FINANCEMENT DES SERVICES DE SANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FINANCEMENT DES SERVICES DE SANTE"

Transcription

1 Agence Européenne Pour le Développement Et la Santé FINANCEMENT DES SERVICES DE SANTE Version 1996 Ce document à été rédigé par (par ordre alphabétique) : d'altilia J-P (1) de Lamalle J-P (1) Declerck M. (2) Gendebien P. (1) Goemaere E. (2) Henkens M. (2) Humblet P. (2) Kessler W. (1) Matthys F. (2) Morin E. (1) Packer I. (1) Schmets G. (1) Wuillaume F. (2) AEDES scrl (1) Agence Européenne pour le Développement et la Santé 34 rue Joseph II 1000 Bruxelles - Belgique (2) Médecins Sans Frontières 94 rue Dupré 1090 Bruxelles - Belgique Rue Joseph II, 34 B-1000 Bruxelles Téléphone 32 (0) Fax 32 (0) RCB TVA BE FORTIS

2 TABLE DES MATIERES PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE GENERALE INTRODUCTION EVOLUTION HISTORIQUE DU FINANCEMENT DES SERVICES DE SANTE EN EUROPE L'assistance aux indigents Le secours mutuel L'assurance sociale La sécurité sociale Les systèmes actuels de protection sociale et leur financement LE CONTEXTE DANS LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT Des systèmes de santé hérités de l'époque coloniale Changements depuis les années Le financement public de la santé Le désengagement de l'etat en matière de financement des services de santé Le niveau des dépenses publiques et privées pour les services de santé L'évolution de la répartition des dépenses publiques pour l'etat Une répartition déséquilibrée des ressources publiques consacrées à la santé Les ressources pour les dépenses en médicaments L'aide extérieure Conséquences LES GRANDS THEMES DE REFORME DES SYSTEMES DE SANTE DANS LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT Les soins de santé primaires Les soins de santé primaires sélectifs Les soins intégrés et le district sanitaire La remise en question de la gratuité des soins et le recouvrement des coûts L'instauration d'une tarification des soins L'agenda de la Banque Mondiale et l'initiative de Bamako Le débat sur les implications économiques et sociales Les nouvelles perspectives La "privatisation" Clarification du concept de "privatisation" Implication de la privatisation «Investir dans la Santé» et la privatisation La création de marchés publics et la mise en concurrence Conclusion...27

3 PARTIE II : LES ASPECTS FINANCIERS D UN PROGRAMME DE SANTE DIAGNOSTIC DE SITUATION ET PROGRAMMATION INTRODUCTION L'ETAPE D'ANALYSE DU DIAGNOSTIC DE SITUATION Le cadre économique Le cadre économique national Le cadre économique de la zone d'intervention Les dispositions légales en matière de financement Le contexte politique Les ressources mobilisées Le système financier L'accès aux soins ETABLISSEMENT DES PRIORITES ET DEFINITION DES OBJECTIFS Les caractéristiques des projets structurels et des interventions d'urgence chez MSF La balance des objectifs PLAN D'OPERATION, IDENTIFICATION DES COUTS ET DES RESSOURCES Plan opérationnel Les réformes économiques et les réformes organisationnelles La communauté servie Les services fournis Identification des coûts et budget indicatif Classification principale par «inputs» Classifications secondaires Valeurs indicatives Identification des partenaires au financement Niveau de la participation financière de la population Faire payer la population : la décision Le taux de recouvrement des coûts La dynamique des objectifs Adaptation du plan opérationnel Le chronogramme des étapes d'analyse et de prise de décisions...56

4 TROISIEME PARTIE : LA MISE EN OEUVRE DE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES POPULATIONS LE PAIEMENT DIRECT ET L UTILISATION DES RECETTES INTRODUCTION LA MISE EN PLACE D'UNE TARIFICATION La tarification des médicaments Critères d'impact de la tarification Modes de paiement des médicaments Tableau d évaluation des modes de paiement Exemple de tarification La tarification des actes La tarification combinant les actes et les médicaments LA FIXATION DU NIVEAU DE TARIFICATION CAPACITE ET VOLONTE DE PAYER La volonté de payer dans la limite de la capacité de payer Outils destinés à contribuer à la fixer la tarification La protection des plus démunis Problématique de l exclusion Types d exclusion Mesures de lutte et indicateurs de mesures Identification et prise en charge des «indigents» LA GESTION DES RECETTES Le circuit de l argent Principes de base Etude de cas n 1 - Tombouctou (Mali) et Guinée Forestière (Guinée - Conakry) Etude de cas n 2 - Tchad (Mayo-Kebbi) Des questions à se poser en mettant en place le circuit de l argent La gestion des recettes et le comité local Fonction et statut des structures de gestion Type de structures de gestion Le fonctionnement des structures de gestion Quelques expériences En guise de conclusion L utilisation des recettes Les incitants financiers pour le personnel de santé L approvisionnement de médicaments Les problématiques liées à l inflation et à la convertibilité des devises...90

5 PARTIE IV : LA MISE EN OEUVRE DE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES POPULATIONS - LES SYSTEMES DE PREPAIEMENT ET D ASSURANCE INTRODUCTION NOTIONS GENERALES Le prépaiement Risque La solidarité Mutuelle et assurance TYPOLOGIE DES FORMES D'ASSURANCE DE SANTE LES OBJECTIFS DES SYSTEMES D'ASSURANCE ET DE PREPAIEMENT LA FORMULE DE CALCUL DE PRIX DU PREPAIEMENT OU DE LA PRIME D'ASSURANCE Des formules théoriques de calcul de prix et de primes Le calcul des prix ou de la prime en pratique LES PROBLEMES DES SYSTEMES D'ASSURANCE Le risque de surconsommation des assurés ("moral hasard") Le risque de sélection adverse parmi les assurés Les risques liés à la qualité et a l'efficience du système de remboursement Les risques liés à la participation de la population COMPARAISON DU PAIEMENT DIRECT ET DE L'ASSURANCE ETUDE DE CAS MSF CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS PARTIE V : EVALUATION INTRODUCTION BILAN SIMPLIFIE AU NIVEAU D UN DISPENSAIRE RURAL OUTILS D EVALUATION DE L EXCLUSION FINANCIERE PROCESSUS D AMELIORATION CONTINU DE LA QUALITE DES SOINS POINTS DE REPERE POUR L EVALUATION D UN SYSTEME D ASSURANCE LOCAL.110 ANNEXES LE HIT PARADE DES QUESTIONS - NOS TENTATIVES D Y REPONDRE GLOSSAIRE...120

6 LISTE DES ENCADRES Ajustement structurel... 3 L appui au programme des agents de santé villageois à Todos Santos (Guatemala) Les éléments clefs de l'initiative de Bamako Participation financière de la population au Mayo-Kebbi (Tchad) Le recouvrement des coûts dans les structures publiques de santé en Afrique (1993) Le Réseau de N'Djaména Exemples sélectionnés d'incitants et de régulations relatifs à la croissance du secteur privé Expérience de sous-traitance dans des programmes où intervient MSF Le district opérationnel Etapes de la planification Extrait de l'arrêté interministériel N O94 MSP-AS/MIDB/MFC fixant les modalités de gestion des services socio-sanitaires de Cercle et de Commune (MALI) en date du 15 mars Circuit financier des recettes provenant de la tarification forfaitaire - Magasin-Santé à Tombouctou - Mali Démarche de fixation des priorités Balance des objectifs de recouvrement Un hôpital peut-il organiser une consultation de 1er niveau? L expérience de la Guinée Identification des coûts - Classification primaire par «inputs» (Basankusu, Zaïre) Budget en nature (Equateur, Zaïre) Budgétisation des coûts directs d un centre de santé (par niveau et par activité) - Iles Salomon La perspective dynamique du partage des coûts Perspective de partage des coûts à l hôpital régional de N Zérékoré (Guinée) Principes de négociation pour l intervention à l hôpital de Paksé (Laos) Capacité et volonté de payer pour des services de santé à l'hôpital de Kismayo (Somalie, 1994) Adaptation des objectifs du programme MSF en Equateur (Zaïre) Chronogramme des étapes d analyse et de prise de décisions - Chronogramme réaliste pour un projet favorisant un degré élevé de pérennité Forfait global au Mali Paiement au médicament subventionné Avantages et inconvénients des différents système de tarification Exemples de tarification combinant actes et médicaments Budget de dépenses courantes - Monrovia (Libéria) Fond d indigents - District de Champassak (Laos) Procédures de gestion et de contrôle de l'argent Circuit de l argent - Mayo-Kebbi (Tchad) Système de primes au niveau des centres de santé en Guinée Circuit d achat de devises de la centrale d achat - N Zérékoré Assurance pour les références de réfugiés dans les hôpitaux de Guinée Forestière Objectifs de la mutuelle au centre de santé de Kongolo (Zaïre) Calcul du prix du prépaiement - Centre de santé de Kongolo (Zaïre) Calcul de la prime d'assurance dans le district de Bwamanda (Zaïre) Fonctionnement sur base de prime individuelle au centre de santé de St-Alphonse (Zaïre) Sélection des risques à Bokoro (Zaïre) Mesures de priorités perçues par la population au Rwanda ( )... 98

7 ABREVIATIONS AEDES AGCD ASV AT BIMU BM CdA CPN CS DG DO DPS F CFA FAC FED FMI GOBI GTZ HCR HP HR IMTA IRS JAL LSTM MCD MCH MEG MSF MSP MST NC OCDE OMS ONG PARLS PC PEV PF PMA PNB PS PSI PVD QS RDC RH RO SCF SI$ SIDA SNIS SSP TBC UE UNICEF US$ Agence Européenne pour le Développement et la Santé Agence de Coopération au Développement (Coopération Belge) Agent de Santé Villageois Agent Technique Bamako Initiative Management Unit Banque Mondiale Centrale d Achat Consultation Pré-Natale Centre de Santé Direction Générale District Opérationnel Direction Préfectorale de la Santé Franc CFA Coopération Française Fonds Européen de Développement Fond Monétaire International Growth monitoring, Oral rehydration, Breast feeding and Immunisation Coopération Allemande Haut Commissariat aux Réfugiés Hôpital Préfectoral Hôpital Régional Institut de Médecine Tropicale d Anvers Inspection Régionale de la Santé Coopération Japonaise London School of Tropical Medicine Médecin Chef de Préfecture Médecin Chef de l Hôpital Médicaments Essentiels (sous forme) Générique Médecins Sans Frontières Ministère de la Santé Publique Maladie Sexuellement Transmissible Nouveau Cas Organisation de Coopération au Développement Economique Organisation Mondiale de la Santé Organisation Non Gouvernementale Programme d Appui aux Réfugiés Libériens et Sierra Léonais Premier Contact Programme Elargi de Vaccination Planning Familial Paquet Minimum d Activités Produit National Brut Poste de Santé Poste de Santé Intégré Pays en Voie de Développement Qualité des Soins Recouvrement des Coûts Ressources Humaines Recherche Opérationnelle Save the Children Fund Dollar des Iles Salomons Syndrome Immunitaire Système National d Information Sanitaire Soins de Santé Primaire Tuberculose Union Européenne United Nations Children s Fund Dollar des Etats Unis d Amérique

8 AEDES 1 Document Financement PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE GENERALE INTRODUCTION Avant d'aborder la problématique du financement des services de santé dans les pays en voie de développement, zone d'intervention privilégiée de MSF, les grandes étapes de la mise en place de systèmes de financement de services de santé en Europe seront brièvement parcourues. Ce premier chapitre est destiné à fournir une référence sur le contexte évolutif vers l'universalité des soins bien plus que de proposer des exemples ou des modèles. Le second chapitre décrit le contexte dans lequel se développe le financement des services de santé dans les pays en voie de développement. La problématique liée au financement de l'etat et de l'assistance extérieure est abordée. Le troisième chapitre présente brièvement des grands thèmes de réformes des systèmes de santé dans les pays en voie de développement. 1 EVOLUTION HISTORIQUE DU FINANCEMENT DES SERVICES DE SANTE EN EUROPE De manière générale, les systèmes de financement des soins de santé en Europe ont évolués vers des systèmes où le patient ne supporte pas directement l'entièreté du coût des soins qui lui sont prodigués. L'évolution s'est faite en partant de l'assistance aux indigents (1.1) et d'initiatives solidaires (1.2) vers une solidarité plus générale avec une intervention de l'etat sous forme d'assurance sociale (1.3) ou de sécurité sociale (1.4 et 1.5). 1.1 L'ASSISTANCE AUX INDIGENTS C'est sur un principe de charité enseigné par les Eglises qu'au Moyen Age s'est développé en Europe une assistance aux indigents. Sans qu'il y ait d'engagement de la collectivité, ni de système de financement précis, des malades indigents sont accueillis dans des hospices et des hôpitaux. Les financements proviennent de dons individuels motivés par la recherche de paix sociale, de grâces divines ou de réputation sociale. L'intervention de l'etat va permettre l'organisation et la réglementation d'une assistance sociale. En Angleterre au début du XVIIème siècle, l'assistance aux indigents, organisée au niveau paroissial, est financée par une taxe spéciale. En France, l'assistance va progressivement se laïciser sous l'influence de nouvelles tendances philosophiques. Le droit à l'assistance est progressivement reconnu par l'etat. 1.2 LE SECOURS MUTUEL Le secours mutuel est la forme la plus élémentaire de la solidarité. Il s'exerce sur des groupes restreints clairement identifiés. En Europe, au Moyen Age, au-delà de la solidarité familiale, se développe un secours mutuel centré sur les corporations professionnelles. Ces corporations constituent des fonds de solidarité alimentés par la contribution de leurs membres. Ces fonds permettent le paiement d'indemnités aux membres en arrêt de travail pour cause de maladie.

9 AEDES 2 Document Financement 1.3 L'ASSURANCE SOCIALE Au début du XVIIème, une forme d'assurance sociale est crée par Henri IV, roi de France. Il prescrit un prélèvement sur les bénéfices des mines du royaume afin de financer des médicaments et un chirurgien sur le lieu de travail. L'apparition d'une assurance sociale obligatoire remonte cependant à la fin du XIXème. En 1883, dans l'empire allemand sous Bismarck, des lois sur l'assurance-maladie, l'assurance-accident et l'assurance vieillesse-invalidité sont promulguées. Le fonds social constitué par les contributions des employeurs et des salariés ne couvre cependant que les salariés. Ce fonds finance les médecins. Les premières tarifications de prestations et de sélection de prestataires agréés datent de cette époque. Ce système d'assurance procède d'une part d'une volonté de contrôle du mouvement ouvrier social démocrate et d'autre part d'un souci de rentabilité en favorisant la bonne santé et la mobilité du travailleur. 1.4 LA SECURITE SOCIALE La Révolution russe de 1917 instaure un système complet de sécurité sociale. L'Etat se considère comme responsable de la santé des individus et de leur accès aux services de santé. Ces derniers sont entièrement financés par le budget de l'etat. Les prestataires de soins sont fonctionnarisés. En Angleterre, après la seconde guerre mondiale, Sir Beveridge dessine un système de santé du même type où les prestataires de soins sont des fonctionnaires payés par l Etat. Le financement est assuré par les revenus des taxations. Les soins sont gratuits pour tous les patients. L objectif est de garantir un accès aux soins pour tout le monde sans limitation financière. La nouveauté, c est la couverture universelle : la Sécurité Sociale est étendue à tous les citoyens comme un droit. Tout citoyen est automatiquement couvert sans référence à sa catégorie socioprofessionnelle ou à ses cotisations antérieures. La Sécurité Sociale dans l esprit de Beveridge est liée à la garantie d une sécurité du revenu, donc liée à une politique du plein emploi. 1.5 LES SYSTEMES ACTUELS DE PROTECTION SOCIALE ET LEUR FINANCEMENT La sécurité sociale et l'assurance sociale sont les deux principaux systèmes de protection sociale en Europe. La sécurité sociale, assurant une protection légale universelle de toute la population, est gérée par l'etat (Royaume-Uni, Suède) ou par des assureurs avec libre choix (Pays-Bas). L'assurance sociale, quant à elle, assure une protection légale socioprofessionnelle. Elle est gérée par l'etat et les partenaires sociaux (France, Allemagne, Belgique). Il existe trois sources principales de financement des systèmes de protection sociale : - fiscalisation complète pour la sécurité sociale (Royaume Uni, Irlande et Danemark); - paiement par cotisation pour les assurances sociales (France, Luxembourg et Allemagne); - financement tripartite : cotisations salariales, patronales et fiscalisation partielle (Belgique et Espagne). La crise de «l Etat-providence» marque ces deux dernières décennies. La croissance constante des prélèvements obligatoires (sommes des impôts directs, indirects et des cotisations sociales) a des limites. Des politiques de freinage des dépenses sociales sont mises en place. Cette crise est accompagnée d une mise en cause de la prolifération réglementaire, des lourdeurs administratives avec leurs retombées négatives sur les coûts du système. 2 LE CONTEXTE DANS LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT

10 AEDES 3 Document Financement Le contexte actuel dans les pays en voie de développement est marqués par l'héritage des systèmes de santé de l'époque coloniale (2.1) et des changements économiques, politiques, épidémiologiques et démographiques de ces trois dernières décennies (2.2). Les conséquences en termes de la participation de l'etat et de l'aide extérieure au financement des services de santé seront discutés (2.3 à 2.5) avant de passer en revue les principales réformes qui ont marqués ces quinze dernières années (chapitre 3). 2.1 DES SYSTEMES DE SANTE HERITES DE L'EPOQUE COLONIALE Depuis l époque coloniale, jusqu à une période récente, les systèmes de santé de la plupart des pays en voie de développement étaient caractérisés par leur complète gratuité pour les utilisateurs. Dès la fin du XIXème siècle, les entreprises et l'etat se montrent d'avantage soucieux de la santé du personnel exposé aux maladies tropicales. Ils organisent d'abord des services de santé pour le personnel expatrié. Plus tard, dans un souci de rentabilité, ils organisent des services pour les employés locaux. Les missions religieuses s'implantant dans les nouveaux territoires développent des services de santé comme stratégie de christianisation. Les systèmes de santé dans les colonies développent des caractéristiques différents en fonction des Etats qui les mettent en place. En Afrique francophone, l'organisation de la lutte contre les grandes endémies est organisée de manière verticale, sans aucun lien avec le réseau des centres de santé et des hôpitaux. Les Britanniques se concentrent sur les hôpitaux dont ils font des centres d'excellence. Les Belges développent la notion de district sanitaire et mettent en place des équipes mobiles rattachées aux hôpitaux de districts. L'aspect institutionnel lié à l'autorité est cependant une des caractéristiques communes de ces systèmes de santé. Après l'indépendance, les systèmes de santé restent principalement publics et conservent leur forme institutionnelle liée à l'autorité. Les systèmes de santé deviennent la responsabilité des jeunes états. La gratuité officielle des services de santé est maintenue dans la majorité des pays jusqu'à la fin des années 80. Justifiée partiellement par des raisons d'équité sociale, la gratuité est également un argument politique des régimes en place jugés sur base de leur prodigalité sociale. Les services de santé des missions religieuses subsistent de manière plus ou moins importante au côté du réseau public. 2.2 CHANGEMENTS DEPUIS LES ANNEES 60 Des changements économiques, démographiques, épidémiologiques et politiques ont fortement marqué ces dernières décennies. Changements économiques La crise économique mondiale marquée par les crises pétrolières des années 70 ainsi que par l endettement à outrance de nombreux états ont atteint en profondeur les économies des pays en voie de développement. Devant la difficulté d'équilibrer les comptes nationaux, ces pays ont progressivement été contraints d'accepter les conditions imposées par les institutions financières telles que la Banque Mondiale ou le Fonds Monétaire International. Ces derniers font pression sur les pays endettés pour qu'ils acceptent des programmes d'ajustement structurels de leur économie. Encadré 1. Ajustement structurel Depuis les années 80, certains pays connaissent un déficit tel qu il ne peut plus être corrigé en 12 ou 18 mois comme le prévoyaient les programmes dits de stabilisation du FMI. Le rétablissement de l économie exige des changements de la structure même de cette économie et plus seulement des adaptations de la politique monétaire et fiscale. Ces changements nécessitent du temps et des investissements. Les pays qui rencontrent de telles difficultés peuvent recevoir des «prêts d ajustement structurel» et réaliser des «programmes d ajustement structurel». Les programmes d ajustement structurel comprennent une série de mesures visant, entre autres, à : - réduire les dépenses (en particulier, en diminuant la demande de biens d importation); - réorienter les ressources productives (travail et capital) vers les secteurs rentables (secteur marchand plutôt que secteur non-marchand);

11 AEDES 4 Document Financement - favoriser les investissements par rapport à la consommation; - favoriser les exportations; - libéraliser le commerce; - réduire le rôle de l Etat dans l économie; - réduire le déficit du secteur public. Parmi ces mesures, on retrouve : - une offre réduite de monnaie; - la dévaluation de la monnaie; - la diminution des restrictions d échanges de monnaie; - le contrôle des salaires; - la fixation des quotas d importation; - la taxation des importations; - la subsidiation des exportations; - la diminution des subventions de biens de consommation (dont les aliments); - la réduction des dépenses publiques touchant en priorité le secteur social; - des privatisations; - des réformes fiscales; - la réforme des prix; - etc... Le point de vue prédominant dans la conception des programmes d ajustement structurel est un point de vue macro-économique et porte peu de considération à la répartition des revenus ou de certains groupes sociaux particuliers. Le suivi des résultats de ces programmes se base sur quelques indicateurs dont le taux de croissance de la masse monétaire, le ratio de déficit par rapport au PNB, etc... Peu d attention est accordée aux performances de l économie réelle et aux indicateurs de bien-être (niveau de pauvreté, degré de malnutrition, etc...). Les conséquences sont une diminution du pouvoir d achat, une augmentation des prix des aliments qui étaient subventionnés, la diminution des prestations sociales, le libre rapatriement des bénéfices faisant le jeu des multinationales et, en définitive, un accroissement des inégalités. Secondairement, des mesures d accompagnement ont été inclues en vue de limiter les conséquences sociales : on parle d ajustement structurel à visage humain. Ces programmes sont fortement encouragés par la Banque Mondiale et le FMI qui conditionnement leurs crédits et garanties à la mise en oeuvre de tels programmes. Changements politiques Les ajustements des économies sont menés par des politiques de privatisation et par d'autres moyens mis en oeuvre pour diminuer le rôle de l'etat. A la fin des années 80, les gouvernements à travers le monde réduisent leurs responsabilités dans le secteur public en s'éloignant du financement et de l'approvisionnement des services tout en conservant un contrôle régulateur et financier. Le passage vers des systèmes pluralistes de gouvernement a également marqué le contexte politique des pays en voie de développement. Ce passage s'est opéré principalement dans les années 80 en Amérique Latine et au début des années 90 en Afrique. Changements démographiques La diminution du taux de natalité enregistrée dans certains pays (dont la Chine) ne compense pas, en termes d accroissement de populations, les effets de la diminution du taux de mortalité infantile ou l augmentation de l espérance de vie. La transition démographique s opère de façon inégale dans les PVD, qui sont toujours caractérisés par des taux de croissance importants. Les migrations de populations rurales vers les centres urbains se poursuivent et s'accélèrent entraînant des problèmes spécifiques (voir Document Santé Urbaine). Changements épidémiologiques A l'exception de certaines maladies comme le SIDA, la mortalité spécifique des maladies infectieuses diminue sur le plan mondial. En raison des changements démographiques, les maladies chroniques/non-infectieuses (maladies cardio-vasculaires) deviennent les causes principales de mortalité. Cette transition épidémiologique se fait cependant de manière très inégale. Des pathologies considérées comme éradiquées dans certaines régions réapparaissent (Tuberculose, Trypanosomiase,...). Selon la Banque Mondiale, l'accroissement de la résistance aux traitements disponibles du parasite de la malaria pourrait doubler le taux de mortalité et provoquer d'ici quelques années 2 millions de morts

12 AEDES 5 Document Financement par an. Les changements dans le profil des mortalités concernent pour l'instant en priorité les pays à industrialisation récente (Amérique Latine, Asie du Sud-Est). Par ailleurs, la pandémie du SIDA affecte en profondeur les services de santé. La maladie occupe déjà la première place parmi les causes spécifiques de mortalité chez les jeunes adultes dans beaucoup de pays. Les pays en voie de développement sont particulièrement touchés avec plus de 80% du total des cas de HIV positif rapportés vivants (Banque Mondiale, 1993) (UNAID 1996). 2.3 LE FINANCEMENT PUBLIC DE LA SANTE Le désengagement de l'etat en matière de financement des services de santé Malgré l'augmentation des besoins en matière de santé qui découlent des changements épidémiologiques et démographiques, on assiste a une diminution des dépenses publiques de santé due à la crise économique et aux pressions sur les dépenses publiques. Les graphiques suivant illustrent l'évolution de la part de la santé dans le budget de l'etat au Mali depuis la fin des années 60. Il apparaît que les efforts du Gouvernement ont faiblis progressivement depuis Le budget de la santé représentait alors 9% du budget de l'etat. En l'espace de 20 ans, cette proportion a diminué de près de 50% (graphique 1). Entre-temps le produit national brut par personne augmentait de l'ordre de 50% (graphique 2).

13 AEDES 6 Document Financement Graphique 1 : Part de la santé dans le budget de l'etat - Mali ,0 8,0 7,0 6,0 5,0 % 4,0 3,0 2,0 1,0 0, Année Source : Budget du Ministère de la Santé Publique du Mali. Graphique 2 : PNB par personne F CFA/pers Année Source : Banque Mondiale (1987) et (1991) Le Mali se situe en peu en deçà de la moyenne de 5% du budget de l'etat consacré à la santé observée dans les pays de l'afrique sub-saharienne et sensiblement en deçà des 8% souvent recommandés par l'oms.

14 AEDES 7 Document Financement Contrairement à d'autres rubriques du budget de l'etat, on constate que les dépenses engagées dans le domaine de la santé ne correspondent pas toujours aux dépenses votées. Les graphiques cidessous présentent le cas du Tchad où les restrictions budgétaires des années 85 à 90 ont affecté l'engagement des dépenses en santé. Ceci se répercute bien évidemment sur les budgets en périphérie. Pour la série de données analysées, le budget engagé pour la santé en fonction du budget de la santé voté est au plus bas en 1985 avec un rapport de 67% (graphique 3). L'analyse macroéconomique doit donc s'attacher au budget engagé et non au budget voté (graphique 4). Graphique 3 : Evolution du budget santé au Tchad ( ) % budget santé voté et engagé Année Source : Annuaire statistique BSPE, Ministère de la Santé, Tchad. Graphique 4 : Evolution du budget santé du Tchad ( ) 8 7 % ,1 3,7 2,9 3,8 4,2 4, ,9 3 2,9 2,5 3 3, Année Série2 : % du budget tel que engagé Série1 : % du budget santé tel que voté Source : Annuaire statistique BSPE, Ministère de la Santé, Tchad.

15 AEDES 8 Document Financement Le niveau des dépenses publiques et privées pour les services de santé Le désengagement de l'etat en ce qui concerne le financement du système public des services de santé entraîne le recours à des financements privés et le recours à l'aide extérieure (hors aide au budget de l'etat). Une étude de Brunet-Jailly et al. (Brunet-Jailly et al., 1989), comparée avec celle de Rasera (Rasera, 1986), rapporte qu'au Mali, les coûts de fonctionnement sont supportés par l'etat pour 23%, par le budget familial pour 75% et par l'aide extérieure pour 2%. Le tableau et les graphes ci-dessous présentent pour une série de pays les niveaux de dépenses totales, privées et publiques consacrées aux services de santé en 1990 (Tableau 1 et graphiques 5 à 7). Graphique 5 : Dépenses en santé par personne (1990) Dépenses privées Dépenses publiques Chili Zaïre Tchad Somalie Mozambique Inde Chine Burkina Faso 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70%80% 90%100% % des dépenses totales en santé Note : Aide extérieure soutenant principalement le secteur public Source : Banque Mondiale (1993).

16 AEDES 9 Document Financement Tableau 1 : Pays à revenu faible Bangladesh Burkina Faso Chine Ghana Inde Kenya Mali Mozambique Somalie Tchad Zaïre Pays à revenu intermédiaire inf. Chili Maroc Philippines Turquie Pays à revenu intermédiaire sup. Brésil Mexique Pays à revenu élevé Royaume Uni Etats Unis Dépenses totales en santé/pers. Dépenses publiques en santé/pers. Dépenses privées en santé/pers. % du PNB en $ % du PNB en $ % du PNB en $ 3,2 % 8,6 % 3,5 % 3,5 % 6,0 % 4,3 % 5,2 % 6,0 % 3,1 % 6,3 % 3,0 % 4,7 % 2,8 % 2,8 % 3,9 % 4,2 % 3,2 % 6,1 % 13,3 % ,4 % 7,0 % 2,1 % 1,7 % 1,3 % 2,7 % 2,8 % 4,4 % 0,9 % 1,6 % 0,8 % 3,4 % 0,9 % 1,9 % 1,5 % 2,8 % 1,6 % 5,2 % 5,6 % ,8 % 1,6 % 1,4 % 1,8 % 4,7 % 1,6 % 2,4 % 1,6 % 2,2 % 4,7 % 2,2 % 1,3 % 1,9 % 0,9 % 2,4 % 1,4 % 1,6 % 0,9 % 7,7 % Source : Banque Mondiale (1993) Graphique 6 : % du PNB en dépenses en santé (1990) Etats-Unis Royaume Uni Turquie Tchad Mali Kenya Inde Ghana Chine Burkina Faso 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% % du PNB Public Privé

17 AEDES 10 Document Financement Graphique 7 : Dépenses en santé par personne (1990) Public Privé Philippines Zaïre Tchad Somalie Mozambique Mali Chine Burkina Faso Bangladesh US$/personne L interprétation de ces chiffres doit tenir compte des différents de niveau d offre de soins ainsi que des différences du coût des soins de service - Source : Banque Mondiale (1993). La Banque Mondiale (Banque Mondiale, 1993) estime par ailleurs que pour couvrir des services cliniques de première nécessité et les interventions de santé publique de base il serait nécessaire d'allouer de l'ordre de 12 à 22$ par personne par an. Il s'agit d'estimations moyennes dépendantes du niveau de revenu du pays (Graphe 8). Graphique 8 : Estimation du coût annuel par personne 22 Total 12 Intervention santé publique de base 4 7 Pays à revenu intermédiaire (2) Pays à faible revenu (1) Services cliniques 1ère nécessité En US$ (1) PNB = 350 $/per capita (2) PNB = $/per capita Les interventions de santé publique comprennent ici la vaccination, l'administration des soins à l'école, l'information et les choix de services de planification familiale, la mise en place de programmes pour

18 AEDES 11 Document Financement réduire la consommation de tabac et d'alcool, la prévention du SIDA ainsi que quelques investissements publics d'amélioration des conditions de vie. Les services cliniques de première nécessité, quant à eux, comprennent les services de soins liés à la naissance, le service de planning familial, la lutte contre la tuberculose, la lutte contre les MST, les soins aux jeunes enfants ainsi que le traitement d'infections et trauma mineurs. Le chapitre trois de la seconde partie de ce document présente des budgets basés sur les expériences de MSF. Ces budgets couvrent les coûts directs permettant de pourvoir un paquet d'activités au niveau d'un district. Le paquet d'activité est cependant plus restreint que celui de la Banque Mondiale. Il ressort de ces éléments que les ressources consacrées à la santé, utilisées de façon efficiente, sont en moyenne insuffisantes pour couvrir le paquet d'interventions recommandé par la Banque Mondiale L'évolution de la répartition des dépenses publiques pour l'etat. La réduction du budget public pour la santé a une répercussion prioritairement sur les rubriques de dépenses plus facilement compressibles: le fonctionnement général et les médicaments. La rubrique des salaires est un coût fixe ou semi-variable en ce qui concerne les contractuels. Cette rubrique est plus difficilement compressible. Elle est par ailleurs préservée autant que possible par les gouvernements dans un souci de stabilité sociale. Le graphique suivant présente l'évolution de la répartition des dépenses publiques en Mauritanie, au Tchad et au Libéria (Graphique 9). Graphique 9 : Evolution de la répartition des dépenses publiques pour les services de santé Libéria 88 Libéria 82 Tchad 89 Tchad 77 Mauritanie 88 Salaires Fct. général Médicaments Mauritanie % des dépenses publiques totales en santé Source : MOH ou MSP de Mauritanie, Tchad, Liberia. A la longue, la diminution continue du financement public de la santé a cependant également des conséquences sur les salaires et l'engagement de personnel supplémentaire. Elle se traduit par des retards de paiement des salaires, leur gel et des délais de plusieurs années dans la fonctionnarisation des promotions plus récentes de médecins et d'infirmiers. Malgré la pression des programmes d'ajustement structurel, la diminution du nombre de fonctionnaires reste encore timide (Graphique 10).

19 AEDES 12 Document Financement Graphique 10 : Evolution des fonctionnaires au Mali Nbre fonct Année Sources: Dao (1987) pour , FMI (1988) pour 1988 et d'après Brunet-Jailly (1993) pour 1991 (estimation grossière) Une répartition déséquilibrée des ressources publiques consacrées à la santé L'allocation des ressources publiques consacrées à la santé tendent à favoriser les zones urbaines et les soins curatifs hospitaliers. Le privilège des zones urbaines On constate dans de nombreux pays que les dépenses se répartissent préférentiellement en faveur des groupes les plus influents, en particulier dans les zones urbaines. La répartition des médecins au Tchad illustre bien le déséquilibre de l'allocation des ressources entre la capitale et la périphérie. En 1992, sur un total de 180 médecins, 60% se trouvent en ville où vit 10% de la population donnant un ratio de 0,20 médecin pour habitants. En périphérie où se répartissent les médecins restant, le ratio est de 0,015 médecin pour habitants 1. La situation de Siem Reap au Cambodge (1991) illustre ce déséquilibre à un niveau régional et pour l'ensemble des niveaux de qualification (Tableau 2). Tableau 2 : Répartition du personnel médical - Siem Reap (1991) Niveau de qualification Zone urbaine Zone rurale (personnel médical et paramédical) Médecin 13 0 Médecin assistant Infirmier d'etat Sage femme d'etat Autres avec qualification Total du personnel qualifié Source: MSF-Cambodge La zone urbaine de la Province dispose de 2,3 travailleurs qualifiés par habitants tandis que la zone rurale dispose de 0,27 travailleurs qualifiés par habitants. Le privilège des soins hospitaliers 1 La moyenne pour l'afrique Sub-Saharienne est de 0,12 médecin pour habitants.

20 AEDES 13 Document Financement L'étude des budgets des Ministères de la Santé de nombreux pays révèle une concentration de ressources publiques importantes dans les soins curatifs hospitaliers des grandes villes (avec une part importante dans les structures de santé à vocation tertiaire). Cette allocation des ressources trouve son origine dans l'héritage d'un système hospitalo-centré et dans la pression des intérêts de l'élite urbaine Le tableau ci-dessous (tableau 3) présente la répartition des dépenses publiques pour la santé du Mozambique. La présentation par rubrique et par niveau de soins illustre la concentration des ressources publiques au niveau hospitalier. Tableau 3 : Répartition des dépenses publiques pour les services de santé au Mozambique Niveau Salaires Fonctionnement général Médicaments Structures à vocation tertiaire 58% 67% 51% (hôpitaux spécialisés nationaux et régionaux) Structures secondaires 15% 13% 12% (hôpitaux de district) Primaire 27% 20% 37% (centres et postes de santé) 100 % 100% 100% Source: OMS (a) Les ressources pour les dépenses en médicaments La réduction du budget santé et de la part relative pour l'achat des médicaments accroît ou crée une carence en médicaments dans les structures publiques. L'OMS (OMS, 1991) estime qu'une dépense de 5 à 10$ par habitant permet un approvisionnement satisfaisant en médicaments essentiels 2 dans les pays voie de développement. Les évaluations de coût d'approvisionnement de médicaments essentiels effectuées par MSF dans un système rationalisé permettent de fixer un objectif de l'ordre de 0,40$ par personne pour les médicaments essentiels (vaccins inclus) disponibles dans les centres de santé et de l'ordre de 0,50$ par personne par an pour les médicaments essentiels au niveau des hôpitaux de district. Le coût moyen par personne par an pour les médicaments essentiels dans un district rationalisé est de moins de 1 $ par personne par an 3. Dans le graphique suivant, ces estimations sont confrontées aux données de dépenses en médicaments par pays (graphique 11). 2 Sous la rubrique "médicaments essentiels" sont également compris les vaccins et le matériel médical renouvelable. 3 Ces estimations sont confirmées par d'autres sources (Henrard du CEMUBAC, Foster de la LSTM)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Master Economie de la santé et développement international

Master Economie de la santé et développement international Master Economie de la santé et développement international BAC+5 Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Analyse économique et développement international Organisation : Ecole d'economie Lieu de formation

Plus en détail

LA SANTE AU DANEMARK. 1. Etat de santé des danois:

LA SANTE AU DANEMARK. 1. Etat de santé des danois: LA SANTE AU DANEMARK On trouvera ici une présentation générale de la situation de La situation du Danemark en matière de santé. Autrefois performant, le Danemark est maintenant devenu un pays dans la moyenne

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA)

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Mixité des sources de financement, diversité des régimes de couverture maladie : l impératif de cohérence 2 ème Conférence nationale

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Le 13 février 2007. Objet : Compte-rendu de l article de Laurie GARETT de la revue Foreign Affairs 1

Le 13 février 2007. Objet : Compte-rendu de l article de Laurie GARETT de la revue Foreign Affairs 1 Le 13 février 2007 Objet : Compte-rendu de l article de Laurie GARETT de la revue Foreign Affairs 1 Foreign Affairs est la revue du Council on Foreign Relations, organisme à but non lucratif, non partisan,

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants WSM SOLIDARITE MONDIALE WORLD SOLIDARITY PROGRAMME ~

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Organisme sollicitant la demande Association Pour le Développement de Diabal - Sénégal 10 rue de vannes 29 200 Brest

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Rapport de formation du personnel sanitaire des formations ayant signé une convention avec la mutuelle de santé communautaire

Plus en détail

Un regard international: Politiques et expériences étrangères

Un regard international: Politiques et expériences étrangères Un regard international: Politiques et expériences étrangères Valérie Paris - OCDE Rencontres Economiques, Mardi 16 octobre 2012 «Le système de santé français à l épreuve de la crise» LES POLITIQUES DE

Plus en détail

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST 4 INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST Cette partie du rapport procède à une brève analyse d'une autre opportunité manquée d'accroître la base fiscale dans l'espace CEDEAO : les avantages fiscaux.

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Partie 1 : Introduction et variations internationales

Partie 1 : Introduction et variations internationales UE7 - Santé Société Humanité Economie de la santé Chapitre 3 : Organisation des systèmes de soins Partie 1 : Introduction et variations internationales Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

Présentation. Forum Fiscale Africain de 2013- Construire des finances publiques durable dans un monde incertain

Présentation. Forum Fiscale Africain de 2013- Construire des finances publiques durable dans un monde incertain Présentation. Forum Fiscale Africain de 2013- Construire des finances publiques durable dans un monde incertain Les subventions à l'énergie et la réforme du secteur David Sislen, chef de secteur du développement

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE NACOULMA D.*, PETITJEAN F.*, SANOU A.* RESUME Un monitoring semestriel a été réalisé dans les

Plus en détail

Les salariés détachés à l étranger, un statut social et fiscal particulier?

Les salariés détachés à l étranger, un statut social et fiscal particulier? Les salariés détachés à l étranger, un statut social et fiscal particulier? Sommaire 2 S O M M A I R E PAGES Définitions 3 Législation du travail 4 Protection sociale 5 Cotisations sociales 6 Statut fiscal

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Introduction au programme sécurité alimentaire de la Commission Européenne

Introduction au programme sécurité alimentaire de la Commission Européenne Introduction au programme sécurité alimentaire de la Commission Européenne Note technique Ce document n engage que ses auteurs et ne reflète pas nécessairement l opinion de la Commission européenne Réseau

Plus en détail

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance. «QUELS RÔLES RESPECTIFS POUR LES DIFFERENTS ASSUREURS DE SANTE EN FRANCE?» Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.com

Plus en détail

SOINS DE SANTE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE & MUTUALISATION

SOINS DE SANTE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE & MUTUALISATION Conférence de presse du 06/10/2010 14 heures, salle Politkovskaya (PHS 0A50) Parlement européen Bruxelles Contact : 0475.690.461 http://www.vdekeyser.be/ SOINS DE SANTE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE & MUTUALISATION

Plus en détail

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix.

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix Esther Favre-Félix est diplômée en Relations internationales de l Université

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM.

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM. Une mutuelle nationale de santé peut-elle devenir une stratégie globale de financement du système de santé, intégrant d autres stratégies comme le FBP??? Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique NIAMEY 12 et 13 juillet 2012 Cellule

Plus en détail

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 Thème: Accessibilité et financement des services de santé en Afrique Subsaharienne: le cas de la Côte d Ivoire Proposé par FOFANA MEMON, Doctorant en

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

Présentation de l assurance maladie au Burkina Faso

Présentation de l assurance maladie au Burkina Faso Présentation de l assurance maladie au Burkina Faso Introduction, contexte Le Burkina Faso fait partie des pays d Afrique de l ouest où les indicateurs de santé publique restent des bas et où l espérance

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Référence : B.O n 5958-5 chaabane 1432 (7-7-2011) Arrêté de la ministre de la santé n 1363-11 du 12 joumada II 1432 (16 mai 2011)

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

UNE VIE DÉCENTE POUR TOUS: éradiquer la pauvreté et offrir au monde un avenir durable [COM(2013) 92 final du 27.2.2013].

UNE VIE DÉCENTE POUR TOUS: éradiquer la pauvreté et offrir au monde un avenir durable [COM(2013) 92 final du 27.2.2013]. Ref. Ares(2014)2942987-09/09/2014 RÉSUMÉ DU PROGRAMME D'ACTION ANNUEL 2014, 2015 ET 2016 EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT HUMAIN FONDE SUR LE PROGRAMME INDICATIF PLURIANNUEL 2014-2020 CONCERNANT «LES BIENS PUBLICS

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

MACROECONOMIE ET SANTE: MISE A JOUR

MACROECONOMIE ET SANTE: MISE A JOUR MACROECONOMIE ET SANTE: MISE A JOUR Investir davantage en faveur de la santé des plus démunis Deuxième Consultation Macroéconomie et Santé Octobre 2003 Organisation mondiale de la Santé 1 Macroéconomie

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail