BILAN D ACTIVITES PLAN D ACTION Hôpital Psychiatrique Saint Vincent de Paul de Yamoussoukro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN D ACTIVITES PLAN D ACTION 2014. Hôpital Psychiatrique Saint Vincent de Paul de Yamoussoukro"

Transcription

1 BILAN D ACTIVITES DU PLAN D ACTION 2014 Hôpital Psychiatrique Saint Vincent de Paul de Yamoussoukro 1

2 AVANT PROPOS Avec un taux de croissance de 6% de nouveaux cas reçu cette année, l Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul est le seul hôpital dans la région sanitaire du Bélier qui offre les soins de santé mentale. Depuis son inauguration, le 06 novembre 2002, l Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul s est doté d une mission spéciale et authentique, celle de venir en aide aux personnes souffrant des troubles mentaux. Après douze (12) ans de service auprès de la population ivoirienne, cette mission reste toujours valable. Par ailleurs, le système d offre de soins doit s améliorer de jour à jour afin de pouvoir adapter les soins aux besoins constatés. Il ne s agit pas seulement d offrir les services, mais aussi d évaluer et de rendre compte régulièrement les résultats des différentes interventions menées envers la population servie. Le rapport suivant est le compte rendu de l analyse des données récoltées suite aux activités menées au cours de l année 2014 tels que établies dans le plan d action de l hôpital. L année 2014 a été marqué par une mise en place d une équipe de suivi qui, en collaboration avec la Direction et l équipe de coordination, élabore, suit et évalue les activités de promotion, de prévention et de soins à l Hôpital. Le plan d action de l hôpital qui a été élaboré en début de cette année 2014 a servi comme un mode de fonctionnement et a été discerné comme une réponse efficace dans la coordination et la décentralisation des activités de soins. Avec l engagement de tous, membre du personnel, partenaires, parents et amis des malades, nous sommes persuadés que les soins de santé mentale seront un jour accessible à tous et qu une politique de santé mentale nationale sera mis en place enfin de répondre aux défis rencontrés dans le secteur de la santé mentale. Equipe de suivie du plan d action Hôpital Psychiatrique St Vincent de Paul Yamoussoukro 2

3 AXE 1 : LEADERSHIP ET GOUVERNANCE Faire appliquer le système de coordination dans tous les services 1. Afin de renforcer la coordination entre les services pour une bonne exécution des activités de l hôpital, les représentants des différents services au sein de l hôpital se réunissent régulièrement pour partager, organiser, et évaluer les activités et le fonctionnement des services de l hôpital. Le plan d action avait prévu cinquante deux (52) réunions qui devraient se faire sur la fréquence d une réunion par semaine, quatre (04) réunions d échange entre la direction et le personnel de l hôpital ainsi que deux (02) réunions de bilan entre les chefs des services. 2. Sur cinquante deux (52) réunions hebdomadaires prévues, seulement treize (13) réunions ont été réalisées jusqu au 31 octobre, c est-à-dire 25% des réunions prévues. 3. A ce qui concerne les réunions d échange, sur quatre (04) réunions prévues, sept (07) réunions ont été organisées (175%) entre la direction et le personnel pour échanger sur un thème de formation ou d actualité tel que : Le lavage des mains La prise en charge des usagers de drogue Les entretiens avec les groupes d assurance Etc. 4. Seulement une réunion de bilan avec tout le personnel de l hôpital a été faite le 11 novembre TABLEAU 1 : REUNIONS Nombre de Type de réunions réunions prévues Réunions hebdomadaires d équipes Nombre de réunions réalisées Taux de réalisation % Observation Un système doit être établi pour acheminer les rapports des réunions faites au District sanitaire de Yamoussoukro Réunions d échange avec le personnel Réunion de bilan % % Plus de réunions que prévues ont été organisées, en particulier les réunions dont le thème était l échange sur un sujet de formation Une seule réunion de bilan a été faite du fait que le plan d action a commencé à être mis en pratique à partir du mois de Juin

4 5. Le constat est que les réunions hebdomadaires n ont pas pu être organisées tel que prévu. Il ya encore plus à faire à ce niveau. Il a été constaté aussi que les rapports des réunions organisées ne sont pas faits tels que recommandé (un rapport doit être fait pour chaque réunion). Plus d efforts doivent être menés dans la bonne organisation des réunions hebdomadaires tout en veillant que les comptes rendus soient faits à temps. Lors de la réunion de service tenue chaque mardi à 15H00 Lors de la réunion d échange avec l ensemble du personnel de la MSP Faire respecter à 70 % les engagements des parents envers les malades hospitalisés 6. Depuis sa création, l hôpital était confronté à un défi d amener les parents à respecter les engagements envers les malades suivis soit en hospitalisation soit en ambulatoire. Les malades hospitalisés ne recevaient pas des visites régulières de la part de leurs parents ou amis et, après leur stabilisation, un grand nombre de parents ne se présentaient pas pour effectuer les sorties officielles. Ainsi, les malades stabilisés passent-ils beaucoup de temps en milieu hospitalier en attendant que leurs parents se présentent à l hôpital. 7. Pour palier à ce défi, l hôpital a adopté un programme visant à sensibiliser les parents dans le respect de leurs engagements faits envers l hôpital. Le programme consiste à entreprendre un entretien de sensibilisation au cours duquel une fiche d engagement est rempli et signé avec la famille du malade hospitalisé. L entretien se fait entre le parent du malade hospitalisé et un responsable de soin le jour de l hospitalisation. Au cours de l entretien, les conditions d hospitalisations sont expliquées à la famille. A la fin, la famille prend l engagement juridique de respecter ces conditions à travers la signature sur la fiche d engagement. Le tableau 2 montre les résultats obtenus sur comparaison de deux ans : 2013 et 2014 (du 1 er janvier au 31 octobre). 8. Le constat est que sur les deux ans (2013 et 2014) la majorité des parents n ont pas signé les fiches d engagements tels que prévu. En 2013 aucune fiche d engagement n a été signée. Ceci est justifié d un côté par le fait que l introduction de la fiche d engagement a commencé vers le deuxième semestre de l année 2014 (au mois de mai 2014), ce qui veut dire qu un grand nombre de parents n ont pas été reçu pour l entretien de sensibilisation. 4

5 TABLEAU 2 : RESPECT DES ENGAGEMENTS SIGNES PAR LES PARENTS Nombre de nouveaux cas hospitalisés Nombre de parents qui ont signé l engagement Nombre de parents qui n ont pas signé l engagement Nbre d engagem ents signés Nbre d engagem ents non signés Nombre de parents qui ont respectés les conditions Nombre de parents qui n ont pas respectés les conditions Evasions Nombre de parents qui ont respectés les conditions Nombre de parents qui n ont pas respectés les conditions Evasions (100%) (87%) 7 (8%) 4 (5%) (31%) (68%) 28 (90%) 1 (3%) 2 (7%) 49 (72%) 12 (18%) 7 (10%) 9. Néanmoins, même avec cette majorité de parents qui n ont pas signé les fiches d engagements, les statistiques montrent que le taux de respect de conditions pendant l hospitalisation est élevé pas seulement pour les parents qui ont signé l engagement, mais aussi pour ceux qui n ont pas fait cette pratique. Avec un pourcentage de plus de 70% de respect des engagements envers les patients hospitalisés, les objectifs établis ont été atteints. Il reste à savoir si réellement la pratique de faire les entretiens et faire signer la fiche d engagement aux parents a un impact sur le respect des conditions d hospitalisation. 10. Les conditions de respect des engagements sont mesurées sur base d un seul critère : - Respect du jour de la sortie tel que annoncé par l équipe médicale (dans le délai de cinq (05) jours à partir du jour prévu pour la sortie du malade) 11. En plus des actions menées en vue de la sensibilisation sur le respect des engagements envers les patients hospitalisés, l hôpital a développé une stratégie pour encourager les parents dans le respect de soins pour les malades suivie en ambulatoire. Ce stratégie consiste à introduire le «Carnet individuel de suivi» qui est exigé aux malades qui suivent un traitement injectable à action prolongée. Ce carnet, qui coutera 200 FCFA, va permettre à l équipe de soins de pouvoir suivre si le traitement injectable a été exécuté à l hôpital ou en dehors de l hôpital. Tous les injections faites doivent être marquées dans le carnet et le malade doit présenter le carnet à l équipe de soin le jour de sa visite de suivie. 5

6 12. Depuis son introduction (le mois de Juillet 2014), l hôpital a déjà distribué les carnets aux soixante (60) malades jusqu au 31 octobre L objectif est de faire en sorte que tous les malades suivis en externe et qui suivent un traitement d injection à action prolongée puissent se procurer d un carnet de suivi. Accroître les actions visant à respecter l environnement hospitalier de 50 % 13. L Hôpital psychiatrique St Vincent de Paul est convaincu que l environnement sain fait partie des mesures thérapeutiques en vue de la stabilisation des personnes malades. Les personnes qui souffrent des troubles mentaux ont besoin d un milieu thérapeutique accueillant et privé du stress. En plus des mesures pour améliorer la qualité de l environnement hospitalier, la MSP veut sensibiliser son personnel dans la gestion de ses ressources existantes telles que l énergie électrique, l eau et d autres produits utilisés en milieu hospitalier. 14. Ainsi, pour cette année, pour atteindre son objectif, l hôpital a organisé ces différentes activités : création d un document stipulant les actions à mener dans le but de réduire la consommation électrique à la MSP à 10 % de la consommation annuelle, mis en œuvre des mesures de la gestion correcte des déchets hospitaliers, faire le planting de 50 arbustes au sein de l hôpital et diminuer à 100 % l usage des sachets plastiques à la pharmacie de l hôpital. 15. Un document intitulé «Nous tous pour un hôpital écoresponsable» a été créé et mis à la disposition de tout le personnel. Ce document de 8 pages vise à la sensibilisation des actions à mener dans le but de réduire la consommation électrique, la gestion correcte des déchets hospitaliers, et aux respects et protection des ressources existantes. 16. En vue de la gestion et l élimination correcte des déchets hospitaliers, la MSP a renouvelé les poubelles qui n étaient pas en bonne usage et trois (03) nouveaux standing de poubelles ont été placés au sein de l hôpital en vue de collecter les déchets qui, dans le passé, trainaient dans le gazon. Dans le même volet, le personnel de la MSP a été sensibilisé dans l élimination des déchets collectés selon le triage identifié. 17. Dans la mesure d encourager l environnement sain de l hôpital, cinquante (50) variétés d arbustes ont été planté dans le jardin de l hôpital. L activité du planting a eu lieu le 28 mai 2014 en présence de l équipe administrative de l hôpital, les chefs des différents services de l hôpital et les malades hospitalisés. 6

7 18. Sur cinquante (50) arbustes plantés, trois (03) ont été endommagés et ont été remplacés. A ce jour, les arbustes sont bien suivis et ils ont une croissance satisfaisante. La majorité de ces arbustes sont de différentes variétés de fruitiers tels que les manguiers, avocatiers, etc. Planting d arbres le 28 mai 2014 Evolution des arbres plantés après 3 mois de suivie 19. Enfin, l hôpital avait pris l engagement d éliminer l usage et la distribution des sachets plastiques dans la pharmacie. Cette décision a été prise suite au décret gouvernemental qui interdit la production, l importation, la commercialisation, la détention et l utilisation des sachets plastiques. L usage des sachets plastiques à la pharmacie de la MSP a été et demeure toujours une pratique normale pour dispenser les produits médicamenteux aux clients. Vu le danger de ces sachets plastiques sur l environnement, il a été nécessaire de décourager leur utilisation. A ce jour, les mesures prises dans ce volet n ont pas encore été mis en pratique. Les raisons pour ce manquement sont entre autres : - Défaut des moyens financiers pour disposer des sachets biodégradables à la pharmacie - La sensibilisation aux parents de se munir de leurs sacs biodégradables à la pharmacie qui n est pas encore abouti. - La compréhension au niveau du personnel de la MSP sur l importance de cette activité. 7

8 Un des nouveaux standings pour les poubelles au sein de la MSP 20. Il est prévu qu à partir de l année prochaine les mesures seront renforcées en vue d atteindre les objectifs établis. AXE 2 : OFFRE DE SERVICE DE SANTE MENTALE ET D AIDE SOCIALE DE QUALITE COMPLETS ET INTEGRES Accroître les services de santé mentale de qualité à la MSP de 50 % 21. La capacité d accueil de la MSP est de quarante quatre (44) lits dont trente-deux (32) lits d hospitalisation de courts séjours et douze (12) lits pour les malades en processus de réhabilitation. Considérant que les services de prise en charge des troubles psychiatriques ne sont pas équitablement disponibles sur toute l étendue du territoire national, il est impératif d améliorer l accès de soins et la qualité de service en créant plus de services complets et en augmentant la capacité d accueil pour les patients qui fréquentent les services de l hôpital. 22. Dans le cadre de la consolidation de la capacité d accueil de l hôpital, six (06) plaidoyers étaient prévus d être présentés aux partenaires pour le financement et la réalisation. Les projets prioritaires s agissaient de : - La construction et l équipement de dix (10) chambres individuelles de catégorie pour les malades - L aménagement et équipement d une salle de laboratoire (réhabilitation) - L aménagement et l équipement d une salle d électroencéphalographie (EEG) 23. Sur ces trois projets, seulement le projet de l aménagement et l équipement d une salle d EEG a pu être réalisé à 100%. A partir du mois de juin 2014, les travaux d aménagement de la salle d EEG ont commencé et le mois suivant l équipement a été installé. La formation de renforcement de capacité pour le technicien de la machine est prévue avant la fin de cette année avant que le démarrage effectif des activités ne puisse être se faire. 8

9 Séance de formation avec le technicien d EEG de la MSP 24. Le plaidoyer pour le projet de la construction et l équipement de dix (10) chambres individuelles de catégorie a été adressé aux autorités du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida dans le mois de Février A ce qui concerne le projet pour l aménagement de la salle de laboratoire, le plaidoyer a été adressé au Comité Interministérielle de Lutte Antidrogue (CILAD) dans le mois de Juillet Le CILAD a fait retour avec un accord de financer l équipement de laboratoire à ce qui concerne les besoins des tests pour le dopage des usagers de drogue. EEG 25. Dans le cadre de faciliter l accès aux soins de santé mentale, un projet de construire un pavé pour faciliter l accès de soins aux personnes vivant avec les handicaps physiques a été prévu. Le projet n a pas encore débuté parce que l équipe n a pas encore identifié les partenaires potentiels à qui on doit adresser le plaidoyer. 26. Dans le volet de renforcer les ressources humaines dans les soins de la santé mentale à la MSP, il a été prévu d adresser une demande auprès des autorités compétentes pour l affectation d un infirmier diplômé d Etat Spécialisé (IDES) en psychiatrie et d un infirmier diplômé d Etat (IDE). La demande pour l affectation d un IDES en psychiatrie a été faite dans le mois de Juillet 2014 et les processus pour l affectation d un IDE ont commencé dans ce mois de Novembre Réinsérer 50 % des malades stabilisés dans la société avec une activité occupationnelle 27. Depuis sa création en l année 2003, la MSP continue à enregistrer les difficultés dans le volet de la réinsertion familiale et socioprofessionnelle des patients stabilisés. Le service de réhabilitation de l hôpital crée en 2005 a tenté de répondre à certaines de ces difficultés par la création des activités et des projets pouvant aider les patients à se prendre en charge après la stabilisation. Certains patients stabilisés ont bénéficié de formation dans les activités telles que la poterie, le tissage et le jardinage. C est dans le même sens, pour renforcer ce volet de la réinsertion que la MSP s est donné l objectif cette année d accroître les activités de réinsertion à 50% des malades stabilisés qui n ont pas d activités. 28. Le service d ergothérapie prépare le patient à la prise d initiative afin d aboutir à un projet générateur de revenu. Ainsi, un projet de démarrer un poulailler au bénéfice des malades a été conçu. Le projet est prévu de démarrer dans le mois de décembre 2014 avec un ancien malade stabilisé comme membre clé de l équipe de suivi. 29. Toujours dans le volet de réinsertion, la MSP a ciblé un groupe de patients des anciens usagers de drogue qui nécessite plus de suivi après la stabilisation. Pour ce groupe, il a été évalué que, même avec les activités socioprofessionnelles à l appui, les risques de rechutes sont élevés. Ainsi, une activité de former les groupes de soutien entre les anciens usagers de drogue a été prévue. Deux (02) groupes devraient être formés au cours de cette 9

10 année Par ailleurs, vu que la formation du personnel de la MSP dans la prise en charge des usagers de drogue a été réalisée tardivement dans l année, le calendrier a fait que cette activité de formation des groupes de soutien n a pas été réalisée. Travaux de construction du poulailler 30. Finalement, pour que la réinsertion des malades stabilisés puisse être efficace, il a été impératif que les parents des malades prennent un rôle important dans le processus de la réinsertion. Par conséquent, les séances sur la communication sur le changement de comportement des parents des malades mentaux devraient être organisées. Toutes les dix (10) séances qui étaient prévues n ont pas été réalisées. Par ailleurs, la première étape d identifier les parents des malades qui participeront à ces séances doit commencer dans le mois de décembre Accompagner 30 malades errants dans les rues de Yamoussoukro. 31. Telle que conçu dans sa mission depuis sa création, la MSP s est engagé à accompagner les malades errants dans la ville de Yamoussoukro pour les soins et, enfin, la réinsertion socio-familiale et professionnelle après leur stabilisation. Dans le passée, la MSP lançait des opérations pour accompagner les malades en masse, c est-à-dire en grand nombre. Après l évaluation, le constat a montré que cette méthode d accompagner les malades en masse n était pas efficace et que, par conséquent, elle était accompagnée par des risques dont les évasions accentuées, la mauvaise qualité de suivi en milieu hospitalier et les difficultés de réinsertion après la stabilisation. Ces difficultés étaient dû d abord à l écart 10

11 entre le grand nombre de malades hospitalisés et le petit nombre de personnel soignant disponible pour le suivi et, ensuite, aux difficultés financiers pour pouvoir prendre en charge un grand nombre de malades accompagnés en même temps. 32. Ainsi, l hôpital a décidé d organiser désormais les accompagnements systématiques en collaboration avec d autres institutions qui interviennent dans l activité dont le Groupement des Sapeurs Pompier Militaire (GSPM), les centres sociaux et la police. L opération consistait à accompagner au plus 3 malades errants par mois. Pendant cette année 2014, l hôpital a accompagné treize (13) malades errants sur trente (30) malades qui étaient prévus, c est-à-dire 43% des malades prévus (voir tableau 3). 33. Sur treize (13) malades accompagnés, six (06) malades ont été stabilisés et sortis sur avis médical. Ces malades ont été accompagnés par le service social de l hôpital dans leurs familles respectives. Six (06) autres malades n ont pas pu terminer leur programme de soins car ils se sont évadés au cours de leur hospitalisation. Enfin, un (01) malade reste toujours en hospitalisation en attendant son rétablissement. TABLEAU 3 : PATIENTS ERRANTS RECUPERES PAR LA MSP Patients récupérés dans la rue avec leur état actuel En résumé Nbre de Mois d admission Etat de sortie/actuels observations malades 1 Février Sortie par évasion 2 Sortie par évasion 3 Sortie par évasion 4 Mars Sortie sur avis médical 5 Sortie par évasion 6 Sortie par évasion 7 Avril Sortie sur avis médical 8 Sortie sur avis médical 9 Mai Sortie sur avis médical 10 Juillet Sortie sur avis médical 11 Août Sortie par évasion 12 Septembre Sortie sur avis médical 13 Octobre En hospitalisation Total des malades récupérés : 13sur 30 (43%)... Malades stabilisés et sorties sur avis médical : 06 sur 13 (46%)... Malades sorties par évasion avant la stabilisation : 06 sur 13 (46%)... Malades en cours d hospitalisation : 01 sur 13 (8%) 34. Le manque de réalisation totale de cette activité est dû au ralentissement d accompagnement des malades errants à partir du mois de juillet 2014 suite à l épidémie 11

12 de la fièvre du virus Ebola dans la sous-région. En effet, étant donné que l hôpital n est pas équipé de matériels essentiels pour répondre au cas suspect du virus Ebola et suite du fait que les malades errants sont plus exposés des infections par rapport aux autres populations (par l insuffisance dans le respect des mesures de prévention et surtout par ignorance), l hôpital a jugé bon d arrêter les activités d accompagnement des malades errant dans la rue afin d éviter les risques de prendre les malades infectés. 35. Aussi, il est à constater que le nombre des évasions dans le groupe des malades récupérés reste élevé (6 sur 13 malades récupérés se sont évadés). Un plan doit être élaboré pour renforcer les mesures de surveillance aux malades récupérés. AXE 3 : PROMOTION ET PREVENTION DANS LE DOMAINE DE LA SANTE MENTALE Informer 50 % de la population des actions visant à promouvoir la santé mentale 36. La promotion de la santé mentale est un élément inévitable dans le plan de soins qui n est pas seulement destiné aux personnes malades mais aussi à toute la population. Mieux vaut prévenir que guérir. Les questions se posent toujours si les programmes élaborés en vue de la promotion de la santé mentale sont efficaces étant donné que certaines affections mentales sont d origine complexe et qu on ne comprend pas toujours les causes principales. Dans notre cadre, la notion de la promotion veut dire aussi le maintien de la santé mentale par une certaine hygiène de vie et aussi la possibilité d avoir un recours de soins en cas de nécessité. Formation d échange sur la prise en charge des usagers de drogue avec tout le personnel soignant Séminaire de formation sur la prise en charge des usagers de la drogue 37. Pour l accomplissement de cet objectif, la MSP a planifié trois (03) activités dont deux (02) qui se concentraient sur le problème de la toxicomanie et l abus de drogue. La troisième activité consistait en l organisation de la Journée Mondiale de la Santé Mentale, une journée de sensibilisation d ordre international. 12

13 38. La première activité était de former le personnel de la MSP sur la prise en charge des usagers de la drogue. En collaboration avec le Comité Interministériel de Lutte Anti Drogue (CILAD), cinq membres du personnel ont reçu une formation au cours d un séminaire d une semaine, du 24 au 30 août Après cette formation, l équipe bénéficiaire de la formation a organisé trois (03) séances de partage avec le reste du personnel soignant de la MSP dans le mois d octobre 2014 avec un taux de participation de plus de 75% pour chaque séance (voir tableau 4). TABLEAU 4 : TENUE DE SEANCES DE FORMATION SUR LA PRISE EN CHARGE DES USAGES DE LA DROGUE Date Sujet Animateurs Taux de participation Observations 07 octobre 2014 Prise en charge des usagers de la drogue Volume A Fr Donatien Dejoie Mawaya 21 sur 28 75% 1 personnel excusé pour des raisons de service 21 octobre 2014 Prise en charge des usagers de la drogue Volume B Messieurs René Owochi et Yéo Gérard Nanga 21 sur 28 75% 4 personnels excusés pour des raisons de service 28 octobre 2014 Prise en charge des usagers de la drogue Volume C Mesdames Koua Marie Claire et Bitty M Eugénie 23 sur 28 82% 3 personnels excusés pour des raisons de service 39. Après la formation, il était question d organiser la deuxième activité qui est de «mener des activités de lutte contre la consommation de l alcool et la drogue» dans la population ciblée. Cette activité n a pas pu être menée étant donné que la formation vient juste d être achevée. L organisation de cette activité sera reconduite dans le programme des activités prévues au cours de l année prochaine. 40. La journée mondiale de la santé mentale a pour objectifs, entre autre, d attirer l attention de la population mondiale sur les difficultés rencontrées dans le domaine de la santé mentale et aussi de mobiliser les efforts dans le cadre d accroître les services de la santé mentale. Pour cette année, la célébration de cette journée n a pas été célébrée publiquement comme prévu pour des raisons des mesures préventives prises par le gouvernement ivoirien contre l épidémie de la fièvre hémorragique Ebola qui sévit dans la sous-région. 13

14 41. Néanmoins, pour que cette journée significative ne puisse pas passer inaperçue, la MSP a organisé les activités internes qui se sont déroulées entre le personnel et les malades internés. Le point culminant de ces activités était l opération «hôpital propre» qui s est déroulé vendredi le 10 octobre 2014 en présence de tout le personnel et les malades. Au cours de cette opération, les activités de ramassage de gazon et de nettoyage des locaux ont été menées, ensuite, l équipe médicale a organisé la séance de lavement de mains pour les malades internés, et, enfin, un repas fraternel a été partagé entre le personnel et les malades. 42. En plus, dans sa tradition de marquer la journée mondiale de la santé mentale, l hôpital a modifié ses prestations de service temporellement dans le cadre de la promotion de la santé mentale avec le but de favoriser l accès aux populations désavantagées. Pour cette année, les prix des prestations ont été réduits à 50% pendant deux (02) semaines et une réduction de 25 % a été appliquée aux frais d hospitalisation pendant tout le mois d octobre. Lancement de l opération hôpital propre Activité de nettoyage de locaux Séance de lavement de mains aux malades 14

15 Motiver 100 % du personnel de la MSP pour la sécurisation de leur famille en vue d une Partage de repas fraternel vie de santé mentale équilibrée 43. Dans le cadre de la promotion et la prévention dans le domaine de la santé mentale, l hôpital s est fixé un objectif en vue de la sécurisation sociale des familles de son personnel. Dans ce volet, deux activités ont été ciblées : - L accompagnement aux personnels vivant dans l irrégularité civil avec leur conjoint(e)s pour l organisation de leur mariage civil et - Le plaidoyer pour l obtention des parcelles pour la construction des logements pour tout le personnel. 44. Etant donné que la santé mentale est un aspect indispensable dans la vie de tout individu, il est important que chaque personnel sécurise sa famille. Car, il ne s agit pas seulement de soigner et d accompagner les personnes malades, mais aussi de servir comme modèle à tous ces individus affectés. La sécurisation civile des familles est un élément important dans l éducation et la croissance des enfants pour le fait de grandir dans une famille stable et s engager à bâtir ensemble pour renforcer les liens qui existent entre ses membres. 45. Ainsi, après la sensibilisation et l accompagnement de sept (07) membres du personnel identifiés, tous se sont préparés et ont abouti au mariage civil qui a eu lieu le 11 septembre Pour la MSP, cette activité a réussi à 100%. Lors du mariage civil des 7 couples du personnel de la MSP 46. Le plaidoyer en vue de l obtention des parcelles pour la construction des logements du personnel de la MSP est en cours de préparation. Une pétition a été préparée et sera signé par le personnel intéressé. Cette pétition sera présentée avec la lettre de plaidoyer aux autorités compétentes du District de Yamoussoukro. 15

16 AXE 4 : SYSTEME D INFORMATION Collecter 100 % de données selon les indicateurs de base de la santé mentale 47. L existence de données est une activité qui permet au système de coordination au niveau local et international d organiser les programmes en se basant sur les bases factuelles en matière de santé mentale. D après l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), «les systèmes d information sur la santé mentale sont encore rudimentaires ou inexistants dans la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire, ce qui fait qu il est difficile de connaître les besoins de la population locale et d établir des plans en conséquence» (Plan d Action pour la Santé Mentale , N 83). 48. A cet effet, la MSP a planifié des activités en vue de participer effectivement dans la collecte de données essentielles pour une évaluation appropriée et une planification des programmes qui tiennent compte de l étendue du problème identifié. Ces activités sont : - Collecter mensuellement les données selon les indicateurs de la santé mentale identifiés dans chaque service - Former le personnel sur la gestion et la collecte des données selon les indicateurs identifiés. 49. La collecte de données mensuelles a été introduite dans cinq (05) services sur onze (11) qui composent l hôpital (accueil, consultation, soins, pharmacie, laboratoire), c est-à-dire à 45%. Le programme continue afin de pouvoir impliquer l ensemble des services de l hôpital dans le circuit. Les données sont partagées mensuellement avec les services de gestion de données du District sanitaire de Yamoussoukro. Quelques modèles de fiche de collecte de données mensuelles. Fiche de collecte de données mensuelles du service de consultation 16

17 Fiche de collecte de données journalières du service de soins infirmiers 50. Pour que cette collecte soit scrupuleuse et professionnelle, il a été jugé impérieux de former le personnel concerné dans chaque unité. Ainsi, le personnel qui intervient dans les cinq (05) services déjà introduits au programme ont reçu une formation sur le système de collecte de données selon les indicateurs identifiés dans leurs services. 51. Beaucoup reste encore à faire pour que le système soit incorporé et que tout le personnel soit formé dans tous les services de l hôpital. Collecter à 100 % les données indiquant la prévalence du VIH-SIDA dans la population des personnes souffrantes de la maladie mentale 52. La MSP a réalisé que dans les données disponibles pour la bonne planification des programmes en santé mentale, les informations concernant la prévalence de VIH-SIDA sont manquantes. La présence de l infection à VIH/SIDA a été identifiée comme un risque qui peut entrainer la mort prématurée aux personnes souffrant des troubles mentaux. En plus, les troubles mentaux peuvent avoir une influence sur d autres maladies telles que l infection à VIH/SIDA. Les personnes souffrant des troubles mentaux constituent un groupe vulnérable à ce qui concerne le risque d être infecté du VIH/SIDA. 53. Par ailleurs, il est impératif d avoir les informations factuelles pour faciliter les recherches dans ce volet. Ainsi, pour cette année 2014, la MSP a prévu le dépistage de 60% des personnes qui fréquentent l hôpital avec les troubles mentaux. Pour y arriver, l activité de proposer le dépistage à VIH à toute personne qui vient pour sa première consultation a été organisée. Les malades sont sensibilisés au dépistage volontaire. Le tableau suivant montre le nombre des cas dépistés par genre depuis janvier 2014 jusqu au 31 octobre

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

Bureau de lutte contre l alcoolisme et la toxicomanie

Bureau de lutte contre l alcoolisme et la toxicomanie Bureau de lutte contre l alcoolisme et la toxicomanie Programmes et services Santé et Affaires sociales Bureau de lutte contre l alcoolisme et la toxicomanie Vision et valeurs Notre vision Libérer les

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

traitement et de prise en charge des toxicomanes

traitement et de prise en charge des toxicomanes UNODC-OMS: Programme commun de traitement et de prise en charge des toxicomanes Le projet Un traitement efficace et respectueux de la dignité humaine pour toutes les personnes souffrant de troubles liés

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau PARTENARIAT ESTHER en Hygiène Hospitalière Coopération entre le CHU de Rennes et 2 hôpitaux de Bujumbura, Burundi Hôpital Prince Régent Charles Centre Hospitalo-Universitaire Kamenge L. SAUNDERS, F. NIYONKURU

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE (INAM) DU TOGO. Genèse - Défis - Perspectives

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE (INAM) DU TOGO. Genèse - Défis - Perspectives INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE (INAM) DU TOGO Genèse - Défis - Perspectives 1 PLAN INTRODUCTION 1. GENÈSE 2. PROCESSUS DE MISE EN PLACE 3. BILAN DES PRESTATIONS: POINTS FORTS ET DIFFICULTÉS (POINTS

Plus en détail

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 1. Introduction Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 La Guinée a enregistré du mois de janvier au 23 mars 2014, un nombre total de 86 cas suspects de fièvre

Plus en détail

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux (181) La gestion des déchets de soins médicaux dans les laboratoires médicaux reste une question sensible

Plus en détail

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004)

Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Contrat de séjour en collectif (en référence au décret n 2004-1274 du 26.11. 2004) Entre Madame ou Mademoiselle Et la représentante du C.H.R.S. Le Grand Saint Jean de l association Le Grand Saint Jean

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR. Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31

LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR. Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31 LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31 Livret d Accueil de Jour Résidence VAUBAN 1 SOMMAIRE ORGANISATION DE L ACCUEIL

Plus en détail

MEDIAZUR CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

MEDIAZUR CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Médiazur accueille les patients adultes présentant des troubles mentaux stabilisés

Plus en détail

plan Psychiatrie et santé mentale

plan Psychiatrie et santé mentale N 1 La Lettre du plan Psychiatrie et santé mentale Rappel des principaux points du plan Les bases du plan et les moyens d agir sont en place Les investissements Le tutorat La circulaire budgétaire commune

Plus en détail

PRESENTATION DU MODULE DE FORMATION FACULTATIF DE 70 HEURES pour l obtention du Diplôme d AUXILIAIRE DE PUERICULTURE par la VAE

PRESENTATION DU MODULE DE FORMATION FACULTATIF DE 70 HEURES pour l obtention du Diplôme d AUXILIAIRE DE PUERICULTURE par la VAE GRETA OISE OCCIDENTALE Lycée Paul Langevin Dossier suivi par Evelyne LANGUIGNON Téléphone 03.44.12.14.90 Fax 03.44.12.14.99 Mél. elanguignon.greta@acamiens.fr www.gretabvs.com 3, avenue Montaigne 60000

Plus en détail

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours EDITO Un point fort et original de la démarche du parcours des personnes en situation de handicap psychique est la place faite aux regards et aux questions des familles et des personnes concernées par

Plus en détail

Dans le cadre du plan gouvernemental 2004-2008 de lutte contre les drogues, la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie

Dans le cadre du plan gouvernemental 2004-2008 de lutte contre les drogues, la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie INTRODUCTION Dans le cadre du plan gouvernemental 2004-2008 de lutte contre les drogues, la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie a souhaité impulser la création de communautés

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement Fiche 1F0 Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola Service d information du Gouvernement Le dispositif interministériel de communication coordonné doit permettre de répondre aux objectifs

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Les personnes âgées de la région de

Les personnes âgées de la région de Juillet 2015 Favoriser une santé optimale chez les personnes âgées de la région de Simcoe Nord Muskoka OBJECTIFS POUR LES AÎNÉS : Santé et qualité de vie améliorées Capacité à rester chez eux plus longtemps

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo--

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPONSE DU GOUVERNEMENT TUNISIEN AU QUESTIONNAIRE ELABORE PAR LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME EN VUE

Plus en détail

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

Informations importantes lors de votre hospitalisation

Informations importantes lors de votre hospitalisation Informations importantes lors de votre hospitalisation Prise en charge par la sécurité sociale L hôpital effectue toutes les formalités de prise en charge à l égard de la sécurité sociale et des mutuelles.

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Article 4311-1 : Champ des soins infirmiers : Définition de l exercice professionnel Analyse Organisation. intègrent la Qualité des soins

Article 4311-1 : Champ des soins infirmiers : Définition de l exercice professionnel Analyse Organisation. intègrent la Qualité des soins DECRET 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V Professions de santé (Parties Réglementaires) du Code de Santé Publique Livre III Auxiliaires médicaux. Titre 1 er : Profession d infirmier

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex IDENTIFICATION DE L ELEVE NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : ADRESSE :------------------------------------------------------------------------------------------------- -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

Centre de Santé Mentale MGEN de Lille

Centre de Santé Mentale MGEN de Lille Centre de Santé Mentale MGEN de Lille Prévention Grippe 2013 «KIT Grippe» Information KIT Grippe CSM LILLE Présentation du Centre de Santé Mentale de LILLE Situé en plein centre de Lille, face à l hôtel

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

2015 PCF/FG 1 : Femmes victimes de violences : hébergement et accès au logement. PROPOSITION DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2015 PCF/FG 1 : Femmes victimes de violences : hébergement et accès au logement. PROPOSITION DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS 2015 PCF/FG 1 : Femmes victimes de violences : hébergement et accès au logement. PROPOSITION DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS La lutte contre les violences faites aux femmes est un enjeu essentiel de

Plus en détail

Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique

Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique Tabacologue et directeur médical d un hôpital psychiatrique Expérience à HNP St Martin DAVE Bruxelles, SPF 10 décembre 2010 Dr A.DAVAUX HNP St Martin - DAVE 1807:Fondation de la Congrégation des FC: FPJTriest:

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Unité de psychiatrie du développement mental. Des soins spécialisés pour la personne souffrant de retard mental

Unité de psychiatrie du développement mental. Des soins spécialisés pour la personne souffrant de retard mental Unité de psychiatrie du développement mental Des soins spécialisés pour la personne souffrant de retard mental Qui sommes-nous? L unité du développement mental (UPDM) propose des soins à tout adulte souffrant

Plus en détail

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Distribution des cas confirmés, probables et suspect par préfecture, Epidémie d Ebola, Guinée, 2014

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Distribution des cas confirmés, probables et suspect par préfecture, Epidémie d Ebola, Guinée, 2014 Rapport de la Situation Epidémiologique Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola Situation au 2 juin 24 8: h Points saillants : Télimélé : Pas de nouveau cas notifié ; un () cas décédé en hospitalisation.

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES JOURNÉE RÉGIONALE DE FORMATION EN HYGIÈNE HOSPITALIÈRE Lorient Mercredi 27 mars 2013 TABLEAU DE BORD DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Actualités & perspectives Dr Grégory EMERY Bureau Qualité et sécurité des

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RESIDENCE DOCTEUR PAUL GACHE EHPAD PUBLIC REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Les structures d accueil de jour reçoivent une ou plusieurs fois par semaine des personnes vivant à domicile et pouvant souffrir de

Plus en détail

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Programme d Aide d Intégrale aux Médecins M Malades de Catalogne Dr. Antoni Arteman Gérant Fondation Galatea Conseil Régional R de l Ordre l des Médecins M Rhône-Alpes

Plus en détail

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Nous, les ministres chargés de l enfance dans les États membres de l Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les chefs d organisations

Plus en détail

CHAPITRE IV- ORGANISATION ET PLANIFICATION DE L EXECUTION DES TRAVAUX DE SAISIE. 4.1 Calendrier du travail et estimation du temps normal de saisie

CHAPITRE IV- ORGANISATION ET PLANIFICATION DE L EXECUTION DES TRAVAUX DE SAISIE. 4.1 Calendrier du travail et estimation du temps normal de saisie CHAPITRE IV- ORGANISATION ET PLANIFICATION DE L EXECUTION DES TRAVAUX DE SAISIE 4.1 Calendrier du travail et estimation du temps normal de saisie L organisation des travaux de saisie des données est intimement

Plus en détail

Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais

Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais Rapport concernant l exercice 2007 du Réseau Santé Valais Le Conseil d Etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, La présentation au Grand Conseil

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) L aide-soignant accueille les personnes malades à l hôpital. Tout au long de

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Aide visuelle sur la violence sexuelle utilisée pour sensibiliser et former la population, Sud-Kivu,

Plus en détail

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Le présent appel à projets s adresse

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

1. Contexte... 2. 2. Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement... 2

1. Contexte... 2. 2. Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement... 2 Guide méthodologique d accompagnement à l annexe du contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations (CBUMPP3) portant «rapport d étape annuel» - 2015 Table des matières 1 ère PARTIE : modalités

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

L Espace de Vie Enfantine de Confignon est composé de a. une crèche et b. un jardin d enfants

L Espace de Vie Enfantine de Confignon est composé de a. une crèche et b. un jardin d enfants FONDATION DE DROIT PUBLIC DES INSTITUTIONS POUR LA PETITE ENFANCE A CONFIGNON (ci-dessous : Espace de Vie Enfantine) Chemin Sous-le-Clos 32 1232 Confignon ARTICLE 1 GENERALITES L Espace de Vie Enfantine

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CENTRE D ACCUEIL DES PERSONNES AGEES BOUKNEDEL

RAPPORT SUR LE CENTRE D ACCUEIL DES PERSONNES AGEES BOUKNEDEL AGENCE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT RAPPORT SUR LE CENTRE D ACCUEIL DES PERSONNES AGEES BOUKNEDEL AIDE-Fédération Organisation Non Gouvernementale d action humanitaire et d aide au développement.

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

Atlas de la santé mentale - Questionnaire 2014

Atlas de la santé mentale - Questionnaire 2014 Atlas de la santé mentale - Questionnaire 2014 Département Santé mentale et abus de substances psychoactives Organisation mondiale de la Santé Contexte En mai 2013, la Soixante-Sixième Assemblée mondiale

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

a) le service médical pénitentiaire (rapport des Professeurs T.-W. Harding et H. Stalder de novembre 1999) ;

a) le service médical pénitentiaire (rapport des Professeurs T.-W. Harding et H. Stalder de novembre 1999) ; Nombre de pages: 1/6 vu les articles 29 et 30 du règlement sur le régime intérieur de la prison et le statut des personnes incarcérées du 30 septembre 1985 (F 1 50.04) : vu les articles 1, 2, 3, 11, 12

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail