La réforme des soins de santé mentale en Belgique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réforme des soins de santé mentale en Belgique"

Transcription

1 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de l Snté de l Action socile et de l Eglité des Chnces de l Région wllonne Mercredi 24 février 2010

2 2 Aperçu de l exposé 1.Historique: réformes récentes. 2.Cdre politique des soins en Snté Mentle: points de déprt, objectifs, fonctions clés, rticle 107, conférence interministérielle. 3.L réforme: innovtion des soins - Différentes équipes de soins - Approche intégrée - Assouplissement des normes d grément - Honorires - Adpttion de l législtion des hbittions protégées et des MSP. 4.Encdrement de l réforme. 5.Déroulement de l procédure de réforme.

3 3 1.Historique: réformes récentes 2001: Approche non plus xée sur l institution mis sur le ptient dns son milieu de vie. Projets «Activtion» et «Soins psychitriques à domicile», intégrés entre-temps dns l réglementtion reltive ux hbittions protégées 2002: Déclrtion conjointe sur l politique future en mtière de soins en snté mentle (mendée en 2004): réseu et circuit de soins. Articles 11 (9 ter ) et 107 (97 ter ) de l loi sur les hôpitux. Avis du CNEH concernnt l ppliction de l rticle 97ter ( ) Projets pilotes : ex. FORK, PTCA ( lits IB), outreching, internement. 2007: Projets thérpeutiques Concerttion trnsversle Prticiption d ssocitions de ptients et fmilles

4 4 Suite historique: données spécifiques à l RW s inscrivnt dns une dynmique de complémentrité entre différents niveux de pouvoir -2009: projets pilotes «double dignostic» hndicp mentl et trouble du comportement (collbortion entre le SPF Snté Publique et l RW) -2010: entrée en vigueur du décret reltif à l grément et u -2010: entrée en vigueur du décret reltif à l grément et u subventionnement des services de snté mentle et à l reconnissnce des centres de référence en snté mentle en vue de l octroi de subvention

5 5 2. Cdre politique: points de déprt L voix du ptient et celle de l fmille doivent être entendues. L'orgnistion et le développement des Soins en Snté Mentle doivent se fonder sur les groupes de popultion reposnt sur l'âge et les crctéristiques sociologiques. L liberté de choix du ptient doit être grntie. L réforme se bse sur le principe de subsidirité : les soins doivent être dispensés de préférence de mnière l plus proche possible du milieu de vie. L continuité des soins doit être ssurée.

6 6 2.Cdre politique: Objectifs du nouveu modèle de Soins en Snté Mentle. 1. Mettre en plce des soins sur mesure pour le ptient et son entourge, dns un contexte de continuité des soins. 2. Mettre en plce des formules de soins mbultoires intensives et spécilisées, comme lterntive à l hospitlistion. 3. Promouvoir l inclusion pr l rédpttion et l réhbilittion dns le cdre d une collbortion indispensble vec les secteurs de l enseignement, de l culture, du trvil, du logement socil, 4. Intensifier les soins u sein des hôpitux

7 7 2.Cdre politique: Objectifs du nouveu modèle de Soins en Snté Mentle 5. Élborer une pproche intégrée de toutes les formes de soins dispensées en mtière de Soins en Snté Mentle, dns une zone d ctivité déterminée, vi l crétion de circuits et réseux de soins. 6. Collbortion entre les divers secteurs concernés, dont les soins ux personnes âgées, les services de snté mentle, le secteur des personnes hndicpées et l justice. 7. Consolider les différents projets pilotes, tnt u niveu fédérl que des Communutés et Régions, dns le concept de globlistion des Soins en Snté Mentle.

8 Trdif 8 Crctéristiques des structures fédérles en snté mentle SM résidentiels SM mbultoires Réintégrtion Précoce Cure Cre

9 9 Limites de l orgnistion ctuelle Soins en Snté Mentle spécilisés liés u lit peu de flexibilité dns l orgnistion des soins en fonction du demndeur de soins («blnced cre» ou soins équilibrés) Distribution purement dministrtive et ps de distinction selon l intensité des soins ou les fonctions de soins («quoi et comment») Accent principlement mis sur les notions de soins et de tritement («cure» & «cre»). Après le tritement, on v réorienter et encore trop peu intégrer. Les personnes qui présentent un problème de snté mentle entrent trd en contct vec les structures de soins spécilisés. («qund») Ps de filtrge u niveu des soins («stepped cre») («qui») et ucune grntie qunt à l continuité des soins.

10 10 2.Cdre politique: Fonctions clés 1. Activités en mtière de prévention et de promotion des Soins en Snté Mentle, détection précoce, dépistge et étblissement du dignostic 2. Équipes mbultoires de tritement intensif, ussi bien pour les problèmes de Soins en Snté Mentle igus que chroniques 3. Équipes de réhbilittion trvillnt à l réinsertion et à l inclusion socile 4. Unités intensives de tritement résidentiel, ussi bien pour les problèmes de Soins en Snté Mentle igus que chroniques, lorsqu une hospitlistion s vère indispensble 5. Formules résidentielles spécifiques permettnt l offre de soins lorsque l orgnistion des soins nécessires à domicile ou en milieu substitutif du domicile est impossible

11 11 2.Cdre politique: Article 107 de l loi sur les hôpitux et des utres formes de dispenstion de soins Le Roi peut prévoir des modlités spécifiques de finncement fin de permettre, sur une bse expérimentle et pour une durée limitée, un finncement prospectif des circuits et des réseux de soins, xé sur les progrmmes

12 12 2.Cdre politique: Article 107 et 11 de l loi sur les hôpitux et les utres formes de dispenstion de soins 1. L rticle 107 permet de réffecter les ressources existntes en vue de créer de nouvelles structures. 2. L rticle 107 offre un pssge expérimentl (min. 3 ns) dns le but de réliser l rt. 11 (ncien rt. 9ter). 3. L rticle 11 vise à créer des circuits de soins comme un ensemble de progrmmes de soins, destinés à un groupe cible dns une zone délimitée, et proposés pr des réseux de soins.

13 13 2.Cdre politique: Article 107 de l loi sur les hôpitux et les utres formes de dispenstion de soins L AR du 19 septembre 2008 (pris en exécution de l rticle 107, qui modifie l rrêté de bse reltif u finncement des hôpitux) permet ux hôpitux psychitriques de conclure une convention vec le Ministre de l Snté publique. Ces conventions offrent l possibilité d utiliser de mnière plus flexible les moyens et les ressources humines dns les hôpitux psychitriques dns le but d une collbortion fonctionnelle trnsinstitutionnelle. Ces conventions viseront dns un premier temps le groupe d âge des dultes, et ce compris les dolescents. Ce n est ps une opértion de reconversion clssique ccompgnée de règles de reconversion pour lits : il s git ici de réffecter des moyens du BMF, uxquels viendront éventuellement s jouter d utres ressources. Prélblement à l conclusion de ces conventions, une circulire ministérielle et un guide seront publiés et définiront le cdre des conventions.

14 14 Aperçu de l sitution des lits (u 01/01/2010) Belgique Flndre Wllonie Bruxelles Lits A en Hôpitl psychitrique -Complets A -Prtiels A1 -Prtiels A2 Lits A en Hôpitl générl -Complets A -Prtiels A1 -Prtiels A2 Lits T en Hôpitl psychitrique -Complets T -Prtiels T1 -Prtiels T2 Lits T en Hôpitl générl -Complets T / / 90 / / Plces IHP Plces MSP TOTAL Proportion 100 % 63,75 % 27,55 % 8,70 %

15 15 Communiqué de presse University of Birminghm Community mentl helth in Birminghm is not only different wy of reorgnising services in the community. It is bove ll n intensive wy of giving people dequte services nd help them finding new projects which mke them confident nd thnkful for these new opportunities in life. This will be gret chllenge in the reform of mentl helth in Belgium.

16 16 2.Cdre politique: Note de politique générle et enggement de réforme - Note de politique générle du 3 novembre L Autorité fédérle et les Communutés s enggent à ouvrir leur offre existnte de soins en Snté Mentle à l mise en plce et/ou à l intensifiction de l collbortion entre structures intr-muros et extrmuros.

17 17 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Lncer une cmpgne d informtion biltérle. Lncer un ppel fédérl. Élborer un clendrier précis et un pln de communiction. Élrgissement ux sections psychitriques des hôpitux générux. Élrgissement ux dolescents à prtir de 16 ns Chque utorité prend des inititives pour motiver toutes les instnces concernées.

18 18 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 L Région Bruxelloise, région entièrement urbnisée, se crctérise pr l'existence de nombreuses collbortions dites informelles (non formellement gréées) entre le secteur mbultoire et résidentiel et vec une pproche multidisciplinire et trnssectorielle. Les utorités bruxelloises souscrivent le principe du mintien des ptients dns leur milieu hbituel de vie et le trvil en coordintion vec le réseu snitire, psychosocil et scolire. Ils s'enggent en concerttion vec le secteur à soutenir et ccompgner les projets qui pourrient s'inscrire dns l'rticle 107.

19 19 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Communuté flmnde : Au mximum 10% du budget des services de snté mentle (SSM) pourr être utilisé pour l implémenttion de circuits de soins et de réseux de soins (cf. Decreet vn 18 mei 1999 betreffende de geestelijke gezondheidszorg, rt. 33, 1 ) Communuté germnophone : En dépit de l offre limitée de psychitrie résidentielle, il ser exminé dns quelle mesure une coopértion vec les structures de l Région Wllonne peut être envisgée.

20 20 2.Cdre politique spécifique à l Région wllonne Déclrtion de Politique Régionle Finlité : «fvoriser le bien-être» Objectifs: oqulité des soins oaccessibilité ovisibilité oinscription des structures dns l Communuté ET oinclure le secteur mbultoire dns les circuits et réseux de soins

21 21 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Région Wllonne : L Région Wllonne l ferme volonté d impulser et d opérer un rpprochement entre les secteurs mbultoires et hospitliers en veillnt à respecter leurs spécificités et l cohérence de leurs ctions. Toutefois, l rticultion entre les deux secteurs est déjà fortement présente mis, le plus souvent, de mnière informelle. Cette rticultion est, dès lors, perfectible. A ce titre, l Région s engge à motiver les instnces concernées pour prticiper ux projets dns le cdre de l implémenttion de l rticle 107. Pour se fire, l plte-forme de concerttion, en tnt qu orgne pluridisciplinire, dispose d une position strtégique pour réunir trnsverslement les différents cteurs de l snté mentle et initier des collbortions.

22 22 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 En terme d inititives, l Région Wllonne, renforce l collbortion entre les secteurs concernés u trvers du décret du 3 vril 2009 reltif ux services de snté mentle, qu elle exécuté depuis le 1er jnvier En effet, le décret crée l fonction de direction dministrtive et lui ttribue, notmment, l responsbilité de veiller à l exécution du projet de service en snté mentle. Dns ce cdre, il lui pprtient d ssurer l concerttion institutionnelle. L rrêté, qui précise cette concerttion, impose ux services de snté mentle de conclure, prioritirement, une convention vec différentes institutions dont un hôpitl psychitrique ou un hôpitl générl orgnisnt un service de psychitrie. Cette obligtion est nouvelle.

23 23 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 L fonction de liison qui est insturée constitue un utre élément centrl du décret. Elle est désignée u sein de l équipe pluridisciplinire pour chque usger dont l sitution complexe, le requiert. Le professionnel qui l ssure pour chque usger visé, ser son référent u fil du prcours dns le réseu de soins ou d ide. Il centre son ction sur les besoins de l usger, coordonne les interventions, grntit les décisions prises et soutient l ensemble du personnel dns l démrche. Il inscrit son ction dns le cdre institutionnel négocié pr l direction dministrtive et contribue à le développer. Cette fonction de liison ne peut fire l impsse d un rpprochement entre l mbultoire et le résidentiel (hospitlier ou non). L incitnt à cette collbortion entre l intr-muros et l extr-muros est donc intégré u sein même du décret qui est entré en vigueur u 1er jnvier 2010.

24 24 2.Cdre politique: Conférence interministérielle Snté publique 14 décembre 2009 Trvux intensifs vec les Communutés et Régions dns le cdre de l Tskforce : rédiger un guide pr Communuté et Région Dte finle : CIM du 26/04/2010 Coordintion : Coordintion : Coordintion fédérle = Mr Bernrd Jcob Coordintion Région Wllonne = Mme Brigitte Bouton Coordintion Région Brx. Cpitle = Mme Sophie Verhegen, Vivette Tsobgni, Khdij Boudig Coordintion Comm. Flmnde = Mme Greet Vn Humbeeck

25 25

26 26 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Composntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Timing

27 27 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement intensif à domicile Crctéristiques du groupe cible Troubles psychitriques mjeurs Soins psychitriques igus à domicile Alterntive à l hospitlistion Des envois pr les services snté mentle, les médecins, Ont églement ccès : les équipes pour les soins ssertifs continus vec qui il existe un trvil en étroite collbortion. Presttions églement en dehors des heures de bureu pour d utres équipes. Porte d ccès possible ux services hospitliers en fonction de l sitution Cselod ser défini en fonction des crctéristiques du groupe cible à tteindre dns l zone déterminée.

28 28 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement intensif à domicile Crctéristiques de l prise en chrge: Intervention mobile rpide, 24h/24 et 7j/7 Evlution rpide dns l environnement pr 2 professionnels, vec impliction de l entourge et du réseu socil. Le suivi peut durer plusieurs jours. L équipe est pluridisciplinire Chque équipe dispose de son psychitre Coordinteur de soins pour chque ptient Réunion d équipe quotidienne et réunion multidisciplinire hebdomdire

29 29 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Com posntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Tim ing

30 30 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement continu pr lien ssertif Crctéristiques du groupe cible Pour les problèmes persistnts et grves, Pour personnes qui ont des ntécédents d dmissions répétées (plusieurs hospitlistions ou tritements intensifs à domicile u cours des 2 dernières nnées). Conformité ux critères : échec dns le suivi d un tritement, ntécédents de violence ou de délit, risque d utomutiltion, bsence de réction u tritement, bus de produits de longue durée, dmission forcée. Progrmme bsé sur: structurtion de l journée, utonomie résidentielle, développement du réseu socil, loisirs, culture, gestion du budget, logement, soutien u trvil/à l emploi.

31 31 3. L nouvelle orgnistion des soins Tritement continu pr lien ssertif Crctéristiques de l prise en chrge: Approche ssertive de type «Cn do». Coordinteur de soins pour chque ptient qui exmine les renvois. Pln de soins toujours bsé sur l évlution: le professionnel s ssure du mintien du suivi et soutient le ptient. Stff : multidisciplinire, un psychitre. 7 jours sur 7, 12h/jour en semine, 8h/jour le W-E.

32 32 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Com posntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Tim ing

33 33 3. L nouvelle orgnistion des soins Réhbilittion et intégrtion Crctéristiques du groupe cible: Pour des ptients présentnt des problémtiques sociles et mentles moins sévères et de longue durée. Personne plus enggée et plus stble. Service à long terme. Accompgnement continu.

34 34 3. L nouvelle orgnistion des soins Réhbilittion et intégrtion Crctéristiques de l prise en chrge: Soins moins intensifs que ceux d une équipe de soins continus pr lien ssertif mis en collbortion étroite vec cette équipe. Adressé ussi pr les équipes de liison de première ligne. Réhbilittion et intégrtion socile et professionnelle. Accompgnement individulisé vec ccès ux ressources de l équipe. Contribution d un psychitre et d une équipe pluridisciplinire. Uniquement durnt les jours ouvrbles de 9h à 17h. Coordinteur de soins pour chque ptient.

35 35 É v it e l d m i s s i o n Générlistes - Misons médicles - Psychitres SSM Détection précoce Week-end Après 17h Tritement intensif à domicile Soins en milieu fmilil SPAD De courte durée / 1 mois LIT D HÔPITAL Logement (hbittion privé et structures d hébergement lterntif) Tritement continu pr lien ssertif (ptients à retours répétés) Chronique Crise / UTI (Unité de Tritement Intensif) Culture Trvil Réhbilittion Conventions INAMI IHP / MSP Postcure Différencition R é s e u M n g e r O r g n i s ti o n n e l Plte-forme de coopértion pour le réseu Pool de moyens, incitnts, réffecttion Com posntes de projets pilotes Accompgnement de projets (coordinteurs) Monitoring-évlution Honorires Tim ing

36 36 3. L nouvelle orgnistion des soins Unité résidentielle intensive Crctéristiques du groupe cible: Besoin d interventions (igues et chroniques) qui ne sont possibles qu en unité résidentielle. L équipe en chrge du tritement intensif à domicile n ps les moyens suffisnts pour ssurer une prise en chrge sûre et déqute. Le niveu d observtion continue et de soins est impossible à tteindre pour l équipe de tritement intensif à domicile. L équipe ne peut éviter les situtions trumtiques liées à l entourge. Admission forcée. Les équipes seront rpidement mobilisées pour un suivi intensif u domicile.

37 37 3. L nouvelle orgnistion des soins Unité résidentielle intensive Crctéristiques de l prise en chrge: Unités spécifiques pour l observtion et l prise en chrge intensive Unités de crise Unités spécilisées pour des groupes cibles spécifiques Unités spécifiques vec un tritement plus long pour un groupe Unités spécifiques vec un tritement plus long pour un groupe cible qui nécessite un environnement sécurisé

38 38 3. L nouvelle orgnistion des soins Vers une pproche globle et intégrée Au déprt de projets pilotes, développement d un modèle opértionnel de trvil en réseu. Un réseu est constitué de l ensemble des cinq fonctions prélblement définies. -Choix du coordinteur de réseu -Désigntion des référents des ressources du réseu Mise en commun des prtiques Mise en plce des procédures -Construction de méthodologies de trvil communes Au modèle de fonctionnement (pr ex: PSI) Résultt du développement d un réseu orgnistionnel -Développement du rôle du «coordinteur de soins» Aboutissement du trvil en réseu u déprt du ptient Pivot d une coordintion centrée sur les besoins du ptient

39 39 3. L nouvelle orgnistion des soins Assouplissement des normes d grément Les hôpitux qui entreront dns un projet pourront profiter de normes d grément plus souples en les ppliqunt de mnière globle u niveu de l hôpitl. L vis du CNEH déjà été rendu. Arrêté Royl en préprtion.

40 40 3. L nouvelle orgnistion des soins Honorires de psychitrie Note u Conseil Générl de l INAMI: Pr illeurs, le montnt qui correspond ux honorires de surveillnce pour les séjours psychitriques qui ne peuvent plus être pris en compte conformément à l'ppliction de l'rticle 107 de l loi sur les hôpitux, reste disponible pour les presttions du psychitre dns le cdre des projets en exécution de l'rticle 107.

41 41 3. L nouvelle orgnistion des soins Honorires de psychitrie Il nous fut cependnt tenir compte du fit que: -Outre les honorires de surveillnce, d'utres honorires sont d'ppliction, p. ex. rpports d'dmission et de sortie, concerttion multidisciplinire dns les services T, ctes neurophysiologiques, psychothérpie en cbinet privé, honorires liés à des responsbilités comme l rémunértion prévue pour le psychitre dns le cdre de l loi sur les dmissions forcées,... -Tnt que les projets uront cours et que le finncement se fer vi une convention B4, il en ir de même pour l rémunértion du psychitre.

42 42 3. L nouvelle orgnistion des soins nécessité d dpter l législtion des IHP et des MSP Constts - 20 ns d existence - Offre ctuelle insuffisnte MSP IHP - Soins de bse pour tous, + soins complémentires (MSP+,MSP-) - Possibilité de courts séjours, + permnence 24h - Plus d ccompgnement intensif si nécessire (IHP+) - Crétion d hbittions uprès des MSP et MRS - Assouplissement des formes de soins

43 43 4.Encdrement de l réforme Soutenir le mngement du chngement. Soutien et ccompgnement dns l crétion et suivi des équipes. Besoins en critères de qulité, de performnce vec objectifs. Enregistrement de données / rpports. Supervision et suivi des projets pilotes : visites - ccompgnement Formtion et coching des coordinteurs de réseu. Formtion des professionnels des équipes. Soutien scientifique.

44 44 5.Déroulement de l procédure Guide biltérl: CIM 26/4/2010 Communictions biltérles: 26/4/ /5/2010 Circulire (description du système + modules) 31/5/2010 Les Régions cndidtes décriront leurs besoins, problèmes et suggestions de solutions ccords de collbortion vec des prtenires de soins, y compris en mtière d inclusion socile. Introduction des projets: 1/11/2010 Sélection des projets: 15/12/2011 Mise en route vec quelques régions cndidtes (supr-institutionnel) pour une période d expérimenttion limitée: 1/1/2011 (contrts B4) Dns un 2 ème temps, élrgissement vers d utres régions Finncement (réffecttion + utres moyens) + honorires + Ticket modérteur (e.. médicments)

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades Les cteurs Osédes 70 intervennts, spécilistes de l crétion d entreprise, prtgent vec vous leur expertise et bonnes prtiques. Retrouvez les cteurs Osedes sur : www.osedes.com Du 12 u 23 novembre 2012 www.osedes.com

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS GUIDE PRATIQUE RÉGIONAL À L'ATTENTION DES PARTICULIERS ET ÉLUS POITOU-CHARENTES PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS J'économise m snté et celle

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292 Fiche technique 96.015 EY-BU 292 : interfce, Votre tout en mtière d'efficcité énergétique SAUTER EY-modulo 2 intégré dns l technologie IP connue Crctéristiques Produit de l fmille de systèmes SAUTER EY-modulo

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO.

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO. UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO pr SYLVAIN TELLIER PROPOSITION D'UN CADRE DE RÉFÉRENCE FAVORISANT

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Voisines. L entretien et les réparations à la loupe. Débarrassez-vous de vos encombrants mais pas n importe comment!

Voisines. L entretien et les réparations à la loupe. Débarrassez-vous de vos encombrants mais pas n importe comment! Besoin d espce? Débrrssez-vous de vos encombrnts mis ps n importe comment! Le chuffge collectif : des chrges qu il fut mîtriser Voisins Voisines Le mgzine des loctires de l OPH Montreuillois Numéro 15

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

Deuxièmement. les. donc. des. compétences clefs. Certaines activités. suffit. penser au développement de tout un secteur de. production.

Deuxièmement. les. donc. des. compétences clefs. Certaines activités. suffit. penser au développement de tout un secteur de. production. évolution 1 ttention être ccompgne L s: rendre meur service u meur coût spécilités Dorénvnt chngement extemlistion - s - remise Certes ccompgne intéressnt Ce innovtions Invir rô rgument loclistion centre

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

omté emploi formation insertion Franche-Comté

omté emploi formation insertion Franche-Comté e g s s i t n e r p -C p ' l E F he n rnc omté 2013 2014 emploi formtion insertion Frnche-Comté un premier ps vers l'emploi! L'pprentissge Cette nnée, en Frnche-Comté, plus de 10 200 pprentis sont formés

Plus en détail

12Planet ConferenceServer

12Planet ConferenceServer Présenttion solution 12Plnet ConferenceServer Orgniser des conférences, débts ou interviews en temps réel sur le Web ou sur votre Intrnet ConferenceServer principles fonctionnlités Fonction de modértion

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois

Les Dossiers Du Mois Les Dossiers Du Mois # 005 Août 2012 L formtion et l'emploi pour dire non à l violence MINUSTAH 2 Sommire Pge 3 L formtion et l'emploi pour dire non à l violence Pge 7 Gonïves: Des trvux d'infrstructure

Plus en détail

MANUEL DE GESTION ISO 9001:2008

MANUEL DE GESTION ISO 9001:2008 MANUEL DE GESTION MANAGEMENT MANUAL ISO 9001:2008 1044, Renult St-Jen-Chrysostome (Québec) Cnd G6Z 2Y8 Tél. : (418) 834-4495 / Fx : (418) 834-4339 info@dxplstiques.com Mnuel de gestion Numéro : MDG Révision

Plus en détail

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 08/09/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Intérêt de l isocinétisme dans le bilan et la rééducation d un genou opéré. Docteur Patrick GAUTHIER

Intérêt de l isocinétisme dans le bilan et la rééducation d un genou opéré. Docteur Patrick GAUTHIER Intérêt de l isocinétisme dns le biln et l rééduction d un genou opéré Docteur Ptrick GAUTHIER INTERET DE L ISOCINETISME DANS LE BILAN ET LA REEDUCATION D UN GENOU OPERE Dr Ptrick GAUTHIER SPORTIVA ISOCINETISME???

Plus en détail

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area TRm «Gestion de l Toxicité en zone Rmsr» Toxicity mngement in Rmsr re Progrmme Evlution et réduction des risques liés à l utilistion des Pesticides Rpport finl- Juillet_2014 CIHEAM-IAMM 3191 Route de Mende

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Clapets coupe-feu. The art of handling air. Type FKA-EU Testé conforme à la norme EN 1366-2. FKA-EU/DE/BE/fr

Clapets coupe-feu. The art of handling air. Type FKA-EU Testé conforme à la norme EN 1366-2. FKA-EU/DE/BE/fr FKA-EU/DE/BE/fr Clpets coupe-feu Type FKA-EU Testé conforme à l norme EN 1366-2 conformément à l Déclrtion de performnce DoP / FKA-EU / DE / 2013 / 001 The rt of hndling ir Contenu Description Description

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Les maladies respiratoires ont rarement été considérées comme des priorités de santé

Les maladies respiratoires ont rarement été considérées comme des priorités de santé G U I D E P R É V E N T I O N Les mldies respirtoires un enjeu mjeur de snté publique ÉDITORIAL Ne nous y trompons ps. Il n y ur ps en Frnce de mîtrise durble et efficce des dépenses d ssurnce mldie sns

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances Evlution de l performnce des brrges poids bsée sur l formlistion et l grégtion des connissnces Curt Corinne 1, Perldi Audrey 1, Félix Huguette 1 1 Irste, UR OHAX Ouvrges Hydruliques et Hydrologie, 375

Plus en détail

Commencer DCP-J4110DW

Commencer DCP-J4110DW Guide d instlltion rpide Commencer DCP-J40DW Veuillez lire le Guide de sécurité du produit vnt d'instller l'ppreil. Lisez ensuite ce Guide d'instlltion rpide pour connître l procédure de configurtion et

Plus en détail

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques Choix binires vec influences sociles : mode d emploi et conséquences économiques Denis Phn * * CREM UMR CNRS 6, Université de Rennes /3/5 Résumé : Cette note propose une synthèse de quelques trvux conscrés

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

C.A.E.S.C Questions juridiques

C.A.E.S.C Questions juridiques C.A.E.S.C Questions juridiques Clu: DOMVAST CANIN CLUB Mettre votre réponse dns le crré situé en fce de chque question, près voir imprimé le document. 1. L identifiction pr implnt électronique ou ttouge

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

COACHER VOS COLLABORATEURS

COACHER VOS COLLABORATEURS 59000 LILLE COCHER VOS COLLBORTEURS Pourquoi POUR coacher LE MONDE vos UTO collaborateurs? 1. Le coaching : de quoi s agit-il? 2. SOLUTIONS Quel RH déroulement pour une action de coaching? 3. Quels comportements

Plus en détail

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE Les plates-formes de santé mentale AR de 1990 : création des associations de PF OBJECTIF > organiser la concertation en matière

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Couche réseau. Circuits virtuels. Modèle de service de la couche réseau. Circuits virtuels : protocoles de signalisation

Couche réseau. Circuits virtuels. Modèle de service de la couche réseau. Circuits virtuels : protocoles de signalisation ouche réseu Fonctionnlités de l couche réseu Objectifs : omprendre les principes sous-jcents de l couche réseu : routge (choix du chemin) Pssge à l échelle omment fonctionne un routeur escription du routge

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives essis dossier u LES AUDIOPROTHÉSISTES AU BANC D ESSAI p. 46 u UN APPAREIL ADAPTÉ À VOS BESOINS p. 50 u FAIRE BAISSER LA FACTURE? PAS SI SIMPLE p. 52 Prothèses uditives Oser s équi AUDIOPROTHÉSISTES Fe

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal Clients légers IGEL et bureux virtuels : synergie idéle et coût miniml Infrstructure de bureux virtuels vec clients légers IGEL Universl Desktop : Une plus grnde liberté de conception pour vos postes de

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

Plan de formation Employée/Employé de commerce CFC du 26 septembre 2011 pour la formation initiale en entreprise. Tables des matières

Plan de formation Employée/Employé de commerce CFC du 26 septembre 2011 pour la formation initiale en entreprise. Tables des matières Plan de formation Employée/ du 26 septembre 2011 pour la formation Tables des matières LISTE DES BRÉVITIONS... 3 INTRODUCTION... 4 1. IMPORTNCE DE L FORMTION COMMERCILE POUR L ÉCONOMIE ET L SOCIÉTÉ...

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Guide de référence installateur

Guide de référence installateur Guide de référence instllteur Dikin Altherm sse tempérture iloc + ERLQ004 006 008CA EHVH04S18CA3VF EHVH08S18CA3VF Guide de référence instllteur Dikin Altherm sse tempérture iloc Frnçis Tle des Mtières

Plus en détail

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3 MERS-Les-Bins Mer et lumières JOURNAL MUNICIPAL - PRINTEMPS 2012 - N 40 S T A T I O N B A L N É A I R E E T D E T O U R I S M E S TA T I ON V ER TE D E VA C A NCE S Urbi &Orbi Architecture Csino : LES

Plus en détail

Paul Horowitz & Winfield HiIl

Paul Horowitz & Winfield HiIl m m Pul Horowitz & Winfield HiIl I l, m VOLUME 1 TECHNIQUES ANALOGIQUES m m m m m m / l E LE KTO R m m m m TABLE DES MATIÈREiS PRÉFACE XVII 1 LES BASES INTRODUCTION 1 TENSION. COURANT ET RÉSISTANCE 1.1

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre.

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre. 7 Hond : ANNÉES CONSÉCUTIVES ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondge de WhtCr? en Angleterre. Rel Time All Wheel Drive CONDITIONS FESTIVAL 2013 CR-V 2.2 i-dtec diesel 150 ch 5,6 l/100 km CR-V 2.2

Plus en détail

Réseaux secs Réseaux secs

Réseaux secs Réseaux secs p7 l Nos solutions hmres télécom p76 l Guides de choix - hmres télécom p78 l Stndrds p80 l Morphée p8 l Spécifiques pour réseux divers p8 l ccessoires oîtes pvillonnires p86 l Boîtes 5 x 5 et 0 x 0 p88

Plus en détail

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1.

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1. T/TR 01-01 Pge 3 r+ 1. EQUIPMENT CONCERNE L interconnexion numerique interntionl pour le service visiophonique et de visioconf&ence necessite l stndrdistion des principux prmttres num&iques tels que d~it,

Plus en détail