-9 du code de de l

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous!

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous! #Guide jeunes @étudint @demndeur d emploi @trvilleur MUTUALITE SOIALISTE DU BRABANT L ccès à l snté pour tous! rembourse 40 /n L Mutulité sociliste pour t contrception Love4you.be by Mutulité Sociliste

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Stratégie en matière de politique de la vieillesse

Stratégie en matière de politique de la vieillesse Strtégie en mtière de politique de l vieillesse Rpport du Conseil fédérl donnnt suite u postult 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 29 oût 2007 Condensé En réponse à une intervention prlementire

Plus en détail

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés Contrt individuel d'ssurnce-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres progrmmés Identité (données obligtoires) Numéro du Contrt Souscripteur/Assuré Monsieur Mdme Mdemoiselle

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, LE 24 AOûT 1994 Monsieur le Ministre, Mesdmes

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE Diplôme de comptbilité bncire CNAM-INTEC, ADICECEI, AFGES Le métier de comptble de bnque présente des spécificités mises en exergue pr des formtions et des ouvrges

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE LA DIRECTION DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE ET DE LA MEDECINE DE PROXIMITE

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE LA DIRECTION DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE ET DE LA MEDECINE DE PROXIMITE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE LA DIRECTION DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE ET DE LA MEDECINE DE PROXIMITE RAPPORT D EVALUATION

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Le plan de développement du volley ball breton

Le plan de développement du volley ball breton Le pln de développement du volley bll breton 2008-2012 crédit photo : Mrc Grgnon L dynmique du volley bll breton L Ligue de Bretgne de Volley Bll (LBVB), ssocition régie pr l loi du 1 er juillet 1901,

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Menace sur les investissements?

Menace sur les investissements? MAI 2012 SUPPLÉMENT AU N 291 LA REVUE DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE l vie de l mf Mence sur les investissements? edito Rencontre Demin, le monde rurl Le 4 juillet prochin, l AMF orgnise, en prtenrit

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER CERFA 11534*01 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES du CHER 6 plce de l pyrotechnie - CS 20001 18019 BOURGES CEDEX Tél. 02 34 34 61 65 ou 61 66 Fx : 02 34 34 63 00 N de dossier : Déposé le : Complet

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION mission révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION PRÉ VENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Revue trimestrielle - Éditée pr l CGSS de L Réunion - septembre 2011 - Numéro 54 Avec l prévention,

Plus en détail

ÉDITORIAL. 2012 sera une année clé pour la formation dans le domaine des installations électriques:

ÉDITORIAL. 2012 sera une année clé pour la formation dans le domaine des installations électriques: 2012 FORMATIONS 2012 ser une nnée clé pour l formtion dns le domine des instlltions électriques: Le décret n 2010-1118, qui remplce le décret du 14 novembre 1988 est entré en vigueur le 1er juillet 2011,

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

clés de Les l'apprentissage

clés de Les l'apprentissage Réseu des centres publics de formtion professionnelle et pr pprentissge du Ministère de l Agriculture en Midi-Pyrénées clés de l'apprentissge Les c+5 B u du CAP L'Employeur L pprentissge constitue un excellent

Plus en détail

10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES

10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES 10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES En Suisse, l loi fédérle du 18 décemre 1970 sur l lutte contre les mldies trnsmissiles de l homme (dite loi sur les épidémies) et l loi fédérle du 13 juin 1928 sur

Plus en détail

Comportements de santé des étudiants de première année inscrits dans les universités de la région Provence-Alpes- Côte d Azur

Comportements de santé des étudiants de première année inscrits dans les universités de la région Provence-Alpes- Côte d Azur N 14 2007 RepèreSnté est le bulletin sur l snté de l popultion régionle qui présente les données cquises dns le cdre du réseu prtenril de l Observtoire régionl de l snté Provence-Alpes-Côte d Azur. SANTE

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC DEPARTEMENT DE LA GIRONDE ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX CANTON DE FLOIRAC COMMUNE DE FLOIRAC Objet : Gestion de l dette délégtion de pouvoirs du conseil municipl u Mire REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES Série des Trités européens - n 52 CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES Strsourg, 30.XI.1964 STE 52 Répression des infrctions routières, 30.XI.1964 2 Prémule Les Etts memres

Plus en détail

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014 Réformer l éprgne slrile Sommire x Introduction... 4 x Les contributeurs... 6 x Détil des 4 xes «phres»... 8 u v w x Démocrtiser l éprgne

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet bc Fonds Commun de Plcement Prospectus complet Prospectus Simplifié OPCVM respectnt les règles d investissement et d informtion de l directive 85/611/CE ING DIRECT STRATEGIE PARTIE A STATUTAIRE Présenttion

Plus en détail

UNIR Informations. Le résumé de l actualité syndicale des retraités. Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités. Sommaire

UNIR Informations. Le résumé de l actualité syndicale des retraités. Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités. Sommaire UNIR Informtions U N I R N 41 - Juin / Juillet 2012 Sommire Europe... 3 Mldie et soins... 5 et 6 Réforme du système de snté espgnol. Derniers chiffres sur l espérnce de vie en Europe Soins dentires Misons

Plus en détail

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER MOYENS D ACCÈSPOUR TOUT RENSEIGNEMENT s dresser à : PAR LA ROUTE En vennt de Pris comme de province, utoroute A4 sortie Chmps. École Ntionle des Sciences Géogrphiques Une fois sorti de l utoroute, suivre

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Construire un avenir meilleur

Construire un avenir meilleur Dossier de presse Construire un venir meilleur CEMEX 2 rue du Verseu - Silic 423 94583 Rungis Cedex Tél. 01 49 79 44 44 Fx 01 49 79 86 07 www.cemex.fr Octobre 2015 Présenttion Michel André Président de

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

Guide de référence sur l'architecture et les flux de données BES 12

Guide de référence sur l'architecture et les flux de données BES 12 Guide de référence sur l'rchitecture et les flux de données BES 12 Pulié : 2016-01-04 SWD-20160104143441780 Tle des mtières À propos de ce guide... 5 Architecture : solution EMM BES12...6 Composnts utilisés

Plus en détail

MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE PROJET SCIENTIFIQUE, CULTUREL, ÉDUCATIF ET SOCIAL

MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE PROJET SCIENTIFIQUE, CULTUREL, ÉDUCATIF ET SOCIAL MÉDIATHÈQUE MUNICIPALE PROJET SCIENTIFIQUE, CULTUREL, ÉDUCATIF ET SOCIAL 1 1 LA VILLE DE SAINT-GENIS-LAVAL 1.1 Présenttion 1.2 Contexte socio-économique 1.3 Politique culturelle 2 LA MÉDIATHÈQUE D'AUJOURD'HUI

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE AMÉNAGEMENT DE LA PORTE DE GESVRES AUTOROUTE A11 PÉRIPHÉRIQUE NANTAIS CONCERTATION PUBLIQUE VOTRE AVIS COMPTE! BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE SOMMAIRE 1 L objet de l concerttion publique 2 L nnonce

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

Votre Image au travers de vos éditions Clients

Votre Image au travers de vos éditions Clients Votre Imge u trvers de vos éditions Clients Nos prtenires: LOGITAS SA est un tiers de confince, prtenire des éditeurs de logiciels et des utilisteurs pour l conception, le contrôle et l conservtion de

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

Le Club. L innovation? C est un état d esprit! UNE INITIATIVE

Le Club. L innovation? C est un état d esprit! UNE INITIATIVE Le Club Une idée Réunir une dizine d cteurs de l industrie immobilière utour d une idée simple : et si nous échngions sur le thème «innovtion & immobilier»? Le think tnk «innovtion & immobilier» est né

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Guide d utilisation EasyMP Multi PC Projection

Guide d utilisation EasyMP Multi PC Projection Guide d utilistion EsyMP Multi PC Projection Tble des mtières 2 À propos d EsyMP Multi PC Projection Types de réunions proposés pr EsyMP Multi PC Projection... 5 Réunions à plusieurs imges... 5 Réunions

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel.

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel. .1.q,S e', lêr}>- -.t? ô- to 1- Grride d'intégrtion des fernrnes en errtr)loi rron trditionnel. ÏABI.E DES MATTENES L corportion Accès-Trvil-Femmes du Sgueny Présenttion du guide Prêsenttion de l démrche

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades Les cteurs Osédes 70 intervennts, spécilistes de l crétion d entreprise, prtgent vec vous leur expertise et bonnes prtiques. Retrouvez les cteurs Osedes sur : www.osedes.com Du 12 u 23 novembre 2012 www.osedes.com

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Créez et gérez votre entreprise

Créez et gérez votre entreprise Une Assistnce téléphonique pour bien démrrer Une question sur l instlltion ou l utilistion de votre logiciel? Grâce à nos techniciens spécilisés, obtenez pr téléphone une réponse précise à vos interrogtions.

Plus en détail

NOUVEAU GÎTE DU LAC TAUREAU

NOUVEAU GÎTE DU LAC TAUREAU Emplois disponibles en Hute-Mtwinie Voir ussi le détil des emplois disponibles en Hute-Mtwinie sur www.hute-mtwinie.com et sur plcement.emploiquebec.net (sélectionner St-Jende-Mth) NOUVEAU GÎTE DU LAC

Plus en détail

Offre Spéciale Fonds en uro

Offre Spéciale Fonds en uro Offre Spécile Fonds en uro, 37% net minimum grnti* en 2012 et 2013 Pour tout versement comprennt u minimum 25% d unités de compte Dte limite de souscription/versement : 31/10/2012 * Conditions de l'offre

Plus en détail

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS GUIDE PRATIQUE RÉGIONAL À L'ATTENTION DES PARTICULIERS ET ÉLUS POITOU-CHARENTES PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS J'économise m snté et celle

Plus en détail

IUT PARIS DESCARTES. Livret de l étudiant. Institut Universitaire de Technologie de l Université Paris Descartes 2013-2014. www.iut.parisdescartes.

IUT PARIS DESCARTES. Livret de l étudiant. Institut Universitaire de Technologie de l Université Paris Descartes 2013-2014. www.iut.parisdescartes. Livret de l étudint IUT PARIS DESCARTES Institut Universitire de Technologie de l Université Pris Descrtes 2013-2014 www.iut.prisdescrtes.fr Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes.

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Convocation à la séance du Comité Technique Paritaire du lundi 22 octobre 2012 à 15 H 00 Salle du Conseil Communautaire ORDRE DU JOUR

Convocation à la séance du Comité Technique Paritaire du lundi 22 octobre 2012 à 15 H 00 Salle du Conseil Communautaire ORDRE DU JOUR CDAPP Pôle Ressources - Direction des Ressources Humines Service Action et Dilogue Socil 05/59/98/78/00 - postes 7962 et 7164 Convoction à l sénce du Comité Technique Pritire du lundi 22 octobre 2012 à

Plus en détail

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste Syndromes mlformtifs à expression file : un piège pour l orthodontiste C. PAULUS Conférence présentée le 15 décemre 2008, à Lyon Voir pprître u décours d un tritement en période de croissnce une symétrie

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Le guide du covoiturage

Le guide du covoiturage Le covoiturge en Meurthe-et-Moselle Le guide du covoiturge Rédction et PAO CG54 E.Pinze - visuels Y. Husson - photo E.Pinze - Nov. 2013 Avec, covoiturez simplement et en toute sécurité! Comment est né

Plus en détail

PREPARER UNE INTERVENTION

PREPARER UNE INTERVENTION PREPARER UNE INTERVENTION MAINTENANCE INDUSTRIELLE Niveu IV 2006 CAFOC - GIP de l cdémie de Lyon - 39, rue Pierre Bizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 80 51 53-04 78 47 27 11 - gipl-cfoc@c-lyon.fr PREPARER

Plus en détail

INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Luxembourg, le 3 septembre 2002

INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Luxembourg, le 3 septembre 2002 Grnd-Duché de Luxembourg MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE INSPECTION GÉNÉRALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Luxembourg, le 3 septembre 2002 Réf. : 9007/ Lettre circulire N 2002/02 à l ttention des gestionnires

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc.

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc. Rpport finl rélisé dns le cdre du progrmme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à l Strtégie phytosnitire québécoise en griculture TITRE : IMPLANTATION D UN RÉSEAU LOCAL DE DÉTECTION HÂTIVE DE PHYTOPHTHORA

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail